Version classiqueVersion mobile

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Les synodes de l’évêque-comte de Verdun, le Prémontré Nicolas Psaume, précurseur et exécuteur de la Réforme Tridentine

Bernard Ardura

Texte intégral

  • 1 B. Ardura, Nicolas Psaume (1518-1575) évêque et comte de Verdun. L’idéal pastoral du concile de Tre (...)

1L’épiscopat de Nicolas Psaume1 à Verdun est particulièrement significatif, notamment en ce qui concerne l’institution et la pratique du synode diocésain. Nommé évêque de Verdun le 13 juin 1548, il fait son entrée dans la ville le 12 juillet suivant, prenant possession d’un diocèse qui n’a plus été réellement gouverné depuis un demi-siècle et n’a plus connu de synode diocésain depuis 1507. Il fait, en outre, figure d’exception dans les pays de langue française par la fréquence des synodes qu’il convoque à vingt-deux reprises au cours des vingt-sept années de son ministère verdunois, ce qui représente la moyenne la plus élevée de réunions du synode diocésain, compte tenu des absences de l’évêque dues à sa participation aux deux dernières périodes du concile de Trente, en 1551-1552 et en 1562-1563. Enfin, il est sans conteste un pionnier, dans la mesure où son action synodale commence en 1549, quatorze ans avant le décret de réforme du concile de Trente, voté le 11 novembre 1563, au cours de la XXIVe session, qui stipule au canon 2 : « Les synodes diocésains se tiendront tous les ans ».

  • 2 Les statuts de 1569 semblent n’avoir pas été imprimés. La peste sévissant à Verdun désorganisa la c (...)

2Nous avons accès aux textes des statuts synodaux de Nicolas Psaume promulgués entre 1549 et 1575, soit sous forme de documents manuscrits pour la période 1549-1560, soit sous forme de feuillets imprimés2 à partir de 1561, accessibles grâce à deux recueils : Acta et decreta, ms. 1488 de la Bibliothèque Municipale de Nancy et Statuts de Nicolas Psaume, ms. 0118 de la Bibliothèque du Grand Séminaire de Nancy.

I. L’évêque-comte de Verdun

  • 3 Nicolas Psaume naît le 11 décembre 1518 à Chaumont-sur-Aire, et meurt le 10 août 1575 à Verdun.

3Lorsqu’en 1548, Nicolas Psaume3 devient évêque de Verdun, la situation du diocèse n’est guère florissante. Verdun ne possède plus d’évêque résidant depuis une quarantaine d’années. En l’absence d’évêque résidant, le clergé séculier, nombreux, est mal formé, comme dans la plupart des diocèses, et le clergé régulier, s’il possède de nombreux établissements à Verdun, n’est pas à même de jouer un rôle décisif en vue d’une réforme du diocèse. L’ensemble de la population des campagnes connaît une situation dramatique : pillages, incendies, épidémies de peste se succèdent, laissant une population désorientée et souvent réduite à la misère. Deux urgences se présentent au nouvel évêque : la réforme des catholiques et la lutte contre l’hérésie protestante.

  • 4 Arch. de la Compagnie de Jésus, Rome, Prov. camp., 3, fol. 13-15.

4Nicolas Psaume a conscience de l’enjeu : la vie de son Église dépend de la qualité de ses clercs. Pour ce faire, il multiplie les initiatives en vue d’une sélection et d’une formation des clercs, adaptées aux circonstances et, peu de temps avant sa mort, va jusqu’à jeter les bases d’un séminaire dont les Jésuites devaient assurer la direction. À cet effet, il passe contrat, le 16 mars 1574, avec le provincial de France de la Compagnie de Jésus, le Père Claude Matthieu4. Il jetait ainsi les bases de cette institution à Verdun, en avance sur les institutions du siècle suivant.

5À travers ces initiatives, Nicolas Psaume poursuit un but, celui d’instaurer dans son diocèse la figure sacerdotale dessinée par les décrets tridentins autour du concept de « pasteur ». Il écrit dans les statuts synodaux de 1565 :

  • 5 B. Ardura, Nicolas Psaume.op. cit., p. 658.

L’office du bon pasteur consiste à paître et à gouverner. Il paît quand il pourvoit aux besoins de ses brebis par de bons pâturages. Il les gouverne quand il éloigne d’elles les loups et quand il les protège de tout dommage5.

6Cet idéal fera son chemin parmi un clergé souvent contraint à vivre dans des conditions précaires, à la recherche de quelque avantage matériel. L’évêque insiste sur le devoir de la résidence, comme il l’a fait lors du concile de Trente : le pasteur est au milieu de son peuple pour le connaître et le servir. Selon le concile, cette réforme doit être intérieure, mais elle doit aussi être visible. De vie irréprochable, séparés du monde, les prêtres ont pour mission d’être au milieu de leur peuple des signes de la sainteté du Christ.

7Alors que la réforme protestante met l’accent sur la prédication, l’Église catholique accuse un lourd retard en ce domaine. Aussi, Nicolas Psaume fait venir des missionnaires de Paris dès 1558, puis appelle la Compagnie de Jésus. Il écrit en ce sens au Père Laynez, préposé général de la Compagnie :

  • 6 Lettre de Nicolas Psaume, du 21 avril 1564, au Père Jacques Laynez, Arch. de la Compagnie de Jésus, (...)

Que les adultes et tous ceux qui sont parvenus à l’âge d’homme soient nourris par le ministère persévérant de la prédication de la divine parole et la fréquente participation aux saints sacrements de pénitence et d’eucharistie6.

  • 7 La bulle « In supereminenti » est datée du 5 décembre 1572.

8En relation étroite avec la Compagnie de Jésus, l’évêque fait venir, en 1564, le Père de Coster qui enseigne depuis longtemps à Cologne. Il fonde ainsi son premier collège jésuite que la peste de 1568 désorganise complètement. L’évêque, loin de se décourager, parvient à fonder un nouveau collège en 1570 et le confie à nouveau à la Compagnie de Jésus. Ce collège dispensera un enseignement gratuit jusqu’à la Révolution. L’établissement de ce collège entre, comme l’a justement écrit le Professeur René Taveneaux, dans un plan de résistance au protestantisme, fondé sur ce qu’il a appelé « la dorsale catholique » partant du Milanais et rejoignant les Pays-Bas, en passant par la Franche-Comté et la Lorraine, régions restées fidèles à Rome. Exécuteur testamentaire du cardinal Charles de Lorraine, mort en Avignon le 26 décembre 1574, Psaume achève l’installation des Jésuites à Pont-à-Mousson et, le 3 mars 1575, quelques mois avant sa mort survenue le 10 août 1575, il promulgue la bulle de fondation de l’université mussipontaine, octroyée par Grégoire XIII7.

9C’est dans ce contexte de réforme, qu’il faut situer l’action synodale de Nicolas Psaume. Conscient d’avoir été placé par Dieu à la tête de son Église, le jeune évêque de Verdun met tout de suite en œuvre le synode diocésain. À cette époque, le synode est surtout l’œuvre personnelle de l’évêque, mais il s’insère dans l’ensemble d’une action pastorale bien plus large, et il dépend pour l’essentiel de la visite pastorale régulière du diocèse, effectuée chaque année par ses premiers collaborateurs, les archidiacres et les doyens, dont le rôle sera encore amplifié à Milan par saint Charles Borromée, jusqu’à constituer un véritable quadrillage du diocèse.

II. Les buts, agents et moyens de l’action pastorale de Nicolas Psaume

10Pour comprendre la pensée et l’action pastorale de Nicolas Psaume, il convient de la replacer dans son contexte culturel. La conception du monde qui domine encore le xvie siècle, est une conception unitaire. Le vrai ne peut être qu’un, et tout ce qui divise est considéré comme une atteinte à la perfection de la vérité une et indivisible. Dans cette perspective, la tolérance d’opinions contraires à la vérité apparaît comme une capitulation devant l’erreur, une capitulation de la vérité elle-même et, de ce fait, elle est inadmissible.

11Le monde dans son ensemble est considéré lui aussi comme une unité globale, à l’intérieur de laquelle les différents domaines, spirituel, moral, politique, mais aussi les fléaux naturels comme la maladie, sont intimement liés par la Providence divine qui en assure l’unité, la cohésion et leur confère leur signification.

12Nicolas Psaume partage cette conception avec ses contemporains. S’adressant en 1568 aux curés du diocèse de Verdun particulièrement affectés par les menées des protestants, il affirme :

  • 8 Statuts de 1568.

La paix nous sera donnée si, réparant nos abus et nos mœurs corrompues, nous poursuivons notre route et nous acquittons avec soin et sérieux de la charge que nous avons reçue8.

13Deux ans plus tard, il reprend le même thème :

  • 9 Statuts de 1570.

Que Dieu éloigne et enlève la faim, les guerres, les meurtres, les calamités, les pestes et toutes sortes de maux de ce genre, qui nous sont infligés par la très juste jugement de Dieu, à cause de nos péchés, et qu’il accorde la paix à notre temps9.

  • 10 A Rimoldi, « Carlo Borromeo », Bibliotheca Sanctorum, t. III, col. 841-842.

14On retrouve les mêmes accents chez saint Charles Borromée, lors de la peste qui affligea Milan en 1576-157710.

1. Les buts de l’action pastorale de Nicolas Psaume

15Le but suprême du pasteur est de conduire son troupeau au Paradis, car la vocation de l’homme est de voir Dieu. Dans cette perspective, l’évêque s’efforce d’inciter le peuple chrétien à s’éloigner du péché et à pratiquer le bien, dans la mise en œuvre du devoir d’état. L’enseignement de la foi devient obligatoire dans les paroisses et vise à la cohérence de la vie chrétienne avec la foi professée. La pratique dominicale, la prière personnelle et en famille, l’intercession pour l’Église, le pays et ses gouvernants constituent autant de facettes de la dévotion qui caractérise la vie des fidèles.

16La conception unitaire dans laquelle Nicolas Psaume opère entraîne un corollaire : la cohésion de l’Église, fondée sur une unité de foi et de pratique religieuse, de discipline et de comportement moral. Pour honorer cette unité, deux impératifs s’imposent à l’évêque : la réforme interne des catholiques et la lutte contre le protestantisme.

2. Les agents de la pastorale

17L’évêque tient sa mission de Dieu, car il est établi à la tête de l’ensemble de son troupeau par le Saint-Esprit, de telle sorte qu’il en est responsable devant Dieu. Or, ce troupeau est le troupeau du Christ. Il introduit ainsi les statuts synodaux de 1566 :

  • 11 Statuts de 1566.

Depuis le moment où nous avons été placé à la tête du troupeau du Christ dans l’Église et le diocèse de Verdun, par la volonté de la Divine Providence et la grâce du Siège apostolique...11.

  • 12 II y avait quatre archidiaconés : archidiaconés de la Princerie, d’Argonne, de La Rivière et de la (...)
  • 13 II y avait neuf doyennés : doyenné urbain, doyennés d’Amel, Chaumont, Forges, Clermont, Souilly, Sa (...)

18À ce titre, l’évêque tient la première place dans son Église, il est le premier responsable de l’action pastorale. C’est de lui qu’émanent les dispositions dont il a seul l’initiative, et les prêtres qui lui sont associés, prêtres diocésains et religieux, se doivent d’apporter leur coopération à leur mise en œuvre. Parmi les prêtres, certains ont une responsabilité particulière, ce sont les quatre archidiacres12 et les doyens13 qui sont les vicaires de l’évêque sur le territoire de leur juridiction. Ce souci d’avoir au service de l’Église des prêtres instruits et pieux, zélés et proches du peuple couvre une part significative des statuts synodaux.

3. La visite pastorale du diocèse

  • 14 BM Nancy, ms. 1488.

19L’absence de protocoles de visites pastorales nous prive d’une source d’informations du plus haut intérêt. N’ayant, à ce jour, trouvé ni mémoires, ni lettres à ce sujet, nous devons nous contenter de recenser les mentions des visites notamment à l’aide des statuts synodaux, sans toutefois pouvoir connaître ni leur contenu, ni les dispositions, ni les effets de ces visites. Nous avons repéré neuf mentions de visites, mais sans pouvoir affirmer qu’elles eurent effectivement lieu, à part celle de 1556 dont nous possédons le plan14.

  • 15 BM Nancy, ms. 1488, fol. 46r-53r ; Bibliothèque du Grand Séminaire de Nancy, ms. 0 118, fol. 102r-1 (...)

20En admettant que les neuf mentions de visites correspondent à neuf visites effectives, ceci indiquerait que le diocèse de Verdun connut une visite tous les trois ans en moyenne malgré les absences de son évêque, dues à sa participation au concile de Trente, ce qui correspondrait à l’idéal fixé par Psaume dans son Pastoral de 156815. Ces visites ne furent pas toutes générales ni toutes faites par l’évêque en personne. En effet, les troubles politiques semblent avoir entravé les projets de Nicolas Psaume ; on redoutait notamment qu’en l’absence de l’évêque, la ville de Verdun ne fût assaillie et prise par les huguenots, surtout à partir de 1562.

21Lors du synode qui se tient à Verdun, le 1er mars 1553, Nicolas Psaume annonce une visite générale du diocèse, visite rendue d’autant plus nécessaire, à son avis, qu’il n’y en pas eu depuis fort longtemps et qu'elle lui semble désirée par tous les gens pieux. Il estime que sans la visite, il ne peut y avoir de véritable progrès.

  • 16 Statuts de 1564.

22A plusieurs reprises, lors des synodes diocésains, l’évêque revient sur le bienfondé et l’utilité de la visite régulière. En 1564, il annonce son intention d’effectuer une visite générale du diocèse et oblige, auparavant, les archidiacres à visiter les paroisses de leur territoire, dans un délai de deux mois. Il leur rappelle ce devoir à exécuter sans aucune interruption, tous les quatre mois, afin d’extirper les abus, éteindre les disputes et cultiver avec soin le champ des consciences16.

23Archidiacres et doyens se doivent de s’enquérir des abus les plus graves tant du clergé que des laïcs, pour en avertir l’évêque, afin de lui permettre de porter remède à ces maux, lors de la visite solennelle du diocèse. Les abus cléricaux concernent surtout les bénéfices et la prédication, la régularité dans le ministère, le genre de vie, la tenue des écoles paroissiales, l’enseignement de la doctrine et la résidence des pasteurs. Les abus des laïcs intéressent les devoirs des parents, l’éducation chrétienne des enfants, la pratique religieuse, la fréquentation des sacrements et notamment la réception de la confirmation, l’observation de la législation du mariage et la participation au maintien matériel de la paroisse.

24Devant la nécessité de la visite et la difficulté de visiter personnellement toutes les paroisses, Nicolas Psaume organise un réseau de visiteurs, qui annonce la planification exemplaire conçue à Milan par saint Charles Borromée.

4. L’imprimerie et le livre

  • 17 B. Ardura, « Le livre et la Réforme catholique à Verdun, sous l’épiscopat du prémontré Nicolas Psau (...)

25Le renouveau souhaité pour tout le diocèse de Verdun implique une action quotidienne de l’ensemble du clergé ayant charge d’âmes. Or, bien peu parmi les prêtres séculiers sont alors en mesure de donner ne fût-ce que de brèves instructions aux fidèles soit lors de la messe dominicale, soit à l’occasion de l’administration des sacrements. Si le concile de Trente juge bon de maintenir l’emploi de la langue latine dans la liturgie, il fait un devoir aux pasteurs d’instruire les fidèles en langue vernaculaire durant la célébration de la messe. Nicolas Psaume étend cette obligation à la célébration de tous les sacrements, mais se rend vite compte de l’impossibilité pour nombre de prêtres de remplir cette tâche. Une seule solution s’offre à l’évêque : fournir à son clergé des textes préparés par lui, afin qu’ils soient lus aux fidèles. Cette nécessité conduit Psaume à utiliser le livre. Toutefois, une difficulté supplémentaire risque de compromettre ses bonnes intentions : Verdun est alors dépourvu d’imprimeur17.

26Jusqu’en 1561, date des premiers imprimés verdunois, Psaume a recours à divers expédients. Il fait certainement copier, en tout ou en partie, les statuts synodaux promulgués entre 1549 et 1560, car ces documents officiels contiennent des textes que tout curé du diocèse doit avoir en sa possession.

27Très marquée par l’expression littéraire et artistique du Moyen Age, dotée de faibles moyens financiers, et surtout exposée à de continuelles incursions militaires, la ville de Verdun se caractérise en Lorraine par un net retard dans l’établissement d’une officine de typographe. Jusqu’en 1560, tous les livres liturgiques sont imprimés dans d’autres villes, notamment à Paris, tandis que l’imprimerie a été établie à Metz dès 1483, et à Saint-Nicolas-de-Port depuis 1501.

28Le premier imprimeur, Nicolas Bacquenois, installé à Reims, est appelé à Verdun par Nicolas Psaume, probablement en 1559. Bacquenois devient donc le typographe attitré de l’évêque, laissant son atelier rémois entre les mains de Jean de Foigny qui demeure son associé. L’imprimerie devient, dès cette date, un moyen privilégié de la pastorale épiscopale.

29Nicolas Bacquenois meurt en 1571 ou dans les débuts de 1572. Nicolas Psaume le remplace par Martin Marchant, probablement parent du célèbre géographe Mercator, qui demeure à Verdun entre 1572 et 1582, date à laquelle il s’installe à Pont-à-Mousson où il devient le typographe de l’université, laissant son fils Mathurin à Verdun. Nicolas Psaume est sans conteste le fondateur de l’imprimerie verdunoise. En mettant cette nouvelle technique de communication au service de la réforme catholique, il jette, en fait, les fondements d’une nouvelle forme de diffusion de la pensée dans un diocèse qui porte encore les marques d’un archaïsme certain.

III. le synode diocésain dans la pastorale de Nicolas Psaume

  • 18 « Des dispositions abondantes, précises, détaillées, parfois très neuves, couvrent presque tous les (...)
  • 19 Constitutiones Synodales, Poitiers, 1544, BM Poitiers, DR 498.

30À la différence des grands synodes tenus par Étienne Ponchet à Paris18, le 15 mai 1515, ou par le cardinal de Givry à Poitiers19 en 1544, qui élaborent de véritables œuvres théologiques, canoniques, liturgiques et spirituelles, mais demeurent des événements relativement isolés, les statuts synodaux élaborés par Nicolas Psaume forment de petits ensembles, assez brefs en général, mais leur parution est régulière, presque annuelle, car le synode est pour l’évêque de Verdun un moyen de gouvernement privilégié ordinaire. De fait, il met l’évêque en contact direct avec son clergé convoqué dans son ensemble. Ceci est d’autant plus important que l’évêque entend gouverner son diocèse en s’appuyant sur ses prêtres, qu’il appelle volontiers ses « co-pasteurs ».

31Voici le texte par lequel Nicolas Psaume justifie la nécessité du synode :

  • 20 Statuts de 1555.

Comme la charge de l’évêque veut qu’il connaisse la physionomie de son troupeau et qu’il ait soin, en premier lieu, de ses coopérateurs et co-pasteurs, en surveillant si chacun s’acquitte avec soin et fidélité de sa charge, il faut donc que l’évêque sache, lui qui a été placé comme veilleur dans l’Église de Dieu, comment ils gouvernent, ce qu’ils enseignent, comment ils observent les traditions et les rites de l’Église, quelles sont leur vie et leurs mœurs. Ceci ne peut être réalisé de meilleure façon que par la convocation synodale des prélats et des curés de son diocèse et par le concile, de telle sorte que les synodes ne soient plus appelés à tort “salut de l’Église, terreur de ses ennemis et soutient de la foi catholique”, synodes dans lesquels excelle au mieux l’autorité du fleuron épiscopal20.

1. La célébration du synode

32Nous connaissons la façon dont se déroule le synode sous l’épiscopat de Nicolas Psaume, par deux règlements publiés dans les statuts synodaux de 1555 et 1573. La convocation se fait à date fixe. Les statuts de 1555 précisent : « Le jeudi qui suit le troisième dimanche de carême, Ocidi. » La date en est changée en 1559, par commodité :

  • 21 Statuts de 1559.

À cause du service divin en carême et de l’administration du sacrement de pénitence, le synode est transféré au mardi après le dimanche in albis, dit de Quasimodo21.

33L’assemblée synodale se tient dans la cathédrale. Là se déroule la partie liturgique de la célébration, et là l’évêque fait donner lecture des statuts et les promulgue.

34Les participants sont tous ceux qui y sont tenus par le droit ou la coutume, c’est-à-dire les archidiacres, les doyens, les curés, les vicaires et les supérieurs des communautés religieuses établies dans le diocèse. Tous doivent se présenter, sous peine d’être déclarés contumaces et punis d’une amende.

  • 22 Ibid.

35Avant la tenue du synode proprement dit, les doyens doivent présenter à l’évêque un rapport sur leurs doyennés respectifs. Ils doivent notamment fournir, par écrit, la liste des usuriers, des excommuniés avec la raison de leur excommunication, les noms des prêtres décédés au cours de l’année écoulée22, ainsi que la liste des excès et des abus commis par les fidèles et les clercs de leurs doyennés, le registre des testaments de l’année et, enfin, la liste de ceux qui n’ont pas communié à Pâques.

  • 23 Statuts de 1555 et 1573.

36Après avoir visité les malades sous leur juridiction, les participants au synode se mettent en route, convenablement vêtus afin de n’être occasion de scandale pour personne, prenant soin de choisir en chemin et à Verdun des maisons d’accueil honnêtes et jamais des endroits suspects. En effet, durant leur voyage et leur séjour dans la ville épiscopale, ils se doivent de donner à tous le bon exemple, afin que les laïcs voient dans leurs prêtres des modèles pour leur propre vie. Tous les clercs doivent se distinguer par leur modestie, leur sobriété et leur comportement honnête23.

  • 24 Statuts de 1573.

37La veille du synode, à six heures du soir, les doyens sont convoqués dans la résidence de l’évêque « pour entendre sa volonté »24. C’est là que le premier pasteur du diocèse les informe de ses projets et de ses décisions. En effet, l’évêque a déjà rédigé les statuts synodaux en fonction de sa connaissance du diocèse, grâce aux visites pastorales faites par lui, par les archidiacres et les doyens. Les statuts sont imprimés à l’avance, à partir de 1560, pour être remis à tous les clercs à la fin du synode ; auparavant, ils étaient probablement copiés.

  • 25 La Constitution Auctorem fidei de Pie VI, du 28 août 1794, condamnant 85 propositions du Synode de (...)

38On le voit tout de suite, à la différence du concile qui réunit des évêques, le synode qui réunit des prêtres autour de l’évêque, n’est pas un lieu de discussion, mais l’institution qui permet à l’évêque de promulguer les dispositions prises par lui, après les avoir fait approuver par son clergé réuni25. À strictement parler, les statuts de Nicolas Psaume ne sont pas l’œuvre du synode mais de l’évêque, en fonction des nécessités apparues au cours des visites pastorales accomplies par ses plus proches collaborateurs.

39En 1573, l’évêque décide de donner une plus grande solennité à son synode, en faisant des emprunts liturgiques à la célébration qu’il a connue au concile de Trente. Il entend ainsi manifester la continuité d’inspiration entre le grand concile et le synode de son diocèse.

  • 26 Statuts de 1573.

Le jour du synode, à sept heures du matin, au son de la cloche, les doyens ruraux doivent se présenter au palais épiscopal, revêtu du surplis et de l’étole. Les autres recteurs et vicaires avec seulement le surplis, la tonsure faite et la barbe rasée, en vêtements longs et convenables.
À ce moment-là, on ira en procession solennelle et grave, à l’église cathédrale, dans la nef de laquelle on fera les prières publiques, et où l’on chantera à genoux Salvos fac nos, etc... avec les litanies, les prières et les oraisons utilisées au concile de Trente.
Ceci terminé, deux par deux, on ira dans le chœur où chacun prendra la place qui lui semblera être la sienne, sans aucun bruit ni désordre. On entendra dévotement la messe du Saint-Esprit. Après l’offertoire, on fera l’exhortation en français, destinée à promouvoir les progrès de la piété et de la discipline ecclésiastique, la correction des vices manifestes, et la charge des pasteurs. Que personne ne sorte (sauf nécessité urgente) jusqu’à ce que l’on ait reçu ce qui a été traité et exposé en synode. Après la messe du Saint-Esprit, l’évêque dit les prières habituelles, selon le Pontifical, devant l’autel majeur, puis le recteur de la Société de Jésus donne le sermon en latin. On publie ensuite les statuts synodaux26.

  • 27 Ibid.

40Le lecteur achève la lecture des statuts par la formule traditionnelle en usage au concile : « Reverende Pater et venerabiles Domini, placentne haec omnia vobis ? » À laquelle tous répondent : « Placent ! » Et le lecteur de conclure : « Deo gratias ! »27.

  • 28 Ibid.

41L’après-midi du même jour, à partir d’une heure, les statuts sont en vente dans la sacristie de l’évêque et tous doivent se les procurer. Ensuite s’effectue le contrôle des présents ; on vérifie la légitimité des excuses des absents ou bien on les déclare contumaces et l’on exige qu’ils régularisent leur situation dans l’année28.

  • 29 Ibid.

42Le lendemain du synode, à partir de cinq heures du matin, chaque prêtre est tenu de se présenter personnellement devant l’évêque pour lui rendre compte en détail de son administration29. Une fois cette visite achevée,

  • 30 Ibid.

tous et chacun devront revenir dans la nef de l’église cathédrale où, une fois tout accompli, on chantera le Te Deum laudamus, etc... et le clergé sera congédié par la bénédiction épiscopale30.

43Puis, chacun ayant demandé et obtenu la permission de quitter Verdun, rentre dans sa paroisse.

44Lors du dernier synode tenu par Nicolas Psaume, en 1575, tout le clergé du diocèse de Verdun émit une profession de foi, dont le but essentiel était d’affirmer la réception du concile de Trente, notamment les décrets sur l’Écriture Sainte, la Tradition, les sacrements notamment le sacrifice de la messe, la condamnation des hérésies et l’obéissance au souverain pontife régnant, Grégoire XIII, et à ses successeurs.

2. Les matières traitées par les synodes de Nicolas Psaume

2.1. Concile de Trente, concile provincial et synode diocésain

  • 31 Statuts de 1549.

45Dès son premier synode, Psaume marque clairement sa volonté de rattacher son action synodale à celle de ses lointains prédécesseurs. Il en confirme les anciens statuts31.

  • 32 De l’activité épiscopale de Warry de Dommartin, O.S.B., coadjuteur (1499-1500), puis évêque de Verd (...)
  • 33 Jean de Isenburg fut archevêque de Trèves entre 1547 et 1556. Wolfgang Seibrich, « Isenburg, Johann (...)
  • 34 Statuts de 1575, les derniers de l’épiscopat de Nicolas Psaume, en sont un bon exemple.
  • 35 Statuts de 1550, 1551, 1559, 1562, 1564, 1566, 1567, 1571, 1573, 1575.

46Il fait de même l’année suivante, en confirmant les statuts publiés en 1507 par son prédécesseur, Warry de Dommartin32. Étant suffragant de l’archevêque de Trèves, il publie les décrets du concile provincial tenu à Trèves, à partir du 13 mai 1549, sous la présidence de l’archevêque Jean de Isenburg33. Ces statuts sont inaugurés, à leur tour, par une collection de statuts provinciaux plus anciens. L’évêque de Verdun réaffirme également la validité des antiques statuts diocésains verdunois en 1551 puis en 1559. Sans se lasser, il reprend les têtes de chapitres de ses différents statuts et en renouvelle régulièrement toutes les prescriptions34. Cette habitude de publier à nouveau des normes anciennes est alors la façon la plus ordinaire de confirmer les principes établis antérieurement et de leur donner une nouvelle vigueur juridique et pastorale35.

  • 36 Statuts de 1550.

47Le synode est une institution tellement importante que la présence de tous ceux qui en sont membres s’impose. Seule l’absence en cas de force majeure peut tenir lieu d’excuse, à la condition que le clerc absent envoie un substitut habilité à l’excuser36.

  • 37 Statuts de 1554, 1570, 1572, 1575.

48À compter de 1554, pour assurer non seulement la diffusion, mais encore la connaissance réelle des mesures prises en synode, Nicolas Psaume ordonne la lecture des statuts synodaux lors des réunions de prêtres, qui se tiennent périodiquement sous la présidence des doyens. Il fait obligation à tous les clercs mais aussi à toutes les personnes exerçant une charge ecclésiastique dans le diocèse de Verdun, de posséder personnellement un exemplaire des statuts synodaux37.

  • 38 Statuts de 1555, 1559, 1564, 1565, 1571.

49Afin de promouvoir la réforme dans son diocèse et extirper les abus, Nicolas Psaume révoque régulièrement toutes les permissions et concessions accordées antérieurement, afin de se réserver la faculté d’examiner périodiquement leur bien-fondé38.

  • 39 Statuts de 1564.
  • 40 Canones et decreta sacrosancti oecumenici et generalis concilii tridentini, quae sparsim et absque (...)
  • 41 P. Blet, Le Clergé du Grand Siècle en ses assemblées 1615-1715, Paris, 1995, spécialement p. 11-39.

50Dans la même ligne, l’évêque de Verdun, qui a participé activement au concile de Trente et le considère comme la référence par excellence de la réforme catholique, entend, dès la conclusion du concile, donner force de loi à ses décrets dans son diocèse39. Étant formellement en terre d’Empire, il met à profit cette indépendance par rapport au Royaume de France, pour publier dès 1564 l’ensemble des décrets du concile40 qui avaient reçu l’approbation pontificale de Pie IV, le 28 février précédent. La date de la dédicace, 29 mai 1564, montre à quel point Nicolas Psaume avait poussé l’empressement à publier les textes du concile dans leur ensemble. Pour mesurer la valeur du travail et des efforts de Nicolas Psaume, il faut se rappeler que l’on dut attendre l’Assemblée du Clergé de 1610 pour que l’on portât pour la première fois la question de la publication des décrets tridentins devant le jeune Louis XIII et sa mère. Ce n’est qu’en 1615 que l’Assemblée du Clergé de France reçut le concile dans sa partie doctrinale, à l’exclusion de la partie consacrée à la Réforme de l’Eglise, qui ne fut jamais reçue dans la législation du royaume41.

  • 42 On trouve ces mesures réglementaires sous le titre : Ordonnances & Statutz extraictz & tirez du Sai (...)

51Au cours du synode de 1566, Nicolas Psaume manifeste sa volonté de faire appliquer le concile de Trente et, pour être sûr d’être compris par tout son clergé, il publie en français une série de mesures réglementaires directement empruntées aux décisions du concile42.

  • 43 Pie IV, Bulle « Iniunctum nobis », du 13 novembre 1564.

52Lors du synode de 1573, il publie et impose la formule de profession de foi de Pie IV, connue sous l’appellation de Profession de foi tridentine43, tandis que ses références continuelles aux décrets du concile, notamment au cours des dix dernières années de son épiscopat, manifestent clairement ses efforts pour la réception du concile dans son diocèse lorrain.

53En 1575, l’évêque ajoute à la profession de foi le texte d’une promesse souscrite par les membres du synode, dont l’objet est la réception des décrets du concile de Trente, l’obéissance au souverain pontife et la condamnation des doctrines hérétiques :

  • 44 Statuts de 1575.

Moi, N., je reçois pleinement chacune et toutes les choses statuées et définies par le saint concile de Trente, je promets et professe une vraie obéissance envers le souverain pontife romain et de même je déteste et anathématise toutes les hérésies condamnées par les saints canons et les conciles généraux, notamment le concile de Trente44.

2.2. La prédication et l’enseignement

  • 45 Statuts de 1549.
  • 46 Statuts de 1575.

54Dans le contexte de la diffusion du protestantisme, Nicolas Psaume insiste sur l’orthodoxie des prédicateurs et exige qu’ils soient dûment approuvés et autorisés45, après s’être soumis à un examen46.

  • 47 Statuts de 1549, 1550, 1561.
  • 48 Statuts de 1551.

55Tous les dimanches, les curés ou leurs vicaires doivent lire à leurs fidèles, du haut de la chaire, « à voix claire et intelligible, et avec des paroles maternelles, les dix commandements de Dieu » et les articles de foi. Ils doivent saisir toutes les occasions d’enseigner les fidèles, notamment lors de l’administration des sacrements47. Cette prédication a un double but : former les fidèles à la doctrine catholique et les prémunir contre les doctrines hétérodoxes. Pour ce faire, les prédicateurs doivent être approuvés par l’évêque ou par son vicaire général. De leur côté, les doyens ou archiprêtres sont chargés de veiller à ce que les prédicateurs se munissent d’ouvrages de prédication éprouvés et qu’ils s’en tiennent aux interprétations de l’Écriture reçues par l’Église catholique, dans la fidélité aux enseignements des Pères, sous peine de dénonciation à l’évêque48.

  • 49 Statuts de 1555, 1570, 1573, 1574, 1575.

56Curés et vicaires doivent faire en sorte que leurs paroissiens connaissent tous l’Oraison dominicale, la Salutation angélique, les articles de foi, les commandements de Dieu et de l’Église et tous les rudiments de la foi catholique, notamment ce qui concerne les sacrements. Pour faciliter l’instruction du peuple, Nicolas Psaume ordonne à son clergé d’utiliser la langue vernaculaire dans son enseignement49.

  • 50 Articles de Foi de la Faculté de Théologie de Paris, Verdun, 1560.
  • 51 Statuts de 1559, 1561, 1562, 1565.

57L’évêque veille sur l’orthodoxie des prédicateurs et publie à leur intention les Articles de la Faculté de Théologie de Paris50, enjoignant aux orateurs de se conformer à la doctrine chrétienne professée par l’Église romaine. Comme l’appel à des prédicateurs étrangers au diocèse est considéré comme un tort fait aux religieux des ordres mendiants en résidence dans la ville et le diocèse de Verdun, il est recommandé aux curés de préférer les prédicateurs admis dans le diocèse à ceux qui viennent de l’extérieur, et de veiller à ce que ces derniers ne portent pas tort aux prédicateurs des ordres mendiants de la ville et du diocèse de Verdun. De plus, les prédicateurs appartenant à des ordres mendiants doivent demander le renouvellement de la permission de prêcher, munis de certificats donnés par les curés des paroisses où ils ont prêché l’année précédente, attestant l’orthodoxie de leur doctrine. Une fois admis par l’évêque, ces prédicateurs appartenant aux ordres mendiants devront être accueillis de la meilleure façon possible51.

  • 52 Statuts de 1575.

58Afin d’extirper les erreurs de la prédication et notamment de l’interprétation des Saintes Ecritures, les doyens sont tenus de dénoncer les prédicateurs qui s’écartent de la doctrine des Pères52.

  • 53 Statuts de 1573, 1574.
  • 54 Statuts de 1575.
  • 55 Statuts de 1570.

59Comme les parents sont les premiers responsables de l’éducation de leurs enfants, les curés ne doivent pas se lasser de leur rappeler leurs devoirs en ce domaine. Cette éducation chrétienne doit pénétrer toute la vie des jeunes, aussi les parents doivent-ils enseigner à leurs enfants à vivre dans la piété, à prier régulièrement et à fréquenter les écoles53 et le collège de Verdun confié aux Jésuites54. Afin que les jeunes soient éduqués dans les lettres et dans les principes de la religion, tous les curés et paroissiens du diocèse de Verdun sont exhortés à créer des écoles primaires et des collèges et les doter de maîtres à la doctrine sûre et à la vie irréprochable55.

60Lors de la fondation du collège de Verdun, le 23 septembre 1570, Nicolas Psaume précisait :

  • 56 Archives de l’Hôtel de Ville de Verdun, CG 231, vol. 2.

Est dressé un Collège auquel, comme pépinière de la République, Officine des Lettres humaines, Grecques et Latines, source de toute vertu, et comme fontaine de paradis terrestre, les enfants de tous nos Citoyens en leur pays mesme, à l’œil de leurs parents, père et mère, sans aucuns frais apprennent la piété et les bonnes lettres dès leur jeune âge, et avec douceur et amitié soient contenus en tous devoir et obéissance envers Dieu et leurs Parents56.

  • 57 Statuts de 1574.

61En 1574, Nicolas Psaume fit imprimer à Verdun La doctrine Chrestienne57, destinée à être le manuel de base du clergé pour l’enseignement des fidèles. Cet ouvrage fait partie de l’œuvre publiée à Verdun sous l’impulsion de l’évêque, mais dont nous n’avons pas retrouvé d’exemplaire.

  • 58 Statuts de 1550.

62À coté de la prédication, l’évêque de Verdun veille à instaurer un réseau d’écoles paroissiales dans lesquelles les enfants auront la possibilité de recevoir les premiers rudiments d’une instruction chrétienne. À cet effet, chaque paroisse doit avoir une école et un maître d’école capable d’enseigner les enfants afin que ceux-ci connaissent les éléments de la foi catholique, pratiquent les vertus et fuient les vices58.

  • 59 Signalé, sous le titre Christiana Institutio dans les Statuts de 1555, « Deofficio parrochorum ».

63En 1555, Nicolas Psaume fait état d’un Alphabet et Catéchisme59 et y fait à nouveau allusion dans les statuts synodaux de 1562. Cet ouvrage dont nous n’avons pas d’exemplaire, était d’une importance capitale tant pour l’instruction des enfants et des adultes que pour leur formation religieuse. L’Alphabet et Catéchisme fut un genre de manuel relativement répandu. J’en ai trouvé naguère un bel exemplaire imprimé en 1571 à Dublin en Irlande, dans la bibliothèque du Trinity College de cette ville. Preuve de son importance, cet ouvrage est le troisième livre imprimé en Irlande et le premier publié en langue gaélique. Nicolas Psaume fait imprimer le sien, seize ans auparavant.

  • 60 Statuts de 1558.
  • 61 Statuts de 1561.

64En 1558, l’évêque fonde un « Orphanotrophe » pour l’éducation des jeunes. Pour en assurer les revenus, il exhorte, entre autres, ses prêtres à signaler cette institution aux personnes qui s’apprêtent à faire leur testament60. Comme cette école ne donne pas entièrement satisfaction, Nicolas Psaume fonde un collège en 1562, se réservant le droit d’examiner et d’approuver les enseignants, afin qu’ils soient « intègres, cultivés, catholiques et bien pénétrés de la religion chrétienne »61.

  • 62 Statuts de 1573.

65Là où il n’y pas d’école établie, le curé et le magistrat doivent s’assurer les service de quelque prêtre ou clerc idoine, ou encore de quelque laïc intègre et pieux, chargés d’enseigner les jeunes, tous les dimanches et jours de fête. Personne ne pourra enseigner la jeunesse, en privé ou en public, sans avoir été auparavant examiné et approuvé par l’évêque. Les candidats à cette fonction d’éducation devront se présenter munis de lettres testimoniales sur leur vie et leurs mœurs62.

2.3. La réforme du clergé : formation et ministère

2.3.1. La formation des prêtres

  • 63 Statuts de 1558.

66Nicolas Psaume en est convaincu : la vie de son Eglise dépend de la qualité de ses clercs. Cette question est l’une de ses préoccupations majeures et celle à laquelle il dédie la plus grande partie de son activité épiscopale. Dans son « Orphanotrophe » de Verdun, il accueille notamment des jeunes susceptibles d’accéder aux ordres sacrés63.

  • 64 Saint Vincent de Paul ouvrit le séminaire des Bons-Enfants en 1640.
  • 65 Monsieur Olier ouvrit le séminaire de Saint-Sulpice en 1643.

67À la suite du cardinal Charles de Loraine qui ouvrit le premier séminaire à Reims, en 1567, mais soixante ans avant la fondation des séminaires de saint Vincent de Paul64 et de Monsieur Olier65, Nicolas Psaume annonce, en 1574, son intention d’ouvrir un séminaire à Verdun. L’année suivante, au cours de son dernier synode, il déclare préparer tout ce qui est nécessaire à cette fondation et donne à son clergé rendez-vous au synode de 1576 qui, de fait, n’aura pas lieu, car l’évêque meurt, le 10 août 1575 à Verdun.

2.3.2. La promotion aux ordres sacrés

  • 66 Statuts de 1549, 1562.

68Dès 1549, tout candidat aux ordres sacrés a l’obligation de s’adresser à son doyen en lui fournissant toute la documentation le concernant. Le doyen doit faire une enquête afin de certifier par écrit à l’évêque les origines familiales, la qualité de la vie, des mœurs et de la science du candidat ainsi que l’assurance d’un titre ecclésiastique ou patrimonial, afin d’éviter l’ordination d’un clerc vagus, c’est-à-dire un clerc sans lien canonique d’appartenance à un diocèse ou à un ordre religieux. À partir de 1562, Nicolas Psaume ordonne la publication, par le curé en chaire, des bans en vue des ordinations, et plusieurs dimanches de suite, dans la paroisse de résidence de chaque candidat, afin que le peuple ait l’opportunité de manifester des objections contre la foi, la vie ou les mœurs de celui qui se présente à une ordination66.

  • 67 Statuts de 1564, 1565, 1566, 1567.

69À partir de 1564, en vertu des prescriptions du concile de Trente, tous les candidats aux ordres doivent se soumettre à un examen. Pour ce faire, l’évêque nomme sept examinateurs chargés de vérifier la doctrine des candidats et donne, dans le détail, la matière de l’examen67.

  • 68 Statuts de 1566.
  • 69 Statuts de 1566.

70Les candidats à la tonsure doivent avoir déjà reçu le sacrement de confirmation, être initiés aux rudiments de la foi, savoir lire et écrire, et donner la preuve qu’ils ont choisi la cléricature par vocation et non « pour fuir le jugement séculier »68. Quant aux clercs mariés – c’est-à-dire les clercs ayant reçus seulement la tonsure ou les ordres mineurs – ils peuvent continuer à exercer leurs fonctions par députation de la part de l’évêque ou de leur curé69.

  • 70 Ibid.

71Les candidats aux ordres mineurs doivent comprendre le latin et recevoir ces ordres en respectant les interstices canoniques. On ne les recevra qu’avec la certitude morale de leur capacité d’étudier en vue des ordres majeurs, et sur la foi des témoignages de leur curé et du maître d’école qui les ont formés70.

  • 71 Ibid.

72Normalement, le premier des ordres majeurs – le sous-diaconat – ne sera pas conféré avant qu’une année se soit écoulée depuis la réception du dernier ordre mineur, sauf si les nécessités de l’Église le requièrent. L’ordination ne peut être concédée qu’après l’annonce publique du propos de recevoir l’ordination, et après que le curé se soit informé de sa famille, de son âge, de sa vie et de ses mœurs et en avoir rendu compte à l’évêque71.

  • 72 Statuts de 1575.

73Comme tous les candidats aux ordres sacrés doivent être ordonnés par leur propre évêque, les clercs du diocèse de Verdun ne pourront se faire ordonner par un autre prélat. En cas d’infraction à cette disposition, ces clercs seront suspendus de l’exercice des ordres ainsi reçus illégitimement. En tout ce qui concerne la promotion aux ordres sacrés, il faut s’en tenir aux prescriptions du concile de Trente. En conséquence, les doyens et recteurs des églises du diocèse de Verdun ne permettront à aucun prêtre étranger de célébrer la messe, s’il n’est en mesure de présenter des lettres attestant sa promotion légitime au sacerdoce72.

2.3.3. La promotion aux bénéfices

  • 73 Statuts de 1554.
  • 74 Statuts de 1574.

74Chaque fois qu’un bénéfice curial devient vacant, cesse immédiatement l’éventuelle autorisation de le faire desservir par un autre clerc73. Aussi, lorsqu’une église paroissiale sera vacante, dans les trois jours qui suivent la vacance, un édit sera publiquement affiché tant à la porte de la cathédrale qu’à la porte de l’église vacante, pour une durée au moins de dix jours, invitant les candidats qui voudront passer un examen ou proposer un autre clerc à cette épreuve, aient tout loisir de le faire. Celui qui sera reconnu idoine, pourra recevoir l’institution canonique de pasteur de cette église74.

  • 75 On trouve la formule de serment sous le titre : Forma Iuramenti praestandi perpromovendos ad Eccles (...)
  • 76 Statuts de 1554, 1555, 1565.

75Personne ne peut, en effet, exercer le ministère dans un bénéfice sans avoir reçu auparavant l’institution canonique. Ceux qui ont été nommés par le Siège Apostolique sont tenus d’en rendre compte à l’évêque ou à son vicaire général dans le délai d’un mois. Pour que l’évêque garde la haute main sur le clergé chargé d’administrer les paroisses ou les églises attachées à un monastère ou à un couvent, les titulaires d’un bénéfice curial et d’un bénéfice régulier, même ceux qui auraient été nommés par le Siège Apostolique, se doivent de prêter serment75 devant l’évêque, dans les deux mois suivant leur nomination76.

  • 77 Statuts de 1572.

76La reconnaissance ou l’institution canonique des clercs et des maîtres d’école ayant obtenu un bénéfice ou une fonction par voie de présentation, nomination ou élection, est de la compétence de l’évêque ou de son vicaire général, et elle est accordée après émission de la profession de foi et d’un serment destiné à assurer la pérennité des biens du bénéfice en les protégeant de toute forme d’aliénation par son titulaire pro tempore77.

2.3.4. Le devoir de résidence des pasteurs

  • 78 Statuts de 1565.
  • 79 Statuts de 1561 et 1562.

77La résidence des pasteurs est une obligation qui découle de la nature même du ministère sacerdotal78. En effet, tous les recteurs d’églises se doivent de visiter l’ensemble de leurs ouailles au moins quatre fois par an – rythme qui est porté à une fois tous les trente jours en 1562 –, ils doivent célébrer les messes, administrer les sacrements, visiter les malades, offrir l’hospitalité et enfin prêcher, sous peine de privation des fruits de leurs bénéfices79.

  • 80 Statuts de 1549.

78La pratique d’avoir plusieurs bénéfices afin d’en retirer davantage de revenus est condamnable, car elle ne permet pas au pasteur de s’acquitter de son devoir et elle fait du prêtre suppléant un mercenaire qui vend les services de son ministère. Sont donc révoquées toutes les permissions de faire desservir un bénéfice par un autre clerc80.

  • 81 Ibid.
  • 82 Statuts de 1561.
  • 83 Statuts de 1554.
  • 84 Statuts de 1562.

79Plus précisément, obligation est faite à tous les pasteurs d’observer la résidence personnelle auprès de l’église qui leur est confiée. Ceux qui reçoivent une dispense de résidence, se doivent de pourvoir leur église de substituts et de les entretenir honnêtement à leurs frais81. Ces vicaires doivent donner des assurances de vie honnête, de formation suffisante et de zèle pastoral82, et ils doivent être approuvés par l’évêque83. Les recteurs titulaires des églises doivent, à leur tour, veiller à la résidence des clercs qui sont sous leur juridiction, et dénoncer les contrevenants84.

  • 85 Statuts de 1550 et 1551.
  • 86 Statuts de 1554.

80La permission de faire desservir des bénéfices par des vicaires parce qu’on n’y réside pas, ne peut être concédée qu’à l’occasion du synode, c’est-à-dire publiquement. En effet, tous les pasteurs doivent prendre soin de leurs brebis85. Ceux qui cumulent les bénéfices doivent donc être en mesure de justifier cette situation par une dispense86.

  • 87 Statuts de 1564, 1567, 1571.

81Tous les clercs, chanoines, curés, chapelains ou autres titulaires de bénéfices sont rappelés au devoir de la résidence, au lendemain du concile de Trente. En outre, les curés qui obtiennent plusieurs paroisses sont tenus de n’en garder qu’une et de résigner les autres, afin que chaque paroisse soit bien desservie par son propre curé et non par un suppléant87.

  • 88 Statuts de 1570, 1571, 1575.

82Ceux qui se prévalent d’une dispense, notamment pour le cumul des bénéfices incompatibles et la non-résidence, doivent présenter cette dispense à l’évêque dans les trois mois, après son obtention, sous peine de sanctions88.

  • 89 Statuts de 1572, 1574, 1575.

83En 1572, Nicolas Psaume exige la présentation du titre de possession d’un bénéfice ecclésiastique dans le mois, sous peine d’amende consistant en la moitié des revenus et fruits de ce bénéfice pendant une année. La résidence est si importante pour l’exercice du ministère, que tous les contrevenants seront désormais suspendus de leur charge et privés de leur bénéfice89.

84A première vue, Nicolas Psaume apparaît très exigent vis à vis de son clergé, notamment des prêtres ayant charge d’âmes. Il l’est réellement, mais dans une perspective évangélique dont la bonté éclate lorsqu’il s’adresse aux prêtres éprouvés par les violences du moment dues aux pressions exercées par les protestants qui ne renonçaient pas à s’emparer de la ville de Verdun.

  • 90 Statuts de 1568.

Nous savons combien furent misérablement persécutés et maltraités les curés résidents, par le nouvel ouragan belliqueux des hérétiques rebelles et toujours en état de guerre. Nous ne pouvons qu’avoir grande pitié de ceux qui ont reçu un mauvais sort, des dommages, des désagréments et à qui les hérétiques furieux ont infligé de nombreuses et grandes calamités. Mais qu’ils se souviennent de leur destinée et de leur condition, qu’ils aient devant les yeux qu’ils sont faits pour le royaume de Dieu et la vie éternelle, mettant leur espérance en Dieu par-delà les nombreuses tribulations de la vie chrétienne (y compris ceux qui auraient abandonné leurs brebis) et qu’ils soient assurés que la paix nous sera donnée si, réparant nos abus et nos mœurs corrompues, nous poursuivons notre route et nous acquittons avec soin et sérieux de la charge que nous avons reçue. C’est pourquoi nous exhortons les curés à supporter d’un cœur fort et constant les adversités qui peuvent leur advenir, et leurs paroissiens à la patience d’esprit. Ensuite, qu’ils veillent à réparer les églises dévastées par la rage des hérétiques et à relever tout ce qui concerne la gloire de l’Église, la dignité du culte divin, leur splendeur d’autrefois et leur intégrité de jadis90.

  • 91 Statuts de 1570, 1573, 1574, 1575.

85Les curés sont invités à organiser souvent des prières et des processions générales, afin de demander la fin des hostilités dans le Royaume, d’inciter le peuple à implorer la miséricorde de Dieu et d’éloigner tous les maux et toutes les calamités qui affectent le peuple chrétien91.

2.3.5. Les archidiacres et les doyens de chrétienté ou archiprêtres

86Les archidiacres sont placés à la tête d’une circonscription, l’archidiaconé, qui réunit plusieurs doyennés, tandis que les doyens de chrétienté ou archiprêtres ont autorité sur plusieurs paroisses qui forment leur doyenné.

  • 92 Statuts de 1550.

87Les doyens sont, de par leur fonction, particulièrement tenus à la résidence, car ils sont les vicaires de l’évêque, chargés par lui de veiller sur le clergé et les fidèles de leur juridiction92.

  • 93 Statuts de 1554, 1555, 1561.

88La charge de doyens, vicaires de l’évêque, suppose de leur part, qu’ils connaissent bien le territoire sous leur juridiction, afin de s’assurer que toutes les églises et chapelles soient convenablement dotées, autorisées par l’évêque, desservies par des chapelains approuvés. Les doyens sont autorisés à dispenser seulement d’un ban sur trois pour le mariage ou les ordinations et ont la faculté de donner des lettres testimoniales attestant l’honnêteté des personnes. Ils doivent tenir un registre de toutes les dispenses accordées et le faire viser lors du synode suivant. En outre, ils doivent rendre compte des éventuels abus commis dans leurs doyennés, notamment de la part des curés non-résidents93.

  • 94 Statuts de 1564 et 1565.
  • 95 Statuts de 1567.
  • 96 Statuts de 1554.

89Les archidiacres, au nom de l’évêque, sont chargés d’effectuer la visite régulière et fréquente des doyennés et des paroisses sous leur juridiction94, afin de porter remède aux maux de l’Église et de promouvoir une authentique vie chrétienne95. Pareillement, les doyens ont la responsabilité de faire la visite pastorale de leur doyenné, afin de permettre la réforme des paroisses et la préparation du synode96.

  • 97 Statuts de 1574.
  • 98 Statuts de 1573.

90Les doyens, en tant que vicaires de l’évêque, sont en quelque sorte pasteurs des pasteurs. Ils seront honorés en conséquence, jouissant de la précédence dans toutes les églises de leur doyenné97. Vu l’importance de leur fonction, les doyens doivent être des modèles de vie sacerdotale pour tous les autres prêtres. Ils pourront les exhorter à changer de vie, s’ils donnent eux-mêmes l’exemple de leurs bonnes mœurs et de leur honnêteté de vie. Ils doivent notamment veiller à ce que tous les prêtres de leur juridiction mènent une vie digne de leur vocation et s’acquittent de leurs charges dans l’Église de Dieu98.

  • 99 Statuts de 1562.
  • 100 Statuts de 1573.

91Il revient aux doyens de faire la première enquête sur les candidats au sacerdoce99 et de faire la distribution des saintes huiles aux prêtres de leur doyenné. Il leur est interdit de confier le saint-chrême et les saintes huiles à des laïcs100.

  • 101 Statuts de 1565, 1566, 1572.

92Archidiacres et doyens se doivent de veiller à la bonne marche des paroisses comprises dans leur territoire respectif et faire la visite régulière de ces paroisses. En cas de vacance d’une paroisse, les archidiacres sont tenus de la desservir personnellement ou par un vicaire idoine, approuvé par l’évêque. Si la paroisse n’est pas desservie pendant deux dimanches ou jours de fête consécutifs, le responsable sera privé des revenus de son bénéfice pendant un an101.

2.3.6. La formation des prêtres lors des réunions ou « calendes » de doyennés

93À partir de 1555, Nicolas Psaume fait une obligation à tous les prêtres de participer aux réunions de doyennés appelées « calendes », et exige que ces réunions ne se déroulent pas durant plusieurs jours consécutifs, afin que les prêtres puissent se consacrer à leurs paroissiens.

94Les statuts comportent, notamment à partir de 1566, le programme des calendes, avec la date, le lieu et le nom de l’orateur chargé d’instruire les prêtres de chaque doyenné.

  • 102 Statuts de 1567.

95Ces réunions doivent notamment servir à préparer la venue de l’évêque ou de son délégué pour la visite solennelle du diocèse. Il s’agit fondamentalement de lutter contre le mal et de promouvoir le bien parmi tous les fidèles102.

  • 103 Statuts de 1571.

96Les calendes seront précédées de processions publiques au cours desquelles on portera solennellement le Saint-Sacrement, « pour la paix et l’unité de l’Église, pour l’extirpation de l’hérésie et pour les princes catholiques »103.

  • 104 Statuts de 1573.

97Lors des calendes qui se célèbrent après la tenue du synode, les doyens réunissent leurs prêtres, célèbrent la messe du Saint-Esprit, les exhortent ensuite à l’observance des statuts synodaux. Les doyens dénonceront les fautes graves et les excès de toutes sortes, commis par les prêtres ou les laïcs, au procureur fiscal de l’évêque, qui soumettra les coupables à une amende pécuniaire. Tous les prêtres sont tenus de participer à ces réunions, et comme la tradition est de déjeuner ensemble, il leur est interdit de faire des banquets dans les auberges. En-dehors des personnes expressément envoyées par l’évêque, aucun étranger ne participera à ces réunions104.

2.3.7. La formation des prêtres par les livres105

  • 105 B. Ardura, « Le livre et la Réforme catholique à Verdun, sous l’épiscopat du prémontré Nicolas Psau (...)
  • 106 Statuts de 1564.

98L’évêque demande aux prêtres de se procurer la Bible, une Somme de doctrine chrétienne, ainsi que ses statuts synodaux, et de les étudier afin de nourrir leur vie et leur prédication, « pour que leur voix ne soit pas celle de Jacob et leur main celle d’Ésaü »106.

99Il donne ensuite une liste sommaire de quelques ouvrages dont il a récemment favorisé la publication :

  • Auger (Émond), Le petit catéchisme, Verdun, 1571.

  • Manière d’ouyr la saincte Messe, de se confesser et communier, Verdun, 1571.

  • Table sommaire de la religion Chrestienne (ouvrage inconnu).

    • 107 Statuts de 1571.

    Table d’advertissement au Curez & Vicaires (ouvrage inconnu)107.

100Il nous est possible de nous faire une idée de la bibliothèque idéale d’un curé verdunois, non seulement à partir de la production personnelle de l’évêque et des livres qu’il fit imprimer à Verdun, mais aussi à partir des ouvrages ou des auteurs qu’il recommande vivement dans l’un ou l’autre de ses livres.

  • 108 Missale seeundum usum, ritum et consuetudinem insignis Ecclesiae et dioecesis Virdunensis novissime (...)
  • 109 Breviarium secundum usum insignis Ecclesiae Virdunensis, de mandato Rmi Nicolai Psalmei, Verdun, N. (...)
  • 110 Processionale, Verdun, 1570. Signalé dans les statuts synodaux de 1570 et dont on ne connaît pas d’ (...)

101J’ai naguère identifié environ vingt-cinq auteurs recommandés par l’évêque à son clergé, auxquels il convient d’ajouter les livres imprimés par Nicolas Psaume lui-même, notamment les livres liturgiques – Missel108, Bréviaire109, Processionnal110 – dont tous les prêtres devaient être fournis, ce qui représente évidemment une « bibliothèque idéale », car on peut facilement l’imaginer : nombre de prêtres n’avaient pas la formation nécessaire pour tirer profit de cette littérature et les moyens financiers dont ils disposaient, surtout dans les paroisses ou chapelles rurales, ne leur permettaient pas de faire face à une telle dépense. Néanmoins, nous avons en Nicolas Psaume un évêque qui croyait fermement au rôle irremplaçable du livre pour former ses prêtres dans un contexte de violentes luttes religieuses.

2.3.8. La vie et les mœurs des clercs

  • 111 Statuts de 1574.
  • 112 Statuts de 1549, 1562, 1575.

102Les statuts synodaux de Nicolas Psaume reviennent périodiquement sur les conséquences de l’appartenance au clergé et plus particulièrement sur la nécessité d’avoir des clercs qui soient des modèles pour le peuple chrétien. Ceux qui ont été choisis pour être pasteurs du troupeau du Christ et tenir sa place dans l’Église de Dieu, doivent se distinguer par la sainteté de leur vie. Les pasteurs doivent être ce que signifie ce nom et paître le troupeau qui leur est confié, tant par la parole que par l’exemple. Ils se doivent d’être tels que le peuple les prenne pour modèles d’une bonne vie111. Dans ce contexte, il faut comprendre la lutte de l’évêque contre le concubinage des prêtres, les excès de table, de boisson ou de jeu, la pratique de la chasse ou du commerce de la part des clercs qui risquent des amendes pécuniaires et jusqu’à la suspense canonique ou la suppression du bénéfice en cas d’incorrigibilité112.

  • 113 Statuts de 1561.

« Afin que l’on puisse voir en eux l’honnêteté et la modestie de l’ordre clérical, qu’ils montrent aussi leur honnêteté dans leur démarche. Que dans les conversations avec les laïcs, ils se montrent tels que jamais une trop grande familiarité n’entraîne le mépris de leur dignité ou qu’une trop grande austérité ne les fasse passer pour orgueilleux. Qu’en public ils ne s’adonnent pas à des jeux d’armes, surtout avec les laïcs ; qu’ils n’assistent pas aux jeux, qu’ils ne portent pas d’armes, qu’ils n’aillent pas dans les bals publics, qu’ils n’assistent pas à des tours de chants badins. Etrangers à toute débauche, surtout charnelle, qu’ils ne s’adonnent pas à la chasse et ne s’impliquent pas dans des affaires séculières. Qu’ils évitent les tavernes publiques. Nous abrogeons désormais les repas de prêtres que l’on a vus jusqu’à maintenant dans des tavernes publiques, à l’occasion d’obsèques ou de rencontres confraternelles et qui sont une occasion de scandale pour les laïcs. Que l’on fasse ces repas dans la maison du prêtre, honnêtement et sans excès, s’en tenant à ce qui est nécessaire. Toutes ces choses doivent être exclues de l’ordre clérical, surtout chez ceux auxquels le soin des âmes a été confié »113.

  • 114 Statuts de 1567, 1570, 1571, 1572, 1573, 1575.

103Un terme s’impose dans le langage de Nicolas Psaume, pour caractériser la vie et les mœurs, le comportement et le vêtement des clercs, « l’honnêteté ». Ce terme recouvre une série de qualités : dignité et piété, droiture et intégrité, probité et modestie. Tous ceux qui sont tenus à la récitation des heures canoniques doivent s’y tenir avec exactitude. Les clercs qui ne sont pas prêtres se doivent d’assister à la messe régulièrement et de communier au moins une fois par mois. Les clercs doivent porter la tonsure, se raser la barbe, être vêtus de noir, s’abstenir de tout ornement ou nouveauté dans le vêtement, ne pas utiliser la soie, ni les chemises à col et poignets brodés. Leur vêtement de dessus sera simple et long et ils s’abstiendront de chaussures recherchées ainsi que de porter un anneau à moins qu’ils y soient légitimement autorisés, le tout en accord avec les prescriptions du pape Pie V. Les prêtres se doivent d’apporter un soin particulier à la célébration du culte catholique, avec respect et piété, ayant soin de tous les objets et du mobilier liturgiques114.

  • 115 Statuts de 1574, 1575.

104Entrant dans les détails des offices religieux, Nicolas Psaume donne des indications précises : interdiction de célébrer la messe durant la prédication, obligation pour les curés de célébrer la messe chaque jour, d’entretenir un luminaire devant la réserve eucharistique, de porter solennellement la communion aux malades. Il est interdit de faire du commerce à l’entrée des églises et des cimetières. Les curés doivent inciter les fidèles à entendre la parole de Dieu et à assister intégralement au sacrifice de la messe, tous les jours de fête. Il attire leur attention sur la propreté des autels et des ornements. Il leur enjoint d’observer avec exactitude les prescriptions liturgiques de l’Église romaine et de remplir leurs devoirs de prier pour l’Église notamment lors de la récitation des heures canoniques. Tous les clercs tenus à cette prière devront toujours avoir avec eux leur bréviaire, y compris en voyage, sous peine d’amende115.

  • 116 Statuts de 1574.

105Le peuple chrétien doit pouvoir se nourrir de la parole de Dieu et des sacrements, il doit aussi être formé à l’adoration de l’eucharistie. Aussi il est interdit de tenir le marché ou de plaider au tribunal durant les dimanches et jours de fête de précepte116.

2.3.9. Lutte contre l’appât du gain et l’oisiveté

  • 117 Statuts de 1549.

106Par appât du gain, des prêtres – souvent réduits à la portion congrue – utilisent des subterfuges afin de gagner de l’argent. Interdiction est encore faite aux prêtres d’exercer un métier profane ou de s’occuper d’affaires séculières117.

  • 118 Statuts de 1554.
  • 119 Statuts de 1554 et 1574.

107Le maniement de l’argent n’est pas sans danger. Par exemple, du fait que les clercs doivent verser une taxe au diocèse en fonction de la valeur de leur bénéfice, interdiction leur est faite de frauder118. Comme des controverses fréquentes surviennent entre les fidèles et leurs pasteurs au sujet de la contribution financière due par les paroissiens aux frais du culte, l’évêque incite les prêtres à ne demander que ce qui est strictement nécessaire. Curés et vicaires administrent gratuitement les sacrements et sont tenus d’observer scrupuleusement les normes qui réglementent les droits perçus à l’occasion de l’exercice du ministère spirituel, s’abstenant de céder au goût immodéré de l’argent119. Ces droits cultuels sont publiés en détail et en langue française dans les statuts de 1573.

  • 120 Statuts de 1561, 1562, 1573.

108Afin d’éviter le cumul des honoraires liés aux célébrations de la messe et des sacrements, il est interdit aux prêtres de célébrer normalement plus d’une messe par jour. Les registres des comptes des églises doivent être scrupuleusement tenus et les prêtres doivent prêter serment de ne pas aliéner les biens de leur bénéfice. Ils peuvent les louer pour un maximum de neuf ans ; au-delà, ils doivent obtenir l’autorisation de l’évêque120.

109Dans le clergé, il est une catégorie relativement indigente sur les plans religieux, culturel et matériel, ce sont les chapelains et assimilés. Titulaires d’un autel dans la cathédrale ou dans quelque église importante, ils vivent souvent chichement des revenus des fondations de messes. Trop pauvres, ils perdent peu à peu la notion même de leur ministère, au point que Nicolas Psaume leur consacre un chapitre de réforme, qui fait apparaître le tragique de ces clercs :

  • 121 Statuts de 1562 et statuts de 1573 et 1574.

Nous avons compris que dans les paroisses les plus insignes de notre diocèse, il y a de nombreux prêtres, chapelains, ou clercs ayant obtenu quelque autre titre, qui, alors même qu’ils devraient être des exemples pour les autres, assister en habit décent aux cérémonies de l’église paroissiale, et y remplir les fonctions ecclésiastiques afin de promouvoir la dévotion du peuple, ceux-là même, bien que déjà admonestés, ne sont pas présents et ne s’adonnent ni aux psalmodies, ni aux prières, ni aux divins offices pour la gloire de Dieu et l’édification du peuple ; ils ne veulent pas non plus exercer quelque ministère ecclésiastique que ce soit surtout les dimanches et jours de fêtes sans recevoir les fruits de la quête, ce qui est tout à fait étranger à la mission des clercs et constitue une cause de scandale pour le peuple. C’est pourquoi, voulant guérir ce mal, nous avertissons et exhortons dans la charité du Christ tous et chacun des prêtres de quelque qualité qu’ils soient et qui demeurent dans les paroisses, et nous leur ordonnons, sous peine de la privation de tous les fruits et de tous les revenus de quelque sorte qu’ils perçoivent dans ces églises, d’assister, revêtus de surplis, à la messe paroissiale et aux vêpres, lors des solennités et les dimanches, et de ne pas différer d’accomplir promptement tout ce qui leur sera ordonné par le curé du lieu, pour la célébration décente et ordinaire de l’office divin...121.

  • 122 Statuts de 1570 et 1572.

110Lorsque les clercs doivent résigner quelque bénéfice en vertu de l’obligation de résidence, il n’est pas rare que la fraude s’insinue dans l’estimation financière de ce bénéfice. Il en est de même lors des permutations de bénéfices. Pour mettre fin aux pratiques qualifiées par l’évêque de « simoniaques », la véritable valeur de ces bénéfices sera vérifiée par l’évêque en personne, par ses vicaires ou ceux à qui la coutume reconnaît ce droit. Afin d’empêcher toute utilisation vénale des bénéfices ecclésiastiques, tous les clercs sont tenus de faire le serment de ne pas accepter par promesse ou contrat de donner ou louer, prêter ou donner en commodat, même pour solder des dettes, les maisons et les terres, les revenus et les dons perçus au titre de leurs bénéfices. En toutes choses, on s’en tiendra à ce qui est strictement nécessaire aux recteurs des églises pour mener une vie décente122.

2.3.10. Les rapports des clercs avec les laïcs

111Les statuts synodaux de Nicolas Psaume évoquent rarement les laïcs, sinon lorsqu’il s’agit de ceux qui entrent dans l’administration financière des paroisses. Quelques prescriptions de bon sens tendent à assainir des situations locales troubles.

  • 123 Statuts de 1551.
  • 124 Statuts de 1554.
  • 125 Statuts de 1573.

112Les procureurs laïcs, chargés de l’administration économique des paroisses, doivent agir sous l’autorité du curé et rendre compte fidèlement de leur mission123. Par ailleurs, interdiction est faite aux curés de confier l’administration temporelle de leurs églises à des laïcs sans l’autorisation explicite de l’évêque ou de ses représentants patentés124. Il est strictement interdit aux laïcs de soustraire le fruit légitime des dîmes dues au clergé et de s’opposer à leur collecte, sous peine d’excommunication. Ils doivent s’acquitter avec probité de la collecte des dîmes, sous peine d’excommunication. Par ailleurs, les collecteurs attesteront l’exactitude des biens du bénéfice et de ses fruits. Ils s’entendront avec le titulaire pour fixer sa portion canonique, de telle sorte que celui-ci puisse vivre convenablement125.

  • 126 Statuts de 1550, 1573.
  • 127 Statuts de 1554.

113Dans le domaine de la justice, interdiction est faite aux clercs et aux laïcs d’en appeler à l’autorité civile contre la juridiction de l’évêque, sous peine d’excommunication126, car les juges civils ne peuvent attenter à la liberté de l’Eglise ni à sa juridiction127.

  • 128 Ibid.

114Par souci d’équité vis-à-vis de leurs ouailles, les curés et leurs vicaires sont tenus de faire enregistrer les testaments dans les six jours qui suivent la mort des testateurs128.

  • 129 Statuts de 1572 et 1575.
  • 130 Statuts de 1572.

115En ce qui concerne les meubles, immeubles et propriétés des paroisses, la situation conflictuelle permanente durant des années a fait que les églises, les cimetières et les sacristies sont souvent dans un piteux état et ont besoin d’une rénovation complète. Il faut tout mettre en œuvre dans les paroisses pour relever les ruines et munir les églises de tout ce qui est nécessaire à l’exercice digne du culte129. A l’occasion des guerres, de l’insécurité permanente et sous ce prétexte, mais en fait pour un profit personnel, de nombreux biens appartenant aux églises ont été aliénés par les administrateurs laïcs des paroisses. Ces derniers doivent tout entreprendre afin de restituer ces biens aux églises130.

2.3.11. Les réguliers

  • 131 Statuts de 1550 et 1572.
  • 132 Statuts de 1565.

116Appartenant lui-même à un ordre religieux dont il a personnellement expérimenté la nécessité d’une réforme, Nicolas Psaume insiste sur quelques points essentiels de leur profession religieuse. Par exemple, tous les réguliers – abbés, prieurs, chanoines réguliers et tous les autres religieux – sont tenus de porter l’habit de leur ordre, de prendre leurs repas au réfectoire commun et de dormir dans leurs couvents. Aucun régulier ne peut sortir du monastère sans être accompagné d’un socius, sous peine d’excommunication131. En ce qui concerne la pauvreté, les prédicateurs appartenant aux ordres mendiants admis dans le diocèse doivent remettre les fruits de leur ministère à leur communauté afin d’éviter la propriété privée132.

  • 133 Statuts de 1549.
  • 134 Statuts de 1575.

117Sur le plan pastoral, Nicolas Psaume est particulièrement sévère envers les réguliers, surtout ceux qui ne résident pas dans son diocèse tout en prétendant y exercer quelque ministère, car, de fait, il n’a aucun contrôle sur eux. Aussi, les réguliers ne peuvent quêter pour leurs monastères qu’avec la permission explicite de l’évêque. Dès son premier synode, il révoque toutes les permissions antérieures dont ils pourraient se prévaloir133. Par ailleurs, sont déclarés excommuniés les religieux qui célèbrent solennellement les mariages et administrent les sacrements sans la permission expresse du curé de la paroisse134.

118Lors de son dernier synode, en 1575, Nicolas Psaume se promet de consacrer son attention à la réforme de tous les réguliers établis dans son diocèse, afin que les vœux soient réellement vécus, la clôture observée, que tous assistent et participent à l’office divin, qu’ils aient réfectoire et dortoir communs.

2.4. L’administration des sacrements

  • 135 Statuts de 1549 et 1572.

119D’une façon générale, tous les prêtres, sans distinction, se doivent de prier pour l’Église de Verdun et de célébrer trois messes à cette intention chaque année135.

  • 136 Breviarium secundum usum insignis Ecclesiae Virdunensis, de mandato Rmi Nicolai Psalmei, Verdun, N. (...)
  • 137 Statuts de 1561 et 1575.

120Tous sont ceux qui sont constitués dans les ordres et sont tenus à la récitation des heures canoniques doivent se procurer les bréviaires136 édités en 1560 pour les clercs du diocèse de Verdun et s’adonner à la prière des heures137.

  • 138 Statuts de 1568.

121Une fois assurée la prédominance de la France sur le comté de Verdun, l’évêque enjoint à ses prêtres et à ses ouailles de prier pour le Royaume et pour le Roi très-chrétien138.

  • 139 Statuts de 1549.

122Tous les prêtres sont exhortés, « avant d’administrer un sacrement, d’avoir la contrition, de s’être confessés, et de s’acquitter de ce ministère avec foi, dévotion, gravité, modestie et prudence »139.

  • 140 Statuts de 1551, 1554, 1555.

123Il est désormais interdit de célébrer les sacrements dans les oratoires privés, y compris ceux des nobles établis en leurs châteaux, à moins d’une autorisation de l’évêque140.

  • 141 Statuts de 1550.

124Tous les recteurs des églises sont tenus d’apporter un soin particulier à tous les objets du culte, comme les fonts baptismaux, le saint-chrême, l’huile sainte et l’huile des malades. Il faut apporter encore plus de soin à la conservation du Saint-Sacrement, dans un lieu sûr et signalé par une lumière perpétuelle141.

125Au cours de son troisième synode, en 1551, le premier dont les statuts soient en totalité l’œuvre de Nicolas Psaume, l’évêque décide de publier une Méthode sacramentaire, dans laquelle il expose l’institution et l’efficacité des sacrements. Cette publication a pour but de fournir aux prêtres un moyen de catéchiser leurs paroissiens à l’occasion de l’administration des sacrements. Ces explications brèves et concises doivent permettre aux fidèles de recevoir les sacrements avec fruit. L’introduction à cette Méthode sacramentaire précise bien le but poursuivi par l’évêque :

  • 142 Methodus sacramentaria et quid sub administratione cujuslibet sacramenti parochus agere debeat, Sta (...)

Comme la charge principale du curé consiste, après la prédication de la Parole, dans l’administration des sacrements, nous estimons très nécessaire d’offrir aux recteurs les plus humbles des églises une sorte de Méthode sacramentaire brève, grâce à laquelle tout curé puisse exhorter brièvement son peuple à l’occasion de l’administration de chaque sacrement, de telle sorte qu’en un tel mystère religieux le sacrement porte ses fruits, que la foi des fidèles en Dieu soit fortifiée, et que le peuple comprenne l’efficacité et le fruit de chacun des sacrements142.

  • 143 Institutio Catholica, quant vulgus Manuale vocat, secundum usum dioecesis Virdunensis, continens ra (...)

126En 1554, une version imprimée et considérablement augmentée de cette Méthode sacramentaire voit le jour sous le titre : Institutio Catholica143. Cet ouvrage de Nicolas Psaume est sans conteste un chef-d’œuvre, tant pour la technique de l’imprimerie que pour son contenu. Cet ouvrage est l’un des rares livres illustrés publiés par l’évêque de Verdun. Les gravures illustrent les mystères célébrés, des épisodes de l’Évangile ou de l’Ancien Testament, propres à fixer l’attention sur le contenu des textes liturgiques.

  • 144 Statuts de 1562.

127Nicolas Psaume insiste beaucoup dans ses statuts synodaux pour que l’administration des sacrements soit un lieu privilégié d’éducation du peuple chrétien. Non seulement les prêtres doivent prononcer les paroles sacramentelles de façon claire et distincte, mais encore ils doivent brièvement expliquer aux fidèles ce dont il s’agit, quel en est le fruit, quelle est la signification des signes extérieurs, de telle façon que tous puissent recevoir ces sacrements dans les meilleures dispositions possibles144.

  • 145 Statuts de 1573 et 1574.

128L’évêque se doit d’insister, vingt ans plus tard, en 1573, pour que les prêtres de Verdun s’acquittent de l’administration des sacrements avec respect et exposent toujours aux fidèles l’institution, l’utilité et l’efficacité des sacrements, afin que ceux qui y assistent en reçoivent les fruits. Aucun excommunié ne peut être admis à recevoir les sacrements avant d’avoir obtenu son absolution par celui qui l’a frappé de cette peine145.

2.4.1. Baptême

  • 146 Statuts de 1549 et 1572.

129Parmi les devoirs des curés, celui de tenir à jour les registres des baptêmes revêt une importance particulière, notamment afin d’éviter les incestes. Tous les ans, à l’occasion du synode, les curés doivent présenter ces registres à l’évêque ou à son vicaire général146.

  • 147 Statuts de 1570.

130Les curés et tous les prêtres du diocèse sont tenus d’apprendre par cœur, s’ils en sont capables, ou de lire avant ou après le baptême une exhortation composée par Psaume pour instruire le peuple de ce sacrement147.

  • 148 Statuts de 1573.

131Les curés n’admettront pas des parrains et marraines qui n’aient pas atteint l’âge de raison et ils s’enquerront avec soin de la sincérité de leur foi catholique s’ils ont quelques doutes à ce sujet148.

  • 149 Ibid.

132En ce qui concerne le baptême donné dans l’hérésie, les curés devront dénoncer les parents à l’évêque et s’assurer que les enfants ont bien reçu un baptême valide. En cas de doute fondé, ils les baptiseront sous condition149.

2.4.2. Confirmation

  • 150 Statuts de 1559.

133L’administration du sacrement de confirmation demeure l’une des préoccupations de l’évêque qui fait un devoir aux curés d’instruire les fidèles ayant atteint l’âge de discrétion, notamment aux jours de grandes fêtes, afin qu’ils reçoivent ce sacrement, en leur faisant comprendre la nature et l’effet du sacrement150.

  • 151 Statuts de 1573.

134Qui doit recevoir la confirmation ? Les enfants âgés de sept ans au moins. À cet effet, les curés exhorteront fidèlement leurs parents à conduire les enfants auprès de l’évêque pour recevoir ce sacrement. La confirmation sera donnée en particulier à Pâques et à la Pentecôte, et lorsque l’évêque visite leurs villes et villages. Les confirmands seront instruits des rudiments de la foi chrétienne, de l’Oraison dominicale, de la Salutation angélique et du Symbole des Apôtres151.

  • 152 Statuts de 1570.

135Ajoutons que le sacrement de confirmation doit avoir été reçu par les fiancés qui souhaitent contracter mariage152.

2.4.3. Eucharistie

  • 153 Statuts de 1555.

136Le sacrifice de la messe et la présence réelle du Christ dans l’eucharistie étant niés par les protestants, Nicolas Psaume offre à ses prêtres réunis en synode une exhortation sur ce sujet, en reprenant d’anciens statuts de Warry de Dommartin153.

  • 154 Statuts de 1558.
  • 155 Statuts de 1555, 1561, 1568.
  • 156 Exposition de la Messe, Verdun, 1554. Copies manuscrites dans Acta et Décréta (BM Nancy, ms. 1488, (...)

137En premier lieu, les curés doivent veiller à ce que leurs fidèles assistent à la messe dans leur propre paroisse, au moins le dimanche154. À cette occasion, le clergé doit enseigner le peuple, de telle sorte que tous les fidèles adoptent durant les offices religieux une attitude conforme à la sainteté du lieu et de la célébration et qu’ils ne quittent pas l’église avant la fin de la messe155. Pour aider les prêtres à instruire leurs fidèles, Nicolas Psaume publie en 1554 une Exposition de la Messe156, qui est une brève explication symbolique des symboles et des rites de la messe.

  • 157 Statuts de 1559.
  • 158 Statuts de 1564.
  • 159 Statuts de 1574.

138Ce sacrement a une telle importance que, pour y accéder, il est nécessaire de connaître au moins les premiers éléments de la religion chrétienne157. Au jugement de Nicolas Psaume, la communion pascale, obligatoire depuis le IIe concile du Latran, tenu en 1215, n’est pas suffisante. Pour cette raison, les curés doivent inciter leurs fidèles à communier au moins à Noël, Pentecôte158, et aux grandes fêtes159.

  • 160 Statuts de 1570.
  • 161 Statuts de 1572.

139Déplorant la médiocrité des prêtres et la façon désinvolte dont ils s’acquittent des fonctions liturgiques, l’évêque leur enjoint de célébrer la messe et tous les offices avec plus grande dévotion et modestie, mus pas un élan intérieur, car ils prient non seulement pour eux, mais encore pour toute l’Église et pour le peuple qui leur a été confié. Ils doivent inciter leurs fidèles à cesser tout travail les dimanches et jours de fête et à entendre la messe160. Tous les prêtres, sauf empêchement légitime, doivent célébrer la messe tous les dimanches161.

  • 162 Statuts de 1573.

140Les curés sont particulièrement chargés d’enseigner à leurs fidèles tout ce qui concerne l’institution, la célébration et les cérémonies de la messe. Hélas, ce sont les jours de fête les plus importants que l’on commet les péchés les plus graves162.

  • 163 Ibid.

141La réception des hérétiques à la communion demande une grande prudence. Ceux qui ont renoncé à l’hérésie et en ont reçu l’absolution ne seront pas admis à recevoir l’eucharistie avant un certain temps de pénitence variant de trois à cinq mois. En cas de danger de mort, on les recevra tout de suite à l’eucharistie163.

  • 164 Statuts de 1575.

142Sont excommuniés les prêtres et chapelains qui célèbrent sciemment la messe en la présence de personnes nommément excommuniées164.

2.4.4. Pénitence

  • 165 Statuts de 1549.
  • 166 Statuts de 1550.
  • 167 Statuts de 1575.

143Dans le cadre de la prédication et de l’administration des sacrements, obligation est faite aux recteurs des églises et aux clercs, leurs collaborateurs, d’inciter les fidèles à la confession annuelle165. Cette confession doit être faite par chaque fidèle auprès de son propre curé, dont c’est l’une des charges essentielles. Sont également admis les prêtres jugés aptes à ce ministère, à l’issue d’un examen et de l’approbation épiscopale. Aussi, les réguliers ne peuvent-ils entendre les confessions des laïcs dans une paroisse, sans l’autorisation du curé166 et à condition d’avoir été admis et approuvés par l’évêque. Il en est de même pour les confessions des vierges consacrées, sauf privilège apostolique167.

  • 168 Statuts de 1565.
  • 169 Statuts de 1575.
  • 170 Statuts de 1573.

144Pour répondre aux situations particulièrement graves et encourager la confession des fidèles, l’évêque de Verdun institue le pénitencier auquel le droit reconnaît le pouvoir de pardonner tous ou certains péchés réservés à l’évêque, à cause de leur gravité. Aussi, les curés et leurs vicaires doivent-ils se garder d’absoudre les péchés réservés et s’adresseront au pénitencier du diocèse168 lorsqu’ils recevront en confession des fidèles ayant commis ces péchés d’une grande gravité. Il existe une seule exception qui justifie l’absolution des péchés réservés au Siège Apostolique ou à l’évêque, c’est le cas de danger de mort169. Préoccupé par les infiltrations de clercs à la doctrine peu sûre, Nicolas Psaume stipule : tous les prêtres ayant obtenu la faculté d’absoudre les péchés réservés au Saint-Siège, ne pourront user de ce privilège dans le diocèse de Verdun, avant d’avoir été examinés par l’évêque, « afin que, sous ce prétexte, sous la fourrure des brebis, les loups ne s’insinuent pour corrompre notre troupeau »170.

  • 171 Statuts de 1571.

145L’évêque rappelle les peines et irrégularités dont la rémission lui est réservée personnellement ainsi qu’aux vicaires désignés par lui : tout ce qui provient de péchés occultes et les fautes de délinquance commises par ses diocésains, à l’exception de l’homicide volontaire et des fautes déjà portées en justice. Quant au crime d’hérésie, l’absolution en est réservée à l’évêque seul171.

  • 172 Statuts de 1573.

146Dépassant la prescription de la confession annuelle, Nicolas Psaume demande à ses prêtres d’inciter leurs fidèles à se confesser au moins lors des fêtes principales de l’année. Il leur fait un devoir de se tenir à la disposition des pénitents en particulier durant le Carême et autour des grandes fêtes172.

  • 173 Ibid.

147En entendant les confessions, les prêtres s’assureront que les fidèles connaissent au moins les rudiments de la foi chrétienne et les prières principales. De plus, les prêtres eux-mêmes auront fréquemment recours à la confession sacramentelle173.

  • 174 Notamment les Statuts de 1575.
  • 175 Statuts de 1574.

148Les curés doivent enseigner à leurs fidèles à exciter leur contrition intérieure et à confesser intégralement leurs péchés mortels avec les circonstances qui peuvent en réduire ou en augmenter la gravité, au moins une fois l’an. Comme les curés font souvent appel à d’autres prêtres pour les aider dans ce ministère, Nicolas Psaume demande que l’on ne confie pas à des prêtres trop jeunes et sans expérience ce ministère de la pénitence174. À l’intention de ses prêtres souvent ignorants, il donne la formule d’absolution, qui seule doit être utilisée : « Que Dieu tout-puissant te fasse miséricorde. [...] Et moi, par son autorité, je t’absous de tout lien d’excommunication mineure (si tu es lié) et je t’absous de tes péchés, au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen »175.

  • 176 Cataloga peccatorum a Sacra Comunione excludendum qui in Quadragesima & Adventu populo proponendus (...)
  • 177 Statuts de 1575.

149L’évêque publie, en outre, un catalogue des péchés176 qui excluent de la communion eucharistique, et demande aux curés d’en rappeler le contenu à la mémoire de leurs paroissiens, notamment au cours du Carême et de l’Avent. Sont exclus de la communion ceux qui ont atteint l’âge de raison et ne veulent pas apprendre les rudiments de la foi, et ceux qui ne professent pas la foi catholique. Ont besoin de recevoir l’absolution ceux qui pratiquent la magie et les sortilèges, les blasphémateurs et les parjures, ceux qui n’observent pas les dimanches et les fêtes, ceux qui ne respectent pas leurs parents et les rebelles, les usuriers, ceux qui n’observent pas le jeûne sans raison valable, les adultères, les concubinaires, ceux qui pratiquent l’inceste, les prostituées publiques, ceux qui attentent le mariage avec des moniales professes ou qui s’adonnent sciemment à l’ébriété, les voleurs qui s’obstinent à ce pas vouloir restituer le bien mal acquis, les sacrilèges, les receleurs, les marchands qui trichent sur les poids et les prix, les parents dont les enfants sont morts sans baptême du fait de leur négligence, les femmes qui pratiquent l’avortement, les parents qui permettent à leurs enfants de blasphémer, les calomniateurs de la réputation d’autrui, les serviteurs qui portent tort à leurs maîtres et les maîtres qui ne donnent pas le juste salaire à leurs serviteurs, ceux qui entretiennent la rancœur et la haine dans leur cœur, les incendiaires des églises et des monastères, les parents qui par simonie donnent leurs enfants à un monastère, ceux qui achètent ou vendent des bénéfices ecclésiastiques, ceux qui n’exécutent pas ce qu’ils ont promis par vœux, ceux qui ont sciemment dissimulé des péchés au cours de la confession, ceux qui ont omis de porter secours par leurs conseils ou leur aide177.

  • 178 Juan Alfonso de Polanco, Breve Directorium, 1554.

150Afin d’aider les confesseurs dans l’examen des consciences, Nicolas Psaume leur conseille, en 1575, de faire usage du Directoire178 publié par le Jésuite Polanco (1517-1577).

2.4.5. Extrême-onction

  • 179 Statuts de 1573.

151Les pasteurs se doivent d’instruire le peuple de l’efficacité du sacrement de l’extrême-onction, afin que le reçoivent les adultes en danger de mort, sans crainte et sans en différer dangereusement la réception179.

2.4.6. Mariage

  • 180 Statuts de 1559.
  • 181 Statuts de 1554 et 1555.
  • 182 Statuts de 1549 et 1558.

152Sur le plan des principes généraux, les statuts synodaux rappellent que personne ne pourra célébrer son mariage à l’église si auparavant il n’a reçu le sacrement de confirmation180. Les mariages ne peuvent être contractés sans l’autorisation des parents et doivent toujours être célébrés dans l’église paroissiale181. Enfin, la célébration du mariage doit toujours se faire dans la dignité, sans plaisanteries grasses ni canulars ni hâbleries182.

  • 183 Statuts de 1566 et statuts de 1573.
  • 184 Statuts de 1559.

153En ce qui concerne les prescriptions d’ordre disciplinaire et liturgique, Nicolas Psaume précise : on conservera la coutume du « temps clos » pour la célébration solennelle des mariages : de l’Avent à l’Epiphanie, depuis le premier dimanche de Carême jusqu’à l’octave de Pâques inclusivement. Les époux se doivent de se confesser à leur propre et légitime pasteur, et recevoir l’eucharistie au moins trois jours avant la consommation de leur mariage, « car le mariage est une chose saincte, & et qui se doit sainctement traiter »183. Lorsque les mariages sont célébrés durant le temps clos de l’Avent et du Carême, il faut supprimer l’abus d’organiser des banquets et des fêtes démesurées184.

  • 185 Statuts de 1554, 1555, 1561.

154Les curés peuvent donner des lettres testimoniales à leurs fidèles, d’autant plus nécessaires à cause des déplacements des personnes, et que les mêmes curés ne peuvent donner les sacrements à des étrangers à leur paroisse, sans que ces personnes ne fournissent les preuves de leur honnêteté fournies par leur curé d’origine185.

  • 186 Statuts de 1570.
  • 187 Statuts de 1574.

155Dès la conclusion du concile de Trente, Nicolas Psaume entend lutter contre les « mariages clandestins », c’est-à-dire les mariages célébrés en privé, en présence de témoins et sans inscription sur les registres de l’Eglise. Comme le concile de Trente a reconnu la validité de ces mariages célébrés avant le décret Tametsi, il faut engager les époux à célébrer leur mariage publiquement et pour cela rappeler aux parents leurs devoirs186. En conséquence, les curés sont tenus de publier tous les ans, le dernier jour des fêtes pascales et le jour de la Toussaint, le décret du concile de Trente qui exige pour la validité des mariages la présence du propre pasteur et de deux témoins187.

  • 188 Statuts de 1564 et 1575.
  • 189 Statuts de 1566.

156L’évêque demande au clergé de publier en français les articles concernant la célébration du mariage, revenant sur l’obligation de la publication des bans, afin d’éviter les empêchements qui pourraient rendre nulles de telles unions188. Outre la publication des trois bans nécessaires, il faut que les fiancés contractent mariage en présence de leur curé ou de quelque autre prêtre dûment délégué. Pour assurer le bon ordre, il est rappelé qu’aucun prêtre ne peut recevoir le consentement des époux s’il n’est leur propre curé ou s’il n’est légitimement délégué. Quant aux époux, ils ne peuvent cohabiter avant d’avoir reçu la bénédiction nuptiale189.

  • 190 Statuts de 1566 et 1572.

157Il faut tenir compte, parmi les empêchements du mariage, celui de la parenté spirituelle établi entre les parrains, les marraines et leurs filleuls et filleules, de même qu’il faut tenir compte, en les réduisant aux premier et second degrés, les empêchements dérivant de la fornication190.

  • 191 Statuts de 1575.

158Enfin, sont excommuniés tous ceux qui attentent le mariage en dépit des empêchements canoniques, ce qui revient à contracter un mariage clandestin191.

2.5. La réforme des mœurs

2.5.1. Les péchés et les situations graves que l’on doit extirper

  • 192 Statuts de 1561.
  • 193 Statuts de 1550.

159L’évêque interdit d’user de l’excommunication pour des fautes légères ; on ne doit recourir à cette peine qu’en cas d’inévitable nécessité192. Vu la gravité de l’excommunication, chaque curé doit avoir un registre des personnes excommuniées et doit le présenter chaque année au procureur de l’évêque à l’occasion du synode193.

  • 194 Statuts de 1573.

160Les curés exhorteront notamment leurs fidèles à fuir les fautes graves comme les excès notoires, et les scandales comme l’adultère, l’inceste, le blasphème, l’usure. Ils dénonceront ces fautes graves à l’évêque, prenant garde à ne pas les couvrir par dissimulation ou connivence194.

  • 195 Statuts de 1549.
  • 196 Statuts de 1564.

161L’usure et l’adultère sont des péchés dont la gravité justifie la réserve de l’absolution à l’évêque ou à son vicaire général ou au pénitencier du diocèse195. L’adultère et le concubinage sont des maux qu’il faut extirper et les réfractaires doivent être soumis à l’amende196.

  • 197 Statuts de 1573 et 1574.

162Hérétiques, criminels, usuriers, concubinaires et coupables de fautes graves publiques ne peuvent être admis à recevoir les sacrements, sans avoir fait pénitence197.

  • 198 Statuts de 1572 et 1573.

163Tous les fidèles défunts qui ont mené une vie chrétienne seront ensevelis avec tous les honneurs qui conviennent. Sont exclus des funérailles chrétiennes les excommuniés, les usuriers et les hérétiques et tous ceux qui n’auront pas voulu se préparer chrétiennement à la mort par la confession, la communion et l’extrême-onction198.

  • 199 Statuts de 1549.
  • 200 Statuts de 1572.

164L’évêque entend mener une lutte sans merci contre le blasphème, les jurons, les orgies, les dissensions et les rancœurs199. Quant aux ecclésiastiques coupables de blasphèmes ou de paroles ignominieuses contre Dieu et la Vierge Marie, ils seront punis d’une amende égale aux revenus d’une année de leurs bénéfices. En cas de récidive, ils perdront leurs dignités et bénéfices et seront à l’avenir considérés comme inaptes à en être pourvus. S’il s’agit de laïcs, ils seront punis d’amende, à la première et la deuxième infraction. À la troisième récidive, ils seront tenus à une pénitence publique. Quiconque sera témoin de blasphèmes sera tenu, à moins de danger plus grave par exemple pour sa sécurité, de dénoncer le coupable au juge ecclésiastique ou civil. Les seigneurs et magistrats sont vivement exhortés à lutter contre ce mal200.

2.5.2. Lutte contre le protestantisme

  • 201 Forma precationum pro tribulatione ecclesie et populi quant in dioecesi Virdunensi vult observari i (...)
  • 202 Le vray et naif portrait de l’Eglise catholique..., 1re éd. : Verdun, 1571 (perdue), 2e éd. : Reims (...)
  • 203 Advertissement à l’homme chrestien pour cognoitre et fuir les hérétiques de ce temps lesquelz desro (...)
  • 204 Préservatif contre les changements de religion, Trente, 1563. Édité également en latin sous le titr (...)

165Outre la publication de plusieurs ouvrages destinés à promouvoir la prière pour l’Église201 en cette période troublée, défendre la foi catholique202 contre les doctrines hérétiques203 et conjurer le danger de la contamination de ses fidèles par la réforme protestante204, Nicolas Psaume traite la question du protestantisme lors du synode diocésain.

  • 205 Statuts de 1564.
  • 206 Statuts de 1575.

166Pour empêcher la diffusion de l’hérésie, curés et vicaires doivent dénoncer les prédicateurs qui ont abandonné la doctrine de l’Église catholique, soit à l’évêque, soit à son vicaire général205. De plus, les curés ont le devoir de déclarer excommuniés ceux qui professent une hérésie par rapport à la foi catholique206.

  • 207 Statuts de 1566.
  • 208 Statuts de 1571, 1572, 1573, 1575.

167De plus, il est interdit à quiconque de conserver chez soi quelque livre composé par des hérétiques. En cas de doute, il faut soumettre les ouvrages au curé de la paroisse207. Cet interdit s’étend plus tard aux personnes : « Et qu’ulcun Catholicque ne reçoive en sa maison anlcun hérétique pour y séjourner, signamment ez terres de nostre obéissance », ajoutant l’interdiction d’avoir quelque affaire en commun avec eux, sous peine d’excommunication et d’être enterré en-dehors du cimetière chrétien208. Cette fuite de l’hérétique est traditionnelle. Elle représente une pratique constante depuis les origines de l’Église et représente encore au xvie siècle le meilleur moyen de protéger les fidèles contre la contagion de l’hérésie.

  • 209 Statuts de 1566.

168À partir de 1566, on voit apparaître une formule générale de profession de foi destinée aux paroisses, dans laquelle curés et paroissiens professent la foi catholique et déclarent réprouver les erreurs des hérétiques209.

  • 210 Statuts de 1572.

169En 1572, Nicolas Psaume renouvelle l’interdiction de tout contact avec les hérétiques et fait un devoir aux seigneurs et magistrats des villes et villages de son comté de tout mettre en œuvre pour éradiquer l’hérésie et promouvoir la religion catholique. Quant aux curés, ils doivent s’assurer que les habitants de leurs paroisses professent la foi catholique et reçoivent les sacrements210.

  • 211 Forme d’abjuration d’hérésie et confession de foy que doivent faire les des voyez de la foy prétend (...)
  • 212 Advertissement de R.P. en Dieu, Monseigneur Nicolas Psaulme, Evesque et Comte de Verdun, Prince du (...)

170La même année 1572, Nicolas Psaume publie en français, à la suite de ses statuts synodaux une formule de profession de foi publiée au mois d’octobre à Paris, destinée aux protestants désireux d’entrer dans l’Église catholique211. La même année, il publie un Advertissement212 destiné aux curés de son diocèse, afin de les éclairer sur la façon de recevoir les protestants qui désirent entrer dans l’Église catholique.

2.5.3. Promotion du culte catholique

  • 213 Statuts de 1551 et 1554.

171La tenue dans les églises, notamment lors de la célébration des offices doit être réformée, de telle sorte que soient favorisées la ferveur et la piété213.

  • 214 Statuts de 1549.
  • 215 Statuts de 1550.
  • 216 Statuts de 1560.

172Il convient d’encourager l’observance du dimanche et des fêtes en esprit de dévotion, pour que les fidèles s’abstiennent de se laisser aller aux beuveries et aux jeux d’argent214. De plus, il est nécessaire de réformer le comportement tant des laïcs que des clercs durant les célébrations religieuses, afin d’assurer le recueillement et la dignité du culte215. Chaque fidèle doit assister à la messe dans l’église paroissiale tous les dimanches ; toute absence illégitime pendant trois dimanches consécutifs entraînera la dénonciation du coupable au procureur de l’évêque, qui lui imposera le paiement d’une amende pécuniaire216.

  • 217 Statuts de 1558 et 1573.

173Il est strictement interdit aux fidèles d’aller dans les tavernes à l’heure de la messe dominicale, pour y jouer et y boire, au heu de prier Dieu et d’écouter sa parole. Cette interdiction concerne également les spectacles publics ou privés, qui inciteraient les fidèles à ne pas fréquenter les cérémonies du culte217.

  • 218 Statuts de 1560.

174Très attentif à la condition de ses diocésains qui ne se rendent pas à l’église, les jours de fête de précepte, Nicolas Psaume prend acte tout à la fois de la misère de nombreuses familles obligées de travailler et du grand nombre des fêtes qui multiplient les jours chômés. En conséquence, il décide de supprimer treize jours de fêtes de précepte dans le diocèse de Verdun, mais il maintient pour le clergé l’obligation de les célébrer218.

  • 219 Ibid.
  • 220 Statuts de 1562.

175Comme la fête de la dédicace des églises entraîne souvent des désordres et des abus comme les banquets, il ordonne que toutes les dédicaces soient célébrées le 11 novembre, jour de la fête de la dédicace de la cathédrale de Verdun, et défend aux curés et aux vicaires de céder aux pressions des fidèles pour célébrer la dédicace un autre jour, sinon le jour de la fête du patron de la paroisse, qui sera transféré au dimanche suivant, réduisant ainsi les occasions d’excès219. Nicolas Psaume se trouve cependant affronté à de nombreuses récriminations de la part des fidèles. Aussi, il précise qu’il n’entend nullement supprimer la célébration de la dédicace des églises, mais seulement les excès de table et de boissons souvent liés à ces célébrations220.

  • 221 Statuts de 1575.

176Afin de sauvegarder le caractère sacré de la liturgie, les laïcs s’abstiendront de se tenir dans le chœur des églises durant la célébration des offices, à moins de permission particulière de l’évêque. Il est de même interdit de procéder à quelque démolition que ce soit dans les églises, sans autorisation épiscopale. Les églises seront toujours bien tenues. Durant les offices liturgiques, il est interdit de se promener dans les églises, notamment dans la cathédrale, et d’y entretenir des conversations221.

  • 222 Ibid.

177Durant les hostilités, il a été parfois nécessaire de protéger certains biens en les entreposant dans les églises. La paix rétablie, il ne faut conserver dans les églises que le mobilier cultuel222.

2.6. L’action sociale

  • 223 Statuts de 1550, 1558, 1561, 1566, 1572, 1573, 1574, 1575.

178L’action sociale de Nicolas Psaume nous est davantage connue par les documents extérieurs aux statuts synodaux que par les statuts eux-mêmes. Pour nous en tenir à cette source, retenons que les statuts nous informent principalement des initiatives de l’évêque pour l’établissement et le fonctionnement des écoles, et encore davantage sur les conditions de recrutement des maîtres appelés à enseigner dans les écoles paroissiales et des collèges223.

  • 224 Statuts de 1558.

179Outre les mesures prises en vue de la création du séminaire de Verdun et pour assurer l’instruction et l’éducation chrétiennes à travers les écoles vivement recommandées par le concile de Trente et dont le sommet est représenté par sa contribution à la fondation de l’université de Pont-à-Mousson confiée à la Compagnie de Jésus, Nicolas Psaume invite encore les prêtres de son diocèse à attirer l’attention des personnes qui s’apprêtent à rédiger leur testament sur les nécessités de l’hôpital Saint-Nicolas de Gravière, établi à Verdun, où l’on recueille des pauvres, des mendiants, des malades et des personnes affligées de toutes sortes de maux224.

Conclusion

  • 225 M. Vénard, « Le concile de Latran V (1512-1517) et le concile de Trente (1545-1563) », in G. Alberi (...)

180Marc Vénard constatait dans la magnifique Histoire des conciles œcuméniques publiée en français par les Editions du Cerf : « Simultanément, plusieurs évêques ont réuni leur synode diocésain et y ont fait publier des statuts inspirés du concile de Trente. Un des premiers et des plus zélés est Nicolas Psaume, évêque de Verdun »225.

181Qu’il me soit permis de conclure en mettant en lumière la profonde cohérence qui se dégage de la vie et de l’œuvre de Nicolas Psaume. Son activité synodale est un aspect important de cette œuvre, mais seulement un aspect. Toute sa pensée et toute son action furent constamment guidées par un idéal : construire la « cité catholique » selon l’esprit du concile de Trente.

182Placé au carrefour de multiples influences – sa famille, les Guise, les événements religieux et politiques de son temps – il semble bien qu’il soit parvenu à une harmonieuse synthèse personnelle à laquelle le concile de Trente a largement contribué.

183Nous n’avons pas à magnifier démesurément Nicolas Psaume, mais il est juste de souligner son grand intérêt pour l’institution du synode diocésain et de reconnaître son exemplaire contribution pastorale à la Réforme catholique dans les pays de langue française.

184Il fait en 1565 une déclaration qui résume bien son idéal pastoral :

  • 226 Statuts de 1565.

Depuis que Dieu nous a appelé à la charge du gouvernement, il n’y a rien de plus cher à nos vœux que cette Eglise de Verdun confiée par Dieu à nos soins – enfin purgée de toutes les hérésies à exclure et à écarter, ainsi que des abus de tous ordres – brille par la ferveur de ses vertus et soit unanime dans la vraie foi et la charité226.

Notes

1 B. Ardura, Nicolas Psaume (1518-1575) évêque et comte de Verdun. L’idéal pastoral du concile de Trente incarné par un prémontré, Paris, Cerf, 1990.

2 Les statuts de 1569 semblent n’avoir pas été imprimés. La peste sévissant à Verdun désorganisa la cité. Toutefois, nous trouvons mention de ce synode dans les statuts de l’année 1570.

3 Nicolas Psaume naît le 11 décembre 1518 à Chaumont-sur-Aire, et meurt le 10 août 1575 à Verdun.

4 Arch. de la Compagnie de Jésus, Rome, Prov. camp., 3, fol. 13-15.

5 B. Ardura, Nicolas Psaume.op. cit., p. 658.

6 Lettre de Nicolas Psaume, du 21 avril 1564, au Père Jacques Laynez, Arch. de la Compagnie de Jésus, Rome, Ep. Ext. 10, fol. 153.

7 La bulle « In supereminenti » est datée du 5 décembre 1572.

8 Statuts de 1568.

9 Statuts de 1570.

10 A Rimoldi, « Carlo Borromeo », Bibliotheca Sanctorum, t. III, col. 841-842.

11 Statuts de 1566.

12 II y avait quatre archidiaconés : archidiaconés de la Princerie, d’Argonne, de La Rivière et de la Woëvre.

13 II y avait neuf doyennés : doyenné urbain, doyennés d’Amel, Chaumont, Forges, Clermont, Souilly, Saint-Mihiel, Hattonchâtel, Pareid.

14 BM Nancy, ms. 1488.

15 BM Nancy, ms. 1488, fol. 46r-53r ; Bibliothèque du Grand Séminaire de Nancy, ms. 0 118, fol. 102r-143r.

16 Statuts de 1564.

17 B. Ardura, « Le livre et la Réforme catholique à Verdun, sous l’épiscopat du prémontré Nicolas Psaume 1548-1575 », Revue française d’histoire du livre, 90-91 (1996), p. 7-47.

18 « Des dispositions abondantes, précises, détaillées, parfois très neuves, couvrent presque tous les secteurs de la vie ecclésiastique ». J.-R Massaut, Josse Clichtove, l’humanisme et la réforme du clergé, Paris, 1968 (Bibliothèque de la faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, fasc. CLXXXIII) t. II, p. 30.

19 Constitutiones Synodales, Poitiers, 1544, BM Poitiers, DR 498.

20 Statuts de 1555.

21 Statuts de 1559.

22 Ibid.

23 Statuts de 1555 et 1573.

24 Statuts de 1573.

25 La Constitution Auctorem fidei de Pie VI, du 28 août 1794, condamnant 85 propositions du Synode de Pistoia, tenu entre le 18 et le 28 septembre 1786, précise, plus de deux siècles plus tard, la doctrine catholique selon laquelle l’opinion qui attribue aux simples prêtres le droit de se prononcer en synode sur la réforme de la discipline ecclésiastique et la faculté de prononcer un jugement sur la foi, à l’égal des évêques, est une opinion « fausse, téméraire, qui porte atteinte à l’autorité épiscopale ». H. Denzinger, Enchiridion symbolorum..., no 2609-2611.

26 Statuts de 1573.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Statuts de 1549.

32 De l’activité épiscopale de Warry de Dommartin, O.S.B., coadjuteur (1499-1500), puis évêque de Verdun jusqu’à sa mort en 1508, il convient de retenir spécialement les Statuts Synodaux publiés en 1507. Sa lettre pastorale publiée en tête de la collection, et datée de Verdun le 25 août 1507, indique qu’il fit réunir en un corpus unique les anciens Statuts de ses prédécesseurs, confiant cette œuvre à Nicolas Chouard, son grand vicaire et official, et qu’il y ajouta plusieurs nouvelles ordonnances.

33 Jean de Isenburg fut archevêque de Trèves entre 1547 et 1556. Wolfgang Seibrich, « Isenburg, Johann von », Erwin Gatz (dir.), Die Bischöfe des Heiligen Römischen Reiches 1448 bis 1648, Berlin, Duncker & Humblot, 1996, p. 325-327.

34 Statuts de 1575, les derniers de l’épiscopat de Nicolas Psaume, en sont un bon exemple.

35 Statuts de 1550, 1551, 1559, 1562, 1564, 1566, 1567, 1571, 1573, 1575.

36 Statuts de 1550.

37 Statuts de 1554, 1570, 1572, 1575.

38 Statuts de 1555, 1559, 1564, 1565, 1571.

39 Statuts de 1564.

40 Canones et decreta sacrosancti oecumenici et generalis concilii tridentini, quae sparsim et absque ullo ordine, prout occurrebant, négocia fuere diversis temporibus sub Paulo II, Julio III et Pio III pontificibus max., nunc methodo digesto, aucthore Reverendissimo in X° Patre D.D.N. Psalmeo, episcopo, comite Virdunensi ad illustrissimum principem reverendissimumque cardinalem a Lotharingia, Verdun, N. Bacnetius [Bacquenois], 1564 (BM Nancy, 4969 ; BN, B.2786). Après la mort de Nicolas Psaume, deux de ses ouvrages consacrés au concile de Trente furent imprimés :
Collectio actorum et decretorum sacri oecumenici concilii Tridentini in duas partes divisa. Prima continet acta et canones ab anno MDLI ad finem MDLII, secunda medulam votorum et sententiarum patrum concilii super praecipuis materiis propositis in congregationibus ab adventu Eminentissimi Cardinalis Lotharingici cum episcopis gallis, ab anno MDLXII ad finem concilii. Auctore Nicolao Psalmeo, canonico praemonstratensi, Abbate sancti Pauli et Virdunensi Episcopo, ejusdem concilii secretario, et canonum redactore, publié par CharlesLouis Hugo dans ses Sacrae Antiquitatis Monumenta, historica, dogmatica, diplomatica, Étival, J.-M. Heller, 1725, t. I, p. 215-411. Edition critique de la deuxième partie par S. Merckle dans Concilium Tridentinum, éd. Societas Goerresiana, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1911, p. 721-890. Le manuscrit original n’a pas été retrouvé.
Elucidationes nonnullorum locorum sacri concilii tridentini, a Sanctae Romande Ecclesiae cardinalibus, interpretibus, nonnullis praelatis et aliis eoneessae. Collectore Nieolao Psalmeo, episeopo Virdunensi, (BN, Mss. Latins, no 1532, autographe ; no 1580, copie. BM Verdun, ms. 16, 67 fol., 512 par., copie) publié partiellement – no 1 à 136 – par Charles-Louis Hugo dans ses Sacrae Antiquitatis Monumenta, historica, dogmatica, diplomatica, Étival, J.-M. Heller, 1725,1.1, p. 411-426. Hugo devait savoir que les paragraphes suivants n’étaient pas de Nicolas Psaume. Certains sont relatifs à des interprétations qui portent une date postérieure à celle de sa mort.

41 P. Blet, Le Clergé du Grand Siècle en ses assemblées 1615-1715, Paris, 1995, spécialement p. 11-39.

42 On trouve ces mesures réglementaires sous le titre : Ordonnances & Statutz extraictz & tirez du Sainct Concile de Trente, publiez par l’Ordonnance de Monseigneur l’Éveque Comte de Verdun en son Synode faict & célébré le mardy 23 d’Apvril 1566, dans les Statuts de 1566.

43 Pie IV, Bulle « Iniunctum nobis », du 13 novembre 1564.

44 Statuts de 1575.

45 Statuts de 1549.

46 Statuts de 1575.

47 Statuts de 1549, 1550, 1561.

48 Statuts de 1551.

49 Statuts de 1555, 1570, 1573, 1574, 1575.

50 Articles de Foi de la Faculté de Théologie de Paris, Verdun, 1560.

51 Statuts de 1559, 1561, 1562, 1565.

52 Statuts de 1575.

53 Statuts de 1573, 1574.

54 Statuts de 1575.

55 Statuts de 1570.

56 Archives de l’Hôtel de Ville de Verdun, CG 231, vol. 2.

57 Statuts de 1574.

58 Statuts de 1550.

59 Signalé, sous le titre Christiana Institutio dans les Statuts de 1555, « Deofficio parrochorum ».

60 Statuts de 1558.

61 Statuts de 1561.

62 Statuts de 1573.

63 Statuts de 1558.

64 Saint Vincent de Paul ouvrit le séminaire des Bons-Enfants en 1640.

65 Monsieur Olier ouvrit le séminaire de Saint-Sulpice en 1643.

66 Statuts de 1549, 1562.

67 Statuts de 1564, 1565, 1566, 1567.

68 Statuts de 1566.

69 Statuts de 1566.

70 Ibid.

71 Ibid.

72 Statuts de 1575.

73 Statuts de 1554.

74 Statuts de 1574.

75 On trouve la formule de serment sous le titre : Forma Iuramenti praestandi perpromovendos ad Ecclesias, Monasteria ac Prioratus Conventuales, seu Semi Conventuales etiamsi Monialium fuerint, dans les Statuts de 1565.

76 Statuts de 1554, 1555, 1565.

77 Statuts de 1572.

78 Statuts de 1565.

79 Statuts de 1561 et 1562.

80 Statuts de 1549.

81 Ibid.

82 Statuts de 1561.

83 Statuts de 1554.

84 Statuts de 1562.

85 Statuts de 1550 et 1551.

86 Statuts de 1554.

87 Statuts de 1564, 1567, 1571.

88 Statuts de 1570, 1571, 1575.

89 Statuts de 1572, 1574, 1575.

90 Statuts de 1568.

91 Statuts de 1570, 1573, 1574, 1575.

92 Statuts de 1550.

93 Statuts de 1554, 1555, 1561.

94 Statuts de 1564 et 1565.

95 Statuts de 1567.

96 Statuts de 1554.

97 Statuts de 1574.

98 Statuts de 1573.

99 Statuts de 1562.

100 Statuts de 1573.

101 Statuts de 1565, 1566, 1572.

102 Statuts de 1567.

103 Statuts de 1571.

104 Statuts de 1573.

105 B. Ardura, « Le livre et la Réforme catholique à Verdun, sous l’épiscopat du prémontré Nicolas Psaume 1548-1575 », Revue française d’histoire du livre, no 90-91 (1996), p. 7-47.

106 Statuts de 1564.

107 Statuts de 1571.

108 Missale seeundum usum, ritum et consuetudinem insignis Ecclesiae et dioecesis Virdunensis novissimeper R.P.D. Nieolaum Psaume sedulo reeognitum et quanta potuit diligentia emendatum, eum multis ac variis additamentis antea nuperque impressis, aliquot missarum officiis, eui etiam aeeesserunt loci fere omne ex saeris Bibliis depromptis, ad marginem adseripti, Paris, Guillaume Merlin, 1554 (BM Verdun, T.E. 56).

109 Breviarium secundum usum insignis Ecclesiae Virdunensis, de mandato Rmi Nicolai Psalmei, Verdun, N. Bacnetius [Bacquenois], 1560. « Pars hyemalis » (BM Verdun, T.E.72) ; « Pars verna » et « Pars aestiva » (BM Nancy, 4843).

110 Processionale, Verdun, 1570. Signalé dans les statuts synodaux de 1570 et dont on ne connaît pas d’exemplaire.

111 Statuts de 1574.

112 Statuts de 1549, 1562, 1575.

113 Statuts de 1561.

114 Statuts de 1567, 1570, 1571, 1572, 1573, 1575.

115 Statuts de 1574, 1575.

116 Statuts de 1574.

117 Statuts de 1549.

118 Statuts de 1554.

119 Statuts de 1554 et 1574.

120 Statuts de 1561, 1562, 1573.

121 Statuts de 1562 et statuts de 1573 et 1574.

122 Statuts de 1570 et 1572.

123 Statuts de 1551.

124 Statuts de 1554.

125 Statuts de 1573.

126 Statuts de 1550, 1573.

127 Statuts de 1554.

128 Ibid.

129 Statuts de 1572 et 1575.

130 Statuts de 1572.

131 Statuts de 1550 et 1572.

132 Statuts de 1565.

133 Statuts de 1549.

134 Statuts de 1575.

135 Statuts de 1549 et 1572.

136 Breviarium secundum usum insignis Ecclesiae Virdunensis, de mandato Rmi Nicolai Psalmei, Verdun, N. Bacnetius [Bacquenois], 1560. « Pars hyemalis » (BM Verdun, T.E.72) ; « Pars verna » et « Pars aestiva » (BM Nancy, 4843).

137 Statuts de 1561 et 1575.

138 Statuts de 1568.

139 Statuts de 1549.

140 Statuts de 1551, 1554, 1555.

141 Statuts de 1550.

142 Methodus sacramentaria et quid sub administratione cujuslibet sacramenti parochus agere debeat, Statuts de 1551.

143 Institutio Catholica, quant vulgus Manuale vocat, secundum usum dioecesis Virdunensis, continens rationem administrandi sacramenta ecclesiastica, cum aliis quamplurimis salutaribus documentis, Paris, Guillaume Merlin, 1554 (BM Verdun, T.E. 37). Un autre exemplaire est conservé à l’évêché de Verdun.

144 Statuts de 1562.

145 Statuts de 1573 et 1574.

146 Statuts de 1549 et 1572.

147 Statuts de 1570.

148 Statuts de 1573.

149 Ibid.

150 Statuts de 1559.

151 Statuts de 1573.

152 Statuts de 1570.

153 Statuts de 1555.

154 Statuts de 1558.

155 Statuts de 1555, 1561, 1568.

156 Exposition de la Messe, Verdun, 1554. Copies manuscrites dans Acta et Décréta (BM Nancy, ms. 1488, fol. 14r-15v, et dans les Statuts de Nicolas Psaume (Bib. Grand Séminaire de Nancy, ms. 0 118, fol. 28r-31v).

157 Statuts de 1559.

158 Statuts de 1564.

159 Statuts de 1574.

160 Statuts de 1570.

161 Statuts de 1572.

162 Statuts de 1573.

163 Ibid.

164 Statuts de 1575.

165 Statuts de 1549.

166 Statuts de 1550.

167 Statuts de 1575.

168 Statuts de 1565.

169 Statuts de 1575.

170 Statuts de 1573.

171 Statuts de 1571.

172 Statuts de 1573.

173 Ibid.

174 Notamment les Statuts de 1575.

175 Statuts de 1574.

176 Cataloga peccatorum a Sacra Comunione excludendum qui in Quadragesima & Adventu populo proponendus est & in memoriam revocandus, ut se ad Sacrant Communionem accuratus praeparet, dans les Statuts de 1574.

177 Statuts de 1575.

178 Juan Alfonso de Polanco, Breve Directorium, 1554.

179 Statuts de 1573.

180 Statuts de 1559.

181 Statuts de 1554 et 1555.

182 Statuts de 1549 et 1558.

183 Statuts de 1566 et statuts de 1573.

184 Statuts de 1559.

185 Statuts de 1554, 1555, 1561.

186 Statuts de 1570.

187 Statuts de 1574.

188 Statuts de 1564 et 1575.

189 Statuts de 1566.

190 Statuts de 1566 et 1572.

191 Statuts de 1575.

192 Statuts de 1561.

193 Statuts de 1550.

194 Statuts de 1573.

195 Statuts de 1549.

196 Statuts de 1564.

197 Statuts de 1573 et 1574.

198 Statuts de 1572 et 1573.

199 Statuts de 1549.

200 Statuts de 1572.

201 Forma precationum pro tribulatione ecclesie et populi quant in dioecesi Virdunensi vult observari in suplpicationibus (sic) generalibus R.D.D.N. Psalmeus episcopus, Verdun, N. Bacnetius [Bacquenois], 1564 (Bib. Musée Lorrain, Nancy).

202 Le vray et naif portrait de l’Eglise catholique..., 1re éd. : Verdun, 1571 (perdue), 2e éd. : Reims, Jean de Foigny, 1574 (BN, 65699). Nouv. éd. : B. Ardura, « Nicolas Psaume et son portrait de l’Église », Analecta Praemonstratensia, LXVI (1990), p. 232-253.

203 Advertissement à l’homme chrestien pour cognoitre et fuir les hérétiques de ce temps lesquelz desrobent le paradis aux ames des fidelles, soubz prétexte de la parole de Dieu. Dédié à très-hault et très-puissant Prince Monseigneur Charles Duc de Lorraine et de Bar, Protecteur de la sainte foy Catholique. Par N. Psaume, évesque de Verdun et Comte de Verdun, son très-humble et obéissant Orateur, Reims, Jean de Foigny, Imprimeur de M. le Cardinal de Lorraine, 1564 (BN, D.49204). Nouv. éd. : B. Ardura, « Nicolas Psaume défenseur de la foi catholique. Deux « Avertissements » de l’évêque de Verdun », Analeeta Praemonstratensia, LXV (1989), p. 98-115.

204 Préservatif contre les changements de religion, Trente, 1563. Édité également en latin sous le titre Amuletum contra religionis mutationem, Trente, 1563. Signalé par N. Frizon, Petite Bibliothèque Verdunoise, t. V, p. 149, et S. Merckle, « Alii libri a Nicolao Psalmeo conscripti », Conciliant Tridentinum, éd. Societas Goerresiana, Fribourg-en-Brisgau, Herder, 1901-1985, 12 vol. parus, t. II, p. CLXIX, XII°.

205 Statuts de 1564.

206 Statuts de 1575.

207 Statuts de 1566.

208 Statuts de 1571, 1572, 1573, 1575.

209 Statuts de 1566.

210 Statuts de 1572.

211 Forme d’abjuration d’hérésie et confession de foy que doivent faire les des voyez de la foy prétendant estre receuz en leglise, à Paris, chez Nicolas Rosset, demeurant rue neufve notre dame, à l’enseigne du faulcheur. Avec privilège [du 1er octobre 1572],

212 Advertissement de R.P. en Dieu, Monseigneur Nicolas Psaulme, Evesque et Comte de Verdun, Prince du Sainct-Empire. Aux Curez de son Diocèse touchant la réception et réconciliation de ceux qui ont erré en la foy catholique, et désirent estre réuniz à l’Eglise catholique et Romaine, Verdun, Martin Marchant, 1572. Relié dans les Statuts de Nicolas Psaume (Bib. Grand Séminaire de Nancy, ms. 0.118). Nouv. éd. : B. Ardura, « Nicolas Psaume défenseur de la foi catholique. Deux « Avertissements » de l’évêque de Verdun », Analecta Praemonstratensia, t. LXV (1989), p. 113-121.

213 Statuts de 1551 et 1554.

214 Statuts de 1549.

215 Statuts de 1550.

216 Statuts de 1560.

217 Statuts de 1558 et 1573.

218 Statuts de 1560.

219 Ibid.

220 Statuts de 1562.

221 Statuts de 1575.

222 Ibid.

223 Statuts de 1550, 1558, 1561, 1566, 1572, 1573, 1574, 1575.

224 Statuts de 1558.

225 M. Vénard, « Le concile de Latran V (1512-1517) et le concile de Trente (1545-1563) », in G. Alberigo (dir.), Les conciles œcuméniques, 1. L’Histoire, Paris, Cerf, 1994, p. 328.

226 Statuts de 1565.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search