Version classiqueVersion mobile

Formation du droit canonique et gouvernement de l’Église de l’Antiquité à l’âge classique

 | 
Jean Gaudemet

Deuxième partie. Gouvernement de l'église

17. Recherches sur l’épiscopat médiéval en France

Texte intégral

  • 1 Ce dernier aspect ne pourra être envisagé ici. Disons simplement que dans sa grande majorité l’épis (...)

1On voudrait indiquer ici les premiers résultats, encore partiels, d’une enquête entreprise avec la collaboration des étudiants de l’Institut de Droit canonique de Strasbourg, concernant l’épiscopat médiéval. Car si la vie de certains prélats illustres est bien connue et si, à travers ces exemples peut-être exceptionnels, on s’est souvent fait une image de cet épiscopat, il n’est pas sans intérêt d’étudier des cas plus nombreux et par là même plus communs, afin de corriger parfois les touches d’un tableau trop haut en couleurs. Renonçant aux détails de la biographie, pour s’attacher aux traits communs d’un groupe (qui n’a peut-être d’autre homogénéité que celle de sa fonction religieuse), c’est une étude sociologique que l’on tentera ici. Quelle était l’origine de ces évêques, que l’on envisage leur milieu social, leurs attaches familiales, leur provenance géographique1 ? Quelle formation religieuse et scientifique avaient-ils reçue ? Comment accédèrent-ils à l’épiscopat et quels furent en cette circonstance le rôle des chapitres et celui de la papauté ? Quelle place occupèrent-ils dans la société laïque ? Pendant combien de temps restèrent-ils attachés à leur diocèse, quelle fut la fréquence des transferts ou des renonciations ? Les réponses à ces questions, si elles pouvaient être complètes, aideraient à mieux connaître l’un des éléments essentiels de la société médiévale.

2L’entreprise est ambitieuse. Une enquête générale exigerait l’organisation d’une vaste équipe. On ne peut ici que l’évoquer dans un cadre limité.

3Chronologiquement nous nous en tiendrons à la période qui s’étend du milieu du xiie siècle au milieu du xive. Cela nous permettra d’apercevoir un épiscopat « pré-classique », d’un âge encore fortement féodal ; puis l’épiscopat de l’âge classique, celui du xiiie siècle ; enfin les effets de la centralisation pontificale, sensible dès la seconde moitié du xiiie siècle, mais beaucoup plus accusée avec la papauté avignonnaise.

4Territorialement, l’enquête, dans son état actuel, est encore plus limitée. Elle concerne essentiellement la France du Nord et du Centre, celle qui est le plus directement dans la mouvance capétienne (avec cependant quelques zones excentriques, comme la Bretagne, dont l’intérêt comparatif est grand). Il s’agit des provinces ecclésiastiques de :

Sens

(8 évêchés)

Reims

(12 évêchés)

Rouen

(7 évêchés)

Tours

(12 évêchés)

Lyon

(5 évêchés)

  • 2 Province de Sens : 107 ; de Reims : 162 ; de Rouen : 77 ; de Tours : 141 ; de Lyon : 89 ; quatre év (...)

5Pour la province de Bourges, seuls ont été envisagés les évêchés de Bourges, Clermont, Albi et Cahors, soit 4 sièges sur 11. C’est donc un total de 48 évêchés (ou archevêchés) qui a été recensé. Numériquement l’enquête porte sur 617 prélats2.

6Malgré la variété des moyens d’investigation mis en œuvre ceux-ci se révèlent parfois très insuffisants. Les sources, en particulier les notices biographiques concernant les évêques, telles que l’on peut les trouver dans la Gallia Christiana, sont fréquemment peu explicites, au moins sur les points qui nous intéressent ici. Elles ne sont pas toujours sans erreur. D’où des incertitudes et surtout des lacunes. C’est ainsi que l’on ne connaît l’âge d’aucun évêque, car on ignore toujours sa date de naissance. Son milieu social est souvent peu ou mal connu ; son lieu d’origine en général ignoré. Les années de formation sont passées sous silence, ou sommairement évoquées dans des formules louangeuses, stéréotypées et par là même imprécises et suspectes. C’est que pour les chroniqueurs anciens, l’évêque naît à l’histoire au moment de son élévation à l’épiscopat.

7Si pour toutes ces raisons l’enquête entreprise laisse trop souvent notre curiosité sur sa faim, elle permet cependant quelques constatations d’ordre général que nous grouperons, pour la commodité de l’exposé, sous trois rubriques : le cadre familial, le milieu social, l’exercice de la fonction.

I. Le cadre familial

8Encore que l’on soit fort mal renseigné sur les origines des évêques, on peut cependant dégager quelques traits en ce qui concerne leur appartenance à la noblesse et l’existence de véritables « familles épiscopales ».

  • 3 Gauslin, archevêque de Bourges est frère de Robert le Pieux, Henri, archevêque de Reims († 1175), e (...)

91. – Certes l’épiscopat médiéval a compté des nobles, parfois de haut lignage. Familles royales et seigneuriales ont donné des archevêques et des évêques3. Mais l’épiscopat médiéval français n’est pas uniquement féodal. Sans que les indications suivantes prétendent à l’exactitude d’une statistique, elles montrent cependant que les non-nobles furent nombreux dans l’épiscopat.

  • 4 Pierre Lombard et Maurice de Sully étaient de petite origine.
  • 5 L’épitaphe de l’évêque Hervé (1207-1223) le dit descendre paupere gente.
  • 6 Le père de l’évêque Robert Carnot (1167-1174) était forgeron.

Siège

Dates

Nombre d’évêques

Évêques certainement nobles

Paris

1143 à 1304

14

44

Troyes

1145 à 1313

11

45

Cambrai

1137 à 1313

22

96

Beauvais

1149 à 1347

11

5

Châlons-sur-Marne

1153 à 1339

15

9

Rouen

1130 à 1306

10

5

Bayeux

1142 à 1306

8

4

Évreux

1139 à 1310

16

9

Bourges

1141 à 1316

14

12

Clermont

1151 à 1298

7

4

10Il semble donc que ce ne soit à peu près que la moitié de l’épiscopat français de cette époque qui ait été noble. Mais de quelle noblesse ? Il n’est pas toujours possible de le dire. Or entre grandes familles féodales et petits seigneurs locaux la différence sociale est en réalité plus profonde qu’entre ces petits seigneurs et de simples bourgeois, voire des propriétaires ruraux. L’existence de cet épiscopat de petite noblesse est un fait certain. Hors des frontières géographiques que nous nous sommes assignées, on le rencontre par exemple dans la région avignonnaise, où l’épiscopat est exclusivement noble. Mais les évêques d’Apt appartiennent d’abord aux cadets de la maison d’Agoult, puis de 1273 à 1362 à la famille Bot, petits seigneurs de la région et vassaux des Agoult. On pourrait faire des observations analogues pour les évêchés de Cavaillon et de Vairon. Aussi le qualificatif de nobilis n’est-il nullement déterminant pour fixer l’origine sociale véritable des évêques.

  • 7 C. Will, Regesten zur Geschichte der Mainzer Erzbischöfe, 2 vol., Mainz, 1877 et suiv. ; Regesten d (...)

11On ne peut manquer d’être frappé de cet éclectisme relatif dans le choix des prélats français, lorsqu’on le compare au recrutement de l’épiscopat rhénan à la même époque7 :

9 nobles contre

5 non nobles à

Trèves et à Worms,

10

6

Spire,

13

3

Strasbourg,

13

2

Mayence,

12tandis qu’à Cologne les 18 archevêques de cette période sont tous nobles. Sans doute s’agit-il dans les deux derniers cas de sièges particulièrement importants qui, à leur prestige traditionnel, ajoutent des prérogatives politiques considérables. Mais cette observation ne vaut pas pour tous les évêchés rhénans et à l’inverse on pourrait citer pour la France capétienne des sièges de grande importance qui ne furent pas monopolisés par la noblesse.

132. – Quant aux « familles épiscopales », elles furent nombreuses et on se bornera ici à en donner quelques exemples particulièrement caractéristiques. Dans un premier cas on constate qu’une même famille détient un siège pendant de longues décades. Il en fut ainsi de l’archevêché de Bourges qui sur une période de 96 ans (entre 1184 et 1280) fut pendant 44 ans entre les mains de la même famille. Henry, seigneur de Sully sur Loire et frère d’Eudes de Sully, évêque de Paris (1196-1208) est archevêque de Bourges de 1184 à 1200 ; Simon, son neveu, lui succède de 1218 à 1232 et le neveu de Simon, Jean, occupe le siège de 1261 à 1271. Enfin le frère de Jean, Guy, est archevêque de Bourges de 1276 à 1281.

14À Clermont la longue durée de leur épiscopat permet à trois membres de la famille de la Tour d’Auvergne, Robert, Hugues et Guy, d’occuper le siège sans interruption de 1195 à 1286, par succession d’oncle à neveu.

  • 8 Elias de Ventadour, doyen du Puy et ensuite évêque de Tournai en 1324, résigne cette charge deux an (...)

15À Roger, évêque de Cambrai (1179-1191) succède son neveu Jean, préalablement doyen du chapitre d’Arras. À Meaux, le frère de l’évêque Pierre de Cuisy (1221-1255) lui succède8.

16Dans d’autres cas il s’agit de familles qui comptent plusieurs évêques, occupant à la même époque des sièges différents ou dont les membres occuperont au cours du siècle des sièges différents.

17À Paris, Guillaume de Seignelay, qui avait occupé le siège d’Auxerre avant de venir à Paris (1220-1223), était le neveu de l’archevêque de Sens, Guy de Seignelay. De même, trouve-t-on un Gérard de Cros, archevêque de Bourges de 1209 à 1218, et deux évêques de Cros sur le siège de Clermont, Aldemard de 1286 à 1298 et Pierre de 1302 à 1304. L’évêque Philippe de Nemours qui occupe le siège de Châlons-sur-Marne de 1228 à 1237 a trois frères, évêques de Paris, de Noyon et de Meaux. L’évêque d’Orléans, Ferrière de Lorraine (1296-1299), est un neveu de l’évêque Burchard de Metz. Jean de Nanteuil, évêque de Troyes de 1269 à 1298, est cousin de Thiébaut, évêque de Beauvais.

18Mais l’exemple le plus célèbre est celui de la famille Cornut qui exerce un quasi-monopole sur l’archevêché de Sens et en même temps possède d’importantes ramifications dans divers évêchés. Gauthier, archevêque de Sens (1222-1241), est le frère d’Albericus, évêque de Chartres (1236-1243). Gilles, archidiacre de Sens, lui succède sur le siège archiépiscopal de 1244 à 1254 ; puis c’est Henri (1254-1257) qui de 1253 à 1254 avait été évêque de Nevers. Gilles à son tour sera archevêque de Sens de 1274 à 1292 tandis que le frère d’Henri avait occupé le siège de Nevers de 1240 à 1252. Le successeur de Gilles, Étienne Beguard de Penoul, était par sa mère, parent des Cornut.

19En Normandie les familles épiscopales paraissent particulièrement fréquentes et nombreuses. À Rouen, Hugues d’Amiens, archevêque de 1130 à 1164 est frère de Mathieu, évêque d’Albano ; Eudes Rigaud est l’oncle de l’évêque de Coutances, Eustache (1282-1291), un moine mendiant, chapelain de Martin IV et nommé par celui-ci à Coutances. Jean, évêque de Beauvais (1313-1347), puis archevêque de Rouen (1347-1351), est frère de Philippe de Marigny, évêque de Cambrai (1306-1309) et archevêque de Sens (1311-1316).

20À Coutances, l’évêque Richard de Bohon (1151-1182) est un cousin de l’évêque d’Arras, Renault ; Hugues de Morville (1208-1238) est frère du cardinal Raoul, évêque d’Arras. On a signalé plus haut Eustache (1282-1291), neveu d’Eudes Rigaud. Enfin l’évêque Guillaume de Thiéville (1315-1348) est neveu de Raoul de Thiéville, évêque d’Avranches (1269-1292). À Séez, l’évêque Froger (1157-1184), aura pour successeur son neveu Silvestre (1202-1220). À Lisieux, l’évêque Jean a pour successeur son neveu Arnould (1141-1181), lui-même ancien archidiacre de Séez et frère aîné de l’évêque de Séez. À Évreux, Rotrou de Warwic (1139-1165) aura pour successeur un de ses parents, Gilles du Perche (1170-1180). Et Geoffroy de Bar, évêque d’Évreux (1298-1299), a un neveu, évêque de Mâcon.

21La place de la famille d’Harcourt dans l’épiscopat normand n’est pas moins remarquable. Philippe, évêque de Bayeux (1242-1263), est fils du chancelier du roi d’Angleterre ; Guy II sera évêque de Lisieux (1303-1336) ; son frère, Robert, est évêque de Coutances (1291-1315) et c’est un de ses parents, Guillaume de Thiéville, qui lui succède à Coutances de 1315 à 1348.

22Les évêques rhénans, qui nous ont déjà servi de point de comparaison fourniraient ici des données identiques. Oncle et neveu, frères se succèdent à Spire et à Strasbourg, tandis qu’à Cologne, la famille des Berg impose cinq archevêques de 1131 à 1216.

II. Le milieu social

23Sous cette rubrique, nous ne retiendrons que deux problèmes, celui de la formation religieuse et intellectuelle des futurs prélats et celui de leur participation à la vie politique.

241. – Les années de formation, voire même les fonctions ecclésiastiques remplies avant l’accès à la dignité épiscopale sont fort mal connues. Sans doute, la quasi-totalité des évêques de notre période étaient-ils depuis de longues années dans les ordres. Souvent ils avaient occupé des charges importantes dans les chapitres cathédraux. Leur formation religieuse, leurs aptitudes administratives, leurs qualités intellectuelles et morales, s’étaient depuis longtemps affermies. Mais dans ce xiiie siècle qui voit naître les universités, combien de prélats ont eu quelques contacts avec les écoles, combien avaient acquis des grades universitaires, combien avaient enseigné avant d’accéder à l’épiscopat ? Ici encore, une documentation très imparfaite interdit toute statistique. Elle fournit cependant quelques informations.

25Il semble en effet que certaines régions ou certains sièges aient été plus soucieux de posséder un épiscopat de haute culture.

26À Paris, à côté d’autres noms moins illustres, on ne peut omettre ceux de Pierre Lombard, évêque de 1158 à 1160 qui avait étudié à Bologne, à Reims et à Paris avant de s’illustrer par son enseignement dans cette dernière ville. Maurice de Sully, étudiant pauvre à Paris, y enseigne la théologie avant d’en devenir l’évêque (1160-1196). Et l’on peut citer également Guillaume III d’Auvergne (évêque de 1228 à 1248) ou Simon de Bucy, legum doctor, évêque de 1290 à 1304.

27À Sens, la métropole, le siège épiscopal fut occupé par Pierre de Corbeil, qui avait été à Paris le maître de théologie du futur Innocent III. Devenu pape, celui-ci attribua à son ancien maître, d’abord l’évêché de Cambrai en 1199, puis l’archevêché de Sens en 1200. À la fin du xiiie siècle, Sens aura comme archevêque un docteur en décret, l’archevêque Étienne Beguard de Penoul (1292-1309).

28Parmi les évêques de Chartres, on relève également plusieurs juristes, Albert Cornut (1236-1243), professeur de droit à Paris, Pierre de Minci (1260-1276), docteur in utroque qui avait enseigné le droit à Paris, Aimeric de Chaslus (1332-1342), docteur en droit.

29Auxerre compte des théologiens et des juristes de qualité : Gui de Mello (1247-1270) unit les deux titres ; Érard de Lesinnes (1271-1279) est expert dans les deux droits ; l’autorité d’un Pierre de Belleperche (1306-1308) n’a pas à être rappelée. Pierre de Grez (1309-1325) est docteur en Décret. Aimeric Guenaut (1332-1339) est un juriste réputé. Jean de Blangy (1339-1345) avait été un maître de théologie de renom.

30Meaux s’illustre de Durand de Saint Pourçain, le doctor resolutissimus, maître de théologie et grand champion du nominalisme. D’abord évêque du Puy (1318), il occupe le siège de Meaux de 1326 à 1334. À Troyes, l’évêque Hervé (1207-1223) était docteur en théologie de l’université de Paris.

31Dans la région parisienne encore, mais dans la province ecclésiastique de Reims, Adam de Chambly, évêque de Senlis (1228-1259), fut maître en théologie ; Étienne Aubert, évêque de Noyon (1338-1340), ancien chanoine de Paris, legum doctor, deviendra évêque de Clermont et sera promu cardinal. Hugues d’Arcy, évêque de Laon (1348-1351), fut lui aussi legum doctor. Et c’est à la province de Reims également, qu’appartint l’illustre canoniste Étienne, abbé de Sainte Geneviève puis évêque de Tournai (mort en 1203).

32La province de Lyon compte aussi des prélats savants. Le plus illustre est sans conteste le dominicain, Pierre de Tarentaise, archevêque de Lyon (1272-1273), cardinal d’Ostie, puis pape sous le nom d’Innocent V (1276), qui mérita le titre de doctor famosissimus.

33Autun compte des évêques juristes, Bartholomée (1299-1308) et Guillaume d’Auxonne, évêque de Cambrai (1336-1342), puis d’Autun. Mais surtout Pierre Bertrand, évêque de Nevers (1320-1322), puis d’Autun (1322-1331), l’une des gloires de l’école d’Orléans.

34À Langres, Guy Baudet, chanoine de Langres et archidiacre de Reims, professeur de droit, occupe le siège de 1336 à 1337. Son successeur, Jean des Prés, doyen de Beauvais, évêque de Langres de 1338 à 1342, avant d’être transféré à Tournai, est également docteur en droit.

35Si l’on ne peut relever de nom de grands savants parmi les évêques bretons de notre période, il en va différemment dans la Normandie voisine. Parmi les archevêques de Rouen, Hugues d’Amiens (1130-1164) un clunysien, avait été élève de l’école d’Anselme de Laon ; Rotrou de Warwic (1164-1183) fut disciple de Gilbert de la Porrée, Robert II Poulain (1208-1221) est qualifié de magister ; Pierre de Colmieu (1236-1244) fut maître en théologie à Paris et écolâtre de Cambrai ; Eudes Rigaud (1247-1275), maître en théologie, enseigna à Paris. Bayeux compte une série d’évêques qui sont également qualifiés de magistri : Robert d’Ableiges (1206-1231), Eudes de Lorry (1263-1274), les évêques Grégoire de Naples (1274-1276) et Pierre de Benais (1276-1306).

36Et l’on peut citer également à Séez, Gervais l’Anglais (1220-1228), abbé de Prémontré, pénitencier d’Honorius III et auteur de Commentaires sur l’Écriture Sainte ; à Avranches, Achard (1161-1171), élève de l’abbaye de Saint Victor, dont il deviendra l’abbé ; à Lisieux, Arnould (1141-1181) qui fréquenta l’école cathédrale de Séez, sa ville natale, étudia le droit romain à Rome avant 1133 et joua par la suite un rôle politique et ecclésiastique important. L’évêque de Coutances, Hugues de Morville (1208-1238), est lui aussi qualifié de magister.

  • 9 Lecoy de la Marche, La Chaire française au Moyen Âge, 2e éd., Paris, 1886, 516 p.

37Des observations analogues pourraient être faites dans d’autres diocèses. L’archevêque de Besançon, Jean Halgrin d’Abbeville (1225-1227), avait été régent en théologie à Paris en 1217 et doyen d’Amiens ; il sera transféré à Constantinople et fait cardinal en 1227. On a conservé certains de ses sermons9. Guy Foucois, professor legum à Paris, membre de la Curia, fut évêque du Puy, archevêque de Narbonne, cardinal, puis pape sous le nom de Clément IV (1265-1268). Jacques de Révigny fut évêque de Verdun (1289-1297) et Boniface VIII donna à Gilles de Rome l’archevêché de Bourges (1295-1316).

38Ainsi la liste des prélats théologiens, juristes, lettrés, s’avère-t-elle longue et les cas que nous avons cités ne l’épuisent nullement. Elle ne représente cependant au total qu’une part relativement faible de l’épiscopat.

392. – Contribuant à l’éclat de la vie intellectuelle, quelle place les évêques ontils tenue dans la vie politique ? Évoquer l’épiscopat médiéval dans sa participation à la vie politique c’est le plus souvent faire apparaître l’image de l’évêque féodal, seigneur plus que pasteur, ou celle des conseillers des princes et des papes, chanceliers, légats, etc. Une fois encore que valent ces images ? Généraliser serait abusif et l’on ne doit pas oublier que notre information reste imparfaite. Elle porte trop souvent sur les prélats qui se trouvèrent mêlés aux négociations politiques ou aux expéditions militaires. Mais à côté de personnages célèbres, qui risquent de masquer l’habituel, il semble que, dans la période et pour les régions que nous avons retenues, le nombre des prélats guerriers ou politiques ait été limité.

40Dans la seconde moitié du xiie siècle on rencontre des évêques dans les conseils des féodaux. Robert Carnot, évêque de Cambrai (1167-1174), est chancelier de Philippe, Comte de Flandre ; Barthélemy de Plancy, évêque de Troyes (1190-1193), remplit les mêmes fonctions auprès du comte de Champagne, Henri. Josce de Saint Brieuc (1150-1157) est conseiller du duc Eudon. L’épiscopat normand fournit des conseillers au roi d’Angleterre : Froger, évêque de Séez (1157-1184), aumônier d’Henri II, joua un rôle politique en Angleterre ; Raoul de Varneville, évêque de Lisieux (1182-1191) est chancelier du roi d’Angleterre ; Gauthier de Coutances, évêque d’Angers, puis archevêque de Rouen (1184-1207), est « clerc du roi » d’Angleterre. Jean, évêque d’Évreux (1181-1192), chapelain du roi, ira à la croisade et meurt à Jaffa en 1192.

41Au xiiie siècle, l’épiscopat normand sert le roi de France. L’évêque Jean d’Évreux (1244-1256) fut chancelier ; Eudes Rigaud fut un conseiller important de Saint Louis ; Eudes de Lorris, évêque de Bayeux (1263-1274), fut chapelain du même roi. D’autres sont au service de grands féodaux, comme l’archevêque de Rouen, Guillaume de Flavacourt (1278-1306), chancelier du comte de la Marche.

  • 10 B. A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, Paris, 1928, p. 202-203.

42Au xive siècle, si l’évêque féodal a presque complètement disparu, de nombreux prélats figurent dans l’entourage des grands. Robert d’Harcourt, évêque de Coutances (1291-1315), sera l’un des conseillers de Philippe le Bel, lors du conflit avec Boniface VIII. Hostile aux thèses de la bulle Clericis laicos, on le retrouve au Parlement de Paris et à l’Échiquier de Normandie. Le roi lui confiera plusieurs missions diplomatiques. On sait par ailleurs qu’il fonda le célèbre collège d’Harcourt. Philippe de Marigny, évêque de Cambrai (1306-1309), puis archevêque de Sens (1309-1316), fut secrétaire de Philippe le Bel. Raoul Rousselet qui sera successivement évêque de Saint Malo, Troyes, Pampelune et Léon, fut l’un des principaux conseillers de Philippe le Long10. Pierre de Chappes, évêque d’Arras (1320-1326) puis de Chartres, avait été chancelier du roi de France de 1316 à 1320, tandis que Pierre Bertrand, évêque de Nevers (1320-1322), puis d’Autun (1322-1331) et conseiller du roi, fut chancelier de la reine Jeanne. L’évêque d’Auxerre, Pierre de Grez (1309-1325) fut lui aussi chancelier de Brie, Navarre et Champagne. Ainsi en ce début du xive siècle, de hautes fonctions à la fois administratives et politiques sont confiées à des gens d’Église, préparés à ces tâches par leur expérience et leur culture. Cependant le nombre de ces prélats reste au total limité et c’est à leur mission pastorale que la majorité d’entre eux consacraient toute leur vie.

III. L’exercice de la fonction

43Il ne s’agit pas ici de refaire l’histoire des évêques médiévaux ni même, en brossant le tableau des qualités du bon prélat, de tenter un « miroir » de l’évêque, mais seulement de marquer quelques traits généraux de la fonction épiscopale dans le cadre que nous nous sommes fixé. Deux questions semblent à cet égard essentielles : par qui l’évêque est-il désigné et quelle est la durée moyenne de ses fonctions ?

  • 11 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des Institutions françaises au Moyen Âge, III : Les Institutions ecc (...)

441. – Le droit canonique classique, à la suite de vicissitudes qui avaient abouti à un étroit resserrement du corps électoral, confiait l’élection de l’évêque au chapitre cathédral11. On ne peut que constater le respect de ce principe (sous réserve de cas exceptionnels) au xiie siècle et encore dans la première partie du xiiie. Mais, dès le milieu de ce siècle, les interventions pontificales se multiplient. Elles deviendront la règle avec la papauté avignonnaise, ce qui ne sera pas sans entraîner une modification profonde de l’épiscopat. Plus dépendant du pape, l’évêque est moins souvent originaire de la région où il exerce son ministère. L’attache au siège est moins rigoureuse, les transferts se multiplient. Le ministère pastoral se complique d’une sorte de carrière avec ses imprévus et dans laquelle la volonté pontificale joue un rôle parfois décisif.

45La primauté de l’élection est manifeste dans la première partie de la période que nous étudions. Dans la province de Sens, entre les dernières années du xiie siècle et les débuts du xive, sur 106 évêques plus des 7/10 ont été élus par les chapitres.

  • 12 Sur l’hostilité du clergé de Nantes à Guy Robert, un étranger à la Bretagne, désigné par Grégoire I (...)

46À Orléans, sur 15 évêques entre 1198 et 1349, tous ont été élus, de même pour les 13 évêques de Nevers (1202-1320) ; les 16 évêques de Troyes (1145-1313) les 14 évêques de Mâcon (1144-1380) ; les 16 évêques d’Évreux (1141-1302). À Cahors entre 1113 et 1299, 10 des 11 évêques furent désignés par le chapitre ; 7 sur 8 à Coutances entre 1151 et 1315. Dans les évêchés bretons entre le milieu du xiie siècle et le début du xive, la quasi-totalité des évêques sont élus (une nomination pontificale à Vannes en 1278)12 et aucun prélat d’origine étrangère n’est transféré en Bretagne. Dans leur majorité, les évêques sont Bretons, souvent du diocèse qu’ils sont appelés à gouverner. L’épiscopat breton de cette époque présente donc un caractère local très accusé.

  • 13 Pour les conflits à l’époque de Louis VII, M. Pacaut, Louis VII et les élections épiscopales, Paris (...)
  • 14 F. Lot et R. Fawtier, op. cit., p. 174.
  • 15 Sur la substitution des désignations pontificales aux élections capitulaires en Bretagne, B. A. Poc (...)

47Certes les désignations pontificales ne sont pas inconnues au xiie siècle. Les trop fréquents et parfois très graves conflits électoraux à l’intérieur des chapitres, les luttes ou les longues vacances qu’ils provoquaient obligent parfois la papauté à intervenir de façon autoritaire pour imposer son candidat13. Mais ces interventions se multiplient à partir du dernier quart du xiiie siècle, et elles se fondent désormais sur des titres multiples que l’on n’a pas à rappeler ici14. Ce qui nous importe ce sont les résultats. Or ils sont éclatants. À Auxerre, l’évêque Guillaume de Grez est désigné par Nicolas III en 1279, Pierre de Grez en 1309 par Clément V ; Aimeric Guénaut par Jean XXII en 1332 (à la suite de conflits entre les chanoines) ; Jean de Blangy par Benoît XII en 1339. Jean XXI nomme Bernard III de Castenet, évêque d’Albi en 1275 ; Pierre, archevêque de Bourges en 1276. En 1279, Nicolas III désigne Jean de Chanlai comme évêque du Mans, les voix des électeurs s’étant partagées dans le chapitre ; en 1280, il nomme évêque de Paris, Raoul de Hamblanière, curé de Saint Gervais. En 1282, Martin IV désigne un de ses chapelains comme évêque de Coutances. L’année suivante pour mettre fin à un conflit électoral à Quimper, le même pape désigne l’évêque Even de la Forêt, confirmant ainsi la volonté de la minorité du chapitre. Boniface VIII désigne Denis Benaiston comme évêque du Mans en 1296, à la suite de la désignation irrégulière d’un autre candidat. En 1299, il transfert à Lisieux Jean de Sarrois, évêque de Rennes aux dépens d’un élu du chapitre. Dès avant sa promotion au siège de Rennes, Jean était au service du pape et ce siège lui avait déjà été donné en considération des services rendus. En 1311, Clément V donne l’évêché de Saint Malo à Raoul Rousselet, conseiller de Philippe le Bel. En 1312, à la demande du roi, il attribue celui de Saint Brieuc à Alain de Lamballe15.

48On pourrait multiplier ces exemples. Ceux-ci suffisent à montrer avec quelle fréquence les papes (quelle que soit leur personnalité) interviennent pour corriger le mauvais fonctionnement des élections capitulaires, récompenser de proches collaborateurs, satisfaire aux requêtes des princes (ces divers motifs pouvant d’ailleurs profiter à un même candidat).

  • 16 Le décret de Gratien affirmait fortement cette impossibilité de déplacer un évêque (C. 7 q. 1) sans (...)
  • 17 Par exemple : transfert d’Orléans à Auxerre en 1291 ; Limoges 1328 ; de Chartres à Jérusalem en 134 (...)

492. – Désigné, l’évêque est lié à son siège par une sorte de mariage mystique, en principe perpétuel16. L’un des traits les plus frappants de l’épiscopat du xiie et du xiiie siècles est sans doute sa grande stabilité. Dans la province de Sens, 85 prélats sur 106 sont morts titulaires de leur siège. Entre 1143 et 1304 on ne constate aucun transfert d’un évêque de Paris. Même observation pour Troyes entre 1145 et 1313. Par contre 5 évêques sont transférés de leur siège d’Auxerre entre 1207 et 1349 ; trois de Chartres entre 1219 et 1349. Mais beaucoup de ces translations sont postérieures à 129017.

50Dans la province de Reims pendant la même période, 129 prélats sur 162 sont morts sans avoir quitté leur siège épiscopal. C’est en particulier le cas de tous les archevêques de Reims (15), des 9 évêques d’Amiens, de 14 sur 15 évêques à Chalons, de 13 sur 14 à Laon, de 10 sur 11 à Soissons, de 12 sur 14 à Senlis.

51Mêmes constatations dans la province de Rouen ; 67 évêques sur 77 n’ont pas quitté leur premier siège : tous les évêques de Coutances ; 9 sur 10 à Rouen ; 7 sur 8 à Bayeux ; 14 sur 16 à Avranches.

52L’épiscopat breton, dont nous avons déjà constaté le caractère strictement local à d’autres points de vue, fait preuve d’une remarquable stabilité. Dans l’ensemble de la province de Tours, 127 évêques sont restés fidèles à leur siège sur 141. Pour les seuls évêchés bretons, on constate que tous les évêques de Quimper (11) sont restés attachés à leur diocèse jusqu’à leur décès, 12 sur 13 à Dol, 8 sur 9 à Saint Pol de Léon, 15 sur 16 à Rennes, 7 sur 8 à Tréguier, etc.

53De simples sondages dans la province de Bourges confirment cette stabilité : 11 sur 19 à Bourges, 6 sur 7 à Clermont, 8 sur 9 à Albi, 10 sur 11 à Cahors.

54L’épiscopat de la province de Lyon semble au contraire témoigner de plus de mobilité. Sur les 22 archevêques de Lyon, 4 résignèrent leur charge et 3 furent promus au cardinalat. Des 13 évêques d’Autun, trois furent transférés à Lyon et un à Langres ; pour ce dernier siège on compte 5 transferts et 4 résignations pour 23 évêques. Au contraire à Mâcon (12 sur 14 restent sur leur siège jusqu’à leur mort) et à Chalons (14 sur 17) la stabilité est mieux respectée.

55La conséquence de cette stabilité fut évidemment la longue durée des épiscopats. On ignore l’âge d’accès à l’épiscopat et par conséquent l’âge de décès des évêques. Il est donc impossible de fixer l’âge moyen des évêques médiévaux et l’on ne pourrait que très imparfaitement, en tenant compte (dans les cas où on la connaît) de la carrière antérieure, apprécier approximativement l’âge d’entrée en fonction. Mais on sait la durée de chaque épiscopat et l’on peut ici établir des moyennes. Celles que nous indiquons résultent simplement de la division de la durée de la période par le nombre d’évêques ayant gouverné le diocèse. Nous n’avons pas tenu compte des périodes de vacance du siège parfois assez longues (de plus d’une année). La moyenne affectée à chaque épiscopat est donc inférieure à la réalité d’une légère fraction. Mais ce calcul simple suffit à notre enquête.

56Dans la province de Sens la durée moyenne de l’épiscopat varie entre 5 ans (Meaux) et 15 ans (Troyes) et la moyenne pour la province est de 9 ans et demi. Pour Reims, moyenne entre 7 ans et demi (Noyon) et 17 ans (Beauvais) et la moyenne pour la province atteint presque 13 ans. Elle est plus élevée pour la province de Rouen, où elle oscille entre 10 ans (Évreux) et 20 ans (Coutances) avec une moyenne provinciale de presque 16 ans. Elle dépasse un peu ces 16 ans dans la province de Tours (du fait de la très grande stabilité de l’épiscopat breton), et elle varie dans cette province entre 10 ans (Rennes) et 20 ans (Angers, Tréguier, Saint Pol de Léon).

  • 18 On peut citer un évêque de Saint Brieuc transféré à Tours en 1157 ou le transfert de Raoul Roussele (...)

57Si l’on envisage les transferts qui viennent compromettre cette stabilité, on doit tout d’abord noter leur quasi-inexistence dans les diocèses bretons entre 1150 et 132018. Mais pour le seul diocèse de Quimper les quatre évêques qui occupèrent le siège entre 1322 et 1333 furent tous transférés. L’opposition de deux époques est ici éclatante. Les transferts semblent également assez rares dans les diocèses normands. Naturellement ils furent surtout fréquents vers les sièges archiépiscopaux. Il s’agissait alors moins d’un transfert que d’une promotion. C’est ainsi que Rotrou de Warwic passe en 1164 d’Évreux à Rouen ; Gautier de Coutances, d’Angers à Rouen en 1184. Plus remarquable est le transfert de Pierre Roger, archevêque de Sens à l’archevêché de Rouen en 1330, car il ne s’agissait plus ici d’une promotion. Mais la carrière du futur Clément VI ne devait pas s’arrêter à la province de Rouen.

58La promotion d’évêques à l’archevêché de Sens constitue un transfert du même type que ceux que nous venons de signaler vers Rouen. C’est ainsi qu’Henri Cornut vient de Nevers à Sens en 1254, Philippe de Marigny, de Cambrai, en 1309 (sur la demande instante du roi et par la décision de Clément V) ; Pierre Roger, d’Arras, en 1329 ; Philippe de Melun, de Châlons-sur-Marne en 1339. Mais ici encore on trouve un transfert de siège archiépiscopal à siège archiépiscopal, lorsque Guillaume de Brosse passe de Bourges à Sens en 1330.

59À ce siège de Bourges, furent appelés l’évêque d’Orléans, Philippe de Berryer, en 1236 ; Guillaume de Brosse, évêque de Meaux en 1321 ; Roger le Fort, évêque de Limoges en 1343.

60La promotion au siège de Lyon fut aussi l’occasion de transferts : ceux de Humbert de Baugey, évêque d’Autun en 1148 ; de Jean Bellesmains, évêque de Poitiers, en 1181 ; de Robert d’Auvergne, évêque de Clermont en 1227 ; de Raoul de Pinis, évêque d’Agen en 1235 ; de Philippe de Savoie, évêque de Valence en 1246 ; d’Henri de Villars, évêque de Viviers, puis de Die-Valence, en 1342. Mais on trouve aussi des dignitaires du chapitre de Lyon parmi les élus au siège archiépiscopal, ainsi qu’un archidiacre de Paris (Aimery Guerry, 1237-1245) ou un chanoine de Verdun, comme Rodolphe de la Torette (1285-1288).

61Plus intéressants que les promotions à un siège archiépiscopal sont les transferts d’un diocèse à un autre. Ceux-ci dépassent souvent les frontières des provinces ecclésiastiques. Les échanges se font entre les diocèses français et non pas seulement à l’intérieur d’une province. Il n’est pas sans intérêt de noter déjà cette prédominance du cadre politique sur les circonscriptions religieuses.

  • 19 Faut-il attribuer quelqu’importance au fait que l’évêque de Laon fut duc et celui de Noyon seulemen (...)
  • 20 On peut citer Guillaume de Seignelay, originaire de la région d’Auxerre, archidiacre de Provins, do (...)
  • 21 Sur les 14 archevêques, 11 sont morts dans l’exercice de leur charge. Des trois autres, l’un, Pierr (...)

62Les évêchés pairies (Langres, Laon, Noyon, Beauvais, Chalons) ne semblent pas avoir exercé un attrait particulier. Y accéder ne prenait pas l’allure d’une promotion. Cependant l’évêque de Langres était un puissant féodal. Si 13 évêques de Laon sur 14 sont morts sans avoir fait l’objet d’un transfert, à Noyon 8 évêques sur 17 furent transférés à un autre siège. Or dans les deux cas il s’agissait d’évêques pairs du royaume19. Il n’apparaît pas davantage que le siège parisien ait été très recherché. Sans doute on a noté l’absence de tout transfert d’évêque de Paris entre 1143 et 1304 et l’on peut en déduire que ses titulaires ne souhaitaient pas un autre siège. Mais les transferts d’évêques vers Paris furent exceptionnels20. Par contre un siège archiépiscopal comme celui de Bourges ne connut aucun transfert entre 1141 et 131621. À Lyon, en dehors de trois prélats élevés au cardinalat et de quatre résignations, tous les archevêques entre 1148 et 1356 sont restés en fonction jusqu’à leur mort.

  • 22 1301, 1304, 1330, 1338, 1340, 1342, 1347, 1351.

63Si les lieux n’ont pas joué un rôle déterminant dans l’histoire des transferts épiscopaux, les temps ont eu plus d’importance. Relativement rares au xiiie siècle, les transferts deviennent très fréquents au xive. On en a déjà cité un exemple pour la Bretagne. Celui de Noyon n’est pas moins instructif. Sur les 17 évêques qui occupèrent le siège entre 1222 et 1351, 8 furent l’objet de transferts et ceux-ci se situent entre 1301 et 135122. Les départs se produisirent dans les directions les plus diverses : Arles, Tournai, Clermont, Bayeux, Beauvais, Bourges, Auxerre.

  • 23 Mais il retourne de ce siège à Arles où il meurt en 1308.

64On voudrait savoir si ces migrations suivent un certain courant dû à l’importance politique ou à la richesse de quelques diocèses. Il est difficile de l’affirmer. Tout au plus semble-t-il que vers la première moitié du xive siècle on assiste assez souvent à une « montée vers le Nord » d’évêques méridionaux. On serait tenté de songer à une tendance de la papauté avignonnaise (à qui incombe le plus souvent la responsabilité de ces transferts) qui attribuerait les évêchés situés au Nord de la Loire à des évêques d’origine méridionale. Mais il faut tenir compte aussi de la grande inégalité de répartition des évêchés dans la France médiévale. Les métropoles du Nord en comptaient beaucoup plus que celles du Midi. Aussi serait-il peut-être arbitraire de proposer une explication trop simpliste de ce mouvement. On en doit cependant constater la réalité. C’est ainsi que Pierre de Ferrière est transféré de Lectourne à Noyon (1301-1304)23 ; Pierre de Mortuomari de Viviers à Auxerre (1325-1327) ; Élias de Talleyrand de Limoges à Auxerre (1328). Durand de Saint Pourçain passe de l’évêché du Puy à celui de Meaux (1326-1334) ; Roger d’Armagnac de Lavaur à Laon (1338-1341) ; Jean d’Arcy de Mende à Autun (1331), puis à Langres (1342) ; Bernard le Brun du Puy à Noyon (1342), puis à Auxerre (1347).

65Si l’attrait de certains sièges est incertain, la grande mobilité de quelques prélats paraît évidente. Pierre de Moussy, archidiacre de Bayeux, fut évêque de Meaux (1321-1325), de Viviers (1325), de Bayeux (1326), de Carcassonne enfin (1330), où il mourra. Pierre de la Forest, chanoine de Paris, fut évêque de Tournai (1349), de Paris (1351), archevêque de Rouen (1352), finalement cardinal (1355).

  • 24 Un en 1283 et un en 1349.
  • 25 La pairie de Noyon n’a en tout cas exercé aucun attrait.

66Il est aussi certains sièges où les évêques semblent parfois « passer ». De Cambrai, Pierre de Corbeil va à Sens (1200), Guido II à Salerne (1306), Philippe de Marigny à Sens (1309), Pierre de Lévis à Bayeux (1323), Guillaume d’Auxonne à Autun (1336). Thérouanne ne paraît pas avoir beaucoup mieux retenu ses évêques. On constate également qu’il y eut beaucoup moins de transferts d’évêques de Senlis entre 1214 et 135224 ou de Soissons (1208-1362), que d’évêques de Noyon entre 1222 et 1349. L’importance des trois sièges25, leur localisation géographique n’étaient cependant pas fondamentalement différentes. Faut-il attribuer au seul hasard cette différence ?

67Les passages sont particulièrement fréquents dans les diocèses de la province de Reims. Ils peuvent tenir à des motifs divers. Mais on sait que cette province permit souvent au roi de faire accéder à l’épiscopat des clercs auxquels il s’intéressait ; 7 doyens de Paris y devinrent évêques. Elle ne fut pas non plus indifférente à la papauté avignonnaise.

  • 26 L’enquête a été faite avec grand soin par M. Pacaut, op. cit. Il constate des variations selon les (...)

68La mobilité de l’épiscopat du xive siècle est un fait nouveau. Elle s’explique largement par le rôle déterminant de la papauté dans le choix des prélats, leur transfert ou leur promotion. Mais, par la force des choses, elle détache quelque peu l’évêque de son diocèse. Il est plus rarement originaire de la région. Il en sait donc moins bien les besoins, les usages, les difficultés. Et, s’il ne reste que quelques années, parfois que quelques mois sur son siège épiscopal, il n’a pas le temps, peut-être peu le goût, de mieux connaître son troupeau. Ainsi se constitue un nouvel épiscopat qui n’est plus féodal ni guerrier, mais souvent plus instruit, juriste, administrateur, diplomate. L’intervention des chapitres dans sa désignation ne compte guère. La décision vient de la papauté, souvent sollicitée par les princes en faveur de clercs qui les ont bien servis. Certes nous n’envisageons cet épiscopat que par rapport au siècle. Ses mérites temporels n’excluent ni sa valeur morale ni son zèle religieux. Dire comment et dans quelle mesure s’opère cette conciliation dépasserait et notre compétence et les limites de cette note. Il faudrait pour cela pousser la recherche dans des directions nouvelles, qu’il nous a été impossible d’aborder ici, dire par exemple dans quelle mesure les ordres religieux ont fourni l’épiscopat, distinguer selon les diocèses peut-être les régions, en tout cas selon les ordres26.

69Les quelques indications données ici ne pouvaient constituer qu’une première esquisse. On souhaiterait qu’elles incitent à des travaux qui permettraient de mieux connaître dans son ensemble l’épiscopat médiéval.

Notes

1 Ce dernier aspect ne pourra être envisagé ici. Disons simplement que dans sa grande majorité l’épiscopat français de cette période est originaire de la région, sinon toujours du diocèse qu’il est appelé à gouverner. La chose est particulièrement nette pour la Bretagne. Mais à Bourges sur 14 évêques, huit au moins sont de la région.

2 Province de Sens : 107 ; de Reims : 162 ; de Rouen : 77 ; de Tours : 141 ; de Lyon : 89 ; quatre évêchés de la province de Bourges : 41. On ne saurait donner ici une bibliographie qui devrait être considérable. Le point de départ de l’enquête est fourni par G. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi (1913) et par les grands dictionnaires (DDC, DTC, DHGE, Encyclopedia Britannica, etc.).

3 Gauslin, archevêque de Bourges est frère de Robert le Pieux, Henri, archevêque de Reims († 1175), est frère de Philippe I (un autre frère est archidiacre de Paris). Odon, évêque de Bayeux, est un demi-frère de Guillaume le Conquérant. Le frère de Robert d’Anjou, Louis, fut évêque de Toulouse, etc.

4 Pierre Lombard et Maurice de Sully étaient de petite origine.

5 L’épitaphe de l’évêque Hervé (1207-1223) le dit descendre paupere gente.

6 Le père de l’évêque Robert Carnot (1167-1174) était forgeron.

7 C. Will, Regesten zur Geschichte der Mainzer Erzbischöfe, 2 vol., Mainz, 1877 et suiv. ; Regesten der Bischöfe von Strassburg, 2 vol., 1908-1924 ; R. Knipping, Regesten der Erzbischöfe von Köln, T. II et III ; F. Y. Remling, Geschichte der Bischöfe von Speyer, 2 vol., Mainz, 1852 ; A. Schulte, Der Adel und die deutsche Kirche in Mittelalter, Stuttgart, 1922 ; W. Pelster, Stand und Herkunft der rheinischen Bischöfe der Kölner Kirchenprovinz im Mittelalter, 1909 ; K. Löhnert, Personal und Amtsdaten der Trierer Erzbischöfe des 10.-15. Jahrhunderts, 1905 ; J. Simon, Stand und Herkunft der Bischöfe der Mainzer Kirchenprovinz im Mittelalter, Weimar, 1908.

8 Elias de Ventadour, doyen du Puy et ensuite évêque de Tournai en 1324, résigne cette charge deux ans plus tard ; elle passe alors à Guillaume de Ventadour, doyen d’un monastère du diocèse de Cahors. À Chartres, on trouve de 1219 à 1234 un évêque Galtier auquel succède de 1247 à 1259 son neveu Mathieu Deschamp.

9 Lecoy de la Marche, La Chaire française au Moyen Âge, 2e éd., Paris, 1886, 516 p.

10 B. A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne, Paris, 1928, p. 202-203.

11 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des Institutions françaises au Moyen Âge, III : Les Institutions ecclésiastiques, Paris, 1962, p. 165-171.

12 Sur l’hostilité du clergé de Nantes à Guy Robert, un étranger à la Bretagne, désigné par Grégoire IX en 1236, B. A. Pocquet du Haut-Jussé, op. cit., p. 102-104.

13 Pour les conflits à l’époque de Louis VII, M. Pacaut, Louis VII et les élections épiscopales, Paris, 1957, p. 82-104.

14 F. Lot et R. Fawtier, op. cit., p. 174.

15 Sur la substitution des désignations pontificales aux élections capitulaires en Bretagne, B. A. Pocquet du Haut-Jussé, op. cit., p. 224-231.

16 Le décret de Gratien affirmait fortement cette impossibilité de déplacer un évêque (C. 7 q. 1) sans cependant ignorer les transferts (c. 34 et suiv.) ni les renonciations (c. 45 et suiv.).

17 Par exemple : transfert d’Orléans à Auxerre en 1291 ; Limoges 1328 ; de Chartres à Jérusalem en 1349 ; d’Auxerre à Rouen en 1339 et Bayeux en 1347, etc.

18 On peut citer un évêque de Saint Brieuc transféré à Tours en 1157 ou le transfert de Raoul Rousselet de Saint Malo à Troyes en 1316, mais ce prélat, originaire du diocèse de Chartres, avait reçu son diocèse breton des mains du pape.

19 Faut-il attribuer quelqu’importance au fait que l’évêque de Laon fut duc et celui de Noyon seulement comte ?

20 On peut citer Guillaume de Seignelay, originaire de la région d’Auxerre, archidiacre de Provins, doyen puis évêque d’Auxerre (1207-1220) avant d’accéder au siège de Paris (1220-1223).

21 Sur les 14 archevêques, 11 sont morts dans l’exercice de leur charge. Des trois autres, l’un, Pierre (1180-1184) a probablement résigné ses fonctions, un autre fut déposé par Grégoire IX en 1234 et Jean de Sully fut fait cardinal de Préneste en 1294.

22 1301, 1304, 1330, 1338, 1340, 1342, 1347, 1351.

23 Mais il retourne de ce siège à Arles où il meurt en 1308.

24 Un en 1283 et un en 1349.

25 La pairie de Noyon n’a en tout cas exercé aucun attrait.

26 L’enquête a été faite avec grand soin par M. Pacaut, op. cit. Il constate des variations selon les époques, l’influence déterminante d’un Saint Bernard en faveur d’évêques cisterciens (Henri fils de Louis VI, moine à Clairvaux de 1145 à 1149, est élu évêque de Cambrai en 1149 avec l’appui de Saint Bernard) et le peu de faveur dont ont semblé jouir les candidats venant des ordres religieux dans des régions où cependant ces ordres avaient leur centre (Mâcon, pour Cluny) ou de nombreuses et florissantes maisons (la Normandie).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search