Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

Production, perception et contrôle de l’espace dans la « Première ligue des villes souabes » (1376-1390)

Stefanie Rüther
Traduction de Aude-Marie Certin

Texte intégral

  • 1 Sur l’origine et le déroulement du conflit, voir Wilhem Vischer, « Geschichte des schwäbischen Städ (...)
  • 2 Sur la signification de la commémoration de la guerre et des batailles au Moyen Âge, voir Klaus Gra (...)
  • 3 Bernhard Kreutz, Städtebünde und Städtenetz am Mittelrhein im 13. und 14. Jahrhundert, Trier, Kliom (...)
  • 4 Frank Göttmann, « Über die regionale Komponente politischer Einungen im 16. Jahrhundert », dans Chr (...)

1En 1388, les conflits longtemps latents entre les ducs de Bavière et les membres de la ligue urbaine souabe finirent par mener à une guerre, communément désignée comme la « Première guerre des villes d’Allemagne du Sud »1. Ainsi, la catégorie spatiale « Allemagne du Sud », qui renvoie à un espace vaste mais sans limites claires, servit à donner un nom à un événement historique. Ce dernier n’attira cependant pas autant l’attention des historiens que l’appellation ne pouvait le laisser supposer. Bien plus, une telle désignation, parce qu’elle fait référence à un espace continu, est en profonde contradiction avec le souvenir de cette guerre, qui, lui, relève d’un fonctionnement plutôt multipolaire : il a en effet été entretenu individuellement par les villes et communautés qui furent particulièrement touchées par le conflit2. Il n’y eut jamais aucune institution spatialisée et commune aux villes pour relayer le souvenir de l’événement après la Ligue urbaine souabe3. Dès lors, on peut se demander dans quelle mesure, au tournant du xive siècle, la fondation et l’action politique d’une alliance urbaine contribuèrent à la constitution d’un espace à dimension historique, tel la province ou le ‘pays’4. Dans quelle mesure la ligue et ses activités avant tout guerrières façonnèrent-elles un espace cohérent, au sein duquel les actions et événements paraissent avoir non seulement une cohérence temporelle, mais encore une cohérence spatiale ?

  • 5 Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos 2000 ; voir sur ce point l’introduction (...)

2En partant des actes et des documents des premiers temps de la ligue, on s’interrogera tout d’abord sur les pratiques par lesquelles ces villes créèrent un espace d’intérêt et de communication. Après avoir analysé ces processus de production de l’espace5, on étudiera, dans une deuxième partie, comment la production de cet espace était perçue et représentée à l’époque. Dans un troisième temps, on s’intéressera aux pratiques spécifiques du contrôle de l’espace, ces pratiques ayant une signification particulière dans le cas d’une ligue tournée vers les activités guerrières et militaires, comme l’est la ligue des villes souabes.

La production de l’espace

  • 6 Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde, t. 2 : Städte und Landfri (...)
  • 7 En 1373 déjà, Charles iv avait mis en gage au profit de son gendre le duc Otto de Bavière, pour 100 (...)
  • 8 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit. 2, 2, no 596, p. 601-605.
  • 9 Ibid., 2, 2, no 595, p. 601 : « […] und als es ietzo ze mal unser ding ist, so mocht es wol ze nehs (...)
  • 10 Pour Donauwörth, l’aide de la ligue urbaine arriva trop tard. Avant même que cette aide ait pu se c (...)
  • 11 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 596, p. 601 : « Nous, les susnommées vi (...)

3En juin 1376, le conseil de Donauwörth apprit que l’empereur Charles iv et le roi nouvellement élu, son fils Wenceslas, projetaient de donner leur ville en gage aux ducs de Bavière. Cherchant de l’aide, le conseil s’adressa à la ville voisine de Nördlingen et pria ses conseillers de venir à Esslingen pour délibérer ensemble sur la question6. À vrai dire, il apparaît dans la lettre en question que d’autres villes impériales avaient aussi été invitées à cette rencontre. Mais il n’est plus guère possible de reconstituer dans son intégralité le cercle de ceux dont le Conseil attendait alors une aide. De toute évidence, il ne s’agissait pas seulement de villes situées dans les environs proches de Donauwörth, comme le révèle la liste de ceux qui se rendirent effectivement à la rencontre d’Esslingen7. En effet, les quatorze villes d’Empire qui s’allièrent à cette occasion afin d’être à l’avenir mieux armées contre de telles menaces, étaient fort distantes de Donauwörth au sud-ouest, si bien que la proximité spatiale ne peut pas avoir été le critère déterminant de l’union8. C’est plutôt leur statut juridique commun de villes d’Empire, ainsi que le risque inhérent à ce statut d’être soumis aux exigences financières excessives de l’empereur, qui explique l’alliance. D’où la référence explicite au serment d’allégeance à l’Empire dans la requête des conseillers de Donauwörth. Dans cette même demande, ils insistaient sur la nécessité d’une consultation de toutes les villes. Leur argument était le suivant : [une possible mise en gage] « est aujourd’hui notre affaire, mais pourrait très bien devenir une prochaine fois votre affaire à tous, de la même façon »9. Ce sont donc bien les problèmes et les intérêts communs, et non un voisinage plus ou moins étroit des villes, qui fondaient l’obligation mutuelle d’aide et de conseil10. De ce fait, la charte d’alliance de la ligue urbaine souabe du 4 juillet 1376 ne comporte aucune référence spatiale : la ligue ne renvoie à aucune zone, ni aucune région déterminées. En effet, dans le préambule, les différentes villes de l’alliance sont nommées selon une succession qui ne présume d’aucun ordre a priori : ces villes semblent des points séparés, placés les uns à côté des autres. Si la liste commence avec les importantes villes d’Ulm et de Constance, elle continue ensuite avec Überlingen, Ravensburg, Lindau, Saint Gall, Wangen, Buchhorn, Reutlingen, Rottweil, Memmingen, Biberach, Isny et Leutkirch, sans suivre un ordre immédiatement visible11. Toute formulation du style « la ligue des villes en Souabe » fait défaut dans la charte de fondation.

  • 12 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Union Générale d’Éditions (co (...)
  • 13 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., no 596, p. 603 : « Wär och daz kain statt mit ge (...)
  • 14 Parmi les nombreux travaux sur les messagers et les ambassades au Moyen Âge, voir notamment Rainer (...)
  • 15 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., no 668, p. 654.
  • 16 Ibid., Urkunden und Akten…, op. cit., no 684, p. 671.
  • 17 Ibid. : « Als iuwer wyßheit wol waiß, waz wir mit ein ander angriffen solten […] ».
  • 18 Voir Holger Thomas Gräf, Katrin Keller (Hg.), Städtelandschaft – Réseau urbain – Urban Network. Stä (...)

4Si l’on reprend la distinction opérée par Michel de Certeau entre lieu et espace, les villes de la ligue peuvent être définies comme des lieux, qui, pour les autres villes membres, se caractérisent d’abord par leur existence et par leur nom12. À la suite de Certeau, on peut opposer les espaces aux lieux, au sens où les espaces sont des lieux dont l’on fait quelque chose. Ainsi, les villes de la ligue ne créèrent-elles des espaces que par les processus de communication et d’interaction établis dans la charte d’alliance et les contrats ultérieurs. Dans la charte de fondation, il était en effet précisé que si « une ville de la ligue est assiégée, occupée ou attaquée, elle peut et doit exhorter les trois villes les plus proches d’elle à lui venir en aide immédiatement »13. Et si le soutien de ces villes en hommes, en armes ou en vivres ne devait pas suffire, celles-ci pouvaient à leur tour, et de la même façon, demander de l’aide aux villes qui leur étaient les plus proches, et ainsi de suite. C’est par cette obligation d’assistance mutuelle, mise par écrit de façon normative, que des liaisons émergèrent virtuellement entre les villes. Cependant, ces liens n’étaient en aucun cas fermes et stables, ils n’existaient que dans la mesure où ils étaient activés et renforcés par les actes correspondants14. Les diverses demandes et exhortations qui circulaient entre les villes en témoignent. Ainsi, en novembre 1377, le conseil de Schwäbisch Gmünd envoya une lettre au magistrat de Nördlingen : il y demandait l’envoi d’un demi-contingent de renfort dans le cadre de la guerre contre le comte de Wurtemberg, après que le conseil d’Ulm eut déjà envoyé dix soldats15. En mai 1378, le conseil de Dinkelsbühl écrivit de même à Nördlingen, afin de lui demander de faire venir un délégué pour une rencontre secrète avec les représentants de Rothenbourg, de Schwäbisch Hall et de Bopfingen. Il s’agissait de préparer ensemble les étapes ultérieures de la guerre contre les princes16. Le conseil justifia sa demande instante en arguant du fait que les villes étaient tenues d’attaquer les unes avec les autres17. Par la pratique synallagmatique d’assistance et de conseil qui liait chaque ville aux trois villes les plus proches, la ligue déployait un réseau sur toute la région ; un réseau qu’il fallait cependant toujours resserrer et renforcer par la communication18.

  • 19 Aux 14 villes nommées plus avant (note 11), s’étaient alors ajoutées Esslingen, Weil der Stadt, Kem (...)
  • 20 Sur la construction et la perception des espaces au Moyen Âge en général, Elisabeth Vavra (Hg.), Vi (...)

5Avec l’entrée de nouvelles villes dans la ligue les années suivantes, non seulement ce réseau s’élargit dans différentes directions, mais encore il se densifia au fil du temps. En décembre 1377, déjà vingt-sept villes s’étaient liées par serment, et elles prolongèrent solennellement leur alliance jusqu’en avril 138519. De cette façon, la ligue et ses membres ajoutèrent une nouvelle structure spatiale aux différents espaces de domination et de relation situés au sud de l’Empire. Il ne s’agissait toutefois pas d’une entité stable et délimitée comme le serait un territoire ou un secteur de souveraineté défini, mais plutôt d’un maillage qui reliait plus ou moins fortement les différents points les uns aux autres20. Aussi, ce réseau pouvait-il être moins bien relié à certains endroits qu’à d’autres, ce que montre l’exemple de Nördlingen. Apparemment, cette ville ne s’acquitta pas toujours sérieusement de ses obligations dans la ligue. C’est du moins ce que suggèrent les demandes et les exhortations répétées des autres membres de la ligue, comme cette missive envoyée par Ulm en juin 1378. Les conseillers d’Ulm y relataient d’abord le cours des dernières expéditions, mais ils finissaient sur un avertissement appuyé à Nördlingen. En effet, ils n’avaient pas eu connaissance d’attaque ou d’expédition menée par les gens de Nördlingen, et ceci leur semblait contraire aux engagements pris et au droit, dans la mesure où les gens de Nördlingen savaient très bien en quels termes les villes s’étaient quittées et ce que l’on avait décidé en commun. Par ce type de document, on s’échangeait ainsi à l’intérieur de la ligue les informations militaires importantes et on s’entendait sur les intérêts et devoirs communs. Ces documents contribuaient par là même à entretenir et renforcer les relations entre les différentes villes de l’alliance.

  • 21 Ibid., 2,2, no 596, p. 604, [12] et [13] ; Bernhard Kreutz, Städtebünde…, op. cit., p. 212 sq. ; Wi (...)
  • 22 Biberach se trouve environ à 40 km au sud-ouest d’Ulm.
  • 23 Immédiatement après la fondation de la ligue, Ulm avait résisté avec succès à un siège de l’empereu (...)

6Dans ce réseau où la communication était primordiale, certaines villes constituaient des points névralgiques, où s’interconnectaient les fils de l’information et de l’organisation. Ulm était le principal : en tant que chef-lieu de la ligue, la ville accueillait en effet l’assemblée permanente des représentants de toutes les villes membres de la ligue21. Ce comité, appelé le « conseil » (Spruch), avait le droit de réunir toutes les villes de la ligue, afin de discuter des problèmes importants et de prendre des décisions. À l’origine, ce conseil permanent devait avoir son siège à Biberach, mais Ulm devint vite le lieu de réunion régulier. Les sources ne permettent plus de saisir dans quelle mesure les considérations spatiales jouèrent un rôle dans un tel changement22. Néanmoins, c’est dès 1377, avec l’entrée de plusieurs villes d’Empire situées au nord d’Ulm, que l’équilibre spatial de la ligue se modifia. Un second centre de gravité de la ligue vint s’ajouter aux villes de Haute Souabe et du pourtour du lac de Constance. Il reste que c’est avant tout son importance politique et surtout militaire qui valut à Ulm cette position importante dans la ligue23. C’est à partir de cette ville que les différentes résolutions de l’alliance étaient diffusées par lettres et par messagers aux membres de la ligue. De même, si ces derniers voulaient exprimer des souhaits, des demandes, ou des plaintes, c’est là qu’ils les envoyaient.

  • 24 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit. 2, 2, no 689, p. 675.
  • 25 « Nous vous demandons donc sérieusement et fermement de ne pas négliger de donner plein pouvoir à v (...)

7La sommation que les villes de Souabe du sud envoyèrent à l’assemblée d’Ulm durant l’été 1378 peut en fournir un bon exemple. En guerre contre les comtes de Wurtemberg, elles avaient besoin, de façon urgente, d’une aide militaire plus importante de la part de la ligue. D’Ulm, on devait donc « en informer immédiatement les autres villes et leur ordonner » de conférer à leurs légations les pleins pouvoirs lors de la prochaine rencontre, afin de décider l’envoi de troupes de renfort24. Manifestement, l’assemblée qui eut lieu à Ulm prit cette demande très au sérieux. C’est en tous cas ce que montre la lettre transmise au conseil et au bourgmestre de Nördlingen. Dans ce document, et conformément à cet ordre, le conseil et le bourgmestre de la ville étaient fermement invités à donner procuration à leurs envoyés pour que l’affaire fût réglée au plus vite25. Pour leurs affaires urgentes et importantes, les différentes villes s’adressaient ainsi à l’assemblée d’Ulm. De là les informations et les doléances étaient traitées, puis diffusées aux différentes villes de la ligue. Par le biais d’une telle pratique, manifestement fréquente, l’alliance se structurait selon une relation de centre à périphérie.

  • 26 Voir l’introduction de la ligue dans l’union d’Ehingen dans Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Ak (...)
  • 27 Cela apparaît clairement dans la liste détaillée des villes des différents quartiers ; dans le quar (...)
  • 28 Ibid., 2, 2, no 769, p. 774 sq. ; Pour la rencontre à Biberach, voir aussi no 768, p. 773 sq.
  • 29 Ibid., 2, 2, no 769, p. 775.

8Ce n’est que dans les années 1380 qu’à l’échelon inférieur à celui de l’assemblée, la ligue urbaine fut subdivisée en quartiers. Ces quartiers devaient permettre des accords mutuels à l’échelle régionale, et donc faciliter la communication26. Au sein de la ligue, le quartier franconien et celui de la Haute Souabe, les villes du quartier « sous l’Alb », comme « le quartier du lac de Constance », constituaient des unités de communication dans lesquelles les informations pouvaient être transmises et échangées rapidement. C’est pourquoi les quartiers avaient été constitués en fonction de la proximité spatiale. Cette dernière, et les courtes distances jouèrent ainsi un rôle dans la définition des quartiers, qui différaient donc fortement par leur taille et leur poids politique à l’intérieur de la ligue27. C’était pour les quartiers les plus petits que ce niveau intermédiaire était le plus important, car il leur permettait de coaliser leurs intérêts et de s’entendre au préalable. Ainsi, les villes de Basse Souabe, alliées dans le quartier « sous l’Alb », se réunirent à Esslingen, peu avant une rencontre de l’ensemble des membres de la ligue prévue le 14 août 1380 à Biberach. Le but était de discuter des problèmes à régler, dont une sommation « des villes du lac »28. Ce qui ressortit de ces discussions leur sembla si « sérieux et important » qu’elles organisèrent une nouvelle rencontre, juste avant celle de tous les membres de la ligue. Cette fois, elles y invitèrent des représentants de villes qui n’appartenaient pas à leur quartier, comme Nördlingen29. Quand bien même les expressions de l’époque semblent renvoyer à une répartition axée sur l’espace, les quartiers n’étaient donc pas tant compris comme une contrée bornée que comme un entrelacement étroit de liaisons à l’intérieur d’un plus grand réseau. Et cet entrelacement pouvait être élargi au besoin aux villes d’autres quartiers.

La perception de l’espace

  • 30 Ibid., 2, 2, no 671, p. 656 ; texte imprimé par Wilhelm Vischer, Geschichte des Städtebundes, p. 18 (...)
  • 31 Voir Otto Borst, Geschichte der Stadt Esslingen am Neckar, Esslingen am Neckar, Bechtle Verlag,3 19 (...)
  • 32 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 622, p. 622.
  • 33 « Ulman Stromer’s ‘ Püchel von meim geslechet und von abentewr’. 1349 bis 1407 », dans Die Chronike (...)

9Peu après sa fondation, la ligue des villes souabes avait vu le nombre de ses membres doubler, ce qui élargit encore son extension spatiale. Toutefois, le lien qui unissait les villes relevait davantage d’un accord entre des lieux séparés que d’une entité spatiale unifiée. Citons l’exemple de la charte de 1377 par laquelle les villes d’Empire, désormais au nombre de 27, prolongeaient leur union pour huit ans. On avait renoncé à y faire figurer toute inscription spatiale de la ligue ou un quelconque secteur de validité et d’influence30. En tout état de cause, l’énumération des différentes villes dans le préambule suivait un autre ordre que dans la charte de fondation. Ainsi, la ville d’Esslingen s’était hissée à la troisième place derrière Ulm et Constance. Elle avait acquis une position éminente dans la ligue en raison de la situation particulière qu’elle occupait au milieu de la zone de souveraineté des comtes de Wurtemberg31. Cette situation stratégique favorable lui permit de bénéficier de conditions particulières lors de son entrée dans la ligue en janvier 1377. Elle bénéficia par exemple de deux voix au conseil permanent d’Ulm, ainsi que de l’assurance de ne pas devoir fournir plus de soldats et de piques qu’elle ne le voulait32. Si l’on se réfère au récit du chroniqueur Ulman Stromer, on constate combien la ville était importante pour la ligue. Il note en effet qu’immédiatement après l’entrée d’Esslingen 250 piquiers et 250 tireurs de la ligue furent postés dans la ville, et « causèrent de grands dommages dans le territoire du comte de Wurtemberg33 ».

  • 34 « Ulman Stromer’s ´Püchel… », op. cit., p. 38 : « Der selb krieg wert lang zeit, daz sich der swebi (...)
  • 35 L’entrée du duc Leopold III de Habsbourg s’effectua le 12 février 1378, voir Konrad Ruser (Hg.), Ur (...)

10Si, du point de vue d’Ulman Stromer, l’élargissement de la ligue se fit en partie sur des critères spatiaux dans le cas d’Esslingen, pour le reste, il s’agissait surtout d’une question de nombre. Ainsi, il considère les autres villes nouvellement entrées dans la ligue comme une succession de points séparés, sans évoquer aucunement l’idée d’une expansion spatiale. « Cette même guerre dura longtemps, si bien que la ligue souabe se développa beaucoup. Par la suite Nördlingen, Schwäbisch Hall, Schwäbisch Gmünd, Dinkelsbühl et Bopfingen rejoignirent leur alliance. Enfin, après une longue période, ceux de Rothenbourg, et le duc Léopold avec tout son territoire en Souabe et en Alsace entrèrent aussi dans la ligue34 ». Par contre, de façon très significative, Ulman Stromer interprétait l’entrée dans la ligue du noble Léopold de Habsbourg comme un accroissement territorial35.

  • 36 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 616, p. 616-618.
  • 37 Ibid., 2, 2, no 619, p. 620.

11Les constatations précédentes invitent à se méfier des interprétations qui voient dans la création de la ligue l’établissement d’une puissance territoriale propre. Néanmoins, on peut aussi noter des éléments qui révèlent une consolidation spatiale progressive de la ligue. En 1376, juste après la fondation de l’alliance, ses membres se nomment eux-mêmes « les seize villes de Souabe »36 dans une lettre adressée à d’autres villes importantes de l’Empire et destinée à les rallier à leur cause. Avec cette inscription spatiale des membres de l’alliance émergeait un élément fédérateur qui, de l’extérieur, lui donnait l’apparence d’une unité. Pareillement, leur principal adversaire, le comte Eberhard de Wurtemberg les désigna dans sa réponse à cette lettre comme « les villes de Souabe, celle d’Ulm, de Constance et les autres villes d’Empire », se plaignant que celles-ci aient décidé ensemble de mener une attaque contre lui et de partir à l’assaut le même jour, avec toutes leurs forces37. Certes, dans sa lettre, le comte de Wurtemberg veilla à ne pas désigner les « villes rebelles » comme une coalition, et par là même à ne pas reconnaître formellement l’alliance, mais, par cette précision spatiale, les membres de la ligue étaient distingués des autres villes, et considérés dès lors comme une entité.

  • 38 Ibid., 2, 2, no 645, p. 640 ; Deutsche Reichstagsakten unter König Wenzel. Erste Abtheilung 1376-13 (...)

12Manifestement, l’empereur Charles iv craignait lui aussi que la ligue pût avoir comme objectif d’associer toutes les villes de la région. Aussi, en juin 1377, il concéda à sept villes dociles des privilèges exceptionnels, en les exhortant à ne pas se lier à Ulm ni aux autres villes rebelles de Souabe ; en revanche, il leur ordonna aussi de rester liées à lui et à l’Empire38. Les villes concernées étaient Heilbronn, Schwäbisch Gmünd, Schwäbisch Hall, Dinkelsbühl, Wimpfen, Weinsberg, Bopfingen. Elles se trouvaient toutes au nord ou au nord-ouest d’Esslingen. Leur cercle montre clairement que, du côté de la noblesse, on craignait non seulement l’expansion quantitative de la ligue, mais encore et surtout la poursuite de son expansion spatiale.

  • 39 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 674, p. 659-663 ; ici p. 659 ; voi (...)

13Avec le temps, les membres de la ligue des villes souabes ont pu développer l’idée d’une zone de pouvoir et d’autorité très cohérente. C’est ce que révèlent par exemple différentes formules de la charte de février 1378, par laquelle les membres de la ligue se lièrent aux ducs d’Autriche. Ils fondèrent en effet leur alliance en ces termes : les villes avaient « reconnu, et c’était indéniable, qu’aucune paix durable et réelle sûreté des routes ne peut être obtenue dans leurs terres et leurs cercles sans les ducs d’Autriche. Car leurs forteresses et leurs hommes sont disséminés parmi eux et situés entre les villes et auprès d’elles39 ». Ici on saisit nettement la dimension spatiale de la ligue. Celle-ci n’apparaît certes pas comme un territoire fermé. Mais ses différents points, que constituaient les villes, étaient déjà si fortement liés les uns aux autres que les possessions des Habsbourg étaient ressenties comme des trouées perturbatrices dans cet entrelacement.

  • 40 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 1, no 33, p. 96-101. Sur l’union des deux lig (...)
  • 41 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 1, no 65, p. 139 sq.

14Dans la communication avec la ligue du Rhin, on observe aussi de façon récurrente que la ligue urbaine pouvait se concevoir elle-même comme « ligue en Souabe », et par là même comme une alliance de villes dans un secteur défini. Certes, lors de l’association des deux ligues urbaines par le traité d’alliance de 1381, les villes des deux ligues ne furent pas désignées comme rhénane ou souabe40. Néanmoins, ces dénominations spatiales furent de plus en plus utilisées dans la communication ultérieure au sein de l’alliance ; ces termes servaient à distinguer les deux systèmes d’alliance toujours autonomes. De fait, l’association avec les villes rhénanes fit que la dimension spatiale gagna en importance pour la ligue souabe et contribua par là même à sa consolidation. En effet, les villes souabes furent amenées à se différencier de cet autre ensemble urbain que constituait la ligue du Rhin. On peut par exemple évoquer le cas de Ratisbonne qui intégra la ligue souabe en septembre 1381. Dans une charte du 18 octobre de la même année, la ville fut amenée à reconnaître l’association avec la ligue du Rhin, mais elle ne nomma jamais celle-ci comme telle. Elle évoquait par contre « les villes du Saint Empire romain dans la ligue de Souabe » qui s’étaient « associées, unies et liées avec les villes de Mayence, Strasbourg, Worms, Spire, Francfort, Haguenau, Wissembourg, Pfeddersheim, Sélestat et Obernai. »41

  • 42 Sur ces associations voir Konrad Ruser (Hg.), « Zur Geschichte der Gesellschaften von Herren, Ritte (...)
  • 43 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 1, no 45, p. 111 : « wir haben vernomen, (...)

15Les deux ligues urbaines, toutes deux en lutte contre les sociétés nobles, convinrent de mesures d’entraide. Et ces mesures montrent que des différenciations spatiales se combinaient aussi avec cette caractérisation géographique de la ligue souabe42. En juillet 1381, les « villes communes de la ligue en Souabe » écrivirent à leurs amis et alliés qu’elles avaient appris que les sociétés [nobles] vers chez vous et autour de vous, de l’autre côté du Rhin et dans la Wetterau avaient recruté et rassemblé d’importants contingents. Elles procèdent de même vers chez nous et autour de nous. Nous recourons donc constamment à nos informateurs pour savoir qui parmi les nobles établis près de chez nous ou aux alentours songe à vous attaquer vous ou nos alliés sur le Rhin ou à prêter son aide à l’entreprise »43. Les villes de Souabe les empêcheraient alors de nuire de leur côté, mais elles attendaient en retour la même chose des villes de la ligue du Rhin. Les deux ligues et leurs aires d’influence apparaissent ainsi comme des domaines différenciés, mais cependant liés l’un à l’autre par des ennemis communs et par des opportunités d’action communes.

  • 44 Idem, Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 683, p. 670.
  • 45 Idem, Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 683, p. 670 : « etwer spricht fur Rutlingen, spricht (...)

16Dans cette perspective, les distances relativement grandes entre les partenaires de la ligue semblent se réduire. Pourtant, à l’intérieur de la ligue souabe, on restait très conscient de la grande étendue du secteur de l’alliance. Et cette grande étendue constituait toujours un problème en ce qui concerne la communication au sein de la ligue. En mai 1378, le conseil de Schwäbisch Gmünd rendit compte à celui de Nördlingen d’une opération militaire à laquelle un contingent de cette dernière avait probablement participé : « Nous vous faisons savoir que les troupes (Das Volk) sont parties au loin (hinab) »44. Pourtant, à Schwäbisch Gmünd, on ignorait tout du lieu où elles se trouvaient. En effet, il est écrit plus loin : « L’un parle de Reutlingen, un autre dit qu’ils se trouvent devant Neuhausen vers Esslingen. Mais nous ne savons rien de précis sur ce point. Toutefois, dès que nous apprendrons qu’ils sont sur le chemin du retour, nous vous en informerons immédiatement45 ». Reutlingen et Esslingen avaient beau faire partie de la ligue à cette époque, ces villes pouvaient passer pour suffisamment « loin » (hinab) pour que la communication s’avérât particulièrement difficile.

  • 46 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2224, p. 2254 et s., ici p. 2255 [ (...)
  • 47 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2408, p. 2377 : « car la guerre pèse pl (...)
  • 48 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2408, p. 2377 : « Ainsi nous avons cinq (...)
  • 49 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2410, p. 2379.

17La distance spatiale n’était pas seulement perceptible au travers de failles dans l’information. Elle était aussi ressentie comme un facteur de perte d’influence politique. Même si la ville de Nuremberg était représentée par deux sièges à l’assemblée générale de la ligue à Ulm, les membres du conseil se sentaient, par exemple, constamment exclus des processus de décision de la ligue et se plaignaient d’être traités « comme s’ils n’en faisaient pas partie »46. Dans la correspondance avec les délégués à Ulm, il apparaît clairement que cette distance pouvait être transcrite dans des catégories spatiales, par exemple quand Nuremberg arguait de sa situation géographique particulière pour se soustraire aux obligations de guerre collectives. Les conseillers de Nuremberg écrivirent à plusieurs reprises à l’assemblée de la ligue pour dire qu’ils trouvaient que la guerre pesait excessivement sur eux et sur leur quartier, c’est-à-dire ceux de Rothenbourg, Windsheim, Schweinfurt et Wissembourg47. Le Conseil de Nuremberg affirmait en effet avoir plus d’ennemis alentours que toutes les autres villes dans la ligue, car à eux seuls les ducs de Bavière avaient cinq châteaux à proximité de Nuremberg, d’où ils attaquaient la ville chaque jour48. En conséquence, le Conseil de Nuremberg demandait aux villes de la ligue d’envoyer immédiatement des troupes de renfort ; et il ajouta que dans l’hypothèse où elles refuseraient de le faire, il se verrait pour sa part dans l’obligation de « rapatrier » les piquiers (Spieße) et les tireurs (Schützen) qu’il avait envoyés là-bas49.

  • 50 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 635, p. 632. Sur la bataille de Reutlin (...)

18La distance n’était pas seulement un problème quand il fallait mener la guerre ensemble. Lorsqu’il fallait faire la paix, d’importantes difficultés pouvaient aussi apparaître. La bataille de Reutlingen en mai 1377 le montre bien. Elle eut en effet lieu, alors que les villes, l’empereur et même les comtes de Wurtemberg avaient convenu d’une paix. Mais si on en croit un récit issu de Constance, la nouvelle de la paix ne parvint que le lendemain de la bataille aussi bien aux Wurtembergeois qu’aux différentes villes. Et, au cours de cette bataille, le parti noble subit une terrible défaite avec la mort de plus de quatre-vingts chevaliers50

  • 51 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2207, p. 2236-2240. Sur la conclusion d (...)
  • 52 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2207, p. 2239, [10] : « En ce qui conce (...)
  • 53 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2207, p. 2239, [10] : « en ce qui conce (...)

19La lenteur des flux d’informations était interprétée par les villes comme un problème spatial. C’est ce que révèle par exemple le traité de paix que le prince électeur Ruprecht de Palatinat contribua à établir à Neumarkt en mars 1388 entre la ligue urbaine de Souabe et les ducs de Bavière51. De façon tout à fait significative, les conditions de la diffusion de la paix étaient précisées dans les clauses du traité de paix lui-même. Les deux partis en conflit devaient immédiatement faire connaître la conciliation à tous leurs alliés. Dans l’acte, on définit, de ce fait, une zone à l’intérieur de laquelle les termes de l’accord devaient être aussitôt diffusés, et avoir force de loi52. En ce qui concerne les lieux plus éloignés, les règles étaient quelque peu différentes : pour ceux-là, on accordait un délai de trois jours53. Et si les partis ennemis s’emparaient de châteaux, de prisonniers ou de biens durant cette période, ils devaient les rendre sans conditions. Ici, l’espace était directement envisagé dans son rapport au temps, le temps nécessaire pour se l’approprier ou pour porter les informations, les biens ou les personnes d’un lieu à l’autre.

Le contrôle de l’espace

  • 54 Sur les différents réseaux de communication en haute Allemagne au début de l’époque moderne, voir l (...)
  • 55 Sur la « dimension spatiale de la violence » à partir de l’exemple de la seconde guerre urbaine d’A (...)
  • 56 Voir ici la bibliographie déjà citée à ce sujet à la note 1.
  • 57 Voir Leopold Auer, « Formen des Kriegs im abendländischen Mittelalter », dans Manfried Rauchenstein (...)
  • 58 Dans la médiévistique allemande, il est courant d’inscrire le pillage et l’incendie dans le modèle (...)
  • 59 « Die Chronik des Burkhard Zink », dans Die Chroniken der schwäbischen Städte. Augsburg t. 2, édité (...)
  • 60 Voir Joseph Morsel,« ‘Das sy sich mitt der besstenn gewarsamig schicken, das sy durch die widerwert (...)
  • 61 Sur « l’expulsion des étrangers » ordonnée par le Conseil de Nuremberg à la veille de la guerre des (...)
  • 62 Sur les mesures par lesquelles on essayait, comme à Nuremberg pendant la guerre urbaine, de protége (...)
  • 63 Sur les différentes théories de l’espace social, voir le chapitre « espaces sociaux » dans Jörg Dün (...)

20Si les villes d’Empire souabes ne cherchaient manifestement pas à établir un pouvoir territorial s’appuyant sur un secteur de souveraineté déterminé, leur alliance mena au fil du temps à la formation d’un réseau de communication relativement étroit54. Elles ajoutèrent ainsi une nouvelle structure spatiale aux espaces de souveraineté et de relations préexistants dans cette région. L’efficacité de cette structure se limitait cependant aux membres de la ligue et à leur communication interne. La capacité de cette ligue à quadriller l’espace ne devint perceptible du dehors que parce qu’elle mena une intense activité guerrière55. De sa fondation en 1376 à sa dissolution forcée en 1390, la ligue mena plusieurs guerres contre la noblesse des alentours, en particulier contre les comtes de Wurtemberg et les ducs de Bavière56. Ces guerres furent essentiellement menées sous la forme d’expéditions et de raids de dévastation. Ces pratiques montrent qu’il s’agissait d’un conflit visant au contrôle de l’espace par la violence. Les troupes pénétraient dans le territoire ennemi et le dévastaient par des vols et des incendies57. Le pillage et la dévastation du territoire, comme les préjudices causés à la population locale, n’étaient pas des effets collatéraux de la guerre, des faits regrettables mais difficilement évitables. Ils formaient plutôt l’objectif essentiel de cette façon de mener la guerre, adoptée pareillement par la noblesse et les bourgeois58. Le chroniqueur d’Augsbourg Burkhard Zink le suggère en relatant une expédition vers Weissenhorn menée en 1388 par les citoyens d’Ulm contre le duc Stéphane III de Bavière-Ingolstadt : « Ceux d’Ulm attaquèrent Weissenhorn, ils incendièrent tout ce qui s’y trouvait, ils prirent un gros butin en chevaux, vaches ou toute autre chose qu’ils trouvèrent, et ils rapportèrent ce butin à Ulm59 ». Non seulement de tels pillages rapportaient aux assaillants des gains considérables, mais ils signifiaient en même temps une atteinte symbolique de l’espace de souveraineté de l’ennemi. Et cette atteinte montrait clairement à l’ennemi que militairement l’on était en mesure de traverser les frontières en vigueur, et de se mouvoir en toute impunité dans un territoire étranger. Mais, en même temps, certaines frontières furent tracées et renforcées par ces expéditions. La violence pratiquée séparait en effet le domaine ennemi exposé aux destructions, des territoires locaux environnants épargnés par l’attaque60. En outre, au sein même du propre territoire des assaillants, les expéditions et la violence pratiquée déterminaient différents espaces sociaux et les distinguaient les uns des autres. Ainsi, en ces temps de guerre, les magistrats urbains promulguèrent des ordonnances particulières. Ils y définissaient strictement l’accès à l’espace urbain protégé par la ville et le limitaient à certains groupes de personnes61. Les citoyens qui habitaient intra muros restaient globalement épargnés par les pillages, si tant est qu’ils n’avaient pas de possessions en dehors des murs de la ville. En revanche, la population rurale qui vivait dans les environs de la ville était, elle, livrée presque sans défense aux attaques de l’ennemi62. La violence de guerre contribuait ainsi à former des espaces sociaux différenciés, qui se caractérisaient par le degré de protection et de sécurité dont bénéficiaient leurs habitants63.

  • 64 Voir l’édit du Conseil de Ratisbonne en date du 22.09.1388, Karl Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, (...)

21La logique spatiale de la violence se reflète aussi dans la pratique de l’incendie. Différentes communautés villageoises furent contraintes de se laisser rançonner, en versant de grosses sommes d’argent à leurs adversaires contre la garantie d’être épargnées par l’incendie et le vol. Même si ce faisant, elles n’étaient pas encore passées à l’ennemi, cela venait brouiller les frontières de l’appartenance. Aussi les magistrats urbains essayèrent-ils souvent d’interdire à leurs sujets de payer de tels tributs, pour empêcher que leurs paysans ne tombassent durablement sous la dépendance d’autres autorités64.

  • 65 « Chronik des Burkhard Zink… », op. cit., p. 34.
  • 66 « Ulman Stromer’s… », op. cit., p. 41 : « Le duc Stéphane et le duc Frédéric repartirent en guerre (...)

22Les tournures récurrentes employées dans les chroniques urbaines pour relater ces différentes expéditions révèlent combien le contrôle symbolique de l’espace ennemi par la menace et l’usage de la violence constituait un objectif primordial de la guerre. En janvier 1388, les troupes de la ligue souabe, qui étaient jusque-là rassemblées à Augsbourg, lancèrent une expédition contre les ducs de Bavière. « [elles] parcoururent donc toute la Bavière et incendièrent des deux côtés tous les villages et bourgades qu’elles purent obtenir, prenant tout ce qui s’y trouvait65 ». L’invasion et la destruction du territoire apparaissent au premier plan dans le tableau des opérations menées par le parti urbain. Mais les actes de guerre menés par le parti ennemi sont également perçus comme une menace et une destruction du propre espace de souveraineté du parti urbain. Ulman Stromer de Nuremberg raconte ainsi comment les ducs de Bavière partirent en guerre avec toutes leurs forces et incendièrent massivement le territoire autour d’Augsbourg. Ils arrivèrent finalement à un mille de Ratisbonne, s’y installèrent et dévastèrent le territoire environnant66.

  • 67 Sur l’obligation faite aux bourgeois de prendre part activement à la guerre, voir « Ordnung für die (...)
  • 68 Voir l’opération menée par les « villes du lac » en août 1378 dans le territoire du comte de Wurtem (...)
  • 69 « Ulman Stromer’s… », op. cit., p. 35.

23La proximité spatiale des diverses zones de souveraineté des princes, des comtes et des villes dans le sud de l’Empire n’était pas seulement une cause fréquente de conflits entre la noblesse et les villes ; elle favorisait également une façon particulière de mener la guerre. En effet, les contingents mobilisés par les villes pouvaient en quelques jours, voire en quelques heures, atteindre le territoire de l’ennemi, le dévaster et revenir chez eux avec un important butin. De plus, cela permettait aux bourgeois, qui n’étaient pas des guerriers professionnels comme les chevaliers nobles, de mener eux-mêmes activement des guerres67. Même si de la sorte l’on ne parvenait pas forcément au contrôle global d’une plus grande zone de souveraineté, on parvenait à détruire l’intégrité du territoire ennemi en y opérant des percées par la violence. Même si seule une partie du territoire de l’ennemi était touchée, les termes génériques utilisés dans les chroniques et les récits – tel « Land » qui peut désigner aussi bien une terre que le territoire dans sa totalité – construisaient l’idée d’un possible contrôle complet de la zone de souveraineté de l’adversaire. L’efficacité de ces expéditions n’était pas seulement liée au fait qu’elles étaient menées par toutes les villes de la ligue. Elle résultait aussi du fait que les troupes urbaines s’unissaient en de plus grandes formations68. L’exemple de la ville d’Esslingen, déjà évoqué plus haut, montre combien il pouvait être difficile aux princes de protéger leur territoire face aux avancées des villes alliées. Enclavée au beau milieu de la zone de souveraineté du comte Eberhard de Wurtemberg, Esslingen servait de point de départ aux compagnies de la ligue urbaine souabe pour leurs expéditions de pillage et de dévastation dans le territoire environnant, ce en quoi elles étaient capables de nuire très sérieusement aux comtes69. La ligue permettait ainsi un contrôle des territoires de la noblesse en utilisant les différentes villes membres comme bases. À partir de celles-ci, elle pouvait rayonner dans le territoire ennemi et y mener une guerre violente.

  • 70 Ainsi lors de la bataille de Reutlingen, en 1377, les troupes urbaines furent attaquées par le comt (...)
  • 71 Voir « Chronik von 1368 bis 1406 », dans Carl Hegel, Die Chroniken der schwäbischen Städte. Augsbur (...)
  • 72 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 713, p. 688.

24Du côté de la noblesse, ce sont avant tout les forteresses qui remplissaient une telle fonction. Partant, outre la prise de butin, l’attaque et la destruction des forts constituaient l’un des objectifs majeurs des expéditions menées par les villes70. C’est ce que montre par exemple le récit d’un chroniqueur augsbourgeois anonyme : en 1378, les citoyens d’Ulm parvinrent à conquérir en une seule expédition quatre châteaux, qu’ils anéantirent par le feu71. L’importance attachée aux forteresses en vue d’un contrôle de l’espace par la violence est également manifeste dans une lettre de l’empereur Charles IV, adressée en 1378 à « tous les princes ecclésiastiques et laïques, les comtes, les barons, les nobles, les écuyers et à tous ceux dont les forteresses et les châteaux ont été détruits dans la guerre qui a eu lieu entre, d’un côté le comte Eberhard de Wurtemberg et ses soutiens, et de l’autre les villes en Souabe »72. Afin que la guerre ne se ravive pas, le souverain leur interdit de reconstruire leurs places fortes de leur propre chef.

  • 73 Voir « Neutralitätserklärung von Eberhart und Michel die Hofer mit Burg Neuhaus für die Städte des (...)

25Un élément pouvait cependant réduire l’importance des forteresses pour le contrôle de l’espace ennemi : il s’agit des contrats de neutralité que la ligue contracta avec certains nobles. Au cœur de ces contrats figurait généralement la promesse des comtes et des seigneurs de ne rien entreprendre contre les villes à partir de leurs forteresses, ainsi que l’engagement de ne pas non plus ouvrir celles-ci aux ennemis de la ligue73 Par là même se créaient, dans l’espace de guerre, des sortes de « zones aveugles » d’où aucun danger ne pouvait venir pour les deux partis.

  • 74 Sur le conduit, voir Martin Kintzinger, « Cum salvo conductu. Geleit im westeuropäischen Spätmittel (...)
  • 75 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 2, no 1274, p. 1173 ; 3, 3, no 2618, p.  (...)
  • 76 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2620, p. 2561-2565, ici p. 2562 [1] : « (...)
  • 77 Étrangement il était noté dans la même lettre que la guerre pouvait être continuée par les princes, (...)
  • 78 Voir ibidem, no 2620, p. 2562 [3].
  • 79 Voir ibidem, no 2620, p. 2562 [4]. Le burgrave de Nuremberg avait chargé Henri Wisberger et les Wol (...)

26Cette pratique performative consistant à déclarer par contrat certains espaces comme des espaces neutres et à les extraire du théâtre des opérations se retrouve aussi dans les promesses de conduit que les partis en conflit se faisaient lorsqu’ils préparaient des assemblées de paix communes74. Les représentants des deux partis convinrent plusieurs fois de se retrouver pour cesser le conflit par arbitrage. De telles rencontres en pleine guerre nécessitaient une grande organisation, car elles supposaient la présence physique des représentants des partis ennemis. Lesquels devaient voyager à travers un territoire dans lequel de nombreux lieux étaient incendiés, pillés, ou assiégés. Pour garantir que les deux partis puissent, sans dommages, se rendre au lieu des négociations et en revenir, on s’établissait au préalable des sauf-conduits (Sicherheitsbriefe)75. En prévision d’une assemblée générale de paix qui devait avoir lieu à Mergentheim en janvier 1389, Nuremberg, Ulm et Rothenbourg promirent ainsi au nom de toutes les villes de la ligue du Rhin et de la ligue en Souabe « que tous les princes, les seigneurs et les leurs, qui viendraient à pied ou à cheval à cette assemblée devaient avoir sauvegarde vis-à-vis de nous et des villes susdites et de tous les nôtres et leurs dépendants ; et qu’ils seraient saufs pour se rendre à la rencontre, sur le lieu de celle-ci et sur le chemin du retour76 ». Du fait de cette promesse, la route menant au lieu de l’assemblée, ainsi que le lieu de l’assemblée lui-même, étaient définis comme des espaces neutres où les nobles devaient être saufs de toute attaque du parti urbain77. En réalité, l’espace qui devait être soustrait au cours général de la guerre par ces déclarations mutuelles restait relativement flou. Aussi renforçaiton cette promesse de sécurité par un conduit, dont les caractéristiques étaient elles aussi fixées auparavant par écrit. Le burgrave Frédéric de Nuremberg, les comtes d’Oettingen et Ulrich de Wolfsberg durent ainsi, sur ordre du roi, escorter les représentants des villes de la ligue souabe jusqu’au lieu de rencontre78. Ces seigneurs devaient envoyer sur le champ à Ulm leurs amis et leurs honnêtes serviteurs sous la direction d’Ulrich von Wolfsberg. De là, ils devaient mener les représentants de la ligue urbaine à la rencontre, et les escorter à nouveau sur le chemin du retour. Le burgrave était aussi responsable, tout comme l’évêque de Bamberg, de la sécurité de ces représentants lors de leurs déplacements au départ de Nuremberg79 Avec cette escorte, les partis ennemis promettaient d’utiliser leur pouvoir de contrôle de l’espace au profit de l’ennemi. Et ils garantissaient qu’aussi longtemps que cet ennemi se trouverait sur un itinéraire déterminé, il ne serait pas attaqué et resterait sauf.

27Avec la fondation de la ligue des villes souabes en 1376, les rapports de force qui préexistaient dans le sud de l’Empire entre la noblesse et les villes se modifièrent. Bien plus, la constitution de la ligue mena également à un changement des structures spatiales dans cette région. Des lieux jusque-là plus ou moins éloignés les uns des autres en vinrent à être liés par des processus institutionnalisés de communication et d’interaction ; ils formèrent par là même un espace commun d’intérêt et d’action. Néanmoins, la configuration spatiale qui en résulta doit moins se comprendre comme un secteur délimité que comme un tissage réticulaire dont les lignes de connexion n’existaient que par les processus d’interaction communs.

28Dans les représentations du temps, la transformation de ce réseau en un ensemble régional défini, aux frontières clairement établies, ne s’accomplit qu’au fil de l’histoire de la communication de la ligue. Et ce par un processus de démarcation entre la ligue souabe et d’autres espaces de souveraineté et de communication, comme la ligue des villes du Rhin. Pourtant ce mouvement ne contribua pas à la formation d’une véritable identité régionale spécifique. L’élargissement progressif de la politique d’alliance de la ligue souabe amena néanmoins une extension topographique de la ligue. Ceci eut des effets sur la formation des liens de communication et d’interaction internes à la ligue. À l’intérieur de la ligue, les distances spatiales pouvaient être vécues, surmontées ou utilisées de façons très variables. Pour les problèmes communs les plus importants, l’éloignement pouvait être totalement occulté. En revanche cet éloignement devenait quasiment insurmontable lorsqu’une ville décidait de prendre ses distances par rapport aux décisions de la ligue, ou lorsqu’on aspirait à « se tenir complètement à l’écart », au sens littéral du terme.

29À ce réseau d’interaction créé par la ligue, les villes souabes ajoutèrent un second réseau relevant de leur pratique de la guerre. Il s’agissait d’un réseau de violence qu’ils étendaient sur les territoires ennemis. À la différence de la structure d’alliance interne, l’organisation concrète de ce second réseau, tout comme les mots utilisés pour l’évoquer, visaient à un contrôle global de l’espace. La menace et l’usage de la violence entraînaient une délimitation des espaces propres à la ligue et des espaces ennemis, en même temps qu’elles amenaient à la définition de frontières. Mais, comme l’a montré la pratique des accords de conduit, la production d’espaces sécurisés ou non pouvait être réversible, lors de préparatifs de paix.

  • 80 À la suite de Henri Lefebvre, on peut ici se demander dans quelle mesure les différentes conception (...)

30Une analyse minutieuse des évocations de l’espace, de la perception des routes ou des distances, ainsi que de la création ou de la transgression des frontières, apporte ainsi un éclairage nouveau sur les structures politiques de la ligue des villes souabes. Notre interrogation axée sur la notion d’espace nous a permis de montrer que les villes du sud n’aspirèrent pas, par leur alliance, à l’établissement d’un espace territorial continu. Ces villes agissaient en réalité dans les cadres et les lignes qui leur étaient déjà familiers ; elles en firent ainsi un réseau de plus en plus dense, fermement noué, mais en même temps très flexible80.

Notes

1 Sur l’origine et le déroulement du conflit, voir Wilhem Vischer, « Geschichte des schwäbischen Städtebundes der Jahre 1376-1389 », Forschungen zur deutschen Geschichte, no 2, 1862, p. 1-202 ; Joseph Würdinger, « Erster und zweiter Städtekrieg in Schwaben, Franken und am Rhein 1370-1390 », Jahresbericht des Historischen Vereins von Schwaben und Neuburg, no 34, 1868, p. 85-136 ; Eberhard Holtz, Reichsstädte und Zentralgewalt unter König Wenzel 1376-1400, Diss. Berlin 1987 (Ost), Warendorf, Fahlbusch, 1993 ; Joachim Schneider, « Legitime Selbstbehauptung oder Verbrechen. Soziale und politische Konflikte in der spätmittelalterlichen Chronistik am Beispiel der Nürnberger Strafjustiz und des süddeutschen Fürstenkrieges », dans Hagen Keller, Christel Meier, Thomas Scharff (Hg.), Schriftlichkeit und Lebenspraxis im Mittelalter. Erfassen, Bewahren, Verändern, München, Fink, 1999, p. 219-241 ; Alexander Schubert, Der Stadt Nutz oder Notdurft. Die Reichsstadt Nürnberg und der Städtekrieg von 1388/89, Husum, Matthiesen Verlag, 2003.

2 Sur la signification de la commémoration de la guerre et des batailles au Moyen Âge, voir Klaus Graf, « Schlachtengedenken in der Stadt », dans Bernhard Kirchgässner, Günter Scholz (Hg.), Stadt und Krieg Sigmaringen, Thorbecke (Stadt in der Geschichte, 15), 1989, p. 83-104, surtout p. 94 sq. ; Steffen Krieb, « Vom Totengedenken zum politischen Argument. Die Schlacht bei Sempach (1386) im Gedächtnis des Hauses Habsburg und des südwestdeutschen Adels im 15. Jahrhundert », dans Horst Carl (Hg.), Kriegsniederlagen. Erfahrungen und Erinnerungen, Berlin, Akademie Verlag, 2004, p. 69-88 ; Renate Neumüllers-Klauser, « Schlachten und ihre Memoria in Bild und Wort », dans Konrad Krimm (Hg.), Bild und Geschichte. Studien zur politischen Ikonographie. Festschrift für Hansmartin Schwarzmaier zum fünfundsechzigsten Geburtstag, Sigmaringen, Thorbecke, 1997, p. 181-196.

3 Bernhard Kreutz, Städtebünde und Städtenetz am Mittelrhein im 13. und 14. Jahrhundert, Trier, Kliomedia (Trierer Historische Forschungen, 54), 2005 ; Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter. Eine rechtshistorische Untersuchung zu Begriff, Verfassung und Funktion, Frankfurt a. M., Klostermann (Studien zur europäischen Rechtsgeschichte, 207), 2006 ; Horst Carl, Der Schwäbische Bund 1488-1534. Landfrieden und Genossenschaft im Übergang vom Spätmittelalter zur Reformation Leinfelden-Echterdingen, DRW-Verlag (Schriften zur südwestdeutschen Landeskunde 25), 2000 ; Jörg Füchtner, Die Bündnisse der Bodenseestädte bis zum Jahre 1390. Ein Beitrag zur Geschichte des Einungswesens, der Landfriedenswahrung und der Rechtsstellung der Reichsstädte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1970.

4 Frank Göttmann, « Über die regionale Komponente politischer Einungen im 16. Jahrhundert », dans Christine Roll (Hg.), Recht und Reich im Zeitalter der Reformation. Festschrift für Horst Rabe, Frankfurt/Main, Lang, 1996, p. 441-469.

5 Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos 2000 ; voir sur ce point l’introduction de la traduction allemande dans Jörg Dünne, Stephan Güntzel (Hg.), Raumtheorie. Grundlagentexte aus Philosophie und Kulturwissenschaften, Frankfurt a. M., Suhrkamp, 2006, p. 330-342 (en français, p. 39-43 et p. 46-53).

6 Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde, t. 2 : Städte und Landfriedensbündnisse von 1347 bis 1380 (Zweiter Teil), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1988, no 595, p. 600 sq.

7 En 1373 déjà, Charles iv avait mis en gage au profit de son gendre le duc Otto de Bavière, pour 100 000 florins d’or, les villes de Nördlingen, Donauwörth, Dinkelsbühl et Bopfingen. Les villes souabes s’étaient alors rassemblées pour réfléchir à une alliance urbaine. Voir Eberhard Holtz, Reichsstädte…, op. cit., p. 35 ; Wilhelm Vischer, Geschichte des Städtebundes…, op. cit., p. 21 et 129.

8 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit. 2, 2, no 596, p. 601-605.

9 Ibid., 2, 2, no 595, p. 601 : « […] und als es ietzo ze mal unser ding ist, so mocht es wol ze nehst iur aller ding ze geleicher weise werden […] ».

10 Pour Donauwörth, l’aide de la ligue urbaine arriva trop tard. Avant même que cette aide ait pu se constituer, la ville fut, comme elle le craignait, mise en gage par Charles iv au profit des ducs de Bavière (Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, p. 601). En outre, par précaution, l’empereur promit son soutien aux ducs, dans le cas où la ville se refuserait à reconnaître leurs nouveaux seigneurs.

11 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 596, p. 601 : « Nous, les susnommées villes d’Empire, Ulm, Constance, Überlingen, Ravensburg, Lindau, Saint Gall, Wangen, Buchhorn, Reutlingen, Rottweil, Memmingen, Biberach, Isny et Leutkirch […] » (Wir die nachgeschriben dez hailgen richz stett Ulm, Constenz, Überlingen, Ravenspurg, Lindaw, Sant Gallen, Wangen, Buchhorn, Rütlingen, Rotwil, Memingen, Bybrach, Ysni und Lükirch […]).

12 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Union Générale d’Éditions (coll 10/18), 1980, p. 172-175. Sur la réception de De Certeau dans les « sciences de la culture » (Kulturwissenschaft), voir désormais Marian Füssel, Michel de Certeau. Geschichte, Kultur, Religion, Konstanz, UVK, 2007 ; Philippe Büttgen, Christian Jouhaud (sous la direction de), Lire Michel de Certeau. « La formalité des pratiques »/Michel de Certeau lesen. « Die Förmlichkeit der Praktiken », Frankfurt a. M., Klostermann (Zeitsprünge. Forschungen zur Frühen Neuzeit, 12), 2008.

13 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., no 596, p. 603 : « Wär och daz kain statt mit gesezze belegern und besezzen wurd oder angriffen wurde, die soll und mag di nehsten dryger stett manen, daz sy ir unverzogenlich ze helffkomint […] ».

14 Parmi les nombreux travaux sur les messagers et les ambassades au Moyen Âge, voir notamment Rainer C. Schwinges et Klaus Wriedt, Gesandtschafts-und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, Ostfildern, Thorbecke (Vorträge und Forschungen, 60), 2003 ; Heinz-Dieter Heimann, Ivan Hlavácek (Hg.), Kommunikationspraxis und Korrespondenzwesen im Mittelalter und in der Renaissance, Paderborn, Schöningh, 1998.

15 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., no 668, p. 654.

16 Ibid., Urkunden und Akten…, op. cit., no 684, p. 671.

17 Ibid. : « Als iuwer wyßheit wol waiß, waz wir mit ein ander angriffen solten […] ».

18 Voir Holger Thomas Gräf, Katrin Keller (Hg.), Städtelandschaft – Réseau urbain – Urban Network. Städte im regionalen Kontext in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 2004.

19 Aux 14 villes nommées plus avant (note 11), s’étaient alors ajoutées Esslingen, Weil der Stadt, Kempten, Kaufbeuren, Schwäbisch Gmünd, Schwäbisch Hall, Heilbronn, Nördlingen, Dinkelsbühl, Bopfingen, Wimpfen, Weinsberg et Aalen. En somme, la ligue s’était renforcée avant tout au Nord. Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 671, p. 656.

20 Sur la construction et la perception des espaces au Moyen Âge en général, Elisabeth Vavra (Hg.), Virtuelle Räume. Raumwahrnehmung und Raumvorstellung im Mittelalter. Akten des 10. Symposiums des Mediävistenverbandes, Krems, 24.–26. März 2003, Berlin, Akademie Verlag, 2005, p. 259-280 ; Barbara A. Hanawalt, Michal Kobialka (eds), Medieval practices of Space, Minneapolis (e. a.), University of Minnesota Press (Medieval Cultures, 23), 2000 ; Dick Harrison, Medieval space : the extent of microspatial knowledge in Western Europe during the Middle Ages, Lund, University Press (Lund studies in international history, 34), 1996 ; Peter Dinzelbacher, « Raum. Mittelalter », dans Idem (Hg.), Europäische Mentalitätsgeschichte. Hauptthemen in Einzeldarstellungen, Stuttgart, Kröner, 1993, p. 604-615.

21 Ibid., 2,2, no 596, p. 604, [12] et [13] ; Bernhard Kreutz, Städtebünde…, op. cit., p. 212 sq. ; Wilhelm Vischer, Geschichte des Städtebundes…, op. cit., p. 71-76.

22 Biberach se trouve environ à 40 km au sud-ouest d’Ulm.

23 Immédiatement après la fondation de la ligue, Ulm avait résisté avec succès à un siège de l’empereur Charles iv et de ses alliés. Par là les assaillants voulaient obliger la ville à rendre hommage au roi Wenceslas. Voir ici Stefanie Rüther, « Ungleiche Gegner ? Zur Wahrnehmung und Bewertung kriegerischer Gewalt in den süddeutschen Städtekriegen », dans Eadem (Hg.), Integration und Konkurrenz. Symbolische Kommunikation in der spätmittelalterlichen Stadt, Münster, Rhema, 2009, p. 37-60.

24 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit. 2, 2, no 689, p. 675.

25 « Nous vous demandons donc sérieusement et fermement de ne pas négliger de donner plein pouvoir à votre légation. Si votre légation devait être en mission, faites lui parvenir les pleins pouvoirs en la matière pour que l’affaire puisse être réglée » (Also manen wir iuch ernstlich und vesticlich, das ir nit lassent, ir enpfelhent iuwer botschaft darumbe vollen gewalt. Were aber, das diu selb iuwer botschaft usgeriten were, so verschribent ir darumbe gewalt hinnach, das diu sach icht gesumet werde.)

26 Voir l’introduction de la ligue dans l’union d’Ehingen dans Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde, t. 3 : Städte und Landfriedensbündnisse von 1381 bis 1389, 3. Teile, édité par Rainer C. Schwinges, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2005, 3, 2, no 1604, p. 1478-1492, ici p. 1484, [8] ; Wilhelm Vischer, Geschichte des Städtebundes…, op. cit., p. 70.

27 Cela apparaît clairement dans la liste détaillée des villes des différents quartiers ; dans le quartier regroupant Augsbourg, Nuremberg, et Ratisbonne, trois villes étaient représentées au conseil d’Ulm par deux voix chacune, tandis que dans les autres quartiers regroupant Constance, Esslingen et Ulm on ne l’observe que dans un cas. Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2101, p. 2118-2127 ; ici p. 2125[19]. Sur la répartition des voix à l’assemblée voir ibid. 3, 2, no 1627, p. 1579-1584, ici p. 1583 [15].

28 Ibid., 2, 2, no 769, p. 774 sq. ; Pour la rencontre à Biberach, voir aussi no 768, p. 773 sq.

29 Ibid., 2, 2, no 769, p. 775.

30 Ibid., 2, 2, no 671, p. 656 ; texte imprimé par Wilhelm Vischer, Geschichte des Städtebundes, p. 188 sq., annexe no 2.

31 Voir Otto Borst, Geschichte der Stadt Esslingen am Neckar, Esslingen am Neckar, Bechtle Verlag,3 1978, p. 147 sq.

32 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 622, p. 622.

33 « Ulman Stromer’s ‘ Püchel von meim geslechet und von abentewr’. 1349 bis 1407 », dans Die Chroniken der Fränkischen Städte. Nürnberg t. 1, édité par Carl Hegel, Leipzig, Salomon Hirzel (Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, t. 1), 1862, p. 1-106, ici p. 35. Sur la position du chroniqueur Ulman Stromer dans la guerre urbaine en Allemagne du Sud, voir le chap. II. 2 dans Alexander Schubert, Der Stadt Nutz…, op. cit., p. 239-253 ; Almut Höfert,« Der Krieg in der Individualperspektive von Patriziat und Adel », dans Christoph Heiduk, Almut Höfert, Cord Ulrichs (Hg.), Krieg und Verbrechen in spätmittelalterlichen Chroniken, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1997, p. 111-182.

34 « Ulman Stromer’s ´Püchel… », op. cit., p. 38 : « Der selb krieg wert lang zeit, daz sich der swebisch punt vast ward meren. da nach kam in ir puntnus die von Nordling, di von Hall, die von Gemünd, die von Dinkelspuchel, di von Bopfing. Darnach uber lang zeit kam in ir puntnus die von Rotenburk und herczog Lewpolt mit allem sein land in Swoben und Elsossen ».

35 L’entrée du duc Leopold III de Habsbourg s’effectua le 12 février 1378, voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 674, p. 659-663 ; voir aussi Wilhelm Vischer, Geschichte des Städtebundes…, op. cit., p. 31.

36 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 616, p. 616-618.

37 Ibid., 2, 2, no 619, p. 620.

38 Ibid., 2, 2, no 645, p. 640 ; Deutsche Reichstagsakten unter König Wenzel. Erste Abtheilung 1376-1387, édité par Julius Weizsäcker, München, Cotta (Deutsche Reichstagsakten, 1), 1874, no 108, p. 193 sq. Voir la missive des Nurembergeois adressée à 13 villes souabes dans Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., no 627, p. 626 sq.

39 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 674, p. 659-663 ; ici p. 659 ; voir aussi le contrat des ducs d’Autriche avec les villes dans Idem, Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 1, no 3, p. 33. Sur l’importance particulière de la protection des routes au Moyen Âge, voir Klaus Brandstätter, « Strassenhoheit und Strassenzwang im hohen und späten Mittelalter », dans Rainer C. Schwinges (Hg.), Strassen-und Verkehrswesen im hohen und späten Mittelalter, Ostfildern, Thorbecke, 2007, p. 201-228.

40 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 1, no 33, p. 96-101. Sur l’union des deux ligues, voir Bernhard Kreutz, Städtebünde…, op. cit., p. 239-249.

41 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 1, no 65, p. 139 sq.

42 Sur ces associations voir Konrad Ruser (Hg.), « Zur Geschichte der Gesellschaften von Herren, Rittern und Knechten in Süddeutschland während des 14. Jahrhunderts », Zeitschrift für Württembergische Landesgeschichte, no 34/35, 1975/76, p. 1-100 ; Andreas Ranft, Adelsgesellschaften. Gruppenbildung und Genossenschaft im spätmittelalterlichen Reich, Sigmaringen, Thorbecke, 1994.

43 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 1, no 45, p. 111 : « wir haben vernomen, wie daz die geselschaften bij uch und umb uch ennid Rines und in der Wetreybe groß gewerbe von samenunge haben. Daz selbe dunt ouch sie bij uns. Nu haben wir unsere kuntschaft stetez dar uff, ob der dheiner, die bij uns und umb uns geseßen sint, uber uch oder unsere eytgnoßen an dem Rine oder da umb dienen oder ziehen wolten. »

44 Idem, Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 683, p. 670.

45 Idem, Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 683, p. 670 : « etwer spricht fur Rutlingen, spricht etwas, si ligen fur Niunhusen bi Esslingen. Abder des wissen wir kein aigenschaft. Alsbald aber wir ich innan werden, daz sie sich wider her uf keren werden, daz wellen wir uch unverzogenlichen verkunden […]. »

46 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2224, p. 2254 et s., ici p. 2255 [4]. Sur le rôle précis de Nuremberg dans la ligue des villes souabes, voir Alexander Schubert, Der Stadt Nutz…, op. cit. ; Laurence Buchholzer-Remy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, Belin, 2006 ; Stefanie Rüther, « Der Krieg als Grenzfall städtischer ‚ Außenpolitik’ ? Zur Institutionalisierung von Kommunikationsprozessen im schwäbischen Städtebund (1376-1390) », dans Christian Jörg, Michael Jucker (Hg.), Politisches Wissen, Spezialisierung und Professionalisierung. Träger und Foren städtischer “Außenpolitik” während des späten Mittelalters und der Frühen Neuzeit, Berlin, Akademie Verlag, 2008.

47 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2408, p. 2377 : « car la guerre pèse plus sur nous, ceux de Rothenburg, Windsheim, Schweinfurt et Wissembourg, et que nous avons plus d’ennemis que tous les autres dans les environs » (Dann daz der krieg uff unz, den von Rotenburg, Windsheim, Schweinfurt und Weissenburg mer ligend wirt und daz wir mer veind gewunnen, die uns gesessen sein, dann alle ander stet, die in dem punde sind).

48 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2408, p. 2377 : « Ainsi nous avons cinq des châteaux des seigneurs de Bavière autour de nous, d’où on nous attaque tous les jours, par le biais d’incendies et de pillages. » (So haben wir der herren von Beyrn slozze funf umb uns zunehst ligend, do man uns itzunt teglichen von angreift mit prand und mit name).

49 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2410, p. 2379.

50 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 635, p. 632. Sur la bataille de Reutlingen, voir Johannes Jacobsen, Die Schlacht bei Reutlingen. 14. Mai 1377, Leipzig, von Veit & Comp, 1882 ; voir aussi Stefanie Rüther, « Alltäglichkeit und Entgrenzung. Zum Bild des Krieges in der spätmittelalterlichen Chronistik », dans Birgit Emich, Gabriela Signori (Hg.), Kriegs Bilder in Mittelalter und Früher Neuzeit, Berlin, Dunker und Humblot, 2008, p. 33-60.

51 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2207, p. 2236-2240. Sur la conclusion de la paix Stefanie Rüther, « Geleit, Gesandte und Gerüchte. Mediale Strategien auf dem Weg zum spätmittelalterlichen Friedensschluss am Beispiel des ersten süddeutschen Städtekriegs », dans Bent Jörgensen, Raphael Krug, Christine Lüdke, Friedensschlüsse. Medien im Umfeld der Konfliktbewältigung im Mittelalter und der Frühen Neuzeit, Augsburg, 2008.

52 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2207, p. 2239, [10] : « En ce qui concerne la proclamation et le respect de la conciliation, nos alliés sont priés de la proposer aux leurs vers Hersbruck, vers Sulzbach, à Stein, Freienstadt, Rietenborg, Ingolstadt et dans les territoires, afin que la conciliation parte désormais d’eux et soit respectée, sans délai. Les villes susnommées doivent proposer sur l’heure vers Nuremberg, Ratisbonne, Wissembourg, Eichstätt, Berching, Heideck et les territoires intermédiaires de l’annoncer aux leurs, afin que la conciliation les concerne aussi et soit respectée […] » (Und umb die sune zu verkunden und zu halten sollent unser vettern daz zu stunt embiten den iren gen Hersprucke, gen Sultzpach, zum Steyne, zur Frienstad, Rietenborg, Ingelstadt und waz dazuschen liget, daz die sune von denselben itzunt angee und gehalten werde, ane geverde. So sollent es die obgenanten stete zu stunt enbiten gen Nuremberg, Regenspurg, Wißenburg, Eysteten, Berchingen, Heidecke und waz dazuschen liget, den iren zu verkunden, daz die sune auch angee und gehalten werde […].)

53 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2207, p. 2239, [10] : « en ce qui concerne les villes et les châteaux éloignés des deux côtés, les deux parties doivent chacune annoncer la conciliation aux leurs immédiatement, sans délai, afin que ceux-ci puissent la proclamer et l’observer d’ici mercredi prochain [18 mars] au lever du jour, sans faute. » (Waz aber verre stete und sloße gelegen sint von beden siten, daz sollent bede parthien iglich den iren verkunden auch zur stunt, ane geverde, daz dieselben die sune auch lassen angeen und halten offmitwochen nehst kompt [18. März] so der tag offget, an alle geverde).

54 Sur les différents réseaux de communication en haute Allemagne au début de l’époque moderne, voir l’ouvrage collectif de Carl A. Hoffmann, Rolf Kießling (Hg.), Kommunikation und Region, Konstanz, Universitätsverlag Konstanz (Forum Suevicum, t. 4), 2001.

55 Sur la « dimension spatiale de la violence » à partir de l’exemple de la seconde guerre urbaine d’Allemagne du sud, voir Gabriel Zeilinger, Lebensformen im Krieg. Eine Alltags- und Erfahrungsgeschichte des suddeutschen Stadtekrieges 1449/50, Stuttgart, Franz Steiner, 2007, p. 85-112.

56 Voir ici la bibliographie déjà citée à ce sujet à la note 1.

57 Voir Leopold Auer, « Formen des Kriegs im abendländischen Mittelalter », dans Manfried Rauchensteiner, Erwin A. Schmidl (Hg.), Formen des Krieges. Vom Mittelalter zum ‘ Low-Itensity-Conflict’, Graz/Köln/Wien, Styria, 1991, p. 17-43, ici p. 21 ; Christopher Allmand, « War and the Non-combatant in the Middle Ages », dans Maurice Keen (ed.), Medieval Warfare. A history, Oxford/New York, University Press, 1999, p. 253-272 ; Martin Clauss, « ‘ Aujourd’huy toutes les guerres sont contre les povres gens’. Gewalt gegen Nichtkombattanten als Mittel der Kriegführung im Hundertjährigen Krieg”, Saeculum, no 57, 2006, p. 77-99.

58 Dans la médiévistique allemande, il est courant d’inscrire le pillage et l’incendie dans le modèle de la faide médiévale. Ces formes de violence sont ainsi souvent décrites comme des moyens d’atteindre d’autres objectifs, des objectifs extérieurs à la guerre. Si l’on suit ce modèle d’interprétation classique de la faide, qui voit celle-ci comme une manière de régler le conflit ayant forme de droit, les opérations de destruction ne visaient à nuire à l’ennemi que pour obtenir le droit (voir Otto Brunner, Land und Herrschaft. Grundfragen der territorialen Verfassungsgeschichte Österreichs im Mittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1973 (Nachdruck der 5. Auflage Wien 1965)). En partant d’une telle conception d’une guerre « qui n’en est pas vraiment une » et qui suppose d’autres motifs en arrière-plan des opérations de pillage et de destruction, on tend à méconnaître la rationalité propre à cette pratique de la guerre. Les sources portant sur les guerres urbaines du sud de l’Allemagne amènent au contraire à comprendre « les pillages et les incendies » comme un moyen et un objectif de ces guerres. Leur signification est à trouver dans les pratiques mêmes, avec leurs succès potentiels tant au niveau symbolique que matériel. Voir pour la critique du modèle de la faide établi par Brunner, Gadi Algazi, Herrengewalt und Gewalt der Herren im späten Mittelalter, Frankfurt/New York, Campus, 1996 ; Hans-Henning Kortüm, « ‘ Wissenschaft im Doppelpass’ ? Carl Schmitt, Otto Brunner und die Konstruktion der Fehde », Historische Zeitschrift, no 282, 2006, p. 585-617.

59 « Die Chronik des Burkhard Zink », dans Die Chroniken der schwäbischen Städte. Augsburg t. 2, édité par Carl Hegel, Leipzig, Salomon Hirzel (Die Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, t. 5), 1866, p. 1-330, ici p. 17 : « do zugen die von Ulm geen Weißenhorn und verpranten alles das vor der stat was und namen ain großen Raub von rossen, kuen und anderm das sie funden und prachtes es mit in haim gen Ulm ». Sur Burkhard Zink, voir Karl Schnith, Die Augsburger Chronik des Burkhard Zink. Eine Untersuchung zur reichsstadtischen Geschichtsschreibung des 15. Jahrhunderts, Dissertation Munchen, 1958 ; Jorg Rogge, «Vom Schweigen der Chronisten. Uberlegungen zu Darstellung und Interpretation von Ratspolitik sowie Verfassungswandel in den Chroniken von Hektor Mulich, Ulrich Schwarz und Burkhard Zink », dans Johannes Janota, Werner Williams-Krapp, Literarisches Leben in Augsburg wahrend des 15. Jahrhunderts, Tubingen, Niemeyer, 1995, p. 216-239.

60 Voir Joseph Morsel,« ‘Das sy sich mitt der besstenn gewarsamig schicken, das sy durch die widerwertigenn Franckenn nitt nidergeworffen werdenn’. Überlegungen zum sozialen Sinn der Fehdepraxis am Beispiel des spätmittelalterlichen Franken », dans Dieter Rödel, Joachim Schneider, Strukturen der Gesellschaft im Mittelalter. Interdisziplinäre Mediävistik in Würzburg, Wiesbaden, Reichert, 1996, p. 140-167.

61 Sur « l’expulsion des étrangers » ordonnée par le Conseil de Nuremberg à la veille de la guerre des villes en Allemagne du Sud en 1388/1389, voir Carl Hegel, « Beilagen zu Ulman Stromer », dans Die Chroniken der fränkischen Städte…, op. cit., p. 107-312, ici p. 174.

62 Sur les mesures par lesquelles on essayait, comme à Nuremberg pendant la guerre urbaine, de protéger les environs urbains, voir Alexander Schubert, Der Stadt Nutz…, op. cit., p. 115-117 ; Gabriel Zeilinger, Lebensformen…, op. cit., p. 67 sq.

63 Sur les différentes théories de l’espace social, voir le chapitre « espaces sociaux » dans Jörg Dünne, Stephan Günzel (Hg.), Raumtheorie…, op. cit., p. 289-368.

64 Voir l’édit du Conseil de Ratisbonne en date du 22.09.1388, Karl Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2511, p. 2473 sq. Assurément cela ne signifiait pas que les conseils urbains refusaient par principe la pratique des incendies. Au contraire, le conseil de Ratisbonne avait par exemple conclu de tels « contrats de protection » avec différents villages. Ces contrats les assuraient, contre le versement d’une certaine somme d’argent, que leurs possessions ne seraient pas détruites par l’incendie ou le pillage. Voir ibidem, no 2524, p. 2481.

65 « Chronik des Burkhard Zink… », op. cit., p. 34.

66 « Ulman Stromer’s… », op. cit., p. 41 : « Le duc Stéphane et le duc Frédéric repartirent en guerre et, avec toutes leurs forces, ils incendièrent presque tout le pays autour d’Ausgbourg, arrivèrent à un mille de Ratisbonne, et, de là, ils brûlèrent tout aux alentours » (Herczog Steffan und herczog Fridreich, huben den krig wider an, und zůgen mit aller ir macht czu feld und pranten umb Augspurk das lant vast ab und zůgen bei einer meyl von Regenspurg und lagen do zu veld und bůßten daz land vast umb Regensburg).

67 Sur l’obligation faite aux bourgeois de prendre part activement à la guerre, voir « Ordnung für die Viertelsmeister und Gassenhauptleute der Stadt » dans Carl Hegel, « Beilagen zu Ulman Stromer », op. cit., p. 173 sq.

68 Voir l’opération menée par les « villes du lac » en août 1378 dans le territoire du comte de Wurtemberg : Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 697, p. 679.

69 « Ulman Stromer’s… », op. cit., p. 35.

70 Ainsi lors de la bataille de Reutlingen, en 1377, les troupes urbaines furent attaquées par le comte Ulrich de Wurtemberg, après que celui-ci avait pris position dans le château d’Achalm situé juste devant Reutlingen. À partir de là, le comte cherchait à empêcher les bourgeois de dévaster le territoire du Wurtemberg, voir Wilhelm Vischer Geschichte des Städtebundes…, op. cit., p. 27. Sur les châteaux médiévaux en général, avec les références bibliographiques correspondantes, voir Jens Friedhoff, « Burg und Schloss”, dans Werner Paravicini (Hg.), Höfe und Residenzen im spätmittelalterlichen Reich. Bilder und Begriffe, Teilband I : Begriffe, Ostfildern, Thorbecke, 2005, p. 16-26.

71 Voir « Chronik von 1368 bis 1406 », dans Carl Hegel, Die Chroniken der schwäbischen Städte. Augsburg, t. 1, Leipzig, Salomon Hirzel (Die Chroniken der Deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, t. 4), 1865, p. 1-125, et p. 55 : « Ceux d’Ulm partirent à l’assaut et conquirent Arnegg, Brandenberg, Brennenberg et Stain et les incendièrent tous. » (Do zugen die von Ulm uz und gewunen Arnegg, Brandenberg und Brennenberg und den Stain und verpranten die allzumaul). Il s’agit ici de la forteresse de Arnegg (Blaustein), du château Brandenburg (Dietenheim), et des forteresses Bellenberg et Rabenstein.

72 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 2, 2, no 713, p. 688.

73 Voir « Neutralitätserklärung von Eberhart und Michel die Hofer mit Burg Neuhaus für die Städte des Bunds in Schwaben und Regensburg » dans Idem, Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 2, no 1829, p. 1817.

74 Sur le conduit, voir Martin Kintzinger, « Cum salvo conductu. Geleit im westeuropäischen Spätmittelalter », dans Rainer C. Schwinges, Klaus Wriedt, Gesandtschafts-und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, Ostfildern, Thorbecke, 2003, p. 313-363 ; Stefanie Rüther, « Geleit, Gesandte… », op. cit.

75 Voir Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 2, no 1274, p. 1173 ; 3, 3, no 2618, p. 2559 sq.

76 Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit., 3, 3, no 2620, p. 2561-2565, ici p. 2562 [1] : « daz all fursten und herren und die iren, die zu dem Tag ziehen oder reiten, sicher sullen sein vor uns und vor den vorgenanten steten und allen den unsern und den iren zu dem tag, uffdem tag und von dem tag wider heim zu hawse, on alles geverd. »

77 Étrangement il était noté dans la même lettre que la guerre pouvait être continuée par les princes, les seigneurs, et les villes. La seule limite était que personne ne devait mener d’attaque contre l’ennemi sur la route qui menait au lieu de la rencontre. Voir ibidem, no 2620, p. 2562 [2].

78 Voir ibidem, no 2620, p. 2562 [3].

79 Voir ibidem, no 2620, p. 2562 [4]. Le burgrave de Nuremberg avait chargé Henri Wisberger et les Wolmershawser d’assurer ce conduit. Ils devaient se rendre à Nuremberg avec huit ou dix chevaux et en ramener autant de soldats que cela leur semblait nécessaire pour assurer la sécurité de la route. Voir le document établi par le chevalier Albert d’Eglofstein qui organisa leurs obligations de conduit sur demande du burgrave de Nuremberg. Konrad Ruser (Hg.), Urkunden und Akten…, op. cit. 3, 3, no 2650, p. 2587 et sq.

80 À la suite de Henri Lefebvre, on peut ici se demander dans quelle mesure les différentes conceptions de l’espace des citadins et de la noblesse sont à relier à leur propres « conditions de production », c’est-à-dire leurs différents fondements économiques et sociaux (commerce/seigneurie foncière). Voir Henri Lefebvre, La production de l’espace, op. cit., p. 39.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search