Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Synodes diocésains, concile provincial et législation dans la province ecclésiastique de Tours, des lendemains du concile de Trente au milieu du xviie siècle

Bruno Restif

Texte intégral

  • 1 André Artonne, Louis Guizard, Odette Pontal, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’anci (...)
  • 2 Le premier tome du Répertoire des visites pastorales de la France est publié en 1977 (Paris, CNRS). (...)
  • 3 Voir à ce sujet Alain Talion, Le concile de Trente, Paris, Cerf, 2000, p. 65 sq. particulièrement.
  • 4 Marc Venard est l’un des premiers à avoir attiré l’attention sur le rôle des conciles provinciaux à (...)

1Depuis la publication en 1964 du Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne France, les statuts synodaux apparaissent incontestablement comme une source d’importance pour une histoire religieuse du bas Moyen Âge et de l’époque moderne1. Toutefois, la vogue, à partir des années 1960, d’une sociologie religieuse étroitement liée au modèle de l’histoire quantitative voire sérielle, le triomphe ultérieur d’une histoire des mentalités et d’une anthropologie historique plus attentives au vécu qu’au prescrit, l’attention prioritaire à la mise en œuvre effective et non pas seulement théorique des réformes religieuses ont contribué à faire de la visite pastorale une source certainement plus massivement utilisée par les historiens que ne l’ont été les statuts synodaux2. L’étude de ceux-ci a aussi vraisemblablement souffert d’une sous-estimation du caractère pluriel de la Réforme catholique, sans doute trop vite et trop longtemps confondue avec la réforme tridentine3, et donc d’une attention peut-être insuffisante à la spécificité des contextes locaux et régionaux au-delà de la seule problématique des résistances, sans oublier une négligence partielle à l’égard de la législation provinciale parce que le cadre diocésain a été largement privilégié4, et, enfin, un désintérêt relatif à l’égard des conditions concrètes de l’élaboration des législations – mais sur ce dernier point il faut remarquer que les sources font assez souvent défaut. Il s’agit ici d’envisager ces questions pour la vaste province ecclésiastique de Tours, composée de douze diocèses, des lendemains du concile de Trente au milieu du xviie siècle. Il importe d’abord de s’interroger sur la situation dans les deux décennies qui suivent le concile de Trente, puis de s’intéresser au concile provincial de 1583, à ses suites et à la période de la Ligue, avant de traiter du fonctionnement des synodes dans la première moitié du xviie siècle, et, enfin, des nombreux statuts synodaux qui sont alors promulgués.

  • 5 Henry Arnauld, Statuts du diocèse d’Angers, Angers, Avril, 1680 ; rééd. Paris, Dezallières, 1680, p (...)
  • 6 Henry Arnauld, op. cit., p. 282-302.
  • 7 L’on notera que la note qui figure à ce sujet dans le Répertoire des statuts synodaux (op. cit., p. (...)

2Dès son retour de Trente, l’évêque d’Angers Gabriel Bouvery promulgue, à la Pentecôte 1564, des statuts synodaux, et il en fait de même lors des deux synodes suivants, à la Saint-Luc 1564 et à la Saint-Luc 1565, évoquant alors le concile de Trente5. Les décisions prises concernent essentiellement les membres du clergé paroissial. Comme le souligne le premier article de chacun de ces trois textes, les curés sont tenus à la résidence, de façon à pouvoir assurer prédication et administration des sacrements. S’ils ne peuvent résider pour cause de cumul de bénéfices, ils doivent alors visiter leurs paroisses et nommer des vicaires, dont les compétences seront évaluées par des officiers de l’évêque. Tous les prêtres doivent célébrer la messe de façon régulière et ne pas vivre « comme des laïcs au milieu des laïcs », par exemple en s’habillant comme eux, « ce qui aux yeux du peuple tourne le statut clérical en opprobre et mépris ». Quant aux réguliers, ils ne doivent plus sortir des cloîtres et monastères sans raison valable. Des modes de contrôle sont instaurés ou renforcés. Les abbés, prieurs et curés révéleront les noms de tous les prêtres et religieux qui ont quitté l’état ecclésiastique, cependant que les archidiacres et doyens ruraux procéderont à des visites dans les paroisses, et que les curés seront attentifs au comportement des prêtres de leur paroisse et des fidèles. Ces derniers doivent être au courant de l’entreprise en cours et c’est pourquoi les curés ont obligation de leur lire, en langue vulgaire, les statuts synodaux lors du prône. Enfin, chaque paroisse doit posséder une école dans laquelle les enfants seront instruits des rudiments de la foi. L’ensemble de ces dispositions trouve pour partie sa justification dans le développement de l’hérésie, à laquelle il est fait allusion. La tonalité tridentine de ces statuts est donc très nette, mais ces textes s’inscrivent aussi dans une série de promulgations effectuées par l’évêque dans les années 1540 et 15506. Les textes alors adoptés visaient les curés et leurs vicaires, en s’inspirant de la législation provinciale élaborée au Moyen Âge dans la lignée du concile de Latran IV, et ils se préoccupaient fortement du développement de l’hérésie. Il en découlait déjà une attention particulière à la prédication, laquelle devait intégrer les articles du Formulaire élaboré par la Sorbonne en 1543, formulaire qui est repris entièrement dans les statuts promulgués à la Saint-Luc de cette même année7. La nouveauté des statuts de 1564 et 1565 réside en fait dans l’instauration d’un véritable contrôle exercé sur les ecclésiastiques et dans le souci de développer l’instruction des laïcs.

  • 8 Marc Venard, Le catholicisme à l’épreuve dans la France du xvie siècle, Paris, Cerf, 2000, p. 113-1 (...)
  • 9 Gabriel Bouvery a assisté au colloque de Poissy puis aux sessions du concile de Trente.
  • 10 Bruno Restif, « La réglementation synodale et conciliaire dans le diocèse de Rennes, du milieu du x (...)
  • 11 C’est ce que souligne Alain Talion, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, Ecole fran (...)
  • 12 Bruno Restif, « Les débuts de la Réforme catholique et l’héritage médiéval. Les statuts synodaux de (...)

3Il n’y a donc pas à proprement parler de rupture tridentine. Tout d’abord, comme l’a montré Marc Venard et comme l’illustre le cas de Gabriel Bouvery, la réforme d’inspiration tridentine prend progressivement la suite d’une réforme gallicane8. L’échec du colloque de Poissy en 1561 et le succès de la troisième période du concile de Trente en 1562-1563 permettent le passage progressif de l’une à l’autre9. Par ailleurs, dans les années 1560, les actions réformatrices menées par l’épiscopat demeurent généralement modestes, voire timides, et même assez souvent inexistantes, comme dans le diocèse de Rennes10. Même les prélats présents au concile de Trente n’échappent guère à cette réalité11, à l’exception de Gabriel Bouvery. Ainsi l’évêque de Dol Charles d’Espinay choisit-il de résider, mais il ne promulgue pas de législation diocésaine. Quant à l’évêque de Rennes Bernardin Bochetel, présent lui aussi à Trente, il ne prend pas même la peine de se faire sacrer. En fait, la plupart des évêques demeurent des prélats politiques ou des diplomates. Certes il existe, sauf exceptions, une législation diocésaine antérieure, sur laquelle il est possible de s’appuyer, mais cette législation reste généralement marquée au mieux par les décisions issues du tournant pastoral du xiiie siècle, et à défaut par des préoccupations bas-médiévales de défense des privilèges ecclésiastiques, même s’il y a cependant quelques éléments novateurs dans les statuts qui sont promulgués en 1515 à Saint-Malo – il y est prévu de délivrer un enseignement lors du prône – et dans les années 1530 au Mans12.

  • 13 François Lebrun (dir.), Le diocèse d’Angers, Paris, Beauchesne, 1981, p. 108 sq. ; Laurent Bourquin (...)
  • 14 Sur la ville de Tours elle-même, voir David Nicholls, « Protestants, Catholics and Magistrates in T (...)
  • 15 Bruno Restif, « Les synodes du diocèse de Saint-Malo aux xvie et xviie siècles », Revue d’Histoire (...)
  • 16 Claude Michaud, L’Eglise et l’argent sous l’Ancien Régime. Les receveurs généraux du clergé de Fran (...)

4Qu’en est-il des synodes pendant les premières guerres de Religion ? Il semble que bien souvent ils ne sont plus tenus, même à Angers où Gabriel Bouvery leur préfère la publication d’ouvrages destinés aux curés et la création d’une ligue en 156713. Cette situation s’explique donc en partie par les troubles, notamment dans les diocèses non bretons de la province de Tours, mais en partie seulement, d’autant que l’on ne peut considérer qu’il est impossible de réunir des synodes, mais bien plutôt que les priorités sont autres14. Les seuls procès-verbaux conservés concernent le diocèse de Saint-Malo, alors épargné par les conflits. De 1569 à 1573, les vicaires généraux y profitent de l’absence d’évêque résidant pour convoquer deux synodes par an – constatation qui invite à ne pas associer par principe, et donc hors contexte, assemblée synodale et convocation épiscopale, la question de la résidence étant évidemment centrale au xvie siècle. Seul un tiers à peine des titulaires de cures, en moyenne, se rendent à ces synodes, tandis qu’un cinquième d’entre eux envoient leur vicaire, ce qui permet une représentation de la moitié des paroisses, toujours en moyenne15. Ce chiffre relativement modeste s’explique assez largement par le caractère tout à fait excentré du siège épiscopal, puisque sur les neuf synodes la fréquentation des titulaires de cures est en moyenne de 50 % pour les deux doyennés les plus proches du siège épiscopal, et seulement de 10 et 6 % pour les deux doyennés les plus éloignés. Notons que 37 % des curés négligent d’excuser leur absence et celle de leur vicaire, moyenne diocésaine qui cache à nouveau une disparité géographique puisque la proportion de ces curés négligents est de 68 et 92 % dans les deux doyennés les plus éloignés de Saint-Malo. Il apparaît avec une certaine évidence que si l’institution synodale est alors réactivée dans le diocèse, c’est avant tout pour permettre la levée des décimes, qui doivent être acquittées de façon régulière à compter de 156716. Ces réunions facilitent aussi les comparutions devant l’officialité et le paiement des annates dues au chapitre. Très rares sont les autres thèmes abordés : il s’agit des mariages clandestins, de la nécessité de tenir un registre des testaments dans les paroisses et de la volonté de n’accepter les trésoriers de fabrique élus qu’après qu’ils auront reçu une commission délivrée par les officiers de l’évêque. Dans ce contexte, le fait qu’un certain nombre de curés se fassent remplacer par leur vicaire n’est pas un obstacle au bon fonctionnement de ces assemblées, et la convocation de celles-ci par des vicaires généraux s’explique par leur caractère purement administratif – ce qui montre que l’institution synodale n’est pas associée de façon exclusive aux questions de législation, plusieurs synodes n’abordant même pas ces questions.

  • 17 Stefano Simiz, « Conciles provinciaux des xvie et xviie siècles. L’exemple de la métropole rémoise  (...)
  • 18 Voir notamment Denis Crouzet, La sagesse et le malheur. Michel de L’Hospital, chancelier de France,(...)
  • 19 Étienne Catta, « Les évêques de Nantes du début du xvie siècle aux lendemains du condle de Trente e (...)
  • 20 Constitutions synodales pour l’evesché de Rennes, ville capitale des pays et duché de Bretagne, Ren (...)
  • 21 Bruno Restif, La Révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Breta (...)
  • 22 Harengue prononcée devant le Roy, séant en ses Estats generaux à Bloys, par reverend pere en Dieu m (...)
  • 23 Selon le texte de l’édit de Melun.

5Mais pourrait-il en être autrement ? En 1564, la convocation d’un concile de la province de Reims est une initiative du cardinal de Lorraine désapprouvée par Catherine de Médicis, qui dissuade les autres métropolitains d’en faire de même17. En effet, le pouvoir royal ne renonce pas à la perspective d’une réforme proprement gallicane qui permettrait de mettre fin à la division religieuse par la définition d’une voie moyenne18, d’où le refus d’une réception des décrets tridentins qui apparaissent porteurs d’aspects contre-réformateurs et ultramontains. Que promulguer dans ces conditions ? Philippe du Bec, d’abord évêque de Vannes et prélat présent au concile de Trente, ensuite évêque de Nantes à partir de 1564, s’investit dans son diocèse, notamment par le biais de la prédication, mais il ne promulgue pas de statuts synodaux19. En revanche, il fait partie de ceux qui tentent d’obtenir de Charles IX une réception des décrets conciliaires, en vain. La situation change partiellement et progressivement avec les massacres de la Saint-Barthélemy, dans la mesure où ils constituent des manifestations spectaculaires de l’échec de la politique royale, puis avec l’avènement d’Henri III en 1574. Mais seul le nouvel évêque de Rennes, Aymar Hennequin, un fidèle du cardinal de Lorraine, promulgue, à la Pentecôte 1575, des statuts, qu’il fait imprimer20. Ceux-ci visent à mettre en œuvre la réforme du clergé paroissial, par le biais d’une liste d’interdictions et d’obligations qui puise aussi bien dans les décrets tridentins que dans une ancienne législation diocésaine et surtout provinciale issue de Latran IV. Dans les années qui suivent, Aymar Hennequin, toujours très engagé dans l’application de la Réforme catholique, réunit des synodes mais ne promulgue plus de statuts, préférant les visites pastorales et la publication de catéchismes21. Sur les questions de législation, en effet, l’essentiel se joue alors à l’échelle nationale, le clergé réuni en corps aux états généraux de 1576-1577 puis à l’assemblée de Melun de 1579-1580 tentant de faire procéder à une réception officielle des décrets tridentins22. En 1580, les ordonnances de Blois et l’édit de Melun ne répondent qu’imparfaitement à ces revendications, mais ils permettent la convocation de conciles provinciaux « pour pourveoir à la discipline, correction des mœurs et direction de la police ecclesiastique, et institution des séminaires et escholes, selon la forme des saincts decrets »23.

  • 24 Victor Martin, Le gallicanisme et la Réforme catholique. Essai historique sur l’introduction en Fra (...)
  • 25 C’est ce que laissent entendre les appréciations de Guy-Marie Oury sur sa personne, dans l’Histoire (...)
  • 26 Nicolas Travers, Concilia provinciae Turonensis (manuscrit du xviiie siècle conservé à la Bibliothè (...)
  • 27 C’est l’hypothèse, très crédible, avancée par Mark Ormerod, op. cit., p. 41.
  • 28 Paul Parfouru, « Les délégués de l’archevêque de Tours en Bretagne (1570-1790) », Bulletin et Mémoi (...)

6Ce n’est toutefois qu’en 1583 que se tient le concile de la province de Tours. En effet, le caractère gallican des ordonnances de Blois crée des tensions, qui permettent paradoxalement la création d’une commission chargée d’étudier la question de la réception des décrets tridentins, commission dans laquelle siège l’évêque de Rennes, très en faveur auprès du nonce24. Il est donc très probable qu’Aymar Hennequin ait souhaité voir préalablement aboutir les négociations menées avec le nonce en vue d’une réception des décrets tridentins. Face à cela, l’archevêque Simon de Maillé souffre peut-être d’un manque de personnalité, et certainement d’une absence de volontarisme25. Mais les négociations diplomatiques s’enlisent et en juillet 1582 Henri III intime l’archevêque de procéder à une convocation26. Les archives de l’archevêché ayant été détruites pendant la Révolution française, les informations dont nous disposons sur l’organisation du concile demeurent lacunaires. Il semble que le vicaire général Simon Gallant et l’évêque d’Angers Guillaume Ruzé y jouent un rôle important27. D’après la lettre de convocation, datée du 31 janvier 1583, envoyée par l’archevêque Simon de Maillé à ses suffragants, le métropolitain aurait souhaité, peut-être au début de l’année 1582, que le concile se tienne dans la ville de Nantes, parce qu'elle « se trouve presque au milieu de nostre dicte province ». Peut-être craint-il aussi que des Bretons n’arguent d’un privilège leur permettant de ne pas être convoqués hors de leur province, car cette revendication, fondée sur un privilège accordé en 1455 par le pape Calixte III, a déjà causé de graves dysfonctionnements de l’officialité métropolitaine et pour partie l’échec du concile provincial de 152828. Mais la ville de Nantes est touchée par une épidémie, puis l’évêque souffre de goutte... le concile se tiendra donc à Tours, à partir du1er mai. Outre l’archevêque, six évêques assistent à l’ensemble des séances : il s’agit de ceux d’Angers, Nantes, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Pol-de-Léon et Quimper. Ceux du Mans et de Saint-Malo se font représenter par un procureur. Quant aux évêques de Dol et de Vannes, ils n’assisteront qu’à une partie des séances. Enfin, le siège de Tréguier est vacant. Par ailleurs, le clergé de chaque diocèse bénéficie de représentants. Il s’agit surtout de chanoines – tous les chapitres cathédraux étant représentés, à l’exception de celui de Dol-, mais aussi d’abbés et de prieurs, et même de quelques simples curés.

  • 29 Synodi provincialis Turonensis partim Turoni mense maio, partim Andegavi mense septembre, anno Domi (...)

7Dans son discours d’ouverture, intégré ultérieurement – comme la lettre de convocation et la liste des présents – dans les ouvrages imprimés en 1585 qui visent à diffuser les décrets du concile29, l’archevêque exhorte à profiter du « temps calme et serein », qui intervient après « une horrible tempeste », pour « racomoder et reparer [le] navire ». Selon lui en effet, c’est le développement de l’hérésie qui est responsable des malheurs du temps, et qui nécessite donc l’entreprise réformatrice : « par la longue agitation et tempeste d’heresie, et mesmes par la confusion de tous les estats qui s’est peu remarquer pendant ces tumultes et dissensions, le troupeau qui nous est cowmis a receu quelque tache et souillure ». Ce discours est suivi par des prières pour la prospérité du roi et du royaume, puis par des « supplications [...] tant à nostre sainct père le pape que à nostre roy tres-chrestien » demandant la réception des décrets tridentins et la fin des pratiques qui consistent à nommer aux bénéfices majeurs des personnes non idoines. Puis vient l’adoption des décrets. Seuls les deux premiers chapitres, traitant « de l’observation de la profession de foy » et « de l’extirpation de confidence et symonie », sont abordés au mois de mai à Tours, car la menace d’une épidémie disperse rapidement l’assemblée. Le concile reprend en septembre, à Angers. Dans son discours d’ouverture de cette seconde session, l’archevêque s’emploie à justifier le principe d’une réforme : « ce n’est pas mal faict de changer et innover les loix, que l’estat et la condition de la republicque ont rendues inutiles, et ainsi comme la necessité du temps le requiert ». Il est fort probable que des documents préparatoires déjà très précis ont été élaborés entre-temps, car cette seconde session ne dure pas plus d’un mois. Y sont traités, dans l’ordre de la publication des chapitres, les sacrements (à l’exception de la pénitence et de l’extrême-onction), l’observation des fêtes et la révérence à l’égard des reliques et des images, puis il est question de la « reformation » des évêques, des chanoines, des curés et de l’ensemble du clergé paroissial, des laïcs et des réguliers. Les derniers chapitres sont consacrés aux sépultures, aux visites pastorales et aux questions juridiques, à la sauvegarde des biens ecclésiastiques, et enfin aux séminaires et petites écoles.

  • 30 Canon 18 du décret de réforme de la 23e session.
  • 31 Cf. ci-dessus.
  • 32 Voir à ce sujet Alain Talion, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle,(...)
  • 33 Victor Martin, op. cit., p. 167 sq.

8Les décrets du concile de Tours présentent incontestablement une tonalité tridentine. Ils s’ouvrent par la profession de foi de 1564, dite de Pie IV, que tous les bénéficiers devront signer personnellement dans les trois mois suivant la prise de possession de leurs bénéfices, sous le contrôle notamment des chapitres ; les réguliers devront également signer le document. Les décrets sur le mariage et les images s’inspirent nettement des décisions tridentines, et il en est de même pour les décrets de réforme qui concernent les évêques, les chanoines, les membres du clergé paroissial, les moniales, et pour les séminaires. Dans ce dernier cas, le décret tridentin30 est même entièrement intégré dans les textes promulgués par le concile de Tours. Ce sont donc surtout des décrets de réforme adoptés lors de la troisième partie du concile de Trente qui exercent une influence. Mais, sauf exception, rares sont les phrases reprises telles quelles. Surtout, et sauf exceptions là encore, les décisions doctrinales ne sont pas reprises, même lorsqu’il est question des sacrements (la seule exception en la matière concernant le mariage). C’est probablement pour cette raison qu’il n’est pas question de la pénitence. Il n’y a donc rien non plus sur la justification, et les développements consacrés aux sacrements de l’eucharistie et de l’ordre se limitent à des considérations strictement pratiques. Par ailleurs, l’on peut constater que les sujets abordés correspondent aux grandes orientations dessinées par l’édit de Melun31, et la réforme souhaitée par le concile provincial présente pour partie une dimension gallicane. La réception officielle des décrets tridentins est certes demandée au roi, mais il en est de même du rétablissement du principe électif dont la suppression par le concordat de Bologne apparaît comme l’une des causes des maux de l’Église32. L’insistance sur les mariages clandestins fait écho à l’ordonnance de Blois, tout en cherchant un moyen terme entre celle-ci et les décrets tridentins : alors que la première exige la présence de quatre témoins lors d’un mariage, contre deux pour les seconds33, le concile de Tours demande la présence de « trois tesmoings pour le moins ». En outre, référence est faite à la législation provinciale médiévale, dont l’influence apparaît toutefois secondaire, sauf dans la reprise des normes sur la vie et l’honnêteté des curés. Ainsi, les décisions prises à Tours et à Angers apparaissent guidées par un réformisme pragmatique dont les sources d’influence sont diverses.

  • 34 Sur ce sujet, je remercie vivement Clément Meunier de m’avoir communiqué le résultat des dépouillem (...)
  • 35 Synodi provincialis Turonensis, op. cit. ; Les decrets du concile provincial de Tours, op. cit.

9Ces décrets sont, comme ceux des autres conciles provinciaux, soumis à Rome, où ils font l’objet, de la part de la Congrégation du concile, de quelques corrections34. D’emblée, la remarque signalant que le concile de Trente maintiendrait saufs les privilèges et libertés de l’Église gallicane n’est guère appréciée à Rome, d’autant que le Décret de réforme générale de la25e session du concile exige des conciles provinciaux qu’ils reçoivent les décrets tridentins : la volonté tourangelle de montrer l’existence d’une convergence des attentes tridentines et gallicanes y est jugée tout à fait hors de propos. Se joue là en effet la question de l’autorité dans l’Église, que le concile provincial, pris entre des exigences contradictoires, ne peut que fuir au profit d’une recherche de la conciliation, qui nécessite un jeu d’équilibre parfois complexe tant les positions ecclésiologiques sont divergentes. Les modifications du texte demandées par la Congrégation du Concile portent assez peu sur le fond, ce qui montre au passage que l’affirmation tourangelle d’une convergence des attentes tridentines et gallicanes est très loin d’être inexacte, mais plutôt sur la forme : il s’agit pour l’essentiel d’augmenter le nombre de références explicites au concile de Trente. Ce n’est qu’en octobre 1584 que le texte corrigé, accompagné d’une lettre d’approbation de Grégoire XIII, est renvoyé à l’archevêque de Tours. Celui-ci demande ensuite l’autorisation du roi pour l’impression. Et ce sont finalement deux ouvrages qui, en 1585, à Paris, sont imprimés conjointement, à savoir la version latine et une traduction en français effectuée par le vicaire général Simon Gallant35. Les corrections demandées sur le fond, par la Congrégation du concile, sont presque toutes prises en compte, mais celle qui porte sur le nombre de témoins lors des mariages ne l’est que partiellement, si bien que les « deux ou trois tesmoings », selon la formule demandée par Rome, deviennent quelques pages plus loin « trois tesmoings pour le moins », dans un développement qui n’a pas été supprimé comme il était exigé. Surtout, un nombre significatif de références explicites au concile de Trente, qui étaient exigées, ne sont pas reprises, et sont parfois remplacées par la formule plus vague « les saints conciles ». Ces modifications étaient vraisemblablement nécessaires pour obtenir l’approbation royale.

  • 36 Henry Arnauld, op. cit., p. 325-329.
  • 37 Histoire religieuse de la Touraine, op. cit. ; Mark Ormerod, op. cit. Le Répertoire des statuts syn (...)
  • 38 Philippe du Bec promulgue quelques statuts en 1588 (Migne, Dictionnaire universel et complet des co (...)
  • 39 Sur les débuts de la Ligue, on peut toujours se référer à Robert Harding, « Revolution and Reform i (...)
  • 40 Gilles Foucqueron, Malouin suis. Une République sous la Ligue, Saint-Malo, Chez l’Auteur, 1989.
  • 41 Guy Saupin, Nantes au temps de l’édit, La Crèche, Gestes Éditions, 1998.
  • 42 Joseph Bergin, The Making of the French Episcopate, 1589-1661, New Haven and London, Yale Universit (...)

10Ces publications, et notamment la traduction, visent naturellement à diffuser les décrets, mais quelle en est l’influence ? Elle semble réelle dans le diocèse d’Angers : Guillaume Ruzé publie un catéchisme, et son successeur, le royaliste Charles Miron, promulgue lors des synodes de 1594 et 1595 de courts statuts, qui font écho aux décisions du concile... mais presque tout autant aux statuts qui avaient été promulgués par Gabriel Bouvery trente ans plus tôt36. À Tours, l’archevêque redevient le prélat peu actif qu’il était avant 158337. Dans le diocèse de Rennes, Aymar Hennequin mène une action réformatrice énergique et continue depuis 1575, par le biais de synodes, de visites pastorales, de la publication de catéchismes en 1578 et 1582 : le concile de 1583, dans lequel il n’a sans doute eu qu’une influence limitée, ne semble jouer ici aucun rôle d’impulsion. En est-il de même à Nantes avec Philippe du Bec ? Cela demeure difficile à dire38. Dans les autres diocèses bretons, les politiques réformatrices paraissent très modestes. La situation est peut-être différente dans le diocèse du Mans, mais ce n’est qu’à partir de 1598 que les actions de l’évêque Claude d’Angennes y sont tangibles. En effet, les guerres de la Ligue provoquent une désorganisation sans précédent, notamment en Bretagne39. Les évêques se divisent entre royalistes et ligueurs, et il en est de même des villes et des chapitres. L’évêque de Rennes, farouchement ligueur, doit quitter sa cité qui demeure royaliste, tandis que l’évêque de Nantes, royaliste, doit fuir sa cité, farouchement ligueuse, qui déclare en 1593 recevoir les décrets du concile de Trente. Qui plus est, les ligueurs se divisent entre ceux qui reconnaissent l’autorité du duc de Mercœur, et ceux qui la refusent, essentiellement les Malouins. Ceux-ci mettent en résidence surveillée leur nouvel évêque accusé d’avoir des amitiés royalistes, puis ils l’y maintiennent lorsqu’il s’avère qu’il a finalement opté pour la Ligue de Mercœur, les Malouins ne reconnaissant que l’autorité du duc de Mayenne, dans la mesure où elle demeure théorique et leur permet donc de mener une véritable politique d’autonomie40. En Bretagne, d’une façon générale, il y a un affaiblissement très prononcé de l’autorité épiscopale, au profit des chapitres cathédraux (mais pas à Saint-Malo où la recomposition des forces profite à la municipalité). À Nantes, quelques chanoines jouent un rôle considérable41. À Vannes, en 1590, le chapitre procède à l’élection du nouvel évêque, ligueur42.

  • 43 Jean Maan, Sancta et metropolitana ecclesia Turonensis sacrorum pontificum suorum ornata virtutibus (...)
  • 44 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 607 ; Paul Parfouru, art. cit., p. 388-391 particul (...)
  • 45 Joseph Bergin, op. cit., p. 398 et 468-469 particulièrement.
  • 46 Pierre Blet, Le clergé du Grand Siècle en ses assemblées, 1615-1715, Paris, Cerf, 1995.
  • 47 Sur ce sujet, les archives les plus intéressantes sont celles qui ont été conservées pour le diocès (...)

11Le concile provincial de 1583 n’est pas suivi d’autres convocations, dans la première moitié du xviie siècle43. Évidemment, il conviendrait d’abord d’appliquer les décisions prises en 1583 avant de réunir une nouvelle assemblée. En outre, les nominations au siège métropolitain répondent à des considérations politiques et non pas essentiellement religieuses, d’où une succession d’archevêques dont les capacités à mener une réforme apparaissent bien faibles. Par ailleurs, la Bretagne pose un problème politique spécifique, car au xviie siècle encore le fait que les diocèses qui la composent relèvent d’un siège métropolitain qui lui est extérieur continue à susciter des réticences. Ainsi, les appels devant l’officialité métropolitaine semblent y rester extrêmement rares, au profit, sans doute plus qu’ailleurs, d’appels devant le Parlement... de Bretagne44. Joseph Bergin a par ailleurs souligné à quel point ces considérations politiques expliquent que sous Henri IV et Louis XIII les nominations aux évêchés haut-bretons privilégient des non-Bretons membres des clientèles royales ou ministérielles45. De plus, le cadre provincial est partiellement rendu caduc par la réception des décrets du concile de Trente, à l’échelle nationale, en 1615, et par le renforcement du rôle des assemblées du clergé de France46. Dans les archives qui ont été conservées pour les diocèses de Vannes, Tréguier, Saint-Brieuc et Saint-Malo, la province ecclésiastique n’apparaît plus que comme un cadre de gestion du prélèvement des décimes et de désignation de députés à l’assemblée générale47.

  • 48 Archives départementales du Morbihan, 40 G 1 à 3 (pour les synodes du diocèse de Vannes) ; Archives (...)

12Ces questions sont également abordées lors des synodes diocésains, de façon très régulière, et parfois même exclusive, comme l’attestent les procès-verbaux qui ont été conservés pour les diocèses de Vannes et de Saint-Malo48. Ces documents montrent que les ecclésiastiques présents aux synodes ont réellement la possibilité de discuter ces questions et de faire des propositions. À Vannes, en mai 1613, des bénéficiers qui estiment être trop imposés demandent à l’évêque de faire procéder à une « reformation des rolles desdites decimes », « sur quoy l’affere mise en deliberation a esté advissé et aresté a la pluralité des voix opte l’on prendra lettres de Sa Majesté affin d’avoir pouvoir de fere laditte reformation ». En mai 1616, « l’assemblee a advisé que sans faire nouvelle levee de deniers, ledit receveur particulier fera payement au receveur provincial » des sommes demandées. Les synodes permettent aussi de désigner ou d’approuver les nominations de syndics et receveurs diocésains, « a la pluralité des voix » est-il bien précisé à Vannes. Ainsi, en octobre 1619, « sur la proposition faicte au présent synode de nowmer un nouveau scindic ou de continuer monsieur l’archidiacre, les suffrages estans colligés d’une part et d’aultre, il a esté arresté a la pluralité des voix que monsieur l’archidiacre serait continué ». En juin 1621, ce syndic souhaite passer la main, « de quoy il a requis ladite assemblee, laquelle a nommé » son successeur. Ce type de fonctionnement est certainement facilité à Vannes par l’absence d’évêque résidant, car la liberté de décision des curés paraît se réduire au début des années 1630, avec la présence de Sébastien de Rosmadec.

  • 49 Extraits des ordonnances et reglemens des cours de visite de monseigneur l’illustrissime et reveren (...)
  • 50 Quant à la distinction entre « ordonnances » et « statuts » qu’annonce le titre, elle apparaît dans (...)

13Dans le diocèse vannetais, les synodes sont aussi l’occasion, à partir des années 1630, c’est-à-dire lorsque l’évêque réside, de procéder aux ordinations et provisions de bénéfices. C’est même le cas de façon quasi-systématique des années 1630 aux années 1660. Ils permettent également, de façon plus classique mais plus irrégulière, de promulguer des décisions, souvent dites ordonnances, qui portent sur des sujets très restreints. Ainsi l’évêque Sébastien de Rosmadec rend-t-il publique au synode de la Saint-Luc 1633 une « ordonnance [...] sur l’obligation que chacun a de fréquenter son eglize paroissiale ». Dans ces domaines, la marge d’action des curés apparaît quasi-nulle, et ce mode de fonctionnement est conservé par Charles de Rosmadec, qui accède au siège de Vannes en 1647. Au bout de quelques années, les ordonnances qui ont été prises sont qualifiées de « statuts ». Ainsi, à la Saint-Luc 1645, le promoteur rappelle que les nouveaux prêtres doivent « observer lesdits status touchant les premières messes », « status » qui correspondent en fait à une ordonnance synodale prise à la Saint-Luc 1614. Du moins ces multiples ordonnances portant sur des points ponctuels permettent-elles de diffuser progressivement les principes de la Réforme catholique dans un diocèse où il faut attendre 1642 pour que des « statuts » constituant un ensemble un peu plus systématique soient imprimés49. Il s’agit en fait, est-il précisé par l’évêque, d’« un abregé de toutes les ordonnances et reglemens de nos precedentes visites », qui ne paraît guère répondre à un ordonnancement logique et qui ne reprend pas la totalité des ordonnances synodales. Mais ils sont bien désignés comme « les statuts faits par monseigneur notre predecesseur » en 1648 par Charles de Rosmadec. En 1648 précisément sont imprimées des Ordonnances et statuts de monseigneur l’évêque de Vennes publiez au synode tenu à Venues le 4e jour de juin 1648, qui reprennent le contenu d’un certain nombre d’ordonnances synodales mais, de façon étonnante, sont sans rapport avec les sujets abordés lors du synode de juin 1648, comme le montre le procès-verbal. Cela est vraisemblablement à interpréter comme une illustration supplémentaire du rôle de courroie de transmission que jouent les synodes dans le diocèse de Vannes depuis le début des années 1630 : le texte déjà imprimé serait simplement distribué lors du synode de 1648, sans même qu’il y soit fait allusion oralement50.

  • 51 Bruno Restif, « Les synodes du diocèse de Saint-Malo (...) », art. cit.
  • 52 Guillaume Le Gouverneur, Statuts synodaux, Saint-Malo, Marcigay, 1613.
  • 53 Guillaume Le Gouverneur, Statuts synodaux, op. cit. ; rééditions augmentées en 1619 et 1620.

14Dans le diocèse de Saint-Malo, dès les premières années du siècle, le nombre de curés présents aux synodes augmente de façon significative par rapport au xvie siècle puisqu’il passe d’environ 30 % en moyenne à plus de 50 % en moyenne51. Cette augmentation s’explique en partie par le fait que ces assemblées ne sont bientôt plus réunies seulement dans la cité épiscopale, mais aussi, et alternativement, dans d’autres lieux qui occupent une position plus centrale au sein du diocèse. Par ailleurs, les curés ne sont plus autorisés à se faire représenter par leur vicaire, notamment parce que la fonction de ces assemblées n’est plus exclusivement d’ordre administratif. Selon Guillaume Le Gouverneur, qui accède à l’épiscopat en 1610 et préside son premier synode à la Pentecôte 1611, le synode doit jouer un rôle de « générale visitation » pour un nouvel évêque. C’est pourquoi « les doyens ruraux et les recteurs [autrement dit les curés] mesmes apporteront mémoires au promoteur [...] des defectuositez, transgressions, iniquitez et dépravations qui peuvent avoir cours parmy le peuple », et ces mémoires seront pris en compte pour la rédaction des statuts synodaux. Une fois ceux-ci rédigés, ils sont lus au synode de la Pentecôte 1612 et les curés sont alors invités à rédiger des mémoires s’ils souhaitent les compléter, puis ils sont imprimés en 161352. Lorsque l’évêque Achille de Harlay arrive à Saint-Malo à la Pentecôte 1632, il précise quant à lui qu’il « sera loisible à chaque bénéficier de proposer au synode avec respect et modestie tout ce qu’il estimera utile a la discipline ecclesiastique ». Cependant, le fait que les procès-verbaux ne fassent que très peu mention d’initiatives de ce genre laisse penser que ces invitations sont peu suivies d’effet. Mais cela est-il vraiment étonnant dans la mesure où les curés sont les premiers visés par les aspects disciplinaires de la Réforme catholique que les synodes et statuts synodaux visent alors à mettre en œuvre ? Ils savent cependant se saisir de la capacité d’action qui leur est accordée – et qui n’existe pas dans le diocèse de Vannes – pour formuler certaines requêtes, essentiellement dans les années 1630, c’est-à-dire au début de l’épiscopat d’Achille de Harlay. Trois requêtes sont ainsi présentées à la Pentecôte 1635. Tout d’abord, « sur la remonstrance faicte au present sinode et recuilli les voix et opignions des recteurs, a esté déliberé et arresté que les pardons et indulgences qui avoint coustumes d’estres publiees deux fois l’an ne seront publiees qu’une seulle fois ». Ensuite, « pour le faict touchant les questes que quelques gentilzhomes et gens d’aucthorité s’avancent de faire par les parroices pour les prédicateurs, sur les plaintes » des curés, il est décidé que ces quêtes devront être faites par les prédicateurs eux-mêmes. Enfin, « sur la requeste de messieurs les recteurs et proposition qu’ilz ont fait qu’il ne soit tenu qu’un sinode par chacun an, [...] a esté ordonné qu’ilz mettront leure requeste par escrit », laquelle trouvera cette fois une réponse négative. Lorsque des décisions importantes doivent être approuvées, il est question de l’unanimité du « corps du clergé dudit diocèse », mais cette expression ne doit pas abuser dans la mesure où il apparaît bien plutôt que les décisions les plus importantes sont prises par l’évêque (qu’il s’agisse de Guillaume Le Gouverneur ou d’Achille de Harlay) ou ses vicaires généraux, et que le synode joue alors un rôle de chambre d’enregistrement. En ce qui concerne ces décisions elles-mêmes, qui visent à mettre en œuvre la Réforme catholique, il est intéressant de constater que l’étude des procès-verbaux, conservés pour les périodes 1602-1615 et 1632-1652, ne présente pas de redondance avec une étude des statuts synodaux, imprimés de 1613 à 162053. En effet, toutes les questions traitées dans les statuts ne sont pas abordées lors des synodes, où l’on se concentre plutôt sur les questions pratiques alors considérées comme les plus urgentes. Il s’agit de la nécessité d’une séparation accrue entre sacré et profane, de la dignité des clercs, des évolutions liturgiques et des moyens d’améliorer l’instruction des ecclésiastiques et des fidèles.

  • 54 Voir le Répertoire des statuts synodaux, op. cit. ; encore les auteurs de ce répertoire n’ont-ils p (...)
  • 55 Henry Arnauld, op. cit., p. 410-417.
  • 56 Nous ne disposons pas de procès-verbaux des synodes.
  • 57 Henry Arnauld, op. cit., p. 407-410.
  • 58 Ibid., p. 351-406.
  • 59 Advertissemens, statutz et ordonnances aux curez et autres ecclesiastiques du diocese du Mans, leuz (...)
  • 60 Ordonnances faictes au synode de l’an 1640, par monseigneur l’evesque du Mans, Le Mans, Hierome Oli (...)
  • 61 Bruno Restif, La Révolution des paroisses, op. cit., p. 130 sq.
  • 62 Statuts synodaux pour le diocese de Sainct Brieu, faicts de l’authorité de reverend père en Dieu me (...)
  • 63 II ne nous sont connus que par le biais des références qui figurent dans les statuts imprimés en 17 (...)
  • 64 Reglements et ordonnances pour le clergé du dioceze de Treguier, Morlaix, Allienne, 1626 ; Constitu (...)
  • 65 Jean Maan, op. cit., t. 2, p. 191-196.

15Les statuts synodaux promulgués dans la province dans la première moitié du xviie siècle présentent une diversité indéniable, même si un certain nombre d’orientations et de décisions se retrouvent naturellement d’un texte à l’autre, sans que la décision prise par le clergé de France en 1615 ne paraisse jouer de rôle. Le diocèse d’Angers se caractérise par un grand nombre de promulgations, qui sont très régulières mais qui inévitablement présentent des répétitions et dont le texte est souvent court. Il s’agit là d’une tradition diocésaine remontant au Moyen Âge central, à laquelle se plient la plupart des évêques54. Dans ces conditions, la distinction entre statuts et ordonnances est parfois difficile à opérer. Claude du Rueil, évêque de 1628 à 1649, édicte des ordonnances synodales en 1631, 1634, 1640, 1642 et 1648, seules les décisions prises à la Pentecôte 1637 étant qualifiées de statuts55. Mais ces statuts, composés de trois articles, sont d’une longueur inférieure à celle des ordonnances prises ultérieurement, et leur formulation rend peu probable une participation même indirecte des curés à leur rédaction56. C’est vraisemblablement leur inscription dans la lignée des « decrets des conciles » qui leur permet d’être qualifiés de statuts. Les critères qui permettent de distinguer les ordonnances des statuts sont donc pluriels et variables, la pratique angevine ne correspondant pas tout à fait aux pratiques vannetaise et malouine déjà évoquées. En outre, s’il était considéré de façon trop rigide, le critère de la distinction entre tradition et nouveauté empêcherait de considérer les statuts novateurs (comme le sont partiellement ceux promulgués par l’évêque d’Angers Charles Miron en 162257) comme de véritables statuts synodaux. Le diocèse d’Angers bénéficie toutefois aussi de statuts synodaux constituant des ensembles systématiques, mais ils sont, inévitablement, peu nombreux. Pour la première moitié du xviie siècle, il s’agit exclusivement de ceux qui sont promulgués en 1615 par Charles Miron et de ceux qui le sont en 1617 par Guillaume Fouquet58. Les premiers sont constitués de 26 articles axés sur les questions disciplinaires, suivis d’« avertissemens pour l’instruction des confesseurs », et les seconds comportent 15 chapitres qui traitent des sacrements puis des devoirs des ecclésiastiques, du prêtre habitué au chanoine en passant par la moniale. Dans le diocèse du Mans, l’expression utilisée dans le premier quart du xviie siècle est celle d’« advertissemens, statuts et ordonnances». Ces textes publiés en 1598, 1600 et 1620 comportent respectivement 27, 12 et 49 articles, ce qui représente dans ce dernier cas 32 pages d’un volume imprimé au Mans59. Ils sont suivis en 1640 et 1644 de courtes ordonnances60. Le diocèse de Saint-Malo, quant à lui, constitue un cas presque inverse de celui d’Angers. Les statuts qui y sont imprimés en 1620 (il s’agit d’une réédition de ceux de 1619, qui consumaient eux-mêmes une réédition augmentée de ceux de 1613) comptent 1 200 pages et ont une prétention à l’exhaustivité61. Ce sont les statuts les plus volumineux qui aient été édités dans la France de l’époque moderne, et ils ne sont suivis que de quelques ordonnances, en 1635, au début des années 1640 et en 1647, qui apportent des compléments très ponctuels. Le diocèse de Saint-Brieuc bénéficie dès 1606 de statuts qui composent un petit volume de 137 pages62. Les statuts promulgués en 1624 et 1654, dont nous n’avons pas conservé le texte, paraissent en constituer essentiellement une répétition dans le premier cas et un complément dans le second63. Des statuts composant de véritables ensembles sont imprimés en 1626 pour Tréguier, en 1630 pour Saint-Pol-de-Léon (ils rassemblent des textes promulgués lors des synodes de 1629 et 1630), en 1642 pour Nantes, en 1657 seulement pour Quimper64. Le siège de Rennes pâtit de son importance politique, qui incite à y placer des évêques choisis davantage pour leur fidélité politique que pour leur dynamisme pastoral, l’épisode de la Ligue, avec Aymar Hennequin, ayant probablement renforcé les préventions. Il faut attendre 1682 pour que des statuts y soient promulgués, et ceux d’Aymar Hennequin doivent donc servir de référence tout au long du xviie siècle. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce n’est qu’en 1640 que des statuts synodaux, composés de 34 articles, sont promulgués pour le diocèse de Tours65. Dans le diocèse de Dol, assez peu marqué par la Réforme catholique, seules quelques ordonnances sont prises en 1618, et le cas de Vannes a déjà été évoqué.

  • 66 Alison Forrestal, Fathers, pastors and kings. Visions of episcopacy in seventeenth-century France, (...)
  • 67 Frédéric Jouon des Longrais, Jacques Doremet, sa vie et ses ouvrages (...), Rennes, Plihon et Hervé (...)
  • 68 Je ne partage absolument pas l’analyse qu’en fait Georges Minois dans La Bretagne des prêtres en Tr (...)
  • 69 Paul Broutin, La Réforme pastorale en France au xviie siècle. Recherches sur la tradition pastorale (...)
  • 70 L’entreprise n’aboutit qu’en 1680. Voir Isabelle Bonnot, Hérétique ou saint ? Henry Arnauld, évêque (...)

16Comme l’a souligné Alison Forrestal dans son étude des « visions » de l’épiscopat en France, les modèles et références qui déterminent les politiques épiscopales sont multiples66, d’où une certaine diversité des statuts synodaux. La réalité du terrain, qui a pu être mesurée par exemple par le biais de visites pastorales, est certes un élément qui entre en compte dans la rédaction des statuts, mais vraisemblablement moins que le recours à des modèles normatifs – même s’il y a évidemment en la matière une dialectique-, qui précisent et complètent des décrets tridentins souvent trop généraux ou théoriques. Les statuts promulgués à Angers et au Mans au début du xviie siècle sont ceux qui s’inspirent le plus des décrets du concile de 1583. Quant aux statuts les plus borroméens, il s’agit incontestablement de ceux qui sont imprimés pour le diocèse de Saint-Malo de 1613 à 1620. Ils ont vraisemblablement été élaborés pour l’essentiel par trois vicaires généraux, ainsi que par l’évêque Guillaume Le Gouverneur. Ces vicaires sont le chanoine Jacques Doremet, un converti (il a abjuré le protestantisme en 1601) auteur d’ouvrages de controverse et d’apologétique, le bénédictin anglais Guillaume de Gifford, ancien théologal de l’Église de Milan, et le chanoine Jean Le Marié, qui a écrit une Vie de Charles Borromée et a annoté le Rituel malouin de 161767. A leur tour, ces statuts en influencent d’autres, notamment ceux du diocèse de Tréguier, imprimés en 162668. Sur ce demi-siècle, une des principales évolutions d’ensemble réside dans l’intérêt de plus en plus grand qui est porté aux aspects matériels du culte, les statuts promulgués à Nantes en 1642 présentant de ce point de vue un cas particulièrement abouti. Enfin, les statuts synodaux apparaissent de plus en plus comme un symbole du renforcement du pouvoir épiscopal, de ce « hiérarchisme » que signalait Paul Broutin69, et qu’illustrent dans la seconde moitié du siècle les compilations, suivant un ordre chronologique, de statuts d’un même diocèse, le cas le plus caractéristique étant celui d’Angers, sur la décision prise en 1651, soit très peu de temps après son accession à l’épiscopat, de l’évêque « janséniste » Henry Arnauld70.

17Ainsi, le cas de la province ecclésiastique de Tours permet de mettre en évidence la variété des situations et la complexité des évolutions pendant une période qui, des lendemains du concile de Trente au milieu du xviie siècle, s’avère d’une grande importance dans l’histoire des conciles provinciaux et des synodes diocésains. Le concile de 1583 permet très partiellement de donner une cohérence à une province ecclésiastique qui demeure fragilisée par les prétentions bretonnes, et en retour par les préventions du pouvoir royal. Au xviie siècle, les assemblées du clergé font triompher le cadre national, déjà prégnant dans la seconde moitié du xvie siècle du fait des relations étroites entre politique et religion dans un contexte d’affrontements souvent guerriers, fragilisant plus encore le cadre provincial, qui a aussi fortement pâti de l’épisode ligueur. Mais c’est encore le cadre diocésain qui s’avère le plus pertinent, les situations variant fortement d’un diocèse à l’autre, aussi bien en ce qui concerne le fonctionnement de l’institution synodale, qui n’a pas pour seul objet la production ou la diffusion d’une législation, qu’en ce qui concerne cette législation elle-même. En effet, l’application de la Réforme catholique ne se confond pas avec une diffusion des décrets tridentins, qui ne traitent pas de tous les sujets, qui peuvent être considérés comme trop théoriques au vu de préoccupations souvent pratiques, ou qui peuvent faire l’objet d’adaptations. Il existe donc une pluralité de sources normatives, qui sont plus ou moins confrontées aux réalités du terrain et qui font l’objet de choix de la part des acteurs, au premier rang desquels figurent certes les évêques, mais aussi certains vicaires généraux, alors que les bénéficiers assemblés en « corps du clergé » à l’occasion des synodes y contribuent très peu, bien qu’ils aient parfois la possibilité de le faire. De ce fait, la différence entre statuts synodaux et ordonnances synodales apparaît souvent difficile à opérer, d’autant que les critères de distinction sont pluriels et variables. L’existence de véritables traditions, ou originalités, diocésaines se manifestent dans le fonctionnement de l’institution synodale, dans les modes de promulgation de la législation et dans la reprise de la législation diocésaine antérieure. Pour autant, des statuts en influencent d’autres, d’un diocèse à l’autre, tandis que des préoccupations nouvelles apparaissent. Mais finalement, au milieu du xviie siècle, synodes et statuts synodaux se révèlent être à la fois des outils et des symboles du renforcement du pouvoir épiscopal, ce qui permet à celui-ci d’apparaître comme l’acteur principal de la mise en œuvre de la Réforme catholique. Il s’agit pourtant là d’une réalité partielle, qui masque l’investissement d’autres acteurs, et cet effet d’optique aura une grande influence sur les lectures ultérieures du processus réformateur.

Notes

1 André Artonne, Louis Guizard, Odette Pontal, Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne France du xiiie à la fin du xviiie siècle, Paris, CNRS, 1964. L’ouvrage de J. Michael Hayden et Malcolm R. Greenshields, Six Hundred Years of Reform. Bishops and the French Church, 1190-1789, Montreal and Kingston, McGill-Queen’s University Press, l’a fortement rappelé en 2005.

2 Le premier tome du Répertoire des visites pastorales de la France est publié en 1977 (Paris, CNRS). L’ouvrage de J. Michael Hayden et Malcolm R. Greenshields, op. cit., s’intéresse aux visites pastorales autant qu’aux statuts synodaux et développe une approche essentiellement quantitative, en privilégiant le cadre de la province ecclésiastique. Un premier résultat de l’application (tardive) d’une méthode résolument quantitative à l’étude des statuts synodaux a été publié par les mêmes auteurs en 2001 (« Les Réformations catholiques en France : le témoignage des statuts synodaux », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. 48-1, 2001, p. 5-29). En ce qui concerne l’histoire des mentalités, Odette Pontal a publié en 1990 une étude des statuts synodaux médiévaux qui s’y intègre très bien (Odette Pontal, Clercs et laïcs au Moyen Age d’après les statuts synodaux, Paris, Desclée/Prost, 1990), mais l’ouvrage ne paraît pas avoir rencontré l’écho qu’il méritait, peut-être parce que l’histoire des mentalités était alors déjà en crise.

3 Voir à ce sujet Alain Talion, Le concile de Trente, Paris, Cerf, 2000, p. 65 sq. particulièrement.

4 Marc Venard est l’un des premiers à avoir attiré l’attention sur le rôle des conciles provinciaux à l’époque moderne (« Un concile provincial oublié : le concile d’Embrun en 1583 », Provence historique, t. 92, 1992, p. 625-644).

5 Henry Arnauld, Statuts du diocèse d’Angers, Angers, Avril, 1680 ; rééd. Paris, Dezallières, 1680, p. 303-308 (c’est cette seconde édition que j’ai utilisée). La formulation adoptée dans le dernier article des statuts promulgués à la Saint-Luc 1564 laisse entendre qu’il n’y aura pas de convocation pour la Pentecôte 1565.

6 Henry Arnauld, op. cit., p. 282-302.

7 L’on notera que la note qui figure à ce sujet dans le Répertoire des statuts synodaux (op. cit., p. 53) indique l’année dans l’ancien style.

8 Marc Venard, Le catholicisme à l’épreuve dans la France du xvie siècle, Paris, Cerf, 2000, p. 113-114 par exemple.

9 Gabriel Bouvery a assisté au colloque de Poissy puis aux sessions du concile de Trente.

10 Bruno Restif, « La réglementation synodale et conciliaire dans le diocèse de Rennes, du milieu du xve à la fin du xvie siècle », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique et historique du département d’Ille-et-Vilaine, t. CXIII, 2009, p. 71-92.

11 C’est ce que souligne Alain Talion, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, Ecole française de Rome, 1997, p. 645-647 notamment.

12 Bruno Restif, « Les débuts de la Réforme catholique et l’héritage médiéval. Les statuts synodaux de Denis Briçonnet, évêque de Saint-Malo (1515) », Bretagne et Religion, vol. 3, Vannes, Institut Culturel de Bretagne, 2002, p. 61-78. Les statuts promulgués, au Mans, par les vicaires généraux de Louis de Bourbon sont présentés dans le Répertoire des statuts synodaux (op. cit., p. 298) comme datant de 1525 et de 1530, mais cela ne correspond pas à ce que j’ai trouvé à la Bibliothèque diocésaine du Mans. En effet, les premiers statuts, imprimés, y sont datés de 1535, et les seconds, imprimés également, ne sont pas datés mais apparaissent postérieurs.

13 François Lebrun (dir.), Le diocèse d’Angers, Paris, Beauchesne, 1981, p. 108 sq. ; Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L’autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, Paris, Belin, 2001, p. 72-73.

14 Sur la ville de Tours elle-même, voir David Nicholls, « Protestants, Catholics and Magistrates in Tours, 1562-1572 : The Making of a Catholic City during the Religious Wars », French History, vol. 8, no 1, 1994, p. 14-33.

15 Bruno Restif, « Les synodes du diocèse de Saint-Malo aux xvie et xviie siècles », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 89, 2003, p. 345-361.

16 Claude Michaud, L’Eglise et l’argent sous l’Ancien Régime. Les receveurs généraux du clergé de France aux xvie-xviie siècles, Paris, Fayard, 1991.

17 Stefano Simiz, « Conciles provinciaux des xvie et xviie siècles. L’exemple de la métropole rémoise », dans « La province ecclésiastique de Reims », Actes de la Journée d’étude de l’Université de Reims (9 novembre 2007), Travaux de l’Académie nationale de Reims, t. 178, 2008, p. 381-394.

18 Voir notamment Denis Crouzet, La sagesse et le malheur. Michel de L’Hospital, chancelier de France, Seyssel, Champ Vallon, 1998, et Le haut cœur de Catherine de Médicis. Une raison politique aux temps de la Saint-Barthélemy, Paris, Albin Michel, 2005.

19 Étienne Catta, « Les évêques de Nantes du début du xvie siècle aux lendemains du condle de Trente et aux origines de la ‘Renaissance catholique’ (1500-1617) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LI, 1965, p. 23-70. D’après Elizabeth C. Tingle, l’évêque réunirait cependant régulièrement des synodes (Authority and society in Nantes during the French wars of religion, 1559-98, Manchester, Manchester University Press, 2006, p. 168).

20 Constitutions synodales pour l’evesché de Rennes, ville capitale des pays et duché de Bretagne, Rennes, Julien du Clos, 1575.

21 Bruno Restif, La Révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne aux xvie et xviie siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes/Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 2006.

22 Harengue prononcée devant le Roy, séant en ses Estats generaux à Bloys, par reverend pere en Dieu messire Pierre d’Epinac, archevesque-comte de Lyon, primat des Gaules, au nom de l’estat ecclesiastique de France, Paris, P. L’Huillier, 1577. On peut voir aussi Guillaume de Taix, Mémoires des affaires du clergé de France, concertees et deliberees ezpremiers Estats de Blois de 1576, et depuis ez assemblees generales dudict clergé, tenues par permission du Roy, tant en la ville de Melun qu’en l’abbaye S. Germain des Prez lez Paris, ès annees 1579, 80, 85 et 86, Paris, s.n., 1625. À Melun, l’intervention de l’évêque de Saint-Brieuc Nicolas Langelier est particulièrement remarquée.

23 Selon le texte de l’édit de Melun.

24 Victor Martin, Le gallicanisme et la Réforme catholique. Essai historique sur l’introduction en France des décrets du concile de Trente (1563-1615), Paris, Picard, 1919 ; Robert Taupin (éd.), Correspondance du nonce en France Giovanni Battista Castelli (1581-1583), Paris, E. de Boccard, 1967 (voir notamment la lettre du 4 décembre 1582, p. 452-455).

25 C’est ce que laissent entendre les appréciations de Guy-Marie Oury sur sa personne, dans l’Histoire religieuse de la Touraine, CLD, 1975, p. 159-160 (« Simon de Maillé était un homme timide, facile à déconcerter », « il gouverne à distance ; mal, semble-t-il »). Mark Ormerod, dans The life and work of Simon de Maillé, archbishop of Tours, 1554-1597, with spécial reference to his role in the French Counter-Reformation of the sixteenth century, mémoire de maîtrise sous la direction de Robert Sauzet, Université de Tours, 1980, ne donne pas une impression différente (« a man of little energy », p. 39).

26 Nicolas Travers, Concilia provinciae Turonensis (manuscrit du xviiie siècle conservé à la Bibliothèque municipale de Nantes).

27 C’est l’hypothèse, très crédible, avancée par Mark Ormerod, op. cit., p. 41.

28 Paul Parfouru, « Les délégués de l’archevêque de Tours en Bretagne (1570-1790) », Bulletin et Mémoires de la Société d’Archéologie d’Ille-et-Vilaine, t. 23, 1894, p. 381-446. Sur le concile provincial de 1528, les informations sont fournies par Nicolas Travers dans les Concilia provinciae Turonensis (Bibliothèque municipale de Nantes, ms. 38, fol. 62-75). Sur le privilège en question, confirmé le pape Pie II en 1459, voir Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un État, Paris, De Boccard, 1928, rééd. 2000, Coop Breizh, p. 497.

29 Synodi provincialis Turonensis partim Turoni mense maio, partim Andegavi mense septembre, anno Domini millesimo quingentesimo octogesimo tertio habitue, decreta, Paris, Beys, 1585 ; Les decrets du concile provincial de Tours, tenu partie à Tours au mois de may, partie à Angers au mois de septembre, Tan de nostre salut mil cinq cens quatre vingt trois, Paris, Beys, 1585.

30 Canon 18 du décret de réforme de la 23e session.

31 Cf. ci-dessus.

32 Voir à ce sujet Alain Talion, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 110-122.

33 Victor Martin, op. cit., p. 167 sq.

34 Sur ce sujet, je remercie vivement Clément Meunier de m’avoir communiqué le résultat des dépouillements qu’il a réalisés aux Archives du Vatican (Archivio Segreto Vaticano, Congr. Concilio, Concilia, 94).

35 Synodi provincialis Turonensis, op. cit. ; Les decrets du concile provincial de Tours, op. cit.

36 Henry Arnauld, op. cit., p. 325-329.

37 Histoire religieuse de la Touraine, op. cit. ; Mark Ormerod, op. cit. Le Répertoire des statuts synodaux, op. cit., signale des statuts pour 1587, mais il s’agit apparemment d’une erreur, la cote qui est indiquée pour l’ouvrage (qui, d’après les auteurs, manquerait en place, ce qui demeure vrai) correspondant en lait à celle des Décrets du concile provincial de Tours, autrement dit à la traduction effectuée par Simon Gallant qui est publiée en 1585.

38 Philippe du Bec promulgue quelques statuts en 1588 (Migne, Dictionnaire universel et complet des conciles tant généraux que particuliers, des principaux synodes diocésains, et des autres assemblées ecclésiastiques les plus remarquables, t. II, col. 25).

39 Sur les débuts de la Ligue, on peut toujours se référer à Robert Harding, « Revolution and Reform in the Holy League : Angers, Rennes, Nantes », The Journal of Modem History, t. 53, 1981, p. 379-416.

40 Gilles Foucqueron, Malouin suis. Une République sous la Ligue, Saint-Malo, Chez l’Auteur, 1989.

41 Guy Saupin, Nantes au temps de l’édit, La Crèche, Gestes Éditions, 1998.

42 Joseph Bergin, The Making of the French Episcopate, 1589-1661, New Haven and London, Yale University Press, 1996, p. 47 (« the last successful épiscopal election »).

43 Jean Maan, Sancta et metropolitana ecclesia Turonensis sacrorum pontificum suorum ornata virtutibus et sanctissimis conciliorum institutis decorata, Tours, 1667.

44 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 607 ; Paul Parfouru, art. cit., p. 388-391 particulièrement ; Etienne Vo Duc Hanh, Les causes matrimoniales devant l’officialité de Léon au xviiie siècle, Université des sciences humaines de Strasbourg, 1982. Sur le privilège permettant aux Bretons de ne pas être cités hors du diocèse, cf. supra, note 28 ; ce privilège a été confirmé par le roi de France Charles VIII en 1492-1493, puis l’édit d’Union de 1532 déclare maintenir en général les privilèges de l’Église bretonne, et en 1549 le Parlement de Bretagne rappelle le principe (Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, op. cit., p. 680 et 684).

45 Joseph Bergin, op. cit., p. 398 et 468-469 particulièrement.

46 Pierre Blet, Le clergé du Grand Siècle en ses assemblées, 1615-1715, Paris, Cerf, 1995.

47 Sur ce sujet, les archives les plus intéressantes sont celles qui ont été conservées pour le diocèse de Tréguier (Archives départementales des Côtes-d’Armor, 2 G 39). La Bretagne tend parfois à y apparaître comme une entité distincte à l’intérieur de la province ecclésiastique.

48 Archives départementales du Morbihan, 40 G 1 à 3 (pour les synodes du diocèse de Vannes) ; Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 82 et 1 G 83/1 (pour les synodes du diocèse de Saint-Malo).

49 Extraits des ordonnances et reglemens des cours de visite de monseigneur l’illustrissime et reverendissime messire Sebastien de Rosmadec evesque de Vennes, conseiller du Roy en ses conseils d’estat et privé, Vannes, Joseph Moricet, 1642.

50 Quant à la distinction entre « ordonnances » et « statuts » qu’annonce le titre, elle apparaît dans les laits bien difficile à opérer.

51 Bruno Restif, « Les synodes du diocèse de Saint-Malo (...) », art. cit.

52 Guillaume Le Gouverneur, Statuts synodaux, Saint-Malo, Marcigay, 1613.

53 Guillaume Le Gouverneur, Statuts synodaux, op. cit. ; rééditions augmentées en 1619 et 1620.

54 Voir le Répertoire des statuts synodaux, op. cit. ; encore les auteurs de ce répertoire n’ont-ils pas relevé toutes les occurrences.

55 Henry Arnauld, op. cit., p. 410-417.

56 Nous ne disposons pas de procès-verbaux des synodes.

57 Henry Arnauld, op. cit., p. 407-410.

58 Ibid., p. 351-406.

59 Advertissemens, statutz et ordonnances aux curez et autres ecclesiastiques du diocese du Mans, leuz et publiez au synode dudict diocese tenu le jeudy vingt deuxiesme d’octobre l’an mil cinq cens quatre vingtz dix huict, Le Mans, Hierome Olivier, 1598 ; les statuts promulgués en 1600 sont imprimés sans titre (mais l’expression adoptée en 1598 est reprise dans le préambule), ni indication de l’imprimeur ; Advertissemens, statuts et ordonnances aux curez et autres eclesiastiques du diocese du Mans, leuz et publiez au synode dudit diocese, tenu le mercredy sixiesme de may l’an mil six cens vingt, Le Mans, Gervais Olivier, 1620.

60 Ordonnances faictes au synode de l’an 1640, par monseigneur l’evesque du Mans, Le Mans, Hierome Olivier, 1640 ; Ordonnances faictes et publiees au synode de l’an 1644.

61 Bruno Restif, La Révolution des paroisses, op. cit., p. 130 sq.

62 Statuts synodaux pour le diocese de Sainct Brieu, faicts de l’authorité de reverend père en Dieu messire Melehior de Marconnay, evesque dudict lieu, l’an 1606, Saint-Malo, Marcigay, 1606.

63 II ne nous sont connus que par le biais des références qui figurent dans les statuts imprimés en 1723 (Statuts du diocèse de Saint-Brieuc, imprimez par l’ordre de Monseigneur l’illustrissime et reverendissime messire Pierre Guillaume de La Vieuxville, evèque et seigneur de S. Brieuc, Rennes, Garnier, 1723).

64 Reglements et ordonnances pour le clergé du dioceze de Treguier, Morlaix, Allienne, 1626 ; Constitutiones synodales illustrissimi ac reverendissimi D. D. Renati de Rieux epicopi Leonensis, promulgatae Paulipoli in Leonia annis 1629 et 1630, Paris, Michel Soly, 1630 ; Decrets et statuts synodaux du diocese de Nantes, faits et dressez par messire Gabriel de Beauvau evesque dudit lieu, conformement aux decisions des saints conciles et constitutions canoniques, et publiés en son synode dans son palais épiscopal le 12 juin 1642. Lesquels sont très utiles à tous recteurs et ecclesiastiques pour apprendre parfaitement leur charge, et à faire dignement leur devoir en la profession à laquelle Dieu les a appeliez, Nantes, Veuve Pierre Doriou, 1642 ; Statuta synodalia diocesis Corisopitensis seu Cornubiensis. Authoritate illustrissimi ac reverendissimi domini Renati du Louet, dictae diocesis dei et Sanctae Sedis apostolicae gratia episcopi et comitis, de consilio venerabilis capituli insignis Ecclesiae cathedralis Corisopitensis, Quimper, Jean Hardouyn, 1657. À Nantes sont promulgués en 1646 des statuts synodaux, composés de 6 articles, qui ne font pas l’objet d’une impression (Travers, Concilia provinciae Turonensis).

65 Jean Maan, op. cit., t. 2, p. 191-196.

66 Alison Forrestal, Fathers, pastors and kings. Visions of episcopacy in seventeenth-century France, Manchester, Manchester University Press, 2004.

67 Frédéric Jouon des Longrais, Jacques Doremet, sa vie et ses ouvrages (...), Rennes, Plihon et Hervé, 1894 ; Marcel Monnier, « Le parcours de Jean Lemarié, chanoine de la cathédrale Saint-Vincent de Saint-Malo (1577-1638) », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique et historique du département d’Ille-et-Vilaine, t. CXI, 2007, p. 27-53.

68 Je ne partage absolument pas l’analyse qu’en fait Georges Minois dans La Bretagne des prêtres en Trégor d’Ancien Régime, s.l., Beltan, 1987, p. 100-101.

69 Paul Broutin, La Réforme pastorale en France au xviie siècle. Recherches sur la tradition pastorale après le concile de Trente, Paris, Desclée, 1956, t. 2, p. 533-535.

70 L’entreprise n’aboutit qu’en 1680. Voir Isabelle Bonnot, Hérétique ou saint ? Henry Arnauld, évêque janséniste d’Angers au xviie siècle, Paris, Nouvelles éditions latines, 1984.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search