Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Deuxième partie. Affreux, sales et méchants ? Réflexions croisées sur la violence du xvie au xviiie siècle

« Force meurtres et assassinats » ?

Mesures et formes de la violence ordinaire à Paris au début de l’époque moderne

Diane Roussel

Texte intégral

« Force meurtres, assassinats, voleries, excès, paillardises et toutes sortes de vices et impiétés règnent en cette saison extraordinairement. Insolences de laquais à Paris jusques aux meurtres, dont il y en eust de pendus ; faux monnayeurs pris et descouverts ; deux assassins qui avoient voulu assassiner le baron d’Aubeterre en sa maison, roués tous vifs en Grève ; un marchand venant à la foire tué d’un coup de couteau qu’on lui laisse dans la gorge, trouvé dans cet état le long des tranchées du faubourg Saint Germain, sans dix neuf autres qu’on trouve avoir été tous tués et assassinés en un seul mois dans les rues de Paris dont on a pu encore découvrir les meurtriers. Pauvre commencement d’année, nous menassant de pire fin, par la constitution du temps, si piteuse qu’elle semble pleurer nos péchés, au défaut de la crainte de Dieu, qui ne se trouve plus aujourd’hui entre les hommes. »
Mémoires-Journaux… de Pierre de l’Estoile, éd. Jouaust et Lemerre (1875), rééd. Paris, Tallandier, 1982, t. VIII, p. 308 : janvier 1606.

  • 1 Toureille, Valérie, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006, 310 p. Sur la construction de (...)

1À sa manière, Pierre de L’Estoile dresse une sombre comptabilité du mois de À janvier 1606. La mort approchant, la dénonciation de la prolifération du crime et de l’impuissance de la police devient angoisse. Le goût du chroniqueur pour le macabre déployé dans les canards sanglants et les histoires tragiques donne une coloration particulièrement sinistre aux pages de ses Mémoires-Journaux, peuplées de « mauvais garçons », de « tire-manteaux » et autres voleurs et domestiques assassins. L’hybridation criminelle du vol et de la violence, née de la guerre de Cent Ans, obsède autant les bourgeois que la monarchie qui entend l’éradiquer par une législation répressive particulièrement rigoureuse1. Toutefois, les professionnels du crime, récidivistes et marginaux ainsi désignés, incarnent-ils l’état « réel » de la criminalité dans la capitale ? Sont-ils même responsables de l’essentiel de la violence ? De fait, Paris est une ville hors normes : monstre démographique – 300 000 habitants environ au milieu du xvie siècle – alimenté par une immigration soutenue, espace de fortes densités et d’habitat collectif imposant une promiscuité permanente, chaudron social sans cesse bouillonnant alors que le marché du travail et le marché matrimonial tendent à se fermer aux jeunes hommes en attente d’établissement. Est-elle pour autant la capitale du crime décrite par les chroniqueurs et les autorités ?

  • 2 Garnot, Benoît, Histoire de la justice. France, xvie-xxie siècle, Paris, Gallimard, 2009, 789 p. (p (...)
  • 3 Gauvard, Claude, « La criminalité parisienne à la fin du Moyen Âge : une criminalité ordinaire ? », (...)
  • 4 Muchembled, Robert, Violence et société : comportements et mentalités populaires en Artois (1400-16 (...)
  • 5 Gauvard, Claude, De Grace especial : Crime, État et Société…, op. cit.
  • 6 Nassiet, Michel, La Violence, une histoire sociale. France, xvie-xviiie siècle, Seyssel, Champ Vall (...)
  • 7 Sur ce chantier particulièrement actif de l’histoire judiciaire, voir en particulier Garnot, Benoît (...)

2Confronter les discours de l’« insécurité » aux données d’une criminalité dite « réelle » est cependant loin d’aller de soi. Bien plus que l’éternel problème du « chiffre noir » de la criminalité, c’est-à-dire de l’invisibilité statistique des transgressions non enregistrées par l’institution, insurmontable pour l’historien2, la difficulté principale à utiliser les sources criminelles comme des mesures de la « criminalité réelle » demeure que celles-ci sont avant tout nécessairement les produits des institutions en charge de la répression et, qu’à ce titre, elles nous renseignent d’abord sur des pratiques institutionnelles avant de pouvoir donner prise sur un phénomène social. Ainsi, dénonçant le biais induit par l’exploitation exclusive de certains registres criminels façonnés par des objectifs politiques, Claude Gauvard a montré l’intérêt qu’il y avait à employer d’autres sources de la pratique judiciaire qui permettent de restituer un profil plus ordinaire de la criminalité parisienne de la fin du Moyen Âge, dans laquelle domine la forme de la rixe-homicide3. Faute de disposer des archives du tribunal royal du Châtelet, disparues pour le xvie siècle, il faut aussi se tourner vers d’autres sources pour étudier la question au début de l’époque moderne. Les unes, désormais bien connues, relèvent des lettres de rémission conservées dans les registres du Trésor des Chartes jusqu’en 1568. Révélatrices des comportements populaires4, lieu de la construction d’une relation entre le sujet et le Roi5, instrument de la souveraineté princière6 : les différentes interprétations privilégiées par les historiens sont sans doute plus complémentaires qu’exclusives les unes des autres. Les autres sources ont été puisées dans les archives de la juridiction de Saint-Germain-des-Prés, la seule des justices seigneuriales parisiennes encore en activité à avoir conservé des fonds significatifs au début de l’époque moderne. Leur exploitation s’inscrit dans l’intérêt récemment renouvelé pour les justices locales7. La confrontation de ces deux ensembles documentaires, aux deux extrémités de l’édifice judiciaire, révèle des pratiques judiciaires très contrastées et, par conséquent, deux représentations distinctes de la criminalité poursuivie : d’une part des crimes de sang considérés comme légitimes et pardonnables par le Roi et d’autre part la multitude des affaires de violences de faible gravité qui font l’ordinaire d’un tribunal dit subalterne. La démarche consiste à soumettre ces deux sources à la même interrogation, qui est la suivante : puisque Paris est, à plus d’un titre, une ville hors du commun, les Parisiens sont-ils exceptionnellement violents ? Ou, à l’inverse, la capitale exerce-t-elle une limitation précoce et puissante de la violence ?

  • 8 Je reprends ainsi les présupposés méthodologiques formulés par Luc Boltanski et Laurent Thévenot : (...)
  • 9 L’entreprise quantitative, bien qu’éprouvée depuis plusieurs dizaines d’années maintenant, demeure (...)

3Cohérentes et massives, les séries d’archives retenues ouvrent la possibilité d’un traitement quantitatif et d’une mesure de la fréquence, de l’intensité et des formes de la violence. Toutefois, que mesure-t-on lorsque l’on quantifie la violence enregistrée dans les sources judiciaires ? Ni positiviste, ni déconstructiviste, refusant d’opposer l’objectivité des faits à leur représentation nécessairement biaisée, ma démarche réside dans un entre-deux critique qui vise à comprendre à quelles conditions les traces laissées dans les archives sont un moyen d’accès aux phénomènes passés8. Loin de disqualifier l’entreprise de mesure, mettre au jour le travail de construction à l’œuvre dans les archives criminelles contribue au contraire à donner davantage de pertinence aux ordres de grandeur dégagés et aux comparaisons qu’ils permettent9. C’est pourquoi je m’attacherai à mesurer et à décrire la violence à l’échelle de chaque ensemble documentaire, afin de respecter les logiques internes de procédure et d’interaction des acteurs qui déterminent la représentativité des résultats chiffrés. L’homicide, seuil social et juridique et à ce titre indicateur traditionnel des études sur la violence, fera l’objet d’une première enquête. Il s’agira ensuite de déterminer les caractères ordinaires et les spécificités des formes de la violence parisienne à travers les manières de tuer décrites dans les lettres de rémission puis dans les récits de conflits des instructions criminelles de Saint-Germain-des-Prés.

L’homicide à Paris au xvie siècle : tentatives de quantification

  • 10 Gauvard, Claude, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005, 288 p. (p. 12-13).
  • 11 Le procès civil et criminel…, par Claude Le Brun de la Rochette (1re éd. 1605, titres divers et édi (...)
  • 12 Rousseaux, Xavier, « Violence et judiciaire en Occident : des traces aux interprétations (discours, (...)

4Insaisissable au Moyen Âge10, le concept de « violence » demeure absent de la doctrine moderne qui privilégie celui d’« injure ». Les juristes du début de l’époque moderne, comme Claude Le Brun de la Rochette, contribuent cependant à construire la distinction entre l’injure « verbale » (au sens d’insulte) et l’injure « réelle ou de fait » (nos actuels coups et blessures) considérée comme bien plus grave11. La documentation de la pratique judiciaire emploie toutefois rarement ces acceptions, laissant les justiciables dénoncer des « excèz », soulignant par-là que, pour les populations, « la violence est d’abord une force physique dont l’intensité trop forte génère une friction intolérable et une réaction sociale »12. Le sang versé constitue un seuil de tolérance essentiel pour l’institution judiciaire comme pour l’ensemble de la société et l’homicide est l’indicateur traditionnel et privilégié des études sérielles sur la violence. C’est ce type de violence extrême que l’on va tenter de mesurer dans les deux corpus parisiens retenus.

Les lettres de rémission parisiennes : une source exceptionnelle mais arbitraire

  • 13 Sur la procédure des lettres de rémission, voir dans le présent volume Delsalle, Paul, « Il n’avoit (...)
  • 14 Ainsi que le formalisent les édits de 1539, 1546 et 1547, qui établissent progressivement les notio (...)
  • 15 Arch. Nat., JJ 230 à 263 (a). Pour une présentation complète de la série, je renvoie à l’édition re (...)
  • 16 Calcul réalisé à partir des relevés de François, Michel, « Note sur les lettres de rémissions trans (...)
  • 17 Gauvard, Claude, De Grace especial : Crime, État et Société…, op. cit. p. 275.
  • 18 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 33. L’auteur vient d’éditer Les lettres de pardon du vo (...)
  • 19 Ainsi l’explosion des rémissions en Artois ou dans le Brabant au xvie siècle correspond-elle à l’en (...)

5Genre juridico-littéraire très stéréotypé, les lettres de rémission accordées par le Roi pour des crimes considérés comme pardonnables fournissent des données nécessairement inférieures tant à la réalité criminelle qu’à sa représentation judiciaire, mais demeurent des sources précieuses pour approcher l’homicide13. Au xvie siècle, la restriction de la grâce aux seuls homicides commis en état de légitime défense est quasiment absolue14. Sur les 229 lettres parisiennes recensées dans les registres du Trésor des Chartes entre 1523 et 1568, 95 % concernent des cas d’homicides15. À l’échelle de l’ensemble des rémissions accordées par la chancellerie pour la période, les grâces parisiennes ne sont pas surreprésentées : leur poids (2,4 % de l’ensemble)16 est conforme au poids démographique de la capitale dans le royaume mais inférieur aux 4 % calculés par Claude Gauvard pour le règne de Charles VI17. L’évolution des conditions d’attribution du pardon royal explique certainement en grande partie ce recul. Par un effet mécanique, la plus grande emprise monarchique sur l’ensemble du territoire – que manifeste par exemple le tour de France royal de Charles IX de 1564-1566, qui a suscité de nombreuses requêtes provenant des provinces méridionales traversées18 – contribue en effet à minorer le poids relatif de la capitale, malgré la proximité des sujets parisiens avec la chancellerie royale. Surtout, la monarchie n’a nul besoin de la rémission pour asseoir son autorité dans un espace depuis longtemps central de l’État royal français, à l’inverse des régions périphériques dans lesquelles la pratique est plus fréquente19.

  • 20 Muchembled, Robert, La violence au village…, op. cit., p. 27 ; Paresys, Isabelle, Aux marges du roy (...)
  • 21 Calcul réalisé à partir des données établies p. 204 par Paresys-Degorge, Isabelle, Pardonner et pun (...)
  • 22 Chaulet, Rudy, Crimes, rixes et bruits d’épées, op. cit., p. 158.

6Toutefois, dire que la mesure est d’abord celle de pratiques de pouvoir inscrites dans des contextes particuliers, avant d’être celle de la violence réellement commise, ne remet pas en cause l’hypothèse selon laquelle Paris constituerait un espace pacifié au sein du royaume. Autrement dit, si la capitale était ce gigantesque coupe-gorge, cette zone de non droit dénoncée par les contemporains, la pratique de la rémission n’y serait-elle pas justement plus courante ? Ainsi, avec seulement 217 cas recensés dans la plus grande ville d’Europe entre 1523 et 1568, les crimes de sang pardonnés sont fréquents sans être excessivement nombreux au regard par exemple des 335 homicides pardonnés dans le bailliage d’Amiens et la prévôté de Paris entre 1523 et 1547 selon Isabelle Paresys ; aux 903 recensés en Artois de 1500 à 1558 par Robert Muchembled ; ou aux 99 relevés par Rudy Chaulet entre 1587 et 1700, à Valladolid, ville de 40 000 habitants environ ; tous espaces objets d’une politique de réduction à l’obéissance20. Rapportés à la population parisienne (dont on sait peu de chose sinon qu’elle pourrait atteindre 200 000 habitants au début du siècle, 350 000 au milieu), les 7,2 cas annuels (sur 30 années, déduction faite des interruptions dans les registres) permettent de calculer une fourchette de taux annuels de demandes de pardon pour homicide comprise entre 2,1 et 3,6 pour 100 000 habitants. Rien d’exceptionnel, donc, en comparaison du taux déduit à Amiens (3,5 pour 100 000 habitants), ville de 20 000 âmes sous François Ier21, ou de celui de Valladolid (presque 1 entre 1564 et 1621)22.

7Au regard de l’attribution du pardon royal, Paris ne se distingue donc guère. Les sources de la pratique judiciaire ordinaire apportent des éléments qui confirment ce constat et permettent d’aller plus loin.

Saint-Germain-des-Prés : le seul fonds de justice seigneuriale conservé

  • 23 Garnot, Benoît, Histoire de la justice, op. cit., p. 124-126.
  • 24 Lemercier, Pierre, Les justices seigneuriales de la région parisienne de 1580 à 1789, Paris, Domat- (...)
  • 25 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 296.
  • 26 Sur l’imprécision démographique, voir Jacquart, Jean, « Le poids démographique de Paris et de l’Île (...)

8Les données tirées des justices ordinaires locales sont en effet plus fiables, car certainement plus proches de la criminalité réelle, mais leurs archives sont rares en France avant le milieu du xviie siècle23. À Paris, la juridiction seigneuriale de Saint-Germain-des-Prés est la seule des 25 justices seigneuriales parisiennes à avoir conservé un fonds documentaire massif au début de l’époque moderne. Ces justices sont héritées du système médiéval et leurs compétences sont progressivement rognées par le siège royal du Châtelet jusqu’à l’édit de Réunion de 167424. Le seigneur abbé exerce en effet toujours activement ses droits de haute, moyenne et basse justice acquis au xiiie siècle, sur un vaste ressort qui, autour du gros bourg, s’étend des portes de Paris à la ceinture agricole voisine. Il est ainsi compétent en matière d’homicide qu’il traite sans nécessairement attendre le dépôt d’une plainte d’un particulier, conformément aux exigences de la Couronne25. Si l’on peut émettre l’hypothèse selon laquelle le juge germanopratin, aux portes de la capitale, se montre zélé dans cette mission et puisse enregistrer avec une relative exactitude les homicides commis dans son ressort, le chercheur reste dépendant de la conservation lacunaire des archives ainsi que de la mauvaise connaissance de la démographie parisienne du début de l’époque moderne, plus particulièrement ici pour l’un des plus gros faubourgs en pleine explosion26.

  • 27 Arch. Nat., Z2 33393, 3318, 3394, 3395. Inventaire de Bimbenet-Privat, Michèle (éd.), Écrous de la (...)
  • 28 Arch. Nat., Z2 3405 à 3419. 11 homicides mettant en cause 23 accusés. Pour une présentation exhaust (...)
  • 29 La série est continue de 1604 à 1610, à l’exception de l’année 1609 pour laquelle aucune affaire n’ (...)
  • 30 Taux calculés d’après les chiffres fournis par Isbled, Bruno, Criminalité et justice criminelle à S (...)

9De prime abord, l’homicide semble très loin de constituer l’ordinaire du tribunal. Les registres des écrous de la prison abbatiale, conservés pour la période 1537-1579, renferment 11 cas d’homicides27. Si les registres consignent l’intégralité de l’action policière conduisant des suspects en prison, ce chiffre est cependant certainement sous-estimé du fait de l’inégal enregistrement des motifs d’incarcération (connu pour seulement 45 % des prisonniers). Les 16 prisonniers pour homicides représentent ainsi 1,9 % des 863 prisonniers dont le motif d’incarcération est connu. En valeur relative, le poids de l’homicide dans les minutes de procès est proche, puisqu’elles ne renferment que de rares cas de violence extrême : j’ai recensé 11 cas d’homicides parmi les 554 instructions criminelles conservées entre 1511 et 1610 (soit 1,9 % des affaires ou 3,2 % des 724 accusés)28. La très forte discontinuité de la série, en particulier au début de la période, explique en grande partie que tous les crimes de sang jugés par le tribunal n’y soient pas enregistrés ; ainsi les 6 dernières années étudiées (1604-1610, 1609 non comprise) concentrent-elles près des trois quarts des affaires, dont 8 des 11 cas d’homicides. En fonction des chiffres probables de la population du faubourg au début du siècle (qu’on peut estimer entre 20 et 30 000 habitants), le taux annuel d’homicides pour la période 1604-1610 oscillerait donc entre 4,4 et 6,7 pour 100 000 habitants29. On peut toutefois interroger la fiabilité de ce résultat car il n’est pas exclu qu’une partie des liasses des procès quittent les archives germanopratines lors des procédures d’appel auprès du tribunal royal du Châtelet ; mais l’absence de ces archives à l’époque considérée empêche de déterminer quelle part des homicides se dérobe à notre connaissance. Le correctif apporté par les sources de l’appel pourrait pourtant être relativement important si l’on en juge par les résultats obtenus par Bruno Isbled pour la période 1647-1657 : sur 34 mois dépouillés, le chercheur relève 15 homicides qui, rapportés à une population d’environ 30 à 50 000 habitants, donnent des taux s’établissant entre 10,6 et 17,6 pour 100 00030. Le biais documentaire précédemment évoqué n’explique peut-être pas à lui seul les différences d’ordres entre 1606-1610 et 1647-1657 : on ne peut écarter l’hypothèse d’effets conjoncturels de la Fronde contribuant à une recrudescence de la violence urbaine durant les périodes de troubles.

10Ainsi, contrairement à ce que j’ai pu écrire trop rapidement en 2012, on ne peut rien conclure sur la variation des taux à court et moyen terme à Saint-Germain-des-Prés au début du xviie siècle. Toutefois, les ordres de grandeur dégagés se rejoignent vers le bas et peuvent être envisagés dans une dimension comparative pour situer les niveaux parisiens par rapport aux grandes tendances européennes.

L’homicide en ville et à Paris

  • 31 Monkkonen, Eric, « New standards for historical homicide research », Crime, Histoire et Sociétés/Cr (...)
  • 32 Sur le cas français, voir Muchembled, Robert, Une Histoire de la violence de la fin du Moyen Âge à (...)
  • 33 Eisner, Manuel, « Long-term historical trends in violent crime », Crime and Justice. A Review of Re (...)
  • 34 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 298-299.
  • 35 Eisner, Manuel, « Long-term historical trends… », art. cit., p. 99-103 ; Mantecon, Tomas, « Homicid (...)
  • 36 Muchembled, Robert, Une Histoire de la violence…, op. cit., p. 133-185 ; Rousseaux, Xavier, « Polit (...)

11Grâce au taux d’homicide, instrument imparfait mais unique pour tenter de comparer des données disparates sur la longue durée31, les historiens de la criminalité dressent aujourd’hui le constat du déclin, progressif mais massif, de la violence sanglante en Europe, passant d’un niveau moyen élevé à la fin du Moyen Âge (entre 50 et 100 pour 100 000 habitants) à un niveau actuellement très faible (entre 0,5 et 2 en Europe occidentale)32. Toute la difficulté pour les chercheurs est de parvenir à identifier le moment de l’inflexion à la baisse au début de l’époque moderne, alors que les données sont loin d’être exhaustives et que les trajectoires divergent selon les espaces étudiés33. Dans les dernières décennies du xviie siècle, qui commencent à être relativement renseignées, les taux ruraux français sont déjà inférieurs à 3 pour 100 000, observe Michel Nassiet34. En ville, le recul pourrait être plus précoce qu’au village : si à Stockholm ou à Rome les taux sont encore élevés dans les années 1580 (aux alentours de 50 pour 100 000 habitants), ils sont divisés par deux au cours du xvie siècle à Amsterdam (de 40 à 20), ainsi qu’à Bruxelles (de 20 à 10), avant de s’établir aux alentours de 4-5 à la fin du xviie siècle ; à Londres, enfin, il serait de 10 pour 100 000 habitants en 160035. Par comparaison, les taux à Saint-Germain-des-Prés, imprécis mais vraisemblablement inférieurs à 15-20 dans la première moitié du xviie siècle, se situent donc dans ce mouvement européen faisant des grands centres urbains des espaces de limitation forte et précoce de la violence sanglante36.

12Ni exhaustifs ni exacts, mais manipulés avec toute la prudence méthodologique nécessaire, les chiffres tirés des sources judiciaires permettent ainsi de renverser le fantasme de la capitale du crime. Paris n’est pas l’affreux coupe-gorge que décrivent les élites urbaines et les autorités, mais bien plutôt certainement le laboratoire des mutations des politiques judiciaires et des comportements. Au-delà de ces ordres de grandeur, l’exploitation quantitative des sources criminelles permet de dégager les formes que prend la violence dans la capitale au xvie siècle et d’en préciser les circonstances.

À la mode de Paris : manières de tuer d’après les lettres de rémission

  • 37 Les conflits obéissent à des engrenages bien connus des anthropologues et des historiens de défense (...)
  • 38 4 femmes sur les 235 suppliants. La restriction croissante du champ d’application de la grâce aux s (...)
  • 39 Pour une sociologie détaillée des criminels, voir Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit.,(...)
  • 40 Eisner, Manuel, « Long-term historical trends… », art. cit., p. 112-115 ; Muchembled, Robert, Une H (...)

13À plusieurs titres, le schéma de l’homicide pardonné parisien est proche de celui qui prévaut ailleurs. De même que les rituels d’agression répondent aux codes éprouvés de l’honneur37, le profil des auteurs d’homicides pardonnés parisiens est classique : il s’agit presque exclusivement d’hommes38, jeunes et jeunes adultes (les 15-30 ans constituent plus de 60 % de l’ensemble), compagnons ou gens de métiers pour la majorité d’entre eux39. Ces résultats confirment la tendance, observée par les historiens de la violence du Moyen Âge à nos jours, d’une prédominance de la violence des jeunes mâles en attente d’établissement social, matrimonial et professionnel40. La dégradation de la conjoncture économique au cœur du « Beau xvie siècle », jointe aux fortes poussées migratoires à destination de la capitale, accentue les difficultés d’insertion dans la société parisienne et allonge cette période d’attente et de dépendance. Mais à Paris, où les royaumes de jeunesse ont été bannis depuis longtemps, la brutalité juvénile emprunte d’autres chemins que les traditionnels affrontements ludiques des campagnes.

  • 41 Ainsi que le remarquent Nassiet, Michel, et Musin, Aude, « Les récits de rémission en Anjou », Revu (...)

14Les récits des rémissions, bien que biaisés par l’impératif de faire apparaître le geste mortel comme « pardonnable », doivent néanmoins rester vraisemblables pour que le pardon soit ensuite entériné par la justice ordinaire : on peut donc faire une relative confiance aux éléments relatifs aux configurations, aux modes et au contexte de l’affrontement. Le conflit met en scène le plus souvent deux hommes face à face (51 % des cas) mais la violence collective, fréquente dans les villes médiévales, demeure importante au xvie siècle, soit que le suppliant se mesure seul face à son adversaire soutenu par ses « complices et associez » (28 %), soit que deux groupes rivaux et équivalents s’affrontent (21 %). Comme ailleurs, la première étincelle du conflit, généralement attribuée à la victime, est verbale dans près des deux tiers des cas et repose sur un lexique injurieux relativement pauvre, qui privilégie les atteintes à la bonne renommée des femmes de la parenté. Pour justifier leur réponse mortelle, les suppliants se conforment aux attentes de la chancellerie royale et allèguent désormais un peu plus souvent la légitime défense que la colère ou « chaude colle »41. De plus, près d’un quart des suppliants (52 cas) affirme ne pas avoir immédiatement riposté et avoir au contraire tenté d’éviter l’affrontement par des formules d’apaisement ou en se détournant de leur agresseur pour « obvier noise ». Le geste meurtrier survient alors quelques heures voire quelques jours après, lorsque l’autre revient à la charge. Si l’homicide pardonné parisien apparaît encore au xvie siècle comme un acte le plus souvent réactif, plusieurs indices témoignent ainsi d’un progrès du contrôle de soi, qu’il soit stratégique, afin d’obtenir le pardon royal, ou effectif, par une forme croissante d’autocontrôle des comportements.

  • 42 Paresys, Isabelle, Aux marges du royaume…, op. cit., p. 47 ; Muchembled, Robert, Violence et sociét (...)

15Les armes utilisées et les blessures qu’elles provoquent indiquent une mutation bien plus nette des manières de tuer à Paris. Malgré l’importante législation urbaine contre le port des armes, l’épée est l’arme de prédilection de 72 % des coupables, quand leurs contemporains picards et artésiens, mais aussi castillans, ne l’emploient que dans la moitié des cas42. On ignore en revanche le plus souvent s’il s’agit plutôt de dagues, aux lames courtes, ou des rapières qu’affectionnent les escrimeurs et les duellistes. Le simple couteau sert moins souvent à verser le sang (19 %), le frustre bâton bien moins encore (2 %), tandis que les armes à feu n’ont pas encore gagné les usages citadins. Les lettres de rémission mettent ainsi au jour la civilisation parisienne de l’épée, dont les usages façonnent les caractères de la violence sanglante.

  • 43 Muchembled, Robert, La Violence au village…, op. cit., p. 37 ; Chaulet, Rudy, Crimes, rixes et brui (...)
  • 44 Paresys, Isabelle, Aux marges du royaume…, op. cit., p. 43.

16Lorsque l’information est connue (69 % des cas), seuls 21,5 % des défunts ont été blessés à la tête (ainsi que 3,4 % à la gorge), chiffres très inférieurs à ceux des homicides pardonnés en Artois du xve au xviie siècle (46 % des blessures), en Castille au Siècle d’Or (39,3 %) ou en Picardie et en Île de France sous François Ier (37,5 %)43. En revanche, la majorité (58,3 % exactement) des blessures mortelles pardonnées à Paris se situe au niveau du « corps ». Si la tête reste une partie du corps fortement valorisée dans l’affrontement, les auteurs d’homicides parisiens montrent cependant une détermination plus grande à tuer que leurs contemporains des campagnes qui, en frappant la tête, cherchent avant tout à humilier leur adversaire, à vaincre sans nécessairement tuer. Dès lors, les blessures sont plus sûrement et plus rapidement mortelles, bien que les suppliants précisent rarement s’ils ont rué des coups de taille, ou d’estoc, aux conséquences plus graves. En effet, 15,3 % des blessés succombent sur le coup et 38,3 % dans la journée du crime, quand c’est seulement un peu plus d’un quart des blessés en Picardie et en Île de France qui ne passent pas le jour44. Dans ces cas, la science et la diligence des barbiers parisiens ne sont pas suffisantes pour guérir des blessures provoquées par des armes dangereuses et maniées avec technique par des jeunes citadins gagnés par le goût du duel et la mode du jeu de paume et de l’escrime.

  • 45 Pour une étude détaillée des circonstances du crime, voir Roussel, Diane, Violences et passions…, o (...)
  • 46 Ainsi par exemple la rixe-homicide domine-t-elle dans les archives des justices seigneuriales de Sa (...)
  • 47 Prolonger l’enquête au-delà de la fin des registres de la chancellerie royale, c’est-à-dire directe (...)

17Enfin, les circonstances de l’homicide pardonné sont elles aussi spécifiques. La violence est plus tardive qu’à la campagne, elle culmine vers neuf heures du soir avant de décliner rapidement passé dix heures. Les rues aux couleurs encore médiévales, mais aussi les espaces marginaux comme les fossés des murailles ou le Pré-aux-Clercs du faubourg Saint-Germain, forment le théâtre vespéral de pratiques qui s’apparentent fortement au duel45. Aux formes traditionnelles de la rixe-homicide qui dominait à Paris à la fin du Moyen Âge et qui reste prépondérante dans les campagnes au xvie siècle46, de nombreux récits de pardon présentent les indices de l’existence d’affrontements qui prennent la forme du duel, dont l’aristocratie n’a donc pas le monopole. Exutoire aux fortes tensions auxquelles sont soumis les jeunes hommes dans la capitale, cette violence sanglante apparaît également comme un reliquat de la brutalité juvénile, puisque relativement modérée au vu des chiffres disponibles. Faute de pouvoir estimer de manière fiable les effets de cet engouement morbide (qu’il faudrait de plus pouvoir suivre au-delà de 1568, durant l’apogée du duel)47, on peut seulement conclure ici que les formes de l’homicide font l’objet d’une dramatisation sans pour autant entraîner d’explosion du nombre de rémissions.

18Par nature, les lettres de rémission ne conservent que le dernier état, le plus extrême, de la violence, lorsque le sang coule pour laver l’offense. Les archives des justices subalternes présentent un tout autre profil de violence ordinaire.

Injures et coups de poing devant la justice seigneuriale de Saint-Germain-des-Prés

19Parmi les archives criminelles de la justice seigneuriale de Saint-Germain-des-Prés conservées, les registres des écrous et les minutes des informations criminelles présentent des ventilations différentes de la criminalité apparente : le poids de la violence dans les sources est avant tout fonction des logiques et des objectifs des acteurs – l’institution et les justiciables – à l’œuvre dans le processus judiciaire.

  • 48 Pour une mise au point sur les principaux reproches adressés à cette théorie, voir Garnot, Benoît, (...)
  • 49 Cette prérogative semble renforcée à l’époque moderne : les registres des écrous des justices seign (...)

20Les registres de la prison de l’abbaye, conservés pour la période 1537-1579, contiennent les entrées et sorties de 1911 prisonniers ; le motif d’incarcération n’est cependant mentionné que pour à peine la moitié d’entre eux. D’après ces renseignements, et selon la terminologie usuelle des historiens de la justice et de la criminalité, les atteintes aux biens constituent le premier motif d’emprisonnement (près de la moitié des prisonniers), le vol représentant à lui seul 35 % des crimes. Les atteintes aux personnes – coups et blessures, injures et homicides – n’arrivent qu’en troisième position (17,5 %), après les atteintes aux mœurs et à la religion (20 %) et avant celles à l’ordre et à la justice (15 %). Ces résultats fournissent un argument supplémentaire à la critique de la thèse du passage « de la violence au vol », qui voyait au xviiie siècle la transformation d’une criminalité contre les personnes à une criminalité contre les biens48. Les registres d’écrous reflètent en effet essentiellement les désordres saisis sur le vif par la douzaine de sergents actifs sur le territoire de la seigneurie49 et indiquent la priorité donnée par l’institution judiciaire à la répression du vol. La criminalisation du larcin agit comme un instrument de contrôle social des populations considérées comme dangereuses, alors que la crise économique et les migrations de pauvreté engendrent une polarisation sociale croissante dans la capitale. Chapardeurs de raisins et voleurs à la tire n’ont cependant rien des « fameux larrons » sanguinaires qui peuplent l’imaginaire des bourgeois contemporains et les textes de loi.

Les atteintes aux personnes : la violence ordinaire majoritaire

  • 50 Mauclair, Fabrice, La Justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pair (...)
  • 51 Ainsi qu’en témoignent les traces d’accommodements privés conservés dans les minutes des notaires d (...)
  • 52 C’est pourquoi je serais réservée quant à l’utilisation d’un « taux de violence physique », proposé (...)

21La violence occupe en revanche l’essentiel des 554 informations criminelles recensées entre 1511 et 1610 : 70 % des accusés sont poursuivis pour des atteintes aux personnes. Ouvertes dans la grande majorité sur l’initiative des justiciables qui déposent plainte devant la justice de Saint-Germain (quand l’institution n’est à l’origine que d’un tiers des poursuites), ces informations sont avant tout la traduction judiciaire de la litigiosité urbaine ordinaire, modelée par la promiscuité qu’imposent les conditions du logement collectif et la densification des espaces urbains. Il s’agit d’un recours socialement différencié et d’un instrument de distinction sociale pour la notabilité du faubourg, en particulier les marchands et maîtres de métier (34 % des plaignants) et les officiers (14 %). En outre, la très forte évaporation en cours de procédure (la moitié des affaires s’interrompt après l’interrogatoire des témoins, 15 % à peine parviennent au stade du récolement des témoins), typique du fonctionnement des justices inférieures50, suggère une utilisation tactique du recours judiciaire, employé comme un moyen de hâter un règlement du conflit hors du prétoire51. Dès lors, si les mesures tirées des archives criminelles renseignent avant tout sur le degré d’investissement procédurier d’une partie de la population52, elles offrent néanmoins la possibilité de dessiner les principaux contours d’une violence ordinaire qui échappe le plus souvent aux échelons supérieurs de l’institution.

  • 53 Pour une étude sur la violence des femmes et ses représentations, voir Roussel, Diane, « La descrip (...)
  • 54 Garnot, Benoît, « Deux approches des procès pour injures en Bourgogne au xviiie siècle », p. 431-43 (...)

22À ce premier niveau de l’édifice judiciaire et au ras de la rue, la violence dénoncée apparaît comme une pratique courante et ordinaire des relations interpersonnelles. Elle est majoritairement masculine, mais pas exclusivement puisque les femmes représentent 17 % des accusés pour ce motif. Sans inverser le rapport dissymétrique entre les sexes, les sources des justices subalternes opèrent un rééquilibrage et restituent leur place aux femmes, en grande partie écartées de la poursuite de la grande criminalité53. Cette violence est cependant rarement sanglante. Certes, s’ils taisent le plus souvent les motifs des antagonismes, les plaignants ont l’habitude d’exagérer la gravité de l’offense subie, qualifiant volontiers de « coups » des gestes injurieux qui n’ont pas pour but de les blesser physiquement. Néanmoins, la grande majorité des cas rapportés (67 % des affaires de violence) se situent avant l’effusion de sang, seuil considéré comme excessif et intolérable, que peut attester un rapport de barbier. Injures et menaces, coups et blessures de faible gravité, généralement absents des tribunaux supérieurs, font ainsi l’ordinaire des prétoires seigneuriaux, ceci soulignant une fois de plus le décalage entre la pratique réelle et son image judiciaire, minorée du fait de sa faible criminalisation aux échelons supérieurs54. Dès lors, les coups provoquant des blessures à « plaie ouverte » sont rares et les blessures mortelles plus exceptionnelles encore.

Tableau 1. Nature des affaires de violences dans les informations criminelles de Saint-Germain-des-Prés (1511-1610)

Atteintes aux personnes*

Nombre d’affaires

Valeur relative

Coups et blessures « sans effusion de sang »

276

66,8 %

Injures verbales, diffamation et menaces

90

21,8 %

Coups et blessures à « plaie ouverte » ou « effusion de sang »

36

8,7 %

Homicide

11

2,7 %

Total**

413

100 %

  • 55 Selon les quatre niveaux de gravité proposés par Piant, Hervé, « “Car tels excès ne sont pas permis (...)

* Sont employés ici les quatre niveaux de gravité proposés par Hervé Piant dans La violence et le judiciaire55
** Sur 554 informations criminelles, soit 74,5 % des informations.

  • 56 Le bâton demeure au xviiie siècle l’arme la plus utilisée dans les campagnes de Lorraine, d’Aquitai (...)

23Lorsque l’information est donnée, c’est la tête, siège symbolique de l’honneur de l’adversaire, qui est la première cible des attaques physiques (dans 62 % des cas). Comme leurs contemporains des campagnes, les habitants de Saint-Germain-des-Prés cherchent davantage à humilier l’autre qu’à tuer. Ils s’en distinguent cependant par un usage très modéré des armes puisque, dans presque la moitié des cas (46 %), ils se battent à mains nues, voire avec des pierres ou des objets du quotidien transformés en armes de circonstance (16,5 %). Lors des conflits, le couteau est rarement tiré de la ceinture (5 %) et le rustique bâton tombe déjà en désuétude (13 % des cas seulement) alors qu’il demeure l’arme privilégiée dans les campagnes françaises jusqu’au xviiie siècle56. Espace de transition, le faubourg intègre ainsi rapidement la mode parisienne de l’épée, mentionnée dans 18 % des conflits rapportés devant la justice. Celle-ci est cependant plus souvent brandie pour impressionner, voire pour frapper du plat de la lame, que pour transpercer l’autre. Plus vulnérables parce que vivant hors des murailles de la ville, les habitants du faubourg sont pourtant largement équipés, en particulier durant les périodes de troubles : on peut ainsi trouver, grâce aux inventaires après décès, de véritables arsenaux constitués d’épées, poignards, hallebardes et arquebuses à feu dans les logis des artisans et marchands de Saint-Germain. La faible fréquence des armes lors des heurts interpersonnels indique ainsi certainement moins l’efficacité de la législation – difficile à évaluer par ailleurs – que le rejet d’une brutalité excessive et de la vengeance de sang pour résoudre les différends par une population engagée précocement sur le chemin du désarmement.

Conclusions

24Paris n’est nullement la capitale du crime, quoi qu’en disent les chroniqueurs bourgeois contemporains inquiets, le Roi qui veut soumettre la capitale à un régime exemplaire, ainsi que le discours historiographique ancien sur l’inefficacité de la police avant la police. Les archives de la pratique dont on dispose présentent en effet une criminalité qui ne recouvre que très imparfaitement ces peurs. Les sources mettent en avant la prépondérance d’une violence ordinaire, tant dans ses mécanismes que dans le profil social de ses protagonistes. L’originalité parisienne réside en revanche dans l’influence du duel à l’épée, qui semble façonner une partie des conflits mortels. Ces derniers n’explosent cependant pas de manière exceptionnelle. Ils seraient même relativement peu fréquents si l’on en juge par les archives de la justice seigneuriale de Saint-Germain-des-Prés.

  • 57 Voir Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit., p. 253-356.
  • 58 Muchembled, Robert, Une Histoire de la violence…, op. cit., p. 133-185 ; Rousseaux, Xavier, « Polit (...)
  • 59 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 73-76 sur la distinction ville/campagnes.
  • 60 Elias, Norbert, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, 342 p., et La dynamique de l’ (...)

25Comment expliquer qu’à Paris, où les tensions sont certainement plus vives et plus difficiles à vivre qu’ailleurs, le sang ne coule pas plus souvent ? Une partie des réponses réside à mon sens dans les mécanismes traditionnels du contrôle social que l’on voit à l’œuvre à travers les sources judiciaires de Saint-Germain-des-Prés57. Ce système souple et puissant à la fois, hérité de la bonne ville médiévale et proche des systèmes de régulation actifs dans les Républiques urbaines du Nord-Ouest de l’Europe et de l’Italie du Nord aux xve et xvie siècles58, repose sur trois piliers qui contribuent à tempérer la violence : une justice « de proximité » plus souvent conciliatrice que répressive, qui développe une conception paternelle de l’exercice de la justice et médiatise les conflits ; une police aux effectifs faibles mais en immersion dans la rue ; enfin, un ordre communautaire certainement plus large et plus prégnant que les deux précédents, potentiellement créateur de frictions mais assurant au quotidien assistance et surveillance. En ville, où la famille est souvent lointaine, les jeunes citadins sont placés sous l’autorité du maître, du principal locataire et des voisins, qui constituent un réseau dense et entrelacé d’encadrement et de moralisation des comportements. L’effacement des liens familiaux pourrait ainsi, comme le suggère Michel Nassiet, contribuer à limiter l’exercice de la vengeance, alors qu’à la campagne, la défense impérative de l’honneur du groupe familial maintient pour plus longtemps un haut niveau de violence sanglante59. La communauté dispose d’une palette étendue d’instruments – de la rumeur à la plainte collective – afin d’éviter le scandale. Les sources de la pratique judiciaire de première instance renversent ainsi le point d’observation : au lieu de faire du peuple un corps à dresser, l’action judiciaire locale fonctionne comme le prolongement de la régulation sociale interne visant à défendre des normes communes, intériorisées et non imposées par les autorités politiques et religieuses. Loin des stéréotypes métropolitains qui voudraient voir dans la ville le lieu d’un déchaînement de brutalité meurtrière, et bien avant l’expérience de la cour louis-quatorzienne décrite par Norbert Elias60, la capitale apparaît comme une matrice de « civilisation des mœurs », le lieu d’un système original d’encadrement et de moralisation des comportements au début des Temps modernes.

Notes

1 Toureille, Valérie, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, PUF, 2006, 310 p. Sur la construction de cet imaginaire urbain, voir Roussel, Diane, « Comme en la plus belle forest du monde ? Discours de l’insécurité et insécurité des discours à Paris au xvie siècle », p. 31-51 dans Belleguic, Thierry, et Turcot, Laurent (dir.), Les Histoires de Paris (xvie-xviiie siècle), Paris, Hermann, 2012, 563 p.

2 Garnot, Benoît, Histoire de la justice. France, xvie-xxie siècle, Paris, Gallimard, 2009, 789 p. (p. 124-126).

3 Gauvard, Claude, « La criminalité parisienne à la fin du Moyen Âge : une criminalité ordinaire ? », p. 361-370 dans Bourin, Monique (dir.), Villes, bonnes villes, cités et capitales, Mélanges B. Chevalier, Tours, PU, 1989, VIII-419 p. ; Gauvard, Claude, De Grace especial : Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, LXXXV-1025 p. (p. 270-281).

4 Muchembled, Robert, Violence et société : comportements et mentalités populaires en Artois (1400-1660), thèse de doctorat d’État, Université de Paris I, 1985, 3 vol., dont la deuxième partie a été éditée sous le titre : La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du xve au xviie siècle, Turnhout, Brepols, 1989, 419 p.

5 Gauvard, Claude, De Grace especial : Crime, État et Société…, op. cit.

6 Nassiet, Michel, La Violence, une histoire sociale. France, xvie-xviiie siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2011, 377 p. (p. 31-38).

7 Sur ce chantier particulièrement actif de l’histoire judiciaire, voir en particulier Garnot, Benoît, « Une réhabilitation ? Les justices seigneuriales au xviiie siècle », Histoire, économie et société, 2, 2005, p. 61-72 ; Follain, Antoine (dir.), Les justices locales dans les villes et villages du xve au xixe siècle, Rennes, PUR, 2006, 403 p. ; Piant, Hervé, Une justice ordinaire. Justice civile et criminelle dans la prévôté de Vaucouleurs sous l’Ancien Régime, Rennes, PUR, 2006, 306 p. ; et dans le présent volume Mauclair, Fabrice, « Mesurer la violence interpersonnelle dans la France moderne (xve-xviiie siècle) : l’apport des archives des justices seigneuriales ».

8 Je reprends ainsi les présupposés méthodologiques formulés par Luc Boltanski et Laurent Thévenot : « Renvoyant dos à dos la fétichisation réaliste et la déconstruction symboliste, nous cherchons à montrer la façon dont les personnes font face à l’incertitude en s’appuyant sur des objets pour confectionner des ordres et, inversement, consolident les objets en les attachant aux ordres construits. En ce sens notre entreprise vise un réalisme dynamique au sens où il ferait apparaître le travail de construction sans pour autant réduire la réalité à un pur accord de sens, labile et local » p. 31 dans Boltanski, Luc et Thévenot, Laurent, De la justification, Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991, 483 p.

9 L’entreprise quantitative, bien qu’éprouvée depuis plusieurs dizaines d’années maintenant, demeure difficile et sujette aux erreurs : les échanges scientifiques et l’interrogation collective sont ainsi particulièrement indispensables à la recherche. À ce titre, je tiens à remercier les divers relecteurs qui m’ont aidée à corriger et préciser mes résultats, en particulier Antoine Follain, Michel Nassiet et Fabrice Mauclair.

10 Gauvard, Claude, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, Picard, 2005, 288 p. (p. 12-13).

11 Le procès civil et criminel…, par Claude Le Brun de la Rochette (1re éd. 1605, titres divers et éditions multiples), Lyon, P. Rigaud, 1622, livre II, p. 50-56.

12 Rousseaux, Xavier, « Violence et judiciaire en Occident : des traces aux interprétations (discours, perceptions, pratiques) », p. 350 dans Follain, Antoine, Lemesle, Bruno, Nassiet, Michel, Pierre, Éric, et Quincy-Lefebvre, Pascale (dir.), La violence et le judiciaire du Moyen Âge à nos jours. Discours, perceptions, pratiques, Rennes, PUR, 2008, 383 p.

13 Sur la procédure des lettres de rémission, voir dans le présent volume Delsalle, Paul, « Il n’avoit point l’intention de l’occire : les femmes et la violence à travers les lettres de rémission dans le comté de Bourgogne au début du xviie siècle ».

14 Ainsi que le formalisent les édits de 1539, 1546 et 1547, qui établissent progressivement les notions de circonstances aggravantes et atténuantes cf. Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 26. Sur la criminalisation accrue de l’homicide prémédité par les magistrats des cours souveraines, voir Muchembled, Robert, « Fils de Caïn, enfants de Médée. Homicide et infanticide devant le Parlement de Paris (1575-1604) », Annales, 2007, n ° 5, p. 1063-1094.

15 Arch. Nat., JJ 230 à 263 (a). Pour une présentation complète de la série, je renvoie à l’édition remaniée de ma thèse : Roussel, Diane, Violences et passions dans le Paris de la Renaissance, Seyssel, Champ Vallon, 2012, 392 p.

16 Calcul réalisé à partir des relevés de François, Michel, « Note sur les lettres de rémissions transcrites dans les registres du Trésor des Chartes », Bibliothèque de l’École des Chartes, 103, 1942, p. 317-324.

17 Gauvard, Claude, De Grace especial : Crime, État et Société…, op. cit. p. 275.

18 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 33. L’auteur vient d’éditer Les lettres de pardon du voyage de Charles IX (1565-1566), Paris, Société de l’Histoire de France, 2010, XLVIII-718 p.

19 Ainsi l’explosion des rémissions en Artois ou dans le Brabant au xvie siècle correspond-elle à l’entreprise de réduction à l’obéissance des Pays-Bas espagnols, de même que l’octroi du pardon sert la politique de sujétion des populations septentrionales frontalières sous François Ier ou légitime l’installation de la monarchie espagnole en Castille cf. Rousseaux, Xavier, Dauven, Bernard, et Musin, Aude, « Civilisation des mœurs et/ou disciplinarisation sociale ? Les sociétés urbaines face à la violence en Europe (1300-1800) », p. 290 et p. 305 dans Mucchielli, Laurent, et Spierenburg, Pieter (dir.), Histoire de l’homicide en Europe de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, 334 p.

20 Muchembled, Robert, La violence au village…, op. cit., p. 27 ; Paresys, Isabelle, Aux marges du royaume. Violence, justice et société en Picardie sous François Ier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, 396 p. ; Chaulet, Rudy, Crimes, rixes et bruits d’épées. Homicides pardonnés en Castille au Siècle d’or, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2007, 477 p.

21 Calcul réalisé à partir des données établies p. 204 par Paresys-Degorge, Isabelle, Pardonner et punir. Justice criminelle et construction de l’obéissance en Picardie et en Île de France sous François Ier, thèse de doctorat en Histoire, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1995, 551 p.

22 Chaulet, Rudy, Crimes, rixes et bruits d’épées, op. cit., p. 158.

23 Garnot, Benoît, Histoire de la justice, op. cit., p. 124-126.

24 Lemercier, Pierre, Les justices seigneuriales de la région parisienne de 1580 à 1789, Paris, Domat-Montchrétien, Paris, 1933, 307 p. (p. 251-276) ; Nagle, Jean, « Présidial et justice seigneuriale au xviie siècle. Le Châtelet contre Saint-Germain-des-Prés », p. 9-22 dans Blanquie, Christophe, Cassan, Michel, et Descimon, Robert (dir.), Les officiers « moyens » (II), officiers royaux et officiers seigneuriaux, Cahiers du Centre de recherches historiques, 27, 2001, 199 p.

25 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 296.

26 Sur l’imprécision démographique, voir Jacquart, Jean, « Le poids démographique de Paris et de l’Île de France au xvie siècle », Annales de démographie historique, 1980, p. 90-95.

27 Arch. Nat., Z2 33393, 3318, 3394, 3395. Inventaire de Bimbenet-Privat, Michèle (éd.), Écrous de la justice de Saint-Germain-des-Prés au xvie siècle. Inventaire analytique des registres Z2 3393, 3318, 3394, 3395 (années 1537 à 1579), Paris, Archives nationales, 1995, 288 p.

28 Arch. Nat., Z2 3405 à 3419. 11 homicides mettant en cause 23 accusés. Pour une présentation exhaustive des chiffres de la criminalité poursuivie, voir Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit., p. 120-124.

29 La série est continue de 1604 à 1610, à l’exception de l’année 1609 pour laquelle aucune affaire n’a été conservée. Le calcul est ainsi réalisé sur 6 années et sans arrondi intermédiaire.

30 Taux calculés d’après les chiffres fournis par Isbled, Bruno, Criminalité et justice criminelle à Saint-Germain-des-Prés au milieu du xviie siècle (1647-1656), Thèse pour l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe de l’École Nationale des Chartes, 1984, p. 60-66. Les chiffres ici donnés viennent corriger ceux présentés dans Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit., p. 113. Je remercie Fabrice Mauclair pour les précisions qu’il a apportées à ce calcul.

31 Monkkonen, Eric, « New standards for historical homicide research », Crime, Histoire et Sociétés/Crime, History & Societies, 5, 2001, p. 5-26.

32 Sur le cas français, voir Muchembled, Robert, Une Histoire de la violence de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2008, 498 p. ; Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit. Sur les grands traits de cette évolution pluriséculaire, voir dans le présent volume l’introduction de Hervé Piant, la conclusion d’Antoine Follain et Hervé Piant et les remarques préliminaires de Gilbert Larguier dans son article.

33 Eisner, Manuel, « Long-term historical trends in violent crime », Crime and Justice. A Review of Research, 30, 2003, p. 83-142.

34 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 298-299.

35 Eisner, Manuel, « Long-term historical trends… », art. cit., p. 99-103 ; Mantecon, Tomas, « Homicides et violence dans l’Espagne de l’Ancien Régime », p. 17 dans Histoire de l’homicide en Europe…, op. cit.

36 Muchembled, Robert, Une Histoire de la violence…, op. cit., p. 133-185 ; Rousseaux, Xavier, « Politiques judiciaires et résolution des conflits dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge. Quelques hypothèses de recherche », p. 497-526 dans Chiffoleau, Jacques, Gauvard, Claude, et Zorzi, Andrea (dir.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes d’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007, 767 p.

37 Les conflits obéissent à des engrenages bien connus des anthropologues et des historiens de défense de l’honneur et de réparation de la fama cf. Pitt-Rivers, Julian, Anthropologie de l’honneur. La mésaventure de Sichem, Paris, Le Sycomore, 1983, 275 p. ; Gauvard, Claude, « La Fama, une parole fondatrice », Médiévales, 24, 1993, p. 5-13 ; Muchembled, Robert, « Pour une histoire des gestes (xve-xviiie siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 34, 1987, p. 87-101. Pour une étude approfondie des situations parisiennes, voir Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit., p. 214-249.

38 4 femmes sur les 235 suppliants. La restriction croissante du champ d’application de la grâce aux seuls homicides exclut de fait les femmes alors que la sorcellerie et l’infanticide, crimes féminins par excellence pense-t-on à l’époque, ne sont plus rémissibles.

39 Pour une sociologie détaillée des criminels, voir Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit., p. 143-167.

40 Eisner, Manuel, « Long-term historical trends… », art. cit., p. 112-115 ; Muchembled, Robert, Une Histoire de la violence…, op. cit., p. 70-75.

41 Ainsi que le remarquent Nassiet, Michel, et Musin, Aude, « Les récits de rémission en Anjou », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 57-4, 2010, p. 51-71.

42 Paresys, Isabelle, Aux marges du royaume…, op. cit., p. 47 ; Muchembled, Robert, Violence et société…, op. cit., p. 227 ; Chaulet, Rudy, Crimes, rixes et bruits d’épées…, op. cit., p. 284.

43 Muchembled, Robert, La Violence au village…, op. cit., p. 37 ; Chaulet, Rudy, Crimes, rixes et bruits d’épées…, op. cit., p. 309 ; Paresys, Isabelle, Aux marges du royaume…, op. cit., p. 41-42.

44 Paresys, Isabelle, Aux marges du royaume…, op. cit., p. 43.

45 Pour une étude détaillée des circonstances du crime, voir Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit., p. 168-213.

46 Ainsi par exemple la rixe-homicide domine-t-elle dans les archives des justices seigneuriales de Saint-Martin-des-Champs ou du Temple au xve siècle cf. Gauvard, Claude, De Grace especial : Crime, État et Société…, op. cit. p. 271 et p. 276 ; pour le xvie siècle, voir Muchembled, Robert, La violence au village…, op. cit., p. 33-46, et Paresys, Isabelle, Aux marges du royaume…, op. cit., p. 36-51.

47 Prolonger l’enquête au-delà de la fin des registres de la chancellerie royale, c’est-à-dire directement dans les archives des juridictions ordinaires qui effectuent l’enquête et l’entérinement des pardons, est certainement plus complexe à Paris qu’ailleurs dans le royaume : les fonds du Châtelet (l’instance dont relèvent la plupart des coupables arrêtés) font en effet largement défaut jusqu’en 1667. Voir l’étude menée à partir des lettres de rémission sur la « violence vindicatoire » nobiliaire au xviie siècle par Carroll, Stuart, Blood and Violence in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2006, XII-369 p.

48 Pour une mise au point sur les principaux reproches adressés à cette théorie, voir Garnot, Benoît, « Une illusion historiographique : justice et criminalité au xviiie siècle », Revue Historique, 570, 1989, p. 361-379.

49 Cette prérogative semble renforcée à l’époque moderne : les registres des écrous des justices seigneuriales parisiennes de la fin du Moyen Âge mettaient en avant la nette prépondérance des rixes sur les vols : en 1404-1406, 5,9 % des individus arrêtés sur le territoire du Chapitre Notre-Dame le sont pour vol, 53,7 % pour des actes de violence cf. Geremek, Bronislaw, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, Flammarion, 1976, 353 p. (p. 74). Selon le fragment du registre d’écrous du Châtelet de 1488-1489, les vols constituent 13 % des crimes évoqués, les rixes 34 % cf. Gauvard, Claude, De Grace especial : Crime, État et Société…, op. cit. p. 276.

50 Mauclair, Fabrice, La Justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pairie de La Vallière (1667-1790), Rennes, PUR, 2008, 369 p. (p. 239-240).

51 Ainsi qu’en témoignent les traces d’accommodements privés conservés dans les minutes des notaires du faubourg, y compris pour des cas d’homicides. Ce sujet est l’objet d’une enquête en cours.

52 C’est pourquoi je serais réservée quant à l’utilisation d’un « taux de violence physique », proposé par Fabrice Mauclair dans ce présent volume, bien que je partage la conviction que seules les sources des justices inférieures permettent d’approcher des niveaux de violences absents des tribunaux supérieurs. Sur la question de l’attitude des sociétés d’Ancien Régime vis-à-vis du recours judiciaire et de l’infrajustice, les profils sociaux et les motivations des groupes les plus procéduriers, voir Piant, Hervé « Vaut-il mieux s’arranger que plaider ? Un essai de sociologie judiciaire dans la France d’Ancien Régime », p. 97-124 dans Follain, Antoine (dir.), Les justices locales dans les villes et villages…, op. cit.

53 Pour une étude sur la violence des femmes et ses représentations, voir Roussel, Diane, « La description des violences féminines dans les archives criminelles du xvie siècle », Tracés, 19, 2010-2, p. 65-81.

54 Garnot, Benoît, « Deux approches des procès pour injures en Bourgogne au xviiie siècle », p. 431-432 dans Garnot, Benoît (dir.), La petite délinquance du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1998, 507 p.

55 Selon les quatre niveaux de gravité proposés par Piant, Hervé, « “Car tels excès ne sont pas permis” : l’injure et sa résolution judiciaire dans un tribunal de première instance sous l’Ancien Régime », p. 129 dans Follain, Antoine, Lemesle, Bruno, Nassiet, Michel, Pierre, Éric, et Quincy-Lefebvre, Pascale (dir.), La violence et le judiciaire du Moyen Âge à nos jours…, op. cit.

56 Le bâton demeure au xviiie siècle l’arme la plus utilisée dans les campagnes de Lorraine, d’Aquitaine et des villages du nord de Paris comme Gonesse cf. Piant, Hervé, Une justice ordinaire…, op. cit., p. 179-180 ; Hanlon, Gregory, « Les rituels de l’agression en Aquitaine au xviiie siècle », Annales ESC, 40, 1985-2, p. 244-268 (p. 262) ; ou encore Cardoso, Adeline, Criminalité et stratégies judiciaires à Gonesse (1720-1789), Mémoire de master sous la direction du Professeur Robert Muchembled, Université de Paris-Nord, 2007, p. 169.

57 Voir Roussel, Diane, Violences et passions…, op. cit., p. 253-356.

58 Muchembled, Robert, Une Histoire de la violence…, op. cit., p. 133-185 ; Rousseaux, Xavier, « Politiques judiciaires et résolution des conflits », art. cit., p. 497-526.

59 Nassiet, Michel, La Violence…, op. cit., p. 73-76 sur la distinction ville/campagnes.

60 Elias, Norbert, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, 342 p., et La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975, 328 p. (traduction en deux parties de Über den Prozess der Zivilisation, 1re éd. 1939).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540