Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Laïcité en débat

 | 
Samim Akgönul

En guise de conclusion

Laïc ? Non ! Européen !

Patrick Ténoudji

Texte intégral

  • 1 J.L. Nancy, « Laïcité monothéiste », Le Monde, 1er janvier 2004.

1La dimension religieuse de l’idée d’Europe est un vaste problème. Pour J.L. Nancy1, ce que les Français appellent laïcité est une forme locale du christianisme ; durant le Moyen Âge, le laïc, simple croyant, sujet de la foi, était opposé à, et guidé par, le clerc, un peu à la façon dont les membres de notre société sont guidés par « les scientifiques », médecins, statisticiens ou météorologues. De ce point de vue, les différents avatars du communisme constituent, autant que la démocratie chrétienne à l’Italienne ou à l’Espagnole ou la laïcité turque, des variantes locales de la même forme religieuse. La distinction entre clercs et laïcs est selon le philosophe au cœur du monothéisme :

  • 2 Ibidem.

Ce principe accomplit ainsi une disposition inscrite au cœur du monothéisme, celle de la distinction entre César et Dieu, entre un royaume de ce monde et un autre royaume, hétérogène. Quelque mise à mal qu’elle ait pu être, et quelque confuse parfois qu’en apparaisse la doctrine, la distinction des deux ordres vaut dans le judaïsme, dans le christianisme et dans l’islam. Seules des interprétations tendancieuses peuvent chercher à reconduire vers la pure théocratie ce qui s’en sépare en principe et en dernière analyse, que ce soit dans la Royauté d’Israël, dans la Souveraineté du « roi très chrétien » ou même dans le Califat d’islam2.

2Cette présentation laisse envisager, au plan des valeurs, la construction européenne comme un compromis entre les variantes d’une même religion monothéiste. Les réticences françaises à l’entrée de la Turquie dans la Communauté européenne y prennent un éclairage intéressant : la Turquie et la France se réclament de la laïcité. Ces deux pays ont une longue tradition de religion d’État. Les adversaires français de l’intégration de la Turquie évoquent l’altérité fondamentale de l’islam, valeur ultime à leurs yeux de la nation turque. Ces laïcs prolongent une longue tradition chrétienne, donnant raison au philosophe, en renvoyant les débatteurs à un contexte résolument européen. L’article de J. L. Nancy met tout ce monde d’accord : le catholicisme de la fille aînée de l’Église, l’islam de Turquie et les deux formes de laïcité qui signifient dans les deux pays un contrôle étroit de l’État nation sur le fait religieux sont des variantes d’un monothéisme européen. La meilleure explication du modèle se trouve dans Tocqueville :

Le caractère habituel des religions est de considérer l’homme en lui-même, sans s’arrêter à ce que les lois, les coutumes et les traditions d’un pays ont pu joindre de particulier à ce fonds commun. Leur but principal est de régler les rapports généraux de l’homme avec Dieu, les droits et les devoirs généraux des hommes entre eux, indépendamment de la forme des sociétés. De là vient que les révolutions religieuses ont eu souvent de si vastes théâtres, et se sont rarement renfermées, comme les révolutions politiques, dans le territoire d’un seul peuple, ni même d’une seule race.
(...) La révolution française a opéré exactement de la même manière ; elle a considéré le citoyen de façon abstraite ; elle n’a pas recherché seulement quel était le droit particulier du citoyen français, mais quels étaient les droits et les devoirs généraux des hommes en matière politique. C’est en remontant ainsi à ce qu’il y avait de moins particulier, et pour ainsi dire de plus naturel en fait d’état social et de gouvernement, qu'elle a pu se rendre compréhensible et imitable en cent endroits à la fois. (...) elle est devenue elle-même une sorte de religion nouvelle, religion imparfaite, il est vrai, sans dieu, sans culte et sans autre vie, mais qui, néanmoins, comme l’islamisme, a inondé la terre de ses apôtres et de ses martyrs.

3La révolution de Moustapha Kémal en 1924 limite l’expansion de la religion nouvelle au territoire national. Mais l’empire ottoman était immense et la laïcité y a le même sens d’une ouverture au monde, et le même caractère exclusif.

I. En France

4Comme toute religion la laïcité repose sur une pratique quotidienne. En voici quelques exemples français. Le premier est tiré de ma pratique d’enseignant : l’objet était de présenter (Strasbourg, 5 janvier 2000) à un groupe d’infirmières une perception « ethnologique » de la relation de soins. Choquée par l’affirmation qu’une partie de nos réactions face à la douleur était socialement induites, une stagiaire a objecté :

Je ne crois pas que les différences culturelles soient si importantes. Pour moi, chaque patient est différent, et quand je fais quinze injections dans la journée, je fais quinze injections différentes.

5Le « je ne crois pas » de cette femme est le credo d’une religion fondée sur l’indifférenciation des hommes et la non-pertinence des (autres) cultures. Une autre infirmière avait admis, une minute avant, qu’« on » avait tendance à mettre dans les mêmes chambres les personnes de même religion, parce que cela facilite le service. Tout le monde a compris qu'elle faisait allusion aux personnes ni animistes ni juives ni chrétiennes ni bouddhistes ni confucéennes, mais personne n’a relevé.

6La traduction concrète de ce monothéisme est préoccupante quand les croyants sont des travailleurs sociaux, très souvent chargés par eux-mêmes, dans des projets présentés à l’administration, de favoriser ce qu’on appelle l’intégration. Dans une école de Mulhouse, où je faisais une enquête, les enseignants et les animateurs du centre de loisirs avaient mis en place un projet éducatif consistant à faire prendre chaque matin à l’école aux enfants un petit déjeuner équilibré : lait ou chocolat, jus de fruit, tartines, corn flakes. Beaucoup de parents virent dans cette initiative une manière, pour l’école, de marquer sa désapprobation envers leurs modes alimentaires. Après discussions, les enfants eurent droit, chaque matin, à un petit déjeuner préparé par des parents d’une origine différente : le monothéisme n’est plus ce qu’il était.

7Le catéchisme est pourtant efficace. Lors d’une visite scolaire organisée en 2001 par la même école à la compagnie des eaux de Mulhouse, le conférencier de la compagnie insistait sur l’efficacité sans failles du service public :

Au printemps le sol bouge, il y a toujours des conduites qui cassent, il y a toujours une équipe qui est là pour pallier à toute défaillance.

8Durant cette conférence eut lieu ce dialogue entre deux petites filles de 7-8 ans :

Enfant « turque » : – Des fois il y a des copines elles me demandent si l’eau elle est potable.
Enfant « blonde » : – Pff, quelle question ! Comme si elle était pas potable !

  • 3 Cf. A. Hamilton, J. Jay, A. Madison, The Federalist, New York, Modern Library. (1787) 1938.

9Ce genre d’enfant blonde ne grandit qu’en France. Lorsque survient une catastrophe naturelle, la télévision française présente le fonctionnement impeccable, standardisé (plan ORSEC), de la solidarité nationale. Bref, les Français font confiance à l’État, ou, se fondant sur une fiction fondée sur Rousseau, ils acceptent de se plier à la règle de leur majorité, qui seule contrôle l’autonomie de l’État. La vie politique est officiellement le lieu d’une convergence d’intérêts individuels libérés de la sphère de la communauté, qu'elle soit familiale, ethnique, religieuse, etc., autrement dit affranchie de la société réelle. L’État contrôle la concurrence, l’exercice des cultes. Le modèle suppose un primat du politique sur le théologique. Il construit la dictature de la majorité redoutée des constituants américains de 1787, pour qui la démocratie se fonde sur la multiplicité des factions et des sectes, et en général sur des règles négatives3 : pour les constituants américains la liberté de la majorité du peuple ne peut que déboucher sur l’oppression des minorités ; et la liberté fleurit mieux lorsqu’on ne l’entrave pas que lorsqu’on la promeut. S. de Clermont-Tonnerre, dans son « Discours contre la discrimination à l’égard des bourreaux, des comédiens, des protestants et des Juifs » du 23 décembre 1789 offre à cet égard un contraste intéressant :

  • 4 F. Furet, R. Halevi, La Monarchie républicaine, Paris, Fayard, 1996, t. I, p. 247

Mais, me dira-t-on, les Juifs ont des juges et des lois particulières ? Mais, répondrai-je, c’est votre faute, et vous ne devez pas le souffrir. Il faut refuser tout aux Juifs comme nation, et accorder tout aux Juifs comme individus ; il faut méconnaître leurs juges ; ils ne doivent avoir que les nôtres ; il faut refuser la protection légale au maintien des prétendues lois de leur corporation judaïque ; il faut qu’ils soient individuellement citoyens. Mais, me dira-t-on, ils ne veulent pas l’être. Eh bien ! S’ils ne veulent ne l’être pas, qu’ils le disent, et alors, qu’on les bannisse. Il répugne qu’il y ait dans l’État une société de non-citoyens, et une nation dans la nation4.

  • 5 Haut Conseil à l’Intégration auprès du Premier Ministre, Liens culturels et intégration, Paris, 199 (...)

10Vous ne devez pas le souffrir, reprend, l’abomination en moins, les termes de l’anathème contre les sorcières et les enchanteurs dans la Bible (Deut. 18, 10 :12). L’emploi du mot corporation indique le refus de tenir compte des lois religieuses, mais aussi celui de toute forme de corps intermédiaire entre le citoyen et l’État. Le rapport « Liens culturels et intégration » du Haut Conseil à L’Intégration (1995) suit cette voie quand il appelle particularismes les différentes cultures minoritaires présentes en France5.

Le modèle français a permis l’intégration dans la communauté nationale des populations les plus diverses, qu’elles soient ou non attachées à leurs particularismes.

11Aucune alternative à l’assimilation pure et simple n’est proposée aux porteurs de différences. Le rapport classe les particularismes par religion (l’Islam occupe plus de la moitié du rapport), par tranches d’âges et enfin par langues :

L’intégration suppose que l’étranger se joigne à la communauté nationale dans l’égalité des droits et des devoirs. L’étranger conserve ses particularismes, mais aucun n’entre en considération pour l’exercice de ses droits et pour l’accomplissement de ses obligations.

12L’anthropologie peut nous aider à expliquer ces différences. Ce discours s’arrange avec la réalité, comme partout, suivant des modalités qu’Edmund Leach catégorise ainsi :

  • 6 E. Leach, Rethinking Anthropology, London, Athlone, 1961, p. 49.

Le chercheur doit considérer sur le terrain trois « niveaux » distincts dans l’agencement du comportement. Le premier est celui du comportement réel des individus. La moyenne de ces formes de comportement individuel constitue le second niveau que l’on peut assez justement qualifier de « norme ». Mais il existe un troisième agencement, la description que l’indigène fait de lui-même et de la société, qui constitue « l’idéal ». Il est clair que la norme est fortement influencée par l’idéal mais je doute que les deux coïncident toujours avec précision6.

13Suivant « l’idéal », aucun neutre en considération, autrement dit nulle différence n’est envisageable. Le problème, du point de vue d’étrangers victimes de discrimination, se résume ainsi : comment se faire reconnaître une spécificité dans un système qui refuse de considérer les différences. De ce point de vue de Leach, la seule présence d’un immigré brouille les cartes de deux manières : soit lorsqu’il considère la « norme » observée comme « idéal », et se conduise ostensiblement de façon banale, mais inacceptable, comme le fameux imam de Vénissieux, qui recommandait aux maris de battre leurs femmes, soit lorsqu’il dénonce les manquements de la « norme » envers « l’idéal », par exemple à la cour de justice européenne, comme c’est de plus en plus le cas. La catégorisation de Leach permet de formuler plusieurs hypothèses :

  • l’idéal » est la seule norme que le discours politique et légaliste présente à un immigré ;

  • un immigré est le témoin conscient de l’existence des deux normes, l’une proclamée et constamment contredite par les faits, l’autre vécue, et il se retrouve fréquemment en porte-à-faux, à devoir choisir entre la « norme » et cet « idéal » qui lui est souvent présenté comme la loi. Imaginez sa détresse, lorsqu’il observe qu’une de ses lois « idéale-religieuse », conforme à notre « norme », est contraire à notre « idéal républicain », au point de tomber sous le coup de nos lois. En voici deux exemples célèbres. Lors de la préparation du projet de loi sur le port du voile « islamique » à l’école, le ministre Xavier Darcos déclara à propos du port du string sous les jeans à l’école :

« Il est normal que l’on demande aux jeunes filles, lorsqu’elles commencent à être désirables, de faire en sorte qu’elles ne provoquent personne. » (Interview sur I-Télé, 14-10-2003)

14Son discours défendait à la fois une obligation faite aux filles de se montrer, en recommandant l’interdiction du port du voile, et une obligation de se cacher, en interdisant le port de string sous les jeans : il s’agit bien d’une rivalité interne à la famille monothéiste européenne. En même temps, la loi de 2002 sur le « racolage » rendait la vie quotidienne impossible aux prostituées, en assimilant leur simple présence dans la rue à du racolage passif : elles sont désormais fréquemment interpellées pour racolage dans la journée alors qu’elles sortent acheter du pain. À mon avis le port du voile dans la journée leur permettrait, à condition de rester au large des établissements scolaires, de pouvoir faire leurs courses sans être importunées par les représentants de la normalité.

15Un Français est entraîné dès l’école maternelle à faire coïncider un « idéal » fait de principes absolus avec une « norme » totalement incompatible avec ceux-ci. La majorité de nos hommes politiques, tous partis confondus, présentent nos valeurs fondamentales comme laïques au niveau national, quand il s’agit de légiférer au sujet du voile à l’école et, implicitement, comme chrétiennes au niveau européen, quand ils rejettent la candidature turque. Il me semble que cette présentation sert aux deux niveaux à différencier un « nous » chrétien-européen d’un « eux » européen-musulman. La défense et illustration de la laïcité vise à une « désislamisation » de l’Europe, elle a pour effet et objet de maintenir l’ancienne position hégémonique du christianisme, elle fait ressortir de manière préoccupante de vieux démons, les souvenirs de l’Édit de Nantes et de l’inquisition.

II. En Europe

16Il est possible de trouver trace de la même schizophrénie en Italie. Dans une chronique au Journal Repubblica du 31 octobre 2004, le président du sénat italien, Marcello Pera, écrit :

La constitution européenne doit être inspirée des valeurs de la laïcité. Il ne faut pas enfiler Dieu dans la constitution européenne pour suivre toutes les positions de l’Église. Depuis la disparition de la DC, qui était un grand parti laïque, je vois trop d’hommes politiques qui cherchent de toutes les façons possibles à séduire un éventuel électorat catholique.

17Un parti qui s’appelle « Démocratie chrétienne » peut se dire « idéalement » laïque, ce qui n’est ni le cas de la democrazia di sinistra, à gauche, ni celui de la casa delle libertà, à droite, qui en sont issues. Un mois plus tard (le 28 novembre 2004), le même M. Pera fait un discours (reproduit par le même journal) lors d’une audience au Vatican :

En Europe, il y a un préjugé antichrétien très enraciné. J’affirme qu’aujourd’hui, tout libéral doit se déclarer chrétien. Depuis John Locke, est libéral qui reconnaît la prévalence de l’individu sur l’État. Ce credo dérive de cette circonstance qu’à un certain moment de son histoire l’Europe fut évangélisée. Cela dérive du fait que l’individu assume sa propre dignité parce qu’en lui-même se reflète l’image d’un Dieu fait homme. Les droits civils sont nés de cet habeas corpus. C’est pourquoi l’Europe, en ne reconnaissant pas ses racines chrétiennes dans sa constitution a perdu une extraordinaire occasion de se définir et de se donner une âme. Tous les Européens devraient se dire chrétiens...

18Il faut préciser que M. Pera, comme la majorité des hommes politiques italiens, est favorable à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Son monothéisme est d’une nature différente : tout bon catholique se réjouirait, après 10 croisades et autant de siècles de luttes, de l’entrée de la Turquie dans l'européité formulée à Rome au xve siècle par A. S. Piccolomini (1405-1464) le futur pape Pie II : elle ne peut mener qu’à une conversion généralisée des Turcs. Pour ce pape, témoin de la chute de Constantinople qu’il tenta de reprendre, l’Europe est la puissance spatiale de l’entière chrétienté et Constantinople (à condition de la rendre au christianisme) l’autre œil de l’Europe. Les Italiens envisagent d’un très bon œil la fin de cet état borgne, et reconnaissent dans l’Union européenne l’écoumène chrétien de Pie II, l’espace moral et politique commun aux cultures européennes rendues à la vraie foi. La supériorité d’une Europe assumant son appartenance chrétienne ne fait aucun doute pour M. Pera (je continue à lire) :

Tous les Européens devraient se dire chrétiens, au lieu de prêcher et de pratiquer ce relativisme culturel suivant lequel toutes les cultures et civilisations sont égales. Nous ne savons plus quelle relation développer avec l’Amérique, ni comment affronter le fondamentalisme islamique, car nous ignorons qui nous sommes.

19Le monothéisme n’épargne pas l’Europe du nord. Pour revenir à la catégorisation d’Edmund Leach et à ma remarque que « l’idéal » est la seule norme que le discours politique présente à un immigré, Tony Blair déclarait en 2004 à la Confédération of British Industry :

Des obligations claires vont avec la résidence en Grande-Bretagne et l’accession à la citoyenneté : le rejet de l’extrémisme et de l’intolérance, et une contribution positive à la société du Royaume-Uni.

20Ces obligations ne sont pas faites aux citoyens ordinaires : un immigré a-t-il le droit d’être extrémiste ? Et s’il ne l’a pas, le citoyen lambda l’aura-t-il longtemps ? En tant que citoyen, je revendique pour un immigré le droit d’être aussi laid, bête et méchant qu’un Français. Les observateurs des tribunaux correctionnels français conviennent qu’un délit routier est actuellement beaucoup plus pénalisé que le fait de battre sa femme. Les femmes viennent raconter quelles sont tombées dans l’escalier, ne portent pas plainte (c’est le procureur de la République qui porte plainte), les condamnations sont symboliques. La sanction de renvoyer le fameux imam de Vénissieux en Algérie signifie : nous ne voulons pas de batteurs de femmes en France, donc nous expulsons un représentant du culte musulman ; un mécanisme évoqué par Hannah Arendt pour expliquer le racisme des nazis envers les juifs : ils nous ressemblent trop, il faut s’en débarrasser.

21Tout monothéisme tend à l’intolérance. Des signes préoccupants d’exacerbation se manifestent dans notre pays. Le 11 mai 2004, le journal télévisé de RAI 2, reprenant les paroles de Nicolas Sarkozy dans une tribune du Monde daté du 2 mai, fait état d’un sondage français de l’institut Ipsos-LCI-Le Point, selon lequel 62 % de nos compatriotes considèrent l’islam comme incompatible avec les valeurs de la République. Aucun commentaire de ce sondage ne paraît avant cette date dans les quotidiens et journaux télévisés français, alors qu’il est diffusé le même jour, le 11 mai, par la chaîne LCI ; Le Point la publiera le 16 mai, après que M. Sarkozy, le 14, l’ait à nouveau évoqué dans l’émission 100 % Citoyens de la chaîne d’informations. D’après l’institut de sondage, cette étude avait été vendue aux partis politiques de notre pays et à la presse quotidienne étrangère, mais la presse quotidienne nationale l’avait jugée impubliable. Soit l’islam fait disparaître les valeurs de la république, soit il révèle leur relativité.

22Tout cela se passe entre des peuples à qui le premier commandement est toujours : « tu n’auras pas d’autre Dieu que moi ». En France, la loi sur le voile peut être commentée à la lumière de ce qui précède : la fille aînée de l’Église se voile la face sur sa propre intolérance.

23L’Union européenne exerce à cet égard un effet salutaire : la « norme » qui nous est invisible ou trop évidente devient plus choquante, au regard de nos « idéaux », de nos principes proclamés, dès que l’on passe une frontière. Certaines infamies consensuelles comme l’attitude de l’administration et de ses fonctionnaires envers les femmes battues, les prostituées ou les musulmans, deviennent débattables au regard du droit européen, conçu à partir d’un compromis entre des monothéismes idéalement incompatibles. Nos pratiques vis-à-vis des « étrangers intérieurs » relèvent de la compétence de la Cour de justice européenne, à laquelle tout citoyen, y compris extérieur aux frontières nationales où à celles de l’Union peut présenter un recours avec de grandes chances de succès. Cette réalité contraint les États à abandonner le va sans dire des pratiques administratives et policières et à légiférer sur ces zones d’ombres de leurs législations (par exemple les lois sur la prostitution ou l’interdiction du voile islamique), s’ils ne veulent pas se trouver déqualifiés par l’instance supranationale ; or nulle loi ne peut avoir un objectif contraire au préambule de la constitution. M. Sarkozy a eu le courage de l’écrire : jamais un projet de loi sur le port du voile n’eût été envisagé sans cette réalité de l’ingérence de la règle de subsidiarité dans la souveraineté nationale. Il n’est désormais plus possible à la « communauté nationale » française de laver son linge sale en famille.

Notes

1 J.L. Nancy, « Laïcité monothéiste », Le Monde, 1er janvier 2004.

2 Ibidem.

3 Cf. A. Hamilton, J. Jay, A. Madison, The Federalist, New York, Modern Library. (1787) 1938.

4 F. Furet, R. Halevi, La Monarchie républicaine, Paris, Fayard, 1996, t. I, p. 247

5 Haut Conseil à l’Intégration auprès du Premier Ministre, Liens culturels et intégration, Paris, 1995.

6 E. Leach, Rethinking Anthropology, London, Athlone, 1961, p. 49.

Auteur

Maître de Conférences de Sociologie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg
Après avoir fait des études de Lettres classiques, de musicologie, d’Histoire et d’Ethnologie, Patrick Ténoudji a soutenu une thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS en 1997 sur le madrigal polyphonique italien des xvie et xviie siècles, comme indicateur d’une manière aristocratique d’envisager le politique, le religieux et l’univers. Actuellement il est Maître de Conférences de Sociologie à l’Université Marc Bloch de Strasbourg. Il est l’auteur de Haendel le Voyageur (Méridiens Klincksieck, Paris 1997), et de L’harmonie perdue (Presses Universitaires de Strasbourg 2002).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540