Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Troisième partie. Le procès Petermann : édition de source et commentaire

Édition du procès fait à Anthoine Petermann prévenu d’homicide sur sa belle-fille à Sainte Croix aux Mines dans le val de Lièpvre en 1617 7 octobre 1617

Antoine Follain et Alii

Texte intégral

1Source : Archives départementales Meurthe-et-Moselle B 9592.

2Transcription et édition : Antoine Follain, avec pour les pièces 2 et 3 Séverine Martin, Marjorie Reichstadt, Perrine Schalk, Appoline Schmitz, Deborah Schwartz et Arnaud Thiry, étudiants en paléographie en 2e année de master d’histoire en 2008-2009, Arnaud Stopa, étudiant en master franco-polonais en 2008-2009 et Joanna Merkel, étudiante en master d’histoire en 2008-2010 ; et pour les pièces 1, 4 et 5 avec Emilie Leromain et Marion Steib, étudiantes en master d’histoire en 2010-2011. L’annotation a été réalisée par Antoine Follain avec Sophie Doerr, Cindy Greyer et Marine Orenga, étudiantes en master d’histoire en 2010-2011 ; et avec Jean-Claude Diedler, historien et linguiste.

3Les textes originaux ne comprennent ni accentuation ni ponctuation. Comme les procédures sont destinées à être relues à voix haute, il y faut des césures correspondant à des changements d’intonation de l’oral. On les repère par un certain nombre d’indices, tels que des relatifs de liaison qui comme en latin marquent le début d’une phrase, des adverbes (comme « ains » ou « fors »), des formes verbales (comme « sçavoir », « assavoir », « dient ») ou des participes présents précédés d’un pronom (comme dans : « … icelluy estant »). L’ajout d’une ponctuation réfléchie permet de comprendre exactement les textes et facilite leur relecture.

Pièces de procédure

  • 1 Cette « étiquette » est le plus souvent écrite au verso du dernier feuillet d’une liasse.

4Le procès proprement dit comprend quatre pièces de longueur inégale. L’étiquette1 de la première porte [pc. 1] « Copie de la rela[ti]on des chirurgiens de Saincte Marie qui ont faict la visita [ti] on du corps meurtry d’Anno f[em]me de Jacob Petermann de Saincte Croix ». Le corps a été découvert le 21 septembre 1617. Cependant l’état des frais révèle que le corps et la maison sont « visités » et Jacob est interrogé et arrêté dès le 21 (cf. pc. 4 art. 1). Une deuxième visite est effectuée le 22 avec un chirurgien de Sainte-Marie tandis qu’un certain « bruict commun » se répand et Jacob (ramené sur place) et Anthoine Petermann, son père, sont interrogés, toujours sans trace écrite (art. 2). Une troisième visite est effectuée le 23 (art. 4) sans autre trace que le procès-verbal des chirurgiens. Petermann (père) est arrêté le 22 ou le 23. Le recours à une expertise est exigé par le droit mais sans être assurés qu’il y a eu homicide sur Anno, les « hommes de justice » ont arrêté Jacob dès le premier jour et son père le deuxième ou le troisième. L’expertise du 23 exclut le suicide et conclut à un homicide.

  • 2 Il s’agit réellement de son lieutenant mais l’autorité judiciaire concernée est bien celle du maire

5La pièce suivante [pc. 2] correspond donc à une enquête orientée vers la recherche d’un coupable. L’étiquette porte « Informa[ti]ons faicte sur la mort advenue en la personne d’Anno femme de Jacob Petermann de Saincte Croix ». Elle est réalisée par le maire de Sainte Croix2 à deux dates anormalement éloignées qui sont le 7 et le 13 octobre 1617, et le non le 7 et le 8 comme on pouvait s’y attendre. C’est que la première journée suffit pour reporter les soupçons du mari sur le beau-père. La seconde journée, le 13 octobre, Jacob est devenu un témoin.

6Le même jour, 13 octobre, est commencé le procès d’Anthoine Petermann [pc. 3], lequel va durer jusqu’au 7 décembre. L’étiquette porte « Procès d’Anthoine Petermann de S[ainc]te Croix au val de Lièpvre ». Elle comprend neuf actes qui sont [1] l’interrogatoire d’Anthoine Petermann et le récolement des témoins le 13 octobre 1617 devant les Trois justices du val de Lièpvre à Sainte Croix ; [2] le premier avis des maître échevin et échevins de Nancy le 19 octobre 1617 ; [3] le deuxième interrogatoire d’Anthoine Petermann les 25 et 26 octobre 1617 ; [4] le deuxième avis des maître échevin et échevins de Nancy le 3 novembre 1617 ; [5] le troisième interrogatoire d’Anthoine Petermann le 7 novembre 1617 ; [6] le troisième avis des maître échevin et échevins de Nancy le 14 novembre 1617 ; [7] le quatrième interrogatoire le 29 novembre 1617 au château d’Echery [8] le cinquième interrogatoire d’Anthoine Petermann le premier décembre 1617 ; et [9] le prononcé de sentence et le procès-verbal de l’exécution le 7 décembre 1617.

États des frais

  • 3 Il est calculé à la fin que « le comptab[le] à cause des deniers casuels du p [rése] nt compte » do (...)

7La procédure judiciaire et financière est close par des états des frais [pc. 4] qui nous amènent au 23 février 1618. Ces états dévoilent aussi des informations générales et donnent des dates qui ne sont pas précisées ailleurs. Le document est en double dans les archives. Une première version se trouve dans le registre du receveur à partir du f° 150v. jusqu’au f° 154v. Il s’agit d’articles inscrits dans un chapitre complet qui se termine par le bilan de « toutes les despen[ces] en deniers casuels du p[rése]nt compte » et par la « recepte » totale des saisies3. Une seconde version porte sur le seul procès Petermann et forme une liasse non paginée signée du « contrerolleur » nommé Bailly. Le document originel comporte aussi des annotations ajoutées lors du contrôle des frais, alors que le « contrerolle » correspond au compte définitif. Nous avons disposé les deux en regard l’un de l’autre. Le deuxième article commence dans le registre par « Du lendemain vingt deuxième dudict mois… » alors que dans la seconde version il commence par « Plus l’ayant le XXII [ièm]e dud[ict] mois… » On perçoit dans la première version une sorte de premier degré, d’immédiateté ou d’implication, alors qu’une distanciation caractérise le document établi plus tard par le « contrerolleur ». Les formulations sont un peu différentes mais les incidences sont limitées. Nous avons résolu d’éditer la version finale de l’état des frais.

Liquidation financière

8Les inventaires des biens et le procès-verbal de la vente aux enchères sont de 1617, 1618 et 1619 [pc. 5]. L’inventaire initial fait quatre feuillets. L’étiquette porte « Inventaire des biens Anthoine Petermann le viel de S[ainc]te Croix au val de Lièpvre ». Comme le précédent, ce(s) document(s) pose(nt) un problème d’édition. L’ordre dans lequel les éléments apparaissent n’est conforme ni aux dates, ni à la logique. De plus, l’inventaire des meubles est double, avec des listes correspondant à la saisie et d’autres à la vente. Nous avons résolu de reconstruire le document pour le rendre vraiment utile, en mettant en premier la saisie (du 23 septembre 1617) et l’inventaire des objets cachés (13 février 1618) et en regard la vente (6 avril 1619) et en numérotant les articles. L’identification des objets a été réalisée avec Jean-Claude Diedler. En dernier figure, la succession de feue l’épouse d’Anthoine Petermann et mère de Jacob est liquidée en 1619 en tant que « dette passive » dont le Duc a hérité en même temps que des biens du condamné [pc. 6].

Fig. 1. Première page de l’interrogatoire du prévenu pc.3 f° 1r.

Fig. 1. Première page de l’interrogatoire du prévenu pc.3 f° 1r.

Visites du cadavre et des lieux par les « hommes de justice » les 21, 22 et 23 septembre 1617

  • 4 Sans acte écrit. Voir l’état des frais pc. 4 f° 1v.

94.

Relation par deux chirurgiens de la visite du cadavre d’une femme le 23 septembre 1617

  • 5 La copie est écrite en continu et le texte est difficilement compréhensible sous cette forme. Le ry (...)
  • 6 Comprendre : « et étant en ce lieu… ».

10[pc. 1 f° 1r.]5 Nous, soubsignez, certifions à tous qu’il appartiendra que le vingt troisième j[ou]r de septembre 1617 avons estez requis et prié de la part de messieurs de la justice de S[ainc]te Croix, affin de nous acheminer jusques aud[ict] Saincte Croix p[ou]r visiter la femme d’ung certain n[om]mé Jacob Petermann dem[eurant] aud[ict] S[ainc]te Croix en la maison d’Anthoine Petermann son père, y résidens ensemblement ; et illec6 estans, sommes entrez en ladicte maison où avons trouvé la femme dud[ict] Jacob Petermann le jeune, tuée et meurtrie et en ung misérable et calamiteux estat, dedans sa chambre avec son habit ordinaire et toute ensanglantée.

  • 7 Déchirure ; « Ces deux mots expriment l’action de déchirer avec violence, de mettre en pièces. Ils (...)
  • 8 Aiguille à sonder.

11Et l’ayant faict déshabiller et puis l’avoir lavée par le corps p[ou]r mieulx faire visite et rela[ti]on, avons en premier lieu trouvé trois coups de playes diverses sur sa poictrine dont le premier tendant sur le costé gauche seulement avec dilacéra[ti]on7 du cuir ; secondement l’aultre plus prochain et au dessus, eslongué environ d’ung doig du premier, directement au milieu du thorax au desoubz du sternon, avec solu[ti]on de continueté et de profondeur d’une ès demy espingl8 ; le troisième tendant du costé droict au dessus des deux aultres première son entrée dans la capacité du sternon, avec grande playe et solu[ti]on de continuieté dans le diafragme et de ses parties qui ont qui ont coligans aud[ict] diafragme ; et finissait led[ict] coup en profondeur dans le col de l’estomach en tirant au poulmon.

  • 9 Mesure de longueur valant deux pieds et demi. Deux aunes correspondent donc à un peu plus de 1,5 mè (...)
  • 10 Une autre lecture donnerait plutôt « contrision » du verbe « contriser », meurtrir.

12Plus lui avons trouvé au col de ladicte une petite corde de la longueur de deux aul[nes]9 ; laquelle l’auroit offencé tout allentour de sond [ict] col, avec contusion10.

  • 11 Cartilage reliant les côtes à l’extrémité inférieure du sternum.

13Et ung cousteau de longueur moyenne planté directement au milieu du gousier, dict esophague, pénétrant jusques à l’os xiphoïde11 ; que avec grande peine le pouvoit on tirer dehors à cause qu’il pénétroit fort avant et qu’il auroit esté poussé d’une grande force et violence, de façon qu’il en estoit plyé et courbé.

  • 12 Comprendre : « de la nature de la pierre ». Cette appellation se retrouve dans les descriptions ana (...)
  • 13 Comprendre : « [et encore une autre contusion] sur tout le dos ».

14Oultreplus lui avons trouvé au derrier l’oreille droicte sur l’os pétreux12 une grande contusion ; de mesme soubz l’espaulle droicte une aultre contusion et éminence et entièrement tout le dol13 avec contusion et grande lividité.

15Davantage, aux deux genoulx avons trouvé deux grandes contusions, le droict plus que le gauche ; et courbé de mesme son bras droict, levé en hault c[om]me en posture de deffence.

  • 14 Du verbe colliger : rapprocher. Comprendre : « à raison de la grande proximité »
  • 15 Terme générique recouvrant tout ce qui permet la circulation des fluides organiques, donc tout ce q (...)
  • 16 Corps légers et volatiles.
  • 17 « C’est une similitude et comme conjonction de nature » cf. le Dictionnaire… de Jean Nicot (1606). (...)

16Voilà ce qu’avons trouvé et, suyvant n[ost]re advis, saulf meilleur, [f° 1v.] que telles playes et coups n’auroient esté commis ny perpétré par la deffuncte, attendu que le coup mortel et premier qu’elle a receu dans la poitrine et diafragme et aultres parties voisines estoit suffisant pour l’induire subitement à la mort à raison de la grande coligance14 des membres15 spirituaux16 et nutritifs, outre la grande simpathie17 que led[ict] diafragme ha au cerveau par le moyen des nerfz, procédans d’iceluy, c[om]me nature l’a ordonné, par son continuel mouvement, oultre qu’il est fort nerveux et subtil ; davantage la grande effusion de sang qui s’en auroit sortie d’elle, de manière que ses forces, sens et functions naturelles se seroient subitement affoiblies ; ce qui donne à cognoistre par les considéra[ti]ons qu’elle n’auroit plus heuz des forces pour redoubler ung sy grand et violent coup dans le gosier ; davantage qu’une personne de soy mesme ne sauroit conduire ung tel coup sy directe, qu’il ne soit de traver ou du hault ou du bas ; et de plus que les contusions qu’elle a en divers lieux de son corps nous font penser que ç’a esté en se deffendant ; ainsy en faisans nos[tre] rapport et rela[ti]on selon Dieu et équité et de l’art, saulf aultre advis, tesmoing nos signez manuels icy bas posez, l’an et jour que dessus.

  • 18 Comprendre : « et se concordent [avec l’original] ».
  • 19 Le texte comprend un Umlaut sur le U.

17Signez au desoubz : Claude Conte chirurg[ien] et N. Demengeon avec paraphe. Copie extraicte à son original par moy tabellion juré soubscript et se concordent18. [Une signature :] A. Pudras19.

Information sur la mort d’Anno femme de Jacob Petermann par le maire de Sainte Croix les 7 et 13 octobre 1617

7 octobre 1617

  • 20 Tout le premier feuillet est blanc et protège la procédure.
  • 21 Officier de village et du seigneur, il est pourvu d’une autorité administrative et judiciaire.
  • 22 Le val de Lièpvre constitue une marge des espaces lorrain et alsacien. La vallée est entourée par l (...)
  • 23 « Jurez : Sont ceux habilités à jurer en quelque art » cf. le Dictionnaire… de Jehan Nicot, Thresor (...)
  • 24 Anno est un prénom d’origine germanique qui a été romanisé, le « o » étant la transcription lorrain (...)
  • 25 Saint Mathieu est fêté le 21 septembre. Cette date est confirmée dans les pièces 1 et 4.
  • 26 « Clercjuré » collé ou coupé est synonyme de tabellion. Il s’agit d’un officier public qui, dans le (...)

18[pc. 2 f° 2r.]20 Informations faictes par honorable hom[m]e Jean Laurent, maire21 au val de Lièpvre22, Symon Geustlinger, Christman Faillez, jurez23 en la justice de Lièpvre, Petter Moser et Jean Marchant, jurez en la justice de Saincte Croix, Jean Urbain et Claudon Valantin, jurez à celle de Saincte Marie, sur l’homicide com[m]is en la personne d’Anno24, femme de Jacob Petermann dudict Saincte Croix trouvée tuée et meurtrie, le jour Sainct Mathieu dernier25, en la chambre de la maison, là où sond[ict] marit et elle faisoient leur résidence, appartenant à Anthoine Petermann père aud[ict] Jacob y faisant aussy sa résidence ; icelle défunte estante en couche de trois sepmaines, ou environ ; sur lequel faict et circonstance les tesmoings cy après ayant estez dheument adjournez et adjurez par serment solempnel et interrogez, ont dict et déclairez ce qui s’ensuyt et le tout rédigez par escript par moy clercjuré26 aud[ict] Val souscript le septième octobre mil six cent dix sept.

  • 27 Les déposants ont été convoqués pour déclarer ce qu’ils ont à dire sur les faits et d’une manière g (...)
  • 28 Les déposants sont numérotés dans la marge.
  • 29 Il s’agit ici de son nom mais gruyer est d’abord le titre d’un petit officier des Eaux et forêts. C (...)
  • 30 Variante orthographique du passé simple. Comprendre : « il vit aussi le mary ». De même dans la tro (...)

19Premier27. 1.28 Hanso Gruyer29 bourgeoy de Lièpvre eagé d’environ XXX ans adjourné solempnellement, adjuré et diligemment examiné et enquis sur led[ict] faict ; a dict que le jour de feste Sainct Mathieu dernier, venant de Saincte Marie et arrivant au devant de la maison dudict Pettermann, environ sur les trois heures après midy, il ouy le bruist de l’accident arrivé ; il veit30 aussy le marit de ladicte décédée qui se désoloit bien fort au devant de ladicte maison, en se jectant par terre et monstrant en quel estat il avoit trouvé sa femme tuée en sa chambre ; et que survenant Anthoine Petermann son père, le prenant par le bras, il luy disoit : Taise toy, taise toy, tu n’en es poinct la cause ! qu’est tout ce qu’il en peult sçavoir.

  • 31 Le mot dérive du verbe tiercer qui est la troisième façon de labour d’une terre (de même que biner (...)
  • 32 La signification ne fait pas problème : « Inimitiés : sentiment contraire à l’amitié ». Mais on peu (...)

202. Didier Rouiller de Saincte Croix eagé d’environ XXX ans adjourné, adjuré et enquis sur led[ict] meurtre com[m]is ; a dit [f° 2v.] que le jour de l’accident arrivé, il rencontra sur les quatre heures du soir, Jacob Petermann, marit de ladicte défuncte, proche la tiercée31 dud[ict] lieu de Saincte Croix, qui venoit de quellir des noix et qui luy en donna deux ; enquis s’il n’a poinct veu, ny sçeu, ny entendu, que led[ict] viel Anthoine Petermann, et sa belle fille décédée, se soient portez des inimitiés32 par ensembles ; lequel a dict avoir ouy dire au sujet Anthoine Petermann qu’il haïssoit fort sa belle fille et que sy ce n’estoit icelle, qu’il seroit bien à son ayse ; et qu’icelle disoit que sy le diable avoit emporté led[ict] Anthoine Petermann, son beau père, que sond[ict] marit et elle seroient bien à leur aise ; et plus n’en dict.

  • 33 Brechon : dérivé de brechie « sorte de cruche » cf. le Dictionnaire… de Godefroy. Le brechon doit ê (...)
  • 34 Se départir : partir, se séparer, s’en aller, cf. le Dictionnaire… de Godefroy.
  • 35 Toute maison vosgienne a deux pièces chauffées, sa cuisine et son poêle. La cuisine tournée au nord (...)

213. Colas Marchal, bourgeoy dud[ict] S[ainc]te Croix, eagé d’environ LVIII ans, adjuré, enquis et examiné com[m]e les précédens ; a dict et déposé que le jour sainct Mathieu dernier, il se transporta au devant du logis dud[ict] Anthoine Petermann pour luy demander deux francs que Colas Hayierre luy avoit assignez de recepvoir auprès de luy ; et qu’estant venu au devant de ladicte maison, il trouva la porte close entièrement, ne sçachant sy elle estoit fermée du dedans ou non ; et appercevant l’ung des portillons du porche clos, et l’aultre ouvert, se délibéra néanlmoings d’ouvrir le guichet de la fenestre pour pouvoir parler aud[ict] Anthoine Petermann ; lequel ouvert, le veist qu’il beuvait en ung breichon de cuyères33 ; lequel Petermann ayant parachevé de boire, luy dict : Pronon face ! luy respondant, dict : Vous m’avez quasy espouvanté ! le regardant crûment ; et discourant ensembles desd[icts] deux francs, luy déposant apperceut à la face dud[ict] Anthoine Petermann une tache de sang, tout ainsy comme sy on avoit mouillé ung doigt dedans du sang et l’applicquer au visage ; et luy ayant promis de luy payer lesd[icts] deux francs, il luy dict : Vous estez bien tout seul, où sont vos gens ? Lequel luy feist responce qu’ilz estoient à la cuisine auprès du feu ; et ainsy se départit34 dud[ict] Pettermann ; et de plus a dict que le lendemain, parlant aud[ict] Jacob Petermann, marit de ladicte défuncte, luy demanda s’il ne l’avoit ouy [f° 3r] lors qu’il parloit à son père le jour précédent, puis qu’il estoit à la cuisine qui est joinctante le poèl35, et la porte ouverte, qui confessa estre à ladicte cuisine, mais qu’il ne l’avoit ouy ; lequel lui réplicqua qu’il n’estoit possible qu’il ne l’ait ouy parce qu’il parloit assez haut ; et plus a déposé n’en a dict.

  • 36 Esglisée ou esclissiée signifie éclaboussée (ici : de sang) cf. le Dictionnaire… de Godefroy.
  • 37 La paume est une mesure régulière. Le bras d’Anthoine Petermann était ensanglanté au niveau du poig (...)

224. Claudette, fille de Henry Barré de Lièpvre, jeusne fille demeurant aud[ict] Saincte Croix au service de Hanso Raidat dud[ict] lieu, eagée d’environ XXV ans, adjurée, enquise et interrogée com[m]e les avant nom[m]ez ; a dict et déposé que le jour de feste Sainct Mathieu dernier, jour de l’accident arrivé, sortant du logis dud[ict] son m[aist]re sur les cinq heures du soir pour aller quérir de l’eaue, led[ict] Anthoine Petermann survint ; et parlant à Claude Vuillemin dud[ict] Saincte Croix, luy dict que sa belle fille estoit tuée ; auquel la déposante demanda sy il l’avoit touché ; lui dict que non et qu’il avoit seulement osté le berceau et l’enfant d’auprès d’elle ; réplicquant sur ce ladicte déposante luy dict : Vous l’auriez touché car vous avez v [ost] re main gauche toute esglisée36 de sang et le bras jusques à une paulme37 au dessus de la main ! qu’est tout ce qu’elle en a déposé.

  • 38 L’orthographe ordinaire est « Rombach » cf. la bonne orthographe plus bas. De même « Steinbach » es (...)

235. Hanso de Verpelierre du Petit Rombarg38, eagé d’environ XL ans, adjuré, enquis et examiné com[m]e dessus ; a dict que led[ict] jour Saint Mathieu dernier, retournant de Lièpvre avec Jean Marchant dud[ict] Rombach invités à ung festin de nopces et parvenus à l’endroit de Steinbach environ sur le midy, il veit Anthoine Petermann qui passoit le petit pont à l’endroit de la hutte, portant un petit paquet desouz son bras, mais qu’il ne sçait où il alloit ; et plus n’en dit.

  • 39 Il pourrait s’agir d’une expression signifiant : « Ah, vous tombez bien ! ».
  • 40 « Vil » ne pose pas problème en soi, et signifie « Bas, abject. C’est un homme vil & abject. vile c (...)
  • 41 Comprendre : malade par en haut (jusqu’à vomir ?) et par en bas.
  • 42 Les mêmes titres sont employés partout dans les villages vosgiens mais avec des responsabilités dif (...)
  • 43 Le dos de la main.
  • 44 Torcher : essuyer en frottant, enlever les impuretés de quelque chose.

246. Claude Vuillemin, bourgeoy aud[ict] Saincte Croix eagé d’environ LXVII ans, adjuré, enquis et interrogé com[m]e dict est ; a dict et déposé que le jour de l’accident advenu survint auprès de luy led[ict] Anthoine Petermann sur les douze heures du jour et conférant par ensembles [f° 3v.] led[ict] Pettermann luy dict : Pensez, nous voilà bien à no[str]e chemin39, je feit hierre boire chez Colas Marlier, lequel me dict, que les comptes des mynes se debvoient rendre et que mon filz Jacob ne sy debvoit trouver ; qu’on ne le vouloit plus veoir ny ouyr à cause qu’il avoit espousé la fille de l’homme vil40 ! quoy oyant, ledict déposant luy dict qu’il s’en eust bien déporté s’il eust voulu ; et encor que la fille eust esté enceinte devant le mariage, qu’il eust pheuz prendre l’enfant et quiter icelle ; respondant sur ce, led[ict] Pettermann luy dict que cela l’eust bien pheuz faire, mais que sa belle fille estoit bien malade et qu’il croyoit qu’elle mouroit bien tost ; et après lesquelz discours s’ayant led[ict] Pettermann encor ung peu arresté, il quita par après la compagnie et s’en alla par devers la maison de luy déposant ; et depuis ne fust que traccassé hault et bas41 ; et qu’environ sur les quatre heures du soir, il revint derechef auprès d’iceluy déposant en p[rése]nce de certaines femmes et filles et luy dict que sa belle fille estoit morte, et qu’elle avoit ung cousteau en la gorge, et qu’il en alloit advertir le doien42 ; ce qu’entendant led[ict] déposant luy demanda s’il l’avoit touché ; auquel il fist responce que non ; et au mesme instant, la belle fille dud[ict] déposant, sortant de leur logis, survit la main droite dud[ict] Anthoine Petermann dessaignée sur le dol43 ; et luy dict : Hé oncle Anthoine, allez laver v[ost]re main, elle est toute dessaignée ! ce qu’estant dict, il torcha44 vistement sa main à ses chausses, ne pouvant ce faire néanlmoings que l’on n’en apperceut encor du sang ; ce que led[ict] déposant dict avoir bien recognu ; et revenant led[ict] Pettermann du logis dud[ict] doyen et s’addressant derechef aud[ict] déposant, luy dict que ce que sa main estoit dessaignée que c’estoit qu’il avoit, avec Jacob son filz, restourné ladicte défuncte qui avoit le visage tourné vers terre, pour veoir si elle estoit morte ; et plus n’en dict.

  • 45 Elle avait un couteau planté dans la gorge cf. la relation des deux chirurgiens.
  • 46 « Être recors » signifie « se souvenir de ».

257. Marie, femme de Hanso Claude Vuillemin dud [ict] Saincte Croix eagée d’environ XXV ans estant adjurée, enquise et examinée com[m]es les prénommez, a dict ne rien sçavoir [f° 4r.] de l’accident advenu, pour n’estre pour lors au logis ; mais que sur les quatre heures du soir, estant de retour, survint au devant de leur logis, led[ict] Anthoine Petermann parlant à son beau-père, Claude Vuillemin, auquel il dict qu’il alloit advertir la justice que sa belle fille estoit morte et qu’elle avoit ung cousteau au col45 ; et que sur ce elle déposante dict à luy Pettermann qu’il allast laiver sa main, laquelle estoit toutte dessaigné, mais n’est recors46 laquelle main c’estoit ; et lequel Pettermann se print à la torcher contre ses habillemens ; et plus n’en sçait.

  • 47 Le 4e déposant a dit plus haut « une paume », or la paume mesure exactement quatre doigts.

268. Marion, vefve de feu Didier Litaize de Saincte Croix, eagée de XXXV ans ou environ, adjurée, enquise et interrogée com[m]e les avant nom[m]ez ; a dict que le jour dud[ict] accident advenu, environ sur les quatre à cinq heures du soir, passant son chemin par led[ict] Saincte Croix à l’endroit de la maison dud[ict] Claude Vuillemin, elle ouyt que led[ict] Anthoine Petermann parlant à iceluy Vuillemin luy dict qu’il alloit à la justice po[ur] l’advertir que sa belle fille estoit morte et qu’elle avoit ung cousteau au col ; pendant quoy la précédente déposante la poussa, luy monstrant qu’iceluy Pettermann avoit la main toute escorssée de sang, environ quelques quatre doigts au dessus de la main47 ; et qu’estant luy Pettermann adverty par la susd[icte] déposante dud[ict] sang, se print à torcher sa main contre ses habillemens ; ce qu’elle veit de ses yeux, ne sçachant néanlmoings, à la vérité, si c’estoit la main droite ou la gauche ; et plus n’en dict.

279. Elso, femme de Demenge Lambert dud[ict] Saincte Croix eagée d’environ XLVI ans, adjurée, enquise et examinée comme dessus ; a dict ne rien sçavoir dud[ict] accident pour n’estre pour lors en ville ; mais dict que trois ou quatre jours auparavant led[ict] accident, led[ict] Pettermann ayant achepté ung porc pour nourrir, il récita à elle déposante qu’il avoit demandé à sa belle fille de le nourrir avec le sien à une mesme [f° 4v.] estable et qu’il payeroit la moistié de la nourriture ; et qu’icelle luy auroit refusé, de quoy estant indigné, jura par le sacrement qu’il monstreroit qu’il seroit m[aist]re ; et plus n’en a déposé.

  • 48 Ce qui fait moins d’un kilomètre.

2810. Bénicte, femme de Didier Rouillier dud[ict] Saincte Croix, eagé d’environ XXX ans, adjurée, enquise et examinée co[m]me les prénommez ; a dict ne rien sçavoir dud[ict] accident ; mais qu’il y avoit environ quelques huict jours auparavant qu’il y heut dissention et querelle entre led[ict] Anthoine Petermann et ladicte défuncte sa belle fille et ce à l’occa[si]on d’ung porc qu’il avoit achepté, qu’icelle ne voulut recepvoir pour le mectre avec le sien pour le nourrir ; sçachant de plus à l’asseuré qu’ils se hayssoient l’ung l’aultre mais que led[ict] Pettermann aymoit bien led[ict] Jacob son fils, marit d’icelle ; dict de plus que led[ict] jour de l’accident, environ sur les unze heures du jour, elle fut au logis dud[ict] Pettermann pour faire ung potage à ladicte défuncte, estante en couche, et qu’icelle luy dict : Mon Dieu, belle Bénicte, il estoit bien ayse que le bon Dieu nous avoit envoyé ung enfant, sy j’avois seulement santé pour l’eslever ! à laquelle elle respondit que Dieu luy renvoyeroit sa santé, sans qu’elle recognut aucune mauvaise parolle d’elle durant le temps de sa couche ; en oultre dict de plus que led[ict] Jacob, son marit, sortit dud[ict] logis environ sur le midy pour aller en ung prey distant de Saincte Croix d’ung quart de lieue ou environ48 pour cuiller des noix ; et plus n’en dict.

2911. Colas Peltre de Saincte Marie résident à Lièpvre, eagé d’environ XXVIII ans, adjuré, enquis et interrogez com[m]e les précédens tesmoings ; a dit et déposé que le jour dud[ict] accident, venant dud[ict] Saincte Marie avec Hanso Gruyer son m[aist]re, premier tesmoing, et arrivant devant le logis dud[ict] Anthoine Petermann, s’arresta avec sond[ict] m[aist]re et ouy plusieurs et diverses plainctes que Jacob Petermann faisoit de la mort de sa femme ; et comme led[ict] Jacob sortit de lad[icte] maison [f° 5r.] pleurant et gémissant de plus en plus, se jectant par terre, et monstrant com[m]e il avoit trouvé sa femme morte en sa chambre, en disant que les souhaitz arrivoient aucune foix sur ce, il y survint led[ict] Anthoine Petermann, son père, le prenant par le bras, luy dict qu’il cesse de pleurer, que ce n’estoit poinct comme s’il en estoit la cause ; et ainsy a finy sa déposition.

13 octobre 1617

  • 49 Comprendre deux porcs, l’un gros (et âgé) et un petit (et jeune).
  • 50 « Par gestz » renvoie au verbe gesticuler.
  • 51 Littéralement il faut lire ici : « meurt bien ». Cette exclamation renvoie à la formule « Par la bo (...)
  • 52 « Contingent [est ce] qui échoit à quelqu’un. » Le contingent fait ici référence à la succession de (...)
  • 53 Choser : gronder, blâmer quelqu’un, cf. le Dictionnaire du Moyen Français.
  • 54 Comprendre simplement le jardin. Le mot n’a pas dans cette région la signification juridique qu’il (...)
  • 55 Mot non élucidé. On peut le rapprocher de « Vaissel, vaisseau, veissel, vessel, voissel », etc. « v (...)
  • 56 Traleison : poutrage, plafond… cf. le Dictionnaire… de Godefroy.
  • 57 Mot non élucidé. On peut comprendre le visage défait.

30Du XIIIe dud[ict] mois. 12. Jacob, filz dud[ict] Anthoine Petermann, marit de ladicte défuncte, eagé d’environ XXVI ans, ayant presté le serment solempnel de dire et déclarer ce qu’il peult sçavoir dud[ict] meurtre com[m]is en la personne d’Anno, sa femme ; et juré, enquis, interrogé et diligemment examiné, a dict que le quatorzième ou quinzième de septembre dernier, sond[ict] père ayant achepté ung porc, demanda à sa femme, ladicte défuncte, de le mestre à l’estable avec le sien, pour l’entretenir en fournissant la moictié de la nourriture ; auquel elle feit responce qu’elle ne pouvoit ce faire, d’aultant que le lieu estoit désià à deux, gras et petit49, et que celuy qu’il avoit achepté estoit plus gros et maigre, et qu’il n’y avoit apparance de les pouvoir mestre ensembles, mais s’il vouloit qu’elle le logeroit à la mesme estable, néanltmoing séparé l’ung de l’aultre, et qu’elle partageroit leur nourriture égallement par moictié ; ce qu’entendant le susd[ict] Anthoine Petermann com[m]ença à se démener par gestz et fascheries50 et en se démenant et tournant son chappeau, dict : Par la mort bei51, puisque ce qu’elle ne vouloit losger led[ict] porc, comme il l’avoit désiré, qu’ilz sortiroient du losgis ! à quoy respondant led[ict] déposant, luy dict que de par Dieu moyennant qu’il luy donne sa part et contingent52 que luy appartenoit pour la succession de feue sa mère ; dépose de plus que revenant de travailler le mercredy vingtième de septembre, veille du jour dud[ict] accident, estant en son lict avec sad[icte] femme, icelle se plainda à luy que son père led[ict] Anthoine Petermann luy avoit derechef mené une belle vie, et qu’il l’avoit chosez53 et qu’il luy avoit déffendu d’entrer à sa part de leur meix54, pour cuiller des choux, qu’il ne vouloit plus de [f° 5v.] son potage et luy avoit déffendut de plus hanter en sa chambre, pour refaire son lict ; luy déffendit de mesme de ne se servir de ses chauderons ny aultres eubessée55 de son mesnage ; et que le lendemain, jour de l’accident, il s’en alla après disné cuiller des noix et retournant environ sur les quatre à cinq heures du soir, approchant le losgis, il ouyt pleurer son enfant en sa chambre qui n’en pouvoit quasy plus ; et entrant dedans le logis, voyant sond[ict] père en la cuisine allumant du feu, luy demanda ce que faisoit Anno, qu’elle laissoit ainsy crier son enfant ; à quoy il responda qu’il pensoit qu’il estoit avec elle en la chambre ; respondant sur ce, led[ict] déposant dict : Comment y pourroit je estre, vous voyez bien que je vient des noix ! et par après s’en alla viste à la porte de la chambre, la pensant trouver close et non fermée com[m]e de coustume, pour y entrer ; et la trouvant fermée, il accourut sur le grenier et descenda en lad[icte] chambre par la cheminée d’icelle que n’est encor montée que seulem[ent] d’une tralleire56 ; et estant en ladicte chambre, veit sad[icte] femme toute estendue du long d’elle, le visage desoubz57 ; ce que voyant, crya à haulte voix, disant : Jésus, elle est morte ! et tout aussy tost qu’il eust dit la parolle, il ouy son père à la porte de la chambre au dehors qui luy dit : Non est, non est, c’est une foiblesse qui luy est survenue ! Et incontinant luy déposant ouvrit la porte, laquelle estante ouverte sond[ict] père y entra environ la porte de la porte trois piedz au dedans ; et luy déposant approchant sad[icte] femme pour veoir l’inconvénient arrivé ; et en la levant et regardant, sond[ict] père, luy dict : Ô Jésus, elle a ung cousteau au col ! sans qu’il ait entré dedans lad[icte] chambre plus avant, ne qu’il ayt touché lad[icte] défuncte en aucune sorte, ny moing touché luy déposant en aucune manière, ny ses habitz aussy, ains sorta bien viste de lad[icte] chambre et n’y entra davantage ; et luy déposant ne s’appercevant encor dud[ict] cousteau sy led[ict] son père ne luy eust dict com[m]e dessus ; et en se désolant led[ict] déposant dict à sond[ict] père : Bon Dieu, allez appeller des gens ! et aussy tost, il y alla ; adjouste encor ne sçavoir personne qui portast innimitié à sad[icte] feue femme, synon ledit Petermann son père et la mère d’icelle, fe[m]me de l’hom[m]e vil dud[ict] lieu ; qu’est tout ce qu’il a déposé.

3113. Epinatte, femme d’Anthoine Ponsatte de Musloch, eagée [f° 6r.] d’environ LX ans, adjurée, enquise et examinée comme les précédentz tesmoings ; a dict que le jour dud[ict] meurtre arrivé venant au bas de Saincte Marie environ sur le midy et pasant par devant le losgis dud[ict] Anthoine Petermann, elle le veit sortir dud[ict] losgis bien changé et considérant en elle mesme qu’il estoit aulcunement troublé ; au mesme instant elle le veit rentrer et passant son chemin ung rien plus bas elle se retourna regardant deriers led[ict] losgis, veit derechef led[ict] Anthoine Petermann resortir dud[ict] losgis bien changé comme cy dessus et cependant elle passa son chemin ; et plus n’en dict.

  • 58 Le « seing manuel » est le nom de quelqu’un écrit lisiblement par lui-même au bas d’une lettre ou d (...)
  • 59 Le feuillet verso est blanc, sauf l’« étiquette ».

32Pour vérifica[ti]on desquelles choses, j’ay led[ict] clerc juré signé cests de mon seing manuel58 icy mis led[ict] an et jour avantd[icts]. [Une signature :] Pudras59.

Interrogatoire d’Anthoine Petermann et récolement des témoins le 13 octobre 1617 devant les Trois justices du val de Lièpvre à Sainte Croix

  • 60 Le lieutenant de maire seconde le maire et le remplace en cas d’absence ou urgence. Noter que le ma (...)
  • 61 Le nom d’Eckerich a été francisé en Echery ou Eschery. Ce château domine le Petit Rombach à Sainte- (...)
  • 62 Bonnement : « de manière honnête, régulière conformément à la morale ou aux usages, ou bien au droi (...)
  • 63 Comprendre sans accuser ou incriminer quelqu’un sans raison. En revanche, les dénonciations méritée (...)

33[pc. 3 f° 1r.] Ce jourd’huy treizième du mois d’octobre mil six cens dix sept au lieu de Saincte Croix par devant honnestes hom[m]es Demengeon Toussainct, lieutenant de maire60 à Saincte Marie, et les jurez ès Trois justices du val de Lièpvre, sçavoir Symon Geuslinger, Christman Faillez, jurez en la justice de Lièpvre, Petter Moser et Jean Marchant jurez en la justice de Saincte Croix, Jean Urbain et Claudon Valantin, jurez en la justice de S[ainc] Marie, en p[rése]nce d’Urbain Marchal, doien aud[ict] S[ainc]te Croix, et moy clerc juré aud[ict] Val soubsigné ; estant ung nommé Anthoine Petermann, bourgeoy dud[ict] Saincte Croix détenu prisonnier ès prisons du Hault Eschery61 pour estre chargé estre cause de l’homicide com[m]is en la personne d’Anno jad[is] femme de Jacob Petermann son filz, dud[ict] Saincte Croix, trouvée tuée et meurtrie le jour sainct Mathieu dernier en la chambre de la maison, là où son marit et elle faisoient leur résidence avec led[ict] Anthoine Petermann leur père et beau père ; icelle maison à luy appartenante ; a iceluy esté tiré desd[ictes] prisons et amené aud[ict] Saincte Croix ; lequel a esté adjuré par serment solempnel par luy presté de bonnement62 et justement déclairier tout ce qu’il sçait de la mort de ladicte Anno sa belle fille et de respondre aux interrogatz qui luy seront faictz, sans charger63 personne ; le tout rédigez par esprist par moy led[ict] clerc juré, com[me] s’ensuyt.

  • 64 Le verbe « enquérir » est systématiquement employé lorsqu’une personne est interrogée.

34Premier. Enquis64 de son nom, surnom, eage et lieu de sa nativité ? A respondu qu’il s’appelle Anthoine Petermann, natif dud[ict] Saincte Croix et qu’il peult estre eagé de soixante et dix ans.

35Enquis de quel mestier il est ? A dict estre faiseur de cercles de thonneaux et faire labourage et que dès son jeusne eage, il s’a tousiours [f° 1v.] meslez de faire cercles, mais qu’il a quicté le labourage depuis le décès de sa feue femme.

36Interrogé combien de temps il y a que sad[icte] femme est décédée ? A dit qu’il y peult avoir proche d’ung an.

37Interrogé combien de temps il a esté marié avec sad[icte] femme et s’il n’a faict sa résidence ailleur qu’aud[ict] Saincte Croix ? A respondu avoir esté marié avec sad[icte] femme, nommée Anno, l’espace de quarante ans ; et qu’il n’a faict résidence aultrepart qu’aud[ict] Saincte Croix.

38Enquis combien d’enfans ilz ont heuz de leurd[ict] mariage ? A dict en avoir heuz huict esquelz il y en a six décédez et les aultres deux sont vivant, l’ung nommé Anthoine et l’aultre Jacob.

  • 65 « Gré[s] » renvoie à « être satisfait ou être mal satisfait de quelque chose » cf. le Dictionnaire (...)

39Enquis s’il n’a jamais heuz querelle, hayne, dispute ou inimitié avec Anno femme dud[ict] Jacob son filz ? A dict n’avoir jamais heuz dispute avec icelle synon qu’environ huict jours avant son décès il eut dispute avec elle pour ung porc qu’il avoit achepté qu’elle ne voulut tenir avec le sien ; et qu’il luy dict qu’elle ne luy vouloit faire guerre de plaisir ; et qu’il ne tenoit qu’à luy de les mectre hors de la maison ; et au mesme instant s’en alla au meix derrier la maison partager les choux y estant ; et qu’icelle ne print en grés65, mais néanlmoings elle n’en disputa aultrement ; et dict qu’icelle sa belle fille avoit une mauvaise teste.

40Interrogé sy il n’a jamais heuz d’aultres disputes avec icelle sa belle fille que ceste fois ? Lesquel a respondu que non.

41Surq[u] oy luy a esté proposé et demandé pourquoy [f° 2r.] il avoit dict en p[rése]nce des lieutenant de maire, jurez de justice et doien de Saincte Croix lors qu’ilz furent recognoistre l’accident arrivé que sa belle fille l’appelloit souvent viel diable ? A respondu que ce qu’il en disoit que c’estoit sur le rapport de la femme Claude Vuillemin dud[ict] S[ainc]te Croix à luy faict par icelle depuis le décès de sad[icte] belle fille.

  • 66 Entendue, auditionnée.

42Luy a esté remonstré que lors qu’il dict la première fois que sad[icte] belle fille l’appelloit viel diable qu’il ne déclara que c’estoit sur le rapport susd[ict], ains le déclaira simplement ; mais par après estant derechef examiné dict lors par devant le lieutenant que c’estoit sur led[ict] rapport. Sur laquelle proposition led[ict] détenu a dict qu’il désiroit que la femme dud[ict] Vuillemin soit sur ce ouye66.

  • 67 Le haut-de-chausse est la partie du vêtement de l’homme qui le couvre depuis la ceinture jusqu’aux (...)
  • 68 Il faut comprendre ici qu’il a sali son haut-de-chausse.
  • 69 Comme précédemment, la deuxième pièce chauffée de la maison.

43Interrogé à quelle heure du jour dud[ict] accident il se leva ? A dict que se leva le matin sur environ cinq heures et qu’il se chaussa d’ung viel hault de chausse67, d’aultant que les siennes neufves estoient gatées68, ne sçachant s’il estoit feste ou non ; et que sur les huict heures du matin, comme il disnoit en poèl69, Colas Marchal dud[ict] Saincte Croix survint qui luy demanda deux frans au nom de Colas Hachiard duc[ict] lieu ; desquelz il responda de les payer. Dict de plus qu’après avoir disné sur les neuf heures ou environ il print son hault de chausse neuf, sa chemise et une chaussette de toille blanc et les alla laver en la grande ripvière.

  • 70 Comprendre la fonderie : le lieu où l’on fond le métal. Le val de Lièpvre est une zone minière.
  • 71 Les aulnes poussent dans les lieux humides. La scène illustre la honte de Petermann qui est allé la (...)
  • 72 Petermann doit bien savoir de quelle distance il parle. On relève parmi les dépenses ordinaires du (...)

44Enquis à quel endroit ce fut qu’il alla laver lesd[icts] habitz ? A dict que ce fut à l’endroit du prey Ryotte au desoubz de la fondris70 dud[ict] Saincte Croix dans des grandz aulnez71 distant de sa maison d’environ ung coup de mousquet72 ; et que c’estoit à celle fin qu’il ne soit veu de personne, craindant la honte, d’aultant que ses chausses [f° 2v.] n’estoient poinct nette à cause, saulf tout respect, le flux de ventre qu’il avoit.

45Luy a esté demandé pourquoy il alloit laver ses chausses, sa chemise et sa chausette et ne lavoit aussy sa chemise de draps rouge qu’il avoit vestu avec ses aultres habitz cy dessus, et qu’icelle pouvoit aussy bien avoir gastée comme sesd[icts] habitz ? A respondu que ladicte chemise de draps n’estoit gastée et qu’il n’estoit besoing de la relaver.

  • 73 « Bourbier : Lieu creux et plein de bourbe d’où l’on toit sans tirer avec peine » cf. le Dictionnai (...)
  • 74 « Surpris » se comprend pris de boisson ; autrement dit, il était ivre.

46Luy a esté demandé pourquoy il a dict cy dessus que c’estoit du flux de ventre que lesd[icts] habitz estoient gastez, veu que auparavant il a heuz déclairé à la justice dud[ict] Saincte Croix que c’estoit à cause qu’il avoit tombé en ung bourbier73 derrier chez Jean Comtal dud[ict] Saincte Croix estant surprin de vin74 ? A dict que ouy qu’il l’avoit dict et qu’il avoit tombé contre une pierre aud[ict] bourbier.

47Enquis à quelle heure il fut de retour de laver sesd[icts] habitz ? A dict que ce pouvoit estre sur les neuf heures du matin ou environ.

  • 75 Le mot qualifiant ce rouge n’a pas été élucidé.

48Interrogé ce qu’il fist puis après, le rest dud[ict] jour ? Dict qu’aussy tost il retourna sur le lieu là où il avoit lavez ses habitz pour aller quérir une pièce de rouge croys75 qu’il y avoit oblyé et que le rest du jour il le passa en achevant le rest de son disné entre midy et une heure et en se promenant en divers lieux parmy le village et ailleurs ; et que l’orloge sonna trois fois, sçavoir l’heure, les deux et les trois heures pendant qu’il estoit devant la maison Claude Vuillement en discourant avec luy et aultres ; et par après quicta le lieu et se transporta oultre le chemin devant le logis Henry Vyriat qu’est tout proche ; auquel lieu il n’y demeura qu’ung bien peu en devisant avec led[ict] Henry Vyriat.

49[f° 3r.] Enquis quelz discours il tint avec led[ict] Claude Vuillemin ? A dict qu’il luy disoit que sa belle fille estoit fort malade et que ses gens de Steimbach ne s’en souçyoient guerre ; d’aultant qu’il en avoit parlé à la belle fille du m[aist]re dud[ict] Steimbach père d’icelle ; et que sy elle venoit à mourir que le deuil en seroit tost porté ; et au mesme instant a disconvenu avoir parlé au père, ny à la mère d’elle défuncte.

50Interrogé quel propos il dict aud[ict] Henry Vyriat ? A dict qu’il luy dict qu’il estoit bien ayse de laisser ses enfans en son logis et qu’ilz estoient d’accord à cause que led[ict] Jacob son filz luy faisoit du bien sans tenir aultres discours avec led[ict] Henry.

  • 76 Mot non élucidé. Il s’agit manifestement d’un rebord de cheminée sur lequel on pouvait s’asseoir.

51Interrogé s’il ne fut à la chambre de sad[icte] belle fille lors que led[ict] Jacob son marit y entra et la trouva morte ? A dict qu’il y avoit plus de vingt sepmaines qu’il n’avoit entré en ladicte chambre synon qu’il y entra lors que sond[ict] filz y entra par la cheminée, cryant : O Jésus, père, elle est morte ! ce qu’il dit avoir ouy depuis la cuisine là où il estoit assis sur l’aite76 du feu.

  • 77 Comme il s’agirait, selon Anthoine Petermann, d’actes involontaires, il faut comprendre que le fils (...)

52Enquis s’il ne toucha ladicte défuncte en ladicte chambre après que sond[ict] filz marit d’elle l’eut trouvé tuée ? A dict que non, du moing qu’il le sache pour estre fort espouvanté, mais comme sond[ict] filz l’avoit levé et qu’il s’avoit désaigné77, il peut passer au long de luy et en passant il la peut désaigner en la main contre ses chausses.

53Luy a esté demandé pourquoy il avoit déclairé à Symon Geustlinger et Petter Moser jurez de justice sur certains interrogatz qu’ilz luy faisoient sur led[ict] faict le septième du p[rése]nt mois qu’il n’avoit pour tout entré en lad[icte] chambre led[ict] jour, veu que p[rése]ntement il convient y avoir entré ? A dict ne sçavoir s’il leur a dict ou non ; ou que s’il leur [f° 3v.] a dict, ç’a esté par ingnorance et qu’il n’en a aucune mémoire ; ce que lesd[icts] de justice, à ce p[rése]nt, lui ont maintenu l’avoir dict.

54Interrogé sy lors que sond[ict] fils se désoloit si fort devant la maison il ne luy dict : Tais toy, tais toy ! et quel subject il disoit telz propos ? A répondu que non ; et de plus a dict ne sçavoir s’il l’at heuz dict ou non, parce qu’il ne sçavoit ce qu’il faisoit pour lors.

55Auquel détenu a esté remonstré que s’il ne vouloit venir a plus ample cognoissance et confession dud[ict] meurtre com[m]is, qu’il y avoit des tesmoings prestz pour déposer contre luy de ses actions sur led[ict] faict ? Lequel a respondu que l’on face tout ce qu’on vouldra et qu’il ne sauroit dire ny confesser chose qu’il n’a jamais com[m]is ; enquis dud[ict] meurtre il en est du tout innocent.

Récolement de plusieurs témoins

  • 78 Le récolement consiste à interroger un témoin une nouvelle fois sur sa déposition précédente.
  • 79 On doit faire remarquer ici que, par comparaison avec tous les autres procès étudiés à ce jour, une (...)

56Suyvant quoi, on a faict convenir Didier Rouillier de S[ainc]te Croix deuxième tesmoing produict ; iceluy récolé78 à sa déposition par lecture haulte et intelligible que luy en a esté faicte d’icelle ; luy demandant sy elle contient vérité de tout ce qu’il sçait dud[ict] faict ; et luy fait entendre que s’il sçait quelque chose davantage, qu’il le peult dire et qu’on l’adjousteroit à sa déposi[ti]on ; au contraire s’il y a trop qu’on osteroit ce qui seroit de trop ; lequel Didier estant derechef adiuré a dit avoir déclairé tout ce qu’il en sçait et que sa déposi[ti]on contient vérité. Ce faict, a esté p[rése]nté aud[ict] détenu et luy demandé s’il recognoissoit led[ict] Didier Rouillier et en quel estime il l’avoit ; s’il sçait quelque reproche contre luy, et que s’il sçait quelque chose à reprocher, qu’il le pouvoit dire faire promptement, aultrement que cy après il n’y seroit reçu79. Lequel a respondu qu’il le tenoit po[ur] hom[m]e de bien ; sur ce a esté procédé à la lecture de sa déposition ; [f° 4r.] laquelle finie ledit détenu a dict ne sçavoir s’il a dit qu’il haïssoit fort sa belle fille et que sy ce n’estoit icelle qu’il seroit bien à son ayse, ny mesme dit qu’icelle disoit que sy le diable avoit emporté Anthoine Petermann son beau père que sond[ict] marit et elle seroient bien à leur aise. Et led[ict] Didier Rouiller a maintenu son dire.

57Colas Marchal dud[ict] S[ainc]te Croix troisiesme tesmoing produict récolé à sa déposition par lecture que luy a esté faicte par le serment à luy enjoinct, a persisté à icelle sans y vouloir adjouster ou diminuer. Confronté aud[ict] détenu, a dict qu’il le tenoit pour homme de bien. Sur ce a esté procédé à la lecture de sa déposition ; laquelle faicte led[ict] détenu a dict convenu qu’il fut espouventé de ce que led[ict] déposant ouvra le guichet des fenestres du poèl ; et que c’estoit sur les huict heures du matin ; et touchant à la goutte de sang qu’il avoit au visage, dict qu c’estoit de saigner au nez ; et qu’il y saignoit bien souvent ; et tient la déposition dud[ict] déposant bonne. Et led[ict] Colas Marchal a tenu sa déposi[ti]on véritable.

  • 80 Vacillations : « avec doute », en hésitant, cf. le Dictionnaire du Moyen Français.

58Claude Vuillemin, bourgeoy aud[ict] Saincte Croix, sixi[èm]e tesmoing produict, récolé à sa déposition par lecture à luy en faicte, a par le serment par luy presté persisté à icelle sans y vouloir adjouster ny diminuer. Confronté aud[ict] détenu l’at tenu po[ur] hom[m]e de bien encor com[m]e il a dit que par cy devant ilz ayent heuz des querelles par ensembles. Surquoy a esté procédé à la lecture de sa déposi[ti]on, laquelle estante finie led[ict] détenu a respondu avec vacilla[ti]ons80 ne sçavoir s’il a usez des propos contenu en lad[icte] déposi[ti]on ou non. Et led[ict] Vuillemin a maintenu sad[icte] déposition.

59[f° 4v.] Marie, femme de Hanso Claude Vuillemin dud[ict] Saincte Croix, septième tesmoing produict, récolée à sa déposi[ti]on par lecture à elle faicte, a persisté à icelle sans y vouloir adjouster ny diminuer. Confronté aud[ict] détenu témoin, l’a tenue po[ur] fem[m]e de bien. Sur quoy a esté procédé à la lecture de sa déposi[ti]on laquelle parachevé, le détenu a confessé sa déposi[ti]on estre véritable. Et ladicte Marie a maintenu icelle contenir vérité par le serment par elle presté.

60Elso, femme de Demenge Lambert de S[ainc]te Croix, neufième tesmoing produict, récolée à sa déposi[ti]on par lecture à elle en faicte, elle y a persisté sans vouloir adjouster ny diminuer. Confrontée aud[ict] détenu, il l’at tenue po[ur] femme de bien. Surquoy a esté procédé à la lecture de sa déposition ; laquelle estante finie, led[ict] détenu a confessé avoir dict le contenu en ceste déposi[ti]on, mais que le lendemain il s’en repenta. Et ladicte Elso a maintenu sa déposition par le serment par elle presté.

61Bénicte, femme de Didier Rouillier dud[ict] Saincte Croix récolée à sa déposi[ti]on par lecture que luy en a esté faicte, par le serment par elle presté y a persisté sans y vouloir adjouster ny diminuer. Confrontée aud[ict] détenu l’a tenu po[ur] fem[m]e de bien. Sur ce a esté procédé à la lecture de sa desposi[ti]on ; laquelle estante finie led[ict] détenu l’a tenu pour véritable. Et lad[icte] Bénicte a maintenu sa desposi[ti]on.

  • 81 Les références à l’« Allemagne » renvoient toujours à l’Alsace. Le Val débouche sur Sélestat et Col (...)
  • 82 Comprendre qu’il est encore tenu en prison ou sous garde.

62Et touchant au premier, quatrième, cinquième, huict[ièm]e et unzième tesmoings, iceulx ne sont estés recollez ny [f° 5r.] confrontez, pour estre une partie à la vendange en Allemaigne81 et les aultres hors de ville ; ny mesme aussy led[ict] Jacob Petermann, pour estre tenu en asseurance pour ce subiect82, en attendant que led[ict] Petermann vienne en cognoissance dud[ict] faict, pour veoir s’il pourroit chargé led[ict] son filz dud[ict] crime ou non.

  • 83 Dans « manier accoustumée » le premier mot vaut pour « manière », de même « derrier » est souvent e (...)

63Pour vérifica[ti]on desquelles choses j’ay led[ict] clerc juré signé cestes de mon seing manier accoustumé83 icy mys les an et jour avantd[icts]. [Une signature :] Pudras.

Premier avis des échevins de Nancy le 19 octobre 1617

  • 84 Le tribunal du Change à Nancy (ainsi nommé à cause de la maison du Change où il tenait ses audience (...)
  • 85 Cette qualification criminelle recouvre davantage que le meurtre de son père ou de sa mère, mais co (...)
  • 86 La question ordinaire regroupe les tortures les plus supportables n’ayant pour objectif que d’obten (...)
  • 87 La médiocrité est le juste milieu, la modération, cf. le Dictionnaire de Moyen Français. La « discr (...)

64Les m[aistr]e eschevin et eschevins de Nancy84 qui ont veu le p[rése]nt procès extraordinairement instruict par les maire et gens de justice de val de Lièpvre contre Anthoine Petermann dem[eurant] à S[ainc]te Croix prévenu et accusé de paricide85 ; sçavoir les informa[ti]ons sur ce faicte, l’audi[ti]on dudict prévenu, récollement et confronta[ti]on des tesmoings et ce que faisoit à veoir et considérer ; dient qu’il y a matière de condamner ledict prévenu à la question ordinaire et extraordinaire86 pour tirer de luy la vérité dudict cas ou au[ltrem]ent purger les indices contre luy résultantes dud[ict] procès ; en observant néantmoins la médiocrité et discrétion87 requis à la justice eu esgard à l’aage dudict prévenu ; faict à Nancy le dix neufième jour du mois d’octobre mil six centz dix sept.

  • 88 On voit rarement signer à la fois plus de quatre ou cinq des (neuf ?) échevins.

65[Quatre signatures :] Bourgeois, Guichard, N. Debernecourt, N. Reingotz88.

Délibération des « hommes de justice » le 23 octobre 1617

  • 89 Sans acte conservé infra art. 14 de l’état des frais.

6689.

Deuxième interrogatoire d’Anthoine Petermann et soumission à la question les 25 et 26 octobre 1617

25 octobre 1617

  • 90 De nouveau, il s’agit d’une référence à la pièce ou à l’une des pièces chauffées dans ce château-pr (...)

67[f° 5v.] Ce jourd’huy vingt cinquième du mois d’octobre mil six cens dix sept ; en continuant au procès du dénommé Anthoine Pethermann détenu, estant derechef tiré hors des prisons du chasteau du Hault Eschery et amené au poèl90 dud[ict] chasteau par devant honnestes hom[m]es Demengeon Toussainct, lieutenant de maire à Saincte Marie, et les jurez ès Trois justices du val de Lièpvre, sçavoir Symon Geustlinger, Christman Failiez, jurez en la justice de Lièpvre, Petter Moser et Jean Marchant, jurez en la justice de Saincte Croix, Jean Urbain et Claudon Valantin, jurez à celle de Saincte Marie, en p[rése]nce d’Urbain Marchal doien aud[ict] S[ainc]te Croix et de moi clerc juré aud[ict] Val soubsigné.

68Luy a esté demandé s’il estoit mieulx advinsé qu’il n’avoit esté cy devant et sy il vouloit convenir du meurtre et paricide dont il est chargé ; ou aultrement on lui feroit confesser par la question ? Lequel a respondu et dict n’estre aucunement coupable dud[ict] meurtre com[m]is et perpétré en la personne de sad[icte] belle-fille et que de ce faict il en vouloit saulver son âme et qu’on face de luy tout ce qu’on vouldra.

69Luy a esté remonstrer de bien penser au salut de son âme ; qu’on est bien certain qu’il a com[m]is led[ict] meurtre ; et qu’il ait à déclarer com[m]ent il l’a com[m]is et perpétré ou aultrement s’il n’en veult venir à confession on luy fera confesser par la rigueur de la question. Lequel détenu a respondu que l’on face de luy tout ce qu’on vouldra et qu’il ne sauroit confesser chose qu’il n’a poinct faict ny com[m]is ; et qu’il estoit sur la vérité, qu’il y vouloit demerer.

  • 91 Les grésillons sont décrit(e)s par certain auteurs comme des petites presses de fer composées de tr (...)

70A esté sur ce par lesd[icts] jurez de justice jugez et [f° 6r.] sentenciez que l’on debvoit donner les grésillons91 aud[ict] détenu, pour le faire venir à confession dud[ict] meurtre et que là où, il n’en vouldroit convenir par la rigueur d’iceulx, que suyvant l’advis de messieurs les m[aist]re eschevin et eschevins de Nancy il debvoit estre applicqué à la question ordinaire et extraordinaire pour tirer de luy la vérité du faict.

71Suyvant quoy, estant iceluy mené au lieu là où on a accoustumé donner la question et luy estans lesd[icts] grésillons applicquez par l’espace de proche d’ung quart d’heure, et sur ce luy monstrer de penser à son âme, descharger sa conscience et dire et déclairer la vérité du faict. Lequel détenu a dict et respondu que jamais en sa vie, il n’avoit pensé de faire aucun tort sur le corp de ladicte défuncte.

  • 92 Par « mis libre » puis « appliqué à la question ordinaire » et comme le confirme la mention « mis b (...)

72Et n’ayant voulu aucune chose confesser, at iceluy esté mis libre, et applicqué à la question ordinaire92 ; ce faisant luy a tousiours esté remonstré d’adviser à soy de ne se laisser tourmenter et déclairer com[m]e il a com[m]is led[ict] meurtre et qu’on le métroit libre de la question.

73Lequel a tousiours dict et maintenu n’estre aucunem[ent] coupable dud[ict] meurtre et qu’il ne sauroit dire ne confesser qu’il ait faict ny com[m]is aucun mal ; et sur ce pris et requis estre mis en bas de la question.

74Et ayant iceluy enduré la question par environ ung quart d’heure sans vouloir aucune chose confesser de tout ce dont il a estez interogé, a esté mis en bas et renvoyé en prison jusques au lendemain pour se mieux adviser.

26 octobre 1617

  • 93 La parenthèse et la formule qui signifie « sauf votre respect » annoncent que le rédacteur ou le té (...)
  • 94 Cette épée figure dans l’inventaire des meubles du condamné mais on ne la retrouve pas dans le résu (...)
  • 95 Le blesser.

75[f° 6v.] Et le lendemain vingt sixième dud[ict] moys suivans lesd[icts] lieutenant de maire et jurez de justice ou autres de l’assistance dud[ict] soubsigné, transportez audit chasteau d’Eschery, a esté led[ict] déten[u] tiré hors desd[ictes] prisons et amené par devant eulx au poèl d’illecque ; auquel a esté demandé s’il s’avoit mieulx advuisé que le jour d’hier, s’il vouloit venir à confession dud[ict] homicide ou aultrement on estoit prest de luy faire donner la question plus rigoureusem[ent] qu’il ne l’avoit heuz led[ict] jour d’hierre. Lequel détenu après plusieurs remonstrances a dict qu’il s’avoit advisé parmy la nuict ; et qu’ayant pensé au salut de son âme il vouloit dire et confesser la vérité ; et sur ce déclairé que le jeudy jour de feste Sainct Mathieu dernier, environ sur le midy, com[m]e il estoit sur la porte du derrier de sa maison, regardant les choux de son meix, la défuncte luy dict, saulf toute révérence : Qu’il auroit ung rot93 ! et qu’il luy paye les quinze escus qu’il leur debvoit ; à laquelle il fist responce qu’il ne leur debvoit rien ; et qu’il en avoit respondu auprès de Colas Merlier ; et dict qu’au mesme instant elle entra en sa chambre et tirant l’espée que fut trouvée desgaynée en icelle94, elle tachoit de le frapper ; ce qu’appercevant il luy osta de ses mains ; et par après apperceut encor, comme il dict, qu’elle avoit encor ung cousteau, lequel luy ayant arraché des mains, luy en donna ung coup au millieu, monstrant sur le ventre, mais que pour la corde que fut trouvée à son col, qu’il ne luy avoit mis, ny mesme le cousteau qu’elle avoit à sond[ict] col ; et survint qu’icelle en avoit encor ung aultre que celuy qu’il luy avoit osté et donné le coup ; ne sçachant au surplus com[m]e lesd[ictes] corde et cousteau luy vindrent au col ; et qu’icelle tachoit de le grimper par le col po[ur] l’offencer95.

76Luy a esté remonstré de bien penser à soy et qu’il n’estoit possible qu’aultre que luy ait donné les [f° 7r.] aultres coups de cousteaux à ladicte défuncte et luy mis la corde au col à intention de l’estrangler. A confessé qu’à l’esgard de lad[icte] corde qu’estoit au col de lad[icte] défuncte, que s’avoit faict luy que luy avoit mis à l’intention de l’estrangler ; et que ce fut fait au commencement du forfaict, estant en sa chambre, et qu’icelle avoit aussy intention de l’estrangler et qu’elle luy avoit saulté au col.

  • 96 « Remonstrer » signifie faire remarquer avec autorité quelque chose à quelqu’un. En l’occurrence il (...)

77Luy ayant par après plus exactement remonstré de venir en confession96 de tout ce qui déppend dud[ict] meurtre, spéciallement sur les aultres coups de cousteaux donnez à ladicte défuncte, desquelz il n’en avoit encor voulu jusques au p[rése]nt convenir. A dict qu’au regard desd[icts] coups, qu’il les avoit tous faictz et donnez à ladicte défuncte ; et que pour led[ict] jour, il n’y avoit heuz personne au losgis qu’elle défuncte et luy détenu, ains le petit enfant duquel elle estoit encor en couche.

78Interrogé sy desd[icts] coups de cousteaux par luy donnez elle tomba par terre ? A dict qu’ouy ; et que luy passant au long d’elle, il sorta de ladicte chambre et s’en alla auprès d’ung nommé Claude Vuillemin au devant de son losgis, luy disant que sa belle-fille estoit bien malade et que sy elle venoit à mourir, que le deuil en seroit bien tost porté ; et qu’en luy mesme il ne pensoit qu’icelle deust mourir desd[icts] coups.

79Enquis sy personne ne lui a heuz donné conseil de faire et commectre led[ict] meurtre synon luy seul ? [f° 7v.] A respondu que non ; et que nul personne ne l’a induit ny donné conseil de commectre led[ict] meurtre mais que depuis iceluy faict et commis il en a heuz très grand regret et fascherie ; et qu’il en avoit ung morceau de deuil et regret au coeur de la grosseur d’ung pain de deux blancz.

80Après lesquelles confessions et déclara[ti]ons faictes par led[ict] détenu, a esté renvoyé en prisons.

  • 97 Comprendre l’année et le jour précédemment cités.

81Pour vérifica[ti]on de quoy j’ay, led[ict] clerc juré, signé cestes de mon seing manuel accoustumé icy mis, led[ict] an et jour avantd[icts]97. [Une signature :] Pudras.

Deuxième avis des échevins de Nancy le 3 novembre 1617

  • 98 Comprendre : « disent » ou « ils disent ».
  • 99 Le carcan est un dispositif (par exemple un collier de fer fixé à un poteau) où l’on attache un con (...)
  • 100 Voir « La condamnation à la roue » dans l’article Follain, Antoine, et alii, « Étude du procès… ».

82Les m[aist]re eschevin et eschevins de Nancy qui ont vu d[e]rechef le pr[ése]nt procès extraordinairem[en]t instruit par les maire et gens de justice du val de Lièpvre contre Anthoine Petermann prévenu d’homicide et assassin commis en la personne d’Anne, femme à Jacob Petermann sa belle-fille, notamment le procès verbal la question à luy donnée ; dient98 qu’il y a matière le répéter en ses confessions, hors du lieu de ladite question et sans l’intimider, d’icelle et où il persistera volontairement à sesdites confessions, le condamner d’estre délivré entre les mains [f° 8r.] de l’exécuteur de haulte justice pour par luy estre exposé au carcant à la veue du peuple quelq[ue] espace de temps99, puis conduict au lieu accoustumé à supplicier les délinquantz, et là estendu sure une roue qui sera érigée à ceste effect la face contre le ciel, luy estre les bras, jambes, et cuisses rompues d’une barre de fer100, puis estranglé et son corps laissé sur ladite roue pour servir d’exemple et terreur aux meschans ; ses biens déclairez acquis et confisquez à qui il appartiendra, les depens de justice prins préalablement sur iceulx ; faict à Nancy en la chambre du conseil de l’auditoire le troiziè[me] jour du mois de novembre mil six centz dix sept.

83[Cinq signatures :] Bourgeois, N. Debernecourt, Mambourg, Mancernelet, N. Reingotz.

Troisième interrogatoire d’Anthoine Petermann le 7 novembre 1617

84[f° 8v.] Ce jourd’huy septième de novembre mil six censt dix sept, au chasteau du Hault Eschery par devant lesd[icts] lieutenant de maire et les six jurez des Trois justices avant nommez, en p[rése]nce dud[ict] soubsigné clerc juré, a esté amené par devant eulx au poèl d’ilecque ledit prévenu ; et auquel a esté faict lecture de sa confession par luy faicte volontairem[ent] par devant lesd[icts] de justice le vingt sixième octobre dernier, estant pour lors hors des prisons, ny qu’il soit esté ces jours mené au lieu de la question ; et après laquelle faicte bien amplement, il luy a esté demandé sy icelle contenoit vérité et s’il y vouloit persévérer. Lequel détenu a respondu sur ch[ac]un article de sad[icte] confession ; et dict qu’il ne se souvenoit de ce qu’il avoit dict et confessé led[ict] jour vingt sixième octobre dernier.

  • 101 Le châtelain est le capitaine et occupant du château. Dans le val de Lièpvre il n’a pas de pouvoir (...)
  • 102 Confusion entre « il s’avoit rendu entre les mains de Dieu » et « il se sçavoit rendu… » En tout ca (...)

85Et puis après, après aultres remonstrances à luy faictes, a dict qu’il se souvenoit avoir dict et confessé qu’il avoit faict et donnez tous lesd[icts] coups, mais que c’estoit de craincte d’estre applicqué derechef à la question ; et dict qu’icelle craincte du chastelain101 dud[ict] chasteau qui luy avoit dict le soir précédent que, s’il ne venoit à confession dud[ict] meurtre par luy commis, qu’on luy feroit sentir la question plus de douze fois aultant qu’il ne l’avoit heuz ; et qu’il sçavoit rendu102 entre les mains de Dieu, qu’il y vouloit demeurer, mais qu’il sçavoit bien qu’il luy failloit mourir ceste sepmaine ; persistant néanlmoings tousiours à ses néga[ti]ons et à révocquer la susd[icte] confession et qu’il n’estoit nullement cause dud[ict] meurtre ny d’aucune de ses circonstances et qu’on face de luy tout ce qu’on vouldra.

86Lesd[icts] de justice ayant ouys et entendus les néga[ti]ons faictes par led[ict] prévenus sur ses confessions par luy faictes dud[ict] paricide lesd[icts] vingt sixième octobre dernier, ont renvoyé led[ict] détenu en prison jusques à ce qu’aultrement il en sera ordonné.

87Pour vérifica[ti]on de quoy j’ay led[ict] clerc juré signé cestes de mon seing manuel accoustumé icy mis les an et jour susd[icts]. [Une signature :] Pudras.

Troisième avis des échevins de Nancy le 14 novembre 1617

  • 103 On sent les échevins ennuyés par les aveux sous la torture et la rétractation de Petermann une fois (...)

88[f° 9r.] Les m[aist]re eschevin et eschevins de Nancy qui ont vu derechef le pr[ése]nt procès extraordinairement instruict par les gens de Justice du val de Lièpvre contre Anthoine Petermann prévenu d’homicide et assassin commis en la personne d’Anne, femme à Jacob Petermann son fils ; et notamment ce qu’a esté faict depuis leur advis du troizième du pr[ése]nt mois, dient qu’il y a matière de réitérer la question ord[inai]re et extraord[inai]re audit prévenu et pendant le destroict d’icelle l’interoger bien particulièrement sur toutes les charges résultantes de l’informa[ti]on et dud[ict] procès, notamment sur les cau[s]es de sa rétracta[ti]on ; et où il confesseroit à la question le répéter le lendemain hors le lieu où elle luy aura esté donnée, et sans l’intimider d’icelle103 ; et ce faict et estant du tout procès verbal dressé, renvoyer le procès pour y estre ordonné ce que de raison ; faict à Nancy en la chambre du conseil de l’auditoire le quatorzième de novembre mil six centz dix sept.

89[Six signatures :] Bourgeois, Guichard, N. Debernecourt, Mambourg, Mancernelet, N. Reingotz.

Quatrième interrogatoire d’Anthoine Petermann le 29 novembre 1617 au château d’Echery

  • 104 Avant-dernier.

90[f° 9v.] Ce jourd’huy pénultième104 de novembre aud[ict] an 1617 aud[ict] chasteau du Hault Eschery, par devant honorable Noel Jacot, com[m]is ceste part po[ur] le s[ieu]r surintendant dud[ict] Val, led[ict] lieutenant de maire et les six jurez avant nom[m]é, en p[rése]nce dud[ict] soubsigné, a esté amené led[ict] détenu au poèle d’Illetque et auquel a esté demandé s’il ne vouloir venir à confession du meurtre par luy com[m]is en la personne d’Anno sa belle fille ; qu’aultrement on estoit prest de le derechef applicquer à la question pour par la rigueur d’icelle luy faire confesser, suivant que cy devant il en a desjà faict ample déclara[ti]on. Lequel détenu a dict et déclairé n’estre aucunement cause dud[ict] meurtre et qu’il en estoit du tout innocent.

  • 105 Comprendre : « [il a] prié et requis d’estre mis en bas et [qu’étant] libre de la question […] il c (...)

91Ce qu’entendu a esté iceluy conduict au lieu où l’on a accoustumé de donner la question ; et y estans applicqué, et tiré ung peu en hault, a prié et requis d’estre mis en bas et libre de la question dit qu’il confesseroit tout le faict105.

92Ce qu’estant faict, et après que lecture luy a esté faicte de sa confession du XXVIe octobre dernier dud[ict] meurtre par luy com[m]is ? A dict qu’icelle contenoit la pure vérité et qu’il la vouloit maintenir jusques à la mort, mais qu’il ne l’avoit déclairé sy propr[em]ent com[m]e il avoit faict et com[m]is led[ict] meurtre.

93Suyvant quoy, estant conduict aud[ict] poèl dud[ict] chasteau et bien particulier[em]ent interrogé com[m]ent il avoit faict et com[m]is led[ict] meurtre.

  • 106 Par « faichoit » comprendre « essayer, tenter [de se défendre] ». Cette forme est proche aussi de « (...)
  • 107 Selon cette déclaration, Anno se défend en agressant elle-même son beau-père. Anthoine Petermann te (...)

94A respondu qu’il se souvenoit maintenant com[m]ent il avoit faict, et sur ce dict que premiè[rem]ent estant appellé par [f° 10r.] sad[icte] belle fille viel diable et s’en sentant grandem[ent] offensé, il s’irrita et de ce pas print la corde et entrant en sa chambre lui jeta au col, et puis après, luy donna les coups de cousteau à l’entour du cœur, et puis luy planta led[ict] cousteau au col et l’y laissa ; disant qu’en ce faisant ladicte défuncte faichoit106 de se revenger de ses mains mais qu’il fut plus fort qu’elle107 ; et que de sa part il ne sçavoit ce qu’il faisoit.

  • 108 Comprendre : quelquefois.

95Interrogé pourquoy il renya le septième de novembre dernier la confession par luy faicte dud[ict] meurtre, led[ict] vingt sixième octobre dernier ? A dict que depuis ung an ença il estoit aucunefois108 fol ; qu’il ne sçavoit ce qu’il faisoit ; et que ce qu’il en avoit faict néga[ti]on estoit pour la craincte des tourmens ; et qu’il en cryoit mercy ausd[icts] de justice, priant à iceulx pour l’honneur de Dieu avoir pitié de luy ; et qu’il n’avoit jamais com[m]is aucun mal que cestuy cy ; disant du plus que n[ost]re seigneur avoit pardonné sa mort et qu’il prioit ausd[icts] de justice le vouloir pardonner.

96Enquis pourquoy il n’avoit sa confession précédemment faicte, avant que de se laisser encor applicquer à la question ? A respondu que s’il eust esté bien advisé, qu’il l’eust désià confessé la première fois.

97Tous lesquelz poinctz de sa réitérée confession il a derechef dict et déclairé qu’il les vouloit maintenir devant Dieu et le monde jusques à la mort. Lesd[icts] de justice ayans derechef ouys et entendub les confessions dud[ict] prévenu ont renvoyé le tout par devant les trois dud[ict] Val, et cependant a esté iceluy renvoyé en prison.

Cinquième interrogatoire d’Anthoine Petermann le 1er décembre 1617

  • 109 Comprendre « mais désormais avec douceur ».

98[f° 10v.] Le premier jour de décembre, année avandicte, estant led[ict] prévenu amené sur le poèl de Lièpvre par devant honorables Noël Jacot député ceste part par le s[ieu]r surintendant dud[ict] val de Lièpvre, Jean Laurent maire aud[ict] Val, et les six jurez ès Trois justices avant nommez, luy a esté derechef demandé, ains toute doulceur109, et sans luy donner aucun subiect de craincte de la question, sy sa confession par lui faicte le pénultième novembre dernier contenoit la pure vérité et s’il y vouloit persister. Lequel a dict et déclairé librement et de sa pure volonté qu’il la vouloit maintenir telle jusques à la mort ; et mesmement a persisté à icelle led[ict] jour par devant les Trois justices entières dud[ict] Val.

99Pour vérifica[ti]on desquelles choses j’ay led[ict] clerc juré signé cestes de mon seing manuel accoustumé, cy mis, les an et jours susd[icts]. [Une signature :] Pudras.

Prononcé de sentence et procès-verbal de l’exécution le 7 décembre 1617

  • 110 Verbe avoir avec une orthographe dérivée de « ai » ; comprendre « ai [eu] lecture du procès ».

100Ce jourd’huy septième du mois de décembre mil six cens dix sept au lieu de Lièpvre, par devant honorables Noël Jacot député de la part du s[ieu]r surintendant du val de Lièpvre ceste part, Jean Laurent maire aud[ict] Val, et les jurez des Trois justices du mesme Val, a esté amené led[ict] Antoine Petermann, et contre iceluy ouys et entendus par iceulx les plainctes faictes au nom de Son Altesse, par honneste homme Demengeon Toussainct lieutenant de maire à Saincte Marie, sur l’homicide et assasin par luy commis en la personne d’Anno femme de Jacob Petermann sa belle fille ; heiz110 lecture du procès faict et instruict contre led[ict] prévenu dud[ict] paricide ; et ouys et entendus sur le tout les confessions d’iceluy, et le tout considéré, a esté par lesd[icts] des Trois justices dict, jugé, et sentencié que pour les démérites dud[ict] Antoine Petermann, il debvoit estre mené et conduict au prieuré dud[ict] Lièpvre, suyvant la coustume, et en sortant dud[ict] prieuré estre mis et libvré entre les mains

  • 111 « M[aistr]e des haultes œuvres » : bourreau. L’adjectif « haut » a ici la même signification que po (...)

101du m[aistr]e des haultes oeuvres111 et depuis conduict au lieu de Molembach, là où il debvoit estre estendu sur une roue ou sur des barres de bois à ce expressé[ment] préparez ; ce fait luy estre rompu le bras droict et au mesme instant estre estranglé par une corde qui luy sera mise du paravant au col et puis après luy rompre l’aultre bras et les deux jambes ; et puis estre estendu sur une roue qui sera érigée à cest effect la face contre le ciel po[ur] servir d’exemple et terreur aux meschans ; ses biens acquis et confisquez à Son Altesse, les frais de justice préalablement prins sur iceulx ; après la prononcia[ti]on de laquelle sentence, icelle à esté mise en exécution au mesme instant ; tesmoing le seing manuel accoustumé de moy led[ict] clerc juré cy mis les an et jour susd[ict].

102[Une signature :] Pudras.

États des frais de la procédure induite par le meurtre d’une femme du 21 septembre 1617 au 23 février 1618

Comparaison du registre et du contre-rôle

  • 112 Le franc de Lorraine vaut 12 gros ou 1 livre 4 sous en monnaie de compte, la livre valant classique (...)

Le XXI[ième] septembre 1617 estant donné advertissem[ent] que la femme de Jacob Petermann bourgeois de S[ainc]te Croix estoit trouvée morte en sa chambre ayant une corde au col et un cousteau en la gorge, led[ict] Jacob soubçonné de tel accident et sommairem[ent] ouy fut saisy et quelq[ues] heures après conduict au ch[aste] au du Hault Eschery par le doyen dud[ict] Saincte Croix avec trois hommes de garde, lesquelz à leur retour despencèrent dix huict gros q[ue] ce comptable mect icy en despence : I fr. VI gr.112

Estant donné advertissement le XXI[ième] septembre 1617 que la femme Jacob Petermann bourgeois de Saincte Croix estoite trouvée morte en sa ma[is]on ayant un cousteau à la gorge et une corde au col, led[ict] Jacob son marit soubçonné de tel accident, et sommairement ouy fut saisy et conduict au ch[aste] au du Hault Eschery par le doyen dud[ict] Saincte Croix avec trois gardes, lesquelz à leur retour despencèrent : I fr. VI gr.

Edition du contrerôle

103[pc. 4 f° 1v.] Dépence extraordinaire pour procès criminel.

  • 113 Les numéros ont été ajoutés par nous.

104[1]113 Estant donné advertissement le XXI[ième] septembre 1617 que la femme Jacob Petermann bourgeois de Saincte Croix estoite trouvée morte en sa ma[is]on ayant un cousteau à la gorge et une corde au col, led[ict] Jacob son marit soubçonné de tel accident, et sommairement ouy fut saisy et conduict au ch[aste] au du Hault Eschery par le doyen dud[ict] Saincte Croix avec trois gardes, lesquelz à leur retour despencèrent : I fr. VI gr.

105[2] Plus l’ayant, le XXII[ième] dud[ict] mois, les officiers et gens de justice dud[ict] Saincte Croix en nombre de neuf, transporté en la ma[is]on d’Anthoine Petermann beau père à la deffuncte pour recognoistre le corps, y appellée un chirurgien de S[ainc]te Marie pour visiter les coups, interrogèrent les led[ict] Anthoine Petermann c[omme] aussy led[ict] Jascob son filz, auparavant envoyé ès prisons despencèrent ch[ac]un sept gros ; icy : V fr. X gr.

  • 114 L’état initial précise ici : « selon leur coustume ». La différence est significative puisque la co (...)

106[f° 2r.] Les jurés de la justice dudict Saincte Croix désirant114 avoir advis des gens de justice de Lièpvre et de Saincte Marie affin de tant mieulx se pouvoir comporter en ceste affaire, envoyèrent le mesme jour deux de leurs compagnons à Lièpvre et S[ainc]te Marie, lesquelz à l[eur] retour despencèrent : V fr. VIII gr.

  • 115 Co-seigneur du val de Lièpvre. Sainte-Croix est entièrement du côté lorrain mais Sainte-Marie est p (...)

107[4] Le XXIII[ième] dudict mois de septembre lesd[icts] officiers et gens de justice s’estans de rechef transporté en lad[icte] maison où ledict corps estoit encor, et n’ayant encor du chirurgien advis asseuré, la deffuncte estante chargée de s’avoir par bruict commun homicidé d’elle mesme, feirent de rechef appeler le dict chirurgien avec un au[tre] du costé du seigneur de Ribaulpierre115, qui feirent leur rapport que lad[icte] deffuncte avoit esté meurtrie par aultre qu’elle ; fut despencé led[ict] jour par lezsdictz de justice sept frans sept gros ; icy : VII fr. VII gr.

108[5] Pour les p[re]mières journées desd[ictz] chirurgiens d’avoir visité ledict corps : X fr.

109[6] Le doyen de Saincte Marie estant envoyé à Nancy pour advertir le s[ieur] surintendant du val de Lièpvre, qui pour lors estoit audict Nancy, dud[ict] accident affin d’estre ordonné au faict de cestte procédure, luy fut accordé pour son voyage six frans ; icy : VI fr.

110[f° 2v.] Le VII[ième] octobre lesd[icts] Anthoine et Jacob Petermann père et filz estantz ramenés au lieu de Saincte Croix par devant les lieutenantz du s[ieur] surintendant comptable, mayeur, six jurés des Trois justices dud[ict] Val avec les doyens dud[ict] S[ainc]te Croix et ch[astel]ain d’Eschery, ilz vacquèrent par tout le jour à l’instruction du procez, tant sur l’audition de plusieurs tesmoins que desdictz prévenus, lesquelz despencèrent pour deux diners repas douze frans dix gros ; icy : XII fr. X gr.

111[8] Plus fut despencé ledict jour un franc par les quatre hommes de garde qu’amenèrent depuis led[ict] c[haste]au d’Eschery lesd[ic]tz détenus audict Saincte Croix et les reconduire audict Eschery un franc : I fr.

112[9] Le XIII[ième] dudict mois lesdictz officiers de justice, ch[astel]ain et doyen en nombre d’unze personnes continuans ausd[ictes] informa[ti]ons et procédure despencèrent pour leurs repas dudict jour douze frans dix gros ; icy : XII fr. X gr.

113[10] Pour la despence des gardes ledict jour un franc ; icy : I fr.

114[11] Le XV[ième] dudict mois les informa[ti]ons estans faictes convint fermer le procès pour l’envoyer à Nancy et fut despencé en ce faisant par les gens de justice : IIII fr. I gr.

115[f° 3r.] Pour le droict de messieurs les m[aist]re eschevin et eschevins de Nancy pour avoir leur advis : II fr.

116[13] Au messager qu’a porté ledict procès à Nancy : VIII fr.

  • 116 Comprendre le « magistrat » ou municipalité de la ville de Sélestat : Bas-Rhin, ch. -l. arr. et c. (...)

117[14] Le XXIII[ième] dudit mois les devand[ic]tz de justice en nombre d’unze personnes vacquans à l’ouverture dudict procès après qu’il fut rapporté de Nancy et escrivans à Messieurs de Schletstatt pour avoir leur boreau116, despencèrent douze frans dix gros ; icy : XII fr. X gr.

118[15] Le XXV[ième] suivant, lesdictz de justice s’estans transportés au Hault ch[aste]au d’Eschery pour f[aire] applicquer à la question led[ict] Anthoine Petermann beau père à la deffuncte, prévenu de ce meurtre, firent despence de douze frans dix gros ; icy : XII fr. X gr.

119[16] Le lendemain XXVI[ième] lesd[icts] de justice furent de rechef au ch[aste]au d’Eschery pour f[aire] donner la question extraordinaire aud[ict] Anthoine, n’ayant rien confessé à l’ord[inai]re, despencèrent avec le ch[astel]ain : XII fr. X gr.

120[17] Le XXIIII[ième] octobre le boreau de Schletstatt despença pour sa giste à Saincte Croix tant pour luy que son valet : IIII fr VI gr.

121[18] Plus pour leur desjeunné le XXV[ième] un franc trois gros ; icy : I fr. III gr. [f° 3v.] Plus encor pour le disné duid[ict] boreau et de son valet à leur retour du ch[aste]au d’Eschery : II fr. VI gr.

122[20] Pour leur souppé et giste : II fr.

123[21] Le XXVI[ième] led[ict] boreau et son valet despencèrent : V fr.

124[22] Et pour la despence de son cheval à S[ainc]te Croix : II fr. VI gr.

125[23] Au messager qui fut quérir ledict boreau audict Schletstatt : II fr.

126[24] Led[ict] Anthoine Petermann ayant confessé d’avoir tué sa belle fille, le procès fut renvoyé le XXVIII[ième] dudict mois à messieurs les eschevins de Nancy pour avoir l[eur] advis et pour le droict desd[icts] s[ieu]rs : II fr.

127[25] Plus pour le messager qui porta le procès audict Nancy : VIII fr.

128[26] Le VII[ième] no[vem]bre les gens de justice s’estans transportés au ch[aste]au dud[ict] Hault Eschery pour, suivant l’advis desd[icts] s[ieu]rs m[aist]re eschevin et eschevins de Nancy, ouyr led[ict] Petermann et le répéter en ses confessions hors de question, fut par eulx despencé led[ict] jour : XII fr. X gr.

129[27] Led[ict] Petermann ayant disconvenu des confessions que précédemment avoit faict, lesd[ic]tz de justice désireux d’avoir de rechef l’advis desd[ictz] eschevins, fut despencé le XI[ième] novembre par six h[omm]es de justice : III fr. VI gr. [f° 4r.] Pour le droict desdictz s[ieu]rs eschevins et port dud[ict] procès : X fr.

130[29] Ledict procès estant rapporté de Nancy aux six jurés, despencèrent le XXII[ième] novembre à l’ouverture d’iceluy : III fr. VI gr.

131[30] Le pénult[ième] dudict novembre les avantd[ic]tz de justice estantz dix, se transportarent auprès dud[ict] prisonnier pour, suivant l’advis, à luy réitérer la question ord[inai]re et extraordinaire et l’interroger des causes de sa rétraction, aquoy vacquans, ledict prévenu auroit confessé led[ict] meurtre avoir esté faict par luy ; et fut led[ict] jour despencé : V fr. X gr.

132[31] A esté payé au messager qui a esté quérir le boreau dud[ict] Schletstatt pour la deuxième fois : II fr.

133[32] Pour la despence et celle de son valet à la giste à Saincte Croix le XXVIII[ième] novembre : III fr.

134[33] Pour leur despence de bouche par tout le jour le pénult[ième] novembre : VI fr.

135[34] Pour leur despence le dernier jour dudict mois de novembre et deux gistes de son cheval : IIII fr. VI gr.

  • 117 En termes contemporains, comprendre la défense et l’accusation.

136[f° 4v.] Le premier jour de décembre ledict Anthoine Petermann estant selon la coustume praticquée au Val en tel faict amené sur le poesle du village de Lièpvre par devant les officiers et gens des Trois justices dudict Val, pour estre de rechef ouy et interrogé sur toutte la procédure, fut par iceulx despencé avec deux procureurs et gens du conseil pour et contre117 ledict Petermann : XV fr. IX gr.

137[36] A esté faicte despence de trois frans par douze hommes qui ont gardé le prisonnnier ledict jour ; icy : III fr.

138[37] Le VII[ième] décembre lorsque ledict détenu fut exécuté, fut par les s[ieu]rs curé et vicaire, officiers, jurés, doyens, procur[eur], gens du Conseil et ch[astel]ain du ch[aste]au d’Eschery, seize frans unze gros ; icy : XVI fr. XI gr.

139[38] Pour la despence de douze gardes ledict jour, trois frans ; icy : III fr.

  • 118 La somme est importante. En plus du logement, on est sûr que le dernier repas des exécutés dans le (...)

140[39] Pour celle du détenu ledict jour et le jour précédent : XI fr.118

141[40] A esté payé aux charpentiers qui ont préparé les barres et bois nécessaire pour l’exécu[ti]on : I fr. VI gr.

142[41] Pour deux roues fournies par un rouyer, trois frans six gros : III fr. VI gr.

  • 119 Les deux articles correspondent exactement au mode germanique d’exécution à la roue, tel qu’il est (...)

143[f° 5r.] Plus au marchal qui a fourny le fer attaché à la roue119 pour servir à f[ai]re l’exécu[ti]on : IIII fr. VI gr.

144[43] Le VI[ième] décembre le boreau de Schlestatt ayant arrivé à Lièpvre pour ceste exécu[ti] on avec un sien compagnon et valet, ont despencé pour le giste trois frans six gros ; icy : III fr. VI gr.

145[44] Ont de plus le jour de l’exécu[ti]on despencé dix frans huict gros ; icy : X fr. VIII gr.

146[45] Plus le lendemain pour le[ur] desjeunné avant leur retour : II fr. VI gr.

147[46] Et pour la despence de deux chevaulx cinq frans ; icy : V fr.

148[47] Ledict boreau a receu pour avoir donné la question audict Petermann et faict l’exécution en trois voyages qu’il a faict au val de Lièpvre la somme de quarante frans ; icy : XL fr.

149[48] Au messager qui a esté quérir ledict boreau pour faire l’exécu[ti]on et pour le reconduire audict Schlestatt trois frans ; icy : III fr.

  • 120 Le « banward » ou « bangard » est littéralement l’homme chargé de la garde du ban, autrement dit de (...)

150[49] A esté despencé deux frans trois gros par neuf banwards120 qui ont assisté le boreau le jour de l’exécu[ti]on ; icy : II fr. III gr.

151[50] Au s[ieur] clerc juré pour son droict de ses escriptures aud[ict] procès : V fr.

  • 121 Notre dossier comprend aussi, parmi les pièces de la liasse B 5992, le même récapitulatif pour les (...)

152[f° 5v.] Plus à Jean Remy ch[aste]lain d’Eschery dix frans deux gros huict deniers pour la nourriture de Jacob Petermann marit à la deffuncte qui a esté prisonnier audict c[haste]au d’Eschery trente cinq journées et ce en attendant qu’il soit deschargé dudict meurtre et renvoyé libre ; icy : X fr. II gr. VIII d.121

153[52] Plus encor la somme de vingt deux frans neuf gros pour la despence dud[ict] Anthoine Petermann père audict Anthoine Jacob Petermann qui a esté détenu pour le mesme crime esdictes prisons l’espace de soixante et dix huict jours à commencer depuis le XXII[ième] septembre 1617 jusques à VII[ième] décembre ; icy : XXII fr. IX gr.

154Pour vérifica[ti]on de tout ce que dessus j’ay, ledict controlleur, signé ceste de mon seing manuel cy desoub mis ce jourd’huy vingtrois[ième] de febvrier mil six centz dix huict.

155[Une signature :] Bailly.

Saisie et vente judiciaire des biens des Petermann de 1617 à 1619

Inventaire initial du 23 septembre 1617

156[pc. 5] Inventaire des biens appartenans à Anthoine Petermann le viel de Saincte Croix, h[om]me vefve, détenu prisonnier au chasteau du Hault Eschery pour estre chargé avoir tué et meutry Anno f[em]me de Jacob Petermann sa belle fille rédigez par escript par moy clerc juré au val de Lièpvre soubscript, en la p[rése]nce d’honnestes h[om]mes Claudon Jewez et Demengeon Vuillaume jurez en la justice dud[ict] Saincte Croix et d’Urbain Marchal doien ès ladicte justice, ce jourd’huy vingt troisième de septembre mil six cens et dix sept comme s’ensuyt :

  • 122 Il s’agit des immeubles, différenciés des « moeubles » énumérés après.
  • 123 Le « meix » ou « manse » est la parcelle.
  • 124 Ici comme dans les deux articles suivants, il s’agit des « confronts » nécessaires pour localiser u (...)

157Premier122, une maison sçize au desoubz dudict Saincte Croix avec le meix123 derrier Demenge Lambert des deux partz et par derrier124.

  • 125 Le lieu-dit Les Ewaux se trouve entre Lièpvre et l’Allemand-Rombach.

158Ung jardin, sortie au desoubz du Grand Rombach dict ès Eveaulx125 ; le chemin d’une poincte et la commune d’aultre poincte.

159Ung aultre petit jardin séant au desoub dud[ict] Rombach, le chemin d’une poincte et la c[om]mune d’aultre poincte.

  • 126 Le procès-verbal de 1619 porte « Déclara[ti]on des meubles de feu Anthoine Petermann vendus à l’enq (...)

160Moeubles126 :

  • 127 Trely, trily ou treillis : grosse toile.
  • 128 Il manque une chemise non vendue. Petermann la portait-il pour l’exécution ?
  • 129 Chaussure grossière que l’on décrit ordinairement comme faite de cuir et à semelle de bois épaisse, (...)
  • 130 Ou pelisse, vêtement de peau fourrée.
  • 131 Enveloppe, taie d’oreiller ou de traversin.
  • 132 Des draps.
  • 133 Un des cinq n’aurait donc pas été vendu.
  • 134 Un édredon sans toile.
  • 135 Un traversin.
  • 136 Peut aussi bien signifier pelle (à remuer les cendres, à enfourner), poêle à frire que chaudron. Un (...)
  • 137 Manque un.
  • 138 Petite bassine, bassinoire.
  • 139 L’objet n’est pas dans la vente. Il ne s’agit pas de désarmer la population en ne remettant pas en (...)
  • 140 Manque un.
  • 141 Cet objet et quelques autres correspondent à l’outillage professionnel de Petermann.
  • 142 Manque un cercle.

[1] Une chausse de trelly127

Une paire de chausse de trely : X gr.

[2] Une aultre vielle chausse noire toute mouillée

Une paire de vielle chausse de noire : II gr.

[3] Cinq chemises d’homme

Une vielle cheminse : IIII gr. VIII d.
Trois cheminses d’homme po[ur] : III fr. III gr.128

[4] Ung bas de trilly sans pied

Une paire de galoches de trely : IIII gr.129

[5] Une paire de laine

Une paire de bas de chausse de laine po[ur] : X gr. VIII d.

[6] Ung manteau de drap noir assez usé

Ung viel manteau fort usez po[ur] : I fr. IIII gr. VIII d.

[7] Ung pourpoinct de fustaine noir

Ung pourpoinct de fustaine noir : II fr. IIII gr.

[8] Une chausse draps gris

Une paire de chausse de draps gris : III fr. IX gr.

[9] Ung porte chausse de fustaine noir

Premier, ung porte chausse de fustaine noir, escheuz pour : XI gr.

[10] Ung corp de pellisson130

Ung viel corp de pellisson : V gr.

[11] Une thoye de lict131 de grosse toille

Une toye de lict de grosse toille fort usée : I fr. VIII gr.

[12] Cinq linceulx132 telz qu’ils sont

Item ung linceul : I fr. VI gr.
Deux vielz linceulz fort usez : I fr. IIII gr.
Ung viel linceul po[ur] : V gr. VIII d.
Ung viel linceul : VIII gr.
133

[13] Une viel surplumon sans thoys134

Ung viel surplumon : II fr.

[14] Ung viel lict entoyé

Ung viel lict entoyez pour : IIII fr.

[15] Ung viel trawer135

Ung trawer : II fr. VII gr.

[16] Ung moyen chaudiron

Ung moyen chaudiron, escheuz po[ur] : II fr. II gr.

[17] Trois pesles d’aerain136

Une poesle d’aerain : I fr. VI gr.
Une pesle d’aerain : VIII gr.
Une vielle pesle d’aerain : I fr. III gr.

[18] Une vielle poslette à trois piedz

Une vielle pesle de fer sur trois pieds : VIII d.

[19] Trois petitz potz de fer

Ung petit pot de fer : IX gr. VIII d.
Item ung viel pot de fer pour : I fr.137

[20] Une petite bessatte d’aerain138

Une bessatte de cuyvre rouge : IX gr.

[21] Trois haches et une hachette

Item, une petite hache : V gr.
Une petite hache : VII gr.
Une petite vielle hache : III gr. IIII d.
Une hachette pour : I gr. VIII d.

[22] Une vielle espée139

 

[23] Une aultre hache

Une hache : VIII gr.

[24] Trois cousteaux à deux mains

Ung cousteau à deux mains : IIII gr.
Ung cousteau à deux mains : IIII gr. VIII d.140

[25] Deux fers à faire cercles de thonneaux141

Ung fer à faire des cercles : IIII gr. VIII d.142

 

[26] Une tenaille à relier les thonneaux

Une tenaille à relier les cuveaux : I gr. VIII d.

 

[27] Ung cousteau à fendre cercles

Ung cousteau à fendre des cercles : XII d.

[28] Une hallebarde

Une hallebarde : II fr.

[29] Une serpette sans manche

Une vielle serpette sans manche : II gr. VIII d.

Inventaire complémentaire postérieur à l’exécution

  • 143 Huche, coffre.
  • 144 Le procès-verbal de la vente commence par : « Aultres meubles appartenans aud[ict] Petermann trouve (...)

161Du treizième febvrier 1618 a esté trouvé à une huge143 estans à l’église dud[ict] S[ainc]te Croix délaissé par led[ict] Anthoine Petermann et rédigé par escript par moy led[ict] clerc juré en la p[rése]nce et assistance d’hon[ora]ble Noel Jacquot c[om]mis pour la part dud[ict] s[ieur] surintendant du val de Lièpvre du s[ieur] contrerolleur dud[ict] lieu et d’Urbain Marchal doien aud[ict] lieu ce jourd’huy comme s’ensuyt144 :

  • 145 Il est écrit dans la marge « Le tout d’estain » pour les articles 30 à 37.
  • 146 L’étain « façon d’Allemagne » n’a pas été élucidé formellement. Voir l’article.
  • 147 Gobelet.
  • 148 Le nom est différent dans les deux listes mais il s’agit bien du même objet : « saulcière » signifi (...)
  • 149 Oreiller.
  • 150 À moitié reprisée.
  • 151 Déjà.
  • 152 Manque une.
  • 153 Dais placé au-dessus d’un lit.
  • 154 Selon l’analyse linguistique de Jean-Claude Diedler, il s’agit d’un essuie-mains. Le mot est formé (...)
  • 155 La serge est de la laine tissée mais quel rapport avec le « poil » ? Article non élucidé mais que l (...)
  • 156 Une taie de traversin. Article absent de l’inventaire.

[30] Premier ung laivemain [en étain]145

 

[31] Ung pot [en étain]

Ung pot d’estain : II fr. X gr.

[32] Ung aultre pot rond sur trois piedz façon d’Allemagne146 [en étain]

Premier, ung pot d’estain fasson d’Allemagne ; pour ce : II fr. VIII gr.

[33] Ung chopelet147 [en étain]

Ung chopelet d’estain pour : XI gr. IIII d.

[34] Deux moyens platz [en étain]

Deux moyens platz d’estain po[ur] : I fr. VIII gr.

[35] Une petite escuelle à oreilles façon d’Allemagne [en étain]

Une petite escueulle à oreilles : II gr. XII d.

[36] Une petite saulcierre148 [en étain]

Une petite sallière : I gr. VIII d.

[37] Deux cuillers [en étain]

Deux cuilliers d’estain : I gr. XII d.

[38] Ung oriller149 entoyé d’une toye blanche

Ung orrillier avec une thoye blanche : II fr.

[39] Ung petit orriller d’enfan entoyé d’une toye demy perfillée150

Ung petit orrillier avec une thoye demi perfillée : I fr. IIII d.

[40] Deux toyettes d’orrillère demy perfillées

Deux petites thoyes d’orrilliers demy perfillées : X gr. VIII d.

[41] Trois linceulx de toille grosse jà151 usez

Ung linceul : I fr. III gr.
Ung viel linceul : VII gr.
Ung aultre linceul : X gr. VIII d.

[42] Deux nappes entières de toille royée

Une nappe royée : X gr.152

[43] Une vielle demy nappe royée fort usée

Une demi nappe royée : VII gr.

[44] Une toye de lict demy perfillée assez bonne

Une thoye de lict demy perfillée : IIII fr.

[45] Une aultre toye de lict de toille blanche assez usée

Une thoye de lict blanche : I fr. III gr.

[46] Une toyette d’orriller de toille grosse

Une thoye d’orrillier de grosse toille : IIII gr. VIII d.

[47] Ung viel ciel de lict153 de toille

Ung viel ciel de lict : VII gr. IIII d.

[48] Une besace de toille blanche

Une besace : IIII d.

[49] Ung couvrechef

Ung couvrechief : VI gr.

[50] Deux aulnes et demy de toille

Deux aulnes et demy de toille : XI gr.

[51] Ung xuemain154 de toille grosse

Ung xuemain : II fr. X gr.

[52] Six mouchoirs telz qu’ilz sont

Six mouchoirs : II gr. VIII d.

[53] Une petite servyette avec des franges

Une petite serviette ayant des franges : II gr.

[54] Deux petites servyettes

Deux vielles serviettes : II gr.

[55] Une sarge de poil155

 

[56] Lad[icte] huge estans de bois fresne et la couverte de bon sapin est de petite valeur

Ung coffre : III fr.

 

Une thoye de trawer156 demy perfillée : I fr. III gr. VIII d.

162Po[ur] vérifica[ti]on desquelles choses j’ay led[ict] clerc juré signé cestes de mon seing manuel cy mis les an et jour avantd[ictz].

163[Une signature :] Pudras. [Procès-verbal de la vente :] S[om]me toute des meubles cy devant vendus montent à soixante et quatorze frans et huit gros ; icy : LXX IIII fr. VIIII gr.

164Pour vérifica[ti]on desquelz meubles ainsy vendus j’ay, led[ict] doien, signé cestes de mon seing accoustumé, cy mis le sixieme apvril mil six cens dix neuf.

165[Une signature :] Urban Marchal.

Liquidation de l’héritage de feue la mère de Jacob le 5 janvier 1619

  • 157 En droit : ce qui échoit à quelqu’un.
  • 158 L’exécutant, celui qui a effectué une certaine mission (en rapport avec l’estimation de l’héritage  (...)

166[pc. 6] Quictance de Jacob Peterman de Saincte Croix de la succession de feue sa mère, pour LX fr. Ce jourd’huy cinquième du mois de janvier mil six cent dix neuf, par devant le tabellion juré soubsigné et en pr[ése]nce des tesmoins au bas nommés, est comparu Jacob Petterman, bourgeois à Saincte Croix, homme vefve, lequel a recognu librement qu’il a receu de noble Pierre Fournier, surintendant au val de Lièpvre, la somme de soixante frans lorr[ains] pour pareille som[me] que feu Anthoine Petterman son père cy devant exécuté p[ou]r le crime d’homicide luy debvoit, p[ou]r sa part et contingente157 en la succession de feue sa mère, de laquelle somme led[ic]t Jacob recognoissant, s’a tenu content et a promis en acquitter et descharger led[ic]t s[ieu]r surintendant et tous au[tr]es, ausquels p[ou]r cest égard, quicttance pourroit compéter et appartenir ; en tesmoing de quoy led[ict] tabelllion soubscrit a signé ceste de son seing manuel accoustumé cy mis, les an et j[ou]r susd[ic]ts, plus m[aist]re Nicolas Demengeon, opérateur158, bourgeois à S[ainc]te Marie aux Mines, et Demenge Haribon d’Espinal, tesmoins.

167[Une signature :] Jacot.

Notes

1 Cette « étiquette » est le plus souvent écrite au verso du dernier feuillet d’une liasse.

2 Il s’agit réellement de son lieutenant mais l’autorité judiciaire concernée est bien celle du maire.

3 Il est calculé à la fin que « le comptab[le] à cause des deniers casuels du p [rése] nt compte » doit telle somme pour toute l’année ; en l’occurrence 325 francs 7 gros qui sont le bénéfice judiciaire de l’année avant soustraction de deux sommes, laissant finalement 203 francs 6 gros de recettes dans ce chapitre. Il y a cependant d’autres coûts dont le total paraît spécialement important dans le val de Lièpvre avec le système des Trois justices qui multiplie les jurés ainsi que les gardes. Mais l’important pour le duc de Lorraine est de rendre la justice à ses sujets et d’affirmer son autorité dans ce territoire qui a un intérêt minier, financier et stratégique puisque le Val débouche d’un côté sur la plaine d’Alsace et d’un autre côté vers Saint-Dié par le col de Sainte-Marie-aux-Mines.

4 Sans acte écrit. Voir l’état des frais pc. 4 f° 1v.

5 La copie est écrite en continu et le texte est difficilement compréhensible sous cette forme. Le rythme du texte est donné par les relatifs de liaison comme « dont », « plus » et « que » (par exemple dans le passage « à l’os xiphoïde ; que avec grande… »). Ils correspondent chacun à un début de segment de texte. Il a donc fallu placer juste avant une ponctuation forte, alors qu’aucune des pièces du procès n’en comporte. Mais le texte n’étant pas encore suffisamment intelligible, nous avons résolu de lui donner ou lui rendre une construction en plusieurs paragraphes. En effet la copie est peut-être moins claire que ne l’était l’original.

6 Comprendre : « et étant en ce lieu… ».

7 Déchirure ; « Ces deux mots expriment l’action de déchirer avec violence, de mettre en pièces. Ils ne sont usités que parmi les savans » cf. le Dictionnaire de l’Académie… éd. 1787.

8 Aiguille à sonder.

9 Mesure de longueur valant deux pieds et demi. Deux aunes correspondent donc à un peu plus de 1,5 mètre.

10 Une autre lecture donnerait plutôt « contrision » du verbe « contriser », meurtrir.

11 Cartilage reliant les côtes à l’extrémité inférieure du sternum.

12 Comprendre : « de la nature de la pierre ». Cette appellation se retrouve dans les descriptions anatomiques. L’os temporal est sur la partie latérale de la tête. Il résulte de la fusion de trois os qui se soudent dans l’adolescence et qui sont l’os squamosal, l’os tympanal et l’os pétreux. Ils gardent un sillon comme trace de leur séparation originelle. Mais pour décrire cet os la médecine distinguait trois parties qui ne correspondent pas à la formation de l’os ; à savoir l’écaille qui correspond à la plus grande partie de l’os squamosal ; le rocher qui correspond à l’os tympanal et à une partie de l’os pétreux ; et la région mastoïdienne qui correspond à une partie des os squamosal et pétreux.

13 Comprendre : « [et encore une autre contusion] sur tout le dos ».

14 Du verbe colliger : rapprocher. Comprendre : « à raison de la grande proximité »

15 Terme générique recouvrant tout ce qui permet la circulation des fluides organiques, donc tout ce qui est veines, artères et nerfs.

16 Corps légers et volatiles.

17 « C’est une similitude et comme conjonction de nature » cf. le Dictionnaire… de Jean Nicot (1606). Dans le domaine médical et physiologique la sympathie est le rapport qui existe entre deux ou plusieurs organes du corps et qui fait qu’un changement s’opère dans une partie du corps quand une autre partie est atteinte ou lésée. Une indisposition ou un dysfonctionnement se trouve ainsi transmise.

18 Comprendre : « et se concordent [avec l’original] ».

19 Le texte comprend un Umlaut sur le U.

20 Tout le premier feuillet est blanc et protège la procédure.

21 Officier de village et du seigneur, il est pourvu d’une autorité administrative et judiciaire.

22 Le val de Lièpvre constitue une marge des espaces lorrain et alsacien. La vallée est entourée par le val de Villé au Nord et Ribeauvillé au Sud. Elle comprend trois localités principales qui sont Sainte-Marie, Sainte-Croix et Lièpvre. Juridiquement il s’agit de « villes » qui ne sont ni très peuplées, ni fortifiées, ni dotées d’une grande activité commerçante. Le val de Lièpvre est coupé en deux parts inégales, l’une relevant du duc de Lorraine et l’autre des sires de Ribeaupierre. Voir l’article Follain, Antoine, et alii, « Étude du procès… ».

23 « Jurez : Sont ceux habilités à jurer en quelque art » cf. le Dictionnaire… de Jehan Nicot, Thresor de la langue française, 1606. Ici, L’assemblée des hommes se trouvant face à l’accusé lors du procès se compose des jurés de justice. Selon une tradition, il existe neuf jurés dont quatre nommés par le sire de Hattstatt et cinq nommés par le duc de Lorraine. Ce nombre impair permet de supprimer les risques d’égalité en cas de litige. La situation a évolué après l’extinction de la maison des Hattstatt. Dans les procès criminels de cette époque, on voit chacune des trois juridictions locales être représentée par deux jurés, plus le maire ou sinon le lieutenant de maire, ce qui fait toujours un nombre impair.

24 Anno est un prénom d’origine germanique qui a été romanisé, le « o » étant la transcription lorraine du « en » de Annen. Même observation pour le prénom Elso que l’on rencontre plus loin et qui vient de Elsen.

25 Saint Mathieu est fêté le 21 septembre. Cette date est confirmée dans les pièces 1 et 4.

26 « Clercjuré » collé ou coupé est synonyme de tabellion. Il s’agit d’un officier public qui, dans les juridictions subalternes et seigneuriales, faisait office de notaire.

27 Les déposants ont été convoqués pour déclarer ce qu’ils ont à dire sur les faits et d’une manière générale sur le prévenu. Cette information est anormale par l’écart entre la première journée (le 7 octobre) et la seconde (le 13 octobre). Le décompte des journées de détention dans l’état des frais permet de comprendre ce qui s’est passé. En effet, Jacob Petermann a d’abord été soupçonné du meurtre de son épouse. Il a été arrêté dès le 21 septembre et il a ensuite été rejoint par son père. Le 7 octobre, les deux Petermann sont encore tous les deux prévenus du crime dont l’information est faite. Mais autre chose se dégage des onze premières dépositions. Lors de la deuxième journée, Jacob est interrogé en premier, comme s’il était un témoin parmi les autres, alors qu’il n’est pas libre mais toujours emprisonné. Sa position est donc tout à fait singulière. C’est que la procédure ne s’intéresse plus à l’époux de la défunte Anno depuis qu’elle a été réorientée contre son beau-père.

28 Les déposants sont numérotés dans la marge.

29 Il s’agit ici de son nom mais gruyer est d’abord le titre d’un petit officier des Eaux et forêts. Contrairement à d’autres régions où les noms au xviie siècle remontent à des ancêtres très éloignés et n’ont plus guère de rapports avec ce que font et sont les gens, les habitants des Vosges sont en partie des immigrés qui quelquefois semblent avoir renouvelé leur dénomination. Il n’est donc pas extraordinaire de rencontrer un Marchal qui est maréchal-ferrant.

30 Variante orthographique du passé simple. Comprendre : « il vit aussi le mary ». De même dans la troisième déposition pour « il le veist qu’il beuvait » (il vit qu’il buvait) et pour « Lequel luy feist responce » (lequel lui fit réponse).

31 Le mot dérive du verbe tiercer qui est la troisième façon de labour d’une terre (de même que biner signifie retourner une deuxième fois). Il pourrait s’agir d’une terre qu’on a l’habitude de retourner trois, ou sinon, d’une terre dont les revenus sont répartis en trois parts.

32 La signification ne fait pas problème : « Inimitiés : sentiment contraire à l’amitié ». Mais on peut se demander si le mot avait davantage de force au xviie siècle qu’aujourd’hui. Or le Dictionnaire… de Godefroy donne simplement l’équivalence « Haine » et le Dictionnaire de L’Académie… parle aussi de « Haine, malveillance, aversion qu’on a pour quelqu’un, & qui dure long-temps » (éd. 1694). Au xxe siècle le mot « haine » a disparu de la définition académique mais c’est ce qu’il faut comprendre dans un texte du xviie siècle.

33 Brechon : dérivé de brechie « sorte de cruche » cf. le Dictionnaire… de Godefroy. Le brechon doit être un gobelet muni d’une anse, d’où sa ressemblance avec une petite cruche. La seconde partie (« de cuyères ») n’a pas été élucidée. Peut-être s’agit-il d’un lieu (auquel cas il faudrait éditer : « de Cuyères »). Noter que le second inventaire des biens (cachés) d’Anthoine Petermann comprend « ung chopelet d’estain » donc un gobelet, décrit juste après « ung pot d’estain façon d’Allemagne ». S’il s’agit du « breichon », Petermann possédait pour boire un lot en étain composé d’un pot et d’un gobelet.

34 Se départir : partir, se séparer, s’en aller, cf. le Dictionnaire… de Godefroy.

35 Toute maison vosgienne a deux pièces chauffées, sa cuisine et son poêle. La cuisine tournée au nord possède un âtre comme il se doit. Le fond de l’âtre est fermé par une plaque de métal nommée la taque. Cette taque chauffe une pièce contiguë à la cuisine, qui porte le nom de poêle et qui est orientée au sud. Entre la cuisine et le poêle il y a toujours une porte de communication. Cette pièce de vie pourrait être à l’heure actuelle la salle à manger.

36 Esglisée ou esclissiée signifie éclaboussée (ici : de sang) cf. le Dictionnaire… de Godefroy.

37 La paume est une mesure régulière. Le bras d’Anthoine Petermann était ensanglanté au niveau du poignet, jusqu’à hauteur d’une paume de main.

38 L’orthographe ordinaire est « Rombach » cf. la bonne orthographe plus bas. De même « Steinbach » est écrit aujourd’hui Stimbach. Voir la carte.

39 Il pourrait s’agir d’une expression signifiant : « Ah, vous tombez bien ! ».

40 « Vil » ne pose pas problème en soi, et signifie « Bas, abject. C’est un homme vil & abject. vile condition. profession trop vile. une ame vile & basse. vil & mercenaire […] On dit, qu’une chose est de vil prix, est à vil prix, pour dire, qu’elle est au dessous du prix où elle devroit estre. » ; « Avilir. v. a. Rendre abject […] Avilissement. L’estat d’une chose avilie. L’avilissement d’une dignité, d’une charge. », etc. Dictionnaire de l’Académie… (1re édition, 1694). Dans notre texte, « homme vil » est une qualification professionnelle. Il s’agit du bourreau local qui assiste le maître exécuteur de haute justice lorsqu’il est convoqué sur place, qui écorche les bêtes mortes, repêche les cadavres, etc. Toutes activités qui sont « abjectes » et qui font de l’homme vil une sorte d’intouchable. Voir l’article.

41 Comprendre : malade par en haut (jusqu’à vomir ?) et par en bas.

42 Les mêmes titres sont employés partout dans les villages vosgiens mais avec des responsabilités différentes. Le doyen est soit une sorte de sergent, chargé de l’exécution de tâches subalternes, soit ce que l’on appelle parfois un « menu maire », une sorte de syndic ou chef de village. Il peut d’ailleurs devoir exercer des tâches de sergent.

43 Le dos de la main.

44 Torcher : essuyer en frottant, enlever les impuretés de quelque chose.

45 Elle avait un couteau planté dans la gorge cf. la relation des deux chirurgiens.

46 « Être recors » signifie « se souvenir de ».

47 Le 4e déposant a dit plus haut « une paume », or la paume mesure exactement quatre doigts.

48 Ce qui fait moins d’un kilomètre.

49 Comprendre deux porcs, l’un gros (et âgé) et un petit (et jeune).

50 « Par gestz » renvoie au verbe gesticuler.

51 Littéralement il faut lire ici : « meurt bien ». Cette exclamation renvoie à la formule « Par la bonne mort ».

52 « Contingent [est ce] qui échoit à quelqu’un. » Le contingent fait ici référence à la succession de la mère.

53 Choser : gronder, blâmer quelqu’un, cf. le Dictionnaire du Moyen Français.

54 Comprendre simplement le jardin. Le mot n’a pas dans cette région la signification juridique qu’il peut avoir ailleurs.

55 Mot non élucidé. On peut le rapprocher de « Vaissel, vaisseau, veissel, vessel, voissel », etc. « vase en général, récipient quelconque, cuve, chaudière, bassin, vaisselle de table et de cuisine, tonneau, futaille » cf. le Dictionnaire… de Godefroy.

56 Traleison : poutrage, plafond… cf. le Dictionnaire… de Godefroy.

57 Mot non élucidé. On peut comprendre le visage défait.

58 Le « seing manuel » est le nom de quelqu’un écrit lisiblement par lui-même au bas d’une lettre ou d’un contrat pour le confirmer et le rendre valable. Ce n’est pas exactement synonyme de « signature ».

59 Le feuillet verso est blanc, sauf l’« étiquette ».

60 Le lieutenant de maire seconde le maire et le remplace en cas d’absence ou urgence. Noter que le maire devait aussi être absent et remplacé lors de la phase d’information datée du même jour, 13 octobre, mais l’acte a été simplement continué dans la suite des pages écrites le 7 octobre, ce qui fait croire à sa présence le 13.

61 Le nom d’Eckerich a été francisé en Echery ou Eschery. Ce château domine le Petit Rombach à Sainte-Croix-aux-Mines. Il ne faut donc pas le confondre avec le Echery qui se trouve dans la partie du val appartenant aux Ribeaupierre. Il a été construit au xiiie siècle sur un pic rocheux, formant une saillie à l’intersection des vallons de Jaboumont et de la Vraie Côte qui dominait le fond de la vallée d’une hauteur d’environ 100 mètres. Jusqu’au début du xviiie siècle il n’existera qu’une seule route passant dans la vallée par le Petit Rombach et permettant de relier la Lorraine et l’Alsace. Avec la mort du dernier des Échéry, le château est passé pour moitié aux ducs de Lorraine et aux sires de Rappolstein ou Ribeaupierre. Selon la tradition, le château d’Échéry a été abandonné en 1587. Un devis daté de 1586 et conservé aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle sous la cote B 9557 décrit son état et chiffre des réparations importantes. Cependant les archives sont remplies de telles expertises. En réalité le château n’a pas été abandonné mais il a perdu son caractère militaire pour servir de prison et c’est comme tel qu’il apparaît constamment dans les archives aux xviie et xviiie siècles. Il est aujourd’hui complètement ruiné.

62 Bonnement : « de manière honnête, régulière conformément à la morale ou aux usages, ou bien au droit » cf. le Dictionnaire du Moyen Français.

63 Comprendre sans accuser ou incriminer quelqu’un sans raison. En revanche, les dénonciations méritées sont toujours attendues par la justice.

64 Le verbe « enquérir » est systématiquement employé lorsqu’une personne est interrogée.

65 « Gré[s] » renvoie à « être satisfait ou être mal satisfait de quelque chose » cf. le Dictionnaire du Moyen Français. Comprendre ici que la belle-fille de Petermann n’est pas en accord avec les propos qu’il tient. Cependant, Anno ne le contredit pas.

66 Entendue, auditionnée.

67 Le haut-de-chausse est la partie du vêtement de l’homme qui le couvre depuis la ceinture jusqu’aux genoux. Ils se fixent au pourpoint grâce à un lacet. Le reste de la jambe peut être habillé par des bas. Les hauts-de-chausses prolongés donneront naissance à la culotte puis au pantalon. Noter que Petermann dit plus loin avoir hésité sur la qualité du vêtement qu’il devait mettre ce jour-là « ne sachant si [c’était jour de fête] ou non ».

68 Il faut comprendre ici qu’il a sali son haut-de-chausse.

69 Comme précédemment, la deuxième pièce chauffée de la maison.

70 Comprendre la fonderie : le lieu où l’on fond le métal. Le val de Lièpvre est une zone minière.

71 Les aulnes poussent dans les lieux humides. La scène illustre la honte de Petermann qui est allé laver son linge dans un lieu discret.

72 Petermann doit bien savoir de quelle distance il parle. On relève parmi les dépenses ordinaires du receveur Fournier que le duc de Lorraine dote annuellement « la compagnie des harquebuziers de Lièpvre [de] la somme de trente frans pour [offrir] douzes paires de chausses » aux membres de cette compagnie, la même somme « à la compagnie de Saincte Croix » et la même encore « aux harquebuziers de la tirerie de Saincte Marie ». Si jamais, dans sa jeunesse, Petermann n’a pas été lui-même un milicien du val de Lièpvre, il a en tout cas, et toute sa vie, vu les autres « s’instruire et apprendre à tirer ».

73 « Bourbier : Lieu creux et plein de bourbe d’où l’on toit sans tirer avec peine » cf. le Dictionnaire de l’Académie Française, première édition, 1694.

74 « Surpris » se comprend pris de boisson ; autrement dit, il était ivre.

75 Le mot qualifiant ce rouge n’a pas été élucidé.

76 Mot non élucidé. Il s’agit manifestement d’un rebord de cheminée sur lequel on pouvait s’asseoir.

77 Comme il s’agirait, selon Anthoine Petermann, d’actes involontaires, il faut comprendre que le fils se serait taché de sang en remuant le corps et qu’il aurait taché ensuite son père. Le verbe « désaigner » est inconnu mais on en devine aisément la signification.

78 Le récolement consiste à interroger un témoin une nouvelle fois sur sa déposition précédente.

79 On doit faire remarquer ici que, par comparaison avec tous les autres procès étudiés à ce jour, une telle explication de la procédure au prévenu est inhabituelle. On a donc l’impression que Petermann est encore très ménagé à cette étape du procès. La déposition écrite du témoin est relue à lui seul. Une fois celle-ci figée, le témoin est mis en présence de Petermann qui peut « reprocher » le témoin (c’est-à-dire le refuser) s’il a une raison générale de le faire, c’està-dire indépendamment de l’affaire. Après quoi seulement, Petermann aura connaissance du contenu de la déposition.

80 Vacillations : « avec doute », en hésitant, cf. le Dictionnaire du Moyen Français.

81 Les références à l’« Allemagne » renvoient toujours à l’Alsace. Le Val débouche sur Sélestat et Colmar où le vignoble est très développé.

82 Comprendre qu’il est encore tenu en prison ou sous garde.

83 Dans « manier accoustumée » le premier mot vaut pour « manière », de même « derrier » est souvent employé pour « derrière ».

84 Le tribunal du Change à Nancy (ainsi nommé à cause de la maison du Change où il tenait ses audiences) est composé de plusieurs échevins dont le principal est dit « maître ». Ses membres sont neuf bourgeois de la Ville nommés par le duc ; « personnes instruites en matières civiles et criminelles, anciens prévôts, licenciés en droit », dont la plupart parvenaient dans la suite aux plus hautes fonctions de l’État. Comme on le voit dans le procès Petermann avec la succession d’actes réalisés localement et d’« avis » demandés aux échevins, les procès criminels ne peuvent donc ni avancer ni être conclus sans le tribunal du Change. Mais il ne s’agit pas du tout d’un tribunal d’appel, contrairement à ce que seront plus tard, d’une part le parlement de Metz pour toute la Lorraine francisée et d’autre part le Conseil souverain de Colmar pour l’Alsace conquise.

85 Cette qualification criminelle recouvre davantage que le meurtre de son père ou de sa mère, mais comme dans le cas présent, celui d’un membre proche de sa famille.

86 La question ordinaire regroupe les tortures les plus supportables n’ayant pour objectif que d’obtenir l’aveu de l’accusé en modérant les dommages causés au corps. La question extraordinaire désigne un niveau de torture et de souffrance supérieur et constitue généralement une première étape vers la peine de mort. Dans le cas présent, la culpabilité de Petermann est déjà quasiment certaine, ce qui ne peut le mener que vers son exécution.

87 La médiocrité est le juste milieu, la modération, cf. le Dictionnaire de Moyen Français. La « discrétion » du juge signifie en tel cas l’indulgence avec laquelle il doit faire appliquer la torture. C’est d’ailleurs un point de droit général, qui distingue la sorcellerie qui est un crimen exceptum contre lequel on doit lutter en utilisant la torture aussi durement que nécessaire, des autres crimes où le juge doit être plus réservé.

88 On voit rarement signer à la fois plus de quatre ou cinq des (neuf ?) échevins.

89 Sans acte conservé infra art. 14 de l’état des frais.

90 De nouveau, il s’agit d’une référence à la pièce ou à l’une des pièces chauffées dans ce château-prison. La torture est appliquée ailleurs (cf. plus loin : « estant iceluy mené au lieu là où on a accoustumé… ») et le prévenu est ensuite ramené au poêle et ainsi réconforté pour faire ses aveux.

91 Les grésillons sont décrit(e)s par certain auteurs comme des petites presses de fer composées de trois lames de métal se serrant à volonté que l’on mettait aux mains des criminels comme moyen de torture pour leur arracher des aveux. On y introduisait les doigts du prévenu et l’on serrait jusqu’à l’écrasement. Les juges lorrains possèdent un arsenal de torture à quatre degrés : les grésillons, l’échelle, les tortillons et dans les pays germaniques l’estrapade qui s’emploie de préférence à l’échelle. Voir notre analyse d’une séance de torture particulièrement réussie sous les ordres de Nicolas Remy dans : Follain, Antoine, Blaison Barisel, le pire officier du duc de Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2014, 288 p.

92 Par « mis libre » puis « appliqué à la question ordinaire » et comme le confirme la mention « mis bas » qui figure plus tard dans le texte, il faut comprendre que Petermann a été libéré des grésillons pour être attaché à l’échelle et pour être torturé par étirement. Il s’agit donc là d’un deuxième niveau de souffrance. Le supplice de l’échelle consiste à coucher le supplicié sur une échelle horizontale en l’attachant par les pieds et les mains, bras relevés au-dessus de la tête. Un système de tourniquet faisait tourner l’échelle. Tout l’art du bourreau consistait à s’approcher des limites de la désarticulation. Le corps s’arquait et se reposait sur l’échelle au gré des mouvements du tourniquet.

93 La parenthèse et la formule qui signifie « sauf votre respect » annoncent que le rédacteur ou le témoin s’excuse de ce qu’il va écrire ou déclarer d’inconvenant. Nous comprenons que Petermann raconte que devant son évidente envie de manger du choux – choux que sa bru aurait pu et dû lui faire cuire en tant que femme de la maison – celle-ci lui aurait répondu qu’il n’en aurait qu’un rot, dans le sens de « Ventosité, vapeur qui sort de l’estomac par la bouche avec bruit » cf. la définition élégante du Dictionnaire de l’Académie… (1re éd. 1694). Autrement dit, elle lui aurait répondu qu’il n’en aurait rien, sinon du vent, voire qu’il pouvait aller se faire f… En tout cas, cet échange entre la bru et le beau-père n’avait rien eu d’aimable.

94 Cette épée figure dans l’inventaire des meubles du condamné mais on ne la retrouve pas dans le résultat de la vente aux enchères. Si l’on se réfère à l’iconographie de ce temps, il peut s’agir d’un « long couteau » cf. dans le présent livre : Follain, Antoine, Muller, Frank, et Papillard, Carole-Anne, « Les arts… ».

95 Le blesser.

96 « Remonstrer » signifie faire remarquer avec autorité quelque chose à quelqu’un. En l’occurrence il s’agit de le faire « venir en confession », c’est-à-dire avouer.

97 Comprendre l’année et le jour précédemment cités.

98 Comprendre : « disent » ou « ils disent ».

99 Le carcan est un dispositif (par exemple un collier de fer fixé à un poteau) où l’on attache un condamné pour l’exposer pour l’« instruction » du peuple.

100 Voir « La condamnation à la roue » dans l’article Follain, Antoine, et alii, « Étude du procès… ».

101 Le châtelain est le capitaine et occupant du château. Dans le val de Lièpvre il n’a pas de pouvoir judiciaire.

102 Confusion entre « il s’avoit rendu entre les mains de Dieu » et « il se sçavoit rendu… » En tout cas, Petermann sait qu’il va mourir et il abandonne à Dieu son destin.

103 On sent les échevins ennuyés par les aveux sous la torture et la rétractation de Petermann une fois tiré des mains du bourreau. Ils expliquent donc bien comment procéder pour obtenir des aveux certains : « réitérer la question […] et [au cas] où il [avouera sous] la question, [lui faire] répéter [les aveux] le lendemain hors le lieu où [il aura été torturé] et sans [le menacer de nouveau] d’icelle ».

104 Avant-dernier.

105 Comprendre : « [il a] prié et requis d’estre mis en bas et [qu’étant] libre de la question […] il confesseroit » ses crimes. Une telle phrase ne peut être rendue intelligible seulement par un ajout de ponctuation. Le processus est ici bien décrit : les aveux pour être valables doivent être obtenus en dehors des tourments.

106 Par « faichoit » comprendre « essayer, tenter [de se défendre] ». Cette forme est proche aussi de « taichoit », du verbe « tâcher », faire en sorte que.

107 Selon cette déclaration, Anno se défend en agressant elle-même son beau-père. Anthoine Petermann tente ici d’atténuer sa propre faute an faisant passer sa belle-fille pour une femme violente.

108 Comprendre : quelquefois.

109 Comprendre « mais désormais avec douceur ».

110 Verbe avoir avec une orthographe dérivée de « ai » ; comprendre « ai [eu] lecture du procès ».

111 « M[aistr]e des haultes œuvres » : bourreau. L’adjectif « haut » a ici la même signification que pour « haute justice », « haut chemin », etc. C’est une référence au degré supérieur de l’autorité qui peut seule infliger des peines afflictives. Dans la même pièce au f° 8r. le bourreau est appelé « exécuteur de haulte justice ».

112 Le franc de Lorraine vaut 12 gros ou 1 livre 4 sous en monnaie de compte, la livre valant classiquement 20 sous ou 240 deniers.

113 Les numéros ont été ajoutés par nous.

114 L’état initial précise ici : « selon leur coustume ». La différence est significative puisque la consultation des deux autres juridictions n’est pas une idée de circonstance mais la pratique obligée dans les Trois justices.

115 Co-seigneur du val de Lièpvre. Sainte-Croix est entièrement du côté lorrain mais Sainte-Marie est partagée entre Sainte-Marie-Lorraine et Sainte-Marie-Alsace.

116 Comprendre le « magistrat » ou municipalité de la ville de Sélestat : Bas-Rhin, ch. -l. arr. et c. L’orthographe ancienne peut être Sélestatt ou Schlestadt, et en allemand Schlettstadt ou Schleschtàtt. Il n’est pas étonnant que Sélestat, qui est l’une des dix villes libres alsaciennes de la Décapole, dispose d’un « boreau » ou bourreau permanent. Vers la Lorraine, les distances et les difficultés sont plus grandes, alors que vers l’« Allemaigne » Sélestat n’est qu’à 15 ou 20 km en passant seulement par le col de Fouchy et le val de Villé. Dans la Cosmographie… de Sebastien Munster le trajet est donné pour 6 à 7 heures de marche (éd. de 1552). La ville lorraine de Saint-Dié est deux fois plus éloignée. On peut noter aussi qu’en cette période (novembre et décembre) il y a toujours eu environ une semaine entre la date d’un acte important de la procédure que nous étudions et la date d’un « avis » des échevins de Nancy. Recourir au bourreau de la ville la plus proche a donc au moins une raison pratique. En revanche nous n’avons pas trouvé de raison institutionnelle pour permettre l’emploi de ce bourreau, ni de raison définitive pour expliquer pourquoi on n’a pas utilisé le bourreau ordinaire résidant à Colombey.

117 En termes contemporains, comprendre la défense et l’accusation.

118 La somme est importante. En plus du logement, on est sûr que le dernier repas des exécutés dans le Val comprend du pain et du vin. Le prix correspondrait-il à une quantité exagérée de vin afin d’enivrer l’accusé avant de le supplicier ? Le côté spectaculaire est en effet destiné au public mais il ne suppose pas de rendre exprès l’exécution la plus dure possible pour l’acteur principal…

119 Les deux articles correspondent exactement au mode germanique d’exécution à la roue, tel qu’il est pratiqué en Suisse et en Allemagne, avec une roue pour frapper qui est dotée d’un coin de fer pour être plus efficace, et une roue d’exposition.

120 Le « banward » ou « bangard » est littéralement l’homme chargé de la garde du ban, autrement dit des droits. Ordinairement, il est affecté à la protection des cultures. On comprend donc ce titre comme étant équivalent à « garde champêtre ». Or il s’agit ci-dessus d’une garde armée qui est toujours convoquée lors des exécutions. Ce service de milice est parfois dû par des personnes ayant des droits et devoirs particuliers. Les statuts personnels sont en effet très divers mais il n’y a guère de privilège sans qu’il y ait une obligation spécifique.

121 Notre dossier comprend aussi, parmi les pièces de la liasse B 5992, le même récapitulatif pour les frais de détention de Jacob et Anthoine Petermann, avec un reçu par Jean Remy, châtelain de Hault Eschery, de 32 francs 8 gros délivrés par Pierre Fournier « conseiller secrétaire au Conseil de Son Altesse et surintendant des mines du val de Lièpvre », daté du 18 janvier 1618.

122 Il s’agit des immeubles, différenciés des « moeubles » énumérés après.

123 Le « meix » ou « manse » est la parcelle.

124 Ici comme dans les deux articles suivants, il s’agit des « confronts » nécessaires pour localiser une parcelle par rapport à d’autres. Le nommé Demenge Lambert n’est pas parmi les déposants. Sa femme Elso est le 9e témoin, dont la déposition est neutre (pc. 2 f° 3r.) et lors du récolement Anthoine Petermann dit la tenir « po[ur] femme de bien » (pc. 3 f° 4v.).

125 Le lieu-dit Les Ewaux se trouve entre Lièpvre et l’Allemand-Rombach.

126 Le procès-verbal de 1619 porte « Déclara[ti]on des meubles de feu Anthoine Petermann vendus à l’enquant par le sousbsigné doien à Saincte Croix, comme s’ensuyt ». Nous avons placé dans la colonne de gauche la liste originelle des meubles et dans la colonne de droite les articles du procès-verbal de la vente réalisée en reclassant les articles dans l’ordre initial et en signalant les discordances.

127 Trely, trily ou treillis : grosse toile.

128 Il manque une chemise non vendue. Petermann la portait-il pour l’exécution ?

129 Chaussure grossière que l’on décrit ordinairement comme faite de cuir et à semelle de bois épaisse, qui protège du froid et de l’humidité. Le matériau est ici de la grosse toile. Cela ne correspond pas a priori au « bas » de l’inventaire mais c’est la seule correspondance possible.

130 Ou pelisse, vêtement de peau fourrée.

131 Enveloppe, taie d’oreiller ou de traversin.

132 Des draps.

133 Un des cinq n’aurait donc pas été vendu.

134 Un édredon sans toile.

135 Un traversin.

136 Peut aussi bien signifier pelle (à remuer les cendres, à enfourner), poêle à frire que chaudron. Un peslier est un chaudronnier. On voit bien dans l’article suivant qu’il ne s’agit pas d’une pelle au sens moderne du mot mais de ce récipient que l’on plaçait au-dessus des braises. L’airain est du bronze.

137 Manque un.

138 Petite bassine, bassinoire.

139 L’objet n’est pas dans la vente. Il ne s’agit pas de désarmer la population en ne remettant pas en circulation une épée, puisqu’une hallebarde est vendue plus loin. En revanche, l’épée est mentionnée dans l’une des versions racontée par Petermann (pc. 3 f° 6v.) ce qui peut expliquer qu’elle a été enlevée du séquestre pour devenir un élément du procès ou sinon, que personne à Sainte-Croix n’a voulu enchérir sur un objet par trop associé au crime.

140 Manque un.

141 Cet objet et quelques autres correspondent à l’outillage professionnel de Petermann.

142 Manque un cercle.

143 Huche, coffre.

144 Le procès-verbal de la vente commence par : « Aultres meubles appartenans aud[ict] Petermann trouvez dedans une huge à l’église de Saincte Croix vendus à l’enquant c[om]me cy devant est dict ». Comme ci-dessus, nous avons placé à droite le procès-verbal de la vente en 1619 et à gauche l’inventaire dressé le 13 février 1618.

145 Il est écrit dans la marge « Le tout d’estain » pour les articles 30 à 37.

146 L’étain « façon d’Allemagne » n’a pas été élucidé formellement. Voir l’article.

147 Gobelet.

148 Le nom est différent dans les deux listes mais il s’agit bien du même objet : « saulcière » signifie anciennement salière, le mot « saucière » en étant dérivé, parce que l’on y versait en principe du liquide salé.

149 Oreiller.

150 À moitié reprisée.

151 Déjà.

152 Manque une.

153 Dais placé au-dessus d’un lit.

154 Selon l’analyse linguistique de Jean-Claude Diedler, il s’agit d’un essuie-mains. Le mot est formé à partir du verbe « suer » attesté au xiiie siècle (1268, latin populaire sucare de sucus, suc) et qui signifie essuyer sécher. La « suière » est un drap, linge qui sert à essuyer. Le mot « xuemains » doit être prononcé « suemains ».

155 La serge est de la laine tissée mais quel rapport avec le « poil » ? Article non élucidé mais que l’on ne peut pas non plus associer à celui de la vente (n° 57) qui n’était pas dans le premier inventaire.

156 Une taie de traversin. Article absent de l’inventaire.

157 En droit : ce qui échoit à quelqu’un.

158 L’exécutant, celui qui a effectué une certaine mission (en rapport avec l’estimation de l’héritage ?) à moins que le mot désigne seulement un (maître) artisan dont le rédacteur n’a pas voulu préciser la spécialité.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Première page de l’interrogatoire du prévenu pc.3 f° 1r.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8781/img-1.jpg
Fichier image/, 568k

Auteurs

Professeur des universités, directeur de l’institut d’Histoire moderne de l’Université de Strasbourg et membre de l’EA3400 Art Civilisation et Histoire de l’Europe (ARCHE).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540