Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

« Bons amis » et « agents secrets »

Les réseaux de communication informels entre alliés

Bastian Walter
Traduction de Laurence Buchholzer

Texte intégral

L’auteur remercie le Prof. Dr. Martin Kintzinger (Münster), Nils Bock, M. A. (Münster) et PD Dr. Claudius Sieber-Lehmann (Bâle) pour leur aide précieuse. Cet article est la version écrite d’une intervention faite lors d’un colloque à l’Université de Strasbourg en décembre 2007. La remise à jour de la bibliographie postérieure à 2007 n ´ a pu être que partielle. L’auteur vient d’achever sa thèse de doctorat sous le titre « Informationen, Wissen und Macht. Akteure und Techniken städtischer Außenpolitik : Bern, Straßburg und Basel im Kontext der Burgunderkriege (1468-1477) » Thèse à paraître, Stuttgart, Franz-Steiner Verlag, (VSWG, Beihefte), 2012. Il y met en lumière l’importance de l’information pour la politique extérieure des villes pendant les Guerres de Bourgogne. Voir Bastian Walter, « Positions de thèse », Revue d’Alsace, no 137, 2011, p. 70-73.

  • 1 Voir Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.
  • 2 Voir Marian Füssel et Stefanie Rüther, « Einleitung », dans Christoph Dartmann, Marian Füssel, Stef (...)
  • 3 Voir Marcel Mauss, Die Gabe, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 19942 (= Essai sur le don : forme et rais (...)
  • 4 Maurice Godelier, Das Rätsel der Gabe. Geld, Geschenke, heilige Objekte, München, Beck, 1999, p. 71 (...)

1Selon la définition qu’en donne Henri Lefebvre, les espaces sont le produit des perceptions, des représentations et des activités humaines1. Il n’y a pas d’espace en soi ; l’espace n’existe que par les hommes ; il est par conséquent « toujours engagé dans l’agir social et seul ce dernier le fait exister »2. Les ligues, elles aussi, s’édifient au premier chef via les hommes. Leur mise en place, leur conclusion et surtout leur persistance nécessitent de nombreuses mesures de garantie, d’établissement et de consolidation. La communication et la transmission réciproque d’informations entre des groupes et personnes qui ne se définissent pas encore comme des alliés sont essentiels en la matière. Toute information donnée appelle une information en retour, comme chaque don appelle un contre don3. Dans le cadre d’un processus de communication, le fait de donner des informations crée ensuite une double relation entre celui qui donne et celui qui reçoit : d’une part, naît entre eux une relation de solidarité, puisque celui qui donne ce qu’il a partagé avec celui qui reçoit. Mais, d’autre part, s’instaure une relation hiérarchique, puisque celui qui prend le don, et par là même l’accepte, se place dans une situation de dette envers celui qui donne. De ce fait, la communication est une condition essentielle de production et reproduction des relations sociales4. Comme l’échange de dons, elle se fonde sur la réciprocité et crée une cohésion entre les partenaires de la communication.

  • 5 Rolf Kiessling, « Kommunikation und Region in der Vormoderne », dans idem, Carl A. Hoffmann (Hg.), (...)
  • 6 Maurice Godelier, Das Rätsel der Gabe…, op. cit., p. 21 sq. ; sur la Confédération helvétique au ba (...)
  • 7 Horst Carl, Der Schwäbische Bund 1488-1534. Landfrieden und Genossenschaft im Übergang vom Spätmitt (...)

2C’est justement en raison de son caractère synallagmatique que l’échange d’informations trouve des conditions idéales d’exercice et de développement au sein des alliances. En effet, le fonctionnement de ces dernières repose avant tout sur l’existence de relations personnelles entre les individus et les groupes membres. De la permanence de l’échange d’informations résulte un espace social de communication et de relations5. La conclusion des alliances y a une part décisive6. Car, le texte élaboré par les contractants fixe et établit les obligations réciproques, la répartition des fonctions, de même que les relations des partenaires entre eux et avec les autres. Partant, ces dernières changent de dimension. Par le truchement de l’alliance, les relations de ceux qui sont désormais des alliés se trouvent en quelque sorte institutionnalisées7, ce qui a des conséquences majeures sur leur communication. Les alliances se caractérisent par le fait qu’elles excluent les non-membres des flux de communication ou se tournent explicitement contre des tiers. Du coup, lorsqu’on conclut une ligue, l’espace de cette dernière est appréhendé, délimité, et ainsi constitué.

3La présente contribution se consacrera avant tout aux canaux d’information parallèles, négligés jusqu’à présent par la recherche, et aux systèmes de communication informels entre partenaires de communication et alliés. Le postulat de départ est que cette communication, en vigueur à côté du processus de communication officielle, créait une puissante force de cohésion entre les villes alliées. Par son biais, on délimitait et parcourait en effet un nouvel espace social. Il faudra toutefois se demander si une séparation entre communication officielle et non officielle est réellement pertinente.

4Le cadre chronologique considéré couvre les années 1468 à 1477. L’espace géographique retenu est le Rhin supérieur et la Confédération helvétique. Ce sont les canaux d’information parallèles et les réseaux de communication informels des villes impériales de Strasbourg, Bâle et Berne, liguées depuis 1474 contre le duc de Bourgogne qui seront au centre des propos. Le contexte géopolitique en découle, en l’occurrence les conflits avec Charles le Téméraire avant et pendant les guerres de Bourgogne. Dans une première partie, il sera question des réseaux explicitement recherchés par chacun des gouvernements urbains. On y présentera les échanges épistolaires entre conseillers et parents vivant dans les différentes villes. La deuxième partie abordera les réseaux secrets des villes considérées, en mettant particulièrement l’accent sur la correspondance du secrétaire municipal strasbourgeois et sur le système de renseignement strasbourgeois. Enfin, dans la troisième partie, c’est un réseau non sollicité par le pouvoir municipal qui sera examiné, à l’appui de la correspondance d’un secrétaire de guerre strasbourgeois.

Des réseaux désirés

Des réseaux entre conseillers : Nikolaus von Diesbach et Heinrich Zeigler

  • 8 À propos de la Basse-Union, voir Albert Matzinger, Zur Geschichte der niederen Vereinigung, Zürich- (...)
  • 9 Sur l’établissement de la confiance dans la communication épistolaire, voir Michael Jucker, « Trust (...)
  • 10 Voir Thomas Zotz, « Die Armagnakeneinfälle im Elsass. Kriegsnöte und Kriegsalltag im späten Mittela (...)
  • 11 Cela explique un ordre promulgué en 1468 par le Conseil de Bâle : les dirigeants y interdisent aux (...)
  • 12 Wilhelm Baum, Die Habsburger in den Vorlanden (1386-1486). Krise und Höhepunkt der habsburgischen M (...)
  • 13 Robert Janeschitz-Kriegl, « Geschichte der ewigen Richtung von 1474 », Zeitschrift für die Geschich (...)

5Le 31 mars 1474, les huit cantons (Orte) de la Confédération helvétique, de même que Soleure s’unirent à la « Basse-Union » (Niederen Vereinigung), composée des villes impériales de Strasbourg, Bâle, Sélestat et Colmar, ainsi que des évêques de Strasbourg et de Bâle, pour former une alliance tournée contre le duc de Bourgogne. Cela ne représenta pas un tournant complet dans les relations des villes désormais alliées8. En amont de la conclusion de l’alliance, les représentants des villes s’étaient déjà maintes fois entretenus lors des assemblées ; les Magistrats avaient échangé bon nombre de lettres. Les futurs partenaires d’alliance avaient cherché de la sorte à établir et conforter la confiance entre eux9. Et ceci demandait déjà un effort notable dans le cas des villes confédérées et du Rhin supérieur. Elles avaient certes combattu les Armagnacs ensemble en 144410. Mais les Confédérés, et tout particulièrement Berne, gâchèrent les sympathies acquises dans le Rhin supérieur en dévastant le sud de l’Alsace lors de la guerre dite du Sundgau (Sundgauerkrieg)11. Au cours de celle-ci, le duc autrichien Sigmund essuya une lourde défaite ; il ne parvint à empêcher la perte complète du Sundgau que grâce au paiement de 10 000 florins de dommages de guerre aux Confédérés. La menace permanente que représentaient ces derniers le poussa à chercher un partenaire puissant et surtout argenté, qu’il trouva en la personne du duc bourguignon, Charles le Téméraire. Le 9 mai 1469 par le traité de Saint-Omer, le duc Sigismond engagea au duc bourguignon une grande part de ses possessions du Rhin supérieur contre la somme de 50 000 florins. Le Sundgau en faisait partie, ce qui suscita des inquiétudes aussi bien dans le Rhin supérieur que dans la Confédération12 – comme on le verra par la suite. En retour, Charles le Téméraire promit de prendre à sa charge le paiement des 10 000 florins de dommages de guerre aux Confédérés et d’aider le duc d’Autriche à récupérer d’anciennes possessions habsbourgeoises non négligeables passées aux mains de la Confédération13.

  • 14 Bastian Walter, « Die Verhandlungen zur Ewigen Richtung (1469-1474/75). Das Schiedsgericht und die (...)
  • 15 Dorothee Rippmann, Bauern und Städter : Stadt-Land-Beziehungen im 15. Jahrhundert. Das Beispiel Bas (...)
  • 16 Pour Bâle, voir Franz Ehrensperger, Basels Stellung im internationalen Handelsverkehr des Spätmitte (...)
  • 17 Sur cette société, voir Hektor Ammann, Die Diesbach-Watt-Gesellschaft. Ein Beitrag zur Handelsgesch (...)
  • 18 Urs Martin Zahnd, Die Bildungsverhältnisse in den bernischen Ratsgeschlechtern im ausgehenden Mitte (...)
  • 19 Sur l’importance du mariage dans les réseaux, voir Albrecht Rieber, « Das Patriziat von Ulm, Augsbu (...)

6La conclusion du traité mit en émoi non seulement les villes impériales du Rhin supérieur, mais encore les Confédérés, qui avaient intérêt à une reconnaissance du statu quo14. Une large fraction des cercles dirigeants de Bâle et Strasbourg était profondément inquiète15. Le Sundgau représentait à leurs yeux un espace économique capital pour leurs villes, qui constituaient des pôles redistributeurs de céréales et de vin16. Or, ces deux denrées étaient en large part produites dans le Sundgau, puis revendues dans la Confédération, qui en raison de ses mauvais sols en était largement réduite à l’importation de céréales et de vin. Les contacts économiques réguliers qui en résultaient avaient conduit une cinquantaine d’années plus tôt à la formation de sociétés de commerce, auxquelles participaient des marchands des deux villes. Parmi celles-ci, on peut mentionner la société Diesbach-Watt fondée dans les années 1420 à Berne et Saint-Gall, qui tenait des comptoirs dans toute l’Europe17. Les associés et actionnaires principaux de cette société, qui commerçait avant tout des toiles de lin et du drap, résidaient, outre à Berne, également à Bâle. Dans le cadre de son éducation et de sa formation, le Schultheiß bernois Nikolaus von Diesbach, qui fut ensuite à la tête de l’alliance Confédérés-Rhin supérieur contre la Bourgogne, grandit dans la famille de l’influent conseiller et négociant bâlois Werner von Kilchen, avant d’être envoyé dans le comptoir barcelonais de la société18. Les connexions économiques engendrèrent des relations personnelles qui ne furent plus rompues ensuite et furent même confortées par des alliances matrimoniales19. Les cercles politiques dirigeants des trois villes étudiées recrutaient en large part parmi les membres des familles qui s’étaient enrichies dans le commerce une ou deux générations plus tôt ou qui commerçaient toujours activement. Ce n’est donc pas le fruit du hasard si ce sont ces mêmes personnes que l’on retrouve après le traité de Saint-Omer dans les assemblées qui contribuèrent de façon déterminante à la conclusion de l’alliance Confédérés-Rhin Supérieur contre la Bourgogne en 1474.

  • 20 Sur l’importance des réseaux de communication marchands, Wolfgang Behringer, « Fugger und Taxis. De (...)
  • 21 Michael Jucker, Gesandte, Schreiber…, op. cit., p. 195-225 ; Arnold Esch, « Alltag der Entscheidung (...)
  • 22 Sur les messagers de la ville de Berne, voir Klara Hübner, « ´Nüwe mer us Lamparten´. Entstehung, O (...)
  • 23 Sur ces deux familles, voir Bastian Walter, Informationen, Macht und Wissen. Akteure und Techniken (...)
  • 24 Sur le collège des 13 à Bâle, voir Bastian Walter, Informationen…, op. cit. Rudolf Wackernagel, Ges (...)

7Les relations personnelles de leurs officiers fournissaient aux villes un bon moyen de se procurer et de se transmettre des informations majeures. À côté de la communication officielle20, elles fournissaient une possibilité supplémentaire de lobbying politique. Et cet outil était probablement utilisé de façon beaucoup plus intense que les sources ne le laissent soupçonner. Souvent, les lettres conservées ne donnent que des indications ténues sur ces systèmes et réseaux de communication informels. À Berne, par exemple, seuls les brouillons des lettres que le Conseil tenait pour particulièrement importantes étaient transcrits dans les livres de missives21. On doit se représenter le parcours d’une lettre finalement envoyée de la façon suivante : les membres du petit Conseil de Berne décidaient en séance d’écrire une lettre à quelqu’un. La chancellerie bernoise avait alors à charge de composer celle-ci et établissait un avant-projet. Celui-ci était ensuite discuté lors d’une session ultérieure du Conseil, de telle sorte que les conseillers gardaient des moyens d’influer sur son contenu, comme le montrent de nombreuses entrées en marge des brouillons. Là-dessus, la chancellerie municipale se mettait de nouveau au travail, elle mettait la lettre au propre avec les changements demandés par les conseillers et la transmettait au messager municipal22 pour qu’il la remette au destinataire. La plupart des lettres étaient établies sur décision de l’ensemble du Conseil, comme le dévoilent les ajouts qui leur font suite. Dans ceux-ci, il est dit qu’elles ont été executum coram toto consilio. Quelques lettres paraissent néanmoins avoir été initiées selon les vœux individuels de conseillers, ce que trahissent là aussi les ajouts qui leur font suite. C’est justement dans des temps de conflit comme celui que l’on étudie, que les mentions du type « executum coram Sculteto von Diesspach » (« établi sur demande du Schultheiss Nikolaus von Diesbach ») sont plus fréquentes. Une très large majorité des lettres conservées était adressée à des Conseils étrangers in toto, néanmoins quelques-unes sont explicitement écrites à des conseillers étrangers à titre individuel. Parmi ces lettres figurent les deux qui vont maintenant être présentées un peu plus en détail, celles qui furent écrites sur demande du Schultheiss bernois Nikolaus von Diesbach à son collègue, le conseiller bâlois Heinrich Zeigler. L’histoire de la famille de Heinrich Zeigler présente de franches similitudes avec celle des Diesbach23. Elle aussi s’était enrichie à la fin des années 1420 grâce au commerce des toiles de lin et du drap – probablement à la faveur du concile de Bâle – et sa présence dans le Conseil bâlois est continuellement attestée à partir des années 1430. Ainsi, le père de Heinrich, lui aussi prénommé Heinrich, fut plusieurs fois Oberzunftmeister (maître en chef de la corporation). Heinrich lui-même siégea au Conseil au nom de la corporation des marchands, ainsi que dans le collège des 13 qui avait en charge la politique extérieure de la ville et les affaires de guerre24.

  • 25 Staatsarchiv Bern (= StAB), Deutsche Missiven, C 49.
  • 26 Simon Teuscher, Bekannte – Klienten – Verwandte. Soziabilität und Politik in der Stadt Bern um 1500 (...)
  • 27 Werner Paravicini, « Seigneur par l’itinérance ? Le cas du patricien bernois Conrad de Scharnachtal (...)

8Considérons à présent d’un peu plus près les deux lettres, dont la première est écrite le 30 mars 147325. Nikolaus von Diesbach y remercie d’abord son « cher bon ami »26 pour les lettres acheminées par son beau-frère Nikolaus von Scharnachtal27. Diesbach y voit un signe de bonne volonté et de sincérité (guoten getruwen willen und vffrechten grund) de Zeigler envers la ville de Berne. En raison de négociations menées à Bâle, dont Zeigler a connaissance, Diesbach avait chargé son beau-frère Nikolaus von Scharnachtal, que Berne avait député à Lucerne pour une réunion des Confédérés, de présenter ses requêtes en secret devant les membres de l’assemblée. Là aussi, le secret a été conservé, comme l’assure Diesbach à son collègue. Il ajoute qu’il a discuté des informations en question avec les autres conseillers, qui lui auraient demandé de répondre. Dans les lignes qui suivent, l’officier bernois se fait plus précis. On devait veiller à ce que les quatre villes de Forêt-Noire (Waldstädte), Säckingen, Laufenburg, Waldshut et Rheinfelden, ne se désolidarisassent pas de la coalition Confédérés-Rhin Supérieur qui était en train de se former. Zeigler devait y réfléchir et intervenir auprès de qui bon lui semblerait. Lui et ses collègues conseillers devaient agir en ce sens de jour comme de nuit auprès des Confédérés. Enfin, Diesbach demande au Bâlois de porter à sa connaissance toute information nouvelle et lui promet de faire de même.

  • 28 Cf. Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus…, op. cit., p. 103.

9Mais de quoi s’agissait-il exactement ? Début mars 1473, Pierre de Hagenbach, que Charles le Téméraire avait nommé grand-bailli dans les territoires engagés du Rhin supérieur, avait tenté de soumettre la ville de Säckingen, ce qui avait échoué en raison des protestations de Bâle et Berne28. Peu de temps auparavant, à Bâle, les villes impériales du Rhin supérieur et les Confédérés avaient entamé des négociations décisives sur le rachat des territoires engagés. Il en résulta un premier projet d’alliance qui alimenta les discussions entre eux, avant d’être conclu environ un an plus tard.

  • 29 StAB, Deutsche Missiven, C 51.

10Trois jours après la rédaction de la première missive, Nikolaus von Diesbach s’adresse à nouveau à Zeigler dans une lettre29. Il y précise qu’il a appris certaines nouvelles (ettlich nuwe meren) depuis la dernière missive. Ainsi, le roi de France Louis XI aurait pris une ville dans le comté d’Armagnac, assaut au cours duquel de très nombreux soldats auraient trouvé la mort. Le roi aurait en outre conclu un cessez-le-feu avec le duc de Bourgogne, mais Diesbach n’en sait pas plus. Il communique tout cela à Zeigler, son très cher ami, et le prie de faire parvenir ces informations en secret où bon lui semble. Puis il rappelle à Zeigler, eu égard aux affaires précédentes, la nécessité de tout entreprendre afin que les quatre villes de Forêt-Noire ne se désolidarisent pas de l’alliance et le prie enfin de lui transmettre toute actualité en secret.

11À la lecture de ces deux lettres de Diesbach, on constate qu’en matière de réseaux personnels entre conseillers de diverses villes, il est particulièrement difficile de dissocier communication officielle et non officielle. Ces deux variantes vont de pair et s’influencent réciproquement. Il est même tout à fait probable que ces réseaux étaient exploités sciemment par les conseillers des villes, ceci sur commande du pouvoir afin d’obtenir des informations difficilement accessibles autrement. Pour les interlocuteurs en pourparlers sur un projet d’alliance, les contacts établis avec des membres d’instances politiques centrales, comme Nikolaus von Diesbach et le collège des 13 à Bâle, revêtaient une importance capitale. Les futurs alliés réussirent ainsi à coordonner et imposer une politique commune. Dans le même temps leur cohésion s’en trouva renforcée.

Des réseaux entre parents

Diebold Schilling et Kaspar Barpfennig

  • 30 Archives Municipales et Communautaires de Strasbourg (= AMS), AA 292, fol. 33
  • 31 Urs Martin Zahnd, « „ zu ewigen zitten angedenck“. Einige Bemerkungen zu den bernischen Stadtchroni (...)
  • 32 Sur la famille Barpfennig, voir Philippe Dollinger, « Un grand Ammeister Strasbourgeois : Rulin Bar (...)
  • 33 Sur cet échange épistolaire, voir Bastian Walter, Informationen, Macht und Wissen…, op. cit.
  • 34 Francis Rapp, « Les villes du Saint Empire et les problèmes militaires : l’exemple de Strasbourg »,(...)
  • 35 Sur Peter Schott et sa famille, voir Marcel Mathis, « Un grand Ammeister strasbourgeois du xve sièc (...)

12Si les réseaux personnels entre les conseillers et leurs informateurs (ciblés) étaient au premier plan de la politique municipale, la lettre qui suit ouvre de nouvelles perspectives30. Le secrétaire-adjoint bernois Diebold Schilling31, membre du grand Conseil et auteur de nombreuses chroniques sur les guerres de Bourgogne, l’adressa au Strasbourgeois Kaspar Barpfennig32 en pleine guerre de Bourgogne, début janvier 147633. Ce qui est intéressant dans ce contexte, c’est que Schilling qualifie son destinataire de « cher parent » (lieber Vetter), ce qui dévoile des réseaux de parenté, dans ce cas entre Berne et Strasbourg. Après les formules de salutation de rigueur, Schilling expose tout de suite le fond de sa requête. Il avait prié Barpfennig dans une de ses lettres précédentes de lui communiquer toute nouvelle information (etwas nuwer meren), ce qui ne s’était pas encore produit. Cela était, selon lui, très regrettable, puisqu’il aurait pu lui faire parvenir en retour de nombreuses actualités en provenance de Berne. Suit alors un récit détaillé des événements politiques contemporains vus de Berne, de même que la mention ou le résumé de nombreuses lettres écrites à Berne et de bruits colportés depuis la France. Schilling déclare aussi qu’on savait à Berne que les gouvernants de Strasbourg avaient décidé de renforcer leur ville par de nouveaux fossés et autres choses (mit aufwerfen nuwer graben und andern dingen)34 pour contrer la menace bourguignonne, ce qui avait reçu l’assentiment des Bernois. Strasbourg pouvait être totalement assurée du soutien de la ville sur l’Aar ; il l’entend dire tous les jours par ses sires et d’autres, affirme Schilling. Puis, il prie encore son parent Barpfennig de transmettre ses salutations aux officiers strasbourgeois Peter Schott35 et Johann von Berse, qui lui auraient « fait bon secours » devant Blamont. Enfin, il sollicite l’envoi de six pièces de ruban bleu (sechs stuck blawer briszschnuer) et de lin (flachß) et il réitère son souhait d’avoir des nouvelles en provenance de Strasbourg.

13Même si Schilling n’avoue pas explicitement dans sa lettre qu’il agit sur commande officielle, il devait sans doute transmettre au Conseil bernois certaines des informations obtenues par le biais de Barpfennig. À l’inverse, sans une démarche similaire, la lettre de Schilling n’aurait pas trouvé le chemin des actuelles archives municipales de la ville de Strasbourg. Barpfennig l’a fort probablement – certainement en raison de sa haute valeur informative – transmise au Conseil strasbourgeois. Dans ce cas, on ne peut donc pas non plus séparer clairement la communication officielle et non officielle.

  • 36 Michael Jucker, « Vom klerikalen Teilzeitangestellten zum gnädigen Kanzler. Aspekte der spätmittela (...)
  • 37 Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus…, op. cit., p. 38-41

14Les secrétaires municipaux, souvent d’origine étrangère à leur ville d’exercice, étaient particulièrement bien placés pour disposer d’un réseau dense de relations familiales et professionnelles à l’extérieur36. Cela tenait entre autres à leur mobilité et leur formation, puisque beaucoup d’entre eux avaient fréquenté une université. Ils étaient donc quasiment prédestinés à utiliser leurs réseaux ou à en construire de nouveaux sur ordre des autorités, notamment avec leurs collègues des autres villes. On devine un tel réseau chez Diebold Schilling. Diebold provenait d’une famille de notaires établie à Soleure (Solothurn), et, avant de rejoindre la chancellerie bernoise en 1460, il officia comme secrétaire à Lucerne37. Autre point intéressant, la première épouse du père de Diebold, Nikolaus Schilling, était originaire de la ville de Haguenau ; or, c’est là que le fils de Diebold fit son apprentissage d’enlumineur, dans l’atelier de Diebold Lauber. On peut donc en déduire que le secrétaire adjoint et greffier bernois disposait de connexions personnelles dans cette Alsace qui agissait avec les Confédérés contre le duc de Bourgogne. Ces connexions s’intensifièrent dans un contexte de guerre, en recevant le soutien explicite des groupes dirigeants de Berne comme de Strasbourg.

Des réseaux secrets

L’échange épistolaire du secrétaire municipal strasbourgeois

15Ceux sur lesquels nous allons jeter maintenant la lumière sont eux aussi des secrétaires affectés au service de la ville.

  • 38 Sur cet exemple, voir Bastian Walter, Informationen, Macht und Wissen, op. cit. ; Idem, « Informell (...)
  • 39 Sur la politique de la ville de Metz à cette époque, Martial Gantelet, « Entre France et Empire, Me (...)

16L’échange épistolaire régulier que le secrétaire municipal strasbourgeois Johannes Meier entretint avec Martin von Ingelheim, le secrétaire adjoint, puis secrétaire du septemvirat messin, avant et pendant la guerre de Bourgogne, fournit un exemple intéressant38. La quinzaine de lettres qui compose cette correspondance (1468-1476) s’inscrit dans un contexte politique-clé, car Metz et son groupe dirigeant, après avoir hésité entre France, Empire et Bourgogne, passèrent nettement dans l’orbite bourguignonne vers 1474 au plus tard39. Les missives qu’Ingenheim adressa au secrétaire municipal strasbourgeois dans l’exercice de ses fonctions ont l’intérêt de contenir des informations sur les groupes d’opinion politiques internes et les grandes orientations prises par la politique extérieure du Conseil messin. Si l’on songe que le septemvirat messin était le Conseil chargé de la politique extérieure et de la guerre, les lettres d’Ingenheim à Meier prennent un relief particulier. En définitive, c’est toute la correspondance municipale active et passive relative à la guerre qui passait par Ingenheim !

  • 40 AMS, AA 264, fol. 35.

17La première lettre clairement attribuable à Ingenheim date du 6 décembre 146840. Le secrétaire adjoint messin y informe le secrétaire municipal strasbourgeois du séjour à Metz d’un Français venu de Paris. Ce dernier avait rapporté la veille au commandant de la ville les toutes dernières informations en provenance de France sur le lieu de séjour du roi français. Il aurait raconté que les conseillers du roi et les villes françaises majeures étaient très fâchés du comportement du roi envers le duc bourguignon. D’après Ingenheim, il était prêt à transmettre à Meier aussi vite que possible toute nouvelle information à ce sujet.

  • 41 AMS, AA 264., fol. 37 : Uwer guotwilliger diener Marten, Sybenschriber der stat Metze etc.
  • 42 Sur cette rencontre avortée à Trèves, voir Petra Ehm, Burgund und das Reich. Spätmittelalterliche A (...)
  • 43 Ibidem, p. 168-174.
  • 44 Sur ces rumeurs, Adriaan Gerard Jongkees, « Charles le Téméraire et la souveraineté », Bijdragen en (...)
  • 45 Petra Ehm, Burgund…, op. cit., p. 132 sq.
  • 46 AMS, AA 276, fol. 1.

18Cinq ans plus tard, en octobre 1473, Ingenheim œuvre comme secrétaire du septemvirat messin, ce que trahit sa signature sur une lettre écrite à Trèves le 21 octobre41. C’est à Trèves qu’à l’époque l’empereur Frédéric III et le duc de Bourgogne Charles le Téméraire avaient entamé des discussions sur un éventuel couronnement royal de Charles42 Selon les termes de sa lettre, Ingenheim, seul représentant de la ville de Metz à Trèves, semble avoir été approché plusieurs fois par Strasbourg pour des informations. Il assure vouloir y donner suite autant que faire se peut, bien que n’appartenant pas au Conseil. Une missive écrite le 9 novembre de la même année à Trèves prouve qu’il a satisfait à la demande strasbourgeoise. Il y garantit au secrétaire municipal strasbourgeois qu’il peut lui faire pleine et entière confiance, et qu’il n’y a pas beaucoup de choses qui ne soient pas crédibles dans sa lettre (da nit vil unglaubens in seiner hantschrifft sei). Selon Ingenheim, l’Empereur Frédéric III avait inféodé à Charles le Téméraire des revenus du duché le samedi précédent43, et le bruit courait que l’empereur voulait couronner roi le Bourguignon44. Cependant les négociations entre Frédéric III et Charles le Téméraire échouèrent le 25 novembre avec le départ imprévu de l’empereur45. Le jour suivant, le 26 novembre, Ingelheim, qui se trouvait sur le chemin du retour, transmet de nouvelles informations à Strasbourg46. Il informe le secrétaire strasbourgeois du fait que des entretiens secrets auraient eu lieu entre légats impériaux et français et que pendant ceux-ci l’empereur aurait fait demander la main de la fille du roi de France et se serait même offert de se rendre personnellement auprès du roi. Comme, après le départ inattendu de Frédéric III, le duc aurait pris la direction de Thionville, les dirigeants de Metz auraient eu grand souci de surveillance et défense. De ce fait, une délégation messine serait venue à sa rencontre pour quérir auprès de lui les informations confidentielles. En outre, selon Ingenheim, des soldats lombards se trouvaient en Barrois et en Lorraine, dans le pays de Metz et de l’abbaye de Gorze (lant Bart und Lotringen, Metze und der apptie Gorze) et y avaient fait de très grands dégâts. Les plaintes portées par les Messins auprès du duc de Bourgogne étant restées sans écho, il craignait que les problèmes ne devinssent chaque jour de plus en plus grands. Il rapporte enfin que Charles le Téméraire se rendait avec de nombreux hommes de troupes en Alsace. Le Messin avait sa propre opinion sur ce plan du duc de Bourgogne et ne se priva pas de la faire connaître au Strasbourgeois Meier : « Je crains que ce ne soit une calamité ! » (Wann ich besorge, es sy eine plage !)

  • 47 Dieter Heckmann, « Metz und der franko-burgundische Konflikt… », op. cit., p. 122 sq.
  • 48 Son principal objet était d’évoquer la situation critique de la ville impériale de Mulhouse en cett (...)
  • 49 Sur le voyage de Charles le Téméraire en Alsace, Karl Bittmann, Ludwig XI. und Karl der Kühne. Die (...)
  • 50 AMS, AA 266, fol. 44.
  • 51 Dieter Heckmann, « Metz… », op. cit., p. 123 ; Jean Schneider, « Metz et la Bourgogne… », op. cit.,(...)
  • 52 Ibidem, p. 319.
  • 53 C’est ce qui ressort d’une lettre du 28 mai 1474 (AMS, AA266, fol. 50). Sur les courants protonatio (...)
  • 54 Dieter Heckmann, « Metz… », op. cit., p. 123 sq.
  • 55 Vnd ist das dem Hertzogen von Bourgundie vil volcks wol eintusent zu fuß und zu roß […] kommet uß F (...)
  • 56 Man wil sagen, das lant von Lotringen vnd die lannde von Luxembourg […] sollent in friden syen biß (...)

19La position antibourguignonne d’Ingenheim apparaît clairement à ces dires et elle semble avoir été partagée à l’époque par le Conseil de la ville de Metz. La ville se trouvait soumise depuis septembre 1473 à de fortes pressions de la Bourgogne. Le 9 septembre, Charles le Téméraire avait proposé à des légats messins rencontrés à Luxembourg de placer Metz sous sa protection tutélaire (Schirmherrschaft). Pierre de Hagenbach se fit encore plus clair : il réclama la direction de Metz à la mi-septembre, ordonna d’ouvrir les portes de la ville à 10 000 soldats bourguignons, ce que Metz déclina cependant. Pendant la rencontre à Trèves, les tensions touchèrent à leur comble quand les soldats bourguignons entreprirent entre début octobre et fin novembre 1473 de nombreuses expéditions de pillages dans le territoire messin. Ce n’est qu’après le départ de Charles le Téméraire et son armée vers le sud à la fin de l’année que la menace planant sur Metz s’éloigna peu à peu47. Cette situation à risque avait entraîné directement une réorientation de la politique extérieure de Metz. La ville cherchait à se rapprocher de la Bourgogne, au moment même où la coalition Confédérés-Rhin supérieur hostile à la Bourgogne se renforçait. En témoigne l’envoi d’une ambassade composée de représentants haut-rhénans et confédérés à la cour bourguignonne d’Ensisheim48. Les délégués rentrèrent à Bâle le 13 juin. Ils y rendirent compte du déroulement et du succès des entretiens menés avec Charles le Bourguignon et ses conseillers49. C’est dans ce contexte que s’inscrit une autre lettre écrite le 15 juin 1474 par Ingenheim à Meier. Il y demande ce qu’il en était dans l’Oberland des Confédérés, de Sélestat, Mulhouse et des autres50. Le secrétaire municipal de Strasbourg devait lui donner des informations en retour à ce sujet, via le porteur de la lettre, nommé Henri. Trois jours plus tard, le 18 janvier 1474, les nouvelles orientations prises par la politique extérieure des dirigeants messins devinrent manifestes : ils accueillirent solennellement les dépouilles des parents de Charles le Téméraire, transférées de Bruxelles à Dijon51. Au cours des mois suivants, le roi français tenta sans succès de les gagner à sa politique antibourguignonne, ce que révèlent les nombreuses ambassades qu’il envoya dans la ville52. Les gouvernants messins devaient être conscients que leur politique les menait à la confrontation avec la coalition Confédérés Haute-Rhénanie et l’Empereur. Les lettres d’Ingenheim où il souligne encore et toujours que « nous appartenons à l’Empire » (das wyr in das Rich gehorent)53 en paraissent d’autant plus étonnantes. Il est fort probable que, par ce « nous », il se désignait lui, et non le gouvernement urbain de Metz, puisque ce dernier – comme nous l’avons montré – se rallia de plus en plus au parti bourguignon pendant les guerres de Bourgogne. En témoigne par exemple une coupe en or offerte le 16 décembre 1475 à Charles le Téméraire, par laquelle le gouvernement urbain le félicita pour avoir réussi à prendre la Lorraine. De plus, la ville hébergea de nombreux officiers bourguignons54. En dépit de ces circonstances, le flux d’informations venu d’Ingenheim ne se tarit pas, comme en attestent plusieurs lettres écrites à Meier durant le conflit en 1476. Le Messin, qui officiait toujours comme secrétaire des « Sept », y informait Strasbourg des mouvements de troupes bourguignons55 ou d’accords convenus entre puissants56.

  • 57 AMS, AA 292, fol. 42
  • 58 Sur les « Cedulae inclusae », voir Bastian Walter, « Von städtischer Spionage und der Bitte, Briefe (...)
  • 59 On peut lire par exemple : « Lieber herre vnd frünt, bitten ich üch früntlichen vnd dienstlichen, i (...)
  • 60 AMS, AA 292, fol. 41

20La dernière lettre d’Ingenheim manifeste encore une fois combien les informations transmises en secret pouvaient être explosives57. Cette missive écrite le 30 avril 1476 présente un aspect tout à fait caractéristique de la communication épistolaire en temps de guerre : une « Cedula inclusa » y était rattachée58. Ces écrits, appelés aussi selon l’usage sémantique du temps des « ingslossene zedel » (fiches jointes) sont très rarement conservés, ce qui s’explique fondamentalement par leur fonction. Car ils contenaient des informations essentielles pour l’interlocuteur et pouvaient être détruits par lui dès réception ou pouvaient l’être par le messager porteur de la lettre en cas de danger ; et de fait, on les détruisait. Les Cedulae étaient de petite dimension et elles ne portaient aucune signature ni mention de destinataire. Les informations, ainsi rendues anonymes au lecteur indésirable, renforçaient la cohésion et la confiance entre les partenaires de communication et alliés. Dans la lettre elle-même, Ingenheim rend compte en détail des mouvements de troupes bourguignons. Il révèle ainsi que le jour même cent lanciers à cheval et quatre cents archers (C gleven et IIIIc bogener) de Flandre et Picardie avaient atteint le territoire messin. Ceux-ci auraient eu l’intention, à ce que l’on disait, de se porter devant Vaudémont. Le château du lieu avait été pris dès Pâques par un commandant appelé Grara. Au cours de ses razzias, il lui infligea de nombreux dommages et avait déjà volé trois chevaux de guerre (III reysiger pherde) le vendredi précédent devant les portes de Nancy. Ingenheim en vient alors aux affaires politiques du jour : il a entendu dire par certains que l’empereur, tous les princes électeurs, la maison d’Autriche et toutes les villes, en particulier la ville de Cologne, et les Suisses seraient parvenus à un accord avec la Bourgogne. D’autres sources lui rapportent que les villes et les Confédérés avaient saisi de nombreux butins et armes (geschütze und cleynoter) lors d’une expédition contre la Bourgogne. Durant ces mois, Metz semble être restée à l’écart de l’intense flux d’information entre les Confédérés et la Haute-Rhénanie, ce qui témoigne de son plus fort ralliement à la Bourgogne. C’est dans ce contexte que s’expliquent les demandes instantes d’Ingenheim au secrétaire municipal strasbourgeois de lui fournir sans faute des informations en retour des informations données59. Dans la Cedula inclusa, Ingenheim se fait plus précis à propos des troupes bourguignonnes60. Ces soldats campant à Metz et dans les environs emportaient avec eux environ un millier de chevaux et cent voitures portant canons, tentes et autres affaires militaires. Mais des mises en garde venues de Lorraine disant que ledit Grara comptait bien les attaquer leur seraient parvenues aux oreilles, si bien qu’ils auraient finalement décidé de ne pas aller plus loin.

  • 61 Arnold Esch, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem des Histori (...)
  • 62 Lorédan Larchey (édité par), Journal de Jehan Aubrion, bourgois de Metz. Avec sa continuation par P (...)

21C’est un hasard de l’histoire61 si les lettres d’Ingenheim ont été conservées, mais elles ne l’ont été que parce que les informations qui y figuraient étaient d’une extrême importance pour l’action militaire et la politique étrangère de Strasbourg et de ses alliés. Car, à n’en pas douter, le secrétaire municipal strasbourgeois Meier transmit au groupe dirigeant strasbourgeois les informations que lui communiquait Ingenheim ; les conseillers en discutèrent, puis en informèrent leurs alliés, de telle sorte que l’on se trouve ici à mi-chemin entre communication officielle et officieuse, une zone d’ombre dans laquelle les réseaux secrets jouaient un rôle décisif. Ingenheim semble aussi avoir payé de sa personne comme diplomate et député de la ville, ce dont témoigne sa présence lors de la rencontre entre Charles le Téméraire et l’empereur Frédéric III à Trèves en 1473. La mention fréquente de son nom dans le Journal du Messin Jehan Aubrion62 corrobore le fait. On peut remarquer que la plupart des missions diplomatiques auxquelles Ingenheim participa comme légat, après l’issue des guerres de Bourgogne comme à leurs prémisses, avaient à voir avec la maison Habsbourg ou avec l’empereur en personne. Cela pourrait suggérer que son positionnement clairement pro-impérial trouva ensuite sa juste reconnaissance. On ne peut malheureusement pas déterminer si le secrétaire adjoint, puis secrétaire des « Sept », Ingenheim, fut rémunéré pour sa transmission d’informations à Strasbourg, ni même s’il entretenait une relation de services avec les cercles dirigeants strasbourgeois. On ne peut davantage préciser si Ingenheim appartenait à un petit groupe de Messins, bourgeois ou conseillers, favorable à l’empereur. Ses liens personnels avec le secrétaire municipal strasbourgeois demeurent également obscurs. Car avant les lettres que nous avons évoquées et les mentions de son nom dans le Journal de Jehan Aubrion, on ne sait malheureusement rien de lui. Cela n’ôte cependant rien à la force de ce canal d’information si important pour Strasbourg et ses alliés.

Les systèmes de renseignement strasbourgeois

  • 63 Bastian Walter, « Von städtischer Spionage… », op. cit., p. 156-168 ; Claudius Sieber-Lehmann, Spät (...)
  • 64 Sur les concepts du « faire », « utiliser » et « conserver » (Making, using und keeping), voir Mich (...)

22Le groupe des informateurs, que nous allons maintenant évoquer, s’inscrivait clairement pour sa part dans un rapport de services63. Il s’agissait en l’occurrence d’individus payés par le pouvoir municipal, dans ce cas Strasbourg, pour prêter attention à ce qui se disait dans d’autres villes et villages, sur leurs marchés et dans les zones de marche. Ils devaient en rapporter de façon strictement confidentielle et secrète les informations ainsi acquises. Ces informateurs exerçaient des professions de tout ordre, mais ce sont avant tout les marchands, les aubergistes et les clercs qui étaient sollicités pour de telles activités. C’est en temps de guerre, comme ceux que nous considérons, que l’on dépendait tout particulièrement du travail des agents secrets. De nombreux rapports d’informateurs se trouvent aux archives municipales de Strasbourg. Eux aussi ont pu traverser les temps car ils ont été mis par écrit et conservés en vertu de leur importance pour l’action politique extérieure de la ville et de ses alliés64. En temps de guerre, chaque mouvement et chaque action de l’adversaire comptaient.

  • 65 AMS, AA 266, fol. 30.
  • 66 AMS, AA 266, fol. 54.

23Considérons quelques-uns de ces rapports de plus près. Sous le titre « Nouvelles de Flandre »65 figurent les notes d’un scribe strasbourgeois. Il y a consigné les informations transmises par un grand marchand strasbourgeois, espion à ses heures. D’après ces notes, le duc de Bourgogne aurait acheté sur un marché, qui s’était tenu à Ypres dans les premières semaines de Carême, des harengs et autres poissons non salés, ainsi que de la viande, des victuailles probablement destinées à ses troupes. Dans un autre rapport de 1473 un informateur nommé Claus Mornthintberg procède lui-même au récit66. Il déclare que le soir du 20 septembre, il était à Metz où il a entendu dire que le duc de Bourgogne allait se rendre avec ses troupes en direction de Thionville. Il aurait l’intention d’y établir son camp et conduirait au total 5 000 soldats et de nombreuses voitures avec des canons. Suivent des informations détaillées sur le nombre des canons, sur leur portée potentielle et sur la suite du périple du duc : il devait selon toute vraisemblance se rendre en Alsace. La confrontation de cette dernière information avec les lettres d’Ingenheim en confirme l’exactitude. Dans le rapport figurent en outre d’intéressants détails sur la façon dont les informateurs obtenaient leurs renseignements. C’est généralement au cours de discussions qu’étaient collectées les informations. Mornthintberg mentionne nommément plusieurs hommes d’armes dans son rapport. Ainsi, un certain Erhart Fleiss lui « aurait dit qu’un dénommé Kaperenger lui avait dit » qu’elles [les troupes bourguignonnes] « projetaient de se rendre dans ce pays ». Un dénommé Jehan Alma lui aurait en outre confié que les troupes « avaient tourné casaque vers Montbéliard ».

  • 67 Sur l’importance des aubergistes dans le processus de communication, voir Simon Teutscher, Bekannte (...)
  • 68 AMS, AA 264, fol. 30. Dans le rapport d’un dénommé Anton Kolber, on trouve une référence similaire (...)

24Ce sont surtout les aubergistes qui paraissent avoir joué un rôle majeur dans une telle quête d’information. Comme les auberges, souvent situées sur les chemins centraux, hébergeaient les gens de passage et servaient de lieux de réunion, ce groupe professionnel était fréquemment sollicité pour des informations67. En septembre 1473, l’aubergiste de Brisach Wernlin Krungen rapporte lui aussi dans une lettre aux dirigeants de Strasbourg des conversations que les bourgmestres de Laufenburg et de Säckingen auraient tenues au cours d’un repas avec les conseillers de Brisach68. Un grand nombre de soldats bourguignons se serait présenté devant les portes de Laufenburg. Ils auraient requis l’entrée, ce qu’on leur aurait refusé. Comme les habitants de Laufenburg auraient craint dès lors des représailles bourguignonnes, ils auraient demandé conseil aux conseillers de Säckingen et de Brisach à l’auberge.

  • 69 Sur le siège de Neuss, voir Jens Metzdorf, « Bedrängnis, Angst und große Mühsal. Die Belagerung von (...)
  • 70 Karl Bittmann, Ludwig XI…, op. cit., p. 670 sq.
  • 71 AMS, AA 269, fol. 5.
  • 72 AMS, AA 269, fol. 4.
  • 73 Staatsarchiv Luzern, Urkunden Nr. 3679/240.

25Un dernier exemple peut illustrer l’usage que l’on faisait des informations obtenues par des voies secrètes. Le siège que Charles le Téméraire mit devant la ville de Neuss en Basse-Rhénanie sonna le glas des guerres de Bourgogne69. C’est un conflit pour le siège archiépiscopal de Cologne qui en fut à l’origine. Suite aux discordes entre Cologne et l’archevêque en exercice, Ruprecht de Palatinat, un frère du comte palatin rhénan et lointain parent du duc bourguignon, les habitants de la ville chassèrent Ruprecht ; Hermann de Hesse fut élu à sa place. L’archevêque déposé chercha alors le soutien de Charles le Téméraire… qui le lui accorda bien volontiers car il lui était ainsi possible d’accroître son influence sur la politique impériale. Dans le même temps, se tenait à Bâle une assemblée de la coalition entre alliés de Haute-Rhénanie et Confédérés. Des envoyés des comtes de Wurtemberg, de même que ceux des villes impériales de Haute-Rhénanie et des légats épiscopaux y participèrent aux côtés des représentants du duc autrichien70. Strasbourg adressa une lettre le 24 juillet 1474 à ses députés sur place Peter Schott et son collègue Hans Völtsche71. On y communiquait aux délégués que « certaines nouvelles étaient parvenues » aux conseillers strasbourgeois le jour même, informations que les légats devaient transmettre sur place là où cela leur semblerait bon. La lettre aux délégués strasbourgeois renvoie à une « note jointe » qui se trouvait fixée à la lettre72. Il est ensuite précisé qu’un « homme digne de confiance issu du pays de Lorraine » avait parlé « en secret » devant le Conseil. Selon lui, Charles le Téméraire envisageait de venir en aide au comte palatin du Rhin dans l’archevêché de Cologne avec un grand nombre de soldats. En contrepartie, le duc de Bourgogne attendrait du comte palatin du Rhin que celui-ci l’aide à regagner « le pays qu’il avait obtenu du duc d’Autriche ». Il s’agissait de fait d’actualités brûlantes qui provoquèrent grand émoi parmi les délégués assemblés à Bâle. Cela explique la réaction immédiate du grand-bailli autrichien présent à Bâle, Hermann d’Eptingen. Celui-ci écrivit à Lucerne le 28 juillet en direct de l’assemblée de Bâle ; dans sa lettre, il proposait aux Confédérés une guerre contre la Bourgogne73.

26On pourrait multiplier à l’envi les exemples qui manifestent les canaux parallèles d’informations utilisés par les villes. Alors que dans les rapports des informateurs eux-mêmes, les noms de ces derniers sont explicitement mentionnés, les nouvelles gagnées de façon secrète et non officielle étaient transmises aux partenaires d’alliances dans la communication officielle sans mention de leurs sources. Dans les lettres, il est alors question d’un « bon ami », d’un « homme digne de confiance » ou d’un « agent secret » qui a rapporté ceci ou cela. Le Conseil cherchait ainsi à taire ses sources d’information et à assurer la protection de ses informateurs. Pour l’usage interne, leurs noms étaient cependant fort importants. Car la ville pouvait d’une part continuer à se tourner vers les mêmes personnes dignes de confiance pour obtenir les informations souhaitées. D’autre part, la mention explicite des informateurs à usage interne pouvait permettre de leur demander des comptes d’une façon ou d’une autre en cas de fausses informations avérées. Le plus souvent, dans les lettres officielles, on soulignait combien le secret avait été nécessaire pour obtenir de telles informations et on précisait qu’elles n’étaient destinées qu’à eux, qui étaient partenaires de l’alliance, et à personne d’autre. De plus, les destinataires étaient priés de les manier avec précaution et de transmettre à leur tour des informations secrètes. Par là, ces dernières ébauchent un nouvel espace de communication entre les partenaires d’alliance. Celle-ci reposait essentiellement sur les catégories de la confiance et de la réciprocité, créant entre interlocuteurs une forte cohésion.

Des réseaux inopportuns

L’échange épistolaire de Hans Erhard Düsch

  • 74 Sur cet exemple, voir Bastien Walter, Informationen, Macht und Wissen…, op. cit. ; Idem, « Spienage (...)
  • 75 « Hans Erhart Tüsch, Chronique rimée des guerres de Bourgogne (Strasbourg 1477) », dans Émile Picot (...)

27Un dernier exemple peut montrer combien le secret des informations était important pour les conseillers. Aux archives municipales de Strasbourg se trouvent deux lettres de Hans Erhard Düsch74. Il y est désigné comme le Feldschreiber (secrétaire de campagne) des troupes strasbourgeoises durant les guerres de Bourgogne et est connu pour avoir rédigé ensuite la Burgundische Hystorie75. Il écrivit les deux lettres depuis le camp des troupes strasbourgeoises stationnées aux environs de La Grange ; elles ne doivent leur conservation qu’au mécontentement qu’elles suscitèrent, comme on va le montrer.

  • 76 Imprimé chez Karl Schneider, Untersuchungen …, op. cit., p. 126 sq. (AMS, AA 281, fol. 24).
  • 77 Ibidem, p. 127 sq. (AMS, AA281, fol. 23).

28Düsch écrivit la première lettre adressée à son épouse Éva le 20 juillet 147576. Il lui dit d’abord que dans l’armée tout va bien, de même qu’il espère que tout est en bon ordre à la maison. Puis il rapporte que le jour même, vers midi, les troupes strasbourgeoises auraient « pris une bonne ville et le château qui s’y trouve », opération au cours de laquelle « certains auraient été touchés et faits prisonniers ». Leur prochaine étape devait les conduire à une autre fortification qu’ils « gagneraient heureusement », Düsch s’en dit certain. Puis le secrétaire de campagne s’étonne de ce que son épouse n’ait pas encore répondu depuis sa dernière lettre et il lui demande d’entreprendre quelque chose à propos de dettes dont la nature reste obscure. Il compte faire la même demande auprès du capitaine et Altammeister Peter Schott. Enfin il prie sa femme d’adresser ses salutations à ses parents, de même qu’aux employés de la chancellerie de la ville de Strasbourg et demande l’envoi d’une caisse pleine de sable destiné à sécher l’encre (bussel vol schribsandes) que doit lui apporter le prochain messager qui partira en campagne. Düsch adressa la seconde lettre le 24 juillet 1475 à son ami strasbourgeois Jakob Ber77. Entre autres, il informe ce dernier que l’élection du Beutmeister (maître du butin) responsable de la surveillance des prises de guerre a désigné Bartholomaus Barpfennig, peut-être un parent de Kaspar, mentionné plus haut. Barpfennig lui a offert un livre issu du butin, livre qu’un soldat bourguignon avait sur lui quand la ville de l’Isle-sur-le Doubs avait été prise. Comme il était tombé dans l’eau, il l’avait d’abord séché et il lui envoyait à présent « pour le divertir » (in guter schympfflicher meynung). Puis il informe Ber le plus précisément possible du trajet futur des troupes strasbourgeoises. Ainsi, ils devraient maintenant se porter devant La Grange qu’ils pensaient prendre.

  • 78 AMS, AA 275, fol. 26.
  • 79 Pour plus de précisions sur ces « écrits parallèles », voir Bastian Walter, Informationen, Macht un (...)
  • 80 AMS, AA 281, fol. 25.

29Mais venons-en, comme cela a été annoncé plus haut, aux difficultés que ces lettres provoquèrent. Le 29 juillet 1475, environ une semaine après l’envoi des deux lettres du secrétaire de campagne Düsch, le Conseil strasbourgeois adressa une lettre courroucée à ses commandants en chef, alors en campagne devant La Grange78. Les conseillers y exprimaient d’abord leur joie que l’Isle sur le Doubs ait été prise. Mais ils ne savaient pas encore si les troupes avaient l’intention de faire une brèche dans le lieu ou de le brûler. Le Conseil ne savait pas non plus ce qu’elles pensaient faire désormais. Il avait cependant constaté au vu d’une lettre d’un secrétaire de campagne – il s’agit de Düsch – que ce dernier avait « écrit à son épouse ». Par la suite, les dirigeants de Strasbourg rappellent que les secrétaires de campagne ne doivent « écrire à personne si ce n’est à nous de nos affaires et entreprises ». En outre, le dernier messager revenu de campagne avait rapporté avec lui au total 46 lettres dont une grande partie rédigée par des particuliers qui avaient écrit à leur famille « à propos de l’affaire là-bas ». De « tels écrits parallèles » (sollich nebent geschrifften)79 – disent les dirigeants – apporteraient immanquablement des troubles, les messagers municipaux risquaient d’être pris avec eux. Il ne pouvait être question que les dernières nouvelles du camp soient divulguées « dans les rues par d’autres gens avant d’être connues de nous ». Le Conseil ordonne donc à ses commandants de tout faire pour qu’à l’avenir le courrier privé soit réprimé. En la matière, la lettre de Düsch est pourtant à ranger parmi les moins dangereuses. Un certain Cunzmann de Wittelshausen est encore plus précis dans la lettre qu’il adresse à son parent (Vetter) lui aussi vers le 20 juillet 1475. Il s’agit probablement d’une des lettres dont le Conseil de Strasbourg demanda la saisie80. Lui aussi, tout comme Düsch, raconte d’abord la prise de l’Isle-sur-le-Doubs et dit combien d’adversaires y laissèrent la vie et combien furent faits prisonniers. Puis il exprime son espoir de voir l’expédition militaire se terminer bientôt – il espère qu’ils seront « bientôt de retour à la maison ». Par la suite, il se plaint à son parent que les officiers l’avaient « vraiment arnaqué » (gar weydelich beschyssen), que l’on « nourrit très mal » les troupes en campagne et qu’il n’a « plus d’argent ». Enfin il prie son parent d’adresser ses salutations à « sa mère et à Barbel ». On peut se douter que le Conseil tentait à tout prix d’étouffer ce genre d’informations du front, car, par de telles nouvelles, le soutien à la guerre des familles qui attendaient à la maison des nouvelles de leurs proches aurait flanché. D’expérience, le Conseil savait bien quel rôle jouaient les canaux d’information et les systèmes de communication informels justement en temps de guerre. Pouvait-on être vraiment sûr que des informateurs payés par l’ennemi n’étaient pas en train d’espionner dans les auberges et les marchés strasbourgeois, à l’affût d’informations sur le trajet futur des troupes de coalition et sur la détermination à la guerre de la population locale.

30Les ligues n’existaient que par les individus et les groupes dont elles se composaient. La communication réciproque y jouait un rôle décisif, car elle concourait à la cohésion entre les partenaires d’union. L’étude des canaux d’information parallèles et des réseaux de communication informels a révélé combien il est difficile de tracer une ligne de séparation nette entre communication officielle et non officielle des villes qui furent alliées les unes aux autres à partir de 1474. Il faut au contraire partir du principe que ceux-ci étaient délibérément mis au service des autorités. Par ce biais, les Magistrats avaient l’opportunité d’exercer une pression politique et obtenaient des informations qui pouvaient être difficiles à gagner autrement. En outre, les futurs partenaires d’alliance pouvaient ainsi coordonner leur politique commune en amont de la véritable conclusion de l’alliance. Par conséquent, ce sont justement ces voies de communication parallèles qui contribuaient à un renforcement des liens et de la cohésion entre alliés. En définitive elles disposaient d’une fonction intégratrice qu’il ne faut pas sous-estimer. Fait notable, l’espace de communication sociale ainsi révélé ne recouvrait qu’en partie l’espace géographique effectif de l’alliance. Les interlocuteurs approchés pour des informations en dehors de l’espace d’alliance lui-même concourraient essentiellement à ce qu’un rapprochement permanent ait lieu entre les alliés, à ce que la confiance puisse être construite et établie entre eux. En retour, cela constituait la base du fonctionnement de l’alliance. Qu’il s’agisse d’aubergistes relatant des discours qu’ils avaient entendus, de secrétaires discutant en secret des affaires internes et même de scribes engagés aux côtés de l’ennemi politique : en ces temps lourds de conflits, toute information gagnée en secret pouvait être importante pour la politique commune des alliés. Cependant, afin de renforcer les relations, la réciprocité du flux d’informations était de mise. Chaque information appelait une information en retour, comme tout don demandait contre-don.

Notes

1 Voir Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.

2 Voir Marian Füssel et Stefanie Rüther, « Einleitung », dans Christoph Dartmann, Marian Füssel, Stefanie Rüther (Hg.), Raum und Konflikt. Zur symbolischen Konstituierung gesellschaftlicher Ordnung in Mittelalter und früher Neuzeit, Münster, Rhema, 2004, p. 12 ; sur « l’espace social », voir Pierre Bourdieu, « Sozialer Raum und „ Klassen“ », dans idem, Sozialer Raum und „ Klassen“. Leçon sur la leçon. Zwei Vorlesungen, Frankfurt-am-Main, Suhrkamp, 19953, p. 9-46 (= « Espace social et genèse des « classes » », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 52/1, 1984, p. 3-14.).

3 Voir Marcel Mauss, Die Gabe, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 19942 (= Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF (« Quadrige »), 2007 [parution originale 1924-1925]).

4 Maurice Godelier, Das Rätsel der Gabe. Geld, Geschenke, heilige Objekte, München, Beck, 1999, p. 71 (= L’énigme du don, Paris, Fayard, 1996).

5 Rolf Kiessling, « Kommunikation und Region in der Vormoderne », dans idem, Carl A. Hoffmann (Hg.), Kommunikation und Region, Konstanz (Forum Suevicum 4), UVK Verlag, 2001 p. 28.

6 Maurice Godelier, Das Rätsel der Gabe…, op. cit., p. 21 sq. ; sur la Confédération helvétique au bas Moyen Âge, Dorothea A. Christ, « Stabilisierende Konflikte und verbindende Abgrenzungen. Die Eidgenossen und ihre Bündnisse im Spätmittelalter », dans Carl A. Hoffmann, Rolf Kiessling (Hg.), Kommunikation…, op. cit., p. 139-163.

7 Horst Carl, Der Schwäbische Bund 1488-1534. Landfrieden und Genossenschaft im Übergang vom Spätmittelalter zur Reformation, Leinfelden-Echterdigen, DRW Verlag (Schriften zur südwestdeutschen Landeskunde 24), 2000 ; voir aussi Dorothea A. Christ, « Stabilisierende Konflikte… », op. cit., p. 346 sq. : « Tout ceci forçait les partenaires à entretenir soigneusement leurs contacts. La communication, de même que l’entente réciproque et continue, apportaient la sécurité, mais aussi un contrôle croisé. Chacun des participants dans ce système devait constamment redéfinir ses propres positions et se préoccuper des opinions des autres » (ibidem, p. 147).

8 À propos de la Basse-Union, voir Albert Matzinger, Zur Geschichte der niederen Vereinigung, Zürich-Selnau, Leemann, 1910 ; de même que Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die Burgunderkriege am Oberrhein und in der Eidgenossenschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte 116), p. 95-140.

9 Sur l’établissement de la confiance dans la communication épistolaire, voir Michael Jucker, « Trust and Mistrust in Letters. Late Medieval diplomacy and its Communicational Practices », dans Marco Mostert, Petra Schulte (ed.), Strategies of Writing, Turnhout, Brepols (Utrecht Studies in Medieval Literacy 12), 2007 ; idem, « Vertrauen, Symbolik, Reziprozität. Das Korrespondenzwesen eidgenössischer Städte als kommunikative Praxis », Zeitschrift für Historische Forschung, no 34/2, 2007, p. 189-213 ; idem, Gesandte, Schreiber, Akten : Politische Kommunikation auf eidgenössische Tagsatzungen im Spätmittelalter, Zürich, Chronos Verlag, 2004.

10 Voir Thomas Zotz, « Die Armagnakeneinfälle im Elsass. Kriegsnöte und Kriegsalltag im späten Mittelalter », dans Kriege, Krisen und Katastrophen am Oberrhein vom Mittelalter bis zur Frühen Neuzeit, Tagung des Historischen Seminars Abteilung Landesgeschichte an der Universität Freiburg und der Stadt Neuenburg am Rhein, 13. und 14. Oktober 2006, Schopfheim, 2007, p. 172-191 ; Philippe Mieg, « Les destinées de Mulhouse au lendemain de la guerre des Armagnacs et les origines de son alliance avec les Suisses (1445-1465) », Bulletin du Musée historique de Mulhouse, no 79, 1971, p. 57-164 ; Heinrich Witte, Die Armagnaken im Elsass (1439-1444), Strasbourg, Heitz, 1889 ; Werner Meyer, « „ Also griffen die Eidgenossen das Volk an“. Die Schlacht von Sankt Jakob an der Birs – Hintergründe, Verlauf und Bedeutung », dans Werner Geiser, Ereignis-Mythos-Deutung. 1444-1994. St. Jakob an der Birs, Basel, Dr. Klingental, 1994, p. 9-57 ; Monika Schib-Stirnimann, « „ Dass die Herrschaft von Österreich der Stadt viel Leides tat“. Der Sankt Jakoberkrieg – Basels Auseinandersetzung mit dem österreichischen Adel », ibidem, p. 58-83.

11 Cela explique un ordre promulgué en 1468 par le Conseil de Bâle : les dirigeants y interdisent aux habitants de la ville sous peine de châtiment de vendre des céréales aux troupes bernoises en campagne (voir Maria Krebs, Die Politik von Bern, Solothurn und Basel in den Jahren 1466-1468. Zeitgeschichtliches zum Mülhauser Krieg, Bern. Uni. Dissert., 1902).

12 Wilhelm Baum, Die Habsburger in den Vorlanden (1386-1486). Krise und Höhepunkt der habsburgischen Machtstellung in Schwaben am Ausgang des Mittelalters, Wien, Böhlau, 1993, p. 526-570. Il s’agissait du landgraviat d’Alsace, du comté de Ferrette, et entre autres, des villes et offices (Ämter) d’Ensisheim, Ferrette, Thann, Masevaux, Belfort, Ortemberg, de même que des quatre villes de Forêt-Noire, Waldshut, Säckingen, Laufenburg, Rheinfelden.

13 Robert Janeschitz-Kriegl, « Geschichte der ewigen Richtung von 1474 », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, no 105, 1957, p. 152-164.

14 Bastian Walter, « Die Verhandlungen zur Ewigen Richtung (1469-1474/75). Das Schiedsgericht und die Diplomatie zwischen der Eidgenossenschaft, Frankreich und dem Hause Habsburg », dans Martin Kintzinger et alii (Hg.), Rechtsformen internationaler Politik 800-1800. Rechtsformen internationaler Politik 800-1800. Theorie, Norm und Praxis, Berlin, Duncker & Humblot (Zeitschrift für Historische Forschung, Beihefte, 45), 2011, p. 109-147 ; Bastian Walter (avec Martin Kintzinger), « Qui desiderat pacem praeperat bellum. Krieg, Frieden und internationales Recht im Spätmittelalter », Diskurs, no 1, 2008, p. 39-54.

15 Dorothee Rippmann, Bauern und Städter : Stadt-Land-Beziehungen im 15. Jahrhundert. Das Beispiel Basel, unter besonderer Berücksichtigung der Nahmarktbeziehungen und der sozialen Verhältnisse im Umland, Basel, Helbing (Basler Beiträge zur Geschichtswissenschaft 159), 1990 ; Hektor Ammann, « Von der Wirtschaftsgeltung des Elsaß im Mittelalter », Alemannisches Jahrbuch, 1955, p. 95-202.

16 Pour Bâle, voir Franz Ehrensperger, Basels Stellung im internationalen Handelsverkehr des Spätmittelalters, Basel Uni. Diss. 1970, Zürich, 1972 ; Hans-Rudolf Hagemann, « Basler Handelsgesellschaften im Spätmittelalter », dans Peter Böckli (Hg.), Festschrift für Frank Vischer zum 60. Geburtstag, Zürich, Schulthess, 1983, p. 557-566 ; pour Strasbourg, Georges Lévy-Mertz, « Le commerce strasbourgeois au xve siècle d’après les règlements de la douane », Revue d’Alsace, no 97, 1957, p. 91-114 ; François-Joseph Fuchs, « Noblesse et grand commerce à Strasbourg en 1490 », dans Kaspar Elm (Hg.), Landesgeschichte und Geistesgeschichte. Festschrift für Otto Herding zum 65. Geburtstag, Stuttgart, Kohlhammer, 1977, p. 257-264.

17 Sur cette société, voir Hektor Ammann, Die Diesbach-Watt-Gesellschaft. Ein Beitrag zur Handelsgeschichte des 15. Jahrhunderts, Sankt Gallen (Mitteilungen zur Vaterländischen Geschichte, XXXVII), 1928.

18 Urs Martin Zahnd, Die Bildungsverhältnisse in den bernischen Ratsgeschlechtern im ausgehenden Mittelalter. Verbreitung, Charakter und Funktion der Bildung in der politischen Führungsschicht einer spätmittelalterlichen Stadt, Bern, Stämpfli (Schriften der Berner Burgerbibliothek, 14), 1979, p. 88 sq., p. 151 ; Karl Stettler, Ritter Nikolaus von Diesbach. Schultheiss von Bern 1430-1475, Bern, 1924, p. 17 sq. ; Hektor Ammann, Die Diesbach-Watt-Gesellschaft…, op. cit., p. 59 sq., p. 64-67 ; Bastian Walter, « Kontore, Kriege, Königshof. Der Aufstieg der Berner Familie von Diesbach im 15. Jahrhundert im Hinblick auf städtische Außenpolitik », dans Christian Jörg, Michael Jucker, Politisches Wissen, Spezialisierung und Professionalisierung : Träger und Foren städtischer ‚ Aussenpolitik’während des späten Mittelalters und der Frühen Neuzeit, Wiesbaden, 2010, p. 161-191.

19 Sur l’importance du mariage dans les réseaux, voir Albrecht Rieber, « Das Patriziat von Ulm, Augsburg, Ravensburg, Memmingen, Biberach », dans Helmuth Rössler (Hg.), Deutsches Patriziat 1430-1740, Limburg/Lahn, Starke, 1968, p. 299-351 ; pour le xvie s., Mark Häberlein, Brüder, Freunde und Betrüger. Soziale Beziehungen, Normen und Konflikte in der Augsburger Kaufmannschaft um die Mitte des 16. Jahrhunderts, Berlin, Akad.-Verl. (Colloquia Augustana 9), 1998 ; idem, « Handelsgesellschaften, Sozialbeziehungen und Kommunikationsnetze in Oberdeutschland zwischen dem ausgehenden 15. und der Mitte des 16. Jahrhunderts », dans Carl A. Hoffmann, Rolf Kießling (Hg.), Kommunikation…, op. cit., p. 305-327.

20 Sur l’importance des réseaux de communication marchands, Wolfgang Behringer, « Fugger und Taxis. Der Anteil der Augsburger Kaufleute an der Entstehung des europäischen Kommunikationssystems », dans Johannes Burckhardt (Hg.), Augsburger Handelshäuser im Wandel des historischen Urteils, Berlin, Akademie Verlag (Colloquia Augustana 3), 1996, p. 241-248 ; Mark Häberlein, Johannes Burckhardt (Hg.), Die Welser. Neue Forschungen zur Geschichte und Kultur des oberdeutschen Handelshauses, Berlin, Akademie Verlag (Colloquia Augustana, 16), 2002.

21 Michael Jucker, Gesandte, Schreiber…, op. cit., p. 195-225 ; Arnold Esch, « Alltag der Entscheidung. Berns Weg in den Burgunderkrieg », dans idem (Hg.), Alltag der Entscheidung. Beiträge zur Geschichte der Schweiz an der Wende vom Mittelalter zur Neuzeit, Basel, Stuttgart, Wien, P. Haupt, 1998, p. 9-87.

22 Sur les messagers de la ville de Berne, voir Klara Hübner, « ´Nüwe mer us Lamparten´. Entstehung, Organisation und Funktionsweise spätmittelalterlichen Botenwesen am Beispiel Berns. », dans Rainer Christoph Schwinges (Hg.), Gesandtschafts-und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, Ostfildern, Thorbecke (Vorträge und Forschungen 52), 2003, p. 265-287.

23 Sur ces deux familles, voir Bastian Walter, Informationen, Macht und Wissen. Akteure und Techniken städtisher Außenpolitik : Bern, Straßburg und Basel im Kontext der Burgunderknege (1468-1477), Stuttgart, 2012.

24 Sur le collège des 13 à Bâle, voir Bastian Walter, Informationen…, op. cit. Rudolf Wackernagel, Geschichte der Stadt Basel, vol. 2, 1, Basel, Helbing & Lichtenhahn, 1911, p. 238 sq. ; Ekkehart Fabian, Geheime Räte in Zürich, Bern, Basel und Schaffhausen. Quellen und Untersuchungen zur Staatskirchenrechts-und Verfassungsgeschichte der vier reformierten Orte der Alten Eidgenossenschaft (einschließlich der Zürcher Notstandsverfassung). Mit Namenlisten 1339/1432-1798 (1800), Köln/Wien, Böhlau (Schriften zur Kirchen-und Rechtsgeschichte. Darstellungen und Quellen 33), 1974 ; sur les offices exercés par la famille Zeigler, voir Franz Ehrensperger, Basels Stellung…, op. cit., p. 46, p. 182 (mention des liens entre Zeigler und Diesbach), p. 223 ; Paul Koelner, Die Zunft zum Schlüssel in Basel, Basel, Schwabe, 1953, p. 253, p. 277.

25 Staatsarchiv Bern (= StAB), Deutsche Missiven, C 49.

26 Simon Teuscher, Bekannte – Klienten – Verwandte. Soziabilität und Politik in der Stadt Bern um 1500, Köln/Weimar/Wien, Böhlau (Norm und Struktur 9), 1998, p. 75-115, en particulier p. 94-109).

27 Werner Paravicini, « Seigneur par l’itinérance ? Le cas du patricien bernois Conrad de Scharnachtal », dans Agostino Paravicini Bagliani (Hg.), L’itinérance des seigneurs (xive -xvie siècles). Actes du colloque international de Lausanne et Romainmôtier, 29 novembre-1er décembre 2001, Lausanne, Université de Lausanne, 2003, p. 27-71 ; Karl Ludwig von Sinner, « Versuch einer diplomatischen Geschichte der Edlen von Scharnachtal », Der Schweizerische Geschichtsforscher, no 3, 1823, p. 273-475, ici p. 380 sq. Sur les familles Diesbach, Leigler et Sharnachtal, voir Bastian Walter, Informationen…, op. cit. ; sur le rôle de la famille Diesbach, idem, « Kontore, Kriege… », op. cit. p. 161-191.

28 Cf. Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus…, op. cit., p. 103.

29 StAB, Deutsche Missiven, C 51.

30 Archives Municipales et Communautaires de Strasbourg (= AMS), AA 292, fol. 33

31 Urs Martin Zahnd, « „ zu ewigen zitten angedenck“. Einige Bemerkungen zu den bernischen Stadtchroniken aus dem 15. Jahrhundert », dans Ellen J. Beer et alii (Hg.), Berns große Zeit. Das 15. Jahrhundert neu entdeckt, Bern, Berner Lehrmittel-und Medien Verlag, 1999, p. 187-191 ; Urs Martin Zahnd, Burgund und die Eidgenossen. Nachbarn werden Gegner – Alltag und zeitgenössische Chronistik (sous presse) ; Pascal Ladner, « Diebold Schilling d. Ä. », dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, Berlin-New York, De Gruyter, 1978-2008, vol. 8, col. 670 sq.

32 Sur la famille Barpfennig, voir Philippe Dollinger, « Un grand Ammeister Strasbourgeois : Rulin Barpfennig (v. 1360-1436) », Revue d’Alsace, no 112, 1986, p. 63-82 ; Jacques Hatt, Liste des membres du Grand Sénat de Strasbourg. Des Stettmeistres, des Ammeister, des Conseils des XXI, XIII et des XV du XIIe siècle à 1789, Strasbourg, 1963 ; Simon Teuscher, Bekannte – Klienten – Verwandte…, op. cit., p. 91.

33 Sur cet échange épistolaire, voir Bastian Walter, Informationen, Macht und Wissen…, op. cit.

34 Francis Rapp, « Les villes du Saint Empire et les problèmes militaires : l’exemple de Strasbourg », Journal des Savants, 1996, p. 377-419.

35 Sur Peter Schott et sa famille, voir Marcel Mathis, « Un grand Ammeister strasbourgeois du xve siècle : Pierre Schott (1427-1504) », Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, no 20, 1990, p. 15-35 ; Uwe Israel, « Der Straßburger Peter Schott d. J. Zu einem humanistischen Lebensentwurf », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, no 144, 1996, p. 241-258.

36 Michael Jucker, « Vom klerikalen Teilzeitangestellten zum gnädigen Kanzler. Aspekte der spätmittelalterlichen Bildungswege der Stadtschreiber in der Eidgenossenschaft », Traverse, no 27, 2002, p. 45-54 ; idem, Gesandte, Schreiber, Akten…, op. cit., p. 110-131 ; Urs Martin Zahnd, « Studium und Kanzlei. Der Bildungsweg von Stadt-und Ratsschreibern in eidgenössischen Städten des ausgehenden Mittelalters », dans Rainer C. Schwinges (Hg.), Gelehrte im Reich. Zur Sozial-und Wirkungsgeschichte akademischer Eliten des 14. bis 16. Jahrhunderts, Berlin, Duncker & Humblot, (Zeitschrift für Historische Forschung Beiheft 18), 1996, p. 453-476.

37 Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus…, op. cit., p. 38-41

38 Sur cet exemple, voir Bastian Walter, Informationen, Macht und Wissen, op. cit. ; Idem, « Informelle Kontaktnetze in der Eidgenossenschaft und am Oberrhein während der Burgunderknege (1468-1477) », dans Kestin Hitzbleck, Klara Hübner (Hg.), Grenzen des Netzwerks, Ostfilden, Jan Thorbecke Verlag, 2012 (sous presse).

39 Sur la politique de la ville de Metz à cette époque, Martial Gantelet, « Entre France et Empire, Metz, une conscience municipale en crise à l’aube des Temps modernes (1500-1526) », Revue Historique, no 103, 2001, p. 5-45 ; Jean Schneider, « Un conseiller des Ducs de Bourgogne : George de Bade, évêque de Metz. 1459-1484 », dans Institut de Recherche Régionale (édité par), Cinq centième anniversaire de la bataille de Nancy, Nancy, 1979, p. 305-338 ; idem, « Metz et la Bourgogne au temps de Charles le Hardi (1467-1477) », Mémoires de l’académie nationale de Metz, 1976/1977, p. 305-335 ; Jean Rigault, « Les relations de Louis XI avec la ville de Metz », Annales de l’Est, 1955, p. 179-196 ; Dieter Heckmann, « Metz und der frankoburgundische Konflikt in Oberlothringen (1440-1400) », Rheinische Vierteljahrsblätter, no 51, 1987, p. 115-128 ; idem, Andre Voey de Ryneck : Leben und Werk eines Patriziers im spätmittelalterlichen Metz, Saarbrücken Uni. Diss., Saarbrücken, 1986.

40 AMS, AA 264, fol. 35.

41 AMS, AA 264., fol. 37 : Uwer guotwilliger diener Marten, Sybenschriber der stat Metze etc.

42 Sur cette rencontre avortée à Trèves, voir Petra Ehm, Burgund und das Reich. Spätmittelalterliche Außenpolitik am Beispiel der Regierung Karls des Kühnen (1465-1477), München, Oldenbourg (Pariser Historische Studien, Band 61), 2002, p. 117-185, en particulier p. 185-188.

43 Ibidem, p. 168-174.

44 Sur ces rumeurs, Adriaan Gerard Jongkees, « Charles le Téméraire et la souveraineté », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, no 95, 1980, p. 315-334. Cette rumeur a dû parvenir avant le 29 novembre à Berne, comme le montre une lettre de Berne aux autres Confédérés, conservée sous forme de brouillon aux archives cantonales de Berne : Berner Staatsarchiv (StAB), Deutsche Missiven, C 142.

45 Petra Ehm, Burgund…, op. cit., p. 132 sq.

46 AMS, AA 276, fol. 1.

47 Dieter Heckmann, « Metz und der franko-burgundische Konflikt… », op. cit., p. 122 sq.

48 Son principal objet était d’évoquer la situation critique de la ville impériale de Mulhouse en cette fin 1473/début 1474.

49 Sur le voyage de Charles le Téméraire en Alsace, Karl Bittmann, Ludwig XI. und Karl der Kühne. Die Memoiren Philippe de Commynes als historische Quelle, vol. 2-1, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1970, p. 516-525, p. 532-546 ; Richard Vaughan, Charles the Bold, London, Longman, 1973, p. 276 sq. ; Arnold Esch, Alltag der Entscheidung…, op. cit., p. 45 ; Robert Janeschitz-Kriegl, « Geschichte der ewigen Richtung von 1474 », ZGORh, no 105, 1957, p. 414-418 ; Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus…, op. cit., p. 45-68. Une copie ultérieure de la lettre des diplomates relatant ce succès se trouve à la Burgerbibliothek de Berne, Mss. Hist. Helv. XIII, 4 (Collection Girard), p. 185 sq. ; Sur l’interprétation historiographique du comportement de Charles le Téméraire, voir Bastian Walter, « „ Und mústent ouch lang vor im knúwen“ ? Symbolische Kommunikation als Argument für politische Ressentiments der Reichsstadt Bern im Spätmittelalter », dans Stefanie Rüther (Hg.), Integration und Konkurrenz. Symbolische Kommunikation in der spätmitttelalterlichen Stadt, Münster, 2009, p. 153-177.

50 AMS, AA 266, fol. 44.

51 Dieter Heckmann, « Metz… », op. cit., p. 123 ; Jean Schneider, « Metz et la Bourgogne… », op. cit., p. 319.

52 Ibidem, p. 319.

53 C’est ce qui ressort d’une lettre du 28 mai 1474 (AMS, AA266, fol. 50). Sur les courants protonationalistes en Haute Rhénanie et dans la Confédération, avant et pendant les guerres de Bourgogne, voir Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus…, op. cit.

54 Dieter Heckmann, « Metz… », op. cit., p. 123 sq.

55 Vnd ist das dem Hertzogen von Bourgundie vil volcks wol eintusent zu fuß und zu roß […] kommet uß Flandern ybd Lutticher lant, sy ligent yet in Metzer vnd Luxemburger lant (AMS, AA 292, fol. 43, en date du 11 mars 1476).

56 Man wil sagen, das lant von Lotringen vnd die lannde von Luxembourg […] sollent in friden syen biß pfingsten (AMS, AA 286, fol. 36, en date du 8 février 1476).

57 AMS, AA 292, fol. 42

58 Sur les « Cedulae inclusae », voir Bastian Walter, « Von städtischer Spionage und der Bitte, Briefe zu zerreißen : Alternative Kommunikationsnetze von Städten während der Burgunderkriege », Diskurs, no 2, 2008, p. 156-168. Voir aussi : idem, « A technique to ensure safety : The cedulae inclusae of Strasbourg, Berne and Basle during the Burgundian Wars (1468-1477) », dans Marco Mostert, Speaking about Medieval Literacy, Turnhout, Brepols (Utrecht Studies of Medieval Literacy 25), 2012 (sous presse).

59 On peut lire par exemple : « Lieber herre vnd frünt, bitten ich üch früntlichen vnd dienstlichen, ist es uch mugelichen, mir zu schriben – eygentlichen mit dißem botten – wie es vmb der sachen steit, waß geslegen sy geboten hant vnd an wellichen enden sy ligent vnd waß man sich versucht, in den dingen von den obgenanten fursten vnd stetten » (AMS, AA 292, fol. 42).

60 AMS, AA 292, fol. 41

61 Arnold Esch, « Überlieferungs-Chance und Überlieferungs-Zufall als methodisches Problem des Historikers », Historische Zeitschrift, no 240, 1985, p. 529-570.

62 Lorédan Larchey (édité par), Journal de Jehan Aubrion, bourgois de Metz. Avec sa continuation par Pierre Aubrion (1465-1512), Metz 1857. Pour 1482, Aubrion note par exemple ce qui suit (p. 144 sq.) : « Item, en la dite année en ensuyvant la demende que l’empereur avoit fait à la cité pour avoir aller contre les Infidelle, et que, à la journée sr André de Rinacque et sr Wiri Roucel n’y avoient point comparus, le dit empereur en demandoit à la cité grant somme d’argent pour la contumasse et désobéissance. Pour laquelle chose, la cité envoioit devers l’empereur maistre Guillaume Barnairt, doctor en lois, qui estoit aux gaiges de la cité, et Martin Dinguenheim, clec des septz de la guelre de la cité, et, depuis, maistre Giraird, dez Augustins, docteur en théologie » ; pour 1495 (p. 360) : « Item, le xxvije jour de may, se partit de Metz Martin Dinghem, clerc dez sept de la guerre, et en allit pour la cité à la dite journée, à Wormes, devers le roy dez Romains ».

63 Bastian Walter, « Von städtischer Spionage… », op. cit., p. 156-168 ; Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus…, op. cit., p. 354-357 ; Bastien Walter, Informationen…, op. cit. ; idem, « Urban Espionage and Counterespionage during the Burgundian Wars (1468-1477) », Journal of medieval Military History, no 9, 2011, p. 132-145.

64 Sur les concepts du « faire », « utiliser » et « conserver » (Making, using und keeping), voir Michael T. Clanchy, From memory to written record. England 1066-1307, Oxford, Blackwell, 21998.

65 AMS, AA 266, fol. 30.

66 AMS, AA 266, fol. 54.

67 Sur l’importance des aubergistes dans le processus de communication, voir Simon Teutscher, Bekannte…, op. cit., p. 194-197.

68 AMS, AA 264, fol. 30. Dans le rapport d’un dénommé Anton Kolber, on trouve une référence similaire au rôle d’informateur joué par un aubergiste de Saint-Nicolas-de-Port. Cf. AMS, AA 264, fol. 45. On trouve aux archives plusieurs rapports et lettres de ce même Kolbert, écrits à la même période et évoquant tous le périple du duc de Bourgogne.

69 Sur le siège de Neuss, voir Jens Metzdorf, « Bedrängnis, Angst und große Mühsal. Die Belagerung von Neuss durch Karl den Kühnen 1474/75 », dans Olaf Wagner, Heiko Laß (Hg.), „…und wurfen hin steine – groze und niht kleine…“. Belagerungen und Belagerungsanlagen im Mittelalter, Frankfurt am Main, Lang (Beihefte zur Mediaevistik 7), 2006, p. 167-188 ; Jean-Marie Cauchies, « Charles le Hardi à Neuss (1474/1475) : folie militaire ou contrainte politique ? », Pays bourguignons et terres d’Empire, 1996, p. 105-116 ; Charles Brusten, « Charles le Téméraire et la campagnes de Neuss 1474-1475 ou le destin en mardre », Publication du Centre Européen d’Etudes Burgondo-médianes, no 13, 1971, p. 67-73 ; Stadtarchiv Neuss (Hg.), Neuss, Burgund und das Reich, Neuss (Schriftenreihe des Stadtarchivs Neuss 6), 1975.

70 Karl Bittmann, Ludwig XI…, op. cit., p. 670 sq.

71 AMS, AA 269, fol. 5.

72 AMS, AA 269, fol. 4.

73 Staatsarchiv Luzern, Urkunden Nr. 3679/240.

74 Sur cet exemple, voir Bastien Walter, Informationen, Macht und Wissen…, op. cit. ; Idem, « Spienage am Obberhein und im Elsass im Kontext der Burgunderkriege (1468-1477) », dans Thomas Lotz et alii (Hg.), Neuer Forschungen zur Geschichte des Elsass im Mittelalter, Ostfildern, Jan Thorbecke verlag, 2012 (sous presse).

75 « Hans Erhart Tüsch, Chronique rimée des guerres de Bourgogne (Strasbourg 1477) », dans Émile Picot (édité par), Recueil de pièces historique imprimées sous le règne de Louis XI reproduites en fac-similé avec commentaires historiques et bibliographiques, Paris, Société des bibliophiles françois, 1923, p. 119-212 ; sur cette chronique, de même que pour quelques données biographiques sur Düsch, voir Karl Schneider, Untersuchungen zur Burgundischen Hystorie des Hans Erhard Düsch, Straßburg, Heitz, 1910 ; Frieder Schanze, « Tüsch, Hans Erhart (Johannes Düsch) », dans Die deutsche Literatur des Mittelalters. Verfasserlexikon, vol. 2, col. 1170-1179.

76 Imprimé chez Karl Schneider, Untersuchungen …, op. cit., p. 126 sq. (AMS, AA 281, fol. 24).

77 Ibidem, p. 127 sq. (AMS, AA281, fol. 23).

78 AMS, AA 275, fol. 26.

79 Pour plus de précisions sur ces « écrits parallèles », voir Bastian Walter, Informationen, Macht und Wissen…, op. cit.

80 AMS, AA 281, fol. 25.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search