Version classiqueVersion mobile

Voyageuses dans l’Europe des confins (xviiie-xxe siècles)

 | 
Nicolas Bourguinat

L’union du féminisme et de l’impérialisme : Unprotected Females in Sicily d’Emily Lowe

Stefania Arcara
Traduction de Stéphanie Alkofer

Texte intégral

1Emily Lowe fut la première voyageuse anglaise à consacrer un livre à part entière à la Sicile. Le titre provocateur qu’elle choisit pour son récit de voyage, Unprotected Females in Sicily, Calabria and on the Top of Mount Aetna, publié en 1859, met délibérément en scène le fait que Lowe se passa de chaperon masculin durant l’exploration de l’île (elle voyagea uniquement accompagnée de sa mère). Son récit mêle de manière complexe et contradictoire le discours de l’impérialisme et celui de la féminité : l’originalité du texte tient au fait que la construction discursive de la féminité qui s’y opère aboutit souvent à l’affirmation d’une revendication (proto) féministe. Cet article s’efforcera d’illustrer les stratégies discursives d’Emily Lowe et d’analyser la représentation qu’elle donne d’elle-même en tant que voyageuse indépendante mais aussi en tant que fier sujet de la Couronne britannique visitant une région située à la périphérie de l’Europe. Je montrerai comment elle décrit la Sicile et les Siciliens d’un point de vue explicitement « féminin », tout en portant sur eux un regard impérialiste marqué, héritier de la plus pure tradition du discours colonial britannique. J’espère ainsi démontrer que les discours du féminisme et de l’impérialisme sont, dans le cas d’Emily Lowe, mutuellement dépendants l’un de l’autre et inextricablement enchevêtrés : l’identité féminine de l’auteur est solidement fondée sur son identité de sujet national et impérial. Comme nous le verrons, la voix auctoriale porte par conséquent la marque d’un certain nombre de contradictions et de négociations nécessaires. Voyageuse explorant les confins de l’Europe à l’époque de l’Empire britannique, Emily Lowe apparaît comme une figure hautement contradictoire, qu’on aurait tort de réduire à un emblème de l’indépendance et de la rébellion féminines ou à une glorieuse héroïne protoféministe.

2Comme l’explique Alison Blunt dans son ouvrage sur Mary Kingsley et l’Afrique, l’historien qui souhaite étudier les voyageuses du passé doit se garder de certains dangers :

  • 1 Alison Blunt, Travel, Gender and Imperialism. Mary Kingsley and West Africa, New York et Londres, (...)

En tentant de faire émerger du passé des « héroïnes » féministes, on perpétue au lieu de les remettre en question les catégories d’analyse masculinistes et humanistes traditionnelles en isolant les sujets individuels de leurs contextes discursifs1.

  • 2 Ibid., p. 35.

3L’analyse que je propose d’Emily Lowe et du récit de son voyage aux frontières méridionales de l’Europe ne cherche donc pas à isoler et glorifier une énième grande femme de l’histoire (ce que, d’un certain point de vue, on ne peut nier qu’elle ait été), mais à situer le texte dans son contexte culturel et historique, pour montrer que les positions de sujet adoptées par Emily Lowe, en tant que femme, en tant que voyageuse, et en tant que représentante de l’Empire britannique, sont « par nature instables et décentrées2 ».

1. La vision victorienne du Sud : la Sicile, frontière de l’Europe

  • 3 Shirley Foster, Across New Worlds. Nineteenth-Century Women Travellers and Their Writings, New Yor (...)
  • 4 Un an avant la parution du récit de Lowe, la romancière irlandaise Julia Kavanagh avait décrit son (...)

4Un an avant son voyage en Sicile, Emily Lowe et sa mère parcourent la Norvège et effectuent la traversée du Sognefjord, expérience décrite dans un premier récit de voyage intitulé Unprotected Females in Norway (1857). Lowe a soigneusement choisi la Norvège et la Sicile pour destinations car elles ne font pas partie de l’itinéraire traditionnel du Grand Tour. Dès les années 1840, le marché britannique est saturé de récits de voyages en Italie, qui paraissent au rythme de quatre par an, et dont beaucoup sont désormais l’œuvre de femmes. Ce type de récit est devenu si conventionnel, si stéréotypé, que ses auteurs s’excusent souvent abondamment en préface d’oser traiter une matière si familière3. Le choix que fait Emily Lowe de la Sicile, donc, en lieu de l’« Italie », compte parmi les nombreuses stratégies qu’elle utilise pour se construire une image de voyageuse intrépide et exceptionnelle, avide de se distinguer de la cohorte des autres voyageuses en Italie4.

  • 5 Stefania Arcara, Constructing the South : Sicily, Southern Italy and the Mediterranean in British (...)
  • 6 Il faudrait nuancer ce propos cependant, car il existe bien sûr une Méditerranée saintsimonienne, (...)
  • 7 Pour un inventaire de la documentation, voir Salvo Di Matteo, Viaggiatori stranieri in Siicilia da (...)
  • 8 Sur le concept de « zone de contact », voir Mary Louise Pratt, Imperial Eyes : Travel Writing and (...)
  • 9 Voir John Dickie, « Stereotypes of the Italian South, 1860-1900 », in Robert Lumley et Jonathan Mo (...)
  • 10 A.F. Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile, fait en mdccci et mdcccii, Paris, Didot, 180 (...)

5Au milieu du xixe siècle, à l’époque à laquelle se situe le récit de Lowe, la Sicile et l’Italie du Sud – l’ancienne Magna Graecia – représentent pour les Britanniques le visage du « Sud », cette région qui a abrité la splendide civilisation de l’Antiquité classique mais qui, désormais délaissée par le progrès, croupit dans les eaux de la superstition catholique et de la stagnation économique. Cette vision du Sud est construite en opposition, et en complémentarité, avec celle du Nord (c’est-à-dire la Grande-Bretagne), pays du progrès, de la modernité industrielle et du protestantisme, seule version authentique du christianisme. La dichotomie Nord/Sud est associée à un réseau d’oppositions binaires, confrontant modernité et antiquité, progrès et retard, industrie et agriculture, christianisme et paganisme, protestantisme et catholicisme, intégrité morale et péché5. L’opposition entre Europe du Nord et Europe du Sud se fonde sur l’idée – perpétuée par l’historiographie, la littérature et les récits de voyage victoriens – selon laquelle la « lumière de la civilisation », née dans le « berceau » de la Méditerranée au sein des glorieuses cultures de la Grèce et de la Rome antiques, s’est déplacée vers le nord à l’époque moderne, et plus particulièrement vers la Grande-Bretagne. Pour la Grande-Bretagne du xixe siècle, la distinction géographique Europe du Nord/Europe du Sud se double d’une distinction culturelle opposant modernité et antiquité : l’identité impériale de la Grande-Bretagne s’appuie sur l’idée selon laquelle les Victoriens seraient les dignes héritiers du passé et des valeurs de la civilisation classique. Celles-ci auraient été raffinées sous l’effet du protestantisme, et les Britanniques auraient désormais le devoir de les exporter et de les imposer au reste du monde. La Méditerranée de l’époque est, quant à elle, vue comme une région moribonde, en proie à la superstition et à la stagnation6. On peut ainsi relier cette idée du « Sud » à la tradition du discours occidental hégémonique dénoncée par Edward Said dans L’Orientalisme : la construction du Sud est à mettre en rapport avec les discours sur la race, le caractère national, le déterminisme climatique, le progrès et ses implications sur le plan impérial7. Dans l’imaginaire britannique, la Sicile figure probablement la région la plus « orientalisée » de l’Italie, en raison de son passé grec et arabe. Elle est le plus souvent conçue comme une « zone de contact » culturel, pour reprendre les termes de Mary Louise Pratt8, un espace où l’Europe et la « non-Europe » (l’Afrique, l’Orient) s’entrechoquent et se mêlent, non sans tension ni ambiguïté. Le récit d’Emily Lowe, comme celui de beaucoup d’autres voyageurs qui la précèdent ou la suivent, est riche en stratégies de représentation orientalistes9. Son choix de la Sicile est lié à l’image donnée de l’île comme frontière de l’Europe, étrangement associée à l’Afrique et à l’Orient. Comme l’avait déclaré sans équivoque Creuzé de Lesser quelques années plus tôt : « L’Europe finit à Naples, et même elle y finit assez mal. La Calabre, la Sicile, tout le reste est de l’Afrique10. »

2. « Ce sont des ladies anglaises ! » : voyage et représentation de soi

  • 11 John Pemble, The Mediterranean Passion, op. cit., p. 77-78.
  • 12 [Emily Lowe], Unprotected Females in Norway, or the Pleasantest Way of Travelling There, Passing T (...)

6Puisque le Grand Tour n’incluait que rarement des étapes situées au sud de Naples, les voyageurs qui s’aventuraient en Sicile étaient considérés comme intrépides. Le choix de cette destination constitue donc un élément central de la stratégie de représentation de soi mise en œuvre par Lowe, qui insiste ainsi sur son esprit d’aventure. À ceci s’ajoute l’autre élément essentiel que constitue son « absence de protection », fièrement soulignée dans le titre du livre (« unprotected »). Comme le remarque John Pemble, « toutes les femmes voyageant à l’étranger sans compagnie masculine, qu’elles soient seules, à deux ou en groupe, étaient qualifiées de ‘unprotected’, et le terme véhiculait de fortes connotations d’excentricité11 ». Lowe semble vouloir insister sur le caractère excentrique et exceptionnel de son comportement au lieu de le minimiser, à tel point qu’elle manie une ironie cinglante en y faisant référence. Au début de son récit sur la Norvège, elle déclare ainsi avec provocation : « La seule utilité d’un gentleman en voyage est de surveiller les bagages, et nous prenons soin de ne pas nous encombrer de bagages12. »

  • 13 Emily Lowe fut de fait une célébrité de son temps : en plus de voyager sans chaperon, elle fut la (...)
  • 14 [Emily Lowe ], Unprotected Females in Sicily, Calabria and on the Top of Mount Ætna, Londres, Rout (...)

7Sa violation audacieuse du système de chaperonnage est ainsi délibérément mise en scène comme un signe de force et d’indépendance. Pour cette raison, on peut à juste titre la replacer dans le contexte de l’émergence d’un discours féministe dans l’Angleterre victorienne. L’originalité de son récit tient à la force de caractère du personnage sous les traits duquel elle se représente dans le texte : une femme voyageuse qui affirme son indépendance, et qui, comme nous le verrons, défie ouvertement les conventions sexuelles. Elle semble prendre plaisir à scandaliser ses lecteurs par son non-conformisme13. Le récit est dominé par son personnage, et son exhibitionnisme égocentrique est tel qu’elle se délecte à rapporter, avec force points d’exclamation, le scandale que sa mère et elle-même représentent aux yeux des Siciliens, qui n’ont jamais vu de femmes voyager seules : « La mine seule d’un habitant de l’île suffisait à exprimer l’horreur qu’il ressentait devant des femmes qui girare senza essere accompagnate ! ! ! (voyagent sans chaperon ! ! !)14 ». Le plus significatif, cependant, reste que son affirmation d’indépendance en tant que femme est étroitement liée à l’affirmation de son identité nationale, comme lorsqu’elle rapporte fièrement les commentaires d’un Sicilien, admiratif devant sa mère et elle : « Je suis sûre que ce sont des ladies anglaises ! On en rencontre, seules, jusqu’à Jérusalem ! » (48).

8Son audace est de nouveau mise en scène lors du récit de son ascension du mont Etna, épisode auquel elle accorde une importance particulière en l’évoquant dans le titre du livre et en le plaçant en position centrale au sein du récit. Elle montre son goût de la compétition vis-à-vis des autres voyageurs anglais ayant tenté l’ascension avant elle, et elle semble prendre plaisir à rappeler que son compatriote, le géologue renommé Sir Charles Lyell (1797-1875), qui avait tenté d’atteindre le cratère du volcan peu de temps auparavant, « lorsqu’il entreprit la grande ascension, ne put jamais dépasser Montagnuolo. » (140) Lorsqu’elle décrit son départ à l’aube, en compagnie de sa mère et de deux guides locaux chargés de provisions et de quantité de châles, elle fait naître habilement le suspense et présente son entreprise au lecteur en des termes dramatiques :

Le moment était venu où deux des merveilles de la création, un volcan enneigé et la curiosité d’une femme, devaient confronter leur ardeur l’un à l’autre (129).

  • 15 Comme le remarque Susan Bassnett, « la vision de l’homme comme voyageur audacieux et héroïque » so (...)

9Par son recours à la personnification, Lowe exploite le stéréotype misogyne de la « curiosité féminine » en l’inversant et en le transformant en une marque de force féminine, capable de défier le pouvoir d’un volcan enneigé. Comme dans d’autres passages du récit, elle adopte ici le rôle de l’aventurier héroïque, historiquement associé au genre masculin : elle s’approprie ce rôle en le rendant féminin, transgressant ainsi l’un des principes fondateurs du récit de voyage15.

10En opposition à ces stratégies discursives centrées sur une revendication féministe, Lowe adopte à d’autres endroits du texte une voix très différente. Dans le chapitre consacré à l’ascension de l’Etna, par exemple, son identité de femme forte et déterminée se dissipe soudain pour être remplacée par des images plus traditionnelles de la féminité : dans un moment difficile, la nuit venue, alors que les mules qui doivent la reconduire au village de Nicolosi semblent avoir disparu, elle s’abandonne à des effusions mélodramatiques et paraît sur le point de s’évanouir, lieu commun de la représentation de la femme victorienne. Elle craint qu’on la laisse « mourir » dans la sombre forêt de l’Etna, et tremble de terreur à l’idée que les célèbres brigands siciliens puissent rôder dans l’ombre : « ‘Mais sont-ce des bandits ?’ tremblions-nous » (146). Lowe revêt ici, comme en d’autres occasions, le masque d’une héroïne de roman gothique, celui d’une jeune fille fragile et innocente dominée par ses émotions.

11Peu après, cependant, elle lui substitue nonchalamment l’autre masque, celui de la voyageuse audacieuse, méprisant le danger et les conventions. Lowe est extrêmement fière d’avoir réussi à atteindre le cratère principal de l’Etna en décembre : afin d’accentuer encore son triomphe, elle rapporte les commentaires admiratifs des deux guides siciliens, Angelo et Giorgio, qui expliquent qu’un tel miracle – l’ascension de l’Etna par une femme – ait pu se produire par le fait qu’il a eu lieu le lendemain du 13 décembre, fête de Santa Lucia. Toujours avide de se mettre en scène, Lowe suggère que les guides l’ont prise pour la sainte elle-même, miraculeusement descendue sur terre en ce jour remarquable :

Jamais, jamais n’auraient-ils songé à guider des femmes par une telle neige ; du petit nombre d’hommes qui s’y essaient, un seul au mieux réussit à atteindre la forge en hiver ; seul un ‘giorno di Santa Lucia’ aurait pu effectuer un tel miracle, et j’en viens même à penser qu’ils finirent par nous prendre pour de très proches relations de sa sainteté ; peut-être même l’une d’entre nous pour elle en personne. (142 ; italiques ajoutés)

12Lowe profite de l’opportunité de souligner à la fois la crédulité de la population catholique et la singularité extraordinaire de sa personne lors d’un autre épisode où elle va jusqu’à présumer qu’on l’a prise pour la Sainte Vierge elle-même. Ceci se produit lors de l’arrivée de Lowe et de sa mère dans un petit village situé dans l’intérieur de l’île : alors qu’elles descendent de voiture, elles deviennent la cible de la curiosité mêlée de révérence de la population locale à l’égard de deux femmes étrangères voyageant seules. Comme le rapporte l’auteur :

Une foule s’amassa progressivement dans notre sillage ; nous cherchâmes refuge dans une église, ils envahirent les lieux pour nous contempler avec une attention fervente, et incompréhensiblement édifiante, jusqu’à ce que quelqu’un murmure de manière audible à un nouveau venu : « Chut ! Sarà la Santa Madonna ! » Ne voulant pas nous rendre coupables d’un sourire irrévérencieux, nous sortîmes… (53)

3. « Vous êtes danseuse, Signora ? » : le goût du badinage

  • 16 Alison Blunt, Travel, Gender…, op. cit., p. 58.

13En accord avec la tradition du récit de voyage du temps de l’impérialisme, Lowe dirige sur les habitants de l’île un regard qui les réduit au statut d’objets, mais, en particulier parce qu’elle est une femme, elle doit aussi composer avec le fait qu’elle est, en retour, inévitablement soumise au regard des Siciliens, ambivalence que le récit fait apparaître à maintes reprises. La voyageuse porte sur les habitants de l’île, ou les « indigènes » (« natives ») comme elle les appelle, un regard mêlant curiosité, analyse et jugement. La voyageuse est une observatrice, prête à consigner le moindre détail pour le rapporter à ses lecteurs et leur faire comprendre le mode de vie des Siciliens. D’autre part, jeune femme voyageant sans chaperon masculin, elle est confrontée à la curiosité de la population et à leur regard souvent lourd de suggestions sexuelles. Comme l’écrit Alison Blunt au sujet des récits de voyage vers l’outre-mer colonial écrits par des femmes : « Leur désir de regarder […] est entravé par le fait qu’elles-mêmes deviennent objet des regards16. » C’est bien ce qui arrive à Emily Lowe en Sicile, et c’est ce dont elle se défend à travers une série de stratégies d’ordre à la fois pratique et rhétorique. Lorsque son équipage est encerclé par une foule de curieux et de mendiants sales dans le village éloigné de Santa Caterina, dans l’intérieur de l’île, elle rassure ses lecteurs en affirmant pouvoir se sortir sans dommage de la situation, car

à mon côté pendait un instrument infaillible pour éviter d’être touchée par des mendiants sales ou des enfants : une tête de renard empaillé, aux yeux brillants de ruse, qui me servait aussi de poche dans laquelle ranger mes couleurs ; et, en cas de danger, un petit sifflet fait dans une patte de chamois (41-42).

14Les yeux de l’animal empaillé fonctionnent comme une sorte d’amulette magique qui permet à Lowe d’intensifier le pouvoir de son propre regard et de contrecarrer en le court-circuitant ou l’annihilant le regard que la population dirige sur elle et sur sa mère. De même, Lowe raconte un autre épisode où, se promenant un après-midi dans les rues désertes de Catane à l’heure de la sieste, elle devient l’objet de l’attention d’un Sicilien. L’assujettissement de Lowe, en tant que jeune femme étrangère, aux regards de concupiscence, et la position de faiblesse et de passivité à laquelle elle se voit reléguée, sont habilement inversés dans le récit amusé qu’elle fait de l’épisode. Le passage suivant vise à mettre en relief son charme personnel tout autant que le provincialisme navrant des Siciliens :

La remarque du premier lazzaroni, tout juste sorti du sommeil, que nous croisâmes, témoignait du fait que les chapeaux et les plumes des ladies anglaises n’étaient pas communs à Catane. Il demanda d’un air indolent (« lazy »), « Siete una ballerina, Signora ? » (« Vous êtes danseuse, Signora ? ») (93).

  • 17 H.M.L.S., A Few Words of Advice on Travelling and Its Requirements Addressed to the Ladies, Londre (...)

15La stratégie de Lowe consiste ici à assumer la position de domination de la « lady anglaise », dont les vêtements constituent une nouveauté dans une contrée alanguie, perdue aux marges de l’Europe ; mais surtout, elle emprunte le discours impérial sur la paresse (« laziness ») des indigènes lorsqu’elle définit l’homme sicilien qui prend la liberté de lui adresser la parole dans la rue comme un « lazzarone » (une personne oisive, sans métier). Ces stratégies de représentation lui permettent ainsi de maintenir l’équilibre des pouvoirs, en affirmant la distance qui la sépare, en tant que lady anglaise, du Sicilien paresseux. En même temps, son ton détaché et amusé traduit le plaisir qu’elle semble prendre à rapporter cet épisode lourd de sous-entendus sexuels manifestes (la femme non accompagnée est associée à une danseuse, et, implicitement, à une prostituée) comme si elle voulait souligner le désir qu’elle inspire. Il s’agit d’une nouvelle et audacieuse transgression des conventions morales victoriennes, d’autant plus que la voyageuse était généralement censée se conformer à un comportement approprié et pudique afin de paraître respectable. La morale genrée que Lowe transgresse par sa conduite inhabituelle et ses voyages sans chaperon est explicitement consignée dans les manuels pratiques destinés aux femmes en voyage parus quelques années plus tard, tels que A Few Words of Advice… Addressed to the Ladies (1875) et Hints to Lady Travellers at Home and Abroad (1889)17.

16La sexualisation de son personnage est également évidente dans un autre passage, où elle raconte sa visite au monastère bénédictin de Nicolosi et sa rencontre avec un moine local. Elle joue ici sur le mépris des Britanniques à l’égard des mœurs relâchées des ordres monastiques catholiques et, toujours sur le même ton amusé et avec l’égocentrisme qui la caractérise, elle proclame :

Après avoir tant entendu parler de la galanterie des moines, il me vint la curiosité de vérifier de manière très inoffensive s’ils pouvaient réellement badiner un peu ; et ayant tiré ce problème au clair, il n’est pas utile qu’à l’avenir d’autres jeunes filles se donnent le mal de tenter l’expérience (123).

17De la même manière, elle retranscrit le texte entier d’une lettre d’amour que lui aurait adressée un gentilhomme sicilien qui l’avait remarquée lors de sa visite de la cathédrale de Palerme. Elle la cite parce que, dit-elle, elle « révélera le caractère des habitants mieux que n’importe quelle description » et introduit le texte de la lettre, écrite en italien, par la question suivante : « Qui pourrait nier qu’il se trouve dans un pays romantique, où le sang et l’esprit chevaleresque espagnols coulent dans les veines du peuple, en découvrant une charmante missive avec les mots suivants sur sa table ? » (18).

  • 18 Alison Blunt, Travel, Gender…, op. cit., p. 36.

18Les sous-entendus sexuels dont Lowe parsème son récit la distinguent de ses contemporaines, lesquelles, comme le note justement Alison Blunt au sujet des récits de voyage féminins de l’époque coloniale britannique, « en termes d’images sexuelles, les femmes avaient le plus souvent tendance à être discrètes18 » : Lowe se démarque donc en mettant en avant son goût du badinage, mais si elle se le permet, c’est précisément parce qu’elle le fonde sur une identité nationale et impériale fortement revendiquée.

4. Lowe et les Siciliens : un discours impérialiste

  • 19 A.T. Camden Pratt, People of the Period, op. cit., p. 232.
  • 20 Philippa Levine, « Introduction », in Philippa Levine (dir.), Gender and Empire, Oxford, Oxford Un (...)

19L’une des rares données biographiques disponibles au sujet d’Emily Lowe nous apprend qu’elle était « la fille de R.A. Lowe, juge aux Indes19 ». Son milieu culturel et social d’origine était donc celui des classes supérieures britanniques directement mêlées à la vie des colonies et impliquées dans les pratiques de domination impériales. Sa vision transparaît souvent de manière évidente à la manière dont elle exprime son mépris pour la majorité des Siciliens, de toute classe, en adoptant le point de vue détaché d’un membre supérieur de l’Empire britannique. Elle tient souvent un propos condescendant, stigmatisant la paresse et l’inefficacité des « indigènes », lieu commun des récits coloniaux de l’époque. Comme l’a montré Philippa Levine dans son étude du discours colonial britannique : « La rhétorique impériale insistait sur la paresse ou l’inefficacité des ‘indigènes’ des territoires colonisés, qu’il s’agisse des voisins irlandais ou des peuples des Premières Nations d’Australie et du Canada20. » Lowe applique cette rhétorique pratiquement à toutes les classes sociales siciliennes qu’elle décrit dans son récit. Pour commenter le comportement des classes populaires de Palerme, elle commence par critiquer le gouvernement, coupable de proposer des distractions aux pauvres sous la forme de billets de loterie, au lieu de leur fournir des emplois : « Qui s’acharnerait à la tâche quand une telle possibilité se présente à l’imagination ? » (23) Elle décrit ensuite le peuple qui assiste au tirage au sort des prix à la Villa Flora en usant de termes tels que : « une foule déguenillée », « la populace », « le rebut de Palerme », « des fainéants aux joues creuses », « des lazzaroni »… (23-24). Lowe s’irrite souvent d’avoir à subir le spectacle de « l’armée de mendiants » (9) ou l’insistance des conducteurs d’équipage et des serviteurs, auxquels elle s’adresse avec hauteur. Elle rapporte souvent avec satisfaction qu’elle a réussi à les payer moins que ce qu’ils demandaient, suggérant ainsi que, lady anglaise indépendante, elle n’est pas facile à berner. Le portrait qu’elle fait des trois propriétaires de l’Hôtel Etna, où sa mère et elle résident à Catane, transforme les Siciliennes en créatures animales monstrueuses et maléfiques :

Tout doute qui eût pu subsister quant à l’existence présente des Furies fut totalement dissipé par l’apparition des trois hôtesses qui, tirées de leur sommeil, se présentèrent à nous, les cheveux flottants, épouvantables. Elles nous conduisirent à un appartement […], nous en demandèrent le double du prix qu’elles acceptèrent finalement, et, après avoir rapidement fait un lit de leurs ongles effroyablement longs, elles nous laissèrent à nos tourments futurs. (92-93)

20Pour ce qui est des classes moyennes siciliennes, Lowe donne l’exemple de la famille d’un marchand qu’elle rencontre à Catane, et rapporte, toujours avec la même condescendance, la manière déplacée dont elles traitent leurs serviteurs. Elle raconte sa visite de la maison du marchand, et sa rencontre avec sa jeune femme et sa vieille servante. Horrifiée par la familiarité qu’entretient la jeune femme avec sa duenna, elle oppose implicitement l’attitude de ces Siciliens « sans éducation » avec la distance pleine de dignité que savent respecter maître et serviteur en Angleterre :

Mon tête à tête avec ces deux femmes fut heureusement de courte durée, car les vitupérations qu’elles proféraient dans un sicilien nasillard étaient à la fois fatigantes et incompréhensibles ; la vieille duenna, que nous jugeâmes d’une effronterie intolérable, ôtait tous les mots de la bouche de sa jeune maîtresse pour pouvoir les prononcer elle-même, hurlement en prime ; […] en fait, chez les Siciliens sans éducation, c’est-à-dire chez la plupart d’entre eux, les serviteurs, les femmes en particulier, prennent souvent part à la conversation et, sous le moindre prétexte, comme celui de tenir un châle, approchent leur chaise pour le restant de la visite. […] ils sont tout à fait « traités comme un membre de la famille » (98).

21La description que fait Lowe des familles de la bourgeoisie sicilienne prend également des inflexions orientalistes lorsqu’elle raconte comment un homme leur offrit l’hospitalité durant leur arrêt dans le village de Santa Caterina. Des femmes sont en train de filer devant la maison, et, quand les deux Anglaises demandent à être reçues, les fileuses appellent le propriétaire qui apparaît en compagnie d’une femme, scène que Lowe décrit ainsi :

Il apparut vêtu d’une robe de chambre de velours vert et d’un bonnet rouge, tel un véritable pacha, suivi d’une jolie femme-esclave avec des jupons déchirés et un mouchoir. Ils nous offrirent du café, des fruits, tout ce que nous désirions, et nous laissèrent nous reposer dans la chambre la plus confortable sur des sofas de velours (53-54).

  • 21 Ce que Catherine Hall note du discours colonial de l’Angleterre du xixe siècle sur l’Inde peut s’a (...)

22L’assimilation de la femme sicilienne en « jupons déchirés » à la « femme-esclave » d’un « véritable pacha » évoque tout un pan du discours impérialiste qui assigne à la femme des colonies un statut de victime et la représente sous les traits d’un sujet passif, digne de pitié, par opposition aux ladies anglaises, actives, émancipées et indépendantes21. Lowe ne semble pas, en réalité, particulièrement émue par des sentiments de solidarité féminine vis-à-vis de la « femme-esclave », comme on peut le voir encore plus clairement dans le portrait peu sympathique qu’elle en dresse lors du coup de théâtre qui conclut l’épisode :

Après avoir agréablement conversé avec l’homme […] nous nous préparâmes à partir et, souhaitant donner quelque chose aux serviteurs, nous déposâmes quelques pièces dans la main d’une des fileuses, ne désirant pas les donner à l’esclave en la présence de son maître. Nous le revîmes sur la route, aux rênes d’un magnifique équipage tiré par deux chevaux, avec un petit garçon et une femme souriante à ses côtés ; la fille en haillons n’était autre que sa femme ! (54) (italiques du texte original)

23Lowe critique aussi en termes sévères le mode de vie paresseux et improductif de l’aristocratie sicilienne. Dans le chapitre consacré à Palerme, elle note que les occupations principales des hommes de la noblesse sicilienne consistent à traverser le centre-ville aux rênes de leur équipage, « gais comme les mouches du Coche » (21), à aller à l’Opéra la nuit, non pour écouter la musique mais pour les « conversazione », et finalement à jouer. Elle est particulièrement scandalisée par les intérieurs des maisons de la noblesse de Messine, qu’elle juge sordides ; leur description lui permet d’opposer radicalement le caractère des Siciliens et des Anglais :

En comparant les murs nus et sales des maisons de la noblesse (exception faite d’une ou deux familles qui ont voyagé) et leurs pensionnaires ignorants et déguenillés, créatures de pur instinct, au style impeccable et élégant des demeures et à la conduite indépendante des Anglais installés à Messine, on peut comprendre pourquoi il n’existe aucune intimité entre eux (197-198).

24L’échec de l’expérience libérale lancée par les Anglais eux-mêmes, en 1812, pendant leur occupation de la Sicile, avait pesé lourd (ainsi que les répressions de 1820, 1830, 1849) pour diriger le public britannique vers une condamnation sans nuance du modèle politique des Bourbons de Naples. Leur monarchie était, au milieu du siècle, le symbole même de la réaction, et l’aristocratie y incarnait plus que partout ailleurs en Europe continentale une classe parasitaire, arriérée et passéiste. Dans son récit, Emily Lowe mêle cependant des jugements majoritairement négatifs vis-à-vis de la population sicilienne à des commentaires enthousiastes sur le paysage, la nature et les vestiges archéologiques de Sicile. Elle tente aussi parfois d’adopter la voix objective et pleine d’autorité du voyageur masculin lorsqu’elle analyse la situation économique, politique ou historique de la Sicile contemporaine. Les remarques qu’elle fait avant de quitter l’île sont significatives :

Adieu Sicile ! Île qui possède tout, qui ne jouit de rien ; où Abondance déverse la misère sur cette terre qui, sous son gouvernement actuel, ressemble à « un anneau d’or au groin d’un porc » (198).

25L’allusion était claire aux chances de survie, qu’on s’accordait alors à juger bien maigres, du royaume des Deux-Siciles : Unprotected Females parut en 1859, un an avant l’expédition garibaldienne qui provoqua la chute des Bourbons et l’intégration de la Sicile au nouveau royaume d’Italie.

5. « Esclaves de leur église » : l’anticatholicisme d’Emily Lowe

26La vision de la Sicile comme « autre » qui caractérise le discours de Lowe s’enracine profondément dans la tradition anticatholique du protestantisme. Lors de sa visite au monastère des capucins de Palerme, Lowe n’éprouve, évidemment, qu’horreur face aux corps embaumés préservés dans la crypte. Elle y voit l’occasion d’opposer une nouvelle fois la Sicile et l’Angleterre en évoquant fièrement « nos vieux cimetières anglais, nimbés d’ombre et de mélancolie » (28-29) ; elle concède cependant qu’il ne faut pas être « trop sévère dans sa condamnation des Siciliens : toutes les nations ont leurs coutumes barbares » (30).

27Elle exprime à de nombreuses reprises une vision sans nuances d’une société sicilienne arriérée et engluée dans la superstition catholique, et va jusqu’à regretter que le protestantisme n’ait pas atteint l’île : elle déplore « les manières du peuple, et l’ignorance et la superstition effroyables dans lesquelles ils croupissent, alors que des troupes de prêtres paradent dans les rues et qu’aucun protestant n’est autorisé à les instruire » (104). De telles positions étaient très courantes encore, trois décennies après l’Émancipation des catholiques en Grande-Bretagne, chez les voyageurs protestants des deux sexes qui découvraient in situ la piété méridionale…

28À Syracuse, elle critique durement le mélange de paganisme et de catholicisme, et la crédulité et la superstition des adeptes. Elle visite la cathédrale, consacrée à Santa Lucia, et bâtie sur le site d’un temple grec. Comme tous les protestants, elle est à la fois frappée et scandalisée par la richesse des décorations et par l’atmosphère sensuelle des églises catholiques :

Santa Lucia se tenait sur l’autel de Minerve, vêtue d’une robe de bal ; son visage et ses bras d’argent, polis avec soin, faisaient meilleur effet sous un éclairage artificiel qu’à la pure lumière du jour (167).

29Mais ce qui provoque le plus son indignation, c’est le spectacle de la « foule excitée » amassée dans l’église pour la messe :

Quand l’orgue fit entendre ses notes, le son enfla un moment puis retomba au milieu des murmures d’extase grandissants venant de la foule excitée. Ils se tenaient là, emplis d’un sentiment ardent, ignorants, vêtus de haillons crasseux, rendus esclaves de leur église par la splendeur même d’un spectacle détourné de leurs moyens de subsistance (167-168).

30Dans le chapitre consacré à Messine, les préjugés anticatholiques de Lowe atteignent sans doute leur point culminant lorsqu’elle va jusqu’à accuser les catholiques d’avoir autrefois pratiqué les sacrifices humains. Elle décrit la procession organisée en l’honneur de Madonna della Lettera, au cours de laquelle est portée dans les rues une haute structure couronnée d’une statue de la Vierge autour de laquelle tournent de petites statues suspendues d’anges aux traits d’enfants. Sur un ton plein d’autorité, Lowe se fait historienne et éclaire le lecteur sur l’horrible pratique qui avait cours, selon elle, dans la Sicile d’autrefois :

Pendant de nombreux siècles, tous les enfants suspendus étaient des enfants vivants, que l’on retrouvait souvent morts à la fin d’une journée passée en semblable rotation, et que l’on considérait comme des sacrifices sacrés ; à présent les parents ont tendance à objecter à l’immolation et on leur a substitué des images (189).

Conclusion

  • 22 Sara Mills, Discourses of Difference. An Analysis of Women’s Travel Writing and Colonialism, Londr (...)

31Comme l’a démontré Sara Mills, « les femmes auteurs de récits de voyage se réfèrent constamment à la féminité, en produisant des énoncés qui s’accordent aux règles dominantes du discours, en négociant ces règles ou parfois en les rejetant ouvertement22 ». Emily Lowe fait constamment référence à sa féminité et négocie les règles du discours qui la détermine : la voix narrative qu’elle adopte est contradictoire et polyphonique, ce qui produit une textualité hybride typique du récit de voyage féminin. Contrairement à d’autres voyageuses victoriennes, Lowe pousse cette négociation à l’extrême : dans la plus grande partie du récit, elle remet en cause les discours dominants sur la féminité et transgresse les restrictions des codes de conduite imposés aux femmes, donnant ainsi naissance à ce que l’on peut considérer, selon certains points de vue, comme un discours féministe. Comme nous l’avons vu, la représentation qu’elle donne d’elle-même dans le récit est centrée sur l’image d’une voyageuse assurée et indépendante, qui n’a aucun besoin de protection masculine et même parfois s’octroie le rôle de l’aventurier héroïque traditionnellement réservé au voyageur masculin ; elle affiche dans le même temps sa féminité en défiant les règles de la pudeur féminine, tout en empruntant parfois certaines images traditionnelles associées au sexe faible. Mais l’essentiel est que l’identité complexe construite par Lowe entrelace le genre et l’identité sociale, nationale et impériale.

  • 23 Ibid., p. 3.
  • 24 Ce que j’appelle le « féminisme » de Lowe peut être considéré comme un prototype du discours fémin (...)

32Sara Mills juge également que les voyageuses sont « incapables d’adopter le discours impérialiste avec la même aisance que les écrivains masculins » et que les deux « discours de l’impérialisme et de la féminité […] les tirent dans des directions textuelles différentes23 ». Ceci n’est pourtant pas le cas d’Emily Lowe, qui, au contraire, associe tactiquement féminisme et impérialisme et fonde sa forte identité féminine précisément sur sa fierté sociale, nationale et impériale. Comme nous l’avons vu, sens de sa supériorité sociale et orgueil national coexistent dans le récit avec la revendication d’un (proto) féminisme conçu comme l’accomplissement de son identité de lady éclairée issue des classes supérieures britanniques24. Le lien ainsi établi entre genre et empire n’avait rien de nouveau pour les lecteurs anglais de Lowe, comme le prouve la critique favorable parue dans The Athenaeum en 1859, lors de la publication de Unprotected Females in Sicily, critique qui exalte l’image de ces femmes courageuses, qui, précisément parce qu’elles sont anglaises, parviennent à maintenir le contrôle de la situation lors de leur voyage en terre sauvage :

  • 25 Anonyme, « Review of Unprotected Females in Sicily », The Athenaeum, 8 janvier 1859, p. 44.

Elles [les Femmes Sans Protection] traversèrent courageusement la Sicile et la Calabre au milieu de brigands à demi sauvages, gardant toujours leur supériorité et y prenant plaisir comme seules des femmes anglaises de sang et d’esprit peuvent s’y risquer25.

33La subjectivité – féminine – d’Emily Lowe se fonde sur un soutien total au discours impérial, la conviction de la supériorité des Anglais sur les Européens du Sud, des classes supérieures sur toutes les autres classes sociales, et du protestantisme sur les superstitions du catholicisme. Dans Unprotected Females in Sicily, aucune tension ne semble apparaître entre l’affirmation forte de sa féminité et le discours de l’impérialisme : au contraire, ces deux éléments coexistent et se renforcent en une alliance stratégique, donnant ainsi naissance à un « féminisme impérial » qui ne sera remis en cause qu’à la fin du xxe siècle.

Notes

1 Alison Blunt, Travel, Gender and Imperialism. Mary Kingsley and West Africa, New York et Londres, The Guildford Press, 1994, p. 4-5.

2 Ibid., p. 35.

3 Shirley Foster, Across New Worlds. Nineteenth-Century Women Travellers and Their Writings, New York et Londres, 1990, p. 29.

4 Un an avant la parution du récit de Lowe, la romancière irlandaise Julia Kavanagh avait décrit son séjour en Sicile dans A Summer and Winter in the Two Sicilies (1858), texte très différent de celui de Lowe qui ne concerne l’île que pour une partie. Contrairement à Lowe, Kavanagh adopte le ton modeste et recourt aux justifications attendues des femmes auteurs de récits de voyage. Dans la préface de son livre, par exemple, elle demande aux lecteurs de lui pardonner l’emploi du « malheureux pronom, ‘je’ », inévitable dans un récit de nature autobiographique. Voir Julia Kavanagh, A Summer and Winter in the Two Sicilies, Londres, Hurst and Blackett, 1858, p. iii.

5 Stefania Arcara, Constructing the South : Sicily, Southern Italy and the Mediterranean in British Culture, 1773-1926, Catane, Università di Catania - Quaderni del Dipartimento di Filologia Moderna, 2000, p. 27. Sur la vision victorienne du monde méditerranéen, voir aussi Richard Jenkyns, The Victorians and Ancient Greece, Oxford, Blackwell, 1980 et John Pemble, The Mediterranean Passion, Oxford, Clarendon Press, 1987.

6 Il faudrait nuancer ce propos cependant, car il existe bien sûr une Méditerranée saintsimonienne, riche de perspectives d’avenir, ainsi que l’illustrent les regards contemporains sur l’Afrique du Nord.

7 Pour un inventaire de la documentation, voir Salvo Di Matteo, Viaggiatori stranieri in Siicilia dagli Arabi alla seconda meta del XX secolo, Palerme, Istituto Sicilano di Studi Politici ed Economici, 1999-2000.

8 Sur le concept de « zone de contact », voir Mary Louise Pratt, Imperial Eyes : Travel Writing and Transculturation, Londres et New York, Routledge, 1992, p. 6.

9 Voir John Dickie, « Stereotypes of the Italian South, 1860-1900 », in Robert Lumley et Jonathan Morris (dir.), The New History of the Italian South. The Mezzogiorno Revisited, Exeter, Exeter University Press, 1997, p. 114-147.

10 A.F. Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile, fait en mdccci et mdcccii, Paris, Didot, 1806, p. 21.

11 John Pemble, The Mediterranean Passion, op. cit., p. 77-78.

12 [Emily Lowe], Unprotected Females in Norway, or the Pleasantest Way of Travelling There, Passing Through Denmark and Sweden, Londres, Routledge, 1857, p. 3.

13 Emily Lowe fut de fait une célébrité de son temps : en plus de voyager sans chaperon, elle fut la première femme en Angleterre à devenir officiellement capitaine de navire : « Elle étudia la navigation, et posa sa candidature au Board of Trade pour obtenir un certificat de capitaine, qui lui fut accordé. Elle fut la première femme en Angleterre à l’obtenir, et elle a traversé la Méditerranée aux commandes d’un yacht de 350 tonnes avec un équipage entièrement sous ses ordres. » Elle fit aussi construire sa maison de Londres sur des plans qu’elle avait elle-même dessinés, sans l’aide d’aucun architecte. En plus d’écrire des récits de voyage, elle fournissait des contributions régulières au prestigieux périodique victorien The Athenaeum. Voir A.T. Camden Pratt, People of the Period : Being a Collection of the Biographies of Upwards Six Thousand Living Celebrities, 2 vol., Londres, Neville Beeman, 1897, I, p. 232-233.

14 [Emily Lowe ], Unprotected Females in Sicily, Calabria and on the Top of Mount Ætna, Londres, Routledge, 1859, p. 41. Toutes les références à cette édition seront indiquées entre parenthèses après les citations.

15 Comme le remarque Susan Bassnett, « la vision de l’homme comme voyageur audacieux et héroïque » sous-tend la plupart des récits de voyage écrits jusqu’au début du xxe siècle. Susan Bassnett, « Travel Writing and Gender », in Peter Hulme et Tim Youngs (dir.), The Cambridge Companion to Travel Writing, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 225-241, p. 225. Alison Blunt ajoute : « Le rôle de l’aventurier héroïque pouvait être endossé par un narrateur masculin, mais les femmes étaient restreintes par les codes de la bonne conduite féminine. » Alison Blunt, Travel, Gender…, op. cit., p. 36.

16 Alison Blunt, Travel, Gender…, op. cit., p. 58.

17 H.M.L.S., A Few Words of Advice on Travelling and Its Requirements Addressed to the Ladies, Londres, Thomas Cook, 1878 ; L.C. Davidson, Hints to Lady Travellers at Home and Abroad, Londres, Iliffe, 1889. Comme le remarque Alison Blunt, « les manuels adressés aux voyageurs masculins mettaient l’accent sur les méthodes et l’équipement utiles à l’observation scientifique et sur la gestion des serviteurs indigènes, tandis que ceux destinés aux femmes se concentraient sur la conduite à laquelle devait se conformer la voyageuse elle-même » (Alison Blunt, op. cit., p. 65).

18 Alison Blunt, Travel, Gender…, op. cit., p. 36.

19 A.T. Camden Pratt, People of the Period, op. cit., p. 232.

20 Philippa Levine, « Introduction », in Philippa Levine (dir.), Gender and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 7. Les traits communs sont également nombreux avec le discours tenu sur l’Afrique du Nord française : voir ainsi Rebecca Rogers, « Telling stories about the colonies. British and French women in Algeria in the nineteenth century », Gender & History, 21, 2009, no 1, p. 39-59, et Carolyn Eichner, « La Citoyenne in the world : Hubertine Auclert and feminist imperialism », French Historical Studies, 32, 2009, no 1, p. 63-84. Voir aussi plus généralement sur l’Orient, Billie Melman, Women’s Orients. Englishwomen and the Middle East, 1718-1918. Sexuality, Religion and Work, Londres, Macmillan, 1995 [1992].

21 Ce que Catherine Hall note du discours colonial de l’Angleterre du xixe siècle sur l’Inde peut s’appliquer aux commentaires d’Emily Lowe sur les femmes siciliennes : « Dans certains cas, la femme indienne était construite comme victime dégradée de sa société barbare […] Les normes à partir desquelles étaient définies et jugées les caractéristiques masculine et féminine des autres peuples étaient celles de la seule ‘société véritablement civilisée’, l’Angleterre. » Catherine Hall, « Gender and Empire : Reflections on the Nineteenth Century », in Philippa Levine (dir.), Gender and Empire, op. cit., p. 46-76, spécialement p. 51.

22 Sara Mills, Discourses of Difference. An Analysis of Women’s Travel Writing and Colonialism, Londres et New York, Routledge, 1991, p. 103.

23 Ibid., p. 3.

24 Ce que j’appelle le « féminisme » de Lowe peut être considéré comme un prototype du discours féministe blanc et eurocentriste dont les limites et les contradictions essentielles ont été critiquées et déconstruites à la fin du xxe siècle par plusieurs théoriciennes féministes. Voir, entre autres, Valerie Amos et Pratibha Parmar, « Challenging Imperial Feminism », Feminist Review, 17, 1984, p. 3-19.

25 Anonyme, « Review of Unprotected Females in Sicily », The Athenaeum, 8 janvier 1859, p. 44.

Auteur

Università di Catania.

Stéphanie Alkofer (Traducteur)

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search