Version classiqueVersion mobile

Formation du droit canonique et gouvernement de l’Église de l’Antiquité à l’âge classique

 | 
Jean Gaudemet

Deuxième partie. Gouvernement de l'église

9. Pontifex1

Texte intégral

  • 1 Jean Gaudemet avait rédigé cet article avant son décès (mai 2001). Néanmoins, il avait laissé une f (...)

1Des empereurs de Rome aux papes du Moyen Âge, le titre de « Pontife » connut une belle fortune. Il servit tour à tour les plus prestigieux titulaires des pouvoirs du monde occidental. Maîtrise politique sur d’immenses territoires, ceux du monde connu des Méditerranéens, direction d’une Église, qui se veut universelle, objets et objectifs de ces deux pouvoirs diffèrent, mais les tâches assignées, les fonctions assumées sont aussi grandioses.

2Inutile de tenter de les dissocier dans une opposition facile entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel, sacerdotium et imperium, disait-on autrefois. L’empereur romain a adopté un titre des sacerdoces païens. La chrétienté médiévale était territoire politique en même temps qu’Église. Pour l’empereur de Rome comme pour le pape chrétien pouvoirs politiques et fonctions religieuses étaient souvent mêlés. Notre propos n’est pas de revenir ici sur la dualité gélasienne, trop souvent alléguée.

3Plus modestement on se propose de suivre, dans ses grandes lignes, l’histoire de cette titulature au service de deux maîtres, pour déceler les liens et marquer les différences. Serait-il légitime de tenter des rapprochements ou de suggérer une filiation des images au-delà de l’identité des mots ?

4Parlons d’abord des empereurs, ce sera le plus simple, le plus court dans le temps, avant d’esquisser la longue histoire du titre dans l’Église.

I. Pontifex Maximus1

  • 1 A. Bouché-Leclercq, « Pontifices », Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, éd. Ch. Darem (...)
  • 2 Autre étymologie dans Zozime, Hist. nouvelle IV, 36, 2.
  • 3 Par exemple A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, (...)

5Toujours soucieux d’étymologies, fussent-elles parfois simple assonance verbale, Varron, dans son De lingua latina (5, 83), en propose une pour le mot Pontifex : « Pontifes… de pont, je pense ». Et d’expliquer : « En effet ce sont ceux qui ont fait, pour la première fois, le pont Sublicius et souvent ils le réparèrent. Ils firent des choses sacrées, selon un rituel qui n’était pas médiocre, des deux côtés du Tibre »2. Le mot évoque le pont. Mais ces pontifes « faiseurs de pont » s’occupent aussi de « choses sacrées ». Les linguistes modernes rapportent cette étymologie, sans en proposer une meilleure3. Principal collège de prêtres romains, chargé de la surveillance du culte officiel, la Compagnie a, à sa tête, un Pontifex Maximus, élu par elle et choisi en son sein.

  • 4 Nous ne reprendrons pas ici le débat ancien sur la nature et les domaines de ce rôle politique. Th.(...)

6Le Pontifex Maximus jouit d’une autorité religieuse, qu’il exerce sur son Collège et sur les rites sacrés. Mais lui sont également reconnues, à l’époque républicaine, des compétences en matière politique4.

  • 5 Lépide fut Pontifex Maximus de 44 à 12 av. notre ère (J. Vernacchia, loc. cit. supra).
  • 6 Suétone, XII Césars, Divus Augustus, Ch. xxxi, qui rapporte à ce propos ses interventions en matièr (...)

7Les « Fastes pontificales » s’arrêtent avec le pontificat de M. Aemilius Lepidus5. À sa mort, en 12 av. notre ère, Auguste « reçut » (recepit) le Pontificatus Maximus6.

  • 7 S. Riccobono, Fontes iuris romani anteiustiniani I, Leges, Florence, 1941, no 68 ; P. Fr. Girard, L (...)
  • 8 Riccobono, op. cit., no 71 ; Girard, op. cit., p. 423-427.
  • 9 Riccobono, op. cit., no 73 et 74 ; Girard, op. cit., p. 430-434.
  • 10 Riccobono, op. cit., no 75 et 76 ; Girard, op. cit., p. 439-446.
  • 11 Riccobono, op. cit., no 81 et 82 ; Girard, op. cit., p. 451-456.
  • 12 Diplôme de soldat pérégrin de 178 (Girard, op. cit., p. 257) et d’un prétorien de 306 (ibid., p. 25 (...)
  • 13 Zozime, Hist. nouvelle, IV, 36, 5. Zozime rapporte l’anecdote, selon laquelle Gratien aurait refusé (...)
  • 14 Dernier exemple du titre porté par des empereurs, en 370 dans l’inscription de Valentinien, Valens (...)

8Rapidement la titulature officielle se fixe : Imp. Caesar Aug. P. M. Elle figure déjà en 7-4 sur la stèle des cinq Édits d’Auguste, retrouvée à Cyrène7. On la trouve dans les Édits de Claude de 46 ap. J. -C.8, de Vespasien, en 73 et 749, de Domitien, en 82 et en 88-8910, d’Hadrien en 13611, etc. Elle figure sur les diplômes militaires, encore dans les premières années du ive siècle12. Mais, dans l’hiver 312-313, Constantin opte pour le Christianisme. Le titre de Pontifex Maximus convient mal à un empereur chrétien. Il faut cependant attendre plus d’un demi-siècle pour que Gratien y renonce13, tandis qu’il faisait enlever du Sénat l’autel de la Victoire. Le titre de Pontifex Maximus disparaît alors de la titulature impériale14.

9Il ne figure pas dans la constitution de Justinien, Summa rei publicae, qui confirmait le Code. Le maître de l’Empire n’est plus Pontifex Maximus. Qu’en estil dans l’Église ?

II. Summus Pontifex

10L’Histoire y marque moins le jeu des titulatures. Mais celles-ci sont plus différenciées.

11Pour désigner les ministres de leur Église, les auteurs chrétiens, lorsqu’ils ne sont pas de langue grecque, ont utilisé le vocabulaire de la religion païenne.

12Laissons de côté les transpositions du grec, tels que ecclesia, clerus, presbyter, episcopus ou diaconus. Sont « latins », sacerdos et Pontifex. Seul ce dernier nous intéresse.

13Nous en avons relevé un peu plus de 200 occurrences, essentiellement en parcourant les textes qui figurent au Décret de Gratien. Un tel relevé n’est évidemment pas « exhaustif ». Mais jusqu’où faudrait-il aller ? « Les imprimés » ne suffiraient pas, et où trouver tous les manuscrits ? Que représenteraient-ils, par rapport à ce qui fut effectivement écrit, et surtout à ce qui fut « dit » ? Un relevé « complet » ne peut être espéré. Force est de s’en tenir à une enquête partielle, assez riche cependant et assez diversifiée dans les genres littéraires et les temps qu’elle fait connaître. Assez importante aussi, pour que les dominantes puissent apparaître. Le « sondage », que permet le Décret de Gratien, répond à ces exigences. Il est assez large et assez diversifié pour permettre quelques remarques de portée générale.

14Pontifex est souvent employé seul. Il s’agit alors d’« un Pontife », qui n’est pas toujours celui de Rome. Ou bien le mot est accompagné d’un qualificatif et c’est alors le pape qui est envisagé. Ces qualificatifs sont divers, d’où la classification suivante des emplois de Pontifex :

  1. Pontifex seul (une centaine d’exemples relevés)

  2. Pontifex assorti d’un qualificatif (il s’agit alors toujours du pape ; quelque 175 exemples ont été retenus)

1. Pontifex Apostolicus

1 exemple

2. Pontifex Maximus

2 exemples

3. Pontifex Romanus

quelque 85 exemples

4. Summus Pontifex

26 exemples relevés

5. Un exemple de juxtaposition des deux qualificatifs.

15Envisageons ces diverses séries de textes.

  • 15 L’époque d’apparition de Pontifex dans le vocabulaire chrétien reste discutée. Une opinion répandue (...)

16A. Tout d’abord les références à Pontifex, sans autre précision15.

  • 16 Voir, par exemple, le texte de saint Jérôme, cité au Décret, D. 56, c. 8.
  • 17 Par exemple, Dictum D. 36, post c. 2, principium.

171. – Nous laisserons de côté des mentions de Pontifex, se référant à l’époque de l’Ancien Testament, qui figurent dans la correspondance de saint Cyprien ou des Traités de saint Jérôme16. On retrouve cet emploi de Pontifex pour les prêtres de l’Ancien Testament ou, plus largement, à propos des ministres de diverses religions de l’Antiquité, païennes, juive ou chrétienne, dans la langue latine des Chrétiens, tout au long de l’époque ancienne. Il figure encore, pour des références aux prêtres juifs anciens, dans des dicta du Décret de Gratien17.

  • 18 Etym., VII, 12, reproduit au Décret, D. 21, c. 1, § 8.

18Dans un passage de ses « Étymologies », où il entend expliquer la signification d’un certain nombre de termes, Isidore de Séville fait état d’une acception plus étroite, dans une organisation hiérarchisée du clergé : Pontifex princeps sacerdotum est, quasi via sequentium18. Puis il évoque la Rome antique, le qualificatif de Pontifex Maximus et « la coutume des anciens » selon laquelle rex esset et sacerdos et pontifex. Unde et Romani imperatores pontifices dicebantur.

19À côté de cet emploi de Pontifex pour désigner un membre d’un clergé, quelle que soit sa place dans sa hiérarchie et quelle que soit la religion envisagée, le mot est utilisé, de façon plus étroite, à propos des évêques ou du pape et cela, évidemment, dans le seul cadre de la religion chrétienne.

  • 19 Voir, par exemple, un texte du Pseudo-Ambroise, reproduit au Décret, De cons., D. 2, c. 53.

202. – Dans de multiples textes Pontifex désigne un évêque sans le dire explicitement. Mais cette acception est imposée par le contexte. On rencontre ainsi dans le Décret de Gratien quelque 70 textes qui font état de Pontifices sans en préciser la qualité ou la fonction, mais qui, d’après le contexte, sont des évêques. De tels textes s’échelonnent entre les iiie-ive siècles et la fin du ixe19.

  • 20 A. Thiel, Epistulae Romanorum Pontificum genuinae et quae ad eos scriptae sunt as. Hilario usque ad (...)
  • 21 Voir d’autres passages de lettres de Gélase de dates incertaines : C. 12, q. 2, c. 23 (Thiel, p. 49 (...)
  • 22 Registrum epistularum VII, 39, éd. D. Norberg, Turnhout, 1982 (CCSL, 140), p. 503, l. 8 = éd. P. Ew (...)
  • 23 Au Décret, De cons., D. 5, c. 9.
  • 24 Thiel, p. 349, voir le texte au Décret, D. 43, c. 5.

21Parmi eux, tout d’abord des lettres de papes. Gélase Ier (492-496) semble affectionner ce terme. Il l’emploie fréquemment. Une lettre de 49320 envisage le pouvoir de lier et de délier, reconnu a quibuslibet Pontificibus. Il s’agit là, surtout à cette époque, d’une fonction essentiellement épiscopale. D’autres exemples pourraient être donnés21. Un siècle plus tard, Grégoire le Grand, en 597, utilise le même terme, à propos d’une église qui n’a pas de « Pontife », depuis plus de trois mois22. Une lettre de Grégoire II de 72623 parle d’un confirmatus a pontifice. Même vocabulaire dans une lettre de Nicolas Ier, en 865, à l’empereur Michel24.

22Le même vocabulaire est employé dans des textes conciliaires. On n’en donnera que quelques exemples. Le concile d’Agde de 506, c. 6 (au Décret, C. 12, q. 3, c. 3) fait mention de Pontifices, ajoutant quibus in summo sacerdotio constitutis. Mais il s’agit bien d’évêques. Ainsi, en Gaule du Sud au début du vie siècle, un même vocabulaire était utilisé qu’il s’agisse des évêques des divers diocèses ou de celui de Rome.

  • 25 Voir concile de Tolède III, de 589, c. 13 ; de Séville II, de 619, c. 6 et 9. Le VIIe concile de To (...)

23On retrouve Pontifex, à propos des évêques tout au long du vie siècle dans la langue des conciles, par exemple dans le c. 21 du IIIe concile d’Orléans de 538 (C. 11, q. 1, c. 25), dans les c. 5 et 11 du concile de Lérida de 546 (au Décret, D. 50, c. 52 et C. 17, q. 4, c. 19, § 1). Le c. 2 du IIIe concile de Tolède de 589 s’insurge contre de mauvais évêques, que l’on ne peut appeler Dei Pontifices (C. 10, q. 3, c. 6). Pontifex est également employé à propos des évêques dans d’autres textes conciliaires du viie au ixe siècle25.

  • 26 Texte repris au Décret de Gratien, avec une fausse attribution à Symmaque : C. 8, q. 4, c. 1, § 1. (...)
  • 27 De institutione clericorum I, 30, reproduit au Décret de Gratien, De cons., D. 5, c. 5.

24On retrouve le même emploi du terme générique de Pontifex, utilisé pour désigner des évêques, dans la langue des auteurs chrétiens. Par exemple dans le « Libelle » d’Ennodius (474-521) en faveur de Symmaque26, ou lorsque Raban Maur parle de « l’onction faite sur le front du Pontife »27.

  • 28 Voir par exemple P. Hinschius, Decretales pseudo-isidorianae, Leipzig, 1863, p. 221 (= C. 11, q. 1, (...)

25Les Faux-Isidoriens parlent également de « Pontifes », à propos des évêques réunis en concile28.

  • 29 Par exemple C. 7, q. 1, c. 4, reprenant les termes de la lettre de Nicolas Ier de 865, qui figurent (...)
  • 30 Dictum initial de D. 95, c. 1 ; Dictum, IIIa Pars, D. 86 post c. 4.

26La langue du Décret de Gratien reste fidèle à cet usage, qu’il s’agisse de rubriques de certains canons29 ou de dicta30.

273. – Mais il est également fréquent que Pontifex soit employé sans autre précision pour désigner « le Pontife de Rome », le pape. D’un tel emploi du terme de Pontife, sans qualificatif l’accompagnant, pour désigner le pape, on trouve une trentaine d’exemples dans le Décret de Gratien. Un tel vocabulaire semble vouloir mettre l’accent sur la communauté qui existe entre l’évêque de Rome et ses frères dans l’épiscopat.

  • 31 Dans le Décret de Gratien, D. 4, c. 5.
  • 32 Voir J.-P. Martin, « Télesphore », Dictionnaire historique de la papauté, éd. Ph. Levillain, Paris, (...)
  • 33 Les Faux-Isidoriens se sont faits les agents de transmission de cette affirmation (Hinschius, Decre (...)

28N’insistons pas sur ce qualificatif de Pontifex sans autre précision donné au pape Thélesphore (125-136) par un texte, parfois tenu pour suspect, d’un sermon (XV) d’Ambroise31. Ce pape, le septième, fort mal connu32, aurait ajouté une septième semaine au carême33. La part d’incertitude est ici trop grande pour que l’on puisse accorder grand crédit à un tel témoignage.

29Les incertitudes sont à peine moindres lorsqu’il s’agit du discours de Symmaque au concile de Rome de 502, rapporté au Décret de Gratien, D. 96, c. 1, où Pontifex est employé à propos du pape.

  • 34 Le texte figure au Décret de Gratien, D. 63, c. 28.

30Enfin, pour en finir avec ces textes inquiétants, les propos prêtés au « pape Étienne » (IV) en 816, font état de « l’élection » et de « la consécration » d’un nouveau pontife34.

31Sans vouloir faire ici un relevé exhaustif des auctoritates qui, dans le Décret de Gratien, désignent du seul terme de Pontifex le Pontife romain, on en relèvera seulement quelques exemples. Ceux-ci suffiront à jalonner de cette terminologie au cours du Moyen Âge.

32Les papes eux-mêmes l’ont parfois adoptée et le plus souvent dans des occasions solennelles.

  • 35 Ep. 104, c. 3 = C. 25, q. 2, c. 2.
  • 36 Ep. 80 = C. 1, q. 1, c. 68.
  • 37 Ep. 12, § 2 (Thiel, p. 351), cf. J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain, 2e éd., Paris, 1989 (H (...)
  • 38 Texte repris au Décret de Gratien, D. 96, c. 10.

33Premier exemple, peut-être, de cet emploi, la lettre de Léon Ier à Marcien, en 45235, et peut-être déjà du même pape une lettre de 45136. Autre exemple de cette utilisation dans la très célèbre lettre par laquelle Gélase précisait la place que, selon lui, le pape et l’empereur devaient occuper dans le gouvernement du monde37 : « Deux Pouvoirs gouvernent ce Monde, l’autorité sacrée des Pontifes et le pouvoir royal ». La double référence, au pape et à l’empereur, montre qu’ici « le Pontife » est « la tête de l’Église », le pape38. Cette lettre du pape à l’empereur a une valeur quasi-officielle. D’autres déclarations pontificales dans diverses circonstances ont le même caractère et confèrent ainsi au seul qualificatif de « Pontife » valeur de titre officiel pour désigner le pape.

  • 39 En 593 : Regist. ep., III, 54, CCSL, 140, p. 201, l. 34 = MGH, Epist., I, p. 212, l. 10 = II, 56, P (...)
  • 40 Éd. G. Pertz, Hannovre, 1837 (MGH LL, t. II), p. 15 = Décret de Gratien, C. 2, q. 5, c. 18. Le text (...)
  • 41 Trois fragments de cette lettre figurent au Décret de Gratien, D. 10, c. 8 ; D. 21, c. 7 ; D. 96, c (...)
  • 42 Chronicon Farfense, éd. U. Balzani, Rome, 1903 (Fonti per la storia d’Italia, 3), t. II, p. 245 sq. (...)

34C’est ainsi qu’une lettre de Grégoire le Grand39 à l’évêque de Ravenne, à propos du port du pallium, mentionne « les Pontifes de la ville de Rome ». Dans le serment qu’il prête devant le synode de Rome, en 800, Léon III se qualifie de « Pontife de la Sainte Église romaine »40. En 865, Nicolas Ier, dans une lettre à l’empereur Michel sur les rapports entre l’empereur et le pape, inspirée de la doctrine gélasienne, fait également état des deux Pouvoirs, de l’empereur et « du Pontife »41. Deux siècles plus tard la Chronique de Farfa, rapportant le Décret de Nicolas II au concile romain de 1059, sur l’élection pontificale, donne le même vocabulaire : obeunte… pontifice42.

35On doit d’ailleurs observer qu’à côté de passages où Pontifex figure seul, le Décret de 1059 dit aussi huius Romanae Ecclesiae universalis Pontifice, et que le Chroniqueur, qui rapporte le Décret, parle de l’electio summi Pontifice. Cette diversité du vocabulaire montre qu’au xie siècle, la terminologie n’était pas rigoureusement fixée.

  • 43 Hinschius, Decretales, p. 672 = Décret de Gratien, C. 9, q. 3, c. 14.

36Même emploi de Pontifex seul pour désigner « les successeurs de Pierre », par exemple par Ennodius, dans son « Apologie » pour le IVe concile romain43, lorsqu’il parle de « Pontife dont le Siège a une dignité vénérée par la Terre entière ».

  • 44 Décret de Gratien, D. 96, c. 14.
  • 45 Hinschius, Decretales, p. 190 ; Fausses-Décrétales, PL, t. 130, col. 184.

37La langue pseudo-isidorienne use du même vocabulaire. Ainsi à propos du « privilège concédé par Constantin, quatre jours après son baptême, au Pontife de l’Église romaine »44 ou dans un texte que les Fausses-Décrétales attribuaient au pape Sixte45, autorisant un évêque condamné par ses comprovinciaux à faire appel au « Pontife du Siège Apostolique ».

  • 46 Par ex. D. 3, dict. post c. 2 ; dict. initial D. 97, où l’on trouve, à propos de l’élection du pape (...)
  • 47 Par exemple, à propos de l’élection pontificale, D. 63, c. 22 ; D. 79, c. 2 ; D. 96, c. 10 (où la r (...)

38De la tradition de ce vocabulaire ecclésiastique, parfois de sa souplesse, le Décret de Gratien garde le souvenir. On le retrouve dans ses dicta46 et dans des rubriques, parfois tributaires de la terminologie des auctoritates, dont elles sont comme la présentation47.

39B. Assorti d’un qualificatif, Pontifex n’apparaît que lorsqu’il s’agit du pape.

  • 48 Supra introduction de ce II.
  • 49 Redisons ici qu’il ne s’agit pas d’un relevé qui se voudrait exhaustif, mais d’une enquête sur les (...)

40On en a déjà rencontré quelques exemples48. Envisageons de plus près ce vocabulaire, d’après quelque 115 cas que nous avons relevés49.

41Cinq qualificatifs sont parfois ajoutés :

Apostolicus :

un exemple

Maximus :

un exemple

Sanctae Sedis :

un exemple

Romanus :

quelque 85 cas

Summus :

26 exemples.

42Enfin, dans un texte au moins, deux qualificatifs sont juxtaposés.

  • 50 Voir la note de Friedberg, sous ce texte.

431. – Des innombrables références à un « Pontife », dans le Décret de Gratien, une seule l’accompagne de l’adjectif Apostolicus (C. 23, q. 5, c. 39). L’attribution du texte est malheureusement discutée50. Pontificem Apostolicum se trouve en tête d’une liste où figurent, dans un ordre hiérarchique, les divers ministères des ordres majeurs. Caractère exceptionnel d’un tel qualificatif, incertitude sur la personne de son auteur, faible intérêt du texte incitent à laisser ce témoignage de côté.

442. – Non moins exceptionnelle dans le Décret de Gratien est l’expression de Pontifex Maximus. On ne la rencontre que dans un passage (D. 21, c. 1, § 8), emprunté aux « Étymologies » d’Isidore de Séville (VII, 12). Ce savant « antiquaire » énumère, dans un long développement, les termes qui désignent les membres du clergé chrétien, du simple clerc au Pontife romain. Après avoir situé les clercs, leurs « degrés et les noms », et fait état du « quadruple ordre des évêques » (pr. à § 7), Isidore consacre quelques lignes au Pontifex, princeps sacerdotum (§ 8) ; « Il est appelé, dit-il, Summus sacerdos, Pontifex Maximus » et il évoque à son propos la Rome païenne où « le roi était sacerdos et pontifex. C’est pourquoi les empereurs romains étaient appelés Pontifes ». Familier de la Rome antique, Isidore pouvait ainsi rapprocher la titulature impériale d’autrefois de celle que connaissait l’Église de son temps. Il ne suggérait aucune filiation, mais notait l’identité de terminologie, que légitimait, chacune dans son domaine, la suprématie du pape comme celle de l’empereur.

  • 51 Iiro Kajanto, « Pontifex Maximus, as title of the Pope », Arctos, t. XV, 1981, p. 44-45.
  • 52 Prosper Tiro, qui dans son Epitome de Chronicon (éd. Th. Mommsen, Berlin, 1894 [MGH, AA, t. IX], p. (...)
  • 53 Éd. E. Dekkers, Turnhout, 1954 (CCSL 2), p. 1281 = éd. A. Reifferscheid-G. Wissowa, Vienne, 1890 (C (...)

45En dehors de ce texte, qui se veut avant tout témoignage de temps révolus, I. Kajanto ne fait état que de deux exemples d’un emploi de Pontifex Maximus pour l’époque ancienne51. Ni l’un ni l’autre ne sont témoignage d’un usage courant. L’un renvoie aux Hébreux52. L’autre, de Tertullien dans son De pudicitia (I, 6)53 vers 217-222, applique au pape Callixte, qui est son adversaire, par « ironie », le titre d’un prêtre païen : Pontifex maximus, quod est episcopus episcoporum.

46On peut donc considérer que Pontifex Maximus ne fut pas employé pendant longtemps pour désigner le pape. L’expression gardait sans doute comme un relent du clergé païen et de la titulature d’empereurs qui avaient persécuté les Chrétiens.

47La date de sa réapparition, au profit cette fois du premier des évêques, ne peut être fixée avec exactitude. Pontifex Maximus, appliqué au pape, est en tout cas certain pour le milieu du xve siècle. Une inscription de 1453, attestant la restauration de la fontaine de Trévi par Nicolas V, applique ce terme au pape.

  • 54 Kojanto (loc. cit., p. 47-51), utilisant R.U. Montini, Le tombe dei papi, Rome, 1957.

48C’est sans doute qu’à partir de cette époque le souvenir de la titulature des empereurs persécuteurs s’était estompé. En tout cas, Pontifex Maximus devient alors une expression habituelle de la titulature pontificale. Elle sera normale pour les épitaphes pontificales54.

  • 55 À comparer avec la formule d’un (faux) serment de saint Léon sur l’élection du pape qui donne Summa (...)

493. – Autre expression exceptionnelle dans le Décret de Gratien, celle qu’utilise la Chancellerie de Léon Ier dans une lettre de 452 à l’empereur Marcien (Ep. 104, 3), à propos des privilèges des églises et des monastères, auxquels nul ne peut apporter de changement sans l’intervention « des Pontifes de ce Saint Siège » : huius Sanctae Sedis Pontifices55. Plutôt que de voir dans cette expression un ancêtre lointain de la moderne expression « Saint Siège », il semble plus important de noter, avec un tel exemple, que la terminologie officielle était loin d’être fixée au milieu du ve siècle, même de la part d’un pontife très attentif au respect de son autorité.

504. – À côté de ces formes exceptionnelles, deux autres sont, dès le Moyen Âge, beaucoup plus fréquentes, pour désigner le pape. Ce sont celles de Romanus et de Summus Pontifex. Elles persisteront à l’époque moderne.

51Sur les quelque 212 textes dans lesquels le terme de Pontifex est accompagné d’un qualificatif dans le Décret de Gratien, nous avons relevé 85 emplois de Romanus Pontifex. Plus de la moitié proviennent des dicta et des inscriptions du Décret.

  • 56 Ep. 16 au De cons., D. 4, c. 12.
  • 57 Thiel, p. 378, au Décret, C. 2, q. 7, c. 47.
  • 58 Acta synodorum habitarum Romae, éd. Th. Mommsen, Berlin, 1894 (MGH, AA, t. XII), p. 405.
  • 59 Par exemple en 592, Regist. ep., III, 7, CCSL, 140, p. 155, l. 93 = MGH, Epist., I, p. 168, l. 4 = (...)

52La Chancellerie impériale utilise Romanus Pontifex dès le ve siècle, dans la correspondance de Léon le Grand. L’expression figure dans une lettre de 447 aux évêques de Sicile56. On la retrouve dans la lettre de Gélase aux évêques de Lucanie en 49457 et dans les Actes des synodes romains de 499-50258. Elle reparaît, un siècle plus tard, dans la correspondance de Grégoire le Grand59.

  • 60 J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum… collectio, Florence-Venise, 1759-1798, t. XII, col. 720 = D. 79, (...)
  • 61 Mansi, t. XV, col. 693 = D. 19, c. 1.
  • 62 Décret de Gratien, C. 15, q. 6, c. 3.
  • 63 Ibid., D. 31, c. 6, § 4.

53Romanus Pontifex est encore utilisé à propos de l’élection du « Pontife Romain », au synode romain, tenu sous Étienne III (IV) en 76960 ; puis en 865, par un autre concile romain, que préside Nicolas Ier61, à propos de l’autorité des décrétales des Pontifes Romains. Grégoire VII parle du Romanus Pontifex dans sa célèbre lettre à Hermann de Metz, en 108162 et l’expression revient chez Urbain II63 vers la fin du xie siècle.

  • 64 Le passage figure au Décret de Gratien, D. 79, c. 7.

54On la retrouve également dans le Pontifical romain où une disposition impose le même délai de trois jours avant de procéder à l’élection d’un « Pontife Romain » ou de l’évêque d’une cité64.

  • 65 Can. 1 et 2, repris, avec une fausse inscription au Décret, D. 100, c. 1.
  • 66 Mansi, t. XX, col. 738 = Décret de Gratien, D. 60, c. 4, avec une référence à Urbain II.

55En dehors des conciles romains, dont on vient de citer quelques exemples, des conciles régionaux mentionnent également le Romanus Pontifex. Ainsi ceux de Ravenne en 87765 ou de Bénévent en 109166.

  • 67 I, 7 et III, 15, éd. J. Petersohn, Hanovre, 1999 (MGH, Scrip. rerum german., t. 71), p. 57 et 136.
  • 68 Par exemple dans un Pénitentiel anonyme (éd. F. Wasserschleben, Die Bussordnungen der abendländisch (...)

56D’autres textes de natures différentes utilisent la même expression. La Vita d’Otto de Bamberg, écrite entre 1140 et 1146, fait état du Romanus Pontifex67. La même expression se retrouve dans les Pénitentiels68. Le De penitentia, inséré dans le Décret de Gratien, C. 33, q. 3, distingue nettement dans la Distinction 6, Ia Pars, c. 1, § 3, in fine, dans la multitude des Pontifices, celui qui est Romanus et dont l’autorité est supérieure.

  • 69 Hinschius, Décrétales, p. 190.
  • 70 Texte repris au Décret de Gratien, C. 3, q. 6, c. 5.
  • 71 La diversité de la terminologie du Pseudo-Isidore dans ce passage s’explique, au moins pour partie, (...)

57On retrouve ce vocabulaire à propos des appels interjetés par des évêques contre des sentences de leurs comprovinciaux. Le Pseudo-Isidore, dans une fausse-décrétale, qu’il attribue au pape Sixte69, fait état d’un recours au Romanus Pontifex70. Mais dans la phrase précédente, il mentionnait tour à tour l’Apostolicae Sedis Pontifex, ou le Pontifex, sans aucun qualificatif. C’est dire qu’encore au milieu du ixe siècle la terminologie utilisée à propos de la papauté était bien loin d’être rigoureusement fixée71.

  • 72 Hinschius, op. cit., p. 459.

58Un autre faux isidorien, attribué à une décrétale du pape Jules72, et repris au Décret de Gratien (C. 3, q. 6, c. 9) fait état du Pontifex Maximus, qui seul a l’autorité requise pour convoquer un concile ou condamner un évêque.

59Ainsi, c’est en se référant à une donnée topographique et non à l’autorité hiérarchique (Summus ou Maximus), que l’auteur donne des exemples de la suprématie du pouvoir pontifical.

  • 73 Pseudo-Fabien, Hinschius, op. cit., p. 165
  • 74 Voir Friedberg, note 7, Ad h. l.

60Il est difficile d’apprécier exactement la valeur d’un autre texte pseudo-isidorien73, fabriqué à partir de « l’Histoire Tripartite »74.

61Le texte rapporté par le Décret de Gratien (C. 3, q. 1, c. 2) parle ici de l’auctoritas Romani Pontificis. Les Correctores Romani ont fait observer que l’expression était déjà dans Anselme de Lucques, mais n’était pas dans les textes qui ont servi à composer ce canon. Si le lien Rome-Auctoritas est donc bien connu au xie siècle, on ignore quand il est apparu dans ce canon.

62Ces textes dispersés jalonnent l’itinéraire de Romanus Pontifex. L’expression n’apparaît guère avant le milieu du ve siècle. Elle chemine lentement, mais avec continuité. L’éclat sera tardif. Il ne s’affirme qu’avec la composition du Décret de Gratien. Disons, pour rester prudent et sans vouloir s’engager dans les enquêtes en cours, que cette composition, faite sans doute en plusieurs temps, se situe au xiie siècle, peut-être entre 1130 et 1150.

  • 75 Sur les débats anciens on consultera toujours J. Rambaud, L’âge classique, 1140-1378. Sources et th (...)

63En dehors des auctoritates, fragments pris dans des œuvres diverses et d’époques différentes, les manuscrits du Décret contiennent d’autres apports. Il s’agit de réflexions doctrinales, plus ou moins développées, qualifiées depuis le Moyen Âge de dicta Gratiani, et, d’autre part, de brèves introductions à certains canons, qualifiées de « sommaires » ou de « rubriques ». Pendant longtemps, on voulut y voir l’apport personnel du « moine Gratien », compilateur du Décret75. Plus personne aujourd’hui ne soutient que dicta et sommaires sont l’œuvre de Gratien. Celui-ci exista-t-il ? Fut-il une seule personne ou le Décret eut-il des rédacteurs successifs ? Laissons ces débats et tournons-nous seulement vers le texte final, celui que l’on utilise communément, dans l’édition de Friedberg, malgré toutes ses insuffisances. Pour simplifier, parlons des textes apportés par le ou les auteurs de la Concordia. Un nombre non-négligeable mentionne le Romanus Pontifex. Sans prétendre en avoir fait un relevé complet, nous donnons ici la référence à une quarantaine d’entre eux.

64Voir :

65a) Les rubriques de :

Distinction,

10,

c. 4

16,

c. 8

17,

c. 6

20,

c. 1

22,

c. 3

23,

c. 1

63,

c. 21

c. 23

c. 28 (alors que le texte du canon donne Pontifex sans qualificatif)

c. 30

c. 31 et 32 (deux Paleae)

79, c. 6 (Romanus Pontifex est repris au c. 6)

99, c. 4

Cause 2,

q. 7,

c. 47 (idem dans le canon 47, reproduisant la première partie de l’Ep. de 494 de Gélase aux évêques de Lucanie)

Cause 3,

q. 6,

c. 9 (également dans le texte du canon)

c. 10

Cause 25,

q. 1,

c. 6

c. 11

c. 12

66Soit 21 exemples de Romanus Pontifex dans des rubriques.

67b) Dans les dicta

Distinction,

3, post c. 3

16, post c. 4 c. 7

63, post c. 27 et c. 28

79, post c. 9

97, Ia Pars, où l’on trouve successivement : de electione Pontificis, subscriptione Romani Pontificis, de electione Summi Pontificis

99, IIa Pars, post c. 3 : Universalis nec etiam Romanus Pontifex appelatus (annonce le c. 4 qui a cette expression)

Cause 1,

q. 1, post c. 16

2,

q. 3, post c. 7

3,

q. 6, IIa Pars, post c. 2

16,

q. 3, post c. 16

23,

q. 8, dictum initial et dictum post c. 25 (voir la rubrique du c. 26)

68Soit 15 exemples (et au total 36 exemples).

  • 76 Par exemple Lib. II, Pars II, Sectio I, cap. I, De Romano Pontifice et les canons 330, 332 § 2, 333 (...)
  • 77 Par exemple Allocution du 21 janvier 2000 aux juges administrateurs et avocats de la Rote (Communic (...)

69Sans suivre l’histoire de l’utilisation de Romanus Pontifex dans les siècles suivants, notons seulement que cette expression est encore d’usage courant aujourd’hui. Elle figure dans le Code de droit canonique de 198376. Elle est employée par l’actuel Pontife dans ses allocutions77 ou ses lettres pontificales.

  • 78 Reproduit au Décret de Gratien, D. 18, c. 13.
  • 79 Elle figure dans l’épitaphe de Grégoire le Grand (mort en 604).
  • 80 Sur cette progression, Ph. Levillain, « Titres pontificaux », Dict. de la papauté, op. cit., p. 162 (...)

705. – Summus Pontifex. Déjà en 506 le concile d’Agde (c. 35) envisageait la participation des évêques à l’élection du Summus Pontifex, qui ne pouvait être ici que le Pontife Romain78. Si cette dénomination n’est pas réservée au seul évêque de Rome, à partir du viiie siècle, elle tend progressivement à ne plus être employée qu’à son propos79. Elle devient normale dans la souscription de bulles pontificales, depuis le début du xe siècle. À la fin du xie siècle, saint Anselme, un peu plus tard saint Bernard, l’utilisent régulièrement dans leur correspondance avec la Papauté80.

  • 81 Mansi, t. XII, col. 720.
  • 82 Repris au Décret de Gratien, D. 79, c. 5.

71Au synode romain de 76981, il est question de la volonté d’accéder ad Summum Pontificalem honorem, à côté d’une référence à « l’élection » du Romanus Pontifex82.

  • 83 Reproduit ibid., D. 63, c. 30.

72La constitution de Louis le Pieux de 817 reconnaît la maîtrise de Rome, du Duché et des terres déjà pontificales au Summus Pontifex et à ses successeurs. Mais, plus loin, il est fait mention simplement du Pontifex et de l’ordo Pontificatus83.

  • 84 Éd. Horst Fuhrmann, Das Constitutum Constantini, Hanovre, 1968 (MGH, Fontes iuris german. ant., t.  (...)

73Vers la même époque, les Faux-Isidoriens, cependant très soucieux d’affirmer et de servir l’autorité romaine, ne semblent pas avoir cherché à vulgariser l’expression de Summus Pontifex. La pseudo-donation de Constantin donne au pape Silvestre les qualificatifs de Summus Pontifex et d’universalis urbis Romae papa84.

  • 85 Par exemple le passage repris au Décret, C. 3, q. 6, c. 5 : Apostolicae Sedis Pontificem, Pontifex, (...)
  • 86 Décret de Gratien, D. 63, c. 31.
  • 87 MGH, LL, t. II, App., p. 165 et Décret de Gratien, D. 63, c. 32.

74On rencontre donc encore des expressions diverses, mises les unes près des autres85, ce qui prouve qu’il n’y a pas de terminologie officielle qui soit imposée. Romanus Pontifex reste d’usage fréquent dans des actes officiels. On le trouve dans la lettre de Léon IV (850-855) à Lothaire et Louis le Pieux86 et dans la Constitution impériale du 13 février 96287 ou lorsqu’il s’agit de fixer les modalités de l’élection pontificale.

  • 88 Par exemple : D. 21, dictum initial, pr. et § 1 et 2 ; D. 56, dictum post c. 13 ; D. 63, dictum pos (...)
  • 89 Kajanto, loc. cit., p. 46.

75Vers le milieu du xiie siècle, Summus Pontifex est d’usage courant. Les dicta du Décret de Gratien l’utilisent volontiers88. Si la titulature est rare en épigraphie (premier exemple en 1278), on en trouve des emplois assez fréquents au Moyen Âge, par exemple dans le Liber Pontificalis89 et en particulier pour les Vitae composées après la mort de Martin V (1431).

  • 90 Par exemple les « Pactes du Latran » (février 1929), instaurant l’État de la Cité du Vatican.
  • 91 Voir, par exemple, Communicationes, t. XXXII/1, 2000, p. 3, 6, 9.

76Franchissant les siècles et les innombrables témoignages qui les jalonnent90, notons seulement que Summus Pontifex reste encore la titulature utilisée par le très officiel périodique Communicationes, pour désigner les allocutions du Pontife Romain et se retrouve dans de telles allocutions où le Souverain Pontife fait référence à sa charge91.

  • 92 Vita Gregorii Magni, II, 1 (PL, t. 75, col. 87A). Sur l’histoire de cette formule, St. Kuttner, « U (...)
  • 93 Voir également, Martin V au concile de Constance, Session XLIII, 21 mars 1418, Constitutio de refor (...)

77Mais en face des affirmations du pouvoir suprême, la terminologie n’ignore pas l’extrême humilité de l’expression Servus servorum Dei. Il s’agit là d’une innovation de Grégoire le Grand, si l’on en croit Jean le Diacre92. La formule figure dans la lettre d’Étienne IV à l’évêque de Ravenne (v. 878-888). Elle fut utilisée par Innocent III, en particulier dans la Bulle de promulgation de la Compilatio IIIa (après 1209). On la retrouve dans la Bulle de promulgation des Décrétales de Grégoire IX (5 septembre 1234), comme dans celle de Jean-Paul II pour la promulgation du Code de droit canonique (Sacrae Disciplinae, 25 janvier 1983) et la promulgation du Codex Canonum Ecclesiarum Orientalium (Sacri canones, 18 octobre 1990)93.

*
* *

78De ce parcours des temps et des textes, quelques conclusions paraissent se dégager.

791. – Pontifex fut utilisé par l’empereur de Rome et par le Souverain Pontife, le premier disant Maximus, le second, sans ignorer ce qualificatif, préférant Summus. Mais on ne saurait dire que le pape ait emprunté à l’empereur. Les choses sont plus complexes.

80L’empereur avait repris titulature et fonctions religieuses de celui qui, sous la République, avait été à la tête du clergé païen. Il en conserva mention dans sa titulature jusqu’au jour où Gratien renonça à ce titre païen, laissant Pontifex à l’Église chrétienne.

812. – Mais, bien avant que Gratien n’abandonne son titre, dès le milieu du iiie siècle avec Cyprien, à la fin du ive siècle avec saint Jérôme, Pontifex avait été utilisé dans le « latin chrétien ». Il désignait alors aussi bien des prêtres de l’Ancienne Loi ou de cités païennes que les évêques des communautés chrétiennes locales, que ce soit celui de Rome ou d’autres villes. Il est employé pour désigner les évêques ou le pape, et cela déjà avec Ambroise, plus tard avec Gélase. Il en sera ainsi au cours des siècles.

823. – L’histoire de Pontifex, accompagné d’un qualificatif, est plus complexe. D’abord parce que plusieurs qualificatifs furent (et sont encore parfois) utilisés : Apostolicus, Maximus, Romanus, Summus. Un seul reprenait pleinement la terminologie des empereurs romains : Pontifex Maximus. Marqué par ce souvenir fâcheux, il resta longtemps très exceptionnel. Romanus et Summus trouvèrent meilleur accueil et persistent encore aujourd’hui dans la langue romaine officielle. L’un comme l’autre sont anciens (fin ve-début vie siècle). Ils eurent leurs adeptes, sans tendre au monopole. Ils sont aujourd’hui, l’un comme l’autre, titulature officielle, normalement utilisée par la Chancellerie romaine. Ils connaissent la concurrence d’une autre expression, moins fréquente, mais utilisée dans de grandes circonstances, telle que la promulgation d’un Code de droit canonique. C’est celle du plus grand degré dans l’humilité : servus servorum Dei.

Notes

1 A. Bouché-Leclercq, « Pontifices », Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, éd. Ch. Daremberg-E. Saglio, t. IV/1, Paris, 1918, p. 567-578 ; G. J. Szemler, « Pontifex », RE, Suppl., t. XV, Stuttgart, 1978, col. 331-396 ; D. Porte, Les donneurs du sacre. Le prêtre à Rome, Paris, 1989.

2 Autre étymologie dans Zozime, Hist. nouvelle IV, 36, 2.

3 Par exemple A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e éd., Paris, 1959, V° Pontifex ; H. Bourdellès, « Nature profonde du Pontificat romain. Tentative d’une étymologie », Revue d’histoire des religions, t. 189, 1976, p. 53-65.

4 Nous ne reprendrons pas ici le débat ancien sur la nature et les domaines de ce rôle politique. Th. Mommsen, Röm. Staatsrecht, t. II/1, Leipzig, 1874, p. 10 sq., soutenant « Die magistratische Befugniss des Oberpontifex » et E. Païs, Ricerche sulla storia e sul diritto pubblico di Roma I, Rome, 1915, no IX, p. 273-335 : Le relazioni fra i sacerdoti e le magistrature civili nelle Repubblica romana, se sont opposés à ce propos ; cf. depuis J. Bleicken, « Oberpontifex und Pontifikalkollegium », Hermes, t. 85, 1957, p. 345-366 ; Idem, « Kollision zwischen Sacrum und Publicum », ibid., p. 466 sq. ; Jole Vernacchia, « Il pontificato nel’ambito della “respublica” romana », Studi E. Betti, t. IV, Milan, 1962, p. 427-451.

5 Lépide fut Pontifex Maximus de 44 à 12 av. notre ère (J. Vernacchia, loc. cit. supra).

6 Suétone, XII Césars, Divus Augustus, Ch. xxxi, qui rapporte à ce propos ses interventions en matière religieuse.

7 S. Riccobono, Fontes iuris romani anteiustiniani I, Leges, Florence, 1941, no 68 ; P. Fr. Girard, Les lois des Romains, 7e éd., Camérino, 1977, p. 408-421. L’inscription, qui est en grec, donne ‘arxiereus’, traduit par Pontifex Maximus.

8 Riccobono, op. cit., no 71 ; Girard, op. cit., p. 423-427.

9 Riccobono, op. cit., no 73 et 74 ; Girard, op. cit., p. 430-434.

10 Riccobono, op. cit., no 75 et 76 ; Girard, op. cit., p. 439-446.

11 Riccobono, op. cit., no 81 et 82 ; Girard, op. cit., p. 451-456.

12 Diplôme de soldat pérégrin de 178 (Girard, op. cit., p. 257) et d’un prétorien de 306 (ibid., p. 257).

13 Zozime, Hist. nouvelle, IV, 36, 5. Zozime rapporte l’anecdote, selon laquelle Gratien aurait refusé le vêtement (stolh, on ignore quel était ce vêtement) de Pontife. On en conclut au refus du Pontificat. L’empereur aurait estimé que « cet attribut était illicite pour un chrétien ». La date de ce refus est incertaine (entre 379 et 383 pour certains ; en 376, lors du seul passage de Gratien à Rome pour F. Paschoud, dans son éd. de Zozime, t. IV, Paris, 1979, p. 420).

14 Dernier exemple du titre porté par des empereurs, en 370 dans l’inscription de Valentinien, Valens et Gratien pour la confection du pont Sextius (CIL VI, 1175 = Dessau, 771).

15 L’époque d’apparition de Pontifex dans le vocabulaire chrétien reste discutée. Une opinion répandue retenait celle de Léon le Grand (440-461) (opinion suggérée par H. Leclercq, « Pontifex », Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, t. XIV/1, Paris, 1939, col. 1424, suivie par H. E. Feine, Kirchliche Rechtsgeschichte I, Weimar, 1950, p. 99 et d’autres jusqu’à G. J. Szemler, RE, Suppl., t. XV, Stuttgart, 1978, col. 347). Iiro Kajanto, « Pontifex Maximus as the Title of the Pope », Arctos, t. XV, 1981, p. 39, propose, au contraire, vers 370 au plus tard. Il invoque une lettre anonyme décrivant les désordres à Rome durant le pontificat de Libère (352-366), vraisemblablement écrite par un romain vers 370 et conservée dans la Collectio Avellana I, 5-6 (éd. O. Günther, Vienne, 1895-1896 [CSEL 35], t. I, p. 2, l. 21 et p. 3, l. 4), de peu postérieure au pontificat de Vigile (337-355). Est invoquée également une lettre de Jérôme (48, 4, 1) de 393, disant audio Pontifici et populi voluntatem. Mais cet exemple est peu probant. Il s’agit plutôt d’une expression usuelle remontant à l’époque romaine païenne.

16 Voir, par exemple, le texte de saint Jérôme, cité au Décret, D. 56, c. 8.

17 Par exemple, Dictum D. 36, post c. 2, principium.

18 Etym., VII, 12, reproduit au Décret, D. 21, c. 1, § 8.

19 Voir, par exemple, un texte du Pseudo-Ambroise, reproduit au Décret, De cons., D. 2, c. 53.

20 A. Thiel, Epistulae Romanorum Pontificum genuinae et quae ad eos scriptae sunt as. Hilario usque ad Pelagium II, t. I, Braunsberg, 1868, réimpr. 1974, p. 342, reproduit au Décret de Gratien, C. 24, q. 2, c. 2.

21 Voir d’autres passages de lettres de Gélase de dates incertaines : C. 12, q. 2, c. 23 (Thiel, p. 496) ; C. 23, q. 8, c. 26 (Thiel, p. 486) ; C. 16, q. 3, c. 5 (Thiel, p. 492) ; C. 12, q. 2, c. 25 (Thiel, P. 496) ; C. 7, q. 2, c. 2 (Thiel, P. 487), où l’évêque est qualifié magnus Pontifex ; lettre de 495 (C. 24, q. 3, c. 26 ; Thiel, p. 405), à propos de catholici Pontifices chassés d’un concile ; lettre de 494 ou 495 (D. 54, c. 11 ; Thiel, p. 389) à propos de l’ordination des diacres.

22 Registrum epistularum VII, 39, éd. D. Norberg, Turnhout, 1982 (CCSL, 140), p. 503, l. 8 = éd. P. Ewald-L. M. Hartmann, Berlin, 1957 (MGH, Epist., I), p. 448, l. 7 = VII, 42 (PL, t. 77, col. 901C) = Décret, D. 50, c. 11. Voir également une lettre de 592 (Regist. ep., II, 42, CCSL, 140, p. 131, l. 15 = II, 48, MGH, Epist., I, p. 149, l. 25 = II, 50, PL, t. 77, col. 591C = C. 16, q. 1, c. 49), où il est question d’un seul Pontifex pour deux églises voisines l’une de l’autre ; lettre de 592 (Regist. ep., III, 13, CCSL, 140, p. 160, l. 5 = MGH, Epist., I, p. 172, n. 2 = PL, t. 77, col. 614C = C. 21, q. 1, c. 5), mentionnant que, defuncto Pontifice, un autre fut élu, etc.

23 Au Décret, De cons., D. 5, c. 9.

24 Thiel, p. 349, voir le texte au Décret, D. 43, c. 5.

25 Voir concile de Tolède III, de 589, c. 13 ; de Séville II, de 619, c. 6 et 9. Le VIIe concile de Tolède de 649, c. 4 (C. 10, q. 3, c. 8) s’insurge contre « les exactions » et « la rapacité des Pontifes », lors de leurs visites des diocèses. Voir aussi Tolède X, 656, c. 3 ; Tolède XII, 681, c. 6 ; Tolède XVI, 693, c. 5 ; Paris V, 614, c. 4 ; Paris VI, 829, c. 33

26 Texte repris au Décret de Gratien, avec une fausse attribution à Symmaque : C. 8, q. 4, c. 1, § 1. L’inscription du Décret ne s’y est pas trompée : elle remplace Pontifex par episcopus.

27 De institutione clericorum I, 30, reproduit au Décret de Gratien, De cons., D. 5, c. 5.

28 Voir par exemple P. Hinschius, Decretales pseudo-isidorianae, Leipzig, 1863, p. 221 (= C. 11, q. 1, c. 3), Ps. Marcel, ou p. 676 (= C. 3, q. 5, c. 3), Ps. Symmaque.

29 Par exemple C. 7, q. 1, c. 4, reprenant les termes de la lettre de Nicolas Ier de 865, qui figurent au c. 4 ; C. 12, q. 3, c. 3 où Pontifex est repris au texte du concile d’Agde cité C. 12, q. 3, c. 3 ; C. 16, q. 6, c. 7, etc.

30 Dictum initial de D. 95, c. 1 ; Dictum, IIIa Pars, D. 86 post c. 4.

31 Dans le Décret de Gratien, D. 4, c. 5.

32 Voir J.-P. Martin, « Télesphore », Dictionnaire historique de la papauté, éd. Ph. Levillain, Paris, 1994, p. 1616.

33 Les Faux-Isidoriens se sont faits les agents de transmission de cette affirmation (Hinschius, Decretales, p. 109 = Décret, D. 4, c. 4).

34 Le texte figure au Décret de Gratien, D. 63, c. 28.

35 Ep. 104, c. 3 = C. 25, q. 2, c. 2.

36 Ep. 80 = C. 1, q. 1, c. 68.

37 Ep. 12, § 2 (Thiel, p. 351), cf. J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain, 2e éd., Paris, 1989 (Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident III), p. 505-506.

38 Texte repris au Décret de Gratien, D. 96, c. 10.

39 En 593 : Regist. ep., III, 54, CCSL, 140, p. 201, l. 34 = MGH, Epist., I, p. 212, l. 10 = II, 56, PL, t. 77, col. 651C = D. 100, c. 8.

40 Éd. G. Pertz, Hannovre, 1837 (MGH LL, t. II), p. 15 = Décret de Gratien, C. 2, q. 5, c. 18. Le texte était déjà dans le Décret de Burchard, I, 198, et dans celui d’Ives de Chartres, V, 313, ainsi que dans la Panormie, V, 4. Sur ce serment, cf. L. Halphen, Charlemagne et l’Empire carolingien, Paris, 1947, p. 127-128.

41 Trois fragments de cette lettre figurent au Décret de Gratien, D. 10, c. 8 ; D. 21, c. 7 ; D. 96, c. 6.

42 Chronicon Farfense, éd. U. Balzani, Rome, 1903 (Fonti per la storia d’Italia, 3), t. II, p. 245 sq. Le texte du Décret de Gratien (D. 23, c. 3), emprunté sans doute à la Panormie (III, 1) d’Ives de Chartres, fut corrigé par les correctores romani à partir de la Chronique : voir la note de Friedberg, dans son édition du Corpus Iuris Canonici, Leipzig, 1979, réimpr. Graz, 1959, t. I, col. 77 et D. Jasper, Das Papstwahldekret von 1059. Überlieferung und Textgestalt, Sigmaringen, 1986 (Beiträge zur Geschichte und Quellenkunde des Mittelalters 12), p. 14-15 et, pour une nouvelle édition critique du passage, p. 101.

43 Hinschius, Decretales, p. 672 = Décret de Gratien, C. 9, q. 3, c. 14.

44 Décret de Gratien, D. 96, c. 14.

45 Hinschius, Decretales, p. 190 ; Fausses-Décrétales, PL, t. 130, col. 184.

46 Par ex. D. 3, dict. post c. 2 ; dict. initial D. 97, où l’on trouve, à propos de l’élection du pape : electio Pontificis romani et Summi Pontificis.

47 Par exemple, à propos de l’élection pontificale, D. 63, c. 22 ; D. 79, c. 2 ; D. 96, c. 10 (où la rubrique reprend les termes du canon qu’elle introduit).

48 Supra introduction de ce II.

49 Redisons ici qu’il ne s’agit pas d’un relevé qui se voudrait exhaustif, mais d’une enquête sur les textes conservés par le Décret de Gratien.

50 Voir la note de Friedberg, sous ce texte.

51 Iiro Kajanto, « Pontifex Maximus, as title of the Pope », Arctos, t. XV, 1981, p. 44-45.

52 Prosper Tiro, qui dans son Epitome de Chronicon (éd. Th. Mommsen, Berlin, 1894 [MGH, AA, t. IX], p. 394), dans la première moitié du ve siècle, mentionne l’Hebraeorum Pontifex Maximus, Chelchias.

53 Éd. E. Dekkers, Turnhout, 1954 (CCSL 2), p. 1281 = éd. A. Reifferscheid-G. Wissowa, Vienne, 1890 (CSEL, t. 20), p. 220.

54 Kojanto (loc. cit., p. 47-51), utilisant R.U. Montini, Le tombe dei papi, Rome, 1957.

55 À comparer avec la formule d’un (faux) serment de saint Léon sur l’élection du pape qui donne Summae Sedis Apostolicae Pontificem (Décret de Gratien, D. 63, c. 23). À rapprocher : Apostolicae Sedis Pontifex dans une Fausse-Décrétale (Hinschius, Decretales, p. 190), citée infra.

56 Ep. 16 au De cons., D. 4, c. 12.

57 Thiel, p. 378, au Décret, C. 2, q. 7, c. 47.

58 Acta synodorum habitarum Romae, éd. Th. Mommsen, Berlin, 1894 (MGH, AA, t. XII), p. 405.

59 Par exemple en 592, Regist. ep., III, 7, CCSL, 140, p. 155, l. 93 = MGH, Epist., I, p. 168, l. 4 = PL, t. 77, col. 611B = C. 16, q. 1, c. 52, § 2 in fine.

60 J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum… collectio, Florence-Venise, 1759-1798, t. XII, col. 720 = D. 79, c. 5.

61 Mansi, t. XV, col. 693 = D. 19, c. 1.

62 Décret de Gratien, C. 15, q. 6, c. 3.

63 Ibid., D. 31, c. 6, § 4.

64 Le passage figure au Décret de Gratien, D. 79, c. 7.

65 Can. 1 et 2, repris, avec une fausse inscription au Décret, D. 100, c. 1.

66 Mansi, t. XX, col. 738 = Décret de Gratien, D. 60, c. 4, avec une référence à Urbain II.

67 I, 7 et III, 15, éd. J. Petersohn, Hanovre, 1999 (MGH, Scrip. rerum german., t. 71), p. 57 et 136.

68 Par exemple dans un Pénitentiel anonyme (éd. F. Wasserschleben, Die Bussordnungen der abendländischen Kirche, Halle, 1851, réimpr. Graz, 1958, p. 43) que le Décret de Gratien (C. 1, q. 1, c. 59 et De cons., D. 4, c. 23) attribue à tort à Isidore.

69 Hinschius, Décrétales, p. 190.

70 Texte repris au Décret de Gratien, C. 3, q. 6, c. 5.

71 La diversité de la terminologie du Pseudo-Isidore dans ce passage s’explique, au moins pour partie, par la multiplicité des sources utilisées pour composer ce faux. Il s’agit de canons du concile de Sardique, qui traitaient de ce recours au pape. Le c. 4 parle (en grec) de « l’évêque des Romains », episcopum Romanae Ecclesiae dans la version de Denys.

72 Hinschius, op. cit., p. 459.

73 Pseudo-Fabien, Hinschius, op. cit., p. 165

74 Voir Friedberg, note 7, Ad h. l.

75 Sur les débats anciens on consultera toujours J. Rambaud, L’âge classique, 1140-1378. Sources et théorie du droit, Paris, 1965 (Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident VII), p. 64-74, complété et corrigé par P. Landau, « Die Rubriken und Inskriptionen von Ivos Panormie », Bulletin of Medieval Canon Law, t. 12, 1982, p. 31-49. Mais sur bien des points, les vues de Mme Rambaud sont dépassées. C’est ainsi que sa tentative de déterminer quel fut l’emprunt du Décret de Gratien à la Panormie d’Ives de Chartres en ce qui concerne les Sommaires n’a plus de sens, depuis que Mme Rambaud elle-même a démontré que c’était un éditeur de la Panormie, Melchior de Vosmedian, qui, en 1567, avait ajouté, dans son édition de la Panormie, les Sommaires qu’il avait empruntés au Décret de Gratien (« Les sommaires de la Panormie et l’édition de Melchior de Vosmedian », Traditio, t. 23, 1967, p. 534-536).

76 Par exemple Lib. II, Pars II, Sectio I, cap. I, De Romano Pontifice et les canons 330, 332 § 2, 333 § 1, etc.

77 Par exemple Allocution du 21 janvier 2000 aux juges administrateurs et avocats de la Rote (Communicationes, t. XXXII/1, 2000, p. 6)

78 Reproduit au Décret de Gratien, D. 18, c. 13.

79 Elle figure dans l’épitaphe de Grégoire le Grand (mort en 604).

80 Sur cette progression, Ph. Levillain, « Titres pontificaux », Dict. de la papauté, op. cit., p. 1628-1629.

81 Mansi, t. XII, col. 720.

82 Repris au Décret de Gratien, D. 79, c. 5.

83 Reproduit ibid., D. 63, c. 30.

84 Éd. Horst Fuhrmann, Das Constitutum Constantini, Hanovre, 1968 (MGH, Fontes iuris german. ant., t. X). Texte repris au Décret de Gratien, D. 96, c. 14, § 1 et 2.

85 Par exemple le passage repris au Décret, C. 3, q. 6, c. 5 : Apostolicae Sedis Pontificem, Pontifex, Romano Pontifice.

86 Décret de Gratien, D. 63, c. 31.

87 MGH, LL, t. II, App., p. 165 et Décret de Gratien, D. 63, c. 32.

88 Par exemple : D. 21, dictum initial, pr. et § 1 et 2 ; D. 56, dictum post c. 13 ; D. 63, dictum post c. 25 et 27 ; D. 93, dictum initial ; D. 96, dictum initial ; D. 97, dictum initial ; C. 1, q. 1, dictum post c. 122 ; C. 2, q. 5, dictum post c. 18 ; C. 17, q. 4, dictum post c. 29, § 2 (Le texte de Nicolas Ier qu’annonce ce § 2 disait Sedes Apostolicae et Romana Ecclesia) ; C. 25, q. 1, dictum post c. 16, § 1 (Summae Sedis Pontifices et, plus loin, Summis Pontificibus) ; C. 26, q. 6, dictum initial, etc.

89 Kajanto, loc. cit., p. 46.

90 Par exemple les « Pactes du Latran » (février 1929), instaurant l’État de la Cité du Vatican.

91 Voir, par exemple, Communicationes, t. XXXII/1, 2000, p. 3, 6, 9.

92 Vita Gregorii Magni, II, 1 (PL, t. 75, col. 87A). Sur l’histoire de cette formule, St. Kuttner, « Universal Pope or Servant of God’s Servants », Revue de droit canonique, t. 32, 1981, p. 125-150, réimpr. dans Studies in the History of Medieval Canon Law, Aldershot, Variorum, 1991, no VIII, avec bibliographie.

93 Voir également, Martin V au concile de Constance, Session XLIII, 21 mars 1418, Constitutio de reformatione Ecclesiae : Martinus, episcopus, servus servorum Dei (G. Alberigo, Conciliorum oecumenicorum Decreta, 3e éd., Bologne, 1983, p. 447) ; de même Pie IX au concile de Vatican I : Pius, episcopus, servus servorum Dei.

Notes de fin

1 Jean Gaudemet avait rédigé cet article avant son décès (mai 2001). Néanmoins, il avait laissé une fiche mentionnant quelques vérifications qu’il voulait effectuer. Le professeur Franck Roumy, Université de Paris XI, les a faites.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search