Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Conclusions

Antoine Follain et Hervé Piant

Texte intégral

  • 1 La formule employée dans le titre suivant et dans la seconde partie du présent livre (voir supra l (...)

1Au terme de ces études, une large partie de la réalité de la violence sous l’Ancien Régime a été balayée. Historiens et chercheurs ont tenté de cerner ce phénomène complexe, par bien des aspects insaisissable, et que seule la multiplicité des regards, portant sur des sources variées, peut tenter d’appréhender. Mais, que diton lorsque l’on affirme que la société d’Ancien Régime est violente1 ?

« Affreux, sales et méchants » : de l’évolutionnisme à Norbert Elias

2On postule d’abord une comparaison qui justifie que, pendant longtemps, comme l’a bien montré Jean-Claude Farcy, les historiens se sont contentés de compter les actes violents et singulièrement les homicides. Deux raisons principales sont à l’origine de ce recours à la quantification. La première est liée à l’abondance et la complexité des sources disponibles. En effet, la masse des documents d’origine policière ou judiciaire était telle qu’ils semblaient ne pouvoir être utilisés que par la mise en série, en évacuant tout le contexte singulier pour n’en retenir que son existence même et quelques données sociologiques simples (âge et sexe des protagonistes, etc.). L’autre raison, sur laquelle nous nous étendrons davantage, est un postulat évolutionniste. Analysant, dans leur article sur les lettres de rémission lorraines, l’ouvrage de l’érudit Raymond des Godin de Souhesmes, Antoine Follain et Emmanuel Gérardin montrent bien que cet auteur du début du xxe siècle, l’un des premiers à s’être intéressé à cette source, postulait déjà le passage de la violence au vol, dans une perspective clairement évolutionniste et morale. Si l’on nous permet une digression, les débats actuels sur les chiffres de la criminalité, où l’on voit que la baisse de quelques pour cent d’un agrégat aussi complexe que le taux de délinquance est un enjeu politique considérable, montrent que l’obsession quantitative et évolutionniste n’a pas disparu. La baisse ou la montée de ces chiffres sont perçues fondamentalement comme des signes d’une amélioration ou d’une dégradation de la civilisation. Il est ainsi frappant que les forts taux de criminalité (au sens le plus médiatique, c’est-à-dire flou) de telle favella brésilienne ou d’un ghetto américain sont analysés comme des retours au passé, généralement à un Moyen âge chimérique, comme si cette comparaison pouvait avoir le moindre sens.

  • 2 Chaunu, Pierre, « Avant-propos » à l’article de Boutelet, Bernadette, « Étude par sondage de la cri (...)

3Revenons à l’historiographie. Soixante ans après Godin des Souhesmes, les propos tenus par Pierre Chaunu2 n’étaient guère de nature différente : à des hommes du xviie siècle « névrosés » (pour ne pas dire « sauvages ») il voyait succéder au xviiie siècle des « matois », des « finauds », des « rusés ». La civilisation progressait. À vrai dire, Pierre Chaunu était conscient des fragilités des résultats obtenus (« le résultat est presque trop beau ») à partir d’un minuscule sondage dans des archives normandes et son but était surtout de lancer un appel à la recherche. Se gardant de toute explication d’ensemble, il se contentait d’évoquer « une mutation des structures mentales et plus simplement une mutation fondamentale des niveaux de vie », reliant ainsi implicitement l’évolution de la criminalité à la conjoncture économique. Son appel, on l’a vu, a été entendu du point de vue méthodologique ; les études se sont multipliées et les explications se sont affinées. Précisons cependant que, curieusement, l’hypothèse explicite de Pierre Chaunu – celle d’un passage de la violence au vol – a été abandonnée de facto. Le débat s’est focalisé sur la baisse de la violence et pas du tout sur la supposée hausse de la délinquance économique que personne, à notre connaissance, n’a vraiment cherché à mesurer. Plus prudemment, les historiens ont dissocié les deux affirmations (la baisse de la violence et la hausse de la criminalité économique) et se sont concentrés sur la première.

  • 3 Elias, Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, Paris, 1973, 447 p. (édition origin (...)

4Il faut dire qu’à la fin des années 1970, une autre explication générale s’est imposée, même si, par habitude et commodité, on l’a souvent associée au modèle précédent. Il s’agit du paradigme tiré des travaux de Norbert Elias3, connu par le titre d’un de ses ouvrages « la civilisation des mœurs » et qui a été notamment utilisé, au moins pendant un certain temps, pour le domaine judiciaire, par Robert Muchembled. Elias reprend l’idée d’un changement majeur des comportements au cours des siècles de l’Ancien Régime, allant dans le sens d’une diminution de la violence, grâce à un plus grand contrôle corporel (c’est la « civilisation des mœurs »), lié à une intériorisation des contraintes insufflées par la « société de cour », dans un mouvement de transmission verticale des normes. Si Elias n’évoque pas directement la question de la criminalité (la violence illégale) et n’utilise pas du tout les archives judiciaires, on voit facilement ce qui peut séduire les historiens dans cette vision, qui semble corroborer l’évolution apparente de la criminalité réprimée. Il y a d’ailleurs un parallèle très net avec les propos de Chaunu, le lien avec la montée du vol mis à part : les hommes de la société tardomédiévale, agressifs, impulsifs, en un mot violents, commettent de nombreux crimes, tandis que leurs héritiers, un siècle ou deux plus tard, plus contraints ou autocontraints limitent leur agressivité et commettent donc moins de crimes. L’application de la théorie de Elias à une « histoire de la violence » fondée sur les archives judiciaires est cependant délicate et, si l’on ne saurait se livrer à une discussion critique complète ici, quelques remarques sont nécessaires.

  • 4 Il cite ainsi abondamment Achille Luchaire (1846-1908) dont les travaux datent du dernier quart du(...)
  • 5 Norbert Elias fait d’ailleurs plusieurs fois référence à Johann Huizinga (1872-1945).

5La question de la chronologie doit d’abord être soulignée. Ce n’était pas le propos d’Elias de périodiser les changements qu’il décrit, parce qu’il s’agit pour lui de décrire un « processus », une évolution, qui peut se décrire comme un flux continu et pas comme une succession de paliers. Il se contente donc de caractériser un avant – un Moyen âge aussi large que quelque peu simplifié – mis en comparaison avec un maintenant (la « société civilisée » contemporaine) et la période moderne n’est finalement que le temps et le lieu de la transition entre ces deux moments. Tout n’étant que tendance et évolution, une périodisation plus précise ne serait donc pas de mise, particulièrement dans le domaine mouvant des comportements. Pour l’historien, dont la chronologie est l’une des raisons d’être, ce flou est gênant. Passons rapidement sur une vision caricaturale du Moyen âge, tributaire de travaux déjà anciens quand il écrit4. L’homme médiéval – Norbert Elias centre son propos sur le Spätmittelalter – est manichéen, impulsif, agressif, volontiers cruel ; et cela non pas par « sauvagerie » mais parce que rien ne l’empêche de se livrer à ces pulsions. C’est en ce sens que Norbert Elias n’est pas évolutionniste : l’homme contemporain n’est pas meilleur, il connaît les mêmes pulsions (qui peuvent ponctuellement avoir libre cours) mais des mécanismes à la fois psychologiques (l’intériorisation) et sociologiques (les différentes formes de contrainte sociale) l’empêchent de s’y livrer. Cette description est largement celle que Robert Muchembled fera pour le début de l’époque moderne, ne trahissant pas Norbert Elias d’ailleurs qui, lui, englobe dans une large mesure le xvie siècle dans un long « automne du Moyen âge »5.

  • 6 Foucault, Michel, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975, 382 p.
  • 7 Voir aussi ce qu’en dit Gilbert Larguier dans ce volume.

6La difficulté vient après : pour Norbert Elias, l’une des phases essentielles menant à la « civilisation des mœurs » est la curialisation, la transmission verticale (via l’aristocratie, puis les grandes villes) des normes de la « Société de cour », dont le Versailles de Louis XIV (et de Saint-Simon) est l’archétype et la forme la plus achevée. Or, en cette aube du xviiie siècle, la diminution de la violence, telle qu’elle est apparemment constatée et décrite par les historiens, a déjà eu lieu, la transition étant généralement constatée au début du xviie siècle. Ce hiatus chronologique souligne un autre point : non seulement les mécanismes d’autocontrainte et/ou la curialisation ont eu lieu après la baisse constatée de la criminalité réprimée mais on voit mal comment ceux-ci pourraient être les causes des changements de la criminalité : quel lien direct peut-on faire entre les transformations des manières de table, de l’hygiène corporelle, ou entre les subtilités des manières de cour et la baisse de la violence, particulièrement sous sa forme homicidaire ? On ne peut résoudre cette aporie qu’en inversant le raisonnement et en faisant de la baisse de la violence l’une des causes de la civilisation des mœurs, ou mieux, en faisant des deux la conséquence d’une même cause, en l’occurrence l’action de l’État. Les mécanismes de contrainte décrits par Elias – intériorisation, curialisation – semblent en effet bien légers, pour ne pas dire inefficaces, pour expliquer les changements rapides observés par les historiens du crime. Ceux-ci ne pouvaient guère avoir eu comme cause que l’action de l’État moderne, dont Max Weber avait montré qu’il s’était construit par le « monopole de la violence légitime » et dont Michel Foucault, à la même époque6, avait décrit le rôle dans la disciplinarisation des corps. Pourtant, cette idée se heurte à l’ampleur géographique du phénomène qui est d’abord constaté dans l’Europe du Nord-Ouest, espace qui, justement, est marqué par l’absence ou l’échec des tentatives de l’État absolutiste pour imposer ses normes7. D’autres historiens insistent alors plutôt sur le rôle de la religion comme instance de régulation sociale, soit par le poids d’une Église catholique engagée dans la Réforme, soit dans l’espace protestant par le développement d’une éthique individuelle qui aboutirait à une plus grande autocontrainte.

7Le croisement de ces différentes hypothèses contribua à mettre en avant, particulièrement dans l’œuvre de Robert Muchembled, le phénomène de chasse aux sorcières qui ensanglanta l’Europe au tournant des xvie et xviie siècles et dans laquelle on pouvait voir la volonté des autorités (État et Église) d’imposer, par la contrainte, de nouvelles normes de comportement (acculturation) en s’en prenant justement à ceux – et surtout celles – qui semblaient les plus rétifs aux changements, les plus liés à un ordre civilisationnel ancien.

  • 8 Dans la même perspective, voir Thome, Helmut, « Explaining Long Term Trends in Violent Crime », Cr (...)

8La découverte de processus d’évitement des populations, sous la forme, dans le domaine judiciaire, des modalités d’exercice de l’infrajustice ont contribué à remettre en cause la place de l’État et sa capacité à effectivement s’imposer face à des populations beaucoup moins soumises qu’elles ne le semblaient. Dans cette perspective, Michel Nassiet, se référant explicitement au paradigme de Durckheim, lie la baisse de la criminalité homicidaire aux changements dans les normes et les rapports sociaux8. C’est le processus « d’individuation », menant à un déclin des solidarités familiales et de l’honneur comme valeur « aussi importante que la vie » qui serait la cause de la diminution de l’homicide. Celui-ci passerait donc de réaction « normale » à une atteinte à l’honneur conçu comme valeur collective (« normale » ou en tout cas compréhensible et rémissible) à un crime inacceptable, portant atteinte suprême à l’individu mais aussi à l’État, garant de la paix sociale, qui doit donc le réprimer avec force. L’avantage de cette idée est qu’elle peut s’adapter partout, puisque le processus d’individuation semble général. Ses inconvénients tiennent justement à son caractère très généraliste et à la grande difficulté d’en trouver des preuves, sans tomber dans les raisonnements circulaires.

9Au total, il apparaît que l’explication d’ensemble, capable d’expliquer un phénomène pluriséculaire étendu sur un continent entier, dans des pays où les conditions politiques, religieuses et sociales diffèrent, reste à trouver. Doit-on alors supposer que des conditions différentes ont toutes abouti au même phénomène, ce qui revient à chercher des causes particulières, nationales, régionales, voire locales, que justement les études comparatistes tendaient à négliger ?

Réalités diverses de la violence

10Il est indéniable, malgré toutes les critiques méthodologiques que l’on peut adresser aux études quantitatives, que la violence, principalement homicidaire, a baissé entre le xvie siècle et aujourd’hui. Mais ce constat suffit-il à faire de la violence une caractéristique majeure de l’Ancien Régime ?

  • 9 Il s’élève, dans la France d’aujourd’hui, à environ 1 pour 100 000. L’Office des Nations unies con (...)
  • 10 Dans son article, Émilie Leromain, analysant les données tirées des « états des crimes » réclamés (...)

11À force d’être plongés dans des masses de crimes en tout genre, les historiens qui utilisent les sources judiciaires peuvent finir par perdre de vue ce que peuvent signifier concrètement les chiffres qu’ils établissent. Admettons (on a vu dans l’introduction ce que l’on pouvait penser d’un tel calcul) un taux d’homicide de 10 à 20 pour 100 000 considéré par les spécialistes comme élevé9. Cela signifie 50 à 100 homicides annuels dans une ville comme Paris, ce qui peut sembler très important. Mais sous l’Ancien Régime, les grandes villes sont rares. Si l’on applique ce taux moyen à une localité lambda, l’une de ces nombreuses petites villes ou bourgs qui constituent le système urbain français et que, pour la commodité, on supposera peuplée de mille habitants, on aboutit à un taux d’homicide annuel de 0,1 ou 0,2 soit, en réalité, un ou deux homicides tous les cinq ou dix ans10. Ce n’est certes pas négligeable, c’est sans doute davantage qu’aujourd’hui, mais peut-on faire de ces données la preuve d’une société en proie à une violence massive, impulsive et incontrôlée ?

  • 11 Pour Laurent Mucchielli « l’homicide n’est pas une catégorie comportementale homogène : en réalité (...)

12Un autre point à considérer est le fait que l’on comptabilise dans ce taux des situations bien différentes et donc des homicides qui ne relèvent pas du tout des mêmes logiques : entre la querelle d’ivrogne qui dégénère au cabaret, le mari trompé qui venge son honneur, le crime crapuleux commis par une bande de brigands, il y a des différences importantes qui empêchent que l’on analyse tout homicide comme un déchaînement inconsidéré de violence, comme l’expression de pulsions non-maîtrisées11. Il faut d’ailleurs souligner que les sources amènent les historiens à sous-estimer le caractère volontaire et prémédité de certains actes de violence. Ainsi, le fait que l’institution judiciaire concentre son attention sur le crime commis et pas sur ses causes y contribue. Il importe en effet au juge d’Ancien Régime de déterminer « si le crime est constant » et qui en est l’auteur. La question des motivations du ou des coupables, qui est fondamentale dans le système judiciaire actuel qui cherche à individualiser et proportionner la peine, est alors très secondaire. Ce silence est même largement inhérent aux lettres de rémission dans lesquelles l’accusé, qui construit son récit, a tout intérêt à taire une possible préméditation, contradictoire avec les hypothèses du crime accidentel ou de la légitime défense qui sont les seuls rémissibles. En quelque sorte, la justice d’Ancien Régime a elle-même construit le stéréotype de la violence pulsionnelle et, par là même, excusable.

  • 12 Voir, dans ce volume, les illustrations présentées par Frank Muller à propos de l’armement paysan, (...)
  • 13 Arch. dép. Meuse, B 5106, 1684, et Piant, Hervé, Une justice ordinaire : justice civile et crimine (...)

13Le problème des circonstances et des modalités pratiques du crime est aussi à examiner. La question des armes est notamment essentielle, en ce qu’il existe une corrélation évidente entre leur possession et leur utilisation. Une société désarmée sera évidemment plus pacifique qu’une autre où la circulation des armes est intense. La question est cependant complexe : la détention des armes est-elle la cause de la violence ou sa conséquence ? On serait porté à considérer les deux affirmations comme vraies. Sous l’Ancien Régime, la détention d’armes ne répond pas qu’à des motivations d’autodéfense, les armes étant aussi des marqueurs sociaux destinés à permettre à leur propriétaire d’affirmer une position12. Leur utilisation est d’ailleurs, dans de nombreux cas, fortement ritualisée et hiérarchisée : dans des plaintes pour rixes, nombre de victimes agressées à « coups d’épée » ont en fait été frappées par l’arme dans son fourreau, preuve d’une utilisation réfléchie. Autre exemple : dans une plainte déposée devant le tribunal de la prévôté de Vaucouleurs en 1684, un villageois, chahuté chez lui par une bande de jeunes gens, « avoit pris une hache » pour chasser les intrus « mais qu’il s’étoit imaginé que s’il en frappoit que le coup en seroit trop fâcheux, il la mit incontinent à bas sans en avoir frappé aucun »13 et préfère brandir un fusil, arme ostentatoire mais au maniement plus contrôlable. Reste cependant que la fréquence de la possession et de l’utilisation des armes, spécialement des armes blanches, font courir le risque de leur usage non maîtrisé et de l’accident grave voire mortel. C’est même la fréquence et la vraisemblance de cette possibilité qui fondent une partie des discours tenus dans les lettres de rémission. Beaucoup d’hommes à l’époque moderne possèdent des armes et n’hésitent guère à les exhiber, voire à s’en servir. De ces occurrences résultent des blessures graves, voire mortelles, que la médecine du temps ne sait pas soigner. Il faut insister sur ce point dont l’influence sur les statistiques est aussi peu mesurable qu’évidente : des coups, volontaires ou involontaires, qui aujourd’hui seraient soignés sans difficulté, aboutissent sous l’Ancien Régime au décès de la victime, faute de soins adéquats, et contribuent ainsi à gonfler les statistiques de l’homicide.

  • 14 Des exemples contemporains existent de « décrochage » entre un nombre d’homicides élevés coexistan (...)

14Reste à examiner un point : la question de l’homicide, sur laquelle nombre d’études se sont focalisées, est-elle suffisante pour traiter la question de la violence ? Même s’il est sans doute plus fréquent, pour de nombreuses raisons, que de nos jours, l’homicide est un phénomène statistiquement marginal et globalement désapprouvé par les populations. Les hommes de l’Ancien Régime ne passent pas leur temps à s’entre-tuer, en tout cas pas dans des proportions qui témoigneraient d’une différence civilisationnelle fondamentale. Si l’Ancien Régime est violent, ce n’est pas parce que l’on assassine à longueur de journées. Fréquemment conscients de cette réalité et de la difficulté qu’elle posait, les historiens l’ont contournée en postulant une relation, soit statistique soit analytique, entre l’homicide et la violence non-homicidaire, « ordinaire » si l’on peut dire. L’homicide serait en quelque sorte la partie émergée d’un iceberg dont la plus grande partie, celle des violences non-mortelles, resterait difficilement mesurable. Pourtant, là encore, les incertitudes dominent et le postulat valorise trop le discours explicite sur la violence impulsive : le coup de couteau qui, à quelques centimètres près, provoque une simple estafilade ou une plaie mortelle, transforme une simple bagarre de cabaret en meurtre. Dans cette perspective, on peut supposer que la baisse des homicides est proportionnelle à celle des violences en général. Mais ce schéma ne peut pas être généralisé. Nombre d’homicides, on l’a déjà dit, ne relèvent en rien de la pulsion agressive non-maîtrisée et l’on voit mal comment ils témoigneraient de la fréquence de cette dernière14. Ainsi, par exemple, la diminution des meurtres de l’épouse (uxoricides) ne semble pas corrélée avec une baisse des violences conjugales non-mortelles. Dans la prévôté de Vaucouleurs, étudiée en détail par Hervé Piant, l’homicide est très rare sur toute la période, mais les coups et blessures poursuivis au criminel ont une évolution et diminuent fortement. Pour faire de l’homicide un marqueur, proportionnel ou représentatif, de la violence en général, il ne faudrait prendre en compte que les homicides « accidentels » ou non-prémédités, vus comme des rixes « banales » qui auraient mal tourné. Faute de pouvoir compter toutes les bagarres, l’analyse envisageable, et en partie réalisée, des homicides, permettrait d’avoir un échantillon représentatif, quantitativement ou qualitativement. Le problème est que la multiplication des biais, dont on a relevé plusieurs dans les pages précédentes, empêche de faire de cette hypothèse autre chose qu’une prédiction auto-réalisatrice.

  • 15 Piant, Hervé, « La justice au service des justiciables ? La résolution de l’injure à l’époque moder (...)

15C’est sur ce dernier point que l’on veut insister pour conclure. Les archives judiciaires, par définition, témoignent autant de l’existence de la violence que de son refus (puisqu’il y a intervention de la justice pour la réprimer) et il nous semble que bien peu de preuves existent d’une propension à la violence des populations d’Ancien Régime radicalement différente de ce que notre société connaît. Il est certes évident que les gens d’Ancien Régime sont plus « durs au mal » que nous. Les conditions matérielles du temps étaient incomparablement moins confortables que les standards de la vie contemporaine et l’acceptation de la douleur physique était d’autant plus grande qu’il était difficile d’y échapper. C’est ce qui explique en partie que lors des innombrables disputes nées d’une société de l’interconnaissance, où s’exerce un contrôle social fort, le recours à la violence physique ait été plus fréquent. Il y avait déjà, mais probablement moins qu’aujourd’hui, un tabou de l’intégrité du corps et un refus de la souffrance physique. Si l’on se penche d’ailleurs sur la réalité des violences non-mortelles, ce que le temps appelle les « injures », on s’aperçoit que la mesure de la souffrance n’est pas la seule préoccupation des plaignants et des juges et que le rapport à l’honneur est également essentiel. Pour les jurisconsultes de l’époque, « l’injure » est d’abord une « offense », et l’agression physique n’en est que l’une des modalités, à côté d’autres tout aussi importantes, comme l’éventuelle différence sociale entre l’agresseur et l’agressé15. Tant que certains seuils – le sang versé, le handicap permanent, le pronostic vital – ne sont pas franchis, c’est surtout d’avoir été humiliées que se plaignent les victimes. Là où nous voyons pulsions de violence, eux voient affront et remise en cause volontaire d’un statut social. Par exemple, les violences matrimoniales ou paternelles, qui sont insupportables pour nous aujourd’hui, relevaient, dans une société hiérarchique et inégalitaire, non d’une pulsion sadique incontrôlée mais de l’affirmation d’une autorité – celle du mari et celle du père – qui n’est alors pas remise en cause.

16Dire cela, c’est dire que la violence n’est pas un concept univoque, une réalité monovalente qui pourrait se mesurer de façon objective suivant un standard éternel. Doit-on ainsi considérer comme une violence ce que les gens du temps ne percevaient pas comme telle ? La violence, au singulier, n’existe pas et l’on serait bien en peine d’en donner une définition ; il existe, dans toute société, des formes de violence, présentes dans des proportions variables. Faire du recours privé à la force physique la définition principale de la violence, en inversant la fameuse définition de Max Weber, c’est postuler une étrangeté fondamentale de nos ancêtres et c’est supposer une supériorité morale de nos propres conceptions. C’est oublier que nos sociétés sont parcourues par des violences – violence du système économique, violence de l’État lui-même – qui ne sont guère plus défendables que la facilité avec laquelle les populations des xvie, xviie et xviiie siècles se menaçaient, se frappaient, sortaient les couteaux et, parfois, s’entretuaient.

Notes

1 La formule employée dans le titre suivant et dans la seconde partie du présent livre (voir supra la page de présentation) a été reprise par Robert Muchembled et provient du film Brutti, sporchi e cattivi (titre original) Affreux, sales et méchants réalisé par Ettore Scola.

2 Chaunu, Pierre, « Avant-propos » à l’article de Boutelet, Bernadette, « Étude par sondage de la criminalité dans le bailliage de Pont-de-l’Arche (xviie-xviiie siècle). De la violence au vol. En marche vers l’escroquerie », Annales de Normandie, 1962, p. 235-262.

3 Elias, Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, Paris, 1973, 447 p. (édition originale 1939) et La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974, LXXVII-323 p. (édition originale 1969). On sait que les ouvrages de Norbert Elias n’ont commencé à être connus en France qu’au début des années 1970. La thèse de Robert Muchembled est contemporaine de cette réception.

4 Il cite ainsi abondamment Achille Luchaire (1846-1908) dont les travaux datent du dernier quart du xixe siècle. Il n’est donc pas étonnant que ce soit du côté des historiens médiévistes que ces travaux ont soulevé le plus d’objections.

5 Norbert Elias fait d’ailleurs plusieurs fois référence à Johann Huizinga (1872-1945).

6 Foucault, Michel, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975, 382 p.

7 Voir aussi ce qu’en dit Gilbert Larguier dans ce volume.

8 Dans la même perspective, voir Thome, Helmut, « Explaining Long Term Trends in Violent Crime », Crime, Histoire & et Sociétés – Crime, History & Societies, vol. 5, no 2, 2001, p. 69-86.

9 Il s’élève, dans la France d’aujourd’hui, à environ 1 pour 100 000. L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) collecte des données et a publié en avril 2014 son nouveau rapport sur les homicides dans le monde ou Global Study on Homicide 2013, qui porte sur 2012.

10 Dans son article, Émilie Leromain, analysant les données tirées des « états des crimes » réclamés par la Chancellerie, estime que dans certaines juridictions les « crimes dignes de mort ou de peines afflictives » étaient devenues rares (moins d’une occurrence semestrielle dans certains cas).

11 Pour Laurent Mucchielli « l’homicide n’est pas une catégorie comportementale homogène : en réalité, il n’y a pas un mais des homicides, qui n’obéissent pas nécessairement aux mêmes logiques psychologiques et sociales », p. 148-157 dans Mucchielli, Laurent, et Robert, Philippe (dir.), Crime et sécurité : l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2002, 444 p.

12 Voir, dans ce volume, les illustrations présentées par Frank Muller à propos de l’armement paysan, dans Follain, Antoine, Muller, Frank, et Papillard, Carole-Anne, « Les Arts et le tableau des mœurs aux xvie et xviie siècles ».

13 Arch. dép. Meuse, B 5106, 1684, et Piant, Hervé, Une justice ordinaire : justice civile et criminelle dans la prévôté royale de Vaucouleurs sous l’ancien régime, Rennes, PUR, 2006, 306 p. Même espèce de cas dans « Régler des litiges pour éviter des meurtres » p. 11-12 dans Follain, Antoine, « Rapport de synthèse », p. 9-58 dans Brizay, François, Follain, Antoine, et Sarrazin, Véronique (dir.), Les justices de village…, Rennes, PUR, 2002, 430 p.

14 Des exemples contemporains existent de « décrochage » entre un nombre d’homicides élevés coexistant avec des taux de violence aux personnes non-mortelles relativement bas. Le cas de la Corse est bien connu.

15 Piant, Hervé, « La justice au service des justiciables ? La résolution de l’injure à l’époque moderne », p. 67-85 dans « Quelle régulation ? Normes, justice et violences du Moyen-Âge à l’époque contemporaine », Rives Méditerranéennes, no 40, 2011. Dans le code pénal actuel, la violence n’est envisagée que sous la forme de l’atteinte à l’intégrité physique, mesurable en ITT (interruption temporaire de travail). L’injure (au sens actuel) relève de la partie réglementaire du code pénal et n’est punie que d’une amende de première classe.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540