Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Deuxième partie. Affreux, sales et méchants ? Réflexions croisées sur la violence du xvie au xviiie siècle

« Il n’avoit point l’intention de l’occire » : les femmes et la violence à travers les lettres de rémission dans le comté de Bourgogne (Franche-Comté) au début du xviie siècle

Paul Delsalle

Texte intégral

  • 1 J’utilise ici indifféremment les deux mots, meurtre et homicide, comme synonymes, comme dans les le (...)
  • 2 Archives générales du royaume de Belgique : Conseil privé, 301, f° 127-128.

1Un soir de l’année 1631, Hubert de la Cour rentra chez lui. Sans se munir d’une chandelle à lanterne, il pénétra dans la chambre pour se coucher. Comme il le faisait habituellement « au retour de ses voyages », il « esvagina » son épée, c’est-à-dire qu’il la retira du fourreau et la « ficha au plancher ». Il entendit aussitôt un hurlement : l’épée s’était plantée dans la cuisse de sa femme qui « estoit aussy entrée en ladite chambre sans qu’il l’eust apperceu par l’obscurité de la nuit » ! La veine étant transpercée, la femme perdit beaucoup de sang et mourut peu de temps après. Hubert de la Cour se justifia en disant qu’il avait toujours vécu avec elle en amitié. Sa belle-mère et ses proches affirmèrent aussi qu’il s’agissait bien d’un accident et non d’un meurtre ou d’un homicide1. Le souverain accorda donc sa grâce2.

Des homicides pardonnés

  • 3 À titre comparatif, pour une période antérieure (début du xvie siècle), et à partir d’un fonds d’ar (...)
  • 4 Schepper, Hugo de, et Vrolijk, Marian, « La grâce princière et la composition coutumière aux Pays b (...)
  • 5 Bibliothèque d’étude et de conservation, Besançon : Ms 1549, fo 213 v °. Lettre de rémission accord (...)

2Ce fait divers dramatique illustre bien notre propos, qui consiste à appréhender le rapport entre la violence et les femmes dans l’espace privé et domestique mais aussi dans l’espace public3. Pour cela nous disposons d’une source exceptionnelle : les lettres de pardon ou de rémission (du latin remissio, action de pardonner), accordées par le souverain du comté de Bourgogne c’est-à-dire de la Franche-Comté (ici le souverain étant en l’occurrence les archiducs Albert et Isabelle) à des hommes ou à des femmes ayant commis un homicide4. Notons déjà, au passage, que, curieusement, on ne parle jamais de « femmicide ». Le mot n’existe même pas ! Pour la période antérieure, le Moyen Age, les lettres de rémission pouvaient être accordées par des seigneurs laïcs ou ecclésiastiques ; c’est encore le cas au début du xvie siècle, mais de façon exceptionnelle. On en conserve quelques-unes, par exemple, données par l’abbé de Luxeuil5 ou l’abbé de Saint-Claude.

  • 6 Cf. l’article de Jean, Mireille, « Les archives de la chambre des comptes de Lille : une source pou (...)

3Les lettres que nous utilisons sont conservées dans plusieurs services d’archives. D’une part, aux Archives départementales du Doubs, dans le fonds du parlement à Dole (formant la sous-série 2 B). D’autre part, aux Archives générales du royaume de Belgique, à Bruxelles. Enfin et surtout aux Archives départementales du Nord, à Lille, où les lettres de rémission sont écrites à l’intérieur d’énormes registres dans lesquels toutes les pages sont en parchemin. Ils s’appellent « registres des chartes et de l’Audience ». Il y a cent quarante-cinq volumes, pour la période allant de 1386 à 1670, mais nous bornons notre analyse aux années de la gouvernance des archiducs Albert et Isabelle (1598-1633) soit les registres cotés B 1791 à B 1824. La présence de ces documents à Lille s’explique par une compétence exceptionnelle que les souverains avaient accordée à la Chambre des comptes de Lille, celle de la responsabilité des archives pour les comtés de Flandre, Artois, Hainaut, Namur, seigneurie de Malines et comté de Bourgogne c’est-à-dire de Franche-Comté6. Lorsque Louis XIV s’empara de Lille en 1668, il interdit aux officiers de la Chambre des comptes d’emporter le moindre papier.

  • 7 Zemon-Davis, Natalie, Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie siècle, Paris, Seuil, 1988, (...)

4Dans chaque volume, comportant plusieurs centaines de folios, les actes sont classés par ordre chronologique (de la date de délivrance de la grâce), quel que soit le domicile du bénéficiaire. Tous les territoires gouvernés par les archiducs Albert et Isabelle sont concernés : Flandre, Flandre wallonne (châtellenie de Lille, Douai, Orchies), Artois, Brabant, Hainaut, châtellenie de Courtrai, comté de Namur, Cambrésis, comté de Luxembourg, etc. C’est pourquoi on y trouve des actes sur Bruxelles, Lille, Namur, Tournai, Saint-Omer ou Arras, mais aussi Dole, Luxeuil ou Lons-le-Saunier, et, bien évidemment sur tous les villages des provinces de Flandre, Brabant, Artois, Hainaut, etc., et de Franche-Comté. Chaque document donne un bref récit du drame où tout est mis en œuvre pour justifier le pardon. Le meurtrier a forcément des circonstances atténuantes, comme l’a montré Natalie Zemon Davis7. On dispose ainsi de dizaines de registres dans lesquels il y a des lettres de pardon concernant la Franche-Comté.

La procédure judiciaire

  • 8 Est paru depuis le séminaire « Brutes impulsives… » : Delsalle, Paul, Crimes et châtiments en Franc (...)
  • 9 Arch. dép. Nord B 1812 et B 1809. Nombreux exemples dans chaque registre de cette série, notamment (...)

5Le fonds d’archives que nous avons découvert récemment permettra bientôt de fournir des détails sur la procédure judiciaire8. En attendant, nous pouvons simplement indiquer les principaux jalons. Dès que l’homicide ou le meurtre a été commis, le coupable est confronté à la justice. Soit il se constitue prisonnier lui-même, soit il est arrêté et emprisonné, soit il s’enfuit, craignant la justice. Dans ce cas, il se réfugie en dehors du comté de Bourgogne, à l’étranger, où il se cache. Nous pourrions citer de très nombreux exemples de ces fuites hors du comté de Bourgogne. La lettre de rémission évoque souvent cette situation, de la façon suivante : « craignant la rigueur de la justice, il se seroit absenté de notre dit comté, prenant à cette cause son recours à nous » ; ou encore : « il se seroit absenté du pays craignant la rigueur de la justice il n’osait retourner au lieu de sa naissance pour y vivre et travailler en repos »9.

6L’auteur de l’homicide est donc jugé par contumace ; il est condamné et banni par le parlement qui entérine l’état de fait, l’absence du coupable ; ce dernier perd aussi ses droits.

  • 10 La demande peut être transmise un intermédiaire et l’auteur de l’homicide rester où il se cache. Pa (...)
  • 11 Citée par Hugo de Schepper (cf. les références ci-dessus), cette ordonnance ne se retrouve pas dans (...)
  • 12 Recueil des ordonnances et edictz de la Franche-Comté, op. cit. titre XI, p. 192-194.
  • 13 Notamment Schepper, Hugo de, et Vrolijk, Marian, « La grâce princière… », op. cit.

7Que l’auteur de l’homicide soit en prison ou en fuite, il peut demander la grâce du souverain10. L’ordonnance de 154111 précise que l’officier de justice (au niveau du bailliage) doit constituer le dossier ; il est chargé aussi de rédiger un compte rendu pour la cour souveraine de la province (ici, le parlement de Dole). En 1586, une nouvelle ordonnance du souverain précise que les officiers appelés « fiscaux » (domaniaux et de justice) doivent fournir un « avis » sur la requête du suppliant. Cet avis doit « particulièrement rapporter la conduite passée, les richesses et facultez des suppliants et autres circonstances aggravantes ou servant à la diminution du délit ». Les impétrants de grâce doivent attendre en prison (mais uniquement jusqu’à l’avis des fiscaux, donc durant la phase locale)12. Nous savons aussi que l’impétrant doit se réconcilier avec la famille de la victime, peut-être en proposant une réparation financière ; il est possible que la famille donne son accord pour la rémission, mais c’est une situation théorique car il y a des cas où la non-réconciliation est mentionnée dans la lettre de rémission13.

8Le dossier est ensuite transmis par Dole à Bruxelles. C’est le Conseil Privé qui examine le dossier et fait signer le souverain qui accorde la grâce ; la lettre de rémission précise alors que le ban (le bannissement) est levé ; on dit qu’il y a « rappel de ban » ; le banni peut rentrer au pays, si ce n’est déjà fait. La lettre précise aussi qu’il faut payer les frais de justice dans les six mois sous peine de perdre le profit de la grâce accordée.

  • 14 Russey : Doubs, arr. Pontalier, ch.-l. c.
  • 15 Doubs, arr. Besançon, ch.-l. c.
  • 16 Jura, ch-l. arr. et c.
  • 17 Haute-Saône, arr. Vesoul, c. Gy.
  • 18 Aujourd’hui Gray-la-Ville : Haute-Saône, arr. Vesoul, ch.-l. c.

9La grâce peut être très rapidement obtenue si le coupable demande immédiatement la rémission. Par exemple, pour un homicide commis le 22 juillet 1627 à Bonnétage près Le Russey, dans le haut Doubs14, le dossier transite par le bailliage secondaire (à Ornans15) puis le bailliage principal (à Dole16), puis le parlement, et arrive enfin Bruxelles. La grâce est accordée en novembre, donc moins de quatre mois après le meurtre. Autre exemple, un homicide commis à Bucey-lès-Gy17 le 4 juillet 1627. Le dossier transite par le bailliage secondaire à Gray18, le bailliage principal à Vesoul, le parlement à Dole, puis Bruxelles. La grâce est accordée en novembre, donc là aussi environ quatre mois après l’homicide. Les délais sont d’autant plus courts qu’il ne faut pas oublier la distance : il faut deux semaines pour faire le voyage entre la Franche-Comté et les Pays-Bas, et autant pour en revenir.

10Le texte d’une lettre de rémission est très clairement structuré. On y trouve successivement le nom du souverain, le nom de la personne ayant déposé une requête en grâce, puis ses prénoms, noms, domicile (ville ou village ou paroisse, comté concerné). Viennent ensuite les date de l’homicide (jour, mois, année), l’heure parfois, et le lieu. Ce préambule est suivi d’un récit détaillé du drame faisant apparaître qu’il s’agit d’un accident ou d’un acte de légitime défense. Enfin, la lettre évoque la grâce accordée avec les conditions habituelles (frais de justice) et les conséquences de la rémission ; le texte se clôt par la date (« à Bruxelles, le »).

Femmes et violence

  • 19 À titre comparatif, cf. Rambeaud, Pascal, « Les femmes du xvie siècle face à la violence… », op. ci (...)
  • 20 Pour cela, et d’autres exemples, cf. Delsalle, Paul, Les Franc-Comtoises à la Renaissance, Saint-Cy (...)
  • 21 Delsalle, Paul, « La chevauchée de l’âne », p. 71-72 dans Les Franc-Comtoises à la Renaissance, op. (...)

11Nous ne nous livrerons pas ici à une analyse de toutes les lettres de pardon au sujet des femmes et de leur violence en général mais uniquement de quelques-unes parmi les plus révélatrices19. Nous laisserons volontairement de côté les affaires liées à la sorcellerie puisqu’elles ne sont pas rémissibles (sauf exceptions)20. Enfin, nous écarterons aussi les affaires qui concernent les femmes battues. En Franche-Comté, une étrange coutume permettait aux hommes de battre leurs femmes, mais très modérément, et, en tout cas, jamais au mois de mai, sinon ils pouvaient être poursuivis en justice. Les très rares affaires se rapportant à cette coutume ne me permettent pas de savoir si la pratique se déroulait en public ou dans les espaces privés et domestiques21. Nous pouvons distinguer trois cas de figure : les femmes victimes de la violence masculine, les femmes au cœur de la violence, et enfin la violence exprimée ou produite par les femmes elles-mêmes.

Les femmes victimes de la violence masculine

  • 22 Doubs, arr. Pontarlier, ch.-l. c.
  • 23 Je n’ai retrouvé, pour l’instant, aucun autre témoignage de cette pratique, qui ne semble pas être (...)
  • 24 Arch. dép. Nord B 1807, fo 117r.
  • 25 Arch. dép. Nord B 1807.

12Il n’était pas rare qu’une femme fût blessée. Le 23 janvier 1618, on dansait dans la grange de la maison de Richard Bernardot, à Laviron, près de Pierrefontaine-les-Varans22, pour fêter des noces. La grange était éclairée par une chandelle mais, dans la pénombre, l’ambiance devint rapidement très chaude. Le maître des lieux, Richard Bernardot, et son frère Symon, firent éteindre la chandelle unique car était venu le moment, selon eux, de « fesser les dames » dans l’obscurité23. Cette idée saugrenue « appaorta de la dissention et esmotion entre les assistans ». La colère monta et certains « esvaginarent leurs epées ». L’appel au calme fut entendu. Personne ne fut blessé, à l’exception d’une femme, ou plutôt d’une « petite fille que Regnauld Estavouhier tenoit en ses bras, qui receut une esgrattigneure d’un coup que Guillaume Seguin lui frotta en la joue sans danger quoy qu’elle rendit peu de sang »24. On pourrait donner un autre exemple comparable, concernant une autre fillette, âgée de six ou sept ans, à Frasnois près de Gray25.

  • 26 Doubs, arr. Besançon, c. Baume-les-Dames.

13Dans des circonstances similaires, à l’occasion de danses organisées à Pont-les-Moulins, près de Baume-les-Dames26, une femme fut blessée le 1er juillet 1624. Jean Jeannin avait « disné et beu plus largement que d’ordinaire ». Une bagarre éclata. Philippe Lichel sortit un couteau :

  • 27 Arch. dép. Nord B 1811, fo 8.

« [Jean Jeannin] fut contraint de se servir d’une petite serpe, autrement [appelée] lorot que les vignerons et gens de semblables conditions ont coustume de porter pour leur usage. [Jeannin] blessa par inadvertance à playe ouverte et effusion de sang la femme dudit Lichel nommée Barbe Chauvet qui se treuva en la meslé, de laquelle blessure elle avoit esté bien tost guérie, mais comme quelque temps après elle auroit accouché d’un enfant mort, elle auroit prins occasion d’acculper ledit suppliant sur le pretexte de la blesure27. »

  • 28 Sur cette promiscuité, cf. Muchembled, Robert, L’invention de l’homme moderne. Culture et sensibili (...)

14La promiscuité des hommes et des femmes, beaucoup plus fréquente qu’aux périodes moins anciennes, semble-t-il, explique la facilité avec laquelle elles sont blessées28. Dans l’affaire qui vient d’être évoquée, Barbe Chauvet a été blessée ; cette blessure ne portait pas à conséquences puisqu’elle fut rapidement guérie. C’est la naissance d’un enfant mort-né, peu de temps après, qui a motivé la réaction et la plainte. Bien évidemment, Jean Jeannin fut disculpé de cette accusation par une lettre de rémission.

  • 29 Il y a pourtant des viols qui aboutissent en justice, au parlement de Dole ; ils sont souvent aussi (...)
  • 30 Arch. dép. Nord B 1810, fo 112.

15Il est difficile de savoir si la femme était souvent ou parfois frappée. On peut penser que de nombreuses disputes restaient dans le cadre privé et domestique sans jamais connaître de poursuite en justice. Nous n’avons pas trouvé trace de viol, dans cette source documentaire29, simplement une violence entre frère et sœur. Le 28 mai 1608, Jehan David, de Chaumont près de Saint-Claude, rencontra sa sœur Perrenette Guillon dans le jardin du moulin du Pontet et lui donna « un coup de poing sur le visage ». Il s’agit là d’une violence gratuite, exercée par un frère agressif30.

  • 31 Voir aussi l’affaire donnée en ouverture du présent article ; Archives générales du royaume de Belg (...)
  • 32 Aujourd’hui Germéfontaine : Doubs, arr. Pontarlier, c. Pierrefontaine-les-Varans.
  • 33 Arch. dép. Nord B 1811, fo 39.

16Enfin, il arrivait qu’une femme fût tuée, là encore accidentellement selon la rhétorique tacite des lettres de rémission31. Le mardi 15 avril 1625, Pierre Sirostes était chez lui à Germefontaines près de Pierrefontaine32. À sept heures du matin, dans la cuisine, il se disputait avec sa sœur Claude, parce que son beau-frère, qui était indisposé, avait mis à « bouillir apres du feug, dans un petit pot de terre, de l’orge moulu communement appelé des grus ». On voit ici la femme commettre un geste violent puisqu’elle empoigna son frère « par la barbe ». Les deux filles de la maison s’en mêlèrent et participèrent à la dispute. Pierre avait un couteau « avecq lequel il voulut couper du pain pour faire un potaige pour aller travailler aux champs à la charrue ». Dans la bagarre, il tua malencontreusement l’une des deux filles33.

  • 34 Doubs, arr. Besançon, c. Marchaux.
  • 35 Arch. dép. Nord B 1810, fo 13v.

17C’est encore dans l’espace domestique que se produisit un autre drame, en mai 1618, à Chevroz près de Besançon34. Comme souvent, la femme aidait son mari pour toutes sortes de labeurs, pénibles ou non, dans la maison ou dans la ferme, notamment pendant les périodes de gros travaux comme la fenaison. C’est ainsi que Jehan Trennet montait au « soulier » (c’est-à-dire au fenil) de sa maison pour donner du foin à ses « chevaulx ». De là-haut, il jeta « la fourche avec laquelle il avoit manié ledit foing en la grange voysine pour après descendre d’icelle, mais il arriva [un] très grand malheur et désastre ». Une des pointes de la fourche frappa Denise Serebon, sa femme, à l’œil, de sorte « que quelque temps après elle en seroit terminé vie par mort ». Jehan Trennet affirma bien « qu’il aymoit et chérissoit sadite femme », laissant trois enfants dont « le plus jeusne estoit encore au tétin »35.

Les femmes au cœur de la violence

18La femme, victime de la violence masculine, était souvent au cœur des motifs de cette agressivité. Il n’était pas rare qu’un meurtre survînt lors de noces, après des banquets beaucoup trop arrosés. Dans les villes et les villages de Franche-Comté, à cette époque, il y avait souvent des soirées organisées pour les filles et les veuves à marier. À la fin, après avoir un peu trop bu, il arrivait que les hommes se battissent entre eux, la femme convoitée n’apparaissant pratiquement pas dans le récit.

  • 36 Jura, arr. Lons-le-Saunier, c. Chaumergy.
  • 37 Arch. dép. Nord B 1808, fo 146.

19Il en est de même dans les affaires d’adultère. La femme se retrouve placée au cœur du drame même quand elle n’est ni l’assassin ni la victime, simplement la maîtresse ou l’amante. Un jour, en revenant « du bois plus tôt que prévu à cause d’une pluie survenue inopinément », Claude Digouneau dit Martin arriva chez lui, à Foulenay (en Bresse comtoise)36. Il demanda à ses enfants où se trouvait leur maman. Ils lui répondirent que leur mère se trouvait à l’étable. Il s’en approcha. Elle en sortait justement, s’apprêtant à refermer la porte. Mais Claude eut le temps d’apercevoir à l’intérieur Denys Pelissart dit Le Clercq. À l’évidence, « sa femme avoit conversé suspectement avec lui ». Pelissart armé d’un poignard se jeta sur Digouneau. Celui-ci, armé d’un bout de bois, chassa Pelissart, le frappant à la tête. De sa blessure, il mourut peu de temps après. Or, ce commerce dans l’étable « estoit notoir audit village ». Comme l’épouse fut reconnue infidèle et adultère, Digouneau, le mari meurtrier, bénéficia du pardon souverain37.

  • 38 Jura, arr. Lons-le-Saunier, c. Bletterans.

20L’affaire concernant Mulant Tachier, à Arlay38, illustre parfaitement ces actes d’adultère et la violence qui s’ensuit parfois. Jacques Nicolas provoqua un nommé La Plotte en lui disant qu’il avait couché avec sa femme. Cette dernière alla se plaindre à son frère Mulant Tachier, du tort causé par Jacques Nicolas ; La Plotte et Mulant Tachier étaient donc beaux frères. Mulant Tachier aperçut Jacques Nicolas et voulut le punir ; il le blessa, il mourut. Voici le récit du drame retranscrit dans la lettre de rémission et édité ci-dessous dans sa forme exacte, sans ponctuation ni accentuation :

  • 39 Arch. dép. Nord B 1812.

« Le 19 mars 1627, Jacques Nicolas alla environ les XI heures du soir au devant de la maison d’un nommé La Plotte assize au faulbourg dudit Arlay ou estant il commenca sans subject a provoquer ledit la Plotte de sortir hors sadite maison disant plusieurs menaces en son endroict et ruant de grandz coups de pierre contre ses portes fenestres de quoy non content il profera en mesme temps contre luy plusieurs injures atroces que l’honestete et respect ne permette de rapparter donnant a entendre par icelles qu’il avoit abuse et eu connoissance carnelle de la femme dudit Laplotte offensant l’un et l’autre par telz discours et causant d’un mauvais soubçon au mary envers sa femme bien qu’elle seroit femme d’honneur et de bonne reputation de quoy adverty ledit remontrant [Mulant Tachier] par la plaincte que luy en fit la femme dudit La Plotte sa sœur il eut un grand morrissement du tort que ledit Nicolas avoit faict a sondit beaufrere comme ausy a sadite sœur tient pour la faulseté de telles injures que les inconveniens qu’en pouvoient arriver par le soubçon dudit La Plotte ce qui fut cause qu’un ou deux jours apres ayant aperceu ledit Nicolas qui passait par la rue s’estant touche d’ung juste ressentiment il courut a luy et sentant collete les deux il luy delascha quelques coups de poings et de piedz39… »

21Nicolas prit la fuite puis ils firent la paix :

« Ils se mirent a souper ensemble joyeusement mais il arrivat qu’estans a souper comme dict est ledit Nicolas retourna devant ladite maison et jeta un grand coup de pierre contre la porte d’icelle, ce qui occasionna ledit remontrant de se lever de table et sortir en la rue ou il treuva ledit Nicolas qu’il poursuivit avec son espee jusque dans la maison de feu François Vuillemin en laquelle l’ayant recherche et rencontre il luy donna un coup sur la teste du poumeau de sadite espee. »

22Blessé à plaie ouverte, il mourut quatre mois après.

La violence exprimée par les femmes

23Nous avons vu que les femmes se retrouvaient au cœur de la violence, qu’elles pouvaient aussi être victimes de l’agressivité masculine. Il nous reste à examiner un troisième cas de figure : la violence exprimée ou produite par des femmes.

  • 40 Haute-Saône, arr. Vesoul, c. Dampierre-sur-Salon.
  • 41 Arch. dép. Nord B 1807, fo 319.

24L’affaire Jeanne Baulart est très révélatrice car elle nous permet d’entrer dans l’intimité du foyer et de la violence, prétendument involontaire, qui y règne parfois. Nous voici dans le village de Montot40, près de Dampierre-sur-Salon, où vit Jeanne Baulart, avec son mari Jean Guillaume et son beau-père Henry41. Le 8 juin 1620, Jeanne Baulart préparait le repas. Elle « meit cuire un peu de chair en un pot, pensant apprester à soupper pour sondit mary ». Ayant « mis la viande à table », Jeanne demanda à son beau-père de la surveiller car elle devait s’absenter un moment pour aller récupérer du linge qu’elle avait mis à sécher à l’extérieur de la maison. Rentrant en ladite demeure, elle aperçut un chat qui voulait prendre la viande. Elle se saisit aussitôt d’une « pièce de bois servant d’enfonsure de tonneaux qu’elle rencontra à la main et la jetta rudement à l’intention d’abattre ledit chat ».

25Mais Jeanne visa mal. Le beau-père, étant « déjà septuagénaire et débille de veue, ne se donna de garde ; le malheur arriva que ladite pièce ayant d’un boult tombé sur la poincte feit un bon[d] et retombant atteint ledit Henry » à l’oreille. Sa blessure le fit mourir huit à dix jours après. Le beau-père lui-même confirma, avant d’expirer, que sa bru n’y était pour rien et qu’il s’agissait bien d’un accident. Toutes les circonstances atténuantes sont d’ailleurs bien mises en évidence : Jeanne réside dans la maison de son beau-père, depuis son mariage, « en laquelle résidance elle auroit continué avec tous respectz et debvoirs tant à l’endroit de sondit beaupère que de sondit mary ». C’est une brave femme puisqu’elle s’occupe bien de son mari : « estant quelquement indisposé de sa personne, le 8[ième] jour de juin 1620, la suppliante se donnant peine de luy faire quelque traictement » prépare quand même le repas. Tout donne à voir que Jeanne n’est pas une meurtrière et qu’il s’agit bien d’un accident.

26Comme souvent dans les meurtres ou homicides commis par des femmes, l’arme du crime n’est pas une arme à proprement parler mais un outil ou un ustensile, ici un vulgaire morceau de bois.

  • 42 Cf. les trois reproductions photographiques, notamment « le crêpage de chignons », dans : Delsalle,(...)
  • 43 On trouverait d’autres exemples, notamment à Besançon, cité impériale ; cf. l’affaire Jehanne Cobla (...)
  • 44 Haute-Saône, arr. Lure, c. Villersexel.
  • 45 Arch. dép. Nord B 1809. Au lieu de Janel on peut lire Javel.

27En règle générale, même si la femme était parfois à l’origine du drame, elle restait à l’écart. En cas de dispute, l’affaire se réglait donc entre hommes. Il est rare de voir les femmes participer à une bagarre, à l’image des scènes sculptées des stalles de l’abbaye de Montbenoît42. Ce fut pourtant le cas, assez exceptionnellement43. C’était juste avant le Carême, « le jeudi gras », 7 février 1619. Claude Percol était allé dans la maison de Claude Morel et revenait dans la sienne, à Faymont44, entre Lure et Héricourt, « dans la nuit close ». Les deux maisons étaient voisines. Parvenu devant sa maison, une dispute survint entre lui et son beau-frère au sujet d’un veau. Claude Percol reprocha à son beau-frère, nommé Verbaud, d’avoir vendu un veau qui en réalité appartenait à leur beaupère respectif, Georges Janel. Offensé par cette accusation, Verbaud poussa fort rudement Claude Percol et le fit chanceler deux fois. Il tomba même par terre sur ses deux mains. Verbaud fit de plus appel à d’autres hommes qui se trouvaient là. Il demanda à Jean Janel, fils dudit Georges, et à Thiebault Janel, de l’aider à empoigner Claude Percol. On vit alors intervenir aussi Jacquotte Janel, la femme de Verbaud… Thiebault Janel empoigna Claude Percol « par le fort du corps ». Pendant ce temps, Verbaud donna plusieurs coups de poing à Claude Percol puis il fut rué par terre par Thiebault Janel. Verbaud continua à l’outrager : Claude Percol se considérait déjà comme mort, mais il se releva et essaya de s’échapper. Il fut vite rattrapé par Verbaud, Janel et la femme de Verbaud qui, tous les trois, le ruèrent de nouveau par terre et l’outragèrent à grands coups de poing. Claude Percol réussit à attraper une petite « eschine » de bois (une baguette), qu’il trouva par terre devant la maison de Morel. Il parvint à en donner un coup à Janel qui en fut blessé. Il tenta alors de se retirer chez lui, croyant que la dispute était finie. Mais il fut encore assailli par Jean Janel qui s’était emparé d’un pliant de bois (gros bâton), et par Thiébault Janel, sa femme Thiebaude Le Noir et sa fille Françoise Janel. Tous, avec une telle furie, l’attrapèrent et le ruèrent au sol, lui déchirèrent violemment ses habits, y compris sa gregue (haut de chausse, culotte) qui fut lacérée et mise en quatre morceaux. Janel, pensant lui asséner un coup du pliant de bois, tomba sur Nicolas Jacquenes le Jeune qui en fut énormément blessé à la tête, à plaie ouverte. Claude Percol, qui avait saisi un petit « maillot » (maillet) de bois, leur cria plusieurs fois « Mercy ! » mais ne parvint pas à adoucir leur furie. Thiébault le saisit par le cou et Françoise lui arracha le maillet et lui en donna plusieurs grands coups sur la tête pour l’assommer. De son côté, la Thiebaude criait incessamment qu’il fallait le tuer ! Se voyant réduit dans cette extrémité, Claude Percol ne pouvait pas compter sur l’aide de sa mère, Perrenette Verbaud, une vieille femme âgée d’environ quatre-vingts ans. Elle accourut cependant et tâcha « de son petit pouvoir » de retirer la Françoise grimpée sur Claude Percol mais n’y parvint pas. Claude Percol, outragé par cette extrême furie, se sentait écrasé par la Françoise, fille robuste, forte et de mauvaise volonté. Ne pouvant plus respirer, il porta la main vers le couteau qu’il portait et en donna un coup à Françoise. Elle en fut blessée « au mol du petit ventre » et en mourut trois jours plus tard45.

28La dispute et la violence peuvent éclater au sein de la famille, parfois en partant d’une broutille. Le 7 septembre 1615, Clauda Gougeon se disputa avec sa belle-mère au sujet de noix que cette dernière avait mises dans une arche. Clauda lui fit remarquer qu’elle voulait en avoir la moitié. Elle prit des tenailles et essaya de forcer une des paumelles du coffre. N’y parvenant pas, Clauda s’attaqua à sa belle-mère, physiquement, en tenant de s’emparer de la clef de l’arche. Jacques Gougeon, le propre père de Clauda, s’intercala dans la dispute puisque sa fille lui donna des coups de tenailles. Cet homme en fut blessé, « à sang coulant et mutilé au visage ». Dans la violence de la bagarre familiale, Clauda arracha à Jacques Gougeon une partie de sa barbe ! Le mari de Clauda, Claude Lestievent, donna lui aussi plusieurs coups de tenailles sur les épaules de Jacques Gougeon, qui en fut atterré et ensuite outragé de plusieurs coups de pied au ventre. Claude Lestivent essaya aussi d’occire Jacques Gougeon à l’aide d’un ray de charrue, c’est-à-dire probablement d’un rayon de roue ; en fait, il esquiva le coup, qui fut reçu par la belle-mère, frappée au genou.

  • 46 Archives générales du royaume de Belgique : Conseil privé, no 627 B 1 (92). Le lieu concerné n’est (...)

29L’affaire fut portée devant le procureur d’Orgelet qui condamna le couple Clauda Gougeon et Claude Lestivent à un « voyage à Saint-Jacques en Galice ». Ils partirent en pèlerinage mais, parvenu à Barcelone, Claude Lestievent « prit un mal », entra à l’hôpital et y décéda. Clauda, « pauvre femme rustique », revint dans son village, aux alentours des Rois de l’année 161746.

  • 47 Aujourd’hui Fleurey-lès-Saverney : Haute-Saône, arr. Vesoul, c. Port-sur-Saône.

30Il arrive aussi, très rarement semble-t-il, qu’une femme soit la commanditaire d’un meurtre. C’est ainsi que, dans un village proche de Vesoul, Fleurey47, se déroula un des crimes les plus sordides de cette période. Le 10 juin 1620, après dîner, la maison de messire Jean-Baptiste Sarron, curé de Fleurey, fut attaquée par François Gauthier et quelques complices (six ou sept, dit-on) ; les portes en furent forcées et le curé prit la fuite « pour éviter leur rage et furie ». Peu de temps après, les forcenés le retrouvèrent dans l’église. Il avait revêtu une chape et une aube ; il tenait en main un ciboire « où reposait le Saint Sacrement ». François Gauthier l’abattit froidement de plusieurs coups de pistolet. On retrouva son corps étendu devant le grand autel, les habits sacerdotaux tout ensanglantés et « brûlés par les coups de pistolet ». Le ciboire, « forcé et plié » gisait à côté de lui. L’auteur de ce meurtre et de ce sacrilège, François Gauthier, était le fils de Deline Caboz.

31Cette femme fut accusée en même temps que son fils car on sut bien vite qu’elle était la commanditaire de l’assassinat. En effet, chacun savait dans la paroisse qu’elle avait eu « de précédentes querelles » avec le curé. Ayant appris que le curé était dans l’église, revêtu de ses vêtements sacerdotaux, elle avait envoyé son fils et ses complices « pour passer outre et le faire mourir ». Pour éviter la rigueur de la justice, qui ne pouvait pardonner cet acte d’impiété, elle quitta le pays, de même que son mari Pierre Gauthier et, bien sûr, son fils Jean-Baptiste. Ils furent condamnés par contumaces, et bannis du comté, en même temps que les complices, dont Jean Davyot et Claude Barberot dit l’Epéerenoset, avec interdiction d’y revenir sous peine de la hart (torture). Leurs biens furent confisqués.

  • 48 Arch. dép. Doubs 2 B 3397 ; 2 B 3455 ; Archives générales du royaume de Belgique, Conseil privé, no(...)

32Un an et demi plus tard, quatre autres enfants de Deline Caboz essayèrent de rentrer au pays. Les trois filles (Anne, Claude, Jeanne) et le fils (Michel) demandèrent la grâce souveraine, expliquant qu’ils n’avaient pas voulu comparaître par peur de la justice qui les aurait condamnés sous de faux témoignages. Ils se disaient en effet innocents dans ce meurtre exécuté par leur frère François sur ordre de leur mère (depuis décédée) : « ils aimeraient mieux mourir mille fois que de jamais y avoir trempé »48.

Une société violente ?

  • 49 Arch. dép. Nord B 1807 à B 1812.
  • 50 Nassiet, Michel, La violence, une histoire sociale, France, xvie-xviiie siècles, Seyssel, Champ Val (...)
  • 51 Gauvard, Claude, De grace especia : Crime, Etat et société en France à la fin du Moyen Age, Paris, (...)
  • 52 Zemon-Davis, Natalie, Pour sauver sa vie…, op. cit. p. 169, 180 et le chapitre 3, p. 220, note 22.  (...)
  • 53 Muchembled, Robert, La violence au village (xve-xviie siècles). Sociabilité et comportements popula (...)

33La violence commise par les femmes apparaît très rarement dans ces lettres de rémission, exceptionnellement même. Aux Archives départementales du Nord, à Lille, nous avons dépouillé six gros registres en parchemin, pour la période décennale allant de 1619 à 162949. Sur 250 homicides, un seul a été commis par une femme. La rareté de la femme homicide se rencontre partout50. Les crimes commis par les femmes dans le royaume de France à la fin du Moyen Age, représentent, selon Claude Gauvard, 1 % du total, et les victimes féminines ne sont que 3 %51. De même, Natalie Zemon Davis a dépouillé 4 000 lettres de rémission, à peu de choses près, du xvie siècle ; or, dans ce lot, seules une quarantaine de rémissions furent accordées à des femmes, soit 1 % aussi52. Dans la Castille du xviie siècle, Rudy Chaulet aboutit à 2 %. Dernier point de comparaison : sur un total de 3 888 pardons pour homicides accordés en Artois, du xve au xviie siècle, Robert Muchembled n’a rencontré là encore que 0,36 % de femmes53. Ce qui est plus surprenant sans doute, dans les affaires que nous avons étudiées, c’est la rareté des violences commises à l’encontre des femmes : sept femmes ont subi des blessures et six autres sont mortes. C’est très peu. À l’opposé, il y eut pas moins de 244 hommes tués !

34Pour obtenir une idée précise de la violence, il est nécessaire de compter le nombre d’homicides et de le rapporter à l’ensemble de la population. Malheureusement, on ignore le nombre d’habitants de la plupart des territoires concernés, même approximativement. Nous donnons ici les informations que nous avons pu collecter. Le nombre de lettres indiquées ici est celui des actes transcrits pour des homicides commis durant les années 1620-1632 (1627-1632 principalement).

Tableau 1. Lettres de rémission pour homicide classées par province

  • 54 Information communiquée par Claude Depauw.
  • 55 Il y avait environ 35 000 habitants en 1672 mais dans un Tournaisis plus vaste qu’avant et sans la (...)

Province

Nombre de lettres

Population (en 1615)

Remarques

Artois

24

Entre 200 et 350000

Au début du xviie s.

Brabant

1

199 000

 

Hainaut

1

Nombre inconnu

 

Flandre flamande

23

Peut-être 665000

 

Flandre wallonne

17

Entre 70 et 100000

Il y avait 12936 feux en 1485 (enquêtes fiscales)

Cambrésis

1

Nombre inconnu

 

Franche-Comté

19

415 000

En 1614

Comté de Namur

1

65 000

 

Châtellenie de Courtrai

1

Nombre inconnu

Environ 61000 habitants à la fin du xvie siècle54

Tournaisis

1

Nombre inconnu55

 

Luxembourg

1

53000

 

  • 56 Sauf mention contraire, les informations démographiques sont tirées de Morsa Denis, « Le siècle de (...)

Source : Arch. Chambre des comptes de Lille. Arch. dép. Nord B 181356.

35Par rapport aux autres provinces, il faut en déduire un taux élevé d’homicides en Franche-Comté à cette époque. L’ampleur de la violence peut être liée port d’armes.

Une province maintenue en armes pour la guerre

36Il est en effet indispensable de rappeler que la Franche-Comté n’a pas d’armée permanente et que le système de défense repose sur la mobilisation des hommes en cas de nécessité, chacun étant armé. Tous les Comtois ont des armes à la maison, qu’elles soient des armes à feu ou des armes blanches. Cela dit, la législation tente de limiter considérablement le port d’armes. On doit en donner la chronologie simplifiée car la répétition des mesures prises souligne la difficulté de l’appliquer :

371552 : interdiction de porter arquebuse et pistolet, ni en ville ni aux champs, sauf pour les soldats bien sûr ; il faut les laisser au logis.

381596 : interdiction de porter dagues et poignards, sauf pour les soldats et pour les nobles.

  • 57 Le texte exact est « baston inafif », probable erreur typographique ; il faudrait donc lire : « mas (...)

39Vers 1587 : le port d’armes est interdit aux « escholiers » (étudiants) ; interdiction pour eux de porter des « baston massif57, espées, pistolets, mailles ny aultres armes ».

401601 : « pour obvier aux battures, outrages et homicides qui se commeuttent ausdits jours de festes des patrons des villes et villages de ce pays » la cour (le parlement à Dole) interdit « de porter des armes offensives le jour et au lieu où se font telles fêtes ».

411609 : interdiction de porter « bidets et mouchoirs » (petits pistolets) y compris pour les nobles et « gens de commune ».

421613 : on encourage la dénonciation de ceux qui portent des armes ; rappel des interdictions antérieures.

431619 : renouvellement de l’édit de 1601.

441626 : interdiction renouvelée du port d’armes.

  • 58 Arch. dép. Nord B 1812 et B 1813.

45Par la suite (après la guerre de Trente ans), le parlement ajoutera (en 1658) l’interdiction d’avoir des armes à la maison (« à tous ouvriers », « bidets et mouchoirs »), l’interdiction aux marchands de vendre des bidets et des mouchoirs, le rappel de l’interdiction de porter des armes, dagues, poignards « quarrez appelés stilets », et l’interdiction d’en vendre. Enfin, pour les forestiers, messiers, garde des bois, gardes des vignes, bûcherons et charbonniers, les parlementaires interdisent d’avoir des arquebuses, fusils, pistolets, bidets, mouchoirs, poignards, stilets et grands couteaux. En dépit de toutes ces interdictions et restrictions, les armes sont présentes. Les hommes sont équipés d’armes à feu et d’armes blanches, à la maison ou sur eux. Le tableau qui suit donne un reflet des armes utilisées pour les homicides commis entre 1620 et 163258.

Tableau 2. L’armement des protagonistes des lettres de rémission

  • 59 Le « brindestocque » est l’arme qui a fait le plus de mal au paysan massacré dans l’attaque rapport (...)
  • 60 Les quatre derniers types relèvent de la catégorie juridique des « armes par destination » c’est-à- (...)

Armes blanches

Armes à feu

Armes en bois et pierre

47 épées

24 arquebuses

19 bâtons ou bouts de bois,

33 couteaux, coutelas, poignards

10 pistolets

ou barres de bois

3 dagues

 

1 bâton ferré

3 brindestocs ou « brin d’étoc »59

 

3 pieux (pau, pliau, paux, etc.)

5 baïonnettes (et baïonnette-poignard ou couteau-baïonnette)

 

1 fléau

1 hallebarde 1 pieu en fer60,

 

26 pierres (ou cailloux)

1 pioche, 1 hache et 1 serpe

 

1 sabot

  • 61 Jura, arr. Lons-le-Saunier, ch.-l. c.
  • 62 Arch. dép. Nord B 1812.

46Ajoutons l’usage des mains uniquement, ayant provoqué un décès suite à une distribution de coups de poing. L’importance des armes à feu et des armes blanches montre bien que la législation n’est pas respectée ou que certaines personnes utilisent, dans certains cas, des armes autorisées. Il y a aussi des coutumes qui subsistent ; c’est ainsi qu’à Salins61, en 1626, Henry Marchandel participe aux danses « portant une épée comme c’est la coutume des jeunes gens à marier »62.

Une province agitée par le banditisme, les déserteurs et les soldats en maraude

  • 63 Delsalle, Paul, L’invasion de la Franche-Comté par Henri IV, Besançon, Cêtre, 2010, 310-XVI p.
  • 64 Jura, arr. Lons-le-Saunier, c. Champagnol.
  • 65 Jura, arr. Dole, c. Chemin.
  • 66 Haute-Saône, arr. Vesoul, ch.-l. c.
  • 67 Arch. dép. Doubs 2 B 93 et 94.
  • 68 Haute-Saône, arr. Lure, c. Saint-Loup-sur-Semousse.
  • 69 Nombreux dossiers sur ces exactions ; Arch. dép. Doubs 2 B 713 à 2 B 719.

47Enfin, la question du port d’armes n’explique sûrement pas tout. On peut peut-être mettre en rapport ce grand nombre d’homicides avec le climat d’insécurité, de violence, qui règne dans la province, dans les villes et surtout dans les campagnes. La province a été ravagée par l’armée d’Henri IV en 159563. Les pilleurs profitent de la désolation. Vers 1603-1610, la forteresse de Châteauvilain, à Bourg-de-Sirod64, est attaquée et pillée par une bande de voleurs étrangers (des soldats français), tandis qu’à l’autre bout de la province, des brigands s’attaquent à Saint-Loup65, rançonnent avec autant d’acharnement de puissants ecclésiastiques, notamment les abbés de Luxeuil et de Clairefontaine, que des modestes seigneurs locaux (Matal, Janey). Des hordes de voleurs parcourent les campagnes en 1611-1612. Du côté de Champlitte66 et vers Luxeuil, des groupes de malfaiteurs multiplient les vols, les rapines et même les crimes, notamment en 161767. Ce sont aussi des années de crise économique (1615-1616) : médiocrité des récoltes, désordres monétaires, cherté des grains, disette, développement de la misère, langueur de commerce. Le climat local est dégradé. De 1624 à 1631, des bandes de vagabonds mais aussi, « en grand nombre », des voleurs armés, des troupes organisées, sévissent autour de Vesoul et surtout de Fougerolles68. Les prisons de Vesoul et de Baume-les-Dames sont pleines de malfaiteurs. Ces rapines sont dues aussi aux garnisons indisciplinées, logées en ville ou dans des châteaux, mais qui complètent leur ordinaire en se servant sans vergogne dans les campagnes aux alentours. Les soldats commettent de nombreuses exactions69 dans les ressorts de Dole, Arbois, Baume-les-Dames, Saint-Hippolyte, Montmorot, Gray, Luxeuil, Faucogney, Quingey, Pontarlier, Gy, Cromary, Châtillon-le-Duc, et notamment à Montigny-lès-Cherlieu, Genevrey, Granges-la-Ville, Vieilley, Merey, Rioz, Quenoche, Orgelet, etc.

Conclusion

  • 70 Zemon-Davis, Natalie, Pour sauver sa vie…, op. cit. p. 169, 180 et le chapitre 3, p. 220, note 22 ;(...)
  • 71 Nolde, Dorothea, « Le rôle de la violence dans les rapports conjugaux en France, à la fin du xvie s (...)

48Les lettres de rémission apportent un éclairage singulier. Elles montrent que les femmes sont au cœur de la violence des hommes, souvent à l’origine des conflits qui débouchent sur un homicide. En revanche, la violence commise physiquement par les femmes est rare, très rare. Cela dit, la femme est parfois l’instigatrice voire le commanditaire d’un meurtre. La réalité qui se cache derrière cet adverbe « parfois » nous reste inconnue. Certes, une part des liens entre les femmes et la violence nous échappe, en raison de la source documentaire que nous avons utilisée, les infanticides et les crimes pour sorcellerie n’étant pas rémissibles70. D’autres formes de la violence féminine, comme les escalades verbales et gestuelles, doivent être recherchées dans d’autres séries archivistiques. Des historiens affirment que la violence féminine est alors fréquente ; par exemple Dorothea Nolde estime que : « la violence des femmes, loin d’appartenir seulement à la sphère de la fiction littéraire et iconographique, est un phénomène social bien réel et relativement courant »71. Pourtant, force est d’admettre que les archives apportent un témoignage totalement différent, du moins pour la Franche-Comté, celui d’une violence féminine qui reste marginale, très modérée, rarement physique et, pour tout dire, exceptionnelle, aux antipodes de celle des hommes.

Notes

1 J’utilise ici indifféremment les deux mots, meurtre et homicide, comme synonymes, comme dans les lettres de rémission ; il ne s’agit pas, en effet, d’analyser la signification de ces mots dans les lettres de rémission mais, plus modestement de cerner la place des femmes dans les pratiques de la violence.

2 Archives générales du royaume de Belgique : Conseil privé, 301, f° 127-128.

3 À titre comparatif, pour une période antérieure (début du xvie siècle), et à partir d’un fonds d’archives différent (l’officialité), cf. Sole, Jacques, Etre femme en 1500, la vie quotidienne dans le diocèse de Troyes, Paris, Perrin, 2000, 255 p. (p. 26-30 et 148-154 notamment) ; voir aussi : Rambeaud, Pascal, « Les femmes du xvie siècle face à la violence : l’exemple de la campagne rochelaise », Enquêtes rurales, no 10, 2004, p. 81-99.

4 Schepper, Hugo de, et Vrolijk, Marian, « La grâce princière et la composition coutumière aux Pays bourguignons, 1384-1633 », p. 735-759 dans Hoareau, Jacqueline, et Texier, Pascal (éd.), Anthropologies juridiques. Mélanges Pierre Braun, Limoges, Cahiers de l’Institut d’anthropologie juridique, Presses universitaires de Limoges, 1998, 854 p. ; Schepper, Hugo de, « Privileg und Gratia in den Burgundisch-Habsburgischen Niederlanden, 1400-1621. Eine historisch-theoretische Betrachtung », Das Privileg im europäischen Vergleich, Frankfurt am Main, Vittorio Klostermann, 1999, Band 2, p. 225-252.

5 Bibliothèque d’étude et de conservation, Besançon : Ms 1549, fo 213 v °. Lettre de rémission accordée par l’abbé de Luxeuil, en 1502. Luxeuil : Haute-Saône, arr. Lure, c. Luxeuil-lès-Bains. Saint-Claude : Jura, ch.-l. arr.

6 Cf. l’article de Jean, Mireille, « Les archives de la chambre des comptes de Lille : une source pour la recherche historique sur les Pays-Bas français », De Franse Nederlanden, 1977, p. 132-153 (p. 143).

7 Zemon-Davis, Natalie, Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie siècle, Paris, Seuil, 1988, 279 p.

8 Est paru depuis le séminaire « Brutes impulsives… » : Delsalle, Paul, Crimes et châtiments en Franche-Comté au temps de Ravaillac. Tome 1, La taverne et l’arquebuse, Besançon, Cêtre, 2012, 255 p.

9 Arch. dép. Nord B 1812 et B 1809. Nombreux exemples dans chaque registre de cette série, notamment B 1809 et B 1812. Sur les fuites cf. Garnot, Benoît, Histoire de la justice, Paris, Gallimard, 2009, 789 p. (p. 442).

10 La demande peut être transmise un intermédiaire et l’auteur de l’homicide rester où il se cache. Par ailleurs, nous laissons de côté, volontairement, le cas particulier du droit d’asile à Ornans, accordé aux auteurs d’homicides en attendant la grâce souveraine ; sur ce point, cf. l’ouvrage Crimes et châtiments…, op. cit.

11 Citée par Hugo de Schepper (cf. les références ci-dessus), cette ordonnance ne se retrouve pas dans le Recveil des ordonnances et edictz de la Franche-Comté de Bovrgongne, par Jean Petremand, Dole, imprimerie Antoine Dominicque, MDCXIX [1619].

12 Recueil des ordonnances et edictz de la Franche-Comté, op. cit. titre XI, p. 192-194.

13 Notamment Schepper, Hugo de, et Vrolijk, Marian, « La grâce princière… », op. cit.

14 Russey : Doubs, arr. Pontalier, ch.-l. c.

15 Doubs, arr. Besançon, ch.-l. c.

16 Jura, ch-l. arr. et c.

17 Haute-Saône, arr. Vesoul, c. Gy.

18 Aujourd’hui Gray-la-Ville : Haute-Saône, arr. Vesoul, ch.-l. c.

19 À titre comparatif, cf. Rambeaud, Pascal, « Les femmes du xvie siècle face à la violence… », op. cit. ; pour une période plus ancienne, voir Dubois, Adrien, La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge, Paris, Société parisienne d’histoire et d’archéologie normandes, 2010, 398 p.

20 Pour cela, et d’autres exemples, cf. Delsalle, Paul, Les Franc-Comtoises à la Renaissance, Saint-Cyr, Sutton, 2005, 256-XVI p. ; p. 159-167 : « Victimes, délinquantes et criminelles ».

21 Delsalle, Paul, « La chevauchée de l’âne », p. 71-72 dans Les Franc-Comtoises à la Renaissance, op. cit.

22 Doubs, arr. Pontarlier, ch.-l. c.

23 Je n’ai retrouvé, pour l’instant, aucun autre témoignage de cette pratique, qui ne semble pas être une coutume puisqu’elle provoque de la dissension dans l’assistance.

24 Arch. dép. Nord B 1807, fo 117r.

25 Arch. dép. Nord B 1807.

26 Doubs, arr. Besançon, c. Baume-les-Dames.

27 Arch. dép. Nord B 1811, fo 8.

28 Sur cette promiscuité, cf. Muchembled, Robert, L’invention de l’homme moderne. Culture et sensibilités en France du xve au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1988, 513 p. notamment les chapitres I et V.

29 Il y a pourtant des viols qui aboutissent en justice, au parlement de Dole ; ils sont souvent aussi mentionnés sous le mot « rapt » ; cf. Arch. dép. Doubs, 2 B 3358, 3361, 3364, 3369, 3477, 3492, 3519 et 3536. Voir aussi dans le présent livre : Follain, Antoine, et Papillard, Carole-Anne, « Figures du crime et de la violence au xvie siècle. Les singulières gravures insérées dans la Praxis rerum criminalium de Josse de Damhoudère », notamment le commentaire de la fig. 18. « Le rapt et le viol dans le 95e chapitre De ravissement ».

30 Arch. dép. Nord B 1810, fo 112.

31 Voir aussi l’affaire donnée en ouverture du présent article ; Archives générales du royaume de Belgique, Conseil privé, 301, fo 127-128.

32 Aujourd’hui Germéfontaine : Doubs, arr. Pontarlier, c. Pierrefontaine-les-Varans.

33 Arch. dép. Nord B 1811, fo 39.

34 Doubs, arr. Besançon, c. Marchaux.

35 Arch. dép. Nord B 1810, fo 13v.

36 Jura, arr. Lons-le-Saunier, c. Chaumergy.

37 Arch. dép. Nord B 1808, fo 146.

38 Jura, arr. Lons-le-Saunier, c. Bletterans.

39 Arch. dép. Nord B 1812.

40 Haute-Saône, arr. Vesoul, c. Dampierre-sur-Salon.

41 Arch. dép. Nord B 1807, fo 319.

42 Cf. les trois reproductions photographiques, notamment « le crêpage de chignons », dans : Delsalle, Paul, Les Franc-Comtoises à la Renaissance, op. cit., planche VI.

43 On trouverait d’autres exemples, notamment à Besançon, cité impériale ; cf. l’affaire Jehanne Coblans et ses complices qui, en 1517, ont battu à mort un notaire bisontin, maître Claude Chappuis ; Arch. mun. Besançon CC 79.

44 Haute-Saône, arr. Lure, c. Villersexel.

45 Arch. dép. Nord B 1809. Au lieu de Janel on peut lire Javel.

46 Archives générales du royaume de Belgique : Conseil privé, no 627 B 1 (92). Le lieu concerné n’est pas précisé ; en 1657, il y avait encore des Gougeon et des Lestievent dans le village d’Onoz, près d’Arinthod. Ici, le procureur d’Orgelet intervient mais il est ensuite question du siège d’Arbois.

47 Aujourd’hui Fleurey-lès-Saverney : Haute-Saône, arr. Vesoul, c. Port-sur-Saône.

48 Arch. dép. Doubs 2 B 3397 ; 2 B 3455 ; Archives générales du royaume de Belgique, Conseil privé, no 637, B 1.

49 Arch. dép. Nord B 1807 à B 1812.

50 Nassiet, Michel, La violence, une histoire sociale, France, xvie-xviiie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2011, 377 p. (cf. p. 41-46).

51 Gauvard, Claude, De grace especia : Crime, Etat et société en France à la fin du Moyen Age, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, LXXXV-473 p.

52 Zemon-Davis, Natalie, Pour sauver sa vie…, op. cit. p. 169, 180 et le chapitre 3, p. 220, note 22. ; autre exemple, en Castille cf. Chaulet, Rudy, « La violence et les femmes en Castille au xvie et au xviie siècle : une affaire de famille », p. 65-72 dans Familles, pouvoirs, solidarités. Domaine méditerranéen et hispano-américain (xve-xxe s.), Montpellier, Etilal, 2002, 464 p.

53 Muchembled, Robert, La violence au village (xve-xviie siècles). Sociabilité et comportements populaires en Artois du xve au xviie siècle, Turnhout, Brepols, 1989, 419-VI p.

54 Information communiquée par Claude Depauw.

55 Il y avait environ 35 000 habitants en 1672 mais dans un Tournaisis plus vaste qu’avant et sans la ville de Tournai ; information communiquée par Claude Depauw.

56 Sauf mention contraire, les informations démographiques sont tirées de Morsa Denis, « Le siècle de malheur ? », vol. 1, p. 100-133 (tableau p. 103) dans Janssens, Paul (dir.), La Belgique espagnole et la principauté de Liège, 1585-1715, Bruxelles, La Renaissance du livre, 2006, 2 vol., 295-445 p.

57 Le texte exact est « baston inafif », probable erreur typographique ; il faudrait donc lire : « massif ». Nous remercions Brigitte Laffage.

58 Arch. dép. Nord B 1812 et B 1813.

59 Le « brindestocque » est l’arme qui a fait le plus de mal au paysan massacré dans l’attaque rapportée dans le présent livre : « Annexe I Le massacre de Nayemont… » dans Follain, Antoine, et alii, « Des amendes communes et arbitraires aux lettres de grâce… ».

60 Les quatre derniers types relèvent de la catégorie juridique des « armes par destination » c’est-à-dire tout objet qui peut servir à blesser quelqu’un ou à détruire quelque chose, même si ce n’est pas son usage premier ou principal.

61 Jura, arr. Lons-le-Saunier, ch.-l. c.

62 Arch. dép. Nord B 1812.

63 Delsalle, Paul, L’invasion de la Franche-Comté par Henri IV, Besançon, Cêtre, 2010, 310-XVI p.

64 Jura, arr. Lons-le-Saunier, c. Champagnol.

65 Jura, arr. Dole, c. Chemin.

66 Haute-Saône, arr. Vesoul, ch.-l. c.

67 Arch. dép. Doubs 2 B 93 et 94.

68 Haute-Saône, arr. Lure, c. Saint-Loup-sur-Semousse.

69 Nombreux dossiers sur ces exactions ; Arch. dép. Doubs 2 B 713 à 2 B 719.

70 Zemon-Davis, Natalie, Pour sauver sa vie…, op. cit. p. 169, 180 et le chapitre 3, p. 220, note 22 ; Chaulet, Rudy, « La violence et les femmes en Castille… », op. cit. p. 65-72.

71 Nolde, Dorothea, « Le rôle de la violence dans les rapports conjugaux en France, à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle », p. 309-327 (p. 321) dans Redon, Odile, Sallmann, Line, et Steinberg, Sylvie (dir.), Le désir et le goût, une autre histoire (xiiie-xviiie siècles), Actes du colloque international à la mémoire de Jean-Louis Flandrin, Saint-Denis, septembre 2003, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2005, 403 p.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site