Version classiqueVersion mobile

Formation du droit canonique et gouvernement de l’Église de l’Antiquité à l’âge classique

 | 
Jean Gaudemet

Deuxième partie. Gouvernement de l'église

13. La primauté pontificale dans les collections canoniques grégoriennes

Texte intégral

  • 1 Article paru dans les Mélanges en hommage à Luigi Prosdocimi.

1I. Aux dernières décennies du xiie siècle, la papauté brille d’un éclat singulier. Elle domine et dirige cette Societas christiana, objet d’études savantes du Maitre auquel ces pages apportent leur témoignage d’admiration et d’amitié1.

  • 1 Sauf de rares exceptions, comme celle de Gerbert d’Aurillac, le pape Silvestre II (999-1003).

2Pendant des années sombres, médiocres, difficiles, le Siège Romain, livré aux luttes des factions avait été occupé par des prélats sans grands mérites, parfois indignes de leur fonction1. Les choses changent au milieu du xie siècle. Le pontificat de Grégoire VII (1073-1085) domine une période à laquelle les historiens ont donné son nom, mais qui, commencée avec le pape d’Egisheim-Dabo, Léon IX (1049-1054), se prolonge avec Urbain II, Pascal II et d’autres grands pontifes, jusqu’aux années d’Alexandre III (1159-1181) et d’Innocent III (1198-1216).

3Ces pontifes savent qu’il leur appartient d’assurer la sollicitudo omnium ecclesiarum, pour reprendre l’expression qui, depuis Léon le Grand, définit leur mission. Le terme ne doit pas être entendu dans un sens étroit. Sans doute s’applique-t-il par priorité aux églises particulières, à leurs pasteurs, leurs ministres, leurs biens, ainsi qu’au vaste monde des religieux.

  • 2 Voir, par exemple, sur l’un d’eux, la récente étude de F. Foggi, « Arimanno da Brescia, legato pont (...)

4Mais la sollicitude pontificale s’étend à tout le peuple fidèle. Par des décrétales, sans cesse plus nombreuses et plus affinées, par les légats2 qui, à travers la Chrétienté, rappellent la loi, enquêtent sur les pratiques, frappent les contrevenants, la Papauté atteint chacun des membres de l’Église. Dépassant le seul domaine des obligations religieuses, elle édicte les règles d’une morale familiale, les devoirs de chaque état, les préceptes d’un bon usage des biens. Mater et magistra, elle étend son pouvoir sur les rois et les princes. La lutte du Sacerdoce et de l’Empire, la Querelle des Investitures ont montré jusqu’où pouvaient aller les prétentions rivales. Henri IV en a fait l’expérience, en attendant Frédéric II.

5Tandis que la fermeté des pontifes, les leçons des décrétales, l’ardeur des légats manifestent l’autorité et le prestige de Rome, les juristes, à leur façon, servent, eux aussi, la politique romaine. C’est aux doctrines développées par quelques-uns d’entre eux que nous nous attacherons.

6Dans les trente dernières années du xie siècle sont compilées, le plus souvent en Italie, et fréquemment dans l’ambiance romaine, des Collections, que l’ont dit « grégoriennes ». Elles font une ample moisson de textes qui, au cours des âges, avaient mis l’accent sur les prérogatives du Siège-Apostolique, sur la Primauté romaine, ses fondements scripturaires, ses attributs majeurs. Parfois disséminés au travers d’une collection, ces textes figurent le plus souvent dans un Titre initial, dont l’intitulé, De primatu Romanae ecclesiae ne laisse aucun doute sur leur intention.

  • 3 P. Fournier et G. Le Bras, Histoire des collections canoniques en Occident I, p. 235-243.
  • 4 Ibid, p. 387-390 ; 405-412 ; 433 sq.

7Cette insistance sur la Primauté, particulièrement accusée dans les « Collections grégoriennes », n’est pas une absolue nouveauté. On n’en veut pour exemple que le précédent de la Collectio Anselmo dedicata. Dédiée sans doute à l’archevêque de Milan Anselme (882-896), cette collection avait consacré le premier de ses douze livres à la Primauté romaine et aux degrés supérieurs de la hiérarchie ecclésiastique3. Nombre des textes qu’elle avait recueillis à cette occasion se retrouvent dans les Collections grégoriennes. Mais ce modèle ne fut guère suivi. La grande collection, qui ouvre le xie siècle, celle de Burchard, l’évêque de Worms, traite bien au début de son Livre Ier « de la Primauté Romaine » ; mais elle ne lui consacre que trois canons. Alors que l’Anselmo dedicata, d’inspiration romaine, donnait à la Primauté une large place, l’évêque de Worms, sans méconnaître les droits du Siège-Apostolique, n’en fait pas l’objet principal de sa réflexion4.

  • 5 On n’en donnera comme exemple que le chapitre consacré aux « Collections grégoriennes », dans la cl (...)

8L’importance des collections grégoriennes pour l’histoire de la Primauté a été soulignée depuis longtemps5. Sans revenir sur un courant de pensée, bien connu dans ses lignes maîtresses, on se propose de dresser ici une sorte d’inventaire des matériaux qu’il a utilisé. Quels sont ces textes sur la Primauté ? Où furent-ils pris et quels en étaient les auteurs ? Que disent-ils et quelle image souhaitent-ils donner de la papauté alors triomphante ? Telles sont les questions auxquelles on voudrait apporter une réponse.

9II. Pour être exhaustive, une telle enquête devrait porter sur dix à vingt collections, dont la plupart sont restées manuscrites et sont parfois d’accès difficile. Nous n’avons retenu que huit collections, composées dans les années 1050-1095, toutes italiennes, très marquées par la Réforme et répondant souvent aux vœux de Grégoire VII. Toutes ont été éditées ou, pour le moins, minutieusement décrites.

  • 6 Éd. Jean Bernhard, d’après le ms. Vat. 3832, dans la Revue de droit canonique, 1962.
  • 7 Éd. J. Motta, dans les Monumenta iuris canonici, Series B, vol. 7, Città del Vaticano, 1988.
  • 8 Éd. J.T. Gilchrist, Ibid, vol. 1, 1978.
  • 9 G. Fransen, « Autour de la Collection en 74 Titres », Revue de Droit Canonique (= RDC), 1975, p. 62 (...)
  • 10 Il s’agirait d’une édition des 74 Titres revue par un canoniste français, selon P. Fournier (Hist. (...)
  • 11 Éd. F. Thaner, Innsbruck, 1906-1915, rééd. Aalen, 1965. Les insuffisances de cette édition sont dén (...)
  • 12 Éd. V. Wolf von Glanvell, Paderborn, 1905, rééd. Aalen, 1967.

10Ce sont la Collection en II Livres6, composée vers 1053 selon son éditeur J. Bernhard, mais peut-être postérieure à 1075 (selon l’opinion de Gilchrist) ; la Collection en CLXXXIII Titres7, postérieure à 1063 et antérieure aux années 1080-1085 ; la Collection en LXXIV Titres8 et son « Abrégé de Florence »9 ; la Collection en IV Livres, dont la date et les relations avec la Collection en LXXIV Titres restent incertaines10 ; la Collectio canonum d’Anselme de Lucques11 vers 1083 ; celle du cardinal Deusdedit12 vers 1083-1087.

  • 13 P. Fournier, Histoire des Coll. II, p. 148.
  • 14 Sur cette œuvre, P. Fournier, « Les sources canoniques du “Liber de vita christiana” », B.E. Ch. 19 (...)

11On a pu qualifier Bonizo de Sutri, l’auteur du Liber de vita christiana, de « grégorien fougueux »13. Composé sans doute entre 1089 et 1095, le Liber se présente sous une forme originale. Il juxtapose collection d’auctoritates et développements personnels. Adoptant un plan méthodique, l’œuvre regroupe les textes relatifs à la papauté au L. IV, c. 47 à 97a. Presque tous figuraient déjà dans les collections grégoriennes antérieures, auxquelles Bonizo a peut-être emprunté. Mais c’est directement aux Faux-Isidoriens, dont il suit scrupuleusement l’ordre, qu’il fait appel pour sa longue série de fausses-décrétales du c. 48 au c. 7514.

  • 15 ZSS. K.A., LXVII, 1981, p. 75-120.
  • 16 Fournier-Le Bras, Collections…, II, p. 240-247 et G. Fransen, RDC, 1975, p. 62.
  • 17 Op. cit., p. 246.
  • 18 Fournier-Le Bras, Collections…, II, p. 247-250 et G. Fransen, RDC, 1975, p. 62.
  • 19 Fournier-Le Bras, Collections…, II, p. 167-169.

12Nous n’avons pas retenu la Collectio Veronensis, composée au milieu du xie siècle et largement tributaire du Pseudo-Isidore (138 textes sur 247). Cette collection, décrite par P. Landau15, donne ses textes sans les répartir en Livres ou en Titres et sans grand ordre, ce qui ne permet guère d’en discerner l’orientation maîtresse. De même n’avons nous pas retenu des collections « grégoriennes », comme la Tarraconensis16, très favorable à la Primauté, dont l’origine poitevine, proposée par P. Fournier17 a été remise en question ; ni la « Collection de Bordeaux »18, qui emprunte aux 74 Titres, bien que son origine ne soit pas italienne. Plus tardive (après mai 1100) la « Collection d’Assise » consacre aussi son Livre Ier à la Primauté19. Largement tributaire des collections en II Livres et en 74 Titres, elle est pour nous d’un moindre intérêt. On pourrait allonger cette énumération de nos « omissions ».

13Les collections retenues, qui comptent parmi les plus riches et qui, pour certaines, ont connu une large diffusion, suffiront à notre propos.

  • 20 C. 4-9 ; 11-14 ; 16-18 ; 25 ; 29-32 ; 36-37 ; 39 ; 49 ; 53 ; 59 ; 79-81. La majorité de ces textes (...)

14III. Déjà dans leur plan s’affirme le souci de mettre l’accent sur la Primauté. La Collection en II Livres s’ouvre avec 98 canons relatifs à l’autorité du Siège Romain. La capitulatio intitule les trois premiers De Primatu Romanae Ecclesiae. Les canons suivants en explicitent les manifestations majeures : juridiction suprême, appel au Siège-Apostolique, autorité sur les évêques et les conciles, impossibilité de juger le pape, etc. La Collection en 183 Titres, après un Titre Ier, consacré à la foi trinitaire, consacre son Titre II à la Primauté : De Primatu Romanae Ecclesiae et quod nunquam erravit et quod ab illa non sit deviandum. Quatorze de ses vingt canons sont consacrés à la Primauté. La Collection en 74 Titres s’ouvre par un Titre De Primatu Romanae Ecclesiae (20 c.) et le Titre II (c. 21-23) concerne le même sujet. Même plan dans l’Abrégé de cette collection dit « de Florence ». Les neuf canons du Titre I, De Primatu Romanae Ecclesiae, reprennent des canons du T. I des 74 Titres. C’est également à la Primauté romaine que sont consacrés les deux premiers titres de la Collection en IV Livres (23 canons). Avec les collections d’Anselme et de Deusdedit l’éclat donné à la Primauté atteint son apogée. Le Livre I d’Anselme, De potestate et primatu Apostolicae Sedis, ne compte pas moins de 89 canons. Sous l’intitulé De libertate appellationis, le Livre II consacre 27 de ses 82 canons à mettre en évidence la primauté20. Ainsi quelques 115 canons s’emploient à magnifier le Siège romain.

  • 21 Wolf von Glanvell, p. 6-10.

15La Collection de Deusdedit est construite sur un tout autre plan. Ses 1 216 canons sont répartis en quatre Livres. Le premier (327 c.) n’a pas d’intitulé. Le second (163 c.) est intitulé de romano clero ; le troisième (289 c.) de rebus ecclesiasticis ; le quatrième de libertate Ecclesiae et rerum eius et cleri (437 c.). Le classement des textes dans ces ensembles trop vastes est beaucoup moins rigoureux que dans les collections précédentes. Mais, en fait, le cardinal romain se proposait de montrer à travers toute sa compilation et pour toute question, la place éminente du Siège-Apostolique. L’autorité romaine, la Primauté sont partout présentes. La capitulatio du Livre I21 s’ouvre par une longue série d’affirmations relatives à la Primauté, avec renvoi aux canons qui les établissent. On pourrait presque dire que l’absence d’un Titre De Primatu Romanae Ecclesiae ne fait que laisser le champ plus libre à la démonstration de cette Primauté.

16Le Liber de vita christiana, par son objet même, se prêtait moins bien à faire du Siège Romain son morceau d’ouverture. Très logiquement le Livre I est consacré au Baptême. Cette « porte d’entrée » dans l’Église est en effet l’introduction à « la vie chrétienne ». Les Livres II et III se tournent vers la hiérarchie locale (évêques et métropolitains).

17La papauté n’apparaît qu’au Livre IV. En 50 canons (IV, 47 à 97) Bonizo réunit un ensemble impressionnant (mais nullement novateur) de textes qui sont autant d’affirmations de son rôle éminent : autorité sur les évêques, juridiction suprême ; contrôle des assemblées conciliaires ; pouvoir législatif incontestable ; unité de l’Église autour du pape figurent parmi les thèmes le plus souvent rappelés.

18On ne saurait s’en tenir à ce regard circulaire jeté sur quelques collections grégoriennes. Il est nécessaire de pénétrer plus avant dans ces œuvres pour interroger leurs canons, en rechercher l’origine, suivre leur reprise d’une collection à l’autre.

19IV. Et tout d’abord d’où viennent ces textes ; quelle est leur origine ? Par « origine » nous entendons l’auteur, réel ou supposé, du texte et non la collection dans laquelle les textes ont été puisés. Il est en effet souvent impossible de déterminer quelle collection fut utilisée. Pour notre propos, il est d’ailleurs plus important de noter la reprise des mêmes textes que de construire d’aléatoires filiations.

20Précisons aussi que, si notre relevé est suffisamment riche pour être instructif, il ne prétend nullement être exhaustif.

21a) Les décrétales occupent parmi ces sources de loin la première place et, les Fausses-Décrétales, qui avaient fortement mis l’accent sur l’autorité du Saint-Siège y viennent au premier rang.

22Aux fausses décrétales des premiers papes, toutes composées au milieu du ixe siècle dans l’atelier isidorien, et qui constituent la première Partie de la Collection des Fausses-Décrétales (de Clément à Melchiade), soixante-quatre textes ont été repris. Ils cheminent dans les huit collections que nous avons retenues, la grande majorité d’entre eux se retrouvant dans plusieurs collections. Il faut y ajouter soixante-douze autres textes provenant de décrétales de Marc à Grégoire le Grand, qui figuraient dans la troisième Partie des Fausses-Décrétales, après la série des canons conciliaires.

23Si les faux isidoriens tiennent ici encore une certaine place, on trouve aussi des textes authentiques, de Sirice, Innocent Ier, Léon le Grand, Hilaire, Gélase, Grégoire le Grand. À quoi, il faut ajouter treize textes pontificaux (souvent d’authenticité douteuse) que les collections grégoriennes ont trouvé ailleurs que dans les Fausses-Décrétales. Soit au total 149 textes « pontificaux ». Parmi eux la moitié environ sont des faux (isidoriens ou d’autre origine). Il y faut encore ajouter quelques autres faux célèbres.

  • 22 Hinschius, Decretales-Pseudo-isidorianae, (cité H), p. 252 sq. = Anselme, IV, 33 ; Deusdedit, IV, 1
  • 23 H. 449 = Deusdedit, I, 89 ; Bonizo, IV, 68.
  • 24 H. 451 = Anselme, I, 59 ; Deusdedit, I, 8. H. 479 = Anselme, II, 50 ; Deusdedit, I, 22. H. 480-481 (...)
  • 25 Le texte sera repris au Décret d’Yves, V, 23.
  • 26 Cf. Dictatus papae 18 et 19.
  • 27 74 Titres, I, 8 ; Abrégé de Florence, I, 5 ; II Livres, I, 29 ; Anselme, I, 19 et IV, 40 ; Deusdedi (...)
  • 28 H. 19 : Anselmo dedicata, I, 9 et 62.

24Parmi les apocryphes, on relève, en effet, un long passage de la « Donation de Constantin »22, une phrase des Gesta Silvestri23, quatre fragments des pseudo-lettres d’Athanase, patriarche d’Alexandrie, aux papes Marc et Félix24 ; ou encore un long texte, d’origine inconnue, que Deusdedit (I, 306) dit avoir été pris ex gestis sancti Bonifatii25. On trouve dans ce texte deux affirmations grégoriennes bien connues : le pape est juge de tous et ne peut être jugé par personne26. Même doctrine dans un faux attribué au pape Silvestre27. Enfin, c’est encore un faux, qu’avait recueilli l’Anselmo dedicata dans la Préface d’Isidorus Mercator28, en empruntant son ch. 8. Ce texte dont les Fausses-Décrétales reproduisent en plusieurs passages la doctrine, réserve au Siège Apostolique le droit de réunir (congregatio) des synodes et cela à peine de nullité de leurs délibérations.

25b) La modestie des recours aux conciles contraste avec l’abondance des citations de textes mis sous l’autorité de papes. La seconde partie des Fausses-Décrétales, qui avait repris la série conciliaire de l’Hispana, offrait cependant un abondant dossier. Il est vrai que les textes sur l’autorité romaine y sont moins nombreux que dans les décrétales (et surtout dans les fausses-décrétales). Mais peut-être faut-il voir dans cette préférence donnée aux décrétales sur les canons conciliaires une sorte de témoignage en faveur de l’autorité du Pontife romain.

  • 29 Sur ce texte, cf. Ch. Pietri, Roma christiana I, p. 302-310.
  • 30 H. 258-259, cf. Maassen, Geschichte der Quellen… I, Graz, 1870, p. 23-25.
  • 31 H. 83.
  • 32 Cf. Anselmo dedicata, I, 117.
  • 33 Anselme, I, 58 ; cf. F. Maassen, Quellen, § 538.

26Le célèbre c. 6 du concile de Nicée I (325) sur l’ἐξουσία des Grands Sièges29 ouvre la collection de Deusdedit (I, 1) sous ses deux formes. Si la seconde, qui est celle de l’Hispana reprise par les Fausses-Décrétales30, reste prudente sur les rapports des Patriarcats d’Orient, la première (Versio prisca), très proche de la 3e lettre du Pseudo-Anaclet31 affirme sans réserve la Primauté romaine : urbis Romae episcopus habeat principatum32. Anselme de Lucques, qui n’a pas repris ce canon, cite une fausse lettre d’Osius et des Pères de Nicée demandant au pape Silvestre de « confirmer » sicut decet les décisions prises au concile33.

  • 34 C. 3 = Anselmo dedicata, I, 40 ; c. 4 = Anselmo dedicata, I, 41 et Anselme, II, 75.
  • 35 C. 5 = Anselmo dedicata, I, 44 ; Deusdedit, I, 27 ; repris par Yves (Décret, V, 27) et Gratien (C. (...)
  • 36 E. Schwartz, Acta concil. Oecum. II, vol. III, Pars I, p. 40.
  • 37 MGH. AA. XIII, p. 403.
  • 38 H. 658.

27Trois canons ont été empruntés au concile de Sardique (343) à propos des appels au pape34 et du jugement des évêques35. Un fragment du procès-verbal de la première session du concile de Chalcédoine (8 octobre 451)36 figure dans la Collection en II Livres (I, 51). Rome y est qualifiée caput omnium ecclesiarum et il est rappelé que nec… synodum ausus est facere sine auctoritate Sedis Apostolicae. La même collection (I, 47), après Burchard (I, 223), suivie par Anselme (VI, 1), Deusdedit (I, 131) et Bonizo (IV, 88), en attendant les Décrets d’Yves (V, 336) et de Gratien (D. 79, c. 2) reproduit le c. 2 du concile de Rome sous Symmaque (1er mars 499)37. Ce texte, que les Fausses-Décrétales citaient d’après la Dionysiana38 menace d’excommunication le clerc qui, du vivant du pape et à son insu, chercherait à lui donner un successeur. Les difficultés que connaissait alors la confirmation du pontificat de Symmaque, menacé par l’anti-pape Laurent (498-505), suffiraient à expliquer cette prudente mesure.

  • 39 Éd. F. Volgel, MGH. AA. VII, et CSEL 6.
  • 40 Voir infra.
  • 41 H. 671 = II Livres, I, 43 ; Anselme, II, 25 et 57.
  • 42 H. 672 = II Livres, I, 31 et 50 ; 74 Titres, I, 11 ; IV Livres, I, 11 ; Anselme, I, 24 ; Deusdedit, (...)

28Le Libellus apologeticus pro synodo d’Ennodius39, pour le synode de Rome de 501, a fourni aux Grégoriens au moins trois passages. Le premier évoque la succession de Pierre40, le second l’appel au pape41. Un troisième envisage la juridiction pontificale et spécifie que le pape ne peut être jugé par personne42.

  • 43 Thiel, Ep. Rom. Pont. I, p. 688.

29Un texte, qui provient du concile de Rome tenu sous Symmaque, le 6 novembre 50243, est repris par Anselme (I, 50), qui l’attribue à Gélase. Il s’agit d’une très ferme affirmation de la Primauté, justifiée par « les mérites de Pierre ». Le concile rappelle à ce propos la coutume selon laquelle il revient au pape de « donner force aux statuts synodaux ».

  • 44 Anselme, VI, 150 ; Deusdedit I, 146. Les deux collections mettent ce texte sous l’autorité du pape (...)
  • 45 Mansi, XII, col. 382.
  • 46 Mansi, XVII, 337 = Burchard, I, 25 ; Anselme, VI, 80, qui attribue la mesure à Damase ; Deusdedit, (...)
  • 47 Bonizo, IV, 95.
  • 48 Anselme, VI, 15 ; Deusdedit, I, 168 ; Bonizo, IV, 87.
  • 49 Seul Deusdedit en fait un canon distinct (I, 169). Anselme et Bonizo le joignent au canon précédent (...)

30On trouve enfin des citations de conciles moins anciens. Le c. 4 du concile de Rome de 74344, relatif à la visite ad limina45 : les c. 1 et 2 du concile de Ravenne de 877, concernant l’obligation pour les métropolitains d’aller recevoir le pallium46 ; le c. 21 du concile de Constantinople de 869-870 se prononçant contre Photius et Dioscore, qui s’étaient insurgés contre l’autorité du Pontife romain47. Enfin deux textes concernent l’élection pontificale. Il s’agit de la grande réforme opérée par Nicolas II. Ce sont les c. 1 et 2 du concile du Latran du 13 avril 105948 et le c. 4 du concile romain d’avril 106049.

  • 50 Homélie 72, PL 57, col. 404-405.
  • 51 Le Décret de Gratien (C. 2, q. 7, c. 37) garde cette attribution erronée.
  • 52 Edit. J. Labourt, Coll. des Univ. de France, I, 45-47, dans Anselme, I, 64 et Deusdedit, I, 301 (qu (...)
  • 53 CSEL, 3, p. 212-214.
  • 54 Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 18 pr.
  • 55 Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 18 1.
  • 56 Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 19 pr.

31c) Si l’on ne peut dénombrer que 16 textes d’origine conciliaire, on tombe encore plus bas (12 textes) avec les auteurs ecclésiastiques : deux passages de l’Expositio Evangelii secundum Lucam d’Ambroise, dans la Collectio canonum d’Anselme (I, 37 et 51), qui évoquent la nef de saint Pierre se jouant des tempêtes et l’ouverture des portes célestes par le porteur des clefs. Un autre texte, attribué par certaines collections à Ambroise, est en fait composé de fragments d’Augustin et de Maxime de Turin50. Il se trouve dans les II Livres (I, 38), les 74 Titres (II, 23), qui tous deux l’attribuent à Maxime ; les IV Livres (II, 23), Anselme (I, 69), Deusdedit (I, 288), Bonizo (IV, 89), qui l’attribuent à Ambroise51. On relève quatre textes augustiniens (Deusdedit I 292-295) ; un seul de Jérôme ; demandant au pape de lui dire la vraie doctrine sur les trois personnes de la Trinité (Ep. 15 ad Damasum 1-2)52. Le Liber de catholicae Ecclesiae unitate de Cyprien53 a fourni trois fragments ; c. 4 et 5 dans les 74 Titres, I, 18 ; les IV Livres, I, 18 ; Anselme, I, 10 ; Deusdedit, I, 277 ; Bonizo, IV, 8554 ; les c. 5 et 6 dans 74 Titres, I, 19 ; les IV Livres, I, 19 ; Anselme, V, 1 ; Deusdedit, I, 27855 ; le c. 6 dans les 74 Titres, I, 20 ; les IV Livres, I, 21 ; Anselme, V, 2 ; Deusdedit, I, 27956.

  • 57 Homélie 16, PL 94, col. 222-223… Le texte a été utilisé également par les Décrets d’Yves (V, 25) et (...)

32Un passage d’une homélie de Bède57, reconnaissant que Pierre a reçu d’une façon spéciale les clefs du Royaume des cieux et le iudicii principatum, figure dans la Collection de Deusdedit, I, 305.

  • 58 PL 145, col. 91-92.

33Beaucoup plus récent est un passage du rapport envoyé à Hildebrand par Pierre Damien, à propos des incidents de Milan58. Attribué à Nicolaus Iunior, ce texte insiste sur la prééminence de Rome à l’égard de toutes les Églises. Il est repris par Anselme (I, 63), Deusdedit (I, 167), Bonizo (IV, 82).

34d) On sait que « les Grégoriens » se montrèrent réservés dans leur utilisation des textes de la Rome antique. Se prévaloir de constitutions d’empereurs qui, depuis Constantin, avaient apporté à l’Église leur appui (non sans parfois se laisser aller à quelques abus), risquait de servir les prétentions des empereurs germaniques qui se prétendaient les successeurs de ceux de Rome. Soucieuse d’échapper à leur tutelle, la papauté se devait d’être prudente dans son recours au droit romain. Néanmoins les collections que nous analysons ne l’ont pas ignoré. Elles lui font une place modeste, mais ne refusent pas ses témoignages en faveur de l’autorité pontificale.

35C’est d’abord la fameuse constitution Cunctos populos (CJ. 1, 1, 1), qui obligeait tous les peuples de l’Empire à observer « la religion que le divin Apôtre Pierre a transmise aux Romains et que suivent le Pontife Damase et Pierre, l’évêque d’Alexandrie ». Anselme (II, 2) et Deusdedit (I, 312) l’ont insérée dans leurs collections. Anselme la fait suivre (II, 3) par la constitution de Valens (CJ. 1, 4, 2) concernant les procès des clercs et condamnant les appels dilatoires.

  • 59 Sur cette affaire, J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain, p. 401-402.
  • 60 CJ. 1, 1, 8 pr et §§ 1, 2, 5, 7-11, 12.
  • 61 Nov. 47, 3 et épilogue ; Nov. 131, 2-4.

36Mais c’est Deusdedit qui fait la plus large place aux constitutions impériales. Il insère vers la fin du son Livre I (c. 311-317) un petit dossier de constitutions. On y trouve (en dehors de la Constitution de Théodose II citée ci-dessus) le rescrit de Valentinien III à Aetius (17 novembre 445), qui, à propos de l’affaire d’Hilaire d’Arles59 affirme nettement la Primauté romaine (I, 311). Les c. 313 à 317 utilisent aux mêmes fins des constitutions du Code60 et des Novelles de Justinien61. Il faut ajouter à ce dossier un fragment de la lettre de Valentinien III à Théodose II, en février 450, après « le brigandage d’Éphèse », qui reconnaît à l’évêque de Rome le principatum super omnes. Le passage est repris par Deusdedit (IV, 3) et par Bonizo (IV, 97).

  • 62 MGH, Cap., I, 353 sq.
  • 63 E. Amann, « L’époque carolingienne », in Histoire de l’Église, dirigée par A. Fliche et V. Martin, (...)

37Autre disposition impériale, mais qui se situe à une tout autre époque et qui sert le Siège Romain sans donner prise à des arguments spécieux, le Privilège de Louis le Pieux de 817, concédant les regalia à Pascal Ier (817 824)62. Énumérant les territoires qui appartiennent au pape, ce document constitue « le premier instrument diplomatique conservé aux archives romaines relatif à l’État Pontifical »63. Il est reproduit par les grands canonistes de la curie, que furent Anselme (IV, 34) Deusdedit (III, 280) et Bonizo (IV, 97a).

  • 64 Nous laissons de côté cinq textes recueillis par Bonizo (IV, 90 à 94) sur les droits du Siège Apost (...)

38e) Il faut encore citer64 la place de choix faite à un passage du Deutéronome (17, 8-13), prescrivant de soumettre les litiges aux « prêtres-lévites ». Ce texte ouvre très légitimement le Livre II d’Anselme (II, 1) consacré à la juridiction.

39Il occupe une place encore plus prestigieuse, sous la rubrique De Primatu romanae Ecclesiae tout au début de la Collection en II Livres, de celle en 74 Titres, de « l’abrégé de Florence », de la Collection en IV Livres.

40V. Reste à préciser la portée de cet apport pour la doctrine de la Primauté. Il ne peut être question de faire ici l’exégèse de quelque 170 textes, que nous avons recensés dans les huit collections retenues. Tantôt réduits à une brève citation, tantôt reproduisant un long passage, ils sont d’importance inégale non seulement par l’ampleur de leurs développements, mais surtout par l’autorité de leurs auteurs, papes, Pères de l’Église ou faussaires anonymes. Il faut, à ce propos, noter que, si, à nos yeux, les textes apocryphes ont moins de valeur, pour les hommes du Moyen Âge, qui les croyaient authentiques, ils tenaient leur autorité du nom de l’auteur auquel ils étaient attribués.

  • 65 Par exemple des lettres de Nicolas Ier (I, 152-164), des canons de conciles du ixe siècle (I, 148-1 (...)
  • 66 On peut signaler quelques exemples de groupement de textes d’origines diverses, que rapproche la co (...)

41On tentera de regrouper l’apport de cette littérature dans une vue d’ensemble qui des fondements de la Primauté ira vers ses attributs principaux. Aucune des collections que nous avons retenues n’offre en effet un plan pour un tel exposé. Certaines, comme celle de Deusdedit, ont dispersé dans toute la compilation les textes relatifs à la Primauté. Si Deusdedit opère parfois des groupements de textes, c’est essentiellement en suivant la source à laquelle il puise65, sans que cela implique, bien évidemment, une communauté d’objet66. Même dans les collections qui consacrent un titre à la Primauté, des textes relatifs à ce sujet figurent sous d’autres rubriques (ainsi dans la Collectio canonum d’Anselme). Quant à Bonizo, lorsqu’il réunit dans son Livre IV cinquante textes sur la Primauté, il est surtout fidèle à l’ordre de ces textes dans les Fausses-Décrétales, qu’il suit scrupuleusement du c. 48 au c. 75.

42On ne saurait demander à la chronologie un plan dont les collections n’offrent pas de modèle. La date des textes qu’ils accueillent importe peu à nos compilateurs. D’ailleurs, pour près de la moitié de ces textes, la date est incertaine, dans la mesure où il s’agit de faux. Quelle date donner aux fausses décrétales ? Certainement pas celle des papes à qui le faussaire les a attribuées. Celle, très approximative de la compilation des faux-isidoriens ? Mais certains des faux qui y figurent ont été fait à l’aide de textes authentiques plus anciens (en particulier de textes de droit romain), dont la date exacte reste souvent inconnue. Faire appel à la chronologie engagerait dans des difficultés quasi-inextricables. Ce serait en outre trahir l’esprit de ces collections, qui ne voulaient nullement faire œuvre d’historien. Pour elles tous les textes qu’elles citent ont valeur d’actualité. C’est donc leur signification au xie siècle qu’il faut dégager.

43Pour le faire, nous les regrouperons sous cinq rubriques :

  1. Fondements de la Primauté ;

  2. Autorité et mission du Siège Apostolique ;

  3. Rapports avec la hiérarchie ;

  4. Autorité sur les conciles ;

  5. Rapport avec les pouvoirs séculiers.

44a. Fondements de la Primauté. Les paroles du Christ, confiant l’Église à Pierre, cheminent tout au long des collections grégoriennes. Le « Tu es Petrus » de Matthieu XVI, 18 revient comme un leitmotiv.

45Déjà l’Anselmo dedicata (I, 2) et Burchard (I, 1) avaient ouvert leur collection avec un texte du Pseudo-Anaclet (H. 79), qui citait les termes par lesquels le Seigneur avait « donné à Pierre le premier, le Pontificat de l’Église du Christ ». Anselme met ce texte également au début de sa collection (I, 1). Il était dans les II Livres (II, 106), les 74 Titres (II, 1). Deusdedit le reprend (I, 60), puis Bonizo (IV, 50). On le retrouvera dans la collection A de la Tripartita, dans le Décret d’Yves (V, 1), dans sa Panormie (III, 82) et finalement dans le Décret de Gratien (D. 21, c. 2). C’est dire sa diffusion.

  • 67 Pseudo-Anaclet (H. 73-74) = Deusdedit, I, 59 in fine ; Pseudo-Alexandre (H. 95) = II Livres I, 3 ; (...)
  • 68 Léon Ier Ep. 33 = Anselme, I, 57 ; Gélase Ep. 42 (Thiel, 455) = Anselme, I, 67.
  • 69 Par exemple le texte mis sous le nom d’Ambroise, mais fait de fragments d’Augustin et de Maxime de (...)
  • 70 Dès le ive siècle, plus nettement au Ve, le pape est identifié avec Pierre (Voir Y. M. Congar, L’Ec (...)
  • 71 Ce texte, célèbre, figure également dans l’Anselmo dedicata, (I, 11) ; les 74 Titres (I, 2) ; les 1 (...)
  • 72 Cf. I, 65 et 66, et Deusdedit, I, 125.
  • 73 Supra, IV, b). Cf. déjà Anselmo dedicata, 1, 127. Même lien dans le texte cité par Anselme I, 50, q (...)

46Les compilateurs ont accumulé les textes, fausses-décrétales67, lettres pontificales authentiques68 ou textes patristiques69 qui rappellent cette phrase. D’autres textes soulignent le lien entre Pierre et la Primauté de Rome70. Déjà l’Anselmo dedicata (I, 1) avait allégué un passage en ce sens du Pseudo-Clément (H. 30). Anselme (I, 2) cite le texte du Pseudo-Anaclet (H. 83)71 Sacrosancta Romana et Apostolica Ecclesia… ab ipso Domino… principatum obtinuit sicut ipse beato Petro Apostolo dixit « Tu es Petrus… »72. Au Livre I, c. 30, il cite dans le même sens un passage de la lettre de saint Léon à Dioscore : Cum beatissimus Petrus Apostolus a Domino acceperit principatum et Romana Ecclesia in eius permaneat institutis… Les successeurs de Pierre sur le Siège Apostolique conservent ainsi et prolongent le principatus que l’Apôtre avait reçu du Seigneur. Même doctrine chez Gélase, dont Anselme (I, 68) cite un passage de la lettre 42 (Thiel, 454). Autre affirmation de la Primauté chez Deusdedit (I, 1), citant deux versions du concile de Nicée, dont la première seule est nettement en faveur de la Primauté romaine73.

  • 74 MGH. AA. VII, 52.
  • 75 On le retrouve dans le Décret de Gratien, D. 40, c. 1.
  • 76 I, 311, cf. supra, IV, d).

47Le lien entre Pierre et la Primauté, la pérennité de celle-ci par la succession des Pontifes à l’Apôtre sont encore clairement manifestés dans un passage du Libellus pro synodo d’Ennodius, à propos du synode de Rome de 50174. Le texte figure dans les II Livres (II, 48), Anselme (VI, 2), Deusdedit (I, 132), Bonizo (IV, 75)75. Deusdedit cite la Novelle 17 de Valentinien III (445) qui rattache la Primauté à Pierre. Il cite, dans le même sens (IV, 3) un passage d’une lettre du même empereur à Théodose en 450, que l’on retrouve également chez Bonizo (IV, 97)76.

48Avec le Pseudo-Anaclet (H. 83), Anselme (I, 7) situe Pierre parmi les Apôtres : Licet omnes Apostoli essent, Petro tamen a Domino est concessum et ipsi inter se id ipsum voluerunt, ut quis omnibus preesset Apostolis et Cephas, id est caput, et principium teneret apostolatus.

  • 77 Homélie 16, PL 94, col. 222-223.
  • 78 Texte repris dans les Décrets d’Yves (V, 25) et de Gratien (C. 24, q. 1, c. 27).

49Pierre est aussi celui qui garde les clefs du Royaume des Cieux. Anselme le rappelle (I, 51) en citant le commentaire d’Ambroise sur Luc. « À la résurrection les femmes furent les premières au tombeau, alors que les hommes avaient pris la fuite… Pierre finit par venir sans crainte et celui qui était venu le dernier entra le premier, comme étant celui qui avait reçu les clefs du Royaume pour ouvrir aux autres ». Avec un texte moins riche en couleur qu’il emprunte à Bède77, Deusdedit (I, 305) présente Pierre comme ayant « reçu de façon spéciale les clefs du Royaume des cieux et la Primauté de juridiction »78. Autre mention de la remise des clefs à Pierre dans un passage d’une lettre attribuée à Damase (H. 502), qu’ont recueilli la Collection en II Livres (I, 27) et celle d’Anselme (I, 18).

  • 79 Anselmo dedicata, I, 5 ; Anselme, I, 3 ; Bonizo, IV, 48 ; cf. Yves, Décret, V, 47.
  • 80 Voir aussi dans l’Anselmo dedicata (I, 17), le texte du Pseudo-Zéphirin (H. 133).

50Au rappel des paroles du Seigneur et à leur commentaire, s’ajoutent les récits de la Tradition du principatus du Christ à Pierre, de Pierre à son successeur romain. Une lettre du Pseudo-Clément à son frère Jacques (H. 31) est utilisée pour montrer que Pierre a transmis le pouvoir de lier et de délier qu’il avait reçu du Seigneur79. On retrouve une allusion au même récit chez le Pseudo-Libère (H. 476) que cite Anselme (I, 39) : « Autrefois et dès l’origine, nous avons reçu du bienheureux Pierre, prince des Apôtres, la confiance afin d’avoir autorité sur l’Église universelle pour défendre la vraie foi ». C’est aux Decreta, attribués par les Fausses-Décrétales à Jean III (H. 716) que le même Anselme (I, 55) et Deusdedit (I, 140) empruntent un passage qui marque les différences entre Lin, Clet et Clément. Les deux premiers furent des auxiliaires (adiutores) de Pierre. Mais celui-ci ne leur avait pas transmis « le pouvoir du Pontife de lier et de délier ». Ce pouvoir fut donné par Pierre à « son successeur Clément »80.

  • 81 Ep. 42 (Thiel, 455) = Burchard, III, 220 ; II Livres, I, 37 ; 74 Titres, II, 22 ; Abrégé de Florenc (...)
  • 82 74 Titres, II, 23 ; II Livres, I, 38 ; IV Livres, II, 23 ; Anselme, I, 69 ; Deusdedit, I, 285-289 ; (...)
  • 83 Même image dans un sermon de saint Léon (Sermo 82, 7) cité par Deusdedit, I, 190 « lumen oculorum d (...)

51Dans cette Primauté, Pierre et Paul sont associés. Utilisant Gélase81 et les Pères de l’Église, nos collections le répètent à plusieurs reprises82. Comme l’a dit Augustin, que cite Deusdedit (I, 292), Pierre et Paul sont deux phares qui illuminent les ténèbres de tous les peuples83.

  • 84 Anselmo dedicata, I, 11 et 103 ; 74 Titres, II, 21 ; II Livres, I, 7 ; Deusdedit, I, 61 ; Anselme, (...)
  • 85 L’expression Apostolica Sedes est très ancienne. Elle est déjà employée au ive siècle par Damase.
  • 86 Le terme de caput, appliqué à l’Église de Rome se rencontre dès les ive-ve siècles avec Ambroise, I (...)
  • 87 Pseudo-Pie (H. 116-117) = Anselmo dedicata, I, 14 ; II Livres I, 5 ; Anselme, I, 11 ; Bonizo, IV, 5 (...)
  • 88 Pseudo-Alexandre (H. 95) = Anselmo dedicata, I, 13 et III, 44 ; II Livres, I, 3 ; Anselme, II, 35 ; (...)
  • 89 Pseudo-Vigile (H. 712) = II Livres I, 12 ; 74 Titres, 12 ; Abrégé de Florence, I, 7 ; 183 Titres, I (...)
  • 90 Pseudo-Anaclet (H. 84) = Anselmo dedicata, I, 12 ; 74 Titres, I, 2 ; Abrégé de Florence, I, 2 ; 183 (...)

52b. Le Siège Apostolique, son autorité et sa mission. C’est encore au Pseudo-Anaclet (H. 83) que de multiples collections84 empruntent un long passage qui magnifie l’Église de Rome, sacrosancta et apostolica85, « qui a reçu la Primauté, non des Apôtres, mais du Seigneur lui-même ». Il associe Pierre et Paul « couronnés le même jour d’une mort glorieuse » et rappelle la hiérarchie et les titres des trois Sièges : Rome, Alexandrie « consacrée par Marc, le disciple de Pierre, au nom de Pierre » ; Antioche « où Pierre habitait avant de venir à Rome ». C’est donc de Pierre que les trois sièges tirent leur lustre. De lui ils tiennent leur place, inégale selon le rôle que Pierre y a joué. Le même texte qualifie le Siège Apostolique de cardo et caput86. On retrouve dans d’autres textes des expressions analogues omnium ecclesiarum caput87, caput totius Ecclesiae88, caput et prima89, caput et cardo90.

  • 91 Pseudo-Athanase d’Alexandrie (H. 451-452) = Anselme, I, 59 ; Deusdedit, I, 8.
  • 92 Pseudo-Calixte (H. 136) = Anselrno dedicata, I, 18 ; 74 Titres, I, 4 ; II Livres, I, 9 ; IV Livres, (...)
  • 93 Ep. 16, PL 54, col. 695.

53L’Église romaine est aussi mère : caput et mater91, mater omnium ecclesiarum92. Avec saint Léon elle est mater dignititatis et magistra ecclesiasticae rationis93, ainsi que le rappellent la Collection en II Livres (I, 42), Anselme (I, 61 et II, 22) et Bonizo (IV, 72).

  • 94 PL 67, col. 292.
  • 95 Pseudo-Jules (H. 464) cf. supra note 67.

54À Rome appartient, et la formule fera fortune, « la plénitude du pouvoir », plenitudo potestatis. Le terme apparaît avec Léon le Grand. On le trouve dans sa lettre à Anastase de Thessalonique94, que reproduit Bonizo (IV, 80) : « L’Église romaine a le pouvoir, qui lui a été concédé par un privilège spécial, d’ouvrir et de fermer les portes du Royaume du ciel à qui elle veut »95.

  • 96 Thiel, 415.
  • 97 Voir Anselme, I, 42 (= R Livres, I, 22) citant la lettre 82 de Léon le Grand (PL 54, 917) et I, 46, (...)

55Mais, les canonistes le rappellent souvent, la toute-puissance n’est pas le bon plaisir. Anselme (I, 49) cite à ce propos un passage de la lettre 26 de Gélase96. Le pape y déclare que, plus que quiconque, le Siège Romain doit suivre les dispositions d’un synode approuvé, par l’Église toute entière. D’autres textes insistent sur le respect de la tradition et de l’enseignement reçu « des Apôtres et des Pères »97.

  • 98 Anselmo dedicata, I, 19 et 24 a ; II Livres, I, 19 ; Anselme, I, 16 ; Bonizo, IV, 66 ; Décret de Gr (...)
  • 99 C. 4 à 10 CSEL 3, p. 212-218.
  • 100 74 Titres, I, 18 ; IV Livres I, 18 ; Anselme I, 10 ; Deusdedit, I, 277 ; Bonizo IV, 85 ; Décret de (...)
  • 101 74 Titres I, 19 ; IV Livres I, 19 ; Anselme, V, 1 ; Deusdedit, I, 2T8 ; Décret de Gratien, C. 24, q (...)

56Plusieurs collections98 ont accueilli un texte du Pseudo-Eusèbe (H. 238-239) pour qui « la première règle du Salut (prima salus) est de garder les principes de la foi et de ne pas s’écarter de ce qui a été fixé par les Pères ». Semper est servata catholica religio. La fidélité à Tradition, aux enseignements reçus doit être la loi suprême. Elle s’impose au Pontife comme à tous. Il faut faire une place spéciale à trois passages du Liber de catholicae Ecclesiae unitate de Cyprien99, qui, tout en reconnaissant l’autorité romaine, mettent l’accent sur l’unité de l’Église, « unité que nous devons fermement maintenir et revendiquer, surtout nous les évêques »100 ; mais unité qui n’exclut pas la diversité101.

  • 102 74 Titres, I, 20 ; IV Livres, I, 20 ; Anselme, V, 2 ; Deusdedit, I, 279 ; Décret de Gratien, C. 24, (...)

57« Celui qui ne tient pas cette unité de l’Église universelle ne peut avoir Dieu pour Père »102.

  • 103 Cura est employé à plusieurs reprises par saint Léon (voir par exemple Ep. 5, 21 ; Sermo V, 2).

58La toute-puissance doit se concilier avec la mission, cura. Citant un texte du pseudo-Sother (H. 124), qui parlait de sollicitude, Anselme (I, 32) fait au pape un devoir (debet) d’assurer la cura de tout le status Ecclesiae. Le canon suivant, citant le Pseudo-Zéphirin (H. 133) l’invite à « veiller » sur l’Église. Dans un passage du Pseudo-Eusèbe (H. 238-239), recueilli par plusieurs collections, figure le mot de cura. On le retrouve dans Anselme I, 28, citant la lettre de saint Léon à Anastase de Thessalonique103.

59Fondée par les paroles de Christ, appuyée sur les deux Apôtres « romains », assurée par la régulière « tradition » de la Primauté de Pontife à Pontife, l’Église Romaine met en œuvre pouvoir et sollicitude d’abord pour formuler la doctrine.

  • 104 Sollicitudo omnium ecclesiarum appartient au vocabulaire de la chancellerie pontificale dès la fin (...)

60Déjà Burchard (III, 25) avait reproduit un fragment de la lettre d’Innocent Ier à Decentius de Gubbio (19 mai 416) qui tenait l’Église Romaine pour la gardienne des instituta ecclesiastica, transmises scrupuleusement depuis l’Apôtre Pierre. Tous doivent les observer sans pouvoir supprimer ou ajouter quoi que ce soit. « Il faut suivre ce sur quoi veille l’Église Romaine ». Le texte se retrouve dans la Collection en II Livres (I, 28), chez Deusdedit (I, 105), dans les Décrets d’Yves (V, 67) et de Gratien (D. 11, c. 11). Anselme (I, 27) donne comme exemple une demande d’évêques africains au pape Innocent Ier dans un cas difficile : Sollicitudo manet omnium ecclesiarum super anxiis rebus104.

  • 105 Voir aussi Pseudo-Marcellus (H. 223) = II Livres, I, 18 ; Anselme, I, 15 ; 183 Titres, II, 8 ; Boni (...)
  • 106 Exp. Ev. sec. Lucam (CSEL 32, 44, p. 175).
  • 107 Deusdedit (I, 130) cite un passage du Décret de Gélase De recipiendis et non recipiendis libris (Th (...)

61On rapprochera de ces textes trois passages de la lettre apocryphe de Marc aux évêques d’Égypte (H. 453-454), qui figurent dans trois collections, l’Anselmo dedicata (I, 30), Anselme (I, 60) et Deusdedit (I, 9). On y trouve l’affirmation suivante : Sancta Romana Ecclesia… semper immaculata… firma et immobilis omni tempore persistit… Haec sancta et apostolica mater omnium ecclesiarum… nunquam errasse probabitur105. Anselme ajoute (I, 37) l’autorité d’un texte ambrosien106 : Non turbatur navis quae habet Petrum… Tous ces textes évoquent les fausses doctrines, les hérésies. Comme le dit Anselme en présentant un texte du Pseudo-Sixte (H. 189) : Apostolica Sedes numquam hereses fovet sed destruit (I, 36)107.

62Gardienne de la foi, l’Église dit ce qu’il faut croire, mais aussi ce qu’il faut faire. Elle fixe la discipline, édicte la loi. Elle doit être obéie.

  • 108 MGH, Epist., V, 1, p. 75 ; sur ce texte voir infra note 133. Le texte figure également dans les II (...)
  • 109 Voir aussi Anselme, II, 19 citant un autre passage de la même lettre de Grégoire IV (MGH. Ep. V, 1, (...)

63Au Pontife de fixer dans ses écrits les sanctions, avait déjà rappelé l’Anselmo dedicata (I, 20). Citant une lettre apocryphe de Grégoire IV108, Anselme (I, 20) invite « toutes les Églises à ne pas résister par orgueil aux préceptes apostoliques, mais à accomplir pour leur salut ce qui a été prescrit par l’autorité romaine »109.

  • 110 En ce sens la note de Wolf von Glanvell sous ce canon.
  • 111 Cf. Yves, D. IV, 238 et. Pan. II, 101.

64Dans une formule bien frappée, reprise peut-être au propos du pape Agatho, lors du concile de Rome de 27 mars 680110, Deusdedit (I, 145) enseigne que « toutes les mesures prises par le Siège Apostolique doivent être reçues comme confirmées par la voix du divin Pierre lui-même »111.

65Parmi les nombreux textes, souvent repris dans plusieurs collections, qui insistent sur le devoir pour tous d’obéir au Siège Romain, nous ne retiendrons que quelques exemples particulièrement nets.

  • 112 II Livres, I, 21 ; Anselme II, 15 ; Deusdedit, I, 66 (citant le Pseudo-Ygin, H. 115). Voir aussi An (...)

66Une phrase du Pseudo-Clément (H. 35) appelant « ses frères à obéir en toutes choses à celui qui est à leur tête pour leur enseigner la Vérité » est introduite par Anselme dans cette jolie formule (1, 5) Quod Christum non recipit qui papam contristaverit… D’où cette conséquence, indiquée au canon suivant (1, 6), citant un autre passage de la même lettre (H. 36), Quod non loqui debemus cui papa non loquitur. Celui qui désobéit au Siège Apostolique doit être mis à l’écart tout autant que celui qui suit une doctrine erronée112.

67L’obéissance implique le respect des droits du Siège Apostolique. Anselme (1, 54) le rappelle en invoquant l’autorité d’un apocryphe attribué à Damase (H. 508).

  • 113 Anselme, I, 38 et 40 (= Pseudo-Jules H. 461), cf. I, 26 (= Sirice).
  • 114 Innocent Ier à Exupère de Toulouse = Bonizo IV, 47.

68Si le peuple doit obéir, celui qui le conduit doit parler : Telle est sa fonction (officium). Il ne peut se cacher. Il n’a pas « la liberté de se taire »113. Ainsi s’instaure un dialogue entre le Siège Romain et la foule des chrétiens. Ce sont ces usages qu’il faut suivre, lorsque ni l’Écriture ni la Tradition n’indiquent la voie114.

  • 115 La lettre est aussi utilisée dans la Collection de Deusdedit, avec un découpage différent (I, 301).

69De ces recours à Rome, Anselme fournit un exemple (1, 64) en citant un passage d’une lettre de saint Jérôme demandant à Damase de l’éclairer sur la doctrine des trois hypostases. L’Orient est divisé ; la violence l’emporte ; le pape est « lumière du monde, sel de la terre »115.

  • 116 Utrum de ecclesia pellendi sunt qui eo confugiunt… (Ep. ad Classicianum, PL 33, col. 1068).

70Deusdedit (1, 293 et 294) donne deux autres exemples que lui fournit Augustin. À propos de l’interprétation du droit d’asile, Augustin avait envisagé de consulter le Siège Apostolique116.

  • 117 Sermo 131, 10.

71Dans la querelle pélagienne, à deux reprises, Rome fut saisie. Des rescrits furent envoyés en réponse : Causa finita est117.

72c. Rome et la hiérarchie ecclésiastique. La structure hiérarchique de l’Église, le lien entre tous les membres de l’épiscopat, y compris l’évêque de Rome, mais la différence entre le Pontife suprême et l’ensemble de l’épiscopat sont nettement précisés dans la Collection en 183 Titres (II, 14) et dans la Collectio canonum d’Anselme (I, 8) citant le Pseudo-Jules (H. 461).

  • 118 PL 145, col. 91-92. Les trois collections attribuent ce texte à Nicolas II.

73La hiérarchie ecclésiastique est à l’image des relations entre Pierre et les autres Apôtres : similitudo honoris, mais discretio potestatis ; omnium per electio, mais prééminence d’un seul. Un passage du rapport que Pierre Damien avait envoyé à Hildebrand en 1059-1060, à propos de l’affaire milanaise118 fournit à Anselme (I, 63), Deusdedit (I, 167) et Bonizo (IV, 82) un exposé de principe. Tous, des patriarches aux évêques et aux prêtres, relèvent de Rome. C’est elle qui a « institué la dignité de tout degré d’ordre ». Le contester serait tomber dans l’hérésie.

74Ainsi se trouve impliquée toute l’organisation hiérarchique de l’Église. Dans la partie de leurs collections qu’ils consacrent à la Primauté, les compilateurs ne s’y attardent guère. Quelques aspects en sont mentionnés, comme en passant. Une seule question occupe une grande place, celle de la juridiction pontificale, ouverte à tous, et spécialement la protection qu’elle peut apporter aux évêques malmenés dans leur diocèse. C’était l’une des questions qui avait préoccupé les Faussaires isidoriens. Ceux-ci avaient multiplié les faux pour permettre aux évêques de saisir le Siège Apostolique chaque fois qu’ils s’estimaient en butte à l’hostilité de leur métropolitain. Une mine de textes était ainsi à la disposition des canonistes grégoriens, qui ne se firent pas faute d’y puiser. Mais ces textes prirent pour eux une autre signification. Plus qu’une arme donnée aux évêques engagés dans des conflits locaux, ils y virent l’affirmation répétée de l’autorité juridictionnelle du Pontife Romain.

75Après avoir brièvement relevé quelques manifestations de l’autorité pontificale, c’est donc à cette juridiction que nous nous attacherons.

  • 119 Thiel, 646 et H. 658.
  • 120 Texte repris dans les Décrets d’Yves, V, 336 et de Gratien, D. 79, c. 2.
  • 121 Le c. 4 est aussi repris par Yves, Décret V, 80.

761) Deux textes, échos d’incidents graves, concernent l’élection pontificale. Après Burchard (I, 223), la Collection en II Livres (I, 47), Anselme (VI, 1) Deusdedit (I, 131), Bonizo (IV, 88) citent un passage du concile de Rome du 1er mars 499119, saisi du conflit où s’opposaient le pape Symmaque et l’anti-pape Laurent120. Quant aux mesures prises par Nicolas II pour discipliner les élections romaines, elles sont utilisées, pour les c. 1 et 2 du concile de Rome d’avril 1059, par Anselme (VI, 12) et Deusdedit (I, 168) et, pour le c. 4 du concile de 1060, par les mêmes compilateurs VI, 13 ; I, 169 et Bonizo IV, 87121.

  • 122 MGH, Reg. Epist. Greg. I, p. 1-2.
  • 123 Le texte figure au Décret de Gratien (D. 94, c. 1) sous la forme qu’il présente dans les II Livres (...)

77Ne pouvant être partout où sa présence serait souhaitable, le pape est contraint de déléguer partie de ses pouvoirs. Disposition que rappellent, avec un texte de Grégoire le Grand122, l’Anselmo dedicata (III, 194), les II Livres (I, 52), Anselme (I, 25) et Deusdedit (I, 206)123.

78Les relations entre le pape et l’ensemble de l’épiscopat, la supériorité du premier sur les évêques font l’objet de nombreux textes.

79Un fragment attribué à Damase (H. 502), que citent les II Livres (I, 27) et Anselme (I, 18), compare les évêques à des colonnes sur lesquelles reposerait le Siège Apostolique.

  • 124 Visite ad limina : Concile de Rome de 744, c. 4 dans Anselme VI, 190 et Deusdedit, I, 146 ; pallium(...)

80Les liens qui unissent l’épiscopat au Siège Romain par la visite ad limina et par la remise du pallium sont rappelés dans plusieurs textes124.

  • 125 Reg., IX, 26-27.

81La subordination (subiecta) de Constantinople envers le Siège de Pierre est précisée dans une lettre de Grégoire le Grand125 qu’utilisent Anselme (II, 68) et Deusdedit (I, 188-189).

  • 126 PL, col. 129, 798 et 806.
  • 127 Ep. II, 37 (Reg. I, 132).
  • 128 Ep. II, 45 et 50.

82D’autres canons font état des droits du Saint-Siège vis-à-vis de l’épiscopat. Anselme (VI, 30), Deusdedit (I, 244 et 245), Bonizo (IV, 78 et 79) citent Étienne V126 à propos de ses interventions dans les élections épiscopales. L’Anselmo dedicata (II, 285), Burchard (I, 29), les II Livres (I, 53), Anselme (VI, 95), Deusdedit (I, 192), les Décrets d’Yves (V, 223) et de Gratien (C. 7, q. 1, c. 42) mentionnent une lettre de Grégoire le Grand127, à propos des instructions données par le Pontife aux évêques. Deux lettres du même pape128 concernant les regroupements de diocèses sont citées par les II Livres (I, 55), Anselme (V, 24 et VI, 96) et le Décret de Gratien (C. 16, q. 1, c. 48 et 49). Un fragment du Pseudo-Calixte (H. 140), concernant les transferts d’évêques d’un siège à un autre, figure dans l’Anselmo dedicata (II, 96), les II Livres (I, 11), Deusdedit (I, 72), la Panormie d’Yves de Chartres (III, 68).

832) Mais c’est la juridiction pontificale qui tient, de loin, la première place dans l’attention portée par les Collections grégoriennes à l’exercice du pouvoir suprême dans l’Église. Anselme lui consacre le Livre II de sa collection. Sans lui réserver un Livre ou un Titre, les autres compilateurs en font très souvent état.

  • 129 II Livres, I, 1 ; 74 Titres, I, 1 ; Abrégé de Florence, I, 1 ; IV Livres, I, 1 ; IV Livres, I, 1.

84Le Livre II de la Collectio canonum d’Anselme s’ouvre par un texte du Deutéronome (17, 8-13), déjà utilisé par ses prédécesseurs tout au début de leurs collections129, qui invite à soumettre aux « prêtres-lévites » les affaires difficiles. L’Ancien Testament fournissait ainsi une autorité scripturaire pour justifier la compétence juridictionnelle du clergé. La mort menaçait l’orgueilleux qui refuserait d’obéir au prêtre.

  • 130 Pseudo-Denys (H. 195) « En vertu de l’autorité apostolique, “le pape peut corriger” tout ce qui est (...)
  • 131 Ep. 26 (Thiel, 416) : De omni ecclesia fas habeas iudicandi = Anselme, I, 47 ; Ep. 27 (Thiel, 427) (...)
  • 132 Par exemple Anselme, IV, 27 (voir la note de Thaner sous Anselme, IV, 27).

85Malgré la généralité de ce texte, c’est la juridiction pontificale qui est ici en cause. Plusieurs canons en disent le principe, empruntant aux Fausses-Décrétales130, à Gélase131 ou à des apocryphes132.

  • 133 MGH. Ep. V, 73. L’authenticité de la lettre est douteuse ; en faveur de l’authenticité Goffart, Med (...)
  • 134 Le texte se retrouve dans les II Livres, I, 35 a ; les 74 Titres, I, 16 ; les IV Livres, I, 16.

86Cette juridiction romaine est rattachée au souvenir de Pierre. Le c. 20 du Livre II d’Anselme en porte témoignage, lorsqu’il cite un texte attribué à Grégoire IV133 où référence est faite au règlement d’une affaire « devant la confession de saint Pierre »134.

  • 135 La formule lapidaire Nemo iudicabit primam Sedem du Constitutum Silvestri (c. 20) (un apocryphe fab (...)
  • 136 Voir par exemple Thiel, 344, 399. Koeniger (Prima Sedes a nemine iudicatur, Festgabe Ehrhard, p. 28 (...)

87Nombreux sont les textes qui réunissent en une même formule deux principes traditionnels. Le pape peut juger toute cause, mais lui-même ne peut être jugé par personne135. Formulé dès le ve siècle par Gélase136, souvent rappelé dans les Fausses-Décrétales, ce double adage tient une place importante dans les collections grégoriennes. Il figure parmi les thèses majeures des Dictatus papae (no 18). L’impossibilité de juger le pape nisi a fide devius, sera bien souvent alléguée par la suite.

88On donnera simplement un tableau des principaux textes qui formulent ces principes.

  • 137 Formule analogue dans une lettre du 1er février 495, aux évêques de Dardanie (Thiel, 399).
  • 138 Voir Hans Jürgen Becker, Die Appellation vom Papst an ein allgemeines Konzil, 1988, p. 25-26.
  • 139 H.J. Becker, op. cit., 27.

Gesta Silvestri, c. 2 (H. 449)

Deusdedit, I, 89
Bonizo, IV, 68

Pseudo-Antheros (H. 154)

Anselme, I, 53

Gélase Ep. 10 à Faustus (Thiel 344-345)137

II Livres, I, 44
74 Titres, 327
Anselme, II, 56
Yves, Décret, V, 9
Gratien, C. 9, q. 3, c. 16

Gélase Ep. 26 (Thiel 399-416)

74 Titres, 10
Anselme, I, 47 et II, 16
Deusdedit, I, 127
Yves, Pan., IV, 9
Gratien, C. 9, q. 3, c. 17

Ennodius, Liber Apologeticus § 93 (MGH. A. A., VII, 61)

II Livres, I, 31 et 50
74 Titres, I, 11
Abrégé de Florence, I, 6
IV Livres, I, 11
Anselme, I, 24
Deusdedit, I, 133
Yves, D., V, 10
Pan., IV, 8
Gratien, C. 9, q. 3, c. 14

Nicolas I, Lettre du 28 sept. 865 à l’empereur Michel (MGH. Ep. VI, Nicolai I papae epist. n. 88)138

Anselme, I, 72
Deusdedit, IV, 168
Yves, D., V, 19
Pan., IV, 10
Gratien, C. 9, q. 3, c. 10

Nicolas Ier à Hincmar et aux autres évêques francs, 23 oct. 867 (MGH. Ep. VI, Nicolai I Papae, epist. n. 100)139

II Livres I, 36
74 Titres, II, 17
IV Livres I, 17
Anselme I, 21
Yves, Pan. IV, 10
Gratien, C. 17, q. 4, c. 30

Concile de Constantinople 869-870, c. 21 (PL 129, 159)

Bonizo IV, 95

Ex gestis sti. Bonifcaii

Deusdedit, I, 306
Yves, Décret V, 23
Gratien. D. 40 c. 6

  • 140 Par exemple Anselme II, 53 (Innocent Ier, Ep. 2, 3). L’affirmation de cette haute juridiction était (...)
  • 141 Certains subordonnent la condamnation d’un évêque à l’approbation du Siège Apostolique, par exemple (...)
  • 142 Ainsi Pseudo-Jules (H. 460) = Burchard, I, 175 ; Anselme, II, 43 ; Deusdedit, I, 92 ; Yves Décret, (...)

89Nos collections envisagent la juridiction pontificale presqu’uniquement pour deux catégories d’affaires, les causae maiores, et, parmi celles-ci, plus spécialement les affaires concernant les évêques140. On se bornera à en donner un relevé, sans pouvoir les analyser et souligner les nuances qui parfois les distinguent les unes des autres. On notera simplement, à propos des procès des évêques, que tantôt il est dit que toute cause épiscopale doit être portée devant le Siège-Apostolique, tantôt le texte semble dire que celui-ci ne peut être saisi qu’en appel d’une sentence d’un concile ou du métropolitain. D’autres textes exigent simplement une confirmation pontificale avant l’exécution de la sentence141. Mais l’idée générale est claire. Le Siège-Apostolique garde la haute main sur toute affaire où un évêque est partie142.

90Parmi les textes qui se référent aux difficiliores quaestiones aut episcoporum vel maiorum iudicia, on citera :

Pseudo-Anaclet (H. 74)

Anselmo dedicata, I, 10
II Livres, I, 39
Anselme, II, 4
Bonizo, IV, 49

Pseudo-Anaclet (H. 73-74)

Anselme, III, 80
Deusdedit, I, 59

Pseudo-Anaclet (H. 83-84)

Anselmo dedicata, I, 12
Burchard, I, 178
II Livres, I, 3
74 Titres, I, 2
Anselme, I, 2 et II, 5
Yves, Décret, V, 294
Pan., IV, 2

Pseudos-Gaius (H. 218)

II Livres, I, 17
Anselme, II, 14 et 39
Deusdedit, I, 82
Bonizo, IV, 63

91Concernant la juridiction du pape sur les évêques, on mentionnera :

Pseudo-Melchiade (H. 243)

Anselmo dedicata, I, 37
Anselme, II, 41
Deusdedit, I, 88
Bonizo, IV, 67
Yves, Décret, V, 46

Grégoire Ier, Ep. III, 7

Anselmo dedicata, III, 223
II Livres, I, 56
Anselme, VI, 119
Gratien, C. 16, q. 1, c. 52

Pseudo-Anicet (H. 121)

Anselmo dedicata I ; 93
Burchard, I, 63
II Livres, I, 40
74 Titres, 191
Anselme, II, 21
Yves, D. V, 54
Pan., IV, 26

Pseudo-Eleuthère (H. 125 à 127)

Anselmo dedicata, II, 100 et 120
Burchard, XVI, 30
Anselme, II, 36 et 82
Deusdedit, I, 68
Bonizo, IV, 56
Yves, D., VI, 316 et 317
Pan., IV, 87 et 103
Gratien, C. 2, q. 1, c. 4
et C. 3, q. 3, c. 3

92Mais les textes les plus nombreux concernent l’appel des évêques au Siège-Apostolique. Parmi eux, les célèbres canons 3 et 4 du concile de Sardique, qui figuraient déjà dans l’Anselmo dedicata (I, 40 et 41). Le second est repris par Anselme II, 75.

93À quoi s’ajoutent de nombreux témoignages pris dans les Fausses-Décrétales :

Pseudo-Victor (H. 127-128)

Anselmo dedicata, I, 15
Burchard„ I, 144
II Livres, I, 6
Anselme, II, 9
Deusdedit, I, 12 et 69
Bonizo, IV, 55
Yves, D., V, 4
Pan., IV, 125 et 126
Gratien, C. 2, q. 6, c. 7
et C. 3, q. 6, c. 5

Pseudo-Victor (H. 128)

Anselme, II, 81

Pseudo-Zéphirin, c. 6 (H. 131)

Anselmo dedicata, I, 16
II Livres, I, 8
74 Titres, I, 3
Abrégé de Florence, I, 3
IV Livres, I, 3
Anselme, II, 6
Deusdedit, I, 70
Bonizo, IV, 57
Gratien, C. 2, q. 6, c. 8

Pseudo-Zéphirin, c. 5 (H. 131)

Anselme, II, 37

Pseudo-Fabien (H. 160, 162, 167)

Anselmo dedicata, I, 34
Burchard, I, 148
II Livres, I, 10
74 Titres, I, 5 et 6
IV Livres, I, 5 et 6
Yves, D., V, 261
Pan., IV, 120-123
Gratien, C. 2, q. 6, c. 20
et 21 et C. 3, q. 6, c. 3

Pseudo-Marcellus (H. 223-224)

Anselmo dedicata, I, 22,23
II Livres, I, 18
183 Titres, II, 8
Anselme, I, 15 et II, 7
Deusdedit, I, 83
Gratien, C. 2, q. 6, q. 6
et C. 24, q. 1, c. 15

Fausse lettre d’Athanase au pape Félix II (H. 480-483)

Anselme, II, 51 et 52
Deusdedit, I, 23, 23a, 24
Yves, D., V, 15
Gratien, C. 9, q. 3, c. 1

Pseudo-Damase (H. 505)

Anselmo dedicata, III, 19
Anselme, II, 79

Pseudo-Vigile (H. 712)

Anselme, II, 18

94On rapprochera de ces textes sur l’appel des évêques une disposition reprise au Pseudo-Félix, qui concerne les appels à Rome pour les dubia et maiora negotia. Elle figure dans l’Anselmo dedicata I, 28 ; les II Livres I, 16 ; Anselme II, 13 ; Deusdedit I, 80 et Bonizo IV, 61.

95D’autres canons évoquent, souvent en termes vagues, le recours des évêques au Siège romain. S’ils n’en précisent ni la nature juridique ni la procédure, ils ne laissent pas de doute sur l’appui que l’épiscopat espère trouver auprès du Pontife. Ici encore les Fausses-Décrétales ont fourni une riche moisson.

96Parfois il est question de prélats « dans l’adversité », chassés de leur siège par un usurpateur. Ainsi ce canon, emprunté au Pseudo-Sixte I (H. 108), qui figure dans l’Anselmo dedicata, I 31 ; les II Livres, I, 4 ; les 74 Titres, I, 7 ; l’Abrégé de Florence, I, 4 ; les IV Livres, I, 7 ; Anselme, II, 8 ; Deusdedit, I, 65 ; Bonizo, IV, 53. On le retrouvera dans les Décrets d’Yves (V, 3) et de Gratien (C. 2, q. 6, c. 4).

97Autre allusion aux évêques pulsati dans un texte du Pseudo-Sixte II (H. 189-190), qui figure dans l’Anselmo dedicata, I, 36 ; Burchard, I, 144 ; les II Livres, II, 13 ; Anselme, II, 11 ; Deusdedit, I, 11 ; Bonizo, IV, 59 et, que reprendra Yves dans le Décret, V, 157 et la Panormie, IV, 124.

98Anselme (I, 59) cite comme exemple d’appel au Siège romain la fausse lettre d’Athanase et des évêques d’Égypte (H. 451) demandant au pape Marc (336) l’envoi des actes authentiques du concile de Nicée, leur exemplaire ayant été brûlé par les Ariens.

  • 143 MGH. Ep. V, 73, sur cette lettre voir supra note 133

99Autre référence à l’auxilium, demandé par celui qui ad sinum sanctae Romanae Ecclesiae confugit, dans un texte attribué à Grégoire IV143, que reproduisent les 74 Titres, I, 13 ; Anselme II, 17 et le Décret de Gratien, C. 2, q. 6, c. 11.

100Anselme (II, 59) cite un texte du pseudo-Félix (H. 488), qui fait mention d’évêques que leurs comprovinciaux ou leur métropolitain « accablent » (pregravari) ou tiennent pour suspects. L’appel à « l’Église-mère » suspend toute sanction qui pourrait les frapper jusqu’à ce que Rome ait décidé. Toute mesure qui interviendrait au mépris de cette défense serait privée de toute valeur.

  • 144 Ce texte se trouvait déjà, dans l’Anselmo dedicata I, 38 et 43. On le retrouve dans Deusdedit, II, (...)

101C’est encore à la juridiction du Pontife Romain sur les évêques que se réfèrent deux longs canons qu’Anselme (II, 51 et 52) emprunte à un texte isidorien, mis sous le nom du Pseudo-Anastase (H. 480 et 481)144.

  • 145 Voir également Deusdedit II, 23 au début.
  • 146 Iniuste damnatos vel excommunicatos… restituere. Même expression (restitutiones episcoporum) dans A (...)

102La finale du c. 51145 dépasse l’hypothèse d’une juridiction du pape en première instance ou en appel, pour déclarer très fermement que « le Siège-Apostolique a toujours eu la faculté de restituer146 ceux qui ont été injustement condamnés ou excommuniés, en vertu de son pouvoir et de son autorité ». Il peut leur rendre « tous leurs droits et punir » les auteurs des sentences injustes. On retrouve les mêmes formules dans un autre texte, emprunté lui aussi aux Fausses-Décrétales (Pseudo-Sixte, H. 192) qui chemine à travers les collections depuis l’Anselmo dedicata I, 60 jusqu’à Gratien (C. 9, q. 3, c. 19). Il est chez Burchard I, 192, dans les II Livres I, 41, chez Anselme II, 23 et dans le Décret d’Yves V, 247 : Fratres quos iniuste damnastis, scitote a nobis iuste esse restitutos.

  • 147 MGH. AA VII, 60.

103Après les II Livres (I, 49), Anselme rapporte, en deux passages (II, 25 et 57) et sous des formes un peu différentes, un passage du Libellus pro synodo d’Ennodius147 reconnaissant au pape le droit de « réparer » un jugement de déposition d’un évêque par ses comprovinciaux. Cette disposition doit être rapprochée des textes précédents.

104Une telle « restitution » met à néant la sentence tenue pour injuste. C’est au nom de la Justice et en vertu de sa toute-puissance que le Pontife « rétablit » la situation antérieure et frappe de lourdes peines les auteurs d’une telle injustice. Les textes ne font aucune allusion à une procédure selon laquelle devrait se faire cette « restitution ». La décision est prise par le pape dans un acte qu’autorise son « pouvoir ».

105Pour terminer cette abondante collection de textes justifiant et explicitant la juridiction suprême du Pontife Romain, nous rappellerons quelques-unes des principales dispositions relatives au contrôle exercé par le Siège-Apostolique sur les procès intentés aux évêques.

  • 148 Voir dans le même sens le texte du Pseudo-Jules (H. 474) dans Anselme, II, 49 et Deusdedit, I, 21.

106Un texte, que fournissaient le Pseudo-Zéphirin (H. 131) et le Pseudo-Félix (H. 198), interdisait aux patriarches et aux primats de prononcer une sentence de condamnation contre un évêque avant d’y avoir été autorisés par le Siège Apostolique148. Il envisageait l’aveu de l’inculpé ou le recours à des témoins, dont on aurait vérifié l’honnêteté (innocentes et regulariter examinatos). Le texte spécifiait que leur nombre ne devait pas être inférieur à celui des Disciples que le Seigneur avait adjoint aux Apôtres, soit 70. Recueilli par l’Anselmo dedicata (I, 80), ce texte se retrouve chez Burchard, I, 157 ; dans les II Livres I, 15 ; Anselme II, 12 et III, 66 ; Deusdedit I, 18 ; Bonizo IV, 62 et dans les Décrets d’Yves V, 245 et de Gratien, C. 2, q. 1, c. 5.

  • 149 Pseudo-Melchiade, (H. 243). Voir aussi II Livres I, 23 et Yves, Décret, V, 46.
  • 150 Anselmo dedicata, I, 25 et 65 ; II Livres, I, 24 ; 183 Titres, II, 13 ; Anselme, I, 17 et II, 42 ; (...)

107Plus strict encore, un texte, dont l’Anselmo dedicata (I, 7 et 24) donnait de brefs passages, et que l’on retrouve, plus largement dans Anselme II, 41149. Il réserve au Siège-Apostolique les procès contre les évêques ainsi que toutes les causae maiores. Même doctrine dans un passage du Pseudo-Jules (H. 459), que conservent de nombreuses collections150.

  • 151 Voir aussi Anselme, II, 29 et 30 (Léon, Ep. 14, 7 et 11).

108S’ils furent les plus riches, les faux isidoriens ne furent ni les premiers ni les seuls à organiser ainsi la protection des évêques. Anselme (II, 31) cite dans le même sens un passage de la lettre 12 de saint Léon et il introduit un passage du Pseudo-Jules (H. 474) en affirmant (II, 49) : Ut in causis episcoporum sententia papae expectetur151.

  • 152 Ep. 26, 5 ; Ep. 26 (B), 3 (Thiel, 399-400, 415).
  • 153 II Livres, I, 30 et 45 ; 74 Titres, I, 10 ; Anselme, II, 16 et 24 ; IV Livres, I, 10 ; Yves, Panorm (...)

109Plusieurs collections ont conservé un texte de Gélase, qui montre quelle est l’étendue de la compétence pontificale152. L’Église Romaine peut juger toute affaire. Elle ne peut être jugée par personne. Tous peuvent faire appel à elle, mais nul ne peut appeler de ses sentences. Elle peut sans le concours d’aucun synode, relaxer celui qui aurait été condamné à tort. Elle peut condamner, sans le concours d’aucun synode, tous ceux qui le méritent153. Anselme (I, 48) reproduit un fragment gélasien, dans lequel le pape cite de nombreux cas où ses prédécesseurs ont « absous » des évêques condamnés à tort, Athanase, Jean de Constantinople, Flavien etc. (Ep. 26, Thiel 416).

  • 154 Voir aussi pour certains de ces textes Bonizo IV, 76 et 77 ; Yves, D., V, 19 et Pan., IV, 11 ; Décr (...)

110Viennent encore fortifier la juridiction romaine cinq chapitres, qu’Anselme emprunte à des lettres de Nicolas I (II, 64, 65, 66 relatifs à la même affaire, et 70, 71). Ces textes se retrouvent chez Deusdedit (I, 152, 162, 154, 163, 164)154.

  • 155 L’Anselmo dedicata, I, 44 ; les Décrets d’Yves (V, 27) et de Gratien (C. 2, q. 6, c. 36) donnent au (...)
  • 156 Les c. 3 à 5 du concile de Sardique, sur l’appel à Rome, ont suscité depuis le ive siècle de nombre (...)

111À cet imposant dossier fourni par des textes pontificaux, authentiques ou faux, le cardinal Deusdedit ajoute (I, 27) le c. 5 du concile de Sardique (343)155. Il y est déjà question d’évêque condamné par ses pairs, privé de son grade (deiectus), qui « fuit » auprès de l’évêque de Rome156.

  • 157 Hist. Tripart., IV, 9, 4, cf. Wojtowytsch, Papsttum und Konzilien, p. 105. Déjà au ve siècle, l’aut (...)

112d. Autorité du Siège Apostolique sur les conciles. Fortement affirmée vis-à-vis des membres de la hiérarchie, l’autorité romaine ne s’impose pas moins dans la vie conciliaire. De bonne heure les relations entre le Siège romain et les conciles avaient connu des moments difficiles. Pendant longtemps convocation, présidence, promulgation des actes des conciles, et même des plus grands, ne furent pas soumises au contrôle du Siège romain. Mais déjà au vie siècle, Cassiodore considérait qu’aucun concile ne pouvait se tenir sans l’assentiment de l’évêque de Rome157.

113Les Grégoriens firent de ce contrôle l’une de leurs exigences maîtresses et les Dictatus papae en portent la marque. Les collections grégoriennes n’ont pas échappé à cette préoccupation.

114Sur deux points elles affirment l’autorité de Rome vis-à-vis des conciles. À elle de les convoquer et de donner force obligatoire à leurs décisions. Le tableau suivant indique les principaux textes rappelant cette double exigence :

1) Convocation

Pseudo-Marcellus (H. 224)

Anselme, II, 7
Deusdedit, I, 83

Pseudo-Marcellus (H. 228)

Anselme, II, 40 et 62
Bonizo, IV, 65

Pseudo-Jules (H. 459 et 471)

Anselme II, 25 et 27
Anselme, II, 48

Pseudo-Athanase (H. 479)

Anselme, II, 50
Deusdedit, I, 22

Pseudo-Damase (M. 502-503)

Anselmo dedicata, I, 39 et 59
Anselme, II, 60
Deusdedit, I, 95
Bonizo, IV, 71

Pseudo-Damase (H. 518-519)

Anselme, II, 77
Deusdedit, I, 100

Préface du Pseudo Isidore c. 8 (H. 19) et Pseudo-Pélage II (H. 721)

Anselme, I 52 et II, 34
Deusdedit, I, 141
Bonizo, IV, 84
Yves, D., V, 12
Pan., IV, 24
Gratien, D. 17, c. 5

2) Confirmation ou promulgation des décisions

Pseudo-Jules (H. 471)

Anselmo dedicata I, 66
II Livres, I, 20
Anselme, II, 47
Gratien, D. 17, c. 2

Pseudo-Damase (H. 518)

Anselme, II, 77

Gélase aux évêques de Dardanie (THIEL 399-400)

Deusdedit, I, 126-127

Concile de Rome de nov. 502 (THIEL 688)

Anselme, I, 50

Lettre apocryphe d’Ossius au pape Silvestre après le concile de Nicée (MAASSEN, Quellen, I § 538)

Anselme, I, 58

115e. L’Église romaine et les pouvoirs séculiers. L’Église était trop engagée dans des relations pacifiques ou conflictuelles avec les pouvoirs séculiers et cela depuis trop longtemps pour que cette question restât étrangère aux collections grégoriennes. Elle présentait en cette fin du xie siècle une singulière acuité. Les canonistes se devaient d’apporter des textes pour appuyer la politique de Grégoire VII. Ils le firent, avec netteté, mais sans outrance.

  • 158 Disposition que l’on retrouve dans les Capitula Angilramni c. 36 (H. 764) dont le texte est repris, (...)

116Habilement, ils mettent en évidence les constitutions impériales qui reconnaissaient l’autorité romaine. Et d’abord la célèbre constitution Cunctos populos par laquelle Théodose Ier obligeait en 380 « tous les peuples de l’Empire » à suivre la foi de l’Apôtre Pierre et du Pontife Damase (C. J. I, 1, 1). Ce texte est cité par Anselme II, 2 et par Deusdedit I, 312. Celui-ci le fait suivre d’une série de constitutions dans ses chapitres 313 à 317 empruntées au Code (I, 1, 8 pr. et §§ 1, 2, 5, 7 à 11, 313-314 ; CJ. 1, 2, 12, 1 = ch. 317) et aux Novelles de Justinien (Nov. 131, c. 2 à 4 = I, c. 315 ; Nov. 67, c. 3 et Épilogue = I, c. 316). Dans tous ces textes l’Empereur rend hommage au Siège Apostolique et à ses titulaires et se déclare prêt à leur assurer sa protection, demandant en retour, les prières du Pontife. Le c. I, 317, citant une constitution de 451 (CJ. 1, 2, 12 § 1) reconnaît que toute Pragmatique sanction qui irait contre les canons serait sans valeur158.

  • 159 Voir aussi la Palea du Décret, D. 96, c. 14.

117Aux textes d’époque romaine, les compilateurs en ont ajouté d’autres, moins anciens. D’abord, et nul n’en sera surpris, un long passage de la « Donation de Constantin » (H. 249 et suiv.) qui figure chez Anselme IV, 33, chez Deusdedit IV, 1 et dans le Décret d’Yves V, 49159. Ce texte fonde le pouvoir temporel du pape, justifie et explique ses « insignes » et, d’une façon plus générale, reconnaît la supériorité du pouvoir pontifical, que Constantin aurait contribué à instaurer.

118À cette « Donation », dont l’authenticité n’était guère mise en question à la fin du xie siècle, s’ajoutent d’autres textes, d’authenticité cette fois indiscutable. Tous concourent à justifier l’autorité pontificale en tant que puissance temporelle. Il s’agit de « privilèges » des empereurs germaniques qui énumèrent les possessions foncières de l’Église romaine, premiers éléments des « États de l’Église ».

  • 160 MGH, Capit., I, n. 172. Le « Privilège » est aussi dans Bonizo, IV, 97a.
  • 161 MGH, Diplom., T, n. 235, §§ 6-12.
  • 162 Ibid., III, n. 427.

119Certains de ces privilèges figurent dans la Collectio canonum d’Anselme, à la suite de la « Donation de Constantin ». On y trouve (IV, 34) le « Privilège de Louis le Pieux » de 817, énumérant et confirmant « les concessions de provinces et cités » faites à l’Église romaine par les Empereurs160, puis (c. 35) le Privilège d’Otton I de 962161 et (c. 36) celui d’Henri II162. Ces documents sont également repris par Deusdedit III, 280 (Louis le Pieux), 281 (Otton), 282 (Henri).

  • 163 Deusdedit donne aussi ce texte III, 58.

120Anselme donne (IV, 37) le c. 11 du concile romain de novembre 1078 qui menace de peines sévères ceux qui usurperaient les terres de l’Église romaine163.

  • 164 IV, 90 à 94 (MGH, Ep. VII, p. 277, 281, 282, 284).

121De son côté, Bonizo cite plusieurs passages de lettres de Jean VIII sur les possessions du Siège Apostolique en Illyrie et en Pannonie164.

  • 165 (Thiel I, 351) Ep. 12.

122C’est un véritable dossier fait de pièces d’origines et de dates très diverses qu’Anselme a réuni à la fin du Livre I de sa compilation (c. 71 à 89). Il l’ouvre (I, 71) par la fameuse lettre de Gélase à l’Empereur Anastase165, où se lit la phrase célèbre : Duo sunt… quibus principaliter mundus hic regitur… Gélase y exposait une doctrine de partage des compétences et des responsabilités dans le gouvernement du monde, tout en affirmant la primauté du spirituel, gravius est pondus sacerdotum. S’il reconnaît que l’Empereur « préside au genre humain par la dignité », il l’invite cependant « pour les choses divines » à devotus colla submittere. Doctrine équilibrée, qui laissait à chacun son domaine et son rôle, mais ferme sur la soumission du Prince en matière spirituelle. Le sommaire que donne Anselme à ce texte rompt ce bel équilibre par une formule sans nuance : Quod… regalis potestas subiecta esse debet Pontificibus.

123Les textes allégués dans les canons suivants sont présentés sous cet éclairage. Ainsi la lettre de Nicolas I à l’Empereur Michel, longuement citée dans le c. 72. Au Liber Pontificalis sont empruntés des récits qui illustrent la primauté du spirituel vis-à-vis des empereurs byzantins (c. 73-74), ou le séjour romain du « roi Charles, protégé de Dieu » après sa victoire sur les Lombards (c. 81). Le récit de « l’élection » et du sacre de Charles le Chauve par Jean VIII (c. 79) va dans le même sens. Des lettres d’Adrien Ier (c. 82 et 84), Étienne V (c. 83), Anastase (c. 85) disent la supériorité du pouvoir pontifical, la soumission des princes temporels à son égard. La promissio d’Otton Ier au pape Jean en 962 (c. 86), la lettre de Jean II à Justinien (c. 87), des Novelles de Justinien (c. 88 et 89) développent les mêmes idées. Le dossier culmine avec un long passage de la lettre de Grégoire VII à Hermann de Metz (c. 80).

*
* *

124On ne saurait demander aux collections canoniques de grandes nouveautés. Leur but est de réunir des textes déjà connus pour les mettre en valeur et les sauver de l’oubli. Leur qualité tient à l’ampleur de leur collecte et à la présentation qu’elles en font. À ces deux points de vue, les collections « grégoriennes » méritent attention. Elles ont largement puisé dans l’héritage des siècles. Si elles ont privilégié des textes attribués à des papes, elles n’ont pas ignoré les autres sources ecclésiastiques ou séculières. En mettant à part la collection de Deusdedit, où plus de 1200 canons ne sont répartis qu’en quatre Livres, toutes ces collections sont ordonnées méthodiquement, regroupant dans des Livres ou des Titres, par matière, les textes retenus.

125Sur la Primauté, elles se montrent prolixes. La justifier, en dire les aspects majeurs étaient l’une de leurs principales préoccupations. Elles ont pour cela largement utilisé des faux, composés au milieu du ixe siècle par des inconnus, dans un atelier sans doute monastique, dont la localisation reste discutée. Pour nos compilateurs, ces décrétales des trois premiers siècles étaient authentiques. Leur ancienneté renforçait leur autorité. La précision, la simplicité, la rigueur de leur style ne pouvait que séduire des juristes. Les faussaires en effet s’étaient montrés bons rédacteurs de lois. Ils avaient utilisé des textes de droit romain et s’étaient inspirés de la langue des jurisconsultes classiques.

126Est-ce à dire que, reposant largement sur une telle base, la doctrine de la Primauté qu’exposent les collections grégoriennes relève du faux ? Certes point. Car, à côte des faux, moins nombreux mais très nets, des textes des ive et ve siècles, que ces collections n’ont pas négligés, en posaient déjà les assises. Plus avant et plus fondamentalement, la Primauté avait ses racines dans des textes de l’Évangile. Le propre de l’apport isidorien sera d’en fortifier l’expression juridique. Sollicitudo, cura ou auctoritas ne disparaissent pas. Mais la plenitudo potestatis étend son domaine. Répondant en cela aux orientations de la politique pontificale en cette seconde moitié du xie siècle, les collections canoniques cisèlent les droits et les prérogatives de l’Église Romaine. Accueillant volontiers les textes aux formules juridiques tranchantes, elles donnent de la Primauté une image plus impérieuse.

127Leur témoignage ne sera pas oublié. Cependant, malgré leurs indéniables mérites, ces collections ne connaîtront pas une grande diffusion. Rien de comparable avec le succès qu’avait eu, et que conservait encore le Décret de Burchard, faveur qu’attestent les nombreux manuscrits qui nous en sont parvenus. À la fin du xie siècle, les collections chartraines, un peu plus tard, le triomphe sans égal du Décret de Gratien relègueront quelque peu les recueils grégoriens.

128Témoins d’une époque, expression d’une politique, ces compilations étaient liées à leur temps. Elles étaient appelées à vieillir. Mais, pour les historiens, elles constituent un document de prix sur une étape décisive dans l’histoire de la Primauté.

Notes

1 Sauf de rares exceptions, comme celle de Gerbert d’Aurillac, le pape Silvestre II (999-1003).

2 Voir, par exemple, sur l’un d’eux, la récente étude de F. Foggi, « Arimanno da Brescia, legato pontificio in Italia Settentrionale alla fine del secolo XI », Atti Acc. Lincei, Memorie, Classe di sc. morali, S. VIII, vol. XXXI, fasc. 2, 1988.

3 P. Fournier et G. Le Bras, Histoire des collections canoniques en Occident I, p. 235-243.

4 Ibid, p. 387-390 ; 405-412 ; 433 sq.

5 On n’en donnera comme exemple que le chapitre consacré aux « Collections grégoriennes », dans la classique Histoire des collections canoniques en Occident de P. Fournier et G. Le Bras, T. II, p. 3-53 et 127-222. On y ajoutera les articles plus anciens de P. Fournier, reproduits dans ses Mélanges de droit canonique, T. II, Aalen, 1983, p. 425-684. Écrites il y a plus de 60 ans (1932), les pages sur les « Collections grégoriennes » pourraient être « rajeunies » par les nombreuses études et les publications de textes intervenues depuis cette époque. Nous aurons à tenir compte de ces travaux dans les pages qui suivent.

6 Éd. Jean Bernhard, d’après le ms. Vat. 3832, dans la Revue de droit canonique, 1962.

7 Éd. J. Motta, dans les Monumenta iuris canonici, Series B, vol. 7, Città del Vaticano, 1988.

8 Éd. J.T. Gilchrist, Ibid, vol. 1, 1978.

9 G. Fransen, « Autour de la Collection en 74 Titres », Revue de Droit Canonique (= RDC), 1975, p. 62-73 (analyse p. 66-73). Il s’agit d’un abrégé qui suit l’ordre des 74 Titres. Conservé autrefois à la bibliothèque du couvent de S. ta Maria degli Angeli, il est aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Florence, Conv. soppr. B. 3. 1122.

10 Il s’agirait d’une édition des 74 Titres revue par un canoniste français, selon P. Fournier (Hist. des coll. II, p. 239), qui la datait des années 1080-1085 (Ibid., p. 238) ; contra J. Gilchrist, qui en étudie les manuscrits et en donne l’analyse : Zeitschrift der Savigny – Stiftung für Rechtsgeschichte. Kan. Abt. (=ZSS. K.A.), LXIX, 1983, p. 104-120.

11 Éd. F. Thaner, Innsbruck, 1906-1915, rééd. Aalen, 1965. Les insuffisances de cette édition sont dénoncées par P. Landau, « Intorno alle redazioni più ampie di Anselmo da Lucca », Atti Sant’Anselmo, Convegno intern., Mantova, 1986, ed. Bologna, 1987, p. 331-348.

12 Éd. V. Wolf von Glanvell, Paderborn, 1905, rééd. Aalen, 1967.

13 P. Fournier, Histoire des Coll. II, p. 148.

14 Sur cette œuvre, P. Fournier, « Les sources canoniques du “Liber de vita christiana” », B.E. Ch. 1917, p. 117-134, reproduit dans ses Mélanges de droit canonique II, p. 667-684 ; voir aussi le paragraphe consacré à cette œuvre dans l’Hist. des coll. II, p. 139-1501. Le Liber a été édité par E. Perels, dans les Texte und Geschichte des röm u. kanonischen Rechts im Mittelalter, T. I, Berlin, 1930.

15 ZSS. K.A., LXVII, 1981, p. 75-120.

16 Fournier-Le Bras, Collections…, II, p. 240-247 et G. Fransen, RDC, 1975, p. 62.

17 Op. cit., p. 246.

18 Fournier-Le Bras, Collections…, II, p. 247-250 et G. Fransen, RDC, 1975, p. 62.

19 Fournier-Le Bras, Collections…, II, p. 167-169.

20 C. 4-9 ; 11-14 ; 16-18 ; 25 ; 29-32 ; 36-37 ; 39 ; 49 ; 53 ; 59 ; 79-81. La majorité de ces textes sont de fausses-décrétales.

21 Wolf von Glanvell, p. 6-10.

22 Hinschius, Decretales-Pseudo-isidorianae, (cité H), p. 252 sq. = Anselme, IV, 33 ; Deusdedit, IV, 1.

23 H. 449 = Deusdedit, I, 89 ; Bonizo, IV, 68.

24 H. 451 = Anselme, I, 59 ; Deusdedit, I, 8. H. 479 = Anselme, II, 50 ; Deusdedit, I, 22. H. 480-481 = Anselmo dedicata I, 38 ; II Livres I, 26 ; Anselme, II, 51-52 ; Deusdedit, I, 23, 23 et 24.

25 Le texte sera repris au Décret d’Yves, V, 23.

26 Cf. Dictatus papae 18 et 19.

27 74 Titres, I, 8 ; Abrégé de Florence, I, 5 ; II Livres, I, 29 ; Anselme, I, 19 et IV, 40 ; Deusdedit, IV, 41, repris au Décret de Gratien, qui l’attribue au pape Innocent, C. 9, q. 3, c. 13.

28 H. 19 : Anselmo dedicata, I, 9 et 62.

29 Sur ce texte, cf. Ch. Pietri, Roma christiana I, p. 302-310.

30 H. 258-259, cf. Maassen, Geschichte der Quellen… I, Graz, 1870, p. 23-25.

31 H. 83.

32 Cf. Anselmo dedicata, I, 117.

33 Anselme, I, 58 ; cf. F. Maassen, Quellen, § 538.

34 C. 3 = Anselmo dedicata, I, 40 ; c. 4 = Anselmo dedicata, I, 41 et Anselme, II, 75.

35 C. 5 = Anselmo dedicata, I, 44 ; Deusdedit, I, 27 ; repris par Yves (Décret, V, 27) et Gratien (C. 2, q. 6, c. 36).

36 E. Schwartz, Acta concil. Oecum. II, vol. III, Pars I, p. 40.

37 MGH. AA. XIII, p. 403.

38 H. 658.

39 Éd. F. Volgel, MGH. AA. VII, et CSEL 6.

40 Voir infra.

41 H. 671 = II Livres, I, 43 ; Anselme, II, 25 et 57.

42 H. 672 = II Livres, I, 31 et 50 ; 74 Titres, I, 11 ; IV Livres, I, 11 ; Anselme, I, 24 ; Deusdedit, I, 133, Abrégé de Florence, I, 6 ; Bonizo, IV, 75. Texte repris par Yves (Décret, V, 10 et Pan., IV, 8) et Gratien, C. 9, q. 3, c. 14.

43 Thiel, Ep. Rom. Pont. I, p. 688.

44 Anselme, VI, 150 ; Deusdedit I, 146. Les deux collections mettent ce texte sous l’autorité du pape Zacharie (741-752).

45 Mansi, XII, col. 382.

46 Mansi, XVII, 337 = Burchard, I, 25 ; Anselme, VI, 80, qui attribue la mesure à Damase ; Deusdedit, I, 97 et 166 (où le texte est attribué à Jean VIII 872-882) ; Yves, Décret, V, 354, Pan. III 11.

47 Bonizo, IV, 95.

48 Anselme, VI, 15 ; Deusdedit, I, 168 ; Bonizo, IV, 87.

49 Seul Deusdedit en fait un canon distinct (I, 169). Anselme et Bonizo le joignent au canon précédent (VI, 15 et IV, 87).

50 Homélie 72, PL 57, col. 404-405.

51 Le Décret de Gratien (C. 2, q. 7, c. 37) garde cette attribution erronée.

52 Edit. J. Labourt, Coll. des Univ. de France, I, 45-47, dans Anselme, I, 64 et Deusdedit, I, 301 (qui reproduit une partie des ch. 2 et 5).

53 CSEL, 3, p. 212-214.

54 Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 18 pr.

55 Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 18 1.

56 Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 19 pr.

57 Homélie 16, PL 94, col. 222-223… Le texte a été utilisé également par les Décrets d’Yves (V, 25) et de Gratien (C. 24, q. 1, c. 27).

58 PL 145, col. 91-92.

59 Sur cette affaire, J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain, p. 401-402.

60 CJ. 1, 1, 8 pr et §§ 1, 2, 5, 7-11, 12.

61 Nov. 47, 3 et épilogue ; Nov. 131, 2-4.

62 MGH, Cap., I, 353 sq.

63 E. Amann, « L’époque carolingienne », in Histoire de l’Église, dirigée par A. Fliche et V. Martin, T. VI, 1937, p. 205.

64 Nous laissons de côté cinq textes recueillis par Bonizo (IV, 90 à 94) sur les droits du Siège Apostolique en Panormie et en Illyrie.

65 Par exemple des lettres de Nicolas Ier (I, 152-164), des canons de conciles du ixe siècle (I, 148-151), des textes de Grégoire le Grand (I, 1, 83-234, avec quelques incursions d’autres textes), du Pontifical romain (I, 249-258 et 260-261), de saint Cyprien (I, 262-280), d’Ambroise (I, 281-289), d’Augustin (I, 293-300), etc.

66 On peut signaler quelques exemples de groupement de textes d’origines diverses, que rapproche la communauté d’objet, par exemple I, 290-292, où voisinent des textes de Léon Ier, Grégoire Ier et Augustin présentant Pierre et Paul comme les deux lumières qui éclairent l’Église.

67 Pseudo-Anaclet (H. 73-74) = Deusdedit, I, 59 in fine ; Pseudo-Alexandre (H. 95) = II Livres I, 3 ; Anselme, II, 35 ; Deusdedit, I, 64 ; ; Bonizo, IV, 52 ; Pseudo-Pie (H. 116-117) = II Livres, I, 5 ; Anselme, I, 11 et 22 ; Deusdedit, I, 76 ; Bonizo, IV, 54 ; Pseudo-Marcellus (H. 223) Anselmo dedicata, I, 14 ; II Livres, I, 18 ; 183 Titres, II, 8 ; Anselme, I, 15 ; Deusdedit, I, 83 ; Bonizo, IV, 64 ; Pseudo-Eusèbe (H. 238-239) = Anselmo dedicata I, 24 a et 29 ; II Livres, I, 19 ; Anselme, I, 16 ; Deusdedit, I, 87 ; Bonizo, IV, 66 ; Pseudo-Jules (H. 459-460) = II Livres, I, 24 ; 183 Titres, II, 9 et 13 ; Anselme, I, 17 ; Deusdedit, I, 90 et déjà Anselmo dedicata, I, 25 et 65. Pseudo-Jules (H. 464) = Anselmo dedicata, II, 129 ; II Livres, I, 25 ; 74 Titres, I, 9 ; IV Livres, I, 9 ; Anselme, I, 23 ; Deusdedit, I, 10 ; Bonizo, IV, 69 ; Yves, Décret, IV, 111 ; Pan., IV, 12.

68 Léon Ier Ep. 33 = Anselme, I, 57 ; Gélase Ep. 42 (Thiel, 455) = Anselme, I, 67.

69 Par exemple le texte mis sous le nom d’Ambroise, mais fait de fragments d’Augustin et de Maxime de Turin dans Anselme, I, 69 ; Deusdedit, I, 288 ; Bonizo, IV, 89 ; II Livres, I, 38 ; 74 Titres, II, 23 ; IV Livres, II, 23 ; Décret de Gratien, C. 2, q. 7, c. 37 ; cf. supra.

70 Dès le ive siècle, plus nettement au Ve, le pape est identifié avec Pierre (Voir Y. M. Congar, L’Ecclésiologie du haut Moyen Âge, p. 188-189). Saint Léon insiste sur cette identification. Le pape lient la place de Pierre ; l’écouter, c’est écouter Pierre. Princeps Apostolorum est employé par saint Jérôme à propos de Pierre. Anastase (399-401), le premier parmi les papes, utilise cette expression. On la retrouve avec Innocent Ier (une seule fois, dans la lettre à Decentius de Gubbio) et surtout avec Léon Ier.

71 Ce texte, célèbre, figure également dans l’Anselmo dedicata, (I, 11) ; les 74 Titres (I, 2) ; les 183 Titres (I, 2) ; l’Abrégé de Florence (I, 2) ; Deusdedit (I, 61) ; les IV Livres (I, 2) ; Bonizo (IV, 51) ; Yves, Décret, V, 2 et Pan., IV, 4 ; Décret de Gratien, D. 22, c. 2.

72 Cf. I, 65 et 66, et Deusdedit, I, 125.

73 Supra, IV, b). Cf. déjà Anselmo dedicata, 1, 127. Même lien dans le texte cité par Anselme I, 50, qui l’attribue à Gélase, mais qui relève du concile de 502 sous Symmaque (Thiel, 688).

74 MGH. AA. VII, 52.

75 On le retrouve dans le Décret de Gratien, D. 40, c. 1.

76 I, 311, cf. supra, IV, d).

77 Homélie 16, PL 94, col. 222-223.

78 Texte repris dans les Décrets d’Yves (V, 25) et de Gratien (C. 24, q. 1, c. 27).

79 Anselmo dedicata, I, 5 ; Anselme, I, 3 ; Bonizo, IV, 48 ; cf. Yves, Décret, V, 47.

80 Voir aussi dans l’Anselmo dedicata (I, 17), le texte du Pseudo-Zéphirin (H. 133).

81 Ep. 42 (Thiel, 455) = Burchard, III, 220 ; II Livres, I, 37 ; 74 Titres, II, 22 ; Abrégé de Florence, I, 9 ; IV Livres, II, 22 ; Anselme, I, 67 ; Yves, Pan., IV, 3 ; Décret de Gratien, D. 21, c. 3. À Pierre a été donnée « la compagnie de Paul, qui au même temps, le même jour a connu la mort glorieuse avec Pierre ».

82 74 Titres, II, 23 ; II Livres, I, 38 ; IV Livres, II, 23 ; Anselme, I, 69 ; Deusdedit, I, 285-289 ; Bonizo, IV, 89. Voir aussi Deusdedit, I, 291 (= Grégoire le Grand) ; cf. Décret de Gratien, C. 2, q. 7, c. 37. Deusdedit I, 295 reproduit aussi un passage du De baptismo (II, 1), dans lequel Augustin, citant Cyprien (Ep. 71, 3, éd. Haertel) débat des relations entre Pierre et Paul.

83 Même image dans un sermon de saint Léon (Sermo 82, 7) cité par Deusdedit, I, 190 « lumen oculorum du corps de l’Église ».

84 Anselmo dedicata, I, 11 et 103 ; 74 Titres, II, 21 ; II Livres, I, 7 ; Deusdedit, I, 61 ; Anselme, I, 66 ; 183 Titres, II, 3 ; IV Livres, II, 21 ; Bonizo, IV, 51 ; Yves, Décret, V, 2 ; Décret de Gratien D. 22, c. 2.

85 L’expression Apostolica Sedes est très ancienne. Elle est déjà employée au ive siècle par Damase.

86 Le terme de caput, appliqué à l’Église de Rome se rencontre dès les ive-ve siècles avec Ambroise, Innocent Ier, Léon le Grand, Gélase (cf. Y. M. Congar, Ecclésiologie du haut Moyen Âge, p. 190-192).

87 Pseudo-Pie (H. 116-117) = Anselmo dedicata, I, 14 ; II Livres I, 5 ; Anselme, I, 11 ; Bonizo, IV, 54.

88 Pseudo-Alexandre (H. 95) = Anselmo dedicata, I, 13 et III, 44 ; II Livres, I, 3 ; Anselme, II, 35 ; Deusdedit, I, 64 ; Bonizo, IV, 52. Cf. caput : Anselme, I, 22 (Pseudo-Pie, H. 117) ; Pseudo-Marcellus (H. 223) = II Livres, I, 18 ; 183 Titres, II, 8 ; Anselme, I, 15 ; Deusdedit, I, 83 ; Bonizo, IV, 64 ; Décret de Gratien C. 2, q. 6, c. 6 et C. 24, q. 4, c. 15.

89 Pseudo-Vigile (H. 712) = II Livres I, 12 ; 74 Titres, 12 ; Abrégé de Florence, I, 7 ; 183 Titres, II, 12 ; Anselme, I, 9 ; Deusdedit, I, 139 ; Décret de Gratien, C. 2, q. 6, c. 12.

90 Pseudo-Anaclet (H. 84) = Anselmo dedicata, I, 12 ; 74 Titres, I, 2 ; Abrégé de Florence, I, 2 ; 183 Titres, II, 10 ; Anselme, I, 66 in fine.

91 Pseudo-Athanase d’Alexandrie (H. 451-452) = Anselme, I, 59 ; Deusdedit, I, 8.

92 Pseudo-Calixte (H. 136) = Anselrno dedicata, I, 18 ; 74 Titres, I, 4 ; II Livres, I, 9 ; IV Livres, I, 4 ; 183 Titres, II, 6 ; Anselme, I, 12 ; Deusdedit, I, 71 ; Décret de Gratien C. D. 12, c. 1 ; Pseudo-Lucius (H. 179) : Anselme, I, 35 ; Deusdedit, I, 78 ; cf. infra…

93 Ep. 16, PL 54, col. 695.

94 PL 67, col. 292.

95 Pseudo-Jules (H. 464) cf. supra note 67.

96 Thiel, 415.

97 Voir Anselme, I, 42 (= R Livres, I, 22) citant la lettre 82 de Léon le Grand (PL 54, 917) et I, 46, citant Gélase (Thiel, 356).

98 Anselmo dedicata, I, 19 et 24 a ; II Livres, I, 19 ; Anselme, I, 16 ; Bonizo, IV, 66 ; Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 11.

99 C. 4 à 10 CSEL 3, p. 212-218.

100 74 Titres, I, 18 ; IV Livres I, 18 ; Anselme I, 10 ; Deusdedit, I, 277 ; Bonizo IV, 85 ; Décret de Gratien, C. 2, q. l, c. 18, pr.

101 74 Titres I, 19 ; IV Livres I, 19 ; Anselme, V, 1 ; Deusdedit, I, 2T8 ; Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 18

102 74 Titres, I, 20 ; IV Livres, I, 20 ; Anselme, V, 2 ; Deusdedit, I, 279 ; Décret de Gratien, C. 24, q. 1, c. 19 pr. On notera que, sauf chez Anselme, les trois fragments sont reproduits les uns à la suite des autres, comme ils figuraient dans le Traité de Cyprien. Supra note 99.

103 Cura est employé à plusieurs reprises par saint Léon (voir par exemple Ep. 5, 21 ; Sermo V, 2).

104 Sollicitudo omnium ecclesiarum appartient au vocabulaire de la chancellerie pontificale dès la fin du ive siècle (époque de Sirice).

105 Voir aussi Pseudo-Marcellus (H. 223) = II Livres, I, 18 ; Anselme, I, 15 ; 183 Titres, II, 8 ; Bonizo, IV, 64.

106 Exp. Ev. sec. Lucam (CSEL 32, 44, p. 175).

107 Deusdedit (I, 130) cite un passage du Décret de Gélase De recipiendis et non recipiendis libris (Thiel, 457-458), déterminant « les opuscules et traités des Pères orthodoxes, qui ne sont en rien séparés de la communauté de la sainte Église Romaine », dont il recommande la lecture (legendos decernimus).

108 MGH, Epist., V, 1, p. 75 ; sur ce texte voir infra note 133. Le texte figure également dans les II Livres, I, 34 ; les 74 Titres, I, 14 ; les IV Livres, I, 14 ; le Décret de Gratien, D. 12, c. 2.

109 Voir aussi Anselme, II, 19 citant un autre passage de la même lettre de Grégoire IV (MGH. Ep. V, 1, 77), que l’on retrouve dans les II Livres, I, 15 ; les 74 Titres, I, 35 ; les IV Livres, I, 15 ; Deusdedit, I, 219 ; Bonizo, IV, 83 ; le Décret d’Yves, V, 11 et 349. Même idée dans Anselme, I, 34 (H. 156) « suivre en vrai fils les exemples de l’Église Romaine, qui est appelée votre mère », et dans Anselme, I, 62 et 45 (Décret synodal d’Hilaire en 465 c. 2, Thiel, I. 161), qui figure également chez Bonizo, IV, 73, les Décrets d’Yves, V, 32 et 37 et de Gratien C. 25, q. 1, c. 4.

110 En ce sens la note de Wolf von Glanvell sous ce canon.

111 Cf. Yves, D. IV, 238 et. Pan. II, 101.

112 II Livres, I, 21 ; Anselme II, 15 ; Deusdedit, I, 66 (citant le Pseudo-Ygin, H. 115). Voir aussi Anselmo dedicata, I, 19 (= Pseudo-Sixte, H. 191) ; Anselme, I, 31 (=Gélase) ; I, 44 et 61 (Léon) ; II, 44 (Pseudo-Jules).

113 Anselme, I, 38 et 40 (= Pseudo-Jules H. 461), cf. I, 26 (= Sirice).

114 Innocent Ier à Exupère de Toulouse = Bonizo IV, 47.

115 La lettre est aussi utilisée dans la Collection de Deusdedit, avec un découpage différent (I, 301).

116 Utrum de ecclesia pellendi sunt qui eo confugiunt… (Ep. ad Classicianum, PL 33, col. 1068).

117 Sermo 131, 10.

118 PL 145, col. 91-92. Les trois collections attribuent ce texte à Nicolas II.

119 Thiel, 646 et H. 658.

120 Texte repris dans les Décrets d’Yves, V, 336 et de Gratien, D. 79, c. 2.

121 Le c. 4 est aussi repris par Yves, Décret V, 80.

122 MGH, Reg. Epist. Greg. I, p. 1-2.

123 Le texte figure au Décret de Gratien (D. 94, c. 1) sous la forme qu’il présente dans les II Livres et chez Anselme.

124 Visite ad limina : Concile de Rome de 744, c. 4 dans Anselme VI, 190 et Deusdedit, I, 146 ; pallium : Concile de Ravenne de 877, c. 1 et 2, dans Burchard I, 29 ; Anselme, VI, 25, et Deusdedit I, 97 et 166 ; Yves, D., V, 354 et Pan., III, 21.

125 Reg., IX, 26-27.

126 PL, col. 129, 798 et 806.

127 Ep. II, 37 (Reg. I, 132).

128 Ep. II, 45 et 50.

129 II Livres, I, 1 ; 74 Titres, I, 1 ; Abrégé de Florence, I, 1 ; IV Livres, I, 1 ; IV Livres, I, 1.

130 Pseudo-Denys (H. 195) « En vertu de l’autorité apostolique, “le pape peut corriger” tout ce qui est mauvais » = Anselmo dedicata, I, 21 ; II Livres, I, 14 ; 183 Titres, II, 11 ; Anselme, I, 14 et II, 38 ; Deusdedit, I, 79 ; Bonizo, IV, 60.

131 Ep. 26 (Thiel, 416) : De omni ecclesia fas habeas iudicandi = Anselme, I, 47 ; Ep. 27 (Thiel, 427) = Anselme, II, 32.

132 Par exemple Anselme, IV, 27 (voir la note de Thaner sous Anselme, IV, 27).

133 MGH. Ep. V, 73. L’authenticité de la lettre est douteuse ; en faveur de l’authenticité Goffart, Medieval Studii XXVIII, 1966, p. 23-38.

134 Le texte se retrouve dans les II Livres, I, 35 a ; les 74 Titres, I, 16 ; les IV Livres, I, 16.

135 La formule lapidaire Nemo iudicabit primam Sedem du Constitutum Silvestri (c. 20) (un apocryphe fabriqué sous Symmaque) figure dans de nombreuses collections : II Livres, I, 29 ; 74 Titres, I, 8 ; Abrégé de Florence, I, 5 ; IV Livres, I, 8 ; Anselme, I, 19 et IV, 40 ; Deusdedit, IV, 41. Le texte est repris au Décret de Gratien (C. 9, q. 3, c. 13) qui l’attribue à Inn. Papa.

136 Voir par exemple Thiel, 344, 399. Koeniger (Prima Sedes a nemine iudicatur, Festgabe Ehrhard, p. 280-300) a montré comment cette maxime avait été déduite dès les iiie-ive siècles de I Cor. 2, 15 : Spiritualis autem iudicat omnia, ipse autem a nemine iudicatur.

137 Formule analogue dans une lettre du 1er février 495, aux évêques de Dardanie (Thiel, 399).

138 Voir Hans Jürgen Becker, Die Appellation vom Papst an ein allgemeines Konzil, 1988, p. 25-26.

139 H.J. Becker, op. cit., 27.

140 Par exemple Anselme II, 53 (Innocent Ier, Ep. 2, 3). L’affirmation de cette haute juridiction était très ancienne. Dès les débuts du ve siècle, elle avait été formulée par Innocent Ier, par exemple dans sa lettre de 404 à Vitricius de Rouen à propos des causae maiores. La notion de causae maiores, empruntée à la Bible (Ex. 18, 22) restera toujours vague et imprécise, ce qui favorisera la compétence pontificale, Zosime (Ep. 12, 1 du 21 mars 418, PL, col. 676) écrivait : de eius iudicio disceptare nullus audeat… nullus de nostra possit retractare sententia. Boniface, dans sa lettre du 11 mars 422 à Rufus de Thessalonique, dit de même : de nostro non esse iudicio retractandum (PL 20, col. 776).

141 Certains subordonnent la condamnation d’un évêque à l’approbation du Siège Apostolique, par exemple Anselme, II, 80 (Pseudo-Damase, H. 507).

142 Ainsi Pseudo-Jules (H. 460) = Burchard, I, 175 ; Anselme, II, 43 ; Deusdedit, I, 92 ; Yves Décret, V. 292 § 1.

143 MGH. Ep. V, 73, sur cette lettre voir supra note 133

144 Ce texte se trouvait déjà, dans l’Anselmo dedicata I, 38 et 43. On le retrouve dans Deusdedit, II, 23, 23a, 24 et il sera repris par Yves, Décret, V, 15 et par le Décret de Gratien, C. 9, q. 3, c. 11 et 12.

145 Voir également Deusdedit II, 23 au début.

146 Iniuste damnatos vel excommunicatos… restituere. Même expression (restitutiones episcoporum) dans Anselme II, 48 (Pseudo-Jules H. 471).

147 MGH. AA VII, 60.

148 Voir dans le même sens le texte du Pseudo-Jules (H. 474) dans Anselme, II, 49 et Deusdedit, I, 21.

149 Pseudo-Melchiade, (H. 243). Voir aussi II Livres I, 23 et Yves, Décret, V, 46.

150 Anselmo dedicata, I, 25 et 65 ; II Livres, I, 24 ; 183 Titres, II, 13 ; Anselme, I, 17 et II, 42 ; Deusdedit, I, 90 et 91, Décret de Gratien, C. 3, q. 6, c. 9.

151 Voir aussi Anselme, II, 29 et 30 (Léon, Ep. 14, 7 et 11).

152 Ep. 26, 5 ; Ep. 26 (B), 3 (Thiel, 399-400, 415).

153 II Livres, I, 30 et 45 ; 74 Titres, I, 10 ; Anselme, II, 16 et 24 ; IV Livres, I, 10 ; Yves, Panormie, IV, 9 ; Décret de Gratien, C. 9, q. 3, c. 17 et 18. Voir aussi un texte attribué à Damase (H. 502) que citent Anselme, II, 60 et Deusdedit, I, 95 interdisant aux métropolitains, même s’ils sont assistés par leurs comprovinciaux, de décider des summae causae ou de condamner des évêques sans l’autorisation du Siège-Apostolique.

154 Voir aussi pour certains de ces textes Bonizo IV, 76 et 77 ; Yves, D., V, 19 et Pan., IV, 11 ; Décret de Gratien, C. 9, q. 3, c. 10.

155 L’Anselmo dedicata, I, 44 ; les Décrets d’Yves (V, 27) et de Gratien (C. 2, q. 6, c. 36) donnent aussi ce canon de Sardique.

156 Les c. 3 à 5 du concile de Sardique, sur l’appel à Rome, ont suscité depuis le ive siècle de nombreuses controverses et une abondante littérature moderne. Ce n’est pas le lieu de revenir ici sur ces débats.

157 Hist. Tripart., IV, 9, 4, cf. Wojtowytsch, Papsttum und Konzilien, p. 105. Déjà au ve siècle, l’auteur de la Collection de Freising, dans sa présentation du concile de Nicée écrivait : placuit ut omnia quae statuta sunt mitterentur ad episcopum Urbis Romanae… probanda. Le probanda, qu’il est seul à employer, sera repris dans la Collection de Würtzburg (Ch. Munier, « La tradition littéraire du dossier africain », Revue de droit canonique, 1979 = Études offertes à J. Gaudemet II, l, p. 50-51).

158 Disposition que l’on retrouve dans les Capitula Angilramni c. 36 (H. 764) dont le texte est repris, par Burchard XV, 9 ; Deusdedit, I, 147 ; Bonizo, IV, 81 ; Yves, D., V, 38 et XVI, 10 ; Décret de Gratien, D. 10.

159 Voir aussi la Palea du Décret, D. 96, c. 14.

160 MGH, Capit., I, n. 172. Le « Privilège » est aussi dans Bonizo, IV, 97a.

161 MGH, Diplom., T, n. 235, §§ 6-12.

162 Ibid., III, n. 427.

163 Deusdedit donne aussi ce texte III, 58.

164 IV, 90 à 94 (MGH, Ep. VII, p. 277, 281, 282, 284).

165 (Thiel I, 351) Ep. 12.

Notes de fin

1 Article paru dans les Mélanges en hommage à Luigi Prosdocimi.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search