Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

Liens forts : symboles d’alliance dans l’espace suisse (XIIIe -XVIe siècles)

Regula Schmid

Texte intégral

1Les alliances politiques sont munies d’un système subtil de représentations symboliques. Dans l’espace suisse du Moyen Âge tardif, la symbolique recourut, à partir du xiiie siècle, aux moyens inhérents aux actes diplomatiques mêmes, s’étendit ensuite à l’héraldique et, à partir de la fin du xve siècle, à des figurations de représentants des communautés alliées comme les bannerets. Au milieu du xvie siècle apparurent des éléments propres à l’emblématique baroque comme les mains liées, auxquels s’ajoutèrent, comme dans le reste de l’Europe, les personnifications et les allégories.

  • 1 Guy P. Marchal, Schweizer Gebrauchsgeschichte. Geschichtsbilder, Mythenbildung und nationale Identi (...)
  • 2 Je poursuis ainsi des considérations proposées, sous des aspects différents, dans plusieurs études  (...)

2Les traits principaux de l’évolution de la représentation symbolique après le milieu du xve siècle sont bien connus, surtout grâce aux travaux de Guy P. Marchal, Thomas Maissen et, en ce qui concerne en particulier la sémantique et les gestes, de Claudius Sieber-Lehmann1. Ces enquêtes avaient pour but premier soit d’établir un inventaire des signes nationaux soit de déterminer le moment exact dans lequel une représentation de la Confédération proprement dite fut mise en place. Sur un deuxième plan, la description des objets et symboles et leur analyse sémantique servaient à la compréhension des principes fondamentaux de la Confédération. Dans le cadre de cet article, je poursuivrai cette deuxième approche. Cependant, la période de recherche sera étendue au xiiie siècle, bien avant l’existence de la Confédération. Ce sont donc les alliances des villes et des communautés rurales dans l’espace plutôt que la ligue « des huit cantons » qui seront mises en évidence ici. Les représentations symboliques des alliances et ligues dans l’espace de la Suisse actuelle du xiiie au milieu du xvie siècle serviront de point de départ à une analyse des significations que les contemporains donnaient à cette sorte d’association2. Il sera ainsi possible d’éclaircir le teneur des notions prépondérantes d’alliance et de ligue entre le xiiie et le xvie siècle.

  • 3 Au sujet de l’importance du livre de Simler pour la conception théorique de la Confédération et de (...)

3En accord avec le champ thématique « ligues et espace » qui est au cœur de ce volume, je m’intéresserai enfin à l’apparition des notions d’espace dans cette symbolique fortement figurative des alliances. Déterminer ainsi à quel moment la dimension spatiale est devenue un élément indispensable de la définition théorique de la Confédération constituera un produit dérivé de cette entreprise principalement consacrée aux normes inhérentes aux alliances politiques. En fin de compte, il s’agit de définir le moment où, dans la sphère des symboles politiques, la notion géographico-politique de pays suisse se superposa à la notion sociopolitique d’alliance. Ce moment s’avère être bien antérieur aux théories politiques élaborées qui entrent en jeu, en Suisse, en 1576 avec le livre De republica Helvetiorum libri duo de Josias Simler3. La présente contribution s’intègre ainsi dans les tentatives jusqu’ici assez dispersées d’utiliser la symbolique politique pour comprendre les principes structurants des sociétés médiévales.

  • 4 Dans le sens de Fichtenau, qui exhorte à « prendre au sérieux les topoi des arengae et des préambul (...)
  • 5 Voir note 2. Pour la sémantique de Confédérés et Confédération, voir le travail inestimable de Clau (...)

4Pour mener à bien cette étude, je suivrai l’apparition des symboles exprimant les alliances en me conformant à peu près à l’ordre chronologique, en isolant les éléments symboliques constitutifs et en examinant leur signification. Il faut, toutefois, souligner que les moments heuristiques ainsi distingués ne sont, en réalité, pas toujours nettement séparés, le vocabulaire symbolique ne cessant de s’élargir et de se ré-assembler. Les mots, c’est-à-dire les représentations linguistiques proprement dites, doivent bien sûr être étudiés ; à cet égard, les champs d’analyse les plus prometteurs sont les préambules des diplômes4 et les exhortations à respecter les normes de la vie commune que l’on trouve dans les chroniques communales. Pour les notions d’alliance, j’ai montré ailleurs le potentiel de l’analyse sémantique5. Elle complètera et nuancera les résultats de l’analyse des symboles qui est amorcée dans le cadre de cet article. Finalement, puisqu’un inventaire systématique des symboles politiques des alliances dans l’Empire est loin d’être accompli – en fait, pour le Moyen Âge la problématique n’est mise en relief pour aucune région en dehors de la Confédération –, je fonderai mon examen sur des exemples issus de l’espace de la Suisse actuelle.

Mutualité et hiérarchie : l’ordre des sceaux

  • 6 Harry Bresslau, Handbuch der Urkundenlehre für Deutschland und Italien, vol. 2, part 2., Berlin, Le (...)
  • 7 Fribourg, Archives d’État, Traités et contrats 223, description et reproduction dans Pascal Ladner, (...)

5Une première expression de l’union politique se trouve sur les actes d’alliance même : les sceaux. Issus de la procédure inhérente à la validation écrite du traité d’alliance, les sceaux sont mis côte à côte selon des règles qui ressemblent aux règles héraldiques. La sphragistique ne s’est guère occupée de l’ordre des sceaux sur un acte ; les quelques informations disponibles se concentrent sur les actes royaux des périodes antérieures au xive siècle. Toutefois, les spécialistes s’accordent sur le fait que l’ordre des sceaux suit l’ordre hiérarchique des parties juridiques. Le sceau du partenaire de statut le plus élevé est placé à la base du document, soit au milieu, soit à gauche (c’est-à-dire à la droite héraldique), les autres sceaux étant disposés de gauche à droite, en série continue ou en alternance6. L’observation stricte de cette règle est, par exemple, visible dans l’acte de 1275 confirmant les droits de la ville de Fribourg par Eberhard de Habsbourg et sa femme Anna de Kibourg, scellé également par l’évêque de Constance, Rodolphe II de Habsbourg-Laufenbourg, frère d’Eberhard : le sceau d’Eberhard, qui est mentionné le premier dans le texte, se trouve au milieu, celui de sa femme à sa droite (du point de vue héraldique), et celui de Rodolphe à sa gauche7.

6L’ordre des sceaux sur des actes concernant un pacte mutuel entre des entités occupant des positions différentes dans la société d’ordres du Moyen Âge pose un défi spécifique à la diplomatique. Les spécialistes médiévaux se servaient de deux possibilités principales pour résoudre le problème :

    • 8 Par exemple le traité de combourgeoisie entre Isabelle, comtesse de Neuchâtel, et Soleure du 29 aoû (...)

    Chaque parti reçoit un exemplaire de l’acte qui mentionne le nom du partenaire en première position et contient le sceau du partenaire. L’égalité juridique supposée des partenaires est donc exprimée par duplication, croisement et échange8. L’existence de l’autre charte est normalement mentionnée dans les textes, complémentaires mais pas littéralement identiques, des deux actes.

    • 9 Voir par exemple le traité de combourgeoisie entre Philippe de Hochberg, comte de Neuchâtel, et Sol (...)
    • 10 Par exemple l’alliance de Zurich, Uri, Schwyz, Unterwald et Glaris de 1352 (renouvellement en 1450, (...)

    Des actes de texte identique sont scellés par tous les partenaires qui reçoivent chacun un exemplaire. Dans ce cas, les sceaux sont rangés selon le statut des alliés : un noble est suivi d’une ville9 ; les villes précèdent les communautés rurales10. L’obligation mutuelle est donc exprimée par duplication et échange pendant que la hiérarchie des partenaires est communiquée au public explicitement au moyen des symboles.

  • 11 Harry Bresslau, Handbuch…, op. cit., p. 505 : « Je ne saurais dire si on respectait une étiquette q (...)
  • 12 Friedrich Pieth, « Der Streit zwischen dem Grauen Bund und dem Gotteshausbund um den Vorrang 1549/5 (...)

7C’est la deuxième possibilité qui est utilisée lorsque qu’il y a plus de deux alliés. Dans le cas d’alliés de même statut juridique, il semble que la succession des sceaux reflète l’ordre dans lequel ils ont obtenu l’immédiateté impériale : Zurich (devenue ville immédiate en 1218) avant Lucerne (immédiate en 1415), Berne (1218) avant Zoug (1415), Uri (1231) avant Schwyz (1240). Il s’agit ici, toutefois, d’une hypothèse, puisqu’aucune analyse systématique de l’ordre des sceaux sur des traités d’alliance n’existe pour l’heure, aussi bien en Suisse que dans les pays environnants11. La thèse est cependant corroborée par la comparaison avec les Grisons voisins au xvie siècle : l’accord sur l’ordre des sceaux figurant sur les actes et sur celui des blasons inscrits dans les armoiries de la ligue commune faisait explicitement partie des clauses négociées par les trois ligues partenaires dès 1524. La Ligue Grise (Grauer ou Oberer Bund) se trouve toujours en première position, suivie de la Ligue de la Maison-Dieu (Gotteshausbund) et de la Ligue des Dix-Juridictions (Zehngerichtenbund). Cet ordre suit partiellement celui de l’ancienneté (la Ligue Grise fut établie en 1395, élargie et renouvelée en 1424 ; la Ligue des Dix-Juridictions date de 1436), et ne confère à la ligue issue de l’union de l’évêque de Coire et de ses sujets depuis 1367 que la deuxième place. Cet ordre ne resta d’ailleurs pas incontesté : en 1550, la Ligue de la Maison-Dieu remit en cause la position prépondérante de la Ligue Grise12.

  • 13 Scellé par Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Zoug et Glaris ; reproduction dans Anton (...)
  • 14 Jenny Schneider, Die Standesscheiben von Lukas Zeiner im Tagsatzungssaal zu Baden (Schweiz). Ein Be (...)
  • 15 Anton von Castelmur, Schweizerbund…, op. cit., après p. 144 (exemplaire de Schwyz, le sceau de Frib (...)

8Dans la Confédération, un ordre fixe fut établi en 1481, signe évident du nouveau niveau d’institutionnalisation atteint avec le Convenant de Stans13. Cet ordre ne tient plus compte de la hiérarchie traditionnelle. Il place Zurich avant Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Zoug, Glaris, Fribourg et Soleure (respectivement Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Underwald, Zoug, Glaris, Bâle, Fribourg, Soleure depuis 1501 et Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Underwald, Zoug, Glaris, Bâle, Fribourg, Soleure, Schaffhouse, Appenzell en 1513) et deviendra canonique. Par la suite, il se manifestera, entre autres, dans la disposition des vitraux d’armes dans la salle de diète à Baden (1500/1501)14 ou dans la couronne des armes (Wappenkranz) établie après 1500 et dont il sera question ci-dessous. Une fois établi, cet ordre ne sera plus modifié : dans la ligue catholique de 1586, les sceaux se suivant de droite (héraldique) à gauche sont ceux de Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Zoug, Fribourg, Soleure. Les armes des alliés placées sur le bord supérieur de la charte sont d’ailleurs organisées différemment : le blason de Lucerne, le canton directeur (Vorort) catholique, se trouve au milieu, surmonté de la colombe du Saint-Esprit (au lieu de l’aigle impériale) ; les autres alliés suivent alternativement de droite à gauche15.

Liens forts : le langage héraldique

  • 16 Exemples dans Donald Lindsay Galbreath, Manuel du blason, nouvelle édition revue, complétée et mise (...)
  • 17 Walther Merz, Friedrich Hegi (Hg.), Die Wappenrolle von Zürich. Ein heraldisches Denkmal des 14. Ja (...)
  • 18 Michel Pastoureau, Traité d’héraldique…, op. cit., p. 58 : les armoriaux, source principale pour to (...)
  • 19 Donald Lindsay Galbreath, Manuel…, op. cit., p. 219, fig. 617 (blasons du landgrave de Hesse et ses (...)

9Puisque les sceaux sont directement liés au parchemin carré de l’acte, il est difficile d’imaginer qu’ils puissent être disposés autrement qu’horizontalement. Leur ordre est donc la seule façon d’exprimer la relation entre les partenaires, l’image, le matériel ou la taille du sceau individuel représentant la personne ou l’institution même. La juxtaposition de deux blasons ou la réunion de plusieurs blasons différents expriment en tant que tels l’association et la proximité juridiques : la relation de la femme mariée avec son père et son mari (sur les sceaux), l’affinité d’un groupe de donateurs, la communauté de deux officiers (la littérature cite l’exemple des maréchaux du duc d’Anjou, Armand d’Espagne et Guy d’Azay, qui font figurer, dans le sceau de leur office, un aigle tenant dans ses serres les deux armoiries), la triade constituée de l’ordre, l’office, et la personne d’un abbé ou grand-maître16. Les rôles d’armes et les séries de blasons peintes sur les murs et les poutres transversales des châteaux et maisons ministériales, datant du xive siècle, présentent les blasons rangés et orientés dans la même direction (penchés à dextre, c’est-à-dire à droite du point de vue d’un porteur d’armes imaginaire)17. Visant le monde noble, les armoriaux présentent les blasons en groupes18, lesquels signalent, de façon complexe, parfois difficilement compréhensible pour nous, une affinité réelle ou imaginée des nobles ainsi représentés. Il est, toutefois, évident que les différences de rang entre les personnes peuvent être soulignées et par l’ordre et par la taille des blasons. Ainsi dans l’armorial du héraut Geldre (vers 1380), les armes du seigneur sont plus grandes que celles de ses vassaux qui suivent19.

  • 20 Georges de Crayencour, Dictionnaire héraldique, 2e édition, revue et augmentée, Paris, Christian, 1 (...)
  • 21 Donald Lindsay Galbreath, Manuel…, op. cit., p. 89.
  • 22 Exemples : ibidem, p. 122, fig. 228 : les blasons de deux grands-maîtres flanquent le blason de l’o (...)
  • 23 Georges de Crayencour, Dictionnaire…, op. cit., p. 112.
  • 24 Peter Hoegger, Die Kunstdenkmäler des Kantons Aargau, vol. 6 : Der Bezirk Baden, I : Baden, Ennetba (...)
  • 25 Dans les procès-verbaux des séances du Conseil de Lucerne figure l’ordonnance de gouvernement de me (...)

10Le langage héraldique – apparenté mais non identique au langage sigillographique – a trouvé des moyens d’expressions supplémentaires. Contrairement au sceau dont l’image est toujours imprimée de la même façon, l’héraldique peut en outre souligner la nature de l’alliance par le moyen de la courtoisie par laquelle le blason ou des parties du blason (et parfois l’écu) sont tournés. La courtoisie évite qu’un blason ne « tourne le dos » à un autre20. Cette mode devient la règle générale en Allemagne (les pays suisses inclus), elle est « fréquemment appliquée en Italie, rarement en France »21. Très souvent se trouvent ainsi représentés deux époux, un abbé ou grand-maître avec son ordre22, ou encore « deux frères (réels ou d’armes) tués dans un même combat ou accident »23. Dans le contexte des villes impériales se développa, sans doute seulement au cours du xve siècle, une disposition qui juxtapose le blason de la ville redoublé, celui de droite se penchant en courtoisie vers son jumeau, le tout couronné d’un écu portant les armoiries de l’Empire. Dans l’espace suisse, la plus ancienne formation de ce type qui nous soit parvenue jusqu’à présent surmonte une des portes de la ville de Baden. Elle est datée de 144124, mais le type est déjà attesté en 141525.

  • 26 Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, op. cit., p. 58.

11Les débuts de la courtoisie héraldique sont assez obscurs, et encore une fois, la combinaison des blasons est un champ de recherche négligé par les sciences auxiliaires. Toutefois, il s’agit clairement d’une invention du Moyen Âge tardif, puisque la consolidation du vocabulaire et de la syntaxe héraldiques depuis le milieu du xiiie siècle26 est la condition indispensable d’une telle combinaison. Aucun des exemples cités par Galbreath, dans son manuel de blason, n’est antérieur à l’extrême fin du xive siècle.

  • 27 En 1548, le dessinateur et verrier Carl von Aegeri de Zurich conçut une vitre qui unissait les arme (...)

12Alors que l’héraldique définit la courtoisie seulement par le fait que le blason en position dominante est renversé et s’incline ainsi devant son partenaire, d’autres éléments indispensables à l’expression de l’affinité juridique existent : la disposition normalement horizontale des blasons27, leur taille égale et la proximité intime, qui peut être soulignée par des éléments outre héraldique comme des chaînes, des bandes ou des végétaux qui lient les blasons physiquement.

  • 28 Analyse détaillée dans Regula Schmid, Geschichte im Bild…, op. cit. Voir aussi Joseph Melchior Gall (...)
  • 29 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling 1513. Faksimile (...)
  • 30 Image du monument in situ dans Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Di (...)
  • 31 Pour le terme Ort et ses traductions (« cantons » depuis 1475) voir l’article d’Andreas Kley, « Kan (...)
  • 32 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling 1513, Sonderaus (...)

13Depuis le milieu du xve siècle, la mode de courtoisie est employée par les artistes pour exprimer l’alliance politique des communautés alliées. L’exemple probablement le plus ancien et en même temps le plus élaboré et le plus beau se trouvait à Lucerne28. Son apparence est connue par la chronique de Diebold Schilling le jeune (écrite entre 1511 et 1513)29. Ce monument à la fidélité des alliés Uri et Lucerne était accroché au mur du chœur de la chapelle Saint-Pierre, à côté de l’autel30. Il fut renouvelé dans les années de la rédaction de la chronique. Il commémorait, selon Schilling, deux batailles de 1422 (bataille d’Arbedo) et 1443 (bataille à la Letzi près de Horgen) ; il datait donc au plus tôt du milieu du xve siècle. Les blasons de Lucerne et de Uri sont couplés à l’aide d’une forte chaîne. Les armes de Lucerne sont en première place et donc contournées vers celles d’Uri. La courtoisie est soulignée par les supports, deux hommes sauvages couronnés de fleurs rouges et tenant des bâtons en floraison dont le costume en poils est teint mi-partie dans les couleurs héraldiques des communautés partenaires. L’homme sauvage aux couleurs lucernoises (bleu-blanc [azur-argent]) tient l’écu d’Uri, pendant que l’homme aux couleurs uranaises (noir-jaune [sable-or]) touche l’écu lucernois. Le texte du chroniqueur et une lettre des Uranais exprimant leur joie quant à la restauration du monument et leur volonté de donner des vitraux héraldiques à la chapelle Saint-Pierre élucident la signification de cette représentation et en soulignent l’importance. « Des messieurs de Lucerne et leur loyaux, chers confédérés d’Uri, pourquoi ils sont couplés ensemble plus que d’autres cantons (Orte)31, comme c’est présenté dans la chapelle »32, voilà le titre du chapitre accompagnant l’image de ce monument dans la chronique de Schilling. Le chroniqueur rappelle les événements des deux batailles et comment les deux communautés auraient souffert plus que d’autres dans ces guerres (en fait, les deux batailles furent particulièrement sanglantes), sans jamais abandonner leurs alliés et se comportant « en frères » l’une envers l’autre. Les ancêtres auraient commissionné le monument « pour la mémoire éternelle » afin d’inciter le public à l’amour et à l’amitié et pour prévenir toute alarme et tout trouble. Le chroniqueur, de son côté, reproduisit cette image pour admonester le lecteur afin que l’amour et l’amitié de la Confédération ne soient pas abaissés, mais augmentés. « Aucun confédéré ne devrait dédaigner l’autre – même si cela arrive parfois. Mais un tel trouble entre les Orte ne s’est pas encore produit, parce que [malgré des problèmes] ils se sont toujours entraidés dans le besoin, comme cela est prévu dans les pactes, en toute fidélité, réconfort et honnêteté. »

14L’expression héraldique de l’alliance entre Uri et Lucerne, créée dans le cadre de la commémoration des batailles, fut transformée 60 ans plus tard, par Schilling, en une exhortation au respect des valeurs des alliances mutuelles dans le cadre de la Confédération du début du xvie siècle. Le langage héraldique et le langage normatif se correspondent à un degré extraordinaire : la chaîne de l’image est traduite par l’expression zesamen verschlossen, la courtoisie amplifiée est reprise dans l’abondance des mots soulignant la réciprocité des obligations (gegen einandern, beider sit) et dans le croisement grammatical des mots (« da sich stätz die von Ure by minen heren und min herren vlissetend by inen ze sind »).

  • 33 Lucerne reproduisit le monument dans les années 1570 et le donna à Uri, dans la chapelle Saint-Jacq (...)

15Bien que le monument lucernois suggère l’existence d’une syntaxe élaborée des alliances dès le milieu du xve siècle, il reste de loin le plus ancien et l’un des rares cas connus qui mette l’accent sur l’alliance de deux communes33. Cependant, il souligne que la relation des alliés était ancrée dans l’aide militaire réciproque, c’est-à-dire qu’ils affichaient explicitement la volonté d’assumer ensemble bonne et mauvaise fortune.

L’unité guerrière : bannières et bannerets dans les chroniques illustrées

  • 34 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 246 soul (...)
  • 35 Voir un exemple du Codex balduinum (Trèves, vers 1335-1340) dans Michel Pastoureau, Une histoire sy (...)
  • 36 Ottfried Neubecker, « Fahne »…, op. cit., col. 1126-1130.
  • 37 Regula Schmid, « Fahnengeschichten. Erinnern in der spätmittelalterlichen Gemeinde », Traverse, 199 (...)
  • 38 Carlo Ginzburg, « Représentation : le mot, l’idée, la chose », Annales E. S. C., no 46, 1991, p. 12 (...)

16Signe de l’autorité politique et emblème de statut identitaire, les bannières représentent leurs agents de façon au moins aussi immédiate que les sceaux à blason et les armoiries34. En peinture, les bannières placées au dessus des figures représentées servent à identifier les personnages – comme en témoignent de nombreuses illustrations dans des chroniques, romans et livres de tournois aussi bien que la peinture murale et les tapisseries35 –, mais, de surcroît, le drapeau peut se substituer à son détenteur. Ceci est exprimé aussi bien par la coutume d’installer des drapeaux aux armes du chevalier mort près des épitaphes – au moins depuis l’extrême fin du xive siècle36 –, que dans l’importance attribuée aux bannières capturées au cours des batailles et exposées dans les églises37. La bannière représente, au sens propre du mot, la personne38.

  • 39 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique…, op. cit., p. 228 : « … les pays d’héraldique “classiqu (...)
  • 40 Regula Schmid, « „Nu dar, du edels müetzlin, dar !“Bern und der Bär im 14. bis 16. Jahrhundert », d (...)

17Dans l’espace suisse, qui faisait partie des « pays d’héraldique “classique” »39, l’art héraldique s’étendit tôt, aussi bien sur les blasons que sur les armes portées en bannière : l’armorial de Zurich datant d’environ 1350 contient, parmi les centaines d’armes de nobles, 28 bannières d’évêchés. Finalement, les poèmes héraldiques de la deuxième moitié du xive siècle, transmis par la chronique bernoise de Conrad Justinger du début du xve siècle, dépeignent le pouvoir de la ville de Berne en se référant aussi bien à la férocité de l’ours armorial qu’à la bannière « vivante » portée lors des batailles, incarnant l’animal sévissant parmi les ennemis40.

18Dans les pages qui suivent, les chroniques illustrées serviront à montrer l’évolution allant de la représentation d’une action guerrière à la représentation symbolique d’une association légale et normative, donc à une abstraction idéelle de la notion d’alliance ou même de Confédération à l’aide de la juxtaposition de bannerets. Le point de départ est l’illustration d’une même scène – la rencontre de troupes confédérées sur l’Ochsenfeld en 1468 dans cinq chroniques rédigées entre l’année de l’événement et 1535 au plus tard.

  • 41 Germain Hausmann, « Aarberg, d’ », dans Dictionnaire historique de la Suisse (http://www.hls-dhs-ds (...)
  • 42 Hans Witte, « Der Mülhauser Krieg 1467-1468 », Jahrbuch für Schweizer Geschichte, no 11, 1886, p. 2 (...)

19L’événement qui est illustré ici, est vite raconté : en 1468, des troupes de Berne et Soleure avec le concours d’un contingent de Fribourgeois, du comte d’Aarberg seigneur de Valangin, combourgeois de Berne41, des gens de Bienne et de Saanen envahissent le Sundgau pour soutenir Mulhouse dans sa querelle contre les Habsbourg42. Une armée composée de soldats de Zurich et Schwyz et une deuxième constituée des troupes d’Uri, Unterwald, Glaris et Zoug marchèrent de leur côté sur le Sundgau. Le 7 juillet, les trois armées se rencontrèrent sur l’Ochsenfeld, la grande plaine située au nord du Sundgau.

  • 43 Alfred A. Schmid (Hg.), Tschachtlans Bilderchronik. Faksimile-Ausgabe der Handschrift Ms. A 120 der (...)
  • 44 Hans Bloesch, Paul Hilber (Hg.), Diebold Schilling, Berner Chronik, Faksimile, 4 vol., Bern, Aare-V (...)
  • 45 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling 1513, Luzern, F (...)
  • 46 Alfred A. Schmid et al. (Hg.), Die Eidgenössische Chronik des Wernher Schodoler um 1510 bis 1535, F (...)

20Les chroniques qui rapportent cette rencontre en texte et en images se situent juste avant et après les années cruciales. Il s’agit des chroniques des conseillers bernois Bendicht Tschachtlan et Heinrich Dittlinger (achevée en 1471)43 et du scribe bernois Diebold Schilling l’Ancien (chronique officielle terminée en 1483 et exemplaire « de vente » en 1484)44, de la chronique lucernoise officielle de Diebold Schilling le Jeune (terminée en 1513)45 et finalement de la chronique privée de Wernher Schodoler, qui se fonde directement sur la chronique bernoise officielle de Diebold Schilling et qui fut écrite entre 1510 et 153546. La comparaison des textes et images de ces cinq chroniques permet de voir comment cette rencontre assez spontanée fut progressivement présentée comme l’expression de l’alliance fraternelle de la Confédération, et comment la représentation d’une action concrète fut transformée en un symbole politique. Rétrospectivement, après les batailles des guerres de Bourgogne qui prouvaient le potentiel guerrier énorme des Confédérés, cette rencontre qui ne dura que peu de temps apparut comme la première démonstration de force d’une armée confédérée.

21La rencontre sur l’Ochsenfeld était à l’origine illustrée dans les cinq manuscrits. Mais comme la page en question est perdue dans l’une des chroniques de Diebold Schilling de Berne, il ne reste aujourd’hui que quatre images auxquelles s’ajoute une enluminure dans la chronique de Tschachtlan, qui montre comment les trois troupes ravagent le Sundgau. Même si les textes des chroniques sont directement liés – à l’exception de la chronique lucernoise de Diebold Schilling le Jeune –, les illustrateurs recoururent à des moyens différents pour résoudre les problèmes qui se posaient à eux.

  • 47 Alfred A. Schmid (Hg.), Tschachtlans Bilderchronik…, op. cit., p. 1008.

22La chronique de Tschachtlan illustre le récit de l’excursion des trois troupes par l’image intitulée « Wie all Eydgenossen in dem Sundgoew und Elsas mit dryen huffen an dryen enden brantten »47.

  • 48 Selon une chronique zurichoise. Sur l’Ochsenfeld « kamen alle hufen mit ir paner daselbs zusament. (...)

23Des villages dispersés dans un paysage vallonné sont la proie des flammes. Trois armées distinctes sont en marche, et on distingue à l’arrière-plan au-dessus de la troupe les bannières de Berne, Soleure et le pennon (Fähnlein) de Fribourg. Au centre se trouve l’armée alliée sous les bannières de Zurich et de Schwyz avec le pennon des tirailleurs de Zurich, enfin au premier plan, les troupes unies d’Unterwald, Glaris, Zoug et Lucerne et un pennon des Gesellen d’Uri48. Même si les drapeaux sont représentés beaucoup plus grands qu’ils ne le sont en réalité, il est évident qu’ils sont portés par les guerriers. Tschachtlan distingue les trois armées :

  • 49 Alfred A. Schmid (Hg.), Tschachtlans Bilderchronik…, op. cit., p. 1009.

« Avec eux [les Bernois] marchaient ceux de Fribourg avec un fannion, et aussi ceux de Bienne, de Saanen et le jeune comte de Valangin en personne et encore d’autres alliés (Bundesgenossen). Et de plus, ceux de Soleure marchaient avec eux avec leur bannière de la ville. […] Nos confédérés de Zurich et de Schwyz les suivirent aussitôt […] Ceux de Lucerne, de Uri, de Unterwald, Zoug et Glaris venaient aussi rapidement […] Donc de trois côtés ils marchaient à travers le Sundgau et l’Alsace et ils brûlèrent beaucoup de beaux villages… »49.

  • 50 Ibidem, p. 1014.

24Dans le chapitre suivant, Tschachtlan souligne encore le fait que les trois groupes étaient tout à fait distincts, qu’ils ne se rencontrèrent que sur l’Ochsenfeld pour exhorter (en vain) l’ennemi à la bataille rangée et que les trois armées se séparèrent tout de suite après. Cette scène est illustrée par une image intitulée « Wie die Eydgenossen zesamen kamen uffdem Ochsenveld », de façon plus stylisée50 (ill. 5.1).

25Elle montre la foule énorme des armées réunies, à laquelle viennent se joindre des chevaliers avec le pennon bernois (Auszugsfähnlein), observée par des guetteurs autrichiens situés sur une colline pentue couverte de vignes. Au milieu de cette troupe sont plantées les bannières et pennons des alliés, de dimensions exagérément grandes. On remarque que l’illustrateur de Tschachtlan ici comme à d’autres endroits de la chronique défigure les bannières d’Uri (le taureau n’est, en réalité, jamais représenté de profil) et de Lucerne (dont la bannière est en fait coupée d’argent et d’azur et non pas partie d’argent et d’azur), même s’il semble être plus précis que le texte dans la reproduction de certains drapeaux (par exemple le Gesellenfähnlein d’Uri). L’illustration met l’accent sur la grandeur de l’armée réunie et sur le fait qu’il s’agit de troupes d’origines différentes mais unies ; les bannières fonctionnent comme des signes des occupants plantés dans une terre conquise.

  • 51 Hans Bloesch, Paul Hilber (Hg.), Diebold Schilling, Berner Chronik.., op. cit., vol. 3, p. 45.

26Dans la chronique officielle de Diebold Schilling, l’accent est placé différemment51 (ill. 5.2).

27Les unités de fantassins arrivent de trois côtés, le quatrième est occupé par les chevaliers. Les bannerets se sont assemblés sur une sorte d’îlot. L’image met l’accent sur la symétrie de cette action et souligne ainsi la valeur égale des troupes en action. Terminée en 1483, la chronique officielle représente seulement les bannières des Confédérés des « huit vieux cantons » (acht alte Orte) tels qu’ils sont définis lors des négociations à Stans en 1481. Le texte de Schilling (mis à part quelques détails lexicaux, les deux versions sont identiques) ne laisse aucun doute sur cette interprétation : il omet toute allusion au fait qu’il s’agissait de trois armées distinctes qui coopéraient seulement pour une période très courte. Au contraire, il souligne dès le début que « les Confédérés des cantons urbains comme campagnards » (gemein eidgenossen von stetten und lenndern) se rencontrèrent « très aimablement et en toute loyauté fraternelle ». Après cette rencontre, ils se formèrent en trois groupes, « en bon ordre » – Schilling mentionne donc cette séparation, mais la présente comme une décision justifiée par une organisation militaire plus efficace. L’action militaire est devenue une action concertée d’une Confédération commune.

  • 52 Alfred A. Schmid et al. (Hg.), Die Eidgenössische Chronik des Wernher Schodoler…, op. cit., vol. 2, (...)
  • 53 Wernher Schodoler, bourgmestre de la petite ville de Bremgarten, ajoute au texte de Schilling que c (...)

28Environ quarante ans plus tard, Werner Schodoler copia le texte de la chronique officielle de Schilling, mais en précisant les noms des confédérés52 : Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Zoug, Glaris, Soleure et Fribourg. Le comte de Valangin, les alliés de Bienne, Saanen, etc., n’y figurent plus ; le mot de « confédéré » se limite au nombre et aux noms déterminés depuis 1481, et ils sont énumérés dans l’ordre établi depuis lors53. L’image même reprend cette interprétation.

29Au centre de l’image, les troupes de Zurich et de Berne et Soleure sont en train de se rejoindre, les deux chefs sont prêts à se donner la main. À l’arrière plan s’élèvent des montagnes, et des vallées surgissent quatre armées qui sont marquées par des bannières (sur le dessin non coloré on reconnaît celle de Zoug, de Uri et peut-être de Glaris). L’illustrateur s’est éloigné de la réalité historique en soulignant, comme Schilling, la présence des confédérés. En plus, en protestant affiché, qui fait illustrer ses chroniques après les événements-clefs de la Réforme, il réinvente le rôle dominant de Zurich et Berne, leaders du camp réformé.

  • 54 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling…, op. cit., fol (...)

30Diebold Schilling le Jeune, finalement, par ailleurs connu pour ses illustrations riches et détaillées, ne se réfère point aux circonstances des événements. Dans le texte, il reprend la tradition lucernoise et mentionne les trois compagnies séparées, en omettant Bienne, Saanen, le comte d’Aarberg et les autres. L’illustration montre une troupe en marche avec les bannerets au premier plan : de gauche, on voit les bannerets de Glaris, Zoug, Unterwald, Schwyz, Uri, Lucerne, Zurich, Soleure et Berne54. Les bannerets s’avèrent être les représentants idéaux de leur communauté, et en les mettant en rang et en association étroite, Schilling avait trouvé une nouvelle expression symbolique de l’alliance militaire.

  • 55 En 1510, les Bâlois mirent le blason bâlois et les blasons des confédérés flanquant le banneret bâl (...)

31L’apparition de séries de bannerets des alliés dans les chroniques de Berne et Lucerne dès les années 1470 est donc tout d’abord liée à l’enjeu d’illustrer un événement politique dans les étroites limites d’une page de parchemin. Seulement en retravaillant les images, et en passant d’une description détaillée des troupes alliées à une présentation de l’entité politique de la Confédération d’après 1481 (tout en revendiquant les victoires du xve siècle pour les membres de cette Confédération intégrée), se développait une imagerie des bannerets qui représentait en tant que telle l’alliance confédérée basée sur des traités d’aide militaire d’un côté et la réalisation de l’obligation mutuelle ainsi fixée de l’autre côté55.

Le cercle des Confédérés

  • 56 Hans Conrad Peyer, « Der Wappenkranz der Eidgenossenschaft » dans Felix Richner, Christoph Mörgeli, (...)

32Au tournant du siècle, les symboliques héraldiques de l’alliance se combinèrent à une expression symbolique qui deviendra, au cours de l’ancien régime et pendant la période fondatrice de la Suisse moderne56, la représentation la plus courante de la Confédération : la couronne des armes. La couronne des armes réunit tous les éléments développés depuis l’essor de l’héraldique pour montrer une affinité légale et intime : la taille égale des blasons qui représentent les personnes ou institutions du même rang, la proximité, la courtoisie. Les blasons correspondants sont alors arrangés de façon circulaire.

  • 57 Cf. le développement dans Hans Conrad Peyer, « Der Wappenkranz… », op. cit.
  • 58 Ainsi témoigne Ladislaus de Sunthaym en 1503 dans une lettre à l’empereur Maximilien Ier : « Die zw (...)

33En Suisse, la forme apparaît d’abord à Berne sous l’influence du modèle habsbourgeois, la couronne consistant en blasons des territoires qui encadrent le blason du pouvoir dominant57. La ville de Berne émit en 1493 une monnaie montrant la couronne des blasons de ses districts autour l’ours armorial et orna son hôtel de ville avec les blasons de ses 27 bailliages58. Les mailles de la couronne se réfèrent donc à des personnes ou des territoires dans une position légale correspondante, cependant que le centre de la couronne est occupé par l’entité supérieure. Il est toutefois important de noter que les Confédérés gardaient l’expression de la hiérarchie selon l’ancienneté dans ces couronnes d’armes. Les couronnes ne se distinguent donc que graduellement des séries de blasons disposées selon un ordre déterminé en utilisant la courtoisie.

  • 59 Niklaus Schradin, Schweizer Chronik, Sursee, 1500, Faksimile-Neudruck, München, Harro Jessen, 1927.
  • 60 Eugen Gruber (Hg.), Petermann Etterlin, Kronica von der loblichen Eydtgnoschaft, jr harkommen und s (...)
  • 61 Peter F. Kopp, « Croix fédérale » dans Dictionnaire historique de la Suisse ( http://www.hls-dhs-ds (...)

34Cette similarité se voit, par exemple, sur les pages de dédicace des deux premières chroniques imprimées qui se réfèrent explicitement à l’ensemble de la Confédération : la chronique de Niklaus Schradin (1500)59 et celle de Petermann Etterlin (1507)60. Schradin combine l’image des représentants des ligues avec les blasons (ill. 5.3). Les écus sont arrangés selon l’ordre officiel, même s’ils apparaissent, dans l’ouvrage imprimé, dans l’ordre inverse. De plus, les représentants des cantons sont identifiés par leurs armes (le poignard suisse) et la croix isocèle sur les vêtements. Cette dernière était devenue un signe de reconnaissance des troupes confédérées dans les dernières décennies du xve siècle61.

  • 62 Page de dédicace dans Eugen Gruber (Hg.), Petermann Etterlin…, op. cit.
  • 63 L’inversion des blasons de Saint-Gall et d’Appenzell (l’ours avec collier appartient à Saint-Gall, (...)

35Sur la page de dédicace d’Etterlin, les blasons sont distribués autour de l’aigle impériale en ordre hiérarchique, de haut en bas et du milieu alternant à droite et à gauche, avec Zurich et Berne à la tête62. Ainsi, les alliés qui ne jouissaient pas des mêmes droits (les Zugewandte ou pays alliés), se trouvent tout en bas de la page, mais sont, eux aussi, liés à toutes les autres villes et campagnes par des végétaux. L’état d’alliance est souligné en plus par la taille égale des seize alliés positionnés ici sous l’égide de l’Empire, et par la courtoisie héraldique appliquée systématiquement63.

  • 64 Thomas Maissen, Die Geburt…, op. cit., p. 264 ; cf. aussi les Bündnismedaillen grisonais utilisés c (...)
  • 65 Thomas Maissen, Die Geburt…, op. cit., p. 60-70 et fig. 2.

36Vers le milieu du xvie siècle, le médailleur zurichois Jakob Stampfer remplaça l’aigle impériale avec la main de Dieu (sur l’avers) et la croix isocèle à laquelle les mots sont inscrits Si Deus nobiscum quis contra nos ? (sur le revers). Pendant la même période, Stampfer créa une seconde médaille qui montre sur l’avers la couronne d’armes (un cercle extérieur contient les blasons des villes et campagnes dominantes, le cercle intérieurs ceux des alliés) et sur le revers les trois « premiers confédérés » prêtant serment, encerclés par leurs noms légendaires et les mots « Anfang dess puntz im iar Christi 1296 » (« Début de la ligue dans l’année de Christ 1296 »). Recourant clairement au modèle de la symbolique politique des États souverains voisins (France, Venise)64, l’artiste représentait une confédération fondée sur une histoire longue de fidélité et placée sous la protection de Dieu, dans laquelle cantons et alliés occupaient chacun une place distincte. C’est cette forme qui est reprise sur le frontispice de la version française du premier tableau systématisé de la Confédération comme État souverain, La République des Suisses de Josias Simler en 1576/7765 et qui constituera, au xixe siècle, la représentation officielle de l’État suisse.

37Il est évident que la symbolique des alliances avec son langage « naturel » de liens sociaux ne peut connaître la dimension spatiale. Toutefois, cette dimension s’introduit lentement non pas dans la symbolique de l’alliance, mais dans sa sémiotique. Son point d’accès est la description topographique, son origine est humaniste.

Les frontières de l’espace helvétique

  • 66 Voir avant tout l’étude de Claudius Sieber-Lehmann, Nationalismus…, op. cit., p. 163-250.
  • 67 Helmut Maurer, « Erzwungene Ferne. Zur räumlichen Dimension der Stadtverweisung im Spätmittelalter  (...)
  • 68 Claudius Sieber-Lehmann, « Albrecht von Bonstettens geographische Darstellung der Schweiz von 1479  (...)
  • 69 Il est peut-être typique que cette notion apparaisse en référence au problème des mercenaires qui t (...)
  • 70 Nikolas Jaspert, « Grenzen und Grenzräume im Mittelalter : Forschungen, Konzepte und Begriffe », da (...)

38Après le milieu du xve s. – encore une fois ce sont surtout les chroniques qui en témoignent – les pays dominés par les cantons confédérés deviennent un objet de description topographique. En l’espace d’une seule génération, la conscience des espaces géographiques, des « pays » habités par des populaces dotées d’un patronyme et appartenants à des sphères politiques spécifiques visible dans l’Europe de l’Ouest devient décelable aussi pour les régions sous influence des alliances confédérées66. Les communautés avaient utilisé traditionnellement les montagnes, les rivières et d’autres frontières naturelles pour décrire leurs sphères d’influence, comme en témoignent par exemple les sentences de bannissement67. Dès les années 1460, cette façon de concevoir une communauté au moyen de l’espace qu’elle occupe commence à être appliquée aux « pays des Confédérés »68, et la notion de Confédération (Eydgnoschaft) fut reliée à la vision d’un espace politique69. Les marques des frontières de cet espace historico-politique étaient des villes et des fleuves – le Rhin, avant tout, la ville de Fribourg comme « clef » entre les pays nobles et l’espace des alliances entre villes et campagnes (un rôle peut-être facilité par la situation topographique spectaculaire de la ville sur la Sarine), et, au fur et à mesure, Bâle comme « porte » entre pays souabes et suisses. Ces descriptions topographiques se référaient aussi bien aux modèles antiques qu’aux récits des origines qui apparurent dès les années 1470 et se diffusèrent rapidement après le tournant du siècle. La vision historico-topographique s’ajoutait à la symbolique traditionnelle de l’alliance, mais sans la remplacer entièrement70.

  • 71 Zürich, Zentralbibliothek, PAS II 25/5 (le seul exemplaire imprimé ; une copie manuscrite de 1534 s (...)
  • 72 Werner Näf (hg. und übersetzt von), Henricus Glareanus, Helvetiae Descriptio Panegyricum, St. Galle (...)
  • 73 Frieder Schanze, « Viol (Viel, Vigel, Vigil), Hans », dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. (...)
  • 74 Hans Ulrich Bächtold, « Glaréan », dans Dictionnaire historique de la Suisse (http://www.hls-dhs-ds (...)

39Ce processus de superposition sera ici mis en lumière par la comparaison de deux poèmes illustrés. Il s’agit du poème héraldique allemand Ein uslegung der schilt und wapen der eydgnoschaft (« Une interprétation des écus et armoires de la Confédération ») de Hans Viol, composé entre 1501 et 1513, qui n’est connu que par une feuille unique imprimée chez Hans Rüegger à Zurich71, et de la description panégyrique de Henricus Glareanus, Helvetiae Descriptio Panegyricum, imprimé à Bâle en 151472. Les deux poèmes représentent des moments différents du développement des descriptions panégyriques, celui de Viol faisant partie du genre héraldique médiéval alors que celui de Glarean ressortit à un genre nouvellement réformé, celui de la description historico-topographique. Les auteurs représentent deux générations différentes. Leur âge et leur éducation leur allouent des places à chaque côté de la crête qui sépare la tradition médiévale et l’humanisme. Hans Viol était un poète-chanteur aveugle qui parcourait les pays en offrant ses services. Il était déjà actif pendant les guerres de Bourgogne, comme le montre une chanson sur la bataille de Morat de 1476. En 1489, le gouvernement de Soleure le paya pour une chanson sur saint Ursus. À Soleure il apparut avec sa femme, sa fille et son beau-fils. Le poème héraldique compte Bâle parmi les Confédérés, mais non pas Appenzell ; si bien qu’on peut le dater entre 1501 et 1513. De toute façon, Viol était, à ce moment, déjà d’un âge avancé73. Glarean, de son côté, naquit en 1488, et son poème date de l’automne 1514. Après avoir été étudiant à Rottweil, il fut immatriculé à l’université de Cologne en 1506 où il devient magister artium en 1510. Le 25 août 1512, il obtint la couronne du poète des mains de l’empereur Maximilian. En mai 1514, il devint membre de l’université de Bâle après s’être tenu absent des pays confédérés pendant environ douze ans74. Son poème, dédié à « l’ami des humanistes », Heinrich Utinger de Zurich, marque donc son arrivée à Bâle et sa volonté de se présenter comme érudit « suisse ».

  • 75 Dans les trois feuilles (Etterlin, Viol, Glarean), les artistes choisirent les mêmes figures comme (...)

40Les deux poèmes sont ornés par des représentations héraldiques : le texte de Viol est entouré d’une série horizontale des écus des cantons – de Zurich à Fribourg. À sa tête est placée l’aigle impériale, à laquelle s’ajoutent, en ligne verticale, les écus des cantons et pays alliés de Soleure aux Grisons. Le carré est complété, à gauche et en bas, par une chaîne avec une boucle (ill. 5.4). Les hexamètres de Glarean sont introduits par une composition graphique d’Urs Graf. Le peintre Graf organisa les seize armoiries, chacune avec des supports figuratifs allant du centre vers la gauche et la droite et de haut en bas de façon strictement symétrique75. Les blasons sont contournés. (ill 5.5).

41Le poème héraldique (wapenred) chante l’honneur de la Confédération en utilisant les formules traditionnelles. Le prologue décrit comment le narrateur rencontre Dame Honneur (Frau Ehre) qui demande s’il a rencontré « celui qui aspire toujours aux trois choses », c’est-à-dire la fidélité, la vérité, et la faculté de « punir l’injustice avec une armée de héros ». Le narrateur répond en énumérant les pays du monde qu’il a parcourus en vain. Dans les sphères du monde entier, du levant au coucher du soleil, il a cherché la ligue (den punt) ; finalement, il a trouvé die fest und loblich eydgnoschafft avec les douze cantons.

42Il est évident que le lieu où se trouvent ce punt et ses membres est déterminé. La dimension de l’espace apparaît dans les descriptions de Bâle (« porte et clef sur le Rhin »), de Fribourg (« clef vers les pays français [welsche land], et porte et une serrure pour les pays allemands »), et de Schaffhouse (« porte et serrure sur le Rhin »/« clef et porte près du Rhin »). Le champ sémantique de la frontière naturelle qui protège les habitants est repris dans la description de Uri, Schwyz et Unterwald qui sont présentés comme des lieux entourés (« enserrés ») par les montagnes (mit birg ein wol beschlossen land/ein wol beschlossen land/ein land so fryg/Mit birg und ouch mit wassers fluot). La ligue en question se trouve donc dans les pays allemands mais voisine des pays francophones ; au nord, ses frontières sont marquées par les villes situées au bord du Rhin. De plus, l’auteur distingue les pays de l’intérieur, entourés de montagnes, des autres confédérés. Pour le reste, la description se borne à l’exécution du blason.

  • 76 Werner Näf (hg. und übersetzt von), Henricus Glareanus, Helvetiae Descriptio Panegyricum…, op. cit. (...)

43Le but de Glarean est de décrire « la ligue des Helvètes » (Helvetiorum foedus). Cependant, il ne veut pas parler de l’histoire connue des débuts de la Confédération, mais décrire « de quel type de pays il s’agit, et quelle forme lui est donnée par ces frontières »76. La description est tout d’abord basée sur l’ethnographie latine et grecque (César, Strabon, Ptolémée) en situant les peuplades dans la trame définie par les montagnes et rivières. Selon le modèle de César, l’Helvétie est séparée en quatre pagi. L’étendue de ces provinces est définie, quant à elle, par les rivières. Les louanges des communautés consistent en la description topique de l’apparence de ces cités, avec des allusions à leur histoire, mais très peu de détails topographiques. Cependant, parmi ces détails se trouvent des éléments connus de Viol : Bâle sur le Rhin est « le mur de la Suisse et son talus insurmontable » (v. 290-291 : Rauriacas arces augustaque limina Rheni/Helvetiae muros et inexpugnabile vallum…) ; et Fribourg est le bastion contre la France (v. 303-304 : Gentis Avantinae decus et suprema potestas/Gloriaque illustris Francique procella Friburgum…).

  • 77 Sur les précurseurs, voir ibidem, introduction, p. 7-11.
  • 78 Voir la description héraldique de l’ours bernois dans un poème datant vraisemblablement de 1375 et (...)

44Il n’y a pas lieu de présenter ici de façon détaillée les précurseurs immédiats de cette description topographique qui remontent au deuxième tiers du xve siècle77. Signalons seulement que Hans Viol fait des allusions à la topographie exclusivement au niveau des villes et vallées, et de façon topique. Toutefois, son but principal est de décrire les blasons par les moyens héraldiques traditionnels qui représentent les couleurs par les noms de pierres précieuses. Les allusions aux contenus et aux formes de la littérature courtoise sont typiques des poèmes héraldiques depuis leur premier essor dans la deuxième moitié du xive siècle78. Ils montrent la Wappenrede comme expression typique mais tardive d’une littérature panégyrique qui s’efforce de mettre les communautés de la Confédération au même rang que les souverains nobles d’Europe. Dans le poème de Glarean, en revanche, l’héraldique et le langage de l’alliance sont relégués en position négligeable : foedus est devenu synonyme de « pays helvétique », et l’abréviation héraldique des communautés alliées est devenue son symbole.

Langage d’alliance et espace des ligues : conclusions

45L’alliance n’a pas de dimension spatiale. Sa symbolique souligne tout d’abord l’égalité juridique des partenaires tout en conservant la notion médiévale des hiérarchies inhérentes à la société. Les blasons comme représentations, au sens propre du terme, des individus et des communautés, et l’héraldique comme langage élaboré propre à présenter la relation entre les entités juridiques, sont associés aux sceaux pour véhiculer un message de proximité, de mutualité et de légalité. L’essor d’alliances exclusives confédérées ajoute à ces notions principales celle de l’aide militaire mutuelle : les alliés de la période des guerres de Bourgogne, y compris les nobles, ne sont pas encore tous des villes et campagnes, mais ils sont tous des « frères en armes ». La symbolique souligne de plus en plus les liens forts entre les alliés : chaînes et végétaux deviennent des éléments indispensables de la représentation symbolique de la fidélité et de la relation forte, tout en transformant les vertus des alliés en vertus des Confédérés au sens strict. Chaque communauté est présentée comme le maillon d’une chaîne dont la stabilité repose sur l’unité et la solidarité : la chaîne entière a seulement la solidité du maillon le plus faible. Avec une rapidité croissante, une dimension temporelle, voire historique, s’ajoute à ces fictions : la ligue présente se serait développée à partir d’une première alliance des cantons forestiers (Waldstätte). Elle est symbolisée par les « premiers confédérés ». Cependant, cette idée n’est mise en images symboliques que depuis le milieu du xvie siècle, c’est-à-dire après la période traitée dans cet article.

46En symbolique, les alliances n’ont pas d’espace. Dans la réalité politique et juridique, toutefois, l’espace est un facteur décisif : les traités fixent les lieux de rencontre pour les tribunaux d’arbitrage, indiquent parfois les marges jusqu’auxquelles les guerriers doivent marcher aux frais de chaque partenaire, et décrivent les sphères d’influence des alliés. Ces conceptions de l’espace politique sont diffusées, à l’aide des autorités antiques et avec les moyens humanistes, dans les premières descriptions topographiques et les cartes des « pays confédérés ». En 1514, quand l’érudit Glarean fait publier à Bâle sa « description panégyrique de l’Helvétie », foedus est devenu synonyme de patria, et « Confédération » est devenue un nom propre, désignant une association dotée d’une histoire commune. Toutefois, les représentations les plus communes de cette Confédération – la couronne d’armes, les blasons liés par les chaînes – reposent toujours sur les formes héraldiques traditionnelles, et véhiculent ainsi les normes inhérentes à cette imagerie à travers les siècles.

Notes

1 Guy P. Marchal, Schweizer Gebrauchsgeschichte. Geschichtsbilder, Mythenbildung und nationale Identität, Basel, Schwabe Verlag,22007 ; Idem, « Die „Alten Eidgenossen“ im Wandel der Zeiten. Das Bild der frühen Eidgenossen im Traditionsbewusstsein und in der Identitätsvorstellung der Schweizer vom 15. bis ins 20. Jahrhundert », dans Historischer Verein der fünf Orte (Hg.), Innerschweiz und frühe Eidgenossenschaft, vol. 2 : Gesellschaft – Alltag – Geschichtsbild, Olten, Walter Verlag, 1990, p. 307-403 ; Idem, « Die Antwort der Bauern. Elemente und Schichtungen des eidgenössischen Geschichtsbewusstseins im Späten Mittelalter », dans Hans Patze (Hg.), Geschichtsschreibung und Geschichtsbewusstsein im Späten Mittelalter, Sigmaringen, Thorbecke, 1987, p. 757-790 ; Thomas Maissen, « Von wackeren alten Eidgenossen und souveränen Jungfrauen. Zur Datierung und Deutung der frühesten „ Helvetia“-Darstellungen », Zeitschrift für Architektur und Kunst, no 56, 1999, p. 265-300 ; Guy P. Marchal, Aram Mattioli (Hg.), Erfundene Schweiz. Konstruktionen nationaler Identität – La Suisse imaginée. Constructions d’une identité nationale, Zürich, Chronos, 1992 ; Claudius Sieber-Lehmann, « Neue Verhältnisse. Das eidgenössische Basel zu Beginn des 16. Jahrhunderts », dans Marco Bellabarba, Reinhard Stauber (a cura di), Identità territoriali e cultura politica nella prima età moderna – Territoriale Identität und politische Kultur in der Frühen Neuzeit, Bologna/Berlin, Mulino/Duncker & Humblot, 1998, p. 271-300 ; Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die Burgunderkriege am Oberrhein und in der Eidgenossenschaft, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1995 ; Hans-Christoph von Tavel, Nationale Bildthemen, Disentis, Desertina-Verlag, 1992 ; Dario Gamboni, Georg Germann, François de Capitani (Hg.), Zeichen der Freiheit. Das Bild der Republik in der Kunst des 16. bis 20. Jahrhunderts, Bern, Stämpfli, 1991.

2 Je poursuis ainsi des considérations proposées, sous des aspects différents, dans plusieurs études : Regula Schmid, « Liebe Brüder. Empfangsrituale und politische Sprache in der spätmittelalterlichen Eidgenossenschaft », dans Peter Johanek, Angelika Lampen (Hg.), Adventus. Studien zum herrscherlichen Einzug in die Stadt, Köln, Böhlau, 2009, p. 85-111 ; Eadem, « Die schweizerische Eidgenossenschaft – Ein Sonderfall gelungener politischer Integration ? », dans Werner Maleczek (Hg.), Politische Integration im mittelalterlichen Europa, Ostfildern, Thorbecke, 2005, p. 413-448 ; Ead., « Geschichte im Bild – Geschichte im Text. Bedeutungen und Funktionen des Freundschaftsbildes Uri– Luzern und seiner Kopien (ca. 1450 bis 1570) » dans Eckart Conrad Lutz et al. (Hg.), Literatur und Wandmalerei I. Freiburger Colloquium 1998, Tübingen, Niemeyer, 2002, p. 529-561 ; Ead., « Bundbücher. Formen, Funktionen und politische Symbolik », Der Geschichtsfreund. Mitteilungen des Historischen Vereins der Fünf Orte Luzern, Uri, Schwyz, Unterwalden ob und nid dem Wald und Zug, no 153, 2000, p. 243– 258. Les alliances comme « espace d’action politique » sont au cœur d’un projet mené par l’auteure à l’université de Fribourg.

3 Au sujet de l’importance du livre de Simler pour la conception théorique de la Confédération et de ses membres voir Thomas Maissen, Die Geburt der Republic. Staatsverständnis und Repräsentation in der frühneuzeitlichen Eidgenossenschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 60-70.

4 Dans le sens de Fichtenau, qui exhorte à « prendre au sérieux les topoi des arengae et des préambules autant que le faisaient les émetteurs et les destinataires de chartes médiévales », Heinrich Fichtenau, Arenga. Spätantike und Mittelalter im Spiegel von Urkundenformeln, Graz-Köln, Herrmann Böhlaus Nachfolge, 1957, p. 8.

5 Voir note 2. Pour la sémantique de Confédérés et Confédération, voir le travail inestimable de Claudius Sieber-Lehmann, Nationalismus…, op. cit., surtout la partie « Das Eigene, das Andere und das Fremde ».

6 Harry Bresslau, Handbuch der Urkundenlehre für Deutschland und Italien, vol. 2, part 2., Berlin, Leipzig, Walter de Gruyter,21931, p. 595-596.

7 Fribourg, Archives d’État, Traités et contrats 223, description et reproduction dans Pascal Ladner, Nicolas Morard, Flavio Zappa, Trésors des Archives de l’État de Fribourg, Fribourg, Archives de l’État de Fribourg, 1991, p. 34-35 ; Romain de Werro (éd.), Recueil diplomatique du Canton de Fribourg, vol. 1, s.l., s.n., 1839, no 31, p. 111-113.

8 Par exemple le traité de combourgeoisie entre Isabelle, comtesse de Neuchâtel, et Soleure du 29 août 1373 : Jules Jeanjaquet, Traités d’Alliance et de combourgeoisie de Neuchâtel avec les villes et cantons suisses, 1290-1815, Neuchâtel, Imprimerie P. Attinger, 1923, no 9 A (exemplaire de Neuchâtel à Soleure) et 9 B (exemplaire de Soleure à Neuchâtel), p. 20-24 ou encore la combourgeoisie de la ville de Neuchâtel et Berne du 16 avril 1406 : l’acte de Neuchâtel scellé avec les sceaux de la ville et du chapitre de Neuchâtel se trouve à Berne, celui de Berne à Neuchâtel (ibid. no 16 A et 16 B, p. 52-75).

9 Voir par exemple le traité de combourgeoisie entre Philippe de Hochberg, comte de Neuchâtel, et Soleure du 10 décembre 1486 (les deux actes sont Neuchâtel, Archives de l’État, G6, no 9 et Soleure, Staatsarchiv, Urk. Ao. 1486), dans Jules Jeanjaquet, Traités d’alliance…, op. cit., no 37, p. 158-167. Le procédé est décrit dans l’acte même : « Unnd des alles zuo einem waren und vesten urkunde, so haben wir, obgeschribner Philipp, marggrave von Hochperg, marschalck in Burgundi, grave zuo Núwenburg, herre zuo Röttelen und Susenburg etc., unnser eigen insigel laussen hencken offennlich an diesen brief. Unnd wir, der schultheis und ratte zuo Solotternn vorgemellt, habent zuo einer waren gezúgknuß ouch unnser statt Solotternn gemein ingesigel gethan hencken offenlich an disen brief, der zwen glich gemacht sind und yetwederteil einen hatt. »

10 Par exemple l’alliance de Zurich, Uri, Schwyz, Unterwald et Glaris de 1352 (renouvellement en 1450, avec des modifications) : Anton von Castelmur, Der Alte Schweizerbund. Ursprung und Aufbau, Erlenbach-Zürich, Rentsch, s.a., reproduction après p. 60. L’ordre des sceaux depuis la gauche : Zurich, Uri, Schwyz, Unterwald, Glaris. Comparer avec l’alliance de 1352 selon l’ordre Zurich, Lucerne, Zoug, Uri, Schwyz, Unterwald, reproduction ibid. après p. 64 ou encore avec le Convenant de Sempach (Sempacherbrief) de 1393 qui adopte l’ordre Zurich, Lucerne, Berne, Soleure, Zoug, Uri, Schwyz, Unterwald, Glaris (ibid. reproduction après p. 112).

11 Harry Bresslau, Handbuch…, op. cit., p. 505 : « Je ne saurais dire si on respectait une étiquette quelconque pour attribuer une place aux sceaux même lorsqu’il y en avait un grand nombre ; (…) en revanche, il ne fait aucun doute que cela arrivait au moins fréquemment, sinon systématiquement, et que si les sceaux étaient peu nombreux, c’est le rang des sigillants qui déterminait leur position » (« Ob auch bei so hohen Zahlen in bezug auf den Platz, den man den einzelnen Siegeln anwies, noch eine bestimmte Etiquette beobachtet wurde, weiss ich nicht zu sagen ; dass das, wenn auch nicht immer, so wenigstens häufig geschah und dass die Rangfolge der Siegler den Platz bestimmte, falls die Zahl der Siegel eine beschränktere war, ist gewiss. »).

12 Friedrich Pieth, « Der Streit zwischen dem Grauen Bund und dem Gotteshausbund um den Vorrang 1549/50 », Bündner Monatsblatt, 1951, p. 355-365 ; Rudolf Jenny, « Das Wappen des Kantons Graubünden und seine historische Entwicklung », dans Wappenbuch des Kantons Graubünden, nouvelle édition complétée, Chur, Staatskanzlei Graubünden, 1982, p. 23, p. 46-47. Dans cette lutte, la Ligue de la Maison-Dieu se référait à des précédents cependant que la Ligue Grise invoquait, entre autres, les traités d’alliance de 1524 et sa longue tradition de conclure des alliances de façon indépendante. De plus, des témoins décrivaient comment les représentants de la Ligue Grise avaient la préséance à l’occasion des diètes confédérées et de l’accueil des diplomates étrangers. Le tribunal d’arbitrage de 1550 aboutit à un compromis, mais fixa le principe de l’ancienneté (Rudolf Jenny, Wappen…, op. cit., p. 46-47).

13 Scellé par Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwyz, Unterwald, Zoug et Glaris ; reproduction dans Anton von Castelmur, Schweizerbund…, op. cit., après p. 120 (exemplaire de Schwyz).

14 Jenny Schneider, Die Standesscheiben von Lukas Zeiner im Tagsatzungssaal zu Baden (Schweiz). Ein Beitrag zur Geschichte der schweizerischen Standesscheiben, Basel, Birkhäuser, 1954 ; base de données de l’Institut Suisse d’histoire de l’art SIKART : http://www.sikart.ch/KuenstlerInnen.aspx?id=9664894&lng=de [06.05.2010].

15 Anton von Castelmur, Schweizerbund…, op. cit., après p. 144 (exemplaire de Schwyz, le sceau de Fribourg a disparu) ; Albert Müller, Der Goldene Bund 1586, Zug, s.n., 1965, tables insérées (exemplaires de Obwald et de Lucerne). Les exemplaires de Lucerne, Fribourg et Soleure comportent trois médaillons qui montrent David et Jonathan, les trois Tell jurant et la parabole de Skiluros pendant que les exemplaires des cantons ruraux ne comportent qu’un seul médaillon avec les trois « premiers confédérés », cf. ibid., p. 102-103.

16 Exemples dans Donald Lindsay Galbreath, Manuel du blason, nouvelle édition revue, complétée et mise au point par Léon Jéquier, Lausanne, Spes, 1977 (surtout le chap. 9 : « Les combinaisons d’armoiries »), et Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, Paris, Picard,4 2003.

17 Walther Merz, Friedrich Hegi (Hg.), Die Wappenrolle von Zürich. Ein heraldisches Denkmal des 14. Jahrhunderts… mit den Wappen aus dem Hause zum Loch, Zürich, Orell und Füssli, 1930. Voir aussi la bibliographie dans Donald Lindsay Galbreath, Manuel…, op. cit.

18 Michel Pastoureau, Traité d’héraldique…, op. cit., p. 58 : les armoriaux, source principale pour toute question héraldique, se multiplient dans l’Empire après 1310.

19 Donald Lindsay Galbreath, Manuel…, op. cit., p. 219, fig. 617 (blasons du landgrave de Hesse et ses vassaux. Extrait de l’armorial du héraut Gelre, vers 1380) et p. 221, fig. 631 (Le roi d’Aragon, Pierre IV le Cérémonieux, et ses vassaux. Extrait de l’armorial du héraut Gelre, vers 1380). La taille des blasons du landgrave et du roi est plus grande que celle des armes des vassaux, mais les blasons sont rangés horizontalement et tous penchés vers la dextre.

20 Georges de Crayencour, Dictionnaire héraldique, 2e édition, revue et augmentée, Paris, Christian, 1986, p. 112 : « Courtoisie. Il ne s’agit pas d’un terme typiquement héraldique, mais d’une façon dite : par courtoisie, de « contourner » certains écus présentés à deux ou de parties d’écu ou heaumes (ou les trois à la fois) qui sans cela pourraient donner l’impression de se tourner le dos… ».

21 Donald Lindsay Galbreath, Manuel…, op. cit., p. 89.

22 Exemples : ibidem, p. 122, fig. 228 : les blasons de deux grands-maîtres flanquent le blason de l’ordre de Saint-Jean et sont à leur tour flanqués par les blasons d’Angleterre et de la France-Angleterre (pierre sculptée dans l’île de Rhodes, après 1425) ; p. 138, fig. 302 : le blason de l’ordre de Saint-Jean est flanqué, à dextre, par celui de Jean de Hérédia, grand-maître de l’ordre (1376-1396) et à senestre par celui de Bertrand Flotte, lieutenant du grand-maître (pierre sculptée, île de Rhodes, fin xve s).

23 Georges de Crayencour, Dictionnaire…, op. cit., p. 112.

24 Peter Hoegger, Die Kunstdenkmäler des Kantons Aargau, vol. 6 : Der Bezirk Baden, I : Baden, Ennetbaden und die oberen Reusstalgemeinden, Basel, Birkhäuser, 1976, fig. 17, description p. 77.

25 Dans les procès-verbaux des séances du Conseil de Lucerne figure l’ordonnance de gouvernement de mettre les armoires de Lucerne sur les portes de la ville de Sursee conquise en 1415 aux dépens des Habsbourg, à savoir « zwen unser schilten gegen einander und das rich daruff in ein hüpsch veldung und listen darumb, als wir dess überkommen sind ». Cité d’après Adolf Reinle, Die Kunstdenkmäler des Kantons Luzern, vol. 4 : Das Amt Sursee, Basel, Birkhäuser, 1956, p. 420.

26 Michel Pastoureau, Traité d’héraldique, op. cit., p. 58.

27 En 1548, le dessinateur et verrier Carl von Aegeri de Zurich conçut une vitre qui unissait les armes des trois ligues des Grisons : les blasons de la Ligue des Dix-Juridictions (à dextre) et de la Ligue de la Maison-Dieu (à senestre) sont surmontés du blason de la Ligue Grise. Les trois blasons ont la même taille. Cependant, les ligues refusaient cette façon de les représenter, et von Aegeri exécuta trois vitraux au lieu d’un seul, un pour chaque ligue. Jenny, Wappen…, op. cit., p. 22 et reproductions no 22 (brouillon) et no 23-25 (les vitraux exécutés).

28 Analyse détaillée dans Regula Schmid, Geschichte im Bild…, op. cit. Voir aussi Joseph Melchior Galliker, « Das Arbedo-Denkmal in der Peterskapelle zu Luzern », Schweizerisches Archiv für Heraldik, no 89, 1975, p. 47-56.

29 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling 1513. Faksimile der Handschrift p. 23 fol. in der Zentralbibliothek Luzern, Luzern, Faksimile-Verlag, 1981, fol. 60v, fig. fol. 61r.

30 Image du monument in situ dans Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling…, op. cit., fol. 264r A.

31 Pour le terme Ort et ses traductions (« cantons » depuis 1475) voir l’article d’Andreas Kley, « Kantone, cantons, cantoni », dans Dictionnaire historique de la Suisse, http://www.hlsdhs-dss.ch/textes/f/F26414.php. [06.05.2010].

32 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling 1513, Sonderausgabe des Kommentarbandes zum Faksimile der Handschrift p. 23 fol. in der Zentralbibliothek Luzern, Luzern, Faksimile-Verlag, 1981, p. 98-99 : « Etwas von minen heren von Lucern und iren getrüwen lieben Eitgnossen von Ure, darumb sy zesamen verschlossen sind für andre ort, wie dz in der capell ouch stat. »

33 Lucerne reproduisit le monument dans les années 1570 et le donna à Uri, dans la chapelle Saint-Jacques am Riedweg, où il fut détruit lors du grand incendie d’Altdorf en 1799 ; voir les détails dans Regula Schmid, Geschichte im Bild… op. cit. La communauté de Obwald et de Nidwald peut être exprimée avec les deux blasons juxtaposés sous les armes impériales. Voir un vitrail créé dans l’atelier du Lucernois Oswald Göschel en 1505 qui montre le blason de Nidwald à dextre et celui d’Obwald à senestre sous l’aigle impériale. Jenny Schneider, Glasgemälde. Katalog der Sammlung des Schweizerischen Landesmuseums Zürich, vol. 1, Zürich, Schweizerisches Landesmuseum, 1970, p. 155. Un dernier exemple sont les monnaies émises par Uri, Schwyz et Unterwald (1503-c. 1506), ou encore par Schwyz et Unterwald (1506-1529) à Bellinzone : les pièces montrent les blasons de Uri, Schwyz et Unterwald rangés horizontalement sous l’aigle impériale et les clés papales ou même les trois (ou deux) armes assemblées dans un seul écu tenu par l’aigle impériale. Exemples dans CoinArchives. com (https://www.coinarchives.com/ [24.08.2009]).

34 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, p. 246 souligne la nécessité de développer, en vexillologie, « une véritable problématique qui envisagerait le drapeau comme un fait de société à part entière », tout en indiquant les liens importants entre vexillologie, héraldique et sphragistique. Pour une première approche, voir Ottfried Neubecker, « Fahne », dans Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, vol. 6, München, C. H. Beck, 1973, col. 1059-1168.

35 Voir un exemple du Codex balduinum (Trèves, vers 1335-1340) dans Michel Pastoureau, Une histoire symbolique…, op. cit., fig. 8 (« bannières armoriées », les bannières ne sont pas tenues par les chevaliers, mais « planent » derrière eux).

36 Ottfried Neubecker, « Fahne »…, op. cit., col. 1126-1130.

37 Regula Schmid, « Fahnengeschichten. Erinnern in der spätmittelalterlichen Gemeinde », Traverse, 1999/1, p. 39-48 ; Michel Pastoureau, Une histoire symbolique…, op. cit., p. 248 (sur les étendards musulmans capturés par les Espagnols pendant la Reconquête « et exposés dans la cathédrale de Tolède ou dans le monastère de Las Huelgas ») ; Klaus Graf, « Schlachtengedenken im Spätmittelalter. Riten und Medien der Präsentation kollektiver Identität », dans Detlef Altenburg, Jörg Jarnut et al. (Hg.), Feste und Feiern im Mittelalter. Paderborner Symposion des Mediävistenverbands, Sigmaringen, Thorbecke, 1991, p. 63–69 ; Idem, « Schlachtengedenken in der Stadt », dans Bernhard Kirchgässner, Günter Scholz (Hg.), Stadt und Krieg, Sigmaringen, Thorbecke, 1989, p. 83-104 ; Ottfried Neubecker, « Fahne »…, op. cit.

38 Carlo Ginzburg, « Représentation : le mot, l’idée, la chose », Annales E. S. C., no 46, 1991, p. 1219-1234. Les bannières capturées étaient identifiées à l’aide de billets attachés à la bannière. À Schwyz, ces billets font parler le drapeau à la première personne, par exemple : « Anno mccclxxxvi le 9 juin la victoire à Sempach contre le duc Leopold d’Autriche eut lieu sous mon égide ; le duc Léopold y est resté » (Anno MCCCLXXXVI. den 9. heumonat geschah under mir der sig zuo Sempach wider herzog Lüpold von Österich ; herzog Lüpold ist selb bliben). De tels billets se trouvent encore à Schwyz (xve/xvie siècle), Glaris (xvie s., main de l’historien Aegidius Tschudi), Uri (environ 1500). Pour le billet de Schwyz, voir le travail important de Guy P. Marchal, Die frommen Schweden in Schwyz. Das « Herkommen der Schwyzer und Oberhasler » als Quelle zum schwyzerischen Selbstverständnis im 15. und 16. Jahrhundert, Basel/Stuttgart, Helbing & Lichtenhahn, 1976, p. 30.

39 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique…, op. cit., p. 228 : « … les pays d’héraldique “classique”, c’est-à-dire ceux qui ont vu naître les armoiries sur les champs de bataille au xiie siècle : France, Angleterre, Écosse, Pays-Bas, Allemagne rhénane, Suisse ». Un survol sur l’héraldique en Suisse dans Peter F. Kopp, « Armoiries », dans Dictionnaire historique de la Suisse (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F12809.php [06.05.2010]).

40 Regula Schmid, « „Nu dar, du edels müetzlin, dar !“Bern und der Bär im 14. bis 16. Jahrhundert », dans Paul Michel (Hg.), Symbole im Dienste der Darstellung von Identität, Bern etc., Peter Lang, 2000 ; Michel Pastoureau, L’ours. Histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007, p. 297-301.

41 Germain Hausmann, « Aarberg, d’ », dans Dictionnaire historique de la Suisse (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F19508.php [06.05.2010]).

42 Hans Witte, « Der Mülhauser Krieg 1467-1468 », Jahrbuch für Schweizer Geschichte, no 11, 1886, p. 259-332.

43 Alfred A. Schmid (Hg.), Tschachtlans Bilderchronik. Faksimile-Ausgabe der Handschrift Ms. A 120 der Zentralbibliothek Zürich, Luzern, Faksimile-Verlag, 1988.

44 Hans Bloesch, Paul Hilber (Hg.), Diebold Schilling, Berner Chronik, Faksimile, 4 vol., Bern, Aare-Verlag, 1943-1945 ; Alfred A. Schmid (Hg.), Die Grosse Burgunderchronik des Diebold Schilling von Bern, « Zürcher Schilling ». Faksimile-Ausgabe der Handschrift Ms. A5 der Zentralbibliothek Zürich, Luzern, Faksimile-Verlag, 1985 ; Gustav Tobler (Hg.), Die Berner Chronik des Diebold Schilling 1468–1484, 2 vol., Bern, 1897/1901 (édition du manuscrit de Zurich avec les variantes du troisième volume de la chronique officielle). De l’exemplaire de Zurich dépendent deux autres manuscrits zurichois qui illustrent de leur côté la rencontre décrite ici. Il s’agit de Zurich, Zentralbibliothek, Ms A 75 (Chronique de Gerold Edlibach) et de Zurich, Zentralbibliothek, Ms A 77 (Chronique dite « Continuation de la chronique de Gerold Edlibach »). Par souci de simplicité, je laisse de côté la discussion de ces images inédites qui demeurent difficiles à appréhender.

45 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling 1513, Luzern, Faksimile-Verlag, 1981.

46 Alfred A. Schmid et al. (Hg.), Die Eidgenössische Chronik des Wernher Schodoler um 1510 bis 1535, Faksimile, 3 vols, Luzern, Faksimile-Verlag, 1980-1983, vol. 2, fol. 13r, texte fol. 12v : « Das gmein Eÿdgnossen von stetten unnd lendern mit allen iren pannern uffdem Ochsenveld zuosamen kamend unnd einandern gar frúntlich und in gantzen brüderlichen trúwen empfiengen. »

47 Alfred A. Schmid (Hg.), Tschachtlans Bilderchronik…, op. cit., p. 1008.

48 Selon une chronique zurichoise. Sur l’Ochsenfeld « kamen alle hufen mit ir paner daselbs zusament. Doch so hatten die von Underwalden ob dem Wald ir landzfendli und die nit dem Wald ir paner und die von Ure hatten ein gesellenfendli, das was schwarz und wiss ». Cité d’après Albert Bruckner, Berty Bruckner, Schweizer Fahnenbuch, 2 vol., St. Gallen, Zollikofer, 1942, p. 59.

49 Alfred A. Schmid (Hg.), Tschachtlans Bilderchronik…, op. cit., p. 1009.

50 Ibidem, p. 1014.

51 Hans Bloesch, Paul Hilber (Hg.), Diebold Schilling, Berner Chronik.., op. cit., vol. 3, p. 45.

52 Alfred A. Schmid et al. (Hg.), Die Eidgenössische Chronik des Wernher Schodoler…, op. cit., vol. 2, fol. 13r.

53 Wernher Schodoler, bourgmestre de la petite ville de Bremgarten, ajoute au texte de Schilling que ceux de Bremgarten furent présents sur l’Ochsenfeld avec leur insigne qui fut porté par le bourgmestre (et ancêtre de Wernher), Rudolf Schodoler.

54 Alfred A. Schmid (Hg.), Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling…, op. cit., fol. 74r, texte : Studienausgabe, p. 118. Puisque les bannières de Soleure et d’Unterwald sont les mêmes, la position des deux pourrait être inverse.

55 En 1510, les Bâlois mirent le blason bâlois et les blasons des confédérés flanquant le banneret bâlois sur leur nouvel hôtel de ville en suivant l’ordre hiérarchique établi. Casimir Hermann Baer, Die Kunstdenkmäler des Kantons Basel-Stadt, vol. 1 : Vorgeschichtliche, römische und fränkische Zeit ; Geschichte und Stadtbild ; Befestigungen, Areal und Rheinbrücke ; Rathaus und Staatsarchiv, Basel, Birkhäuser, 1932, p. 372-373.

56 Hans Conrad Peyer, « Der Wappenkranz der Eidgenossenschaft » dans Felix Richner, Christoph Mörgeli, Peter Aerne (Hg.), Vom Luxus des Geistes. Festgabe für Bruno Schmid, Zürich, Schulthess Polygraphischer Verlag, 1994, p. 121-138 ; Hans-Christoph von Tavel, Nationale Bildthemen…, op. cit. ; Thomas Maissen, Die Geburt…, op. cit. ; Theo Gantner, « Einheit und Vielfalt. Der eidgenössische Wappenfries im 19. Jahrhundert », dans François de Capitani, Georg Germann (Hg.), Auf dem Weg zur schweizerischen Identität 1848-1914. Probleme – Errungenschaften – Misserfolge, Fribourg, Universitätsverlag, 1987, p. 143-154. Le sceau fédéral de 1815 ainsi que les vitraux de la coupole centrale du Palais fédéral à Berne (1894/1902) montrent la croix suisse entourée de la couronne des 22 (depuis 1979, avec la création du canton Jura, 23) blasons cantonaux. C’est au xixe siècle qu’a lieu l’essor énorme de la symbolique fédérale, dont l’expression la plus nette est la couronne des armes.

57 Cf. le développement dans Hans Conrad Peyer, « Der Wappenkranz… », op. cit.

58 Ainsi témoigne Ladislaus de Sunthaym en 1503 dans une lettre à l’empereur Maximilien Ier : « Die zwu stet [Fribourg et Berne] haben den adel gar ser genydert, insunder Bern, die haben subnundzwainzig herschaften under sich bracht, als man das zu Bern an dem Rathaus gemalt sieht und auch auf dicke plappharten. » Cit. d’après Jakob Baechtold (Hg.), Die Stretlinger Chronik. Ein Beitrag zur Sagen-und Legendengeschichte der Schweiz aus dem 15. Jahrhundert, Frauenfeld, J. Huber, 1877, p. xxviii.

59 Niklaus Schradin, Schweizer Chronik, Sursee, 1500, Faksimile-Neudruck, München, Harro Jessen, 1927.

60 Eugen Gruber (Hg.), Petermann Etterlin, Kronica von der loblichen Eydtgnoschaft, jr harkommen und sust seltzsam strittenn und geschichten, Aarau, Sauerländer, 1965.

61 Peter F. Kopp, « Croix fédérale » dans Dictionnaire historique de la Suisse ( http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F10104. php) [06.05.2010]) ; Guy P. Marchal, « De la “Passion du Christ” à la “Croix Suisse” », Itinera, no 9, 1989, p. 108-131 ; Georg Kreis, « Die Crux helvetica. Warum das Schweizerkreuz ein Kreuz ist und wie es aus zwei gekreuzten Leinenstreifen entstand », NZZ-Folio, no 10, 1998, p. 21-23.

62 Page de dédicace dans Eugen Gruber (Hg.), Petermann Etterlin…, op. cit.

63 L’inversion des blasons de Saint-Gall et d’Appenzell (l’ours avec collier appartient à Saint-Gall, celui sans collier à Appenzell) n’est évidemment pas issue de la courtoisie, mais d’une faute de l’illustrateur ou de l’imprimeur.

64 Thomas Maissen, Die Geburt…, op. cit., p. 264 ; cf. aussi les Bündnismedaillen grisonais utilisés comme présents diplomatiques des ligues grises au xviie siècle : Hans-Ulrich Baumgartner, Julia Telegdy-Neudorfer, Ingrid Metzger, Zeugnisse der Geschichte Graubündens. Bündnismedaillen im Rätischen Museum, Chur, Rätisches Museum Chur, 1996.

65 Thomas Maissen, Die Geburt…, op. cit., p. 60-70 et fig. 2.

66 Voir avant tout l’étude de Claudius Sieber-Lehmann, Nationalismus…, op. cit., p. 163-250.

67 Helmut Maurer, « Erzwungene Ferne. Zur räumlichen Dimension der Stadtverweisung im Spätmittelalter », dans Guy P. Marchal (Hg.), Grenzen und Raumvorstellungen (11. -20. Jahrhundert), Zürich, Chronos, 1996, p. 199-224 ; Guy P. Marchal,« « Von der Stadt » und bis ins « Pfefferland », ibid. p. 225-263.

68 Claudius Sieber-Lehmann, « Albrecht von Bonstettens geographische Darstellung der Schweiz von 1479 », Cartographica Helvetica, no 16, 1997, p. 39-46 et l’article de Ralph Ruch dans le présent volume.

69 Il est peut-être typique que cette notion apparaisse en référence au problème des mercenaires qui touchait toute la confédération et qui était réglé au niveau de la diète fédérale : défense d’aller à la guerre sans permission, ordonnance de Berne du 9 janvier 1489 : « Und als dann aber etlich hinweg gezogen und doch usserthalb der Eydgnoschaft gebiet und landen nit kommen, sunder uffder strassen waendig sind worden… » : Hermann Rennefahrt (Hg.), Die Rechtsquellen des Kantons Bern, première partie : Stadtrechte, vol. 11 : Das Stadtrecht von Bern xi, Wehrwesen, Aarau, Sauerländer, 1975, no 191, p. 356.

70 Nikolas Jaspert, « Grenzen und Grenzräume im Mittelalter : Forschungen, Konzepte und Begriffe », dans Klaus Herbers, Nikolas Jaspert (Hg.), Grenzräume und Grenzüberschreitungen im Vergleich. Der Osten und der Westen des mittelalterlichen Lateineuropa, Berlin, Akademie-Verlag, 2007, p. 43-70.

71 Zürich, Zentralbibliothek, PAS II 25/5 (le seul exemplaire imprimé ; une copie manuscrite de 1534 se trouve à Vienne) ; Paul Leemann-Van Elck, « Ein unbekannter Zürcher Einblattdruck », Der Schweizer Sammler und Familienforscher, no 8, 1934, p. 129-130 ; Hans-Christoph von Tavel, Nationale Bildthemen… op. cit., fig. 12, p. 21.

72 Werner Näf (hg. und übersetzt von), Henricus Glareanus, Helvetiae Descriptio Panegyricum, St. Gallen, Tschudy, 1948.

73 Frieder Schanze, « Viol (Viel, Vigel, Vigil), Hans », dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, vol. 10, Berlin, de Gruyter, 2001, p. 369-372.

74 Hans Ulrich Bächtold, « Glaréan », dans Dictionnaire historique de la Suisse (http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/ F12800.php [06.05.2010]).

75 Dans les trois feuilles (Etterlin, Viol, Glarean), les artistes choisirent les mêmes figures comme supports des blasons, ce qui montre la fixation importante de la symbolique politique confédérée après le tournant du siècle.

76 Werner Näf (hg. und übersetzt von), Henricus Glareanus, Helvetiae Descriptio Panegyricum…, op. cit., v. 13-14 : « Quisve typus patriae, quae forma quibusque remensa Limitibus… ».

77 Sur les précurseurs, voir ibidem, introduction, p. 7-11.

78 Voir la description héraldique de l’ours bernois dans un poème datant vraisemblablement de 1375 et transmis par la chronique bernoise de Conrad Justinger dans Regula Schmid, « Bern und der Bär… », op. cit. Cf. également René Wetzel, « Man sölts all zu ritter schlagen ! Die Freiburger Reimchronik des Hans Lenz zum Schwabenkrieg (1499). Deutung und Verklärung von Zeitgeschichte und Gesellschaft durch Literatur », dans Alexander Schwarz, Laure Aplanalp (Hg.), Text im Kontext, Anleitung zur Lektüre deutscher Texte der frühen Neuzeit, Bern, Peter Lang, 1997, p. 319-332.

Auteur

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search