Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

La mise en œuvre de la réforme catholique, à travers les conciles provinciaux de Cambrai (1565, 1586, 1631)

Alain Lottin

Texte intégral

1En 1559, Philippe II obtient le grand remaniement des circonscriptions diocésaines que souhaitait son père Charles-Quint. Le 12 mai, par la bulle Super Universas, le pape réorganise la géographie ecclésiastique des Pays-Bas. Ce texte supprime l’autorité métropolitaine des archevêques de Cologne, de Liège et de Reims sur les territoires des Pays-Bas, fait disparaître et démembre l’antique diocèse de Thérouanne, ville rasée par Charles-Quint en 1553, modifie les diocèses d’Arras, Tournai et Cambrai. Les Pays-Bas comprennent désormais dix-huit diocèses regroupés dans trois provinces ecclésiastiques, celles d’Utrecht, Malines et Reims.

  • 1 Sur cette réforme, le livre essentiel est celui de M. Dierickx, L’Érection des nouveaux diocèses au (...)

2Le roi choisit les évêques, excepté celui de Cambrai qui reste élu par le chapitre, tout au moins jusqu’à la fin du siècle. Le territoire de ce dernier diocèse est sérieusement restreint mais le siège est désormais métropolitain avec comme suffragants les évêques d’Arras et de Tournai ainsi que ceux de deux diocèses créés, Namur et Saint-Omer. Les bulles Ex injuncto nobis et De statu Ecclesiae du 11 mars 1561 fixent les circonscriptions et les dotations de ces diocèses. Cette réforme, bénéfique sur un plan pastoral, suscite des oppositions, notamment celle des nobles du Conseil d’État, du prince d’Orange et du comte d’Egmont en particulier, mécontents de ne pas avoir été consultés et de voir un nombre plus élevé d’évêques siéger dans les États provinciaux1. Peu de temps après, le 19 janvier 1562, le roi, qui avait obtenu l’accord du pape en 1559, crée une nouvelle université à Douai, laquelle « doit servir d’exemple de vertu à toute la chrétienté ».

  • 2 F. Willocx, L’Introduction des décrets du Concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la Principaut (...)

3Le concile de Trente avait repris ses travaux et trois évêques récemment nommés s’y rendent : François Richardot d’Arras, Martin Havet, un dominicain de Namur et Martin Rythovius d’Ypres. François Richardot est alors un orateur très réputé, ayant notamment prononcé les oraisons funèbres de Charles-Quint, de Marie de Hongrie, de Marie Tudor, d’Elisabeth de France et d’Henri II. À Trente, il assure le discours d’ouverture de la XXIVe session. Le concile est clos le 4 décembre 1563 et se pose dès lors le problème de la réception et de la promulgation de ses décrets aux Pays-Bas. Le 23 avril, Philippe II charge la gouvernante générale, Marguerite de Parme, de consulter à ce sujet le Conseil d’État et le Conseil privé. Compte tenu du mécontentement qui règne dans ces territoires, celle-ci étend la consultation aux évêques, aux Universités et aux Conseils provinciaux. Déjà des représentants des chapitres cathédraux exempts s’étaient assemblés à Douai pour faire connaître leur opposition à la fin de l’exemption. Les réponses à la consultation commencent à remonter à Bruxelles lorsque le roi, brusquant les choses, le 30 juillet 1564 donne l’ordre à la gouvernante générale de publier les décrets tridentins, ce qui provoque un tollé. Finalement, après de laborieuses négociations, Philippe II décide le 3 avril 1565 qu’il n’y aura pas de publication par placard, mais un simple imprimatur en tête du texte, tenant heu d’acceptation. Dans ses lettres aux évêques et aux gouverneurs prescrivant la publication, Marguerite de Parme, à la demande pressante de ses Conseils, ajoute quelques réserves sur les questions de juridiction2.

  • 3 T. Gousset, Actes de la province ecclésiastique de Reims, Reims, 1842-1844,4 vol in f°, t. III et I (...)

4Les décrets tridentins prévoyaient la réunion d’un synode diocésain chaque année et d’un concile provincial tous les trois ans. On sait que, sous l’impulsion énergique de Charles Borromée, l’Église de Milan donna l’exemple en ce domaine. Dans la province ecclésiastique de Cambrai, il s’en tient trois sous l’Ancien Régime à des dates cruciales. Le premier se réunit en 1565, alors que les Pays-Bas connaissaient une crise générale. La « nouvelle religion » y faisait chaque jour de nouveaux adeptes et l’Église catholique est sur la défensive. Le second est convoqué à Mons en 1586, Cambrai était alors aux mains des partisans du duc d’Anjou. Entre-temps l’iconoclasme en 1566, la répression et le gouvernement du duc d’Albe puis l’indépendance éphémère des provinces en 1577-1578 avaient marqué et divisé le pays. En 1579 les provinces méridionales se sont réconciliées avec le roi d’Espagne et Alexandre Farnèse reprit par la diplomatie et par les armes la Flandre et le Brabant. Bruxelles et Anvers tombent en 1585. Le concile est celui de la reprise en main, de la reconquête catholique. En 1631, la situation n’est plus comparable. Sous Farnèse et les archiducs Albert et Isabelle la Contre-Réforme s’est épanouie. Les Pays-Bas sont même désignés sous le nom de Pays-Bas catholiques. Ce dernier concile est celui d’une réforme catholique triomphante. Les textes de ces assemblées, tous en latin, ont été réunis au xixe siècle par Monseigneur Théodore Gousset, et nous utilisons cette édition3.

I. Face à la réforme : le premier concile provincial en 1565

5L’archevêque de Cambrai avait d’excellentes raisons pour convoquer rapidement un concile. Maximilien de Berghes, issu de l’illustre famille des comtes de Walhain, avait été élu en 1556 évêque de Cambrai par le chapitre, grâce notamment à l’intervention de Granvelle, mais il n’avait été investi par le pape qu’en 1559. La réforme des diocèses fait donc de lui un archevêque métropolitain et il avait hâte de marquer son émancipation vis-à-vis de Reims. Le pape lui avait reproché de ne pas être venu à la dernière session du concile, peut-être parce qu’il était très préoccupé par l’état de son diocèse, et en raison de ses obligations comme prince du Saint-Empire, car c’était un évêque conscient de ses devoirs.

  • 4 Sur l’histoire générale de cette période et ces événements, A. Lottin, P. Guignet, Histoire des pro (...)

6La situation religieuse était très inquiétante pour l’Église catholique dans les provinces méridionales des Pays-Bas, en particulier en Flandre, à Tournai, à Valenciennes et même au Cateau-Cambrésis. Les réformés, de plus en plus nombreux, défient et brocardent le catholicisme et le clergé, par des défilés, des farces, des prêches4. Les grands seigneurs du Conseil d’État avaient obtenu en 1564 le renvoi de Granvelle. Le comte d’Egmont était envoyé en ambassade en Espagne pour demander la modération des placards contre l’hérésie, et de nombreux nobles et juristes s’agitaient sur ce sujet.

7L’archevêque convoque donc le concile à Cambrai pour le dimanche de Quasimodo 1565. Mais à la demande de Marguerite de Parme, qui souhaite attendre le retour du comte d’Egmont, et en raison de difficultés avec les chapitres cathédraux, le concile fut repoussé au 24 juin 1565. Aux côtés de l’archevêque figurent donc ses suffragants, l’évêque d’Arras, François Richardot qui prononce le discours d’ouverture, l’évêque de Namur, le dominicain Antoine Havet, qui comme on le sait, avait lui aussi participé à la dernière session du concile de Trente, et Gérard d’Haméricourt, un bénédictin, abbé de Saint-Bertin, évêque de Saint-Omer depuis 1563. L’évêque de Tournai étant décédé, c’est Gilbert d’Oignies, vicaire général et futur évêque qui y siège. Des abbés, dont Mathieu Moulart, abbé de Saint-Ghislain, futur évêque d’Arras, ainsi que des députés des chapitres sont présents. Les secrétaires sont Jean Leduc, chanoine du chapitre cathédral de Cambrai et Jean Merchin, chanoine de Saint-Géry de Cambrai et les promoteurs Augustin Convers, chanoine de Cambrai et Dominique Merlin, chanoine et doyen de Saint-Géry.

8Après l’accueil par l’archevêque, François Richardot rappelle dans le discours d’ouverture que les hérésies ne sont pas nouvelles dans l’histoire de l’Église, et qu’elles sont aussi une occasion de régénération. Les derniers jours de juin sont consacrés à la lecture des décrets du concile de Trente. Il fut proposé de signer un formulaire les acceptant, ce que font les évêques mais ce que refusent les représentants des chapitres. Après quatre jours de débats et grâce à la médiation de l’évêque de Saint-Omer, quelques chapitres acceptent de signer, en formulant des réserves. Du 9 au 24 juillet sont discutés et adoptés les décrets du concile provincial, et la clôture intervint le 25 juillet 1565.

9Sans entrer dans le détail de ces textes rassemblés en 22 titres, essayons d’en dégager les grandes tendances. La ligne directrice est évidemment de reprendre l’esprit des décrets du concile de Trente L’accent est mis sur trois axes essentiels : les grands points de controverse avec les protestants du pays, l’instruction du peuple chrétien, la formation des futurs prêtres et la réforme du clergé en place.

La lutte contre l’hérésie et la définition de la doctrine

  • 5 « Qu’on enseigne au peuple que le culte dû à une image ne doit nullement venir de sa matière, son é (...)

10Le souci de lutter contre l’hérésie et d’affirmer une position claire mais nuancée de l’Église est constamment présent. Il est demandé aux autorités laïques de faire respecter les placards sur les livres prohibés et suspects, et de contrôler les imprimeurs, libraires et bibliothécaires. Cette surveillance inclut les livres qui touchent à la magie, à la divination ou qui comportent des prières superstitieuses (Tit. I). Ces mesures rappelées, il importe de préciser les positions catholiques, définies à Trente, sur quelques points qui font l’objet d’attaques et de railleries quotidiennes des réformés. Le concile provincial réaffirme qu’il est légitime de demander l’intercession des saints, mais en les situant à leur vraie place (Tit. XIX), de faire des statues et des images pour représenter la divinité et de les honorer, mais par référence à ce qu’elles signifient et non pour elles-mêmes (in rem signatum referri et non in signum)5. Ces représentations doivent être dignes et inspirer la piété (Tit. XX). Il en est de même pour les reliques qui renvoient à des êtres qui ont été des temples vivants du Saint-Esprit (Tit. XVI). Quant aux indulgences, elles sont aussi légitimes, mais il faut se garder de les multiplier et leur usage doit être contrôlé par l’autorité épiscopale (Tit. XXII).

11Le concile provincial, probablement à l’initiative de François Richardot et d’Antoine Havet, consacre un titre complet à réaffirmer l’existence du Purgatoire (Tit. XVII), nié sur le terrain par les réformés, et donc l’importance des prières, des aumônes, du sacrifice de la messe pour le salut des âmes qui s’y purifient (Tit. XVII). C’est effectivement une pierre angulaire du salut par les œuvres et de la communion des saints. Mais il est demandé de se garder de toute interprétation incertaine et de pratiques superstitieuses.

12Un chapitre important est consacré au mariage (Tit. XV), nié en tant que sacrement par les réformés dont les ministres commencent à pratiquer des unions lors des prêches. Le concile rappelle que le mariage est un sacrement, qu’il est indissoluble et qu’il doit être célébré à l’église devant le curé de la paroisse, après proclamation de bans, comme l’a prévu le concile de Trente. Le problème des mariages clandestins, qui a fort agité les dernières réunions tridentines, est aussi abordé dans le même esprit. Ils sont déclarés nuis et sans valeur. Il est demandé aux enfants de tenir compte de l’avis des parents, mais aussi à ceux-ci de ne pas forcer des jeunes à se marier. Il est rappelé que les mariages qui ne reposent pas sur le libre consentement des époux sont nuls (Tit. XV). Quant aux fiançailles, elles n’ont pas à être célébrées dans les tavernes ou après des beuveries. Il faut néanmoins noter qu’à cette date la tenue d’un registre des mariages ne semble pas explicitement demandée.

L’instruction religieuse et les écoles

  • 6 T. Gousset, Actes..., op. cit., t. III, p. 182 (traduction du latin).

13L’instruction religieuse du peuple et la formation initiale des futurs prêtres est une autre grande préoccupation du concile provincial et ce dès les titres III et IV. Ce n’est pas surprenant car Maximilien de Berghes, très inquiet à juste titre de la situation à Valenciennes, était intervenu auprès du Magistrat de cette ville dès 1562-1563 et avait introduit les jésuites à Cambrai dès 1563. Gérard d’Haméricourt avait créé des catéchismes à Saint-Omer et François Richardot ou Antoine Havet n’étaient pas en reste. Les membres du concile provincial déplorent que les parents s’en désintéressent et que les pasteurs se montrent négligents en la matière. Or, rappellent-ils solennellement, « il y a beaucoup de gens que la pauvreté empêche de faire élever leurs enfants dans les écoles ; et pourtant on ne saurait négliger le salut de ces enfants, car ils appartiennent eux aussi au corps et à la famille du Christ ». C’est pourquoi, les jours de fête et surtout les dimanches après l’office des vêpres, les maîtres d’école enseigneront les rudiments de la foi et du catéchisme, en se mettant à la portée de la jeunesse qui n’a pas appris les lettres (Tit. III)6. Dans les écoles proprement dites les maîtres doivent enseigner le symbole des Apôtres, l’oraison dominicale, la salutation angélique, le décalogue, les commandements de l’Église et la formule de la confession, en langue latine et vulgaire. Ceci implique un contrôle de l’orthodoxie religieuse des maîtres et des maîtresses d’école. Les autorités séculières doivent leur faire prononcer une profession de foi et les contrôler. Les Magistrats urbains devraient prendre des mesures coercitives à l’égard des parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école, en privant éventuellement d’aide sociale ceux qui en bénéficient.

Formation et réforme du clergé

14La formation des futurs prêtres est l’objet du titre IV avec la demande de création de séminaires dans l’esprit du concile de Trente. Pour les financer, les bénéfices ecclésiastiques seront estimés et taxés dans chaque diocèse. On doit y accueillir des enfants âgés d’au moins douze ans, sachant lire, écrire et compter et ils doivent y demeurer au moins quatre ans. Ensuite ils entreprendront des études supérieures s’ils en sont aptes. Il est demandé de créer des bourses de 36 livres de 40 gros, c’est-à-dire 36 florins, pour les enfants issus de milieux pauvres et de 18 florins pour ceux des classes moyennes. Pour éviter les fraudes, les parents et les tuteurs devront s’engager sous serment à destiner leurs fils ou leur pupille à l’état ecclésiastique. Les synodes diocésains sont chargés de régler pour chaque séminaire les questions d’organisation et de fonctionnement.

15La formation continue des membres des chapitres ou des monastères doit être assurée par des cours de théologie dispensés par des hommes versés en la matière et suivis par le maximum de personnes.

16Quant aux pasteurs, ils prêcheront la parole de Dieu à leurs paroissiens. Ils veilleront à ne pas mettre en cause les personnes. Sur les questions qui font débat avec les hérétiques, ils éviteront les éclats et exposeront simplement et charitablement la doctrine de l’Église en inspirant la crainte de Dieu et en exhortant les paroissiens à bien vivre et à s’abstenir de pécher. Ils s’inspireront des livres autorisés par l’Église, s’abstenant de consulter ou de posséder des ouvrages interdits ou de parler de sujets dogmatiquement incertains ou entachés de superstitions. En cas d’incapacité ils feront appel à un prédicateur autorisé par l’évêque (Tit. VII).

17Enfin de nombreuses dispositions s’adressent au clergé dans son ensemble ou par catégorie. Il est rappelé aux évêques qu’ils doivent visiter les paroisses de leur diocèse et qu’à cette occasion ils veilleront à l’entretien des églises et au bon usage des biens destinés à aider les pauvres. Pour l’accès au sacerdoce on prend des précautions. Des témoignages du curé de la paroisse d’origine et l’annonce dans celle-ci de la future ordination sont requis. Pour éviter que des individus s’engagent dans cet état par intérêt financier, il est nécessaire de présenter un titre patrimonial, inaliénable et authentique, mais le concile ne fixe pas de seuil financier minimal. Il appartient à chaque évêque de statuer sur l’examen préalable exigé. Aucune négociation de nature simoniaque ne doit être engagée avec le patron ou l’ancien titulaire d’un bénéfice.

18Il est interdit aux prêtres d’exercer des fonctions indignes de leur état, qu’il s’agisse de travaux manuels, d’activités mercantiles, notariales ou médicales. Ils doivent s’abstenir des jeux violents, des danses, s’habiller décemment. En ces régions où la consommation de bière et d’alcools est très répandue, on insiste beaucoup sur l’interdiction de fréquenter les beuveries et les banquets qui remplissent le ventre et nuisent au cerveau. S’il y a des concubines elles doivent être chassées. De manière générale le prêtre doit être prudent dans la fréquentation des femmes. Et l’on sait, par les rapports d’époque ou les études d’historiens, qu’il y avait fort à faire en ces domaines.

19Les statuts insistent particulièrement sur la résidence. Si celle des évêques de la génération des nouveaux diocèses, présents au concile provincial, ne posait pas de problèmes, il n’en allait pas de même de celle des curés car des chanoines ou d’autres bénéficiers sans charge d’âmes étaient titulaires de cures et en percevaient les fruits. Ils rétribuent modiquement un desservant, généralement peu qualifié, qui les remplace sur le terrain. C’est par exemple le cas à Valenciennes où aucun curé titulaire ne réside, ou dans la populeuse paroisse Saint-Brice à Tournai.

20Les chanoines doivent assister personnellement aux offices, s’y comporter dignement, en particulier ne pas manifester bruyamment lorsque des retardataires arrivent. Les émoluments prévus doivent être réservés à ceux qui sont effectivement présents. Le droit de visite de l’évêque, si contesté, est réaffirmé (Tit. XIII). Sur le sujet brûlant du droit de nomination aux cures, le concile, tout en reconnaissant le droit de présentation des patrons, réaffirme que les candidats proposés doivent être présentés à l’évêque et acceptés par lui (Tit. V, c. 6 et 7). Sur les diverses dîmes, objet de nombreuses contestations à cette date, leur légitimité est proclamée, mais il est prudemment renvoyé aux coutumes locales. Quant aux offrandes, c’est aux curés et non aux patrons de les recevoir, à charge pour les premiers de remettre aux seconds la part qui leur revient éventuellement. Pour la portion canonique destinée aux pasteurs, on se contente de rappeler qu'elle doit leur permettre une existence digne sans fixer de seuil minimum.

Suites du concile

21Dans le climat politique agité de l’été 1565, il paraissait bien difficile d’obtenir l’approbation gouvernementale. Antoine Havet, évêque de Namur, plaida la cause devant le Conseil d’État mais essuya un refus le 14 août. Simultanément les principaux chapitres cathédraux et collégiaux, notamment celui de Cambrai, refusaient la visite de leur évêque et faisaient appel à Marguerite de Parme et au pape. F. Richardot et J. Blasere, du Grand Conseil de Malines, furent chargés d’une mission de bons offices auprès du chapitre cathédral de Cambrai qui n’aboutit pas.

  • 7 A Lottin, La Révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Politique, Religion et Société au xvi(...)

22Les événements des années 1566 et 1567, notamment la requête des « Gueux », l’iconoclasme, la lutte armée autour de Tournai et Valenciennes rejetèrent ce problème au second plan7. L’archevêque de Cambrai réunit le 27 avril 1567 une assemblée d’évêques et de théologiens qui firent des propositions complémentaires, mais qui dans la conjoncture marquée par l’arrivée du duc d’Albe et ses suites, elles n’ont pas grand écho. Quant aux synodes diocésains qui devaient ratifier les décisions du concile de Cambrai et les préciser, ils intervinrent le 26 mai 1566 pour Saint-Omer, le 3 octobre 1567 pour Cambrai, en mai 1568 pour Tournai et Arras et en juillet 1570 à Namur.

II. La contre-réforme en action : le concile de 1586

  • 8 Id., « Affrontements religieux, fractures politiques dans les provinces méridionales des PaysBas es (...)
  • 9 AGR Belgique, Fonds État et Audience, No 322, lettre du 6 juin 1581. Voir A. Lottin, « Le bannissem (...)

23Le 17 mai 1579, par la paix d’Arras, l’Artois, le Hainaut et la province de Lille-Douai-Orchies se réconciliaient avec l’Espagne sur la base du maintien de leurs privilèges et de la reconnaissance du seul catholicisme. Alexandre Farnèse la signe à Mons le 12 septembre, Valenciennes s’y rallie le 25 octobre et Philippe II la ratifie en novembre 15798. Les villes d’Arras, Saint-Omer, Lille, Douai expulsent sans jugement, par bannissements collectifs, des centaines de protestants ou réputés tels. En 1581, Louis de Berlaymont, archevêque de Cambrai, demande à Alexandre Farnèse d’ordonner une mesure identique pour Valenciennes, « m’estant advis qu’il n’y peult avoir meilleur moyen de telle asseurance que de chasser et bannir ceulx que l’on cognoist publiquement estre hérétiques, estant l’exemple de la bonne ville de Lille si grand et manifeste que l’on doibt tenir telz bélistres et meschants pour vrays pestes pour toutes villes et places catholicques »9. Depuis la base arrière que constituent ces provinces méridionales, le prince de Parme, qui devint gouverneur général officiellement après la prise de Tournai en 1581, reconquit les provinces centrales. Ypres, Bruges et Gand tombent en 1584, Bruxelles et Anvers en 1585. À cette date, la reprise des provinces du nord paraît possible. Dès 1580 A. Farnèse avait lancé une Instruction pour demander qu’on crée « dans les villes, bourgs et villages des écoles dominicales », ce qui est réalisé en 1584 à Lille, Valenciennes et Saint-Omer.

24C’est dans cette conjoncture de reconquête catholique, et avec le désir de ne pas retomber dans les travers d’autrefois, que se réunit le deuxième concile de Cambrai mais à Mons dans la collégiale Sainte-Waudru. Cambrai, en effet, d’où avaient été chassés les jésuites en 1580, est aux mains de Jean de Balagny, seigneur de Montluc et de son épouse Renée d’Amboise, alliés du duc d’Anjou et des Français. Elle le reste jusqu’à la reprise de la ville par le comte de Fuentes en octobre 1595, ce qui entraîne le passage du Cambrésis sous la souveraineté espagnole et le chapitre perd son privilège d’élire l’archevêque.

25Les évêques de 1565 étant tous disparus, les protagonistes de ce deuxième concile sont des hommes qui ont vécu, parfois durement, la vingtaine d’années passées depuis cette date. L’archevêque est depuis 1570 Louis de Berlaymont, précédemment doyen du chapitre cathédral de Cambrai et fils du célèbre conseiller de Marguerite de Parme qui le 5 avril 1566 aurait traité de gueux les nobles du Compromis. Il est alors réfugié, ainsi que le chapitre, à Mons. L’évêque d’Arras qui succède à François Richardot est depuis 1577 Mathieu Moulart, qui a connu les graves troubles survenus dans sa ville en 1577-1578 et a été l’émissaire d’Antoine Farnèse pour la réconciliation avec l’Espagne. L’évêque de Saint-Omer, Jean Six, autrefois curé de Saint-Étienne à Lille, décède dans cette ville en se rendant au concile. Il est suppléé par Jacques de Pamele, vicaire général et Louis de Blervacques, procureur du chapitre. De même l’évêque de Tournai étant mort peu avant, il est remplacé par le vicaire capitulaire, mais son futur successeur, Jean Vendeville est présent en tant que recteur de l’Université de Douai. L’évêque de Namur est François Wallon-Capelle.

  • 10 Le discours de l’archevêque et les décrets du concile figurent dans T. Gousset, Actes, op. cit., p. (...)

26En dehors des évêques, sont présentes d’autres personnalités marquantes. Outre Jean Vendeville, précédemment cité, on peut mentionner Jean Sarrazin, abbé de Saint-Vaast d’Arras qui a joué un rôle majeur dans la réconciliation avec l’Espagne, François Buisseret, doyen du chapitre cathédral de Cambrai et vicaire général, très au fait des expériences italiennes puisqu’il a séjourné à Rome et à Bologne et a été ordonné prêtre par le cardinal Paleotti. C’est un ardent partisan de l’instruction religieuse des enfants et des écoles dominicales. Et surtout le concile est présidé par le nonce apostolique à Cologne depuis 1584, G. Bonhomi évêque de Verceil. Ce proche disciple de Charles Borromée a déjà fait de nombreuses visites pastorales aux Pays-Bas et connaît bien le pays. Les décrets sont donc très marqués par l’esprit borroméen10.

« Unam, sanctam, catholicam Ecclesiam »

27Le protestantisme étant en voie d’éradication, le catholicisme seul a droit de cité. La profession de foi selon la formule de Pie IV et le serment doivent être exigés de tous les acteurs de la vie éducative et culturelle ainsi que des cadres politiques et administratifs (Tit. 1). Le contrôle s’étend à tous les domaines. Ainsi les sages-femmes sont concernées à cause du baptême ; quant aux médecins, il leur est demandé de menacer leurs malades gravement atteints de les abandonner s’ils ne se confessent pas dans les quatre jours (Tit. III, c. 7). Les protestants convertis, les migrants doivent être surveillés. Tout habitant doit être inscrit dans une paroisse précise et les curés tiendront un registre de ceux qui communient pendant le temps pascal, déférant les défaillants au tribunal épiscopal (ibid, c. 9). C’est le célèbre Liber animarum de Charles Borromée. De même seront sanctionnés les accouchées qui n’accompliront pas leurs relevailles, ceux qui n’observeront pas les jeûnes prescrits, travailleront les dimanches et fêtes ou pratiqueront des activités ludiques pendant les offices ces mêmes jours.

  • 11 R. Bertrand, « La prière dite “de l’empereur Charles-Quint” (Gebed Vandekeyzer Karel) : pour une ét (...)

28La religion enseignée et pratiquée ne doit pas prêter le flanc aux railleries des hérétiques. Les « images » étranges seront bannies des églises, des processions et même des demeures privées. Toutefois celles qui ont été mutilées par les iconoclastes seront restaurées. Les reliques seront conservées dignement et approuvées par l’autorité (Tit. I, c. 5, 6). Le concile s’en prend d’ailleurs à toutes les pratiques déviantes, à la sorcellerie et à la magie. Les prières incantatoires lors de maladies humaines ou pour soigner les animaux seront bannies11. Le recours aux charmes, aux enchantements, à l’étude des présages, à l’astrologie, au nouement des aiguillettes, a fortiori aux maléfices ou à l’invocation des démons, avec pacte conclu explicitement ou implicitement, entraîneront l’excommunication et des poursuites. Les curés doivent rappeler ces points en chaire. De même ils instruiront leurs paroissiens sur la gravité des blasphèmes et favoriseront la création de confréries du Saint-Nom-de-Dieu (Tit. I, c. 7 et 8).

29Ces mesures répressives doivent s’accompagner de la prédication de la pure doctrine catholique, sans recours aux apocryphes et autres histoires non authentifiées par l’Église. Que les prédicateurs ne se lancent pas inconsidérément dans des questions controversées mais qu’ils se limitent à enseigner les principaux articles de foi, l’oraison dominicale et la salutation angélique, le décalogue et les cinq commandements de l’Église et qu’ils donnent une explication claire et simple des épîtres et de l’évangile du jour (Tit. II, c. 1). Qu’ils flétrissent en chaire les vices et les péchés mais, sans s’en prendre à des paroissiens nominativement. Si un prédicateur est trop prolixe, qu’on l’en avertisse discrètement sans le troubler publiquement pendant son sermon (ibid., c. 7). Les doyens de Chrétienté, dont le rôle est valorisé, signaleront à l’évêque les pasteurs qui s’abstiennent de délivrer la parole de Dieu. Personne ne doit prêcher dans la ville épiscopale pendant que l’évêque prêche lui-même.

30De nombreuses prescriptions visent à assurer la dignité des offices et en particulier de la messe. Le rite romain doit être utilisé et les chapitres qui ne l’ont pas reçu ont six mois pour y satisfaire, sauf exception pour certaines églises cathédrales. Les curés ne peuvent biner sans permission. Aucune modification ne doit être apportée au canon de la messe qui doit être récité à voix basse. Les messes sèches, c’est-à-dire sans consécration, sont interdites. Les heures fixées pour les messes doivent être scrupuleusement respectées (Tit. III).

Les sacrements

  • 12 De la page 574 à la page 584 dans l’édition de T. Gousset, Actes. op. cit., t. III.

31La partie consacrée aux sacrements occupe une place considérable ; 68 chapitres y sont consacrés, 75 même si on ajoute ce qui se rapporte aux derniers sacrements et aux funérailles12. Nous ne reviendrons pas sur les contrôles précédemment évoqués. Pour le baptême et pour le mariage, des décrets concernent la conduite à tenir vis à vis des protestants qui se convertissent. Le souci est dans le premier cas de ne pas rebaptiser sans raison grave et dans le second cas de ne pas tolérer un concubinage. Parrains et marraines doivent être de bons catholiques ayant fait leurs Pâques et connaissant les prières de base. Le curé doit tenir un registre des baptêmes et un autre des mariages (Tit. VI et XI). De nombreuses précautions doivent entourer cette cérémonie : publication de bans, connaissance d’empêchements possibles. Ceux qui enfreignent les temps interdits (Carême, Avent) seront punis d’une lourde amende (15 florins). Le curé doit aussi s’assurer que les futurs époux connaissent les prières fondamentales. Quant à la confirmation, l’évêque la délivrera aux enfants d’au moins 7 à 8 ans, dont on aura vérifié au préalable qu’ils connaissent le Pater, l’Ave et le Credo.

32Confession et communion sont les sacrements fondamentaux du contrôle de catholicité et de régénération du chrétien. Seuls les prêtres autorisés par l’évêque peuvent confesser et ils trouveront matière à se former et à bien conduire cet exercice dans les livres qui y sont consacrés, notamment celui du jésuite Polanco (Tit. XIII, c. 1). Le secret de la confession est inviolable et nul ne peut s’arroger le monopole de la confession d’une personne. Le Saint-Sacrement doit être entouré du maximum de respect, spécialement quand il est porté aux malades ; le plus grand nombre possible de fidèles est alors invité à le suivre Sont particulièrement visées les familles qui, pour ne pas révéler qu’un des leurs est à l’article de la mort, souhaitent que le viatique lui soit porté en secret (Tit. IX, c. 2). Les calices en étain ne sont plus tolérés et seront remplacés par des calices en argent. Concubinaires notoires, usuriers, haineux qui ne veulent pas se réconcilier seront exclus de la communion.

33Pour l’extrême-onction, il est rappelé qu'elle ne doit être administrée qu’à des gens conscients et avec un minimum de cérémonial. Enfin les catégories exclues de la sépulture en terre sainte sont rappelées : les hérétiques, les sorciers, les usuriers, ceux qui ont été tués en duel mais aussi ceux qui n’ont pas fait leurs Pâques et sont morts de mort subite (Tit. XIII, c. 1). Aucun argent ne peut être exigé pour l’enterrement mais des dons à la fabrique sont autorisés. Les cimetières doivent être clos.

L’ordre et la formation des prêtres

  • 13 « Ego N. juro quod in acquisitione bonorum meorum patrimonalium, ad quorum titulum sum promovendus (...)

34Les prescriptions relatives au clergé et à l’Ordre prises en 1565 sont précisées et complétées. Le témoignage de bonne vie pour l’ordinand doit être signé du doyen. Le montant du titre patrimonial est fixé à 40 florins au minimum et surtout le futur prêtre doit prêter serment de ne jamais l’aliéner selon une formule donnée dans le décret (Tit. X, c.13.) La portion canonique est fixée entre 100 et 150 florins à la campagne et 150 et 200 florins dans les villes (Tit. XIV, c. 9). Les offrandes des fidèles interviendront à la fin des offices et en aucun cas pendant le sacrifice de la messe. Les personnes qui refusent ou empêchent le paiement des dîmes seront excommuniées et la vente ou la location de biens ecclésiastiques est encadrée (Tit. XV). Les mesures sur la vie, l’habit, l’honnêteté des clercs sont précisées. Le port du col romain est demandé aux prêtres qui ne doivent pas porter la barbe ou la moustache par respect envers l’hostie et le vin consacrés. Les curés ne sont pas tenus de célébrer la messe chaque jour mais sont encouragés à célébrer des messes votives trois fois par semaine pour les défunts le mardi, en l’honneur du Saint-Sacrement le jeudi et de la Vierge le samedi (Tit. XIX, c. 9).

35La grande nouveauté touche la formation des futurs prêtres. Le concile constate tout d’abord l’échec relatif des mesures arrêtées en 1565 pour la création de séminaires diocésains. Il est donc décidé de regrouper les moyens pour ouvrir à Douai près de l’université un séminaire provincial (Tit. XXI, c. 7 et suivants) L’archevêque y entretiendra vingt étudiants et chaque évêque douze. L’établissement n’accueillera que des jeunes gens âgés d’au moins vingt ans. Les boursiers destinés au sacerdoce recevront une bourse de 12 livres de gros, soit 72 florins, et seront recrutés par concours. Toutefois les patrons de cures qui paieront intégralement une bourse pourront présenter directement leurs candidats qui en seront dispensés. Les études dureront au moins quatre ans. Un bâtiment sera acquis et pour financer cette acquisition et le fonctionnement on évaluera et taxera les bénéfices de chaque diocèse, ou on y incorporera des bénéfices. Ce séminaire, grâce notamment à Jean Vendeville, ancien recteur de l’université de Douai, devenu évêque de Tournai, ouvrira en 1589.

Prescriptions sur les écoles et les usuriers

36On sait que le concile de 1565 avait largement abordé cette question. Celui de 1586, sous l’influence de F. Buisseret notamment, grand promoteur des écoles dominicales, y revient en demandant de créer chaque fois que cela est possible des confréries de la Doctrine chrétienne pour les encadrer et les soutenir (Tit. XXI, c 4, 5, 6). Dans les villages où il ne peut y avoir d’école dominicale, il est demandé au curé d’instruire les enfants des rudiments de la foi avant ou après les Vêpres. Les autorités civiles sont invitées à punir les parents qui n’envoient pas les enfants dans ces écoles en leur infligeant une amende d’un florin à chaque absence.

37Ce concile se caractérise également en adoptant un Titre de 4 chapitres sur les usuriers. Certes ceci est classique dans les synodes médiévaux. Mais le concile provincial de 1565 n’avait pas abordé le sujet. Il est possible que le nonce Bonhomi ait été frappé par la place que l’usure tenait aux Pays-Bas en ces temps troublés et qu’il ait poussé à légiférer sur la question. Il est rappelé aux curés qu’ils doivent refuser l’entrée de l’église et les derniers sacrements aux usuriers, même à l’article de la mort, sauf si ceux-ci promettent de rendre ce qu’ils ont acquis par usure. A tous et surtout aux curés il est interdit de communiquer avec eux « sauf pour les encourager au négoce de leur salut ». Sont aussi visés les tuteurs et curateurs, même s’ils sont membres des Magistrats, qui réclament des intérêts à leurs pupilles lors de leur émancipation ou de leur mariage (Tit. XXIII).

Promulgation

38La promulgation des décrets de ce concile provincial fut très rapide, ce qui n’a rien de surprenant dans cette conjoncture et vu la présence du nonce et l’implication du gouverneur général. Le Conseil privé, les États provinciaux les Conseils d’Artois et de Hainaut présentèrent des réserves classiques sur des aspects juridictionnels. Mais le premier juin 1587, Antoine Farnèse publie l’édit de Philippe II, donnant force de loi à tous les décrets de ce concile, à quelques exceptions près. Les autorités exigèrent un peu partout la profession de foi souhaitée pour les métiers et les fonctions visées. Les évêques, pour leur part, tinrent des synodes intégrant ces prescriptions.

III. La réforme catholique triomphante : le concile de 1631

  • 14 Voir par exemple A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, 1984.

39C’est dans une tout autre conjoncture que se tient en 1631 le troisième et dernier concile provincial de Cambrai. Nous sommes à la fin du règne des archiducs ; Albert est mort depuis 1621 et la disparition d’Isabelle est proche (1633). Le catholicisme règne en maître incontesté. « L’invasion conventuelle » a peuplé grandes et petites villes de couvents des deux sexes, les jésuites ont ouvert des collèges très fréquentés dans de nombreuses cités. Messes, processions, pèlerinages se sont multipliés14. Le séminaire des évêques à Douai, dirigé par Sylvius, fonctionne correctement.

40On peut s’étonner dès lors que des conciles provinciaux ne se soient pas tenus régulièrement Le dernier à s’être réuni était celui de la province de Malines en 1607. À cette carence on peut, semble-t-il, avancer quelques éléments d’explication. L’archiduc Albert n’était pas favorable à ces assemblées et désormais il y avait à Bruxelles un nonce apostolique avec lequel les évêques entraient directement en contact. Il est également possible que certains papes ne souhaitaient plus la tenue de ces conciles régionaux, les synodes diocésains étant suffisants. Enfin de nombreux évêques n’étaient pas non plus enclins à reconnaître l’autorité d’un archevêque.

  • 15 Id., « Sorcellerie, possessions diaboliques et crise conventuelle. La “déplorable tragédie” de l’ab (...)
  • 16 Id., « Réforme catholique et instruction des filles pauvres dans les Pays-Bas méridionaux », dans I (...)

41La situation aux Pays-Bas vers 1630 toutefois n’étaient pas sans poser des problèmes. Entre 1611 et 1621, des monastères de femmes avaient été gravement touchés par des affaires où se mêlaient sorcellerie et possessions démoniaques, notamment à Lille et à Oisy-le-Verger où il y avait eu des exécutions. Le nonce, l’archevêque de Cambrai, des évêques, des abbés et des autorités civiles étaient intervenus15. L’affaire dite des jésuitesses avait également mobilisé l’archevêque, qui défendait les Filles de Sainte-Agnès et de Notre-Dame, affaire qui n’était pas terminée16. Une crise économique et sociale touchait le pays. Enfin de nombreuses élites nobiliaires et ecclésiastiques s’inquiétaient de voir les Pays-Bas retomber sous l’autorité directe du roi d’Espagne quand Isabelle disparaîtrait.

  • 17 Sur cette grande figure, voir les pages que nous avons écrites dans P. Pierrard (dir.), Histoire de (...)

42Le grand prélat réformateur qu’est François Van der Burch, archevêque de Cambrai depuis 1615, après avoir été vicaire général de Malines puis évêque de Gand en 161217, estime qu’il est nécessaire de mettre à jour les statuts de 1586 et convoque donc le 18 mai 1631 un concile dans sa métropole. Y participent Maximilien Vilain de Gand, évêque de Tournai, Paul Boudot, évêque d’Arras, qui avait précédemment occupé le siège de Saint-Omer, Engelbert Des Bois, évêque de Namur, et Christophe Morlet, vicaire-général de Saint-Omer, sede vacante.

  • 18 « Libri domorum mortuarium non ante distrahantur, quant ab approbato censore, vel alio id ab ordina (...)

43Les décrets adoptés sont caractéristiques de la réforme catholique triomphante. Les « marqueurs » de catholicité énoncés en 1586 sont réitérés et renforcés, notamment pour tout ce qui relève de la vie culturelle. Il est exigé par exemple que les pièces de théâtre, les farces et autres « histoires » représentées soient préalablement soumises à un censeur ecclésiastique (Tit I, c. 16). Il est demandé que les livres trouvés dans les maisons mortuaires soient également inspectés gracieusement avant d’être mis en vente18. Quant aux laïcs, ils ne peuvent discuter ni en public ni en privé de la foi.

  • 19 Sur les fiançailles religieuses, voir A. Lottin et alii, La Désunion du couple sous l’Ancien Régime (...)

44De même le contrôle des mœurs est renforcé. Les fiançailles sont certes autorisées, mais pour éviter « divers inconvénients », il est demandé aux curés de s’abstenir d’y procéder lorsqu’il s’agit d’étrangers à la paroisse (Tit. XIII, c. 1)19. Les pseudo-confréries de Saint-Nicolas et de Sainte-Catherine, qui ne sont que prétexte pour des jeunes gens et des jeunes filles de se rencontrer, doivent être abrogées, là où elles existent (Tit. III, c. 24). Les confesseurs ne doivent pas entendre les femmes en confession sans lumière quand il fait noir. Ils se montreront discrets lorsqu’ils interrogeront les pénitents et les pénitentes sur leur vie charnelle afin de ne pas leur apprendre des péchés qu’ils ignorent ou qui les scandaliseraient. (Tit. X, c. 7, 8).

45Le développement relatif au mariage comporte une originalité. Il fait état en certains lieux d’un usage dépravé selon lequel on extorque de l’argent aux femmes, notamment aux veuves, qui convolent en deuxièmes noces ou aux mariées originaires d’autres paroisses. S’agit-il d’une sorte de droit de rachat et de pratiques simoniaques ? Probablement, puisqu’il est demandé aux évêques de les extirper, en faisant appel, si nécessaire, au bras séculier. (Tit. XIII, c. 15).

  • 20 À noter que Mgr Gousset intègre en note dans son édition un développement sur cette coutume qui per (...)

46Ce concile se penche plus particulièrement sur les pratiques superstitieuses. En cas de tempêtes ou d’orages, il ne faut pas sonner les cloches à toute volée avec la pensée que celles-ci auraient le pouvoir mécanique de les chasser20. De même sur les sanctuaires à répit les évêques se montrent réservés tout en adoptant une position ambiguë. Ils demandent de ne pas crier au miracle et de ne pas sonner les cloches de manière intempestive si l’enfant « revit » quelques secondes le temps de recevoir le baptême, car selon eux, c’est qu’il n’était pas vraiment mort : il n’y a donc pas lieu de crier au miracle (Tit. VI, c. 8). De même les huiles sacrées ne doivent pas être utilisées en médecine.

  • 21 AD Nord : 27 H 73 ; voir A Lottin, « Sorcellerie... », art. cit. Dom Longuespée est décédé en 1619.

47Surtout un long développement est consacré aux exorcismes. Les affaires que nous avons évoquées expliquent la sensibilité à cette question et la volonté d’encadrer strictement leur usage. Il est rappelé que « sans une permission écrite préalable, nul ne peut exorciser » et celui qui l’a obtenue doit « se conduire dans l’exercice de cette charge gravement, pieusement et religieusement [...] et qu’il s’abstienne de toute manifestation spectaculaire [...]. Qu’il ordonne à l’esprit immonde particulièrement bavard de se taire [...]. Qu’on se souvienne que le démon est le père du mensonge ». Il lui est aussi demandé de tenter de discerner s’il n’y a pas quelque comédie chez l’énergumène exorcisée. De même, « qu’il consulte un médecin, si cela paraît convenir et s’il estime que cela peut venir de maladie ou de dépression » (Tit. IV, 1 à 7). On trouve dans ces prescriptions un écho direct de l’affaire du Verger. Dom Vincent Longuespée, abbé de Loos, y avait démasqué des simulatrices et avait mis en cause les exorcistes qui allaient « troublans la tranquillité et repos des monastères », agissant « pour couvrir leurs impudicitez et autres dessins », ce dont peut témoigner amplement le nonce Bentivoglio. Dom Longuespée pense que « Sa Sainteté feroit une œuvre de très grand mérite [...] de remédier aux abus qui se commettent en ces pays par les exorcistes »21 et il était en relation à cette date (1617) avec l’archevêque Van der Burch.

48Un souci similaire de présenter un visage digne et irréprochable de l’Église inspire de nombreuses autres prescriptions. Il est demandé d’enlever des lieux de culte les « images indécentes ». L’usage de l’orgue est toléré pendant les offices mais on se gardera de jouer des musiques lascives ou profanes (Tit. VI, c. 7). Pendant les processions des comportements pieux sont recommandés ; pour éviter les bavardages ou les prises abusives de boissons on raccourcira le parcours de celles qui durent trop longtemps.

  • 22 « Meminerint clerici se non ad inertiam et ignaviam, sed ad spiritualis et ecclesiastiece militiae (...)
  • 23 « Confecit sibi librum omnium sacerdotum ab annis triginta ob delictum punitorum ordine alphabetico (...)
  • 24 Rappelons que le florin vaut les cinq quarts de la livre tournois.

49De nombreux décrets concernent évidemment le clergé, sa formation, son mode de vie, ses mœurs, ses obligations. Il est rappelé aux clercs qu’ils sont des soldats de l’Église et doivent consacrer tout leur temps à l’étude, à la prière et à leurs tâches (Tit. XVIII, c. 5)22. Ce sont là des sujets chers à l’archevêque Van de Burch. Selon le père jésuite Chisaire, qui a rédigé le texte de la visite ad limina de 1625, ce prélat tenait de sa propre main des registres sur les paroisses de son diocèse qu’il visite ainsi qu’un autre cahier secret sur les prêtres négligents ou répréhensibles et il en tenait compte pour attribuer des responsabilités ou l’autorisation de confesser23. Le montant minimum du titre patrimonial est fixé à 100 florins Pour assurer aux curés un revenu minimum garantissant une existence digne, la portion canonique est portée entre 200 et 250 florins à la campagne et entre 250 et 300 florins en ville (Tit. XIV, c. 4)24.

Suites du concile

  • 25 A.S. Vaticano, ES. Cong. Concilio, visite ad limina, Cambrai et Nunziatura Fiandra 40, 1656.

50Les décrets de ce concile furent approuvés par le pape Urbain VIII le 1er avril 1632. Mais ils ne furent pas publiés par le pouvoir civil, malgré les puissantes relations de l’archevêque à Bruxelles et les démarches faites. En 1656, l’archevêque Gaspard Nemius déclare dans son rapport de visite ad limina : « dictum diplomum fuerit saepius et instanter petitum. Neque scitur satis causa récusations »25. Il est probable qu’il s’agit d’oppositions classiques des Conseils sur les questions de judicature, de biens ecclésiastiques et d’administration des fondations et des hôpitaux. À cette date, de surcroît, l’archiduchesse Isabelle a beaucoup de soucis avec la contestation nobiliaire et la guerre avec les Provinces-Unies. Elle décède le 1er décembre 1633 et les Pays-Bas reviennent sous l’autorité directe du roi d’Espagne qui nomme le cardinal-infant Ferdinand gouverneur général.

Conclusion

51Une rapide étude transversale des prescriptions de ces conciles et de leur évolution pendant ces soixante-cinq ans (1565-1631) est instructive.

52Les trois conciles se préoccupent prioritairement de la foi et de la doctrine mais sous des angles différents. En 1565 prévalent la différenciation avec l’hérésie et l’affirmation de la position de l’Église sur les principaux points controversés. En 1586, la défaite de l’hérésie sur le terrain semblant acquise, il importe désormais de ne pas permettre son retour et de contrôler de près l’orthodoxie des cadres politiques et des intermédiaires culturels, en leur réclamant une profession de foi selon la formule mise au point sous Pie IV. Les curés non seulement doivent tenir un registre des baptêmes et un des mariages, mais aussi enregistrer les noms des communiants à Pâques, déférer les défaillants au tribunal ecclésiastique ainsi que ceux qui n’observent pas les périodes de jeûne et d’abstinence ou travaillent les dimanches et fêtes indûment.

53En 1631, ces prescriptions, assez largement observées, sont confirmées et les participants au concile se montrent soucieux d’épurer les superstitions et les déviances en recentrant la pratique sur la messe et les sacrements.

54La place consacrée au « septennaire » (P. Chaunu) dans les décrets est en effet révélatrice de celle tenue par les sacrements dans la vie chrétienne. En 1565, ils sont évoqués en général, sauf le mariage qui bénéficie d’un développement spécifique, probablement parce qu’à cette date il est très contesté par les réformés qui nient son aspect sacramentel et unissent des couples lors des prêches. En 1586, les décrets concernant les sacrements en général ou chacun d’entre eux occupent une place considérable qui croît encore en 1631. L’inflation porte alors sur la messe, pièce maîtresse de la vie religieuse, sur la Pénitence et l’Eucharistie, sacrements de la régénération et de la conversion permanente des catholiques.

55La préoccupation de prêcher la parole de Dieu, d’instruire les enfants et le peuple des « rudiments » de la foi est constamment présente. En 1565, c’est une prise de conscience du retard des catholiques en la matière par rapport aux réformés, et la préconisation de mesures d’urgence. En 1586, on vise à généraliser les mesures expérimentées en Italie avec la création d’écoles dominicales, de catéchismes et de confréries de la Doctrine chrétienne. En 1631, l’application de ces mesures ayant fait leurs preuves, on les confirme.

56Cet enseignement de la parole de Dieu exige de disposer d’un clergé compétent, digne, actif. En 1565, on s’efforce de remédier aux abus les plus criants en insistant sur la nécessaire résidence des curés. En 1586 et 1631, les prescriptions sur les bonnes vie et mœurs des clercs, la dignité des offices, l’utilisation des biens d’Église prennent de l’ampleur. Lors de ces deux derniers conciles on insiste sur une organisation ecclésiale plus efficace dans laquelle les archidiacres, les doyens ruraux sont des relais de l’évêque auprès des curés et se voient confier des missions d’encadrement. La visite des paroisses par l’évêque, par l’archidiacre, et les doyens, les rencontres que ceux-ci organisent sont des instruments d’évaluation et de perfectionnement.

57Les trois conciles se sont particulièrement attachés à la formation des prêtres. En 1565 on préconise la création de séminaires diocésains dans la forme précisée à Trente. En 1586, on constate que c’est un échec, en partie d’ailleurs lié aux troubles et on décide de créer un séminaire commun à la province ecclésiastique auprès de l’Université de Douai, séminaire qui ressemble d’ailleurs à un collège universitaire puisqu’il accueille des candidats âgés de vingt ans et plus. Simultanément l’Église se prémunit contre les arrivistes qui embrasseraient la carrière ecclésiastique uniquement à des fins lucratives en exigeant la constitution d’un titre patrimonial inaliénable pour chaque candidat à la prêtrise. En 1631, le concile se préoccupe d’améliorer la situation matérielle des curés en doublant le montant de la portion canonique définie en 1586, avec un minimum de 200 florins au lieu de 100 pour la campagne et de 250 en ville. Quant au droit de patronage sur les cures il n’est pas remis en cause mais il est demandé aux patrons, chapitres et abbés essentiellement, de s’entourer de garanties pour faire leurs propositions. De toutes ces prescriptions les évêques attendent un clergé bien formé et dynamique sur le plan pastoral.

58Ainsi, au fil des années, l’Église aux Pays-Bas évolue d’une phase essentiellement centrée sur la Contre-Réforme à une autre qui met davantage l’accent sur la réforme, sans toutefois perdre de vue l’hérésie. Les résultats sont toutefois moins probants si on s’attache aux chapitres de chanoines surtout préoccupés par la défense de leurs privilèges. D’autre part les revendications ecclésiastiques sur les questions controversées de juridiction, de contrôle des fondations et des hôpitaux créaient des conflits avec les laïcs.

59Cette vaste entreprise de christianisation de la société et de réforme catholique va être-compromise par les conséquences du conflit franco-espagnol qui débute en 1635 et qui dévastera ces régions pendant près de trente ans. Destructions, ravages, violences de toute nature, morts et déplacements de population vont être le lot quotidien des habitants. Les enjeux politiques mis en lumière lors de la journée des Dupes en France se révèlent bien réels : « le calamiteux temps de guerre », selon l’expression d’un archevêque, va entraver, freiner, voire compromettre l’action christianisatrice engagée à grande échelle.

Tableau synoptique des décrets des conciles de Cambrai 1565-1631

  • 1 Ce regroupement par matière est de notre fait et ne figure pas dans les textes qui sont en latin.

Matière(1)

Concile de 1565

Concile de 1586

Concile de 1631

Foi, doctrine

Tit. 1 Livres suspects
3 cap. T. 2 Lect. Théol. 4 c.
T.5 Doctrine et préd. 7 c.
T. 17 Purgatoire 2 c.

T.1 Profession de foi,
Intégrité foi 8 c.
T.2 Doctrine et prédic. 10 c.

T.1 Idem 17 c.
T.2
Idem 14 c.

Instruction relig. séminaire

T.3 Des écoles 6 c.
TA Séminaire 7 c.

Des écoles et
T.21 séminaires 18 c.

Des écoles et
T.23 séminaires 9 c.

Culte, offices pratique, morale

T.6 Culte, etc. 15 c.
T. 19 Des saints 6 c.
T.20 Des images 5 c.
T.21 Des reliques 1 c.
T.22 Des indulgences 1 c.

T.3 Office divin 10 c.
T4 Jours de fête et jeûne 4 c.
T.23 De l’usure 4 c.

T.3 De la messe
et des offices 34 c.
T.4 Des superstitions
Et exorcismes 9 c.
T.5 Fêtes et jeûne 18 c.
T.6 Images reliques miracles 8 c.

Sacrements : gén.
Baptême
Confirmation
Pénitence
Eucharistie
Ordre
Mariage
Ext. Onction
+ Funérailles, etc.

T.15 13 c.

T.5 10 c.
T.6 14 c.
T.7 2 c.
T. 8 10 c.
T.9 8 c.
T.10 6 c.
T.11 11 c.
T.12 6 c.
T.13 8 c.

T.7 8 c.
T.8 15 c.
T.9 4 c.
T.10 15 c.
T.11 21 c.
T.12 10 c.
T.13 11 c.
T.14 2 c.
T.15 11c.

Biens, revenus d’église

T.16 Dîmes, offrandes,
Portion canonique 10 c.

T.14 Idem 12 c.
T.15 Bonne admin. 16 c.

T.16 Idem 7 c.
T.17
Idem 16 c.

Clergé

T.7 Des ministres éccd. 10 c.
T.8 Vie, Honnêteté dercs 7 c.
T.9 Examen des évêques 1 c.
T.10 Examen des pasteurs 1 c.
T.11 Résidence évêques 3 c.
T.12 Résidences pasteurs 3 c. Et charges
T.13 De la visite 5c.
T.18 Des monastères, h. et f. 17c.

T.16 Des clercs 10 c.
T.17 Des évêques 9 c.
T.18 Des chapitres 19 c.
T.19 Des pasteurs 18 c.
T.20 Des réguliers et des moniales 21 c.

T.18 Vie, clercs 17 c.
T.19 Des évêques 6 c.
T.20 Des chapitres 4 c.
T.21 Des archidiacres,
Doyens, coûtres 19 c.
T.22 Des réguliers 24 c. et des moniales

Droit, juridiction, immunité eccl.

T.14 10 c.

T.22 18 c.

T.24 11 c.

Synode diocésain

T.24 11 c.

T.25 5 c.

Notes

1 Sur cette réforme, le livre essentiel est celui de M. Dierickx, L’Érection des nouveaux diocèses aux Pays-Bas, 1559-1570, Bruxelles, 1950.

2 F. Willocx, L’Introduction des décrets du Concile de Trente dans les Pays-Bas et dans la Principauté de Liège, Louvain, 1929.

3 T. Gousset, Actes de la province ecclésiastique de Reims, Reims, 1842-1844,4 vol in f°, t. III et IV.

4 Sur l’histoire générale de cette période et ces événements, A. Lottin, P. Guignet, Histoire des provinces françaises du Nord, de Charles-Quint à la Révolution française (1500-1789), Arras, 2006.

5 « Qu’on enseigne au peuple que le culte dû à une image ne doit nullement venir de sa matière, son élégance, ou le côté précieux de l’oeuvre ni de l’habileté ou la substance de l’image ; mais de la « chose signifiée » auquel ce culte et cet honneur s’adressent d’abord. Ainsi il faut encourager à ce que l’esprit de celui qui prie ou vénère s’adresse à la « chose signifiée » qu’on n’entend pas, qu’on ne voit pas, qu’on ne perçoit pas, et non pas au signe », T. Gousset, Actes..., op. cit., t. III, p. 212. Traduction du latin.

6 T. Gousset, Actes..., op. cit., t. III, p. 182 (traduction du latin).

7 A Lottin, La Révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Politique, Religion et Société au xvie siècle, Lillers, 2007.

8 Id., « Affrontements religieux, fractures politiques dans les provinces méridionales des PaysBas espagnols (1521-1579) », dans L. Bély (dir.), Les affrontements religieux en Europe (1500-1650), Paris, 2009, p. 115-139.

9 AGR Belgique, Fonds État et Audience, No 322, lettre du 6 juin 1581. Voir A. Lottin, « Le bannissement des protestants de Lille après la paix d’Arras (1579-1582) », dans Id., Être et Croire à Lille et en Flandre, xvie-xviiie siècle, Recueil d’études, Arras, 2000, p. 293-314.

10 Le discours de l’archevêque et les décrets du concile figurent dans T. Gousset, Actes, op. cit., p. 563-608.

11 R. Bertrand, « La prière dite “de l’empereur Charles-Quint” (Gebed Vandekeyzer Karel) : pour une étude historique des “prières amulettes” », dans G. Deregnaucourt (dir.), Société et religion en France et aux Pays-Bas, xve-xixe siècle, Mélanges en l’honneur d’Alain Lottin, Arras, 2000, p. 403-412.

12 De la page 574 à la page 584 dans l’édition de T. Gousset, Actes. op. cit., t. III.

13 « Ego N. juro quod in acquisitione bonorum meorum patrimonalium, ad quorum titulum sum promovendus ad sacros ordines, nulla fraus aut dolus intercessit ; quodque ilia vere posideo, neque in posterum directe aut indirecte alienabo, nisi fuerit mihi de beneficio ecclesiatico aeque sufficientiprovisum ; quo casu, id ipsum non faciam sine consensu mei episcopi, in litteris ipsius alienationis spécialiter exprimendo. Bénéficium autem quod in dicti tituli mei locum successerit, sine simili consensu non resignabo. Ita me Deus adjuvet, et haec sancta Dei evangelia », T. Gousset, Actes..., op. cit., t. III, p. 580.

14 Voir par exemple A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre Réforme ? (1598-1668), Dunkerque, 1984.

15 Id., « Sorcellerie, possessions diaboliques et crise conventuelle. La “déplorable tragédie” de l’abbaye du Verger en Artois (1613-1619) », dans id., Être et Croire..., op. cit., 2000.

16 Id., « Réforme catholique et instruction des filles pauvres dans les Pays-Bas méridionaux », dans Id., Etre et Croire..., op. cit., p. 389-404.

17 Sur cette grande figure, voir les pages que nous avons écrites dans P. Pierrard (dir.), Histoire des diocèses de Cambrai, op. cit., p. 114 et suivantes.

18 « Libri domorum mortuarium non ante distrahantur, quant ab approbato censore, vel alio id ab ordinario deputato, visiti et vendi permissi fuerint. Et visitatio ista gratis fiats », T. Gousset, Actes... op. cit., t. IV, p. 4.

19 Sur les fiançailles religieuses, voir A. Lottin et alii, La Désunion du couple sous l’Ancien Régime. L’exemple du Nord, Lille, 1975, p. 51-74, ouvrage qui repose précisément sur les archives de l’officialité de Cambrai.

20 À noter que Mgr Gousset intègre en note dans son édition un développement sur cette coutume qui perdure au début du xixe siècle, Actes..., op. cit., t. IV, p. 9.

21 AD Nord : 27 H 73 ; voir A Lottin, « Sorcellerie... », art. cit. Dom Longuespée est décédé en 1619.

22 « Meminerint clerici se non ad inertiam et ignaviam, sed ad spiritualis et ecclesiastiece militiae labores vocatos esse ; ideoque non in rerum secularium colloquiis, profanisque aetionibus, sed in ecclesiis frequentandis, divinis officiis obeundis, divinarum litterarum studiis, rerum coelestium meditationibus etsanetispiisque officiis tempus traducant », T. Gousset, Actes..., op. cit, t. IV, p. 31.

23 « Confecit sibi librum omnium sacerdotum ab annis triginta ob delictum punitorum ordine alphabetico : ex quo statim singulorum démérita cognoscit ; ea que scientia utitur ad arcendos a confessionibus audiendis et ab aliis offieiis quae praetendunt », A.S. Vaticano, F.S. Congregatione Concilio, visite ad limina Cambrai, 1625.

24 Rappelons que le florin vaut les cinq quarts de la livre tournois.

25 A.S. Vaticano, ES. Cong. Concilio, visite ad limina, Cambrai et Nunziatura Fiandra 40, 1656.

Notes de fin

1 Ce regroupement par matière est de notre fait et ne figure pas dans les textes qui sont en latin.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search