Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Les statuts synodaux des diocèses de sens et d’Auxerre, du concile de trente à la révolution française

Pierre-Marie Lhoste

Texte intégral

1Le diocèse de Sens et d’Auxerre, établi en 1821 dans le territoire du département de l’Yonne, porte l’héritage de deux sièges épiscopaux antérieurs à 313. Étant limitrophes, leur histoire a toujours été proche.

2Au xvie siècle, le vaste diocèse de Sens incluait les villes de Provins, Melun, Etampes, Montargis, Joigny. Il comprenait 765 paroisses. L’archevêque avait sept suffragants. Quand, en 1622, Paris devint archevêché métropolitain, au grand dam du haut clergé sénonais, Sens garda Auxerre, Nevers et Troyes.

3Le territoire du diocèse d’Auxerre, plus restreint, moins peuplé, moins riche et divisé en 210 paroisses, couvrait le sud-ouest de l’Yonne et le nord de la Nièvre. Germain dit l’Auxerrois († 448) est son plus grand saint.

4Peu avant Trente un concile provincial de Sens est réuni à Paris par l’archevêque, Antoine cardinal Duprat, de février à octobre 1528. Il condamne fermement en douze décréta fidei le mouvement suscité par Luther et par quarante decreta morum il mobilise la Province pour des réformes urgentes. Il prélude aux importantes décisions du grand concile général. Jusqu’en 1789, aucun autre concile provincial ne sera réuni. Un dernier le sera en septembre 1850.

5Au synode diocésain, l’évêque convoque ses curés et ses prêtres pour publier des règlements et ordonnances, précisant certains points des normes générales de l’Église. À Sens, à Auxerre comme ailleurs, les statuts synodaux répondent à deux questions : quelle tâche pour le curé ? Quel comportement pour le prêtre séculier ?

6La périodicité dépend de la présence de l’évêque et de la paix civile régnant dans la contrée. La publication de statuts ne se fait pas à chaque synode. Parfois il y a quelques feuillets ; parfois un évêque rassemble ou réédite. Ces livres aux dimensions modestes abordent de nombreux sujets. Intégrant des dispositions de conciles généraux (vg. Trente) et provinciaux (vg. Sens) il y a des continuités, des ressemblances ou de la copie.

7Dans cette communication, ne seront abordés que quelques points saillants par un choix forcément personnel.

I. Les statuts synodaux de Sens

en latin

statuts du cardinal Louis de Bourbon, 1554

en français

statuts d’Henri de Gondrin, 9.1658

statuts d’Hardoin Fortin de la Hoguette, 24.9.1692

statuts de Jean-Joseph Languet de Gergy, 1746

A. Louis de Bourbon

8Prince du sang, nommé à dix-sept ans évêque et duc de Laon et créé cardinal, Louis de Bourbon cumulait plusieurs sièges épiscopaux quand il fut promu en plus archevêque de Sens en 1535 († 1557). Il réunit un synode diocésain le mardi avant la Pentecôte 1554. Il y promulgue des statuts semblables en tout aux précédents de 1524, sauf pour ce qui concerne les doyens. Neuf pages élaborées en plusieurs synodes renforcent leur rôle et leur autorité. La réforme de l’Eglise, déjà engagée par le concile de Trente, doit, pour être efficace, s’appuyer sur l’encadrement des curés ; c’est le plus urgent.

9Le recueil s’ouvre sur la convocation et “l’ordre du synode” : prière d’ouverture Exaudi nos Domine, et Veni Créator, texte et musique, puis lecture des excuses des absents. Les non-excusés sont déclarés contumaces. Enfin la prière finale, De profundis et Te Deum.

10La partie la plus longue porte sur les “Sacrements et sacramentaux”. Le baptême, la pénitence et le mariage sont plus développés. On trouve pour chacun quelques points de théologie, de dispositions de droit et des indications pratiques, par exemple le modèle de l’acte du registre paroissial. Ce rappel est important face aux contestations des Réformés qui reconnaissent seulement deux sacrements.

11Ensuite une autre partie règle des points de la vie des prêtres en rappelant des dispositions canoniques en vigueur.

B. Henry de Gondrin

12Issu d’une vieille famille du sud-ouest, Henry de Gondrin est un jeune seigneur qui mène grand train. Il se mêla à la Fronde. À 27 ans, il succède à son oncle, Octave de Bellegarde comme archevêque de Sens (1646-1674). Il fit une conversion spirituelle inspirée par le jansénisme dans le temps où, en septembre 1658, il réunit un synode et promulgua ses statuts. Sur 950 curés, prieurs et abbés sont convoqués ; 800 furent présents.

13Les statuts sont édités avec une particularité : dans les marges, sont notées un grand nombre de références, représentant environ un tiers du texte. Elles sont générales : conciles de Trente, du Latran IV, de Milan, etc. ; écrits de Charles Borromée ; ou locales : synodes de Sens, 1524, 1554, concile provincial de 1528 ; et même des ordonnances royales.

14Dans la préface l’archevêque demande aux prêtres de recevoir ces statuts « avec respect, comme une règle de conduite et un soulagement pour le sacré ministère et non comme un joug et une servitude... ». Les prêtres ont des obligations envers le peuple notamment la résidence et la réputation sans tache (cf. Trente session 14). Devançant les réactions, il écrit : « Vous considérez que si la vie d’un chrétien doit être une pénitence perpétuelle, selon l’oracle du Concile de Trente, celle d’un prêtre se doit passer dans les larmes et que les divertissements du siècle sont interdits à ceux qui sont obligés de pleurer sans cesse, pour réconcilier avec Dieu les pécheurs qui irritent sa colère par une vie licencieuse et abominable ». Puis : « Nous ne puissions rien faire sans luy, nous puissions faire toutes choses par son moyen ».

15Les statuts abordent d’abord la réforme du clergé. Les devoirs des curés sont rappelés : « distribuant le pain de la parole, leur administrant les grâces par les sacrements, attirant les bénédictions du Ciel par leur sacrifice et leur prière ». On reconnaît les tria munera.

16Voici quelques points relevés : Liste de livres recommandés aux prêtres : Sainte Bible en édition vulgaire avec quelques commentaires. La petite somme des conciles de Carenza, le concile de Trente, le Catéchisme romain, la Somme de St. Thomas, l’instruction de Charles Borromée aux confesseurs, L’introduction à la vie dévote, etc. Ne passer aucun jour sans faire quelque bonne lecture et surtout du Nouveau Testament, selon le conseil de St. Jérôme.

17Pour célébrer la messe ou entendre les confessions, il faut avoir l’approbation par écrit, chaque année. Mais on ne veut exclure personne « sauf de la Société des Jésuites interdits dans toute l’étendue du diocèse ! ». Pourtant ils ont la responsabilité du Collège de Sens !

18Des consignes particulières sont données pour la prédication pendant l’Avent et le Carême ainsi que pour le catéchisme « au moins deux fois la semaine ».

19Par le style, les menaces de sanctions, l’archevêque donne un sérieux tour de vis à ses prêtres.

20Après la réforme du clergé, les sacrements sont abordés. Voici des recommandations pour la messe du dimanche : Le dernier concile provincial demande aux fidèles d’entendre la messe à leur paroisse « au moins de trois dimanches l’un, sous peine d’excommunication ». Elle doit être célébrée partout « à 8h en été et à 9h en hiver » sauf permission expresse de l’Ordinaire. Dans les villes, l’horaire est plus souple.

21Le curé doit faire le prône tous les dimanches sous peine de « suspense ». Ensuite, il doit faire des exhortations ou des explications de l’évangile ou des mystères de la religion et parfois lire les « décrets de l’Eglise ».

22Les statuts s’achèvent par une consigne impérative : dans trois mois chaque ecclésiastique devra posséder une copie des statuts à présenter à la visite de l’évêque ou de l’archidiacre et tous les ans au synode. Magistrats, juges, et seigneurs des lieux sont invités à coopérer avec l’Eglise pour leur application.

23Trois ordonnances sont ensuite insérées dans le recueil. 1) Pour le catéchisme et la réformation des mœurs ecclésiastiques ; 2) Pour l’établissement d’un séminaire à l’exemple de St. Charles Borromée pour Milan. Ce sera une réalisation majeure pour le clergé ; 3) Pour les Conférences ecclésiastiques. Un règlement minutieux et très élaboré l’accompagne. Dans tout le diocèse sont organisés quarante groupes de vingt à vingt-cinq prêtres. Ils doivent se réunir une journée par mois pour prier, déjeuner et travailler ensemble. Sont prévus la manière de célébrer, le genre de menu, et surtout les sujets à aborder, soit au choix des prêtres, soit à la demande de l’Ordinaire. Un compte rendu précis doit être fourni à chaque conférence.

24Le manuel s’achève avec la liste des Cas réservés pour le diocèse de Sens : présentés dans l’ordre des commandements de Dieu, auxquels est ajoutée la gourmandise. La procédure d’absolution est assez lourde. Les doyens ruraux ont des pouvoirs élargis pour ne pas obliger les pénitents à aller trop loin. Pour certaines personnes éloignées, plus faibles, la procédure est adoucie.

C. Hardoin Fortin de la Hoquette

25Hardoin Fortin de la Hoguette (1685-1715) s’était beaucoup fatigué à Poitiers, pour ramener des huguenots à la foi catholique. Il n’arriva à Sens que le 20 août 1692, mais dès le 24 septembre il tint synode et promulgua ses statuts. Il reprend ceux de son prédécesseur – même préface, même plan – mais « ne s’empêche pas de modifier, d’ajouter, de raccourcir ». Les références marginales ont disparu. Un titre Du séminaire, de la tonsure et de l’Ordre intègre les dispositions de l’ordonnance de Gondrin. Surtout le ton général est beaucoup moins sévère et plus pastoral.

26Rien sur les « Conférences ecclésiastiques ». Le « Règlement des taxes et rétributions », est signé Gondrin avec les mêmes montants ! Apparaissent le Décret de Réformation du Saint Concile de Trente touchant le mariage ; le prône des dimanches comportant vingt-quatre pages dont la lecture à la messe paroissiale est obligatoire ; un Abrégé des principales vérités de la foi. Selon l’évêque, « cette instruction est très claire et très courte qui renferme pourtant en substance tous les principaux articles de notre croyance ». C’est un credo un peu développé et une courte présentation des sept sacrements. Les prêtres doivent lire cette instruction à toutes les premières messes célébrées avant la messe paroissiale des dimanches et fêtes. L’archevêque tient à ce qu’au cours des célébrations dominicales il y ait toujours une partie d’enseignement.

D. Jean-Joseph Languet de Gergy

27Venu de Soissons, Jean-Joseph Languet de Gergy (1730-1753) eut à Sens beaucoup de démêlés avec des curés et des communautés religieuses gagnés au jansénisme. Il en aura aussi dans sa province avec Cayl us évêque d’Auxerre et Bossuet, un neveu, évêque de Troyes. Il a pu être qualifié de « champion de la Bulle Unigenitus » par laquelle Clément XI, en 1713, condamna cette doctrine

28Le nom de Languet n’apparaît que sur la page de garde des Statuts édités en 1746. Ils ne font que reprendre ceux de la Hoguette et même la préface de Gondrin ! Des textes royaux sont ajoutés dont l’édit d’Henry II Sur les assassinats de nouveaux-nés par les proches et sans baptême (1556) pour qu’il soit lu au Prône, de trois mois en trois mois et un édit de Louis XIV (1697) Sur les formalitez qui doivent être observées dans les mariages. Visiblement, ce n’est pas avec des statuts synodaux que l’archevêque voulut mobiliser son clergé.

II. Les statuts synodaux d’Auxerre

en latin

statuts de François de Dinteville II, 3. 5. 1552

en français

statuts de François de Donadieu, 12. 4. 1622

statuts de Pierre de Broc, 6.5.1642 (24 p.)

statuts d’André Colbert, 4.5.1695 (256 p.)

statuts de Charles de Caylus, 18 et 19.6.1738 (270 p.)

A. François de Dinteville II

29François de Dinteville II (1530-1554) succéda à François de Dinteville I, son oncle, qu’il était venu assister. Après trois ans d’ambassade à Rome, il s’occupa activement de son diocèse. Calomnié auprès du roi et réfugié dans les États du Pape, il revint dès qu’il fut reconnu innocent. C’était un homme très sobre, travailleur, ami de l’étude et des beaux-arts. Il publia un Processionnal, un Missel et un Rituel. Ses statuts furent promulgués le mardi 3 mai 1552 dans le temps du Concile de Trente. Une pars prior comprenait 56 articles, présentés plutôt pêlemêle et une pars posterior de 9 articles sur les sacrements.

30Le no 11 fait obligation aux curés de résider dans leur paroisse. Le no 12 interdit la pratique des « sous-vicaires ». Le no 44 fait défense de lire les écrits de Luther, Oecolampade, Zwingli, Calvin, Philippe Mélanchton « et aliorum ejus farina authorum ». Le no 46 rappelle les jours de jeûne : Carême, Quatre-temps et dix vigiles.

31L’article pour le baptême détaille la parenté spirituelle contractée au parrainage. Soit entre parrain et filleul ; parrain et parents du filleul ; enfants du parrain et le filleul ; la femme du parrain et le filleul et de même entre le baptisant et le filleul. Heureusement Trente réduira à parrain et filleul cette parenté spirituelle qui entraînait un empêchement au mariage et qui était la source de bien des contestations.

32Auxerre traversa une période très sombre. D’une part deux évêques en quête de promotion firent un passage-éclair et un cardinal, ambassadeur à Rome ne vint jamais dans son diocèse ; d’autre part le parti huguenot conduit par le prince de Condé prit la ville par ruse. Toute la région fut en proie à la guerre, aux exactions et à la ruine des monuments religieux.

33L’épiscopat de Jacques Arnyot (1570-1593) apporta une période de relèvement et d’accalmie. Mais les Auxerrois tous acquis aux Guise trouvèrent leur évêque trop favorable à Henri de Navarre, le prétendant au trône. Après sa mort, personne n’accepta le siège.

B. François Donadieu

34François Donadieu (1599-1625) était seulement clerc tonsuré lorsque le nouveau roi, Henri IV, le présente à l’investiture papale. Méfiant, le St. Siège le trouva par trop novice. Il se rendit alors à Rome, y fit bonne figure et étudia jusqu’au grade de docteur. Innocent IX l’ordonne lui-même évêque, mais il passe encore l’année sainte (1600) à Rome avant son entrée solennelle en avril 1601. Auxerre était resté huit ans sans évêque.

35Chaque année F. Donadieu convoque « ceux qui doivent assister au synode » et fait prier les diocésains à cette intention. Le 12 avril 1622, il promulgue des statuts dont le plan suit, en 18 chapitres, la liste des sacrements. En voici quelques points :

36Chap. 2 la Foy : doivent faire la profession de foi voulue par le concile de Trente et selon le texte de Pie IV (1564) tous ceux qui prennent possession d’un bénéfice ainsi que les officiaux, les principaux de collège et les maîtres d’école. Il est défendu de lire des livres hérétiques et de magie. Le curé du lieu doit les brûler.

37Chap. 3 le baptême : il faut appliquer le concile de Trente en donnant un parrain ou une marraine seulement ou au plus un parrain et une marraine. Le curé doit avertir de la parenté spirituelle contractée. Il ne faut accepter ni parrain de moins de 10 ans, ni ceux qui ne sauront pas le Notre Père et les dix commandements, ni les hérétiques.

38Chap. 5 à 9 la pénitence, comporte un chapitre général, puis énumère les onze péchés dont l’absolution est réservée au pape et les 7 réservés à l’évêque.

C. Pierre de Broc

39Camérier du cardinal de Richelieu, Pierre de Broc (1640-1671) était occupé par les affaires de l’Etat. Nommé dans l’été 1637, il n’arriva à Auxerre que le jeudi-saint 1640. Dans ses premières années, il reste partagé, mais il remplit bien son rôle de pasteur.

40Dans la préface de ses statuts, il décrit les obligations de sa charge « entre lesquelles les visites et la convocation des synodes tenant le premier rang ».

41Il y a 20 articles : le deuxième explique que la résidence des curés n’est pas utile si l’on ne s’acquitte pas de sa charge, dont une des principales est d’instruire. Trois moyens doivent être utilisés : le prône avec indication des prières et des commandements de Dieu et de l’Église à dire tous les dimanches. Pour l’intelligence et l’explication se servir du catéchisme composé par Richelieu à Luçon. Pour la prédication : s’accommoder à la capacité des auditeurs et déraciner l’ignorance. Un petit catéchisme est à l’impression pour enseigner les enfants par les curés, les prédicateurs et les maîtres d’école.

D. André Colbert

42André Colbert (1676-1704) succède au frère plus jeune de Jean-Baptiste, le ministre, Nicolas Colbert qui l’a fait venir à Auxerre pour l’assister. Il confie aux Lazaristes le séminaire ouvert par son prédécesseur.

43Le Recueil d’ordonnances synodales promulgué le 4 mai 1695 et édité en 1699 est un véritable livre de 256 pages (20 x 13 cm). Il comprend 29 titres plus une annexe avec quelques textes indispensables aux curés. Le mandement dit que c’est le fruit des synodes de 1683, 1684, 1685, 1687, 1689 « publiés sur des feuilles volantes facilement perdues ».

44Voici quelques points retenus :

45T. 1 Le prône : donne la version habituelle très développée contenue en quatorze pages. Cependant une formule courte de trois pages et demie est permise en cas d’empêchement légitime. C’est le moyen assez répétitif de « faire passer l’instruction ».

46T.2 L’école : l’évêque ordonne que dans chaque paroisse il y en ait deux, une de garçons et l’autre de filles. Les parents doivent y envoyer leurs enfants jusqu’à l’âge de 14 ans à moins qu’ils ne disposent d’un précepteur à domicile ou qu’ils envoient l’enfant au collège. Les paroissiens doivent contribuer à l’entretien des maîtres d’écoles. Si l’on manque de personnel, les curés et les vicaires doivent s’y mettre dans leur temps disponible. Les Devoirs des régents, maîtres et maîtresses d’école portent sur la prière et le catéchisme à l’école et sur l’encadrement des enfants à l’église. Ceux-ci doivent en semaine faire la prière et enseigner le catéchisme et le dimanche conduire les enfants à l’église et les surveiller. Le curé doit rendre compte à l’archiprêtre des doctrines, vie et mœurs de toutes ces personnes. C’est un véritable programme d’instruction pour tous, accompagné d’un contrôle continu des enseignants.

47T.8 Le mariage : nous déclarons avec le saint concile de Trente que tous les mariages contractés hors de la présence du curé ou d’un prêtre délégué par lui ou par l’évêque sont nuls et invalides.

48T. 16 Le séminaire : pour y entrer, on se présente à l’évêque ou aux grands vicaires. Il faut savoir expliquer le latin, le parler avec quelques facilités et avoir suivi le cours de philosophie. Il faut être muni d’attestations de régents et de curés et être assidu aux messes. Pour la rentrée, on se munit des ordonnances synodales, du bréviaire diocésain, d’une Bible, d’un commentaire des Ecritures, de Limitation de Jésus-Christ, du Catéchisme romain, du livre de théologie enseigné...

49Nul ne sera reçu à l’ordre du sous-diaconat sans titre de bénéfice ou de patrimoine. Celui-ci doit être au moins de 100 livres de revenu, sans charges, dettes ou hypothèques. Aucun prêtre séculier ne doit donc être sans ressources provenant soit de la fonction qu’il exerce, soit de ses biens personnels Pour les prêtres et vicaires, une retraite spirituelle est prévue au séminaire d’au moins cinq jours, sur convocation de l’évêque. Avant de prendre possession d’un bénéfice, il faudra passer quinze jours au séminaire « pour apprendre exactement ses devoirs ».

50T. 19 La tonsure : elle ne doit pas être donnée avant douze ans accomplis et avant d’avoir fait la première communion et la confirmation.

51Pour la préparation : à Auxerre, c’est tous les dimanches à 4h de l’après-midi au séminaire pendant trois mois consécutifs ; ailleurs, c’est à la charge du curé. Les tonsurés assistent à la messe en soutane et surplis. Un texte d’instruction sur la tonsure est inséré, en cinq leçons par questions et réponses.

52T.21 Les registres des actes. Le texte à écrire est précis. Il n’a presque pas changé jusqu’à maintenant. On ne disposera de registres imprimés et à compléter que dans la première moitié du xixe siècle.

53T.24 Les confréries : elles doivent être autorisées par l’évêque, même celle du Rosaire. Deux sont recommandées : la « Confrérie du Très saint Sacrement », ouverte aux hommes et aux femmes, régie par le curé. La « Confrérie des Dames de la Charité », ouverte aux femmes pour l’aide aux pauvres. Tous les deux ans elles élisent trois officières, approuvées par le curé.

54En appendice figurent la Profession de Foi de Pie IV, les formules latines pour absoudre de l’hérésie et faire rentrer dans le sein de l’Eglise, ainsi qu’une « prière pour ôter les maléfices et sortilèges qui empêchent l’usage du mariage » et un « exorcisme contre les insectes qui gâtent les biens de la terre ».

55À la fin, on trouve la Profession de Foi de Pie IV, les formules latines pour absoudre de l’hérésie et faire rentrer dans le sein de l’Église, une prière pour ôter les maléfices et sortilèges qui empêchent l’usage du mariage et un exorcisme contre les insectes qui gâtent les biens de la terre.

56Le ton de ce recueil est pastoral. Le style n’est ni sévère ni menaçant, mais les choses sont dites nettement et les sanctions indiquées clairement en cas de manquement ou de faute.

E. Charles de Caylus

57Charles de Caylus (1705-1754) a bien accueilli la bulle Unigenitus, mais, par un retournement imprévu, il fut de ceux qui en appelèrent au futur concile contre ce texte. Dès lors il travailla à convertir son diocèse au jansénisme, donnant refuge à tous les pourchassés de ce parti et s’affrontant rudement à son métropolitain Languet de Cergy. Si les lazaristes du séminaire et les jésuites du collège lui résistent, il est suivi par la majorité du clergé car ses grandes qualités intellectuelles et spirituelles ainsi que sa charité généreuse séduisent.

58Caylus a déjà publié un bréviaire, un Rituel, un Grand catéchisme, et un Missel, lorsque les 18 et 19 juin 1738, en son synode, il promulgue ses Ordonnances synodales. Devançant ceux qui les trouveront trop rigoureuses, il cite le concile de Trente et constate « à quel point la discipline ecclésiastique est déchue de sa perfection !».

59Pour donner plus d’autorité à ses ordonnances, Caylus a pris la précaution de les faire homologuer par un arrest de la cour du Parlement (3 mai 1741). C’est le seul cas dans les recueils examinés. Il sera bien plus malaisé pour ses adversaires de le contrer.

60Le recueil contient une préface de trente-huit pages, les statuts proprement dits en cent une pages et, à la fin, des présentations des différents statuts à lire en chaire aux fidèles, sur plus d’une centaine de pages. Les dispositions canoniques sont réparties en vingt titres. On trouve aussi les divers tarifs à pratiquer dans le diocèse. Beaucoup de dispositions sont semblables à celles d’A. Colbert, notamment pour l’école. Toutefois le style est plus grave, on pourrait dire anxiogène et les sanctions plus contraignantes. Les titres 3 et 4 pour les religieux, pour les religieuses et la clôture sont nouveaux. Ces personnes ont à fournir un certificat de capacité et de bonnes mœurs, des permissions des supérieurs, etc. Ils doivent aussi accepter de sérieux contrôles de leurs activités de la part des curés et de l’évêque.

61Ce qui montre le mieux l’esprit janséniste de Charles de Caylus est sans doute le titre du sacrement de pénitence (no 7), notamment l’article second (dix pages) où sont énumérés « les cas les plus ordinaires dans lesquels il faut différer l’absolution ». Il s’achève par cinq « défauts de dispositions » à la lecture desquelles on se demande : quand est-il possible de recevoir l’absolution ?

Conclusions

  1. Dans la province de Sens, un seul concile provincial est tenu en 1626. Les évêques se réuniront en assemblée du clergé, sous la houlette du roi. Les problèmes financiers et les préoccupations du pouvoir y tiennent une grande place. Cette autre façon de réfléchir et de décider est-elle aussi pastorale ? Nommant les évêques, le roi peut exercer une forte emprise sur le corps épiscopal.

  2. La personnalité de l’évêque et ses choix de gouvernement influent beaucoup sur la tenue des synodes diocésains et sur l’édition de statuts synodaux. Il peut choisir ce moyen pour rassembler régulièrement ses prêtres et les guider. Ceux-ci sont formés très diversement, venant d’un peu partout, ils reçoivent leur bénéfice de toutes sortes d’autorités religieuses et civiles. Peu sont nommés par l’évêque, même si l’institution canonique ne dépend que de lui. Il a peu de marge de manœuvre.
    L’ouverture du séminaire (1658 à Sens, 1673 à Auxerre) est très importante pour homogénéiser la formation des prêtres, les faire se connaître entre eux, établir la relation avec l’évêque, leur donner conscience de l’Église diocésaine, leur donner un lieu de ressourcement. Les conférences ecclésiastiques, notamment celles de Gondrin à Sens, ont un but analogue.

  3. Les synodes diocésains ont fait avancer la réforme voulue par le concile de Trente : non cumul des postes ou charges ; résidence effective et permanente dans son office ; rappel de la dignité de vie demandée aux ecclésiastiques ; valeur des sacrements ; clarification pour la célébration des mariages ; simplification de la parenté spirituelle contractée par le parrainage etc. Pourquoi au xviiie siècle se contente-t-on de répéter les statuts anciens – sauf à Auxerre pour diffuser le jansénisme – ? Ne peut-on pas dire que l’Église en France a perdu en synodalité ?

  4. Un des buts du prône est la formation chrétienne des paroissiens. Le dimanche, le temps de lecture obligatoire est important, assez répétitif. Les évêques s’efforcent de suppléer aux carences possibles des prêtres et ils veulent aussi communiquer leurs propres convictions théologiques. La formation chrétienne est pour eux une priorité. Toutefois il est légitime de se demander si l’effort de formation tel qu’il a été pratiqué « du haut de la chaire » a pu atteindre son but.

  5. Le jansénisme et la lutte anti-janséniste avec l’appui du pouvoir royal ont certainement fait bien des dégâts. Beaucoup de diocésains n’ont pas compris grand-chose à ce combat fort peu édifiant, notamment entre un archevêque et un évêque ! En même temps s’éveillait une réflexion, une soif de découverte, d’invention, un nouvel esprit, les Lumières, devant lesquelles le clergé semble léthargique.

  6. Les statuts de Sens ne disent rien de l’école. Il y avait sans doute suffisamment de religieux et de religieuses pour s’en occuper. À Auxerre, André Colbert et Caylus s’y intéressaient de près en vue d’un développement humain et d’un renforcement des moyens de formation chrétienne. Cet effort perdurera du côté de l’Eglise après la Révolution, mais un autre courant voudra l’affranchir de cette tutelle...

  7. L’ensemble des statuts de cette époque montre la mise en œuvre d’une pastorale de chrétienté. Le baptême dont ils traitent est toujours celui des nouveau-nés que les parents ont obligation de présenter dans les huit jours après la naissance et, stipulent certains, « sous peine d’excommunication » en cas de manquement. Ensuite le clergé doit veiller à donner instruction et sacrements à tous les paroissiens afin qu’ils remplissent au moins les obligations minimales. À côté des incitations, les sanctions sont énoncées. Par rapport aux chrétiens protestants, le seul but est de les amener à rentrer dans le giron catholique. La révocation de l’édit de Nantes est de 1685. Il faudra plusieurs siècles pour se rendre compte que « la chrétienté » n’est pas l’unique ni forcément le meilleur modèle pour faire entrer dans la vie chrétienne selon l’Evangile.

Bibliographie

Sources

« Répertoire des statuts synodaux des diocèses de l’ancienne France » : Artonne, Guizard, Pontal – CNRS – art. « Auxerre » et « Sens ».

« Histoire de l’Église de l’ancien archidiocèse de Sens » : abbé H. Bouvier – Tome III 1519 à 1789 – 1911 t. III, 1519 à 1789 – 1911.

« L’évêque Guillaume Briçonnet » : Michel Veissière – 1986 – chap. XXIX, « Le concile provincial de Sens (1528) ».

« Notice abrégée sur les archevêques de Sens », « Notice abrégée sur les évêques d’Auxerre », Insérées dans le « Recueil des Statuts synodaux de Sens », Imprimerie et librairie de Ch Duchemin – Sens – 1854.

« Le champion de la Bulle Unigenitus, J.-J. Languet de Gergy, archevêque de Sens » : René Fourrey – Pro manuscripto – 1992.

Auteur

Diocèse de Sens

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search