Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Deuxième partie. Affreux, sales et méchants ? Réflexions croisées sur la violence du xvie au xviiie siècle

Affreux, sales et méchants ?

Réflexions croisées sur la violence du xvie au xviiie siècle

Texte intégral

  • 1 Synopsis. Dans un bidonville à Rome au début des années 1970, le film montre une famille du quart-m (...)

1Brutti, sporchi e cattivi (titre original) Affreux, sales et méchants ou encore Ugly, Dirty and Bad est un film italien réalisé par Ettore Scola (1976)1. Il est donc contemporain de travaux importants comme Surveiller et punir de Michel Foucault (1975), Culture populaire et culture des élites de Robert Muchembled (1978) ou Justice et répression et Les Criminels de Languedoc de Nicole Castan (1980), ainsi que de la réception en France de La civilisation des mœurs (1973) et La Société de cour (1974) de Norbert Elias. Illustration originale inspirée d’une œuvre de David Vinckboons (1576-1633) et d’un acte pour « insolences et voyes de faict ».

Notes de fin

1 Synopsis. Dans un bidonville à Rome au début des années 1970, le film montre une famille du quart-monde, composée d’une vingtaine de personnes (parents, enfants, conjoints…) vivant de larcins et de prostitution, sous l’autorité du patriarche Giacinto Mazzatella (Nino Manfredi), brutal, avare, mais riche d’un magot caché d’un million de lires, qu’il a touché comme indemnité pour avoir perdu l’usage d’un œil. Trompée par lui avec une prostituée, sa femme attise la rébellion et organise avec toute la famille l’assassinat du mari et père indigne.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540