Version classiqueVersion mobile

Formation du droit canonique et gouvernement de l’Église de l’Antiquité à l’âge classique

 | 
Jean Gaudemet

Deuxième partie. Gouvernement de l'église

12. Aux origines de la Libertas Ecclesiae dans la Rome symmaquienne

Texte intégral

  • 1 Le Doyen G. Le Bras a montré combien le court pontificat de Gélase fut fécond pour le droit canoniq (...)

1Malgré sa brièveté, (1er mars 492-21 novembre 496), le pontificat de Gélase 1er, l’Africain, avait assuré au Siège Romain un éclat qu’il n’avait plus connu depuis Léon le Grand (440-461) : liens resserrés avec l’épiscopat d’Occident par une abondante correspondance, dans laquelle le Pontife affirmait son autorité, politique de fermeté pour défendre l’orthodoxie contre les féaux de l’ancien Patriarche de Constantinople, Acace, déposé par Félix III, sauvegarde des droits du Siège de Pierre vis-à-vis de Constantinople, partage du gouvernement du monde entre « l’autorité sacrée du Pontife » et « la puissance royale » qui laisse la première place au « chef de l’Église », souci de développer le droit qui la régit1.

  • 2 G. Bardy, dans L’Histoire de l’Église dirigée par A. Fliche et V. Martin, T. IV, p. 307 et 340-341.
  • 3 Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, I (éd. 1955, réimpr. 1981, Bibliothèque des Écoles Françaises (...)

2Splendeur sans lendemain. Dès le court pontificat d’Anastase II (496-nov. 498) des tensions apparaissent dans le clergé romain. L’attitude du Pontife vis-à-vis de Constantinople, des contacts repris, des concessions envisagées2 trouvèrent à Rome des adversaires. Des prêtres abandonnèrent la communion d’Anastase3. D’autres approuvèrent son attitude. L’élection du successeur s’annonçait difficile.

3Elle fit éclater la rupture, suivie bientôt d’émeutes dans Rome et des longues années du « schisme laurentien » (498-507). Ce fut l’occasion d’interventions laïques, du peuple romain, du sénat, du roi goth de Ravenne. Occasions, en retour, d’affirmer l’indépendance de l’Église, la liberté du choix du Pontife, la sauvegarde du patrimoine. Si le mot n’apparaît pas encore, c’est la Libertas Ecclesiae, qui est en cause, sur un fond de conflits parfois violents et de pressions du pouvoir.

4Il faut rappeler cet arrière-plan, avant d’analyser les répliques qu’il suscita.

I. Les faits

  • 4 Les événements et leurs suites sont bien connus, en particulier par les deux versions de la Vita Sy (...)

5Au lendemain du décès d’Anastase (19 novembre 498), les clercs qui avaient approuvé sa politique choisissent pour Pontife l’un de ses partisans, Laurent, l’archiprêtre du titre de Sainte Praxède. La majorité du Sénat se rallie à ce choix. Laurent est élu par acclamations en la basilique de Sainte-Marie-majeure, à deux pas de son titulus4.

6Pendant ce temps un clergé, peut-être plus nombreux, élisait au Latran le diacre Symmaque (22 novembre).

  • 5 Ch. 3. Texte du Décret dans Thiel, Epistolae Romanorum Pontificum genuinae et quae ad eos scriptae (...)

7Double élection, deux papes rivaux, un clergé divisé, le sénat et le peuple engagés. Les débats dégénèrent en violences ; des troubles éclatent à Rome. L’ordre public est menacé. L’arien Théodoric fait comparaître à Ravenne les deux adversaires. Symmaque y est reconnu comme seul pape légitime. Rentré à Rome, il convoque un concile. Réunie le 1er mars 499, l’assemblée décide que, du vivant du pape, nul n’a le droit d’envisager le choix de son successeur5. Laurent assistait au concile. Il en souscrivit les actes, en qualité d’archiprêtre de Sainte Praxède. Une nomination à l’évêché de Nocera, en Campanie, l’éloigne bientôt de Rome.

8Après quelques mois d’accalmie, les attaques contre Symmaque reprennent à Rome. Sa vie privée, sa gestion du patrimoine de l’Église, les conditions simoniaques ( ?) de son élection sont mises en question. Théodoric l’invite à venir s’expliquer à Ravenne. Le pape se mit en route, puis, saisi d’inquiétude, il rebrousse chemin à Rimini pour s’enfermer dans Saint-Pierre. Théodoric y vit un aveu. Les adversaires de Symmaque profitent de la situation pour obtenir l’envoi à Rome d’un « visiteur », l’évêque d’Altino, qui administrera l’Église jusqu’au règlement de l’affaire. Les protestations de Symmaque contre cette mesure restèrent sans effet.

  • 6 Thiel, op. cit., p. 662.

9Soucieux d’en finir, Théodoric convoque à Rome un concile pour juger le pape. Double scandale : un concile convoqué par le Prince (il y avait eu des précédents illustres !) et le pape soumis au jugement des évêques (c’était une nouveauté). Le concile tint une première session dans la basilique du pape Jules Ier (Sainte-Marie-du-Transtévère). Symmaque s’y présenta, acceptant de se soumettre au jugement des évêques. Parmi eux, certains, et des plus grands, les métropolitains de Milan, Aquilée, Ravenne, ne lui étaient plus favorables. La seconde séance se tient quelques jours plus tard. La réunion avait été fixée à Sainte-Croix-de-Jérusalem, la basilique que Constantin avait fait aménager dans une partie de la grandiose résidence impériale du Sessorium. Pour s’y rendre depuis son refuge de Saint-Pierre, Symmaque devait traverser Rome d’Est en Ouest, un trajet d’une grande heure de marche. En cours de route le pape et son escorte furent attaqués. Il y eut des morts parmi le clergé6. Cédant devant l’émeute, Symmaque regagne Saint-Pierre d’où il refusera de sortir. L’absence de l’« accusé » compliquait les choses. Des évêques, considérant qu’un jugement ne pouvait intervenir, quittèrent Rome. Le roi fit pression pour que le concile se poursuive, mais le pape persista dans son refus d’y comparaître. Dans une ultime séance, il fut reconnu innocent. Lui seul était le pape légitime. Le temporel de l’Église lui serait rendu, le peuple lui devait obéissance. Les clercs, qui ne rallieraient pas son obédience, seraient tenus pour schismatiques.

  • 7 Les partisans de Laurent déclaraient nulle la nomination de leur candidat à Nocera et le tenaient d (...)
  • 8 Cette date est celle qu’impose la mention des deux consuls. Mais L. Duchesne (L’Église au vie siècl (...)
  • 9 Voir infra p. 287.

10Théodoric aurait souhaité une condamnation. Il laissa les intrigants s’agiter contre le Pontife, parmi eux de grands personnages, des sénateurs influents, d’anciens consuls comme Festus (consul en 472) et Probinus (consul en 489). Avec leur appui et celui du roi, Laurent revint à Rome7. Contrairement à l’avis donné par le concile, ce fut lui qui obtint les églises. Seul Saint-Pierre, tenu par Symmaque, lui échappa. Symmaque avait aussi ses partisans : la majorité du peuple romain, des sénateurs, dont Faustus, le consul de 490, des prélats d’Italie. Fort de ces appuis, il réunit un concile à Saint-Pierre, le 6 novembre 5028. Peu de prêtres romains, trente-cinq, mais des évêques italiens en nombre. On y discuta de l’aliénation des biens ecclésiastiques et de la simonie9.

11La paix ne fut pas assurée pour autant. Pendant quatre années, Laurent se maintint à Rome. Émeutes, violences, massacres ponctuèrent les mois. Les clercs partisans de Symmaque risquaient leur vie, en sortant au grand jour.

12Les Symmachiens ne se contentèrent pas de répondre à la violence par la violence. Des écrits circulaient, dont ils étaient les auteurs, pour fortifier par des récits qui se disaient historiques la position du pape. Ce sont les célèbres « Apocryphes symmachiens », dont le plus connu est le Constitutum Silvestri.

  • 10 Sur ces Apocryphes L. Duchesne, Liber Pontificalis I, p. cxxxiii-cxii ; Maassen, Geschichte der Que (...)
  • 11 H. Marrou dans J. Danielou, et H. Marrou, Nouvelle histoire de l’Église I, Paris, 1963, dénonce, à (...)
  • 12 Sur les Apocryphes des premiers siècles qui offrent les esquisses d’un droit de l’Église, voir nos (...)
  • 13 Voir les études réunies par H. Furhmann dans les cinq volumes des Fälschungen im Mittelalter, MGH S (...)

13On n’a pas à rappeler ici comment des légendes, élevées à la dignité de récits historiques, ont servi à défendre Symmaque par l’autorité du précédent10. Le procédé a paru à la fois enfantin et quelque peu scandaleux à d’« éminents historiens »11. C’est sous-estimer l’autorité dont, pendant fort longtemps, le passé a joui auprès des hommes d’Église. Les apocryphes symmachiens n’étaient pas les premiers à jouir d’une large audience12 et les faussaires connaîtront de beaux jours jusqu’à l’aube de l’âge moderne13. Les historiens du droit canonique ont depuis longtemps attiré l’attention sur ce genre littéraire pour en analyser les raisons profondes.

  • 14 Voir les études réunies par H. Furhmann dans les cinq volumes des Fälschungen im Mittelalter, MGH S (...)

14Mais, on l’a dit14 : « Ni les moyens violents, ni les procédés littéraires ne purent suffire à mettre un terme aux maux dont souffrait l’Église romaine ».

15L’ardeur des combattants s’affaiblit peu à peu. La lassitude obtint ce que n’avait pu imposer la force. Des clercs laurentiens rejoignirent Symmaque. Laurent lui-même finit par quitter Rome pour trouver refuge sur les terres du patrice Festus. Celui-ci reçut l’ordre du roi de rendre à Symmaque les églises romaines. À la mort du pape (514), l’ordre était à peu près revenu. Son successeur, Hormisdas vit disparaître les dernières séquelles d’un long schisme.

16Ainsi, pendant une quinzaine d’années, deux papes en conflit, un clergé divisé, des églises disputées entre factions rivales, le peuple cédant à la violence, tandis que le Sénat à Rome, le roi goth à Ravenne jetaient le poids du pouvoir séculier dans la balance, des conciles répétés, d’opinions opposées, mais d’une égale inefficacité ; autant d’atteintes au prestige de l’Église, à son autorité, à son indépendance. Autant de raisons pour elle de réclamer avec force sa liberté.

17Après les hommes et les événements qui ont jeté le trouble, tournons-nous vers les règles qu’ils ont édictées afin de mieux fixer les rôles de chacun.

18Comme souvent en droit canonique, ces règles doivent être envisagées au delà du temps de leur élaboration, pour en mesurer la portée. Que fut-il décidé ? Quel fut le sort de ces textes dans les collections canoniques médiévales ?

II. Défense des libertés

19Cette double interrogation limite le champ de notre enquête. Seules nous retiendront les mesures qui furent recueillies dans des collections canoniques et, tout spécialement, dans celle qui est comme la charnière entre le droit ancien et l’apogée médiéval, le Décret de Gratien.

20Ces dispositions entendent fixer les règles de la désignation pontificale, la soustraire aux pressions des pouvoirs comme aux violences du peuple de Rome, écarter les laïcs, encombrants ou dangereux. Elles veulent aussi garantir le patrimoine ecclésiastique contre des appropriations abusives. Défense des hommes et protection des biens, afin que triomphe la liberté de l’Église.

21De telles ambitions n’étaient pas nouvelles. À deux reprises au moins, pendant le ve siècle, les difficultés de l’élection pontificale avaient donné lieu à des prises de position des autorités religieuses et du pouvoir politique. Celles-ci étaient présentes à la mémoire des acteurs des années 500. Aussi devons-nous les rappeler brièvement.

  • 15 Ammien Marcellin, XXVII, 3, 12.
  • 16 Avellana, 7 (CSEL 35, 1, p. 49) ; lettre de Valentinien au préfet de la Ville.

22Déjà en 386, lorsque Valentinien II avait fait exiler l’adversaire de Damase, le diacre Ursinus, une émeute avait éclaté à Rome. Il y eut des morts15. Revenu dans la Ville, Ursinus en fut chassé une seconde fois. L’empereur intervint au nom de l’ordre public, non pour imposer son candidat16. Les désordres suscités par une élection pontificale n’en avaient pas moins provoqué l’intervention du pouvoir politique.

  • 17 Avellana, 14, 15, 16 (CSEL 35, 1, p. 59 sq.).

23En 418, à la mort de Zosime, deux papes sont élus, Eulalius choisi par le collège des diacres, et Boniface, candidat du presbyterium. La régularité des deux élections était discutable. Le préfet de la Ville, Symmaque, craignant pour la paix, saisit l’empereur. Il penchait pour Eulalius, mais Boniface avait des appuis à Ravenne. Procédures, hésitations, retournements aboutirent à l’émeute à Rome, en mars 419. L’attitude d’Eulalius le fit écarter. Boniface fut reconnu comme pape légitime. Le peuple approuva cette décision17.

  • 18 Ep. 7 (PL 20, 765), texte repris au Décret de Gratien, D. 97, c. 1.
  • 19 Avellana, 37 (CSEL 35,1, p. 83) repris au Décret D. 79, c. 8 et D. 97, c. 2. L’absence de cet impor (...)

24Soucieux d’éviter le retour de semblables désordres, Boniface, déjà âgé et malade, demanda à l’empereur de garantir la paix en cas de vacance du Siège apostolique18. Par cette initiative imprudente la Papauté offrait au Prince l’occasion d’intervenir dans les élections romaines. Curieusement ce fut le Prince qui fit preuve de réserve. La réponse d’Honorius n’envisage que l’hypothèse de l’élection de deux candidats rivaux. Même dans ce cas, l’empereur s’interdit de choisir entre eux. Aucun, dit-il, ne sera reconnu. Une nouvelle élection aura lieu. « Le jugement divin et le consentement du collège » désignera le Pontife19.

25En 483, au lendemain de la mort de Simplice et avant l’élection de son successeur, des sénateurs et des membres du clergé romain se réunissent dans le Mausolée impérial, attenant à Saint-Pierre. On souhaite que la prochaine élection ne soit pas l’occasion de brigues, de simonie, voire de troubles, et l’on s’interroge sur les mesures à prendre.

  • 20 Rappel sera fait de cette assemblée et de ces décisions dans le concile de 502 tenu par Symmaque (T (...)

26Le Patrice Caecina Basilius, préfet du prétoire d’Odoacre qui préside au nom du roi, rappelle que, selon la volonté du pape défunt, afin d’éviter les troubles, il devait être « consulté » avant toute élection. Il en profite pour ajouter qu’il faudrait interdire, pour l’avenir, à tout pape d’aliéner des biens d’église, meubles ou immeubles. L’assemblée ratifia, puis appela au pontificat le diacre Félix20.

27Les incidents de 498-502 avaient donc des précédents. On ne les oublia pas dans les discussions que souleva le schisme laurentien.

28Au milieu des périls, alors que la paix se rétablit difficilement à Rome, trois voix se font entendre pour défendre la papauté, affirmer ses droits, revendiquer l’indépendance de l’Église, celle des évêques réunis par Symmaque à Rome en 502, celle du diacre Ennodius, répondant aux adversaires du pape, qu’avait mécontentés la prudence du concile de l’année précédente, celle, mystérieuse, mais d’un grand éclat, des Apocryphes symmachiens.

  • 21 Sur ce concile voir supra note 8.
  • 22 Texte dans Thiel, op. cit., p. 686.
  • 23 Supra p. 286.

29Le concile de 50221 marque nettement la volonté de soustraire la Papauté, et tout spécialement le choix du Pontife, aux interventions séculières22. Aussi s’en prend-il à la déclaration du préfet du prétoire d’Odoacre qui, quelque vingt ans auparavant, avait prévu « une consultation » de l’autorité politique avant toute élection23. Symmaque, pour rappeler cette prétention, fait lire le texte par un diacre. La lecture est interrompue à plusieurs reprises par les exclamations scandalisées des évêques. Basile avait également rappelé qu’aucun pape ne pourrait aliéner des immeubles, des ornements ou des fonctions qui appartenaient à l’Église. Une telle aliénation serait nulle, son auteur et ses bénéficiaires encourraient l’anathème. Une telle disposition suscite les vives protestations d’un membre de l’assemblée : « Que le concile veuille bien dire s’il est permis à un laïc de frapper d’anathème en matière ecclésiastique ; un laïc peut-il anathémiser un clerc ? Peut-il, en violation des canons, décider de ce qui n’est pas de sa compétence ? » Réponse unanime du concile : « Cela ne lui est pas permis ». Le document lu par le préfet précisait : « impossibilité d’acquérir par prescription des terres appartenant aux églises. Des pierres précieuses, de l’or, de l’argent, des vêtements usagés, des ornements défraîchis, qui ne peuvent plus servir et dont l’église veut se débarrasser ne peuvent qu’être vendus à leur juste prix et le produit de la vente servira aux besoins religieux ». Il serait en effet inique et sacrilège de voir ce que des mourants ont laissé aux églises à l’intention des pauvres, afin d’assurer leur salut et le repos de leur âme, abandonné à d’autres par ceux-là mêmes qui devraient apporter le plus de soin à leur conservation.

30Les conclusions du débat apparaissent dans trois déclarations concordantes dans le fond, mais présentées avec quelques différences de forme par les évêques de Milan, Ravenne et Syracuse, et que confirme une déclaration du concile. Les positions sont claires et unanimes. « Des laïcs, même religieux, n’ont aucun droit à s’occuper des biens ecclésiastiques. Il ne leur est pas permis de disposer de quelque pouvoir pour imposer des règles à l’Église en dehors de toute intervention du Pontife. Il leur reste le devoir d’obéir, non l’autorité de commander ».

31Le document lu au nom d’Odoacre « ne saurait donc obliger aucun Pontife de la cité romaine, surtout lorsque le pape romain ne l’a pas souscrit. Il est manifeste qu’il n’a aucune valeur, puisqu’il n’est pas conforme aux canons et qu’il est l’œuvre d’un laïc. Émanant d’un laïc, il ne peut être mis au rang des statuts ecclésiastiques, cela même s’il a obtenu l’assentiment de quelques évêques ; ceux-ci ne peuvent prendre des décisions préjudiciables au Pontife qui les a consacrés ». Le concile conclut en demandant à Symmaque de déclarer la nullité de ce document. « Il ne faudrait pas qu’il donne l’exemple d’une décision prise à propos de biens ecclésiastiques par quelques laïcs, encore qu’ils soient religieux ou puissants ».

32Deux thèmes dans ces propos, mais un même objectif. Qu’il s’agisse d’élaborer des règles ou de décider du sort des biens, on doit exclure les laïcs quelle que soit leur ferveur religieuse ou leur pouvoir politique. Du roi (Odoacre ou Théodoric), ou de l’empereur, il n’est pas fait mention. Cet anonymat accroît la généralité de l’exclusion. Les événements lors du schisme l’ont bien montré : l’indépendance de l’Église, sa liberté sont à ce prix.

  • 24 Texte dans les MGH AA. 7, p. 48-67.
  • 25 Hinschius, Decretales Pseudo-isidorianae (cité par la suite H.), p. 666.
  • 26 MGH AA., 7, p. 57 ; H. p. 669.
  • 27 MGH AA., 7, p. 60 ; H. p. 671.

33Le concile de 502 fournit les textes majeurs. Le Libellus pro synodo d’Ennodius24 avait, quelques mois plus tôt, œuvré dans le même sens. On ne retiendra que quelques-unes de ses déclarations les plus caractéristiques. Il se proposait de réfuter un Libelle qu’avait scandalisé l’acquittement de Symmaque par le concile du Palais Sessorium. Il fallait donc justifier la procédure conciliaire et affirmer les droits de la Papauté. Nul n’a soutenu, reconnaît Ennodius, que Pierre et par la suite ses successeurs aient reçu « avec le privilège du Siège… la permission de pécher ». La succession apostolique garantit l’« héritage d’innocence »25. Invoquant l’autorité d’anciens canons, Ennodius rappelle que, lorsqu’un évêque fait l’objet d’une accusation, ses clercs ne doivent pas se séparer de lui avant le prononcé de la sentence de condamnation26. Référence évidente à la situation de Symmaque, accusé par Laurent, mais auquel le clergé romain aurait dû rester fidèle. Le Pro synodo dénie d’ailleurs toute autorité à un synode qui se tiendrait en l’absence du pape27.

  • 28 MGH AA., 7, p. 61 ; H. p. 672.

34Mais surtout, Ennodius proclame déjà la maxime que consacreront les Dictatus Papae (XIX) : Quod a nemine ipse (papa) iudicari debeat. Dans une langue moins juridique, mais plus théologique, Ennodius écrivait : Deus… Sedis istius praesulem suo reservat arbitrio. Et d’invoquer à ce propos le Tu es Petrus, qui réservait au Ciel le jugement des successeurs de Pierre28.

  • 29 PL 8, 839.

35C’est ce que répète, avec plus de netteté, quelques années plus tard, l’un des plus célèbres Apocryphes symmachiens, le Constitutum Silvestri29 : Nemo iudicabit Primam Sedem.

  • 30 Voir G. Bardy, Gélase (Décret de) Suppl. Dictionnaire de la Bible III, p. 579-590.

36Vers 520, l’auteur inconnu du Pseudo-Décret de Gélase30 dans son « Index des livres à recevoir ou à rejeter » dira de l’Église de Rome qu’elle a reçu la Primauté non d’une décision conciliaire, mais des paroles de l’Évangile du Seigneur : « Tu es Petrus… ».

III. Fortune des écrits symmachiens

37Le schisme laurentien avait servi l’Église. Des débats conciliaires au Libelle d’Ennodius, textes authentiques ou apocryphes faux avaient accumulé les déclarations tendant à sauver l’Église des entreprises laïques et soulignant avec force l’autorité romaine. Prolongement peut-être des splendeurs gélasiennes. Il faudra attendre longtemps avant que ne soit à nouveau revendiquée avec une telle ampleur la Libertas Ecclesiae.

38Les textes symmachiens ont tenu leur place dans cette longue histoire, rappelés à certains moments, oubliés à d’autres. Quel fut cet itinéraire ?

  • 31 Ibid., p. 286.
  • 32 Ibid., p. 506 et p. 515-521.

39a) Les conciles de 499, 501, 502 ont été recueillis par des collections canoniques du vie et du viie siècle, collections de Chiéti, de Reims, de Pithou, de Diessen31. Les Apocryphes symmachiens n’eurent pas moins de faveur, et tout spécialement le Constitutum Silvestri. On les trouve dans des collections italiennes de la première moitié du vie siècle, comme la Collection de Saint-Blaise ou la Vaticana (Vat. lat. 1342)32.

40Que des conciles romains des années 500 et des écrits, authentiques ou apocryphes, de la même époque, qui défendaient l’autorité de Symmaque aient été accueillis par des collections italiennes de peu postérieures au schisme n’a pas de quoi surprendre. Des compilateurs italiens, romains pour certains d’entre eux, ne pouvaient rester indifférents à ces documents qui servaient le Pontife romain.

  • 33 Ibid., p. 413 et 630.

41Le prestige de ces textes franchit rapidement les Alpes. Une collection gauloise du vie siècle, celle du manuscrit de Diessen, sans doute guidée par la Collection de Saint-Blaise, les reçut à son tour33.

  • 34 Ibid., p. 413 et 630.
  • 35 Ibid., p. 413 et 612.

42Le Constitutum Silvestri se retrouve dans la collection de Chiéti (Italie, vie siècle)34 et dans celle de Bigot (peu après 600)35.

  • 36 Landau, op. cit., p. 19.
  • 37 Maassen, op. cit., p. 413 et 718 ; Landau, op. cit., p. 20, n. 36.
  • 38 Mordek, Kirchenrecht und Reform in Frankreich, 1975, p. 187-188 et p. 482-483.
  • 39 Landau, op. cit., p. 19 ; Mordek, p. 244.
  • 40 Maassen, p. 456.
  • 41 Ibid., p. 464.

43Puis, pendant plus d’un siècle, les Apocryphes symmachiens semblent quelque peu négligés. Ils ne figurent pas dans la forme première de la Dionysio-Hadriana36, cette collection que le pape Hadrien remit à Charlemagne en 774 pour fournir un code à la réforme de l’Église franque. Le Decretum Sylvestri n’apparaît que dans des manuscrits de la fin du viie siècle de la Collection de Novare37 ou des manuscrits du ixe de la Vetus Gallica38. Les Apocryphes symmachiens trouvent également une place dans des manuscrits de la seconde moitié du ixe siècle de la Dionysio-Hadriana39, dans une Dionysiana aucta40 du milieu du ixe siècle41. Ainsi, après un temps d’indifférence ou d’oubli, ils reparaissent dans des formes rajeunies de collections anciennes…

  • 42 Nous jalonnons un itinéraire, sans pouvoir en suivre toutes les étapes.
  • 43 PL 130, p. 984-988 ; p. 997-1001 ; p. 1007-1021.

44b) Dans la Gaule du ixe siècle, l’atelier isidorien ne laissera pas ignorer des textes qui disaient l’autorité de Rome et entendaient libérer l’Église de l’emprise laïque42. Le Pseudo-Décret de recipiendis libris, le concile de 502, le Libellus d’Ennodius sont utilisés par les Fausses-Décrétales43. C’était assurer leur survie.

45c) De tels documents n’échapperont pas à l’attention de Burchard de Worms, lorsqu’au début du xie siècle, il compile son Décret. La déclaration d’Eulalius au concile de Rome de 502, déniant aux laïcs « tout pouvoir de statuer dans l’Église, car ils doivent obéir et non commander », se retrouve au Décret 15, 35 (avec une fausse attribution à un concile de Mayence, que l’évêque de Worms semble préférer à Rome). Au Livre III, c. 220, on trouve un passage du Pseudo-Décret de Gélase sur la Primauté romaine.

  • 44 P. Fournier et G. Le Bras, Histoire des Collections canoniques I, p. 372 et p. 381-423, où P. Fourn (...)

46Deux textes essentiels, mais, au total, peu d’emprunts. La Libertas Ecclesiae, la soustraction de l’Église aux entreprises laïques ne comptent pas au nombre des plus urgents soucis de Burchard, à qui Paul Fournier reprochait de regarder en arrière et de faire le code de l’Église carolingienne44. Celle-ci s’était construite sur une étroite imbrication des « deux pouvoirs ». Ce ne pouvait être le chemin de la Liberté.

47Déjà lézardée, cette Église ne survivra pas à la Réforme grégorienne et c’est avec les canonistes grégoriens que les écrits de l’époque de Symmaque connaissent un regain de faveur.

48d) Au cours des années 1050-1090, selon une succession dont l’ordre discuté importe peu ici, de nombreuses collections remettent en honneur l’époque de Symmaque. Toutes présentent un trait commun : elles veulent servir « la Réforme », qui tend à garantir la liberté de l’élection pontificale, à soustraire l’Église de la mainmise laïque, à restaurer son patrimoine, trop souvent usurpé. Chacun sait que la Libertas Ecclesiae fut la revendication majeure des « Grégoriens ».

49Ainsi rejoignaient-ils les vœux symmachiens. Les écrits de ces temps lointains offraient des auctoritates, qu’il eût été malheureux de négliger. Sans pouvoir faire ici le relevé exhaustif de ces rappels, nous en donnerons quelques exemples.

  • 45 Édition J. Bernhard, dans la Revue de droit canonique, 1962.
  • 46 Éd. J. Gilchrist, Monumenta iuris canonici, Series B, Città del Vaticano, I, 1978.
  • 47 H., p. 682.
  • 48 G. Fransen, « Autour de la Collection en 74 Titres », Revue de droit canonique, 1975, p. 62-73.
  • 49 Éd. J. Motta, Monumenta iuris canonici, Series B, vol. 7, 1988, p. 68. La collection date peut-être (...)
  • 50 Édition Thaner, Innsbruck, 1906-1915, reprod. Aalen, 1965. Critique de cette édition par P. Landau, (...)
  • 51 Éd. Wolf von Glanvel, Paderborn, 1905, reprod. Aalen, 1967.
  • 52 Éd. Perels, Berlin, 1930.
  • 53 P. Fournier, dans l’Histoire des Collections canoniques II, p. 148.

50Vers 1053 (ou après 1075 ?) la « Collection en Deux Livres »45 cite Ennodius (I, 31, 48, 50) le C. 2 du Constitutum Silvestri (I, 29), le Pseudo-Décret de recipiendis libris (I, 37). Celle « en Quatre Livres » en fait autant (I, 8 et 11 ; II, 2). Celle « en LXXIV Titres »46, peut-être une reprise des IV Livres (Gilchrist), postérieure à 1075, ajoute à ces textes (I, 8 et 11 ; II, 2) une menace d’anathème contre celui qui « confisquerait des biens d’Église », qu’il attribue aux « Règles du VIe synode romain » (c. 268)47. On retrouve ces textes dans l’« Abrégé de Florence » (I, 5, 6, 9) qui n’est qu’une version abrégée des LXXIV Titres48. La « Collection en CLXXXIII Titres »49 reproduit un passage du concile de 502 (XXXVIII, 2). L’emprunt est plus ample dans la Collectio canonum d’Anselme de Lucques50 : I, 19, 24, 50, 67 ; II, 25 et 57 ; IV, 28, 29, 40 ; V, 9 ; VI, 2 ; IX, 2. Appel également à ces auctoritates dans la Collectio canonum du cardinal Deusdedit, vers 1083-1087 :51 I, 30, 132, 133 ; IV ; II, 46 ; ou, quelques années plus tard dans le Liber de vita christiana de Bonizo de Sutri52 un « grégorien fougueux »53 : IV, 75.

51e) Les Collections d’Ives de Chartres ont repris certains de ces textes, mais sans leur accorder une grande faveur. Soucieux de paix, cherchant à calmer la « Querelle des Investitures », l’évêque de Chartres était moins engagé dans la réforme que les canonistes italiens (et souvent romains). Cependant ni le Décret ni la Panormie n’ignorent le Constitutum Silvestri (Décret IV, 5) ou le Libellus d’Ennodius (Décret IV, 242 ; V, 10 ; VI, 340-341 ; Pan. IV, 8).

  • 54 On les trouve également dans le Polycarpus.

52f) La somme de l’Ancien droit, qu’offre la Concordia discordantium canonum de Gratien, marque l’étape ultime de la pérégrination de nos textes54. La place qu’elle leur accorde frappe par son importance. Certes le Décret, selon son habitude, a largement utilisé des collections antérieures. Son ou ses auteurs ne sont pas remontés aux documents originaux. Les Fausses Décrétales, les collections grégoriennes et surtout celle d’Anselme, ont fourni l’essentiel. Ives, d’ordinaire mis largement à contribution, n’a donné ici que peu de textes et Burchard encore moins.

  • 55 Thiel, op. cit., p. 685 sq.

53Le texte le plus important, par son ampleur, son objet et son autorité est incontestablement le très long fragment du concile de 50255, que reproduit le c. 1 de la Distinctio 96. Le dictum qu’il vient étayer, déclare, sans détour, qu’il n’a été donné aux laïcs aucune faculté de disposer non seulement des ordres, mais même des biens d’Église. Le fragment du concile de 502 qui suit ce dictum mentionne la lecture, faite par le diacre Hormisdas (le futur pape), des documents qu’avait présentés le préfet d’Odoacre en 483. Il rapporte les interventions des évêques contestant la position du roi, ainsi que les mesures adoptées par le concile pour écarter les laïcs de toute intervention dans les affaires de l’Église.

54Deux passages du même texte (§§ 4 et 6) sont repris dans la Causa 17, q. 7, c. 23 et 24. « Qu’aucun laïc n’ait le moindre pouvoir de décider dans l’Église ; à lui l’obligation d’obéir, non l’autorité de commander » (c. 24). « Aucune possibilité de disposer des dignités ecclésiastiques n’a été accordée aux laïcs, même religieux » (c. 24).

  • 56 Ibid., p. 691.

55Un autre passage du même concile56 est rapporté C. 17, q. 4, c. 1. Il interdit à tout évêque, prêtre ou diacre d’aliéner des biens ecclésiastiques sous peine de privation de son « honneur ecclésiastique ». Même sanction contre l’acquéreur.

  • 57 Éd. Vogel, MGH AA., VII, p. 48-67.

56Le Libellus contra eos qui contra Symmachum scribere praesumerunt57 fournit au Décret sept fragments, qui tous sont mis sous l’autorité de Symmaque : D. 17, c. 6 ; 40, c. 1 ; 81, c. 2 ; 83 pr. C. 1, q. 1, c. 45 ; C. 8, q. 4, c. 1 ; C. 9, q. 3, c. 14.

  • 58 Des Gesta Silvestri, le Décret de Gratien n’a conservé que le ch. 6 (H. 450) qui figure au De Conse (...)

57Le c. 20 du Constitutum Silvestri, qui soustrait le pape à toute juridiction, figure C. 9, q. 3, c. 13. Le Pseudo-Décret de recipiendis libris a donné le c. 3 de la D. 2158.

*
* *

58On ne peut suivre ici le sort de ces textes dans les premières Sommes sur le Décret. Notre propos n’était pas d’analyser la doctrine des Décrétistes à l’égard des laïcs, ni leur façon de comprendre la Libertas Ecclesiae.

59C’était son émergence qui nous intéressait, la fortune des textes nés d’un conflit violent qui avait ensanglanté Rome. Une rivalité de personnes, l’exaltation du peuple, l’intervention d’illustres sénateurs, celle du roi de Ravenne, des conciles successifs, l’engagement de lettrés (connus ou anonymes) firent de ces événements une étape importante dans la recherche d’une difficile indépendance. Le prestige, le pouvoir, la fortune de l’Église ne cesseront au cours des siècles de mettre en péril la Libertas Ecclesiae.

Notes

1 Le Doyen G. Le Bras a montré combien le court pontificat de Gélase fut fécond pour le droit canonique et il le tenait pour l’initiateur de « La Renaissance gélasienne », (Revue historique de droit, 1931, p. 506 sq.).

2 G. Bardy, dans L’Histoire de l’Église dirigée par A. Fliche et V. Martin, T. IV, p. 307 et 340-341.

3 Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, I (éd. 1955, réimpr. 1981, Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome) LII, Anastasius, p. 258. La Vita Symmachi a fait l’objet de deux rédactions, l’une favorable à Laurent, contemporaine des événements, mais d’une partialité évidente ; l’autre, un peu postérieure, écrite dans une langue plus populaire, par un homme du peuple ou un clerc peu instruit, favorable à Symmaque. L’édition de la Vita donnée par Mgr. Duchesne indique dans ses notes ces différences.

4 Les événements et leurs suites sont bien connus, en particulier par les deux versions de la Vita Symmachi. On consultera G. Bardy, op. cit., p. 341-352 ; Baus dans la Storia della Chiesa, dirigée par H. Jedin, trad. italienne, vol. III, p. 238-240 et la bibliographie citée dans ces ouvrages généraux. Voir en particulier Ensslin, Theodoric der Grosse, 1959, p. 113-128 ; Ch. Pietri, « Le Sénat, le peuple chrétien et les partis du cirque à Rome sous le pape Symmaque », MEFRA, 1966, p. 123-139, souligne l’appui que Symmaque trouva auprès de l’élément populaire.

5 Ch. 3. Texte du Décret dans Thiel, Epistolae Romanorum Pontificum genuinae et quae ad eos scriptae sunt a s. Hilario usque ad pelagium II, Braunsberg, 1867-1868 (cité ci-dessous Thiel), p. 645-646.

6 Thiel, op. cit., p. 662.

7 Les partisans de Laurent déclaraient nulle la nomination de leur candidat à Nocera et le tenaient donc pour étant toujours le vrai pape. Ils invoquaient l’interdiction des translations épiscopales formulée par les conciles de Nicée, c. 15, Antioche, c. 2 et Sardique, c. 1-3 (voir J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain, Paris, éd. 1989, p. 356-362).

8 Cette date est celle qu’impose la mention des deux consuls. Mais L. Duchesne (L’Église au vie siècle, p. 122, n. 1) faisait observer que novembre 501 aurait été plus vraisemblable, ce concile étant une réponse à celui de l’été 501.

9 Voir infra p. 287.

10 Sur ces Apocryphes L. Duchesne, Liber Pontificalis I, p. cxxxiii-cxii ; Maassen, Geschichte der Quellen und der Literatur des canonischen Rechts I (seul paru), Gratz, 1970, p. 411 ; P. Landau « Gefälchtes Recht in den Rechtssammlungen bis Gratian, in Fälschungen », im Mittelalter, MGH Schriften, Bd. 33, 2, Hannover, 1988, p. 16-20. Le Constitutum Silvestri est publié dans la PL 8, p. 829-840. Le Libellus contra eos qui contra Symmachum scribere praesumerunt du diacre Ennodius est édité dans les MGH AA. 7, 1961, p. 48-67 et dans le CSEL 6. Rédigé à l’instigation de Symmaque par le diacre de Milan Ennodius, en 501, il est dirigé contre un libelle qui protestait contre la reconnaissance de la non-culpabilité de Symmaque par le concile de 501 (Adversus sunodum absolutionis incongruae). Sur les Acta Silvestri, dont la légende est connue à Rome vers 500 et que le Pseudo-Décret de Gélase de recipiendis libris (vers 520) fera figurer parmi les écrits dignes de foi, cf. W. Levison,« Konstantinische Schenkung und Silvester Legende », Miscellanea Ehrle = Studi e Testi 38, Rome, 1924, p. 159-247.

11 H. Marrou dans J. Danielou, et H. Marrou, Nouvelle histoire de l’Église I, Paris, 1963, dénonce, à propos de ces Apocryphes « un tel manque de sens historique, de sérieux et parfois de bon sens ».

12 Sur les Apocryphes des premiers siècles qui offrent les esquisses d’un droit de l’Église, voir nos observations dans Les sources du droit de l’Église en Occident du iie au viie siècle, Paris, Cerf, 1985, p. 16-28.

13 Voir les études réunies par H. Furhmann dans les cinq volumes des Fälschungen im Mittelalter, MGH Schriften, Bd. 33, Hannover, 1988. G. Bardy, op. cit., IV, p. 349.

14 Voir les études réunies par H. Furhmann dans les cinq volumes des Fälschungen im Mittelalter, MGH Schriften, Bd. 33, Hannover, 1988. G. Bardy, op. cit., IV, p. 349.

15 Ammien Marcellin, XXVII, 3, 12.

16 Avellana, 7 (CSEL 35, 1, p. 49) ; lettre de Valentinien au préfet de la Ville.

17 Avellana, 14, 15, 16 (CSEL 35, 1, p. 59 sq.).

18 Ep. 7 (PL 20, 765), texte repris au Décret de Gratien, D. 97, c. 1.

19 Avellana, 37 (CSEL 35,1, p. 83) repris au Décret D. 79, c. 8 et D. 97, c. 2. L’absence de cet important rescrit dans le Code Théodosien surprend. Les commissaires ont-ils voulu effacer cette expression, cependant modeste, d’une intervention séculière dans l’élection pontificale, ou, au contraire, l’ont-ils estimée trop modeste pour l’empereur de Byzance, dont les prétentions sont souvent plus agressives ?

20 Rappel sera fait de cette assemblée et de ces décisions dans le concile de 502 tenu par Symmaque (Thiel, op. cit., p. 685-692) ; texte repris au Décret de Gratien, D. 96, c. 1, 1.

21 Sur ce concile voir supra note 8.

22 Texte dans Thiel, op. cit., p. 686.

23 Supra p. 286.

24 Texte dans les MGH AA. 7, p. 48-67.

25 Hinschius, Decretales Pseudo-isidorianae (cité par la suite H.), p. 666.

26 MGH AA., 7, p. 57 ; H. p. 669.

27 MGH AA., 7, p. 60 ; H. p. 671.

28 MGH AA., 7, p. 61 ; H. p. 672.

29 PL 8, 839.

30 Voir G. Bardy, Gélase (Décret de) Suppl. Dictionnaire de la Bible III, p. 579-590.

31 Ibid., p. 286.

32 Ibid., p. 506 et p. 515-521.

33 Ibid., p. 413 et 630.

34 Ibid., p. 413 et 630.

35 Ibid., p. 413 et 612.

36 Landau, op. cit., p. 19.

37 Maassen, op. cit., p. 413 et 718 ; Landau, op. cit., p. 20, n. 36.

38 Mordek, Kirchenrecht und Reform in Frankreich, 1975, p. 187-188 et p. 482-483.

39 Landau, op. cit., p. 19 ; Mordek, p. 244.

40 Maassen, p. 456.

41 Ibid., p. 464.

42 Nous jalonnons un itinéraire, sans pouvoir en suivre toutes les étapes.

43 PL 130, p. 984-988 ; p. 997-1001 ; p. 1007-1021.

44 P. Fournier et G. Le Bras, Histoire des Collections canoniques I, p. 372 et p. 381-423, où P. Fournier analyse la position de Burchard et ses concessions aux interventions laïques.

45 Édition J. Bernhard, dans la Revue de droit canonique, 1962.

46 Éd. J. Gilchrist, Monumenta iuris canonici, Series B, Città del Vaticano, I, 1978.

47 H., p. 682.

48 G. Fransen, « Autour de la Collection en 74 Titres », Revue de droit canonique, 1975, p. 62-73.

49 Éd. J. Motta, Monumenta iuris canonici, Series B, vol. 7, 1988, p. 68. La collection date peut-être des années 1083-1085.

50 Édition Thaner, Innsbruck, 1906-1915, reprod. Aalen, 1965. Critique de cette édition par P. Landau, « Intorno alle redazioni più ampie de Anselmo da Lucca », Atti Sant’Anselmi, Mantova, 1986, éd. Bologne, 1987, p. 331-348.

51 Éd. Wolf von Glanvel, Paderborn, 1905, reprod. Aalen, 1967.

52 Éd. Perels, Berlin, 1930.

53 P. Fournier, dans l’Histoire des Collections canoniques II, p. 148.

54 On les trouve également dans le Polycarpus.

55 Thiel, op. cit., p. 685 sq.

56 Ibid., p. 691.

57 Éd. Vogel, MGH AA., VII, p. 48-67.

58 Des Gesta Silvestri, le Décret de Gratien n’a conservé que le ch. 6 (H. 450) qui figure au De Consecratione, D. 1, c. 46. Ce texte concerne la liturgie de l’eucharistie.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search