Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciles provinciaux et synodes diocésains du concile de Trente à la Révolution française

 | 
Marc Aoun
, 
Jeanne-Marie Tuffery-Andrieu

Synodes et conciles dans l’Église des premiers siècles (ier-ve)

Pierre Maraval

Texte intégral

  • 1 Plutôt que de renvoyer à une bibliographie pléthorique, les notes renverront aux sources sur les di (...)

1Le thème de cette communication, extrêmement vaste, a donné lieu à de nombreuses pages dans les histoires de l’Église comme celles du christianisme, a fortiori dans celles des conciles, et la seule bibliographie en est considérable1. Aussi cette brève introduction au présent colloque sera un simple rappel de données bien connues : je commencerai par une évocation/énumération de ces réunions durant les premiers siècles, avant de tirer de celles-ci quelques caractéristiques de l’institution synodale, parfois mises en relief dès cette époque dans le discours qui est tenu sur elles par leurs acteurs ou leurs historiens.

  • 2 Celui-ci rapporte l’institution conciliaire à ce modèle biblique : Homélies sur les Actes des Apôtr (...)

2Ce qu’on appelle volontiers le concile de Jérusalem des années 48/50, qui réunit « les apôtres et les anciens » (Ac 15/6), est moins un précédent historique qu’un modèle idéal. Il semble que l’auteur des Actes ait voulu lui donner cet aspect, et ce n’est pas sans importance, car les évêques des premiers siècles qui ne connaissaient ni critique littéraire ni critique historique, mais croyaient à l’inspiration de ce texte, pouvaient y voir un modèle (encore faut-il dire qu’il est rarement invoqué en ce sens avant Jean Chrysostome2). Il témoigne, ce qui n’est pas une surprise dans une Eglise encore toute proche de sa matrice juive, du gouvernement communautaire, non seulement d’une communauté locale, mais de plusieurs communautés, puisqu’il compte des représentants d’autres communautés que celle de Jérusalem.

  • 3 Tertullien, Contre Marcion, I, 19, 2-3 (SC 365, p. 187) ; IV, 4, 3, La prescription des hérétiques,(...)
  • 4 Cité par Eusèbe, HE V, XVI, 10.
  • 5 Ibid, XXIII-XXV.
  • 6 Attesté par Cyprien, Lettres 70, 1 ; 71, 4 ; 73, 3 et Augustin, De baptismo 3, 13, 14.
  • 7 Denys d’Alexandrie, chez Eusèbe, HE VII, 5, 5 et 7, 5 et Firmilien de Césarée, dans Cyprien, Lettre(...)
  • 8 Photius, Bibliothèque, 118, d’après l’ouvrage de Pamphile, Pour la défense d’Origène.
  • 9 Jérôme, Lettre 33, 5. La lettre date de l’époque où Jérôme n’a que faveur pour Origène.
  • 10 Sur la date de ce synode, voir l’Entretien d’Origène avec Héraclide, Paris 1960, SC 67, p. 21

3Il faut attendre ensuite le second siècle pour voir l’institution synodale se mettre en place, de plus en plus nettement à mesure que s’impose partout l’épiscopat monarchique. Les premiers synodes généralement retenus sont ceux que provoque le montanisme, après 170, mais on doit mentionner avant eux, à mon avis, la réunion lors de laquelle, à Rome, en 144, Marcion, venu du Pont, présenta sa doctrine aux presbytres du lieu. C’est en effet une « audition formelle » suivie d’un jugement, la première connue dans l’histoire du christianisme ancien3. Après elle, on connaît les synodes qui ont lieu en Asie mineure vers 170 : des « fidèles », rapporte Apollinaire de Laodicée, se réunissent pour juger et condamner les disciples de Montan – les premières excommunications décidées collectivement4. Quelques années après, plusieurs synodes, en diverses régions, tentent de régler la question de la date de Pâques. Eusèbe s’est fait l’écho de ceux qui se sont réunis en Palestine autour des évêques de Césarée et de Jérusalem, à Rome autour de Victor, dans le Pont autour de l’évêque d’Amastris, en Gaule autour d’Irénée, en Osrhoène, à Corinthe autour de l’évêque, à Ephèse enfin autour de l’évêque Polycrate, le champion de la pratique quartodécimane5. Encore quelques décennies et les attestations deviennent plus nombreuses : à Carthage, vers 220, l’évêque Agrippinus rassemble 70 évêques d’Afrique et de Numidie qui décident que seul est légitime le baptême conféré dans l’Église catholique6. Des décisions semblables sont prises par des synodes réunis en Asie mineure, à Iconium et Synnada, vers 2307. À cette date, un synode d’Alexandrie réuni par l’évêque Démétrios bannit Origène de sa ville, et l’évêque le déclare même déchu du sacerdoce8 ; la décision communiquée à Rome y est entérinée par un synode, mais on sait qu'elle fut récusée en plusieurs endroits par autant de synodes locaux (en Palestine, Arabie, Phénicie, Achaïe)9. Le même Origène, qui reste donc en faveur auprès de ces Eglises, joue le rôle d’expert lors d’un synode à Bostra (entre 244 et 249) ; il y réussit à convaincre l’évêque Héraclide de son erreur en matière trinitaire, lui évitant une condamnation10.

  • 11 Cyprien, Lettres A5, 48, 49 (251) ; 57 (252) ; 61, 64 (253) ; 67 (254).
  • 12 Eusèbe HE VI, 46, 3, d’après une lettre de Denys d’Alexandrie, lui-même invité à ce synode. En reva (...)
  • 13 Cyprien, Lettre 70.
  • 14 Lettre de Firmilien de Césarée, ibid., 75, 7, 5.
  • 15 Ibid., 72 et Sententiae episcoporum LXXXVII de haereticis baptizandis (CSEL 3, 1, p. 135).

4Après 250, plusieurs synodes examinent l’attitude à adopter envers les nombreux lapsi qu’avait provoqué la persécution de Dèce : il s’en réunit à Carthage sous la direction de Cyprien en avril 251, en mai 252 (42 évêques), à l’automne 253 (66 évêques), à l’automne 254 (37 évêques)11. À Antioche, au début de 252, un synode réunit plusieurs évêques d’Orient qui refusent de s’associer au schisme de Novatien, lequel refuse tout pardon aux lapsi12. À l’automne 255 le synode africain (31 évêques) discute à nouveau du rebaptême des hérétiques et confirme la légitimité de cette pratique13. Cyprien a un allié dans l’évêque Firmilien de Césarée de Cappadoce, qui lui confirme que des décisions analogues ont été prises par un concile à Iconium14. La décision est transmise à Rome, ce qui provoque la réaction du pape Etienne, qui notifie aux Africains son désaccord et leur intime l’ordre d’adopter la pratique romaine, qui ne rebaptise pas. Mais le synode du printemps 256, dont nous avons conservé les actes, avec les déclarations des 87 participants, refuse d’entériner la position romaine, ce qui n’est pas loin d’entraîner un schisme ; la mort d’Etienne et de Cyprien (celui-ci martyr) permet de l’éviter15.

  • 16 Eusèbe, HE VII, 27-30.

5C’est ensuite en Orient, à Antioche, que se tiennent, deux synodes successifs importants, en 264 et 269, pour examiner le cas de Paul de Samosate (alors évêque d’Antioche), accusé de déviation doctrinale et de conduite indigne d’un évêque16. Ces synodes présentent par rapport aux précédents la caractéristique de réunir les évêques de plusieurs provinces d’Orient : Eusèbe mentionne la présence d’évêques de Cappadoce, du Pont, de Lycaonie, de Cilicie, de Palestine, d’Arabie ; Denys d’Alexandrie lui-même avait été invité, mais s’était récusé en invoquant son grand âge, tout en envoyant son avis par écrit. On sait que lors du synode de 268, c’est un presbytre, Malchion, qui joua le rôle de l’expert démasquant les erreurs de l’évêque Paul. Eusèbe mentionne d’ailleurs la présence de nombreux presbytres et diacres dans ces assemblées. Le second fut d’ailleurs considéré par beaucoup comme un concile général, ayant rassemblé « des évêques de partout ». Ce synode a aussi la particularité d’avoir des implications politiques, l’évêque Paul ayant des accointances avec la royauté palmyréenne, ce qui déplaisait sans doute à d’autres évêques loyaux envers Rome.

  • 17 Gesta apud Zenophilum, CSEL 26, p. 185-197 ; Optat de Milev, Advenus Parmenianum, I, 19.
  • 18 Sur ce synode, voir Athanase, Apologia secunda, 59, 1 et le commentaire d’A. Martin, Athanase d’Ale (...)
  • 19 La date de ce concile est discutée : plusieurs historiens le datent d’avant 305 (sans doute entre 3 (...)
  • 20 Texte de leurs canons dans P. P. Joannou, Discipline générale antique (ive-ixe siècles). I, 2. Les (...)
  • 21 Voir la lettre au pape Silvestre et les canons dans Conciles gaulois du ive siècle, trad. Gaudemet (...)
  • 22 Alexandre d’Alexandrie, lettre citée par Socrate, HE I, VI, 13.

6La persécution de Dioclétien, comme celle de Dèce, eut de graves conséquences dans les Eglises, dont plusieurs synodes locaux nous ont laissé l’écho : celui de Cirta en 305, qui voulait donner un successeur à l’évêque du lieu, disparu dans la persécution, est au point de départ de la crise donatiste ; il fut suivi de plusieurs autres, dont celui de 312, avec 70 évêques, qui envenima complètement la situation17. A Alexandrie, en 311, un synode réuni par Pierre d’Alexandrie excommunie l’évêque Mélèce de Lycopolis, accusé d’avoir fait des ordinations irrégulières, ce qui provoque un autre schisme18. Le fameux synode d’Elvire, dont la date reste discutée19, s’en prend aux chrétiens qui étaient encore tentés de recourir aux idoles, mais aussi à ceux qui continuaient d’assister à des cérémonies religieuses païennes ; il édicte aussi plusieurs mesures disciplinaires. Ceux d’Ancyre et de Césarée en 314, celui de Néocésarée vers la même date traitent aussi des séquelles de la persécution20. On a ensuite deux synodes provoqués par la crise donatiste, mais cette fois hors d’Afrique : le premier, celui de Rome en 313, fait suite au souhait de Constantin de voir le pape juger lui-même de l’affaire, et celui-ci s’entoure d’autres évêques (dont des évêques gaulois) pour prendre sa décision ; le second, celui d’Arles de 314, est le premier à être convoqué par l’empereur lui-même ; il réunit des évêques venus de toutes les provinces occidentales21. En revanche, le premier synode qui, en Egypte, vers 322, rassemble une centaine d’évêques égyptiens pour condamner Arius est encore convoqué par l’évêque Alexandre22, et celui d’Antioche de 325, qui précède immédiatement Nicée, l’est par Ossius de Cordoue, dont on sait qu’il est alors chargé de mission par l’empereur.

  • 23 Un exemple de ces questions est cité dans ce qui précède : il s’agit d’une excommunication. Concili (...)

7J’ai voulu évoquer de manière assez complète les conciles mentionnés par nos sources durant la période qui précède Nicée, tout en sachant bien qu’un grand nombre nous reste inconnu, car cette période a souvent servi de référence, sinon de modèle. Nos sources montrent du moins, non seulement que cette pratique s’est largement répandue, mais qu'elle est déjà habituelle. Les synodes de Carthage mentionnés attestent que ce type de réunion se tient deux fois par an, au printemps et à l’automne. Le concile de Nicée de 325 en fait une règle dans son canon 5 : dans chaque province, il conviendra qu’il y ait deux fois par an un synode, l’un avant Pâques, l’autre à l’automne « pour que, tous les évêques de la province s’étant rassemblés en commun dans le même lieu, ils examinent les questions de cette espèce »23. De nombreuses attestations montrent que cette règle a été largement observée tout au long du ive et du ve siècle, parfois avec des variations dues aux circonstances.

  • 24 Voir Eusèbe DE Césarée, La Théologie politique de l’Empire chrétien. Louanges de Constantin, trad. (...)
  • 25 Voir la lettre de Constantin convoquant les évêques au concile d’Arles : Eusèbe, HEX, V, 23.

8Avec le concile de Nicée, on entre dans une autre catégorie : celle des conciles généraux, rassemblant des évêques venus de toutes les provinces de l’empire (et même d’au-delà : il y a à Nicée un évêque de Perse), « conciles généraux » est à préférer à « conciles œcuméniques », puisque tous les conciles généraux ne rentreront pas dans la catégorie de ceux que les Eglises reconnaîtront comme œcuméniques. Leur caractéristique sera d’être tous convoqués par les empereurs, généralement conseillés par un entourage ecclésiastique : on connaît ainsi l’influence d’Ossius de Cordoue auprès de Constantin. Il reste qu’en agissant ainsi les empereurs reprennent d’une certaine façon le rôle de pontifex maximus qu’ils exerçaient vis-à-vis de la religion traditionnelle, voire le rôle de didaskalos, d’enseignant de la vraie doctrine, qu’Eusèbe assigne à l’empereur dans ses Louanges de Constantin24. Ainsi, Constantin convoquera le concile de Nicée (ainsi que celui de Tyr de 335), Constant celui de Sardique, Constance II ceux de Séleucie et de Rimini, Théodose Ier ceux de Constantinople, Théodose II ceux d’Ephèse de 431 et 439 (le « brigandage »), Marcien celui de Chalcédoine, et on pourrait encore allonger la liste si on la poursuivait jusqu’au ixe siècle. Un des avantages que présente cette situation est de faciliter la tenue matérielle de ces assemblées – ainsi l’empereur permet aux évêques d’utiliser le cursus publiais et il finance (quoique parfois assez mal) leur séjour25. D’autre part, leurs décisions sont confirmées par l’empereur et, théoriquement du moins, celui-ci les fait appliquer. Mais cette protection impériale a aussi pour conséquence de mettre les évêques sous surveillance, sinon sous influence, d’un fonctionnaire impérial, voire de l’empereur lui-même, l’exemple le plus net étant ici celui du concile de 553, voulu et dirigé en sous-main par Justinien. Ils sont par ailleurs tributaires des impératifs de la politique impériale, comme on le voit particulièrement durant la crise arienne, durant laquelle la volonté des empereurs est de voir les évêques s’entendre sur une formule qui recueillera l’accueil de la majorité, assurant ainsi l’unité dans l’Église et favorisant l’ordre public, que troublent les querelles religieuses. Ces conciles conservent toutefois leur caractéristique principale, celle d’être une réunion d’évêques, souvent accompagnés de clercs divers et de laïcs, parmi lesquels les moines, qui font souvent entendre leur voix, parfois de façon très bruyante.

  • 26 La liste des conciles de cette période (environ 64) comporte trois colonnes dans l’index de R. P. C (...)
  • 27 La date reste discutée, entre 340 et 355.
  • 28 Synodes d’Antioche peu après 381, de Sidé de Pamphylie peu après. Le concile d’Éphèse, en 431, est (...)
  • 29 Concilia Africae, Ch. Munier (éd.), CCL 259, 1974.
  • 30 Voir les Actes de la conférence de Carthage de 411, S. Lancel (éd.), SC 194, 195, 334, 373, Paris, (...)
  • 31 Ces lettres synodales chez Augustin, Lettres 125 et 176. Voir aussi P. Zmire, « Recherches sur la c (...)
  • 32 Sur les conciles gaulois des ive et ve siècles, Concilia Galliae, 314-506, Ch. Munier (éd.), CCL 14 (...)
  • 33 J. Vives, T. Marin Martinez, G. Martinez Diez, Concilios visigóticos e hispano-romanos, Barcelone, (...)
  • 34 Le synode d’Achtichat, en 365, sous l’épiscopat de Nersès, est important pour l’organisation de l’É (...)
  • 35 Le concile de Séleucie-Ctésiphon de 420, qui put se tenir grâce à l’autorisation du roi Yazdgard Ie (...)
  • 36 J. Hajjar, Le Synode permanent dans l’Eglise byzantine des origines au XIe siècle, Rome 1982.

9Ces conciles généraux n’empêchent pas le maintien de nombreux autres conciles ou synodes de moindre importance, qu’il serait fastidieux, et sans doute impossible, d’énumérer par le menu. La crise arienne en provoqua un grand nombre, regroupant des évêques du même parti, souvent de provinces voisines : ainsi Ancyre, Alexandrie, Antioche, Constantinople, Milan, Rome, Sirmium connurent plusieurs conciles, d’orientation doctrinale d’ailleurs différente26. Mais d’autres conciles se réunissent pour traiter uniquement de questions disciplinaires, tel le concile de Gangres27, qui condamne les excès du monachisme eustathien, ou les conciles qui s’en prennent aux Messaliens28. En Afrique du Nord, le concile annuel de toutes les provinces, qui avait perdu de son importance à l’époque où le donatisme était puissant, reprend vie après 392 avec l’évêque de Carthage Aurelius, appuyé par Augustin ; ses réunions permettront d’avancer dans le règlement de la question donatiste29. Mentionnons aussi la conférence de 411, qui rassemble à la fois les évêques catholiques et les évêques donatistes : on ne peut toutefois la tenir pour un concile, puisqu’il s’agit d’une conférence contradictoire et que le débat entre évêques est arbitré par le pouvoir civil30. Les conciles africains auront ensuite à s’intéresser au cas du disciple de Pélage Célestius, à celui de Pélage lui-même : deux conciles de 416, l’un de 69 évêques à Carthage, l’autre de 61 évêques à Milev, adressent chacun une synodale au pape Innocent en lui demandant de s’associer à leur condamnation de ces deux personnages31. En Gaule32, en Espagne33, en Italie, sans parler de régions situées hors de l’empire, l’institution conciliaire est bien présente ; de même en Arménie34 ou en Perse35, où elle est sous l’étroite surveillance des autorités civiles. Pour en finir avec cette rapide évocation, il faut relever l’importance que va prendre à Constantinople le synode permanent, qui réunit autour du patriarche les évêques présents dans la capitale, et qui deviendra après Chalcédoine l’institution de gouvernement de ce patriarcat36.

10Ce bref survol historique témoigne éloquemment de l’importance de l’institution synodale dans l’Église ancienne. Il permet d’en relever les caractéristiques principales.

    • 37 A. Faivre, Ordonner la fraternité, p. 342.
    • 38 Concile de Nîmes, SC 241, p. 127.
    • 39 Concile de Turin, SC 241, p. 137.

    Elle apparaît dès le départ comme un mode de fonctionnement normal des Églises, et même de l’Église. Dès qu’un problème se pose qui dépasse le cadre d’une Église locale, on cherche à le résoudre par une réunion. C’est déjà le cas à Jérusalem, où l’on se réunit « pour examiner une question » (Ac 15/6). Les synodes ont lieu lorsque se posent des problèmes disciplinaires ou doctrinaux, que l’autorité d’un évêque local ou les divergences de plusieurs n’ont pas réussi à résoudre. « Il faut, pour provoquer de telles réunions, des cas limites, internes au groupe ecclésial et menaçant son identité »37. Le canon 5 du Concile de Nicée va expressément dans ce sens. Les déclarations de plusieurs conciles le confirment : les participants au synode de Nîmes de 396 se sont réunis « pour mettre un terme aux scandales et apaiser les dissensions »38 ; ceux du concile de Turin de 398 ont rendu une sentence « de manière à sauvegarder le bien de la paix et les règles canoniques tout en apportant un remède salutaire aux prétentions de bien des gens »39. On pourrait multiplier les exemples.

    • 40 Polycrate chez Eusèbe, HE V, 24, 8 ; Cyprien, Lettre 55, 6 ; Denys sur le concile de 230 chez Eusèb (...)
    • 41 Par exemple M.-Y Perrin, « La participation du peuple chrétien aux débats théologiques » Antiquité (...)

    C’est, dans un même lieu, une réunion des membres de plusieurs communautés autour de leurs responsables : cet aspect apparaît nettement dès le iie siècle, et il reste présent alors même que les évêques deviennent les acteurs principaux de ces réunions. Les historiens des premiers conciles insistent généralement sur le nombre des participants40, évêques en premier, mais aussi prêtres, diacres, moines ou même simples fidèles, sur la diversité de leur provenance, sur l’autorité de celui qui les convoque, l’évêque d’un grand siège, ou un évêque particulièrement marquant. La voix publique s’y fait aussi entendre, parfois de façon très bruyante, quand elle n’impose pas ses décisions à la majorité, comme ce fut le cas au brigandage d’Ephèse de 439, où soldats et moines armés de gourdins vinrent convaincre les évêques d’entériner les décisions voulues par une partie du concile. On peut aussi citer le cas plus pacifique du concile d’Ephèse de 431, où il y eut un réel soutien populaire au parti cyrillien, et rappeler de manière plus générale que la participation des fidèles au débat doctrinal a été réelle durant les premiers siècles, comme l’ont montré diverses études récentes41.

    • 42 Du concile de Nicée ne nous sont parvenus que l'expositio fidei, les canons et la lettre aux Egypti (...)
    • 43 R. Gryson (éd.), Scolies ariennes sur le concile d’Aquilée, SC 267, Paris, 1980.
    • 44 II y eut une tentative manquée d’utilisation de cette méthode de travail lors de la réunion de Cons (...)
    • 45 Concile d’Arles, canon 1 (SC 241, p. 46).

    Les critères de discussion. On a très peu d’actes des conciles avant ceux d’Ephèse et Chalcédoine42. Ceux dont on possède quelques éléments avant le ve siècle, tels l’entretien d’Origène avec l’évêque Héraclide ou les Scolies ariennes du concile d’Aquilée43, montrent qu’en matière doctrinale la base de discussion, la référence est en premier lieu l’Écriture ; en revanche, l’appel à la tradition n’est pas formalisé avant Éphèse et Chalcédoine, où l’on se référera (en citant des extraits de leurs textes) à la foi des Pères, qui est aussi celle des Apôtres44. Mais on peut remarquer que, dès les premiers synodes, ce qui est condamné est toujours considéré comme une nouveauté. Lorsqu’on condamne les visions montanistes « en extase », c’est parce qu’elles ne correspondent pas à la pratique habituelle des visions dans l’Église. Le « conformément à la coutume »45 est fréquent, s’accordant d’ailleurs très bien, on le sait, avec la mentalité antique, hostile à la nouveauté.

    • 46 R. Schian, Untersuchungen über das „argumentum e consensu omnium“, Hildesheim 1973.
    • 47 Eusèbe, HEV, 23, 2 : « Tous, d’un seul accord, portèrent par lettre un décret de l’Eglise pour les (...)
    • 48 Concile d’Arles, Lettre au pape Sylvestre : « en présence de l’Esprit-Saint » (SC 241, p. 43).
    • 49 Ibid., p. 41.
    • 50 Éphèse et Chalcédoine, p. 247 ; p. 775 (Constantinople 438).

    Dans ces réunions, on vise à obtenir l’unanimité46, parfois, comme nous venons de le voir, par des méthodes pas très orthodoxes. Ici encore, les relations des historiens insistent sur cette unanimité47, une unanimité qu’on a le souci d’obtenir sur place, éventuellement en condamnant et excluant les récalcitrants. Cette unanimité fait parfois référence à l’assistance de l’Esprit-Saint48, mais la formule des Actes « L’Esprit-Saint et nous-mêmes » (15, 28) n’apparaît pas, sauf erreur, dans les textes de cette époque. Pas davantage la référence aux Apôtres dont les évêques se disaient les successeurs. On invoque plutôt « le lien d’unité de notre mère l’Église » et son jugement49. Le concile d’Ephèse, et d’autres après lui, utilisent la formule : « Notre Seigneur Jésus-Christ a décidé par le saint concile »50.

    • 51 Eusèbe, HE VII, 30, 1 et 2.

    Dernier point : les synodes entendent faire partager leur unanimité aux autres Eglises en leur envoyant de la part de tous les participants51 une lettre synodale grâce à laquelle sera assurée la réception des synodes. Si la lettre est refusée, il y a rupture de communion, plus ou moins grave suivant la nature du refus.

  • 52 Gélase, Lettre 26, 6 (quant maxime sedes apostolica eomprobavit) ; H. J. Sieben, Die Konzilsidee de (...)

11Ici toutefois, il faut faire une distinction nette : l’unanimité recherchée est exigée dans le domaine doctrinal (c’est lorsqu’elle n’est pas obtenue que la rupture de communion sera la plus grave), elle ne l’est pas nécessairement en matière disciplinaire, même si parfois les deux domaines sont mélangés (dans la crise arienne, la déposition d’Athanase, prise par le concile de Tyr pour des motifs disciplinaires, a pris autant d’importance que la définition de la foi). L’attachement à la tradition locale, le refus de voir des décisions prises régulièrement par un synode local contestées par un autre synode, ou par le titulaire d’un grand siège, provoqueront de nombreuses crises – citons celles qui ont lieu autour de la date de Pâques avec Polycrate d’Ephèse, du rebaptême des hérétiques avec Cyprien, de la réintégration des clercs donatistes avec le concile d’Afrique, de la deuxième place de Constantinople après le concile de 381... Les exemples pourraient être multipliés. Dans tous ces cas, c’est l’Eglise de Rome qui tente de s’opposer aux décisions de synodes locaux, mais elle se heurte à cette époque à une forte résistance, et elle doit généralement se contenter de protestations verbales qui restent sans effet. Les synodes africains, les synodes orientaux, refuseront avec constance que soient contestées leurs décisions disciplinaires. Mais ce thème, avec ses tenants et aboutissants, mériterait d’être traité pour lui-même, et je ne m’étendrai pas davantage sur lui. Je note simplement en terminant que vers la fin du ve siècle (on est à la période du schisme dit d’Acace, et le problème se reposera après les conciles du milieu du vie siècle), le pape Gélase, en énumérant les critères de légitimité des synodes, ajoutera à ceux que nous avons relevés celui de la confirmation par Rome52. L’historien doit se borner à constater que les Eglises d’Orient n’ont jamais reconnu ce point de vue.

Notes

1 Plutôt que de renvoyer à une bibliographie pléthorique, les notes renverront aux sources sur les divers conciles mentionnés. Deux brèves synthèses : H. Marot, « Conciles anténicéens et conciles œcuméniques », in B. Botte (éd.), Le concile et les conciles. Contribution à l’histoire de la vie conciliaire de l’Église, Chevetogne-Paris 1970 p. 19-43 ; A. Faivre, Ordonner la fraternité. Pouvoir d’innover et retour à l’ordre dans l’Eglise ancienne, (« Synodes et conciles, théories et pratiques »), Paris, 1992, p. 341-359 (avec d’utiles indications bibliographiques).

2 Celui-ci rapporte l’institution conciliaire à ce modèle biblique : Homélies sur les Actes des Apôtres, 32 et 33 (PG 60).

3 Tertullien, Contre Marcion, I, 19, 2-3 (SC 365, p. 187) ; IV, 4, 3, La prescription des hérétiques, 30, 2 ; A. von Harnack, Marcion. L’évangile du Dieu étranger, Paris, 2003, p. 46.

4 Cité par Eusèbe, HE V, XVI, 10.

5 Ibid, XXIII-XXV.

6 Attesté par Cyprien, Lettres 70, 1 ; 71, 4 ; 73, 3 et Augustin, De baptismo 3, 13, 14.

7 Denys d’Alexandrie, chez Eusèbe, HE VII, 5, 5 et 7, 5 et Firmilien de Césarée, dans Cyprien, Lettre 75, 7, 5.

8 Photius, Bibliothèque, 118, d’après l’ouvrage de Pamphile, Pour la défense d’Origène.

9 Jérôme, Lettre 33, 5. La lettre date de l’époque où Jérôme n’a que faveur pour Origène.

10 Sur la date de ce synode, voir l’Entretien d’Origène avec Héraclide, Paris 1960, SC 67, p. 21

11 Cyprien, Lettres A5, 48, 49 (251) ; 57 (252) ; 61, 64 (253) ; 67 (254).

12 Eusèbe HE VI, 46, 3, d’après une lettre de Denys d’Alexandrie, lui-même invité à ce synode. En revanche, le concile de 60 évêques qu’aurait réuni à Rome Corneille en 251, d’après Eusèbe HEVI, 43, 2, pour s’opposer à Novatien, n’est pas à retenir, car l’historien a fait une confusion avec un concile africain qui excommunia le prêtre Novat.

13 Cyprien, Lettre 70.

14 Lettre de Firmilien de Césarée, ibid., 75, 7, 5.

15 Ibid., 72 et Sententiae episcoporum LXXXVII de haereticis baptizandis (CSEL 3, 1, p. 135).

16 Eusèbe, HE VII, 27-30.

17 Gesta apud Zenophilum, CSEL 26, p. 185-197 ; Optat de Milev, Advenus Parmenianum, I, 19.

18 Sur ce synode, voir Athanase, Apologia secunda, 59, 1 et le commentaire d’A. Martin, Athanase d’Alexandrie et l’Église d’Égypte au ive siècle (328-373), Rome, 1996, p. 238-241.

19 La date de ce concile est discutée : plusieurs historiens le datent d’avant 305 (sans doute entre 300 et 303), mais récemment la date de 326 a été défendue par D. Ramos-lissón, Elistoriam Perserutari. Miseellanea di studi offerte al prof. O. Pasquato, Rome, 2002, p. 343-355).

20 Texte de leurs canons dans P. P. Joannou, Discipline générale antique (ive-ixe siècles). I, 2. Les canons des synodes particuliers, Grottalerrata, 1962 ; J. Lebon, « Sur un concile de Césarée », Le Muséon, 51 (1838), p. 89-132.

21 Voir la lettre au pape Silvestre et les canons dans Conciles gaulois du ive siècle, trad. Gaudemet (SC 241), p. 41-67.

22 Alexandre d’Alexandrie, lettre citée par Socrate, HE I, VI, 13.

23 Un exemple de ces questions est cité dans ce qui précède : il s’agit d’une excommunication. Conciliorum Oecumenicorum Décréta, J. Alberigo et alii (éd.), Bologne, 1973, p. 8.

24 Voir Eusèbe DE Césarée, La Théologie politique de l’Empire chrétien. Louanges de Constantin, trad. P. Maraval, Paris, 1999, V, 8 ; VIII, 8 ; IX, 8-9 ; X, 4.

25 Voir la lettre de Constantin convoquant les évêques au concile d’Arles : Eusèbe, HEX, V, 23.

26 La liste des conciles de cette période (environ 64) comporte trois colonnes dans l’index de R. P. C. Hanson, Lite Search for the Christian Doctrine of God, The Arian Controversy 318-381, Edimbourg, 1988, p. 906-907.

27 La date reste discutée, entre 340 et 355.

28 Synodes d’Antioche peu après 381, de Sidé de Pamphylie peu après. Le concile d’Éphèse, en 431, est encore saisi de ce problème et anathématise les Messaliens.

29 Concilia Africae, Ch. Munier (éd.), CCL 259, 1974.

30 Voir les Actes de la conférence de Carthage de 411, S. Lancel (éd.), SC 194, 195, 334, 373, Paris, 1972-1991.

31 Ces lettres synodales chez Augustin, Lettres 125 et 176. Voir aussi P. Zmire, « Recherches sur la collégialité épiscopale dans l’Église d’Afrique », Rech Aug. 7 (1971), p. 3-72.

32 Sur les conciles gaulois des ive et ve siècles, Concilia Galliae, 314-506, Ch. Munier (éd.), CCL 148 ; pour ceux du IVe, voir la traduction commentée de Jean Gaudemet, SC 241, Paris, 1977.

33 J. Vives, T. Marin Martinez, G. Martinez Diez, Concilios visigóticos e hispano-romanos, Barcelone, 1963.

34 Le synode d’Achtichat, en 365, sous l’épiscopat de Nersès, est important pour l’organisation de l’Église d’Arménie.

35 Le concile de Séleucie-Ctésiphon de 420, qui put se tenir grâce à l’autorisation du roi Yazdgard Ier après une longue période de persécution, est particulièrement important : non seulement il reçut le concile de Nicée de 325, mais il décida de l’organisation de l’Église perse. En 484 et 486, les synodes de Beit Lapat et de Séleuci-Ctésiphon condamnèrent fermement le monophysisme et adoptèrent un credo nettement dyophysite.

36 J. Hajjar, Le Synode permanent dans l’Eglise byzantine des origines au XIe siècle, Rome 1982.

37 A. Faivre, Ordonner la fraternité, p. 342.

38 Concile de Nîmes, SC 241, p. 127.

39 Concile de Turin, SC 241, p. 137.

40 Polycrate chez Eusèbe, HE V, 24, 8 ; Cyprien, Lettre 55, 6 ; Denys sur le concile de 230 chez Eusèbe, HE VII, 5, 5 et 7, 5, etc.

41 Par exemple M.-Y Perrin, « La participation du peuple chrétien aux débats théologiques » Antiquité Tardive, 9 (2001), p. 179-199.

42 Du concile de Nicée ne nous sont parvenus que l'expositio fidei, les canons et la lettre aux Egyptiens, de celui de Constantinople I (381), l'expositio fidei et les canons ; la lettre adressée par le concile de 382 au pape Damase et aux évêques occidentaux rend compte aussi des résultats de ce concile : Conciliorum..., op. cit., J. Alberigo et alii (éd.), Bologne, 1973, p. 1-35. Pour les Actes d’Éphèse et de Chalcédoine : Aeta Conciliorum œcumenicorum, I-III (Ephèse-Chalcédoine), E. Schwartz et J. Straub (éd.), Berlin, 1927-1982 ; IV (Constantinople II), J. STRAUB (éd.), Berlin, 1970-1974. A.-J. Festugière (trad.), Éphèse et Chalcédoine. Actes des conciles, Paris, 1982 ; Actes du concile de Chalcédoine. Sessions III-VI (La définition de la foi), Genève, 1983 (= Cahiers d’Orientalisme, IV).

43 R. Gryson (éd.), Scolies ariennes sur le concile d’Aquilée, SC 267, Paris, 1980.

44 II y eut une tentative manquée d’utilisation de cette méthode de travail lors de la réunion de Constantinople de 383 : voir Socrate, HEV, x, 10-20 (SC 505, p. 176-179).

45 Concile d’Arles, canon 1 (SC 241, p. 46).

46 R. Schian, Untersuchungen über das „argumentum e consensu omnium“, Hildesheim 1973.

47 Eusèbe, HEV, 23, 2 : « Tous, d’un seul accord, portèrent par lettre un décret de l’Eglise pour les fidèles de partout ».

48 Concile d’Arles, Lettre au pape Sylvestre : « en présence de l’Esprit-Saint » (SC 241, p. 43).

49 Ibid., p. 41.

50 Éphèse et Chalcédoine, p. 247 ; p. 775 (Constantinople 438).

51 Eusèbe, HE VII, 30, 1 et 2.

52 Gélase, Lettre 26, 6 (quant maxime sedes apostolica eomprobavit) ; H. J. Sieben, Die Konzilsidee der Alten Kirehe, Paderborn, 1982, p. 270-305.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540