Version classiqueVersion mobile

Formation du droit canonique et gouvernement de l’Église de l’Antiquité à l’âge classique

 | 
Jean Gaudemet

Deuxième partie. Gouvernement de l'église

14. Ubi papa, ibi Roma ?

Texte intégral

  • 1 Fr. Cantelar Rodriquez, « Bernardo Raimundo y Gencelino de Cassanes », Zeitschrift der Savigny-Stif (...)
  • 2 N. Jung, Un franciscain théologien du Pouvoir pontifical au xive siècle, Alvaro Pelayo, évêque et P (...)

1Cette formule, bien frappée, figure dans le Commentaire de la Décrétale ubi periculum (au Sexte) du canoniste français, le cardinal Jean Lemoine, légat de Boniface VIII en France et qui connut les débuts de la papauté avignonnaise. Un autre canoniste français, Jesselin de Cassagne (mort en 1334), professeur à Montpellier avant d’être attaché à l’audience des causes apostoliques à Avignon1, affirme de son côté « Là où est le pape, là est la cour romaine ». Formule moins brutale, qui ne met plus en cause la Ville éternelle elle-même, mais les services « romains ». Aux canonistes, fait écho Alvarez Pelayo, théologien portugais, Pénitencier de Jean XXII, dans son de statu et planctu Ecclesiae (1332) : « Là où est le pape, là est l’Église romaine, le Siège apostolique »2. Sous des formes diverses l’idée est la même. Rome semble suivre le pape. Canonistes et théologiens, contemporains de l’évènement, paraissent – ici du moins – d’accord pour l’admettre.

2Sans doute, en face d’eux ne peut-on oublier les sollicitations pressantes de Brigitte de Suède, de Catherine Benincasa, les sonnets de Pétrarque, hôte de la Provence, qui connut aussi bien la Cour d’Avignon que la Rome humaniste, où il fut couronné au Capitole en 1341.

3Opposition des réalistes, hommes de terrain, sensibles aux réalités du pouvoir et des idéalistes, dont le mysticisme reste dominé par les souvenirs et les reliques romaines ? Peut-être. Il ne nous appartient pas d’entrer dans ce débat. Mais il fallait, d’entrée de jeu, rappeler les opinions contrastées, avant de mieux cerner l’exacte portée de cette « captivité de Babylone ».

  • 3 H. Jedin, Die mittelalterliche Kirche, Das Spätmittelalter, Freiburg, 1968 (trad. ital. Tra Medioev (...)
  • 4 Geschichte der Päpste seit dem Ausgang bis Mittelalter, t. I, Freiburg, 1986, p. 74.
  • 5 G. Mollat, Les papes d’Avignon, 10e éd., Paris, 1965, p. 22 e passim.

4La tâche est malaisée et l’on n’en veut pour preuve que les divergences des interprétations proposées par l’historiographie moderne de ce « séjour d’Avignon ». Les historiens allemands, de Gregorovius, dans son « Histoire de Rome au Moyen Âge » (1859-1872), au Handbuch de Jedin3, en passant par l’« Histoire des papes » de Pastor4, sont sévères pour cet abandon de la Ville éternelle. La responsabilité en incomberait à la politique française qui, au lendemain de la crise bonifacienne, aurait cherché à « annexer » en quelque façon une papauté qui, pendant plus de 70 ans (1305-1378), sera française. Mgr. Mollat, qui a vécu une longue vie de savant dans la familiarité de la papauté avignonnaise, explique au contraire cette longue absence par l’état déplorable de l’Italie et tout spécialement de Rome5. Ce serait l’insécurité qui aurait contraint les papes à demeurer au nord des Alpes.

5L’historien n’a pas à juger, mais à essayer de comprendre et il n’est pas facile de restituer les données du passé. La longue prison que la papauté s’est imposée au lendemain de la prise de Rome en 1870 nous a habitués à lier étroitement la personne du Souverain Pontife à la cité Vaticane. La référence au Siège de Pierre et aux tombeaux des Apôtres donne à ce lien ses titres ecclésiologiques. Les fréquents et lointains voyages de l’actuel Pontife n’en ont en rien atténué la force.

6Aussi n’est-il pas inutile de rappeler ce qu’il en avait été dans les deux siècles qui ont précédé le séjour d’Avignon.

I. Les « errances » des papes

7Innocent II, un Romain, élu à Rome en février 1130, a en face de lui l’anti-pape Anaclet, lui aussi élu à Rome, le même jour et qui se rend maître de la Ville. Innocent II doit chercher refuge en France. S’il revint à Rome au printemps 1133 pour couronner Lothaire, il dut procéder à ce couronnement au Latran, car Lothaire n’avait même pas pu se rendre maître de toute la Ville, en particulier de Saint Pierre. Dès septembre 1133 Innocent est à Sienne, puis à Pise, où il reste trois ans. Ce qui fait dire à St. Bernard, qui ne semble pas s’en choquer : « Pise a remplacé Rome. Pierre a dit à son Christ Innocent : “Habite Pise et je la bénirai” ». C’est à Pise, en 1135, que le pape réunit un important concile. En 1143 Rome se révolte contre le pape et se constitue en commune. Alexandre III, élu le 7 septembre 1159, est couronné hors de Rome (à Nympha) le 20. Lui aussi a pour adversaire un antipape, Victor IV. À la fin de 1161 il est contraint de quitter Rome. En mars 1162, il passe en France et il s’installe à Sens. Rentré à Rome en 1165, il en est chassé à nouveau deux ans plus tard. Il y revient en mars 1178, pour en être à nouveau exclu l’année suivante. C’est à Civitavecchia qu’il meurt le 30 août 1181.

  • 6 L. Gayet, Le grand schisme d’Occident, Paris, 1889, p. 3.
  • 7 G. Mollat, op. cit., p. 11.

8Cas exceptionnels, dira-t-on. Innocent II et Alexandre III ont en face d’eux des anti-papes. Il n’en demeure pas moins que de 1100 à 1304, soit en 204 ans les papes sont demeurés 122 ans hors de Rome et 82 à Rome6. En un siècle, le xiie, de 1099 à 1198 le pape fut pendant 55 ans et quelques mois hors de Rome, dont 8 ans et demi en France7.

  • 8 E. Jordan, L’Allemagne et l’Italie au xiie et xiiie siècle, dans Glotz, Histoire générale, Moyen Âg (...)

9On constate plus de fidélité des papes envers Rome de Clément III (1187) à Grégoire IX (mort en 1241). Pendant cette période, tous les papes sont originaires de la noblesse romaine. Ils s’efforcent de rester dans une ville qui est doublement leur, par leur naissance et par leur élévation au Souverain Pontificat. Comme l’a écrit Edouard Jordan8 : « La papauté […] beaucoup plus qu’au siècle précédent […] se cramponne à Rome, si elle en est souvent chassée ». Mais déjà Grégoire IX, dans un pontificat de 14 ans (1227-1241) en passa plus de huit hors de Rome.

10Innocent IV (1243-1254), élu et consacré à Anagni, (juin 1243), est obligé de quitter Rome en 1244 devant la menace de Frédéric II. Il s’embarque pour Gênes, sa ville natale, où il arrive le 7 juillet. Là il ne se sent pas encore en sûreté. Par le Mont Cenis il gagne Lyon (2 décembre 1244), ville du royaume de Bourgogne, mais pratiquement indépendante. C’est là qu’au concile de 1245 il dépose Frédéric. Sanction dont il mesure l’insuffisance, puisque la crainte de Frédéric l’incite à rester à Lyon jusqu’à la mort de l’empereur (1251). S’il rentre alors en Italie, c’est pour séjourner surtout en Ombrie et à Naples où il meurt le 7 décembre 1254. Son successeur Alexandre IV (1254-1261), élu et couronné à Naples, ne réside que fort peu au Latran. Il meurt à Viterbe.

11Urbain IV (1261-1264) partage son temps entre Viterbe, Montefiascone, Orvieto. De Clément IV (1264-1268), pas un acte n’est daté de Rome. Son tombeau est à Viterbe. Martin IV (1281-1285), élu à Viterbe où résidait alors la curie romaine, ne quittera pas la Toscane ou l’Ombrie. Dira-t-on qu’il s’agit là de trois papes français, plus séduits par la douceur de l’Ombrie que par les périls romains ?

12En fait, c’est en raison des troubles qui agitent Rome, de l’insécurité qui y règne que les papes de la seconde moitié du xiiie s. lui sont infidèles. Grégoire X (1271-1276), né à Plaisance, après deux mois romains, gagne la France où il réunit à Lyon le concile œcuménique de 1274. Il regagne lentement l’Italie en parcourant « la douce Provence » (Orange, Beaucaire, Valence, Vienne), puis la Suisse. Jean XXI, un portugais (1276-1277), élu à Viterbe, ne quitte pas cette ville. Il y mourut et y fut enseveli. Célestin V (1294) élu à Pérouse, couronné à Aquila, dans son bref pontificat de 4 mois et demi, ne passa jamais à Rome. C’est de Naples qu’est datée sa renonciation. Boniface VIII (1294-1303) se sent plus en sécurité dans son château d’Anagni, sa ville natale, à Orvieto ou à Rieti qu’à Rome, où il ne réside que par intermittence. Son successeur Benoît XI (1303-1304), le dernier pape avant les « avignonnais », se hâte de quitter Rome où il a été élu. Par Viterbe et Bolsena, il gagne sa forteresse de Pérouse. C’est là qu’il meurt après huit mois de règne.

13Que le pape ne résidât pas à Rome avait donc été depuis deux siècles chose courante. Mais ces absences furent en général coupées de retours plus au moins longs et, à part les séjours en France d’Innocent II, Alexandre III, Innocent IV, Grégoire X, les résidences pontificales n’étaient qu’à deux ou trois jours d’étape de Rome. Avec Avignon, les choses seront très différentes tant par la distance que par la durée. Comment alors l’expliquer. Quelle fut la part du fortuit et du délibéré ?

II. Les papes à Avignon (1305-1378)9

  • 9 Il n’est pas question ici de revenir sur l’histoire de la papauté à Avignon. Les études générales e (...)

14Que sept français se soient succédés sur le trône pontifical est un fait singulier, qui marque fortement l’histoire de la papauté médiévale. Cette « papauté française » a souvent été dénoncée. Notre propos n’est ni d’en rappeler les causes, ni d’en apprécier la valeur.

  • 10 Urbain II, 1088-1099.
  • 11 Y. Dossat, « Gui Foucois, enquêteur, réformateur, archevêque et pape », Les évêques, les clercs et (...)
  • 12 E. Jordan, op. cit., p. 345.

15Notons seulement que cet intermède français avait eu un précédent dans les années 1260-1280. À la mort d’Alexandre IV (25 mai 1261), le Sacré Collège était réduit à huit cardinaux. Ceux-ci choisirent, hors du Collège, un français, ce qui ne s’était jamais vu depuis près de deux siècles10. Jacques Pantaléon de Troyes devint Urbain IV (1261-1264). Soucieux de restaurer le Collège cardinalice, le nouveau pontife nomme quatorze cardinaux. Parmi eux, six français, dont deux seront papes à leur tour : Clément IV (Gui Foucois) 1265-126811 et Martin IV (Simon de Brie) 1281-1285. Comme on l’a écrit, « la papauté d’Avignon est en germe dans les promotions d’Urbain IV »12.

16Pour comprendre l’installation en Avignon, il faut en suivre les premiers moments, avec le pontificat de Clément V. Benoît XI étant mort à Pérouse au début de 1304, c’est à Pérouse que, très régulièrement, s’ouvrit le conclave : 19 cardinaux dont 15 italiens et seulement deux français. Élection difficile, qui intervient après onze mois de vacance du Siège Apostolique (5 juin 1305). Les voix se portèrent sur l’archevêque de Bordeaux, Bertrand de Got, né à Villandraut près de Langon (en Gironde), dans une famille de petite noblesse locale. L’élu n’appartenait pas au Sacré Collège, mais son frère, archevêque de Lyon, était cardinal ; il n’avait jamais participé à l’administration centrale de l’Église. C’est au cours d’une tournée de visite de sa province à Lusignan, que Bertrand apprend son élection (19 juin 1305). Il avait songé à se faire couronner à Vienne. En fait, il le fut à Lyon (14 novembre 1305), en présence de Philippe le Bel. Occasion pour le roi de s’entretenir avec le nouveau pape du procès à la mémoire de Boniface VIII. Le poids des questions politiques s’affirmait ainsi dès les débuts du pontificat.

17La constitution de l’entourage marque, elle aussi, dès les débuts, la dominante française. Aux italiens de l’administration curiale qui ont rejoint le nouveau pape en France, celui-ci adjoint un personnel de service recruté parmi ses compatriotes gascons. Deux Béarnais, Pierre Arnaud de Payanes et Arnaud de Cantelou se voient confier la direction de la chancellerie et de la chambre apostolique. Le 15 décembre est faite une première promotion de cardinaux. Parmi eux, 7 français du Midi, dont des parents du pape, pas d’italien. La coloration française de la curie, un certain recul vis-à-vis de l’Italie s’affirment.

  • 13 Cf. Registres de Clément V (édit. des Bénédictins, Rome, 8 vol., I, 1884-1892), no 2257 ; 2272 ; 50 (...)

18Et Rome ? Clément V la revendiquera volontiers comme son « siège propre »13.

  • 14 Au printemps de 1307 et dans l’été 1308, à propos de l’action contre la mémoire de Boniface VIII et (...)
  • 15 Registres, no 3592 et 4302.

19En fait le pontificat fut une longue migration. Après le couronnement à Lyon, lent retour vers Bordeaux, le 10 mai 1306 par Cluny, Nevers, Bourges, Limoges. Puis 16 mois à Poitiers (14 avril 1307-12 août 1308) où le pape rencontre à deux reprises Philippe le Bel14. Des projets de retour à Rome, en avril 1308 puis en 130915. Mais en fait, d’août 1308 à mars 1309, le pape parcourt tout le Sud-ouest. Lourdes migrations. Les services de la chancellerie, les auditeurs de la Chambre suivent le pape dans ses voyages. Au total, plusieurs centaines de personnes à accueillir, loger, nourrir. D’autres ont étudié les conditions de ces déplacements, les itinéraires et les étapes des diverses « colonnes », les difficultés du logement et sa médiocrité.

  • 16 Où le pape s’installe dans le couvent des Dominicains.
  • 17 Séjour à Vienne de septembre 1311 au 11 mai 1312 ; hiver 1312-1313 à Avignon.
  • 18 Au Groseau, près du Ventoux, où Clément V passera près de cinq mois de l’été 1312 ; puis trois mois (...)
  • 19 Mais il trouvera sa sépulture à Uzeste, dans la seigneurie paternelle.

20Puis au printemps de 1309, c’est Avignon16 pour quelque temps et la Provence de façon définitive17, avec divers lieux de séjour ou de passage, souvent dans des prieurés18. C’est à Roquemaure, sur la rive droite du Rhône, qu’il meurt le 20 avril 131419.

21Au total les séjours à Avignon ne représentent que quelques mois sur les cinq années provençales.

22Clément V n’est pas un pape d’Avignon. Rien ne fut fait pour y installer ni le souverain Pontife lui-même ni ses services. Le gros du personnel est pour partie à Avignon, sans installation appropriée, soit à Carpentras. Pendant les neuf années de son pontificat, Clément V fut un perpétuel migrant.

  • 20 Il comprend mal le français.

23À cela rien de bien étonnant. On a vu que beaucoup de ses prédécesseurs des xiie-xiiie s. n’avaient pu trouver à Rome une assise stable. Du côté de l’Église, la résidence épiscopale est fort mal observée. Et les monarchies séculières ne sont guère plus stables. En France, Philippe VI, quelques décennies plus tard, sera, lui aussi, souvent hors de Paris. Des capitales avec un gouvernement et des services stables ne s’affirmeront guère avant la seconde moitié du xive siècle. Avignon sera l’une des premières, ainsi que Paris, Westminster, Naples, Barcelone, Prague avec Charles IV et Buda avec Sigismond. L’absence d’une forte organisation de la curie ne fut sans doute pas étrangère à la longue vacance du Siège apostolique qui suivit la mort de Clément V. Réunis en conclave à Carpentras où se trouvaient les principaux services de la curie, le 1er mai 1314, les cardinaux se dispersaient le 24 juillet à la suite de désordres. Ils se réfugient à Avignon, mais aussi à Valence, Orange, Sorgues. Gascons et Italiens s’affrontent. Le schisme menace. Les princes intervinrent pour rétablir la paix. Le conclave reprit le 28 juin 1316 à Lyon, dans un monastère que bloquaient les troupes du comte de Forez ! Le 7 août était élu le cahorsin Jacques Duèse20, cardinal depuis 1312 et qui, en 1310, avait été évêque d’Avignon. Couronné à Lyon le 5 septembre, il s’installe à Avignon dès le 2 octobre. Il a bien le projet de gagner Rome, mais ce retour est subordonné au rétablissement de la paix en Italie. À Rome, en particulier, depuis 1312 Guelfes et Gibelins sont aux prises. Migratrice pendant dix ans, la papauté acquiert depuis 1316 une grande stabilité au profit d’Avignon.

24C’est alors qu’avec Mistral, on peut parler d’« Avignon la filleule de saint Pierre, qui en a vu la barque à l’ancre dans son port et en porte les clefs à sa ceinture de créneaux ».

25Pendant soixante ans (à part la tentative de retour à Rome d’Urbain V, 1367-1370) les papes demeurent à Avignon, n’en sortant que pour de brefs séjours dans les environs immédiats, Châteauneuf, Carpentras, Sorgues. Urbain V poussera une fois jusqu’à Saint Victor de Marseille dont il avait été abbé (1365) et une autre fois jusqu’à Montpellier, où il avait enseigné (1367). Aucun de ces papes cependant n’est provençal. Ce sont des Cahorsins ou des Limousins, tous originaires d’une étroite région, qui parlent occitan.

26Quant à Avignon, la ville appartient au comte de Provence. Mais la Maison d’Anjou règne à Naples et elle est de ce fait vassale de l’Église de Rome. À Avignon, depuis 1290, un viguier représente le comte de Provence. L’évêque d’Avignon reçoit le serment du viguier. La ville, depuis 1303, s’honore d’une Université, fondée par Boniface VIII. Le pape n’y est donc pas chez lui. Le Comtat, au contraire, depuis 1274 appartient au Saint-Siège. Ses deux centres, Carpentras et Cavaillon sont des évêchés dont les titulaires sont seigneurs des deux villes. Curieuse imbrication de mouvances et de seigneuries qui ni juridiquement, ni politiquement ne prédisposait Avignon à devenir résidence des papes.

  • 21 B. Guillemain, op. cit., p. 501-508.

27Jean XXII utilise d’ailleurs ce qu’il trouve, comme s’il estimait ce séjour provençal très temporaire. Il réquisitionne les bâtiments du chapitre cathédral, s’installe dans la maison épiscopale, fait de l’évêque Jacques de Vic, qui était son neveu, un cardinal et ne le remplace pas sur le siège d’Avignon. Mais il est évident que la ville profite de ses hôtes illustres et du passage de nombreux étrangers qui ont affaire avec les services de la curie21.

  • 22 Lettres secrètes et curiales relatives à la France, éd. A. Coulon et S. Clemencet, t. I (Bibl. des (...)

28Jean XXII, qui connaissait Avignon pour en avoir été l’évêque, écrivait à Philippe V, en 1318, que c’était « un lieu adéquat, remarquablement fertile, vaste et riche de possibilités »22. Appréciation que l’on attribuerait à un riche propriétaire foncier plutôt qu’à un chef d’État qui était de surcroît Pasteur de la Chrétienté.

29C’est avec Benoît XII (1334-1342) que l’installation se matérialise. Le pape fait édifier le « Palais vieux », forteresse aux lignes sobres et sévères. Son successeur, Clément VI (1342-1352) lui adjoint le « Palais nouveau ». La réalisation en fut confiée à un architecte d’Île de France, Jean de Louvres, qui l’orna d’une somptueuse décoration. Mais les fresques de la chapelle du consistoire, œuvre de Matteo Giovanetti, de Viterbe, attestent que les liens artistiques avec l’Italie ne sont pas rompus.

  • 23 B. Guillemain, op. cit., p. 508.

30C’est avec Clément VI également que le statut juridique d’Avignon se modifie. Le pape achète le territoire de la cité pour 80.000 florins d’or23. L’administration de la ville, le viguier subsistent, mais relèvent désormais du pape. Quant au Comtat, il est géré comme les provinces du patrimoine. Le recteur et son administration ont leur siège à Carpentras.

  • 24 Des listes de 1358 et 1360 dénombrent 1 062 « citoyens » ce qui représenterait « en tout 4 000 à 5  (...)
  • 25 Les « courtisans » établis à demeure et ayant une profession à Avignon pouvaient se faire recevoir (...)
  • 26 Ibid., p. 512-513.

31Les nouveaux habitants, les immigrants, ceux que l’on appelle les « cortesiani » relèvent du maréchal de justice du pape et non de la viguerie d’Avignon. Celle-ci est compétente à l’égard des « citoyens »24. Dualité de population, que justifient les différences d’origine et d’activités dans la ville25 et dualité d’organes chargés de la paix publique. Ce qui ne va pas toujours sans difficultés, lorsqu’il s’agit de déterminer les justices compétentes ou les sergents qui doivent intervenir26. Dans quelques circonstances, lorsque les papes seront à Rome en 1367 et en 1376, les deux organes seront réunis pour mieux assurer l’ordre.

  • 27 B. Guillemain, op. cit., p. 441-496, p. 561-573.
  • 28 Sur ces services, G. Mollat, op. cit., p. 471-496.

32De minutieuses études ont été conduites pour tenter de préciser ce que représentait le personnel curial de la papauté avignonnaise27. La richesse des sources le permet et on est à cet égard mieux renseigné sur les effectifs du personnel des papes d’Avignon que pour les Royaumes de France ou d’Angleterre à la même époque. Quatre grands services : la Chambre Apostolique, qui a la charge très lourde et fort complexe des finances pontificales ; la Chancellerie qui, à elle seule, compte de 100 à 150 personnes ; la Pénitencerie, la Rote28. L’ensemble de ce personnel ne représente qu’environ la moitié du total du personnel pontifical. Il faut en effet y ajouter l’entourage du pape (de 25 à 50 personnes), le personnel des offices domestiques (45 à 75 personnes), les corps de garde et les services d’honneur (de 100 à 200 personnes).

  • 29 B. Guillemain, op. cit., p. 449-481.

33Au total entre 450 et 580 personnes sous Clément V, de 540 à 650 sous Clément VI, époque où le personnel curial fut le plus nombreux, pour revenir à 520-600 personnes sous Grégoire XI. Le personnel subalterne, où figurent serviteurs, sergents, mais aussi les notaires, fut toujours nombreux. La grande majorité des curialistes est d’origine française (70 % de ceux dont on a pu déterminer l’origine). Les italiens viennent en seconde ligne (environ 23 %). Et on a pu déceler la présence de deux polonais29.

34Ce séjour prolongé (une soixantaine d’années) reste en principe précaire et très temporaire. Les raisons, bonnes ou mauvaises, qui l’expliquent, ont été depuis longtemps recensées. Le poids des unes et des autres varie selon les historiens. Toutes sont conjoncturelles. Ce fut d’abord, pour Clément V, la nécessité de rencontrer le roi à propos du procès fait à la mémoire de Boniface VIII ; peu après, l’affaire des Templiers. Puis c’est le concile de Vienne. Mais aussi les pressions françaises, le peu d’enthousiasme des cardinaux pour un séjour romain, les hésitations du pape auxquelles n’était pas étranger son mauvais état de santé. De ces raisons, certaines persistèrent par la suite. On ne peut négliger l’attachement des papes à leur région ; chez certains (Innocent VI), l’âge et la maladie.

  • 30 VI, 76-78 – terminé avant 1314.

35La situation de l’Italie pendant la première moitié du xive siècle n’incitait pas à un retour à Rome et l’exemple restait de papes qui au cours des deux derniers siècles avaient souvent cherché refuge dans des lieux plus sûrs. On sait la plainte de Dante dans le Purgatoire30 :

«Ahi, serva Italia, di dolore ostello,
nave senza nocchiero in gran tempesta,
non donna di province, ma bordello!»

  • 31 I.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, vol. XXV, col. 127s.
  • 32 D. Waley, « Lo stato papale nel tredicesimo secolo », Rivista storica italiana 73, 1961, p. 429-472

36Douleur du poète devant l’état du pays qu’il aime. Mais, sous une forme plus sèche, la lettre des cardinaux notifiant l’élection de Clément V fait, elle aussi, un sombre tableau de l’Italie31. L’État pontifical n’est qu’une juxtaposition de maîtrises diverses. Régime féodal et seigneuries voisinent32. Boniface VIII avait opéré d’utiles réformes. Mais, après sa mort, des révoltes éclatent, que Clément V, de loin, cherche à mater. Il est d’autre part en rivalité avec Venise pour la maîtrise sur Ferrare. Sa conquête de la ville et de ses environs sera une humiliation pour la sérénissime.

37Au milieu du siècle, à l’époque du pontificat de Clément VI, la guerre sévit dans les États pontificaux, alors que l’archevêque de Milan, Giovanni Visconti, menace la Provence, ce qui inquiète Avignon. Entre Clément VI et Milan, la maîtrise de Bologne est source de conflit. Un traité, par lequel Visconti se soumettait au pape, lui vaut néanmoins pour 12 ans l’autorité sur Bologne qu’il reconnaît tenir en fief du pape. Et à Rome en 1347 Colas de Rienzo restaure la République romaine en instaurant pour quelques mois une dictature révolutionnaire.

38Il n’était pas difficile dans de telles conditions de trouver quelqu’excuse au séjour d’Avignon.

39La situation s’améliore dans la seconde moitié du siècle. En 1353, Innocent VI envoie en Italie l’ancien archevêque de Tolède, le cardinal Aegidius Albornoz. Doté de pleins pouvoirs, celui-ci reste en Italie pendant 13 ans (seulement quelques brèves absences). Par ses talents de chef de guerre et d’administrateur, il restaure l’autorité du pape dans ses États. Il réorganise les Marches et la Romagne (duché de Spolète), soumet Bologne à l’autorité romaine. Il multiplie les forteresses qui tiennent les villes en respect, témoigne de ses soucis intellectuels en fondant à Bologne le Collège d’Espagne et, par son Liber constitutionum Sanctae Matris ecclesiae (les « Constitutions égidiennes » de 1357) il pose les bases de l’administration et du droit. Mais ce restaurateur de l’autorité pontificale ne mit jamais les pieds à Rome !

40Tandis que la situation s’améliorait en Italie, la Provence subissait les contrecoups des désordres que connaissait la France dans la Guerre de 100 ans. Des bandes de mercenaires pénètrent en Provence, pillant, brûlant et tuant. En 1357 Avignon s’entoure d’une puissante muraille garnie de fortifications. Il n’est plus possible d’opposer la sécurité provençale aux désordres romains. Au vrai, la sécurité n’est nulle part.

III. Le retour à Rome

  • 33 B. Guillemain, op. cit., p. 653.
  • 34 Albornoz était mort quelques semaines auparavant (le 17 août 1367).
  • 35 Couronnement de l’impératrice, canonisations, abjuration de Jean V Paléologue, le basileus de Const (...)
  • 36 E. Baluze et G. Mollat, Vitae paparum avinionensium (4 vol., Paris, 1916-1922), IV, p. 136.

41Déjà en 1332, Jean XXII avait envisagé de regagner Rome. Trois ans plus tard, au début de son pontificat, Benoît XII formait le même projet, mais retenait comme première étape Bologne. Ces projets ne reçurent même pas un commencement d’exécution. Innocent VI lui aussi songe à plusieurs reprises à ramener la Papauté à Rome. Il mourut à Avignon le 12 septembre 1362, sans que rien n’ait été fait dans ce sens. Son successeur, Urbain V, poussa plus avant. Lors d’une rencontre avec l’empereur à Avignon en 1365, il avait envisagé une expédition qui, sous la conduite de l’empereur, rétablirait le pape à Rome. Bientôt, ne comptant que sur lui-même, il décide du retour. À partir de juin 1366, Urbain V manifeste « sa résolution de gagner Rome »33. Mais trésor, archives, administration ne peuvent être transférés rapidement. Avignon les garde, mais devrait les perdre. Le projet se heurta à l’opposition des cardinaux et, naturellement, de la France. Néanmoins, le 30 avril 1367 Urbain V quittait Avignon. À Marseille les cardinaux tentent encore d’obtenir du pape qu’il renonce à son projet, menaçant de l’abandonner. À quoi l’ancien abbé de Saint Victor, qui n’a jamais abandonné son vêtement monastique, leur réplique qu’il peut faire sortir d’autres cardinaux de son capuchon. Le 19 mai la flotte quitte Marseille, et le 3 juin le pape débarquait à Corneto (Tarquinia), accueilli par une foule immense. Il est le 9 à Viterbe, mais n’entre à Rome que le 16 octobre 1367, protégé par une escorte d’hommes d’armes34. En dehors d’un séjour à Montefiascone, pendant l’été 1368, Urbain restera à Rome jusqu’au début de septembre 1370. Séjour marqué par de grandes cérémonies35, mais aussi par de graves tensions qui opposèrent le pape aux Romains. Pendant son séjour, Urbain V restaure et embellit la ville, les églises, spécialement le Latran et Saint Pierre. Était-ce le signe de son intention d’en faire sûrement le siège de la Papauté ? Les troubles à Rome et à Viterbe l’inquiètent. Pérouse lui est hostile. Aussi, malgré les instances de Catherine de Sienne, de Brigitte de Suède, de Pierre d’Aragon, songe-t-il déjà à rejoindre Avignon. L’Esprit-Saint, dit-il, doit le guider, pour l’honneur de la Sainte Église : « Sanctus Spiritus duxit me ad partes istas, et reducet me ad alias ad honorem sanctae Ecclesiae »36. Urbain V quittait l’Italie le 5 septembre 1370. Le 27 septembre 1370 le pape et sa suite faisaient leur entrée à Avignon avec une pompe égale à celle qui les avait accueillis à Rome. Peu après Urbain V mourait (19 décembre 1370).

42La papauté avait retrouvé son visage romain. Pour peu de temps sans doute. Mais Urbain V avait montré la voie. Dès son élection (30 décembre 1370), Grégoire XI envisage un retour définitif. Ce neveu de Clément VI (tous deux s’appelaient Pierre Roger), cardinal à 18 ans, pape à 42 ans, est dans la force de l’âge. À lui de tenter et de réussir l’entreprise. Au consistoire du 9 mai 1372 le pape dit aux cardinaux son intention de regagner Rome. En fait, diverses circonstances, plus que l’indécision du pontife, retarderont le départ. Les princes français s’efforcent d’obtenir du pape qu’il renonce à ce projet auquel beaucoup de prélats de son entourage sont hostiles. Au consistoire du 7 février 1375 le duc d’Anjou, frère de Charles V, fait valoir dix raisons pour que la papauté reste à Avignon. Mais le cardinal Jacques Orsini lui répond que « les États de l’Église sont la vraie terre du pape ».

  • 37 Elle ne semblait pas décisive à Mgr. G. Mollat (op. cit., p. 277).

43En Italie, ces retards successifs impatientent. Des troubles éclatent à Pérouse, à Bologne dans l’hiver 1375-1376 et en 1377 ; Florence est frappée d’interdit au printemps 1376. C’est pour obtenir la levée des sanctions que Catherine de Sienne vient implorer le pape dans l’été 1376. Ce lui fut aussi l’occasion de presser le pape de regagner Rome. La position de Catherine est bien connue. L’influence qu’elle put exercer sur Grégoire XI reste discutée37.

  • 38 C’est l’année de son retour (1377) que fut érigé le campanile de Sainte Marie Majeure, le plus haut (...)
  • 39 Toutefois Avignon gardera pendant un certain temps une partie des services et de l’administration p (...)

44Toujours est-il que le 13 septembre 1376 le pape quittait Avignon. Le 17 janvier suivant il entrait à Rome où il mourut le 26 mars 137838. L’époque avignonnaise prenait fin39.

IV. Rome ou Avignon

45Nous avons, peut-être trop longuement, suivi les étapes historiques de cette absence de plus d’un demi-siècle. Mais telle était la condition nécessaire pour aborder la question institutionnelle, qu’elle pose au canoniste. Quelle portée institutionnelle, peut-être ecclésiologique – mais ce n’est pas là notre domaine – présente la « papauté avignonnaise » ?

46Éliminons les aspects conjoncturels : l’insécurité italienne, les pressions françaises, l’attachement des papes à une région proche de leur lieu d’origine. N’oublions pas que ni les princes séculiers, ni les papes ne sont prisonniers d’une « capitale », comme ils le deviendront à l’époque moderne. Mais que fut Avignon et que devint Rome ?

  • 40 B. Guillemain, op. cit., p. 74.

47Malgré les absences plus ou moins longues, plus ou moins lointaines des papes, Rome était reconnue comme la métropole de la Chrétienté. « Capitale spirituelle » a-t-on dit, en faisant observer que, pas plus que les princes, la papauté des xiie-xiiie siècles n’avait eu une capitale administrative, avec des services installés à demeure. La cour pontificale avait gardé un caractère « patriarcal ». C’est à Avignon, avec Jean XXII, que se fera l’installation matérielle d’une administration stable40.

48Mais le centre religieux reste Rome. Avignon n’a pas de reliques. Elle n’a ni les reliques de la Sainte Croix ni la couronne d’épines, ni la Sancta sanctorum, ni surtout la tombe de Pierre. Si justiciables, quémandeurs, marchands et hommes d’affaires (negociatores) se pressent à Avignon, on n’y voit pas de pèlerins. Le jubilé de 1350 aura lieu à Rome, malgré l’absence du pape.

  • 41 Expression de B. Guillemain, op. cit., p. 498.
  • 42 Cité par B. Guillemain, op. cit., p. 93.

49Dissociation de la « capitale spirituelle » et d’une « métropole cléricale de l’Occident »41 ? Peut-être. L’administration pontificale et son chef sont en France, mais les attaches religieuses restent à Rome. Aux yeux des contemporains la résidence est secondaire. À un Romain de Rome qui après la mort de Grégoire XI réclamait un pape romain, le cardinal Bertrand Lagier, évêque de Glandèves (Alpes-Maritimes), répondait en mai 1378 « Le pape romain est pape de la Terre entière ; le monde lui tient lieu de diocèse ; il peut demeurer là où il veut, ce n’est pas pour cela qu’il cesse d’être le pape romain »42. Déjà dans le De recuperatione Terrae Sanctae (v. 1305-1307), Pierre Dubois, invitant le pape à se décharger sur un prince puissant des affaires temporelles, le voyait indifféremment en France ou en Italie, attaché seulement à la direction spirituelle de la Chrétienté. Indifférence à la résidence, car celle-ci ne met en cause ni les titres du pape ni les mérites de Rome.

  • 43 Sertorius, Acte III, sc. 2.

50Les papes d’Avignon auraient pu dire avec le Sertorius qu’imaginera Corneille43 :

« Je n’appelle plus Rome un enclos de murailles
[…]
Et comme autour de moi j’ai tous ses vrais appuis
Rome n’est plus dans Rome ; elle est toute où je suis ».

*
* *

  • 44 Sur les significations multiples et par conséquent les équivoques de l’expression « “Église romaine (...)

51Nous disions, en débutant, que les canonistes et des théologiens des premières années de la papauté avignonnaise affirmaient que « là où était le pape, là était l’Église romaine ». L’expression doit être bien comprise. Le pape est le chef de cette Église et dans une certaine mesure il l’incarne44. Mais Rome reste à Rome. Lorsque le cardinal Lemoine écrit ubi papa, ibi Roma, il sacrifie l’exactitude au goût de la formule. Les papes d’Avignon, avec plus ou moins de conviction, ont, à de multiples reprises, dit leur intention de rejoindre Rome. S’ils ont organisé un gouvernement et une administration pontificale sur les bords du Rhône, la barque de Saint Pierre, quoiqu’en dise Mistral, demeurait sur les rives du Tibre.

Notes

1 Fr. Cantelar Rodriquez, « Bernardo Raimundo y Gencelino de Cassanes », Zeitschrift der Savigny-Stiftung, Kanonistiche Abteilung 67, 1981, p. 248-263. Sur les origines de l’adage, formulé pour la première fois par Hostiensis, qui modifiait quelque peu les expressions d’Innocent IV, cf. M. Maccarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », Aus Kirche und Reich, Fest. für Fr. Kempf, Sigmaringen, 1983, p. 371-382 et déjà E.H. Kantorowicz, The King’s two Bodies…, Princeton, 1957, p. 204-205.

2 N. Jung, Un franciscain théologien du Pouvoir pontifical au xive siècle, Alvaro Pelayo, évêque et Pénitencier de Jean XXII, Paris, 1931. Alors que Jean Lemoine utilisait l’adage pour justifier la règle posée par la Constitution Ubi periculum, prescrivant de procéder à l’élection d’un nouveau pape au lieu où était mort son prédécesseur, Alvarez Pelayo l’invoque pour déclarer hérétique l’empereur Louis de Bavière qui, en 1328, avait fait déposer le pape, motif pris de ce qu’il ne devait pas abandonner son siège romain. L’adage est donc invoqué ici dans le cadre qui nous intéresse, celui de la « Papauté d’Avignon ».

3 H. Jedin, Die mittelalterliche Kirche, Das Spätmittelalter, Freiburg, 1968 (trad. ital. Tra Medioevo e Rinascimento, V, 2, Milano, 1977).

4 Geschichte der Päpste seit dem Ausgang bis Mittelalter, t. I, Freiburg, 1986, p. 74.

5 G. Mollat, Les papes d’Avignon, 10e éd., Paris, 1965, p. 22 e passim.

6 L. Gayet, Le grand schisme d’Occident, Paris, 1889, p. 3.

7 G. Mollat, op. cit., p. 11.

8 E. Jordan, L’Allemagne et l’Italie au xiie et xiiie siècle, dans Glotz, Histoire générale, Moyen Âge, t. IV, 1, Paris, 1939, p. 172.

9 Il n’est pas question ici de revenir sur l’histoire de la papauté à Avignon. Les études générales et particulières sont légions. Parmi les maîtres livres (où l’on trouvera d’amples bibliographies) on rappellera seulement ceux de Mgr. G. Mollat, cité supra et la Thèse de B. Guillemain, La Cour pontificale d’Avignon (1309-1376), Bibl. Ec. fr. d’Athènes et de Rome, fasc. 201, Paris, 1962. Notre propos est de tenter d’expliquer la papauté romaine hors de Rome.

10 Urbain II, 1088-1099.

11 Y. Dossat, « Gui Foucois, enquêteur, réformateur, archevêque et pape », Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), Cahiers de Fanjeaux, no 7, Toulouse, 1972, p. 23-57.

12 E. Jordan, op. cit., p. 345.

13 Cf. Registres de Clément V (édit. des Bénédictins, Rome, 8 vol., I, 1884-1892), no 2257 ; 2272 ; 5056.

14 Au printemps de 1307 et dans l’été 1308, à propos de l’action contre la mémoire de Boniface VIII et de l’affaire des Templiers (massivement arrêtés le 13 octobre 1307).

15 Registres, no 3592 et 4302.

16 Où le pape s’installe dans le couvent des Dominicains.

17 Séjour à Vienne de septembre 1311 au 11 mai 1312 ; hiver 1312-1313 à Avignon.

18 Au Groseau, près du Ventoux, où Clément V passera près de cinq mois de l’été 1312 ; puis trois mois et demi l’année suivante.

19 Mais il trouvera sa sépulture à Uzeste, dans la seigneurie paternelle.

20 Il comprend mal le français.

21 B. Guillemain, op. cit., p. 501-508.

22 Lettres secrètes et curiales relatives à la France, éd. A. Coulon et S. Clemencet, t. I (Bibl. des Ec. fr. d’Athènes et de Rome), Paris, 1900, col. 573.

23 B. Guillemain, op. cit., p. 508.

24 Des listes de 1358 et 1360 dénombrent 1 062 « citoyens » ce qui représenterait « en tout 4 000 à 5 000 âmes jouissant des droits civiques », ibid, p. 632-635.

25 Les « courtisans » établis à demeure et ayant une profession à Avignon pouvaient se faire recevoir parmi les « citoyens » (cf. ibid., p. 648 la lettre du cardinal Jean de Blauzac du 23 septembre 1364 au viguier d’Avignon).

26 Ibid., p. 512-513.

27 B. Guillemain, op. cit., p. 441-496, p. 561-573.

28 Sur ces services, G. Mollat, op. cit., p. 471-496.

29 B. Guillemain, op. cit., p. 449-481.

30 VI, 76-78 – terminé avant 1314.

31 I.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, vol. XXV, col. 127s.

32 D. Waley, « Lo stato papale nel tredicesimo secolo », Rivista storica italiana 73, 1961, p. 429-472.

33 B. Guillemain, op. cit., p. 653.

34 Albornoz était mort quelques semaines auparavant (le 17 août 1367).

35 Couronnement de l’impératrice, canonisations, abjuration de Jean V Paléologue, le basileus de Constantinople.

36 E. Baluze et G. Mollat, Vitae paparum avinionensium (4 vol., Paris, 1916-1922), IV, p. 136.

37 Elle ne semblait pas décisive à Mgr. G. Mollat (op. cit., p. 277).

38 C’est l’année de son retour (1377) que fut érigé le campanile de Sainte Marie Majeure, le plus haut de Rome.

39 Toutefois Avignon gardera pendant un certain temps une partie des services et de l’administration pontificale. Un dénombrement de 1378 relève encore 2 359 « cortesiani » de la curie, à Avignon, pour la plupart des gens de métier ; au total quelque 15 000 à 20 000 personnes qui vivaient dans la mouvance pontificale (B. Guillemain op. cit., p. 654-659).

40 B. Guillemain, op. cit., p. 74.

41 Expression de B. Guillemain, op. cit., p. 498.

42 Cité par B. Guillemain, op. cit., p. 93.

43 Sertorius, Acte III, sc. 2.

44 Sur les significations multiples et par conséquent les équivoques de l’expression « “Église romaine », cf. Y.M. Congar, « Ecclesia romana », Cristianesimo nella storia 5, 1984, p. 225-244.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search