Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Deuxième partie. Affreux, sales et méchants ? Réflexions croisées sur la violence du xvie au xviiie siècle

Figures du crime et de la violence au xvie siècle : les singulières gravures insérées dans la Praxis rerum criminalium de Damhoudère

Antoine Follain et Carole-Anne Papillard

Texte intégral

  • 1 La gravure est une mise au goût du jour du portrait des éditions du xvie siècle. Une figure sans do (...)

1Joss[e] de Damhoudère est un juriste flamand dont les travaux ont la réputation d’avoir eu une influence durable sur le droit criminel en Europe1. Son œuvre intéresse notre perspective « violence » dans la mesure où l’auteur a fait inclure dans sa principale publication des représentations d’actes violents et criminels, ce qui, comme nous le montrerons, est très singulier.

  • 2 Praxis criminis persequendi Parisiis. Apud Simonem Colinaeum, Arnoldum et Carolum… par Jean de Mill (...)

2Si l’on veut se convaincre de l’originalité absolue du livre de Damhoudère, il faut feuilleter des ouvrages de droit qui lui sont comparables. Il n’y a pas d’illustration dans Les œuvres de maistre Jean Bacquet, advocat du roy en la chambre du thresor, contenans divers traitez… édité à Paris chez Pierre Bienfaict en 1564 ni dans La démonomanie des sorciers… de Jean Bodin édité à Paris chez Jacques du Puys en 1580. Poursuivons au xviie siècle. Il n’y a aucune illustration dans le Traité des peines et amendes, tant pour les matières criminelles que civiles, diligemment extrait des anciennes Loix des douze tables, de Solon & Draco, constitutions canoniques, loix civiles & impériales : accompagné de la practique françoise… de Jean Duret, édité à Lyon chez François Arnoullet en 1610 ; rien non plus dans La pratique judiciaire civile et criminelle, reçue et observée par tout le royaume de France… de Jean Imbert, éditée à Paris chez Louis Feugé en 1627, ni dans Le praticien françois, contenant grand nombre d’instructions très-nécessaires pour la pratique des cours de France… édité chez Cardin Besogne à Paris en 1654 (auteur anonyme). On ne trouve pas davantage d’illustrations dans La Science des juges criminels, temporels et ecclésiastiques, ou les Décisions des plus difficilles et importantes questions en matière criminelle, fondées sur le droit civil et canonique, édits, ordonnances royaux, opinions des docteurs et arrêts des cours souveraines, édité à Lyon chez Claude La Rivière en 1656. Il y a certes des illustrations dans des éditions de l’Ordonnance criminelle de Bamberg ou Bambergensis criminalis Constitutio de 1507 – une œuvre parmi celles qui ont précédé la Constitution criminelle de Charles Quint ou Caroline de 1530-1532 – mais les sujets sont des allégories de la Justice et des étapes de la procédure. De même, la Praxis criminis persequendi… de Jean de Mille[s] de Souvigny, éditée en 1541, comprend des illustrations (treize seulement) qui montrent la Justice, les juges et des étapes de la procédure, dont la torture (trois fois illustrée). Ce sont des sujets classiques. Mais il n’y a rien sur les crimes, sinon la « Figura Homicidii » de l’assassinat particulier dont l’auteur est parti pour traiter de la procédure inquisitoire (f° 3r.)2. La plupart des traités de droit des xvie et xviie siècles traitent d’ailleurs de la Justice (et du droit, de la souveraineté, etc.) et de la procédure, alors que Damhoudère traite aussi des crimes, un par un et chapitre par chapitre, en les définissant et en expliquant comment les juger et punir. On en verra l’effet sur l’iconographie de son livre.

3Il est donc inutile d’allonger la liste : Damhoudère est unique. Il n’y a rien chez les autres, sinon des lettrines ou parfois quelques illustrations en tête de livre qui n’ont pas le caractère systématique de la Praxis rerum criminalium…

Damhoudère et ses œuvres

4Damhoudère étudie le droit aux Pays-Bas à Louvain et en France à Orléans. Docteur en 1533, il revient pratiquer à Bruges. En 1536-1537, il est nommé conseiller pensionnaire de la ville de Bruges. En 1550 il est attaché à la cour criminelle de la ville. L’année 1551 le voit nommé conseiller de l’administration des finances au service du gouvernement général des Pays-Bas. La fonction fait de lui à la fois un juge des matières administrées et un trésorier des armées de terre et de mer du roi Philippe II. Cette charge est ensuite augmentée de celle de l’inspection des côtes de la Flandre. Il occupe ces fonctions jusqu’en 1575 et disparaît en 1581. L’importance de ses fonctions n’a pas empêché Damhoudère de poursuivre des travaux sur la jurisprudence civile et criminelle et de publier des ouvrages qui lui ont assuré une réputation durable de jurisconsulte. Mais cette réputation est inégale selon les différents pays européens et elle s’est épuisée à cause des études qui ont montré à quel point Damhoudère avait été un plagiaire.

Une œuvre « fort utile & nécessaire… »

  • 3 Le thiois désigne ici le platt, platdutch ou platdütsch qui est un dialecte germanique différent du(...)
  • 4 Praxis rerum criminalium, praetoribus, propraetoribus, consulibus, proconsulibus, magistratibus rel (...)
  • 5 Le mot « Enchiridion » signifie « manuel, petit livre portatif », cf. le Littré… édition de 1876. D (...)
  • 6 Practique et enchiridion des causes criminelles… illustrée par plusieurs élégantes figures, rédigée (...)
  • 7 Le livre a aussi été imprimé à Anvers chez Bellère en 1562, sur 23-467-53 p. et en même temps chez (...)

5La principale publication de Damhoudère est la Praxis rerum criminalium… publiée peut-être en 1551 mais connue surtout à partir de la deuxième édition. On y relève une dédicace datée de 1552 dans laquelle l’auteur écrit avoir composé son traité en trois diverses langues qui sont le latin, le « franchois » et le « thiois » (flamand)3. Le traité est réédité à Anvers en 1554 chez Jean Bellère (ou : Joannem Bellerum)4. L’édition en français est parue en 1555 sous le titre Practique et enchiridion5 des causes criminelles… ; livre qui dans toute sa longueur promet d’être « fort utile & nécessaire à tous Souverains, Baillisz, Escoutestes, Mayeurs & aultres Justiciers & Officiers »6. L’édition comprend à l’intérieur un titre court : L’Enchiridion ou manuel ès causes criminelles… Le texte a été revu et republié plus tard sous un titre un peu différent mais qui commence toujours par Praxis rerum criminalium… Cette édition de 1554 et 1555 est augmentée et illustrée de gravures sur bois7. Celle de 1562 est augmentée d’un chapitre De Justitia, sive mundanæ Justitiæ effigies, d’un supplément Appendix ad praxim Criminalem de Relegatione ad ergastula, seu vincula nautica… (p. 445-467) et de 13 nouvelles figures. En tout, la Praxis rerum criminalium… comprend 69 à 70 figures gravées sur bois dont le plus grand nombre est inséré dans le texte pour commencer des chapitres.

  • 8 Le refuge et garand des pupilles, orphelins, et prodigues : traité fort utille et nécessaire à tous (...)
  • 9 Praxis rerum civilium, prætoribus, proprætoribus, consulibus, proconsulibus, magistratibus, reliqui (...)
  • 10 Practique iudiciaire es causes civiles tres utille et nécessaire a tous baillifs, prevosts, chastel (...)

6Damhoudère publie ensuite un deuxième livre qui est le Pupillorum Latrocinium… édité à Anvers chez Bellère en 1564, et en français sous le titre Le refuge et garand des pupilles, orphelins, et prodigues8 Il donne surtout un prolongement civil à sa Praxis rerum criminalium en publiant en 1567 la Praxis rerum civilium9 L’édition en français porte le titre : Practique judiciaire es causes civiles… et promet encore d’être « très utille et nécessaire » à toutes les sortes de « praticiens »10.

Un auteur original ou un plagiaire ?

7La Praxis rerum criminalium… est un manuel où l’auteur indique les peines et les formes judiciaires usitées en Flandre et ailleurs, et met les unes et les autres en rapport avec les opinions de certains criminalistes du passé et de son époque. Damhoudère revendique clairement l’intention d’exposer les choses d’une manière claire et succincte et d’épargner à ses lecteurs les longues et pénibles recherches auxquelles il s’est livré. Allant au-devant des critiques, il présente tout à la fin des explications pertinentes sur certaines limites de son travail :

  • 11 Section non paginée à la fin de l’ouvrage : « L’autheur au bienveillant & débonnaire lecteur ».

« Le présent livre (lequel a tous juristes, voires à tous bons lecteurs, & principalement à tous juges, & officiers, pas seullement sera joyeulx mais aussi prouffitable & grandement reposable, & confortable) avons à la par fin finy […] reste que je désire le bon lecteur admonester, & advertir […] qu’il luy pleust prendre en gré nostre labeur, paine et travail […] & en mieux interpréter tout ce qu’il trouvera en cestuy livre par si parfaict, & absolut […] mais […] qui maintenant veult dicter, & composer quelque chose ès droictz, se mectz grandement entre deux périlz & dangers, ou de trop, ou de peu escrire […] Je me suys en cestuy livre modéré, & allé entre deulx11… »

  • 12 Il y a une difficulté concernant cet auteur car son Tractatus de Lamiis et Excellentis juris utrius (...)

8Josse de Damhoudère résume la jurisprudence des tribunaux flamands de son temps et cite les édits rendus par Charles-Quint puis par Philippe II. Plusieurs fois, il critique la procédure suivie à Bruges, au Conseil de Flandre et au Grand Conseil de Malines. Avec ce travail propre aux Pays bas, il cite des principes de droit criminel et de procédure qu’il a empruntés aux seuls commentateurs et glossateurs italiens. On peut d’ailleurs s’étonner de la quasi absence des auteurs français de son temps. La masse des références renvoie au droit romain et aux lois canoniques, voire à des œuvres remontant à l’antiquité. Par exemple, la très importante section consacrée à la sorcellerie est largement copiée du Tractatus de hereticis et sortilegiis… de Paolo Grillandi, juriste italien, dont le traité, appuyé sur une expérience acquise à partir de 1517, a été publié en 1536. Damhoudère se serait aussi appuyé sur les œuvres de Gianfrancesco Ponzinibio, mais sans reprendre ce qui aurait permis de contester la manière de juger les sorcières12. Damhoudère considère que la sorcellerie est un crime honteux trop souvent impuni en raison de l’ignorance des magistrats. Il apporte donc des conseils pratiques détaillés sur la façon de conduire les interrogatoires sous la torture.

9La Praxis rerum criminalium… est donc essentiellement une œuvre de compilation mais son succès durable n’a pas été sans raison. La première est que Damhoudère expose les principes enseignés en Italie dans le sens où il leur voit une valeur universelle. C’est pourquoi la postérité a reconnu en lui le premier auteur, en dehors des Italiens, à avoir publié un système complet de droit criminel. La seconde est que Damhoudère donne aux juges ainsi qu’aux justiciables des éclaircissements et des conseils très pratiques. La puissance de la Praxis rerum criminalium… est d’ailleurs spécialement attestée aux Pays Bas où Damhoudère a contribué à un rapprochement des pratiques judiciaires des diverses juridictions et au développement de la procédure d’enquête. On lui reconnaît aussi une influence dans les pays germaniques. En revanche nous ne pouvons pas dire si les illustrations ont été l’une des raisons qui expliquent le succès éditorial.

  • 13 Practique judiciaire des causes criminelles… Illustrée et enrichie des Ordonnances, status et coust (...)

10Cependant, le livre reste paradoxal dans le sens où la Praxis prétend être utile partout alors qu’elle ignore la législation propre à chacun des États. C’est probablement ce qui explique l’édition particulière, en 1606 à Lyon, d’une Practique judiciaire des causes criminelles… comprenant des lois françaises13. Le succès de la Praxis a aussi diminué lorsque de bons livres à caractère national ont été publiés aux xviie et xviiie siècles. En revanche, le plagiat n’a jamais été une raison pour rejeter Damhoudère car tous les auteurs de l’époque moderne ont toujours emprunté aux autres des idées, des analyses et même des sections entières de leurs œuvres.

  • 14 Cf. le « Commentaire scientifique » de Véronique Demars, professeur de l’Université de Lille 2, sur (...)

11La Praxis rerum civilium… a aussi des qualités et des faiblesses, comme en a le traité criminel. L’ouvrage se présente comme un manuel exposant le déroulement de la procédure civile et comment se comporter dans les différents cas ; le tout sans développements trop savants. Mais le plagiat est plus important encore que pour la Praxis rerum criminalium… puisque Damhoudère s’est contenté de traduire le livre d’un flamand décédé en 1520, en présentant sa version comme son œuvre personnelle. C’est pourquoi les historiens y voient toujours une source très utile mais ils ne reconnaissent plus à Damhoudère ce qu’on lui attribuait au xvie siècle14.

Un traité qui induit une hiérarchie des crimes

12Les chapitres sur la procédure sont fort utiles mais, dans notre perspective, la partie la plus intéressante de la Praxis rerum criminalium… est celle qui est organisée crime par crime. Damhoudère nous propose ainsi une liste ordonnée des crimes annoncée par le court chapitre 60 « La division & pluralité des mesfaicts capitaulx et publicques » :

  • 15 Comprendre : la torture.

« Après que nous avons […] satisfaict au lecteur de ce qui appartient à l’accusation, caption, gehenne15, & excuse des malfaicteurs, il nous a semblé bon d’escrire, en brief, la division & pluralité des mesfaicts […] Et sont les mesfaicts capitaulx, & publiques, ceux qui s’ensuyvent… »

13Si à ce moment l’on revient à l’accolade au début du chapitre pour la réduire à un texte et un ordre numérique, on obtient une liste courte, plus claire que la succession des 154 chapitres et dont il n’y a pas d’équivalent quant à la gradation de la criminalité :

[1] « Crime de lèse Majesté Divine. »
[2] « Crime de lèse Majesté humaine ou temporelle. »
[3] « Homicide. »
[4] « Meurdre. »
[5] « Parricide. »
[6] « Despucellage. »
[7] « Adultère. »
[8] « Rapt ou efforcement de femmes. »
[9] « Péchez contre nature. »
[10] « Force publique. » (comprendre : la contrainte d’une personne par l’usage de la force)
[11] « Vollerie. »
[12] « Boutefeux. » (comprendre : l’incendiaire)
[13] « Larcin. ».

14Damhoudère s’engage ensuite à développer chacun d’eux en s’appuyant sur « les Sainctes Escriptures & droicts. » Le sujet et l’ordre des chapitres sont remarquables. On peut aussi noter la discrétion de Damhoudère sur l’un des plus énormes crimes qui soit jugé à l’époque, à savoir le crime de sorcellerie. Or ce crime est bien inclus quelque part dans le traité, dans le 61e chapitre « De crime contre la divine Majesté » et par conséquent dans la première catégorie, mais il l’est de manière très secondaire. Damhoudère y distingue en effet huit crimes, où la sorcellerie est en 6e position :

[1-1] blasphème.

[1-5] Simonie.

[1-2] Prévarication.

[1-6] Sortilège.

[1-3] Apostasie.

[1-7] Divination.

[1-4] Hérésie.

[1-8] Incantation.

15La sorcellerie ne sera donc pas développée dans un chapitre particulier. De plus, alors que Damhoudère développe longuement le blasphème, proféré et jugé par des laïcs, il expédie la sorcellerie et les deux cas suivants dans cette seule phrase : « Sortilèges, divinations, incantations, & enchanteries, seront punies par le feu… ». Si l’on pense que tout a une signification dans la Praxis rerum criminalium… – donc : l’ordre des crimes, la spécificité d’un chapitre, la longueur de l’analyse juridique et la présence ou non d’une illustration – nous pouvons en déduire que Damhoudère nous a livré le fond de sa pensée sur le crime de sorcellerie. On verra aussi plus loin qu’il a bien souligné ce qui était le plus grave, à savoir l’homicide, le meurtre et le parricide.

Une œuvre « ornée de quelques figures convenables à la matière »

16Comprendre les intentions de Damhoudère est d’autant plus important que la Praxis ne comprend pas deux ou trois illustrations pour décorer les premières pages d’un livre austère, mais beaucoup plus. En effet la composition des pages est réfléchie : il y a des lettrines et un ensemble d’images tellement nombreux (environ 70) que la gravure rend l’œuvre de Damhoudère tout à fait unique. Ce caractère fait partie intégrante du projet de la Praxis rerum criminalium… À la fin de la première édition, Damhoudère explique d’ailleurs, sur un ton étonnant, pourquoi le lecteur pourrait éventuellement trouver le livre incomplet, en notant que des chapitres sont illustrés, mais pas tous :

  • 16 Section adressée « Au mesme » poursuivant la section « L’autheur au bienveillant […] lecteur », op. (...)

« Ne vous esbahissez […] que ne trouvez à tous chapitres jusques à la fin les figures, comme aultre part trouvez, j’avoye certainement volonté, & intention de faire mectre toutes figures de tous chapitres jusques à la fin, mais la tardiveté, & paresse des peinctres, & tailleurs, m’ont contrainct d’abrevier, & délaisser telles figures, que j’avoye proposé de faire mectre : car en XV mois n’ay je sceu à grand paine avoir hors leur mains XV figures, si grand ennuy est ce par tout de travailler & mectre la main en œuvre, & pareillement tant des faultes des idelles et diligens ouvriers. Si doncques les igures à tous les chapitres ne sont adjoutées […] prendrez le de bonne part, & ne me mettez soups la coulpe, mais veullez l’imputer à la tardive oisiveté des ouvriers16. »

17Damhoudère avait donc « volonté, & intention » de faire illustrer tous les chapitres de sa Praxis… ou du moins le plus possible de ses chapitres. Nous verrons ci-dessous (fig. 1) comment les illustrations sont disposées, avec le numéro et le titre du chapitre, la gravure, une suite de cas juridiques organisés avec des accolades (de tels distinguos sont parfois développés sur plus d’une page) puis le texte sur deux colonnes dans l’édition latine de 1562 ou sur une seule dans l’édition précédente. Il est remarquable que le texte n’ait pas été imprimé d’une part et les illustrations d’une autre part sur des pages qui leur auraient été dédiées. Les « figures convenables à la matière » ont complètement été intégrées à l’œuvre.

Fig. 1. Une page exemplaire de la Praxis rerum criminalium… dans l’édition de 1562

Fig. 1. Une page exemplaire de la Praxis rerum criminalium… dans l’édition de 1562
  • 17 Martin Funck précise dans son index chronologique des principaux livres à gravures publiés en Belgi (...)
  • 18 L’exemplaire accessible à Strasbourg est détenu par le SCD de l’université dans la section de l’anc (...)
  • 19 Livre numérisé en noir et blanc sur http://gallica.bnf.fr/mais cette édition numérique qui est en b (...)

18L’insertion systématique des figures de la Justice et du crime fait originellement partie du projet éditorial, même si la première édition est sortie incomplète. Les gravures ne sont pas non plus exactement les mêmes dans toutes les éditions. Dans l’édition latine de 1554, les gravures sont plus grandes mais il faut distinguer la partie centrale, où figure le vrai sujet, des éléments périphériques tels que des colonnes, frontons, guirlandes de grotesques et de fruits, qui sont très caractéristiques de l’art pictural et de l’architecture de cette époque, mais qui ne semblent pas délivrer de message bien particulier17. Par commodité, notre analyse iconographique portera donc sur la version latine publiée à Anvers en 156218. Les planches y sont peut-être tronquées ou du moins réduites au sujet central, mais la série des gravures est complète et aussi de meilleure impression que dans l’édition française de 1555. Quant au texte, nous avons retenu celui de l’édition française de 1564 numérisée par la BNF19. On voit la différence entre les éditions, selon qu’elles ont des gravures complètes ou centrées sur leur sujet (fig. 2).

Fig. 2. Deux versions pour une même gravure de la Praxis rerum criminalium…

Fig. 2. Deux versions pour une même gravure de la Praxis rerum criminalium…

Édition latine de Louvain en 1554.

Édition latine d’Anvers en 1562.

  • 20 Delen, Adrien Jean-Joseph, Histoire de la gravure…, op. cit., p. 120.

19L’historien de l’art A. J.-J. Delen (1883-1960) a noté que quelques-unes des compositions ont été reprises par l’éditeur Corneille ou Cornelis Muller pour illustrer l’autre grande œuvre de Damhoudère, c’est-à-dire la Praxis rerum civilium… en 156720. Nous l’avons vérifié et nous avons aussi constaté que des gravures ont été reprises dans le Pupillorum patrocinium… de 1564 et 1567. À la réflexion, il y a en fait une différence entre les gravures judiciaires générales qui, effectivement, pouvaient illustrer n’importe lequel des livres de Damhoudère et les figures du crime qui étaient propres à la Praxis rerum criminalium… et qui n’ont pas été reprises dans un autre livre. Certaines gravures générales ont été redessinées et de nouveau gravées pour le traité civil et remises ensuite dans les éditions tardives du traité criminel (fig. 3).

Fig. 3. Une gravure de la Praxis rerum criminalium… refaite pour le traité civil

Fig. 3. Une gravure de la Praxis rerum criminalium… refaite pour le traité civil

Édition latine d’Anvers en 1562.

Édition latine d’Anvers en 1572.

  • 21 Une version singulière du traité a été proposée en salle des ventes en 2003. Elle est présentée dan (...)

20Les éditions de 1642 et 1649 des œuvres de Damhoudère bénéficieront encore d’illustrations modifiées pour être remises au goût du jour21. Nous pouvons imaginer que, l’état de la technique ayant changé, les gravures qui étaient satisfaisantes au milieu du xvie siècle pour accompagner un traité savant, ne pouvaient plus l’être au milieu du xviie siècle. En effet, elles sont désormais proches du niveau de qualité des bois de la très populaire Bibliothèque bleue française (diffusée à partir de 1600 environ) sans toutefois être au niveau de médiocrité des woodcuts qui illustrent les livrets populaires anglais.

Les figures du droit et du crime dans la Praxis de Damhoudère

  • 22 Cf. par exemple Wirth, Jean, et alii, Les marges à drôleries des manuscrits gothiques, 1250-1350, G (...)
  • 23 Urs Graf (1485-après 1529) a été un dessinateur et graveur différent des autres par sa vie, ses déb (...)

21Croira-t-on que figurer un homicide est extraordinaire au xvie siècle ? Les médiévistes peuvent retrouver des figurations d’à peu près n’importe quoi dans les manuscrits et les livres de raison du xive siècle, avant que se développe la censure des clercs et que prenne fin la licence absolue laissée aux artistes22. Mais ces images avaient un caractère unique et une diffusion très limitée. Tout change avec l’invention de l’imprimerie, qu’il s’agisse de la diffusion ou des sujets. Ce qui est gravé et imprimé est d’abord caractérisé par une grande liberté. Puis le statut des artistes et celui des œuvres changent. Les autorités politiques et religieuses se mettent à condamner ou autoriser en obtenant des effets divers. Par exemple la « Danse macabre » de Hans Holbein (que nous utilisons plus loin) sera interdite par l’inquisiteur général Vildal de Bécanis, sans que l’interdit empêche ni sa diffusion, ni la démultiplication de son message par les copies faites par d’autres graveurs. On aboutit cependant à l’existence de beaux et bons sujets, alors que les mauvais sont interdits par les autorités, rejetés par la clientèle et délaissés par les éditeurs et les artistes – à l’exception de personnages singuliers comme Urs Graf23.

Une entreprise d’une originalité absolue

22Notre corpus est radicalement différent des manuscrits médiévaux par le media utilisé car les planches gravées et le livre imprimé sont faits pour être diffusés sans autre limite que l’offre des éditeurs et la demande de la clientèle. Les scènes illustrant la Praxis rerum criminalium… ne peuvent être comparées qu’avec les gravures indépendantes et avec les livres produits au xvie siècle. Mettre autant d’illustrations dans un traité savant est déjà original en soi. Figurer des faits divers et des crimes l’est encore davantage. Dans l’art majeur qu’est la peinture, on sait que la hiérarchie des genres sera peu à peu définie en Italie et en France, avec une incidence sur la gravure. Mais avant même cette théorisation de l’art, les sujets ne jouissaient pas tous d’une égale considération.

23Qu’en pensaient les contemporains ? Aucun jugement esthétique ne nous est connu. Si nous rapprochons les images insérées dans la Praxis de l’art allégorique, nous pouvons les évaluer assez haut. Mais si nous les voyons comme des scènes de genre, donc à caractère anecdotique ou familier, nous devons les évaluer plus bas. Mêler un texte savant à des images au statut incertain, surtout s’il s’agit de crimes réels perpétrés par des criminels contemporains, a donc été une entreprise d’une grande originalité. De tels actes ne sont pas, en effet, des sujets ordinaires pour les artistes de ce temps. L’homicide, par exemple, n’est représenté par les artistes qu’à partir de scènes bibliques ou mythologiques. Le sujet principal est même la mort d’Abel tué par son frère Caïn, épisode biblique qui passe aussi pour être le premier meurtre de l’histoire (fig. 4).

Fig. 4. Figuration d’un homicide biblique : la mort d’Abel

Fig. 4. Figuration d’un homicide biblique : la mort d’Abel
  • 24 Gravure isolée. On connaît environ 300 gravures de Dürer (1471-1528).

Albrecht Dürer en 151124

  • 25 Gravure tirée d’une édition historiée de la Bible imprimée par Christian Egenolph à Francfort en 15 (...)

Hans Sebald Beham en 153525

Fig. 5. Figuration d’un viol mythologique : Lucrèce violée par Tarquin

Fig. 5. Figuration d’un viol mythologique : Lucrèce violée par Tarquin
  • 26 Heinrich Aldegrever est un peintre et graveur allemand (1502-1555/1561).

Heindrich Aldegrever en 1539 (détail)26

  • 27 Peintre, dessinateur et graveur hollandais né à Hoorn ou Edam (1533), dont la première gravure auth (...)

Cornelis Cort en 1571 (détail)27

  • 28 Léon Davent ou Daris : maniériste français inconnu dont les œuvres sont datées de 1540 à 1556.

Davent vers 1540 (détail)28

  • 29 Hendrik Goltz ou Goltzius (1558-1617) peintre, dessinateur et graveur néerlandais.

Hendrik Goltzius vers 1578 (détail)29

24De même, le viol apparaît dans des représentations tirées de la mythologie avec des victimes comme Lucrèce (fig. 5) ou Proserpine, ou sinon le viol est suggéré par l’enlèvement collectif des Sabines. Mais le viol réel est à peine considéré comme un crime contemporain et il n’est jamais dessiné ni peint.

  • 30 Les Holbein se sont installés à Bâle en 1515 où père et fils ont travaillé ensemble. En 1526, Holbe (...)

25Un troisième sujet exemplaire pour notre démonstration est le brigandage. La représentation quasiment unique de ce crime est en effet la gravure du voleur par Hans Holbein le Jeune30. Cette gravure sur bois appartient à une série de 41 gravures qui reprend et modifie le thème médiéval de la « Danse macabre ». Les gravures paraissent sans texte à partir de 1524 ou 1530 puis, en 1538, dans un recueil publié à Lyon par Melchior Trechsel sous le titre Les simulachres & historiées faces de la mort autant élégamtment pourtraictes que artficiellement imaginées… sans les titres allemands remplacés par des sentences en latin au-dessus et un quatrain en français au-dessous.

  • 31 Variante de « estorse », entorse, foulure. Signifie aussi « torsion ».
  • 32 Ce n’est pas indifférent, lorsque le couvre-chef donne ou non un caractère militaire au bandit.
  • 33 Tableau conservé dans la collection de l’université de Stockholm et reproduit dans Sellink, Manfred (...)

26Contrairement à la figuration médiévale, Holbein ne représente plus une farandole où la Mort entraîne ses victimes vers leur fin. La mort surgit dans la vie quotidienne, dont elle brise le cours, qu’il s’agisse du règne d’un souverain, de l’activité d’un juge ou du travail d’un marchand ou d’un paysan. Holbein faisant intervenir la Mort auprès de tous les personnages possibles, il montre que la mort n’épargne aucun ordre ni groupe social. Parfois la Mort agit comme un justicier et l’œuvre prend un tour subversif. Les mêmes raisons ont alors valu à cette grande œuvre d’être interdite et très diffusée. De plus, la série originelle a été réinterprétée ou copiée par des artistes comme Heinrich Aldegrever dès 1541 (huit gravures limitées à la Création et aux ecclésiastiques emportés par la Mort) ; Heinrich Vogtherr l’Ancien (1490-1556) en 1544 (avec « L’adultère » en plus, mais sans le bandit) ; les successeurs d’Arnold Birckmann en 1555 (avec des rééditions multiples : 1556, 1557, 1558, 1560, etc. avec de nouveau « Le voleur ») ; Georg Scharffenberg en 1588 ; David Chytraeus (1530-1600) dans De Morte et Vita Aeterna en 1590 ; Eberhard Kieser (1583-1631) dans Speculum Humanae Vitae en 1617 ; Wenceslaus Hollar (1607-1677) en 1651 ; etc. La figure du voleur fait partie des gravures ajoutées en 1547. Une pauvre femme (les pieds nus) portant un panier et peut-être un broc est agressée dans une forêt par un brigand que la mort saisit et tire en arrière. Le quatrain commente exactement la scène : « La foible femme brigandée / Crie, O seigneur on me fait force. / Lors de Dieu la Mort est mandée, / Qui les estrangle à dure estorce31 ». La gravure du voleur a été reprise plusieurs fois, mais pas par tous les imitateurs. Ce n’est pas que la scène soit moins saisissante que d’autres, mais c’est la seule des 53 gravures où la Mort ne saisit pas un puissant ou un homme ordinaire pour l’arracher à la vie quotidienne. Le sujet est ici un vrai méchant dont l’activité est universellement réprouvée. L’aspect subversif est absent. La Mort n’a rien de remarquable comme justicier. Cette image existe en de multiples exemplaires (fig. 6) mais dans notre perspective elle compte pour un puisque c’est toujours la même scène, quelquefois inversée de gauche à droite (par exemple par Kieser) et quelquefois différente par de menus détails dans les vêtements32 ou le décor. La figuration du voleur par Holbein et ses imitateurs est finalement tout à fait singulière et – dans l’état de nos recherches – il semblerait donc que ce crime n’a été représenté que trois fois par les artistes du xvie siècle : une dans Les simulachres & historiées faces de la mort… et deux fois dans la Praxis rerum criminalium… Ajoutons qu’un tableau fort intéressant daté de 1630 – le Couple paysan attaqué par des routiers – a été un temps daté de 156733.

Fig. 6. Les multiples déclinaisons du voleur gravé initialement par Holbein

Fig. 6. Les multiples déclinaisons du voleur gravé initialement par Holbein

Les Simulachres & Historiées faces de la Mort autant élégamtment pourtraictes que artificiellement imaginées par Hans Holbein le Jeune en 1547

27Quelques-uns des imitateurs :

Birckmann en 1555

Scharfenberg en 1576

Valvassor en 1682

John Bewick en 1789

28En opposition avec la gravité des œuvres publiées par d’autres juristes et avec le conformisme des artistes et éditeurs qui ne se perdent pas dans les mauvais sujets, Damhoudère et ses collaborateurs ont donc voulu que le plus grand nombre possible des chapitres comprenne une illustration avec des scènes figurant le plus souvent des criminels contemporains.

Observations sur les techniques employées

  • 34 On utilise souvent le bois d’arbres fruitiers pour leur homogénéité. La planche est découpée dans l (...)
  • 35 Rumpel, Heinrich, La gravure sur bois, Genève, Les éditions de Bonvent, 1972, 127 p. (p. 7).
  • 36 Ibid. p. 54.

29L’historien de l’art Arien Jean-Joseph Delen a qualifié de « bois grossiers » le travail du graveur qui nous est resté inconnu. Il nous semble d’abord qu’il y a plusieurs mains si l’on compare par exemple les gravures les plus simples avec l’illustration du chapitre « D’occire par signes. » qui est d’une exécution supérieure, avec des visages moins grossiers et un souci du détail plus grand. Le matériau utilisé est le bois. La gravure sur cuivre se généralise depuis 1430 environ, mais cette technique reste coûteuse34. Le bois qui est choisi n’a en général pas de grain ce qui se traduit par une certaine égalité dans la couleur de l’encre. Mais la dureté du matériau rend les contours anguleux et le travail de la taille extrêmement long et délicat. Ainsi les artistes confiaient souvent leurs dessins à des graveurs sur bois spécialisés qui n’étaient pas considérés comme des artistes, mais comme de simples artisans, comme l’indique très bien le nom allemand de Formschneider (littéralement tailleur de forme dans le sens où il met en forme gravée le dessin)35. Les traits sont plus épais que si les planches avaient été sur cuivre. Cependant, on peut admettre que les contours marqués conviennent particulièrement à la figuration de l’agressivité36. Damhoudère et ses collaborateurs ont ainsi pu considérer que les figures des crimes étaient toujours bonnes pour les éditions postérieures, alors que certaines gravures judiciaires générales ont mérité d’être refaites. Cela peut aussi être interprété comme un recul par rapport à l’intention initiale, la figuration des magistrats étant considérée comme plus honorable que les crimes, pour lesquels on avait déjà fait bien assez en les représentant. Le format compte aussi pour la qualité des gravures car elles occupent toute la hauteur de la feuille seulement quand elles sont imprimées avec leurs éléments accessoires. La partie centrale a une hauteur de vingt centimètres tout au plus.

  • 37 Nous avons été spécialement guidés dans notre lecture par : Dupeux, Cécile, Lévy, Jacqueline, et Mu (...)

30Les gravures sont soit performatives et la disposition de l’espace n’imite pas celle d’un lieu réel, soit narratives et plusieurs épisodes successifs sont représentés sans pour autant que l’espace soit compartimenté37. C’est le cas par exemple dans l’illustration du chapitre « D’occire par signes ». Le graveur utilise aussi une perspective linéaire et apporte de la profondeur en adoptant un point de vue en contre-plongée. Cela permet de disposer plusieurs petites scènes. On remarque une grande différence de netteté entre l’avant-plan et l’arrière-plan où les traits sont également simplifiés. Tantôt, le décor semble plaqué et sans liens avec la scène représentée, comme dans la figure du parricide. Tantôt, au contraire, il sert de complément à celle-ci, comme dans la scène représentant le stupre, qui se situe dans une chambre, symbole de l’intimité, ou encore dans l’illustration du chapitre « De simple vollerie et destroussement » où l’action se produit dans une forêt, lieu qui renvoie souvent à la transgression de l’interdit. Les zones d’ombre comme les plis des vêtements ou encore les silhouettes au sol sont signifiées par des hachures parallèles ou entrecroisées. Cette grande concentration de hachures fait apparaître un contraste entre de larges plages blanches et de petites zones très sombres. Le graveur a individualisé chaque visage. Néanmoins, les personnages évoquent des statues de bois taillées grossièrement.

31Certaines gravures sont représentatives de l’art de la Renaissance car elles font de nombreuses références à l’Antiquité, qu’il s’agisse de l’architecture, avec la présence de frontons et de colonnes, de l’habillement militaire ou encore des vêtements, avec la figuration de toges. C’est le cas par exemple pour le crime d’empoisonnement. Mais il y a aussi des gravures bien inscrites dans le xvie siècle, où l’on reconnaît les costumes, le mobilier et l’architecture de la première modernité. Ne pas avoir décidé entre des scènes antiques ou contemporaines réduit l’unité de l’œuvre.

  • 38 Poursuivant nos travaux avec les étudiants en master de Strasbourg, nous avons exploré le bailliage (...)

32Comme on le verra dans nos tableaux d’analyse, certaines illustrations de la Praxis rerum criminalium ont une signification évidente alors que d’autres sont difficiles à interpréter isolément du texte de Damhoudère ; lequel n’est parfois même pas suffisant pour être sûr d’avoir compris toutes les intentions du dessinateur. Les illustrations qui ont une signification évidente sont celles dont le sujet était facile ou pour lesquelles le dessinateur a trouvé comment représenter graphiquement une idée. Par exemple dans le chapitre « Des faux monnoyeurs » l’atelier de frappe est situé dans un improbable lieu forestier38. Il ne s’agit pas de montrer une implantation réelle mais en choisissant une forêt plutôt qu’un paysage urbain ou champêtre, le dessinateur signifie que cette activité est cachée.

33Des crimes sont commis dans des endroits « sauvages » (forêts), dans un lieu ouvert et d’autres dans un intérieur domestique ; dans un paysage champêtre ou urbain ; dans une rue quelconque ou spécialement soignée, avec par exemple un carroyage qui représente des rues pavées et des façades élégantes. Ce n’est pas sans raison que tel crime est situé là ou ailleurs. Par exemple, ce qui est dénoncé dans le chapitre « De dommage par choses jettées dehors » paraît d’autant plus grave que la ville est figurée belle et bien ordonnée. La gravité du crime « D’invasion et assaut » est soulignée par l’environnement urbain et par le moment (dans la journée) choisi par l’homme qui attaque avec une pique, alors que sa victime est surprise l’épée au fourreau, et non déjà dégainée. Dans un lieu sauvage, le danger aurait été déjà présent. La figure insiste donc sur le contraire. Quant au crime « D’occire par venin ou poison », comme il est aussi une trahison entre proches, ce caractère est mieux souligné dans un environnement domestique.

34Comme tout détail peut se lire, la présence du chien dans les scènes de l’empoisonnement, de l’adultère et de l’inceste, doit renvoyer à la fidélité, à l’obéissance et au bon ordre domestique. Le chien est donc là pour souligner ce qui est bouleversé par de tels crimes. Ajoutons que la présence d’un chien peut aussi symboliser la mort à venir que cet animal est censé pouvoir sentir et annoncer.

35L’habileté du dessinateur peut donner à une gravure deux niveaux de lecture. Par exemple dans le chapitre « De desrobber ou de larcin dedans le feu » des voleurs profitent de l’incendie d’une maison pour voler des biens, tandis que d’autres accourent avec des échelles pour porter secours à un homme les bras écartés à une fenêtre. Les deux scènes paraissent distinctes. Il y a cependant une opposition construite par rapport à ce concitoyen qui appelle au secours. D’une part, sont figurés ceux qui répondent à l’obligation d’entraide qui est inscrite dans les coutumes : les femmes éplorées aux fenêtres participent à la désolation du concitoyen et les hommes viennent le secourir. D’autre part, le tort des voleurs n’est pas d’emporter des objets (après tout susceptibles d’être perdus pour tous) mais bel et bien de les voler et, peut-être encore plus gravement, de manifester un aussi mauvais comportement civique.

36Mais tous les dessinateurs n’ont pas eu la même habileté. Par exemple dans le chapitre « De faire demande en matière criminelle » la présence du chien assis au premier plan n’a pas de raison bien claire. Dans le 134e chapitre « De la réception & retirement des délinquans » il est question de criminels logés et protégés par des parents ou pire, par des étrangers. La gravure montre dans un paysage champêtre deux soldats qui perquisitionnent une maison ou une auberge (présence d’une enseigne). Dans les plans éloignés, nous pouvons admettre que la bête que l’un d’eux pousse est du bétail volé, que le sac qu’un autre emporte sur son dos est le produit d’un vol et que le troisième personnage est un receleur qui ouvre aux criminels la porte d’un bâtiment. Mais si la gravure est sortie de son contexte et regardée seule, nous pouvons y voir trois braves paysans qui vaquent à leurs occupations, car l’aspect criminel de leurs activités n’est souligné par aucun élément du dessin. La figure est donc ambiguë et par conséquent, elle est plutôt ratée ; au moins sur le plan didactique.

  • 39 Miri Rubin précise que dans ces types de figuration religieuse le sang est associé à la douleur et (...)
  • 40 C’est au contraire un sujet que les sculpteurs et dessinateurs du Moyen âge n’ont pas hésité à figu (...)

37Comme chaque élément a été placé dans le dessin pour une ou plusieurs raisons, il en est de même des manques. La plus remarquable est l’absence de sang dans les scènes de violence criminelle. Or il y a une raison parfaitement connue : dans la peinture de cette époque le sang est réservé aux images religieuses. Au contraire, les crimes profanes ne sont jamais sanglants39. Autre exemple : le respect des règles ainsi que le refus de toute indécence induisent que les péchés contre nature ne peuvent pas être illustrés par des gravures ayant un caractère de réalité ; d’où le recours à l’évocation biblique du châtiment de Sodome et Gomorrhe40.

Le choix des figures dans la Praxis rerum criminalium

38Les gravures sont situées en tête des chapitres mais tous ne sont pas illustrés puisque, dans l’édition complète de 1562, il y a en gros moitié moins de figures que de chapitres.

39Nous avons établi ci-dessous la liste des chapitres en notant ceux qui sont illustrés. Quelquefois un chapitre est très court ; dans ce cas une illustration aurait occupé plus de place que le texte, ce qui n’aurait pas servi l’œuvre de Damhoudère. Une gravure peut donc correspondre à plusieurs chapitres. Par exemple pour les 25e « De submettre les criminels à torture », 26e « Des suffisants indices à torture » et 27e « De torturer ou gehenner », il y a une seule gravure dans le 27e chapitre qui est suffisante pour les trois. Cependant, le 28e chapitre « De regehenner ou derechef torturer » est de nouveau accompagné d’une figure que l’on peut dire superflue, sinon qu’elle montre une séance plus cruelle, avec usage des brodequins. Admettons en tout cas qu’il n’y avait pas de bonne raison de surcharger le livre d’autant de gravures que de chapitres.

40Mais pourquoi environ 70 gravures, et non 90, par exemple, ou seulement 50 ? Si nous retenons l’idée que Damhoudère aurait bien aimé « faire mectre » beaucoup « de figures [dans] tous chapitres » nous en déduisons qu’il a été obligé de rabattre cette prétention. Dès lors, il y a forcément eu de sa part, et en concertation avec l’imprimeur et le(s) dessinateur(s), une réflexion sur ce qui devait et pouvait être représenté. Comme aucun choix n’est expliqué dans le livre, il nous faut observer et supposer.

  • 41 Une difficulté est évidemment de savoir si les « peinctres et graveurs » de Damhoudère ont pu conna (...)

41L’hypothèse première est que Damhoudère a voulu souligner les choses les plus importantes et les plus graves. Mais cela n’est peut-être pas vrai pour toutes les gravures. Ainsi, la scène de bataille du 82e chapitre est l’une des meilleures gravures : fine, détaillée, avec une construction graphique de qualité. Cependant elle n’est pas originale puisqu’elle ressemble à beaucoup d’œuvres majeures et mineures, dessinées, peintes ou gravées41. Or cette belle gravure n’est d’aucune utilité quant au projet général de Damhoudère et aucun moyen n’a été employé pour souligner le caractère illicite de cette guerre privée et par conséquent criminelle. Nous pouvons alors nous demander si cette gravure n’est pas là seulement parce que le sujet permettait d’inclure une belle image dans le livre. Autres exemples : une gravure au caractère très solennel comme celle du roi biblique rendant la justice au début de l’édition latine de 1562, ou une gravure à caractère religieux comme celle du chapitre « De la confession du patient devant sa mort », ne servent pas non plus exactement le sujet du livre. Peut-être sont-elles là par déférence envers le souverain et l’Église.

  • 42 Notons cependant que dans la Praxis rerum civilium… Damhoudère et l’éditeur ont fait le contraire p (...)

42Il reste alors tous les chapitres, mis par Damhoudère dans un certain ordre, et toutes les figures, qui désignent peut-être au lecteur ce qui est considéré le plus grave42.

43Si l’on raisonne d’abord sur son plan, l’ouvrage a deux ou trois parties principales : premièrement, une introduction puis 59 chapitres généraux sur la justice et la procédure criminelle avec 10 gravures (plus deux avant les chapitres) ; deuxièmement 85 chapitres par crime et distinguos juridiques (numérotés de 60 à 144) avec 51 gravures ; et troisièmement 10 chapitres généraux sur la justice et la punition (numérotés de 145 à 154) avec 6 gravures.

44En examinant la première partie, nous comprenons déjà que la plupart des actes purement procéduriers n’ont pas été illustrés. L’accent a été mis sur les moments humainement les plus forts et les plus dramatiques. Dans cette partie, sept gravures sur 10 illustrent l’exercice de la puissance judiciaire sur le prévenu, dont quatre pour la privation de liberté (la prise de corps, l’emprisonnement, l’évasion et l’élargissement) et trois pour la torture, dont le principe même est que le corps du prévenu ne lui appartient déjà plus (les illustrations no 9 et 10, plus la 11e sur l’exemption de torture).

De la hiérarchie des crimes

45Nous avons vu plus haut que Damhoudère a donné une liste simple et courte de 13 crimes par ordre de gravité. Mais il n’a pas conservé cet ordre pour son plan par chapitre, puisqu’une même catégorie criminelle principale peut comprendre une modalité moins grave, devant laquelle Damhoudère a fait passer la pire modalité d’une catégorie criminelle principale inférieure. D’où, il faut bien le dire, un plan assez compliqué.

46Dans le détail des crimes, la Praxis rerum criminalium… énumère d’abord les atteintes à la Majesté divine et souveraine, comme le sacrilège, la sédition et la fausse monnaie (chapitres 2 à 66). Par la suite, et jusqu’au chapitre 120 environ, presque tous les crimes sont illustrés et ceux qui ne le sont pas exactement sont des variantes d’un crime plus général qui a été présenté en premier et aussitôt pourvu d’une illustration.

47Le tout premier crime qui atteint les hommes est l’homicide, traité en rien moins que 22 chapitres (67 à 88) et doté de 12 gravures. La première au f° 67v. (édition française) est suivie par plusieurs chapitres non illustrés mais la liste des chapitres que nous donnons plus bas montre bien que les chapitres 68 à 70 occupent seulement les f° 69r. et 69v. (chapitres « De plusieurs et diverses manières d’homicide », « De tuer & occire par la main » et « De tuer ou occire par la langue ».) Il est donc compréhensible qu’il n’y ait pas eu 22 gravures accompagnant des chapitres aussi courts.

48Avec d’abord l’adultère qui a un caractère ambigu (infra fig. 15) commence une série de crimes sexuels et d’atteintes à l’honneur et à l’humanité qui sont déroulés sur 12 chapitres avec chacun sa gravure, depuis l’adultère (68) jusqu’à la sodomie (96). L’illustration du chapitre « Du vilain & énorme péché contre nature » est d’ailleurs très significative. Dans ce chapitre, Damhoudère distingue « trois espèces, sçavoir avecq soy mesmes [masturbation], avecq hommes [homosexualité, sodomie], & avecq bestes [zoophilie] ». Il hiérarchise « ces trois espèces » en disant que « la première est pesante & grosse ; la deuxième, plus pesante & grosse ; & la tierche toute la plus pesante, & la plus grande des trois. ». Or c’est la « la plus grande » qui est illustrée. Mais la gravure est aussi la seule du corpus avec une référence biblique. Elle est de type narratif et décrit la punition de Sodome, lorsque Loth est pris par la main par deux anges, qui le conduisent avec sa femme et ses deux filles en dehors de la ville. L’un des anges prévient Loth de ne pas regarder en arrière. Dieu fait tomber du ciel sur Sodome et Gomorrhe une pluie de feu et de poussière brûlante. La femme de Loth regarde derrière elle et devient une statue de sel. Tout est figuré. Au premier plan, à gauche, Loth est accompagné d’un ange. Au centre se trouve sa femme tournée face à la ville et déjà changée en statue de sel. Les deux filles sont à droite de part et d’autre d’un ange. La hâte avec laquelle s’accomplit la fuite est soulignée par le geste des filles soulevant leur vêtement et par les plis des tissus. Il est remarquable ici que le crime « contre nature […] avecq hommes » soit seulement suggéré par son châtiment ; un procédé qui doit signifier que cette catégorie criminelle était trop importante pour ne pas être accompagnée d’une illustration, alors que le crime lui-même n’était pas représentable.

49Les séries sont ensuite plus courtes : « contraintes et exactions » en trois chapitres (97 à 100) et trois gravures, voleurs (trois chapitres et deux gravures), incendiaires (deux chapitres et deux gravures), etc. Disons qu’il est question des dommages faits aux biens et aux accords mais c’est déjà très disparate avec la « rapine » (101) et la « simple vollerie et destroussement » sans faire de blessure (102), le « larcin » (110) et le vol de bétail (113) ; les Incendiaires. (103 et 104) ; la rupture de digues (105) ; le viol d’église (106) et de sépulture (109) et le sacrilège (111) ; le bris de pacte (107 et 108) ; et à la fin le recel (116 à 118).

50Suivent des cas de malhonnêteté avec les « faussetés » morales (119 à 124), la diffamation (125 et 128), la tricherie au jeu (126), le déplacement de bornes (127), la corruption (129 et 130), les délits économiques (132) mais nous les avions déjà rencontrés (117 et 123), la complicité de crime et le recel (133 et 134) mais nous avions déjà eu les recels d’objets (116 à 118).

51Les injures verbales et réelles refont un ensemble cohérent (135 à 141) mais elles incluent les mutilations, que l’on aurait imaginé être des crimes plus graves (140), et aussi les châtiments infligés par les parents à leurs enfants et par les maîtres à leurs disciples, qui sont des actes licites et par conséquent hors sujet (141).

52La série des crimes se termine avec des dommages mineurs sur le plan criminel (142 à 144) mais qui pourraient donner de gros procès au civil.

53Damhoudère reprend alors des questions judiciaires générales (145 à 149) comme la transaction (145) la rémission (147) l’appel (149) qui sont divers moyens pour terminer un procès.

54Il expose ensuite divers aspects de la punition (150 à 153).

Tableau des chapitres de la Praxis rerum criminalium… et leurs figures dans les éditions complètes en français (1564) et en latin (1562).

55Édition française, section non paginée. Illustration no 1. Frontispice honorifique.

  • 43 Rappelons qu’il s’agit de l’édition conservée par l’Université de Strasbourg et numérisée en 2008.
  • 44 Noter que cette gravure a été reprise dans la Practique civile…

56Édition latine de 156243, section non paginée. Illustration no 2. Une salle remplie de courtisans, chevaliers et magistrats habillés à la manière du xvie siècle ; au second plan un homme tient une bougie et un autre est à genoux dans une attitude suppliante ; au fond, un roi rend la justice assisté de deux conseillers, les trois ayant une allure antique ou biblique ; au fond, des spectateurs regardent du dehors par des fenêtres44.

Première partie45.

  • 45 Rappelons que cette partition n’est pas explicite dans la Praxis rerum criminalium…
  • 46 Ici commence le relevé dans l’édition française. Les chapitres sont en numération romaine et les pa (...)
  • 47 L’œuvre originale est en latin mais les titres sont des traductions françaises très proches, comme (...)

57Chap. I f° 246. Des crimes, délicts et maléfices47.

58Chap. II f° 3. Des procès criminels.

59Chap. III f° 3. Comment l’on procède es procès criminels.

60Chap. IIII f° 4. Comment les crimes parviennent à la cognoissance du juge.

61Chap. V f° 4. « Des accusations. »

62Chap. VI f° 5. « Des dénonciations. »

63Chap. VII f° 6. « D’exceptions des crimes. »

64Chap. VIII f° 6. « Des inquisitions. »

65Chap. IX f° 7. « Des diffamations procédentes par bruit. »

66Chap. X f° 8. « Des diffamations par indices, suspicicions, conjectures ou présumptions. »

67Chap. XI f° 10. « De ce qui est notoire. »

68Chap. XII f° 10. « Des commissions criminelles. »

  • 48 La première figure est décorative et honorifique.
  • 49 Dans cette édition la pagination est normale pour un livre.

69Chap. XIII f° 10. « D’adjournement. » Illustration no 348 (f° 11r. – éd. latine p. 2049) Au premier plan un acte d’ajournement est porté au domicile d’un particulier ; au second plan, une publication par proclamation publique depuis le haut d’un balcon (ou d’un escalier) et devant une foule.

70Chap. XIIII f° 12. « De l’annotation des biens. »

71Chap. XV f° 12. « De la prinse de corps qui est appellée appréhension corporelle ou personnelle. » Illustration no 4 (f° 12v. – éd. latine p. 24) Une scène d’arrestation et une de conduite à l’entrée d’une prison avec deux ensembles de spectateurs échelonnés sur une pente ; le plus proche étant un groupe féminin éploré et l’autre, masculin, se tenant sur la hauteur, droit et digne.

72Chap. XVI f° 16. « Des prisons. » Illustration no 5 (f° 16v. – éd. latine p. 34) Deux gardes font pénétrer dans une prison un prisonnier attaché les bras dans le dos ; au loin un autre prisonnier est amené ; dans la prison, des silhouettes sont visible par une ouverture barricadée par des barreaux.

  • 50 Le mot cepier, cheupier ou chippier est bien attesté dans le Dictionnaire… de Godefroy, mais il a u (...)

73Chap. XVII f° 17. « Des geôliers ou cepiers50. »

  • 51 Noter que cette gravure a été refaite pour la Practique civile… Les scènes sont identiques mais le (...)

74Chap. XVIII f° 19. « D’infraction des prisons. » Illustration no 6 (f° 20r. – éd. latine p. 41) Trois prisonniers s’échappent ; l’un par un trou dans le mur, l’autre par la porte, le troisième par une fenêtre haute à l’aide d’un drap51.

  • 52 Cette gravure a aussi été refaite en mieux pour la Practique civile…

75Chap. XIX f° 21. « De l’eslargissement des prisonniers. » Illustration no 7 (f° 21r. – éd. latine p. 44) Un détenu sort d’une prison entouré de deux personnages, l’un tenant des clés et un papier et l’autre paraissant accueillir celui qui est libéré52.

76Chap. XX f° 23. « De causion en matière criminelle. »

77Chap. XXI f° 23. « Des charges & recharges des emprisonnez. »

78Chap. XXII f° 24. « De présentation ou contumace. »

79Chap. XXIII f° 24. « De comparoir ou se présenter en matière criminelle. »

80Chap. XXIIII f° 24. « Des procureurs en matière criminelle. »

  • 53 Il s’agit de se faire représenter quand on ne peut être présent ou quand on n’en a pas le droit.

81Chap. XXV f° 25. « D’exonier53 en matière criminelle. »

82Chap. XXVI f° 26. « De saufconduicts. »

83Chap. XXVII f° 27. « Des deffauts & contumaces contre l’impétrant en matière criminelle. »

84Chap. XXVIII f° 27. « Des défauts contre l’adjourné. »

85Chap. XXIX f° 29. « De purger contumaces. »

86Chap. XXX f° 29. « De faire demande en matière criminelle. » Illustration no 8 (f° 30r. – éd. latine p. 64) Trois magistrats assis plus haut écoutent deux groupes de deux hommes ; ceux de gauche étant en robes, l’un tenant un papier ; ceux de droite étant un détenu aux mains liées et un garde. Un chien assis est au premier plan.

87Chap. XXXI f° 31. « Des delays en matière criminelle. »

88Chap. XXXII f° 31. « De respondre par exceptions. »

89Chap. XXXIII f° 32. « De renvoy en matière criminelle. »

  • 54 « Le pied lié ». Comprendre : forcé de comparaître en justice.

90Chap. XXXIIII f° 33. « De respondre pede ligato54. »

91Chap. XXXV f° 34. « De submettre les criminels à torture. »

92Chap. XXXVI f° 35. « Des suffisants indices à torture. »

93Chap. XXXVII f° 36. « De torturer ou gehenner. » Illustration no 9 (f° 36r. – éd. latine p. 81) Un homme nu est torturé par un bourreau et son aide devant un greffier assis et trois ou quatre magistrats (l’un porte un bâton ou une lance) ; au premier plan sont posés des instruments (eau et corde).

94Chap. XXXVIII f° 42. « De regehenner ou derechef torturer. » Illustration no 10 (f° 42r. – éd. latine p. 91) Bien que répétitive la scène est différente : la torture est plus cruelle, avec des brodequins ou coins enfoncés entre les jambes liées par un bourreau seul ; une épée et une sorte de marteau sont au premier plan ; de derrière un muret dépassent les têtes de spectateurs.

95Chap. XXXIX f° 44. « De la conffession du patient sur le bancq. »

  • 55 Sic. Terme juridique signifiant tout simplement la négation cf. la suite du titre du chapitre.

96Chap. XL f° 44. « De l’insiciation55 et négation du patient sur le bancq. »

  • 56 Concerne les cas d’exemption de la torture.

97Chap. XLI f° 45. « Qui sont à excuser du bancq et torture56. » Illustration no 11 (f° 45r. – éd. latine p. 97) Dans un paysage champêtre, une femme et deux enfants face à des magistrats et un garde.

98Chap. XLII f° 45. « De justification vulgaire et premièrement de duel. » Illustration no 12 (f° 46r. – éd. latine p. 99) Duel de deux hommes en armure devant deux témoins.

99Chap. XLIII f° 47. « D’autre justification vulgaire. »

100Chap. XLIIII f° 47. « De justification canonique. »

101Chap. XLV f° 47. « De justification légale. »

102Chap. XLVI f° 48. « De soy mesme présenter au bancq contre sa partie adverse. »

103Chap. XLVII f° 48. « De confronter. »

104Chap. XLVIII f° 49. « De preuve ordinaire. »

105Chap. XLIX f° 49. « De preuve pleine & entière en matière criminelle. »

106Chap. L f° 49. « De reprocher ou reproches. »

107Chap. LI f° 51. « De sauver ou salvation. »

108Chap. LII f° 52. « De conclure en droict. »

109Chap. LIII f° 53. « De soy submettre à la grâce du juge. »

110Chap. LIIII f° 53. « De visiter et examiner le procès. »

111Chap. LV f° 55. « De juger, condamner & punir en criminel. »

112Chap. LVI f° 56. « Des ordinaires punitions capitales en Flandres. »

113Chap. LVII f° 56. « De la punition ordinaire es crimes civilement poursuivis. »

114Chap. LVIII f° 56. « De bannissement. »

  • 57 Le titre de la table est inversé dans le livre : « De crime contre la Majesté humaine & temporelle  (...)

115Chap. LIX f°°57. « Qui sont à excuser & non à punir de leurs délicts. »

Deuxième partie : les crimes

  • 58 Prison, lieu de réclusion.

116Chap. LX f°°58. « La division & pluralité des mesfaicts capitaulx et publicques. »

117Chap. LXI f° 58. « De crime contre la divine Majesté. » Illustration no 13 (f° 59r. – éd. latine p. 132) Au premier plan devant un calvaire un homme grimace et un autre gesticule en signe d’irrespect ; ce que font deux autres groupes au loin ne peut être explicité que par le texte.

118Chap. LXII f° 62. « De crime contre la temporelle Majesté & humaine57. »

119Chap. LXIII f° 63. « Des séditions ou commotions. » Illustration no 14 (f° 63v. – éd. latine p. 158) Dans une rue sont mêlés des personnages en tenue de ville et des soldats ou gens armés ; des hommes se battent avec des gardes qui assurent la protection de personnages importants.

120Chap. LXIIII f° 64. « De chartre58 ou prison privée. »

121Chap. LXV f° 65. « Des faux monnoyeurs. » Illustration no 15 (f° 65r. – éd. latine p. 162) Dans un atelier caché (représenté dans un paysage forestier) des personnages travaillent le métal et frappent des pièces.

122Chap. LXVI f° 66. « De confiscation des biens. »

123Chap. LXVII f° 67. « D’homicide. » Illustration no 16 (f° 67v. – éd. latine p. 167) Trois scènes d’agression avec des épées et poignards ; un homme est déjà à terre, un autre est transpercé, un troisième au loin est poursuivi.

124Chap. LXVIII f° 69. « De plusieurs et diverses manières d’homicide. »

125Chap. LIX f° 69. « De tuer & occire par la main. »

126Chap. LXX f° 69. « De tuer ou occire par la langue. »

127Chap. LXXI f° 71. « D’occire par consentement. »

  • 59 Comprendre surtout la complicité dans un homicide.

128Chap. LXXII f° 71. « D’occire par signes59. » Illustration no 17 (f° 71v. – éd. latine p. 176) À gauche au second plan un soldat armé indique à un homme une direction ; au premier plan un soldat transperce un homme à terre.

129Chap. LXXIII f° 72. « D’occire par enchantemens. »

130Chap. LXXIIII f° 72. « D’occire par venin ou poison. » Illustration no 18 (f° 72v. – éd. latine p. 178) Une femme verse du poison dans une assiette qu’elle tend à un homme, tandis qu’un chien assis les regarde (symbole d’une scène domestique ?) ; à l’arrière-plan un homme verse du poison dans une marmite sur le feu.

  • 60 Exhumation d’un corps.

131Chap. LXXV f° 74. « De la visitation de l’occis ou escavaige60. » Illustration no 19 (f° 75r. – éd. latine p. 182) Au premier plan un cadavre dépouillé ; un groupe d’enquêteurs le désigne et s’adresse à un personnage dans une attitude humble (le découvreur ?) ; un greffier relève les constatations.

132Chap. LXXVI f° 77. « A qui il est permis d’occire. »

133Chap. LXXVII f° 79. « D’invasion et assaut. » Illustration no 20 (f° 79r. – éd. latine p. 194) Dans une rue un homme avec une pique est près d’en percer un autre qui a mis la main à son épée mais qu’il n’a pas eu le temps de dégainer.

134Chap. LXXVIII f° 82. « De la deffense nécessaire de ses biens. »

135Chap. LXXIX f° 83. « De la deffense nécessaire de son honneur. »

136Chap. LXXX f° 84. « De la deffense nécessaire des amys. »

137Chap. LXXXI f° 85. « Encores d’autres homicides licites & permis. »

  • 61 L’aspect criminel est ici de faire la guerre sans autorisation du prince.

138Chap. LXXXII f° 87. « De guerre61. » Illustration no 21 (f° 87r. – éd. latine p. 216) Au premier plan deux combattants s’affrontent à l’épée ; au second plan se heurtent deux armées hérissées de lances ; aucun procédé ne dit le caractère illicite de cet affrontement.

139Chap. LXXXIII f° 89. « D’assasines ou homicides louez. » Illustration no 22 (f° 89v. – éd. latine p. 222) Au premier plan un homme remet une bourse à des soldats mercenaires ; deux autres scènes montrent des soldats massacrant des personnes désarmées.

140Chap. LXXXIIII f° 91. « Qui sont à excuser d’homicide. » Illustration no 23 (f° 91v. – éd. latine p. 227) trois groupes dans un paysage champêtre ; au premier plan une femme bouscule un homme ; un sujet à terre est égorgé par un autre qui l’a maîtrisé ; au loin un homme bras écartés est transpercé par un autre armé d’une épée.

141Chap. LXXXV f° 94. « D’homicides casuels & par malheur. » Illustration no 24 (f° 94v. – éd. latine p. 227) Un homme scie une bûche qui tombe sur un deuxième ; un morceau de toit déplacé par un homme tombe sur un autre en contrebas.

  • 62 Titre latin : De latrocinijs. Le mot peut être traduit par brigand, voleur, bandit. Mais l’importan (...)

142Chap. LXXXVI f° 96. « De meurdre & vollerie62. » Illustration no 25 (f° 96r. – éd. latine p. 239) Scènes d’agressions en forêt ou sur un grand chemin ; au premier plan un homme est déjà à terre, au fond un autre sans défense (bras levés) est poursuivi par des hommes armés.

143Chap. LXXXVII f° 97. « De parricide. » Illustration no 26 (f97v. – éd. latine p. 243) Au pied de murailles, peut-être dans des douves, au premier plan un homme jeune poignarde un vieillard (barbu) et au second plan un homme frappe une femme à coups de bâton.

  • 63 Le personnage de Lucrèce, que nous avons précédemment évoqué à propos du viol, est représenté encor (...)

144Chap. LXXXVIII f° 98. « D’occision de soy mesmes ou de soy mesmes tuer. » Illustration no 27 (f° 98r. – édition latine p. 246) Dans une chambre compartimentée par une colonne, d’une part un homme se coupe les veines du poignet ; à droite un homme s’est pendu à la structure du lit à baldaquin ; à l’extérieur un troisième enjambe la margelle d’un puits pour s’y jeter63.

145Chap. LXXXIX f° 100. « D’adultère. » Illustration no 28 (f° 100v. – éd. latine p. 250) Dans une chambre où entre par la gauche le mari, un autre homme est couché sur le lit à droite, endormi (donc impuissant) la femme éveillée supplie son mari les mains jointes ; un chien au premier plan est aplati pour montrer son effroi.

  • 64 Le titre latin donnerait plutôt « L’adultère toléré » voire la complicité d’adultère. Le texte fran (...)

146Chap. XC f° 104. « De la permission adultère64. » Illustration no 29 (f° 104v. – éd. latine p. 261) Dans un intérieur domestique, une femme et un homme s’embrassent derrière une cloison ; le mari les ignore, tourné vers la cheminée (symbole domestique) où brûle un feu.

147Chap. XCI f° 107. « Des macquereaux & macquerellage. » Illustration no 30 (f° 107r. – éd. latine p. 265) Trois couples échelonnés dans un paysage ; au premier plan la femme touche l’homme ; dans les deux autres l’homme remet de l’argent à la femme.

  • 65 « Despuceler les vierges & pucelles […] est nommé en droict Stuprum ».

148Chap. XCII f° 108. « De stupre65 ou paillardise commise avecq fille ou femme. » Illustration no 31 (f° 108r. – éd. latine p. 267) Deux scènes dans une chambre ; au premier plan la femme renversée sur un lit essaie de repousser un homme ; au deuxième plan, on peut imaginer qu’elle le supplie du regard (la grossièreté des gravures empêchant de vraiment faire parler les visages).

149Chap. XCIII f° 109. « De fornication. » Illustration no 32 (f° 109v. – éd. latine p. 270) Dans un paysage champêtre au premier plan un couple s’embrasse, l’homme ayant sa main sous le jupon, au second plan le couple embrassé est observé par un bouffon, symbolisant l’absence de raison et retenue dans l’acte représenté.

150Chap. XCIIII f° 110. « D’inceste. » Illustration no 33 (f° 110v. – éd. latine p. 272) Deux scènes dans un intérieur : une femme étendue sur un lit est surmontée par un cartouche « nichte », un jeune homme debout est désigné « neve » ou « nefe » et un chien assis a enfoui sa tête sous les draps tombants ; au second plan, un autre couple est debout face à face. « Nichte » signifie nièce, voire nièce par alliance, et « neve » en allemand du xvie siècle signifie neveu, petit-fils ou cousin. La figure ne montre donc pas les cas évidents comme père et fille ou frère et sœur mais des liens de parenté moins proches entre lesquels les relations sont aussi interdites.

151Chap. XCV f° 111. « De ravissement. » Illustration no 34 (f° 112v. – éd. latine p. 274) Dans une chambre une femme les bras levés est violentée par un homme armé d’un couteau ; au second plan, dans une autre pièce, un enfant est saisi par un homme armé et une femme s’enfuit épouvantée.

152Chap. XCVI f° 113. « Du vilain & énorme péché contre nature. » Illustration no 35 (f° 113r. – éd. latine p. 279) Figuration de l’épisode biblique de la punition de Sodome ; fuite de Loth, sa femme (déjà transformée en statue pour s’être retournée) et ses deux filles ; au fond la ville est détruite par une pluie de feu.

  • 66 Il s’agit là de contraindre quelqu’un à faire quelque chose en exerçant sur lui une force armée, ce (...)

153Chap. XCVII f° 116. « De force publique66. » Illustration no 36 (f° 116r. – éd. latine p. 286) Devant des maisons au premier plan un homme armé d’une épée tient un autre homme par son vêtement ; au second plan homme armé d’une épée en pousse un autre dans une maison.

  • 67 Cas de « force publique » exercée par une « nation » contre une autre.

154Chap. XCVIII f° 117. « De représailles ou lettres de marque67. » Illustration no 37 (f° 117r. – éd. latine p. 289) Sur un arrière-plan maritime avec deux voiliers, un homme agenouillé présente de l’argent à un personnage assis qui se détourne en posant une main sur sa poitrine ; son identité souveraine est manifestée par un sceptre et un siège dont le pied est en forme de patte de lion ; la gestuelle est ambiguë : le souverain ne repousse pas l’offre mais paraît s’en désoler.

  • 68 Comprendre ici les impositions « malicieuses » et « injustes ».

155Chap. XCIX f° 118. « Des tailles68 & autres exactions. » Illustration no 38 (f° 118v. – éd. latine p. 295) Dans une ville un agent du fisc assis dans une guérite tient un livre de comptes ; trois personnages paraissent s’en aller avec quelques affaires ; l’un d’entre eux montre le percepteur pour dénoncer le responsable de leur fuite

  • 69 Contrainte sans recourir à une arme, comme peut le faire avec excès un créancier contre son débiteu (...)

156Chap. C f° 121. « De force privée69. » Illustration no 39 (f° 121v. – éd. latine p. 299) Au fond un bateau (naufragé ?) sur lequel se trouvent deux silhouettes est (peut-être) pillé par deux hommes qui emportent des affaires ; sur la terre à droite, un homme barbu (âgé) bouscule un plus jeune après lui avoir (peut-être) pris un objet qu’il tient à bout de bras comme s’il terminait un geste ample.

157Chap. CI f° 122. « De rapine. » Chap. CII f° 123. « De simple vollerie et destroussement. » Illustration no 40 (f° 123r. – éd. latine p. 300) Dans une forêt dense et sombre, deux hommes armés ou soldats maintiennent un homme et le menacent d’un poignard en lui prenant sa bourse.

158Chap. CIII f° 124. « Des boutefeux. » Illustration no 41 (f° 124v. – éd. latine p. 304) Deux soldats armés d’une arquebuse et d’une hallebarde incendient une maison ; au loin, deux autres incendient un champ dont les cultures sont hautes.

  • 70 Par négligence et accident.

159Chap. CIIII f° 125. « De feu survenant par nonchalance70 & c. » Illustration no 42 (f° 126r. – éd. latine p. 308) Au fond une maison en flammes avec à la fenêtre un enfant et une femme appelant au secours ; au premier plan deux hommes dont un soldat (casqué) tiennent un individu qui joint les mains dans un geste de prière ; un autre monte sur une échelle pour porter secours aux victimes.

160Chap. CV f° 127. « Des perceurs et rompeurs des digues et bords de la mer ou rivières. » Illustration no 43 (f° 127r. – éd. latine p. 311) Deux hommes creusent à la pelle, le premier pour percer une digue et le second pour détourner de l’eau par une rigole ; un troisième surveille le chemin, allongé par terre et caché derrière un arbre ; on aperçoit une ville au loin, puis un moulin sur une colline.

161Chap. CVI f° 128. « De la violation ou violateurs d’églises. » Illustration no 44 (f° 128v. – éd. latine p. 313) Ce n’est pas ici le crime qui est montré mais son effet immédiat : trois hommes emmènent un individu hors de l’église qu’il a donc probablement profanée ou pillée.

162Chap. CVII f° 130. « De rompture de sauvegarde, appaisement ou asseurance. » Illustration no 45 (f130r. – éd. latine p. 318) Quatre soldats armés de piques et hallebardes s’en prennent à un blason accroché au-dessus d’une porte monumentale surmontée d’un panneau « Sau[v]egarde ».

163Chap. CVIII f° 130. « De rompture de paix ou trêves. »

164Chap. CIX f° 131. « De violer ou rompre les sépultures. » Illustration no 46 (f° 131v. – éd. latine p. 320) Dans un cimetière avec au fond une église, deux hommes soulèvent la pierre d’un tombeau portant une inscription « Sepultura » ; plus loin deux autres déterrent un corps.

165Chap. CX f° 122. « De larcin. » Illustration no 47 (f° 132v. – éd. latine p. 323) Trois hommes considèrent une femme éplorée et son enfant ; dans leur dos un homme chargé d’un sac s’éloigne ; au fond un autre homme emporte un sac tiré d’une maison en ruines.

  • 71 À comprendre ici comme une variante aggravée de la catégorie « larcin », donc le vol dans une églis (...)

166Chap. CXI f° 140. « De sacrilège71. » Illustration no 48 (f° 140v. – éd. latine p. 338) Trois hommes pillent une église par un trou percé dans un mur ; l’un tend un objet liturgique à deux autres tenant un sac ; un quatrième fait le guet.

  • 72 Il ne s’agit pas de manipuler les papiers d’une succession mais à proprement parler de voler de l’a (...)

167Chap. CXII f° 142. « De pillement d’hoirie ou de succession72. » Illustration no 49 (f° 141v. – éd. latine p. 342) Dans une riche maison (éléments sculptés au-dessus d’une porte) un homme prend une cruche dans un coffre et une femme de dos s’en va chargée de draps ; au premier plan une défunte est enveloppée dans un linceul.

168Chap. CXIII f° 143. « De larcin de bestial. » Illustration no 50 (f° 136r. [erreur de pagination dans l’édition] – éd. latine p. 344) Dans un paysage champêtre, un homme pousse avec un bâton une vache et des moutons ; au second plan un autre s’empare de volailles.

169Chap. CXIIII f° 144. « De desrobber ou de larcin dedans le feu. » Illustration no 51 (f° 140r. [idem] – éd. latine p. 346) Dans une ville dont une maison est en feu des voleurs profitent de l’incendie pour voler des biens ; un homme appelle au secours par une fenêtre ; un groupe d’hommes amène échelles et seaux d’eau.

170Chap. CXV f° 144. « De desrobber les biens du commun. »

171Chap. CXVI f° 145. « De receveurs et receleurs de larcin ou de loger les biens desrobbez. »

172Chap. CXVII f° 146. « D’achepter biens desrobbez. » Illustration no 52 (f° 146v. – éd. latine p. 350) Dans une belle ville (rues pavées, boutiques bien achalandées, cheminée fumante) au premier un homme et un marchand s’entretiennent discrètement (têtes baissées l’un vers l’autre) ; l’homme cache un sac sous son manteau ; au fond une femme présente une coupe à un homme qui semble faire un geste de refus.

173Chap. CXVIII f° 147. « De la détention des biens d’autruy trouvez par fortune. » Illustration no 53 (f° 148r. – éd. latine p. 352) Dans un paysage champêtre un homme ramasse une chemise dans une rivière (emportée lors d’un lavage ?) ; au premier plan un homme ramasse une sacoche dans un chemin en regardant derrière lui s’il n’est pas observé.

174Chap. CXIX f° 148. « De fauseté. »

175Chap. CXX f° 149. « De fauseté par consentement. »

176Chap. CXXI f° 149. « De fauseté par parolles. »

177Chap. CXXII f° 150. « De fauseté par escritures ou escrits. »

178Chap. CXXIII f° 152. « De fauseté par abus. » Illustration no 54 (f° 153r. – éd. latine p. 359) Dans une rue et des boutiques, trois scènes de mesures sur une longueur de tissus, sur un poids (sous le regard d’un enfant) et sur un volume de grains (peut-être sur ordre d’un magistrat qui indique à un paysan la mesure où vider son sac) ; les trois sont neutres et rien ne souligne une fraude.

179Chap. CXXIIII f° 154. « De fauseté par silence. »

180Chap. CXXV f° 156. « De diffamation par libelles ou livrets. »

181Chap. CXXVI f° 157. « Des faux dez. » Illustration no 55 (f° 158r. – éd. latine p. 368) Dans un intérieur louche (la brique apparaît sous le crépi mural, il y a peut-être une vitre cassée) au premier plan un homme et un enfant fabriquent des dés ; au fond trois hommes attablés jouent de l’argent aux dés.

182Chap. CXXVII f° 162. « De transporter & déplacer les bornes et limites. » Illustration no 56 (f° 162r. – éd. latine p. 375) La nuit dans un paysage champêtre au premier plan un homme déterre une borne ; au second plan un homme porte une borne pour la déplacer.

183Chap. CXXVIII f° 163. « De calomnie. »

184Chap. CXXIX f° 163. « De concussion. »

185Chap. CXXX f° 164. « De corruption. »

  • 73 Noter que ce crime peut paraître extraordinaire si l’on pense au royaume de France, où cependant la (...)
  • 74 Le mot désigne les privilèges marchands et « se dit aussi de toutes les conventions iniques que des (...)

186Chap. CXXXI f° 166. « D’acheter les offices, estats ou dignitez73. » Chap. CXXXII f° 168. « Des monopoles74 & de faire cher temps. » Illustration no 57 (f° 168v. – éd. latine p. 385) Dans une ville, sur la place, en hiver (arbre dénudé) deux paysans proposent des sacs de grain à un homme ; plus loin un autre homme parle à l’oreille d’un troisième paysan.

  • 75 Il n’est pas question dans le chapitre de recel d’objets.

187Chap. CXXXIII f° 171. « Des complices & partipans aux crimes. » Chap. CXXXIIII f° 172. « De la réception & retirement des délinquans75. » Illustration no 58 (f° 173r. – éd. latine p. 389) Dans un paysage champêtre, au premier plan deux soldats perquisitionnent une maison ou une auberge (présence d’une enseigne) tandis que trois sujets vaquent à des occupations ambiguës (rien ne dit que l’homme qui mène une vache vers un bâtiment dont la porte est ouverte par un autre homme, sont un voleur, une bête volée et un receleur).

188Chap. CXXXV f° 173. « Des injures. »

189Chap. CXXXVI f° 174. « D’injures par mots & parolles. »

190Chap. CXXXVII f° 177. « Des injures par faicts. »

191Chap. CXXXVIII f° 180. « D’injures par escrits. » Illustration no 59 (f° 180r. – éd. latine p. 398) Dans une ville, deux hommes affichent des papiers sur la porte et le mur d’une maison ; un groupe d’hommes est rassemblé plus loin.

192Chap. CXXXIX f° 181. « D’injures par geste & maintien. » Illustration no 60-f° 181r. – éd. latine p. 400) Dans une rue de village, deux hommes inférieurs (l’un est pieds nus, les deux sont mal habillés) se moquent dans leur dos de deux hommes en manteau.

  • 76 Cette gravure n’a presque rien à voir avec le contenu du très court chapitre.

193Chap. CXL f° 181. « De blessure & mutilation. » Illustration no 61 (f° 181r. – éd. latine p. 401) Dans un paysage champêtre contemporain (maisons flamandes) des personnages sont vêtus à l’antique ; un soldat coupe le nez d’une femme avec un couteau sous le regard de deux chiens ; au second plan un soldat tranche le bras d’un homme d’un grand coup de sabre ; au fond un soldat arbore la tête tranchée d’un homme76.

  • 77 Il s’agit pour un mari de punir sa femme, pour un père ses enfants, etc. On est donc dans le cas de (...)

194Chap. CXLI f° 182. « De chastiement77. » Illustration no 62 (f° 182v. – éd. latine p. 402) Dans une belle ville, trois scènes échelonnées : un professeur tape sur les doigts d’un élève ; un homme frappe du poing sur la tête d’un enfant ; un troisième frappe une femme avec une longue baguette.

195Chap. CXLII f° 183. « De dommage faict par bestial. » Illustration no 63 (f° 183r. – éd. latine p. 405) Dans un paysage champêtre, trois scènes échelonnées : au premier plan un porc mange le pied d’un bébé ; un taureau encorne un homme renversé ; un chien libre attaque un troupeau de moutons et chèvres.

196Chap. CXLIII f° 185. « De dommage par choses jettées dehors. » Illustration no 64 (f° 185v. – éd. latine p. 407) Dans la rue d’une belle ville, deux hommes reçoivent des déchets jetés par les habitants depuis l’étage.

197Chap. CXLIIII f° 186. « De dommage en général. » Troisième partie.

198Chap. CXLV f° 187. « De faire paix, accord & transaction. »

  • 78 Action par laquelle les délits sont « éteints » et « mis au néant », par exemple par le fait du pri (...)

199Chap. CXLVI f° 189. « Des abolitions78. »

200Chap. CXLVII f° 191. « Des remissions. »

  • 79 Ou « rappel » d’une condamnation par le prince qui pardonne le condamné et le remet dans ses droits (...)

201Chap. CXLVIII f° 194. « Des rappeaux de ban79. »

202Chap. CXLIX f° 196. « De l’appellation. » Illustration no 65 (f° 196r. – éd. latine p. 421) Un condamné (les mains liées) avec un cartouche « Appello » au niveau de sa bouche est présenté par un garde à quatre magistrats dont l’un tient un papier.

203Chap. CL f° 197. « De la confession du patient devant sa mort. » Illustration no 66 (f° 198r. – éd. latine p. 423) Dans une prison (fenêtre à barreaux et fers au mur) un homme moine confesse un homme agenouillé ; même scène avec un prêtre et un autre homme.

204Chap. CLI f° 202. « Du renvoy, confinement ou bannissement aux galères. » Illustration no 67 (f° 202r. – éd. latine p. 447, l’ordre étant différent pour la fin des deux éditions) Sur un rivage un soldat vêtu à l’antique (mais avec une hallebarde) garde trois prisonniers en prière vêtus de manière discordante (l’un à des sandales à lacets mais un autre a des crevés à l’épaule) ; sur la mer passe une galère.

205Chap. CLII f° 218. « De l’exécution des sentences criminelles. » Illustration no 68 (f° 218r. – éd. latine p. 428) Dans une ville sur une place devant un édifice public (arcades et blasons) quatre scènes échelonnées : un homme est décapité à l’épée ; un(e) condamné(e) est brûlé(e) ; un homme est tiré sur une échelle pour être pendu ; un homme est fouetté sur une estrade devant une foule.

206Chap. CLIII f° 219. « Des maistres des hautes œuvres. » Illustration no 69 (f° 219r. – éd. latine p. 430) Deux bourreaux après une exécution dans la cour d’un château, l’un nettoyant une épée et l’autre le plancher d’une estrade ; le caractère paisible des scènes manifeste leur innocence.

  • 80 Titre court en tête de chapitre : « Le simulachre de justice mondaine ». Il s’agit d’une espèce de (...)

207Chap. CLIIII f° 221. « De simulacre & effigie de la justice mondaine80. » Illustration no 70 (f° 220v. – éd. latine p. 433) Dans une enceinte trône une femme à deux visages avec une balance et une longue épée ; devant elle se concertent deux groupes d’hommes, femmes et enfants ; entre eux se tient un chien couché tranquillement en rond et au premier plan un homme étendu dans une posture tranquille comme celle du chien ; dans un coin apparaissent des flammes et un démon ; à l’arrière-plan, des édifices publics et un paysage urbain et dans le ciel la Trinité sur un nuage (Dieu, le Christ et l’oiseau symbolisant l’esprit saint). Sous la gravure se trouve une devise « Aimez justice, ceux qui jugez la terre » ou « Mundanae justitiae effigies ».

De la manière de figurer le crime et la violence dans la Praxis rerum criminalium

  • 81 Nos reproductions sont centrées sur la partie utile de chaque figure sans retenir les surcharges dé (...)

208On trouvera plus loin une sélection parmi les figures81. Nous n’avons pas gardé les représentations judiciaires générales des premiers et derniers chapitres de la Praxis rerum criminalium… ni celles des derniers chapitres criminels où sont traités des crimes comme le « pillement d’hoirie ou de succession », le « larcin de bestial », la « fauseté » ou les « monopoles ». Le sujet de notre livre collectif reste en effet la violence physique que l’on trouve figurée du chapitre 57 « D’homicide » jusque vers les chapitres 87 à 89 (parricide, suicide et adultère) et ensuite de manière discontinue, dans les chapitres 92 (le viol), 95 (le rapt), 102 « De simple vollerie et destroussement » et 140 « De blessure & mutilation ». Il n’y a pas de figuration violente dans la série des « Injures » de 135 à 139, contrairement à l’emploi par d’autres juristes de la formule « injures réelles » pour les coups et blessures.

209Chacune des illustrations atteste qu’il n’y a pas de discordance entre le travail du juriste et celui du dessinateur mais au contraire une évidente collaboration, comme cela est bien lisible dans l’illustration du chapitre sur le duel (fig. 7). Sa position parmi les premiers chapitres atteste que Damhoudère le prend pour un acte judiciaire et non pour un crime. Mais il désapprouve ce qu’il décrit comme un acte d’un autre temps et nous montrons plus loin que le dessinateur a trouvé comment figurer ce caractère archaïque. Les crimes les plus graves (et par conséquent prioritairement illustrés ?) sont ensuite tous les cas d’homicide (infra fig. 7 à 14, voire aussi la fig. 15). La gravure qui illustre la complicité d’homicide (fig. 9) pourrait être difficile à comprendre mais le texte de Damhoudère indique bien ce qu’il faut comprendre et le sens dans lequel il faut lire les deux scènes. L’auteur explique en effet que « l’on occit par signes […] quand on persuade ou faict la personne aller par le chemyn où l’embuscade est consignée. » Le spectateur doit donc lire l’illustration dans le même ordre que le texte, du deuxième plan au premier plan et de gauche à droite.

210Comme l’on ne prête qu’aux meilleurs, nous serions facilement enclins à penser que les dessinateurs les plus médiocres – donc ceux qui ont été employés pour la Praxis… – n’ont fait que s’inspirer des œuvres majeures. Il est vrai que l’on peut rapprocher certaines compositions de la Praxis… de telle ou telle œuvre plus connue. Mais les dessinateurs ont-ils été inspirés par le travail d’un autre ou ont-ils seulement trouvé les mêmes solutions pour illustrer un thème ?

  • 82 Virgil Solis est un illustrateur et graveur de Nuremberg. (1514-1562). La gravure que nous évoquons (...)

211Par exemple, pour la figure du chapitre « De Stupre », à cause de la chambre, du lit et de la posture de la femme, nous pouvons envisager un rapprochement avec la scène du viol de Philomèle par Térée, telle qu’elle a été gravée par Virgil Solis et copiée ensuite par d’autres illustrateurs82. Philomèle a certes la même posture que la femme qui est figurée dans la Praxis rerum criminalium… (infra fig. 16). Cependant, Térée brandit une arme, alors que le violeur de la Praxis n’en a pas. En étudiant la figure du chapitre « De rapt » nous pouvons aussi penser que les bras de la femme sont levés dans la même posture que celle qui a été donnée dans une gravure d’Albrecht Dürer en 1516 figurant le viol de Proserpine. Pour autant, est-ce de la copie ? Après tout, si le dessinateur d’une scène mythologique est raisonnable dans ses choix et notamment s’il dessine de vrais corps humains, avec des gestes correspondant à l’action, rien ne ressemble plus à une héroïne surprise qu’une femme ordinaire agressée, et rien ne ressemble plus au viol d’une héroïne dans une chambre que le viol d’une contemporaine dans son logis. Nous pouvons défendre aussi le dessinateur de la Praxis en remarquant que, s’il a pu s’inspirer de la Philomèle de Virgil Solis, en revanche pour la scène de bataille il n’a rien repris de la bataille figurée par le même Virgil Solis pour la guerre de Troie. Au jeu des ressemblances, nous pourrions dire encore que, pour illustrer les crimes de « Meurdre et vollerie » (fig. 13) et « De simple vollerie et destroussement » (fig. 19), le dessinateur de Damhoudère n’a pas du tout copié le modèle évident qui était le voleur de Hans Holbein, déjà copié par tant d’autres dessinateurs et graveurs (supra fig. 6). Dans le détail, nous pourrions dire encore que l’une des cinq ou six scènes de la gravure « L’âge de fer » de Virgil Solis, où dans une forêt un homme est poursuivi par un soldat qui brandit son épée, ressemble à la scène au fond de la gravure « De meurdre et vollerie », où un homme sans défense court les bras levés poursuivi par un soldat (infra fig. 13). Mais le second poursuivant avec sa hallebarde n’est, lui, pas dans la gravure de Virgil Solis. Il paraît donc à la fois possible de trouver des sources d’inspirations et de reconnaître un travail original accompli par les « peinctres et graveurs » de la Praxis…

212Le chapitre « De justification vulgaire et premièrement de duel » est placé dans la partie concernant la procédure des procès criminels car c’est ici l’ancienne coutume du duel judiciaire que Josse de Damhoudère condamne en tant que violence criminelle : « Par cy devant quand ung demandeur ne sçavoit prouver ou faire apparoir son faict par tesmoings ou aultre preuve ordinaire » il pouvait « le faire apparoir de son corps » au moyen d’un duel. Cependant « le droict de dueller estoit contre Dieu, nature et tous aultres droictz » et au nom de la raison il « se debvoit plus tost appeler une furiosité bestialle… ». Ainsi fut-il « interdit, & deffendu par les droicts canoniques et civils. » Le graveur a figuré de face, au premier plan, un homme qui a ramassé une paire de gants de sa main droite et lève son autre main pour empêcher un homme d’avancer. Ce dernier devait donc souhaiter intervenir dans le combat qui se déroule au deuxième plan. Deux hommes, casqués et en armures du xvie siècle, se battent en duel avec des épées. Les hommes au premier plan sont aussi armés. Un caractère remarquable est que la scène se produit dans une ville en ruines. C’est le procédé utilisé par l’artiste pour signifier que cette coutume date d’une autre époque, peut-être celle des « Lombardz », comme l’indique Damhoudère dans son texte.

Fig. 7. Le duel dans le 42e chapitre « De justification vulgaire… »

Fig. 7. Le duel dans le 42e chapitre « De justification vulgaire… »

Fig. 8. L’homicide dans le 57e chapitre.

Fig. 8. L’homicide dans le 57e chapitre.

213Plusieurs scènes sont entremêlées dans un décor très complet où même le ciel n’a pas été laissé blanc mais chargé d’un nuage. L’action est observée par un couple à la fenêtre d’une auberge signalée par une enseigne et dotée d’une galerie et d’une grange. Le clocher d’une petite église se détache au-dessus d’une ligne d’arbres. Les faits représentés, les traits des visages, exceptionnellement expressifs pour les deux personnages à droite, et les gestes vifs soulignés par le mouvement des capes, donnent une rare intensité dramatique à cette première figuration de l’homicide. Au premier plan, un homme sans arme (ainsi est-il manifeste que la scène n’est ni un combat ni surtout un duel) est transpercé par l’épée d’un premier adversaire. Cette arme reconnaissable à sa garde est du type rapière, effectivement destinée aux coups d’estoc (de pointe). Un deuxième assassin s’apprête à lui assener un coup de poignard. À droite, un homme est déjà à terre. Au-dessus de lui, une troisième victime (toujours sans arme) est tenue à la gorge par un homme qui lui assène un coup d’une rapière qui paraît démesurément grande. Au deuxième plan, une quatrième victime est poursuivie par un homme qui brandit à deux mains une grosse épée dont la garde est à quillons droits. Il pourrait s’agir d’un « espadon » ou « grande épée » ou épée à deux mains (Zweihänder en allemand). La représentation de telles armes peut signifier le port et l’emploi dans la cité d’une arme de guerre, donc la préméditation de l’acte.

Fig. 9. La complicité d’homicide dans le 72e chapitre « D’occire par signes »

Fig. 9. La complicité d’homicide dans le 72e chapitre « D’occire par signes »

214Il s’agit d’une gravure de type narratif qui figure une embuscade et la complicité. Deux épisodes successifs sont représentés. L’espace n’est pour autant pas compartimenté mais une séparation est néanmoins figurée dans le décor, la scène du second plan est dans un espace ouvert où le regard porte jusqu’à une maison éloignée, tandis que pour celle du premier plan la végétation est plus présente, comme si elle se déroulait dans une forêt, environnement qui est plus propice à un guet-apens. Dans la première scène, un soldat armé d’une hallebarde indique de sa main droite une direction à un paysan très ordinaire avec chapeau, pieds nus et un couteau à la ceinture qui, au regard de la hallebarde, n’est pas à proprement parler une arme. Il a le doigt posé sur sa lèvre inférieure pour signifier son hésitation. Les costumes font référence à l’Antiquité. Au premier plan est figurée la scène suivante. Un soldat transperce de son arme un homme renversé au sol. Le dynamisme du coup est souligné par l’envolée de la cape. La victime qui est bras écartés est ainsi figurée impuissante. Le crime spécifique du chapitre est celui qui figure à gauche mais la gravure comprend aussi une deuxième représentation de l’homicide. Ce n’est pas fait seulement pour répéter la figuration déjà donnée dans le chapitre 57 (fig. 8) mais pour mettre la complicité d’homicide au même niveau de gravité que l’homicide lui-même.

Fig. 10. L’agression dans le 77e chapitre « D’invasion et assaut »

Fig. 10. L’agression dans le 77e chapitre « D’invasion et assaut »

215Pour Damhoudère « Assaillir est aggresser & envahir quelcun en ire & courroux. » Même quand « quelcun vous assaillit sans armes, ou sans vous approcher, atteindre ou toucher » celui-ci « vous faict injure ». Il évoque entre autres une amende de 10 livres si une arme n’a pas été brandie, 20 si elle l’a été et au moins dix fois plus s’il y a eu blessure. C’est que « l’assaut » est envisagé comme le moment dangereux où le criminel est proche de commettre un homicide. Dans une belle rue déserte un homme avec une pique est près d’en percer un autre qui a mis la main à son épée. La surprise fait qu’il n’a pas eu le temps de dégainer pour se défendre. La ligne d’horizon est située au tiers supérieur. Le point de vue est en contre-plongée ce qui donne l’impression au spectateur de dominer la scène. La perspective est apportée par les lignes de force horizontales et verticales des bâtiments qui convergent toutes vers le clocher. L’espace encadrant la confrontation est clairement divisé en deux parties avec de part et d’autre les protagonistes. Le graveur a mis en parallèle les axes des regards et ceux des armes. Les contours sont très marqués comme on peut le voir au niveau des volutes de fumée se dégageant de la cheminée.

Fig. 11. Quatrième figuration directe de l’homicide dans le 83e chapitre « D’assasines ou homicides louez »

Fig. 11. Quatrième figuration directe de l’homicide dans le 83e chapitre « D’assasines ou homicides louez »

216Damhoudère explique que les assassinats sont des « homicides louez, c’est-à-dire [commis par] gendarmes, soldades sans gages, ou aultre rapaillerie, qui se louent eulx mesmes, pour occire ung aultres ». L’illustration de type narratif représente un homme qui tend une bourse à trois soldats tout équipés. Les costumes militaires datent bien du milieu du xvie siècle, avec notamment les manches « crevées ». L’un des soldats dirige le regard du spectateur en montrant du doigt l’arrière-plan. Deux autres scènes montrent des soldats massacrant des personnes désarmées. Au deuxième plan, un homme est à terre. Plus loin, un soldat transperce de sa pique le buste de son adversaire, tandis qu’un autre lui tient la tête par les cheveux et s’apprête à lui assener un coup d’épée. Au troisième plan, un soldat, après avoir mis le feu à leur maison, brandit une pique pour mettre en fuite les occupants. Deux d’entre eux tendent les bras au ciel en signe d’impuissance et de frayeur. Ce mouvement de fuite est repris par les oiseaux qui s’envolent à droite des volutes de fumée produites par le feu. Des hachures parallèles apportent un contraste pour la fumée. Il y a aussi des ombres marquées sur les personnages. L’ensemble pourrait être nocturne pour suggérer la dissimulation. Les visages au premier plan sont peu expressifs mais détaillés et individualisés. Le dessinateur a voulu mettre beaucoup de choses dans le petit espace imparti mais il n’y a pas de confusion. La perspective linéaire est apportée par les différentes proportions et le point de vue en contre-plongée permet la représentation de toutes les scènes.

Fig. 12. Les homicides commis par des irresponsables

Fig. 12. Les homicides commis par des irresponsables

217Le 84e chapitre est une liste des cas « Qui sont à excuser d’homicide » et en premier les « Jeunes enfans qui encore ne sçavent de mal ont à excuser […] car l’homicide ne peut estre commis sans dol, malice, & mauvais vouloir, qui ne se montre encore es jeunes enfans » (jusqu’à l’âge de 7 ans). Damhoudère cite ensuite « les enragez, & gens qui sont hors de leurs bons sens […] & se nomment frénétiques » qui sont irresponsables quand bien même « ils auroient tué leur père et mère » car « ce qu’ils font à un autre est […] réputé pour [être] un malheur ou accident ». Le chapitre comprend une suite de cas théoriques et d’exemples parmi lesquels le dessinateur n’a eu qu’à puiser. Trois groupes sont disposés dans un paysage champêtre. Au deuxième plan un homme à terre est égorgé par un autre qui l’a maîtrisé. Étant sans couvre-chef, ce sont sans doute des enfants. Au premier plan la scène est ambiguë. Soit il s’agit d’une femme dont les traits indiquent qu’elle a perdu la raison, bousculant un homme qui est renversé en arrière. Soit il s’agit d’une femme épouvantée par la scène de meurtre, que l’homme retient et soutient avec peine. Nous pourrions même nous demander si ce sont les parents. Au loin, un homme, bras écartés dans un geste d’impuissance, est transpercé par un autre qui est armé d’une épée. Celui-ci semble ne pas maîtriser son geste, comme l’indique son bras droit levé. La victime regarde le spectateur et non son agresseur. Ces postures incohérentes avec une scène d’agression normale traduisent sans doute la folie de l’agresseur. La posture de sa victime est mise en parallèle avec l’arbre qui plie sous le vent.

Fig. 13. Vol à main armée et sixième figuration de l’homicide dans le 86e chapitre « De meurdre & vollerie »

Fig. 13. Vol à main armée et sixième figuration de l’homicide dans le 86e chapitre « De meurdre & vollerie »
  • 83 Comprendre : « et sans se contenter du vol, tuer en plus sa victime ».

218« […] le meurdre est aussi une espèce d’homicide toutesfois plus griefve & pesante & forts (sans doubte) différente d’aultres homicides. Car nous appelons meurdre prendre à quelcun couvertement le sien & sans soy contenter pardessuz le tuer83… » Damhoudère range aussi dans cette catégorie « invader [agresser] avecq vouloir, & intention de tuer, & occire hors publicques communes voyes & chemins en bois, loing des gens » et encore « de occire traistreusement par derrière… ». Dans un environnement forestier très dense, le dessinateur a représenté des scènes d’agression. Au premier plan un homme est déjà à terre avec une plaie béante au flanc. Il a été dépouillé de ses vêtements du haut. Au fond, un autre homme sans défense court les bras levés. Il est poursuivi par des hommes armés, le dernier portant une hallebarde. La première victime est masquée en partie par un arbre. De cette manière et avec la succession d’arbres, le graveur a voulu ainsi signifier que la scène se produit au cœur de la forêt et non à sa lisière. La planche est aussi marquée de grandes zones d’ombre aux hachures parallèles et entrecroisées.

Fig. 14. Septième figuration de l’homicide dans le 87e chapitre « De parricide »

Fig. 14. Septième figuration de l’homicide dans le 87e chapitre « De parricide »

219Au pied de murailles, peut-être dans les douves d’une enceinte, au premier plan un homme jeune poignarde un vieillard barbu renversé sur le ventre et qui tente d’un bras de retenir son assassin. Au second plan un homme frappe une femme à coups de bâton.

Fig. 15. Une évocation de l’homicide licite dans le 89e chapitre « adultère »

Fig. 15. Une évocation de l’homicide licite dans le 89e chapitre « adultère »

220Cette gravure est absente de la première édition. Après tous les cas d’homicides et avant une série de crimes sexuels, l’adultère est dans une situation partagée. La gravure représente en effet un mari qui surprend sa femme sur un lit avec un amant. Au premier plan, le rat signifie une activité nocturne et clandestine. La scène se déroule exactement à l’instant où le mari est susceptible d’exécuter les deux amants. Dans son chapitre, Damhoudère traite surtout de la résolution judiciaire de l’adultère, ce qui n’est pas plus représenté dans la gravure que ne le sont tous les actes procéduriers de la soixantaine de premiers chapitres de la Praxis rerum criminalium… Le juriste en arrive ensuite à ce que le corps social permet plus nettement que l’ordre judiciaire. À savoir que « Les droicts accordent & permettent [au] mary de tuer l’adultérant qu’il treuve avec sa femme […] en l’œuvre ». Le dessinateur a donné au personnage une attitude la main levée devant son visage qui doit signifier son émotion.

221La suite possible dans l’histoire qui est ici racontée, est anticipée par le geste suppliant de la femme. Ces deux moyens soulignent la tension dramatique. Tout contemporain est capable d’imaginer ce que l’épouse craint et ce que pourrait être la scène suivante. Mais ce n’est pas l’exécution qui est montrée. Le crime est en effet l’adultère de la femme. Le moment choisi est donc tout à fait volontaire. La violence potentielle du mari a un caractère tout à fait licite. L’homicide qu’il pourrait commettre l’instant d’après (voire la double exécution) n’est pas criminel car tout au contraire il est juste. La profondeur est apportée par les lignes de force horizontales du plancher, des poutres et verticales du mur et du montant de la porte. Dans cette scène le graveur a mêlé des éléments antiquisants avec les frontons de la porte et du lit, la colonne et les vases de ce dernier avec des objets plus contemporains comme la chaise et les vêtements.

Fig. 16. Le dépucelage et le viol dans le 92e chapitre « De stupre ou paillardise… »

Fig. 16. Le dépucelage et le viol dans le 92e chapitre « De stupre ou paillardise… »

222« En droict Stuprum [qualifie le fait de] despuceller les vierges & pucelles. » Damhoudère distingue le crime commis « par volonté & consentement de la vierge, pucelle ou de la vefve » et celui commis « par force » lequel « est proprement nommé Raptus qui vaut autant que ravissement ». Les 92e chapitres « De stupre ou paillardise commise avecq fille ou femme » est ainsi entremêlé avec le 95e « De ravissement » (ou rapt). Les cas relatifs au viol sont plus aisément et utilement illustrés que le cas « par consentement » qui se rapproche du chapitre « De Fornication ». Deux scènes sont échelonnées au premier et au second plan. Elles sont séparées par des marches et un pan de mur qui partagent la planche en deux parties égales. Le dessinateur a organisé la composition en fonction de cette opposition. La gravure est marquée par de forts contrastes. La violence est toute relative. Elle est suggérée par des indices comme le bras de la femme mis en avant pour retenir l’homme et par le pied à demi sorti du soulier. L’homme utilise sa force physique mais il n’a pas dégainé l’arme qu’il porte à la ceinture. Le visage de la femme est tourné vers le spectateur. Il est expressif mais on ne saisit pas exactement quelle est l’émotion. Si le fait de « forcer » la victime est essentiel dans le chapitre, il y a une ambiguïté dans les détails et dans l’attitude de la femme. La résistance n’est pas nette. La gravure peut aussi bien être lue comme une scène de viol que comme une scène de séduction et subornation de la femme qui est criminellement complice de la « paillardise ». Mais cette fois l’ambiguïté est parfaitement conforme aux difficultés examinées dans le chapitre.

Fig. 17. Le rapt et le viol dans le 95e chapitre « De ravissement »

Fig. 17. Le rapt et le viol dans le 95e chapitre « De ravissement »

223Il faut se rappeler qu’en droit et dans pratique judiciaire « rapt » est employé avant tout pour le viol, mais la catégorie est ici plus large. Pour représenter l’enlèvement, l’illustrateur a figuré dans un intérieur, au premier plan un homme en manteau, donc surgissant de l’extérieur de la maison, armé d’un couteau et tentant d’enlever une femme dans sa chambre ou de la forcer. La porte ouverte donne l’accès à une deuxième scène beaucoup moins claire où une femme les bras levés prend la fuite sous la menace d’un ou plusieurs personnages, dont l’un tient un enfant qu’il est donc en train de « ravir ». Les lignes de force du plafond, du lit et de la porte suggèrent une profondeur et permettent l’ouverture sur la deuxième pièce. Dans la scène principale, le lit à droite suggère à la fois l’intrusion dans l’intimité et le caractère sexuel de l’enlèvement, qui est encore souligné par le symbolisme du drap de l’alcôve noué. Le viol est encore suggéré par le corps féminin, les bras et les yeux levés et avec un basculement vers la droite qui correspond soit à une tentative de fuite, soit au renversement par l’homme sur le lit. Bien que la scène soit cette fois plus agitée, il est remarquable que dans cette gravure et la précédente (fig. 16) le viol soit représenté d’une manière très retenue et pudique, alors qu’à la même époque nous avons vu que les viols tirés de la mythologie (supra fig. 5) sont représentés de manière beaucoup plus explicite.

Fig. 18. L’exercice de la violence dans le 96e chapitre « De force publique »

Fig. 18. L’exercice de la violence dans le 96e chapitre « De force publique »
  • 84 Comprendre : « quand quelqu’un », « quand une personne ».

224« Force publique est […] quand aucun84 fait force, ou autre publique violence par armes à autruy ; soit en sa maison ou en la rue, ou contraindre par force à faire quelque chose […] et généralement toutes forces ou outrages qu’on faict avec armes ». Damhoudère explique encore plus loin que sa catégorie recouvre « la violence qui se faict par armes ». Le chapitre rejoint ensuite d’autres cas qui ont déjà été étudiés, selon que la contrainte débouche par exemple sur des blessures ou sur un homicide. La gravure est plus simple que ne l’est le chapitre. Dans un paysage en ruines, elle montre deux scènes où des hommes désarmés sont poussés par d’autres qui sont armés. Le premier, armé d’une épée, tient sa victime par le col. Ce dernier a la main levée en signe d’apaisement. Ses genoux fléchis montrent bien son impuissance. Au deuxième plan, un homme ouvre la porte d’une tour, où il est sur le point d’entrer, sous la contrainte d’un individu tenant une arme à feu représentée grossièrement.

Fig. 19. Le vol sans homicide dans le 102e chapitre « De simple vollerie et destroussement »

Fig. 19. Le vol sans homicide dans le 102e chapitre « De simple vollerie et destroussement »

225« […] nous traicterons icy en brief de destroussement, [mais] poinct de destroussement qui a avecq son annex homicide, dont ce, cy dessus avons beaucoup dict… » Le crime évoqué dans ce chapitre et dans la gravure est donc proche de celui traité dans le 86e chapitre « De meurdre & vollerie » (supra fig. 13) mais il est d’une moindre gravité par le seul fait que le vol est un « destroussement […] sans homicide ». Le crime est donc « prendre […] le sien par forche, ou loing de gés, en bois, buissons, rues de coste, ou aultres lieux suspectz… ». Cependant « destrousser » est en soi un crime grave qui est souvent puni de mort. La scène se déroule comme dans le 86e chapitre aussi dans une forêt dense sur un chemin. Un homme est attaqué par deux voleurs. L’un a gardé son épée au fourreau mais il menace la victime d’un poignard tout en lui arrachant une bourse. L’autre le tient par derrière. La victime a la main sur le cœur, la bouche ouverte qui semble indiquer à la fois sa surprise et son dernier soupir. Son regard se porte sur le premier agresseur. Les deux agresseurs n’ont pas d’arme aussi menaçante que la hallebarde du cas précédent. En revanche ils sont bien vêtus comme des soldats avec les culottes bouffantes et les manches crevées. Le chapitre étudie des cas plus divers mais Damhoudère et le dessinateur ont choisi la figuration d’un vol à main armée pour souligner la gravité de cette catégorie de crimes. Un troisième degré est analysé dans le 110e chapitre « De larcin ».

Fig. 20. « De blessure et mutilation »

Fig. 20. « De blessure et mutilation »

226La dernière scène de violence figurée dans la Praxis rerum criminalium… a un caractère unique. En effet le 140e chapitre qui ne fait qu’une vingtaine de lignes traite des blessures « par navreure ou batture » et « avec ou sans mutilation » en expliquant que selon la partie du corps qui a été touchée et selon le degré de « mutilation, dislocation, démembrement ou autre » il y aura amende et peine « à la discrétion du juge ». Aucune allusion n’est faite aux circonstances et Damhoudère envisage en fait une incidence d’un autre fait criminel, comme une agression ou une bagarre qui induirait une blessure. Or la gravure est sans aucun rapport. Dans un paysage champêtre contemporain, reconnaissable au fronton de l’une des maisons, des personnages vêtus à l’Antique exécutent volontairement trois scènes cruelles : un soldat coupe le nez d’une femme avec un couteau ; un autre soldat tranche d’un grand coup de sabre le bras d’un homme qui semble porter une cuirasse ; au fond, un troisième soldat brandit la tête tranchée d’un homme en toge. Il s’agit plutôt d’agressions. Damhoudère a aussi évoqué dans son chapitre des peines de mutilation infligées au nom du droit dans des temps anciens, comme la coupure du nez infligée à la femme adultère. Mais s’il s’agissait de cela, le dessinateur aurait plutôt situé la scène dans une maison ou sur un lieu d’exécution et non dans paysage champêtre. L’essentiel est l’indication de l’époque, car, en situant de tels actes dans l’antiquité, les auteurs ont sans doute voulu signifier que de telles violences, lorsqu’elles sont volontaires, ne sont plus de leur temps et renvoient à des comportements barbares. Nous avons vu que le même procédé a été utilisé pour disqualifier le recours au duel (supra fig. 7).

Conclusions

  • 85 Proche de conclure cet article, nous devons souligner qu’il est bien difficile dans le domaine des (...)

227Pour l’historien qui cherche dans la production artistique du xvie siècle un complément aux informations tirées des archives, les œuvres d’un Dürer, d’un Bruegel ou celles des frères Beham, sont de bonnes sources où l’on peut lire des faits relevant de la culture matérielle comme des mentalités. Le paradoxe est alors que les personnes représentées ne font, au pire, que se quereller quand elles sont prises de boisson à l’occasion d’une kermesse. Mais jamais le citoyen d’une ville, ni le paysan, ne sont figurés par Dürer ou par un autre comme des criminels ou des victimes85. C’est donc que toute une partie de la vie sociale n’a pas le droit d’être peinte, dessinée ou gravée… Sinon, précisément, dans les gravures de la Praxis rerum criminalium… de Josse de Damhoudère.

228Déjà remarquable comme traité juridique, la Praxis rerum criminalium… a été rendue unique par ses auteurs en étant systématiquement « ornée de quelques figures convenables à la matière » alors que les autres traités juridiques ont en commun l’austérité de leur composition. La simple représentation de juges au travail et de plusieurs temps de la procédure aurait déjà été originale. Mais la figuration de crimes réels perpétrés par des contemporains ordinaires est tout à fait singulière. En effet, dans les arts figuratifs que l’on dit aujourd’hui « de genre » il y a des personnages figurés au travail et à la fête, des paysans qui dansent et boivent, des scènes de marché et des tableaux domestiques. Mais on ne rencontre dans ces œuvres ni meurtriers, ni voleurs, ni violeurs. Dans l’art inspiré de l’Antique, un Tarquinius viole cent fois une Lucretia. Il la viole en peinture comme en gravure, en couleur comme en noir et blanc et sur bois comme sur la toile. Mais nulle femme contemporaine n’est figurée subissant le même outrage.

229Cependant, la singularité de Damhoudère et des artistes qui ont collaboré à la Praxis n’a pas été poussée aussi loin qu’ils auraient pu l’oser. Souvent, en effet, ils ont été audacieux, et parfois ils ont été timides et imitateurs. Nous avons vu par exemple que le péché « contre nature » renvoie à l’histoire de Sodome et Gomorrhe sans rien qui figure le crime, que la Praxis dit donc avec des mots mais qu’elle ne veut pas mettre en image. Alors qu’il n’y a pas de vrai coup d’épée ou de poignard qui ne fasse couler le sang, dans la gravure « De blessure et mutilation » le dessinateur de la Praxis… a seulement osé en mettre dans les deux scènes les plus éloignées du plan principal. Du sang jaillit en effet du bras coupé (au 2e plan) et du corps décapité (au 3e plan). C’est un détail original, mais que l’artiste n’a osé mettre dans son œuvre que discrètement et pas au premier plan, où le geste a été saisi avant que le sang ne coule (fig. 20). Aucune gravure n’est licencieuse, ne serait-ce qu’un peu, malgré des sujets qui vont des perversions sexuelles (chapitre 96) jusqu’au viol, en passant par la fornication. L’austérité nécessaire du traité juridique a pesé sur les libertés que les artistes auraient pu prendre dans la représentation de la violence et de la paillardise. Le crime a partout été théâtralisé. Le dessinateur a préféré jouer sur les détails signifiants plutôt que sur l’émotion. On ne trouve donc pas dans la Praxis… de figurations du crime qui soient aussi réalistes que les figurations de la vie quotidienne ou de la fête, dans les gravures d’un Bruegel ou d’un Sebald Beham. Dans l’art du xvie siècle, un rustre peut donc vomir ses tripes dans un coin d’une scène de kermesse. Mais, même dans les pages de la Praxis… on ne le verra pas étriper un autre homme.

  • 86 Les artistes contemporains de la Praxis… ont d’ailleurs vite eu des occasions de représenter des ac (...)
  • 87 On ne manque pas de dessins et gravures de soldats, exécutés notamment par Daniel Hopfer (1470-1536 (...)
  • 88 Nous remercions pour leur relecture et leurs suggestions Martial Guédron, Professeur d’Histoire de (...)

230Pour montrer au public des meurtres et des viols, il faut basculer dans la figuration des faits de guerre86. Mais on est alors dans un registre assez proche de celui des Malheurs de la guerre… de Jacques Callot (vers 1630) et bien différent de celui de la Praxis rerum criminalium… Cependant les exactions de guerre recoupent un aspect des gravures de la Praxis…, à savoir l’insistance sur la soldatesque. Dans l’illustration du chapitre « De invasion et assaut » (fig. 10) la victime est en tenue de ville lorsqu’elle est assaillie par un soldat aux pièces de vêtement caractéristiques87. Dans la réalité, l’identité du criminel pourrait être ambiguë car les soldats des xvie et xviie siècles n’ont pas encore les uniformes distinctifs du xviiie siècle. Rien ne ressemble plus alors à un soldat qu’un civil ou un bandit en armes. Mais les arts figurés travaillant avec des codes, les artistes habillent les soldats comme doivent l’être des soldats et non comme ils l’étaient. De plus, une différence pourrait tenir à l’armement. Les armes plus courtes seraient pour les civils, qu’il s’agisse du grand couteau-outil des paysans ou de l’épée portée par les nobles et les voyageurs. Les armes longues, comme la grande épée et la hallebarde, signaleraient donc exprès qu’il s’agit de militaires. Au total, les soldats, réguliers, désœuvrés (notamment l’hiver) ou licenciés (sitôt que la guerre est suspendue), les déserteurs et les anciens soldats, forcément non désarmés, sont donc partout désignés dans les illustrations de la Praxis rerum criminalium… comme étant les grands responsables de la violence et des crimes les plus graves (notamment les homicides et le vol). Mais en représentant surtout de tels criminels, Damhoudère et le dessinateur ont-ils agi par conformisme, en montrant plus d’exactions militaires que de violences civiles, ou ont-ils voulu illustrer une constatation judiciaire et donner une explication au plus grand nombre des actes de violence de leur époque88 ?

Notes

1 La gravure est une mise au goût du jour du portrait des éditions du xvie siècle. Une figure sans doute plus fidèle de Damhoudère est visible à Bruges dans l’église transformée en Bruggemuseum où le triptyque de L’Adoration des bergers peint par Pieter Pourbus en 1574 comprend sur les volets les portraits des donateurs, Damhoudère et Louise de Chantraines, avec leurs enfants. Joost de Damhoudère, Jost, Josse, ou encore Jodocus. Né à Bruges en 1507 et décédé à Anvers en 1581. On sait relativement peu de chose de lui, cf. Thonissen, J.-J., « Josse de Damhouder », dans Biographie nationale, vol. 5, Brussel, 1875, p. 59-70 ; Gilliodts van Severen, L., « Notes et documents pour servir à la biographie de Josse de Damhouder 1507-1581 », Annales de la Société d’Émulation pour l’étude de l’histoire et des antiquités de la Flandre no 45, 1896, p. 147-209 ; Strubbe, E., « Joos de Damhouder als criminalist », dans Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis no 38, 1970, p. 1-65 ; Von Rompaey, J., « Damhouder, Joos de, rechtsgeleerde », dans Nationaal biografisch woordenboek, vol. 5, 1972, p. 273-284 ; Feenstra, Robert, « Damhouder », dans Juristen. Ein biographisches Lexikon. Von der Antike bis zum 20. Jahrhundert, München, C. H. Beck, 1995, p. 152-153 ; Dekkers, R., « Damhouder (de Damhoudère), Joost (Josse, Jodocus, Judocus), 1507-1581 », dans Bibliotheca Belgica Juridica. Een bio-bibliographisch overzicht der rechtsgeleerdheid in de Nederlanden van de vroegste tijden af tot 1800, Brüssel, Paleis der Academiën, 1997, p. 44-45 ; Opsommer, Rik, et Monballyu, Jos, « Damhouder, Joos de, Lexikon zur Geschichte der Hexenverfolgung (éd. Gudrun Gersmann, Katrin Moeller et Jürgen-Michael Schmidt) », notice publiée sur le site historicum.net.

2 Praxis criminis persequendi Parisiis. Apud Simonem Colinaeum, Arnoldum et Carolum… par Jean de Mille de Souvigny édité par Les Angeliers, ad primam & secundam columnas positas iuxta sacellum Praesidum, 1541. Magistrat français et humaniste, Jean de Mille (fin xve siècle-1563) part d’un assassinat nocturne commis à Paris avec préméditation pour décrire par le texte et des planches gravées les étapes du procès inquisitoire. Sur le caractère classique des images, disons qu’il n’y a pas de différence, par exemple, avec la gravure « Justicia » par Pieter Bruegel l’Ancien en 1559, sinon que la Praxis criminis montre en dix planches et scènes ce que Bruegel a rassemblé dans une seule gravure et plusieurs scènes. Voir Lebigre, Arlette, Pratique criminelle par Jean de Mille Bourbonnoys, seigneur de Souvigny…, Moulins, les Marmousets, 1983, 134 p., et Porret, Michel, « Mise en images de la procédure inquisitoire », Sociétés & Représentations, 2004/2 no 18, p. 37-62.

3 Le thiois désigne ici le platt, platdutch ou platdütsch qui est un dialecte germanique différent du Hochdeutsch ou haut-allemand, comme du Plattdeutsch ou bas-allemand. Il s’agit donc de la langue des Flamands. L’édition en « thiois » porte le titre Practycke in criminlle saken ghemaeck…

4 Praxis rerum criminalium, praetoribus, propraetoribus, consulibus, proconsulibus, magistratibus reliquisque id genus justitiariis ac officiariis… apprime utilis et necessaria Auctore Jodoco Damhouderio… Dès 1558 une édition latine est réalisée en France, à Lyon chez S. de Honoratis. Une édition latine remaniée a été réalisée à Francfort en 1587 avec des augmentations empruntées à divers auteurs vivants ou morts comme Jacopo Belvisio, Odofredus Bononiensis, Andrea Buonicontro et Marsili Ippolito. Comme toujours à cette époque, les éditions sont difficiles à connaître de manière exhaustive.

5 Le mot « Enchiridion » signifie « manuel, petit livre portatif », cf. le Littré… édition de 1876. De fait, le livre n’a jamais été excessivement allongé ni édité en plusieurs volumes.

6 Practique et enchiridion des causes criminelles… illustrée par plusieurs élégantes figures, rédigée en escript par Iosse de Damhoudère docteur es droictz, Conseillier & commis des domaines & Finances de l’Empereur Charles le V fort utile & nécessaire à tous Souverains, Baillisz, Escoutestes, Mayeurs & aultres Justiciers & Officiers… imprimé à Louvain chez Estienne Wauters et Jehan Bathen en 1554.

7 Le livre a aussi été imprimé à Anvers chez Bellère en 1562, sur 23-467-53 p. et en même temps chez Jean de Laet, cf. Delen, Adrien Jean-Joseph, Histoire de la gravure dans les anciens Pays-Bas et dans les provinces belges des origines jusqu’à la fin du xviiie siècle. Deuxième partie, le xvie siècle, les graveurs-illustrateurs, Anvers, impression Flor Burton, 1934, 197 p. (p. 120).

8 Le refuge et garand des pupilles, orphelins, et prodigues : traité fort utille et nécessaire à tous légistes, practiciens, justiciers & officiers, aorné de figures convenables à la matière… édité à Anvers chez Jean Bellère en 1567, 15-133-19 p.

9 Praxis rerum civilium, prætoribus, proprætoribus, consulibus, proconsulibus, magistratibus, reliquisq´ ue id genus Iustitiarijs, ac Officiarijs, in quacunque Republica Forensem administrationem assumentibus : apprimè vtilis & necessaria, cum nonullis Iconibus, materiæ subiectæ conuenientibus… édité à Anvers chez Bellère, 26-472-16 p.

10 Practique iudiciaire es causes civiles tres utille et nécessaire a tous baillifs, prevosts, chastelains, seneschaux, escouettes, maires, drossarts, legistes, practiciens, & a tous autres iusticiers, & officiers, aornée de quelques figures convenables a la matière. Composée en latin par messire Iosse de Damhoudère…, chez Jean Bellère à Anvers, 1572, 44-331-27 p. Des fac-similés des éditions de 1601 des deux principaux livres ont été publiés en 1978 à Anvers chez Scientia Verlag Aalen.

11 Section non paginée à la fin de l’ouvrage : « L’autheur au bienveillant & débonnaire lecteur ».

12 Il y a une difficulté concernant cet auteur car son Tractatus de Lamiis et Excellentis juris utriusque écrit vers 1520 n’a pas d’édition imprimée connue avant 1584. En revanche certaines idées de Ponzinibio peuvent être rapprochées de celles de Damhoudère, car le juriste italien était « choqué de la manière arbitraire dont les procès d’hérésie étaient menés au mépris de toute règle juridique […] Ponzinibio croyait autant que ses contemporains à la sorcellerie […] il ne faudrait donc pas le prendre pour un esprit fort avant la lettre : c’est le Droit romain qui lui tient lieu de rationalisme » cf. Max, Frédéric, « Les premières controverses sur la réalité du sabbat dans l’Italie du xvie siècle », p. 55-61 dans Le sabbat des sorciers en Europe : xve-xviiie siècles, colloque international de l’ENS Fontenay-Saint-Clous, 4-7 novembre 1992, textes réunis par Nicole Jacques-Chaquin et Maxime Préaud, Grenoble, Million, 1993, 442 p.

13 Practique judiciaire des causes criminelles… Illustrée et enrichie des Ordonnances, status et coustumes de France…, chez Pierre Rigaud à Lyon, 1606, 8-269-18 p.

14 Cf. le « Commentaire scientifique » de Véronique Demars, professeur de l’Université de Lille 2, sur le site « Polib, Bibliothèque numérique des universités de Lille 1, 2 et 3 », où se trouve une édition numérique de l’œuvre : « […] ouvrage fondamental qui fournit un exposé systématique de la procédure civile telle qu’elle était pratiquée au début du xvie siècle au conseil de Flandre et au Grand conseil de Malines (ce livre) constitue un véritable guide pratique précieux sinon indispensable pour celui qui cherche à comprendre la procédure applicable devant les tribunaux des anciens Pays-Bas. En réalité, Damhoudère s’est contenté de publier sous son nom une traduction de la Practijke civile de Philippe Wielant (Gand 1441-Malines 1520). Une première version, en latin, est parue en 1567 sous le titre Praxis rerum civilium, puis Damhoudère a réalisé une version française qu’il a intitulée Practique judiciaire es causes civiles et qu’il a publiée à Anvers en 1572, en la présentant également comme son œuvre personnelle, sans aucune référence au travail, ni au nom, de Wielant. Certes, Josse de Damhoudère n’est qu’un plagiaire mais sa traduction a assuré la notoriété de l’œuvre de Wielant qui a bénéficié grâce à lui d’une très large diffusion et a exercé une profonde influence jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. »

15 Comprendre : la torture.

16 Section adressée « Au mesme » poursuivant la section « L’autheur au bienveillant […] lecteur », op. cit.

17 Martin Funck précise dans son index chronologique des principaux livres à gravures publiés en Belgique de 1500 à 1555 que la version française du traité de Josse de Damhoudère est illustrée de 56 figures sur bois, cf. Funck, Martin, Le livre belge à gravures, guide de l’amateur de livres illustrés imprimés en Belgique en avant le xviiie siècle, Bruxelles, G. Van Oest, 1925, XIII-428 p. (p. 125).

18 L’exemplaire accessible à Strasbourg est détenu par le SCD de l’université dans la section de l’ancienne ULP (Université Louis Pasteur Strasbourg 1). Il a été numérisé en mode « image » en couleurs en 2008.

19 Livre numérisé en noir et blanc sur http://gallica.bnf.fr/mais cette édition numérique qui est en basse résolution et mal éclairée ne vaut rien pour les figures.

20 Delen, Adrien Jean-Joseph, Histoire de la gravure…, op. cit., p. 120.

21 Une version singulière du traité a été proposée en salle des ventes en 2003. Elle est présentée dans le catalogue comme provenant de Louis de Damhoudère, fils unique de l’auteur et membre du Conseil de Flandre (cf. une mention manuscrite) Il s’agirait du seul exemplaire illustré de cuivres, sans signature ni monogramme, collés dans les « réserves » ou espaces destinés à recevoir les gravures sur bois propres aux éditions ordinaires. Le catalogue signale que « la plupart des 69 sujets sont en inversion par rapport aux bois » et que les cuivres « comportent souvent de nouveaux éléments. » cf. http://www.icollector.com. Nous ne savons pas où se trouve aujourd’hui cet exemplaire, ni si les gravures sont toutes différentes ou s’il s’agit des gravures judiciaires générales qui ont été refaites pour la Praxis rerum civilium…

22 Cf. par exemple Wirth, Jean, et alii, Les marges à drôleries des manuscrits gothiques, 1250-1350, Genève, Droz, 2008, 413 p. et Camille, Michael, Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval, Paris, Gallimard, 1997, 247 p. (édition anglaise : 1992).

23 Urs Graf (1485-après 1529) a été un dessinateur et graveur différent des autres par sa vie, ses déboires avec la justice, son caractère violent, ses penchants pour la débauche et son double métier d’artiste et de mercenaire. La majeure partie de son œuvre est classique (scènes religieuses et mythologiques) mais certains dessins montrent des scènes réalistes, très crues, inspirées notamment par son expérience militaire. On peut penser aussi aux exécutions judiciaires ou à la scène macabre « La femme et le pendu ». Voir notamment : Wirth, Jean, La jeune fille et la mort. Recherches sur les thèmes macabres dans l’art germanique de la Renaissance, Genève, Droz, 1979, 194-LXIV p. (p. 130 sqq.). Cependant, si Urs Graf est proche de la Praxis rerum criminalium… par le réalisme de ses dessins, il ne l’est pas par ses sujets.

24 Gravure isolée. On connaît environ 300 gravures de Dürer (1471-1528).

25 Gravure tirée d’une édition historiée de la Bible imprimée par Christian Egenolph à Francfort en 1535.

26 Heinrich Aldegrever est un peintre et graveur allemand (1502-1555/1561).

27 Peintre, dessinateur et graveur hollandais né à Hoorn ou Edam (1533), dont la première gravure authentifiée a été faite à Anvers en 1553. Immigré en Italie (1564) il est connu aussi sous le nom de Cornelio Fiammingo.

28 Léon Davent ou Daris : maniériste français inconnu dont les œuvres sont datées de 1540 à 1556.

29 Hendrik Goltz ou Goltzius (1558-1617) peintre, dessinateur et graveur néerlandais.

30 Les Holbein se sont installés à Bâle en 1515 où père et fils ont travaillé ensemble. En 1526, Holbein le Jeune part pour Londres où il devient dans les années 1530 le peintre officiel de la cour d’Angleterre. C’est à Bâle entre 1522 et 1526 qu’il a réalisé les gravures de la « Danse macabre ». Nous avons discuté sur une gravure de 1522 issue de l’atelier Steiner à Augsbourg, répertoriée au British Museum sous le titre « Losing money », laquelle semble vouloir montrer divers moyens de se faire prendre de l’argent, mais pas une attaque de voleurs. Hans Weiditz (1495-1537) a dessiné en 1531 une scène montrant une bande (de soldats ou de bandits ?) qui se partage un butin dans une forêt, tandis que les victimes sont à terre ou attachées à des arbres.

31 Variante de « estorse », entorse, foulure. Signifie aussi « torsion ».

32 Ce n’est pas indifférent, lorsque le couvre-chef donne ou non un caractère militaire au bandit.

33 Tableau conservé dans la collection de l’université de Stockholm et reproduit dans Sellink, Manfred, Bruegel l’œuvre complet, peintures dessins, gravures, Gand, Ludion, 2007, 304 p. Dans ce tableau, les paysans ont une attitude suppliante et effrayée. Trois agresseurs sont figurés comme des soldats dépenaillés mais dont les pièces de vêtement sont bien reconnaissables. Ils sont armés, brutaux, figurés plus grotesques que redoutables, mais le péril de vol, de viol et de mort, est bien présent dans l’image. La désignation des bandits agresseurs comme étant des soldats débauchés a une signification forte cf. la conclusion du présent article.

34 On utilise souvent le bois d’arbres fruitiers pour leur homogénéité. La planche est découpée dans le sens de l’arbre d’où le nom de bois de fil. Tout d’abord, l’artiste reproduit son dessin sur une feuille de papier mince qu’il appose à la planche de bois raboté. Ensuite, à l’aide de gouges ou de canif il détoure ou épargne le dessin en creusant ce qui sera le blanc de la figure. Il passe alors un rouleau encré sur la planche. L’encre recouvre uniquement les traits du dessin. Enfin, avec une presse il imprime la planche sur une feuille de papier. Cf. Adhemar, Jean (dir.), La gravure…, Paris, PUF, 1972, 128 p. (p. 14-15 et p. 22).

35 Rumpel, Heinrich, La gravure sur bois, Genève, Les éditions de Bonvent, 1972, 127 p. (p. 7).

36 Ibid. p. 54.

37 Nous avons été spécialement guidés dans notre lecture par : Dupeux, Cécile, Lévy, Jacqueline, et Muller, Frank, et alii, La gravure d’illustration en Alsace au xvie siècle. Volume III. Jean Grüninger 1507-1512, Strasbourg, Presses Universitaires, 2009, 377 p.

38 Poursuivant nos travaux avec les étudiants en master de Strasbourg, nous avons exploré le bailliage de Nancy aux xvie et xviie siècles, après avoir étudié les bailliages de Vosges et d’Allemagne. Le crime de faux-monnayage y est assez fréquent et il n’existe qu’autour de la ville capitale, où sont établis les ateliers du Duc.

39 Miri Rubin précise que dans ces types de figuration religieuse le sang est associé à la douleur et à la violence, mais qu’il renvoie aussi au sacrifice. Le sang du Christ, notamment, symbolise le Salut et l’Eucharistie cf. Rubin, Miri, « Blut, Opfer und Erlösung in der christlichen Ikonographie », p. 88-99 dans Blut : Kunst, Macht, Politik, Pathologie… sous la direction de James M. Bradburne, Munich, Prestel Verlag, 2001, 272 p. (p. 92). James Clifton indique que, si ce motif allégorique disparaît progressivement dans la peinture à la fin du xvie et au xviie siècle, il reste présent dans la gravure, cf. « Ein Brunnen von Blut » dans Blut, Kunst, Macht…, ibid. p. 65-86 (p. 74). Le sang qui jaillit de la gorge d’Holopherne tranchée par Judith est une remarquable exception peinte par Caravage en 1598 puis par Artemisia Gentileschi en 1611 (1re version) et 1620 (2e version). Mais il y a des figurations beaucoup plus nombreuses de Judith tenant la tête sèche du général assyrien égorgé et décapité par elle. Par exemple : Giampetrino vers 1510-1525 (auteur également d’un suicide de Cléopâtre), Jacopo Negretti vers 1528-1530, Lucas Cranach en 1530, Hans Cranach en 1537, Jan Metsys vers 1545-1550, etc. Noter aussi que dans la Praxis rerum criminalium… le sang est présent dans la gravure du chapitre « De blessure et mutilation » mais seulement aux deuxième et troisième plans et non dans la première scène (infra fig. 20).

40 C’est au contraire un sujet que les sculpteurs et dessinateurs du Moyen âge n’ont pas hésité à figurer explicitement, dans les temps où ils ont joui d’une licence suffisante.

41 Une difficulté est évidemment de savoir si les « peinctres et graveurs » de Damhoudère ont pu connaître toutes les œuvres de leur temps ; œuvres que l’on trouve vite aujourd’hui dans les recueils et les bases de données, mais qui étaient dispersées au xvie siècle. Par exemple, la bataille dans la Praxis ressemble à la partie centrale de La bataille de Dornach dont le sujet est le dernier affrontement militaire entre les troupes de l’Empereur Maximilien (et de la Ligue de Souabe) et celles de la Confédération suisse durant les Guerres de Souabe (en 1499). Cette gravure a été réalisée en 1500 à Bâle et elle est considérée aujourd’hui comme le modèle du genre. Mais ce n’est parce que nous sommes capable de la mettre en relation avec la gravure de la Praxis que nous pouvons être sûr que le dessinateur qui a travaillé avec Damhoudère la connaissait.

42 Notons cependant que dans la Praxis rerum civilium… Damhoudère et l’éditeur ont fait le contraire puisqu’il y a davantage de gravures sur la justice en général qu’il n’y en a sur les délits. Mais ce n’est pas contradictoire avec la motivation dramatique dont nous faisons l’hypothèse pour la Praxis rerum criminalium… puisque les simples délits sont des sujets moins intéressants à dessiner que les crimes.

43 Rappelons qu’il s’agit de l’édition conservée par l’Université de Strasbourg et numérisée en 2008.

44 Noter que cette gravure a été reprise dans la Practique civile…

45 Rappelons que cette partition n’est pas explicite dans la Praxis rerum criminalium…

46 Ici commence le relevé dans l’édition française. Les chapitres sont en numération romaine et les pages sont numérotées par feuillets comme s’il s’agissait d’un manuscrit, sans même préciser si c’est un feuillet verso.

47 L’œuvre originale est en latin mais les titres sont des traductions françaises très proches, comme on le verra par quelques exemples. La traduction est même tellement mot à mot qu’elle n’est pas toujours dans une bonne langue françoise.

48 La première figure est décorative et honorifique.

49 Dans cette édition la pagination est normale pour un livre.

50 Le mot cepier, cheupier ou chippier est bien attesté dans le Dictionnaire… de Godefroy, mais il a un caractère archaïque pour l’époque moderne.

51 Noter que cette gravure a été refaite pour la Practique civile… Les scènes sont identiques mais le dessin et la gravure sont d’une qualité supérieures.

52 Cette gravure a aussi été refaite en mieux pour la Practique civile…

53 Il s’agit de se faire représenter quand on ne peut être présent ou quand on n’en a pas le droit.

54 « Le pied lié ». Comprendre : forcé de comparaître en justice.

55 Sic. Terme juridique signifiant tout simplement la négation cf. la suite du titre du chapitre.

56 Concerne les cas d’exemption de la torture.

57 Le titre de la table est inversé dans le livre : « De crime contre la Majesté humaine & temporelle ».

58 Prison, lieu de réclusion.

59 Comprendre surtout la complicité dans un homicide.

60 Exhumation d’un corps.

61 L’aspect criminel est ici de faire la guerre sans autorisation du prince.

62 Titre latin : De latrocinijs. Le mot peut être traduit par brigand, voleur, bandit. Mais l’important est ici que le voleur commet un homicide, ce qui n’est pas le cas dans le chapitre 102 « De simple vollerie et destroussement ».

63 Le personnage de Lucrèce, que nous avons précédemment évoqué à propos du viol, est représenté encore plus souvent lorsqu’elle se suicide que lors de son viol par Taquin. Or le suicide héroïsé de Lucrèce n’a pas non plus d’équivalent réaliste dans la peinture des xvie et xviie siècles. L’« occision de soy mesme » (selon le titre du chapitre de Damhoudère) est honnie par l’Église et poursuivie par la justice qui n’hésite pas à punir les cadavres. C’est d’ailleurs ce qui permet aux historiens de savoir qu’il arrivait que des gens ses suicident à l’époque moderne.

64 Le titre latin donnerait plutôt « L’adultère toléré » voire la complicité d’adultère. Le texte français parle de « maquerellage ». Il s’agit en fait de prostituer son épouse.

65 « Despuceler les vierges & pucelles […] est nommé en droict Stuprum ».

66 Il s’agit là de contraindre quelqu’un à faire quelque chose en exerçant sur lui une force armée, ce qui est différent du cas traité au chapitre 100 « De force privée » où la contrainte est exercée par d’autres moyens.

67 Cas de « force publique » exercée par une « nation » contre une autre.

68 Comprendre ici les impositions « malicieuses » et « injustes ».

69 Contrainte sans recourir à une arme, comme peut le faire avec excès un créancier contre son débiteur, ou toute autre situation où un particulier est forcé à faire ou supporter une chose qu’il ne voulait pas, mais sans « injure réelle » et menace armée, ce qui relèverait d’une autre catégorie.

70 Par négligence et accident.

71 À comprendre ici comme une variante aggravée de la catégorie « larcin », donc le vol dans une église.

72 Il ne s’agit pas de manipuler les papiers d’une succession mais à proprement parler de voler de l’argent ou des biens dans la maison d’un mort.

73 Noter que ce crime peut paraître extraordinaire si l’on pense au royaume de France, où cependant la vente des offices de judicature a été admise plus tard que celle des offices financiers et fiscaux. La France a aussi justifié ce régime au moyen d’un artifice, l’argent étant considéré comme un prêt fait au roi et les gages comme les intérêts de l’emprunt.

74 Le mot désigne les privilèges marchands et « se dit aussi de toutes les conventions iniques que des Marchands font dans le commerce pour leur utilité particulière […] pour les vendre beaucoup plus cher qu’à l’ordinaire… » cf. le Dictionnaire de l’Académie… éd. 1694.

75 Il n’est pas question dans le chapitre de recel d’objets.

76 Cette gravure n’a presque rien à voir avec le contenu du très court chapitre.

77 Il s’agit pour un mari de punir sa femme, pour un père ses enfants, etc. On est donc dans le cas de gestes qui seraient injurieux si le rapport entre ces personnes n’en faisait, tout au contraire, des actes licites.

78 Action par laquelle les délits sont « éteints » et « mis au néant », par exemple par le fait du prince.

79 Ou « rappel » d’une condamnation par le prince qui pardonne le condamné et le remet dans ses droits. Ce chapitre comprend un modèle d’acte « La forme de la doléance du bourgmaistre de la commenauté, faicte par la relation dudict greffier ».

80 Titre court en tête de chapitre : « Le simulachre de justice mondaine ». Il s’agit d’une espèce de conclusion philosophique sur la justice des hommes (ou « du monde »). Le titre latin est simplement De Justitia. Noter que cette gravure a été reprise dans la Praxis rerum civilium…

81 Nos reproductions sont centrées sur la partie utile de chaque figure sans retenir les surcharges décoratives présentes seulement dans certaines éditions.

82 Virgil Solis est un illustrateur et graveur de Nuremberg. (1514-1562). La gravure que nous évoquons a été diffusée à part du livre, mais elle fait partie des 183 bois de La Métamorphose d’Ovide publiée en 1563 à Frankfort chez Corvin, Feyrabent et Galli. La gravure a été refaite par Bernard Salomon dans La Métamorphose figurée… éditée à Lyon en 1557 avec 178 gravures.

83 Comprendre : « et sans se contenter du vol, tuer en plus sa victime ».

84 Comprendre : « quand quelqu’un », « quand une personne ».

85 Proche de conclure cet article, nous devons souligner qu’il est bien difficile dans le domaine des arts d’affirmer qu’il n’y a pas en quelque collection ou recueil une œuvre qui puisse contredire le résultat auquel on pense être arrivé. Ainsi, le professeur Frank Muller a attiré notre attention sur la figuration d’un paysan victime dans l’œuvre dessinée de Dürer. Elle se trouve dans un traité théorique de sa main intitulé Underweysung der Messung (ou Instruction sur l’art de mesurer), paru à Nuremberg en 1525. Le personnage constitue le dernier étage d’un projet de stèle à la mémoire des paysans massacrés à la fin de la Guerre des paysans de 1525. Le paysan a une épée plantée dans le dos, mais il est assis et moins souffrant que songeur (certains chercheurs lui donnent d’ailleurs le titre de « Mélancolie paysanne »). On conviendra cependant que ce paysan assassiné est bien loin des sujets illustrés dans la Praxis rerum criminalium…

86 Les artistes contemporains de la Praxis… ont d’ailleurs vite eu des occasions de représenter des actes violents, dans un contexte de guerre civile et de propagande. Pensons aux Histoires diverses qui sont mémorables touchant les guerres, massacres, et troubles advenus en France en ces dernières années. Le tout recueilly selon le témoignage de ceux qui ont esté en personne, & qui les ont veues, lesquels sont pourtraits à la vérité ; autrement dit aux gravures de Jacques Tortorel et Jean-Jacques Perrissin éditées vers 1570. Pensons au Théâtre des Cruautez des Hérétiques de nostre Temps… édité à Anvers, chez Hubert, en 1587, qui relate par le texte, mais qui montre aussi, les exactions et supplices infligés aux catholiques français par les calvinistes. Réédité plusieurs fois, l’ouvrage saura plaire à son public en augmentant le nombre des gravures.

87 On ne manque pas de dessins et gravures de soldats, exécutés notamment par Daniel Hopfer (1470-1536), Erhard Schön (1491-1542), Hans Sebald Beham (1500-1550) ou Niklas Stoer (1500-1562/63).

88 Nous remercions pour leur relecture et leurs suggestions Martial Guédron, Professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Strasbourg, et Frank Muller, Professeur émérite d’Histoire moderne, également à l’UdS.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 1. Une page exemplaire de la Praxis rerum criminalium… dans l’édition de 1562
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 2. Deux versions pour une même gravure de la Praxis rerum criminalium…
Légende Édition latine de Louvain en 1554.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Édition latine d’Anvers en 1562.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 3. Une gravure de la Praxis rerum criminalium… refaite pour le traité civil
Légende Édition latine d’Anvers en 1562.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Édition latine d’Anvers en 1572.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 4. Figuration d’un homicide biblique : la mort d’Abel
Légende Albrecht Dürer en 151124
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Hans Sebald Beham en 153525
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 5. Figuration d’un viol mythologique : Lucrèce violée par Tarquin
Légende Heindrich Aldegrever en 1539 (détail)26
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Cornelis Cort en 1571 (détail)27
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Davent vers 1540 (détail)28
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Hendrik Goltzius vers 1578 (détail)29
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 6. Les multiples déclinaisons du voleur gravé initialement par Holbein
Légende Les Simulachres & Historiées faces de la Mort autant élégamtment pourtraictes que artificiellement imaginées par Hans Holbein le Jeune en 1547
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Birckmann en 1555
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Scharfenberg en 1576
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Kieser en 1617
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Valvassor en 1682
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Mechel en 1780
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende John Bewick en 1789
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 7. Le duel dans le 42e chapitre « De justification vulgaire… »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 8. L’homicide dans le 57e chapitre.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 9. La complicité d’homicide dans le 72e chapitre « D’occire par signes »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 10. L’agression dans le 77e chapitre « D’invasion et assaut »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 11. Quatrième figuration directe de l’homicide dans le 83e chapitre « D’assasines ou homicides louez »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 12. Les homicides commis par des irresponsables
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 13. Vol à main armée et sixième figuration de l’homicide dans le 86e chapitre « De meurdre & vollerie »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 14. Septième figuration de l’homicide dans le 87e chapitre « De parricide »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 15. Une évocation de l’homicide licite dans le 89e chapitre « adultère »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 16. Le dépucelage et le viol dans le 92e chapitre « De stupre ou paillardise… »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 17. Le rapt et le viol dans le 95e chapitre « De ravissement »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 18. L’exercice de la violence dans le 96e chapitre « De force publique »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 20. « De blessure et mutilation »
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8745/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

Auteurs

Professeur des universités, directeur de l’institut d’Histoire moderne de l’Université de Strasbourg et membre de l’EA 3400 Art Civilisation et Histoire de l’Europe (ARCHE).

Étudiante en licence Histoire de l’Art puis en master Histoire et civilisation de l’Europe (2009-2011).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540