Version classiqueVersion mobile

Formation du droit canonique et gouvernement de l’Église de l’Antiquité à l’âge classique

 | 
Jean Gaudemet

Première partie. Sources – formation du droit

3. La Bible dans les conciles (iveviie siècle)

Texte intégral

I. Introduction

1. Le projet

1La place occupée par les textes bibliques dans les canons conciliaires peut être envisagée dans deux perspectives différentes. Le juriste, qui tient ces textes pour des règles de droit, recherchera dans quelle mesure la législation conciliaire a voulu se donner la caution des Écritures. L’historien des cultures trouvera dans ces mêmes textes un témoignage de la connaissance ou de l’ignorance des Livres saints par l’épiscopat d’une région et d’un temps. Quel que soit le point de vue adopté, l’enjeu est important. La Bible est Parole de Dieu. Les règles qu’elle formule relèvent du droit divin, droit immuable, qui s’impose à tout législateur humain. Il n’est donc pas sans intérêt de connaître la place que lui accorde ce législateur, les cas et les points sur lesquels il l’invoque, la rappelle, utilise son patronage. Vues dans la perspective d’une histoire culturelle, les références bibliques ne sont pas de moindre prix. Pour l’époque envisagée ici, les informations sur la culture des clercs restent maigres. Les noms prestigieux d’Augustin, de Jérôme et de quelques autres ne doivent pas faire oublier la masse d’un épiscopat dont on ne connaît le plus souvent que les noms. Les conciles, sauf de très rares exceptions, ne révèlent pas l’action de chaque prélat. Ils sont le témoignage de l’œuvre collective d’une assemblée. Qui a proposé telle formule ? On l’ignore.

2Mais l’expression conciliaire est représentative de la culture d’un corps pris dans son ensemble. C’est la culture biblique d’un épiscopat, non celle d’un esprit exceptionnel, que livrent les conciles.

3Nous n’aurons pas à choisir ici entre les deux voies de l’enquête, car toutes deux nous concernent. En recherchant la place tenue par les textes de l’Écriture dans l’élaboration du droit, nous ne négligerons pas pour autant l’information que fournissent ces textes sur la culture des clercs.

2. Le cadre

  • 1 Sur les conciles des iie-iiie siècles, voir les articles de J. A. Fischer, « Die antimontanischen S (...)
  • 2 Tenu après un siècle de silence, sous le règne d’Hildéric, par un épiscopat revenu d’exil depuis pe (...)
  • 3 La plupart des conciles ultérieurs ne sont connus que par de brèves notices des sources narratives. (...)
  • 4 Voir paragraphe suivant.

4L’enquête s’ouvre avec les débuts du ive siècle1 car ce n’est que depuis cette époque, avec les conciles d’Elvire (début du ive siècle), Arles (314), Ancyre (314), que nous commençons à posséder des séries de canons conciliaires. Nous l’arrêterons à la fin du premier tiers du viie siècle. En effet la série des conciles d’Afrique ne dépasse guère le concile de Carthage de 5252. En Orient, après la grande série des conciles du ive siècle, le IIe Concile de Constantinople (553), convoqué par Justinien et le pape Vigile, marque une étape dans la série des conciles œcuméniques, qui ne reprendront que plus d’un siècle plus tard (Concile de Constantinople in Trullo, 680-681). Dans la péninsule ibérique, si la série des conciles wisigothiques se prolonge jusqu’en 694 (XVIIe Concile de Tolède), le IVe Concile de Tolède, en 633, se situe à l’apogée de la vie conciliaire en Espagne. En Gaule enfin, on compte plus de cinquante conciles entre 511 (Orléans I) et la fin du viie siècle. Mais nous arrêterons notre enquête avec le concile de Clichy de 626-627, qui est presque le dernier dont les canons nous soient parvenus3. Pour l’Italie, notre information est beaucoup plus pauvre. La tenue de conciles, surtout à Rome, est connue4. II y eut aussi quelques grandes assises conciliaires hors de Rome. Mais, pour la majorité de ces réunions, les Actes ne nous en sont pas par-venus.

3. L’information

  • 5 Par exemple Ossius à Elvire, Nicée ou Sardique (C. de Clercq, Ossius of Cordoba, Washington, 1954).

5Il ne faut pas en effet oublier que notre information sur les conciles anciens est souvent précaire. Elle est en tout cas toujours indirecte. Nous n’avons pas conservé les actes des réunions, relatant, en un procès-verbal, leur déroulement, parfois les incidents qui les ont marquées. Du rôle des participants, on ignore l’essentiel, sauf dans les cas rares où un historien ancien (Eusèbe de Césarée) mentionne la place tenue par un prélat dans les délibérations conciliaires5.

6Les canons disciplinaires, objet principal de notre enquête, ne sont connus que dans la mesure où ils ont été recueillis dans des collections canoniques. Souvent ces collections ont conservé également le nom des évêques (ou de leurs délégués) qui ont souscrit les actes du concile. On connaît ainsi et le nombre et les noms des participants. Mais, au-delà du nom, sauf exception très rare, on ne sait rien des hommes.

  • 6 Ils figurent déjà dans des collections italiennes de quelques années antérieures, la Collection de (...)

7L’information conciliaire est tributaire de ce qui a intéressé les compilateurs des collections canoniques. Connaissance à travers un filtre, par conséquent. Il ne faut jamais perdre de vue cette constatation. Elle incite à beaucoup de prudence dans l’appréciation de l’apport conciliaire. Les conciles orientaux du ive siècle ont bénéficié de l’intérêt que les collections d’Occident aussi bien que d’Orient ont porté à ces premiers témoignages de la législation canonique. Grâce, en particulier, à Denys le Petit et à la Collection qu’il a composée au début du vie siècle (la Dionysiana), ces conciles furent transmis à l’Occident et largement reproduits par la suite dans les collections occidentales6.

8Les conciles africains eurent la chance d’être conservés, pour l’essentiel, par des collections africaines de la fin du ive siècle (Bréviaire d’Hippone, 397) ou des premières années du ve (Codex Apiarii causae, Registri ecclesiae Carthaginensis excerpta). La Dionysiana, à son tour, les recueillit.

9Les conciles gaulois des ive-viie siècles ont été conservés, avec des fortunes diverses, dans de nombreuses collections compilées en Gaule aux vie et viie siècles.

  • 7 Forme première entre 633 et 636, avec éditions postérieures complétées jusque vers la fin du siècle

10Quant à ceux de la péninsule ibérique, ils doivent leur fortune à la collection Hispana7.

  • 8 Ainsi des conciles de 313 sous Miltiade (affaire de Cécilien, voir Hefele-Leclercq, Hist. des conci (...)
  • 9 En particuliers ceux de 313, 341, 405, 430, etc. C. H. Turner a publié les Actes du Concile de Rome (...)
  • 10 Pour ceux de 378 et de 415 (Ep. 13 d’Innocent Ier).
  • 11 F. Maassen, Geschichte der Quellen und Literatur des canonischen Recht, Gratz, 1870, p. 274 ; cf. T (...)
  • 12 F. Maassen, op. cit., p. 278.
  • 13 Ep. 13 de Félix III dans Thiel, op. cit., p. 259-261.
  • 14 F. Maassen, op. cit., p. 283, et Thiel, op. cit., p. 437-447 sous le no 30 des lettres de Gélase.
  • 15 Dans les Ep. 5 et 6 de Symmaque (Thiel, op. cit., p. 657-670 et 682-695).
  • 16 F. Maassen, op. cit., p. 283.
  • 17 F. Maassen, op. cit., p. 296.

11L’œuvre disciplinaire des conciles réunis en Italie entre le début du ive siècle et le milieu du vie fut sans doute plus modeste. Les collections canoniques n’en ont conservé presque aucune trace. La majorité de ces conciles se tinrent à Rome. Réunis par le pape, ils furent d’ampleur inégale, allant du synode romain peu nombreux à de larges assemblées qui réunissent une partie de l’épiscopat de la péninsule. L’importance des sujets traités fut, elle aussi, très variable. Beaucoup eurent à connaître de questions dogmatiques et parfois à juger les tenants de doctrines erronés8. La plupart d’entre eux ne sont que très imparfaitement connus9. Seuls en font état, de façon plus ou moins laconique, des récits d’historiens. Parfois on en a conservé une lettre synodale10. Cependant, les anathèmes du « Tome de Damase » (377) ont été conservés dans des collections canoniques. Les Actes du concile du 19 novembre 465, sous Hilaire, ont été recueillis dans la Dionysiana de Bobbio et dans l’Hispana11. Celui du13 mars 487, sous Félix III, figure dans la Dionysiana de Bobbio12. On y trouve quelques références bibliques13. Les gesta du concile romain du 23 mars 495, sous Gélase, figurent dans la collection Avellana14. On y trouve une citation biblique (Ez. 18, 32). Les synodes romains du 23 octobre 501 et du 6 novembre 50215 sont conservés par plusieurs collections canoniques16. Celui de 502 formule d’importantes prescriptions disciplinaires, mais il ne les assortit d’aucune citation biblique. On en trouve, au contraire, dans la sentence des évêques, rendue le 23 octobre 501 à la suite des attaques dirigées contre le pape Symmaque (Ep. 5 de Symmaque, chap. 9 et 10). Les Actes du concile de Rome de 531, sous Boniface II, figurent dans la collection de l’Église de Thessalonique17.

  • 18 Pour les conciles d’Italie du ive au viie siècle, on consultera toujours Hefele-Leclercq, Histoire (...)

12Hors de Rome se tinrent aussi quelques réunions conciliaires, parfois fort importantes : Rimini (359), Aquilée (381), Capoue (391-392), Milan (451). Le plus souvent convoquées pour connaître de questions dogmatiques, elles n’ont pas laissé de canons18.

13Ces quelques rappels étaient nécessaires pour situer les textes que nous aurons maintenant à examiner.

II. Importance de l’apport biblique

14La place faite à la Bible dans les documents conciliaires est très variable. Selon les régions, les temps, l’objet principal du concile, elle se réduit à rien ou, mais très rarement, devient considérable.

1. Les conciles orientaux

  • 19 Nous avons exclu de cette étude les réunions d’objet uniquement dogmatique. Nous écartons aussi le (...)
  • 20 Ps. 21, 22 ; 54, 7 ; 65, 12 ; I Cor. 1, 12 ; 1, 13 ; 4, 8 ; Rom. 14, 10.
  • 21 I Cor. 1, 12.

15Dix conciles, d’Ancyre (314) au IIe concile œcuménique de Constantinople (553), ont été retenus19. Cinq seulement citent la Bible dans leurs canons. Celle-ci est absente des 25 canons d’Ancyre, des 15 de Néocésarée (314-319), des 20 anathèmes de Gangres (343). Il en va de même pour les conciles œcuméniques de Constantinople I (381) ou d’Ephèse (431). Ce n’est pas que les Pères de ces deux dernières assemblées n’aient pas accordé d’importance aux Écritures. La lettre envoyée par le concile de Constantinople au pape Damase et aux évêques d’Occident se réfère sept fois à l’Écriture20, bien qu’elle n’en rapporte les termes mêmes qu’une seule fois21. Parmi les documents du concile d’Éphèse, des citations scripturaires se rencontrent en assez grand nombre, dans la seconde et la troisième lettre de Cyrille à Nestorius, dans la seconde lettre de Nestorius à Cyrille, dans la lettre de Cyrille à Jean d’Antioche. L’arrière-plan scripturaire est donc certain. Mais il est remarquable que la Bible ne soit pas citée dans les Actes du concile.

  • 22 Alors que les références bibliques sont nombreuses dans la lettre de saint Léon au patriarche de Co (...)
  • 23 Ni la version originale en grec des 14 canons, ni les deux traductions latines, qui en furent faite (...)

16Après les silences, les présences. Elles sont fort peu nombreuses : deux au concile de Nicée (c. 2 et 17), une dans celui d’Antioche (c. 25) ; une allusion à la Ire Épître à Timothée dans le c. 10 de Sardique : une allusion à deux textes pauliniens dans le c. 4 du concile de Chalcédoine22. Quant au IIe concile œcuménique de Constantinople, il contient plusieurs références bibliques dans la sentence prononcée dans sa session VIII, le 2 juin 553, contre les « Trois chapitres » et dans les anathèmes qui l’accompagnent23.

17Au total, peu de chose, surtout si l’on met à part les textes dogmatiques de Constantinople II. Le bilan est alors des plus maigres : trois citations scripturaires dans les conciles de Nicée et d’Antioche, une allusion dans le concile de Sardique, deux dans celui de Chalcédoine.

2. Les conciles africains

18Si de l’Orient on passe à l’Afrique, on constate un appel plus important à la Bible. Des neuf conciles qui se sont tenus entre 345 et 525, dont les Actes nous sont parvenus, tous font appel à la Bible. Pour trois d’entre eux nous n’avons pas de canons disciplinaires, mais des documents relatifs aux questions qui y furent traitées.

  • 24 Nous gardons cette forme habituelle. C. Munier (Conc. Afr., p. 55) fait observer que les manuscrits (...)
  • 25 C. Munier, Conc. Afr., p. 59-63.

19C’est d’abord le concile de Thélepte24. La lettre du pape Sirice, qui figure dans les Actes du concile, cite douze fois la Bible25. On objectera qu’il ne s’agit là ni d’un texte conciliaire, ni d’un texte africain. Mais sa présence dans des actes conciliaires africains justifiait qu’il en fût fait mention.

  • 26 Ibid., p. 170.

20Du concile de Carthage de 424-425, qui eut à clore l’affaire du prêtre Apiarius et qui l’exclut de l’Église, on n’a conservé que la lettre des évêques africains au pape Célestin. Ici, encore on trouve une citation biblique26.

  • 27 Ibid., p. 255, 260, 279.

21Enfin, le concile de Carthage des 5-6 février 525 a, pour l’essentiel, renouvelé des dispositions antérieures en procédant à une relecture des Actes de conciles africains d’Hippone (393) à Carthage (424). Mais on trouve dans les Actes de ce concile, trois citations bibliques, dans des discours de l’évêque de Carthage, Boniface, et une dans un document établi par Pierre, abbé27.

  • 28 Nous ne retenons évidemment pas le pseudo « IVe concile de Carthage », dénomination fautive, dont l (...)

22Dans les six autres conciles africains28 l’autorité de la Bible est alléguée dans des canons :

  • Carthage (345-348), une citation (c. 6) ;

  • Carthage (390), une citation (c. 8) ;

  • Hippone (393), deux citations (c. 1) ;

  • Carthage, 13 septembre 401, une citation (dans les Excerpta, c. 66) ;

  • Carthage, 25 août 402, deux citations (ibid., c. 92) ;

    • 29 Sur la transmission des canons de ce concile par les collections canoniques, voir C. Munier, Conc. (...)

    Carthage, 1er mai 418, dix-sept citations (c. 2, 3, 5, 7, 8, 9)29.

23D’autre part, les Canones in causa Apiarii contiennent deux citations (c. 16 et 23). Soit, au total, vingt-six citations bibliques dans des canons disciplinaires.

  • 30 C. Munier, Conc. Afr., p. 361-369.

24Nous n’avons pas fait état dans ce relevé du concile de Milève du 27 août 40230. L’Hispana, qui met ce concile dans sa série conciliaire africaine, lui attribue 27 canons. En fait, seuls les c. 13 à 15 sont bien l’œuvre de ce concile. Tous les autres ne sont que la reproduction de canons de conciles antérieurs, qui ont été empruntés aux Excerpta du Registre de Carthage. Or, c’est parmi eux que figurent les seuls canons du « concile de Milève » qui citent la Bible, les c. 2 et 4 à 8. Il s’agit en réalité de la reprise des c. 2 à 9 du concile de Carthage du 1er mai 418, qui figuraient dans les Excerpta, c. 110 à 116. Il n’y a donc pas à les comptabiliser ici.

  • 31 Douze figurent dans la lettre de Sirice ; elles sont donc d’origine romaine et pontificale.

25Si l’on ajoute aux 26 citations bibliques contenues dans des canons disciplinaires les 17 citations31 des documents figurant dans les actes des trois autres conciles, on obtient un total de 43 citations, dont 39 dans une période de trente-cinq ans (de 390 à 424-425).

3. Les conciles gaulois

26Les canons disciplinaires gaulois recueillis par les collections canoniques sont beaucoup plus nombreux que ceux de l’Afrique. En Afrique, l’occupation vandale (chute de Carthage en 439) mit fin à la vie conciliaire. En Gaule, au contraire, Burgondes, Wisigoths, Francs lui donnèrent une impulsion nouvelle. Celle-ci se traduisit par la réunion de nombreux conciles aux vie et viie siècles, et de multiples collections canoniques gauloises en ont assuré la conservation.

  • 32 On les consultera dans l’édition de C. de Clercq citée dans l’Annexe.
  • 33 Pour beaucoup de conciles gaulois, on ne dispose en effet que de brèves notices, parfois de rapides (...)

27Au début du vie siècle, le concile d’Orléans de 511 ouvre la série des conciles mérovingiens, que nous suivrons jusqu’au premier quart du viie siècle (Clichy, 626/627). Au total 42 conciles, certains tenus dans le royaume burgonde, d’ampleur et d’importance inégales32. Nous n’en retiendrons ici que 23, ceux dont on a conservé les canons disciplinaires33, car c’est là qu’il nous faut rechercher la présence de la Bible.

28À ces 23 conciles des vie-viie siècles, il faut ajouter les 8 conciles des ive-ve siècles, soit un total de 31 conciles.

  • 34 Une seule référence dans les conciles suivants : Arles (314), Valence (374), Turin (398), Angers (4 (...)

29De ces conciles, retenus pour la période 314-626, 16 seulement font référence aux Écritures. Au total 97 références bibliques en trois siècles et demi, ce qui est assez peu. Et surtout la grande majorité d’entre elles (77) se regroupent dans trois conciles : Tours, 461 (17 références), Orange, 529 (42 références) et Tours, 567 (17 références). Si huit des onze conciles qui s’échelonnent entre 314 et 461-491 ont tous au moins une citation biblique, on rencontre beaucoup de conciles sans aucune référence biblique, aux vie-viie siècles. Rien, dans des conciles cependant importants, où s’était réuni un épiscopat nombreux et dont l’activité législative fut notable, tels que les conciles d’Orléans I (511), III (538), IV (541), Paris (614) ou Clichy (626-627). On ne peut que constater l’absence de toute référence biblique dans 16 conciles entre 511 et 626-627, dans 3 entre 314 et 461-491, et leur petit nombre dans beaucoup de conciles de cette période34.

30D’une façon générale, on doit donc reconnaître que la Bible n’occupe qu’une place modeste dans les conciles gaulois. Les membres de ces assemblées, les rédacteurs des canons n’ont pas cru nécessaire, ou opportun ( ?), de chercher dans des références bibliques un appui pour leur législation.

31Quatre conciles font cependant exception. Deux des quatre canons promulgués à Paris en 360-361 se réfèrent sept fois à la Bible (quatre citations de l’Évangile de Jean, une citation et deux références implicites aux Épîtres pauliniennes). Ils figurent dans une lettre qui est une « exposition de la foi catholique rédigée par les évêques gaulois et envoyée aux évêques d’Orient ». Le texte condamne les doctrines ariennes, qui avaient triomphé à Rimini l’année précédente. La présence d’Hilaire au concile de Paris n’est pas certaine. Le caractère dogmatique des canons explique sans doute l’appel important aux textes sacrés.

  • 35 CPL, 664.

32Le concile de la province d’Arles, tenu à Orange le 3 juillet 529, s’intéresse, lui aussi, aux questions dogmatiques. Sous l’impulsion de Césaire d’Arles, il réfute dans ses 25 canons la doctrine semi-pélagienne sur la grâce et le libre-arbitre. Ses huit premiers canons ont été fournis par une compilation dite Capitula s. Augustini35 dont ils respectent l’ordre (c. 3 à 10). Les autres viennent de Prosper d’Aquitaine. Les 27 citations bibliques que l’on trouve dans les canons de ce concile ne constituent donc pas un apport des évêques réunis à Orange. Elles figuraient dans des textes dogmatiques que le concile s’est borné à « canoniser ».

  • 36 Innocent à Victricius de Rouen (404).
  • 37 lnterpretatio du C. Th. 9, 25, 1 et 2 ; Interpretatio du C. Th. 3, 12, 4 et 5.
  • 38 Collection dite « Second concile d’Arles », c. 52, 46.
  • 39 Voir dans le c. 20 (21).
  • 40 Concile d’Epaone, c. 25 et 30 ; concile d’Orléans de 511, c. 18 ; concile de Clermont de 535, c. 12

33Restent les deux conciles de Tours de 461 et 567. Tous deux ont promulgué des canons de contenu disciplinaire, et dans tous deux la Bible tient une place importante. Dans les 13 canons de 461, elle est citée 17 fois, sous forme de brèves incises qui viennent renforcer l’autorité du canon. Les 28 canons du concile de Tours de 567 avec leurs 15 citations bibliques fort longues, leurs développements doctrinaux et moraux, tranchent sur le style habituel des canons conciliaires gaulois. Le plus souvent, cependant, ces canons ne font que reprendre des prescriptions conciliaires antérieures. Quant aux citations bibliques, si elles sont en général sporadiques (c. 1, 2, 12, 14), elles se pressent dans les deux derniers et très longs canons 21 (20) et 22 (21), où elles voisinent avec des citations d’extraits de lettres de papes36, de constitutions impériales37, de collections canoniques38, de capitulaires des rois mérovingiens39, de canons de conciles antérieurs40. Cette accumulation de textes suppose sans doute de bons dossiers canoniques, mais plus encore le souci d’hommes instruits d’en utiliser les richesses.

  • 41 Luce Pietri, La ville de Tours du ive au vie siècle, Coll. de l’Ec. française de Rome, no 69, 1983, (...)
  • 42 Sidoine Apollinaire, Epist., IV, 18, 4.
  • 43 Epist., VII, 9, 1.
  • 44 Carmina, III, 3, V. 11-15.

34Or, on l’a montré41, à l’époque de ces conciles, Tours eut pour évêques des hommes de culture, membres de l’aristocratie sénatoriale : Perpetuus, qui présida le concile de 461 et Eufronius, qui réunit celui de 567. Le premier était lié d’amitié avec Sidoine Apollinaire, à qui il demanda de composer une pièce en vers pour être gravée sur un mur de la nouvelle basilique de Saint-Martin42. L’évêque de Clermont fait gloire à son confrère d’être « un familier de la bibliothèque de la religion catholique » et de connaître aussi bien le texte des Écritures que ses commentateurs43. Quant à Eufronius, c’est un ami du poète Fortunat, qui loue sa culture et le charme de sa conversation44. La formation intellectuelle des deux évêques n’est sans doute pas étrangère au style des canons rédigés sous leur autorité.

35Quoi qu’il en soit, il s’agit là d’un cas unique et qui ne mérite que davantage de retenir l’attention.

4. Les conciles de la péninsule ibérique

  • 45 Ni les canons d’Agde ni ceux de Narbonne ne font appel à la Bible. Celle-ci n’apparaît que dans la (...)
  • 46 Tolède II (527), Braga I (561), Tolède III (589), Séville II (619), Tolède IV (633).

36Le dossier ibérique n’est pas sans rappeler celui de la Gaule bien que, pour la période que nous envisageons ici, l’activité conciliaire ait été beaucoup moins intense en Espagne. Entre le début du ive siècle (concile d’Elvire) et le IVe concile de Tolède de 633, 21 conciles nous ont laissé leurs canons. Il faut y ajouter les conciles d’Agde (506) et de Narbonne (589) qui, bien que tenus en Gaule, appartiennent à l’Église wisigothique45. Soit 23 conciles. Parmi eux, cinq seulement allèguent la Bible dans leurs canons46. Au total 54 citations scripturaires.

  • 47 Credo de Tolède I (400) et profession de foi des évêques contre Priscillien au même concile ; décla (...)
  • 48 Lucretius, métropolitain de Braga au Ier concile de Braga (561) ; Martin à celui de Braga de 572 ; (...)
  • 49 Lettre de Montanus, évêque de Tolède, jointe aux Actes du IIe concile de Tolède (527).

37Ajoutons les références bibliques des professions de foi47, des homélies48, ou des lettres épiscopales49, voire celle de la confirmation, par le roi Reccared, des décisions du IIIe Concile de Tolède (589). Ce sont ainsi 32 textes scripturaires qui, hors des canons, viennent grossir le dossier biblique des conciles ibéro-wisigothiques.

  • 50 Cf. c. 12. Sur cette controverse, voir J. Orlandis, Die Synoden auf der iberischen Halbinsel bis Zu (...)
  • 51 En dehors de lui, le concile ne réunit que huit évêques.

38Ce total de 86 mentions est assez comparable aux 97 des conciles gaulois. Il est nettement supérieur aux 43 citations des conciles africains. Mais, plus encore que pour la Gaule, la répartition de ces citations à l’intérieur de la masse conciliaire est très inégale. Non seulement elles sont le monopole de cinq conciles (sur 23), mais deux d’entre eux, Séville II et Tolède IV en totalisent 46 et, à lui seul, le c. 13 du concile de Séville de 619 en regroupe 37. Ce canon réaffirme avec ampleur la doctrine chalcédonienne des deux natures du Christ unies en une même personne. Par là il veut mettre un terme au débat théologique qu’avait suscité la présence au concile d’un évêque monophysite venu de Syrie. Isidore de Séville, qui présida l’assemblée, s’employa à démontrer l’erreur des doctrines professées par le Syrien et amena celui-ci, après des journées de débats, à rejoindre l’orthodoxie50. C’est très probablement à la science d’Isidore51 que l’on doit le très long c. 13 où l’exposé de la doctrine christologique prend appui sur une abondante moisson scripturaire. À lui seul, ce canon réunit près de la moitié des citations scripturaires que contient le dossier conciliaire ibérique (canons et déclarations diverses). Et, si les canons de Séville II et de Tolède IV réunissent la grande majorité des références à la Bible, c’est sans doute à la culture d’Isidore de Séville, qui présida les deux réunions, qu’on le doit.

  • 52 Sur cette question, voir J. Orlandis, op. cit., p. 150-152.

39Il faut remarquer que quatre des sept canons du concile de Tolède qui citent la Bible, les c. 6, 10, 13, 15, concernent plus spécialement le droit liturgique. La référence à l’Épître aux Romains (1, 13) du c. 6 figurait dans le passage de la lettre de Grégoire le Grand à saint Léandre qui forme l’essentiel de ce canon. Cette lettre avait pour objet de mettre un terme aux divergences que connaissait l’Église d’Espagne sur la forme du baptême, par simple ou triple immersion52. Seul le c. 21, relatif aux qualités exigées des clercs, qui invoque le passage célèbre de l’Épître à Tite (1, 7) : opportet episcopum irreprehensibilem esse, a un caractère disciplinaire.

  • 53 Canon 16 : Antioche c. 25 ; canon 22 : Nicée c. 2 ; canon 72 : origine inconnue.

40Quant aux citations bibliques du concile de Braga II, trois sur quatre figurent dans la traduction faite par Martin de conciles orientaux53. On ne saurait donc les tenir pour un apport neuf.

Vue d’ensemble

41De cette analyse régionale, quelles constatations faire pour l’ensemble des conciles de notre période ?

  • 54 Six recours à la Bible dans les canons orientaux (sur 91 dans l’ensemble du dossier conciliaire ori (...)
  • 55 Font exception, on l’a vu, les deux conciles de Tours de 461 et 567, qui citent abondamment la Bibl (...)
  • 56 À l’exception d’une citation au c. 9.

42On retiendra tout d’abord que la Bible est assez rarement citée dans les canons disciplinaires, et nettement moins dans ceux d’Orient et d’Afrique que dans ceux de Gaule ou d’Espagne54. Les citations deviennent plus nombreuses lorsque les canons traitent de questions dogmatiques55. Il en va ainsi des canons du concile de Paris de 360-361, qui, en deux canons, citent sept fois la Bible : de celui d’Orange de 529, qui traite de la grâce et du libre-arbitre (24 citations en 12 canons). La chose est encore plus frappante au IIe concile de Séville de 619, où la quasi-totalité56 des citations bibliques sont concentrées dans le c. 13, consacré à une exposition de la doctrine chalcédonienne des deux natures du Christ en une seule personne.

43Si les canons eux-mêmes citent assez rarement la Bible, ce n’est pas que leurs auteurs ne l’aient pas très présente à l’esprit. Écrits, homélies, déclarations de foi, qui figurent dans les dossiers conciliaires, l’attestent. La Bible y est plus souvent alléguée que dans les canons.

44Cela est particulièrement net pour les trois conciles œcuméniques de Constantinople (381), Éphèse (431) et Chalcédoine (451). Un seul de leurs canons (Chalcédoine c. 4) fait référence à deux textes des Épîtres de Paul. Mais la lettre synodale des évêques réunis à Constantinople en 381 qui fut adressée au pape Damase et aux évêques « réunis » à Rome, les cite quatre fois et allègue également trois passages des Psaumes. À Éphèse, dans trois lettres de Cyrille et une de Nestorius, neuf citations vétéro-testamentaires et plus de 70 du NT. À Chalcédoine, la definitio fidei cite deux fois le NT.

45Pour l’Afrique ou la Gaule, nous n’avons conservé, à peu de chose près, que des canons conciliaires. On ne sait donc pas quelle put être l’importance d’autres documents (lettres, homélies, etc.) et la place qu’aurait pu y occuper la Bible. Mais celle-ci reparaît en Espagne, dans le Credo et la profession de foi du Ier concile de Tolède (400), dans la lettre de l’évêque Montanus à Tolède II (527), dans les homélies de Lucretius à Braga I (561) et de Martin à Braga II (572) et dans de nombreux documents de Tolède III (589).

46En ce qui concerne les canons conciliaires, objet central de notre enquête, est-il possible de constater certaines différences dans l’appel à la Bible selon les conciles, les régions ou les temps ?

  • 57 Six citations seulement, dont cinq du NT, dans cinq canons : Nicée (deux), Antioche (une), Sardique (...)

47Si les conciles orientaux citent peu la Bible57, il ne s’agit pas d’ignorance ou d’indifférence, mais plutôt d’une certaine conception de « la distinction des genres ». La Bible nourrit la pensée des Pères conciliaires ; elle inspire leur doctrine et leur sens de l’Église. Mais elle ne leur semble pas avoir sa place dans des textes normatifs. Conception que ne partagent pas les évêques africains, qui citent la Bible dans leurs conciles. Celui du 1er mai 418 à Carthage l’emporte, en ce point, sur tous les autres. Volonté des évêques qui y furent réunis ? Peut-être. Mais les comparaisons entre conciles africains sont aléatoires, car la transmission de leurs canons s’est faite, selon les conciles, par des voies très différentes. Ceux de 401 et 402 ne sont connus que par les Excerpta du Registre de Carthage. L’auteur du Registre a-t-il recopié tous les canons ? La précarité des sources impose la prudence.

48La documentation gauloise est plus riche et plus homogène. Mis à part les conciles d’objet dogmatique (c. 2 et 3 du concile de Paris de 361-362 et surtout concile d’Orange de 529), les conciles gaulois ne citent en général la Bible qu’avec une certaine discrétion. Attitude que l’on constate aussi bien au ive siècle (Arles, Cologne, Valence, Turin) qu’à l’époque mérovingienne. Ce qui frappe surtout c’est l’absence de toute référence biblique dans la majorité des conciles et sa concentration dans quelques autres. Silences ou fréquences qui ne sont pas liés à des différences d’époque, de style ou de « mode » législative. Les appels à l’autorité de la Bible sont bien plutôt le fait d’évêques cultivés, soucieux de donner aux canons qu’ils promulguent un soutien scripturaire. La chose est évidente pour les deux conciles de Tours.

  • 58 Mis à part le c. 13 du IIe concile de Séville (619), dont la forte imprégnation biblique tient à so (...)
  • 59 Martin fut très probablement le rédacteur des Actes du concile (cf. W. Barlow, Martini episcopi Bra (...)

49Il en va de même en Espagne. Deux conciles ont, plus que les autres58, cité la Bible dans leurs canons : ceux de Braga II (572) et de Tolède IV (633). La présence de prélats comme Martin à Braga59, Isidore à Séville en 6I9 et à Tolède en 633, y est pour beaucoup.

50Ces exemples suffisent à révéler la diversité des données qui ont favorisé (ou défavorisé) l’appel à l’autorité biblique dans les canons conciliaires. Au premier rang de ces données, il faut, semble-t-il, mettre l’objet du canon et le rôle décisif des hommes qui ont rédigé les textes (ou qui, du moins, en ont surveillé la rédaction).

III. Le choix des textes

51L’enquête menée jusqu’ici était d’ordre géographique, historique et quantitatif. L’« Écriture » y était envisagée en bloc. Il est maintenant nécessaire de mesurer la contribution demandée à ses divers Livres.

  • 60 Nous entendons par là non seulement les références à la Bible dans des canons disciplinaires, mais (...)
  • 61 Voir le relevé infra. Pour le dossier espagnol la proportion est d’environ 2 pour 5.

52D’une façon générale, le NT est plus souvent invoqué que l’Ancien : 78 citations du NT dans le dossier conciliaire60 oriental, contre 13 pour l’AT. Pour l’Afrique, ces chiffres sont respectivement de 33 et de 10 ; pour la Gaule, de 74 et de 2361.

  • 62 Les Psaumes n’occupent qu’une place plus réduite dans les conciles ibériques.

53De l’AT, beaucoup de Livres n’ont pas été utilisés. Parmi ceux qui le furent, les Psaumes dont on sait le rôle important dans la culture biblique des clercs du Haut Moyen Âge, ont une place de choix. Dix citations (sur 23) pour la Gaule ; quatre (sur 10) en Afrique ; mais seulement quatre (sur 13) en Orient62. Prophètes, Livres sapientiaux sont plus souvent allégués que le Pentateuque ou les Livres historiques. D’une façon générale, seuls quelques Livres sont utilisés : la Genèse, le Lévitique, le Deutéronome, Samuel, les Rois, les Chroniques, Isaïe, Daniel, Malachie, Job, les Proverbes, l’Ecclésiaste, la Sagesse, l’Ecclésiastique. Au total (avec les Psaumes) quinze livres, sur plus de quarante ; et plusieurs d’entre eux ne le sont qu’une seule fois.

  • 63 Nous adoptons cette terminologie pour désigner l’ensemble des Épîtres attribuées par la tradition à (...)
  • 64 Par exemple, c. 14 (seconde lettre de Nestorius à Cyrille) ; 8, 20 (concile d’Orléans de 533 c. 3)  (...)
  • 65 Par exemple, 1, 17 (Lettre de Cyrille à Jean d’Antioche) ; lettre de Boniface, dans le concile d’Or (...)
  • 66 Par exemple, I Pierre 4, 1 (deuxième lettre de Nestorius à Cyrille et lettre de Cyrille à Jean d’An (...)
  • 67 Concile de Carthage de 418, c. 5 et 7 (I Jean 1, 8 ; 1, 9 ; 4, 7) ; de Cologne de 346, c. 12 (I Jea (...)
  • 68 Par exemple 22, 12 (concile de Thélepte, lettre de Sirice ; IVe concile de Tolède de 633, c. 15).

54Pour le NT, les Évangiles et les Épîtres pauliniennes63 sont à peu près seuls à être cités. Quelques références, très rares, aux Actes des Apôtres64, aux Épîtres de Jacques65, de Pierre66, de Jean67, à l’Apocalypse68.

  • 69 Dans les documents conciliaires ibériques, la proportion est d’environ 3 pour 2.

55Ce qui frappe surtout, c’est l’ampleur de l’appel aux Épîtres pauliniennes, qui dépasse souvent les citations des Évangiles : 44 et 27, dans les conciles orientaux ; 18 et 10 pour ceux d’Afrique ; 45 et 22 pour ceux de Gaule69.

  • 70 Luc n’apparaît qu’une fois dans le dossier oriental (1, 30-31 dans la lettre de Cyrille à Jean d’An (...)
  • 71 Une citation (1, 15) dans la lettre de Sirice au concile de Thélepte. Le même verset figure dans la (...)

56Parmi les Évangélistes, Matthieu et Jean sont presque seuls à être cités70. On constate d’ailleurs que les références aux Évangiles sont beaucoup plus fréquentes dans les « documents annexes » (homélies, interventions orales, lettres, etc.) que dans les canons disciplinaires. Parmi les Épîtres, celles aux Romains, aux Corinthiens, à Timothée bénéficient d’une nette préférence. Plus rares les citations des Épîtres aux Galates, aux Éphésiens, aux Philippiens, aux Corinthiens. L’Épître aux Hébreux n’est pas ignorée. Celle à Tite n’est que très rarement citée71. Il serait hasardeux de tirer de ces quelques relevés des conclusions concernant les préférences scripturaires des membres des assemblées conciliaires ou leur connaissance des différents Livres. Il serait aussi imprudent de les utiliser dans la seconde perspective que nous indiquions au début de cette étude, pour apprécier dans quelle mesure la Bible a été utilisée pour fortifier le droit.

IV. Nature et objet des recours à la Bible

57Nous avons jusqu’ici envisagé la place occupée par la Bible dans les documents conciliaires. Une telle étude, par la force des choses, fait largement appel aux données quantitatives. Il reste à dire les modes d’utilisation des Écritures, l’objet des références bibliques. Recherche du rôle, après celle de la place et, d’une certaine façon, de la substance, après la sécheresse des chiffres.

  • 72 On ne s’engagera pas ici dans la question largement débattue de savoir de quels textes de la Bible (...)

58De ce nouveau point de vue, une première distinction doit être faite, qui touche la forme plus que le fond. Tantôt le texte biblique est cité (avec plus ou moins d’exactitude72), tantôt il n’y est fait qu’une allusion, dont l’évidence n’apparaît pas toujours.

59Il ne semble pas que la première de ces attitudes témoigne d’un plus grand respect à l’égard du texte sacré. L’allusion n’a pas moins de poids que les termes mêmes d’un verset biblique. Aussi ne nous arrêterons-nous pas à cette différence toute formelle.

  • 73 Rédaction du type : si quis… ; de his qui… ; placuit… ; etc.
  • 74 Concile de Sardique, c. 10, sur les conditions d’accès à l’épiscopat ; le texte fait référence à I (...)

60Une autre différence, formelle elle aussi, présente cependant plus d’intérêt. La grande majorité des canons conciliaires formulent une règle, assortie ou non d’une sanction, sans faire aucune allusion à celui qui l’a proposée73. Dans quelques cas, au contraire, le canon se présente comme « le dit » d’un évêque, que tous les assistants approuvent et qui devient loi. D’où des formules du genre de : Ossius episcopus dixit…74. Lorsque, dans un canon de ce type, on trouve citation ou référence à la Bible, on doit en attribuer la paternité au prélat dont le propos a été « canonisé ».

61Une telle rédaction est très exceptionnelle. On n’en connaît (pour les canons qui citent la Bible) que cinq exemples :

  • Concile de Sardique, c. 10 ;

  • Concile de Carthage (345-348), c. 6 : Gratus episcopus dixit (citation de II Tim. 2, 4) ;

  • Concile d’Hippone (393), c. I : Aurelius episcopus dixit (citation de I Cor. 5, 11 et de Sir. 16, 3) ;

  • Concile de Cologne (346), c, 1 : Maximus episcopus dixit (citation de Marc 3, 29) ;

  • ibid., c. 12 : Eulogius episcopus dixit (citation de I Jean 3, 8 et Gal. 1, 8).

62Malgré leur rareté, ces exemples sont importants. Ils montrent très concrètement la façon dont les versets bibliques ont été introduits par un membre de l’assemblée dans un canon conciliaire.

  • 75 Concile de Carthage de 345-348.
  • 76 I Cor. 11, 24 ; Canones in causa Apiarii, c. 22 (C. Munier, Conc. Afr., p. 123).

63On attachera moins d’attention à la longueur des textes bibliques insérés dans les canons. Parfois, il s’agit de quelques mots seulement, ou d’une brève formule. Telle cette phrase de II Tim. 2, 4 : Nemo militans Deo ingerit se negotiis saecularibus75, ou mieux encore : Accipite et edite76.

  • 77 Par exemple, Fratres nostri estis (II Sam, 19, I3) dans le concile de Carthage du 25 août 402 (C. M (...)
  • 78 Par exemple, concile de Tours de 461, c. 8.

64Certaines formules scripturaires sont si brèves et si dissociées de leur contexte qu’elles peuvent être utilisées dans une perspective très différente de celle qui les avait suscitées77. D’autres sont d’usage fréquent : telle cette image du pécheur qui, après pénitence, retourne à son péché sicut canis ad vomitum suum (Prov. 26, 11, repris dans II Pierre 2, 2278).

  • 79 C. Munier, Conc. Afr., p. 70.

65En d’autres cas, la citation est un peu plus longue, par exemple, à propos de la formule baptismale (et de la valeur du baptême des très jeunes enfants), lorsque le concile de Carthage du 1er mai 418 cite un verset de l’Épître aux Romains (5, 12)79. À cet égard, le IIe concile de Tours de 567 se fait remarquer par l’abondance et la longueur de ses citations bibliques.

  • 80 Exemple caractéristique dans le c. 8 du concile de Carthage du 1er mai 418, où l’on trouve six text (...)

66Il arrive aussi que de nombreuses citations bibliques viennent justifier l’interprétation proposée par un canon pour un verset de l’Écriture80.

67On ne pourra pas donner ici un tableau complet de toutes les questions à propos desquelles la Bible a été mise à contribution. On en évoquera seulement quelques-unes, afin de faire apparaître la diversité des matières qui suscitèrent cette contribution scripturaire, mais aussi, au total, leur nombre assez restreint.

68Lorsqu’il demande que Pâques soit célébré à la même date dans toutes les Églises, le concile d’Arles de 314 (c. 1) allègue – en le citant d’ailleurs inexactement – un passage de la IIe Épître aux Corinthiens (5, 14-15) : unus pro omnibus mortuus est et resurrexit.

69C’est encore le souci de l’unité dans l’Église qui reparaît dans le c. 8 du concile de Carthage de 390, lorsqu’il envisage la rébellion et le schisme d’un clerc contre son évêque. C’est alors l’Épître aux Éphésiens (4, 5) qui est invoquée, ici encore de façon inexacte : Ecclesia una est (l’Épître dit « un seul Seigneur »), una fides, unum baptismum. Le concile de Paris de 360-361 (c. 2 et 3), dans une perspective plus théologique, cite plusieurs textes pour montrer l’union intime qui existe entre le Père et le Fils.

70Témoignage d’unité, la participation au concile est obligatoire. Le concile de Tours de 567 (c. 1) le rappelle. Il allègue à ce propos Rom. 8, 35 et Mat. 22, 37. Le premier de ces textes se demande : « Qui nous sépare de l’amour du Christ ? ». Le second cite la parole du Christ rappelant la loi du Deutéronome (6, 5) : Diliges dominum Deum tuum. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’argument scripturaire est lointain, alors qu’il s’agit d’étayer le devoir de participer aux deux réunions synodales annuelles !

71À propos des dons de Dieu, de la grâce, du péché, les c. 5, 6, 7 du concile de Carthage de 418 citent de nombreux textes bibliques.

72Mais c’est à propos de l’accès à la cléricature, des devoirs qui s’imposent aux clercs, de la dignité de leur vie, de leurs relations entre eux, des rapports entre l’évêque et le clergé local que l’on rencontre le plus de références à la Bible. Il s’agit, pour les conciles de cette époque, de façonner le statut clérical : la Bible leur en fournit les justifications nécessaires.

  • 81 Dans une phrase : « S’il est bon que…, il ne faut pas que… ».

73Il en va ainsi de l’interdiction de promouvoir des néophytes à la cléricature : le concile de Nicée (c. 2) et celui de Sardique (c. 10) allèguent tous deux la caution de I Tim. 3, 6-7. À propos de l’interdiction de se mêler des affaires séculières, le concile de Carthage de 345-348 (c. 6) et les Canones in causa Apiarii (c. 16) citent tous deux II Tim. 2, 4, Nemo militans Deo… La prohibition de l’usure, adressée spécialement aux clercs dans les conciles de Nicée (c. 7) et de Tours, 461 (c. 13), se prévaut, dans ces deux documents, du Psaume 14, 5, auquel le concile de Tours ajoute le Psaume 54, 12. Traitant des devoirs des clercs, le même concile (c. 1, 2, 3) fait appel à plusieurs textes de l’Écriture. Celui d’Angers de 453, lorsqu’il met en garde les clercs contre toute relation avec des femmes (c. 4), cite curieusement le verset de la Genèse 2, 18, qui dit la nécessité d’une compagne pour Adam81 ! À propos du même sujet, celui de Mâcon I, 581-583 (c. 1) invoque Mat. 5, 16, texte de portée très générale, qui ne concerne pas spécialement le clergé et qui ne fait aucune allusion aux relations féminines. On pourrait donner bien d’autres exemples du peu de cohérence entre la prescription conciliaire et le verset biblique qui y est inséré. La volonté de citer la Bible est certaine. Qu’elle serve très directement le vœu du législateur est moins évident. On en dirait autant à propos de la mise en garde adressée aux évêques à propos de la turba mulierum et de l’episcopia par le c. 14 du concile de Tours de 567. Ce texte cite, assez maladroitement, un verset de la Ire Épître aux Corinthiens (7, 14), dans lequel l’Apôtre dit les mérites de la « femme fidèle ».

  • 82 Sur les peines qui attendent le prêtre assoiffé d’argent, cf. IIe concile d’Orléans 533, c. 4, qui (...)

74Le détachement des richesses, leur emploi pour subvenir aux besoins des pauvres (concile d’Antioche, c. 25), la condamnation des pratiques simoniaques (concile de Tours de 567, c. 28)82 sont également étayés par des textes néo-testamentaires (I Tim. 6, 8 ; Mat. 10, 8). À propos des vierges (conciles de Tours de 461, c. 6 et de 567, c. 28), la Bible est également alléguée.

75Ailleurs, ce sont des obligations très précises qui sont imposées aux évêques. Par un appel à la Bible peut-être entend-on les faire mieux observer : respect des limites territoriales de leurs compétences (Tours, 461, c. 9 ; II Thess. 3, 6) ; attitude à observer envers Proculus de Marseille (Turin, 398, c. 1 ; Rom. 12, 10-16) ; rapports avec le clergé local (II Braga, 572, c. 2 ; I Pierre 5, 3) ; relations entre évêques (Tours, 567, c. 12 ; Prov. 18, 19). Il n’est que d’énumérer ces questions pour mesurer la distance qui les sépare des textes scripturaires invoqués à leur propos.

  • 83 C’est le cas pour le concile de Carthage de 418, c. 2 et 3.

76On pourrait supposer que ceux-ci sont plus proches de l’objet des canons qui traitent du culte, de la liturgie, des sacrements. À propos du baptême, les c. 2 et 3 du concile de Carthage de 418 citent Rom. 5, 12 et Jean 3, 5 et 14, 2 ; le même concile dans ses c. 8 et 9, à propos du Pater, cite Mat. 6, 12. C’est lorsqu’il rappelle l’interdiction de baptiser les morts que le c. 22 des Canones in causa Apiarii fait état de I Cor. 11, 24. Le concile de Valence de 376 traitant du chrétien qui a commis des fautes après son baptême (c. 3) allègue Sag. 1, 13. Mais, à regarder de près ces citations bibliques, elles n’ont pas toujours grand rapport avec l’objet du canon, et ne peuvent guère en fortifier les prescriptions83. Fait exception cependant le commentaire du Dimitte nobis debita nostra du Pater dans le concile de Carthage de 418 (c. 8). Quant au c. 22 des Canones in causa Apiarii, il appuie son argumentation sur le précepte Accipite et edite de I Cor. 11, 24, mais à propos d’une question totalement étrangère au texte de Paul. Plus directement, la formule miséricordieuse de Sag. 1, 13, Deus enim mortem non fecit nec laetatur in perditione vivorum, fournit un bon argument au canon qui ne refuse pas toute possibilité de pénitence et de pardon à celui qui, après son baptême, a trahi sa foi (concile de Valence de 374, c. 3).

  • 84 Tolède II, c. 5 (Lév. 18, 6 et 29) ; III Orléans (538), c. 11, (Deut. 27, 20) et surtout Tours (567 (...)
  • 85 Le c. 22 met l’accent sur l’incise, excepta causa fornicationis, en faisant exception à l’indissolu (...)

77Des canons concernant la vie sociale et plus spécialement le mariage, font aussi appel à l’autorité des Écritures. C’est l’AT qui justifie les interdictions de mariage entre proches parents84. À propos de la stabilité du lien (concile de Vannes de 461-491, c. 2) est invoqué Mat. 5, 3285, Le concile d’Hippone (393), c. 1, pour rappeler le devoir d’obéissance des enfants et condamner des émancipations trop précoces, cite les jugements sévères de Sir. 16, 3 et I Cor. 5, 11.

  • 86 Texte dans les Registri ecclesiae Carthaginensis excerpta, c. 66 et 92.
  • 87 II Sam. 19, 13 ; Mat. 5, 9 ; II Tim. 2, 25-26.

78Conseillant une certaine mansuétude dans le débat avec les donatistes, les conciles de Carthage de 401 et 40286 allèguent aussi la Bible, dans des péricopes qui effectivement invitent à la douceur87.

  • 88 Par exemple conciles de Chalcédoine, c. 4, citant Rom. 2, 24 et I Tim. 6, 1 ; Cologne, c. 1 et 12 à (...)

79On ne saurait, d’autre part, oublier que des textes bibliques sont parfois invoqués dans les sanctions qui accompagnent certains canons conciliaires88.

80De cet échantillon ne se dégage pas seulement la grande diversité des sujets à propos desquels la Bible a été utilisée. Il permet aussi de constater l’inégale valeur du recours à la Bible. Tantôt il convient parfaitement au propos du canon. Dans d’autres cas, il n’a pas grand rapport avec lui. Maladresse d’un côté, ou volonté de citer les textes sacrés même s’ils n’ont pas grand-chose à voir avec la question traitée, et de l’autre, juste appréciation de la portée du texte ? Il est difficile, par-delà la sécheresse du document, de supposer les mobiles profonds de cet appel à l’Écriture. Il faudrait, pour cela, connaître les auteurs des canons, leur formation, leurs intentions et peut-être aussi le public auquel ces textes étaient destinés. Mais on reste malheureusement « à la surface » des textes.

*
* *

81Ainsi sommes-nous conduits, une fois de plus, à déplorer l’insuffisance de notre information. Ses déficiences interdisent toute appréciation péremptoire. Du moins avons-nous pu relever des nuances, voire des oppositions, dans le recours que firent à la Bible les conciles du ive au début du viie siècle. Si toute conclusion trop tranchée est à condamner, l’étude quantitative (place) et qualitative (rôle) que nous avons tentée de ces citations permet d’affirmer que la Bible a joué un rôle dans l’élaboration des canons conciliaires de l’Antiquité tardive et du Moyen Âge naissant. Le dialogue entre les textes sacrés et le législateur, qui s’est alors engagé, ne cessera jamais par la suite, pour le plus grand bien du droit canonique.

Bibliographie

Éditions et collections conciliaires

La documentation concernant les conciles de l’époque ancienne est dispersée et de valeur inégale.

On consultera toujours :

J.-D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Florence-Venise, 1759-1798, réimpr. 1901-1927, reproduc. Graz, 1961, 31 vol. in-f°, qui reste la collection la plus complète, mais d’un maniement peu commode et pas toujours très sûre.

K.-J. Hefele, H. Leclercq, Histoire des conciles, Paris, 1907-1931, demeure indispensable, mais parfois décevant et, sur bien des points, vieilli.

Pour les conciles œcuméniques de Constantinople, Éphèse, Chalcédoine et Constantinople II, éditions critiques par :

Schwartz (éd.), Acta conciliorum œcumenicorum, 431-879, Strasbourg-Berlin, 1914-1974
I, 1-5, Éphèse (1922-1930) ;
II, 1-6, Chalcédoine (1932-1938) ;
IV, V, 1-2, Constantinople 553 (1914-1971) ;
VIII, Index generalis (1974).

C.-H. Turner, Ecclesiae occidentalis monumenta iuris antiquissima, Oxford, 2 tomes en 9 fascicules, 1899-1939, publication savante, d’une très grande richesse, mais d’utilisation compliquée.

On consultera plus facilement les éditions critiques suivantes :

1. Pour les conciles œcuméniques

Conciliorum œcumenicorum decreta, G. Alberigo et al. (dir.), 3e éd., Bologna, 1973.

Giuseppe Alberigo (dir.), Les conciles œcuméniques, 3 vol. t. I, L’histoire ; t. II/1, Les décrets de Nicée à Latran V ; t. II/2, Les décrets de Trente à Vatican II, Paris, Cerf, 1994 [traduction de la précédente collection].

G. Dumège (dir.), Histoire des conciles œcuméniques, t. I, Ortiz de Urbina (J.), Nicée et Constantinople, Paris, 1962 ; t. II, Camelot (P. Th.), Éphèse et Chalcédoine, Paris, 1963 ; t. III, F-X. Murphy et P. Sherwood, Constantinople II et III, 1974.

A.-J. Festugiere, Éphèse et Chalcédoine, Actes des conciles, (traduction par…) Paris, Beauchesne, coll. « Textes et documents », no 7, 1983.

2. Pour l’ensemble des conciles

H.-TH. Bruns, Canones Apostolorum et conciliorum saec. IV-VII, 2 vol., Berlin, 1838, réimpr. en 1 vol., Turin, 1958

P.-P. Joannou, Discipline générale antique (ive-ixe s), 2 vol., fasc. IX des Fonti, publié sous les auspices de la Pontificia Commissione per la redazione del codice di diritto canonico orientale, t. I, 1 : Les canons des conciles œcuméniques ; t. I, 2 : Les canons des synodes particuliers, Grottafertata, Rome, 1962. (Tous les conciles n’y figurent pas).

3. Recueils d’objet limité

E.-J. Jonkers, Acta et symbola conciliorum quae saeculo IV habita sunt, Leiden, 1954 (colt. « Textus minores », vol. 19).

F. Lauchert, Die Kanones der wichtigsten altkirchlichen Concilien, Freiburg i/Br.-Leipzig, 1896, reprod. Frankfurt, 1961.

4. Conciles africains

Concilia Africae A. 3341-525, éd. Ch. Munier, dans le Corpus Christianorum, series latina, t. 149, Turnhout, 1974.

5. Conciles gaulois

Concilia Galliae A. 314-506, éd. C. Munier, 1963 ; Concilia Galliae A. 511-695, éd. C. de Clercq, 1963. Tous deux dans le Corpus Christianorum, series latina, t. 148 et 148 A.

J. Gaudemet, Conciles gaulois du ive siècle, Paris, 1977 (Sources chrétiennes, 241) [Traduction de l’éd. précédente].

6. Conciles de la péninsule Ibérique

Concilio, visigóticos y hispano-romanos, éd. J. Vives, T. Marin, G. Martinez, Barcelona, 1963, texte et traduction espagnole ; pas d’appareil critique. F. Rodriguez, « Concilio I de Zaragoza, Texto critico » dans Concilio Caesaraugustano, Zaragoza, 1980, p. 9-25.

Une importante étude sur la tenue des conciles ibériques et l’analyse de leurs dispositions (mais sans le texte des canons) dans : J. Orlandis, D. Ramos-Lisson, « Die Synoden auf der iberischen Halbinsel bis zum Einbruch des Islam (711) », in Konziliengeschichte, Reihe A, Paderborn-München-Wien, 1981.

Annexes

Relevé des références bibliques par concile

Dans l’ordre, pour l’AT : Livres divers, Psaumes ; pour le NT : Évangiles, Paul, autres écrits.

Conciles orientaux

Nicée (325) (c. 2), NT : I Tim 3, 6-7 ; (c. 17), AT : Ps. 14, 5. – Antioche (330 ou 341) (c. 25), NT : I Tim. 6, 8. – Sardique (343-344) (c. 10), NT : I Tim. 3, 6. – Constantinople (381) (lettre à Damase), AT : Ps. 65, 12 ; 54, 7 ; 21, 22 ; NT : I Cor. 4, 8 ; 1, 12 ; 1, 13 ; Rom. 14, 10. – Éphèse (431) (2e lettre de Cyrille à Nestorius), NT : Mat. 18, 6 ; Jean 1, 14 ; Rom. 3, 14 ; II Cor. 13, 5 ; Hébr. 2, 9 ; 2, 14 ; (2e lettre de Nestorius à Cyrille) AT : Is. 11, 9 ; II Sam. 3, 1 ; NT : Jean 2,1 ; 2,19 ; Mat. 1,1 ; 1,16 ; 1,-18 ; 1, 20 ; 2,13 ; 2, 42-44 ; I Tim. 4,13 et 16 ; 4, I5 ; Phil. 2, 5 et 6 ; Rom. 1, 3 ; 8, 3 ; I Cor. 15, 3 ; 11, 16 et 24 ; Act. 1, 14 ; I Pierre 4, 1 ; (3e lettre de Cyrille à Nestorius), AT : Mal. 3, 6 ; Gen. 3, 16 ; Is. 25, 8 ; NT : Jean 1, 1 ; 1, 14 ; 3, 34 ; 20, 17 ; 11, 25 ; 6, 53 ; 14, 9 ; 10, 3 ; 8, 40 ; 16, 13 ; 16, 14 ; 14, 6 ; 2, 1-2 ; Rom. 3, 23 ; I Cor. 1, 24 ; 6, 17 ; 8, 6 ; 15, 20 et 21 ; 15, 54 ; Gal. 4, 4 ; Eph. 5, 2 ; Cor. 1, 18 ; 2, 9 ; I Tim. 2, 5 ; Hébr. 1, 3 ; 2, 9 ; 2, 14 ; 3, 1 ; 10, 5-7 ; Act. 17, 31 ; I Pierre 4, 1 ; (lettre de Cyrille à Jean d’Antioche), AT : Prov. 22, 28 ; Is. 7, 14 ; 50, 6 ; Mal. 3, 6 ; NT : Mat. 1, 21 ; Luc 1, 30-31 ; Jean 3, 13 ; Rom. 8, 8-9 ; I Cor. 15, 47 ; Phil. 8, 8-9 ; Act. 16, 7 ; Jacques 1, 17 ; I Pierre 4, 1. – Chalcédoine (451) (definitio fidei), NT : Jean 14, 27 ; Hébr. 4, 15 ; (c. 4), NT : Rom. 2, 24 ; I Tim. 6, 1.

Conciles africains

Carthage (345-348) (c. 6), NT : II Tim. 2, 4. – Carthage (390) (c. 8), NT : Eph. 4, 5. – Hippone (393) (c. 1), AT : Sir. 16, 3 ; NT : I Cor. 5, 11. – Carthage (401) (= Reg. Carth. c. 66), NT : II Tim. 2, 25-26. – Carthage (402) (= Reg. Carth. c. 92), AT : II Sam. 19, 13 ; NT : Mat. 5, 9. – Canones in causa Apiarii (416) (c. 22), NT : II Tim. 2, 4 ; I Cor. 11, 24. – Thélepte (418) (lettre à Sirice), AT : Ps. 49, 18 ; NT : Luc 12, 48 ; Jean 14, 27 ; Rom. 8, 8 ; I Cor. 7, 5 ; 7, 7 ; Eph. 5, 27 ; Phil. 2, 2 ; II Thess. 3, 24 ; I Tim. 3, 2 ; Tite 1, 15 ; Apoc. 22, 12. – Carthage (418) (c. 2), NT : Rom. 5, 12 ; (c. 3), NT : Jean 3, 5 ; 14, 2 ; (c. 5), AT : Ps. 93, 10 ; NT : I Cor. 8, 1 ; I Jean 4, 7 ; (c. 6), NT : Jean 15, 5 ; (c. 7), NT : I Jean 1, 8 ; 1, 9 ; (c. 8), AT : IV Rois 6, 36 ; Job 37, 7 ; Dan. 9, 5 ; 9, 20 ; Ps. 142, 2 ; NT : Mat. 6, 12 ; Jacques 3, 2 ; (c. 9), NT : Mat. 6, 12. – Carthage (424-425) (lettre d’Aurèle à Célestin), AT : Ps. 7, 12. – Carthage (525) (discours de Boniface), NT : Mat. 18, 20 ; Luc 1, 69 ; Phil. 2, 17 ; (lettre de Pierre Abbé), NT : Gal. 5, 13.

Conciles gaulois

Arles (314) (c. 1), NT : II Cor. 5, 14. – Cologne (346) (c. 1), NT : Marc 3, 29 ; (c. 12), NT : Gal. 1, 8 ; I Jean 3, 8. – Paris (360-361) (c. 2), NT : Jean 10, 30 ; 10, 38 ; 14, 9 ; Col. 1, 15 ; (c. 3), NT : Jean 14, 28 ; Phil. 2, 6 ; 2, 8. – Valence (374) (c. 3), AT : Sag. 1, 13. – Turin (398) (c. 1), NT : Rom. 12, 10. – Angers (453) (c. 4), AT : Gen. 2, 18. – Tours (461) (c. 1), NT : Mat. 5, 14 ; Rom. 2, 24 ; I Cor. 7, 29 ; (c. 2), NT : Rom. 8, 8-9 ; I Cor. 6, 9 ; Eph. 4, 27 ; 5, 18 ; Tite 1, 15 ; (c. 3), AT : Ps. 10, 9 ; NT : II Tim. 2, 4 ; (c. 6), NT : I Cor. 3, 17 ; II Tim. 2, 26 ; II Pierre 3, 9 ; (c. 8), NT : II Pierre 2, 22 ; (c. 9), NT : II Thess. 3, 6 ; (c. 13), AT : Ps. 14, 5 ; 54, 12. – Vannes (461/491) (c. 2), NT : Mat. 5, 32. – Orange (529) (c. 1), AT : Ez. 18, 20 ; NT : Rom. 6, 16 ; II Pierre 2, 19 ; (c. 4), AT : Prov. 8, 35 ; NT : Phil. 2,13 ; (c. 5), NT : Eph. 2, 8 ; Phil. 1, 6 ; 1, 29 ; (c. 6), NT : I Cor. 4, 7 ; 15, 10 ; (c. 7), NT : Jean 15, 5 ; II Cor. 3, 5 ; (c. 8), NT : Mat. 16, 17 ; Jean 6, 44 : I Cor. 12, 3 ; (c. 11), AT : I Chro. 29, 14 ; (c. 13), NT : Jean 8, 36 ; (c. 14), AT : Ps. 58, 11 ; 78, 8 ; (c. 15), AT : Ps. 76, 11 ; (c. 16), NT : Gal. 2, 21 ; Eph. 4, 8 ; (c. 21), NT : Mat. 5, 17 ; Gal. 2, 21 ; (definitio fidei), NT : Jean 3, 27 ; I Cor. 4, 7 ; 7, 25 ; Eph. 2, 8 ; Phil. 1, 6 ; 1, 29 ; Jacques 1, 17 ; (lettre de Boniface II), AT : Sag. 8, 21 ; Ps. 22, 6 ; 58, 11 ; 88, 25 ; NT : Jean 6, 44 ; 15, 5 ; I Cor. 7, 25 ; Rom. 11, 35-36 ; 14, 23 ; Phil. 1, 29 ; Hébr. 12, 1-2. – Orléans II (533) (c. 4), NT : Actes 8, 20. – Orléans III (538) (c. 11), AT : Deut. 27, 20. – Tours (567) (c. 1), NT : Mat. 22, 37 ; Rom. 8, 35 ; (c. 2), NT : Jean 14, 27 ; (c. 12), AT : Prov. 18, 19 ; (c. 14), NT : I Cor. 7, 14 ; (c. 21), NT : Gal. 1,9 ; I Tim. 5, 12 ; (c. 22), AT : Lév. 18, 5-18 et 20 ; Deut. 22, 24 et 27, 15-20 ; NT : I Cor. 4, 21 ; 11, 1 ; (c. 25), AT : Ps. 108 ; (c. 28), NT : Mat. 10, 8 ; (lettre des évêques), AT : Eccl. 3, 33 ; NT : Luc 11, 41. – Mâcon I (581-583) (c. 1), NT : Mat. 5, 16. – Mâcon II (585) (c. 11), NT : Mat. 25, 35. – Autun (561-605) (c. 9), NT : Mat. 21, 13.

Conciles espagnols

Tolède I (400) (Credo), NT : Luc 9, 35 ; Jean 15, 28 ; 16, 7 ; (professio fidei), NT : Gal. 1, 9. – Agde (506) (lettre d’Innocent I d’Exupère), AT : Lév. 11, 13 ; NT : Rom. 8 8-9 ; I Cor. 7, 5 et 7 ; I Tim. 3, 2 ; Tite 1, 15. – Tolède II (527) (c. 5), AT : Lév. 18, 6 et 29 ; (lettre de Montanus), AT : Nomb. 12, 2 ; 16, 3 ; Ez. 3, 18 ; NT : I Cor. 4, 21. – Braga I (561) (homélie de Lucretius), NT : I Thess. 5, 21. – Braga II (572) (homélie de Martin), NT : Mat. 18, 20 ; I Pierre 5, 1-3 ; (c. 2), NT : I Pierre 5, 3 ; (c. 16), NT : I Tim. 6, 8 ; (c. 22), NT : I Tim. 3, 6 ; (c. 72), NT : Col. 3, 17. – Tolède III (589) (discours), NT : Mat. 18, 20 ; Rom. 20, 10 ; I Tim. 2, 12 ; (professio fidei), AT : Ps. 147, 7 ; NT : Mat. 25, 34 et 41 ; (confirmation de Reccared), NT : Luc 10, 35 ; (c. 22J, NT : I Thess. 4, 13 ; (homélie de Léandre), AT : Gen. 2, 24 ; Prov. 31, 29 ; Cant. 2, 2 ; 6, 2 et 8 ; NT : Mat. 21, 23 ; 24, 14 ; Luc 24, 46 ; Jean 10, 10. – Séville II (619) (c. 9), AT : Deut. 22, 10 ; (c. 13), AT : Gen. 26, 4 ; 49, 11 ; Prov. 8, 22 et 25 ; 9, 1 ; Cant., 5, 5 ; Is. 50, 5-6 ; 53, 4 ; 63, 1 et 2 ; Jér. 11, 19 ; Zach. 12, 10 ; Ps. 31, 17 ; 118, 120 ; NT : Mat. 10, 28 ; 26, 38 et 61 ; Luc 18, 31-33 ; 22, 48 ; Jean 1, 3 ; 1, 14 ; 2, 18 ; 3, 13 ; 6, 38 ; 10, 18 ; 10, 30 ; 14, 6 et 8 ; 16, 15 ; 19, 37 ; Rom. 5, 10 ; I Cor. 2, 8 ; II Cor. 8, 9 ; 13, 4 ; 20, 3 ; Phil. 2, 8 ; Actes 13, 35. – Tolède IV (633) (c. 6), NT : Rom. 1, 13 ; (c. 10), NT : Luc 11, 12 ; (c. 13), NT : Mat. 26, 30 ; Eph. 5, 19 ; (c. 15), NT : Apoc. 5, l3 ; (c. 21), NT : Tite 1, 7 ; (c. 25), NT : II Tim. 3, 6 ; (c. 75), AT : Chro. 16, 22.

Notes

1 Sur les conciles des iie-iiie siècles, voir les articles de J. A. Fischer, « Die antimontanischen Synoden des 2/3 Jahrhunderts », Annuarium hist. conc., VI, 1974, p. 241-273 ; « Die Synoden im Osterfeststreit des 2. Jahrhunderts », ibid., VIII, 1976, p. 15-39 ; « Die alexandrinischen Synoden gegen Origenes », Ostkirch. Studien, 28, 1979, p. 7-16 ; « Die ersten Konzilien im römischen Nordwest-Afrika », Pietas = Festschrift für A. Kötting, Jahrbuch für Antike und Christentum Ergänzungsband, 8, 1980, p. 217-227 ; M. Wojtowytsch, « Papstum und Konzile von den Anfängen bis zu Leo I (44o-461) », Päpste und Papsttum, Bd. 17, Stuttgart, 1981, p. 39-64.

2 Tenu après un siècle de silence, sous le règne d’Hildéric, par un épiscopat revenu d’exil depuis peu. Un autre concile, qui se dit « universel », eut encore lieu en 536 (Mansi, Amplissima Collectio, VIII, col. 841).

3 La plupart des conciles ultérieurs ne sont connus que par de brèves notices des sources narratives. On disposa cependant encore de 20 canons du concile de Chalon-sur-Saône, tenu entre 647 et 653 et de 22 canons de celui de Saint-Jean-de-Losne (673-675).

4 Voir paragraphe suivant.

5 Par exemple Ossius à Elvire, Nicée ou Sardique (C. de Clercq, Ossius of Cordoba, Washington, 1954).

6 Ils figurent déjà dans des collections italiennes de quelques années antérieures, la Collection de Freising et la Quesnelliana.

7 Forme première entre 633 et 636, avec éditions postérieures complétées jusque vers la fin du siècle.

8 Ainsi des conciles de 313 sous Miltiade (affaire de Cécilien, voir Hefele-Leclercq, Hist. des conciles T.I, 1re partie, p. 272-274) ; de 34I, sous Jules Ier (affaire d’Athanase, C. Pietri, Roma Christiana, Bibl. éc. fr. de Rome, fasc. 224, I976, I, p. 198-205) ; de 377, qui « fixa la théologie romaine » dans le Tome de Damase avec ses 24 anathèmes contre diverses hérésies (C. Pietri, op. cit., p. 833-840 et 873-880) ; de 389, sous Sirice, contre Jovinien ; de 405 (C. Pietri, op. cit., II, p. 1330-133I) ; de 430, sous Célestin Ier (C. Pietri, op. cit., p. 1360) ; du 23 octobre 501 (procès de Symmaque, Thiel, Epist. rom. pont., I, p. 382).

9 En particuliers ceux de 313, 341, 405, 430, etc. C. H. Turner a publié les Actes du Concile de Rome de 379 (Ecclesiae occidentalis monumenta iuris antiquissima, I, 2, pars 1, p. 281-296). Ceux des synodes romains de 499, 500, 501 l’ont été par Th. Mommsen, « MGH, AA », XII (1894), p. 399-455

10 Pour ceux de 378 et de 415 (Ep. 13 d’Innocent Ier).

11 F. Maassen, Geschichte der Quellen und Literatur des canonischen Recht, Gratz, 1870, p. 274 ; cf. Thiel, Ep. rom. Pont., p. 159-165. Pour les conciles sous Damase, voir aussi F. Maassen, op. cit., p. 235 et 239.

12 F. Maassen, op. cit., p. 278.

13 Ep. 13 de Félix III dans Thiel, op. cit., p. 259-261.

14 F. Maassen, op. cit., p. 283, et Thiel, op. cit., p. 437-447 sous le no 30 des lettres de Gélase.

15 Dans les Ep. 5 et 6 de Symmaque (Thiel, op. cit., p. 657-670 et 682-695).

16 F. Maassen, op. cit., p. 283.

17 F. Maassen, op. cit., p. 296.

18 Pour les conciles d’Italie du ive au viie siècle, on consultera toujours Hefele-Leclercq, Histoire des conciles, T. I, Ire et IIe parties et T. II, Ire partie.

19 Nous avons exclu de cette étude les réunions d’objet uniquement dogmatique. Nous écartons aussi le prétendu « Concile de Laodicée », dont on ignore la date et les conditions de réunion. Sous ce nom se cache très probablement une petite collection canonique orientale du milieu du ive siècle.

20 Ps. 21, 22 ; 54, 7 ; 65, 12 ; I Cor. 1, 12 ; 1, 13 ; 4, 8 ; Rom. 14, 10.

21 I Cor. 1, 12.

22 Alors que les références bibliques sont nombreuses dans la lettre de saint Léon au patriarche de Constantinople et que la « Définition de foi » fait une allusion à l’Épître aux Hébreux, 4, 15.

23 Ni la version originale en grec des 14 canons, ni les deux traductions latines, qui en furent faites par la chancellerie impériale et par la papauté, ne connurent une grande diffusion. L’Hispana ne les a pas recueillies. On trouve la version latine dans la Dionysiana de Bobbio et dans certaines formes des Pseudo-Décrétales (R. Schieffer, « Das V. oekumenische Konzil in kanonistischer Überlieferung », ZSSKA, 59, 1973, p. 1-34)

24 Nous gardons cette forme habituelle. C. Munier (Conc. Afr., p. 55) fait observer que les manuscrits portent concilium Thelense.

25 C. Munier, Conc. Afr., p. 59-63.

26 Ibid., p. 170.

27 Ibid., p. 255, 260, 279.

28 Nous ne retenons évidemment pas le pseudo « IVe concile de Carthage », dénomination fautive, dont la responsabilité incombe aux collections canoniques espagnoles qui ont reproduit ce texte. Il s’agit, en effet, comme on le sait depuis les Ballerini (1757) d’une collection gauloise composée dans la région arlésienne, entre 442 et 506, les Statuta Ecclesiae Antiqua (éd. C. Munier, Bibliothèque de l’Inst. de droit canonique de l’Université de Strasbourg, no 5, 1960).

29 Sur la transmission des canons de ce concile par les collections canoniques, voir C. Munier, Conc. Afr., p. XXXI-XXXIII et 67-68. La plupart des canons ont été reproduits dans les Excerpta du Registre de l’Église de Carthage, compilés sous l’épiscopat d’Aurèle, à Carthage. Les canons du concile de mai 418, qui nous intéressent, y figurent sous les numéros de canons 110 à 116 (C. Munier, op. cit., p. 221-224). Ces Excerpta ont été repris dans un soi-disant Codex canonum ecclesiae africanae de la Dionysiana II a (texte dans P. P. Joannou Disc. générale, t. I, vol. 2).

30 C. Munier, Conc. Afr., p. 361-369.

31 Douze figurent dans la lettre de Sirice ; elles sont donc d’origine romaine et pontificale.

32 On les consultera dans l’édition de C. de Clercq citée dans l’Annexe.

33 Pour beaucoup de conciles gaulois, on ne dispose en effet que de brèves notices, parfois de rapides allusions, dues le plus souvent à Grégoire de Tours.

34 Une seule référence dans les conciles suivants : Arles (314), Valence (374), Turin (398), Angers (453), Vannes (461-491), Orléans II (533), Orléans III (538), Mâcon (581-583), Mâcon (585), Autun (561-605). Trois références dans le Concile de Cologne de 346.

35 CPL, 664.

36 Innocent à Victricius de Rouen (404).

37 lnterpretatio du C. Th. 9, 25, 1 et 2 ; Interpretatio du C. Th. 3, 12, 4 et 5.

38 Collection dite « Second concile d’Arles », c. 52, 46.

39 Voir dans le c. 20 (21).

40 Concile d’Epaone, c. 25 et 30 ; concile d’Orléans de 511, c. 18 ; concile de Clermont de 535, c. 12.

41 Luce Pietri, La ville de Tours du ive au vie siècle, Coll. de l’Ec. française de Rome, no 69, 1983, p. 131-152 et 204-246.

42 Sidoine Apollinaire, Epist., IV, 18, 4.

43 Epist., VII, 9, 1.

44 Carmina, III, 3, V. 11-15.

45 Ni les canons d’Agde ni ceux de Narbonne ne font appel à la Bible. Celle-ci n’apparaît que dans la lettre d’Innocent Ier à Exupère, citée dans le c. 4 d’Agde. Mais il ne s’agit pas là d’un document conciliaire.

46 Tolède II (527), Braga I (561), Tolède III (589), Séville II (619), Tolède IV (633).

47 Credo de Tolède I (400) et profession de foi des évêques contre Priscillien au même concile ; déclaration de foi contre l’arianisme à Tolède III (589).

48 Lucretius, métropolitain de Braga au Ier concile de Braga (561) ; Martin à celui de Braga de 572 ; homélies de Léandre au début et à la fin du concile de Tolède III (589).

49 Lettre de Montanus, évêque de Tolède, jointe aux Actes du IIe concile de Tolède (527).

50 Cf. c. 12. Sur cette controverse, voir J. Orlandis, Die Synoden auf der iberischen Halbinsel bis Zum Einbruch des Islam, München, 1981, p. 142.

51 En dehors de lui, le concile ne réunit que huit évêques.

52 Sur cette question, voir J. Orlandis, op. cit., p. 150-152.

53 Canon 16 : Antioche c. 25 ; canon 22 : Nicée c. 2 ; canon 72 : origine inconnue.

54 Six recours à la Bible dans les canons orientaux (sur 91 dans l’ensemble du dossier conciliaire oriental) ; 26 dans ceux d’Afrique (sur 43).

55 Font exception, on l’a vu, les deux conciles de Tours de 461 et 567, qui citent abondamment la Bible dans des canons d’objet disciplinaire.

56 À l’exception d’une citation au c. 9.

57 Six citations seulement, dont cinq du NT, dans cinq canons : Nicée (deux), Antioche (une), Sardique (une), Chalcédoine (deux).

58 Mis à part le c. 13 du IIe concile de Séville (619), dont la forte imprégnation biblique tient à son caractère dogmatique.

59 Martin fut très probablement le rédacteur des Actes du concile (cf. W. Barlow, Martini episcopi Bracarensis Opera omnia, New Haven, 1950, p. 83, que suit D. Ramos-Lisson, dans Die Synoden auf der iberischen Halbinsel…, p. 87).

60 Nous entendons par là non seulement les références à la Bible dans des canons disciplinaires, mais aussi celles des lettres qui font partie des dossiers des conciles de Constantinople (381) et d’Éphèse (431), ainsi que celles de la definitio fidei de Chalcédoine (451).

61 Voir le relevé infra. Pour le dossier espagnol la proportion est d’environ 2 pour 5.

62 Les Psaumes n’occupent qu’une place plus réduite dans les conciles ibériques.

63 Nous adoptons cette terminologie pour désigner l’ensemble des Épîtres attribuées par la tradition à saint Paul. Il faut en effet ici se replacer dans la culture des clercs des ive-viie siècles, sans entrer dans les discussions des exégètes modernes sur la paternité des diverses Épîtres.

64 Par exemple, c. 14 (seconde lettre de Nestorius à Cyrille) ; 8, 20 (concile d’Orléans de 533 c. 3) ; 17, 31 (troisième lettre de Cyrille à Nestorius) ; 16, 7 (lettre de Cyrille à Jean d’Antioche) ; IIe concile de Séville (619), c. 13.

65 Par exemple, 1, 17 (Lettre de Cyrille à Jean d’Antioche) ; lettre de Boniface, dans le concile d’Orange de 529 et definitio fidei, ibid.) ; 3, 2 (concile de Carthage de 418, c. 8).

66 Par exemple, I Pierre 4, 1 (deuxième lettre de Nestorius à Cyrille et lettre de Cyrille à Jean d’Antioche) ; I Pierre, 5, 1-3 (discours de Martin au IIe concile de Braga, 572) ; II Pierre 2, 22 et 3, 9 (concile de Tours de 461, c. 8 et 6).

67 Concile de Carthage de 418, c. 5 et 7 (I Jean 1, 8 ; 1, 9 ; 4, 7) ; de Cologne de 346, c. 12 (I Jean 3, 8)…

68 Par exemple 22, 12 (concile de Thélepte, lettre de Sirice ; IVe concile de Tolède de 633, c. 15).

69 Dans les documents conciliaires ibériques, la proportion est d’environ 3 pour 2.

70 Luc n’apparaît qu’une fois dans le dossier oriental (1, 30-31 dans la lettre de Cyrille à Jean d’Antioche) ; deux fois dans celui d’Afrique (1, 69, dans une intervention d’Aurèle au concile de 425 ; 12, 48, dans la lettre de Sirice au concile de Thélepte) ; une seule fois dans le dossier gaulois (11, 41, dans la lettre des évêques du concile de Tours de 567) ; mais quatre fois en Espagne (une fois dans la confirmation par Reccared du concile de Tolède III ; une fois dans l’homélie de Léandre au même concile ; deux fois dans le c. 13 du concile de Séville de 619). Pour Marc, une citation dans le c. 1 du concile de Cologne de 346.

71 Une citation (1, 15) dans la lettre de Sirice au concile de Thélepte. Le même verset figure dans la lettre d’Innocent à Exupère de Toulouse, qui a été insérée dans le c. 9 du concile d’Agde de 506 et on le retrouve dans le c. 21 du IVe concile de Tolède.

72 On ne s’engagera pas ici dans la question largement débattue de savoir de quels textes de la Bible disposaient les Pères conciliaires.

73 Rédaction du type : si quis… ; de his qui… ; placuit… ; etc.

74 Concile de Sardique, c. 10, sur les conditions d’accès à l’épiscopat ; le texte fait référence à I Tim. 3, 6.

75 Concile de Carthage de 345-348.

76 I Cor. 11, 24 ; Canones in causa Apiarii, c. 22 (C. Munier, Conc. Afr., p. 123).

77 Par exemple, Fratres nostri estis (II Sam, 19, I3) dans le concile de Carthage du 25 août 402 (C. Munier, op. cit., p. 210) ; Nam secundum traditionem (II Thess. 3, 6) dans le c. 9 du concile de Tours de 461 ; Pacem meam do vobis (Jean 14, 27) dans le c. 2 du concile de Tours de 567.

78 Par exemple, concile de Tours de 461, c. 8.

79 C. Munier, Conc. Afr., p. 70.

80 Exemple caractéristique dans le c. 8 du concile de Carthage du 1er mai 418, où l’on trouve six textes qui viennent étayer le sens donné par ce canon à la phrase du Pater, Dimitte nobis debita nostra de Mat. 6, 12.

81 Dans une phrase : « S’il est bon que…, il ne faut pas que… ».

82 Sur les peines qui attendent le prêtre assoiffé d’argent, cf. IIe concile d’Orléans 533, c. 4, qui évoque Actes 8, 20.

83 C’est le cas pour le concile de Carthage de 418, c. 2 et 3.

84 Tolède II, c. 5 (Lév. 18, 6 et 29) ; III Orléans (538), c. 11, (Deut. 27, 20) et surtout Tours (567), c. 22.

85 Le c. 22 met l’accent sur l’incise, excepta causa fornicationis, en faisant exception à l’indissolubilité au cas d’adulterii probatio.

86 Texte dans les Registri ecclesiae Carthaginensis excerpta, c. 66 et 92.

87 II Sam. 19, 13 ; Mat. 5, 9 ; II Tim. 2, 25-26.

88 Par exemple conciles de Chalcédoine, c. 4, citant Rom. 2, 24 et I Tim. 6, 1 ; Cologne, c. 1 et 12 à propos du blasphème d’Eufratas, qui a nié la divinité du Christ, citation de Marc 3, 28-29 ; Gal. 1, 8 ; 1 Jean 3, 8.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search