Version classiqueVersion mobile

Voyageuses dans l’Europe des confins (xviiie-xxe siècles)

 | 
Nicolas Bourguinat

De la périphérie vers le cœur de l’Europe au milieu du xixe siècle : le parcours de Natalia Ogareva1

Maya Goubina

Texte intégral

  • 1 Nous avons suivi la norme courante pour la translittération des noms russes. Toutes les traductions (...)

Les manifestations étaient quotidiennes à Rome. Le peuple, retourné par [la nouvelle de] la proclamation de la république française, se réunissait en grand ordre et marchait dans les rues de Rome en exigeant des réformes, en évoquant les frères souffrants en Lombardie, en prononçant les condoléances à l’attention de l’ambassadeur français qui, étant le représentant de la monarchie, ne savait vraiment pas quoi répondre, d’autant plus qu’il ne recevait aucune consigne de Paris ; à l’ambassade d’Autriche, on cassa le blason et on distribua aux présents [les morceaux de] cet oiseau noir en mémoire de ses actions noires.

  • 2 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), Moscou, Gosudarstvennoe izdatel’stvo khoudojestvennoi l (...)

Nous voyions souvent les journalistes démocrates de Rome et nous leur demandions si toutes les nouvelles des rébellions étaient véridiques ; ils répondaient en souriant que c’était loin de là : « Nous les pressentons, nous les devinons à l’avance et dans quelques jours elles [les nouvelles] se trouvent confirmées », disaient-il. Les volontaires ont commencé à se préparer d’aller à Milan et une énorme manifestation s’est formée. En se dirigeant du Corso au Colisée, elle s’est arrêtée au milieu du chemin devant une église où il y avait une messe et l’on a demandé au prêtre de bénir le drapeau italien qui partait pour la Lombardie. Une partie des gens est entrée dans l’église et tout le monde s’est agenouillé, nous ne savions pas quoi faire et restions sur le côté comme des étrangers [à la cérémonie], alors l’un des chefs révolutionnaires et dirigeants de la manifestation s’est approché de nous et a demandé que nous nous agenouillions aussi pour ne pas offenser le sentiment religieux de la foule2.

  • 3 Alexandre Herzen, Lettres de France et d’Italie, éd. de Marc Vuilleumier, Genève, Slatkine, 1972 [L (...)
  • 4 Tatiana Petrovna Passek est une lointaine parente d’Alexandre Herzen. Elle a consacré une grande pa (...)
  • 5 Voir : Vl. Putintsev, « N. A. Toutchkova-Ogareva i ee zapiski (N. A. Toutchkova-Ogareva et ses souv (...)
  • 6 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 230, note de bas de page.
  • 7 Ce second séjour durera une vingtaine d’années consécutives, ce qui ne permet pas de le considérer (...)

1Ainsi Natalia Ogareva évoque-t-elle, dans ses mémoires, l’expérience exceptionnelle qu’il lui fut donné de vivre, en circulant entre la France et l’Italie au moment des soubresauts révolutionnaires de 1848, expérience sur laquelle revint également son célèbre compagnon de route, le philosophe Alexandre Herzen, considéré comme le père du populisme russe, dans un texte célèbre tel que les Lettres de France et d’Italie3. La description des séjours que Natalia effectua à l’étranger fait donc partie intégrante du travail de réappropriation de son passé qu’elle entreprit dans ses mémoires, sans doute au début des années 1870 pour la première rédaction. Natalia raconte que l’idée d’écrire les mémoires lui a été inspirée par une amie – Tatiana P. Passek4 qui, durant la rédaction de ses propres souvenirs, « commandait » à Ogareva les descriptions de tels ou tels événements dont celle-ci avait été témoin5. Enfin, Passek avait conseillé à Ogareva de noter toutes ses réminiscences en insistant sur l’aspect psychologique positif que cette démarche pouvait avoir. Ogareva suivit le conseil tout en invoquant également parmi ses motifs pour prendre la plume la conscience aiguë qu’elle avait d’avoir été proche des deux esprits parmi les plus éclairés de l’époque. « Je considère de mon devoir de rétablir la vérité chaque fois que je le peux […] Je suis le dernier témoin de cette époque et je dois témoigner de ce que je sais être vrai6. » Bien postérieur aux événements décrits, le texte a été rédigé de mémoire, apparemment sans l’aide de notes, mais il donne pourtant un tableau très vivant des bouleversements de l’année 1848. Sans doute ces souvenirs étaient-ils d’autant plus marquants que pour la première fois Toutchkova-Ogareva se trouvait à l’étranger dans le cadre d’un voyage entrepris par sa famille, et pour la deuxième fois elle se trouvait hors de la Russie, suite à sa décision d’accompagner son premier mari, Nikolaï Ogarev, dans l’exil7.

1. Natalia Alekseevna Toutchkova-Ogareva, un profil d’héroïne ?

2Natalia est née en 1829 dans une illustre famille de la noblesse russe. Son nom de jeune fille – Toutchkova – fait partie de la quinzaine des noms de l’ancienne aristocratie, dont le souvenir a survécu dans la mémoire nationale, et évoque toujours pour un esprit russe l’époque de la Russie impériale. En outre, les noms des certains villages – le village de Toutchkovo à l’ouest de Moscou – garderaient encore le souvenir de cette lignée.

  • 8 Voir : Marc Raeff, Politique et culture en Russie : 18e-20e siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 19 (...)
  • 9 Cette peine a été abrogée par l’empereur Alexandre II pour les survivants, qui ont donc pu revenir (...)

3Les représentants de la famille des Toutchkov se sont illustrés dans différents événements politiques et militaires de l’histoire de l’Empire russe. Deux frères du grand-père de Natalia ont combattu pendant les guerres napoléoniennes – ils étaient morts de blessures reçues à la bataille de la Moskova en septembre 1812. Son père – Aleksej Toutchkov a fait partie des décembristes et a été brièvement arrêté après leur rébellion qui éclata à la mort de l’empereur Alexandre Ier en décembre 1825. Rappelons simplement l’impact que cette affaire a eu sur la vie de la société russe de l’époque. Les deux premières décennies du xixe siècle avaient vu grandir une génération des jeunes nobles dont les idées se démarquaient dans le contexte sociopolitique russe de l’époque8. Les débuts encourageants du règne d’Alexandre Ier avec les vues réformistes qu’il dissimulait à peine dès son accession au trône en 1801, puis la « découverte » de la France et de Paris en 1814-1818, et enfin la déception provoquée par le revirement d’attitude du tsar Alexandre qui manifestait de plus en plus de conservatisme vers la fin de son règne, les réalités malheureuses (le servage au premier chef) de la vie économique et sociale russe ainsi que l’éducation et l’instruction européenne de l’aristocratie – toutes ces circonstances contribuèrent à ancrer l’idée d’une nécessité vitale des réformes en Russie. Cela poussa les plus courageux à former des sociétés secrètes, à y réfléchir sur les méthodes à adopter et à organiser une rébellion suite à laquelle l’existence de la monarchie russe fut sérieusement mise en danger, pendant quelques heures, durant la journée du 14/26 décembre 1825. Les cinq acteurs les plus marquants de cette rébellion furent exécutés, des dizaines ont été envoyées en Sibérie à perpétuité9, ou dans les endroits les plus dangereux du front du Caucase. Et un dernier point est à rappeler dans le cadre de notre sujet : l’affaire des décembristes a une place importante dans l’histoire des femmes en Russie. En effet, plusieurs représentantes de la haute noblesse ont décidé de leur propre chef (certaines ont dû même insister auprès des autorités pour obtenir des autorisations) de suivre leurs maris en Sibérie.

4Dans la famille de notre héroïne, le souvenir de ces événements était non seulement bien vivant, mais sciemment entretenu par les membres qui correspondaient avec les déportés et recevaient ceux qui pouvaient leur rendre visite sur leur chemin d’une destination d’exil vers une autre. En outre, le père de Natalia se distinguait par sa position dans la société. Pendant plusieurs années il avait été le représentant de la noblesse de sa région, et en cette qualité il n’hésitait pas à prendre le parti des paysans contre leurs seigneurs, s’attirant le mécontentement de ces derniers mais gagnant un respect immodéré de la part de la paysannerie. Il avait également instauré des relations économiques raisonnables avec ses propres serfs sur ses terres.

5C’est ainsi qu’il faut imaginer l’atmosphère dans laquelle Natalia Ogareva avait grandi. Sa famille – appartenant à l’élite de la société, s’étant illustrée par les services rendus à l’État – se rendait, en même temps, parfaitement compte de l’état d’arriération de la Russie, et elle n’hésitait pas d’afficher ses aspirations d’émancipation politique et sociale.

Nikolaï Ogarev, Aleksandr Herzen et Natalia Toutchkova

  • 10 Pour plus d’informations sur la vie et la pensée de Nicolas Ogarev et d’Alexandre Herzen voir Miche (...)
  • 11 L’édition de ce journal dura 10 ans (1857-1867). Ensuite, en 1868, la feuille a paru en français.

6Rien d’étonnant que la famille des Toutchkov se fut liée d’amitié avec deux personnages qui seront par la suite les représentants parmi les plus connus, non seulement en Russie mais aussi à travers toute l’Europe, d’une pensée sociopolitique russe la plus progressiste de son temps. Nikolaï Ogarev et Aleksandr Herzen – amis de jeunesse – se distinguèrent tôt par leur mode de pensée, très avancé pour l’époque. Ils étaient proches des différents groupes de penseurs qui affichaient leur opposition au pouvoir impérial et ils furent finalement amenés à s’exiler à l’étranger10. C’est à Londres qu’ils entreprennent l’édition d’une feuille périodique Kolokol [la Cloche]11, distribuée clandestinement en Russie, et dans laquelle ils publiaient aussi bien leurs propres textes que des écrits censurés en Russie-même.

7C’est d’abord avec Nikolaï Ogarev – le propriétaire des terres avoisinantes – que les Toutchkov firent connaissance. Ogarev leur rendit régulièrement visite et Natalia le vit pour la première fois alors qu’elle n’avait que 6 ans. Ensuite, au moment où les Toutchkov partirent pour leur périple européen à la fin des années 1840, Ogarev leur fournit une lettre de recommandation qui les introduisit auprès de la famille d’Aleksandr Herzen, qui se trouvait au même moment en Italie et avec laquelle les Toutchkov se lièrent également d’amitié.

  • 12 Le IIIe département de la Police impériale russe était chargé de la surveillance politique.
  • 13 Voir Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 84.

8Natalia se montre très émancipée, pour l’époque, dans le domaine de sa vie privée. D’abord, elle consentit à vivre pendant quelques années avec Nikolaï Ogarev sans être mariée avec lui officiellement, ce qui choquait non seulement ses proches, mais même les officiers de police qui surveillaient Ogarev. « Au IIIe département12 personne ne croit qu’une Toutchkova pourra ne pas être mariée ; ça ne se peut pas13 », écrivait-elle. C’est là une illustration supplémentaire de la renommée dont la famille Toutchkov jouit dans la société russe de l’époque. Ensuite, lors de l’exil et pendant le séjour qu’elle et Ogarev font chez Herzen elle se lie avec ce dernier de liens beaucoup plus intimes que de simples liens d’amitié. Pendant un moment ils vivent tous sous le même toit : Nikolaï Ogarev, Natalia Toutchkova-Ogareva, Alexandre Herzen, les enfants d’Herzen de son premier lit et enfin, les enfants que Natalia aura avec Herzen. Durant cette cohabitation singulière Toutchkova-Ogareva est amenée à participer plus ou moins intensivement aux activités semi-révolutionnaires de Herzen et d’Ogarev.

2. Le voyage (1847-1848) et son récit

Le périple

  • 14 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 56.
  • 15 Ibid., p. 57.
  • 16 Les Herzen restent à l’étranger.
  • 17 Voir le détail ci-après.
  • 18 Elle ne fait qu’effleurer la question en disant vaguement que « nous étions attiré(e ?)s par des ch (...)

9Les Toutchkov – Natalia, sa sœur, son père (aucune mention dans le texte concernant la mère de Natalia) – quittent leur manoir en été 1847. Natalia a alors 18 ans, sa sœur est son aînée de quelques années. Après une halte à Moscou chez le grand-père et une attente de trois semaines des passeports à Saint-Pétersbourg ils s’embarquent à Cronstadt. Après trois jours de voyage ils débarquent à Stettin, ensuite ils visitent Berlin avec l’aide d’un Berlinois auprès de qui ils ont été recommandés par Ogarev. Après cinq jours à Berlin ils restent quelques mois à Dresde. Ensuite ils visitent « Vienne, Prague, Trieste, Venise, Pise, Gènes, Nice14 », de nouveau Gènes, Civitavecchia et, enfin, ils arrivent à Rome. Le lendemain de leur arrivée dans la capitale italienne ils rendent visite aux Herzen et, dès lors, ils deviennent « inséparables15 ». Ils visitent ensemble Rome et effectuent un séjour d’une dizaine de jours à Naples. Le 24 février 1848 les deux familles fêtent ensemble l’arrivée des nouvelles de la révolution de France. Ensuite, les Toutchkov quittent l’Italie pour la France, les Herzen les rejoignent quelque temps plus tard et tous ils restent à Paris durant l’été 1848. Le circuit de retour des Toutchkov est semblable à celui de l’aller – Dresde, Berlin, Cronstadt et en automne de la même année Natalia et sa famille reviennent à Saint-Pétersbourg16. Ce voyage correspond en tout point – circuit, durée, aspect familial, contacts avec les connaissances dans les lieux visités – à la tradition des longs périples effectués par l’aristocratie russe tout au long du xixe siècle17. L’absence d’indication d’un motif clair et précis de ce voyage18 confirme également qu’il s’agissait d’une démarche entreprise dans l’esprit du temps avec, on peut le penser, un but éducatif qui concernerait les deux jeunes filles.

La « féminité » et la « masculinité » du texte

  • 19 Voir Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam e (...)
  • 20 Ibid.

10Natalia Ogareva ne se sent pas obligée de se justifier, ni au sujet de son voyage ni à propos de la mise sur papier de celui-ci. En outre, le traitement du récit viatique en tant que morceau de ses mémoires explique l’absence d’une préface introduisant au texte, dans laquelle les femmes auteurs placent habituellement ce genre de justifications19. Enfin, les aspects de la vie privée de Natalia exposés ci-dessus semblent pouvoir expliquer l’absence dans le texte des traces d’un désir plus ou moins conscient d’émancipation – le trait que l’on attribue traditionnellement aux écrits féminins, notamment aux écrits de voyage20. L’écrit de cette mémorialiste en avance sur son temps ne garde naturellement pas non plus de traces de quelconque volonté d’effacement du « moi ».

  • 21 « Le récit de voyage au féminin se présente essentiellement comme le récit du quotidien fragmentair (...)
  • 22 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 59 et p. 68.

11En revanche, quelques autres critères de la « féminité » de l’écriture ogarévienne sont clairement identifiables. Évoquons en premier lieu le caractère subjectif du récit21. Natalia fait part des relations nouées avec les membres de la famille Herzen. Elle s’attarde sur la complicité qui s’installe entre elle et la première femme d’Alexandre Herzen tout en étalant son admiration pour cette dernière. Natalia décrit les menus détails du voyage : par exemple, pour ce qui est de la visite de Naples, elle précise avec qui elle se trouve dans la voiture et décrit les occupations de ses compagnons pendant les haltes. D’autres traits de l’écriture féminine – émotivité du récit, descriptions physiologiques (« la blancheur habituelle du visage de la femme d’Herzen22 ») – sont également présents dans le texte d’Ogareva.

  • 23 Voir notamment : Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, « Journaux féminins en langue française, 1 (...)
  • 24 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 65.

12Des chercheuses se sont essayées à recenser les traits originaux des écritures de voyage des femmes russes23 : les réflexions sur les moyens de transport et la « société » rencontrée sur les bateaux, dans les trains, etc. ; l’indication du lieu exact de la villégiature (noms des rues et des hôtels) avec leur appréciation (confortable ou non) et les détails de l’installation (quand il s’agit des séjours prolongés) ; enfin, la fréquentation de connaissances plus ou moins de fraîche date. Ainsi, mis à part les Herzen, les Toutchkov rendent visite à l’un de leurs amis à Nice, alors qu’à Paris ils se font accompagner par d’autres amis parmi lesquels il faudrait mentionner le nom d’Ivan Tourgueniev – le célèbre écrivain, l’auteur des Pères et Fils. Enfin, les Toutchkov logent avec les Herzen dans le même immeuble sur les Champs-Élysées. Les deux familles recevant leurs amis respectifs, Ogareva constate que « c’est un comptoir russe qui s’est véritablement organisé chez nous24 ».

  • 25 Bénédicte Monicat, Itinéraires…, op. cit., p. 58.

13L’écriture d’Ogareva s’aventure cependant dans des sphères d’intérêt habituellement étrangères aux femmes « voyageuses [qui], dans leur grande majorité, négligent la systématisation de l’expérience vécue, soit par ‘ féminité’, ces sphères de réflexion étant trop éloignées de l’univers féminin conventionnel, soit par nécessité, les grandes catégories et vérités ne résistant pas au contact avec le réel25 ». Natalia fait preuve d’un intérêt prononcé envers les événements politiques qui ont marqué le xixe siècle européen et dont elle et ses proches ont été les témoins sinon les acteurs. Contrairement à ses congénères elle tente de systématiser l’expérience vécue en détaillant sa vision des événements observés et en introduisant de manière suggérée son parti pris politique.

  • 26 Voir : Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 63.
  • 27 Ibid., p. 62-63. Cicerovachio, patriote italien, fut l’un des organisateurs des manifestations démo (...)
  • 28 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 63.
  • 29 Ibid., p. 297-298. Les Toutchkov logent sur les Champs-Élysées. Natalia n’a pas pu avancer au-delà (...)
  • 30 Ibid., p. 66 et p. 299.
  • 31 La question de la date de création de l’écrit reste donc importante.
  • 32 Dans les Lettres de France et d’Italie, les lettres V à VIII évoquent la période de décembre 1847 a (...)
  • 33 Il est vrai que d’autres voyageuses aristocrates russes faisaient preuve d’une curiosité non ordina (...)

14Aussi Natalia, sa sœur ainsi que certains membres de la famille Herzen participent-ils aux manifestations dans les rues à Rome. Ogareva se dit pleine de fierté et d’enthousiasme de porter pendant un moment le drapeau italien, elle ressent de la frustration au moment où elle consent de le rendre à une Italienne à la demande de celle-ci26. Natalia et ses compagnons assistent au discours de Cicerovachio27. « Durant ces jours de l’exaltation générale nous ne connaissions pas de repos en étant des journées entières debout ; nous nous étonnions et nous nous réjouissions d’être témoins de l’éveil de l’Italie et de la marche de l’histoire mondiale28 ». Dans Paris les Toutchkov ainsi que les autres Russes de leur entourage n’hésitent pas de parcourir la ville malgré les coups de feu, les barricades et les arrestations perpétrées par la police à tout bout du champ. Natalia qui se dit « toute bouleversée, pleine de transport et de sentiment de devoir29 » se hasarde même à essayer d’aller toute seule jusqu’aux barricades du côté du faubourg Saint-Antoine. Depuis leur logement sur les Champs-Élysées les Toutchkov entendent les salves tirées sur le Champ-de-Mars où l’on fusillait les rebelles30. Enfin, Natalia peint les images des ouvriers parisiens chantant la Marseillaise pendant leur marche en bon ordre vers la Mairie dans l’intention de réclamer du travail. On peut supposer que les considérations de Natalia concernant l’absence d’amélioration dans la vie du peuple français, notamment des Parisiens, durant l’année 1848 (tout comme celle citée ci-dessus concernant « la marche de l’histoire mondiale ») ont été influencées par sa réflexion postérieure31, voire par les vues politiques de Herzen lui-même32, mais leur présence dans le texte est notable33.

15Un autre trait qui montre qu’elle se joue des codes restreignant les champs légitimes de l’écriture féminine est qu’Ogareva s’adresse d’emblée à un lecteur avisé sinon érudit. Elle mentionne les monuments et les musées visités sans s’arrêter sur leurs descriptions. En revanche, elle détaille les événements et les discussions politiques et évoque les noms des différentes personnalités – des révolutionnaires italiens, allemands et, bien entendu, des exilés russes.

La perception de l’Europe

  • 34 Voir : Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 55-56.
  • 35 Ibid., p. 57, 65.
  • 36 Ibid., p. 58.
  • 37 Ibid., p. 58.

16Le récit du voyage de Natalia Ogareva s’inscrit non seulement dans la tradition européenne des textes viatiques féminins, mais plus généralement dans la tradition intellectuelle russe. Dès le xviiie siècle l’aristocratie russe pratique le voyage en Europe et s’exerce dans la description des périples effectués. Par ailleurs, l’appartenance culturelle et intellectuelle de l’élite russe à l’Europe est bien connue. Par conséquent, quand les voyageurs et voyageuses russes visitent l’Allemagne ou la France, la Suisse ou l’Italie, les Pays-Bas ou l’Angleterre ils sont conscients du fait qu’ils/elles viennent des confins de l’Europe afin de visiter la « vraie » Europe – le berceau de la civilisation dans les canons de laquelle ils ont été élevés et éduqués. Les Russes savent où ils vont et pourquoi ils y vont. On reste à Dresde pendant quelques mois et l’on visite tous les jours ses collections d’œuvres d’art34. On s’attend à ce que visiter tout ce qu’il y a à voir à Rome et à Paris ce ne soit pas « une mince affaire35 ». On sait que l’on visite Naples pour monter « sur le Vésuve comme tous les voyageurs en partie sur les ânes et en partie à pied » et pour certains, pour « brûler les semelles de leurs chaussures pour avoir essayé de marcher sur de la lave écoulée36 ». De toutes les façons « qui pourrait voir Naples pour la première fois dans sa vie avec indifférence37 ? »

  • 38 Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, « Les journaux… », op. cit., p. 64.

17Le moindre degré de découverte (l’aristocratie russe visite ce qu’elle pense connaître, de par sa culture et son éducation) débouche peut-être sur une moindre nécessité pour les voyageuses, en l’occurrence pour Ogareva, – en comparaison aux femmes issues du cœur de l’Europe civilisée et se dirigeant vers les confins, notamment vers l’Orient – de justifier sa place dans cet espace imaginaire des mobilités dans lequel les femmes du xixe siècle n’ont pas encore gagné toute leur légitimité. D’autant que, ainsi qu’Elena Gretchanaia et Catherine Viollet y ont insisté, les « libertés » dont jouissent et font preuve dans leurs écrits les voyageuses venues de la Russie impériale sont « remarquables » si l’on se réfère aux « conditions d’existence de leurs contemporaines en France, par exemple, à catégorie sociale équivalente : bien peu d’entre elles bénéficient d’un niveau d’éducation et de culture générale d’une qualité comparable ; bien peu ont l’occasion d’effectuer des voyages au long cours à travers toute l’Europe38 ».

  • 39 Voir : Denis Fonvizine, Lettres de France (1777-1778), Paris, CNRS Éditions, Oxford, Voltaire Found (...)
  • 40 Voir Maya Goubina, La vision russe de la France : évolution de l’image de l’autre ou réflexion sur (...)

18Par ailleurs, au début du xixe siècle une modification se produit dans l’imaginaire collectif russe. Dès les années 1820 le regard des Russes sur l’Europe connaît une évolution en perdant une sorte d’humilité qui marquait la perception russe de l’Europe au xviiie siècle et contre laquelle les meilleurs esprits de l’époque – tels Karamzine et Fonvizine39 – s’insurgeaient déjà dans leurs écrits. Dès la troisième décennie du xixe siècle40 et, à plus forte raison, au milieu du siècle les Russes assument mieux leur altérité. Oui, ils viennent des confins de l’Europe visiter le « cœur » celle-ci, mais ils savent que ce « berceau de civilisation » n’est pas exempt de défauts ni de failles.

  • 41 Ce n’est pas souvent le cas des voyageurs russes du xviiie siècle (excepté Fonvizine et Karamzine) (...)
  • 42 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 59.
  • 43 Ibid., p. 65.
  • 44 Ibid., p. 68.
  • 45 Ibid., p. 55.

19Ainsi les difficultés de voyage, le manque de confort dans les transports ou encore l’imprécision des informations fournies par les autochtones dans les endroits visités sont sobrement rapportées par Ogareva sans être accompagnés par un étonnement ou une déception particuliers41. Les Toutchkov sont lucides à propos d’un représentant de l’aristocratie et de l’élite économique italienne comme le financier Torloni, qui « malgré son titre de comte s’est trouvé être un personnage très stupide42 ». Ensuite, Natalia Ogareva note les sentiments de déception et d’indignation que ses compagnons de voyage ressentaient en observant le déroulement des événements de 1848 en France et la persécution des révolutionnaires italiens43. Et, enfin, c’est sans étonnement qu’elle constate la similitude de l’atmosphère qui régna à cette époque dans toute Europe – en son « cœur » aussi bien qu’à ses confins : « La date de notre retour [en Russie] s’approchait et, il faut l’avouer, revenir – c’était plus simple à l’époque où tous les pays étaient devenus une sorte de prison agrandie44. » Et, pourtant, au début de son voyage Ogareva – fidèle à l’esprit contestataire de sa famille – constatait la position de la Russie censurée et surveillée aux bordures d’une Europe de la citoyenneté et de la liberté. « Bien que Stettin soit une toute petite ville, tous ses habitants avaient l’air décontracté, la liberté se voyait sur chaque visage, alors que Pétersbourg donnait à l’époque une tout autre impression45 », observe-t-elle au terme de son périple.

  • 46 Ibid., p. 65.
  • 47 Le roman de Georges Sand Consuelo a paru pour la première fois chez L. de Potter en 1843.

20Pour terminer cet aperçu de la vision de l’Europe qu’Ogareva nous livre, il faut aussi admettre que son texte recycle certains stéréotypes, comme celui attaché par les Russes à la petite bourgeoisie allemande, dont la description physique – « de taille moyenne, avec le visage laid et peu expressif46 » – correspond parfaitement à l’image que les Russes du milieu de siècle se faisaient de cette couche sociale, souvent observée dans les villes étapes et les villes d’eaux du monde germanique, et qu’on retrouverait dans les fictions de Tourgueniev telles qu’Eaux printanières par exemple. Enfin, l’intertextualité est également de mise dans son récit : elle rapporte les paroles d’Alexandre Herzen qui évoque les personnages du comte de Monte-Cristo et de Consuelo47. Alors que les descriptions des paysages italiens proposées par Natalia rappellent les tableaux du peintre Karl Brioullov.

3. L’européanité et ses confins

  • 48 Jean Bonamour, Le roman russe, Paris, PUF, 1978, p. 12. Voir également : Bernard Michel, Nicole Pié (...)
  • 49 Martin Malia, L’Occident et l’énigme russe, Paris, Le Seuil, 2003, p. 56.

21La perception de l’Autre se construit en une étroite interdépendance avec la perception de soi. Pour cette raison, la question de la perception russe de l’Europe est particulièrement délicate à traiter. D’une part, « l’identité nationale (russe) s’affirme, par prédilection, face à l’Europe48 ». D’autre part, la culture et, par conséquent, l’identité de la partie instruite de la société de la Russie impériale était très fortement marquée par la culture européenne (l’éducation reçue des gouverneurs et précepteurs étrangers, parfois approfondie dans les universités ; la maîtrise des langues européennes parfois supérieure aux connaissances en russe ; l’engouement pour la mode et les goûts européens, etc.). Par conséquent, la perception des confins européens était très complexe chez les voyageurs russes. Si ces derniers – qui étaient dans leur écrasante majorité les représentants de l’élite – se rendaient compte que la Russie constituait les « confins » de l’Europe – soit par sa position géographique, soit par son retard social (le servage) et/ou politique (la monarchie, l’insuffisance des libertés publiques, etc.) – ils n’étaient pas moins persuadés qu’à l’intérieur de l’Empire c’était eux qui représentaient l’européanité, le reste de la société restant aux « confins » de celle-ci. Et, au contraire, pendant leurs voyages en Europe les aristocrates russes s’associaient facilement à l’élite des sociétés des pays visités (souvent de vrais liens de parenté existaient !), la populace de ces derniers se trouvant aux « confins » de la « vraie » Europe tout comme le « simple peuple » russe. Malgré le retour de plus en plus prononcé vers les valeurs nationales qui a marqué le xixe siècle russe, « la distinction entre les individus » restait pour de nombreux aristocrates russes « sociale avant d’être nationale49 » et cela – souvent à leur insu.

  • 50 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 60.

22C’est ainsi que s’explique, sans doute, l’attitude de curiosité et de léger étonnement avec laquelle Natalia Ogareva nous livre sa description des voleurs napolitains. Lors de leur séjour à Naples les Herzen se font voler tous leurs papiers. L’enquête menée (par les journalistes napolitains et non pas par la police !) amène Alexandre Herzen au repaire des bandits qui serait « terre défendue pour la police italienne50 ». La description assez romantique de l’épisode répond aux canons des récits de découverte des terres inconnues avec l’image du « bon sauvage » aux « regards brûlants » mais honnête. Visiblement nos voyageurs venus des « confins » de l’Europe (du point de vue sociopolitique pour les Toutchkov et les Herzen contestant le régime de la Russie impériale) « découvrent » les autres « confins » – culturels, voire civilisationnels – de l’Europe civilisée en plein « cœur » de cette dernière.

23Natalia Toutchkova-Ogareva laissa donc à la postérité le récit d’une vie durant laquelle elle fit preuve d’une remarquable avance sur son époque et sur sa société. Tout en étant conforme à la tradition des récits viatiques des auteurs russes et, sur certains points, à la tradition de l’écriture féminine de manière plus générale, le texte d’Ogareva reflète indubitablement sa personnalité de femme libre et engagée. Ainsi, sa perception des réalités européennes permet de constater la cohabitation de plusieurs « confins européens » de nature différente dans l’imaginaire des voyageurs russes du xixe siècle.

Notes

1 Nous avons suivi la norme courante pour la translittération des noms russes. Toutes les traductions du russe sont de nous.

2 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), Moscou, Gosudarstvennoe izdatel’stvo khoudojestvennoi literatoury, 1959, p. 70.

3 Alexandre Herzen, Lettres de France et d’Italie, éd. de Marc Vuilleumier, Genève, Slatkine, 1972 [Londres, 1855]. Elles se composent de Lettres de l’avenue Marigny, no I à IV, composées en 1847 à Paris et tout de suite publiées dans Sovremennik (Le Contemporain) ; les no V à VIII sont les Lettere da via del Corso, rédigées en 1847-1848 à Rome et Naples, mais qui ne parurent pas comme prévu dans la même revue par peur de la censure, et qui circulèrent simplement chez quelques proches à Moscou ; les lettres no IX à XI et les lettres De nouveau à Paris racontent mai et juin 1848 : ces deux groupes des lettres parurent en allemand, retravaillées, en 1850 (Briefe aus Italien und Frankreich (1848-1849) von einem Russen, Hambourg, Hoffmann und Campe) ; les lettres no XII à XIV sont datées de Nice. La parution prévue en français en 1854 dans le journal de la proscription française de Jersey, L’Homme, ne put se faire, de sorte que la première traduction française, effectuée par la fille de l’auteur, Natalie Herzen, parut seulement en 1871 à Genève.

4 Tatiana Petrovna Passek est une lointaine parente d’Alexandre Herzen. Elle a consacré une grande partie de ses mémoires (Iz dal’nikh let (Sur les années passées), Saint-Pétersbourg, 1878-1879) à l’enfance et à la jeunesse de celui-ci. C’est cette première rédaction des souvenirs de Natalia, datable de la fin des années 1870 ou du début des années 1880, qui a été utilisée par son amie et inspiratrice Tatiana. Ensuite, Toutchkova-Ogareva rédige une deuxième rédaction enrichie, dont les extraits censurés sont publiés presque immédiatement – dès l’année 1890 et ils paraissent durant toute la dernière décennie du siècle dans les revues littéraires. La mémorialiste verra de son vivant ses mémoires paraître dans une édition séparée et à peu près complète, en 1903, mais deux autres publications (en 1929 et en 1959) verront jour après sa disparition : après les révolutions de 1917, on reproduira les morceaux coupés par la censure tsariste et on enrichira le texte de divers documents d’archives.

5 Voir : Vl. Putintsev, « N. A. Toutchkova-Ogareva i ee zapiski (N. A. Toutchkova-Ogareva et ses souvenirs) » in Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 14-15. Putintsev signale qu’il arrivait à Ogareva de noter les bribes de ses souvenirs avant de recevoir ces conseils de la part de Passek, mais que cette dernière a tâché de convaincre Ogareva d’écrire « à l’attention du large public ».

6 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 230, note de bas de page.

7 Ce second séjour durera une vingtaine d’années consécutives, ce qui ne permet pas de le considérer en tant que voyage et sa description ne sera donc pas analysée dans cet article.

8 Voir : Marc Raeff, Politique et culture en Russie : 18e-20e siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, 289 p.

9 Cette peine a été abrogée par l’empereur Alexandre II pour les survivants, qui ont donc pu revenir de l’exil une trentaine d’années plus tard.

10 Pour plus d’informations sur la vie et la pensée de Nicolas Ogarev et d’Alexandre Herzen voir Michel Mervaud, Socialisme et liberté : la pensée et l’action de Nicolas Ogarev. 1813-1877, Mont-Saint-Aignan / Paris, Université de Haute-Normandie / Institut d’Études Slaves, 1984 ; Georges Le Rider et Michel Mervaud, Alexandre Herzen l’Européen, Paris, Institut d’Études Slaves, 2007.

11 L’édition de ce journal dura 10 ans (1857-1867). Ensuite, en 1868, la feuille a paru en français.

12 Le IIIe département de la Police impériale russe était chargé de la surveillance politique.

13 Voir Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 84.

14 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 56.

15 Ibid., p. 57.

16 Les Herzen restent à l’étranger.

17 Voir le détail ci-après.

18 Elle ne fait qu’effleurer la question en disant vaguement que « nous étions attiré(e ?)s par des changements, par un voyage… » la phrase se terminant, de surcroît, par « … ». De plus, le contexte permet de supposer qu’il ne s’agit que des sentiments ressentis par Natalia et sa sœur. Voir Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 54. Cette phrase permet de supposer que la mémorialiste n’aurait pas simplement oublié d’en parler. Par ailleurs, un silence intentionnel sur la question semble être peu probable étant donné qu’Ogareva n’hésite pas de dévoiler dans ses mémoires de nombreux aspects plus ou moins compromettants. Un travail dans les Archives, notamment, avec la correspondance de N. Ogareva, pourrait fournir des éclairages supplémentaires.

19 Voir Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam et Atlanta, Rodopi, 1996, p. 63.

20 Ibid.

21 « Le récit de voyage au féminin se présente essentiellement comme le récit du quotidien fragmentaire et subjectif du voyage » (ibid., p. 58).

22 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 59 et p. 68.

23 Voir notamment : Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, « Journaux féminins en langue française, 1780-1850 », Cahiers du Monde Russe, 2009, no 50-51, p. 55-57.

24 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 65.

25 Bénédicte Monicat, Itinéraires…, op. cit., p. 58.

26 Voir : Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 63.

27 Ibid., p. 62-63. Cicerovachio, patriote italien, fut l’un des organisateurs des manifestations démocratiques à Rome de 1846 à 1848. Il fut plus tard fusillé par les Autrichiens.

28 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 63.

29 Ibid., p. 297-298. Les Toutchkov logent sur les Champs-Élysées. Natalia n’a pas pu avancer au-delà de la place Vendôme.

30 Ibid., p. 66 et p. 299.

31 La question de la date de création de l’écrit reste donc importante.

32 Dans les Lettres de France et d’Italie, les lettres V à VIII évoquent la période de décembre 1847 au 3 mars 1848 et son itinéraire de Paris à Rome par la Riviera jusqu’aux événements romains et napolitains du début d’année 1848. C’est le récit d’un enthousiasme (l’Europe terre des révolutions et des libertés) changé en frustration et en nostalgie du pays natal (l’insurrection bourgeoise et ouvrière n’ayant pas tenu ses promesses, un retour aux sources est nécessaire, et Herzen redécouvre notamment l’importance de la cellule villageoise dans la Russie profonde). Voir par exemple Maria Pia Todeschini, Russi in Italia dal Quatrocento al Novecento. Bio-bibliografia descrittiva, Moncalieri, Cirvi, 1997, p. 104-106.

33 Il est vrai que d’autres voyageuses aristocrates russes faisaient preuve d’une curiosité non ordinaire en visitant non seulement les monuments historiques et les lieux marquants de l’histoire et de la culture européenne, mais aussi, par exemple, les bagnes. Voir : Catherine Viollet, « Écritures parallèles : journaux de voyage rédigés en français par de jeunes aristocrates russes » in Avtobiografitcheskaia praktika v Rossii i vo Frantsii (Pratique autobiographique en Russie et en France), Mosou, IMLI RAN, 2006, p. 144. Mais il est évident que le témoignage d’Ogareva concernant les événements politiques en Europe est tout à fait spécifique par son développement. En outre, elle accompagne le récit des réalités observées par ses réflexions et analyses en tentant de synthétiser l’expérience vécue.

34 Voir : Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 55-56.

35 Ibid., p. 57, 65.

36 Ibid., p. 58.

37 Ibid., p. 58.

38 Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, « Les journaux… », op. cit., p. 64.

39 Voir : Denis Fonvizine, Lettres de France (1777-1778), Paris, CNRS Éditions, Oxford, Voltaire Foundation, 1995, et Nikolaj Karamzine, Lettres d’un voyageur russe (en France et en Suisse), Paris, Quai Voltaire, 1991. Parmi les recherches récentes, voir ainsi Rodolphe Baudin, Nikolaï Karamzine à Strasbourg. Un écrivain-voyageur russe dans l’Alsace révolutionnaire, 1789, Strasbourg, PUS, 2011 ou Sara Dickinson, Breaking Ground. Travel and National Culture in Russia from Peter I to the Era of Pushkin, Amsterdam, Rodopi, 2008.

40 Voir Maya Goubina, La vision russe de la France : évolution de l’image de l’autre ou réflexion sur soi ? D’après les documents privés (1814-1825) (http://russie-europe.ens-lsh.fr/article.php3?id_article=55) ; Maya Goubina, La perception réciproque des Français et des Russes d’après la littérature, la presse et les Archives (1812-1827), doctorat en histoire, Université de Paris-Sorbonne, 2007, notamment, le chapitre VI. (http://www.theses.paris-sorbonne.fr/these_goubina/paris4/2007/these_goubina/html/index-frames.html)

41 Ce n’est pas souvent le cas des voyageurs russes du xviiie siècle (excepté Fonvizine et Karamzine) et du tout début du xixe siècle. Voir : Maya Goubina, La vision russe de la France…, op. cit., http://russie-europe.ens-lyon.fr/article.php3?id_article=55.

42 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 59.

43 Ibid., p. 65.

44 Ibid., p. 68.

45 Ibid., p. 55.

46 Ibid., p. 65.

47 Le roman de Georges Sand Consuelo a paru pour la première fois chez L. de Potter en 1843.

48 Jean Bonamour, Le roman russe, Paris, PUF, 1978, p. 12. Voir également : Bernard Michel, Nicole Piétri, Marie-Pierre Rey, L’Europe des nationalismes aux nations, Paris, SEDES, 1996, p. 115.

49 Martin Malia, L’Occident et l’énigme russe, Paris, Le Seuil, 2003, p. 56.

50 Natalia Ogareva, Vospominaniia (Souvenirs), op. cit., p. 60.

Auteur

Centre de recherche en histoire des Slaves, Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne et Université de Paris-Est Créteil.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search