Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyageuses dans l’Europe des confins (xviiie-xxe siècles)

 | 
Nicolas Bourguinat

Introduction

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

  • 1 On renverra ainsi à des recherches désormais classiques telles que Billie Melman, Women’s Orients. (...)
  • 2 Voir par exemple un traitement de ce thème pour l’Italie dans Nicolas Bourguinat, « Traces et sens (...)
  • 3 Nicolas Bourguinat (dir.), Le Voyage au féminin. Perspectives historiques et littéraires ( xviiie- (...)
  • 4 Le texte de Giorgia Alù sur l’expérience sicilienne de Louise Hamilton Caico, qui devait initialem (...)

1Depuis une trentaine d’années, les études sur la différence des sexes et le voyage ont mis en évidence l’existence d’une sensibilité particulière aux femmes confrontées aux sociétés dominées de l’époque contemporaine, tout particulièrement au Maghreb et à l’Orient musulmans, ainsi qu’à l’outre-mer des impérialismes coloniaux1. Sans doute, il serait malheureux d’en faire une règle générale. Toute recherche dans ce domaine historique et littéraire doit savoir faire la part des écritures ordinaires, qui redoublent sans grande fantaisie le corpus déjà largement redondant et intertextualisé des récits de voyage écrits par des hommes, en laissant éventuellement percer de manière ponctuelle et anecdotique une voix différente, et celle des textes qui opèrent un véritable travail de subversion et de remise en cause des approches établies de l’altérité, du dépaysement, de la mobilité – ceci sans pour autant aller jusqu’à une rupture complète avec le préjugé européocentriste de leur société d’origine. L’expérience féminine du voyage s’attache souvent plus spécialement à la situation des mœurs domestiques et à la condition des autres femmes, dont on pèse et mesure les retards, les paradoxes, parfois les avantages – on aura reconnu le modèle, décapant et provocateur, légué par Lady Montagu et ses « Lettres turques », mais toutes les voyageuses n’ont évidemment pas l’impertinence de cette épouse d’ambassadeur anglais du xviiie siècle. Par ailleurs, l’approche féminine de l’étranger se traduit parfois (mais non systématiquement bien sûr) par une sensibilité originale au poids de l’Histoire et à son héritage2, et de manière plus exceptionnelle par un questionnement adressé aux « autorités » qui ont fixé les canons du sublime ou du pittoresque dans l’appréhension des paysages. Cet ouvrage vise à prolonger cette réflexion et à tester cette problématique en l’appliquant à l’Europe périphérique, c’est-à-dire ces zones situées aux confins du continent et/ou de la civilisation européenne (îles méditerranéennes ou atlantiques, Écosse et Irlande, Scandinavie, monde slave, Balkans) dont l’appartenance au continent est disputée, incertaine, toujours frappée d’incomplétude… Il se donne donc pour objectif de réfléchir sur la contribution propre des femmes voyageuses à la formation de cette étrange alliance de communauté et d’étrangeté, de proximité et de décalage qui unit les grands foyers de civilisation européens avec les marges du continent, dans la perspective d’une histoire longue, de l’âge moderne jusqu’à l’approche du xxie siècle. La journée d’études organisée à cette fin à Strasbourg en décembre 2010 répondait, à trois années de distance, à celle que notre équipe de recherche, l’EA Arche, avait tenue au Palais universitaire en novembre 2007 (« Voyage et Genre, nouvelles perspectives »), et dont les actes constituaient depuis leur publication une référence pionnière en langue française sur ce domaine de recherche3. Mais cette rencontre scientifique de décembre 2010 correspondait également à la deuxième manifestation montée dans le cadre du programme « L’Europe et ses marges, entre mise à distance et intégration », après la journée d’études sur les frontières zonales qui avait eu lieu en novembre 2009, dont les textes sont restés à ce jour inédits, et avant le colloque « Méridionalité et insularité : l’invention d’une Europe du Sud, xviiie-xxe siècles » qui devait se tenir à la fin janvier 2011 et dont les actes sont aujourd’hui en cours de publication4. Notre équipe s’intéressait depuis plusieurs années aux mobilités et transferts culturels, et c’est dans cette perspective que Damien Coulon et moi-même avions conçu la problématique de ce programme « L’Europe et ses marges, entre mise à distance et intégration », soutenu par l’Université de Strasbourg et la Maison des Sciences de l’Homme d’Alsace.

  • 5 Rédigé en 2011-2012, cet article n’a malheureusement pas pu prendre en compte la traduction frança (...)
  • 6 [Elizabeth Rigby], « Lady Travellers », The Quarterly Review, no 151, 1845, p. 98-137.

2C’est ainsi qu’est né cet ouvrage qui fait dialoguer des spécialistes issus d’horizons différents, pour une partie d’entre eux historiens, pour une autre partie issus des disciplines littéraires (études anglaises, notamment), des spécialistes qui appartiennent à l’Université française, italienne, ou encore espagnole. Cette diversité permet d’offrir au lecteur un panorama qui déborde largement de ce qu’aurait été en mesure de produire une recherche limitée à un horizon strictement national, et de donner des communications sur des auteurs et des personnages historiques bien peu abordés en France, si ce n’est complètement ignorés. Compte tenu des orientations définies supra, le pari était de ne pas privilégier une région géographique en particulier, mais au contraire de décloisonner des domaines traditionnellement éloignés les uns des autres par les logiques des filières académiques et des aires de civilisation. On aborderait aussi bien les rivages méditerranéens que ceux de la mer du Nord et aussi bien le monde slave – au temps de l’autocratie comme à l’âge du bolchevisme – que la méridionalité. On n’oublierait pas non plus que nombre de femmes célèbres en leur temps comme auteurs, journalistes ou militantes, et parfois considérées comme des pionnières ou des symboles du féminisme, s’étaient d’abord fait connaître du public par l’intermédiaire de récits de voyage qui avaient popularisé telle ou telle région peu fréquentée et peu balisée – ainsi pour la Norvège Mary Wollstonecraft et Lady Eastlake, respectivement à la fin du xviiie et au milieu du xixe siècle. On verra plus loin, avec l’article de Marie-Odile Bernez, que le récit sur la Scandinavie fut un déclic pour la carrière littéraire de Wollstonecraft5. Quant à Elizabeth Rigby, elle devait devenir célèbre dès 1841 pour sa Residence on the Shores of the Baltic, inspiré d’un séjour fait en 1838 en Estonie, et le thème du voyage ne la quitta pas. Si elle sut s’imposer plus tard comme romancière, ce fut notamment grâce à des contes baltes, (ou de même comme critique littéraire ce fut justement en recensant de nombreux récits viatiques6), bien avant qu’elle ne s’impose comme historienne d’art spécialiste de l’Italie, où elle séjourna très souvent avec son mari, Sir Charles Eastlake, peintre et secrétaire de la Royal Academy, à partir de 1852.

  • 7 Yaël Schlick, « Travel literature », in Eva Martin Satori (dir.), The Feminist Encyclopedia of Fre (...)

3Qu’il fût récit d’aventure ou de découverte, le voyage évoquait aux contemporains de la fin de l’époque des Lumières un parcours pénible ou dangereux, ou bien il supposait une démarche d’exploration ou de colonisation, tous processus auxquels les femmes ne prenaient guère leur part. Par trop destructeur de la sphère domestique, il ne pouvait non plus être recommandé puisque l’éloignement de ses foyers était moralement condamnable, chez une fille comme chez une mère, sans compter qu’il risquait de faire de vous une femme perdue7. Alors qu’auparavant, la part féminine la plus notable tenait à l’écriture de l’exil (surtout sur le versant français avec Stéphanie de Genlis, la marquise de La Tour du Pin, ou Germaine de Staël), un segment de la production imprimée offerte aux publics de l’Europe du Nord-Ouest sur le domaine des voyages d’agrément et de culture s’ouvrit aux femmes. Le déclic est bien plus précoce, aux alentours des années 1770/1780, pour la Grande-Bretagne, alors qu’il se fera attendre jusque vers les années 1820/1830 seulement pour les pays tels que la France et l’Allemagne, où les femmes semblent avoir été toujours moins incitées qu’outre-Manche (ou bien alors davantage découragées) à publier sur leurs séjours en province ou à l’étranger. On constata ensuite une nette augmentation à la fois des voyageuses et des écrivaines de voyage (donc de la pratique et des écritures viatiques), notamment autour des années 1840 et 1850, sur tout le continent. On souligne souvent le rôle du saint-simonisme et du républicanisme dans ce changement d’échelle (et bien souvent d’horizons), car non seulement ils travaillèrent à mener les femmes à une place reconnue dans la sphère publique, via la prise de parole et l’activisme politique, mais ils les associèrent de près à des projets transnationaux ou visionnaires. Dans ce segment des écritures féminines, un deuxième point essentiel est qu’une place modeste mais bien réelle sera occupée, dès le tiers de siècle ici, dès le milieu de siècle là, par les « aventurières », c’est-à-dire toutes celles que leurs pérégrinations destinaient à explorer des horizons peu communs – en pratique tous les territoires qui n’étaient pas touchés par l’embourgeoisement des publics et l’amélioration des transports et des « infrastructures » comme l’étaient depuis déjà quelque temps le Lake District et les Highlands pour les promeneuses anglaises, et comme le devenaient peu à peu, sur le continent, la France et l’Italie.

  • 8 Si on s’en tient, en tout cas, à l’analyse du niveau de la langue allemande dont le texte témoigne (...)
  • 9 Voir l’avis du premier auteur à avoir signalé ce texte : Jean-Jacques Langendorf, Les voyageurs de (...)
  • 10 Par exemple W. H. D. Grant, Celebrated Women Travellers of the Nineteenth Century, Londres, 1903.
  • 11 Voir par exemple l’approche de Christel Mouchard, Aventurières en crinoline, Paris, Le Seuil, 1989 (...)
  • 12 Voir notamment Sylvain Venayre, La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne 1850-1940, (...)

4Certaines de ses aventurières sont bien réelles comme la célèbre Ida Pfeiffer. D’autres sont davantage supposées que réelles, comme l’Autrichienne Anna Forneris, dont les mémoires sont très vraisemblablement un faux, rédigé par un « teinturier » lettré et bien informé8. Née en Carinthie en 1789, (on ne retrouve cependant son nom sur aucun registre de baptême), Forneris serait morte à Téhéran en 1849 après une vie fort mouvementée : installée à Trieste en 1806, aubergiste, gouvernante, puis mariée à un marchand vénitien, elle serait partie ensuite pour l’Orient. On la retrouve encore à Trieste autour de 1820, mais elle part pour Constantinople en 1826, se remarie à un Italien, va en Perse… Elle reviendrait en Europe en 1846-1847 par l’Italie9. L’existence d’une telle autobiographie laisse imaginer qu’il existait une curiosité désormais bien fixée, au sein du lectorat, pour cette figure de la femme libre et itinérante, idéalisée, dont Flora Tristan avait su donner à voir le revers dans ses Pérégrinations d’une paria. Les premières galeries de portraits qui seront publiées dans la deuxième moitié du siècle privilégieront justement ces figures-là, ou bien se centreront sur les écrivaines voyageuses10. Et il est à noter que c’est une approche qui n’a jamais entièrement disparu, y compris à l’âge des women studies et des gender studies11. Comme si, au fond, il s’agissait toujours de souligner le paradoxe que des créatures de condition inférieure, à la fois au plan juridique et au plan social, aient pu se couler dans des rôles identifiés en principe à la masculinité, et rattachés à l’ethos à la fois aristocratique et viril de l’aventurier moderne12.

  • 13 Unprotected females in Norway, or the pleasantest way of travelling there, passing through Denmark (...)
  • 14 Cela ne signifie pas que nous adhérons pour autant aux tentatives d’étendre mécaniquement la grill (...)

5Le cas d’Emily Lowe est un avatar du genre, car comme on le verra en lisant l’analyse de Stefania Arcara, spécialiste des représentations rêvées et fantasmées du Sud auxquelles elle avait consacré sa thèse Constructing the South, c’était une vraie spécialiste de la mise en scène de soi, qui avait déjà un coup d’essai à son actif avec son premier livre sur une autre région de confins, de désolation et de hasards, la Norvège13. Voyageant seule avec sa mère, Helen, Lowe en tirait gloire et en faisait l’argument de ses récits, où les deux femmes se permettaient des rencontres et des expériences fermées aux hommes, le tout dans une atmosphère des plus respectueuses de leur sexe, ou bien dans lesquelles elles se lançaient dans de véritables exploits sportifs comme l’ascension de l’Etna, a priori interdits au sexe féminin. Ces deux femmes sont d’abord des Victoriennes qui savent où elles vont et qui ne s’en laissent pas conter. L’humour du récit d’Emily Lowe, très britannique, n’est pas exempt d’autodérision, mais ne lui permet guère non plus d’accéder à une quelconque empathie pour le paysan sicilien, de sorte que ses aventures en Sicile pourraient bien servir d’illustration à un regard proche de cet « impérialisme culturel » que tant de voyageurs des deux sexes ont travaillé à forger à propos de l’Orient14.

  • 15 Shirley Foster, Across New Worlds. Nineteenth-Century Women Travellers and their Writings, New Yor (...)

6Mais revenons à nos questionnements d’origine : en quoi la contribution des voyageuses oscillait-elle entre conformisme et subversion, dans le lent travail d’appropriation culturelle et de fixation des stéréotypes caractéristiques de ces régions bordières ? Quelle voie était-elle offerte aux femmes visitant ces zones de confins, du xviiie au xxe siècle, entre dilettantisme et dépaysement d’un côté, professionnalisation de l’écriture des voyages et pratiques savantes de l’autre ? La question de la contiguïté de ces champs géographiques et donc de la continuité entre le proche et le lointain, dans l’entreprise féminine d’ouverture des horizons, a été posée dès les travaux pionniers sur les voyageuses, notamment par la grande spécialiste du sujet, Shirley Foster, dans Across New Worlds15. Chaque époque prise en considération, chaque situation de voyage, chaque périphérie explorée appellent en réalité, on le verra, une réponse nuancée. En elle-même, la féminité ne prédispose pas à une appréhension plus nuancée des régions bordières de l’Europe que celle à laquelle prépare la masculinité, et certaines voyageuses montrent même un penchant certain pour relayer un regard fait de condescendance et de distance sur des régions inaltérablement différentes, quoiqu’elles leur accordent une part de fascination. D’autres, au contraire, opposent à cette différence un regard ordonnateur et classificateur, une volonté d’interprétation parfois teintée d’idéologie (aussi bien Henriette Renan devant l’autocratie russe au temps de sa splendeur que Rebecca West devant l’échiquier yougoslave). D’autres femmes encore préfèrent s’en tenir à l’enregistrement des faits et se fondre dans la masse des sujets de l’Histoire, une Histoire qui tourmente particulièrement ces régions à l’époque contemporaine, par rapport à la marche plus apaisée des pays de l’Europe du Nord-Ouest : ainsi la correspondante de guerre Martha Gellhorn, qui illustra à elle toute seule une sorte d’âge d’or du journalisme. Chaque spécialiste s’efforce en tout cas ici d’apporter sa propre réponse, proportionnée au sujet traité, au problème de la sexuation des écritures du voyage.

  • 16 Robin Jarvis, Romantic Writing and Pedestrian Travel, Basingstoke, Macmillan, 1997, p. 174. L’aute (...)
  • 17 Voir l’essai de Florence Gaillet, « Découvertes de paysages et paradoxes de l’écriture chez Doroth (...)

7Il faudrait dire un mot, pour commencer, de certaines périphéries fermement et définitivement intégrées à l’Europe au cours de la période contemporaine mais qui étaient encore d’attribution incertaine en son début, comme l’Irlande et l’Écosse. C’est ce que nous rappelle notamment la réflexion de Florence Gaillet sur le compte rendu donné par Dorothy Wordsworth sur cette contrée. Après Samuel Johnson, figure phare de la culture nationale, et sorte d’arbitre de la « britannité », qui avait donné un témoignage relayé par James Boswell sur les îles Hébrides, la tâche de Dorothy Wordsworth n’était pas simple en 1803, d’autant qu’à ce monument de référence pour l’appréhension des Écossais s’ajoutait l’ombre portée de son propre frère, compagnon et créateur tant admiré, le poète William Wordsworth. Le journal de Dorothy s’est pourtant imposé, depuis la belle traduction qu’en a donnée Florence Gaillet, comme un texte de voyage en écho d’une œuvre poétique marquée elle-même par l’air libre, le paysage, la marche. Certains commentateurs ont parlé de « la réticence qui la caractérise à opérer la prise de possession imaginaire de tout nouveau territoire16 ». De fait, elle rapporte toujours ce qu’elle voit à ses paysages du Lake District, de sorte que son dé-paysement (sa « dé-territorialisation17 » ?) n’est jamais complet et que son regard apparaît empreint à la fois d’originalité et de réticences – réticences à s’assumer et à se défaire de toutes les traditions et manières de percevoir l’Écosse, débouchant sur un œuvre hybride, en somme.

  • 18 Voir quelques exemples intéressants dans Claudine Le Blanc et Jacques Weber (dir.), L’Ailleurs de (...)
  • 19 Stella Ghervas, « Voyage au pays des mystiques : une aristocrate russe dans les cours allemandes d (...)
  • 20 Yaël Schlick remarque que les femmes évoquent beaucoup leurs voyages dans les autobiographies, ou (...)

8Le chantier de « L’Europe et ses marges » avait d’autre part toujours eu pour objectif d’offrir des exemples de renversements des regards, faisant toucher du doigt la confrontation des situations où des voyageuses issues des confins se placent en position d’apprentissage et d’observation et se confrontent au cœur de l’européanité. Il était donc tentant d’illustrer la situation spécifique des voyageuses se transportant de la périphérie vers le centre, comme les aristocrates russes et polonaises qui visitaient les capitales de l’Europe occidentale ou descendaient en Italie18. Restait à trouver une personnalité ayant laissé un témoignage suffisamment riche. Un temps, on s’intéressa à Roxandre Stourdza, la sœur d’un important homme politique de l’Europe de la Saint-Alliance, dont l’autobiographie écrite en 1829 et publiée en français à Moscou en 1888 revenait largement sur ses séjours dans les différentes cours germaniques de l’époque post-napoléonienne19. Mais la documentation inexploitée (notamment sur son voyage d’Italie de 1817) se trouvait à Odessa, peu accessible. Cependant, un autre pari méthodologique que nous avions toujours suivi, dans les recherches menées à l’EA Arche de Strasbourg, consistait à aborder le voyage dans l’acception la plus large du terme, bien au-delà des pratiques de loisir et d’éducation propres au traditionnel voyage de culture. D’abord parce que c’est un biais qui permet d’apercevoir la richesse et la diversité de l’expérience féminine des mobilités : les épouses accompagnant diplomates, marchands ou savants, missionnaires, les étudiantes ou les infirmières pouvaient donc, dans cette perspective, donner lieu à des études de groupe ou à des monographies. Les voyages contraints, tels qu’exils politiques, déplacements de populations, déportations, devenaient partie intégrante du domaine d’étude, au même titre que les voyages préparés, assumés et choisis. Ensuite parce qu’il faut intégrer à l’interprétation historique d’une expérience telle que le voyage des textes de statuts variés, bien au-delà de ceux qui sont dûment estampillés « récit de voyage », qui sont commercialisés sur le marché de l’imprimé, et qui font l’objet de comptes rendus dans les journaux, à l’époque des premiers guides et même après. Journaux de route, écrits intimes, lettres de voyage, fragments d’autobiographie, qu’ils aient été exhumés et édités postérieurement ou qu’ils soient restés à l’état de manuscrits dans des greniers ou sur des étagères de dépôts d’archives, méritent d’être pris en considération, et tout particulièrement pour les femmes, qui étaient peu incitées à publier. Le raisonnement reste valable pour les mémoires, genre d’écriture aux confins du biographique et de l’historique qui est fort inhabituel pour les femmes avant le milieu du xixe siècle (et l’Histoire de ma Vie de George Sand, par exemple, même si on recense un certain nombre de mémoires d’Émigration écrits par des femmes après la Révolution française)20. C’est un exemple très isolé et tout à fait exceptionnel que traite ainsi Maya Goubina, en se saisissant d’une figure connue des seuls spécialistes du populisme russe, Natalia Ogareva, et en retraçant son parcours de la périphérie vers le cœur de l’Europe, au milieu du xixe siècle, précisément à l’âge de ces révolutions de 1848 avec lesquelles la confrontation fut si importante pour réorienter la pensée politique d’Alexandre Herzen et de ses amis vers le tréfonds de la Russie rurale.

  • 21 Voir Michel Mervaud et Jean-Claude Roberti, Une infinie brutalité. L’image de la Russie dans la Fr (...)
  • 22 Christiane Dellac, Marie-Anne Collot. Une sculptrice française à la cour de Catherine II, Paris, L (...)

9La Russie parcourue et appréhendée par des Européens de l’Ouest passa longtemps pour une difficile épreuve, non seulement pour les conditions matérielles de l’existence qu’on devait mener sur les routes, mais aussi pour l’« infinie brutalité21 » par laquelle l’autochtone, aristocrate ou serf indistinctement, semblait défier la civilisation des mœurs dont l’Europe croyait, avec une certaine dose de bonne conscience, au rayonnement. Non seulement certaines femmes artistes ont fait précocement des séjours en Russie (à côté de l’actrice Louise Foisil, dont le passage à Moscou sous le premier Empire a donné lieu à un témoignage célèbre, on pourrait citer la sculptrice Marie-Anne Collot22), mais les femmes ont fourni régulièrement des bataillons de volontaires pour porter là-bas le modèle de culture, de langage et de maintien dont les pays du Nord-Ouest du continent se félicitaient d’être les symboles, depuis le temps des Lumières. À côté des précepteurs et des maîtres d’armes, combien de jeunes femmes ont entrepris de se placer, en Russie même ou bien aux marges de l’Empire des tsars, comme institutrices et gouvernantes, depuis l’époque de Catherine II jusqu’à celle du dernier Romanov ? Qu’elles fussent anglaises, françaises, allemandes ou suisses, ma propre contribution montre en tout cas la situation de témoin à la fois avantageuse et ambiguë dans laquelle elles se trouvaient, parfois pour de très longues années, ayant à suivre l’éducation de plusieurs enfants d’une même lignée ou passant d’une famille à l’autre. L’article d’Évelyne Winkler sur Louise Weiss journaliste et archiviste de la guerre civile en Russie (1919-1921), s’il nous transporte aux lendemains de la révolution qui a emporté définitivement l’Ancien Régime russe, montre d’ailleurs quelques-unes d’entre elles cherchant à rentrer au pays et échouant, au bord du désespoir, dans le bureau moscovite d’un « converti » de choc au bolchevisme, leur compatriote Pierre Pascal.

  • 23 Il est à noter que les Balkans ont été le cadre retenu par le seul ouvrage à avoir tenté un rappro (...)

10Mais il s’agit dans l’étude d’Évelyne Winkler d’un autre visage du voyage féminin que va façonner l’actualité politique du xxe siècle : le journalisme, et la manière dont il est toujours fait d’adhésion et de distance critique vis-à-vis de son sujet, en particulier lorsqu’il s’agit d’une crise politique et humanitaire de grande ampleur, la manière aussi dont il fait usage des « effets de réel » et du style direct pour créer un sentiment d’immersion du lectorat et lui fournir les gages de véridicité qu’il demande. Louise Weiss est un témoin qui revendique sa condition de femme et en tire parti pour témoigner sur un pays en plein chaos, qui est l’objet de représentations contradictoires et disputées, sans épouser aucune cause. Maureen Mulligan, elle-même universitaire expatriée aux Canaries, étudie de son côté Rebecca West, une figure féminine du « radicalisme » politique aussi célèbre dans le monde anglophone qu’elle est méconnue en France, mise à l’épreuve de la Yougoslavie des années 193023, et elle met en parallèle son cheminement intellectuel et moral avec celui de l’Américaine Martha Gellhorn, l’une des premières véritables correspondantes de guerre à avoir été exposée un peu à tous les fronts, depuis la guerre d’Espagne jusqu’au conflit vietnamien…

  • 24 Voir par exemple Friedrich Wolfzettel, Le discours du voyageur, Paris, PUF, 1995, et Jean Viviès, (...)
  • 25 Voir Gisèle Séginger (dir.), La mise en texte des savoirs, Strasbourg, PUS, 2010.
  • 26 Voir à ce sujet Sarah Bird Wright, Edith Wharton’s Travel Writings. The Making of a Connoisseur, B (...)

11La question touche alors à la mutation de l’écriture du voyage, de sa vocation encyclopédiste des débuts jusqu’à sa tentation impressionniste24, qui court de l’époque romantique jusqu’au premier xxe siècle et qui remet au premier plan l’observateur par rapport à la matière observée. N’a-t-elle pas connu, lorsque les règles du « reportage » moderne se sont codifiées, une nouvelle tentation, en partie en contradiction avec l’orientation précédente – la tentation du témoignage, à des fins politiques, humanistes ou mémorielles ? Ce serait un très important dossier à rouvrir que celui des liens entre écritures et savoirs, qui est d’ailleurs actuellement en chantier pour ce qui est des rapports entre la littérature et les connaissances ou paradigmes savants25. Lié à l’acquisition du savoir depuis l’Antiquité et pensé comme un levier de l’éducation, le voyage de culture et de formation supposait qu’on eût des connaissances préalables (Rousseau en donne la liste dans l’Émile), de telle sorte qu’il était moins volontiers pratiqué ou moins « ouvert » aux femmes. Et de fait, jusqu’au second tiers du xixe siècle, on observe de nombreuses voyageuses faisant profession de modestie sur ce terrain, et se disqualifiant d’emblée face aux « autorités » masculines (même si c’est souvent de l’ordre de la posture, et si cela n’aboutit guère qu’à leur adresser de discrets piedsde-nez). La tentation de relever le défide l’érudition existait cependant, jusqu’à prétendre à un statut d’amateur éclairé, voire de connoisseur, comme ce fut par exemple le pari d’Edith Wharton, qui garda dans ses cartons le récit de sa croisière de 1888 sur le yacht Vanadis mais qui préféra travailler de longues années à une monographie telle que Villas et Jardins d’Italie26. Dans une certaine mesure, d’ailleurs, il serait envisageable d’établir un lien entre l’éthique de l’écriture journalistique qui rapproche des auteurs tels que Martha Gellhorn, Louise Weiss ou Andrée Viollis et les premières tentatives de constituer un territoire de connaissance proprement féminin de l’étranger, spécialement dans ces régions bordières.

  • 27 Giorgia Alù, Beyond the Traveller’s Gaze. Expatriate Ladies Writing in Sicily (1848-1910), Oxford, (...)
  • 28 Jeannette Power-Villepreux, Itinerario della Sicilia, Messine, Fiumara, 1839 2e éd. Naples, Cirell (...)

12Je prendrai ici l’exemple des résidentes britanniques en Sicile, des « expatriées » en quelque sorte, pour lesquelles le voyage a conduit à une sédentarisation, une installation définitive dans un ailleurs, une sorte d’outre-Europe. La Sicile des résidentes victoriennes et édouardiennes, qui a fait l’objet du livre récent de Giorgia Alù, Beyond the Traveller’s Gaze, paru en 200827, est le contraire d’un monde figé, comme le voudrait l’idée reçue. La comparaison de plusieurs textes d’époques différentes permet à l’auteur de faire sentir que la perception de l’île par ces expatriées volontaires tient compte des soubresauts de l’Histoire (depuis les événements de 1848 jusqu’à la crise des fasci des années 1890) comme des mutations de l’économie, avec notamment la question des mines de soufre, à la fois trait de modernité et d’archaïsme – qui avait déjà intéressé une voyageuse journaliste de l’époque risorgimentale, mariée à un patriote italien, comme Jessie White Mario. Dès les années 1830, d’ailleurs, une Française mariée à un marchand anglais installé à Messine avait acquis une connaissance assez poussée de la Sicile pour publier un guide de l’île28. L’épouse expatriée à cette frontière méditerranéenne et insulaire de l’Europe est plus que toute voyageuse une insider – quoiqu’elle ne puisse jamais complètement oublier qu’elle est étrangère. L’originalité de l’approche de Giorgia Alù, c’est ici de convoquer l’appareil conceptuel des visual studies pour analyser la partie photographique de la vision que son héroïne, Louise Hamilton, a élaborée de la Sicile, notamment en réfléchissant au dialogue entre le texte et l’image. La complexité de la position de la voyageuse qui est ainsi partie, pour un temps qui n’a plus de limite, vers ces limites (celles de l’Europe « civilisée »), en apparaît encore renforcée, comme une sorte d’entre-deux instable, sécurisé mais flottant.

13Les séductions du Sud, si importantes pour les voyageurs britanniques du xixe siècle, sont donc demeurées marquées d’ambiguïté, comme si l’exaltation de ces contrées préservées des vices et de la laideur du monde industriel devait toujours être tempérée d’une manière de mise à distance. L’étude des écritures de voyage sur la Sicile, si on la poursuivait à travers les années 1930, montrerait probablement des choses comparables à celles que José Ruiz Mas détecte dans l’expérience des sujettes d’Édouard VII et de Georges V à Majorque, dans les premières décennies du xxe siècle. Et simultanément, l’appréhension, la description, puis la franche exploitation touristique de ces contrées méditerranéennes – cette dernière s’accentuant pour Majorque dans les années 1950 et 1960, à l’ombre d’un franquisme qui en faisait (d’ailleurs sans malice) une facette de son programme « modernisateur » de l’économie espagnole – auront produit, à terme, de l’émancipation. Le statut d’infériorité des femmes majorquines, longtemps considéré comme un vestige, mais cadrant finalement fort bien avec l’élégante originalité qu’on reconnaissait à leur physique ou à leur costume, a commencé de bouger et d’être mis en cause lorsque la présence des touristes s’est trouvée augmentée, et lorsque leur participation à la vie locale a pris moins la forme d’une observation distanciée et sympathique que d’une présence active et séductrice, détournant les mâles majorquins de leurs compagnes. Une mutation spectaculaire des mœurs et des relations entre les sexes a alors eu lieu dans l’archipel, sous l’influence de ce tourisme de masse tant décrié, car c’est justement à cette époque que les îles Baléares étaient la proie de la spéculation immobilière et qu’elles commençaient précisément à perdre cette beauté, figée dans un temps méditerranéen d’apparence immuable, que goûtaient tellement les Victoriens. Ce n’est pas le moindre des paradoxes.

Notes

1 On renverra ainsi à des recherches désormais classiques telles que Billie Melman, Women’s Orients. Englishwomen and the Middle East, 1718-1918. Sexuality, Religion and Work, Londres, Macmillan, 1995 [1992] et au recueil de Nupur Chauduri et Margaret Strobel (dir.), Western Women and Imperialism. Complicity and Resistance, Bloomington et Indianapolis, Indiana University Press, 1992.

2 Voir par exemple un traitement de ce thème pour l’Italie dans Nicolas Bourguinat, « Traces et sens de l’Histoire chez les voyageuses françaises et britanniques dans l’Italie préunitaire (1815-1860) », Genre & Histoire, no 9, automne 2011 (http://genrehistoire.revues.org/1460).

3 Nicolas Bourguinat (dir.), Le Voyage au féminin. Perspectives historiques et littéraires ( xviiie- xxe siècles), Strasbourg, PUS, 2008. Sont parus depuis les numéros spéciaux Voyageuses des revues Clio. Histoire, femmes et sociétés (no 28, 2008) et Genre & Histoire (no 8 et 9, 2011), ainsi que le recueil suivant : Frank Estelmann, Sarga Moussa et Friedrich Wolfzettel (dir.), Voyageuses européennes au xixe siècle. Identités, genre, codes, Paris, PUPS, 2012.

4 Le texte de Giorgia Alù sur l’expérience sicilienne de Louise Hamilton Caico, qui devait initialement paraître dans les actes de ce colloque en a été distrait pour être rattaché aux travaux présentés dans le présent ouvrage, car il nous a semblé qu’il abordait de manière très précise la question de l’appréhension féminine de l’altérité méditerranéenne, d’une part, et de la situation d’exil/d’externalité d’autre part.

5 Rédigé en 2011-2012, cet article n’a malheureusement pas pu prendre en compte la traduction française que Stéphanie Gourdon et Nathalie Bernard ont donnée de ce texte, sous le titre Lettres de Norvège, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2013.

6 [Elizabeth Rigby], « Lady Travellers », The Quarterly Review, no 151, 1845, p. 98-137.

7 Yaël Schlick, « Travel literature », in Eva Martin Satori (dir.), The Feminist Encyclopedia of French Literature, Westport (Ct.), The Greenwood Press, 1999, p. 534.

8 Si on s’en tient, en tout cas, à l’analyse du niveau de la langue allemande dont le texte témoigne : je dois cette précision à Odile Schneider-Mizony, professeur de linguistique allemande à l’Université de Strasbourg, que je remercie d’avoir bien voulu examiner le texte : Anna Forneris, Schicksale und Erlebnisse einer Kärntnerin während ihrer Reisen in verschiedeneen Ländern…, Klagenfurt, 1849, réimpr. 1985.

9 Voir l’avis du premier auteur à avoir signalé ce texte : Jean-Jacques Langendorf, Les voyageurs de l’Empire. L’Autriche-Hongrie à la découverte du monde (1318-1918), Genève, Georg, 1995.

10 Par exemple W. H. D. Grant, Celebrated Women Travellers of the Nineteenth Century, Londres, 1903.

11 Voir par exemple l’approche de Christel Mouchard, Aventurières en crinoline, Paris, Le Seuil, 1989, et Barbara Hodgson, Les aventurières, xviie- xixe siècles. Récits de femmes voyageuses, Paris, Le Seuil, 2002 [Londres, 1999].

12 Voir notamment Sylvain Venayre, La gloire de l’aventure. Genèse d’une mystique moderne 1850-1940, Paris, Aubier, 2002.

13 Unprotected females in Norway, or the pleasantest way of travelling there, passing through Denmark and Sweden. With Scandinavian sketches from nature, Londres, Routledge, 1857.

14 Cela ne signifie pas que nous adhérons pour autant aux tentatives d’étendre mécaniquement la grille de lecture d’Edward Said à d’autres régions de l’Europe périphérique, ainsi à celle qu’ont présentée des auteurs spécialistes du monde slave et balkanique comme Maria Todorova (Imagining the Balkans, Oxford, Oxford University Press, 1996) ou Larry Wolff (Inventing Eastern Europe, Stanford, Stanford University Press, 1994).

15 Shirley Foster, Across New Worlds. Nineteenth-Century Women Travellers and their Writings, New York, Harvester Wheatsheaf, 1990. L’ouvrage comprend plusieurs chapitres par régions, et par ordre d’éloignement ou d’exotisme, notamment sur l’Italie, l’Amérique du Nord, le Japon, le Tibet. Voir également quelques éléments de typologie des destinations des voyageuses dans Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin. Voyageuses du 19e siècle, Amsterdam et Atlanta, Rodopi, 1996.

16 Robin Jarvis, Romantic Writing and Pedestrian Travel, Basingstoke, Macmillan, 1997, p. 174. L’auteur insiste sur l’ancrage, la demeure éternelle que constituera pour elle et son frère, l’Angleterre, quelles que soient les beautés de l’Écosse ou plus tard (en 1820 dans son « Journal of a Tour on the Continent »), de l’Italie (p. 221). À propos de la promenade et du vagabondage, plusieurs travaux ont été consacrés à Wordsworth, poète marcheur, par exemple celui de Celeste Langan, Romantic Vagrancy. Wordsworth and the Simulation of Freedom, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

17 Voir l’essai de Florence Gaillet, « Découvertes de paysages et paradoxes de l’écriture chez Dorothy Wordsworth : Recollections of a Tour Made in Scotland, A. D. 1803 et Journal of a Tour on the Continent, 1820 », in Jean Viviès (dir.), Lignes de fuite. Littérature de voyage du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 63-83.

18 Voir quelques exemples intéressants dans Claudine Le Blanc et Jacques Weber (dir.), L’Ailleurs de l’Autre. Récits de voyageurs extra-européens, Rennes, PUR, 2009, et Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, Si tu lis jamais ce journal… Diaristes russes francophones, Paris, CNRS Éditions, 2008.

19 Stella Ghervas, « Voyage au pays des mystiques : une aristocrate russe dans les cours allemandes de la Restauration », in Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre (sous la dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Entre contraintes nationales et tentations cosmopolites (1790-1840), Paris, Nouveau Monde, 2007, p. 384-412.

20 Yaël Schlick remarque que les femmes évoquent beaucoup leurs voyages dans les autobiographies, ou à propos de l’étiquette et des mœurs de l’étranger : de ce fait, suggère-t-elle, « the genre itself would therefore have to be somewhat redefined to include the types of travel naratives that were often written by women » (Yaël Schlick, « Travel literature », op. cit., p. 534).

21 Voir Michel Mervaud et Jean-Claude Roberti, Une infinie brutalité. L’image de la Russie dans la France des xvie et xviie siècles, Paris, Institut d’Études Slaves, 1991.

22 Christiane Dellac, Marie-Anne Collot. Une sculptrice française à la cour de Catherine II, Paris, L’Harmattan, 2005.

23 Il est à noter que les Balkans ont été le cadre retenu par le seul ouvrage à avoir tenté un rapprochement comparable au nôtre entre les écritures féminines et les confins : Antonia Young et John Allcock (dir.), Black Lambs and Grey Falcons. Women Travelling in the Balkans, New York et Oxford, Berghahn Books, 2000 [Bradford, 1991].

24 Voir par exemple Friedrich Wolfzettel, Le discours du voyageur, Paris, PUF, 1995, et Jean Viviès, Le récit de voyage en Angleterre au xviiie siècle. De l’inventaire à l’invention, Toulouse, PUM, 1999.

25 Voir Gisèle Séginger (dir.), La mise en texte des savoirs, Strasbourg, PUS, 2010.

26 Voir à ce sujet Sarah Bird Wright, Edith Wharton’s Travel Writings. The Making of a Connoisseur, Basingstoke, Macmillan, 2007. Le journal manuscrit de The Cruise of the Vanadis ne fut découvert qu’en 1980, à la bibliothèque municipale d’Hyères.

27 Giorgia Alù, Beyond the Traveller’s Gaze. Expatriate Ladies Writing in Sicily (1848-1910), Oxford, Peter Lang, 2008. L’auteur a travaillé comme Stefania Arcara à Catane, avant d’obtenir son Ph. D. à Warwick et de devenir enseignante à l’Université de Sydney.

28 Jeannette Power-Villepreux, Itinerario della Sicilia, Messine, Fiumara, 1839 2e éd. Naples, Cirelli, 1842 (réimpr. Messine, Perna, 1995, éd. de Michela d’Angelo). Arrivée en 1818 et mariée à un commerçant de Messine, l’auteur (1794-1873) avait aussi des talents de géologue et de botaniste (voir « Jeannette Power-Villepreux en Sicile. Correspondance inédite », in Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de Corrèze, 99, 1996).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540