Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Deuxième partie. Affreux, sales et méchants ? Réflexions croisées sur la violence du xvie au xviiie siècle

Violence meurtrière et turbulence juvénile dans le Midi de la France : faut-il réexaminer le processus de civilisation des mœurs ?

Gilbert Larguier

Texte intégral

  • 1 Ille-sur-Têt et Bouleternère : Pyrénées-Orientales, arr. Prades c. Vinça. « Ville » n’a pas de cara (...)

« […] par une coutume pernicieuse qui leur tenait lieu de privilège et par une mauvaise émulation de valeur qui s’estoit établie entre les paroisses […] pendant cette année en plusieurs endroits du ressort les peuples des villes et des villages de la campagne étant attroupés se seroient battus à coup de pierre les uns contre les autres sans que les bayles qui doivent veiller à l’exécution des arrêts de la cour ayent pu l’empêcher ; cet abus seroit parvenu à une telle extrémité que les habitants de la ville d’Ille1 avec plusieurs autres des villages voisins excités par des gents mal intentionnés et ennemis du repos public qui estoient à leur tête, n’avoient pas douté de s’attrouper en grand nombre portant des armes et seroient allés fondre sur la ville de Bulle Ternere publiant qu’ils vouloient brûler et saccager cette ville, violer les femmes et détruire les fruits des champs sans qu’ils ayent pu être arrestés par les bayles qui se seroient trouvés sur les lieux à cause du grand nombre de gents qui y étoient assemblés […] fait en conseil le XII septembre 1702. »
Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2 B 666,
arrêt du Conseil souverain de Roussillon.

1S’interroge-t-on sur l’intensité d’un phénomène seulement lorsque celle-ci a fortement et durablement régressé par rapport à ce qu’elle était antérieurement ? La question n’est pas illégitime concernant la violence. Formuler la question ainsi présuppose avant tout examen que la sensibilité à son égard, les discours tenus, voire son émergence comme thème de réflexion et de recherche, n’interviendraient qu’une fois son paroxysme passé. Exprimé différemment et complémentairement, la violence ne se tolèrerait plus – ou beaucoup moins – à partir du moment où son recul serait déjà significatif. Intensité et perception du phénomène peuvent diverger notablement. D’où la nécessité, une fois ces distorsions avérées, de remettre sur le métier la mesure du phénomène et de procéder à la lecture critique des relations de manifestations de violence. On le tentera ici à propos des jeunes dans le sud du royaume, les provinces du Languedoc et du Roussillon plus particulièrement, inégalement servies par la documentation et la recherche.

La violence meurtrière en Languedoc et dans le Roussillon

2Rappelons les types de violence envisagés ici : les actes ayant entraîné mort d’homme dans un cadre privé, villageois ou citadin – cela concerne les rencontres d’individus ou de groupes dans ou à la frontière de territoires communautaires –, en dehors des conflits mettant aux prises des communautés, des principautés, des États qui se sont déclaré la guerre, ont lancé des troupes les uns contre les autres ; et même des affrontements consécutifs aux guerres civiles bien que la délimitation entre les violences individuelles et celles des groupes organisés ne soit pas toujours facile à établir.

Une violence débridée finalement régulée par l’État ?

  • 2 Muchembled, Robert, Violence et société. Comportements et mentalités populaires en Artois (1400-166 (...)
  • 3 Muchembled, Robert, Histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, éd. du Seui (...)

3Tous les travaux réalisés sur la violence en Europe occidentale au cours de la période moderne (xvie-xviiie siècle) mettent en exergue une période où elle fut portée à un niveau inouï – la première moitié du xvie siècle – et désignent ses principaux auteurs : des hommes, jeunes plus particulièrement2. Tous, également, à quelques nuances près portant sur le moment où le processus s’amorce et sur ses raisons, s’accordent sur une diminution sensible du sang versé. Le nombre des tués à la suite d’altercations ou d’agressions chuterait dans une proportion de 10 à 1 entre le début du xvie siècle et le milieu du siècle suivant3. Un recul extrêmement rapide qui se serait poursuivi ensuite à un rythme plus lent, mais du même ordre de grandeur, jusqu’au milieu du xxe siècle.

  • 4 Elias, Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1974, 342 p. et La Dynamique de l’Oc (...)

4La tendance générale, comme ses inflexions, paraissent à peu près acquises. Cependant, les proportions avancées et le rythme de la décrue sont-ils équivalents partout ? En effet, les principaux travaux d’ordre quantitatif sur lesquels on peut s’appuyer concernent la France, l’Europe moyenne et du nord. La question mérite d’être examinée avec attention car la diminution de la violence au cours du dernier demi millénaire apparaît comme un trait original de l’occident de l’Europe. Comment expliquer un phénomène aussi général et aussi ample ? Il n’est pas sans intérêt d’observer que les thèses avancées pour en rendre compte et dont l’audience a été la plus grande, y compris chez les historiens, l’ont été par un sociologue et un philosophe4. Leur réflexion ne procède ni des mêmes prémices ni ne vise les mêmes fins. Tous deux ont mis en exergue le rôle de l’État. Pour Norbert Elias, l’État serait parvenu à monopoliser la violence, à en devenir l’unique dépositaire et le seul habilité à l’exercer au nom de tous, parallèlement et complémentairement à réfréner les pulsions d’agressivité individuelles contre autrui. Pour Michel Foucault, l’enfermement, forme moderne de l’incarcération, participerait d’une stratégie visant à contrôler rigoureusement des profils déterminés. On y reviendra.

Proches et différents : le Languedoc et le Roussillon

  • 5 Teule, Édilbert de, État des juridictions des Comtés de Roussillon avant 1790, Paris, 1887, 51 p. ;(...)

5Avoir à l’esprit l’État, comme en filigrane, n’est pas inutile lorsqu’on met en parallèle le Languedoc et le Roussillon. Le Languedoc, intégré au royaume depuis le xive siècle, est une province de longue fidélité dotée précocement de cours souveraines et d’un bon encadrement administratif. Le Roussillon, conquis tardivement lors du traité des Pyrénées (1659), présente un visage profondément différent. Principal contraste : la défiance, pour ne pas dire plus, du territoire auquel il appartient à l’égard de l’État. Les rois d’Espagne y étaient reconnus seulement comme comtes de Barcelone après avoir juré de respecter les constitutions de Catalogne, d’où des tensions récurrentes avec Madrid portées à incandescence lors de la guerre ouverte entre les Habsbourg et les Bourbons à partir de 1635. La « Révolution catalane » en découla, et la décision prise par la Généralité de Catalogne d’élire Louis XIII comte de Barcelone (1641). Réticence à l’égard de l’État ne signifiait pas inorganisation, notamment sur le plan du droit, très fouillé et précis, et de la justice rendue activement par les justices seigneuriales, de baillages, de vigueries5.

  • 6 Troubles liés au bandolérisme. Voir notamment : Torres, Xavier, Els bandolers (s. xvi-xvii), Vic, E (...)
  • 7 L’article 36 des coutumes de Perpignan mentionnait que les armes étaient insaisissables, comme les (...)

6En Catalogne, et pour cause, pas de grâce royale et de lettres de rémission grâce auxquelles on a pu entrevoir ailleurs le niveau de la violence meurtrière. Plus qu’en Languedoc, la question des sources se pose, et avec elle celle de la nature de la violence et de sa mesure. Le Roussillon, des secteurs entiers de Catalogne plus généralement, connaissent des périodes de graves turbulences et d’insécurité au xve et au xvie siècle6. On peut le supposer, nombre d’exactions ont échappé à la justice. Différence fondamentale également avec le Languedoc voisin, la défense des communautés repose sur les habitants eux-mêmes qui, nécessairement, sont armés. D’où une profusion d’armes de tous types7. L’absence de pouvoir central, la faiblesse des organes de coercition, la possession d’armes à feu et de poing par toutes les familles, la position même du Roussillon, zone frontière où les règnes d’Espagne et de France se sont affrontés à plusieurs reprises, ont-elles laissé se perpétuer dans la population en partie montagnarde un haut degré de violence ?

Les statistiques et le prisme des sources

  • 8 Sabate, Flocel, « Femmes et violence dans la Catalogne du xive siècle », Annales du Midi, t. 106, n(...)
  • 9 Aude, arr. Carcassonne, c. Castelnaudary.
  • 10 Aude, arr. Carcassonne, ch.-l. c.
  • 11 Marandet, Marie-Claude, « Violence redoutée, violence réelle en Toulousain à la fin du Moyen Âge », (...)
  • 12 12. Les vols 62 %.
  • 13 L’évaluation est approximative, mais à partir des fogatges on peut estimer la population de la vigu (...)

7On ne peut se fonder que sur un nombre réduit d’études de cas. Au cours de la seconde moitié du xive siècle, en milieu rural, 5 à 7 personnes mourraient chaque année de mort violente à la suite d’agressions dans la viguerie du Roussillon8. Non loin de là, en Lauragais (en Languedoc donc), des registres émanant des consulats ayant obtenu du Roi une délégation de justice donnent des informations sur deux petites circonscriptions, l’une rurale (Mireval9), l’autre dont le centre est une bourgade (Castelnaudary10) grosse de 2 000 habitants environ11. Les rixes suivies de blessures ou de la mort d’un des protagonistes y représentent 14 % des affaires documentées12 avec une proportion en zone rurale légèrement supérieure à ce que l’on constate dans la bourgade. Ce qui donne un taux annuel d’homicides pour 1 000 habitants voisin de 0,25 ; une proportion proche de celle observée dans la viguerie du Roussillon13.

  • 14 Marandet, Marie-Claude, « Violence redoutée… », op. cit., p. 278.
  • 15 Gauvard, Claude, De grâce especial…, op. cit., p. 301-303 ; Gonthier, Nicole, Délinquance, justice (...)

8Acceptons ces chiffres pour ce qu’ils sont : des ordres de grandeur, les premiers issus d’une grande enquête à l’échelle de la Catalogne fondée sur le dépouillement des procédures criminelles, les seconds sur un corpus plus exhaustif mais limité à deux communautés. Leur intérêt tient néanmoins à leur convergence. Les coups et blessures représentent environ 15 % des délits poursuivis – mais combien ont fait l’objet d’accommodements ? Ils sont majoritairement le fait d’hommes et ils ont été donnés et reçus à la suite de rixes, même si la présence des femmes n’est pas négligeable puisque, en Catalogne, elles figurent dans 30 % des causes criminelles et sont en position d’agresseur dans 14 % des cas14. Parmi eux, quelle est la proportion des jeunes ? Les âges n’étant mentionnés que très imparfaitement et peu précisément, il est difficile de se prononcer. En dépit de ces incertitudes observons néanmoins que les types de délits poursuivis, la part de chacun d’eux et l’implication des femmes ne varient pas fondamentalement d’un lieu ou d’une région à l’autre15. Ceci suffit-il à les rendre crédible ? Il faudrait alors, si l’on suit de près le détail des faits relatés dans les procédures, relativiser le rôle des jeunes gens, au moins des très jeunes.

  • 16 Aude, ch.-l. arr.
  • 17 Larguier, Gilbert, « Fraude et protection en Languedoc au xviie siècle : l’affaire Aoustenc », p. 4 (...)
  • 18 Aude, arr. Limoux, ch.-l. c.

9Avant le xviiie siècle on ne peut sérieusement se prononcer sur les taux et l’évolution de la criminalité. L’écart est trop grand entre les procédures conservées et ce que l’on sait de la violence répandue dans certains secteurs, ainsi de part et d’autre de la frontière entre le Roussillon et le Languedoc – de ce côté-ci depuis le Fenouillèdes jusqu’au diocèse civil de Limoux16 – entre 1560 et 1660 (dates rondes). L’insécurité endémique et l’absence de relais du pouvoir royal étaient telles que des groupes étroits, à force d’intimidation, mirent le pays en coupe réglée, parvinrent à se rendre maîtres des offices de collecteur d’impôts et de la sénéchaussée nouvellement créée à Limoux en 164217. Nicolas Pavillon, l’évêque d’Alet18 qui tenta de ramener un peu d’ordre, fut totalement impuissant face aux soutiens que s’étaient acquis ces groupes organisés dans les cours souveraines de la province, notamment au Parlement de Toulouse.

  • 19 Le prévôt général de la province réclame le renforcement des brigades de la maréchaussée pour l’aid (...)
  • 20 Pyrénées-Orientales, arr. Prades, c. Vinça, lieu-dit de la commune de Boule-d’Amont.
  • 21 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1741. On pourrait produire d’autres exemples. Au mois de septem (...)
  • 22 Un pagès est un propriétaire terrien.
  • 23 Pyrénées-Orientales, arr. Céret, c. Arles-sur-Tech.
  • 24 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1673. Collioure, Pyrénées-Orientales, arr. Céret, c. Côte-Verme (...)

10Les temps sont plus assagis au xviiie siècle. La sous-évaluation due à la crainte de représailles de la part des victimes et à l’absence de moyens pour engager des poursuites est assurément moins élevée. Encore ne faut-il pas se faire trop d’illusion. Voici deux affaires en dehors de secteurs considérés comme des zones de non droit à l’instar du Capcir19. Une nuit, au mois de juillet 1681, Margarida Fado de Serrabone20 tue à coups de hache sa sœur et son beau-frère pendant leur sommeil. L’oncle de la meurtrière et son épouse découvrent rapidement le crime et s’interrogent : vont-ils dénoncer leur nièce au bayle du lieu ? Ils choisissent de ne rien dire, participent à l’ensevelissement des corps. Le meurtre ne sera prouvé et le procès n’interviendra que huit ans plus tard, après la découverte des ossements des victimes21. Neuf ans plus tôt, au mois de juillet également, un certain André Ginesta, assassin d’un étudiant en grammaire, Jean Blay, est arrêté. Sa mise hors d’état de nuire délie les langues. L’individu, un jeune pagès22, n’en était pas à son premier forfait. On le connaissait comme un détrousseur sur les grands chemins, seul ou en bande. On le craignait car il menaçait de mort tous ceux qui prendraient le risque de le dénoncer et on savait qu’il mettrait ses menaces à exécution. N’avait-il pas déjà au moins deux meurtres sur la conscience : d’un homme à Taulis23 et d’un jeune garçon à Collioure24 ? Exemples types du silence des familles et des communautés en dépit d’une exécution préméditée et de la crainte inspirée par les menaces de mort de mauvais sujets dont personne à des lieues à la ronde n’ignorait les méfaits.

  • 25 Suarez, Roger-Daniel, Les crimes de sang en Roussillon de 1670 à 1700, mémoire de maîtrise, Univers (...)
  • 26 Révolte qui dure de 1667 à 1673, Ayats, Alain, Les guerres de Joseph de la Trinxeria (1637-1694). L (...)
  • 27 Vols de poules et animaux domestiques en Cerdagne (1670), les habitants, armés, consuls en tête, te (...)
  • 28 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1779 (1698).
  • 29 Insultes contre un jardinier qui blesse le soldat (1678), 2 B 1670 et 1691.

11La criminalité connue se situe-t-elle entre ces deux bornes d’opacité ? Au cours des trois dernières décennies du xviie siècle les affaires criminelles jugées en première instance dans les bailliages et les vigueries puis au Conseil souverain sont au nombre de 72, soit une moyenne annuelle de 2,4 pour une population que l’on peut estimer à 60 000 habitants environ25. C’est peu. Le calme n’était pas complètement revenu dans la province nouvellement conquise, encore sous le coup de la révolte des Angelets26. Les troupes restent nombreuses en Roussillon jusqu’à la fin de la guerre de Succession d’Espagne avec leur lot de violence entre soldats, de conflits avec la population à cause de vols, de déprédations27, de querelles de cabaret28, d’insultes29, etc.

  • 30 Christophe Laborie, accusé du meurtre de Salvdor Candi le soir du 27 avril 1695, obtient un acte de (...)

12Un crime sur huit est imputable à la présence des troupes. Ces cas mis à part, reste une violence très classique issue des tensions intrafamiliales (20 % environ), des contestations de territoires, des rivalités entre jeunes ou entre communautés ayant dégénéré qui expliquent le nombre relativement élevé d’incidents dominicaux ainsi que la proportion significative d’homicides qualifiés d’involontaires (24 %) et les pardons accordés aux meurtriers par les parents des victimes, préalables éventuels à la délivrance d’une lettre de rémission30. Dans ces affrontements où le sang avait coulé quelle fut la proportion des jeunes ? Il faut tenir compte des circonstances. Les heurts avec les soldats accompagnés de coups et de blessures ne concernaient pas forcément des jeunes gens, mais aussi, voire surtout des hommes d’âge mûr propriétaires ou représentants des communautés.

  • 31 Entre 1720 et 1740, proportion de 93,6 % dans les affaires jugées par le Conseil souverain, Bekheir (...)
  • 32 22,5 % des accusés de crimes sont âgés de 20 à 25 ans (un seul avant cet âge-là), 13,5 % entre 25 e (...)
  • 33 Pyrénées-Orientales, arr. Perpignan, c. Millas.
  • 34 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1770. On peut citer plusieurs exemples analogues : le soir du 2 (...)

13Comme ailleurs, la violence meurtrière était très majoritairement masculine (91 %31), la féminine restant confinée au cercle privé. La majorité des agresseurs et de leurs victimes se connaissaient. Dans 27,5 % des cas l’agresseur et la victime appartenaient à la même famille, les crimes se déroulant au domicile de la victime ou de l’accusé dans plus d’un quart des cas (26,5 %). Des proportions élevées qui montrent que le régime successoral inégalitaire pratiqué en Roussillon n’allait pas sans de vives tensions internes. Spécificité plus affirmée, expliquée peut-être par la détention généralisée des armes : les blessures ou les assassinats étaient causés majoritairement par des armes à feu (56 % des cas). Venaient en second les outils de travail des paysans, notamment les haches que les femmes n’hésitaient pas à utiliser. Les dagues, les couteaux, étaient moins employés (23,5 %). Les jeunes fortement impliqués dans les crimes de sang32 portaient autant les armes à feu que les hommes mûrs, même lorsqu’ils voulaient se mesurer entre eux. Ainsi à Corbère33 en 1696 où, pour carnaval, on dansait le dimanche 4 mars sur la place du village. Une bande de jeunes du hameau voisin des Cortals se présenta avec des bâtons et des armes à feu à l’épaule. La fête fut si gravement perturbée que la jeunesse locale décida de laver l’affront. Deux jours plus tard, au petit matin, quatre jeunes de Corbère se rendirent dans le champ d’un pagès dont le fils avait lancé des pierres pendant le carnaval. La querelle se ralluma, les insultes fusèrent. Joseph Tarris resta sur le carreau, tué d’un coup de fusil34.

  • 35 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1267-1273 : « état des crimes dénoncés sur lesquels il y a proc (...)
  • 36 Recension exhaustive effectuée par Badosa, Marc, « Les infractions pénales instruites par les vigue (...)
  • 37 197 injures réelles, 109 injures verbales et réelles. Soit, en incluant les homicides, 35,8 % des a (...)

14Un siècle plus tard, quelle est la situation de la province au regard de la violence et de la criminalité ? L’information est plus assurée en raison d’une meilleure conservation des archives, du début des statistiques judiciaires grâce auxquelles on peut faire d’utiles recoupements35. Sur les 1 105 infractions instruites et jugées par les juges des vigueries entre 1700 et 1789 dont les dossiers sont conservés36 90 relèvent de la catégorie des homicides, qu’il s’agisse d’assassinats, d’empoisonnements, de tentatives de meurtres (17), de suicides (5), etc. Les injures réelles augmentent sensiblement la conflictualité accompagnée de coups et de blessures37.

Tableaux 1 et 2. Crimes et délits recensés dans les vigueries du Roussillon durant le xviiie siècle

Nature de l’infraction

Nombre

Pourcentage

Homicides

90

8,1 %

Infractions sexuelles

79

7,1 %

Injures

372

33,7 %

Vols

300

27,1 %

Incendies

30

2,7 %

Voies de fait

81

7,3 %

Infractions singulières

89

8 %

Total

1 105

 

Ventilation des homicides

Nombre

Parricides

2

Infanticides

2

Uxoricides

2

Duel

1

Suicides

5

Assassinats et meurtres de guet-apens

45

Tentatives de meurtre

17

Empoisonnements

6

Homicides involontaires

10

Total

90

  • 38 Angelats, David, Justice, délinquance et société au Conseil souverain de Roussillon (1770-1790),(...)
  • 39 Une quinzaine par décennie entre 1760 et 1779, 23 entre 1780 et 1789.
  • 40 Viol commis par deux soldats sur le grand chemin d’Espagne en 1749 : Arch. dép. Pyrénées-Orientales (...)

15Les statistiques plus complètes concernant les affaires jugées au cours de la seconde moitié du xviiie siècle par le Conseil souverain de Roussillon qui en appel – c’est à souligner – confirme systématiquement les arrêts rendus en première instance, laissent à penser que la criminalité a reculé entre 1740 et 1760, puis a connu une légère recrudescence lors des dernières décennies du siècle38. Est-ce l’effet d’une plus grande efficacité de l’administration, de la meilleure acceptation du Conseil souverain qui n’hésitait pas à l’occasion à se déplacer jusqu’en Cerdagne ? Le nombre des crimes jugés ne recule pas, semble un peu plus élevé en effet durant les décennies 1770-1790 qu’au milieu du siècle39. La présence des troupes avait été considérablement allégée cependant, ce qui limitait les heurts avec la population, l’insécurité était moindre même si des vols, des viols, des assassinats continuaient à se commettre sur les « grands chemins »40.

  • 41 Pelissier, Jean-Pierre, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et (...)
  • 42 Il y aurait donc en moyenne 1,75 décès de mort violente par an dans la province entre 1760 et 1789 (...)
  • 43 Cela concerne la Cerdagne comme le Capcir qui dépend de la viguerie de Conflent. Le prévôt général (...)
  • 44 Pyrénées-Orientales, arr. Prades, c. Saillagouse.

16Si l’on déduit les rencontres sanglantes avec les soldats et l’on observe qu’aucun crime n’est signalé dans Perpignan contrairement à la fin du siècle précédent, on est certainement fondé à conclure que la violence meurtrière n’a pas régressé dans les campagnes. La population a augmenté, il est vrai, de près de 50 % entre le début et la fin du xviiie siècle41. Une piste cependant peut rendre compte de cette situation : une part significative des assassinats – près du quart – est commise dans la viguerie de Cerdagne. Cela corrobore la réputation de violence des cantons de montagne42 et fait soupçonner une forte sous-estimation antérieure43. En 1778, d’ailleurs, le baille de Palau-de-Cerdagne44 fut inquiété pour n’avoir pas dénoncé un crime au procureur général de la cour supérieure.

  • 45 Angelats, David, Justice, délinquance et société…, op. cit., p. 113.
  • 46 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1996 (1772).

17Ne dissimulons pas le caractère approximatif de cette pesée. Les différences constatées n’en recouvrent pas moins une réalité : les tensions entre les familles, les rivalités pour les terrains de parcours, les affaires de vols d’animaux, de bois, y prenaient un tour violent plus souvent qu’ailleurs. Est-ce parce que l’on continuait à porter des armes à feu et à ne pas hésiter à s’en servir ? Différence assez nette avec les récits d’agression de la fin du siècle précédent cependant : moins de blessures à la fin du xviiie siècle sont causées par des armes à feu. Entre 1770 et 1790 les coups sont portés à l’aide de bâtons, de pierres, d’outils, dans 70 % des cas environ45. Peu de poignards ou de couteaux. Les fusils, les pistolets, n’ont pas disparu. Ils tendent désormais à distinguer les criminels d’occasion et le criminel de profession comme Michel Tibaut surnommé Cap de ferro, voleur notoire de bétail depuis des années, toujours armé d’un fusil et de deux pistolets qui déclare quand la compagnie des invalides de Saint-Nazaire parvient difficilement à l’arrêter se contenter de chasser le lapin46. Les différends entre communautés villageoises continuaient cependant à se régler à coups de fusils. Des exemples précédents on peut apercevoir assez finement, en dehors des haines domestiques et des criminels de profession, la gradation de la violence : entre jeunes, lors des échauffourées arrivées pendant les fêtes où les jeunesses des communautés voisines aimaient se défier, les altercations étaient d’abord sonores. On passait ensuite aux coups de poing, de bâton, de pierre. Les armes à feu n’intervenaient que dans un second ou troisième temps, même si elles s’exhibaient lors d’équipées préméditées destinées à impressionner et à laver l’honneur communautaire.

  • 47 56 inculpations en Roussillon en 20 ans, de 100 à 300 inculpations pour une population de 3 million (...)

18Doit-on en déduire un meilleur contrôle de l’impulsivité quand les conflits éclatent sous le regard du public ? Bravades, insultes, coups portés sans intention forcément meurtrière, se substituent aux coups de couteau et de feu lâchés derechef. La turbulence, les clameurs, les gestes de défiou de menace seraient l’indice non équivoque du passage d’une violence impulsive meurtrière à une turbulence moins sanguinaire. Pour l’heure, si l’on tente de proposer un taux de criminalité à partir des sources à disposition, on peut estimer à la fin du xviiie siècle en Roussillon le taux d’inculpés pour homicide à 2,8 pour 100 000 habitants alors qu’en Languedoc, calculé à partir des appels au Parlement de Toulouse, il serait au minimum de 3,347.

Les jeunes et la violence : les faits et le ressenti

19Les jeunes se sont-ils assagis en Languedoc et en Roussillon au xviiie siècle au point de disparaître des annales judiciaires ? Le contraste est total entre le nombre réduit de jeunes traduits en justice pour des violences meurtrières et les plaintes dont ils font l’objet. D’un bout à l’autre du Languedoc, en Roussillon aussi, on ne cesse de se lamenter : la jeunesse est mal morigénée, insolente, tapageuse, le désordre incarné.

L’exemple de Limoux

  • 48 Aude, ch.-l. arr. et c.

20Il faut écouter les doléances des mécontents excédés par les comportements juvéniles. Ainsi la lettre du premier consul de la petite ville de Limoux48 adressée au commandant en chef de la province au début du mois d’octobre 1750 :

« Je ne sçaurai Monseigneur vous dépeindre le triste état où se trouve depuis si longtemps cette communauté ny vous faire l’énumération de tous les crimes qui s’y sont commis et s’y commettent toutes les nuits impunément tellement que les habitants se sortent qu’armés. On assassine les citoyens et les étrangers à grand coup de pierre, on y vole les maisons en les enfonçant ; les femmes sont insultées et exposées aux derniers outrages, les ouvrages publics renversés, les maisons religieuses enfoncées, la gerbe brullée au sol, un pauvre garçon perruquier étranger assassiné et jetté au bas du pont de la rivière, attroupement de gens de toutte espèce, chansons obscènes et diffamation chantées devant les maisons… »

  • 49 Arch. dép. Hérault, C 6156 ; Larguier, Gilbert, « Jeunes, jeunesse ou jeunesses. Essai de caractéri (...)

21Le consul vise plus particulièrement des jeunes gens « qui continuent les mêmes désordres dont cette ville est affligée depuis environ dix années », agissent déguisés et nuitamment, si bien qu’il n’est possible ni de s’en saisir ni de les confondre. Sûrs de leur impunité car ils menaçaient de tuer ceux qui déposeraient contre eux, rien ne les arrêtait49.

22Crimes, assassinats, attaques et dégradations de biens privés, publics, ecclésiastiques, insultes, chansons obscènes et diffamatoires, intimidations, etc. : le conseil de ville de Limoux se déclare impuissant face aux exactions des jeunes. Les termes et leur accumulation sont sans équivoque. Simplement, on se le rappelle, le vocable assassinat ne signifie pas forcément meurtre comme aujourd’hui, mais agression violente ayant ou non entraîné de graves blessures. Crime est néanmoins employé en tête des méfaits commis par la jeunesse. S’agit-il de la réalité, c’est-à-dire de voies de faits avérées – mesurables donc –, ou l’exagération d’un conseil municipal porte-parole d’une population excédée ? On ne trouve en effet pas trace d’une vague criminelle dans les procédures de la sénéchaussée de Limoux au milieu du xviiie siècle… À moins de croire sur parole à l’efficacité des menaces exercées à l’encontre des victimes et des éventuels délateurs.

  • 50 Schindler, Norbert « Les gardiens du désordre : rites culturels de la jeunesse à l’aube des Temps m (...)

23Le premier consul n’affabule pas. Les faits évoqués ont eu lieu, même s’il en exagère la gravité et les conséquences. Faut-il revenir en détail sur eux et sur les micro-événements de ce type ? Des exemples ont déjà été donnés. Ils paraissent étonnamment semblables d’une région à l’autre, d’un siècle à l’autre. Les exploits juvéniles dont on retrouve la trace ou le récit plus circonstancié dans le Languedoc et le Roussillon du xviiie siècle ressemblent à s’y méprendre à ceux de leurs compères suisses protestants du xvie siècle50. On peut s’arrêter sur quelques points peut-être, les notions de jeune et de jeunesse par exemple sur lesquelles il n’est pas inutile de revenir car elles ne sont pas sans rapport avec les actes répréhensibles qu’on leur reproche.

Une catégorie constituée voire institutionnalisée

  • 51 Larguier, Gilbert, « Jeunes, jeunesse ou jeunesses… », art. cit., p. 173.

24On parle en effet de jeunes, de « petite », de « grande » jeunesse. « Petite jeunesse » renvoie au seuil où l’on accède à la jeunesse, c’est-à-dire vers 14-15 ans. Avant cet âge, aucun forfait n’est signalé, pas davantage la participation à des expéditions en bande ou à des violences, seulement à des chahuts, comme choristes, le plus souvent à l’instigation de la jeunesse. Jeune on le devient lorsqu’on « entre en jeunesse », c’est-à-dire dans le groupe reconnu des jeunes gens pubères célibataires. À Montpellier il y a une « grande jeunesse » (1785). Lors de la célébration de la paix de la guerre de Sept Ans en 1763 à Limoux, la « jeunesse de la bourgeoisie et marchands drapiers » leva une compagnie de dragons à cheval et figura dans le cortège qui sous la conduite des consuls alla proclamer la paix en différents points de la ville51. Ces fractions de jeunesse temporaires ou plus durables ne se rencontrent qu’en ville, là où l’éventail des catégories sociales était large, encore qu’éventuellement l’unité juvénile pouvait se reconstituer quand des droits auxquels elle tenait se trouvaient remis en question.

  • 52 Ibid., p. 174-176.

25Le différend opposant la jeunesse de Limoux au conseil municipal est représentatif à cet égard. Sur l’instance des pères de la Doctrine chrétienne qui tenaient le collège, le conseil de ville décida en 1780 de supprimer les prix de l’Aigle et du Serpent et de les remplacer par des prix de livres attribués aux meilleurs élèves. Ces deux concours – tir à l’arbalète pour l’Aigle le jour de l’Ascension et à l’arquebuse le jour de la Pentecôte pour le Serpent – institués en vue d’exercer au maniement des armes, ne conféraient en plus de prix de dix et vingt livres qu’un titre honorifique de roi. La jeunesse mécontente de voir lui échapper ce droit qu’elle considérait comme sien depuis plus de deux siècles et reconnu par des lettres patentes, forma un syndicat et porta l’affaire au Parlement de Toulouse où elle eut gain de cause52. Toutes les catégories sociales et les différents métiers participèrent au syndicat, à l’exception des travailleurs de terre et des domestiques. Figuraient aussi dans cette jeunesse des hommes d’âge mûr, qui avaient largement dépassé la trentaine. La jeunesse, stricte sur l’âge requis pour y entrer, était plus accommodante lorsqu’on en avait été membre et que l’on continuait à pratiquer les mêmes jeux. On retiendra aussi de ce conflit entre une jeunesse et des autorités municipales la raison alléguée pour substituer la compétition scolaire à celle des armes : ces concours « accoutument les jeunes gens de cette ville à se servir de fusils, font des braconniers, des fourrageurs de récolte et souvent des malfaiteurs ».

  • 53 Argelliers, diocèse de Montpellier, Arch. dép. Hérault, C 6794.
  • 54 Il est indécent de voir ces « étendarts qui ne servent qu’à des fêtes profanes et à des folies du c (...)

26Ce dernier cas a un caractère un peu exceptionnel. Les jeunesses n’avaient pas besoin de se donner une existence aussi formelle pour avoir une conscience aiguë d’elles-mêmes. Il faut bien réaliser qu’elles comptaient parmi les seuls groupes organisés des communautés à côté du conseil municipal et des confréries religieuses quand il y en avait. Une caisse – un gros tambour – et un drapeau servaient d’instrument et d’emblème de mobilisation et de reconnaissance. La caisse de la jeunesse ne se confondait pas avec celle des hommes – des hommes mariés on l’a compris53. Hommes et jeunes avaient aussi des drapeaux distincts qu’ils déployaient en tête des processions, comme à Murviel, pratique vomie par l’évêque de Béziers54. Curieusement, un des points les moins bien documentés est l’élection des chefs ou abbés de la jeunesse : comment étaient-ils choisis, combien de temps durait leur magistère, quelle était l’étendue de leur autorité, etc. Cela a probablement varié selon le temps, les lieux, les personnalités. Aucune règle écrite ne nous est parvenue.

  • 55 Viols-le-Fort, Cessenon (1751), Siran (1764) dans le diocèse de Saint-Pons, Vallabrègues…
  • 56 Cas de Limoux où aucun chef de la jeunesse n’est signalé, de Montpellier aussi, de Nîmes…

27Tout bien considéré, des types et des degrés différents d’organisation s’aperçoivent assez bien. Premier type : les lieux les plus modestes où l’organisation des générations de jeunes gens, peu fournies, est inexistante ou inconstante. Second type, le plus classique : les jeunesses « réglées », un chef reconnu à leur tête, soudées derrière leurs emblèmes. Troisième type : les jeunesses divisées dans des localités grosses de quelques centaines d’habitants où des bandes rivales se forment55. Quatrième type : les agglomérations, villes déjà, où l’existence de quartiers, de groupes socio-professionnels différenciés, rend aléatoire et peu solide la formation de groupes stables où l’ensemble des jeunes pouvait se reconnaître56.

Une organisation qui régule la turbulence juvénile

28Ce préalable était nécessaire pour mieux cerner la violence juvénile. Les chroniques, en effet, font des jeunesses les principaux responsables des désordres et des violences. Or l’analyse des crimes jugés par le Parlement de Toulouse ou le Conseil souverain de Roussillon montre clairement qu’ils ont principalement pour auteurs des individus ayant agi seuls, non des jeunes en bande, même si des cas adviennent, nous l’avons vu. Sans garantir que la typologie esquissée il y a un instant soit à tout coup pertinente, on constate que les auteurs des gestes les plus agressifs appartiennent à des localités où les jeunesses ne sont pas parvenues à s’organiser durablement, à des bandes rivales d’une même communauté, à des jeunesses de villages voisins entre lesquelles un contentieux a surgi. Ces cas relèvent pour le premier d’une absence d’instance régulatrice, pour le second d’une défaillance de celle-ci à cause de rivalités internes qui exacerbent l’agressivité au lieu de la contenir, et pour le troisième de son détournement.

  • 57 Fabrezan, Ferrals-les-Corbières : Aude, arr. Narbonne, c. Lézignan-Corbières.
  • 58 Lettre du subdélégué Romé, 22 septembre 1749, Arch. dép. Hérault, C 6800.

29Dans les trois cas le risque existe de voir couler le sang car l’impulsivité n’est pas canalisée. Les exemples d’affrontements entre jeunesses de communautés voisines sont les plus intelligibles. En voici un parmi des dizaines que l’on pourrait produire. Au mois de juillet 1749 quatre jeunes de Fabrezan dans le diocèse de Narbonne étaient allés pendant la nuit dans le village voisin, Ferrals, chanter sous les fenêtres d’une fille57. Les garçons de Fabrezan, réveillés, viennent les joindre. Ils chantent, les invitent à boire et les raccompagnent. En guise de politesse d’au revoir, les jeunes de Ferrals leur décochèrent une volée de coups de bâton. Tout l’été les jeunes se « cherchèrent » comme on dit dans le Midi. Ceux de Ferrals, trois fois plus nombreux que leurs voisins, exhibaient leur supériorité. Provocateurs, quatre d’entre eux allèrent, le dimanche 31 août, boire au cabaret de Fabrezan, équipés de pistolets et de petites haches. En partant, ils crièrent à la jeunesse de Fabrezan qu’elle n’avait qu’à les suivre si elle voulait se mesurer à eux. Le défi devait se relever. À la limite des territoires communaux des jeunes de Ferrals embusqués surgirent. La bataille s’engagea, longue, à coups de pierre et de bâton. Un consul de Fabrezan qui était accouru fut sévèrement pris à partie et blessé. Les jeunes de cette communauté volèrent aussitôt à son secours, enragés. Un coup de fusil atteignit un de Ferrals. La déflagration calma les ardeurs. Mais il y eut des blessés, dont un gravement auquel on appliqua « l’opération du trépan »58.

30Tous les ressorts de la rivalité villageoise sont réunis ici entre deux jeunesses qui n’en étaient pas à leur première algarade : les incursions intempestives de petits groupes chez les voisins, le cabaret où l’on se raccommode ou se défie, les limites territoriales, les défis, la préméditation et la fonction représentative du consul – à cause d’elle l’attaque puis la défense dont il est l’objet. Il est significatif néanmoins que les armes employées pour en découdre soient des pierres et des bâtons bien que les bravaches venus lancer le défiaient montré des pistolets et de petites haches. Ils ne sont pas utilisés. Le coup de fusil qui stoppa l’affrontement n’a pas été ajusté pour tuer.

  • 59 Arch. dép. Hérault, C 6865. Roquemaure : Gard, arr. Nîmes, ch.-l. c. ; Sauveterre, Gard, arr. Nîmes (...)
  • 60 Ille-sur-Têt, Boule-d’Amont, Bouleternère, Rodès et Rigarda : Pyrénées-Orientales, arr. Prades, c. (...)
  • 61 Vinça : Pyrénées-Orientales, arr. Prades, ch.-l. c.
  • 62 Juhel, Christophe, « Indiscipline et désordre de la jeunesse en Roussillon au xviiie siècle », p. 1 (...)

31À Roquemaure, port sur le Rhône d’où l’on expédiait le vin de la Côte du Rhône, une rixe générale oppose, en 1773, 300 jeunes de la localité à 300 autres jeunes de Sauveterre, de Villeneuve et de Pujaut59. L’équilibre des forces engagées suggère une rencontre décidée. Elle se solde par 3 ou 4 blessés dans chaque camp. À distance, même si l’engagement fit forte impression et resta longtemps dans la mémoire collective, le bilan des victimes paraît faible. Les jeunesses organisées, volontiers tapageuses et insolentes, ne servent-elles pas à réguler la violence en donnant à celle-ci une expression souvent prévisible, publique, jusqu’à en faire un véritable spectacle visant à prévenir des actes irréparables, même si des accidents surviennent ? En Roussillon les batailles à coups de pierre appelées pedrades étaient une véritable institution, aussi bien dans les campagnes qu’aux abords de la capitale de la province. Les célibataires et aussi des hommes mariés de villages voisins se donnaient rendez-vous pour s’affronter. La population accourait, se plaçait de manière à ne rien rater du spectacle. Même un curé, en 1702, s’était joint aux spectateurs assemblés pour voir la pedrade entre Ille et Boule. La même année, durant tout l’été, les habitants de Bouleternère, de Rodès, de Rigarda60, de Vinça61, et d’autres villages encore du Conflent, se mesurèrent à coups de fronde. Le Conseil souverain de Roussillon tenta d’interdire les pedrades et multiplia les arrêts, sans résultat62.

32Sans aller jusqu’à la qualifier de rituelle, ne peut-on pas avancer l’idée d’une violence exercée « entre-soi » puisqu’elle concerne des groupes homologues qui se connaissaient et se choisissaient ? Le nombre des victimes et la gravité des blessures paraissent même parfois inversement proportionnels au nombre des combattants engagés. Les rencontres sanglantes, où l’on ne retenait pas les coups, intervenaient moins entre jeunesses villageoises, même lorsque des bandes rivales décidaient d’en découdre, que lorsque celles-ci, avec le renfort d’hommes mariés, se prenaient de querelle avec des étrangers, soldats, travailleurs temporaires ou artisans concurrents accusés de faire baisser le prix des journées ou de prendre le travail des locaux.

Une autre violence : les fils et filles rebelles et les mesures de rétorsion des familles

  • 63 Le curé de Viols-le-Fort, 12 juillet 1768, Arch. dép. Hérault, C 6788 (Viols-le-Fort, Hérault, arr. (...)

33On laissera de côté les vilénies supposées de la jeunesse : sérénades, courses de nuit, vociférations, mascarades, carnavals trop délurés, fêtes pastorales perturbées, charivaris, volées de pierres envoyées contre les portes et les volets des habitations, ravages des jardins, etc. La chronique concernant ces « jeunes effrénés qui font trembler et gémir tous les gens de bien »63 serait sans fin. Arrêtons-nous seulement sur la violence des jeunes exercée sur leurs proches. Avec eux, on change de catégorie sociale : les plaintes dirigées contre les perturbateurs visaient des individus de « basse extraction », sans éducation, raisons pour lesquelles on pouvait tout craindre de leur part. Ici, les plaignants – nobles, notaires ou importants propriétaires terriens – sont à leur aise, peuvent payer les frais de poursuite, d’arrestation, d’enfermement qu’ils sollicitent. Les parricides, on le voit par-là, ne sont que la fraction extrême de violences familiales finalement assez répandues.

  • 64 La religion est source de conflits : des jeunes filles veulent se convertir pour se marier. Les par (...)
  • 65 Le fils du sieur Boulé de Villeveyrac (dép. Hérault, arr. Montpellier, c. Mèze) le tourmente depuis (...)
  • 66 Le baron de Soubès, 4 juin 1766, Arch. dép. Hérault, C 6765. Le baron demande que sa fille soit int (...)

34Les griefs parentaux concernaient aussi bien les filles que les garçons. Pour elles : pas de violences physiques, ce qui correspond à leur image et à leur faible implication dans les agressions, mais un comportement attentatoire à la position et à l’honneur de la famille. Elles rejetaient la vie rangée, l’établissement imaginé par leur père, leur mère, un frère64. Les fils « dénaturés », quant à eux, éternels instables, joueurs invétérés criblés de dettes, violents, menaçaient davantage physiquement leurs géniteurs. Les plaignants l’avouent : ils n’osent déposer plainte contre leur chair et reculent lorsque, dans un premier mouvement, ils ont engagé une procédure65. Prudent, afin d’éviter des mises à l’écart intéressées pour des affaires de succession ou autre, le commandant en chef de la province faisait procéder à des enquêtes. Les dérèglements de sa fille, dont fait état le baron de Soubès, étaient-ils bien vrais par exemple ? Depuis des années elle serait devenue le scandale du pays, s’abouchant avec des paysans. Elle projetait un mariage déshonorant pour sa famille, avec un paysan. Mais, affirme le baron, cela « ne la rendrait ni plus sage ni plus retenue parce que son tempérament fait rougir l’homme le plus débauché »66.

  • 67 Gard, arr. Nîmes, c. Bagnols-sur-Cèze.
  • 68 Lettre du 29 septembre 1749, Arch. dép. Hérault, C 6858.

35Ces exemples de filles rebelles ne sont pas rares. Ils sont moins nombreux que les écarts des fils prodigues et violents. Les plaintes intervenaient après des mois ou des années de patience et parfois l’échec de stratégies visant à tempérer des penchants inquiétants. Le sieur Perrin de Codolet67, préoccupé par le « naturel dur et féroce » de son fils, l’avait marié à 17 ans. Cela ne l’avait pas redressé malgré la naissance de deux enfants : il s’adonnait à tous les vices, délaissait et maltraitait sa femme, faisait des scènes journalières et menaçait de brûler sa maison68. On aimerait connaître la proportion de pères et de mères victimes de mauvais gestes de leurs enfants par rapport au nombre des plaintes envoyées.

  • 69 Arch. dép. Hérault, C 6648.

36Que faire contre ces fils incontrôlables, sinon les mettre hors d’état d’agir pendant quelque temps ? Combien de demandes d’emprisonnement recevait chaque année le commandant en chef de la province ? Des dizaines, voire davantage. Il est difficile d’en faire le compte exact, de savoir combien de demandes furent satisfaites, réellement exécutées, et la durée des emprisonnements. Ces derniers étaient généralement demandés dans la prison la plus proche du domicile des plaignants : le fort Saint-André à Villeneuve-les-Avignon et le château de Pont-Saint-Esprit le long du Rhône, le Brescou au large de Agde, la cité de Carcassonne, le château de Ferrières, etc. Les listes de détenus de ces différentes prisons, hormis le fort du Brescou et la tour d’Aigues-Mortes destinée aux huguenotes, sont courtes : 4 à 5 détenus au plus à Pont-Saint-Esprit, à Alès et à la cité de Carcassonne, de 5 à une douzaine au fort Saint-André et au château de Ferrières69. C’est peu, avec des différences entre les prisons. Le Brescou et Ferrières, accueillaient la bourgeoisie, la noblesse – les avocats de Toulouse ou les conseillers du parlement envoyaient leurs rejetons retrouver leurs esprits au château de Ferrières. Les autres prisons recevaient des délinquants d’extraction plus modeste. Quelle fut l’efficacité du remède appliqué à ces jeunes hommes, célibataires dans la majorité des cas âgés de 22 à 28 ans ? On n’a guère de moyens de le savoir. Un sondage dans les affaires de parricide ne fait apparaître aucun des individus signalés. En tout cas, la menace d’enfermement comme moyen de dissuasion existait. Elle pouvait avoir une vertu dissuasive.

Faut-il revenir sur le processus de civilisation des mœurs ?

37Revenons à la lettre du consul de Limoux écrite lors d’un point bas de la violence, probablement inférieur à ce que l’on observe au cours des décennies 1770-1789. Sur quelle position s’arrêter : pencher du côté des propos peignant un passé plus paisible, ou de celui du verdict de la mesure ? L’écart entre le ressenti et la mesure est trop grand pour esquiver, ne pas s’interroger et réexaminer les thèses proposées pour expliquer la diminution séculaire de la violence meurtrière.

  • 70 Genet, Jean-Philippe, L’État moderne. Bilans et perspectives, Paris, Éditions du CNRS, 1990, 352 p.

38Le contrôle de soi et le retranchement du reste de la société de types d’individus considérés comme potentiellement dangereux, auraient eu raison de la violence débridée : le succès de ces thèses tient à l’originalité de la démarche adoptée, à la puissance de la réflexion, à l’éclairage qu’elles jetaient sur la société occidentale. Au fait, aussi, qu’elles associaient ces mutations à l’émergence de l’État moderne à un moment où celui-ci faisait l’objet d’une enquête collective70. La séduction qu’elles exercèrent sur les historiens vint-elle aussi de ce que, praticiens de l’inventaire, de la description, de la mesure aussi rigoureuse que possible, ceux-ci sont souvent réticents, par prudence, à proposer des interprétations à caractère trop général ? Ce qui revenait d’une certaine manière à laisser interpréter le processus de civilisation par des disciplines voisines. Curieusement, au premier abord, les recherches visant à déterminer avec précision la nature, le degré, les motifs et les auteurs des violences mortifères, ne sont intervenues que postérieurement. Les propositions théoriques, pas seulement à titre d’expertise ou de vérification, les ont néanmoins puissamment stimulées.

39Leur principal résultat a été de montrer que la réduction significative du nombre de morts violentes est intervenue avant que le processus de civilisation des mœurs et le retranchement cher à Michel Foucault aient pu produire leurs effets. Ils ne seraient donc pas à l’origine de la première phase de la chute de la violence mortifère – la plus rapide –, et accompagneraient sa seconde phase, plus lente. Le Roussillon, étranger à la culture étatique, où la population après l’annexion restait rétive à l’égard de l’autorité monarchique, et le Languedoc turbulent, invitent, derrière les chiffres, à examiner de plus près les comportements.

Des autorités locales impuissantes

  • 71 Arch. dép. Hérault, C 6516-6880, 14305-14311. Ils ont déjà été utilisés dans Castan, Nicole, Les cr (...)

40Les plaintes et placets adressés par centaines depuis tous les diocèses civils du Languedoc au commandant en chef de la province71, outre leur masse qui impose un ton, présentent l’intérêt de ne pas avoir été sollicités. S’y expriment des impatiences, le découragement, l’impuissance, davantage depuis la campagne, les bourgs, que depuis les villes. À de rares exceptions près en effet aucune doléance ne provient des capitales diocésaines. Des moindres recoins de la province monte la même plainte, exprimée en des termes étonnamment similaires : le respect de l’autorité s’est perdu, les magistrats municipaux, les ecclésiastiques, les cavaliers de la maréchaussée, tous les représentants de l’ordre sont tourmentés, tournés en dérision.

  • 72 Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Chinian.
  • 73 Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Chinian.
  • 74 Hérault, arr. Béziers, ch.-l. c.
  • 75 Cébazan : 6 août 1788, Arch. dép. Hérault, C 6848 ; Cessenon : 1766, 1768, 1770, etc. : Arch. dép. (...)
  • 76 Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Chinian.
  • 77 15 février 1769, Arch. dép. Hérault, C 6847.
  • 78 Ainsi à Saint-Jean-de-Fos (dép. Hérault, arr. Lodève, c. Gignac) où les jeunes arrachent les arbres (...)

41Les soupirs des consuls sont trop récurrents pour ne pas refléter un sentiment partagé : l’autorité municipale, ravalée à rien, est impuissante à faire face à la jactance d’individus jouant les fiers à bras, plus encore à la jeunesse assemblée et maîtresse du terrain quand elle l’a décidé. Voici quelques exemples tirés de missives, banales à force de se répéter, encore que certaines localités soient plus agitées que d’autres quand se forment des bandes rivales. Ainsi, Cébazan72 et Cessenon73, deux villages proches situés dans le diocèse de Saint-Pons-de-Thomières74. Les consuls ont beau intervenir, intimer aux jeunes l’ordre de ne pas battre la caisse à tout heure du jour et de la nuit. Ceux-ci répondent insolemment qu’ils se moquent d’eux et de tous les ordres qu’ils pourraient obtenir s’ils réclamaient des renforts à l’autorité supérieure. Plus les consuls les sermonnent, plus ils persistent, augmentent leur tintamarre et leurs vociférations75. À Aigne76, toujours dans le diocèse de Saint-Pons-de-Thomières, des jeunes jettent des pierres sur les habitants, vont se poster sur le chemin qui conduit au village voisin et brandissent des fusils. Les consuls se montrent. Des coups de feu retentissent. Un consul visé en essuie trois dont un lui tourne le chapeau77 ! Parfois, même, les consuls impressionnés hésitent à entreprendre une démarche auprès du commandant en chef de la province. Des particuliers – chanoine, avocat – se substituent à eux, en réclamant le silence, car la peur des représailles dissuade d’intervenir78.

L’Église bravée et inaudible

42Des propos déplacés à l’encontre des consuls, cela n’était pas nouveau dira-t-on. On se connaissait depuis toujours dans des communautés peuplées de quelques centaines d’habitants. La faible distance sociale ainsi que le renouvellement annuel des charges municipales favorisaient peu les coups d’autorité. On est davantage surpris par les doléances des ecclésiastiques, plus nombreuses encore que celles des édiles municipaux, qui vont du désagrément d’une chanson sur les relations supposées d’un curé avec sa servante à l’agression physique, en passant par les désordres en plein office. Les incidents sont trop répétés, trop sérieux un demi-siècle durant où court notre information, pour ne pas être examinés de près. Ils ne peuvent être réductibles à des aigreurs passagères entre paroissiens et pasteurs.

  • 79 4 juin 1788, Arch. dép. Hérault, C 6848 ; Saint-Pierre-de-l’Espinouse, ancienne paroisse actuelleme (...)
  • 80 3 novembre 1745, Arch. dép. Hérault, C 6842 ; Saint-Martin-des-Combes, Hérault, arr. Béziers, c. Sa (...)
  • 81 Arch. dép. Hérault, C 6800, 28 octobre 1747 ; La Palme, Aude, arr. Narbonne, c. Sigean.
  • 82 Arch. dép. Hérault, C 6808, 11 juillet 1784. Fitou : Aude, arr. Narbonne, c. Sigean.

43Pourquoi Marie Granier, femme d’un cordonnier peu recommandable car déjà vu le couteau à la main, avec un fusil et un pistolet, a-t-elle dit mille sottises en public au prieur de Saint-Pierre-de-l’Espinouse79 ? Est-ce parce qu’un père et son fils sont, comme les autres habitants, des « ours mal léchés, gens féroces qui ont besoin de châtiments et d’exemples » qu’ils insultent cruellement le curé de Saint-Martin-des-Combes80 ? De même, pourquoi un certain Maireville lâche-t-il un coup de fusil sur le chien du curé de La Palme et rétorque à une demande d’explication qu’il pourrait lui appliquer le même traitement81 ? On ne l’aperçoit pas bien. La cause des insultes essuyées par son confrère de Fitou, paroisse voisine, et du scandale fait pendant un office est plus claire. Il n’avait pas voulu délivrer au candidat choisi par le conseil municipal pour occuper la place de régent de l’école le certificat de bonnes vie et mœurs qu’il lui fallait82.

  • 83 Diocèse de Béziers : chansons dérisoires contre le curé d’Avène (1753), troubles pendant les office (...)
  • 84 Diocèse de Carcassonne : scandale lors d’une procession à Castanviels, mauvais traitements infligés (...)
  • 85 Charles Joachim Colbert de Croissy, évêque de Montpellier (1697-1738), statuts synodaux de 1725 ; J (...)
  • 86 Appolis, Émile, « L’anticléricalisme dans un diocèse languedocien au xviiie siècle », p. 317-328 da (...)
  • 87 On danse à Aigues-Vives dans un moulin malgré la maladie du Dauphin et les défenses du curé, Arch. (...)
  • 88 Contre la maison du curé du Frouzet en 1753 : Arch. dép. Hérault, C 6787. Frouzet est une paroisse (...)
  • 89 Le curé de Puéchabon, décembre 1764, Arch. dép. Hérault, C 6791 ; Puéchabon, Hérault, arr. Montpell (...)
  • 90 Arch. dép. Hérault, C 6847, août 1779, plaintes des curées de Beaufort et d’Oupia. Les jeunes chant (...)
  • 91 Le curé d’Olargues est prévenu : il subira les pires avanies imaginables parce qu’il a voulu interd (...)
  • 92 À Saint-Jean-de-la-Blaquière, Arch. dép. Hérault, C 6762 (Saint-Jean-de-la-Blaquière, Hérault, arr. (...)

44Les incidents les plus sérieux se produisent dans les diocèses de Saint-Pons-de-Thomières, de Lodève et de Montpellier, mais les incidents sont nombreux également dans d’autres diocèses, ainsi dans ceux de Béziers83 et de Carcassonne84. Les évêques y avaient engagé une longue lutte pour corriger la tenue des fidèles, les éduquer, freiner la folie des danses les dimanches et les jours de fêtes patronales, jusqu’à les interdire dans leurs statuts synodaux comme Colbert de Croissy et Souillac. Ce dernier, évêque de Lodève de 1733 à 1750, le plus rigoureux de tous, n’hésitait pas à fustiger ceux qui les favorisaient, par leur permission, ou en jouant d’instruments, à menacer d’excommunication si on allait danser devant la porte des églises85. La résistance fut vigoureuse, les tensions vives avec les curés zélés86. On désobéissait allègrement87, gratifiait les prêtres de la panoplie protestataire : le bruit, les jets de pierre88, les charognes malodorantes déposées devant les pas de porte89, les chansons90, les insultes dans la rue, les menaces91, les interpellations agressives en pleine chaire92, les mises en scène grotesques.

  • 93 Hérault, arr. Lodève, c. Gignac.
  • 94 Arch. dép. Hérault, C 6763 ; Appolis, Émile, « L’anticléricalisme dans un diocèse languedocien… », (...)

45La plus spectaculaire, peut-être, fut celle qu’on réserva au prieur de Montpeyroux93 Jean Clairac, ancien secrétaire de l’évêque de Lodève que monseigneur Souillac tenait en haute estime. Il prêchait souvent contre les plaisirs impies au sein desquels figuraient les danses. Il refusait d’admettre aux sacrements les danseurs et les amateurs de bals. Le 2 mars 1740, mercredi des cendres, une troupe d’hommes masqués se présenta avec une bourrique sur laquelle ils avaient juché un mannequin de paille habillé en prêtre. Ils l’appelaient de manière transparente « le prieur ». Le faisant aller par les rues, ils le questionnaient : « prêcheras tu encore » ? À chaque acquiescement qu’ils lui faisaient faire, ils bâtaient le mannequin. À la fin de la cavalcade ils le livrèrent aux flammes car « sans cela il ne pourrait jamais s’empêcher de prêcher »94.

  • 95 Hérault, arr. Lodève, ch.-l. c.
  • 96 Hérault, arr. Lodève, c. Clermont-l’Hérault.
  • 97 Arch. dép. Hérault, C 6765.
  • 98 Saint-Jean-de-Fos, Hérault, arr. Lodève, c. Gignac.
  • 99 Juin 1740, Arch. dép. Hérault, C 6762.
  • 100 Galargues, Hérault, arr. Montpellier, c. Castries.
  • 101 Lettre du seigneur du lieu, 2 juillet 1748, Arch. dép. Hérault, C 6786.
  • 102 Sommières, Gard, arr. Nîmes, ch.-l. c.
  • 103 Appolis, Émile, « L’anticléricalisme dans un diocèse languedocien… », art. cit., p. 325.

46Parfois des coups sont portés. Au marché de Clermont-l’Hérault95, le curé de Mourèze96 fut pris au collet, secoué, souffleté pour avoir dénoncé les danses avec trop d’insistance97. Dans plusieurs communes les tensions étaient telles qu’elles dégénéraient facilement. Un jour de fête à Saint-Jean-de-Fos98, la jeunesse jeta des pierres au vicaire perpétuel pendant la messe. Par défi elle s’attroupait, exhibait des armes, jouait, parlait fort contre le prêtre, dansait bien sûr, menaçait. Elle empêcha même les processions de la Pentecôte et de la Fête-Dieu de se faire99. Dans le village du Petit-Galargues situé dans le diocèse de Montpellier100, le curé Petit, observateur rigoureux des ordonnances de Colbert de Croissy, prit ombrage de la plantation d’un mai sur la place du village101. Comme la jeunesse ne voulait pas l’enlever, il ordonna à l’enfant porte-croix qui ouvrait la procession de ne pas passer par la place où se trouvait le mai. Le chef de la jeunesse averti vint prendre la croix des mains de l’enfant et fit suivre à la procession son itinéraire traditionnel. Le curé Petit engagea aussitôt une action contre lui, alerta le grand vicaire. Celui-ci commanda de suspendre les processions jusqu’à l’enlèvement du mai et adressa un ordre aux consuls afin de le faire arracher. La jeunesse refusa d’obtempérer, accrocha un écriteau au mai : « celuy qui l’arrachera sera pendu ». Le curé persista, fit prévenir l’autorité militaire par un consul. La jeunesse garda son mai. Il fallut l’intervention du lieutenant du roi du château de Sommières102, celle du commandant en chef de la province, et menacer de prison, pour que les consuls, sur ordre, fissent arracher le mai. Les évêques eux-mêmes ne furent pas épargnés. Souillac fut la cible de libelles diffamatoires, des inconnus profitèrent de sa présence à la session des États provinciaux de 1747 pour s’introduire dans le parc du palais épiscopal et abattre quarante ifs ou arbustes à coups de hache103.

  • 104 Mauguio, Hérault, arr. Montpellier, ch.-l. c.
  • 105 Lettre du 18 juillet 1748, Arch. dép. Hérault, C 6786. Autre plainte du curé de Mauguio, pour insul (...)
  • 106 Les Plans, Hérault, arr. Lodève, c. Lodève.
  • 107 Janvier 1768, Arch. dép. Hérault, C 6765.
  • 108 Les Rives, Hérault, arr. Lodève, c. Le Caylar.
  • 109 9 août 1945, Arch. dép. Hérault, C 6762.
  • 110 25 juin 1755, Arch. dép. Hérault, C 6788 ; Londres, dénommé aujourd’hui Saint-Martin-de-Londres, Hé (...)
  • 111 12 juillet 1768, Arch. dép. Hérault, C 6788.

47Les intentions provocatrices des danseurs étaient manifestes. Ils dansaient sans permission, ostensiblement devant la porte des églises alors qu’ils auraient pu aller ailleurs. Le curé de Mauguio104 se désole en 1748 : parmi les danseurs il y a des protestants, nombreux dans la localité, rejoints par de mauvais catholiques. L’inaction des consuls encourageait le désordre105. Comment considérer ces manifestations de défi : sont-elles de simples réactions de mauvaise humeur contre des ministres trop zélés ou vont-elles plus loin ? Certaines attitudes laissent dubitatif. Aux Plans106 des jeunes s’amusent avant le début de la messe à contrefaire la cérémonie. Ce n’est probablement qu’un jeu, même si le curé goûte peu la comédie107. De même, les insultes adressées au prieur des Rives108 sont-elles une manifestation d’anticléricalisme et d’hostilité à l’égard de la religion ? Fulcran Romiguier, ancien promoteur de Souillac, s’entend jeter à la figure par ses paroissiens qu’il n’aurait pas grêlé si l’on avait pu danser le jour de la fête comme auparavant ; aussi, ils commandent des violons et dansent plus ardemment que jamais109. Le doute n’est plus permis à Londres : un groupe se tient au bas de l’église, ses membres parlent, rient, chahutent, raillent, insultent tous ceux qui entrent, surtout les femmes et les filles110. On ne s’étendra pas sur les plaintes élevées contre les cabarets, ouverts à des heures prohibées, où l’on joue et fait tapage. Le curé de Viols-le-Fort résume d’une formule : « tandis que nous chantons les louanges de Dieu dans l’église, on chante celles de Bacchus dans les cabarets »111.

  • 112 20 février 1745, Arch. dép. Hérault, C 6763. Même réaction quelques années plus tard de Coulomb, su (...)

48Les simples paroissiens n’étaient pas seuls à réagir. Le seigneur du Petit-Galargues, à propos de l’affaire du mai, proteste : le curé « a poussé son zèle et sa prétention un peu trop loin ». C’est lui, en vertu de ses prérogatives seigneuriales, qui avait autorisé la plantation du mai. Il voulait que le commandant en chef de la province donnât ordre aux consuls de remettre en place le mai s’il le souhaitait et recommandât au curé de mieux respecter ses droits à l’avenir. Le subdélégué du diocèse de Lodève est plus explicite : « le caractère ordinaire des curés est de ne pas être toujours tendre avec les paroissiens. Un trop grand zèle est quelquefois indiscret et pousse les paysans à haïr leur pasteur. La douceur doit être sans partage et la règle de la conduite […], mais ils n’en usent pas toujours »112.

49Un des facteurs mis en avant pour expliquer l’atténuation de la violence des comportements depuis le xviie siècle est la Réforme catholique : la résidence des évêques, des desservants dans les paroisses beaucoup mieux formés, plus exigeants à l’égard des fidèles, auraient contribué à celle-ci. La multiplication des actes hostiles, de désobéissance affectée que l’on vient d’apercevoir, n’en montre-t-elle pas les limites, voire l’échec ? Encore ne voit-on pas dans les placets la résistance passive, suggérée par le peu d’empressement des consuls à contenir les incartades de la jeunesse ou de personnes plus âgées, hommes et femmes.

L’État moderne et la société

  • 113 Juillet 1748, Arch. dép. Hérault, C 6788 ; Gigean, lettre du capitaine garde-côte ; Gigean, Hérault (...)
  • 114 Lettre du viguier de Gigean, capitaine des garde-côte, Arch. dép. Hérault, C 6787.

50Toutes ces relations circonstanciées permettent de prendre la mesure d’un autre phénomène : l’autorité très relative de l’État. Les diocèses de Lodève et de Montpellier n’étaient en rien des zones reculées ou de montagne à l’écart des routes, éloignées des centres de pouvoir, faiblement administrées, mais au cœur du Bas-Languedoc, à quelques lieues de Montpellier où résidaient l’intendant, le commandant en chef de la province ou son subdélégué. Ce n’est pas là que les brigades de la maréchaussée faisaient le plus défaut. Les milices garde-côte pouvaient également être mises à contribution le long du littoral. Du moins certains, comme le curé de Mauguio, le réclamaient pour faire cesser les danses devant son église113. Était-ce bien la fonction de cette milice et une bonne idée d’ailleurs ? Des miliciens figuraient souvent parmi les perturbateurs obstinés114. Il est significatif néanmoins que l’on ait songé à y avoir recours.

  • 115 Lorsque les prêtres sollicitent un ordre auprès du commandant en chef, ils n’hésitent pas à rappele (...)

51On peut se demander parfois si l’excessive sévérité du clergé paroissial n’a pas entraîné dans son discrédit l’autorité des représentants du pouvoir royal. Celui-ci, dans un premier temps, a soutenu les prélats, fait respecter leurs ordonnances115. Mais les « enfants de Bélial » – expression favorite de Souillac pour qualifier les rebelles – n’ont-ils pas défié les cavaliers de la maréchaussée et les soldats envoyés contre eux autant que les prêtres ? Au pire, que risquaient-ils en effet ? Quelques jours de prison dont ils sortaient auréolés aux yeux de leurs compagnons.

  • 116 Ordonnance du prince de Conti, gouverneur de Languedoc, du 20 février 1661. Ces deux ordonnances so (...)

52Il faut aller plus loin. Dès le début du règne de Louis XIV le pouvoir royal s’était engagé en Languedoc dans une politique de fermeté avec une série de mesures dont on ne souligne pas toujours l’étendue. La première, par l’ordonnance du 20 novembre 1660, fut l’interdiction d’élire des chefs de la jeunesse, suivie de près par l’interdiction du port d’armes à feu et l’obligation faite aux roturiers de rendre celles qu’ils possédaient116. Vinrent ensuite l’arrêt sur la vérification des dettes des communautés (1664), l’arrêt sur les communautés imposant l’accord de l’intendant avant d’engager une dépense imprévue (1667), l’interdiction de recevoir avec faste des grands, de députer sans l’aval des commissaires du Roi, etc.

  • 117 Le texte de la plainte de la seigneuresse d’Octon en Lodévois (dép. Hérault, arr. Lodève, c. Lunas) (...)

53Un siècle plus tard, cet arsenal de dispositions a fait long feu. Il y a des chefs de la jeunesse partout. Les jeunes déambulent publiquement, tambours en tête et drapeaux déployés. De même, les armes à feu prolifèrent et les braconniers sont plus nombreux que jamais. On rappelait pourtant régulièrement les interdictions, l’élection de chefs de la jeunesse comme la détention et le port d’armes à feu117. Réussite médiocre du clergé, donc ; efficacité non moins relative de l’État dans son entreprise de contrôle des populations. L’abondance des sollicitations auprès du commandant en chef de la province de la part de parents affligés par la conduite de leurs enfants, on l’a vu, laisserait également croire à un sérieux affaiblissement de l’autorité dans les familles.

54La quasi-totalité des faits rapportés reste hors du champ judiciaire et de la répression, à partir de laquelle on mesure communément le degré de la violence criminelle. À de rares exceptions près, le sang coule peu et il n’y a pas mort d’homme. La série languedocienne des plaintes et placets, dont on connaît le caractère unique dans le royaume, permet à la fois de mieux distinguer la turbulence, l’effervescence, irritantes, insupportables pour ceux qui les subissaient directement ou indirectement, et la violence, même si elles étaient souvent vécues comme telle, et de percevoir la distance entre la lettre des ordonnances, des arrêts d’interdiction, et les comportements individuels et collectifs faits d’esquive, d’indocilité, de bravade affectée.

  • 118 Brunet, Michel, Contrebandier, mutins et fiers à bras : les stratégies de la violence en pays catal (...)

55Les plaintes et placets attirent l’attention sur les manquements, les scories, et non sur les réussites. Ils exagèrent probablement l’impression d’insubordination et d’impuissance des pouvoirs. Est-ce parce qu’ils émanent très majoritairement des campagnes, touchées plus tardivement et plus superficiellement par le processus de civilisation des mœurs ? Ils invitent à le reconsidérer, au moins partiellement. Si l’on n’en rejette pas l’idée on parvient, une fois lues attentivement ces doléances, à la position suivante : les ordonnances ecclésiastiques et royales sont acceptées et respectées si leurs dispositions, leur application surtout, ne sont pas trop rigoureuses. Empiéter sur des pratiques sociales et communautaires considérées comme traditionnelles déclenche des réactions hostiles de rejet. Le clergé paroissial résidant au village, en contact quotidien avec les paroissiens, est la cible privilégiée de la fronde juvénile. Les ordonnances royales ne sont pas davantage observées. Quels moyens d’ailleurs pour qu’elles le soient vu le nombre réduit des forces déployées sur le terrain ? En Languedoc comme ailleurs. Entre 1752 et 1763 la province du Roussillon disposait en tout et pour tout de 21 brigadiers et cavaliers de la maréchaussée, tous étrangers au pays sauf 3 dont les pères étaient eux-mêmes cavaliers. Ce n’était pas la meilleure position pour être compris et obéi d’une population peu familière de la langue française118. Réitérer des ordonnances que l’on savait peu respectées avait néanmoins une fonction : être à disposition en cas d’infraction caractérisée.

  • 119 Le curé de Londres demande une lettre « que je puisse lire à l’église et afficher à la porte », 29 (...)

56Peut-être faut-il aller plus loin. Autant l’inobservation des règles et l’insubordination paraissent répandues, autant les sollicitations pour obtenir l’intervention de l’autorité militaire sous forme d’admonestation capable de faire impression, de lettre rappelant les règlements qu’on afficherait à la porte de l’église119, d’envoi de cavaliers de la maréchaussée, voire de renfort de la milice garde-côte, d’emprisonnement temporaire, de relégation dans une maison de force pour des dévergondées, d’autorisation de mettre sur pied une garde bourgeoise, etc., sont nombreuses et insistantes de la part d’ecclésiastiques, de représentants municipaux et de particuliers. Ceci en Languedoc. Les choses sont différentes en Roussillon resté réticent vis-à-vis du pouvoir et moins irrespectueux à l’égard du clergé paroissial, beaucoup plus étroitement associé à la vie des familles et des communautés que dans la province voisine.

  • 120 Modification commencée à partir du milieu du xviie siècle avec la formation de régiments plus disci (...)

57En Languedoc – mais l’exemple a-t-il valeur plus générale ? – on assiste au cours du xviiie siècle à une mutation insuffisamment signalée qui entre dans une recomposition des relations avec le pouvoir royal. Les demandes vont au-delà d’interventions ponctuelles de forces de l’ordre, plus rapidement présentes et efficaces, moins coûteuses qu’une action en justice. Des communautés, des villes notamment, sollicitent la construction de casernes à l’intérieur de leurs murs afin de loger des troupes dont elles refusaient catégoriquement l’entrée précédemment. Cela ne veut pas dire que les rapports avec les soldats aient entièrement perdu de leur rugosité, l’exemple du Roussillon nous l’a montré. L’image du soldat a tendu néanmoins à se modifier profondément depuis le milieu du xviie siècle avec la mise en œuvre d’une politique d’organisation de l’armée120. De prédateur, le soldat tend à devenir protecteur ; consommateur également. Aussi l’obéissance très relative à la lettre des ordonnances n’est-elle pas contradictoire avec une demande d’intervention croissante de l’État dans sa fonction d’ordre. On se plaint moins des ordonnances que de leur respect insuffisant. Les consuls de Limoux qui ont prêté l’oreille aux suggestions des pères de la Doctrine chrétienne tiennent le même langage que le pouvoir royal à l’égard des armes à feu.

  • 121 Obtiennent d’en créer une : Limoux (1779), Béziers (1782), Quillan (1782) (Quillan, Aude, arr. Limo (...)
  • 122 Cas de Narbonne : Larguier, Gilbert, « Police, encadrement policier, insécurité dans la ville : Nar (...)

58Un sentiment se fait jour, largement partagé : la crainte, non plus de la guerre et de l’épidémie, mais du vol, en relation directe avec l’évolution de la délinquance que l’on constate à peu près partout. Les villes, défendues par leurs murailles et leurs portes ne sont pas épargnées. Les demandes de création d’une garde bourgeoise sont nombreuses121. Les villes qui en possédaient une la renforcent, s’équipent de lanternes pour rendre les rues moins obscures la nuit et vont jusqu’à demander l’hébergement pendant quelques mois d’une garnison. Ainsi à Narbonne où, en 1786, le procureur du Roi affirme devant le bureau de police : « notre ville est infectée de scélérats et de brigands inconnus […] personne n’est en sécurité », et où les curés des paroisses, les médecins, les chirurgiens, les notaires, les apothicaires, sollicitent une protection pour leurs déplacements nocturnes122. On le voit également en Roussillon. Le Conseil souverain, considéré par la vulgate comme le bras armé de la nouvelle souveraineté, condamne des individus incapables de s’amender, récidivistes, rejetés par la population et les communautés ; les témoignages sont catégoriques à cet égard.

  • 123 Par exemple dans le cahier de doléances du tiers état de la sénéchaussée de Limoux, art. 4 des vœux (...)

59La question des enfermements temporaires sans jugement a été obscurcie par la représentation symbolique acquise par les lettres de cachet dans la stigmatisation du despotisme. La majorité d’entre elles provenaient de sollicitations de la part des familles. La question est moins celle de leur existence que celle de la demande privée, en progression au xviiie siècle et prônée encore dans les cahiers de doléances123. Les familles préféraient s’adresser directement au pouvoir royal plutôt qu’à la justice, lente, qui obligeait surtout à révéler publiquement des situations que l’on préférait taire. Est-ce le signe d’un manque de confiance en la justice, comme on l’a parfois présenté ? Davantage de l’absence d’un organe ou d’un moyen susceptible de traiter des cas de ce type qui conduisit la société à impliquer l’État dans des affaires privées.

  • 124 Castan, Nicole, Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 226-228 ; Castan, Nicole, et Zysb (...)

60Or qu’il s’agisse du maintien de l’ordre public ou de la rétention de jeunes gens à corriger, l’État n’était guère capable de satisfaire ces attentes, en raison du nombre réduit des forces entretenues à cet effet et de la déficience des lieux d’enfermement. On s’évadait très facilement de la plupart des lieux de détention124 et l’efficacité de la répression était assez illusoire. Les statistiques criminelles sont sans appel à cet égard. En Roussillon près de 80 % des meurtriers condamnés sont contumax et fréquentes étaient les arrestations pour rupture de ban, c’est-à-dire de retour des condamnés éloignés avant le terme des délais prescrits.

Conclusions

61La conclusion se dessine : ce que l’on observe dans le Midi du royaume au cours du xviiie siècle montre que les thèses émises pour rendre compte de la diminution de la violence meurtrière ont moins de pertinence qu’on l’a avancé. En tout cas, elles méritent d’être réexaminées et confrontées aux faits.

62L’Église et l’État, par des règles imposées et la monopolisation de la violence, auraient joué un rôle déterminant. Or le Roussillon a toujours été rétif à l’égard de l’État. En Languedoc, de larges couches de la population des campagnes, comme des petites villes, résistent à la rigueur des ordonnances ecclésiastiques, se conforment peu aux arrêts royaux. Ni l’Église ni l’État n’exercent le magistère et l’influence dont on a voulu les créditer. L’effervescence et la turbulence villageoises en sont le symptôme le plus manifeste. Leur principal organe : les jeunesses. La marque : l’irrespect envers des autorités religieuses et laïques souvent dépassées par la dissipation juvénile.

63Ces jeunesses demeurent très vigoureuses en Languedoc au xviiie siècle, en dépit des interdits lancés contre elles dès 1660. Pragmatique dans la longue durée, le pouvoir royal, sans revenir sur ses interdictions, a probablement perçu leur fonction modératrice et les tolère. Les jeunesses orchestrent les tapages, les manifestations festives, la dérision, parfois même les affrontements. Elles ont un rôle modérateur. Là où elles existent, la violence reste contenue et verse rarement dans des débordements sanglants et meurtriers. À l’instar de l’Église et de l’État – autant qu’eux pour les jeunes hommes – elles exercent une fonction régulatrice. L’effervescence et la turbulence ne sont pas la violence.

  • 125 Larguier, Gilbert, « Les États de Languedoc de Languedoc et l’eau (xvie-xviiie siècle) », p. 201-21 (...)

64Si de larges couches de la population prisent et respectent peu la rigueur cléricale et les ordonnances royales, elles ne rejettent pas pour autant l’autorité. Le fait marquant du xviiie siècle en Languedoc, dès le second tiers du siècle, est la demande pressante, qui va crescendo, d’intervention de l’autorité royale pour assurer le « repos public », protéger les familles de leurs membres indignes, éventuellement contribuer à les corriger. Or elle n’y répond que très partiellement. L’attente du public se renforce quand les États de Languedoc élargissent leurs champs d’intervention, en matière de travaux publics par exemple, que lui transfère le pouvoir royal ; amorce d’une vaste redistribution des attentes et des compétences qu’interrompra 1789125.

65Ces constats faits, d’une Église peu écoutée, d’un État dépourvu de moyens, peut-on continuer à accepter sans le nuancer, le modèle du processus de civilisation des mœurs dont ils seraient les principaux agents ?

Annexes

Annexe : arrêt du Conseil souverain de Roussillon contre les pedrades

Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 666, arrêt du Conseil souverain de Roussillon. Le précédent arrêt visé, du 31 août 1691, porte la date, dans l’original de l’arrêt, du 3 août 1691 (Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 651). Il comprend des dispositions similaires mais il est moins riche d’informations et lui-même fait allusion à de précédents arrêts, sans les nommer.

Veu par la cour la réquisition du procureur général du Roi contenant que non obstant que par plusieurs arrêtés publiés dans tout le ressort et en particullier par celluy du XXXI août 1691 il ait esté deffendu aux habitants de ce pays de se batre à coups de pierre même les bayles des lieux auraient esté chargés d’empêcher cette sorte de combats qui servent bien souvent de prétexte pour venger des inimitiés particullières auroient causé des meurtres et d’autres grands désordres dans la province que les deffenses si souvent réitérées auroient fait cesser pendent quelque temps les furieux acharnements que les peuples de ce pais auroient a continuer entre eux de semblables combats et ce par une coutume pernicieuse qui leur tenait lieu de privilège et par une mauvaise émulation de valeur qui s’estoit établie entre les paroisses qu’il semble que cette faveur n’auroit esté calmée pendant quelque temps que pour reprendre de nouvelles forces puisque pendant cette année en plusieurs endroits du ressort les peuples des villes et des villages de la campagne étant attroupés se seroient battus à coup de pierre les uns contre les autres sans que les bayles qui doivent veiller à l’exécution des arrêts de la cour ayent pu l’empêcher que cet abus seroit parvenu à une telle extrémité que les habitants de la ville d’Ille avec plusieurs autres des villages voisins excités par des gents mal intentionnés et ennemis du repos public qui estoient à leur tête n’avoient pas douté de s’attrouper en grand nombre portant des armes et seroient allés fondre sur la ville de Bulle Ternere126 publiant qu’ils vouloient brûler et saccager cette ville, violer les femmes et détruire les fruits des champs sans qu’ils ayent pu être arrestés par les bayles qui se seroient trouvés sur les lieux à cause du grand nombre de gents qui y étoient assemblés et comme il seroit de l’intérêt public d’arrêter par des punitions exemplaires les auteurs d’un si grand désordre sur quoy il auroit requis qu’ils soient faites itératives deffenses a toutes personne de quelque aage qualité ou condition qu’elles soient de se battre à coups de pierre soit avec la fronde ou à la main tant par quartiers ou paroisses que de particuliers sous peine de punition corporelle, qu’impositions seroient faites aux pères mères et tuteurs d’empêcher leurs enfants et pupilles de se trouver aux d[it]s combats sous peine d’en répondre en leur propre et privé nom qu’il soit de nouveau ordonné aux bayles et consuls des villes et lieux du ressort de veiller à empêcher ces d[it]s combats dans leur district d’arrêter et condamner aux prisons les contrevenants pour leur estre le procès fait par le juge des lieux même de dénoncer à la cour contraventions qui seront faites aux dits arrêts sous peine d’en répondre en leur propre et privé nom suivant l’exigence des cas et tout ce qui estoit a voir oui le rapport du conseiller à ce commis, tout considéré, la cour s’étant fait présenter les anciens arrêts qui deffendent les d[it]s combats à coups de pierre et particullièrement celui du XXXI août 1691 fait et font des expresses inhibition et deffenses a toutes personnes de quelque aage qualité et conditions qu’elles soient de s’attrouper et de se batre à coups de pierre soit avec la fronde ou à la main tant par quartiers ou paroisses que de particullier à particullier sous peine de punition corporelle, enjoint aux pères mères et tuteurs d’empêcher leurs enfants et pupilles de s’attrouper ni d’aller aux combats sous peine d’en répondre en leur propre et privé nom, ordonne aux bayles et consuls du ressort d’empêcher les d[it]s attroupements et combats dans le district de leur juridiction et d’arrêter et conduire en prison ceux qui se seront attroupés ou trouvés aux d[it]s combats pour leur estre le procès fait et parfait par les juges des lieux sous peine d’en répondre en leur propre et privé nom et autre procédé contre eux selon l’exigence des cas, que le présent arrêt sera lu, publié et affiché partout ou besoin sera en la forme accoutumée, fait en conseil le XII septembre 1702.

Notes

1 Ille-sur-Têt et Bouleternère : Pyrénées-Orientales, arr. Prades c. Vinça. « Ville » n’a pas de caractère urbain.

2 Muchembled, Robert, Violence et société. Comportements et mentalités populaires en Artois (1400-1660), thèse d’État, Université de Paris 1, 1985, 3 vol. 1125 p. ; Gauvard, Claude, De grâce especial : Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, 2 vol. LXXXV-1025 p. et Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005, 288 p. ; Follain, Antoine, Lemesle, Bruno, Nassiet, Michel, Pierre, Éric, et Quincy-Lefebvre, Pascale (dir.), La violence et le judiciaire du Moyen Âge à nos jours. Discours, perceptions, pratiques, Rennes, PUR, 2008, 383 p. ; Nassiet, Michel, La violence, une histoire sociale : France, xvie-xviiie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2011, 377 p.

3 Muchembled, Robert, Histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, éd. du Seuil, 2008, 498 p.

4 Elias, Norbert, La Civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1974, 342 p. et La Dynamique de l’Occident, Paris, Calman-Lévy, 1976, 328 p. et La Société de Cour, Paris, Calman-Lévy, 1985, LXXVII-330 p. ; Foucault, Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 360 p.

5 Teule, Édilbert de, État des juridictions des Comtés de Roussillon avant 1790, Paris, 1887, 51 p. ; Ferro, Víctor, El dret públic català : les institucions a Catalunya fins al decret de Nova Planta, Vic, Eumo, 1987, XIII-606 p.

6 Troubles liés au bandolérisme. Voir notamment : Torres, Xavier, Els bandolers (s. xvi-xvii), Vic, Eumo, 1991, 227 p. Thomas Platter, voyageant de nuit au sud de Gérone à la fin du mois de janvier 1599, donne un récit imagé de la crainte de mauvaises rencontres : Le Roy Ladurie, Emmanuel, Le voyage de Thomas Platter (1595-1599), Paris, Fayard, 2000, 702 p. (p. 427-428).

7 L’article 36 des coutumes de Perpignan mentionnait que les armes étaient insaisissables, comme les outils de travail.

8 Sabate, Flocel, « Femmes et violence dans la Catalogne du xive siècle », Annales du Midi, t. 106, no 207, 1994, p. 277-316, ici p. 287. Mais aucun détail n’est donné sur la nature et les circonstances dans lesquelles elles étaient intervenues.

9 Aude, arr. Carcassonne, c. Castelnaudary.

10 Aude, arr. Carcassonne, ch.-l. c.

11 Marandet, Marie-Claude, « Violence redoutée, violence réelle en Toulousain à la fin du Moyen Âge », p. 159-183 dans Marandet, Marie-Claude (dir.), Violence(s), de la préhistoire à nos jours : les sources et leur interprétation, Perpignan, PUP, 2011, 379 p. Les deux justices présentent un nombre d’affaires conservées à peu près identique (162 et 166). Elles concernent les périodes 1356-1408 pour Castelnaudary et 1333-1357 pour Mireval. Sherwood, M., « Un registre de la cour criminelle de Mireval-Lauragais au xive siècle », Annales du Midi, t. 53, 1951, p. 78-86, 169-182 et 408-427 ; Dossat, Yves, Lemasson, Anne-Marie, et Wolff, Philippe, Le Languedoc et le Rouergue dans le Trésor des chartes, Paris, CTHS, 1983, 639 p.

12 12. Les vols 62 %.

13 L’évaluation est approximative, mais à partir des fogatges on peut estimer la population de la viguerie à 25 000-30 000 habitants au maximum, soit un taux de 0,2 à 0,25 décès annuel pour 1 000 habitants. Battle, Monique, et Gual, Ramon, « Fogatges catalans », Terra Nostra no 11, 1973, 87 p.

14 Marandet, Marie-Claude, « Violence redoutée… », op. cit., p. 278.

15 Gauvard, Claude, De grâce especial…, op. cit., p. 301-303 ; Gonthier, Nicole, Délinquance, justice et société en Lyonnais (fin xiiie siècle-début xvie siècle), Lille ANRT, 1988, 1066 p. (p. 343).

16 Aude, ch.-l. arr.

17 Larguier, Gilbert, « Fraude et protection en Languedoc au xviie siècle : l’affaire Aoustenc », p. 41-51 dans Garnot, Benoît (dir.), Justice et argent : les crimes et les peines pécuniaires du xiiie au xxie siècle, Dijon, EUD, 2005, 336 p. ; p. 93-126 dans Abbé, Jean-Loup (dir.), Histoire de Limoux, Toulouse, Privat, 2009, 269 p. ; et Larguier, Gilbert, « Officiers délinquants aux marges du royaume dans le diocèse civil d’Alet-Limoux en Languedoc (1639-1669) », à paraître dans Follain, Antoine (dir.), Contrôler et punir les agents du Pouvoir (xve-xviiie siècle).

18 Aude, arr. Limoux, ch.-l. c.

19 Le prévôt général de la province réclame le renforcement des brigades de la maréchaussée pour l’aider « à contenir le peuple mutin du Capcir qui n’est pas ordinairement soumis aux ordres du Roy ny à ceux de la justice ordinaire », Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1267.

20 Pyrénées-Orientales, arr. Prades, c. Vinça, lieu-dit de la commune de Boule-d’Amont.

21 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1741. On pourrait produire d’autres exemples. Au mois de septembre 1685 Jean-Pierre Puig, pagès de Mosset (Mosset : Pyrénées-Orientales, arr. et c. Prades), va travailler dans un champ en compagnie de sa femme et de son fils. Les deux époux se prennent de querelle. Puig tue sa femme d’un coup de fusil. Il décide avec son fils qui a assisté à la scène de cacher le corps. Celui-ci ne sera découvert que quelques jours plus tard et le procès pourra s’engager.

22 Un pagès est un propriétaire terrien.

23 Pyrénées-Orientales, arr. Céret, c. Arles-sur-Tech.

24 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1673. Collioure, Pyrénées-Orientales, arr. Céret, c. Côte-Vermeille. Autre exemple des forfaits connus de la population qu’un assassinat ou des vols trop nombreux révèlent : au mois d’avril 1688 les frères Jaume sont arrêtés à la suite d’un meurtre. Hyeronim est accusé d’avoir tenté de violer en 1685 la fille d’un pagès de Prats-de-Mollo ; Jaume d’être un voleur récidiviste : vols de poules, d’argent même après être entré par effraction chez des particuliers : Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1739.

25 Suarez, Roger-Daniel, Les crimes de sang en Roussillon de 1670 à 1700, mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 1999, 158 p.

26 Révolte qui dure de 1667 à 1673, Ayats, Alain, Les guerres de Joseph de la Trinxeria (1637-1694). La guerre du sel et les autres, Canet, Trabucaire, 1997, 435 p. Un témoin déclare à propos de André Ginesta : « le ha vist altre ves con los Angelets » c’est-à-dire « je l’ai vu à plusieurs reprises avec les Angelets ». La révolte a donc entretenu le banditisme.

27 Vols de poules et animaux domestiques en Cerdagne (1670), les habitants, armés, consuls en tête, tentent de se saisir des soldats, deux meurent dans l’échauffourée ; deux soldats dérobent des châtaignes, portent des coups mortels au propriétaire qui protestait (1694), Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1762.

28 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1779 (1698).

29 Insultes contre un jardinier qui blesse le soldat (1678), 2 B 1670 et 1691.

30 Christophe Laborie, accusé du meurtre de Salvdor Candi le soir du 27 avril 1695, obtient un acte de pardon de la part du père de la victime le 29 août 1695. Il bénéficie d’une lettre de rémission le 14 juillet 1696, Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1737. Les lettres de rémission n’étaient pas automatiques après un pardon et la condamnation généralement exécutée. Sur les actes de pardon pratiqués en Catalogne : Larguier, Gilbert, « À l’imitation de notre Seigneur Dieu Jésus-Christ : Pardons catalans », p. 403-415 dans Garnot, Benoît (dir.), L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, EUD, 1996, 477 p.

31 Entre 1720 et 1740, proportion de 93,6 % dans les affaires jugées par le Conseil souverain, Bekheira, Hedja, Violence et société en Roussillon d’après les procédures criminelles jugées au Conseil souverain (1720-1740), mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 1995, 129 p. (p. 65). La criminalité féminine, la participation des femmes aux violences seraient inférieures à ce que l’on constate ailleurs, même en Languedoc, Castan, Nicole, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, 313 p. (p. 233-234).

32 22,5 % des accusés de crimes sont âgés de 20 à 25 ans (un seul avant cet âge-là), 13,5 % entre 25 et 30 ans, et 17 % entre 30 et 35 ans.

33 Pyrénées-Orientales, arr. Perpignan, c. Millas.

34 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1770. On peut citer plusieurs exemples analogues : le soir du 26 juillet 1673 à Mosset, des jeunes font de la musique dans les rues. D’autres arrivent. Le ton monte, on s’empoigne à propos des airs joués. Un musicien est tué d’un coup de feu : Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1717.

35 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1267-1273 : « état des crimes dénoncés sur lesquels il y a procès pour les différentes juridictions du Roussillon ». Les premières statistiques datent de 1738, elles sont complètes à partir de 1757, se présentent sous la forme de tableaux semestriels, mais des doublons, d’un semestre à l’autre, jusqu’à ce que les affaires soient jugées, altèrent la précisions statistique. Le nombre des crimes est insuffisant pour en faire une présentation annuelle éclairante. Voir dans ce même livre l’article d’Émilie Leromain.

36 Recension exhaustive effectuée par Badosa, Marc, « Les infractions pénales instruites par les vigueries en Roussillon au xviiie siècle. Étude statistique », p. 31-52 (tableau récapitulatif p. 52) dans Larguier, Gilbert (dir.), Les justices royales secondaires en Languedoc et en Roussillon, xviie-xviiie siècles, Perpignan, PUP, 2008, 196 p. Il s’agit là du nombre d’affaires et non du nombre d’accusés.

37 197 injures réelles, 109 injures verbales et réelles. Soit, en incluant les homicides, 35,8 % des affaires. Le nombre d’affaires d’assassinats jugées par le Conseil souverain entre 1720 et 1740 est conforme à ces chiffres : 20 affaires d’homicide auxquelles il faut ajouter 9 procès pour duels : Bekheira, Hedja, Violence et société en Roussillon…, op. cit., p. 67.

38 Angelats, David, Justice, délinquance et société au Conseil souverain de Roussillon (1770-1790), mémoire de maîtrise, Université de Perpignan, 1996, 241 p.

39 Une quinzaine par décennie entre 1760 et 1779, 23 entre 1780 et 1789.

40 Viol commis par deux soldats sur le grand chemin d’Espagne en 1749 : Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1269 ; Pierre Lafont, arrêté le 20 janvier 1771, était connu pour être un voleur patenté : vols de bétail, vols d’argent sur le grand chemin de Canet, de vêtements, tentatives de meurtre, coups de couteau donnés à un maçon de Sorède : Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1992. Les Pujol, mari et femme, sont arrêtés sur la route d’Espagne « ayant des voleurs dans cette route et dans toutes celles de la province pendant la nuit, à la fin et au commencement du jour » en 1778 : Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 2005. Canet : Pyrénées-Orientales, arr. Perpignan, ch.-l. c. Sorède, Pyrénées-Orientales, arr. Céret, c. Argelès-sur-Mer.

41 Pelissier, Jean-Pierre, Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et démographique, Pyrénées-Orientales, Éditions du CNRS, 1986, 378 p. Recensement de 1774, Arch. dép. Pyrénées-Orientales, C 1132.

42 Il y aurait donc en moyenne 1,75 décès de mort violente par an dans la province entre 1760 et 1789 pour une population proche de 108 000 habitants d’après un dénombrement de 1773. Le taux avoisine 1,5 % pour 100 000 habitants dans les vigueries du Roussillon-Vallespir et du Conflent si l’on met à part Perpignan où très peu de meurtres sont poursuivis, mais est de l’ordre de 4,5 à 5 % en Cerdagne que le dénombrement de 1773 crédite de 8 815 habitants.

43 Cela concerne la Cerdagne comme le Capcir qui dépend de la viguerie de Conflent. Le prévôt général de la province, plaidant pour le renforcement des brigades de la maréchaussée, dit combien il serait nécessaire de « contenir le peuple mutin du Capcir qui n’est pas ordinairement soumis aux ordres du Roy ni à ceux de la justice ordinaire », Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 696.

44 Pyrénées-Orientales, arr. Prades, c. Saillagouse.

45 Angelats, David, Justice, délinquance et société…, op. cit., p. 113.

46 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 2 B 1996 (1772).

47 56 inculpations en Roussillon en 20 ans, de 100 à 300 inculpations pour une population de 3 millions d’habitants environ en Languedoc, Castan, Nicole, Justice et répression…, op. cit., p. 299. Si l’on prend en compte toutes les affaires de coups et blessures, de voies de fait et d’excès divers, le taux monterait à 6,1.

48 Aude, ch.-l. arr. et c.

49 Arch. dép. Hérault, C 6156 ; Larguier, Gilbert, « Jeunes, jeunesse ou jeunesses. Essai de caractérisation. Chronique d’une petite ville languedocienne au xviiie siècle : Limoux », p. 145-182 dans Larguier, Gilbert (dir.), Mineurs, minorité ; jeunes, jeunesse en Roussillon et en Languedoc, xvie-xviiie siècle, Perpignan, PUP, 2010, 192 p.

50 Schindler, Norbert « Les gardiens du désordre : rites culturels de la jeunesse à l’aube des Temps modernes », p. 277-329 dans Levi, Giovanni, et Schmitt, Jean-Claude (dir.), Histoire des jeunes en Occident. T. 1. De l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, Seuil, 1996, 376 p. ; Pellegrin, Nicole, Les bachelleries ; organisation et fêtes de la jeunesse dans le Centre-Ouest, xve-xviiie siècles, Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1982, 400 p. Sur la jeunesse turbulente et contestataire : Nicolas, Jean, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, 609 p. ; notamment chapitre XI, « Jeunesse, Jeunesse », p. 441-482.

51 Larguier, Gilbert, « Jeunes, jeunesse ou jeunesses… », art. cit., p. 173.

52 Ibid., p. 174-176.

53 Argelliers, diocèse de Montpellier, Arch. dép. Hérault, C 6794.

54 Il est indécent de voir ces « étendarts qui ne servent qu’à des fêtes profanes et à des folies du carnaval […] de niveau avec les bannières des confrairies et les croix de la paroisse » ; Murviel-lès-Béziers, Hérault, arr. Béziers, ch.-l. c. Arch. dép. Hérault, C 6718.

55 Viols-le-Fort, Cessenon (1751), Siran (1764) dans le diocèse de Saint-Pons, Vallabrègues…

56 Cas de Limoux où aucun chef de la jeunesse n’est signalé, de Montpellier aussi, de Nîmes…

57 Fabrezan, Ferrals-les-Corbières : Aude, arr. Narbonne, c. Lézignan-Corbières.

58 Lettre du subdélégué Romé, 22 septembre 1749, Arch. dép. Hérault, C 6800.

59 Arch. dép. Hérault, C 6865. Roquemaure : Gard, arr. Nîmes, ch.-l. c. ; Sauveterre, Gard, arr. Nîmes, c. Roquemaure ; Villeneuve-les-Avignon, Gard, arr. Nîmes, ch.-l. c. ; Pujaut, Gard, arr. Nîmes, c. Villeneuve-lès-Avignon.

60 Ille-sur-Têt, Boule-d’Amont, Bouleternère, Rodès et Rigarda : Pyrénées-Orientales, arr. Prades, c. Vinça.

61 Vinça : Pyrénées-Orientales, arr. Prades, ch.-l. c.

62 Juhel, Christophe, « Indiscipline et désordre de la jeunesse en Roussillon au xviiie siècle », p. 121-144 et p. 134-138 dans Larguier, Gilbert (dir.), Mineurs, minorité…, op. cit.

63 Le curé de Viols-le-Fort, 12 juillet 1768, Arch. dép. Hérault, C 6788 (Viols-le-Fort, Hérault, arr. Lodève, c. Saint-Martin-de-Londres).

64 La religion est source de conflits : des jeunes filles veulent se convertir pour se marier. Les parents s’y opposent, font enfermer leur fille. Ainsi à Montpeyroux, Arch. dép. Hérault, C 6765.

65 Le fils du sieur Boulé de Villeveyrac (dép. Hérault, arr. Montpellier, c. Mèze) le tourmente depuis son adolescence. Il le vole, menace de le tuer à coups de hache. Après un nouveau vol dans son cabinet ouvert avec une fausse clé (12 louis d’or dérobés), Boulè porte plainte, pardonne le lendemain, ne veut pas donner suite à sa plainte. Idem pour le notaire Pomeyrol de Saint-Pons-de-Thomières, frappé à plusieurs reprises par son fils, que des connaissances dissuadent de porter plainte après une scène pénible où son fils avait volontairement fait chuter sa belle-mère dans l’escalier : 24 septembre 1786, Arch. dép. Hérault, C 6848.

66 Le baron de Soubès, 4 juin 1766, Arch. dép. Hérault, C 6765. Le baron demande que sa fille soit internée à la maison de force de Montpellier.

67 Gard, arr. Nîmes, c. Bagnols-sur-Cèze.

68 Lettre du 29 septembre 1749, Arch. dép. Hérault, C 6858.

69 Arch. dép. Hérault, C 6648.

70 Genet, Jean-Philippe, L’État moderne. Bilans et perspectives, Paris, Éditions du CNRS, 1990, 352 p.

71 Arch. dép. Hérault, C 6516-6880, 14305-14311. Ils ont déjà été utilisés dans Castan, Nicole, Les criminels de Languedoc. Les exigences d’ordre et les voies du ressentiment dans une société pré-révolutionnaire (1750-1790), Toulouse, Association des publications de l’Université de Toulouse le Mirail, 1980, VIII-362 p.

72 Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Chinian.

73 Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Chinian.

74 Hérault, arr. Béziers, ch.-l. c.

75 Cébazan : 6 août 1788, Arch. dép. Hérault, C 6848 ; Cessenon : 1766, 1768, 1770, etc. : Arch. dép. Hérault, C 6846, 6847.

76 Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Chinian.

77 15 février 1769, Arch. dép. Hérault, C 6847.

78 Ainsi à Saint-Jean-de-Fos (dép. Hérault, arr. Lodève, c. Gignac) où les jeunes arrachent les arbres de ceux qui parlent contre eux : Arch. dép. Hérault, C 6762.

79 4 juin 1788, Arch. dép. Hérault, C 6848 ; Saint-Pierre-de-l’Espinouse, ancienne paroisse actuellement inclue dans la commune de Cambon-et-Salvergues, Hérault, arr. Béziers, c. Olargues.

80 3 novembre 1745, Arch. dép. Hérault, C 6842 ; Saint-Martin-des-Combes, Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Gervais-sur-Mare.

81 Arch. dép. Hérault, C 6800, 28 octobre 1747 ; La Palme, Aude, arr. Narbonne, c. Sigean.

82 Arch. dép. Hérault, C 6808, 11 juillet 1784. Fitou : Aude, arr. Narbonne, c. Sigean.

83 Diocèse de Béziers : chansons dérisoires contre le curé d’Avène (1753), troubles pendant les offices, tirs lors de processions à Roquebrun, obsèques de carnaval attentatoires à la dignité du culte et manifestations d’irréligion à Neffiès, coups de pistolets tirés près du curé pendant une procession à Fos… (Avène, Hérault, arr. Lodève, c. Lunas ; Roquebrun, Hérault, arr. Béziers, c. Olargues ; Neffiès, Hérault, arr. Béziers, c. Roujan ; Fos, Hérault, arr. Béziers, c. Roujan), Arch. dép. Hérault, C 6703, 6710, 6711, 6712.

84 Diocèse de Carcassonne : scandale lors d’une procession à Castanviels, mauvais traitements infligés au curé de Caux, injures proférées à l’encontre du curé de Pradelles, à Gardies on fait une telle peur à un minime qu’il en meurt dans les trois jours et on poursuit le vicaire à coups de pierre, la jeunesse de Montolieu suit le curé avec des violons et lui adresse des injures, le curé de Vilarzel et victime d’un « attentat », des libertins lapident le curé de Labastide-Esparbairenque et lui posent des pièges… Castanviels, commune de Caunes-Minervois, arr. Carcassonne, c. Peyriac-Minervois ; Caux-et-Sauzens, arr. Carcassonne, c. Alzonne ; Gardies, arr. Limoux, c. Saint-Hilaire ; Pradelles-Cabardès, arr. Carcassonne, c. Mas-Cabardès ; Montolieu, arr. Carcassonne, c. Alzonne ; Vilarzel-Cabardès, arr. Carcassonne, c. Conquessur-Orbiel ; Labastide-Esparbairenque ; arr. Carcassonne, c. Mas-Cabardès. Arch. dép. Hérault, C 6721, 6725, 6726, 6727.

85 Charles Joachim Colbert de Croissy, évêque de Montpellier (1697-1738), statuts synodaux de 1725 ; Jean Georges de Souillac, évêque de Lodève (1733-1750), statuts synodaux de 1745. Durand, Valentin, Le jansénisme au xviiie siècle et Joachim Colbert, Toulouse, Privat, 1907, XV-372 p. ; Appolis, Émile, Le jansénisme dans le diocèse de Lodève au xviiie siècle, Albi, imp. coopérative du sud-ouest, 1952, XXVIII-324 p.

86 Appolis, Émile, « L’anticléricalisme dans un diocèse languedocien au xviiie siècle », p. 317-328 dans Actes du 91e Congrès national des Sociétés savantes, Rennes, 1966, Paris, 1969, Section d’histoire moderne et contemporaine, t. 2, 389 p.

87 On danse à Aigues-Vives dans un moulin malgré la maladie du Dauphin et les défenses du curé, Arch. dép. Hérault, C 6847, etc. Aigues-Vives : Hérault, arr. Béziers, c. Saint-Chinian.

88 Contre la maison du curé du Frouzet en 1753 : Arch. dép. Hérault, C 6787. Frouzet est une paroisse actuellement de la commune de Saint-Martin-de-Londres : Hérault, arr. Lodève, ch.-l. c.

89 Le curé de Puéchabon, décembre 1764, Arch. dép. Hérault, C 6791 ; Puéchabon, Hérault, arr. Montpellier, c. Aniane.

90 Arch. dép. Hérault, C 6847, août 1779, plaintes des curées de Beaufort et d’Oupia. Les jeunes chantent sous les fenêtres du curé d’Oupia, assemblent des enfants de 12 à 15 ans pour chanter des chansons déshonnêtes. Le curé fait intervenir le maître d’école pour retirer les enfants sur lesquels il avait autorité. Beaufort et Oupia, Hérault, arr. Béziers, c. Olonzac.

91 Le curé d’Olargues est prévenu : il subira les pires avanies imaginables parce qu’il a voulu interdire les danses qu’on fait pour la fête locale (1764), Arch. dép. Hérault, C 6847 ; Olargues : Hérault, arr. Béziers, ch.-l. c.

92 À Saint-Jean-de-la-Blaquière, Arch. dép. Hérault, C 6762 (Saint-Jean-de-la-Blaquière, Hérault, arr. Lodève, c. Lodève).

93 Hérault, arr. Lodève, c. Gignac.

94 Arch. dép. Hérault, C 6763 ; Appolis, Émile, « L’anticléricalisme dans un diocèse languedocien… », art. cit., p. 322. Autres traitements injurieux et mascarades : le curé de Gorniès (dép. Hérault, arr. Montpellier, c. Ganges) est l’objet de persécutions de la part de la population du village : insultes, intimidations à coups de pistolet, etc. Des jeunes s’emparent de chemises qu’il avait chez une couturière, les bourrent de paille, crient que la moindre des peines méritée est celle du feu, appliquent une échelle à une fenêtre pour faire croire que le curé va rendre visite à une paroissienne par ce moyen, lettres des 3 juillet, 30 août 1764, Arch. dép. Hérault, C 6791.

95 Hérault, arr. Lodève, ch.-l. c.

96 Hérault, arr. Lodève, c. Clermont-l’Hérault.

97 Arch. dép. Hérault, C 6765.

98 Saint-Jean-de-Fos, Hérault, arr. Lodève, c. Gignac.

99 Juin 1740, Arch. dép. Hérault, C 6762.

100 Galargues, Hérault, arr. Montpellier, c. Castries.

101 Lettre du seigneur du lieu, 2 juillet 1748, Arch. dép. Hérault, C 6786.

102 Sommières, Gard, arr. Nîmes, ch.-l. c.

103 Appolis, Émile, « L’anticléricalisme dans un diocèse languedocien… », art. cit., p. 325.

104 Mauguio, Hérault, arr. Montpellier, ch.-l. c.

105 Lettre du 18 juillet 1748, Arch. dép. Hérault, C 6786. Autre plainte du curé de Mauguio, pour insultes : 9 avril 1758, Arch. dép. Hérault, C 6788.

106 Les Plans, Hérault, arr. Lodève, c. Lodève.

107 Janvier 1768, Arch. dép. Hérault, C 6765.

108 Les Rives, Hérault, arr. Lodève, c. Le Caylar.

109 9 août 1945, Arch. dép. Hérault, C 6762.

110 25 juin 1755, Arch. dép. Hérault, C 6788 ; Londres, dénommé aujourd’hui Saint-Martin-de-Londres, Hérault, arr. Lodève, ch.-l. c.

111 12 juillet 1768, Arch. dép. Hérault, C 6788.

112 20 février 1745, Arch. dép. Hérault, C 6763. Même réaction quelques années plus tard de Coulomb, subdélégué du commandant en chef de la province : l’exposé du curé de Mauguio au sujet d’insultes proférées de deux femmes « ne lui est pas favorable ». Il ajoute : « le sieur Dides est fort vif et ardent », lettre du 9 avril 1758, Arch. dép. Hérault, C 6788.

113 Juillet 1748, Arch. dép. Hérault, C 6788 ; Gigean, lettre du capitaine garde-côte ; Gigean, Hérault, arr. Montpellier, c. Mèze.

114 Lettre du viguier de Gigean, capitaine des garde-côte, Arch. dép. Hérault, C 6787.

115 Lorsque les prêtres sollicitent un ordre auprès du commandant en chef, ils n’hésitent pas à rappeler : « la puissance du Roi, pour mieux dire celle de Dieu, vous est confiée », ex. : lettre du curé de Londres du 29 juin 1755, Arch. dép. Hérault, C 6788.

116 Ordonnance du prince de Conti, gouverneur de Languedoc, du 20 février 1661. Ces deux ordonnances sont confirmées par un arrêt du Conseil du 11 septembre 1661. Des mesures analogues sont prises en Roussillon : ordonnance royale du 26 janvier 1678 interdisant aux habitants de la province de porter « dagues, bayonnettes, couteaux pointus et autres armes courtes… ».

117 Le texte de la plainte de la seigneuresse d’Octon en Lodévois (dép. Hérault, arr. Lodève, c. Lunas) illustre l’absence d’efficacité des ordonnances et des chevauchées des cavaliers de la maréchaussée : un chef de la jeunesse a été élu, des violons ont été loués à frais communs et on a dansé publiquement le jour de la fête locale. Or, « par les ordres de Monseigneur l’évêque de Lodève et de Monseigneur le duc de Richelieu il est expressément défendu à la jeunesse du diocèse de Lodève de faire corps et de se choisir un chef et de danser les jours de la fête locale ». Les cavaliers de la maréchaussée sont dépêchés sur les lieux pour procéder à des arrestations. Les jeunes gens se sauvent par les fenêtres. Leurs parents promettent de les livrer, mais ne font rien. Les cavaliers repartiront bredouille d’un second déplacement, 1742, Arch. dép. Hérault, C 6762. La correspondance échangée entre le subdélégué à Saint-Chinian (dép. Hérault, arr. Lodève, ch.-l. c.) et l’abbé Pardailhan de Saint-Pons-de-Thomières quarante ans plus tard (11-24 février 1781), tout aussi éclairante, signale les ordonnances du prince de Beauveau (1er juillet 1766) et du comte de Périgord (24 décembre 1778), Arch. dép. Hérault, C 6847.

118 Brunet, Michel, Contrebandier, mutins et fiers à bras : les stratégies de la violence en pays catalan, au xviiie siècle, Canet, Trabucaire, 206 p. (p. 180).

119 Le curé de Londres demande une lettre « que je puisse lire à l’église et afficher à la porte », 29 juin 1755, Arch. dép. Hérault, C 6788.

120 Modification commencée à partir du milieu du xviie siècle avec la formation de régiments plus disciplinés, en Languedoc avec l’organisation de l’Étape grâce à laquelle les troupes ne se répandaient pas dans les campagnes pour vivre sur le pays. Biloghi, Dominique, Logistique et Ancien Régime. De l’étape royale à l’étape languedocienne, Montpellier, Université Paul Valéry, 1999, 565 p. ; Chagniot, Jean, « La rationalisation de l’armée après 1660 », Armée et diplomatie dans l’Europe du xviie siècle, Association des historiens modernistes, Bulletin no 16, 1992, 147 p.

121 Obtiennent d’en créer une : Limoux (1779), Béziers (1782), Quillan (1782) (Quillan, Aude, arr. Limoux, ch.-l. c.), Arch. dép. Hérault C 6760, 6715, 6684.

122 Cas de Narbonne : Larguier, Gilbert, « Police, encadrement policier, insécurité dans la ville : Narbonne, xvie-xviiie siècle », p. 533-547 dans Mélanges offerts au Doyen François-Paul Blanc, Perpignan, PUP-PU Toulouse 1 Capitole, 2011, 1002 p.

123 Par exemple dans le cahier de doléances du tiers état de la sénéchaussée de Limoux, art. 4 des vœux généraux : « Que la liberté civile et individuelle soit assurée par l’abolition de toutes lettres closes, lettres d’exil ou ordres arbitraires quelconques, qu’il soit seulement permis aux pères mères et ascendants de l’avis de quatre des plus proches parents, de solliciter des ordres supérieurs pour faire arrêter leurs enfants ou descendants qui se livreroient à des vices déshonorans pour leur famille, et, ce qui seroit infiniment plus juste qu’on prene des mesures efficaces pour que les fautes et la honte soient purement personnelles », Larguier, Gilbert, et alii, Cahiers de doléances audois, Carcassonne, Association des amis des Archives de l’Aude, 1989, 507 p. (p. 346). Quetel, Claude, L’histoire véritable de la Bastille, Paris, Larousse, 2006, 479 p.

124 Castan, Nicole, Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 226-228 ; Castan, Nicole, et Zysberg, André, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien Régime, Toulouse, Privat, 2002, 221 p. (p. 67-80).

125 Larguier, Gilbert, « Les États de Languedoc de Languedoc et l’eau (xvie-xviiie siècle) », p. 201-214 dans Ballut, Christèle, et Fournier, Patrick (dir.), Au fil de l’eau. Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2013, 549 p.

126 Ille-sur-Têt et Bouleternère : Pyrénées-Orientales, arr. Prades c. Vinça.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site