Version classiqueVersion mobile

Voyageuses dans l’Europe des confins (xviiie-xxe siècles)

 | 
Nicolas Bourguinat

Raison et Sentiment

Le voyage en Scandinavie de Mary Wollstonecraft

Marie-Odile Bernez

Texte intégral

  • 1 « Mary Wollstonecraft’s Scandinavian Journey », Acts of the Royal Society of Arts and Sciences of G (...)

1Letters Written during a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark, (abrégé en Short Residence dans cet article) comprend 25 lettres à un correspondant anonyme, précédées d’un Avertissement, et suivies d’un Appendice et de deux Notes Supplémentaires. Wollstonecraft voyagea en Scandinavie durant l’été de 1795, et le livre sortit en 1796. Elle avait été envoyée dans ces contrées par son amant, que l’on supposait son mari, un homme d’affaires américain, Gilbert Imlay, pour régler certains contentieux. Dans l’ouvrage, aucune mention n’est faite des raisons de ce voyage, mais elles ont été étudiées en détail par Per Nyström1. Le secret que la narratrice garde sur sa présence en Scandinavie ajoute un air de mystère à l’ouvrage, et le lecteur est en droit de se demander pourquoi cette jeune femme, seulement accompagnée de sa fille Fanny, âgée d’un an, et d’une domestique française, Marguerite, voyage dans ces pays lointains. Wollstonecraft embarqua à Hull pour ce voyage de 3 mois, le débutant par la Suède, près de Goteborg, visitant ensuite la Norvège, dont Christiana (aujourd’hui Oslo), puis le Danemark, où elle passa quelque temps à Copenhague, avant de reprendre le bateau pour Douvres à Hambourg, après être passée par le Schleswig-Holstein.

  • 2 Anka Ryall, Catherine Sandbach-Dahlstrom (dir.), Mary Wollstonecraft’s Journey to Scandinavia, Essa (...)

2Mary Wollstonecraft avait déjà voyagé longuement en Europe : elle s’était rendue d’abord au Portugal (1785) pour assister son amie d’enfance Fanny Blood lors de sa grossesse (son amie ne devait pas survivre à l’accouchement), puis en Irlande (1786-1787) où elle avait été embauchée comme institutrice dans une famille aristocratique, et enfin en France, où elle séjourna de la fin de 1792 au printemps de 1795, après la publication de son œuvre majeure A Vindication of the Rights of Woman (1792). Elle avait eu l’occasion de rendre compte de nombreux livres de voyage pour le journal The Analytical Review, publié par son éditeur, Joseph Johnson. Ce faisant, elle avait déterminé que les récits de voyage devaient être plutôt des récits personnels que des accumulations de faits2.

  • 3 Mitzi Myers, « Mary Wollstonecraft’s Letters Written during a Short Residence in Sweden, Norway and (...)
  • 4 Jean-Louis Bougrenet de la Tocnaye, Promenades d’un Français en Suède et en Norvège (1798) – cité d (...)

3Son récit révèle des tensions entre la raison et les sentiments, et il a généralement été considéré comme le triomphe de son côté féminin sur un côté plus masculin et plus rationnel, qui aurait prédominé auparavant, et que son expérience de femme abandonnée (par son amant/mari Imlay) et de mère lui aurait permis d’exprimer. C’est pourquoi de nombreuses études se sont concentrées sur les liens entre le récit plus ou moins fictionnel et la vie réelle de Wollstonecraft, le correspondant anonyme de Short Residence étant généralement interprété comme étant Gilbert Imlay3. Ces études insistent sur le fait que la narratrice est une femme mélancolique dont les désarrois privés prennent peu à peu le pas sur les efforts d’objectivité. Les lecteurs de l’époque n’ont d’ailleurs pas manqué de voir dans Short Residence une autobiographie à peine voilée. Godwin, qui épousa Wollstonecraft peu après son retour, dit qu’il en tomba amoureux en lisant ce récit de voyage et La Tocnaye, un émigré français qui voyagea en Scandinavie peu de temps après y vit aussi une autobiographie, même si sa vision est bien négative. Il écrivit : « Pauvre femme, chagrine avec tout le monde, avec elle-même : elle portait son humeur noire dans tout ce qu’elle faisait : elle était sans doute malheureuse, cela ne se voit que trop4. »

4Le problème est complexe : Wollstonecraft ne manque pas de se présenter à ses lecteurs comme un auteur qui est à la fois elle-même et quelqu’un de différent. Dans l’Avertissement, elle explique que l’aspect personnel est aussi un choix destiné à rendre les lettres plus frappantes :

  • 5 « In writing these desultory letters, I found I could not avoid being continually the first person (...)

En écrivant ces lettres décousues, je m’aperçus que je ne pouvais éviter d’être sans cesse la première personne – le modeste héros de chaque histoire. J’essayai de remédier à ce défaut, si c’en est un, car elles étaient destinées à la publication ; mais au fur et à mesure que j’organisais mes pensées, je trouvais que mes lettres devenaient empesées et artificielles : je décidai donc de laisser mes remarques et mes réflexions couler sans contrainte, parce que je me rendis compte que je ne pouvais donner de description exacte de ce que je voyais sans relater les effets que les différents objets avaient produits sur mon esprit et mes sentiments, tandis que leur impression était encore récente5.

  • 6 Voir Marie-Odile Bernez, « Catharine Macaulay et Mary Wollstonecraft : deux femmes dans le débat su (...)
  • 7 « The occasional harshness and ruggedness of character, that diversify her Vindication of the Right (...)

5Elle insiste donc dès le début sur l’importance d’enregistrer les effets sur le voyageur lui-même de ce qu’il voit et vit, de façon non-systématique. Ceci a conduit les critiques à mettre en relief la différence de ton de Wollstonecraft, par rapport à ses écrits précédents, sur les Droits des Femmes ou la Révolution française, dans lesquels elle présentait sa voix comme objective, virile et supérieure, et réduisait ses adversaires, que ce soit Rousseau, Burke ou l’aristocratie française à une faiblesse de femmelette6. Désormais, elle se fie plus à l’intuition, la subjectivité, l’association d’idées, ce qu’elle dénonçait auparavant chez ses adversaires. Short Residence est ainsi perçue comme un adoucissement de sa voix, ce qu’exprima Godwin de la manière suivante dans la biographie consacrée à sa femme : « La dureté et la brutalité des remarques que l’on trouve parfois dans sa Défense des Droits de la Femme disparaissent ici totalement […] L’affliction avait touché son cœur au point de lui donner une douceur plus qu’humaine7 ». Amelia Alderson eut exactement la même réaction. Dans une lettre envoyée à Wollstonecraft en août 1796, elle écrit :

  • 8 « I remember the time when my desire of seeing you was repressed by fear – but as soon as I read yo (...)

Je me souviens de l’époque où ma peur contrariait mon désir de vous rencontrer – mais dès que j’ai lu vos lettres de Norvège, la froide terreur que la philosophe m’inspirait fut noyée par la sympathie tendre qu’excitait la femme. Je fus séduite par l’être de sentiment et d’imagination8.

  • 9 Deborah Weiss, « Suffering, Sentiment, and Civilization : Pain and Politics in Mary Wollstonecraft’ (...)
  • 10 « We reason deeply when we forcibly feel » (lettre 19) et « my very reason obliges me to permit my (...)

6Dans quelle mesure cette tension entre la raison et les sentiments résulte de la rencontre avec des marges de l’Europe, c’est ce sur quoi je voudrais me concentrer. Dans un article remarquable, Deborah Weiss9 avance que Wollstonecraft dans Short Residence reprend et subvertit la tradition des récits de voyages sentimentaux instaurée par Laurence Sterne dans A Sentimental Journey (1768) en se présentant à la fois comme une femme victime de son amoureux – situation typique des héroïnes de ces récits – mais aussi en auteur à la voix masculine et réfléchie, qui narre son histoire et est capable de tirer de ses souffrances des conclusions à propos de l’état d’oppression où se trouvent les femmes. « Les femmes qui peuvent à la fois ressentir et penser se transforment en êtres de progrès », écrit Deborah Weiss, tirant parti des exclamations de Wollstonecraft : « nous raisonnons avec profondeur quand nous ressentons avec force » et « ma raison même m’oblige à autoriser mes sentiments à me servir de critère10 » de sorte que finalement sentiments et raison ne sont plus opposés mais s’épaulent mutuellement. De fait, la remise en cause de la polarisation traditionnelle masculin/féminin est au cœur du récit, alors que Wollstonecraft réagit aux peuples et aux paysages nordiques d’une façon originale.

1. Le paysage sublime : triomphe de la sensibilité ?

  • 11 H. Arnold Barton, Northern Arcadia, Foreign Travellers in Scandinavia, 1765-1815, Carbondale, South (...)

7Short Residence a souvent été interprété comme un des premiers récits de voyage romantiques, et les descriptions de paysage qui s’y trouvent correspondent en effet à ce que l’on attend du voyageur romantique. Wollstonecraft est attirée par la nature intacte et sublime, à l’écart des chemins bien balisés empruntés par les jeunes aristocrates durant le Grand Tour. Les montagnes, les chutes d’eau, les brumes du nord se substituent aux villes et monuments des latitudes plus méridionales. Dans les dernières décennies du xviiie siècle, les voyages vers le nord deviennent de plus en plus à la mode, comme l’a montré H. Arnold Barton, dans le même temps que l’accès à l’Europe continentale se ferme du fait des guerres11. Barton a dénombré 98 récits de voyages en Scandinavie dans la période 1765/1815. Celui de Wollstonecraft eut du succès et elle s’attacha un groupe de fidèles lecteurs, dont Coleridge, Hazlitt et sa propre fille Mary Shelley, qui, bien des années plus tard, emporta Short Residence lors de ses pérégrinations sur le continent avec Shelley. Frankenstein (1818) est d’ailleurs situé en grande partie dans les régions septentrionales, Victor fuyant sa créature jusqu’en Arctique.

8Wollstonecraft emploie à maintes reprises les termes « sublime », « romantique » et « sauvage », comparant la Scandinavie à des lieux typiquement romantiques qu’elle ne visita d’ailleurs jamais, les Alpes ou les régions les plus sauvages du continent américain (lettres 9 et 10), pour donner à ses lecteurs une idée du caractère isolé et préservé de ces contrées. Mais ce qui rend les descriptions typiques du romantisme naissant, c’est qu’elles contiennent toujours les effets que le contact avec le paysage a sur la narratrice, sur son corps et son esprit, de sorte que le voyage vers les marges de l’Europe permet une découverte de soi. En Suède, l’influence du paysage sur le corps est perçue comme positive : Wollstonecraft écrit à son correspondant qu’elle se plaît à arpenter le paysage, à escalader les rochers, même à canoter sur les lacs (lettre 8). La randonnée dans la nature sauvage lui donne un sens de sa propre liberté, en lien avec ce paysage lui aussi libre.

9Mais plus encore, le spectacle de la nature éveille son imaginaire, et la sensibilité semble alors dominer ses réactions au paysage. La contemplation des flancs de montagnes arides ou des cascades évoque en elle des souvenirs de sa meilleure amie décédée, ou des craintes sur l’avenir, celui de sa fille notamment, ainsi que des méditations sur l’au-delà et l’immortalité. Est-elle une créature destinée à périr tout entière ? Son âme fait-elle partie d’un tout plus vaste ? Ces réflexions appartiennent bien à l’imaginaire pré-romantique, comme le confirment les rappels aux mythes celtes (un rocher qui semble un siège digne d’un druide dans la lettre 2) ou les multiples citations de Shakespeare (en majeure partie tirées de Hamlet, Le Roi Lear et La Tempête, comme on peut s’y attendre).

  • 12 « Before I came here, I could scarcely have imagined that a simple object, rocks, could have admitt (...)
  • 13 « I wonder how anybody could term them grand ; they appear so insignificant to me » (lettre 25).

10Mais Wollstonecraft manipule aussi ses lecteurs en leur donnant, par ses propres réactions, le modèle de la manière dont eux-mêmes devraient être touchés par le paysage. Les paysages désertiques, les longues nuits durant lesquelles le soleil ne se couche pas, les sapins, les cascades, le clair de lune, sont là pour nous signaler le paysage, mais aussi la façon de l’appréhender. D’ailleurs, l’expérience du paysage change ses perceptions esthétiques : « avant de venir ici, je n’aurais pu imaginer que de simples objets comme des rochers pouvaient se présenter sous des combinaisons de forme aussi remarquables – ils sont toujours majestueux, souvent sublimes12 ». Dans la lettre 6, elle compare ses propres réactions de sympathie pour le paysage aux sons d’une harpe éolienne dont les vents jouent. Et à son retour à Douvres, elle remarque à quel point les falaises paraissent insignifiantes, comparées à celles de Norvège : « je me demande comment quiconque peut les qualifier de majestueuses ; elles m’apparaissent si insignifiantes13 ». Elle semble donc bien, comme nombre de ses contemporains, laisser toute liberté à une humeur romantique, qui lui fait voir les choses autrement.

  • 14 Karen Hust, « Facing the Maternal Sublime : Mary Wollstonecraft in Sweden » dans Anka Ryall et Cath (...)
  • 15 Edmund Burke, A Philosophical Inquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and the Beautiful (...)
  • 16 « resist the mystique of female sympathies », Sylvia Bowerbank, op. cit., p. 170.

11Mais deux très intéressants articles, de Karen Hust et Sylvia Bowerbank14, montrent que la réaction de Wollstonecraft au paysage sublime ne suit pas complètement les conventions romantiques. D’une part, quand le sublime n’est pas associé dans le discours de l’époque au masculin (ce qui est rarement le cas, depuis que Burke avait fait la distinction fameuse entre le sublime et le beau, le sublime étant viril, et le beau associé à la petitesse et au féminin15), il est lié aux forces obscures du féminin archaïque, aux figures maternelles dénuées de forme, comme la mer infinie ou la terre-mère. La femme apparaît alors comme en contact, voire en osmose avec les forces naturelles, et l’homme devient la force civilisatrice qui s’arrache à ces forces primitives. Wollstonecraft n’a jamais face aux paysages ce type de réaction ni de discours : elle refuse, lorsqu’elle est confrontée au sublime, de s’y plonger pour s’y unir, et ne peut abandonner sa raison et sa capacité de penser. Elle regarde sa fille jouir de la nature en harmonie avec elle, mais ne laisse jamais de côté son esprit d’observation. Elle « résiste au mythe des sympathies de la femme » avec la nature, selon Bowerbank16.

12Ceci explique que ses élans d’imagination ne l’empêchent jamais d’exercer sa raison critique. Quand elle écrit qu’elle s’attend presque à voir surgir des nymphes des forêts profondes, c’est un jeu rhétorique, et elle rejette les fables de monstres marins supposés à l’époque hanter les mers de Scandinavie, et que l’ouvrage d’Erik Pontoppidan, Natural History of Norway (1755), avait popularisés par ses descriptions du Kraken et des sirènes. Dans son post-scriptum à la lettre 15, elle dit avoir interrogé des capitaines de vaisseaux et elle est certaine que ces créatures n’existent pas. Elle n’abdique donc pas sa raison devant le paysage romantique.

  • 17 Voir Peter Fjågesund et Ruth A. Symes, The Northern Utopia, British Perceptions of Norway in the Ni (...)
  • 18 « the rude materials of creation » (lettre 1), « every object seemed to remind me of the creation o (...)

13Le voyageur romantique ne se contente pas de l’exotisme de la distance spatiale : il la convertit en distance historique, et voit dans le voyage vers le nord une façon de remonter le temps, pour retrouver les traditions de la campagne anglaise un siècle ou deux plus tôt – une croyance assez commune à l’époque17 – ou même l’enfance de l’humanité. À plusieurs reprises, Wollstonecraft succombe à cette vision. Elle écrit que le sol qu’elle foule est formé « des matériaux bruts de la création », que « chaque objet semblait me rappeler la création du monde », que « la nature […] semblait les ossements du monde attendant d’être revêtus18 ». Elle se laisse même aller à méditer sur la destinée future de la planète dans la lettre 11 :

  • 19 « The view of this wild coast […] afforded me a continual subject for meditation. I anticipated the (...)

La vision de cette côte sauvage […] me donnait un sujet constant de méditation. Je songeais aux progrès futurs du monde, et observais combien l’homme doit encore œuvrer pour faire produire à la terre tout ce qu’elle peut donner. Je portais mes spéculations plus loin encore, avançant d’un ou deux millions d’années, à l’époque où la terre sera cultivée si entièrement, et peuplée si complètement, que tous les lieux finiront par être habités, tous, même ces rivages désolés19.

  • 20 Anka Ryall, « A Vindication of Struggling Nature : Mary Wollstonecraft’s Scandinavia » dans Anka Ry (...)

14Wollstonecraft ressent alors de la pitié pour les êtres futurs condamnés par manque de nourriture à la mort. Ces visions du passé et de l’avenir ont amené Anka Ryall à examiner l’impact des théories géologiques de Buffon sur Wollstonecraft20. Les vues de Buffon, qui donnaient à la planète une durée de vie bien supérieure à celle que lui accordait le récit biblique, sont partagées par Wollstonecraft, qui se montre toujours disposée à remettre en cause les récits de la Bible. L’homme, nous dit-elle, a dû apparaître dans les régions septentrionales, c’est ce qui explique sa dévotion au soleil, car s’il était apparu dans les latitudes méridionales, il se cacherait plutôt du soleil (lettre 5). Un exemple de sa capacité à remettre en cause les mythes habituels.

15Les aspects que j’ai mis en relief jusqu’ici montrent qu’elle tire profit de ses connaissances de touriste éclairée pour donner un sens à son expérience du voyage, ce que ne peuvent faire les habitants de ces régions, qui n’ont pas le sens du sublime qui les entoure. C’est pourquoi elle ne peut espérer partager ses pensées qu’avec son correspondant, et à travers lui, avec des lecteurs qui peuvent tirer de leur contact avec la nature sauvage le même type de réactions qu’elle. À l’opposé, les habitants rencontrés semblent contredire son expérience romantique : les Scandinaves ne partagent ni sa sensibilité raffinée, ni sa capacité de raisonner.

2. Le point de vue d’une Anglaise éclairée

  • 21 En particulier William Coxe, Travels into Poland, Russia, Sweden, and Denmark (1784).
  • 22 « that I was a woman of observation, for I asked him men’s questions » (lettre 1). Les italiques so (...)

16Dans cette seconde partie, je m’efforcerai de montrer que la façon dont Wollstonecraft envisage les Scandinaves renforce les préjugés des Lumières et insiste sur la supériorité de la France et de la Grande-Bretagne sur leurs voisins périphériques. Wollstonecraft se présente au début de son voyage comme motivée par un esprit d’investigation typique du xviiie siècle. Cet esprit la quitte peu à peu au fil du temps et à la lettre 25, elle reconnaît qu’elle en a assez d’observer et de voyager. Cependant, elle était partie après s’être documentée en lisant des livres sur la région21, et au début elle est fière de noter que son hôte lui a dit « que j’étais une femme d’observation, parce que je lui posais des questions d’homme22 ». Cela correspond tout à fait à l’approche qu’elle avait suivie pour traiter de la Révolution française : les questions d’homme concernent la politique, l’économie, le gouvernement. Mais ses réactions aux habitants ne sont pas celles uniquement d’un observateur détaché : elles sont en général négatives, et l’occasion de montrer sa propre supériorité de jugement et de goût.

  • 23 « men who remain so near the brute creation [and…] exert themselves to find the food necessary to s (...)
  • 24 « simplicity of the golden age in this land of flint ».
  • 25 « my heart would frequently be interested ; but my mind would languish for more companionable socie (...)
  • 26 « I shuddered at the thought of receiving existence, and remaining here, in the solitude of ignoran (...)
  • 27 « uncontaminated people » (lettre 14).

17Les pêcheurs et paysans rencontrés se caractérisent par leur ignorance, même si elle souligne leur hospitalité. Ils sont limités parce que contraints de travailler dur pour survivre, ce qui conduit Wollstonecraft à écrire : « les hommes qui restent si proche des animaux [et…] s’épuisent à trouver la nourriture nécessaire à leur subsistance ont peu d’imagination, voire aucune23 ». On la sent très divisée sur la question du primitivisme : d’un côté, il peut équivaloir à un âge d’or. Dans la lettre 1, elle espère encore trouver « la simplicité de l’âge d’or dans cette terre de silex24 ». Mais elle s’aperçoit vite que l’ignorance et la simplicité ne lui conviendraient pas : « Mon cœur serait intéressé assez souvent ; mais mon esprit se languirait d’une compagnie plus sociable25. » A la lettre 11, elle répète : « Je me pris à trembler en songeant que j’aurai pu naître et demeurer ici, dans la solitude de l’ignorance […] le caractère des habitants est aussi mal cultivé […] que leur logis26. » On voit dans ces citations que pour elle il faut cultiver à la fois son cœur et son esprit. En apercevant la cabane d’un bûcheron, elle envie son bonheur, mais plaint aussi son ignorance (lettre 14), et tout en admettant qu’elle aimerait être emportée vers « les fables de l’âge d’or », elle reconnaît qu’elles ne sont que cela : des fables. Elle a encore l’espoir de trouver des « êtres intacts27 » plus au nord, mais elle n’eut pas l’occasion de pénétrer plus au nord de toute façon. Et vu ce qu’elle écrit des paysans qu’elle a rencontrés, elle aurait eu de fortes chances d’être déçue.

  • 28 « Their tables, like their compliments, seem equally a caricature of the French » (lettre 2).
  • 29 « a remnant of barbarism ».
  • 30 « no genius », « stagnant » (lettre 21).
  • 31 « poverty of conception » (lettre 14).
  • 32 « the cloven foot of despotism » (lettre 13).

18Les classes supérieures qu’elle rencontre ne sont pas présentées de façon plus positive. Ils ne semblent pas avoir atteint un niveau de développement bien élevé, et s’occupent surtout d’imiter les modes françaises, sans grand succès. « Leurs tables, comme leurs compliments, sont des caricatures des Français28 ». À la lettre 3, elle remarque que les serviteurs ne sont jamais considérés comme faisant partie de la famille, et voit en cela « un reste de barbarie29 ». Les parcs des nobles démontrent leur peu de goût ou sont inadaptés dans ces climats (lettre 13), les femmes ne s’intéressent qu’aux frivolités parisiennes (lettre 22). Les autorités sont corrompues et conservatrices. Le roi est manipulé par son ministre Bernstorff. Quand elle rencontre celui-ci, son opinion est négative : l’homme est prudent, mais n’a aucune vision, « aucun génie », il ne prend aucun risque pour réformer, et c’est pourquoi le pays « stagne30 ». Elle trouve peu de charmes aux capitales et villes principales visitées : Hambourg est étouffante, Copenhague, qui vient d’être ravagée par un incendie, ne possède aucune maison élégante. L’incendie prouve d’ailleurs l’inertie des autorités : au lieu de démolir des maisons pour arrêter les flammes et sauver le reste de la ville, on l’a laissé se propager, ce qui est typique, selon elle, de l’inertie de ce gouvernement. Ses visites au musée, à la bibliothèque et au château de Copenhague ne l’impressionnent guère. De même, Christiana n’a pas d’exemple d’architecture raffinée, mais des monuments gothiques et trahit « le peu de vision dans sa conception31 ». Ceux qui ont essayé de mettre en place des réformes se sont heurtés à la résistance et aux préjugés de leurs compatriotes. Elle critique l’attachement de ces gens à leurs repas interminables, et à leurs creuses cérémonies. En bref, la Norvège vit « sous le pied fourchu du despotisme32 ».

  • 33 « deformed by vice » (lettre 10).
  • 34 « sordid love of money » (lettre 11).
  • 35 « I am, my friend, more and more convinced that a metropolis, or an absolute solitary, is the best (...)

19Les classes moyennes, dont elle fait pourtant partie, ne sont pas mieux traitées, au contraire. Elle dénonce leurs pratiques corrompues, la contrebande effrénée dans les petites villes, les hommes de loi et marchands à l’esprit étroit, qui ne s’intéressent qu’à l’argent, et qu’elle doit rencontrer pour régler les affaires d’Imlay : elle décrit leurs faces « déformées par le vice33 » et leur « sordide amour de l’argent34 ». Ils cherchent à tromper autant qu’ils le peuvent les Anglais engagés dans la guerre. En fait, la pire existence est celle que l’on mène dans les villes de province : « Je suis, mon ami, de plus en plus persuadée qu’une grande métropole, ou la solitude absolue, sont les lieux les plus adaptés à faire progresser le cœur aussi bien que l’entendement35. » On voit de nouveau ici combien le cœur et l’entendement sont liés. Mais ce choix est aussi très moderne : on veut vivre dans la capitale pour y jouir de tous les raffinements, et avoir aussi l’occasion de se retirer dans quelque campagne intacte.

  • 36 « the only person […] who appears to have a scientific turn of mind » (lettre 7).

20Cela explique pourquoi elle voit dans les industries surtout leur impact délétère sur l’environnement. La mine d’alun décrite dans la lettre 13 gâche le paysage, les harengs qu’on emploie pour fertiliser les terres dégagent une odeur épouvantable (lettre 5). Elle reconnaît que l’administrateur d’une mine de sel, éduquée en Allemagne, est « la seule personne […] qui semble avoir un esprit scientifique36 », mais trouve déplaisantes les scieries installées sur la rivière près de Christiana (lettre 15). À Hambourg, il est révélateur de constater que le seul endroit qu’elle juge agréable est le cimetière où se trouve la tombe de la femme du poète Klopstock, car le reste de la ville est envahi par des manufactures de cordes et de colle qui la défigurent (lettre 24). On peut souligner ce paradoxe : elle veut que les gens soient plus raffinés que les paysans qui ne s’élèvent pas au-dessus du seuil de subsistance, mais elle rejette l’industrie et le commerce, qui permettent pourtant de multiplier les raffinements de l’existence.

  • 37 « scene of amusement for the gaping crowd »
  • 38 « a remnant of exploded witchcraft » (lettre 18).
  • 39 « pig-sty » (lettre 16).
  • 40 « bane », « intoxication is the pleasure of savages » (lettre 20).
  • 41 Voir Peter Fjågesund et Ruth A. Symes, op. cit.

21Les préjugés dérivés de son éducation et de sa croyance au progrès sont surtout visibles lorsqu’elle rejette des coutumes ou traditions indigènes jugées archaïques. Le système judiciaire est particulièrement en ligne de mire : il pèche par excès d’indulgence ou de sévérité. Se promenant aux alentours de Copenhague, elle rencontre une foule joyeuse qui vient d’assister à l’exécution d’un criminel, et elle s’exclame contre cette « scène de divertissement pour les foules imbéciles37 ». Elle est choquée à l’extrême par le fait que certains malades ont bu le sang du condamné, « un reste de croyance en la sorcellerie aujourd’hui dépassée38 ». Ses attaques les plus acerbes concernent l’usage de l’alcool et du tabac, notamment la consommation immodérée d’eau-de-vie. À son arrivée dans une petite ville durant une fête, elle doit éviter les hommes et femmes couchés pêlemêle dans un coma éthylique, comme dans « une porcherie39 ». À l’auberge, elle déplie sur son lit des serviettes propres car les draps sont trop sales pour qu’elle s’y couche. L’eau-de-vie est la « plaie » de la Scandinavie et « l’ivrognerie le plaisir des sauvages40 ». On voit bien qu’elle présente sa propre identité d’Anglaise en visite comme supérieure41. À la fin de la lettre 9, elle écrit à son correspondant :

  • 42 « I am delighted with the romantic views I daily contemplate […] Still nothing so soon wearies out (...)

Je suis ravie des visions romantiques que je contemple tous les jours […] Cependant, rien ne fatigue tant les sentiments que la simplicité sans fard. Je suis donc presque sûre de ne pouvoir vivre à mon aise loin de ces pays où l’humanité est beaucoup plus avancée qu’ici dans ses connaissances42.

22Cela l’incite à réviser ses idées sur les Français ; elle écrit qu’elle aurait été moins dure avec eux dans ses écrits antérieurs si elle avait visité la Scandinavie avant la France – surtout parce que les Français sont moins ivrognes que les Européens du nord.

23Mais ces réflexions ne sont pas seulement celles d’une touriste amère, qui trouve les lits trop mous, les chambres mal ventilées, le pain de seigle immangeable et les enfants mal élevés, elles contribuent à créer le personnage de la narratrice, cette femme séduite et abandonnée, qui écrit à un amant dépourvu de compassion. Cela fait d’elle une héroïne romantique typique, à l’écart de la foule indifférente. À la fin de la lettre 12, elle médite longuement sur la question de la solitude et la rareté de l’amitié vraie. Elle désire cette amitié, tout en aimant la solitude, dilemme habituel du voyageur romantique. Cela semble dû plus au manque d’attention d’Imlay qu’à l’étrangeté des pays visités, puisqu’à son retour à Douvres, dans la dernière lettre, elle n’exprime aucun bonheur à se retrouver de retour dans sa patrie. Elle erre dans les rues au désespoir, avec le sentiment d’un malheur imminent qui l’oppresse (lettre 25). Le voyageur romantique est un errant perpétuel, sans foyer, dont la sensibilité est incomprise.

  • 43 « a particular fiction of Scandinavia popular in the late eighteenth century : that of a peripheral (...)
  • 44 « active agents […] on the international trade scene », ibid., p. 228.
  • 45 « they are arriving at the epoch which precedes the introduction of the arts and sciences » (lettre (...)
  • 46 « the people struck me as having arrived at that period when the faculties will unfold themselves [ (...)

24Mais Wollstonecraft est aussi en même temps la voyageuse éclairée, qui se rend compte que ses sentiments déforment sa vision des choses. À plusieurs reprises elle explique que son pessimisme vient de son état d’esprit, qu’elle est peut-être partiale, parce que séparée de son amant. Capable de se mettre à distance de ses propres humeurs, elle montre ainsi la force de son entendement. De plus, les sentiments lui permettent de nourrir ses réflexions, ainsi quand les paysages sauvages la conduisent à méditer sur la destinée humaine. Et face aux différentes coutumes des peuples, elle tente d’appliquer un schéma caractéristique des Lumières qui explique les différentes étapes du développement humain en s’inspirant de l’idée de perfectibilité des hommes. C’est pourquoi ses sentiments envers les autochtones contribuent, autant que les faits et les chiffres, à confirmer des notions bien ancrées sur le caractère primitif des peuplades nordiques, et ne témoignent pas seulement de l’agacement de la touriste. C’est ce qu’a montré Stéphanie Buus en mettant en lumière le fait que le silence dont elle entoure ses transactions commerciales et les agents d’affaire qu’elle rencontre quotidiennement contribue à renforcer « une notion particulière de la Scandinavie, commune à la fin du xviiie siècle, selon laquelle il s’agissait d’un pays Autre à la périphérie de l’Europe […], qui n’avait rien à donner mais tout à recevoir de ses voisins plus avancés43 ». Buus décrit au contraire les hommes d’affaires que Wollstonecraft a fréquentés comme « des agents actifs […] sur la scène commerciale internationale44 ». En les supprimant de son récit, Wollstonecraft déclare que les Scandinaves n’ont pas atteint le même degré de développement que d’autres Européens. Elle mentionne d’ailleurs les étapes de la civilisation à plusieurs reprises. Les Norvégiens « arrivent à l’époque qui précède l’introduction des arts et des sciences45 » ; des habitants du Holstein, elle écrit : « je remarquai qu’ils étaient parvenus à cette période où les facultés commencent à se développer […] ne sont pas prises dans les glaces de l’indolence, ni écrasées sous le poids d’une servilité misérable46 ». La société scandinave est encore enfoncée dans l’époque féodale, mais possède des capacités pour se développer. À la fin de la lettre 19, elle recommande aux voyageurs de visiter en premier les pays du nord, avant d’aller dans le sud de l’Europe, pour suivre le développement chronologique des peuples. Elle les prévient aussi contre l’excès de sensiblerie :

  • 47 « when visiting distant climes, a momentary social sympathy should not be allowed to influence the (...)

En visitant ces pays lointains, il ne faut pas laisser une sympathie sociale et transitoire influencer les conclusions de son entendement […] les vertus d’une nation […] j’en suis désormais convaincue, correspondent exactement à son degré de développement scientifique47.

3. Au-delà du clivage raison/sentiment

25La dernière étape de notre étude insiste sur le fait que Wollstonecraft ne se contente pas d’unir des préjugés typiques des Lumières à un enthousiasme pour le paysage caractéristique du Romantisme naissant. En fait, elle veut dépasser le clivage raison/sentiment pour en faire une synthèse nouvelle.

  • 48 Montesquieu partait de considérations physiologiques : « L’air froid resserre les extrémités des fi (...)
  • 49 Montesquieu, L’Esprit des Lois, Livre 14, chapitre 10.

26On le voit dans la façon dont elle rend compte de l’imbrication du climat et du développement humain. À la fin du xviiie siècle, la question de l’influence du climat sur l’état des sociétés et des gouvernements était encore sujette à controverse. L’explication quasi mécanique de l’impact du climat sur les mœurs présentée par Montesquieu dans le livre 14 de L’Esprit des Lois (1748)48 était remise en question. Montesquieu allait jusqu’à justifier l’ivrognerie principalement par le climat froid des régions du nord : « l’ivrognerie se trouve établie par toute la terre, dans la proportion de la froideur et de l’humidité du climat. Passez de l’équateur jusqu’à notre pôle, vous y verrez l’ivrognerie augmenter avec les degrés de latitude49 ».

  • 50 David Hume, « Of National Characters » dans Selected Essays [1777], éd. de Stephen Copley et Andrew (...)
  • 51 « all circumstances which are fitted to work on the mind as motives or reasons, and which render a (...)
  • 52 « Quant aux causes physiques, je suis porté à douter entièrement de leur influence en ce cas ; je n (...)

27David Hume avait mis en doute ce type d’explication, distinguant ce qu’il appelait les « causes physiques » des « causes morales50 ». Les causes morales sont « toutes les circonstances qui sont susceptibles d’agir sur l’esprit comme motifs ou raisons, et qui rendent un certain comportement habituel. Parmi ces causes, la nature du gouvernement, l’évolution des affaires publiques, l’abondance ou la pénurie dans laquelle vivent les habitants, la situation de la nation par rapport à ses voisins, et autres circonstances similaires », alors que les causes physiques sont « les qualités de l’air et du climat qui sont censées agir de façon imperceptible sur le tempérament51 ». Hume doute de l’influence de ces causes physiques52. Il déclare que le climat est rarement lié de manière systématique aux mœurs, parce que différentes nations vivant dans le même climat ont des comportements différents, ou parce que des nations n’ayant pas le même climat ont des mœurs comparables, ou encore parce que des nations ont changé de comportement sans changer de climat. Il en conclut que les causes physiques n’affectent pas les fibres les plus fines de l’esprit, sur lesquelles les causes morales ont plus d’impact.

  • 53 « Norwegians are more industrious and more opulent » (lettre 5).
  • 54 « are eager to give a national character, which is rarely just, because they do not discriminate th (...)

28Wollstonecraft partage le point de vue de Hume plutôt que celui de Montesquieu. Elle ne justifie pas l’ivrognerie par le climat, mais l’attribue au contraire à des causes morales. Elle voit d’énormes différences entre Suédois et Norvégiens qui ne sont pas dues à des différences climatiques : « Les Norvégiens sont plus industrieux et plus riches53 », de plus les deux peuples se détestent. Aussi les voyageurs ne devraient-ils pas s’empresser de conclure lorsqu’ils étudient différentes nations. Ils « se hâtent de donner un caractère national, qui est rarement exact, parce qu’ils ne font pas la distinction entre les différences naturelles et les différences acquises54 ». Elle continue, faisant la même distinction que Hume entre ces différences :

  • 55 « the natural, I believe, on due consideration, will be found to consist merely in the degree of vi (...)

Les différences naturelles, je crois, après examen, qu’on trouvera qu’elles consistent simplement dans le degré de vivacité ou de méditation, de plaisir ou de douleur, inspiré par le climat, alors que les variations introduites par les formes de gouvernement, y compris la religion, sont bien plus importantes et variables55.

  • 56 « note the present state of morals and manners […] that will lead me to form a just idea of the nat (...)

29Donc, son but en tant que voyageuse éclairée, est de rendre compte de ces variations, et d’évaluer le degré de civilisation atteint par les pays qu’elle traverse, pour « noter l’état actuel des mœurs et des manières […] me permettant de me former une juste idée de la nature de l’homme56 ». Il ne s’agit donc pas de retrouver l’âge d’or, mais un état antérieur du développement humain dans ces contrées nordiques.

  • 57 L’Appendice parle de la question du développement, la première note se concentre sur les divisions (...)
  • 58 Par exemple la lettre 3 sur la Suède, la lettre 7 sur la politique en Norvège.
  • 59 « toutes les femmes filent ; et il y a un métier à tisser dans la cuisine » « all the women spin ; (...)

30Pour évaluer le degré de civilisation, elle collecte les faits et chiffres qui forment l’Appendice et les Notes Supplémentaires57. Certaines lettres incluent aussi des réflexions étendues sur la politique, le commerce, ou l’économie58. Les éléments sur lesquels elle attire l’attention sont exactement les mêmes que Malthus met en relief dans son Essay on the Principles of Population. Cet ouvrage, qui contient les idées principales de Malthus, parut en 1798, mais pour compléter une seconde édition qui parut en 1801, Malthus se rendit en Scandinavie durant l’été de 1799. Dans son journal de voyage et dans les chapitres consacrés à la Scandinavie de l’Essay, il note les mêmes aspects que Wollstonecraft. Par exemple, le service militaire obligatoire en Norvège permet de reculer l’âge du mariage, et donc empêche la croissance de la population. Wollstonecraft le mentionne également dans la lettre 13, pour dire qu’il s’agit d’une entrave à la liberté. Malthus note que les fermes vivent en autarcie et que les femmes sont donc fort occupées à filer, ce que Wollstonecraft avait aussi remarqué59. Cette autarcie met un frein aux marchés, qui n’existent pas, ce qui est pour elle un grand inconvénient (lettre 8). Malthus parle aussi de la loi qui permet aux anciens propriétaires de racheter une propriété vendue jusqu’à 20 ans auparavant, ce dont Wollstonecraft avait parlé lettre 14. Ces lois – appelées odel – sont pour Malthus une façon de prévenir le développement de la population, mais elles empêchent aussi toute amélioration des terres – ce que Wollstonecraft avait noté : n’étant pas sûrs de conserver leurs terrains, les propriétaires n’avaient aucun désir de prendre des risques pour les améliorer. Malthus, comme Wollstonecraft, remarque que les Norvégiens sont plus riches que les Suédois. Il explique qu’ils distillent une grande quantité de céréales pour fabriquer de l’alcool, au lieu de l’employer pour se nourrir, ce qui confirme les vues de Wollstonecraft sur les habitudes alcooliques de ces pays. Malthus parle aussi de la question de la déforestation et de l’amélioration des terres, remettant en cause l’idée que cela puisse nourrir plus d’habitants. Wollstonecraft s’interroge aussi sur la déforestation à la lettre 14. Enfin, Malthus pense que l’instauration d’hospices pour les enfants trouvés n’a pas d’impact sur la croissance de la population, et Wollstonecraft mentionne aussi les établissements charitables, qui sont des exemples de bonne volonté, mais elle exprime des doutes sur leur utilité également (lettre 21). Bien évidemment, Malthus a une théorie de la population à illustrer et défendre, et les remarques de Wollstonecraft sont plus éparses. Mais elle partage le point de vue de Malthus pour qui ces régions périphériques sont différentes du reste de l’Europe pour des raisons qui sont prioritairement juridiques et morales. Là où elle se sépare radicalement de Malthus, c’est qu’elle pense que l’accroissement de la population prendra des milliers de générations avant de poser un problème au point de vue des ressources alimentaires.

31Le retard des Scandinaves est matériel, ils ne bénéficient pas de tout de ce que Wollstonecraft considère comme des biens nécessaires, les chaussures par exemple, mais leur retard est surtout visible parce que leur esprit n’a pas atteint le niveau des pays plus civilisés. En fait, les conditions de vie, produit des traditions et des coutumes locales qui mettent une entrave au progrès, sont toujours observées de son point de vue de femme sensible également capable de rendre des jugements éclairés. Les Scandinaves sont lents, satisfaits d’eux-mêmes et conservateurs. Ils sont superstitieux, comme on l’a vu lors de l’épisode de l’exécution du condamné, et on le voit aussi quand elle se prend à méditer sur des corps embaumés dans une église. Mais la combinaison des sentiments et de la raison se voit surtout quand elle observe la condition des femmes, sur laquelle elle attire sans cesse l’attention des lecteurs. C’est alors qu’elle mêle raison et sensibilité, s’exclamant : « nous raisonnons avec profondeur quand nous ressentons avec force » (lettre 19). Il y a alors une liaison directe entre le cœur et l’esprit, et les sentiments qu’éveillent chez elle les femmes rencontrées la poussent à réfléchir sur leur condition et la sienne.

  • 60 « love here is merely an appetite » (lettre 16).

32Dans la lettre 3, elle s’indigne de la condition des servantes qui sont exploitées dans des conditions misérables et dégradantes. Elle déplore l’état d’une femme séduite et abandonnée à la lettre 8, et cite en exemple la bienveillance du roi qui a gracié une femme condamnée pour infanticide (lettre 7). Les voyageurs avaient pour habitude d’observer la condition des femmes dans les peuples dits primitifs, et le manque de tendresse et d’affection des hommes envers leurs compagnes, traitées comme des esclaves, était pour eux un signe de leur caractère primitif. En effet, pour les voyageurs ou historiens qui s’efforçaient de reconstituer les progrès de la civilisation à partir d’hypothèses anthropologiques, la condition des femmes était un marqueur de progrès. On le voit par exemple dans l’ouvrage de John Millar, Observations on the Distinction of Ranks (1773), qui consacre un long premier chapitre au traitement des femmes au cours des âges. La façon dont les femmes sont traitées en Suède et en Norvège montre que la civilisation y est encore dans l’enfance, car, comme le fait remarquer Wollstonecraft « l’amour ici n’est qu’un instinct60 ». Les progrès de la civilisation se traduisent surtout par des avancées pour les femmes.

  • 61 « that being the only way to better their condition » (lettre 22).
  • 62 La reine Caroline Mathilde (1751-1776), sœur du roi d’Angleterre Georges III, avait épousé à l’âge (...)

33Ayant montré que la Scandinavie est une terre primitive, Wollstonecraft ne se contente pas d’en voir la preuve dans le traitement accordé aux femmes. Elle donne aussi à celles-ci un rôle dans les changements possibles, car les femmes sont partout destinées à polir et raffiner les mœurs, « cela étant la seule manière d’améliorer leur condition61 ». Le meilleur exemple en est la reine Caroline Mathilde, qu’elle admire pour les efforts qu’elle a faits pour faire évoluer son pays, malgré ses échecs62. Selon Wollstonecraft, la reine donna l’exemple du changement, particulièrement en ce qui concerne l’éducation des enfants, en refusant d’emmailloter son fils. Son attitude est totalement à l’opposé de celle d’une autre reine, Marie-Antoinette, présentée dans les écrits précédents de Wollstonecraft comme le modèle de l’aristocrate égoïste. La reine Caroline Mathilde est au contraire éclairée et désireuse d’aider son peuple. Dans ce dessein, l’éducation joue un rôle central, et les mères sont donc indispensables : ayant la charge d’éduquer les générations futures, elles peuvent influencer les progrès humains. Ceci explique l’insistance de Wollstonecraft sur la question de l’éducation dans tous ses ouvrages, mis à part son engagement personnel dans l’éducation de sa fille Fanny.

  • 63 « housewives without accomplishment » (lettre 18).
  • 64 « England and America owe their liberty to commerce, which created a new species of power to underm (...)

34Mais la lutte est ardue : le poids des traditions et des coutumes est un fardeau bien lourd dans les pays nordiques. Les femmes sont elles-mêmes rarement conscientes de leurs conditions : elles doivent être éclairées par d’autres. À Copenhague, si les hommes sont des tyrans domestiques, les femmes sont « des matrones sans talent63 ». Aussi, pour améliorer les choses, Wollstonecraft fait non seulement confiance à l’exemple de personnalités éclairées, mais aussi à celui de la Révolution française. À deux reprises, elle note que les Scandinaves montrent de la sympathie pour les révolutionnaires français, et elle espère que cela les conduira à changer leur propre façon de se gouverner (lettres 3 et 13). Elle a cependant elle-même des vues ambivalentes des développements de la Révolution. Elle a vu la Terreur à l’œuvre en France et le pessimisme s’insinue dans ses réflexions. Il faudra du temps pour faire évoluer les choses, et il se peut même qu’elles empirent avant qu’elles ne s’améliorent, car la fascination pour l’argent a remplacé celle du rang social. Et dans les pays comme l’Angleterre ou les États-Unis, la liberté a un prix, celui de la cupidité : « L’Angleterre et l’Amérique doivent leur liberté au commerce, qui a créé une nouvelle espèce de pouvoir qui a sapé le système féodal. Mais prenons garde aux conséquences ; la tyrannie des richesses est encore plus amère et dégradante que celle du rang64. » Ceci explique son point de vue négatif sur les mines et les manufactures dont nous avons déjà parlé.

  • 65 Voir Northrop Frye, « Towards Defining an Age of Sensibility » dans Fables of Identity, New York, H (...)
  • 66 « a non-gendered rationality, which does not preclude the emotional », Carol Huebscher, « Travel Na (...)

35Nous avons tenté de montrer que l’aspect subjectif et intime – romantique et sensible – qui est censé être caractéristique de Short Residence, a été mis au service de réflexions profondes sur les étapes du processus de civilisation visibles dans le traitement des femmes, ce qui fait de Wollstonecraft une voyageuse à part. Elle observe, bien évidemment, mais elle ressent également beaucoup, ce qui la conduit à méditer longuement. À la charnière des Lumières et du romantisme, dans cette période appelée âge de la sensibilité65, elle réorganise les valeurs du masculin et du féminin. Short Residence a été perçu comme une acceptation de son côté féminin, qui lui aurait permis d’entrer en contact avec des valeurs d’imagination et de sensibilité prétendues typiquement féminines. Mais on voit qu’elle a essayé plutôt de dépasser cette polarisation, pour atteindre « une rationalité exclusive de la notion de genre, et qui n’empêche pas l’émotionnel » comme l’a remarqué Carol Huebscher66. L’émotionnel semble prendre l’avantage et se déployer sans contrôle dans ses réactions envers le paysage et les gens. Les préjugés d’une pionnière du tourisme semblent l’emporter dans certaines réflexions peu amènes sur les populations locales. Mais en fin de compte, elle tente de mettre en relation raison et sentiment pour juger de la condition des femmes et leur donner plus de place en tant que réformatrices que dans d’autres récits de voyage. Si les femmes se distinguent et peuvent faire évoluer les choses, c’est qu’au contraire des hommes, elles ne sont pas immergées dans l’argent et le monde des affaires. En ce sens, Short Residence n’est pas un recul par rapport au féminisme de A Vindication of the Rights of Woman, mais un prolongement des vues qu’elle y avait exprimées. Wollstonecraft est morte trop tôt pour poursuivre le développement de ses idées durant la période romantique. C’est regrettable, car elle nous aurait encore sans doute surpris.

Notes

1 « Mary Wollstonecraft’s Scandinavian Journey », Acts of the Royal Society of Arts and Sciences of Gothenburg, Humaniora no 17, 1980.

2 Anka Ryall, Catherine Sandbach-Dahlstrom (dir.), Mary Wollstonecraft’s Journey to Scandinavia, Essays, Stockholm, Almquist and Wiksell International, 2003, introduction.

3 Mitzi Myers, « Mary Wollstonecraft’s Letters Written during a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark : Towards Romantic Autobiography », Studies in Eighteenth Century Culture, 8, 1979, p. 165-185 ; Marie-Odile Bernez, « Le voyage en Scandinavie de Mary Wollstonecraft : de la réalité au récit », Création au féminin, vol. 1, édité par Marianne Camus, Dijon, EUD, 2006, p. 77-88. Voir aussi Mary Poovey, The Proper Lady and the Woman Writer, Chicago, The University of Chicago Press, 1984, chapitre 3.

4 Jean-Louis Bougrenet de la Tocnaye, Promenades d’un Français en Suède et en Norvège (1798) – cité dans Vincent Fournier, Le Voyage en Scandinavie, Anthologie de voyageurs 1627-1914, Paris, Robert Laffont, 2001, p. 115.

5 « In writing these desultory letters, I found I could not avoid being continually the first person – “the little hero of each tale”. I tried to correct this fault, if it be one, for they were designed for publication ; but in proportion as I arranged my thoughts, my letter, I found, became stiffand affected : I, therefore, determined to let my remarks and reflections flow unrestrained, as I perceived that I could not give a just description of what I saw, but by relating the effects different objects had produced on my mind and feelings, whilst the impression was still fresh », Mary Wollstonecraft, Letters Written during a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark, et William Godwin, Memoirs of the Author of the Rights of Woman, Londres, Penguin Books, introduction de Richard Holmes, 1987, p. 62. Toutes les références seront à cette édition et les traductions sont de l’auteur de l’article quand le contraire n’est pas précisé.

6 Voir Marie-Odile Bernez, « Catharine Macaulay et Mary Wollstonecraft : deux femmes dans le débat sur la Révolution française en Angleterre », Annales Historiques de la Révolution Française, no 344, Avril-juin 2006, p. 161-178.

7 « The occasional harshness and ruggedness of character, that diversify her Vindication of the Rights of Woman, here totally disappear […] Affliction had tempered her heart to a softness almost more than human » Mary Wollstonecraft, Letters Written during a Short Residence in Sweden, Norway and Denmark, et William Godwin, Memoirs of the Author of the Rights of Woman, op. cit., p. 249.

8 « I remember the time when my desire of seeing you was repressed by fear – but as soon as I read your letters from Norway, the cold awe which the philosopher has excited was lost in the tender sympathy called forth by the woman. I saw nothing but the interesting creature of feeling and imagination », Amelia Alderson, Lettre du 28 août 1796, cité par Karen Hust, « Facing the Maternal Sublime », dans Anka Ryall et Catherine Sandbach-Dahlstrom (dir.), op. cit., p. 147.

9 Deborah Weiss, « Suffering, Sentiment, and Civilization : Pain and Politics in Mary Wollstonecraft’s Short Residence », Studies in Romanticism, 45, 2006, no 2, Summer, p. 199.

10 « We reason deeply when we forcibly feel » (lettre 19) et « my very reason obliges me to permit my feelings to be my criterion » (lettre 10).

11 H. Arnold Barton, Northern Arcadia, Foreign Travellers in Scandinavia, 1765-1815, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1998.

12 « Before I came here, I could scarcely have imagined that a simple object, rocks, could have admitted of so many interesting combinations – always grand, and often sublime » (lettre 11).

13 « I wonder how anybody could term them grand ; they appear so insignificant to me » (lettre 25).

14 Karen Hust, « Facing the Maternal Sublime : Mary Wollstonecraft in Sweden » dans Anka Ryall et Catherine Sandbach-Dahlstrom (dir.), op. cit., p. 139-163 ; Sylvia Bowerbank, « The Bastille of Nature : Mary Wollstonecraft and Ecological Feminism » in ibid., p. 165-184.

15 Edmund Burke, A Philosophical Inquiry into the Origin of our Ideas of the Sublime and the Beautiful, London, 1757.

16 « resist the mystique of female sympathies », Sylvia Bowerbank, op. cit., p. 170.

17 Voir Peter Fjågesund et Ruth A. Symes, The Northern Utopia, British Perceptions of Norway in the Nineteenth Century, Amsterdam et New York, Rodopi, 2003.

18 « the rude materials of creation » (lettre 1), « every object seemed to remind me of the creation of things » (lettre 5), « nature […] seemed the bones of the world waiting to be clothed » (lettre 5).

19 « The view of this wild coast […] afforded me a continual subject for meditation. I anticipated the future improvement of the world, and observed how much man had still to do, to obtain of the earth all it could yield. I even carried my speculations as far as to advance a million or two of years to the moment when the earth would perhaps be so perfectly cultivated, and so completely peopled, as to render it necessary to inhabit every spot ; yes, these bleak shores ».

20 Anka Ryall, « A Vindication of Struggling Nature : Mary Wollstonecraft’s Scandinavia » dans Anka Ryall et Catherine Sandbach-Dahlstrom (dir.), op. cit., p. 117-137.

21 En particulier William Coxe, Travels into Poland, Russia, Sweden, and Denmark (1784).

22 « that I was a woman of observation, for I asked him men’s questions » (lettre 1). Les italiques sont de Wollstonecraft.

23 « men who remain so near the brute creation [and…] exert themselves to find the food necessary to sustain life have little or no imagination » (lettre 1).

24 « simplicity of the golden age in this land of flint ».

25 « my heart would frequently be interested ; but my mind would languish for more companionable society » (lettre 4).

26 « I shuddered at the thought of receiving existence, and remaining here, in the solitude of ignorance… the character of the inhabitants is as uncultivated… as their abode ».

27 « uncontaminated people » (lettre 14).

28 « Their tables, like their compliments, seem equally a caricature of the French » (lettre 2).

29 « a remnant of barbarism ».

30 « no genius », « stagnant » (lettre 21).

31 « poverty of conception » (lettre 14).

32 « the cloven foot of despotism » (lettre 13).

33 « deformed by vice » (lettre 10).

34 « sordid love of money » (lettre 11).

35 « I am, my friend, more and more convinced that a metropolis, or an absolute solitary, is the best calculated for the improvement of the heart, as well as the understanding » (lettre 3).

36 « the only person […] who appears to have a scientific turn of mind » (lettre 7).

37 « scene of amusement for the gaping crowd »

38 « a remnant of exploded witchcraft » (lettre 18).

39 « pig-sty » (lettre 16).

40 « bane », « intoxication is the pleasure of savages » (lettre 20).

41 Voir Peter Fjågesund et Ruth A. Symes, op. cit.

42 « I am delighted with the romantic views I daily contemplate […] Still nothing so soon wearies out the feelings as unmarked simplicity. I am, therefore, half convinced, that I could not live very comfortably exiled from the countries where mankind are so much further advanced in knowledge ».

43 « a particular fiction of Scandinavia popular in the late eighteenth century : that of a peripheral northern Other […] ready to receive and with nothing to give to its more advanced European neighbours », Stephanie Buus « Bound for Scandinavia. Mary Wollstonecraft’s Promethean Journey », dans Anka Ryall et Catherine Sandbach-Dahlstrom (dir.), op. cit., p. 221-239, p. 222.

44 « active agents […] on the international trade scene », ibid., p. 228.

45 « they are arriving at the epoch which precedes the introduction of the arts and sciences » (lettre 7).

46 « the people struck me as having arrived at that period when the faculties will unfold themselves […] neither congealed by indolence, nor bent down by wretchedness to servility » (lettre 22).

47 « when visiting distant climes, a momentary social sympathy should not be allowed to influence the conclusions of the understanding […] the virtues of a nation […] I am now convinced, bear an exact proportion to their scientific improvements ».

48 Montesquieu partait de considérations physiologiques : « L’air froid resserre les extrémités des fibres extérieures de notre corps ; cela augmente leur ressort, et favorise le retour du sang des extrémités vers le cœur […] L’air chaud, au contraire, relâche les extrémités des fibres, et les allonge ; il diminue donc leur force et leur ressort » (Livre 14, chapitre 1), pour en venir à l’explication des différentes formes du gouvernement par les climats : « Ce sont les différents besoins dans les différents climats qui ont formé les diffé rentes manières de vivre ; et ces différentes manières de vivre ont formé les diverses sortes de lois » (Livre 14, chapitre 9).

49 Montesquieu, L’Esprit des Lois, Livre 14, chapitre 10.

50 David Hume, « Of National Characters » dans Selected Essays [1777], éd. de Stephen Copley et Andrew Edgar, Oxford, Oxford University Press, 1993.

51 « all circumstances which are fitted to work on the mind as motives or reasons, and which render a peculiar set of manners habitual to us. Of this kind are, the nature of the government, the revolutions of public affairs, the plenty or penury in which the people live, the situation of the nation with regard to its neighbours, and such like circumstances [whereas…] physical causes [are…] those qualities of the air and climate which are supposed to work insensibly on the temper », ibid., p. 113.

52 « Quant aux causes physiques, je suis porté à douter entièrement de leur influence en ce cas ; je ne crois pas non plus que les hommes doivent quoi que ce soit de leur tempérament ou génie à l’air, à la nourriture, ou au climat », « As to physical causes, I am inclined to doubt altogether of their operation in this particular ; nor do I think that men owe any thing of their temper or genius to the air, food, or climate », ibid., p. 115.

53 « Norwegians are more industrious and more opulent » (lettre 5).

54 « are eager to give a national character, which is rarely just, because they do not discriminate the natural from the acquired differences » (lettre 5).

55 « the natural, I believe, on due consideration, will be found to consist merely in the degree of vivacity or thoughtfulness, pleasure, or pain, inspired by the climate, whilst the varieties which the forms of government, including religion, produce, are much more numerous and unstable » (lettre 5).

56 « note the present state of morals and manners […] that will lead me to form a just idea of the nature of man » (lettre 19).

57 L’Appendice parle de la question du développement, la première note se concentre sur les divisions administratives, les exportations et importations de la Norvège, et la seconde note sur les impôts et taxes du même pays.

58 Par exemple la lettre 3 sur la Suède, la lettre 7 sur la politique en Norvège.

59 « toutes les femmes filent ; et il y a un métier à tisser dans la cuisine » « all the women spin ; and there’s a loom in the kitchen » (lettre 10).

60 « love here is merely an appetite » (lettre 16).

61 « that being the only way to better their condition » (lettre 22).

62 La reine Caroline Mathilde (1751-1776), sœur du roi d’Angleterre Georges III, avait épousé à l’âge de 15 ans son cousin Christian VII du Danemark, à la stabilité mentale peu assurée. Elle tomba amoureuse du médecin du roi, Struensee, qui, au fur et à mesure que la santé du roi se dégradait, prit de l’ascendant sur les affaires publiques, et entreprit des réformes. Le comportement des deux amants devint une source de scandale et Struensee fut arrêté puis exécuté en 1772. Le mariage du roi du Danemark avec Caroline Mathilde fut dissout et elle passa le reste de sa courte vie à Hanovre.

63 « housewives without accomplishment » (lettre 18).

64 « England and America owe their liberty to commerce, which created a new species of power to undermine the feudal system. But let them beware of the consequences ; the tyranny of wealth is still more galling and debasing than that of rank » (lettre 14).

65 Voir Northrop Frye, « Towards Defining an Age of Sensibility » dans Fables of Identity, New York, Harcourt Brace & World, 1963.

66 « a non-gendered rationality, which does not preclude the emotional », Carol Huebscher, « Travel Narrative and Female Identity in Mary Wollstonecraft’s Letters », dans Anka Ryall et Catherine Sandbach-Dahlstrom (dir.), op. cit., p. 77-91, p. 80.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search