Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Les synodes diocésains à Strasbourg, XVIe-XVIIIe siècle

Marcel Metzger

Texte intégral

1Au temps du concile de Trente (1545-1563), la situation politique et religieuse en Alsace était des plus confuses, rendant d’autant plus difficile la mise en œuvre des décisions réformatrices catholiques. En effet, à Strasbourg même, les courants de la Réformation avaient gagné rapidement et largement les magistrats et le peuple, les clercs et les religieux. Dès 1524 des réformes furent introduites dans l’aménagement intérieur et les pratiques liturgiques de la cathédrale, avec l’adoption de la langue du peuple et la suppression des autels latéraux. À partir de 1584, le chapitre cathédral comptait quatre chanoines protestants, bientôt rejoints par d’autres confrères. Des conflits ne tardèrent pas à survenir, en particulier à propos des revenus du chapitre. Ce fut la « querelle capitulaire », dans laquelle la ville de Strasbourg prit le parti des chanoines protestants contre les chanoines catholiques. Ces derniers s’établirent alors à Saverne.

2En 1592, à la mort de l’évêque Jean de Manderscheid-Blankenheim, les chanoines protestants élirent à Strasbourg comme évêque leur collègue Jean-Georges de Brandebourg, qui n’avait alors que 16 ans. De leur côté, les chanoines catholiques, réunis à Saverne, élirent le Cardinal Charles de Lorraine, âgé de 25 ans et qui était déjà évêque de Metz. Ce fut la « querelle des évêques », qui ne prit fin qu’en 1604, lorsque le candidat protestant se retira à la suite d’une négociation, contre une compensation pécuniaire.

3Ces deux « querelles » sont révélatrices de la situation religieuse de l’Alsace à cette époque et de l’urgence de réformes. Il y avait là matière suffisante à tenir des synodes. Pourtant, les conditions n’étaient pas réunies pour en permettre l’organisation. La situation n’allait pas s’améliorer de sitôt, car aux désordres religieux allaient s’en ajouter d’autres, particulièrement néfastes, ceux de la guerre de Trente ans. L’engrenage des conflits fit déferler sur la plaine d’Alsace en vagues successives des troupes de mercenaires pillards, celles du protestant Ernest de Mansfeld en 1621-1622, les troupes suédoises en 1632-1634, puis les armées de l’Empereur, et enfin celles du Roi de France. À la signature du traité de Westphalie (1648), qui allait ramener la paix, l’Alsace était dévastée et ruinée, du Nord au Sud.

La situation politique et religieuse1

  • 1 Voir en annexe le tableau chronologique. André Marcel Burg, Histoire de l’Eglise d’Alsace, Colmar 1 (...)

4Dans le diocèse de Strasbourg, aux xvie et xviie siècles, les événements politiques et religieux avaient fait évoluer les institutions ecclésiastiques vers une situation des plus complexes et dont l’aspect le plus visible était l’éclatement territorial. La carte géographique du diocèse était alors différente de ce qu'elle est devenue à la suite des redécoupages de la Révolution française. En effet, depuis les réformes carolingiennes, le diocèse de Strasbourg comprenait le territoire de l’actuel Bas-Rhin, cependant sans l’outre-forêt au Nord (diocèse de Spire), mais avec l’Ortenau (rive droite du Rhin).

5Strasbourg était une ville d’Empire. Son emprise s’étendait sur 25 villages alentour. En 1262, au terme d’une longue période conflictuelle, la ville avait acquis de haute lutte son autonomie par rapport à l’évêque, qui, lui, alla s’établir à Saverne. Mais le chapitre restait à Strasbourg ; par son recrutement exclusif dans la noblesse d’Empire dès 1100, il avait obtenu son indépendance par rapport à l’évêque. La république urbaine de Strasbourg était gouvernée par une oligarchie économique, qui étendait son autorité au domaine religieux. C’est elle qui prit en main le chantier de la cathédrale, pour la poursuite de cette imposante et onéreuse construction.

6L’évêque et les chanoines du chapitre cathédral étaient issus de la noblesse d’Empire. L’évêque était Prince d’Empire ; il était élu par les chanoines Grands Comtes. L’intérêt de ces ecclésiastiques pour les affaires religieuses était très relatif, comme en témoigne, en particulier, l’épiscopat des deux Léopold, archiducs d’Autriche. En effet, le premier, désigné en 1595 comme coadjuteur du cardinal Charles de Lorraine, succéda à celui-ci en 1607 sans avoir été ordonné, puis il renonça à l’évêché en 1625 et se maria. Le second, évêque en titre de 1625 jusqu’à sa mort en 1662, ne passa pas un seul jour dans son diocèse. Les engagements politiques de ces prélats, proches du pouvoir, les retenaient ailleurs. Des évêques suffragants (auxiliaires) assuraient leur service.

  • 2 Bernard Xibaut, Le Grand Chapitre et le Grand Chœur. Une cohabitation difficile à la cathédrale de (...)

7Suite au conflit de l’évêque avec la ville, et ensuite en raison du succès de la Réformation à Strasbourg, les institutions ecclésiastiques du diocèse se trouvaient établies hors de Strasbourg. La résidence de l’évêque était à Saverne. En 1604, à l’issue de la « guerre des évêques », évoquée plus haut, le chapitre de la cathédrale, qu’on appelait « le Grand Chapitre », quitta la ville à son tour, pour s’établir à Molsheim. Ses membres, les Seigneurs-Grands-Comtes, cumulaient les bénéfices et devaient, pour en profiter, passer quelque temps dans chacun des chapitres dont ils étaient membres. Ce Grand Chapitre était doublé par un Grand Chœur, constitué de prébendiers qui assuraient les offices religieux2 ; cette institution s’établit à son tour à Molsheim (1605).

Les synodes de 1549 et 1560

  • 3 Sur l’ensemble des synodes de Strasbourg, du xe au xviiie siècle : Max Sdralek, Die Strassburger Di (...)

8En 1482, soit un an avant la naissance de Martin Luther, l’évêque de Strasbourg, Albert de Bavière, avait réuni à Saverne un synode, dont le principal objet fut de réformer un des couvents de la ville. Il s’agissait de l’abbaye de Saint-Étienne, dont les moniales avaient depuis longtemps le statut de chanoinesses séculières. Ce fut le dernier synode du diocèse de Strasbourg avant la Réformation3.

  • 4 M. Sdralek, Die Strassburger..., op. cit., p. 69.

9Or, à la diète d’Augsbourg en 1548, dans le cadre de sa politique religieuse, l’empereur Charles-Quint avait exigé expressément la tenue immédiate de synodes, provinciaux et diocésains, ces derniers réunissant deux fois par an « archidiacres, abbés, prélats, doyens, archiprêtres, curés et autres membres du clergé, sous la présidence de l’évêque4 ». L’évêque de Strasbourg, Erasme de Limbourg, promit à l’empereur de s’y conformer. De fait, il convoqua un synode diocésain, par ordonnance du 4 février 1549. Ce synode commença le 2 avril 1549 à Saverne. Il donna lieu à la publication de statuts synodaux diocésains.

  • 5 Selon le texte publié dans Diöcesanblatt, VII (1888), p. 20-56.

10Deux ans plus tard, l’évêque Érasme participait aux sessions de la deuxième période du concile de Trente. Il fut l’un des huit évêques de l’Empire qui y prirent part, de mai 1551 à avril 1552. En 1560, il convoqua un nouveau synode, qui compléta les statuts de 1549. C’est sous cette forme augmentée que ces statuts ont été imprimés. Leur matière correspond à la Formula reformationis de l’empereur, augmentée d’arguments théologiques et de citations patristiques. Leur genre déborde la stricte formulation canonique ; il s’agit d’un manuel pastoral, à la façon du Catéchisme romain. En voici le sommaire, établi à partir des titres des chapitres5.

Les statuts de 1560

  1. Prédication et catéchisme.

  2. Pas de messes pendant le sermon ; la tenue des offices paroissiaux.

  3. Contrôle des prédicateurs étrangers.

  4. Célébrer les rites selon la tradition authentique, ne pas admettre les innovations hérétiques.

  5. Inspection des bibliothèques des prêtres ; les livres qui doivent s’y trouver.

  6. Administration des sacrements ; les expliquer au peuple.

  7. L’office divin des prêtres et des chanoines : les sept heures quotidiennes.

  8. Les jours de jeûne.

  9. Les fêtes : écoute de la Parole de Dieu (ut audiatur verbum Dei), pénitence, réception de l’eucharistie ; activités prohibées.

  10. Les spectacles interdits dans les églises.

  11. Les processions des rogations.

  12. Sonnerie de l’angélus.

  13. Le culte des images, avec référence au concile de Nicée II (787).

  14. Mœurs du clergé : la continence, les banquets, la tenue, etc.

  15. Interdiction au clergé de pratiquer le négoce.

  16. Les écoles de monastères et les études.

  17. Les moniales, la compréhension des offices célébrés en latin, la vie commune.

  18. La dîme.

  19. L’administration des hôpitaux.

  20. Fête de la dédicace ; contre les excès des fêtes.

  21. L’admission dans les ordres sacrés.

  22. Les bénéfices : le cumul, la collation.

  23. Les revenus du clergé, le droit de vivre de l’autel.

  24. Le devoir de résidence.

  25. Les candidats aux dignités ecclésiastiques.

  26. L’entretien des clercs pendant leurs études : à prélever sur les revenus des bénéfices.

  27. Le recrutement du clergé.

  28. La simonie et l’usure.

  29. Administration gratuite des sacrements.

  30. Les hérétiques, les schismatiques, les apostats.

  31. Les sortilèges.

  32. Interdiction aux laïcs de prêcher.

  33. Exclure les laïques des assemblées de clercs et des chapitres.

  34. La révision des livres liturgiques.

  35. Les professeurs de théologie.

  36. Les écoles : le choix des maîtres et des auteurs, la pédagogie.

  37. La censure des livres.

  38. L’aliénation des biens ecclésiastiques.

  39. La nécessité de conserver les biens, les droits et les bâtiments des églises et des chapitres.

  40. Le mariage : les temps prohibés, les publications, le consentement des parents, le mariage des étrangers, la dignité de la célébration.

  41. Testaments et legs.

  42. Contre la violation des sépultures.

  43. Les bibliothèques dans les collégiales et les monastères.

Les synodes de 1681, 1686 et 1687

  • 6 Diocesanblatt, VIII (1889), p. 10-11.

11Après l’épiscopat d’Érasme de Limbourg, l’institution synodale connut à nouveau une longue période de silence. En Alsace, les circonstances n’étaient pas favorables, en raison des conflits religieux, avec la guerre des évêques et la concurrence des divers camps confessionnels, mais surtout du fait des conflits politiques de la guerre de Trente ans, qui ont entraîné la ruine de toute la province. Il fallut attendre la période de paix et de prospérité, consécutive au traité de Westphalie, avec la réunion de l’Alsace à la France, pour que l’activité synodale reprenne. Mais elle s’est à nouveau limitée à une courte période6, avec trois synodes en 1681, 1686 et 1687, dont les statuts ont été promulgués en 1687. Ce recueil a suffi à la régulation des institutions, puisqu’il a été réédité sans modification en 1721.

Les statuts de 1687

  • 7 Selon le texte publié dans Diocesanblatt, VIII (1889), p. 11-12, 23-27, 41-44, 55-61.

12Leur rédaction, concise, fut l’œuvre de Martin de Ratabon, vicaire général et official. En voici le sommaire7.

Titre 1. Les clercs

  • 8 Concile de Nicée, canon 3 ; Giuseppe Alberigo (éd.), Les conciles œcuméniques, t. 2*, Les Décrets, (...)

13I-II. Le personnel des presbytères. Exclusion des subintroductaev8. Les seules femmes admises : des membres de la famille. Le contrôle de l’archiprêtre.

14III. Hôtels et cabarets.

15IV. Festins de noces, et autres ; les clercs doivent les éviter.

16V. Les jeux interdits aux clercs.

17VI. Contre les négligences des curés dans l’instruction du peuple ; que les prêtres lisent chaque jour la Bible.

18VIL L’habit clérical et le port de la tonsure.

19VIII. La confession des prêtres (2 fois par semaine).

20IX. Exercices spirituels annuels pour les prêtres, organisés dans les locaux du Séminaire.

21X. Interdiction du tabac avant les offices (ante sacrum).

22XI. Les prêtres en voyage.

23XII. Le catéchisme du concile de Trente : à l’usage de tous les curés, pour l’instruction.

Titre 2. Les bénéfices

24Modalités de leur collation. Recours à un procurateur par les patrons non-catholiques. Interdiction du cumul. En jouir pour les études.

Titre 3

25I. Les réguliers. Les litterae commendatitiae. Célébrations pontificales par les abbés mitrés. Aumônes aux religieux mendiants. L’administration des sacrements aux malades.

26II. Les religieuses. Mendiantes et vagabondes. Les confesseurs extraordinaires des moniales.

Titre 4

  1. Les sacrements. Réserve des saintes huiles chez les archiprêtres.

  2. Visite régulière des malades. Ne pas différer le viatique et l’extrême onction.

  3. Le baptême : à célébrer dans l’église, sauf urgence. Dans les 3 jours. Relevailles dans l’église. Les registres. Que les nourrices n’acceptent que des enfants baptisés.

  4. La confession. Les confesseurs extraordinaires dans les paroisses, avec pouvoirs pour les cas réservés. La confession annuelle, pascale ; il est recommandé de se confesser à son curé. Dans l’église.

  5. Le mariage. Interdiction concernant les militaires et les vagabonds. Juridiction territoriale. Publication des bans. Contrôle en cas de secondes noces. Les dispenses. Recours à l’ordinaire.

  6. Rites sacrés et culte divin. Respect de la coutume, pas d’innovations. Préserver la dignité des églises. La présidence des processions revient aux curés. Recours au bras séculier contre les absentéistes.

Titre 5

Les églises collégiales

27I. Les heures canoniales. Célébration digne et modeste. Contre l’absentéisme.

28II. Les revenus des collégiales.

Les chapitres ruraux et les paroisses

29IV. Les convocations aux réunions. Avec la permission de l’ordinaire, qui envoie un délégué.

30V. Les comptes.

31VI. La visite des paroisses. Par l’archiprêtre.

32VII. La résidence. Autorisations d’absence et remplacements.

33VIII. Inventaire à faire par un nouveau curé.

34IX. Casuel. Gratuité de la sépulture des indigents.

Titre 6. La prédication

35Sous le contrôle de l’évêque. Les sujets à aborder.

Titre 7. Varia

36I. Le dimanche. Les pratiques interdites : commerces et foires. Le repos dominical.

37II. Les sages-femmes. La profession de foi est exigée, ainsi que la connaissance des rites du baptême.

38III. La fermeture des cabarets, pendant les offices, la prédication et le catéchisme. Les horaires.

39IV. Les cimetières. Interdiction d’y tenir les foires. Informer le curé pour la sépulture des enfants.

Conclusion

  • 9 Concile de Nicée, can. 5 ; G. Alberigo (éd.), Les conciles œcuméniques, t. 2*, p. 40.
  • 10 Concilia Africae (345-525), Charles Munier (éd.), CCL 149 ; Concilia Galliae (314-506), Charles Mun (...)

40Depuis le ive siècle, les règlements canoniques ont imposé la tenue régulière de synodes, la norme étant la convocation de deux synodes provinciaux par an9. Dans l’Occident latin, des Églises s’y sont appliquées fidèlement, comme en Afrique et en Gaule, les éditions de ces conciles l’attestent10. La règle a été rappelée régulièrement au cours des siècles, et à nouveau par le concile de Trente :

  • 11 Session 24, du 11 novembre 1563, Décret de réforme, canon 2 ; G. Alberigo (éd.), Les conciles œcumé (...)

Les synodes diocésains se tiendront tous les ans. Tous les exempts seront tenus de s’y rendre, eux qui autrement, toute exemption cessant, devraient s’y trouver, alors qu’ils ne sont pas soumis à des chapitres généraux. Pourtant c’est à cause des églises paroissiales ou d’autres églises séculières, même simples annexes, que doivent être présents au synode ceux qui ont la charge de celles-ci, quels qu’ils soient11.

41Un tel rappel, renouvelé en toute situation de réforme ecclésiastique, paraît toutefois quelque peu incantatoire, à en juger d’après le Préambule du synode de Strasbourg de 1687 :

  • 12 Diocesanblatt, VIII (1889), p. 11.

Dans l’Eglise, il n’y a pas d’institution plus vénérable (antiquius), plus salutaire, que de tenir annuellement des synodes, dans lesquels on peut contribuer par de nouveaux et saints décrets à tout ce qui concerne l’établissement du culte divin, l’édification et l’instruction des populations, l’extirpation des hérésies, le zèle des prêtres...12.

42Or, pendant la période étudiée, qui couvre plus de deux siècles, les synodes furent plutôt rares, dans le diocèse de Strasbourg : pas même une demi-douzaine, semble-t-il. Pourquoi une si faible activité synodale ? Le contexte local suggère une réponse à cette question. On observe, en effet, que les synodes ont été réunis pendant les deux périodes de restauration politique et religieuse qu’a connues l’Alsace entre le xvie et le xviiie siècle, d’une part après la diète d’Augsbourg, en 1548, et d’autre part après le traité de Westphalie, un siècle plus tard.

43À chacune de ces deux périodes, l’activité législative a été menée au cours de deux ou trois synodes, rapprochés dans le temps, et a donné lieu à la publication de statuts, constituant des ensembles législatifs suffisants, du moins ceux de 1687, puisqu’ils ont été réédités en l’état une trentaine d’années plus tard. Quant à la période qui a suivi les synodes convoqués par l’évêque Erasme de Limbourg, comme on l’a signalé plus haut, les troubles politiques et religieux faisaient obstacle au bon fonctionnement des institutions ecclésiastiques.

  • 13 Un des principaux artisans en fut Martin de Ratabon, vicaire général nommé à Strasbourg par la volo (...)
  • 14 Décret de réforme, canon 2, dont un extrait a été cité plus haut.
  • 15 L. Châtelier, dans Histoire du diocèse de Strasbourg, p. 95 ; Antoine Guth, Le don gratuit du clerg (...)

44Après la réunion de l’Alsace à la couronne française, sans doute n’attendait-on pas des synodes diocésains une mise à jour des règlements ecclésiastiques, puisque le pouvoir royal allait lui-même s’en charger, par sa politique religieuse de restauration catholique13, dans une province ruinée et largement gagnée par ce qu’on appelait alors « l’hérésie ». Dans ces conditions, le dispositif législatif en place ne réclamait pas la tenue de synodes plus fréquents. En effet, le cadre approprié pour « régler les mœurs, corriger les excès, accommoder les différends », fonctions attribuées aux synodes par le concile de Trente14, n’était pas nécessairement celui des assemblées diocésaines, qu’il fallait démultiplier puisque la nouvelle province française était partagée entre plusieurs diocèses. D’autres organisations ecclésiastiques étaient plus appropriées, comme les chapitres ruraux, dont les réunions étaient contrôlées par des officiers des évêques. De plus, la mise en place en Alsace des institutions ecclésiastiques des évêchés français devait occuper les esprits et mobiliser les énergies. L’histoire du « don gratuit du clergé d’Alsace » en est une illustration patente, parmi d’autres, puisque à cette occasion furent établies des chambres ecclésiastiques, chargées de la répartition et du recouvrement de cet impôt déguisé15.

Tableau chronologique

Situation politique

Situation religieuse

Evêques de Strasbourg

Synodes

1548, diète d’Augsbourg

1545-1548, 1551-1552, 1562-1563 : Concile de Trente

1541 : Erasme de Limbourg († 1568)

1549, à Saverne
1560, avec publication des statuts

 

 

1569 : Jean IV de Manderscheid

 

 

Strasbourg, querelle des évêques, 1592-1604

1592 : Charles de Lorraine, cardinal

 

Guerre de Trente ans : méfaits en Alsace, 1621-1622

Institutions ecclésiastiques désorganisées

1607 : Léopold d’Autriche

 

1632-1634, les troupes suédoises en Alsace 1648, traité de Westphalie : l’Alsace est réunie au royaume de France

Politique royale de restauration catholique

1625 : Léopold Guillaume (t 1662)

 

1681, la ville de Strasbourg est réunie au royaume de France

1681, reprise du culte catholique dans la cathédrale

1663 : François Egon de Furstenberg, cardinal élu à Molsheim, candidat de Louis XIV

1681, à Strasbourg

 

1683, transfert du Séminaire de Molsheim à Strasbourg.
Les institutions tenues par les jésuites sont confiées à la province de Champagne

1682 : Guillaume Egon de Furstenberg, cardinal, frère de François Egon

1686 et 1687 ; publication de statuts

 

Palais épiscopaux : rénovation à Saverne et construction à Strasbourg

1704 : Armand de Rohan, cardinal

1721 : Réédition des statuts de 1687

 

 

1749 : Armand de Rohan-Soubise, cardinal

 

 

 

1756 : Louis Constant de Rohan-G, cardinal

 

 

 

1779 : Louis René de Guéméné, cardinal

 

Notes

1 Voir en annexe le tableau chronologique. André Marcel Burg, Histoire de l’Eglise d’Alsace, Colmar 1945, p. 183-245 ; Louis Châtelier, in Francis Rapp (dir.), Histoire du diocèse de Strasbourg, Paris 1982, p. 94-95.

2 Bernard Xibaut, Le Grand Chapitre et le Grand Chœur. Une cohabitation difficile à la cathédrale de Strasbourg (1681-1803), Strasbourg ERCAL, 1986.

3 Sur l’ensemble des synodes de Strasbourg, du xe au xviiie siècle : Max Sdralek, Die Strassburger Diöcesansynoden, Strasbourg et Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1894, 168 p. Le texte latin des statuts synodaux, pourvu d’une documentation comparative en note : Curé Wernert dans Diocesanblatt (Ecclesiasticum Argentinense), Archivalische Beilage, VII (1888), p. 20-56, et VIII (1889), p. 9-12, 23-27, 41-44, 55-61.

4 M. Sdralek, Die Strassburger..., op. cit., p. 69.

5 Selon le texte publié dans Diöcesanblatt, VII (1888), p. 20-56.

6 Diocesanblatt, VIII (1889), p. 10-11.

7 Selon le texte publié dans Diocesanblatt, VIII (1889), p. 11-12, 23-27, 41-44, 55-61.

8 Concile de Nicée, canon 3 ; Giuseppe Alberigo (éd.), Les conciles œcuméniques, t. 2*, Les Décrets, Paris, Éd. du Cerf, 1994, p. 38.

9 Concile de Nicée, can. 5 ; G. Alberigo (éd.), Les conciles œcuméniques, t. 2*, p. 40.

10 Concilia Africae (345-525), Charles Munier (éd.), CCL 149 ; Concilia Galliae (314-506), Charles Munier (éd.), CCL 148 ; Conciles gaulois du ive siècle, Jean Gaudemet (éd.), SC 241 ; Les Canons des conciles mérovingiens (vie-viie siècles), Jean Gaudemet et Brigitte Basdevant (éd.), SC 353 et 354.

11 Session 24, du 11 novembre 1563, Décret de réforme, canon 2 ; G. Alberigo (éd.), Les conciles œcuméniques, t. 2**, p. 761.

12 Diocesanblatt, VIII (1889), p. 11.

13 Un des principaux artisans en fut Martin de Ratabon, vicaire général nommé à Strasbourg par la volonté royale et rédacteur des statuts de 1687 : L. Châtelier, dans Histoire du diocèse de Strasbourg, p. 94-95 ; Jeannine SLAT, Histoire du rattachement de l’Alsace à la France, Le Coteau éd. Horvath 1987, p. 139-162, « Les problèmes religieux de l’Alsace ».

14 Décret de réforme, canon 2, dont un extrait a été cité plus haut.

15 L. Châtelier, dans Histoire du diocèse de Strasbourg, p. 95 ; Antoine Guth, Le don gratuit du clergé d’Alsace sous l’Ancien Régime, Strasbourg, 1961.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search