Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brutes ou braves gens ?

 | 
Antoine Follain

Première partie. La mesure de la violence (xve-xixe siècle)

Statistique et histoire de la criminalité : l’exemple de la violence dans la France du xixe siècle

Jean-Claude Farcy

Texte intégral

  • 1 Les contemporanéistes s’inscrivent dans un mouvement général comme en témoigne la parution récente (...)
  • 2 Les dernières publications de Frédéric Chauvaud, le spécialiste reconnu en la matière, sont des plu (...)

1À faire le survol de l’histoire du crime réalisée par les historiens de contemporaine depuis les dernières décennies du xxe siècle, il y a d’emblée une évidence qui s’impose avec force : les comportements violents exercent une véritable fascination1. La très grande majorité des études en matière de criminalité porte sur des phénomènes de violence et souvent de la violence la plus grave2. Or ces travaux, concernant le plus souvent le xixe siècle, mobilisent très peu les données statistiques, pourtant abondantes dans les sources utilisées. Qui plus est, ils récusent l’usage du chiffre, contestant la pertinence d’une histoire sérielle du crime, notamment pour mesurer et interpréter le déclin postulé de la violence au cours des périodes étudiées. On voudrait ici s’interroger sur ce refus du chiffre, alors que celui-ci semblait donner une garantie de scientificité, tant aux études criminologiques développées au xixe siècle qu’aux premières études historiques proposées dans les années 1970. La statistique criminelle, publiée ou élaborée à partir des archives des tribunaux, doit sans doute, comme toute source, faire l’objet d’une critique rigoureuse. Mais le refus de la prendre en compte éclaire aussi sur les grilles d’analyse de la violence et certaines de leurs apories que la génération récente d’historiens a su dépasser en proposant une histoire sociale de la criminalité qui réintègre à bon escient l’usage d’une statistique maîtrisée, parce que construite au service de l’objet étudié.

Compte général de l’Administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1825 présenté au Roi par le Garde des Sceaux…, Paris, Imprimerie Royale, 1827, p. 18.

Des chiffres à n’en plus compter : la statistique criminelle, un leurre pour l’historien ?

  • 3 La collection du Compte général est disponible en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/.
  • 4 Perrot, Michelle, « Premières mesures des faits sociaux : les débuts de la statistique criminelle e (...)

2Paru en 1827, le premier volume du Compte général de l’administration de la justice criminelle3 inaugure une longue série annuelle de chiffres sur l’activité des tribunaux et la répression de la criminalité qui ne cessera de prendre de l’ampleur – en nombre et diversité d’informations fournies – de la première année concernée jusqu’à la veille de la première guerre mondiale. Si de premiers essais de statistique judiciaire ont été tentés pendant la Révolution et même sous l’Ancien régime4, le Compte général inaugure vraiment en se donnant plusieurs objectifs exprimés clairement dès son origine dans le rapport introductif du ministre de la Justice dans son commentaire des chiffres de l’année 1825. L’observation sur plusieurs années de l’évolution du nombre des crimes et délits :

« […] aidera plus tard à déterminer les circonstances qui concourent à augmenter ou à diminuer la sollicitude du Gouvernement de Votre Majesté. Tout semble promettre que les soins constants de Votre Majesté pour la prospérité de l’agriculture, du commerce et de l’industrie, affaibliront les causes les plus ordinaires des crimes, en répandant partout l’aisance et les lumières […] Mais si, dans quelque partie du royaume, l’expérience venait à démentir ces consolantes théories, Votre Majesté aurait la certitude d’être exactement informée des premiers symptômes du mal, et Elle saurait trouver dans sa haute sagesse les moyens d’en arrêter les progrès… »

3Instrument de politique « morale », la statistique permettra aussi de stimuler le zèle des magistrats et d’unifier la jurisprudence en mettant sous leurs yeux les inégalités de la répression selon les diverses juridictions :

« […] les améliorations qui auront été obtenues dans un tribunal seront connues et imitées dans les autres ; chacun s’efforcera de donner des exemples dignes d’être suivis, et les bons exemples ne seront jamais perdus. Personne ne voudra être vaincu dans cette lutte généreuse ; et, quelque satisfaisante que soit déjà la marche de la justice, je ne crains pas d’assurer qu’elle en deviendra chaque année plus régulière et plus ferme… »

4La statistique, en révélant les fluctuations de la répression, la régression ou la croissance de certaines infractions, permettra également d’infléchir la législation pénale, en faisant ressentir la nécessité de modifier sur certains points le Code pénal. Enfin,

  • 5 Rapport introductif de l’année 1825, p. V-VI, IX et X.

« les hommes qui aiment à méditer sur les matières criminelles y puiseront, sur tout ce qui se rattache à l’application de cette partie de nos lois, des notions claires et précises qu’ils chercheraient vainement ailleurs. La connaissance exacte des faits est un des premiers besoins de notre forme de gouvernement : elle éclaire les délibérations ; elle les simplifie, elle leur donne des bases certaines, en substituant les lumières positives et sûres de l’expérience au vague des théories5. »

  • 6 Martinage, Renée, Le « Compte général de l’administration de l’administration de la justice crimine (...)
  • 7 Guerry, André-Michel, Essai sur la statistique morale de la France, Paris, Crochard, 1833, XI-69 p.
  • 8 Genreau, Jean-Baptiste-Simon, Étude comparative de la moralité dans sept départements limitrophes, (...)
  • 9 Farcy, Jean-Claude, « Essai de mesure de la délinquance juvénile dans le Paris du xixe siècle », p. (...)

5C’est bien dans ces directions que la statistique criminelle va être utilisée et instrumentalisée. Les réformes pénales, en particulier celle de 1863 qui durcit la répression, notamment en correctionnalisant un grand nombre de crimes pour lesquels les jurés prononçaient souvent des verdicts d’acquittement, est préparée en prenant appui sur le Compte général qui chaque année montrait la progression de l’indulgence du jury6. Les débats sur la récidive – à l’origine de nombreuses réformes, de la création du casier judiciaire à la relégation – puisent leurs arguments dans les chiffres publiés par la statistique criminelle. Instrument de politique pénale, celle-ci sert également aux « moralistes » pour analyser le phénomène criminel : des premiers ouvrages de statistique morale – Guerry7, Genreau8 – aux travaux publiés par les différentes écoles criminologiques à la fin du siècle, tous les intervenants font référence aux chiffres du Compte général. Ils le font dans les conditions intellectuelles de leur époque, le positivisme de la majeure partie des auteurs leur faisant accorder une large confiance aux chiffres émanant du ministère de la Justice, jusqu’à confondre fréquemment chiffres de la répression et chiffres du crime, même si beaucoup ont conscience des limites de la statistique criminelle. Mais les réserves et critiques portent surtout sur l’insuffisance des données fournies, ce qui incite à se reporter parfois aux dossiers d’instruction dans lesquels on puise d’autres informations chiffrées pour obtenir des corrélations susceptibles d’expliquer les évolutions criminelles constatées. On aura une bonne idée de la confiance générale accordée aux chiffres du crime dans les nombreux travaux consacrés à la délinquance juvénile à la fin du xixe siècle, comme ceux de Louis Albanel et Henri Joly, qui s’inquiètent de la naissance d’une jeunesse rebelle et violente, notamment dans la capitale9.

  • 10 Désert, Gabriel, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie, Marginalité, Déviance, Pauv (...)

6Largement utilisé dans les débats scientifiques et les discussions de projets de réforme pénale au Parlement, les chiffres du Compte général vont donner aux premiers historiens de contemporaine, s’inscrivant dans une approche sérielle alors en vogue, une source idéale. On sait qu’ils n’ont fait que suivre les premières études de criminalité réalisées par les modernistes. C’est d’ailleurs dans le même laboratoire, le CRHQ de Caen qui avait initié ces études, que Gabriel Désert a réalisé une étude comparant, pour le xixe siècle, la criminalité des départements normands à celle de l’ensemble de la France, travail qui reste encore à ce jour la seule étude française en la matière, mesurant l’évolution sur un siècle de la criminalité et de la délinquance, celle des effectifs de police et de gendarmerie et traitant plusieurs des questions débattues par les contemporains : la ville criminogène, les rapports entre crime, alphabétisation, migrations et conjoncture économique ou la récidive10.

7Alors que les modernistes avaient cru mesurer un déclin de la violence, supplantée par les délits contre la propriété dans les condamnations prononcées par les tribunaux au cours du xviiie siècle, Gabriel Désert fait un constat plus nuancé sur le xixe siècle : utilisant le rapport cupidité/violence, il constate une montée relative de la violence dans la seconde moitié du xixe siècle, aboutissant à un triplement des faits constatés entre 1826-1830 et 1911-1913, soit une progression supérieure à celle des vols simples et qualifiés. Pour expliquer ce constat, qui surprend au premier abord, compte tenu de la diffusion de l’instruction et de l’urbanisation qui auraient dû aller dans le sens de la « civilisation des mœurs », il estime que le progrès de l’alcoolisme est en partie responsable « de la plus grande agressivité des individus à l’égard de leurs semblables » à la fin du xixe siècle, ajoutant l’hypothèse que la diffusion de la propriété aurait contribué à renforcer la susceptibilité à l’égard de toute atteinte lui étant portée, susceptibilité débouchant aisément sur l’échange de coups. Il discute également la question de l’affaiblissement de la répression qui aurait encouragé la violence, thème largement développé chez les contemporains à la Belle Époque.

  • 11 Chesnais, Jean-Claude, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, R. Laffont, (...)
  • 12 Aubusson de Cavarlay, Bruno, « La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiq (...)
  • 13 Chesnais, Jean-Claude, Histoire de la violence…, op. cit., p. 157-162.
  • 14 Aubusson de Cavarlay, Bruno, « Affaires traitées par la justice pénale, les cas de violence selon l (...)

8Les données du Compte général ont été reprises et analysées sur une période plus large, incluant le xxe siècle, par Jean-Claude Chesnais11 et surtout Bruno Aubusson de Cavarlay12. À la différence de Gabriel Désert qui cherche à saisir l’ensemble de la violence, tous deux distinguent homicides (jugés aux assises) et violence simple (coups et blessures, jugés en correctionnelle). Les premiers, après une chute dans le premier xixe siècle connaissent une remontée à partir des années 1860, pour décliner continuellement ensuite après la première guerre mondiale, à l’exception notable d’une remontée, temporaire, du taux des homicides à partir des années 1970, évolution récente que l’on retrouve dans d’autres pays européens. Si le déclin du premier xixe siècle peut s’expliquer partiellement par la correctionnalisation judiciaire de certains crimes, la tendance de longue durée à l’atténuation de la répression continuant par la suite, le constat d’une progression de la violence grave interroge, même si l’on peut émettre l’hypothèse qu’avec l’acculturation judiciaire des populations rurales, celles-ci portent désormais de manière plus systématique les homicides à la connaissance des tribunaux, ce qui peut accroître artificiellement (par rapport au passé) le taux de crimes déclarés. De plus, les deux auteurs confirment la croissance, relativement constante au cours du xixe siècle, du nombre des coups et blessures. Jean-Claude Chesnais, à l’exemple de Gabriel Désert, insiste particulièrement sur la poussée de violence à partir des années 1880 qu’il met en rapport avec l’alcoolisme et le règne du lobby des bouilleurs de cru, véritable deus ex machina de la vie politique française, à ses yeux, jusqu’à la seconde guerre mondiale13. Au total, la mesure proposée à partir du Compte général par ces auteurs rejoint le constat fait par Gabriel Désert : ainsi Bruno Aubusson de Cavarlay calcule que le taux des « atteintes physiques à la personne » a été multiplié par 2,7 entre 1831 et 1912, en remarquant que la moitié des affaires portées au parquet ne sont pas poursuivies14.

  • 15 Rapport introductif au récapitulatif de 1880 du Compte général, p. V.
  • 16 Chauvaud, Frédéric, Les criminels du Poitou au xixe siècle, La Crèche, Geste Éditions, 1999, 358 p. (...)
  • 17 Id., La chair des prétoires. Histoire sensible de la cour d’assises 1881-1932, Rennes, PUR, 2010, 3 (...)

9Ce dernier constat introduit aux doutes que nombre d’historiens ont manifesté à l’égard de la statistique criminelle. Car même en considérant la violence la plus grave, celle de l’homicide, on ne saurait confondre les chiffres de la répression avec la réalité des assassinats et meurtres commis. Doit-on inclure les tentatives comme le fait, dans quelques-uns de ses tableaux le Compte général ? Tous les auteurs d’homicides n’étant pas jugés, on devrait prendre en compte les abandons de poursuites (et non-lieux) mais certains « homicides » dénoncés au parquet sont en fait des tentatives d’instrumentaliser la justice pour entretenir la querelle avec un « ennemi » avec lequel on est en conflit. Dès que l’on rentre dans le détail des affaires, que l’on parcourt les plaintes déposées au parquet et les dossiers de procédure des assises ou de correctionnelle, on prend conscience de la variété des situations particulières. Statistique de l’activité des tribunaux – cet « examen de conscience »15 annuel de la magistrature est d’ailleurs un de ses objectifs – le Compte général n’est pas une statistique du crime. Partant de ce constat, on en vient aisément à douter de pouvoir utiliser avec pertinence la statistique judiciaire pour étudier le crime. Frédéric Chauvaud, prolongeant cette critique, lui reproche de fabriquer « des criminels désincarnés, abstraits, sans attaches locales, sans épaisseur et sans chair »16. Il récuse avec force toute tentative de mesurer la violence, d’en faire une approche sérielle, critiquant la « sécheresse de l’analyse technicienne, la vision macro-historique et les analyses péremptoires »17 car « la statistique nivelle toutes les affaires singulières ».

  • 18 Pour un rapide bilan historiographique, se reporter à notre contribution : Farcy, Jean-Claude, « La (...)

10Ainsi ce monument statistique qu’est le Compte général, après avoir abondamment inspiré, sans trop d’esprit critique, les débats criminologiques et pénaux au xixe siècle et suscité quelques tentatives de mesure des phénomènes de violence sur le long terme, a-t-il été pratiquement délaissé au bénéfice d’un dépouillement des dossiers de procédure d’assises ou des chroniques judiciaires de la presse pour s’intéresser davantage à l’histoire des représentations et des finalités de la violence qu’à la mesure de son évolution18. Même dans les approches anthropologiques du crime, l’usage du chiffre est des plus rares. Pourtant si l’on considérait comme un leurre la tentative de suivre les fluctuations de la violence sur un ou plusieurs siècles, rien n’interdisait d’utiliser la statistique criminelle pour analyser les faits de violence, d’autant plus qu’à côté du Compte général existent d’autres sources se prêtant à l’analyse sérielle.

Les sources statistiques de l’étude de la violence

  • 19 Robert, Philippe, La sociologie du crime, Paris, La Découverte, 2005, 121 p. (p. 103).

11On peut penser qu’il est vain de vouloir mesurer la violence – à supposer que l’on ait au préalable pu délimiter ses contours – à l’aide de toute statistique émanant des juridictions, à commencer par le Compte général. Il est évident que si tout ce que l’on considère comme fait violent n’est pas recensé dans ce genre de source et qu’une partie (variable selon les périodes) échappe au recensement, l’essai prêtera à critique. Quand on voit qu’à la fin du xxe siècle, moins de 4 victimes d’agressions sur 10 portent plainte19, on a légitimement des doutes sur le sens à donner aux chiffres publiés dans les documents statistiques.

12De fait, la statistique criminelle photographie le crime à des moments précis du processus pénal. Si l’on admet la définition du crime donnée par Durkheim – tous les comportements emportant pénalité – les infractions que l’on range sous la rubrique de violence ont évolué au cours des siècles, et même en cas de stabilité, certaines ont été traduites devant des juridictions différentes : ainsi, au xixe siècle, les voies de fait et injures verbales ont été progressivement écartées de la correctionnelle pour être jugées en simple police, niveau sur lequel la statistique criminelle est des plus lacunaires. Ensuite, tous les comportements incriminés ne sont pas reportés aux différentes forces de polices. Quand on sait que la violence était une norme habituelle de règlement des conflits dans nombre de régions rurales dans le premier xixe siècle, il ne faut pas s’attendre à de nombreux dépôts de plaintes en la matière. Policiers et gendarmes opèrent un premier tri dans les plaintes déposées, orientant celles qu’ils jugent inconsistantes sur la voie de garage de la main courante où l’on consigne les faits mineurs, petits conflits de voisinage ou de famille pouvant trouver une solution amiable. Les parquets, destinataires des procès-verbaux que les agents de police ont dressés, vont à leur tour classer sans suite une large partie de ceux-ci, estimant les faits sans gravité ou insuffisamment caractérisés quand il s’agit de violence, voulant écarter toute tentative d’instrumentalisation de la justice dans des conflits privés. À l’instruction, le juge peut également décider qu’il n’y a pas lieu de poursuivre et délivrer un non-lieu. L’étude citée d’Aubusson de Cavarlay montre qu’environ la moitié des faits de violence (estimés tel à l’entrée au parquet) ne sont pas poursuivis. Compte tenu de ce qui n’est pas reporté aux agents, c’est finalement une minorité des faits de violence que connaissent cours d’assises et tribunaux correctionnels. En outre, cette estimation d’ensemble varie selon la nature des juridictions, selon les ressorts des tribunaux et la nature des incriminations relevant de la violence. En ce sens, le volume et la nature de la violence que connaît l’historien résultent d’une construction sociale et pénale. Cette construction, qui a son histoire propre, peut être appréhendée à travers les quelques sources statistiques développées au fil du processus pénal. Logiquement, les sources judiciaires, situées au terme des filières pénales, réduisent le champ d’observation de la violence. Mais, comme elles sont les mieux conservées et les plus massives, elles sont quasi seules à être utilisées en histoire du crime alors qu’à notre époque les statistiques policières sont jugées plus pertinentes pour mesurer la délinquance.

Sources judiciaires

  • 20 Aubusson de Cavarlay, Bruno, Hure, Marie-Sylvie, et Pottier, Marie-Lys, « Les statistiques criminel (...)

13Le Compte général, déjà longuement évoqué, est la source majeure, dont quelques données ont fait l’objet d’une publication critique malheureusement sans avoir l’ampleur du programme scientifique dont est l’objet son équivalent belge20. Ses tableaux se sont multipliés et étoffés au fil du siècle, sans bouleverser un équilibre général très favorable à la connaissance de la violence la plus grave, puisque les chiffres relatifs aux assises sont de loin les plus nombreux. Sa richesse documentaire, notamment pour la sociologie élémentaire des accusés et prévenus (critères de sexe, âge, profession, origine, domicile et niveau d’instruction) vaut uniquement pour les affaires jugées. Nous ne savons rien des protagonistes des affaires abandonnées comme des victimes. Le niveau des assises est également privilégié pour une analyse géographique, l’échelle départementale étant prise en compte pour chaque nature de crime. Il n’en est pas de même pour les délits jugés en correctionnelle. Si l’on peut suivre les faits de violence portés au parquet (sans rien connaître des auteurs), être abondamment renseigné sur les accusés de violence grave jugés aux assises, on ne sait presque rien des auteurs de coups et blessures (hormis sexe et âge), les données par arrondissement cessant en outre d’être publiées après 1905. Les informations relatives aux jugements de simple police sont des plus ténues et pratiquement inexploitables. Outre les déséquilibres entre les trois niveaux de juridiction, il faut aussi prendre en compte la variation dans les unités de compte (affaires, infractions, individus, décisions) comme la difficile prise en compte de la complicité et des délits connexes, sans compter que les tableaux généraux résultent de l’addition des tableaux élaborés par chaque parquet d’arrondissement ce qui génère des doubles comptes. En ayant conscience de ces biais, la statistique criminelle reste néanmoins exploitable. Elle est irremplaçable pour mesurer l’évolution de la répression pénale des faits de violence, ce qui est son objet propre. À ce titre elle est importante pour saisir l’écart entre demande des justiciables (plaintes portées en justice) et réalité de la répression.

  • 21 Farcy, Jean-Claude, « Le procureur entre l’ordre public et les justiciables : plaintes, procès-verb (...)

14On trouve, dans les fonds des parquets, particulièrement ceux des cours d’appel, des collections d’états statistiques ayant servi à la confection du Compte général. Mal conservés, très lacunaires, ils sont inutilisables. Par contre, les registres d’entrées des affaires (ou registres des plaintes et procès-verbaux), parfois doublés par des registres d’affaires à l’instruction, sont d’une grande richesse car ils renseignent sur l’ensemble des affaires de violence (transmises par les polices ou rapportées directement au procureur) venues à la connaissance du parquet. On a ainsi la possibilité de voir quels sont les faits que celui-ci classe sans suite et pour quelles raisons (auteur inconnu, faits estimés sans gravité, charges insuffisantes). Certes les affaires sont relevées une par une, au jour le jour et ce n’est pas à proprement parler une statistique élaborée, mais sa présentation standardisée donne une base de données aisément exploitable pour mesurer précisément la place de la violence dans le contentieux pénal traité et la part de ce qui est transmis par le parquet à l’instruction, cité directement ou en flagrant délit au tribunal correctionnel, voire transmis à la simple police. Quand le registre est bien tenu on dispose également des informations sur les auteurs présumés des faits, ce qui permet d’esquisser leur sociologie. L’étude de ces registres pour le parquet de Dijon à la fin du xixe siècle montre que plus du tiers des coups et blessures sont classés sans suite, en majorité pour non gravité ou absence d’atteinte à l’ordre public21. Le procureur écarte ainsi du tribunal une violence légère pour éviter que celui-ci soit instrumentalisé dans des conflits de nature civile. On s’étonne à peine de trouver dans le registre des tentatives d’assassinat et d’empoisonnement dénoncées par des plaideurs impénitents, classés sans suite.

Sources policières

  • 22 Miquel, Pierre, La main courante : les archives indiscrètes de la police parisienne, 1900-1945, Par (...)
  • 23 Pour une présentation et une première utilisation de cette source, cf. notre étude : Farcy, Jean-Cl (...)

15On a un peu l’équivalent de ces registres du parquet dans les rapports journaliers rédigés dans les commissariats de police, au moins pour une partie du xixe siècle. Dans la capitale, ces rapports, confectionnés dans chacun des 80 quartiers, sont consignés dans les Registres analytiques des procès-verbaux – connus abusivement sous le nom de main courante22. Ils relèvent, au jour le jour, toutes les affaires faisant l’objet d’un procès-verbal qu’il s’agisse d’infractions, accidents, suicides, commissions rogatoires ou enquêtes préliminaires. Ces registres, proposant un résumé plus ou moins développé de chaque affaire traitée par les agents, se prêtent à une analyse statistique sur les missions diverses de la police parisienne et, en particulier, tout ce qui touche à la police judiciaire permet d’analyser, du moins à partir de la fin du xixe siècle (premiers registres conservés), les délits commis en prenant en compte l’ensemble des protagonistes, victimes comprises23.

  • 24 Ces tableaux sont reproduits en appendice dans le Compte général de l’administration de la justice (...)
  • 25 Archives de la préfecture de police de Paris, DB/473.
  • 26 Voir notre contribution : Farcy, Jean-Claude, « La ville contemporaine (xixe et xxe siècles) est-el (...)

16Quant à la documentation statistique proprement dite, la Préfecture de police de Paris, par sa puissance et aussi la proximité du pouvoir politique, a eu très tôt les moyens de développer une bureaucratie productrice de données chiffrées sur son activité. Dès les années 1830, elle publie une statistique des arrestations24 qui se présente sous la forme d’une série de tableaux annuels donnant, par mois, la répartition des individus arrêtés selon les infractions commises, leur état civil, nationalité et antécédents et selon leur département et pays de naissance comme leurs professions. Le choix de ces critères reflète évidemment les préoccupations relatives à des populations supposées plus criminogènes : jeunes, migrants et étrangers, classes ouvrières dangereuses. Certes la nomenclature des « faits » imputés est propre à la police, mais pour ce qui est de la violence, elle recoupe assez bien les catégories du Code pénal. Toutefois ces tableaux ne permettent pas de croiser les données et il est impossible d’y lire la répartition des auteurs de faits de violence selon les critères de répartition offerts dans les différents tableaux. Cette opération est seulement réalisable pour la période 1880-1920 quand on dispose des tableaux manuscrits ayant servi à la confection de la statistique publiée : pour chaque infraction, les personnes arrêtées sont réparties par tranches d’âge (moins de 15 ans, 15-20 ans, puis tranches décennales), et pour chaque tranche d’âge, la répartition par sexe, et pour chaque sexe, répartition selon le lieu d’origine distinguant les natifs de province, de l’étranger et de Paris25. L’exploitation d’une telle source permet de démontrer l’inanité de la thèse, souvent développée par les contemporains, d’une violence qui serait l’apanage des citadins récents, venus de province ou de l’étranger26.

  • 27 La statistique nationale policière se développe seulement après le milieu du xxe siècle.
  • 28 Farcy, Jean-Claude, « Les sources sérielles de l’étude des victimes en histoire contemporaine », p. (...)

17Cette documentation semble spécifique à la capitale, et nous ne disposons d’aucune statistique de l’activité policière pour l’ensemble de la France, à l’égal du Compte général pour la répression judiciaire27. La diversité des organes de police explique cette absence. Même pour la gendarmerie, pourtant unifiée au plan national, il n’y a pas de publication des chiffres d’activité, en particulier au plan judiciaire. Il faut d’ailleurs rechercher la répartition des effectifs des brigades et le nombre de procès-verbaux qu’elles dressent annuellement dans le Compte général de l’administration de la justice criminelle ! Seuls subsistent, partiellement, et dans quelques dépôts d’archives départementales, des Tableaux sommaires des arrestations opérées et des crimes, délits et événements constatés par les brigades de gendarmerie, tableaux confectionnés en application du règlement de 1854. Ils donnent le motif de l’arrestation et des indications sur les auteurs présumés des crimes et délits constatés. Là où ils sont conservés, ils permettent un comptage des faits de violence, avant donc que le parquet n’opère un tri en décidant pour certains l’abandon des poursuites. Comme pour les répertoires analytiques des commissariats parisiens, ces tableaux donnent une idée du profil sociologique des protagonistes en permettant de voir les rapports entre auteurs d’agression et victimes. Étudiés pour la campagne beauceronne28, et pour la fin du xixe siècle, les faits de violence constatés ne mettent guère en valeur la notion de victime : aux yeux de gendarmes qui perçoivent cette violence rurale à travers le prisme de rixes de cabaret dont la visibilité est évidente, les responsabilités sont partagées.

18Ainsi la statistique policière, pour le xixe siècle, est éparse, disponible seulement pour la capitale et encore est-elle alors très loin d’avoir la richesse de la statistique criminelle mise en forme dans les bureaux de la Chancellerie. L’espoir d’avoir une vision plus proche de la réalité que celle de la violence jugée dans les tribunaux est sans doute vain, hormis localement, quand quelques tableaux d’arrestations ou registres de rapports journaliers subsistent. Le Compte général reste donc incontournable et si l’on veut aller au-delà, pallier ses insuffisances, notamment en matière de délinquance ordinaire, l’historien doit élaborer sa propre statistique.

Constituer une statistique criminelle à partir des sources primaires

  • 29 Regnard-Drouot, Céline, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société, 1851-1914 (...)
  • 30 Demier, Francis, et Farcy, Jean-Claude, Regards sur la délinquance parisienne à la fin du xixe sièc (...)

19L’exploitation des registres du parquet ou des répertoires des commissariats parisiens a déjà donné un exemple de cette démarche. Le plus fréquemment, l’historien travaille sur les registres de jugements, particulièrement en matière correctionnelle, les registres d’arrêts d’assises étant très pauvres en information (notamment en cas d’acquittements) et l’information étant déjà disponible dans la statistique publiée. Les jugements correctionnels font certes la plus grande place au rappel des articles du Code appliqués et aux pénalités prononcées en conséquence. Mais ils donnent des informations sur l’identité, l’âge, le lieu de naissance, la profession et le domicile des prévenus, rappelant parfois leurs antécédents judiciaires. Leur principal intérêt est de permettre de croiser ces données en rapport avec la nature du délit commis, car pour ce qui est des circonstances de ce dernier on apprend peu de chose. Cependant la sociologie des prévenus est suffisante pour élaborer une base de données autorisant une analyse précise de l’évolution des taux et formes de violence comme de ses protagonistes comme l’a montré une étude récente sur la ville de Marseille au xixe siècle29. Pour la capitale de la fin du xixe siècle, une démarche similaire montre que les coups et blessures jugés en correctionnelle reflètent davantage une violence autochtone que celle de migrants30. Toutefois la source reste insuffisante pour saisir les mobiles de la violence. À ce niveau, les quelques informations fournies par les délits connexes (port d’armes prohibées, vols, ivresse et bris de clôture) doivent être complétées par l’étude des dossiers de procédure seuls à même de donner une signification aux différents faits de violence condamnés.

20Les sources se prêtant à l’analyse quantitative sont donc en général pauvres en information, particulièrement en ce qui concerne le déroulement des faits et les victimes. Et pour les plus synthétiques et générales (la statistique nationale), elles tendent à réduire la dimension de la violence commise et à effacer son contexte. Si l’on veut retrouver l’épaisseur de l’acte de violence avec l’ensemble de ses protagonistes, il est indispensable de travailler sur les dossiers de procédure et leurs précieux constats, interrogatoires et témoignages. À ce niveau, l’analyse liée aux différentes interprétations de la violence mobilisées ne peut négliger la statistique.

Les interprétations de la violence et la statistique

  • 31 Demartini, Anne-Emmanuelle, L’affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001, 430 p.
  • 32 Nous avons essayé de pallier cette lacune en étudiant une affaire criminelle restée sans postérité  (...)

21La récusation de la statistique criminelle par les historiens tient pour l’essentiel aux doutes exprimés sur la pertinence de chiffres valables pour la seule violence réprimée : le Compte général n’offre qu’une mesure possible, celle de la répression pénale. Pourtant, l’exploitation des seuls dossiers de procédure, qui plus est des dossiers d’assises les mieux conservés, est encore plus réductrice puisqu’on limite alors l’observation à la seule violence grave, dont une partie est, de plus, correctionnalisée au fil du xixe siècle. Ou alors il faut récuser toute mesure, en considérant que seules les affaires singulières permettent d’approcher au plus près la réalité du phénomène étudié. D’où la prédilection pour les affaires exceptionnelles, désignées comme telles dès leur époque par les médias : de Lacenaire sous la monarchie de Juillet31 aux sœurs Papin dans les années 1930, la liste est longue des affaires criminelles ainsi explorées, laissant de côté l’ordinaire des assassinats commis dans le cadre familial ou lors de vols aggravés32. Ces travaux privilégient l’étude des représentations et une approche anthropologique de la criminalité sans se soucier aucunement de la représentativité de l’affaire explorée. Au mieux on tire argument de l’exceptionnalité pour avancer que c’est dans les marges (une violence extrême et monstrueuse) que l’on perçoit le mieux les éléments anthropologiques fondamentaux d’une société particulière à un moment donné. Dans cette voie essentiellement analytique et descriptive, le chiffre n’a nul besoin d’être sollicité pour appuyer une démonstration qui n’a guère lieu d’être.

  • 33 Muchembled, Robert, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, (...)
  • 34 Chauvaud, Frédéric, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, Édit (...)

22Il pourrait l’être dans les essais d’appréhension de la violence sur une longue durée. Schématiquement, les analyses privilégient l’interprétation des évolutions constatées autour du diptyque nature/culture. Les uns mettent l’accent sur la part d’animalité de l’homme dont les « pulsions agressives » doivent être maîtrisées pour permettre la cohésion et la survie du corps social. On connaît l’explication donnée au déclin de la violence proposée par Norbert Elias et reprise dans nombre de travaux33, sur la pacification progressive des mœurs opérée par l’autocontrôle des populations suivant le modèle des élites, en parallèle à la politique disciplinaire conduite par un État national dont la naissance et le développement repose en grande partie sur le contrôle de la violence légitime (incrimination des comportements privés violents) puis l’essor d’instances de socialisation (école, armée, etc.). En retenant l’homicide – violence la plus anciennement réprimée – on peut alors conclure à une diminution de la violence que l’on fait remonter aux derniers siècles de l’Ancien régime. Pour le xixe siècle, au moins dans sa seconde moitié, on a ainsi pu parler d’une « violence apprivoisée »34. Pourtant les analyses rigoureuses de la seule violence réprimée vont à l’encontre de cette affirmation pour ce siècle. Dire qu’elle augmente justement parce que les populations, en particulier rurales, désormais acculturées, acceptent de régler leurs différends devant les tribunaux et deviennent intolérantes à tout fait de violence qui est maintenant porté systématiquement en justice, est une hypothèse indémontrable. Certes le paradoxe de Tocqueville – plus un phénomène désagréable se raréfie plus il devient insupportable et est stigmatisé – est séduisant, mais il conduit à un raisonnement circulaire.

  • 35 Nassiet, Michel, La violence, une histoire sociale, France, xvie-xviiie siècles, Seyssel, éditions (...)
  • 36 Ploux, François, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans le (...)

23Les interprétations analysant la violence comme fait culturel nous semblent plus pertinentes et en accord avec le travail de l’historien qui cherche toujours à situer dans leur contexte les faits étudiés. Loin d’être l’expression de pulsions incontrôlées, on a souvent remarqué que le recours à la violence était contrôlé, ritualisé, intégré dans des processus de règlement des conflits spécifiques à des collectifs plus ou moins étendus (parentèles, communautés villageoises). Une belle démonstration de cette approche sociale de la violence vient d’être proposée par Michel Nassiet pour la période moderne35. Selon son analyse, le déclin de la violence résulterait de processus d’individuation qui feraient reculer progressivement les crimes d’honneur étroitement liés à la défense des communautés. Une telle violence subsiste encore dans plusieurs provinces françaises pendant le premier xixe siècle et François Ploux en a donné un bel exemple en analysant les bagarres villageoises qui ont fait plusieurs dizaines de morts dans le Quercy36. Là encore la « pacification » résulterait du déclin des communautés villageoises après le milieu du siècle. Ce n’est sans doute pas la seule explication car on sait que la violence réprimée continue à s’accroître pendant le second xixe siècle.

24Sans doute faut-il explorer d’autres pistes, complémentaires, toujours dans le cadre d’une histoire sociale de la violence. La récente thèse de Céline Regnard-Drouot sur la violence à Marseille est d’autant plus importante sur ce point qu’elle repose sur une analyse statistique imposante. Marseille a des taux de violence réprimée très élevés et en hausse au cours de la période étudiée, donc là encore à l’inverse de la thèse de la civilisation des mœurs. Comment l’expliquer ? Deux facteurs sont essentiels et tiennent à une ville portuaire dont l’industrialisation repose sur des ateliers et usines employant une main-d’œuvre abondante et peu qualifiée. Or cette population ouvrière, en grande partie d’origine immigrée (un habitant sur cinq est natif d’Italie à la fin du xixe siècle), vit en général dans une forte précarité et ses conditions de vie stagnent voire régressent dans la période étudiée. On a donc une violence avant tout ouvrière, localisée dans les quartiers populaires. L’auteur rattache alors le recours à la violence à deux facteurs, l’honneur et la nécessité. Le premier concerne particulièrement les immigrés Italiens très nombreux à être traduits devant les tribunaux pour jouer du couteau ou du revolver. Leur violence ne résulte pas du déracinement mais au contraire de leur habitus culturel car ils sont originaires de régions italiennes pauvres (Mezzogiorno), dans lesquelles comme dans une partie de la France rurale, le recours à la violence est une norme sociale admise pour défendre un honneur, d’autant plus valorisé, que pour une population pauvre qui n’a rien, il reste la seule richesse. La nécessité – ou la précarité de l’existence – est l’autre facteur avancé, pour une large population qui vit sur le « fil du rasoir », ce qui entraîne stress, susceptibilité, humiliation et ressentiment voire agressivité qui peut se manifester en nombre de situations : tensions au sein de la famille, entre créanciers et emprunteurs, entre voisins comme sur les lieux d’embauche. Une société où l’individualisme triomphe n’est donc pas forcément pacifiée, particulièrement dans les périodes de crise économique et de précarité sociale.

  • 37 Montel, Laurence, Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de (...)
  • 38 Lapalus, Sylvie, La mort du vieux. Une histoire du parricide au xixe siècle, Paris, Taillandier, 20 (...)
  • 39 Lignereux, Aurélien, La France rébellionnaire. Les résistances contre la gendarmerie, 1800-1859, Re (...)

25En replaçant la violence dans un large contexte économique, social et culturel, l’analyse des corrélations utiles à l’interprétation retrouve l’intérêt de la statistique. Il s’agit moins de partir des chiffres du Compte général – sauf à titre de comparaison pour discerner l’originalité de la région étudiée par exemple – que de construire son propre corpus en fonction de l’objet d’étude fixé. Plusieurs thèses récentes sur l’histoire du crime au xixe siècle font ainsi justice de l’opposition artificielle entre approche sérielle et analyse quantitative. Qu’il s’agisse de travailler sur le crime organisé à Marseille37 ou sur le parricide38, à chaque fois une sélection réfléchie d’affaires criminelles est opérée pour réaliser un dépouillement des dossiers de procédures concernés dont les informations sont intégrées dans une base de données qui permet, par l’analyse statistique, la mise en valeur de corrélations garantissant la scientificité des hypothèses avancées. L’exemple de la thèse d’Aurélien Lignereux39 sur les rébellions et violences à gendarmes montre qu’une telle démarche peut même s’étendre au-delà des sources judiciaires puisqu’elle puise son information principalement dans la documentation policière. Un questionnaire d’analyse très détaillé (de l’horaire des heurts aux armements et modalités d’affrontement, en passant par la sociologie des « rebelles ») permet ainsi d’exploiter les données relatives à quelque 3 700 rébellions pour illustrer le rôle de la gendarmerie pour faire reculer la violence au sein du monde rural et amener celui-ci à s’intégrer aux valeurs nationales.

Conclusions

26Ces quelques exemples plaident en faveur d’une histoire sociale de la violence, seule à même d’éviter le piège de sa naturalisation comme comportement inhérent aux individus, que l’État et ses organes répressifs s’efforceraient de comprimer jusqu’à son hypothétique disparition. Dans une telle perspective, la mesure est indispensable pour tester la validité des hypothèses avancées. En ayant bien conscience que la statistique criminelle témoigne d’abord, comme d’ailleurs l’ensemble des archives judiciaires, de la criminalité réprimée. Il convient toujours de replacer la source utilisée en rapport avec le moment du processus pénal dans lequel elle se situe. Abondamment commentés par les contemporains au xixe siècle, les chiffres du Compte général restent de bons indicateurs pour l’historien sur le plan de la poursuite et de la répression de la violence incriminée. Sans doute le fait que ces chiffres résultent d’une construction sociale et pénale rend très difficile le suivi de l’évolution de l’ensemble des faits de violence sur une longue période. La perspective la plus prometteuse, si l’on admet que l’on ne peut s’en tenir à la singularité de chaque affaire criminelle, a été expérimentée avec brio dans les thèses récentes qui tirent profit de l’utilisation de bases de données pour construire et analyser leur propre corpus d’informations, élaborant ainsi de manière réfléchie et argumentée leur propre instrument statistique, démarche qui s’inscrit pleinement dans une histoire sociale de la violence.

Notes

1 Les contemporanéistes s’inscrivent dans un mouvement général comme en témoigne la parution récente de deux ouvrages collectifs : Faggion, Lucien, et Regina, Christophe (dir.), La violence. Regards croisés sur une réalité plurielle, Paris, CNRS Éditions, 2010, 653 p. ; Marandet, Marie-Claude (dir.), Violences(s) de la Préhistoire à nos jours : les sources et leur interprétation, Perpignan, Presses universitaires, 2011, 379 p.

2 Les dernières publications de Frédéric Chauvaud, le spécialiste reconnu en la matière, sont des plus significatives qu’il s’agisse de direction d’ouvrages collectifs – Chauvaud, Frédéric (dir.), La dynamique de la violence. Approches pluridisciplinaires Rennes, PUR, 2010, 240 p. ; Faire justice soi-même. Études sur la vengeance, Rennes, PUR, 2010, 318 p. (en collaboration avec Jean-Claude Bourdin, Ludovic Gaussot et Pascal-Henri Keller) ; Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours, Rennes, PUR, 2009, 313 p. – ou d’ouvrages écrits à une seule main : L’effroyable crime des sœurs Papin, Paris, Larousse, 2010, 239 p. ; La chair des prétoires. Histoire sensible de la cour d’assises 1881-1932, Rennes, PUR, 2010, 382 p.

3 La collection du Compte général est disponible en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/.

4 Perrot, Michelle, « Premières mesures des faits sociaux : les débuts de la statistique criminelle en France (1780-1830) », p. 125-137 dans Pour une histoire de la statistique, Paris, Insee, tome I, 1976, 593 p. ; Martinage, Renée, « Le “Compte général de l’administration de la justice criminelle”, son rôle depuis 1825 », p. 215-234 dans Martinet, Isabelle, et Pochet, Christine (dir.), Mesure(s), actes des 12es Journées Histoire et gestion de l’IAE de Toulouse, Toulouse, Presses de l’Université des Sciences Sociales de Toulouse, 2004, 363 p. Voir également dans le présent livre : Leromain, Émilie, « Les “états des crimes dignes de mort ou de peines afflictives” : une source sur la criminalité et l’activité des juridictions dans tout le royaume au xviiie siècle ».

5 Rapport introductif de l’année 1825, p. V-VI, IX et X.

6 Martinage, Renée, Le « Compte général de l’administration de l’administration de la justice criminelle », op. cit., p. 226-228.

7 Guerry, André-Michel, Essai sur la statistique morale de la France, Paris, Crochard, 1833, XI-69 p.

8 Genreau, Jean-Baptiste-Simon, Étude comparative de la moralité dans sept départements limitrophes, Chartres, Garnier, 1862, 148 p.

9 Farcy, Jean-Claude, « Essai de mesure de la délinquance juvénile dans le Paris du xixe siècle », p. 33-48 dans Caron, Jean-Claude, Storra-Lamarre, Annie, et Yvorel, Jean-Jacques (dir.), Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe, xixe-xxie siècles, actes du colloque international de Besançon, 15, 16 et 17 novembre 2006, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, 405 p.

10 Désert, Gabriel, « Aspects de la criminalité en France et en Normandie, Marginalité, Déviance, Pauvreté en France, xive-xixe siècles », Cahier des Annales de Normandie, no 13, 1981, p. 221-316.

11 Chesnais, Jean-Claude, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, R. Laffont, collection « Pluriel », 1982, 511 p. (p. 73-79).

12 Aubusson de Cavarlay, Bruno, « La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiques et résultats. France 1836-1936 », Colloque de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice (IAHCCJ). La violence dans la longue durée, Paris, MSH, 3-4 juin 1994. Ce colloque n’a pas été publié mais la communication a été reprise et améliorée pour : « Affaires traitées par la justice pénale : les cas de violence selon les catégories de la statistique criminelle (France, 1831-1932) », p. 223−240 dans Follain, Antoine, Lemesle, Bruno, Nassiet, Michel, Pierre, Éric, et Quincy-Lefebvre, Pascale (dir.), La violence et le judiciaire. Discours, perceptions, pratiques, Actes du Colloque international d’Angers (18-20 mai 2006), Rennes, PUR, 2008, 383 p.

13 Chesnais, Jean-Claude, Histoire de la violence…, op. cit., p. 157-162.

14 Aubusson de Cavarlay, Bruno, « Affaires traitées par la justice pénale, les cas de violence selon les catégories de la statistique criminelle… », op. cit.

15 Rapport introductif au récapitulatif de 1880 du Compte général, p. V.

16 Chauvaud, Frédéric, Les criminels du Poitou au xixe siècle, La Crèche, Geste Éditions, 1999, 358 p. (p. 10).

17 Id., La chair des prétoires. Histoire sensible de la cour d’assises 1881-1932, Rennes, PUR, 2010, 382-XXXII p. (p. 13 et 15).

18 Pour un rapide bilan historiographique, se reporter à notre contribution : Farcy, Jean-Claude, « La violence et les historiens (France, période contemporaine) », p. 299-324, dans Musin, Aude, Rousseaux, Xavier, et Vesentini, Frédéric (dir.), Violence, conciliation et répression. Recherches sur l’histoire du crime, de l’Antiquité au xxie siècle, Louvain, UCL Presses Universitaires de Louvain, 2008, 326 p.

19 Robert, Philippe, La sociologie du crime, Paris, La Découverte, 2005, 121 p. (p. 103).

20 Aubusson de Cavarlay, Bruno, Hure, Marie-Sylvie, et Pottier, Marie-Lys, « Les statistiques criminelles de 1831 à 1981. La base DAVIDO, séries générales », C.E.S.D.I.P., Déviance et contrôle social, no 51, 1989, 270 p. La statistique criminelle fait l’objet d’un projet ambitieux de mise en ligne sous la direction de Frédéric Vesentini. Site en construction : http://www.quetelet.net.

21 Farcy, Jean-Claude, « Le procureur entre l’ordre public et les justiciables : plaintes, procès-verbaux et poursuites pénales à Dijon à la fin du xixe siècle », Crime, Histoire & Sociétés, 2005, vol. 9, no 1, p. 79-115.

22 Miquel, Pierre, La main courante : les archives indiscrètes de la police parisienne, 1900-1945, Paris, Albin Michel, 1997, 376 p.

23 Pour une présentation et une première utilisation de cette source, cf. notre étude : Farcy, Jean-Claude, « Archives policières : les répertoires de procès-verbaux des commissariats parisiens », Recherches contemporaines, no 5, 1998-1999, p. 5-44. Dans les trois quartiers étudiés à titre d’exemple (Belleville, Faubourg du Roule et Saint-Merri) les faits de violence consignés dans ces registres sont très minoritaires, les victimes hésitant à dénoncer leur agresseur.

24 Ces tableaux sont reproduits en appendice dans le Compte général de l’administration de la justice criminelle. Ils sont également publiés, à partir des années 1880, dans l’Annuaire statistique de la ville de Paris.

25 Archives de la préfecture de police de Paris, DB/473.

26 Voir notre contribution : Farcy, Jean-Claude, « La ville contemporaine (xixe et xxe siècles) est-elle criminogène ? », p. 20-31 dans Marec, Yannick (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines, fin xviiie-fin xxe siècle, Paris, Créaphis, 2005, 756 p.

27 La statistique nationale policière se développe seulement après le milieu du xxe siècle.

28 Farcy, Jean-Claude, « Les sources sérielles de l’étude des victimes en histoire contemporaine », p. 95-112 dans Garnot, Benoît (dir.), Les victimes, des oubliées de l’histoire ? Actes du colloque de Dijon, 7 & 8 octobre 1999, Rennes, PUR, 2000, 535 p.

29 Regnard-Drouot, Céline, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société, 1851-1914, Rennes, PUR, 2009, 360 p.

30 Demier, Francis, et Farcy, Jean-Claude, Regards sur la délinquance parisienne à la fin du xixe siècle. Rapport de recherche sur les jugements correctionnels du Tribunal de la Seine (années 1888-1894), Centre d’histoire de la France contemporaine, Paris X Nanterre, 1997, 255 p.

31 Demartini, Anne-Emmanuelle, L’affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001, 430 p.

32 Nous avons essayé de pallier cette lacune en étudiant une affaire criminelle restée sans postérité : Farcy, Jean-Claude, L’affaire Poirier (1871-1874). Les Coujartières, Tournebride, Le Tertre. Une enquête criminelle dans le Perche-Gouët au lendemain de la guerre de 1870, Chartres, Société archéologique de l’Eure, 2012, 458-XXXII p.

33 Muchembled, Robert, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008, 498 p.

34 Chauvaud, Frédéric, De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, Éditions Brépols, 1991, 271 p. L’expression est reprise pour le siècle précédent par : Garnot, Benoît, « La violence dans la France moderne : une violence apprivoisée ? », p. 289-297 dans Violence, conciliation et répression. Recherches sur l’histoire du crime…, op. cit.

35 Nassiet, Michel, La violence, une histoire sociale, France, xvie-xviiie siècles, Seyssel, éditions Champ Vallon, collection Époques, 2011, 352 p.

36 Ploux, François, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, la Boutique de l’Histoire, 2002, 376 p.

37 Montel, Laurence, Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisée (1820-1940), thèse de doctorat, Histoire, Université de Paris X Nanterre, 2008, dact., 2 vol., 990 f°.

38 Lapalus, Sylvie, La mort du vieux. Une histoire du parricide au xixe siècle, Paris, Taillandier, 2004, 633 p.

39 Lignereux, Aurélien, La France rébellionnaire. Les résistances contre la gendarmerie, 1800-1859, Rennes, PUR, 2008, 365 p.

Table des illustrations

Légende Compte général de l’Administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1825 présenté au Roi par le Garde des Sceaux…, Paris, Imprimerie Royale, 1827, p. 18.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540