Version classiqueVersion mobile

Voyageuses dans l’Europe des confins (xviiie-xxe siècles)

 | 
Nicolas Bourguinat

Entre traditions, influences et originalité, les Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 1803 de Dorothy Wordsworth

Florence Gaillet-de Chezelles

Texte intégral

1Faisant de Dorothy Wordsworth l’une des figures marquantes parmi les voyageuses britanniques du début du xixe siècle, les Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 1803 mettent en lumière l’une de ses facettes longtemps occultée par son image de compagne fidèle ayant voué son existence au génie créateur de son frère William, l’un des poètes romantiques majeurs. Contrairement à ses journaux domestiques – Alfoxden Journals (1797-1798) et Grasmere Journals (1800-1802) –, diaries à la tonalité intime, qui consignent son existence quotidienne dans un style alerte, voire télégraphique, les Souvenirs sont le reflet d’une aventure exceptionnelle, particulièrement propice à son épanouissement littéraire. Détachée de son cadre de vie habituel et de ses lourdes tâches domestiques, Dorothy Wordsworth passa, de fait, six semaines en compagnie de son frère à parcourir l’Écosse en carriole irlandaise ou bien à pied, vivant une expérience humaine et esthétique intense, placée sous le sceau de la liberté.

  • 1 Voir notamment Hugh Trevor-Roper, « The Invention of Tradition : The Highland Tradition of Scotlan (...)

2Un tel périple, au début du xixe siècle, avait des allures d’expédition : en dépit de l’acte d’Union de 1707, l’Écosse, en particulier les Highlands, restait perçue comme un lieu exotique à l’altérité indéniable. D’abord source de crainte et objet de répulsion, cette étrangeté était devenue fascinante après l’écrasement du soulèvement jacobite en 1746. La découverte des confins nord du royaume garantissait un dépaysement à peu de frais et promettait une expérience authentique au contact d’un peuple encore façonné par ses traditions ancestrales, dans un cadre propre à susciter d’intenses émotions esthétiques. Si elles s’ancraient dans des réalités objectives – telles que la richesse des paysages ou la survivance du gaélique et la présence de vestiges de la société clanique dans les Highlands –, les attentes liées à un voyage en Écosse autour de 1800 étaient aussi le fruit d’un lent processus d’invention du pays, de construction d’une identité mytho-poétique faisant des terres du nord du royaume le lieu romantique par excellence, avec ses paysages sublimes et la simplicité primitive de ses habitants, vivant en harmonie avec la nature et préservant leur culture immémoriale1.

3En grande partie construite par les écrivains écossais eux-mêmes – Allan Ramsay, John Home, mais surtout James MacPherson, avec sa « traduction » en 1761 et 1763 d’épopées en gaélique prétendument attribuées à « Ossian », fils de Fingal, barde du iiie siècle –, cette image s’est généralement trouvée confirmée et renforcée par les récits de voyageurs anglais dans la seconde moitié du xviiie siècle, à l’exception toutefois de l’un des plus célèbres, celui de Samuel Johnson, écrivain de tradition encore classique, qui tend au contraire à démystifier l’Écosse. Pour vraiment percevoir l’originalité du journal de voyage donné par Dorothy Wordsworth dans ses Souvenirs, et pour y tester la possibilité d’une voix féminine de se frayer un passage, il convient donc de le replacer dans ce contexte spécifique et de le lire à la lumière d’expériences et de récits antérieurs qui jalonnent ce mouvement culturel.

1. Écrire sur l’Écosse après Samuel Johnson (1773)

  • 2 Samuel Johnson et James Boswell, Voyage dans les Hébrides, éd. de Marcel Le Pape, Paris, La Différ (...)

4L’exemple le plus marquant, celui qui semble presque inaugurer la tradition des récits de voyage en Écosse tant son retentissement fut grand, est sans conteste celui de Samuel Johnson, auteur, entre autres, du célèbre Dictionnaire de la langue anglaise. Peu enclin au voyage et nourri de préjugés négatifs sur les Écossais dont il déplorait la présence massive à Londres, Johnson, alors âgé de soixante-quatre ans, visita l’Écosse en 1773 pendant trois mois, en compagnie de son ami écossais James Boswell. « Je désirais depuis si longtemps visiter les Hébrides, ou Îles Occidentales d’Écosse, que j’ai peine à me souvenir comment l’envie m’en était venue2, » signale-t-il dans les premières lignes de son Voyage dans les îles occidentales d’Écosse (1775). Dans son propre récit, Boswell est plus explicite et lie le désir de son ami à la lecture, enfant, de l’ouvrage de Martin Martin sur sa région natale : Description des îles occidentales de l’Écosse (1703) :

  • 3 Ibid., p. 167.

(Cet ouvrage) nous avait convaincus que nous trouverions là-bas un mode de vie tout à fait différent de celui auquel nous étions accoutumés ; découvrir la simplicité des mœurs et le caractère farouche de populations primitives et tout le particulier d’un passé reculé ou d’une contrée lointaine, découvrir tout cela si près de notre grande île natale, nous semblait un objet digne de notre curiosité3.

5Ce fut donc en observateur de mœurs et en explorateur d’une terre inconnue au sein même de la Grande-Bretagne que Johnson entreprit son voyage. Son désir ancien de découvrir les Hébrides avait par ailleurs été ravivé par la publication des poèmes d’« Ossian » dont il contestait radicalement l’authenticité. Pour asseoir ses convictions, il entendait interroger les habitants des Hébrides. Plusieurs pages de son récit sont ainsi consacrées à ses recherches, qui le confortèrent dans son opinion puisqu’il apprit que l’erse (ou gaélique) n’avait jamais été une langue écrite et que la tradition poétique désormais éteinte des Highlands était uniquement orale.

  • 4 Ibid., p. 115.
  • 5 Rosalind Mitchinson, A History of Scotland, Londres, Methuen, 1970, p. 342-343.

6Au-delà de la controverse autour d’Ossian, Johnson prit aussi conscience que l’expérience exceptionnelle qu’il comptait vivre, à savoir la rencontre avec une culture ancestrale admirable, n’était plus possible à son époque « puisqu’on ne trouve plus guère dans les îles ces mœurs singulières qui enchantaient notre imagination4 ». De fait, entre l’ouvrage de Martin Martin en 1703 et son propre voyage soixante-dix ans plus tard, l’Écosse avait intégré l’Union et avait été secouée par les rébellions jacobites de 1715 et 1745. La défaite de Culloden en 1746 avait été suivie d’une répression extrêmement brutale. Le duc de Cumberland (« le Boucher ») avait soumis les Highlands dans le sang tandis que le colonel Wade avait œuvré à leur désenclavement en développant le réseau des routes et des transports. Le système clanique avait pour ainsi dire été démantelé par une série de lois – notamment The Disarming Act (1746) ou The Act for the Abolition of Heritable Jurisdictions (1747) – privant les chefs de leurs prérogatives ou interdisant le port d’armes et de costumes traditionnels5. Johnson, pourtant persuadé de la supériorité de l’Angleterre et des bienfaits de l’Union, constatait lui-même avec un certain désarroi les conséquences négatives de la pacification forcée des Highlands, notamment la disparition de leur culture :

  • 6 Samuel Johnson, Voyage…, op. cit., p. 76.

Il n’y a peut-être pas d’exemple d’un changement dans les mœurs d’un peuple aussi rapide, aussi grand et aussi général que celui entraîné dans les Highlands par la dernière conquête et les lois qui l’ont suivie. Nous sommes venus trop tard pour voir ce que nous espérions et qui était un peuple singulier et un mode de vie antique. Il reste bien peu de l’ancien caractère des clans […]. De l’antique héritage, il ne reste que la langue et la pauvreté6.

  • 7 Ibid., p. 115 et p. 57.

7Il déplorait aussi la montée en puissance de l’argent et l’arrivée de l’économie de marché en lieu et place des anciennes allégeances au chef. Plus largement, tout en reconnaissant leurs aspects positifs, il déplorait les changements socio-économiques qui menaient au déclin des traditions ancestrales. Sentant la disparition prochaine de la culture traditionnelle des Highlands et persuadé que « la tradition n’est qu’un météore qui ne peut être ranimé si sa course a été interrompue », il s’évertua à mener à bien sa tâche « d’observ(ation de) la vie et (d)es mœurs7 », entendant fixer autant qu’il le pouvait les vestiges de cette vie évanescente. Il collecta ainsi de nombreuses informations sur la vie quotidienne des habitants des Hébrides, leurs vêtements, leur nourriture, l’agriculture, la chasse, leur organisation sociale, leur habitat… Il accomplit un travail quasi ethnographique, présentant des connaissances ou des considérations générales à partir de données empiriques. Dans ce travail d’observation, il fut particulièrement touché par la pauvreté et la souffrance des habitants des îles.

8Son voyage fut donc une quête de connaissances nouvelles, teintée d’une humanité qui ne transparaît pas toujours clairement car, fidèle à son époque, il était guidé par un idéal d’observation objective. Johnson conclut ainsi son texte avec humilité :

  • 8 Ibid., p. 154.

Telles sont les choses que ce voyage m’a donné l’occasion de voir et telles sont les réflexions qu’elles m’ont inspirées. Ayant presque toujours vécu dans les villes, j’ai pu être frappé par des modes de vie et des aspects de la nature familiers à des hommes habitués à de plus vastes champs d’observation et à une plus grande diversité d’interlocuteurs. Entre la nouveauté et l’ignorance, il faut toujours qu’il y ait réciprocité et je suis bien conscient que mes jugements sur les usages d’une autre nation sont d’un homme qui n’a pas beaucoup vu8.

  • 9 Ibid., p. 37.
  • 10 John Glendening, The High Road…, op. cit., p. 88.

9Si son voyage poussa Johnson à revoir ses idées préconçues sur l’Écosse, le portrait qu’il en fit se révèle néanmoins sombre et peu flatteur. Réaliste, il reste très partiel car centré sur les Highlands et les Hébrides, où vivaient les classes les plus miséreuses. Son récit occulte ainsi l’effervescence intellectuelle d’Édimbourg, tout juste mentionnée au second paragraphe comme étant une « ville bien trop connue pour qu’il soit besoin de la décrire9 ». Or cette peinture partiale de l’Écosse – où la stérilité des paysages et l’indigence et l’ignorance des habitants du nord et des îles ne sont pas contrebalancées par la fécondité des savants et des penseurs des Lumières écossaises – avait toutes les chances de s’inscrire durablement dans les esprits car la renommée intellectuelle du Docteur Johnson, véritable arbitre de la britannité, garantissait un large public à son ouvrage. Il n’est guère étonnant, dès lors, que la publication de son Voyage ait suscité de vives critiques de la part de nombreux Écossais, mais aussi de voyageurs anglais offusqués de l’image trompeuse ainsi colportée10. Ce fut notamment le cas de Mary Anne Hanway, dans son ouvrage publié anonymement un an plus tard, en 1776.

2. Affirmations féminines : Mary Anne Hanway et Sarah Murray

Mary Anne Hanway : regard « critique » et enthousiasme esthétique

  • 11 Très peu étudié, le texte fait l’objet d’un chapitre in Betty Hagglund, Tourists and Travellers : (...)
  • 12 Mary Anne Hanway, A Journey to the Western Isles of Scotland, with Occasional Remarks on Dr. Johns (...)
  • 13 Voir Elizabeth A. Bohls, Women Travel Writers and the Language of Aesthetics, 1716-1818, Cambridge (...)

10Recueil de lettres augmenté d’une préface, Voyage dans les Highlands de l’Écosse, avec des remarques occasionnelles sur le périple du Docteur Johnson, par une Dame11 est sans doute l’une des premières évocations les plus célèbres de voyages de femmes en Écosse. Dès la préface, l’auteur souligne son statut de femme et d’écrivain novice – « le premier essai d’une plume féminine » – mais affirme aussi la valeur de son expérience et de son témoignage, justifiant ainsi sa place dans la tradition des voyages littéraires12. De fait, la littérature de voyage, genre encore relativement nouveau, surtout dans son inflexion esthétique, offrait aux femmes la possibilité de s’affirmer sur une scène littéraire largement dominée par les hommes. S’inscrivant en dehors des sphères professionnelles et domestiques, le voyage leur permettait en effet de se libérer, dans une certaine mesure, de leurs rôles sociaux traditionnels. En outre, avec l’importance croissante des approches esthétiques – au détriment d’approches plus classiques centrées sur des savoirs formels tels que la philosophie, la géographie ou l’économie, qui, exigeant des connaissances préalables, restaient souvent le domaine réservé des hommes –, l’accent était davantage mis sur la spontanéité et les sentiments face aux paysages. Les femmes pouvaient plus facilement s’emparer du langage esthétique dans un contexte qui n’était pas celui (plutôt masculin) des querelles théoriques, mais celui des expériences vécues13.

  • 14 Mary Anne Hanway, A Journey…, op. cit., p. ii.
  • 15 Ibid., p. vii.
  • 16 Ibid., p. 61.
  • 17 Ibid., p. 51.

11Mary Anne Hanway offre un bon exemple de cette affirmation féminine. Certes, elle s’excuse d’emblée, de manière somme toute conventionnelle, pour « les erreurs d’une plume féminine inexpérimentée14 » et fait preuve d’une modestie attendue en signalant que ses lettres n’étaient pas, à l’origine, destinées à être publiées, mais elle affiche aussi ses ambitions à travers sa décision de « voyager avec un œil critique et non désinvolte […] pour fournir des informations à (s)es amis plutôt que de (s)e contenter de satisfaire l’avidité d’une curiosité oisive15 ». Elle joue aussi avec les règles de la bienséance lorsque, plus tard, elle interrompt ses considérations acerbes sur les rebelles jacobites au prétexte que la politique « ne sied pas à la plume féminine » et qu’elle ne « connaît pas de personnage plus ridicule qu’un pédant ou un responsable politique en jupons16 ». Plus largement, sa confiance en elle transparaît dans son parti pris en faveur de l’Écosse, contre un homme aussi éminent que Johnson et « son volume rempli de vide17 ». Anticipant les critiques qu’elle pourrait essuyer à Londres, elle justifie sa position dans sa dernière lettre sur un ton de défiance remarquable :

  • 18 Ibid., p. 159.

Mais je ne crains pas les critiques car rien, si ce n’est le désir de rendre justice aux opprimés, n’aurait pu me forcer à exprimer mes sentiments sur les Promenades historiques du Dr J – ; et pour cette raison, bien que je sois une femme, j’ai assez de courage pour supporter les attaques venant de la plume de tels critiques, au nom de la défense de nos voisins montagnards18.

  • 19 Ibid., p. 64.
  • 20 Ibid., p. 66.
  • 21 Ibid., p. 66-67.

12Son aplomb vient de sa certitude que tous « ceux qui suivront (l) es pas (du pédant Dr. J –) seront rapidement convaincus du caractère erroné de sa description » et que seuls seront édifiés « ces gens qui voyagent dans leur chambre19 ». Hanway parle même, chez Johnson, de « malveillance préméditée », attitude honteuse au regard de l’hospitalité des Écossais à son égard, mais attitude ancrée dans ses « habitudes de vie recluses » qui avaient fait de lui un « homme cynique », « ne voyant jamais que le côté sombre des choses20 ». Le « malheur » des Écossais tenait donc au fait que Johnson avait « visité le pays en voyageur littéraire21 », c’est-à-dire, selon Hanway, avec ses préjugés et sans véritable désir de découverte. Outrancières et simplificatrices, ces critiques s’ancrent dans une profonde aversion personnelle, mais aussi dans une conception radicalement différente du voyage. En « voyageur littéraire », Johnson entendait étudier la nature humaine et accroître ses connaissances dans le domaine des sciences naturelles et sociales. À ce titre, les paysages sauvages de l’Écosse le laissaient indifférent :

  • 22 Samuel Johnson, Voyage…, op. cit., p. 62-63.

On peut soutenir qu’une stérilité si générale ne procure au voyageur que peu de distraction, qu’il est facile de rester chez soi et, bien installé dans son fauteuil, d’imaginer des rochers, des landes et des chutes d’eau ; que ces voyages enfin sont des peines superflues qui n’enrichissent pas l’imagination et n’excitent pas l’entendement22.

  • 23 Ibid., p. 63.
  • 24 Ibid., p. 63.

13Les paysages solitaires et silencieux de l’Écosse n’enflammèrent donc point son imagination ; pour lui, les hautes collines qui l’entouraient, « en bornant la vue, empêchaient (s) on regard d’errer et forçaient (s) on esprit à se concentrer en lui-même23 ». Cette insensibilité est encore plus clairement exprimée dans les lignes suivantes qui soulignent le caractère urbain de ses préférences et son incapacité à s’ouvrir aux émotions intenses si souvent évoquées plus tard par d’autres voyageurs face « au spectacle d’une contrée inconnue, farouche et inexplorée ». Pour lui, « la solitude factice des parcs et des jardins » permet « une escapade sans risque de l’imagination, ou même une paisible méditation », tandis que dans les « déserts », « la crainte de l’abandon assaille l’esprit. L’homme est contraint de prendre conscience de sa faiblesse et la réflexion ne peut que le convaincre de son impuissance et de son dénuement24. » Loin de l’exalter, ces terres désolées exacerbaient sa peur de la solitude et de la mort. La conscience du vide écrasant de la nature et l’idée corrélative d’annihilation du moi ne menaient pas, chez lui, à des émotions sublimes capables de transcender un sentiment de faiblesse ou d’impuissance passager. Ses réactions purement esthétiques étaient donc très limitées, en grande partie à cause de ses angoisses existentielles.

  • 25 Mary Anne Hanway, A Journey…, op. cit., p. 34.
  • 26 Ibid., p. 40.
  • 27 Mary Anne Hanway, A Journey…, op. cit., p. 41.

14Il en va tout autrement de Mary Anne Hanway et, au-delà de leur singularité, ce contraste reflète une évolution dans la conception des voyages, mais aussi dans les mentalités en général, puisque s’y dessine l’émergence de la sensibilité romantique. Hanway s’enthousiasme ainsi pour les paysages écossais qu’elle décrit tour à tour comme « sublimes », « sauvages » ou « romantiques », à l’instar du Loch Lomond : « Je vous écris, ma chère Mary, d’un endroit que (pour utiliser un vocabulaire féminin) j’adore à la folie, car c’est l’un de ces endroits ruraux et romantiques dont jouissaient, d’après la poésie, les bergers d’Arcadie25. » Elle le décrit alors longuement, parlant de « merveilles » et mentionnant aussi « des vues trop belles pour être bien décrites26 ». Au-delà de leur fondement esthétique, cet enthousiasme et ce débordement de passion apparaissent aussi comme les corollaires d’un sentiment de liberté, de libération par rapport aux contraintes de la vie quotidienne que les femmes de la fin du xviiie siècle éprouvaient inévitablement en voyage. La suite de la lettre corrobore cette interprétation. Hanway y indique qu’elle aurait aimé grimper au sommet de Ben Lomond, « une excursion si romantique27 » à laquelle elle dut renoncer faute de volontaires pour l’accompagner. Elle signale néanmoins le cas d’une jeune Écossaise qui en avait fait l’ascension sans la moindre fatigue apparente et elle imagine alors la réaction des grandes dames londoniennes face à un tel exploit :

  • 28 Ibid., p. 42.

Oh ! quelles créatures horribles et indélicates que ces femmes qui forment un tel projet ou, pire, le mettent en œuvre ! Mais je sais que vous serez d’accord avec moi pour mépriser l’affectation de ces femmes qui, parce que la Fortune indulgente a mis un carrosse entre leurs mains, ne sauraient faire usage des dons que la Nature leur a faits28.

15Cette remarque renvoie à une conception sociale dominante à la fin du xviiie siècle, qui liait les femmes des classes moyennes et supérieures à la sphère domestique et à l’idée de stabilité et d’immobilité, tandis que la mobilité et les déplacements à pied caractérisaient les femmes des classes populaires, mendiantes, vagabondes ou prostituées, soupçonnées en tout cas de mœurs dépravées car détachées de la sphère domestique. Une lettre de Dorothy Wordsworth à sa tante en 1794 souligne la prégnance de cette conception :

  • 29 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, The Letters of William and Dorothy Wordsworth. The Early (...)

Je ne peux pas ne pas mentionner cette partie de votre lettre dans laquelle vous parlez de mes déplacements à pied par la campagne. Loin d’y voir un sujet de reproche, j’aurais plutôt pensé que mes amis auraient été heureux de voir que j’avais le courage d’utiliser la force dont la nature m’a dotée, surtout que cela ne m’a pas seulement procuré infiniment plus de plaisir que je n’en aurais reçu dans une chaise de poste, mais que cela m’a aussi permis d’économiser trente shillings29.

Sarah Murray : « guide utile » et description enthousiaste des beautés de l’Écosse

  • 30 Sarah Murray, A Companion, and Useful Guide to the Beauties of Scotland […]. To Which is Added, A (...)
  • 31 Ibid., p. 243.

16Le caractère audacieux du voyage de Hanway en Écosse ou des promenades de Dorothy Wordsworth dans le Lake District se retrouve dans le voyage entrepris en 1799 par « l’Honorable Madame Murray de Kensington », veuve d’un soldat écossais. Voyageant seule en compagnie d’une servante et, dans les Highlands, d’Allen, un natif de la région, Sarah Murray parcourut le pays dans le but d’écrire un guide d’un style inédit, comme elle le souligne dans l’avertissement au lecteur puisque « personne avant (elle) n’a pris la peine d’estimer tout ce qui, digne d’intérêt, pouvait être vu durant les déplacements du voyageur30 ». Intitulé Compagnon et guide utile des beautés de l’Écosse […]. Auquel est ajoutée une description plus particulière de l’Écosse, notamment […] des Highlands, son ouvrage se présente comme un véritable guide à visée pratique. S’adressant directement aux futurs voyageurs, Murray leur indique le type d’équipement requis, précise les distances, mentionne les auberges, les prix, l’état des routes et recommande même des Écossais susceptibles de les accompagner. À ce guide proprement dit, vient s’ajouter un récit de voyage, « une description » qui la révèle enthousiaste face à la « solennité », la « sublimité » et « l’horreur romantique » des paysages, sensible aussi à leur beauté ou à leur caractère pittoresque, nouvelle catégorie esthétique définie, par William Gilpin notamment, dans le dernier quart du xviiie siècle. Murray se révèle également intrépide, n’hésitant pas à braver les intempéries ou à escalader des rochers pour atteindre les meilleurs points de vue sur les cascades ou les lacs. Elle n’est d’ailleurs pas peu fière de se montrer supérieure aux hommes et de subvertir alors temporairement la hiérarchie habituelle. Ainsi, étant parvenue à grimper une pente escarpée et glissante pour admirer la cascade de Fyres, « aventure audacieuse (pour une femme) », elle se délecte de voir « quatre voyageurs masculins, assez peu actifs physiquement, qui dégringolaient et glissaient sur les rives, avec tant d’effroi et de désarroi que cela me fit sourire. Ils me regardèrent fixement comme pour dire, comment êtes-vous donc arrivée là-bas31 ? » On le voit, si Murray insiste moins lourdement que Hanway sur son statut de femme, elle en reste bien consciente et jouit pleinement de la liberté et de la libération d’énergie, tant esthétique que physique, permises par le voyage.

3. Dorothy Wordsworth : quête d’une Écosse romantique et épanouissement littéraire

  • 32 Voir notamment Dorothy Wordsworth et William Wordsworth, Voyage en Écosse. Journal et poèmes, trad (...)
  • 33 Voir Florence Gaillet, « L’enchevêtrement des voix dans Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 18 (...)

17Si le voyage de 1803 fut également pour Dorothy Wordsworth une aventure et un lieu de prouesses physiques, celle-ci mit peu en avant, de manière aussi affirmative, son statut de femme. Son souci semblait plutôt d’apparaître comme une voyageuse, par opposition aux touristes ordinaires qui vivaient une expérience plus conventionnelle et moins authentique32. Il est vrai que sa position était compliquée par la présence de son frère William à ses côtés pendant le voyage et ensuite au cœur même de son texte puisque ses poèmes sont insérés dans la chair des Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 1803 et que sa voix s’insinue parfois dans celle de Dorothy au point de l’infléchir considérablement33. En outre, Dorothy Wordsworth n’abandonna pas totalement, durant le voyage, son rôle dans la gestion du quotidien, s’occupant des détails pratiques pendant que les deux poètes s’entretenaient de leur art. Samuel Rogers écrit ainsi :

  • 34 Samuel Rogers, Recollections of the Table-Talk of Samuel Rogers, éd. d’Alexander Dyce, New Southga (...)

Au cours de notre excursion, nous tombâmes sur Wordsworth, Miss Wordsworth et Coleridge, qui faisaient, au même moment, un voyage dans un véhicule qui ressemblait fort à une charrette. Wordsworth et Coleridge étaient totalement absorbés par leurs discussions sur la poésie ; et la charge de chercher des cottages où ils pourraient se restaurer et passer la nuit, ainsi que celle de veiller à ce que leur pauvre cheval eût nourriture et litière, incombaient entièrement à Miss Wordsworth. C’était une personne vraiment délicieuse, – si talentueuse, si simple et si modeste34 !

  • 35 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, Letters… The Early Years, op. cit., p. 421.
  • 36 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse, op. cit., p. 196.

18Malgré ces tâches à accomplir, le voyage offrit tout de même un espace de liberté à Dorothy Wordsworth et cet affranchissement par rapport au quotidien favorisa l’expression de ses talents littéraires dans un espace plus ouvert que celui des journaux domestiques. Le style fluide des Souvenirs, le jeu complexe de la syntaxe et les amples phrases se déroulant à loisir en s’offrant le luxe de détours inscrivent dans la chair même du texte la liberté que Dorothy éprouva en Écosse. Un peu de cette liberté s’insinua même ensuite pour un moment dans son quotidien puisque, une fois rentrée à Grasmere, elle se ménagea des temps libres pour rédiger ses Souvenirs, parenthèses d’autant plus nécessaires que son « journal » de voyage est le fruit d’un intense travail de remémoration : « À propos, j’écris, non pas un journal, car nous n’avons pris aucune note, mais des souvenirs de notre Voyage sous la forme d’un journal35. » La rédaction de son long récit, sous forme d’entrées journalières extrêmement précises et fournies, sans autre appui que ses souvenirs et quelques cartes croquées sur le vif, s’apparente ainsi à un véritable exploit. Dorothy exprime d’ailleurs parfois le regret de n’avoir pas pris de notes mais, en rendant le travail d’écriture plus réfléchi, le filtre de la mémoire garantit justement la cohérence, la perspective et l’unité de l’œuvre. À cet égard, le style et la tonalité de la troisième partie diffèrent franchement des deux premières, comme Dorothy l’a souligné elle-même dans sa « Note explicative » du 11 avril 1805. À la suite de la mort de son frère John (évoquée à mots couverts), elle annonce qu’elle renonce à son ambition initiale « de n’omettre aucun incident, tout trivial qu’il fût, et de décrire le paysage avec tant de minutie que cela vous donnerait l’impression, là où les objets étaient intéressants, d’avoir été avec nous36 ». Elle adoptera désormais une écriture plus sélective où les évocations seront fonction du plaisir éprouvé. La métamorphose est manifeste à la lecture, d’autant plus que Dorothy multiplie alors les références littéraires et culturelles, renvoyant notamment, en des raccourcis commodes, au célèbre ouvrage de John Stoddart, Remarques sur le paysage et les comportements locaux en Écosse durant les années 1799-1800 (1801). Neuf des onze poèmes de William sont par ailleurs insérés dans cette troisième partie ; le mot de la fin lui revient même puisque c’est sur le sonnet « Vole, Esprit aimable » que s’achève le récit de leur voyage.

  • 37 Ce texte modifié, qui n’existe que sous forme manuscrite, est brièvement présenté dans Appendix II(...)
  • 38 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, The Letters of William and Dorothy Wordsworth. The Later (...)
  • 39 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, Letters… The Early Years, op. cit., p. 421.

19Écrits à l’origine pour un cercle restreint de proches, les Souvenirs ne parurent qu’à titre posthume (pour la première fois en 1874, dans l’édition de John C. Shairp), mais leur publication fut sérieusement envisagée en 1822-1823. Les révisions alors apportées par Dorothy à son texte visaient à l’aligner sur les normes du genre : elle ajouta des informations historiques et culturelles pour renforcer le côté « guide » de son récit et elle retrancha les détails trop personnels, notamment sur son frère, alors poète reconnu37. Le projet fut finalement abandonné car Dorothy n’était pas prête à « sacrifier sa vie privée » si elle n’avait pas l’assurance du succès de son livre ; or la concurrence était forte dans ce qu’elle a décrit comme « cette époque caractérisée par l’écriture et la publication de récits, l’écriture et la publication de récits de voyage tout particulièrement38 ». Les révisions de 1822-1823 ne furent jamais intégrées aux éditions des Souvenirs, et heureusement : elles leur faisaient perdre une partie de leur fraîcheur et de leur originalité, en gommant ces notations personnelles qui constituent justement le sel des récits de voyage selon cette remarque de Dorothy sur ses Souvenirs : « Il vous amusera par égard pour nous, mais je pense que les journaux de Voyage, sauf dans la mesure où l’on est intéressé par les voyageurs, sont des choses fort inintéressantes. Maudits, maudits ouvrages ! J’ai du mal à les lire moi-même39. »

  • 40 Voir Elizabeth A. Bohls, « Dorothy Wordsworth and the cultural politics of scenic tourism », in Wo (...)

20L’intérêt primordial du voyage, pour Dorothy, semble donc résider dans l’aventure humaine qu’il représente. Il n’est guère étonnant, dès lors, qu’elle se soit intéressée aux habitants des régions traversées, se démarquant en cela des règles du scenic tourism auxquelles elle obéit par ailleurs40. Elle s’étonnait elle-même de sa grande curiosité :

  • 41 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse, op. cit., p. 73-74.

Quand je vais dans un pays nouveau, j’ai l’impression d’être en éveil, et je suis surprise par la suite de me rappeler combien j’ai été attentive aux particularités des vêtements, des arrangements de la maison, etc., etc., et de voir à quel point ces petites choses confèrent un esprit particulier à des lieux sauvages, stériles, ou ordinaires41.

  • 42 Ibid., p. 176, 177.
  • 43 Ibid., p. 176 ; voir aussi p. 244.

21Avec son regard de femme, elle s’intéressait particulièrement aux mœurs domestiques et à l’arrangement intérieur des maisons. Elle aimait à discuter avec d’autres femmes pour découvrir les particularités de leur vie et le plaisir de la conversation était renforcé lorsqu’un lien, même ténu, entre les interlocutrices était découvert42. Ces conversations renvoyaient aussi parfois Dorothy à sa position ambiguë auprès de son frère puisqu’une question récurrente était de savoir si elle était mariée. Sa réponse négative ne manquait de susciter des interrogations et des suspicions comme chez cette femme qui, ayant appris que William, lui, était marié, masqua à peine son étonnement43.

  • 44 Voir notamment ibid., p. 85, 158, 229.
  • 45 Ibid., p. 243.
  • 46 Ibid., p. 135-136, 165.

22Dorothy entendait établir un échange avec ces femmes, mais sa condition de femme anglaise – différence notamment perceptible au niveau linguistique, avec la présence de l’erse ou de variations dialectales de l’anglais44 – lui donnait aussi un certain esprit critique. Ainsi, elle essaya de rendre plus efficace la production de galettes d’avoine en suggérant l’usage d’un rouleau, mais elle comprit vite qu’un objet aussi commun en Angleterre ne l’était pas en Écosse45. Surtout, en tant qu’anglaise, elle s’offusquait de la saleté régnant dans les demeures. Si elle se montrait indulgente avec les campagnardes, elle formulait des condamnations sans appel à l’égard des citadines qui n’avaient pas l’excuse de la terre et du bétail pour justifier la crasse ambiante : elles ne savaient ou ne voulaient pas tenir leur maison et ce manquement à leurs tâches domestiques choquait Dorothy46.

23En outre, si elle éprouvait un intérêt certain pour les gens qu’elle rencontrait, son empathie n’était pas totale. Son approche restait grandement esthétique : elle paraissait avoir la faculté de détourner rapidement son regard de situations trop difficiles, semblant parfois envisager de les effacer de ses souvenirs au moment même où elle s’y trouvait confrontée :

  • 47 Ibid., p. 228.

Lorsque nous quittâmes cette famille […], je ne pus m’empêcher de penser à la différence entre notre condition et celle de cette pauvre femme qui, avec son mari, avait été chassée de sa maison par le manque de travail, et faisait maintenant un long voyage pour en chercher ailleurs : chaque pas était un pénible labeur, car elle avait soit son enfant à porter, soit un lourd fardeau. Moi je marchais comme elle, mais mon objet, c’était le plaisir, et s’il était accompagné de labeur, même cela, c’était du plaisir – ce serait du plaisir du moins, dans mon souvenir47.

  • 48 Ibid., p. 75.
  • 49 Ibid., p. 109-110, 257.
  • 50 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse, op. cit., p. 106.

24Plus que de connaissances sur la vie des Écossais, Dorothy était en quête de son propre plaisir : au-delà des conditions sociales, elle s’attachait surtout à découvrir une image idéalisée de l’Écosse correspondant à la vision romantique qu’elle s’était forgée au cours de ses lectures d’œuvres littéraires ou de récits de voyages. Visitant ainsi Luss, village décrépit frappé par une misère innommable, elle souligne la beauté des « jardins sauvages », qui ne sont rien d’autre que des mauvaises herbes ayant envahi des habitations abandonnées48. De même, si elle fait bien allusion à la situation socio-historique des Highlands – où la pauvreté chronique avait contraint nombre d’habitants à l’émigration –, elle préfère se concentrer sur leur passé historique (Rob Roy) ou mythique (Ossian) et, plus encore, sur leurs paysages sublimes, sources d’émotions esthétiques intenses. Les Souvenirs offrent ainsi de nombreuses descriptions remarquables, fruits d’un sens de l’observation aigu, d’une grande sensibilité et d’indéniables talents descriptifs (en dépit de ses remarques sur les insuffisances d’un tel langage49). S’inscrivant dans la tradition du pittoresque, elle décrit avec minutie les lignes du paysage, en dégage les masses et les contrastes, souligne l’harmonie ou non des éléments du tableau. Elle cherche toutefois à se démarquer des « chasseurs de paysages et voyageurs du pittoresque50 », privilégiant une approche plus spontanée et moins codifiée de la nature. Elle souligne ainsi sa capacité à apprécier de mornes paysages, révélant sa supériorité de voyageuse ouverte à toutes les expériences authentiques :

  • 51 Ibid., p. 34.

Je peux toujours marcher dans la lande d’un pas léger ; j’ai l’impression d’être attirée plus près de la nature dans de tels endroits que nulle part ailleurs ; ou plutôt, je ressens plus fortement le pouvoir de la nature sur moi, et suis plus fière de ma capacité à trouver du plaisir dans ce qui, malheureusement, pour de nombreuses personnes, est soit lugubre, soit fade51.

  • 52 Ibid., p. 34.

25Cet élan romantique est toutefois tempéré dans les lignes suivantes qui mentionnent que l’intérêt particulier de cette lande tenait à sa proximité avec des terres cultivées et à la présence d’un vieil homme portant le plaid et le béret typiques des Highlands. Pour Dorothy, la spécificité de l’Écosse semble précisément résider dans ces « solitudes habitées » grâce auxquelles le pays se prête aux jeux de l’imagination : « L’Écosse, plus que tous les pays que j’ai visités, est celui où un homme à l’imagination fertile peut le mieux façonner ses propres plaisirs52. » Cette remarque dit sans ambiguïté le caractère plastique de l’Écosse, sa capacité à se modeler ou se métamorphoser en fonction du regard imaginatif porté sur elle. Ainsi, dans les Souvenirs, la symbiose entre les habitants et leur environnement est-elle soulignée car les Wordsworth recherchaient eux-mêmes une grande intimité avec la nature. La scène du jeune pâtre hurlant sur la lande à la tombée du jour pour rassembler son troupeau est à cet égard emblématique puisqu’elle est transformée en texte :

  • 53 Ibid., p. 124.

C’était un texte, comme W. me l’a fait remarquer depuis, qui contenait en lui-même toute l’histoire de la vie des Highlanders – leur mélancolie, leur simplicité, leur pauvreté, leur superstition, et par-dessus tout, ce caractère visionnaire qui résulte d’une communion avec ce qui, dans la nature, n’est pas de ce monde53.

26Témoignant des attentes de William Wordsworth, ce texte donne la quintessence de l’identité mytho-poétique de l’Écosse, à laquelle le poète adhère sans restriction et que les Souvenirs, dans leur ensemble, valident et renforcent.

  • 54 Robin Jarvis, Romantic Writing and Pedestrian Travel, Basingstoke, Macmillan, 1997, p. 174.
  • 55 Voir à cet égard Florence Gaillet, « Découvertes de paysages et paradoxes de l’écriture chez Dorot (...)

27Cette manière définitive d’interpréter le paysage et de se l’approprier est cependant plus typique de William que de Dorothy elle-même et de « sa réticence caractéristique à prendre possession imaginaire d’un nouveau territoire54 ». La possession imaginaire d’un territoire suppose en effet une véritable affirmation de soi, qui repose une conception claire de sa propre identité. Or le voyage exacerbait les doutes et les tensions de Dorothy, tiraillée entre ses désirs contradictoires de stabilité et de mobilité, d’ancrage et de liberté55. La description du paysage « tout à fait magique et enchanteur » contemplé depuis une petite éminence sur une île du loch Lomond reflète ainsi ses incertitudes :

  • 56 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse. op. cit., p. 81.

Un nouveau monde dans la splendeur de sa composition et ses contours permanents, et changeant à tout moment, en toutes parts, sous l’effet du soleil et du vent, des brumes, averses et nuages, et des lumières et ombres profondes qui se fondaient et échangeaient leurs places, balayant le lac en toutes directions. L’ensemble était en effet un étrange mélange d’images apaisantes et agitées, d’images invitant au repos, et d’autres entraînant l’imagination dans une activité encore plus plaisante que la quiétude ; pourtant, toute complexe et sans domicile, c’est-à-dire sans demeure durable pour l’esprit que fût cette perspective, il n’y avait pas lieu d’être perplexe ; nous avions toujours un guide pour nous mener de l’avant56.

  • 57 Ibid., p. 224.

28Ambivalente, cette évocation révèle néanmoins la primauté accordée par Dorothy au « domicile », à la « demeure durable », soulignant ainsi son besoin de s’appuyer sur un lieu stable pour organiser son expérience et lui donner sens. Pour éviter d’être par trop déstabilisée, Dorothy s’attachait, dans son expérience, aux éléments qui introduisaient une forme de familiarité dans l’inconnu. Ses nombreuses références littéraires ou ses fréquentes comparaisons des paysages écossais avec ceux du Lake District peuvent ainsi se lire comme autant de stratégies pour baliser un territoire étranger, potentiellement source d’angoisse. Créant un prisme rassurant, ces repères lui permettaient de s’ouvrir à de nouvelles découvertes : il y avait moins « lieu d’être perplexe » et elle pouvait, dès lors, aller « de l’avant ». Il n’en reste pas moins qu’elle goûtait plus pleinement aux joies de la re-découverte, qui, en offrant une perspective nouvelle sur un lieu déjà vu, lui procurait un plaisir plus pur que ne mitigeait en rien son appréhension de l’inconnu. Elle remarqua ainsi à propos des Trossachs, lieu sauvage par excellence : « Je sentais qu’il était beaucoup plus intéressant de visiter un lieu où nous sommes déjà allés que de le découvrir pour la première fois, à part dans des circonstances particulières57. »

29Quoi qu’il en soit, le voyage donnait à Dorothy non seulement l’occasion de se confronter à ses craintes, mais aussi de les surmonter : la dynamique même du périple semblait résoudre les tensions qu’il générait, comme en témoigne cette lettre :

  • 58 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, Letters… The Early Years, op. cit., p. 402.

Six semaines – cela semble être une longue absence, bien que nous ayons été heureux pendant notre voyage, surtout le dernier mois car, au début, nous n’étions qu’à demi détachés de la maison et nous n’avions pas appris la manière de prendre du bon temps – Nous semblions considérer l’ensemble du Voyage comme un devoir à accomplir en vue de quelque fin bénéfique, mais une fois que nous eûmes bien avancé, la disposition voyageuse s’empara de nous et nous regrettâmes de rebrousser chemin, ou plutôt nous aurions aimé continuer à aller de l’avant58.

30« Continuer à aller de l’avant », une fois passée la difficulté première à se détacher du foyer : ce souhait de continuer à évoluer dans un espace ouvert et mouvant révèle bien l’attrait qu’avaient pour Dorothy « la disposition voyageuse » et la précieuse liberté qu’offrait le voyage. En l’affranchissant du quotidien, son périple avait libéré ses énergies créatrices et suscité l’écriture d’une œuvre attachante et originale, où sa voix singulière module l’approche romantique de l’Écosse incarnée par son frère et trouve alors sa pleine expression.

Notes

1 Voir notamment Hugh Trevor-Roper, « The Invention of Tradition : The Highland Tradition of Scotland », in Eric J. Hobsbawm et Terence Ranger (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 15-41.

2 Samuel Johnson et James Boswell, Voyage dans les Hébrides, éd. de Marcel Le Pape, Paris, La Différence, 1991, p. 37. Pour une analyse détaillée, voir John Glendening, The High Road to Scotland : Romantic Tourism, Scotland and Literature, 1720-1820, Basingstoke, Macmillan, 1997, chapitre 3 : « Samuel Johnson’s Journey to the Western Isles of Scotland », p. 65-119. Voir aussi le court chapitre « Boswell and Johnson » in Allan Massie, The Thistle and the Rose. Six Centuries of Love and Hate between the Scots and the English, Londres, Murray, 2006, p. 114-126.

3 Ibid., p. 167.

4 Ibid., p. 115.

5 Rosalind Mitchinson, A History of Scotland, Londres, Methuen, 1970, p. 342-343.

6 Samuel Johnson, Voyage…, op. cit., p. 76.

7 Ibid., p. 115 et p. 57.

8 Ibid., p. 154.

9 Ibid., p. 37.

10 John Glendening, The High Road…, op. cit., p. 88.

11 Très peu étudié, le texte fait l’objet d’un chapitre in Betty Hagglund, Tourists and Travellers : Women’s Non-fictional Writing About Scotland, 1770-1830, Bristol, Channel View Publications, 2009, chapitre 3 : « Travelling to Criticize : A Journey to the Highlands of Scotland », p. 33-53.

12 Mary Anne Hanway, A Journey to the Western Isles of Scotland, with Occasional Remarks on Dr. Johnson’s Tour, By a Lady, London, Fielding and Walker, 1777, p. xiii (c’est nous qui traduisons).

13 Voir Elizabeth A. Bohls, Women Travel Writers and the Language of Aesthetics, 1716-1818, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 3-5.

14 Mary Anne Hanway, A Journey…, op. cit., p. ii.

15 Ibid., p. vii.

16 Ibid., p. 61.

17 Ibid., p. 51.

18 Ibid., p. 159.

19 Ibid., p. 64.

20 Ibid., p. 66.

21 Ibid., p. 66-67.

22 Samuel Johnson, Voyage…, op. cit., p. 62-63.

23 Ibid., p. 63.

24 Ibid., p. 63.

25 Mary Anne Hanway, A Journey…, op. cit., p. 34.

26 Ibid., p. 40.

27 Mary Anne Hanway, A Journey…, op. cit., p. 41.

28 Ibid., p. 42.

29 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, The Letters of William and Dorothy Wordsworth. The Early Years, 1787-1805, éd. d’Ernest de Selincourt (2e éd. revue par Chester L. Shaver), Oxford, Clarendon Press, 1967, p. 113-114.

30 Sarah Murray, A Companion, and Useful Guide to the Beauties of Scotland […]. To Which is Added, A More Particular Description of Scotland, Especially […] The Highlands, London, George Nicol, 1799, p. v (c’est nous qui traduisons). Une partie de la citation sert de titre à l’une des rares études sur cet ouvrage : Betty Hagglund, Tourists …, op. cit., chapitre 4 : « “Every Thing Worth Seeing” : Sarah Murray’s Companion and Useful Guide », p. 54-76.

31 Ibid., p. 243.

32 Voir notamment Dorothy Wordsworth et William Wordsworth, Voyage en Écosse. Journal et poèmes, traduction, annotation et postface de Florence Gaillet, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2002, p. 52. La distinction entre touriste et voyageur sert de base à l’étude de James Buzard, The Beaten Track. European Tourism, Literature, and the Ways to “Culture”, 1800-1918, Oxford, Oxford University Press, 1993, ainsi qu’à l’analyse de Betty Hagglund, « From Traveller to Tourist : Dorothy Wordsworth’s Two Scottish Tours », in Tourists…, op. cit., p. 98-125.

33 Voir Florence Gaillet, « L’enchevêtrement des voix dans Souvenirs d’un voyage en Écosse en l’an 1803 » postface à Dorothy Wordsworth et William Wordsworth, Voyage en Écosse, op. cit., p. 313-368.

34 Samuel Rogers, Recollections of the Table-Talk of Samuel Rogers, éd. d’Alexander Dyce, New Southgate, Rogers, 1887, p. 208-209. Samuel Taylor Coleridge accompagna les Wordsworth au début de leur périple.

35 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, Letters… The Early Years, op. cit., p. 421.

36 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse, op. cit., p. 196.

37 Ce texte modifié, qui n’existe que sous forme manuscrite, est brièvement présenté dans Appendix II in Ernest de Selincourt, Dorothy Wordsworth : A Biography, Oxford, Clarendon Press, 1933, p. 404-415.

38 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, The Letters of William and Dorothy Wordsworth. The Later Years, Part I, 1821-1824, éd. d’Ernest, de Selincourt (2e éd. revue par Alan G. Hill), Oxford, Clarendon Press, 1978, p. 181.

39 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, Letters… The Early Years, op. cit., p. 421.

40 Voir Elizabeth A. Bohls, « Dorothy Wordsworth and the cultural politics of scenic tourism », in Women Travel Writers…, op. cit., p. 170-208.

41 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse, op. cit., p. 73-74.

42 Ibid., p. 176, 177.

43 Ibid., p. 176 ; voir aussi p. 244.

44 Voir notamment ibid., p. 85, 158, 229.

45 Ibid., p. 243.

46 Ibid., p. 135-136, 165.

47 Ibid., p. 228.

48 Ibid., p. 75.

49 Ibid., p. 109-110, 257.

50 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse, op. cit., p. 106.

51 Ibid., p. 34.

52 Ibid., p. 34.

53 Ibid., p. 124.

54 Robin Jarvis, Romantic Writing and Pedestrian Travel, Basingstoke, Macmillan, 1997, p. 174.

55 Voir à cet égard Florence Gaillet, « Découvertes de paysages et paradoxes de l’écriture chez Dorothy Wordsworth : Recollections of a Tour Made in Scotland, A. D. 1803 et Journal of a Tour on the Continent, 1820 », in Jean Viviès (dir.), Lignes de fuite. Littérature de voyage du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 63-83.

56 Dorothy Wordsworth, Voyage en Écosse. op. cit., p. 81.

57 Ibid., p. 224.

58 William Wordsworth et Dorothy Wordsworth, Letters… The Early Years, op. cit., p. 402.

Auteur

Sciences Po Bordeaux.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search