Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Entre pastorale et politique : le synode diocésain à Toul

Philippe Martin

Texte intégral

  • 1 Eugène Martin, Histoire des diocèses de Toul, Nancy et de Saint-Dié, Nancy, 1900, t. 1, p. 530-531.
  • 2 Cet orateur est désigné l’année précédente.
  • 3 L’assistance est obligatoire et les absents doivent payer le « cens synodal ».

1À Toul, au début du xvie siècle, le cérémonial est parfaitement fixé1. Le synode diocésain se tient deux fois par an : le mercredi avant la Pentecôte et le jeudi après la Saint-Luc. Dans le chœur de la cathédrale se pressent les abbés, prévôts et doyens ruraux. La journée commence par une messe haute de Beata à l’issue de laquelle un orateur, désigné par l’évêque2, prononce un sermon en latin ; le choix de la langue montrant bien qu’il ne s’adresse qu’à des ecclésiastiques. Puis, un clerc de la Chambre épiscopale prend place derrière le lutrin. Il lit le texte des statuts, promulgue au nom de l’évêque les modifications, fulmine les monitoires contre ceux qui se sont absentés sans raison3... Le prélat dit ensuite quelques mots pour faire des remarques générales ou dénoncer des abus criants. Enfin, les membres de l’assemblée remettent à l’official la liste des bénéficiers qui ne respectent pas la résidence. Le synode diocésain est un moyen de communiquer avec le clergé. Il a une triple dimension : il est une cérémonie avec sa liturgie ; il est un lieu d’enseignement pour le clergé qui y découvre les directives épiscopales ; il est une occasion de formation avec la lecture d’actes généraux de l’Église.

  • 4 La date demeure néanmoins importante, le chapitre de la cathédrale organise ce jour son Chapitre Gé (...)

2Au xviie siècle, la circulation de l’information est rendue encore plus efficace. En 1620, Mgr des Porcelets de Maillane (évêque 1607-1628) réduit ces réunions à une rencontre annuelle, supprimant celle de la saint Luc4. Il souhaite éviter les déplacements inutiles. Chaque synode durera désormais plus longtemps et sera suivi de la rédaction d’une ordonnance dont un exemplaire sera expédié à tous les membres du clergé chargés d’âmes. Pour être sûr que la moindre cure sera touchée par les informations, l’évêque rappelle, en 1665, l’obligation pour les doyens d’organiser après le synode diocésain un synode rural dans sa circonscription. Tous les curés et les vicaires doivent y être présents sous peine de 2 francs d’amende. La journée débute par une procession, suivie d’une messe et d’un sermon en latin. Puis, la main sur l’Évangile, chacun renouvelle sa promesse d’obéissance à l’évêque. Ensuite, ils reçoivent les saintes huiles et entendent les recommandations faites par le doyen.

3Il existe donc un système pyramidal : à la tête l’évêque ; puis une assemblée diocésaine, normalement annuelle mais ce rythme est exceptionnel ; enfin une réunion par doyenné. Le diocèse de Toul, avec ses presque 900 paroisses ce qui en fait un des plus vastes d’Europe, ne se distingue pas fondamentalement des autres. Vieille terre de catholicité qui se veut championne de la lutte contre le protestantisme, sa situation particulière vient de son éclatement politique : si, depuis 1552, le siège épiscopal est aux mains des Français, la majorité du territoire est inclus dans les Duchés de Lorraine qui sont indépendants. Les prélats doivent donc faire preuve d’une grande habileté pour mener une pastorale efficace au service de la Réforme et faire avancer leurs idées politiques sur la gouvernance ecclésiastique.

L’affirmation d’une pastorale ?

  • 5 Philippe Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine (1631-1661), Metz, Serpenoise, 2002.
  • 6 Synodi diocesanae Tullensis..., Toul, Gérard Périn, 1658.
  • 7 Comptage réalisé à partir de BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul.
  • 8 En 1670, par exemple, le cas très précis d’un tableau de l’église de Prény est évoqué. La toile, ju (...)

4L’épiscopat d’André du Saussay (évêque 1655-1675) s’inscrit dans le temps difficile de la reconstruction après les terribles ravages de la Guerre de Trente Ans en Lorraine5. Dès son premier synode, tenu le 5 juin 1658, il prouve toute l’importance qu’il accorde à cette réunion en faisant publier les décisions prises à cette occasion6. Par la suite, il use abondamment de l’imprimerie pour diffuser auprès de tous les curés le résultat des discussions. Ces archives nous laissent un panorama presque complet des sujets évoqués7. On y discute de manière générale mais on y évoque aussi des abus très locaux8, preuve que des informations arrivent à l’évêque lors de la réunion. Elles sont traitées comme elles le méritent et débouchent sur des suggestions plus générales pour ne pas enfermer le propos dans le pur règlement de litiges particuliers. Si nous ne pouvons pas connaître concrètement le déroulement des assemblées, nous devinons qu’il y a une discussion animée par le prélat. Douze fois au moins, il réunit donc un synode pour ses diocésains, abordant une multitude de sujets (voir tableau no 1).

Tableau no 1 : Sujets discutés aux synodes tenus par Mgr Saussay

La vie du clergé

Tenue des prêtres

Sujet abordé 18 fois

Discipline : doyens, synodes…

Sujet abordé 15 fois

Formation des clercs

Sujet abordé 5 fois

Droits financiers

Sujet abordé 4 fois

Comportement des ermites

Sujet abordé 2 fois

Total : vie du clergé

Sujet abordé 44 fois soit 41,5 %

La célébration paroissiale

Tenue de la messe dominicale

Sujet abordé 10 fois

Dignité du Saint-Sacrement

Sujet abordé 7 fois

Ornements, vases et linges liturgiques

Sujet abordé 7 fois

Réparation des édifices

Sujet abordé 5 fois

Total : célébration paroissiale

Sujet abordé 36 fois soit 33 %

Gestion des âmes

Sépulture et cimetière

Sujet abordé 9 fois

Formation des fidèles

Sujet abordé 7 fois

Tenue des registres BMS et mariages

Sujet abordé 5 fois

Gestion des fabriques et confréries

Sujet abordé 5 fois

Total : gestion des âmes

Sujet abordé 26 fois soit 24,5 %

  • 9 Synode du 16 avril 1670 : BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 9 (...)
  • 10 Ibid., fol. 71-101, synode du 15 avril 1665.

5Le premier sujet de préoccupation est la vie du clergé, avec 41,5 % des discussions consacrés à ce sujet (voir tableau no 1). Dans une période de reconstruction économique où tant de biens ecclésiastiques ont été perdus ou aliénés, il peut sembler surprenant que les questions financières n’occupent que 4 débats, portion congrue (1658) et surtout nécessité de récupérer les biens dont l’Église a été spoliée (1669). En fait, assuré que l’intérêt matériel sera un aiguillon suffisant pour faire agir ses curés, notre prélat s’intéresse surtout à leur dignité. Le problème n’est pas nouveau et Jean des Porcelets de Maillane avait employé le synode de 1613 à la discipline ecclésiastique. Un demi-siècle plus tard, les abus demeurent nombreux. La tenue des prêtres retient l’attention de Mgr du Saussay 18 fois. En 1660, il défend de « prendre du tabac en quelle façon que ce soit auparavant le sacrifice ». L’année suivante, il décide que tout clerc convaincu d’ivrognerie sera suspendu et demande d’écarter des presbytères toutes les servantes suspectes ou trop jeunes, c’est-à-dire ayant moins de 50 ans. L’obligation du port de la soutane et de la tonsure est rappelée en 1665, 1669 et 1670 car les prêtres doivent « porter les marques apparentes de leur profession »9. Pensant à la manière de faire concrètement appliquer ces décisions, le prélat s’appuie sur les doyens ruraux (15 discussions) dont la fonction de surveillant de leurs confrères est affirmée avec force en 1661. Quatre ans plus tard10, il est ordonné :

Nous recommandons à tous lesdits Doyens ruraux de notre Diocèse de renouveller eux-mêmes, & és cœurs de tous les Curés les sentiments de respect é d’obéissance qu’ils sont obligez d’avoir envers leurs Seigneurs évêques, & à leurs ordonnances, & mandons de reprimer dans leurs synodes plusieurs qui se sont tant oubliés que d’user de paroles de mépris contre leurs personnes, & l’auctorité épiscopale que Dieu leur a donnée en les constituant Gouverneurs de son Eglise, & s’ils récidivent seront dénoncés à nos Promoteurs, & cités pardevant nos Officiaux pour en être corrigés.

6Pour éviter que les nouveaux ecclésiastiques sombrent dans l’indiscipline, leur formation doit être soignée (5 discussions). Les synodes de 1658 et 1664 portent spécifiquement sur le recrutement, les postulants devant se conformer aux prescriptions du Rituel publié par Mgr des Porcelets de Maillane. Le besoin de rappeler deux fois ces ordonnances et la nécessité de les réimprimer disent assez la difficulté pour l’évêque à vraiment contrôler son clergé.

  • 11 BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 86.
  • 12 Philippe Martin, Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVIe au X (...)

7Ces reproches sont d’autant plus graves que cela rejaillit sur la célébration de l’office divin. Les synodes en parlent très souvent (33 %) (voir tableau no 1). Une décision de la réunion du 27 avril 1661 résume le problème : « les curés seront obligez de celebrer le service divin selon les statuts de ce diocèse avec décence & gravité »11. Bien souvent, lors de la messe dominicale, il n’y a donc ni uniformité liturgique, ni dignité. Tout doit être rappelé : enlever les sièges des laïcs qui sont à côté de l’autel (1658), la tenue du desservant (1660), l’obligation de faire les vêpres (1669)... À sept reprises, sont évoqués les honneurs à rendre au Saint-Sacrement. En 1669, par exemple, Mgr du Saussay explique qu’il faut renouveler les hosties tous les quinze jours, que le tabernacle est à fermer à clé et qu’une lampe doit être allumée devant. Les ornements sont aussi souvent surveillés, ainsi que le respect du temps liturgiques, dimanche non travaillé ou fêtes à respecter. Cinq fois, les assemblées discutent de l’état des édifices fortement ébranlés par les guerres ou laissés à l’abandon pendant des années. Ces avis sont bien suivis puisque les décennies 1650-1680 sont marquées par d’innombrables chantiers mais exceptionnellement par des reconstructions d’églises12.

  • 13 Id., Figures de la mort en Lorraine, Metz, Serpenoise, 2007, p. 101-109.
  • 14 BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 10bis.
  • 15 Frédéric Schwindt, La communauté et la foi. Confréries et sociétés dans l’Ouest de l’espace lorrain (...)

8Installé dans une fonction dont l’office est le cœur, le curé doit alors se consacrer aux âmes qui lui sont confiées : 24,5 % des sujets abordés se penchent sur ces questions (voir tableau no 1). Un thème récurent est celui de la mort. Il faut clore les cimetières afin d’empêcher la divagation des animaux sauvages mais surtout pour marquer la dignité due aux défunts. Mgr du Saussay est également très préoccupé par les répits et le sort des corps des enfants morts sans le baptême13. La formation des fidèles permettrait de régler bien des difficultés, malheureusement les curés s’abstiennent de faire le catéchisme. Il leur est donc instamment demandé d’instruire leurs ouailles et d’instituer des maîtres d’écoles qui soient aussi leurs auxiliaires. À cinq reprises, il est aussi exigé d’eux qu’ils tiennent correctement les registres Baptême-Mariages-Sépultures et qu’ils soient très attentifs à toutes les questions liées au mariage. Cela avait déjà été au cœur du synode d’octobre 161814. Jean des Porcelets de Maillane y avait dénoncé les prêtres « poussés d’une si effrénée témérité que le mancquement des très saincts et très utiles descrets de l’Eglise [...] méprisant plusieurs sentences des juges ecclésiastiques ». Ils avaient procédé à des mariages nocturnes, les parents n’avaient pas toujours été informés et des empêchements canoniques n’avaient pas été pris en compte. L’évêque était déterminé à éradiquer ces « péché et scandale, d’un très mauvais, très dangereux et très pernicieux événement ». Il rendit obligatoire la proclamation des trois bans avant la célébration de toute union. Mgr du Saussay est obligé de redire ces choses, de recommencer la même lutte contre des abus similaires. Enfin, il demande à ce que les comptes des fabriques et des confréries soient strictement surveillés, non seulement pour récupérer des biens perdus mais aussi pour veiller aux manipulations financières d’institutions qui, parfois, se transforment en caisses de crédit local15.

  • 16 Expression dans Nicole Lemaitre (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, p. 181.

9L’œuvre de Mgr du Saussay vise donc à créer des « curés tridentins militants »16. Dignes, assurés de l’importance de leur ministère, ils sont des exemples pour leurs ouailles. La messe est le moment où ils affirment magistralement leur position, relais entre le Ciel et la Terre. Ils sont les chefs de la communauté paroissiale qu’ils surveillent et encadrent.

  • 17 BM Nancy : 50 820 (3), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 60r-62v.
  • 18 Ibid., fol. 95.

10Entre les propos du synode et la réalité, il y a un fossé abyssal. Lire les comptes rendus ultérieurs donne l’impression qu’il est indispensable de revenir sans cesse sur les mêmes sujets. Ainsi, à propos de la messe, en avril 1686, Mgr Jacques de Fieux (évêque 1676-1687) se plaint « extrêmement du peu d’uniformité, avec lequel les curés & les prêtres de la campagne font l’office divin dans leurs églises, chacun incluant des chants & des cérémonies suivant son inclination ». Il interdit à « tous prêtres, curés & autres ecclésiastiques, sous peine de suspense, qui sera encourue de fait, de dire la sainte messe [...] qu’ils ne soient en soutane »17. Cette colère est-elle utile ? On peut en douter quand on se rend compte que Mgr Henri de Thiard de Bissy (évêque 1692-1704) note au synode d’avril 1703 : « on se plaint tous les jours qu’il n’y point d’uniformité entre les curez & que plusieurs se donnent la liberté de régler le service divin, comme ils l’entendent ; ce qui donne lieu au peuple de murmurer »18.

  • 19 Ibid., fol. 114.
  • 20 Ibid., fol. 123.

11Quel que soit le sujet choisi, nous avons la même impression ; un travail de Sisyphe, la nécessité de revenir interminablement sur les mêmes questions. Il ne s’agit pas d’un effet de source ou d’un regard biaisé d’historien, les contemporains ont un sentiment similaire. En ouvrant le synode d’avril 1709, Mgr François Blouet de Camilly (évêque 1705-1723) souligne que depuis trente ans les assemblées diocésaines ont publié d’innombrables règlements. Leur travail fut tel qu’il ne devrait plus y avoir le moindre abus. Or, ils sont toujours aussi nombreux à cause du « peu de zèle que plusieurs curez ont à soutenir la sainteté de leur ministère »19. Malgré son intention de modifier son diocèse, sa volonté se heurte aux obstacles que ses prédécesseurs ont rencontrés. À l’assemblée d’avril 1711, il présente les nombreuses plaintes de communautés contre leurs pasteurs qui ne disent pas la messe correctement, la célébrant soit trop tard soit, « par un zèle outré », trop longuement. Par de telles attitudes, « ils ennuient le peuple & le dégoutent de l’assistance au service divin »20. Peu de choses nouvelles depuis l’épiscopat de Mgr du Saussay !

12Il serait pourtant trop réducteur de résumer les synodes diocésains lorrains du xviie siècle à la répétition inutile de décisions épiscopales, vaines tentatives toujours recommencées de réformer le clergé séculier. Les réunions ont une autre dimension, elles jouent un rôle politique essentiel dans la stratégie des prélats.

L’affirmation d’un pouvoir ?

  • 21 Sur cette question de l’exemption, voir Eugène Martin, op. cit., t. 2, p. 282 et suivantes.

13Tout dans le cérémonial du synode dit la puissance de l’évêque. Le choix de la cathédrale est particulièrement symbolique. On sait les efforts des prélats lorrains pour l'affirmer comme église-mère du diocèse, surtout dans une ville où de puissantes abbayes tentent d’affirmer leur préséance. Ils doivent également s’imposer face à la Lorraine, Etat indépendant dont les ducs tentent d’obtenir du Pape l’érection d’un évêché à Nancy, demande toujours repoussée sous l’instigation du roi de France trop content d’avoir un moyen de faire jouer son influence dans les Duchés. Les évêques doivent encore composer avec des maisons religieuses se déclarant exemptes, assurant ne pas dépendre de la juridiction de l’évêque de Toul mais relever directement du Saint-Siège21. Le Grand Chapitre de Saint-Dié, ainsi que les abbayes vosgiennes de Senones, Etival et Moyenmoutier ont depuis longtemps de telles prétentions. Mais, profitant du désordre né de la Guerre de Trente Ans, bien d’autres maisons les ont rejoints pour obtenir leur indépendance.

  • 22 BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 87v.
  • 23 Ibid., fol. 92v-93r.
  • 24 Ibid., fol. 96v.

14Dans ce climat politique complexe, le synode diocésain est une arme décisive pour marquer la puissance épiscopale. Mgr du Saussay est particulièrement attentif aux présences. Le 8 mai 1669, il s’en prend à plusieurs responsables « lesquels depuis longtemps n’ont comparu ausdits synodes, quoy que souvent ils ayt été ordonné qu’ils y comparoitroient, sous peine des censures ecclésiastiques »22. Il vise là les abbés de Chaumousey, Belchamp, Domèvre, Lunéville, Saint-Léon de Toul et Autrey ; les prévôts des collégiales de Deneuvre, Blâmont, et Haussonville ; les doyens de Liverdun et Brixey. L’année prochaine, les absents seront suspendus ipso facto. Le 16 avril 1670 certains sont venus mais l’abbé de Chaumousey s’abstient encore. Depuis 15 ans ce titulaire ne se rend pas aux assemblées suivant une tradition inaugurée par ses prédécesseurs. L’évêque condamne cette « entreprise intolérable». L’abbé nommant à des cures, il semble indispensable qu’il soit présent. Il est cité « devant notre Official Général pour répondre sur lesdites entreprises » et on demande au duc de Lorraine de « protéger l’Église »23. Le prélat s’en prend aussi aux abbés de Domèvre et Autrey, sommés de venir au synode « sous peine des censures ecclésiastiques ipso facto »24.

  • 25 Ibid., fol. 105.

15La litanie des plaintes épiscopales continue jusqu’à l’arrêt du conseil d’Etat du 16 novembre 1680. Le roi y « a maintenu & restabli, maintient & restablit ledit Sieur Evesque de Toul en la possession de la Juridiction Ecclésiastique, tant gracieuse que contentieuse dans tous les lieux de son Diocèse »25.

  • 26 Philippe Martin, « Définir le diocèse. Débats en Lorraine à propos d’une définition (vers 1690-vers (...)
  • 27 Le « démissoire » ou « dimissoire », est une lettre signée par l’évêque, scellée de son sceau, par (...)

16Si une victoire est gagnée, Saint-Dié et les abbayes vosgiennes conservent leur indépendance spirituelle, tout en appuyant les prétentions ducales à l’érection d’un évêché à Nancy26. Les querelles de juridiction ecclésiastiques sont permanentes. Ainsi, en 1711 éclate l’affaire du démissoire27 de Charles Colliquet. Qui doit donner ce document à ce clerc : le chapitre de Saint-Dié puisqu’il réside dans ce district ou l’évêque ?

  • 28 Voir par exemple le rapport de droit fait à l’occasion de celui de 1463 : Documents rares ou inédit (...)
  • 29 AD Vosges : G 437.

17Le Grand Prévôt de Saint-Dié est sans doute un des plus engagé dans la lutte contre l’évêque. Depuis le Moyen-Age son chapitre tient le « sonne paroissial »28. Nicolas de Reynette le décrit dans ses Ordonnances, statuts et coutumes de 156829 :

Un révérend père grant prévost de Sainct Diey ait une jurisdiction qu’on appelle vulgairement le sonne par tout le Val Sainct Diey un jour en l’an par chacune parroichialle, là où le senier de la court spirituelle, accompagné du procurer de ladicte court et notaire, va par chacune parroichialle en faisant premier visitation ès églises, tant pour les sacrementz que l’entretennement et décorement desdictes églises, tant en ornemens que édifices et maisons presbitéralles. Et après ces choses accomplies tient siège de justice, faict tenir le plaid par les eschevins desdictes églises, pour oyr toutes personnes de quelle qualité ilz soient en justice réservé cas de crime.

  • 30 AD Vosges : G 262.
  • 31 Arch. épiscopales de Trèves : ABT 21, no 132, p. 3-4.
  • 32 Jacques Choux, « Les statuts synodaux des diocèses lorrains », Annales de l’Est, 2 (1996), p. 115-1 (...)
  • 33 Jean-Claude Sommier, Histoire de l’Eglise de Saint-Dié avec des pièces justificatives de ses immuni (...)

18Cette visite annuelle s’assimile donc à un pouvoir épiscopal. Au cœur de la Guerre de Trente Ans lorraine, alors que les cadres traditionnels sont incapables d’agir, un pas supplémentaire est franchi avec l’instauration du « sinode tenu à Saint-Diey » le 9 mars 1640. Nous possédons 17 textes, véritables statuts synodaux, publiés à l’issue de ces assemblées, le denier datant du 4 juin 171030. À lui seul François Riguet (mort en 1701) en tient 14. Ce chanoine est très proche de la cour ducale. Son père a été capitaine des Gardes de François de Vaudémont. Devenu abbé de Jovillers en 1641, François demeure lié au pouvoir, exerçant les charges de gouverneur des études du futur duc Charles IV, grand aumônier de Lorraine (1698) et conseiller d’Etat. Nommé Grand Prévôt de Saint-Dié en 1659, il souhaite affirmer son statut quasi épiscopal et son indépendance. Il écrit ainsi de nombreux textes, demeurés le plus souvent manuscrits, pour défendre les privilèges de son chapitre ou appuyer les revendications politiques ducales. Le synode participe à cette politique. Par le décorum et par les discussions, François Riguet tente de montrer qu’il exerce véritablement et totalement le pouvoir épiscopal. Ultérieurement, dans les discussions avec la papauté pour confirmer l’exemption vosgienne, cette assemblée est un des arguments utilisés par les abbayes. Un mémoire de 1725 assure que ces maisons « avaient toujours joui dans les siècles antérieures » d’une justice ecclésiastique paisible. En agissant en prélat, les abbés « rendent témoignage au droit d’indépendance et juridiction ordinaire »31. Certes, c’est transformer quelque peu la réalité puisque nous ne possédons pas trace de synode ou de statuts véritables dans les abbayes32. Mais, parmi bien d’autres, l’exemple déodatien est de poids. En 1726, Jean-Claude Sommier (mort en 1737), Grand-Prévot de Saint-Dié depuis un an, publie une défense des privilèges de son chapitre. Il se sert, entre autres, du synode pour affirmer que cette fonction dispose d’une « autorité ordinaire et quasi épiscopale »33.

19Ainsi, réunir un synode dans la Lorraine du xviie siècle, est peut-être avant tout un moyen de prouver qu’on détient une autorité, c’est un argument de l’existence d’un pouvoir, c’est la scène sur laquelle un prélat déploie sa puissance.

L’affirmation d’une démocratie ?

  • 34 Frédéric Meyer, La Maison de l’évêque. Familles et curies épiscopales entre Alpes et Rhône (Savoie- (...)
  • 35 René Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine 1640-1789, Paris, Vrin, 1960, p. 700.
  • 36 Stefano Simiz a déjà montré le rôle de la visite pastorale, instrument ordinaire de gestion, et l’i (...)
  • 37 BM Nancy : 50 820 (3), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 67-102.
  • 38 Ibid., fol. 128.
  • 39 Ibid., fol. 150v.
  • 40 Mandement de 1703 : B.M. Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 205.
  • 41 Ibid., fol. 308-309.
  • 42 BM Nancy : 50 820 (5), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 250-253.

20Au siècle suivant, les choses changent. Frédéric Meyer a magistralement montré comment les prélats évoluent, abandonnant l’ancien modèle de gouvernance organisé autour d’une « famille épiscopale » pour privilégier des « bureaux » et un cadre plus « administratif »34. Pour la Lorraine, René Taveneaux avait déjà parlé des tendances à une « monarchie épiscopale »35. Dans ce climat, les évêques lorrains usent de diverses formes d’information et de pression sur leur clergé. Les visites pastorales, institutions maintenant ayant atteint leur pleine maturité36, jouent un rôle essentiel surtout à partir de l’épiscopat de Mgr Henry de Thiard de Bissy. Par ces voyages, il réussit à connaître « tous les abus & les défauts ». Au synode, il juge à propos « de les ramasser, au moins les plus notables, & de vous les mettre encore une fois devant les yeux ». Après avoir synthétisé les défauts, il exige : « en sorte que dans la visite que nous nous proposons d’y faire une seconde fois, nous n’y trouvions rien de ce que nous avons désapprouvé »37. Le synode n’est qu’une pièce dans une gouvernance qui privilégie le contact direct avec les paroisses. Tout au long de son épiscopat, il confirme pleinement cette évolution. En 1695, il estime que les visites pastorales « ont été instituées par notre Seigneur Jésus-Christ pour étendre la religion, pour en conserver la beauté, & pour écarter tout ce qui pourroit en ternir l’éclat ou la pureté, & ayant été consacrée dans la personne divine, & dans celles de ses Apostres qu’il a étably »38. C’est au cours de ces tournées qu’il souhaite avoir des « entretiens » avec les curés. Quand, en avril 1700, il publie un nouveau rituel, il écrit aux prêtres qu’il leur parlera de cet ouvrage « dans nos visites & dans les Retraites que nous proposons de faire »39. Il aurait pu le faire au synode mais il préfère les relations personnelles. Il ne s’agit pas uniquement d’une manière de travailler mais d’une forme de prudence face à un clergé largement traversé par les influences jansénistes ; éviter d’organiser de grandes réunions au cours desquelles la parole circulerait est un moyen d’esquiver tout débat théologique. Il semble d’ailleurs se méfier de l’action des doyens. Il commence ses mandements par : « À tous les curez, vicaires & fidèles »40 ; quelques décennies plus tôt, aucun évêque n’aurait manqué de commencer cette énumération par « doyens ». Ses successeurs continuent la même politique. Mgr François Blouet de Camilly compte sur les « conférences spirituelles » pour corriger le clergé séculier. Le 20 juin 1710, il se plaint de jeunes prêtres devenus « des sujets de scandales, fréquentant les lieux & les jeux publiques, courant les mes, n’assistant pas plus aux paroisses que les laïques, & souvent même dans un habit séculier »41. Il prévoit donc une série de conférences obligatoires pour les amener à s’amender. Lorsque des questions urgentes requièrent l’attention de l’ensemble du diocèse, on organise des « réunions générales de tous les bénéficiers » ; c’est le cas en mai 1772 à propos du Don Gratuit42. Pour de nombreuses affaires qui, jadis, relevaient du synode, les prélats se limitent à publier des ordonnances.

  • 43 BM Nancy : 50 820 (3), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 119v.
  • 44 Ibid., fol. 1-6.
  • 45 Ibid., fol. 14-17.
  • 46 BM Nancy : 50 820 (4), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 101-102.
  • 47 C’est ce que fait, par exemple, Mgr Blouet de Camilly le 7 avril 1717 car il est demeuré à Paris.

21Si les évêques préfèrent s’adresser directement au bas clergé, par des visites ou des conférences, le synode diocésain ne disparaît pas ; il évolue. À partir de celui d’avril 1710, les réunions se tiennent au Palais épiscopal43. Le changement de lieu fait perdre de sa dignité à l’assemblée qui tend à être un bureau, plus une cérémonie ecclésiastique. Sa dimension pédagogique disparaît également ; le séminaire ayant donné naissance à un clergé bien formé qui a largement accès à l’information écrite. Il est parfois un simple site d’enregistrement donnant lieu à la publication de mandements à sujet unique : le 7 avril 1728, la condamnation de la Dissertation sur la validité des ordinations des Anglois et Defensé de la dissertation44 ; le 27 avril 1729, l’interdiction de la Consultation de Messieurs les Avocats du Parlement de Paris45... Encore quelques années et on lit seulement des textes déjà publiés et diffusés. Au synode d’avril 175146, Mgr Scipion-Jérôme Bégon (évêque 1723-1753) fait reprendre deux mandements déjà imprimés, celui sur l’usage du bréviaire l’avait été le 4 juillet 1748, celui sur le missel le 17 septembre 1750. D’ailleurs, de plus en plus souvent l’évêque n’assiste pas aux réunions, se contentant de faire lire un discours47.

22Cet affadissement du synode diocésain intervient à un moment où le clergé lorrain est soumis à plusieurs influences. Un néo-jansénisme s’épanouit chez les curés, rejoignant une aspiration à une démocratie cléricale, idée chère à Quesnel mais partagée par des non-jansénistes. Ils communient dans un richerisme très partagé. Plus encore, ils adhèrent au fébronianisme, du nom « Fébronius » pseudonyme utilisé par Nicolas de Hontheim, suffragant de Trèves. En 1763, il publie son De statu praesenti Ecclesiae et légitima potestate romani (Bouillon et Francfort) dans lequel il s’en prend à la gouvernance de l’Église. Il y explique qu'elle n’est pas d’essence divine et s’attaque à tout ce qu’il considère comme des dérives monarchiques dans l'administration cléricale. Les positions si opposées des évêques et des curés ne peuvent que déboucher sur des crises.

  • 48 Sur la fronde du clergé de Toul, voir René Taveneaux, op. cit., p. 700-705.
  • 49 Cela est décidé le 14 décembre 1754 en fonction d’un « droit fondé sur l’autorité des Saints canons (...)
  • 50 BM Nancy : ms 971 (78), Villemin, Essai sur la vie de Mgr Drouas, fol. 42r.
  • 51 BM Nancy : 50 820 (5), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 256.

23C’est ce qui se produit avec l’arrivée de Mgr Claude Drouas de Boussey (évêque 1754-1773) sur le siège de Toul48. Soucieux de montrer sa puissance, il rétablit le droit de joyeux avènement49. Décidé à lutter contre le jansénisme, il décide de contrôler les sermons de ses prêtres. Son biographe avoue que « pour arrêter les progrès de l’hérésie, il avoit cm devoir désunir les curés, il gouverna sans leur concours & même il eût cm ce concours dangereux »50.. À ce titre, les synodes ruraux sont vidés de leur substance pour devenir uniquement le moment de la distribution des huiles sacrées et de la lecture des ordonnances épiscopales. Malgré les mises en garde de nombreux agents royaux, l’évêque obtient de Louis XV, une lettre, datée du 8 mai 1773, interdisant aux curés « de tenir à l’avenir aucune assemblée, soit au synode, soit autrement ». L’opposition du clergé est immédiate et unanime. Jansénistes et richéristes se dressent contre le prélat. Le débat perd cependant rapidement son actualité avec la mort de Mgr Drouas, le 21 octobre 1773. Son successeur, Mgr Etienne des Michels de Champorcin (évêque 1773-1802), est beaucoup plus prudent. L’ordonnance royale du 25 septembre 1775 lève l’interdiction de tenir des synodes51.

  • 52 Toutes les pièces de cette affaire sont conservées à la Biblio. Diocésaine de Nancy : MB 122. Il ne (...)

24Dans un ancien diocèse comme celui de Toul, le poids de la tradition empêche une réforme profonde. Mais tout est possible dans une circonscription nouvelle, comme à Nancy érigé en évêché en 1777, après l’absorption de la Lorraine par la France. Mgr Louis de La Tour du Pin Montauban (évêque 1777-1783), premier titulaire, néglige de réunir les synodes diocésains et ruraux, il omet même de créer des doyennés et de nommer leurs titulaires52. Devant l’étonnement des curés, le Grand Vicaire explique que le diocèse est nouveau, qu’il faut du temps pour faire fonctionner l’ensemble des services. Plus sèchement, il affirme que l’évêque « est le maître absolu de l’administration dans laquelle entrent les doyennés », qu’il les formera donc quand bon lui semblera. Chacun se rend compte que le prélat entend gérer seul les affaires, entouré de bureaux. Eclate alors, dans l’été 1779, la fronde des curés. Parmi beaucoup de sujets de discorde, que nous n’évoquerons pas ici, le synode diocésain tient une place très importante. En 1773, les prêtres de Toul se battaient essentiellement pour le synode rural. Si ceux de Nancy n’ignorent pas cet échelon local, le niveau supérieur de l’organisation ecclésiale compte beaucoup car, ici, peuvent se prendre de véritables décisions.

25Le 6 septembre, ils rédigent un long mémoire. Ils y expliquent que les évêques ont toujours réuni des synodes dans la ville épiscopale. Les doyens et curés « y assistaient, siégeaient, proposaient et délibéraient ». Au retour, ils organisaient des réunions dans leurs districts respectifs. C’était l’occasion de « ranimer le souverain devoir : le zèle du salut des âmes ». Le clergé faisait aussi des remarques, signalait « des abus qui commençaient à se montrer ». Il y aurait donc eu un véritable exercice de démocratie participative, des échanges entre l’évêque et l’ensemble des prêtres. Sous la plume des curés nancéiens, le synode est également un moment d’approfondissement pastoral et spirituel :

Personne ne sort des synodes que plus instruit, plus édifié, plus ferme dans la résolution de suivre tout ce qui peut honorer et profiter au salut des âmes confiées à ses soins.

26Les curés imaginent le synode. S’il y a parfois eu des discussions, il n’y a jamais eu de vote. Les sujets abordés relevaient essentiellement de l’organisation ecclésiale, pas du développement spirituel. Engagés dans une lutte contre l’évêque et influencé par les idées fébronianistes, ils inventent un synode qui n’a jamais existé. Devant le refus de l’évêque d’entendre leurs arguments, les curés portent leur affaire devant le Parlement. Huit avocats de Nancy défendent leur cause. Dans leur dossier, ils se fondent d’abord sur l’histoire :

Dès l’origine de l’Église, les Apostres ont assemblé les Prestres et leurs diacres de leur clergé ou territoire, pour examiner et décider avec eux toutes les affaires qui pouvaient renfermer des difficultés ; les Papes et les Evêques successeurs des Apôtres ont observé la même discipline.

27Au service de leur thèse, ils rassemblent une impressionnante documentation. Lorsque Jésus convoque les fils de Zébédée (Mat 20, 25) il aurait assemblé le premier synode. Les conciles de Latran (1215), Bâle (1431) et Trente (1545-1563) ont rappelé l’importance de cette institution. Ayant fouillé les archives lorraines, les avocats énumèrent les pièces montrant l’existence de synodes diocésains entre 1678 et 1711. Ne pas réunir le synode, c’est provoquer la « réduction du pouvoir en une personne qui par conséquent serait devenue maîtresse et les autres purement passives ». Attitude contrevenant « aux préceptes de Jésus-Christ ».

28Les propos ne sont pas innocents. Car, avant même le début d’un procès, les juristes affirment plusieurs points essentiels. Les curés « ont le droit de réclamer en leur nom ». Ils forment donc un corps qui devient visible lors du synode diocésain. Celui-ci n’existe pas à cause de l’évêque mais grâce aux curés. Ceux-ci sont les descendants les 72 disciples de Jésus envoyés en mission dont parle saint Luc, « ils sont par conséquent d’institution divine ». Certes, il faut « un chef dans tout corps », mais l’Église est « composée d’individus de même État ». Elle est une société égalitaire fondée sur la diversité des fonctions. Une conclusion s’impose : les curés pour « leurs paroisses en sont les évêques. » Dans cette querelle, le synode a pris un sens nouveau, il est devenu l’expression d’une démocratie au sein du diocèse. La polémique cesse très vite avec l’intervention du pouvoir royal inquiet de cette fronde cléricale. L’arrêt du Conseil d’État du 23 avril 1781 spécifie :

très expresses inhibitions aux curés du diocèse de Nancy de s’assembler, de former aucune association, de signer aucune procuration et de s’imposer aucune contribution sous prétexte de contestation à entreprendre ou à soutenir en commun.

  • 53 Une nouvelle édition, en deux volumes, a lieu en 1788.
  • 54 Louis Jerome, Les élections et les cahiers du clergé lorrain aux États Généraux de 1789, Paris-Nanc (...)

29Les opinions des curés nancéiens ne sont cependant pas oubliées. Sans qu’ils y fassent franchement référence, nombre de polémistes des années 1780 les reprennent. C’est ce que fait François-Martin Thiebaut, curé de Sainte-Croix de Metz, quand il s’oppose à son évêque à propos de la maison de la Propagation de la Foi. Ce qui n’est qu’un conflit purement local devient pour le prêtre l’occasion de publier une Dissertation sur la juridiction respective des évêques et des curés (1786)53. Les cahiers du clergé lorrain pour les États Généraux de 1789 résonnent encore des échos des mémoires de 1779-178054. Le clergé de Lunéville, à l’instigation de l’abbé Grégoire, exige la tenue de conciles nationaux et provinciaux. Celui de Bouzonville demande l’instauration d’un système à trois échelons : concile national ; concile provincial ; synode diocésain. À ce dernier échelon, le bas clergé aurait « voix non seulement consultative mais encore délibérante. »

30Le synode diocésain n’est qu’un des aspects des revendications des curés lorrains, mais il tient une place essentielle. Il est la pièce centrale d’une pyramide de gouvernance, il est l’instance qui permet au bas clergé de manifester ses opinions. Ce n’est plus l’assemblée du xviie siècle tentant de faire naître le curé tridentin, ce n’est plus la réunion pendant laquelle l’évêque s’affirme, c’est devenu l’image d’une démocratie cléricale renouant avec les temps évangéliques. Quelle évolution en trois siècles !

Le maintien d’un idéal

  • 55 Lettre des évêques et prêtres assemblés à Paris en concile national..., Paris, Imprimerie Chrétienn (...)
  • 56 Mandement de Mgr Maudru, évêque des Vosges, pour la convocation d’un synode général, Saint-dié,

31Au printemps 1797, une partie du clergé français décide la réunion d’un synode national car le « démon de la discorde étend partout ses ravages, et les membres de Jésus-Christ sont devenus les victimes de ces pernicieux efforts »55. Pour préparer la rencontre qui aura lieu le 15 août et choisir « le député » qui doit l’accompagner, Mgr Maudru, évêque des Vosges, convoque à Saint-Dié son clergé. Le 25 juillet, sont présents les « plus anciens Curés ou vicaires résidant dans chaque canton, munis de pouvoirs des Prêtres qui y font les fonctions du Saint Ministère ». L’évêque invite également tous ceux qui « voudront bien nous éclairer de leurs lumières et se réunir à nous pour le bien de la paix et la gloire de l’Église gallicane »56. Le synode est donc l’occasion de réunir tous les ecclésiastiques quel qu’ait été leur attitude lors des événements politiques depuis 1791. Le prélat commence par un long discours :

  • 57 Ibid., p. 1.

Dans les beaux siècles de l’Eglise, les évêques appelaient près d’eux, en certains tems [...] les Prêtres répandus dans les villes et les campagnes, pour se fortifier ensemble contre les séductions et les persécutions du monde, contre les ennemis de la foi et les périls dont ils étaient environnés [...] pour délibérer avec eux sur les besoins de l’Église ; pour écouter leurs sages avis ; pour éclaircir leurs doutes et diriger leurs pas dans la pénible carrière du Saint Ministère57.

32Pouvait-on faire plus bel éloge du synode diocésain ? En cette période où Mgr Maudru souhaite effacer les divisions et panser les blessures, cette institution lui apparaît comme un moyen de renouer avec la tradition, d’appeler chacun à transcender ses opinions autour d’une tâche commune. Décrié ou instrumentalisé au xviiie siècle, le synode diocésain demeure la manifestation d’une démocratie partagée, un modèle chrétien.

Notes

1 Eugène Martin, Histoire des diocèses de Toul, Nancy et de Saint-Dié, Nancy, 1900, t. 1, p. 530-531.

2 Cet orateur est désigné l’année précédente.

3 L’assistance est obligatoire et les absents doivent payer le « cens synodal ».

4 La date demeure néanmoins importante, le chapitre de la cathédrale organise ce jour son Chapitre Général avec obligations pour les chanoines d’y participer. AD Meurthe-et-Moselle : G 104, p. 181-186.

5 Philippe Martin, Une guerre de Trente Ans en Lorraine (1631-1661), Metz, Serpenoise, 2002.

6 Synodi diocesanae Tullensis..., Toul, Gérard Périn, 1658.

7 Comptage réalisé à partir de BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul.

8 En 1670, par exemple, le cas très précis d’un tableau de l’église de Prény est évoqué. La toile, jugée indigne, représente la célébration d’une messe par saint Pierre. Il est ordonné qu’elle soit enlevée. En avril 1705, il est question d’une paroisse dans laquelle le maître d’école tait des hosties avec de la farine d’orge ce qui est rigoureusement interdit.

9 Synode du 16 avril 1670 : BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 94v.

10 Ibid., fol. 71-101, synode du 15 avril 1665.

11 BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 86.

12 Philippe Martin, Les chemins du sacré. Paroisses, processions, pèlerinages en Lorraine du XVIe au XIXe siècle, Metz, Serpenoise, 1995, p. 49-52.

13 Id., Figures de la mort en Lorraine, Metz, Serpenoise, 2007, p. 101-109.

14 BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 10bis.

15 Frédéric Schwindt, La communauté et la foi. Confréries et sociétés dans l’Ouest de l’espace lorrain (xiiie-xxe siècles), thèse, Nancy 2, 2004, 3 vol.

16 Expression dans Nicole Lemaitre (dir.), Histoire des curés, Paris, Fayard, 2002, p. 181.

17 BM Nancy : 50 820 (3), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 60r-62v.

18 Ibid., fol. 95.

19 Ibid., fol. 114.

20 Ibid., fol. 123.

21 Sur cette question de l’exemption, voir Eugène Martin, op. cit., t. 2, p. 282 et suivantes.

22 BM Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 87v.

23 Ibid., fol. 92v-93r.

24 Ibid., fol. 96v.

25 Ibid., fol. 105.

26 Philippe Martin, « Définir le diocèse. Débats en Lorraine à propos d’une définition (vers 1690-vers 1730) », Le diocèse. Espaces, représentations, pouvoirs. France xve-xxe siècle (Gérald Chaix dir.), Paris, Cerf, 2002, p. 329-354.

27 Le « démissoire » ou « dimissoire », est une lettre signée par l’évêque, scellée de son sceau, par laquelle il renvoie un de ses diocésains à un autre prélat pour en recevoir les ordres : Pierre-Toussaint Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiai, Lyon, 3e éd., 1776, t. 2, p. 328.

28 Voir par exemple le rapport de droit fait à l’occasion de celui de 1463 : Documents rares ou inédits de l’histoire des Vosges, Paris, 1889, IX, p. 53-62.

29 AD Vosges : G 437.

30 AD Vosges : G 262.

31 Arch. épiscopales de Trèves : ABT 21, no 132, p. 3-4.

32 Jacques Choux, « Les statuts synodaux des diocèses lorrains », Annales de l’Est, 2 (1996), p. 115-126. L’auteur signale la publication en 1693 d’une plaquette de 16 pages intitulée Statuts, règles et ordonnances faites ez églises paroissiales dépendantes de l’abbaye de Saint-Sauveur-Domepvre...

33 Jean-Claude Sommier, Histoire de l’Eglise de Saint-Dié avec des pièces justificatives de ses immunités et privilèges, Saint-Dié, 1726, p. XXXIV.

34 Frédéric Meyer, La Maison de l’évêque. Familles et curies épiscopales entre Alpes et Rhône (Savoie-Bugey-Lyonnais-Dauphiné-Comtat Venaissin) de la fin du xvie à la fin du xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2008.

35 René Taveneaux, Le jansénisme en Lorraine 1640-1789, Paris, Vrin, 1960, p. 700.

36 Stefano Simiz a déjà montré le rôle de la visite pastorale, instrument ordinaire de gestion, et l’importance du doyenné rural : Stefano Simiz, Les visites pastorales dans le grand archidiaconé de Reims (1750-1790), Paris, mémoire maîtrise, dactyl., 1989.

37 BM Nancy : 50 820 (3), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 67-102.

38 Ibid., fol. 128.

39 Ibid., fol. 150v.

40 Mandement de 1703 : B.M. Nancy : 50 820 (1), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 205.

41 Ibid., fol. 308-309.

42 BM Nancy : 50 820 (5), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 250-253.

43 BM Nancy : 50 820 (3), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 119v.

44 Ibid., fol. 1-6.

45 Ibid., fol. 14-17.

46 BM Nancy : 50 820 (4), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 101-102.

47 C’est ce que fait, par exemple, Mgr Blouet de Camilly le 7 avril 1717 car il est demeuré à Paris.

48 Sur la fronde du clergé de Toul, voir René Taveneaux, op. cit., p. 700-705.

49 Cela est décidé le 14 décembre 1754 en fonction d’un « droit fondé sur l’autorité des Saints canons et sur un usage constant immémorial et reconnu ». Voir BM Nancy : 50 820 (4), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 189r.

50 BM Nancy : ms 971 (78), Villemin, Essai sur la vie de Mgr Drouas, fol. 42r.

51 BM Nancy : 50 820 (5), Recueil des mandements des évêques de Toul, fol. 256.

52 Toutes les pièces de cette affaire sont conservées à la Biblio. Diocésaine de Nancy : MB 122. Il ne semble pas que René Taveneaux ait eu connaissance de ce dossier.

53 Une nouvelle édition, en deux volumes, a lieu en 1788.

54 Louis Jerome, Les élections et les cahiers du clergé lorrain aux États Généraux de 1789, Paris-Nancy, 1899.

55 Lettre des évêques et prêtres assemblés à Paris en concile national..., Paris, Imprimerie Chrétienne, 1797, p. 3.

56 Mandement de Mgr Maudru, évêque des Vosges, pour la convocation d’un synode général, Saint-dié,

12 juillet 1797, p. 7. Un exemplaire est conservé à la biblio. Diocesaine de Nancy : Mi 3796.21.

57 Ibid., p. 1.

Auteur

UFR d’Histoire, Université Nancy II

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540