Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

Les « états unis » d’Alsace. Quelques remarques sur la genèse d’un espace politique et sur les pratiques de coopération de ses composantes (XIVe-XVIIe s.)

Georges Bischoff

Texte intégral

  • 1 AM Sélestat, BB 15a, p. 11-12 cité par Joseph Gény, Die Reichstadt Schlettstadt und ihr Anteil an d (...)

1Le 15 septembre 1488, la ville de Sélestat décline l’offre d’adhésion proposée par la Ligue souabe en expliquant que les charges que lui demande l’Empire sont déjà assez lourdes et que « les pays de Souabe et d’Alsace sont séparées par un [trop] large territoire »1.

  • 2 Louis Batiffol, Les anciennes républiques alsaciennes, Paris, Flammarion, 1918, p. 138. La citation (...)

2Cet argument peut être invoqué a contrario pour justifier une implication locale, et pour donner raison aux propos de Louis Batiffol selon lequel « l’Alsacien ne s’intéresse qu’à l’Alsace », et « les liens avec l’Empire sont des liens fédératifs très lâches »2.

3Qu’en est-il réellement ? Si on suit cet auteur, qui met sa plume au service d’un régionalisme tricolore nourri d’ingénuité perverse et de contre-vérités, le destin de la rive gauche du Rhin est scellé depuis toujours, et les modes d’organisation qui s’y développent au cours du Moyen Âge et de l’époque moderne concourent vers un seul but, le retour vers la mère patrie gauloise. « L’Alsace demeurée celte à travers les âges n’a subi jadis l’ancien Empire germanique qu’en sauvegardant son indépendance dans des républiques autonomes et s’est retournée vers la France au xviie siècle pour se mettre sous son protectorat lorsque l’Empire voulut détruire ses libertés ».

4Ce raccourci donne la mesure d’une histoire disputée, et l’on pourrait lui opposer des exemples symétriques tout aussi affligeants. Son intérêt réside dans l’anachronisme qui consiste à projeter le modèle français, fondé sur l’adhésion de ses membres à un État dont le pouvoir central exprime la volonté de tous, et, corrélativement, dans l’incapacité de comprendre un système où la décision échappe aux directives venues du haut vers le bas. Les « libertés » évoquées plus haut ressortissent de ce no man’s land.

5Le concept de ligue, qui privilégie des coopérations mitoyennes et qui permet toutes sortes d’ajustements contractuels sort du cadre de l’État-nation tel que l’a inventé le xixe siècle. La notion de subsidiarité le place sous les feux de l’actualité et lui restitue une certaine fraîcheur – qui peut aussi entretenir le mythe, mais c’est une autre histoire.

6Le cas de l’Alsace entre la fin du xve siècle et les Traités de Westphalie illustre la genèse d’un espace politique né de la combinaison de différents partenaires : en effet, cette province française n’est pas, au départ, une province de l’Empire, au sens que l’on attribue à ce mot, c’est-à-dire un ensemble cohérent, façonné par une appartenance commune, et, si possible, cueilli par le royaume de France à l’extinction d’une dynastie princière (comme en Bretagne, en Bourgogne ou en Lorraine). Entre Vosges et Rhin, en effet, la province est œuvre de conquête, au forceps, des intendants (même si elle est déjà esquissée par l’Autriche). Elle ne préexiste pas au traité de Nimègue. Au demeurant, elle est, comme le disent les voyageurs du xviie siècle, une « province d’Allemagne » – comme si cette réalité provinciale avait un brin de pertinence dans l’Empire (sauf pour les Habsbourg, confrontés à des pulsions monocratiques et à des logiques de domination en milieu allogène).

7En se focalisant sur des constructions collectives plus ou moins durables, établies pour l’utilité publique en vertu du sage principe « quod omnes tangit debet ab omnibus approbari », ces journées d’étude invitent à rouvrir un dossier mal compris par l’historiographie française, et à dépasser les approches « constitutionnelles », trop théoriques, en examinant davantage les modalités pratiques de ces « ligues ».

Le concert et ses interprètes : musique de chambre ou symphonie ?

  • 3 La topographie politique de l’Alsace a été exposée à de nombreuses reprises sur le mode de la juxta (...)

8Le temps et l’espace, d’abord. Les articulations classiques n’ont qu’une pertinence limitée, et ce qu’on entend généralement par « période charnière » ou par « transition » n’a guère de sens ici. L’Oberrhein d’Odile Kammerer s’inscrit dans une chronologie cohérente jusqu’au milieu du xive siècle, et ce qui suit pourrait bien former un bloc jusqu’à l’annexion par la France. L’Alsace du Reich forme un tout de Charles IV à Louis XIV. Sa configuration territoriale est tracée dans la durée, avec le bloc des pays antérieurs de l’Autriche au sud, les possessions de l’évêque de Strasbourg, elles aussi transrhénanes, plus au nord, un semis de villes et de seigneuries de taille et d’ambitions plus modestes, la vigoureuse république de Strasbourg, qui est « fille du Rhin » (Lucien Febvre) et qui est donc ailleurs, et des mouvances périphériques plus actives qu’on le croit, Lorraine, margraviats de Bade, Wurtemberg, Bourgognes, Palatinat surtout. Le grand bailliage de Haguenau, Reichslandvogtei, embrasse toute l’étendue géographique qu’on entend par le nom Alsace, ce qui suggère une certaine unité, mais son autorité se limite aux domaines directement tenus par l’Empire, les villes impériales ainsi qu’une poussière de villages. Les deux circonscriptions landgraviales mises en place au xiie siècle à la suite des comtés carolingiens du Nordgau et du Sundgau sont restées virtuelles, l’une, aux mains de l’évêque de Strasbourg depuis 1359, mais sa consistance est honorifique, l’autre, dans celles des Habsbourg qui l’ont finalement confondue avec leur propre territoire3. Défini par des limites simples, les Vosges et le Rhin, des limites continues, 150 km du nord au sud, mais des limites qui ne sont pas des obstacles, ce pays d’Alsace n’est qu’un paysage (« Drei schlösser auf einem berg, Drei kirchen in einem kirchhof, Drei städte in einem thal, Ist das ganze Elsass überal »). S’il a une identité, un semblant d’unité, c’est, paradoxalement, parce qu’il a un nom, et parce qu’il forme un « concert » : nous retiendrons ce mot légèrement désuet pour qualifier toutes les formes de concertation et de coopération, éphémères ou durables, qui impliquent ses membres à l’échelle régionale, en deçà de celle-ci ou au-delà, notamment dans l’espace délimité par le cours supérieur du fleuve. On notera d’emblée deux points importants pour la suite : l’absence d’un dénominateur commun pour la rive droite, improprement « badoise » – avec l’éternelle question des centres de pouvoir –, et, d’autre part la présence d’un « chef d’orchestre », c’est-à-dire d’une autorité morale capable de fédérer les intérêts locaux. En Alsace, ce rôle n’est pas assumé par un dynaste local, parce qu’il n’y en a point, mais par un grand officier de l’empereur, le bailli de Haguenau, dont le titre est plutôt sous-bailli (unterlandvogt), ou par le prince-évêque de Strasbourg en sa qualité de landgrave. L’optique n’est pas celle qui a cours sur les pentes de la Forêt-Noire, où il y a de puissants Landesherren héréditaires, margraves, comtes ou même ducs. Enfin, ajoutons une variable ou deux : les républiques de Strasbourg et de Bâle, qui possèdent les moyens de leur liberté, et interviennent ici comme de brillants solistes.

9En réduisant l’exercice du pouvoir à la dialectique Obrigkeit/Untertan, les historiens et les juristes se sont dispensés de voir dans les institutions anciennes autre chose qu’un rapport hiérarchique de commandement et d’obéissance. Ce régime de type militaire, qui convient à la monarchie, aux seigneurs ou aux rois de la mine et du rail, est-il rééquilibré par la croyance dans les vertus du corporatisme, qui consiste à déléguer certaines attributions à des corps privilégiés, et, de ce fait, à leur reconnaître une sorte d’autonomie interne, concédée, octroyée, validée par contrat ? La « gouvernance » à la mode du xxie siècle peut apparaître comme une hybridation du « management » et de la communication, sans qu’il faille se faire d’illusion sur sa nature véritable. En effet, c’est l’ombre du « pays réel » qui se dessine à l’arrière-plan de ce prêt-à-porter idéologique. Les débats dans lesquels s’insèrent, qu’on le veuille ou non, les recherches actuelles sur les ligues, ne sauraient être déconnectés de ces enjeux. C’est pourquoi, il n’est pas inutile de chercher à comprendre des pratiques qui relèvent d’un partage de la décision, et, mieux encore, d’une souveraineté partagée – voire du bricolage.

Principes et procédures de concertation : un chantier à reprendre

10Évitons pour l’instant la terrible question de la démocratie directe, mais rappelons qu’elle a cependant quelques champs d’exercice, et pas seulement dans les villes gagnées par les métiers lors des révolutions du deuxième tiers du xive siècle. Dans les campagnes, et les weistümer sont là pour le rappeler, l’immobilisme de la coutume est sanctionné par un acquiescement mutuel, ou, mieux encore, par une connivence tacite des intéressés. La lecture du règlement du village ou de la cour seigneuriale a lieu lors d’une assemblée générale annuelle, un plaid (ou ding), qui peut être une manifestation conviviale, un banquet de plein air à l’ombre des tilleuls, autant qu’un rite de soumission. La mise par écrit dont on fait ses gorges chaudes, cette Schriftlichkeit qu’il vaut mieux ne pas traduire pour en garder la densité savante, n’est peut-être qu’un épisode du bras de fer qui oppose des communautés rurales à leurs maîtres : libertés conquises de facto, dans l’éclipse de l’autorité locale (car le seigneur est fragile, lointain, mineur, et bien souvent, atomisé). Dans un registre différent, l’émiettement des pouvoirs peut imposer des procédures d’arbitrage plus actives, que ce soit à l’échelle d’une seigneurie indivise fractionnée entre des ayants droit toujours plus nombreux – à l’exemple des gemeiner du Val de Villé, qui sont une cinquantaine de copropriétaires au milieu du xve siècle – ou, même d’un château régi par une paix castrale, autrement dit par un « syndicat » : là encore, des organes délibératifs ont un sens, et leur convocation concerne tous les associés.

  • 4 Exemple parmi tant d’autres, documenté, par exemple, par Édouard Bonvalot, « Les coutumes de l’Assi (...)

11Les remarques qui viennent d’être faites se rapportent à des ensembles cohérents, à des communautés. Il reste alors à calibrer les appartenances, en sachant à quel cercle appartient tel ou tel acteur. Dans une cellule élémentaire, domaine foncier, paroisse ou ban, la chose est plutôt facile (même si le même individu relève de strates différentes qui peuvent ne pas se chevaucher). Dans une seigneurie territoriale, c’est déjà moins facile, mais on peut imaginer des rencontres entre villages voisins, ou entre les habitants du chef-lieu et ceux de son arrière-pays. Ainsi, la seigneurie du château de Belfort se subdivise-t-elle en trois sous-ensembles, la ville, dotée de franchises, une poignée de villages appelés « la Roche », et une deuxième série de villages répartis en deux sections sous le nom de Grande Mairie de l’Assise : le seigneur est le même, la haute justice est une, mais le droit des personnes diffère. La contribution des uns et des autres obéit à des règles de répartition, qui sont probablement négociées entre voisins. Tous les ans, les habitants de l’Assise (les hommes adultes, évidemment) se retrouvent à Chèvremont pour la lecture de leurs coutumes, et c’est probablement alors qu’on statue sur ces points4.

  • 5 AD Haut-Rhin, E dépôt 30, Marche de Guémar, notamment DD 4/2. Le règlement de la Marche est codifié (...)

12Ces formes rudimentaires d’intercommunalité prennent une autre dimension quand on sort de la seigneurie proprement dite : on connaît les confrontations plus ou moins violentes pour des droits d’usages, des terres disputées ou d’autres querelles de clocher. Dans les cas extrêmes, cela peut aller jusqu’à des guerres locales, soldées par des passeries (dans les Pyrénées) ou par des haines recuites. On se permettra de citer Merxheim et Gundolsheim, pour qui la razzia et l’incendie sont presque monnaie courante quand il s’agit de recouvrer leurs droits sur le site d’un village disparu, où les arquebusiers rivaux de Merdingen et d’Ihringen, dans le Kaiserstuhl, qui se canardent allègrement sous prétexte de leurs droits de chasse au loup (1528). En général, la paix est meilleure conseillère et ces conflits de voisinage finissent par se régler à l’amiable, en érigeant des garde-fous : ce sont des codes de bonne conduite, des règlements issus de la coutume et de sa jurisprudence, mais flanqués d’instances de surveillance. Leur modèle pourrait être celui de la Marche de Guémar, qui organise l’accès aux pâturages des bourgs et des villages limitrophes de l’Ill, en aval de Colmar : onze localités relevant d’autorités concurrentes, mais soudées par les mêmes intérêts depuis 1357, malgré des litiges à répétition soumis à leur bonne volonté ou apaisés par les cités voisines5.

13Ce modus vivendi fondé sur la concertation et l’expertise des anciens n’a rien d’exceptionnel. Il dérive de pratiques judiciaires du même type qui prennent les traits de « comités de sages » et de commissions paritaires : ainsi, à propos des installations hydrauliques, de la stabulation libre sur les sommets des Vosges, etc.

Alliance et coopération

  • 6 Sur les Landfrieden, il faut évidemment revoir les grands Urkundenbücher de la région, ceux de Bâle (...)

14En provoquant un peu, on pourrait dire que le modèle observé à cette grande échelle est celui qui a cours dans des espaces beaucoup plus larges : c’est celui des landfrieden dont les buts sont à peu près les mêmes puisqu’il s’agit de garantir la paix, et dont les procédures donnent lieu à des associations comparables. Différence de taille, évidemment, mais aussi de substance politique, qu’on reconnaîtra volontiers à travers d’autres contributions de ce livre. Les paix « provinciales » décidées, pour une durée précise, par des territoires et des villes qui disposent de l’immédiateté d’Empire ou, du moins, d’une grande indépendance de fait (les Reichsstädte) sont des réponses communes à l’insécurité venue de l’extérieur, aux invasions comme les débordements de la Guerre de Cent ans, mais plus encore, aux désordres suscités à l’intérieur par des « électrons libres », brigandage ou guerre privée. On se contentera des quelques idées nécessaires pour comprendre la suite : À la différence de la ligue perpétuelle sédimentée par des Confédérés suisses depuis 1291, mais réellement opérationnelle un siècle plus tard (lors de l’adoption du Convenant de Sempach, en 1393, qui cimente une discipline commune), les landfrieden sont dépourvus d’une permanence institutionnelle. Ils se recomposent régulièrement dans l’urgence, avec des partenaires qui peuvent changer, mais en gardant, dans ses grandes lignes, le même rayon d’action déterminé par les limites géographiques du Rhin supérieur. Avantage de la chose ? Intervalles et interstices sont couverts par le réseau. Le phénomène a des bornes chronologiques assez courtes : pour simplifier, un bon xive siècle, avec un apogée en 1343 lorsque le landfried centré sur le fleuve se double d’un landfried établi outre Vosges par le duc de Lorraine et ses voisins6. Notons que le terme allemand est adopté tel quel par ces derniers, jusqu’à son oubli au milieu du xve siècle. La péremption qui frappe les alliances territoriales dont l’Alsace forme le centre de gravité mérite une attention plus grande que celle qu’on lui a accordée jusqu’à présent : en effet, l’institution évolue, et l’on ne relève plus de Landfrieden après 1400. Pourquoi ? La conjoncture territoriale n’est plus la même, et l’évêque de Strasbourg, si présent par le passé, est maintenant hors jeu, englué dans ses problèmes financiers et dans des combinaisons qui intéressent d’abord la ville épiscopale (Guerre de Dachstein, v. 1420) ; le bailliage impérial est désormais aux mains des comtes palatins, ce qui produit un basculement vers le nord. Enfin, l’Empire n’est plus le même sous la présidence de Sigismond dans la mesure où le Reichstag impose des comportements nouveaux.

  • 7 Louis Batiffol, Les anciennes républiques…, op. cit., p. 126.
  • 8 Lucien Sittler, La Décapole alsacienne des origines à la fin du Moyen Âge, Strasbourg, Le Roux, 195 (...)

15On peut admettre que la relève de la « sécurité collective » est prise par les villes impériales réunies depuis 1354 au sein de la Ligue tardivement étiquetée « Décapole », qui est remise en perspective ici même par Olivier Richard. « De cette institution date une ère nouvelle, écrivait Louis Batiffol. Le peuple d’Alsace représenté par ses villes, esquissait une unité du pays7 ». Voire. Que le mythe ait effectivement servi à fédérer une certaine image de l’Alsace est une chose, que la réalité institutionnelle ait forgé un dessin collectif en est une autre8. Association d’égoïsmes locaux et de défense des privilèges de ses membres, la Décapole est un syndicat intercommunal qui s’avère efficace dans des cas plutôt rares, sous la tutelle de l’électeur Frédéric le Victorieux notamment : l’alliance de Mulhouse avec Berne et Soleure (1466) donne la hauteur de ses carences. On la créditera cependant de la durée et de l’étendue, parce qu’elle s’égrène de Wissembourg à Mulhouse, ou de Landau à Munster (après 1515), et qu’elle demeure exclusivement sur la rive gauche du Rhin, sans tenir compte des Reichsstädte de l’Ortenau qui lui font face. Au xvie siècle, les Habsbourg la respectent dans le cadre du bailliage impérial d’Alsace, parce que cette circonscription leur est utile et que les villes sont (relativement) aisées.

  • 9 Bel exemple du Colmarien Gilg Kempf dans Karl-Ernst Geith, « Im Dienste der Stadt. Bemerkungen zur (...)
  • 10 Bien esquissée par Julius Cahn, Der Rappenmünzbund, eine Studie zur Münz-und Geldgeschichte des obe (...)
  • 11 Monique Debus-Kehr, Travailler, prier, se révolter. Les compagnons de métier dans la société urbain (...)

16Obnubilés par l’argument ontologique que leur apporte la ligue fondée par Charles IV et maintenue par la grâce de ses membres après 1378, les historiens ne se sont guère attardés sur les autres formes de coopération régionales dont le xve siècle est si riche. Pourtant, il suffit d’examiner les comptes du koifhus de Colmar ou ceux de la ville d’Obernai pour évaluer la quantité d’énergie dépensée en réunions communes9, pour la Décapole ou d’autres sujets. On oublie tout particulièrement les coopérations à caractère « technique », associations monétaires ou réglementation professionnelle. Ainsi, l’entente monétaire appelée rappenmünzbund, qui répartit la frappe des monnaies et définit leur valeur entre Bâle, la Haute Alsace et le Brisgau peut-elle être considérée comme une réussite absolue, tant par son fonctionnement – avec un véritable siège, la petite ville rhénane de Neuenburg, idéalement située au cœur de l’union, des rencontres périodiques, des actes suivis d’effet - que par sa longévité de 1403 à 1585, lorsque les Habsbourg imposent le thaler d’Ensisheim10. Il en va de même de la législation qui concerne des métiers forains (chaudronniers, meuniers, bergers) ou les conditions d’exercice des compagnons : la Knechteordnung adoptée en 1436 sert de référence à la plupart des villes du Rhin supérieur (au point qu’on propose de l’étendre aux villes suisses)11. On pourrait d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et le rythme de ces vagues de concertation, en faisant apparaître des facteurs de mobilisation. L’un de ces temps forts se situe dans la décennie 1430-1440. Ne peut-on pas le mettre en relation avec l’événement majeur de la période qu’est le Concile de Bâle, c’est-à-dire l’assemblée générale d’une Église catholique travaillée par les projets de réforme et animée par des débats comme elle n’en a jamais connus avant ?

17Cette clé n’est pas la seule, il s’en faut de beaucoup, et on pourra retrouver d’autres occurrences de ce genre, avec un flux comparable, de génération en génération (une nouvelle phase vers 1470, puis vers 1510…) Bizarrerie de l’histoire ou vérité biologique ? Les mystères de la psychologie politique sont insondables.

Les gouvernés : dialogue ou confrontation

18Consultation, concertation et collaboration s’inscrivent d’abord dans une situation de proximité et sont dictées par des circonstances. À qui revient l’initiative ? Comment passe-t-on de l’improvisation à l’usage ? Pour comprendre ce processus, un détour par les territoires les mieux organisés n’est pas inutile : en effet, c’est là que prend corps une conscience d’appartenance commune et que le prince opère une synthèse politique autour de sa personne ou de son gouvernement. Les « ordres » qui sont placées sous son autorité ont, pour le moins, des préoccupations communes. En Alsace, le seul cas où se produit cette maturation concerne les terres de la Maison d’Autriche, ou plutôt des Vorlande, qu’on a pu définir plus haut comme la province rhénane d’un ensemble dont le chef se trouve au mieux à Innsbruck (comme c’est le cas entre 1426 et 1490, puis entre 1564 et 1648), à Vienne ou sur la route.

  • 12 Georges Bischoff, Gouvernés et gouvernants en Haute-Alsace, Strasbourg, Librairie Istra, 1982, et, (...)

19L’isolement est-il synonyme d’abandon ? En 1433, exposés aux attaques du duc de Bourgogne, les habitants de Haute-Alsace et du Sundgau lancent un appel désespéré à l’aide du duc Frédéric IV et le menacent, implicitement, de se rendre à l’ennemi s’il s’obstine à rester passif. Cette protestation, qu’on pourrait qualifier de chantage, émane de la chevalerie et du pays, ritterschaft und landschaft, deux entités jusqu’alors inédites, ou, en tout cas, non identifiées comme telles. Dans les années suivantes, ces deux groupes, qui correspondent aux vassaux des Habsbourg et aux villes et bailliages administrés par leurs agents se réunissent en diètes à de très nombreuses reprises, bientôt rejoints par les prélats (1460), délibèrent, lèvent des impôts ou des contingents militaires et s’organisent sous l’œil bienveillant du landvogt d’Ensisheim. Le prince leur donne quittance, ce qui revient à reconnaître une liberté d’action. Les états provinciaux sont en place et vont perdurer jusqu’à la Guerre de Trente ans, avec les attributions financières et l’expérience institutionnelle qui caractérisent les assemblées les plus mûres. Il n’est pas nécessaire de s’y arrêter plus longtemps12, si ce n’est pour mettre en évidence trois aspects de leur « constitution », leur genèse immédiate, leur espace de référence et leur fonction militaire.

  • 13 AM Strasbourg, AA 179, no 5 : annonce de leur arrivée à noël 1432.

20Sur le premier point, et cela n’a pas été dit, le rôle d’incubateur du Concile de Bâle : il y a concomitance entre l’entrée en scène des états et l’épisode le plus dramatique de l’assemblée générale de l’Église, qui défie le Pape et reçoit solennellement deux cents délégués « élus » (erkoren und erwählt) de la chevalerie et du pays de Bohème et de Moravie (« von der ritterschaft und lanndschafft aus Behmen und Mahren »)13. La terminologie en – schafft indique la communauté, et la racine Land une identité spatiale.

21En deuxième lieu, faisons un distinguo entre la rive alsacienne et le Brisgau, la Forêt Noire ou les autres seigneuries de l’est, pour souligner une différence de cohésion, ou de compacité, qui se traduit par un partage territorial, même s’il existe des diètes et des doléances générales. Enfin, une fonction stratégique, qui procède de la géopolitique, cols des Hautes Vosges et trouée de Belfort érigés en « porte ou verrou de l’Allemagne » – c’est l’expression du xvie siècle qui revient tout au long des plans de défense adoptés par les états, en 1507, 1515, 1553, etc.

22L’irruption des gouvernés dans le « concert » des gouvernants change fondamentalement la donne et pose du même coup le problème de l’amalgame, qui peut se faire à deux niveaux, dans d’autres seigneuries territoriales d’abord, d’une manière horizontale, puis dans des relations de commandement – ou de coordination.

  • 14 AD Bas-Rhin, 1G 122/3, beau dossier à confronter avec les séries fiscales des AD Haut-Rhin, 3 G 4 ( (...)
  • 15 AD Bas-Rhin, 2 B 311/8 : supplique des communautés de Hilsenheim, Wittisheim, Bindernheim, Friesenh (...)

23Sujets du plat pays (réputés passifs et fatalement dominés par leurs maîtres) ou bourgeois des villes (sollicités d’une manière rituelle, mais virtuellement dépouillés de leurs prérogatives politiques par un patriciat captateur) sont-ils vraiment les absents de l’histoire ? Quelle est la voix des gouvernés, et quelle est la force de leur opinion, si tant est qu’elle existe ? L’enquête doit être reprise intégralement, sous l’angle de la culture politique et de l’imaginaire. La principauté épiscopale de Strasbourg n’a peut-être pas d’assemblées d’états régulières, mais la landschaft est une réalité sensible, au moins dans certaines de ses composantes où elle s’exprime : ainsi dans le Haut-Mundat de Rouffach14, où elle a pu formuler des revendications communes ; de même, la répartition de l’impôt donne lieu à des protestations15, donc à des débats, et par conséquent à des accommodements, codifiés par des matricules. Les sujets wurtembergeois de Riquewihr, Horbourg ou Montbéliard adhèrent aux dispositions du Traité de Tübingen qui rééquilibre les pouvoirs au sein du duché en 1514. Dans les villes impériales et les villes libres, les assemblées générales populaires sont monnaie plus courante qu’on le croit, et les échevins strasbourgeois ne sont pas uniquement une chambre d’enregistrement.

  • 16 Cf. les enquêtes hygiéniques de Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die B (...)
  • 17 Cf. Émile Toutey, Charles le Téméraire et la Ligue de Constance, Paris, Hachette, 1902, et, Albert (...)

24La thèse d’une solidarité régionale orchestrée par les seuls détenteurs de l’autorité suprême mérite un démontage radical. Elle doit être reconstruite en réhabilitant les idées – crispantes et, en tout état de cause, délicates à manier – de patriotisme impérial, voire de nationalisme16. Pour étudier ces combinaisons, l’un des meilleurs laboratoires est celui qu’offrent les alliances imbriquées mises en place au moment des Guerres de Bourgogne : l’Autriche réconciliée avec les Suisses, autour des concepts d’accord perpétuel (ewige Richtung et Erbeinung), la coalition des évêques de Strasbourg et de Bâle, de la république strasbourgeoise, de son homologue bâloise, des cités décapolitaines de Colmar et de Sélestat, bientôt rejointes par leurs sœurs de Moyenne Alsace (la Décapole moins Wissembourg et Haguenau), auquel se joignent le duc de Lorraine et le comté de Montbéliard. Ce montage connu sous le nom de Ligue de Constance, associe, à terme deux grandes composantes : les Confédérés suisses qui se donnent comme « l’ancienne et grande ligue de la Haute-Allemagne » et la « Niedere Vereinigung » traduite par Basse-Union, pour faire apparaître un cousinage topographique17.

  • 18 AM Strasbourg, par exemple VIII 134/68 : informations sur la capture de prisonniers lors de la camp (...)

25L’Oberrhein à festons adopté pour cette première alliance de dix ans n’en reste pas moins un cadre de coopération réel pour la « défense du pays » et des contre offensives communes. Une intégration militaire « more Switzerorum » s’y observe au moins par des dispositions disciplinaires communes, et le fonctionnement de la ligue ne diffère pas fondamentalement de ce que font « Messieurs des Ligues », comme on dira plus tard pour les Cantons : va-et-vient des délégués des différentes composantes, relevés de décision, feldordnungen. La pratique effective des armées coalisées peut être à nouveau analysée, et il reste encore beaucoup à trouver18. En 1493, l’union de 1474 est réactivée par ses partenaires alsaciens pour une durée de quinze ans, mais elle se délite rapidement, du fait des ambitions européennes de Maximilien Ier et de l’adhésion de Bâle aux Confédérés suisses. Le recentrage qui se conduit alors entre Vosges et Rhin va aboutir à ce que l’historiographie baptise faute de mieux « elsässische landstände » ou « états d’Alsace ».

Les landstände, états unis d’Alsace

Une genèse policière et impériale

26Pendant près de deux siècles, les membres alsaciens de l’Empire forment une constellation qui n’est pas officiellement un cercle, ou même une section (quartier) de l’oberrheinischer kreis établi à la diète d’Augsbourg en 1500 et réorganisé ultérieurement, mais qui peut effectivement être tenue pour une préfiguration de l’Alsace moderne telle qu’elle a été validée par les traités de Munster, de Nimègue et les réunions ultérieures. La Reichslandvogtei de Haguenau et la Décapole y font figure de colonne vertébrale.

27Le bilan qu’on attribue à ces « états unis d’Alsace » est jugé globalement positif parce qu’on y suppute un rôle fédérateur modeste, et donc respectueux des libertés locales – et des intentions pacifiques. Landfrieden et alliances des temps passés s’y impriment et s’y fondent : il n’y a pas d’institution concurrente, et pas davantage d’excroissances allogènes. Batiffol exulte.

28Le décryptage du génome de ces landstände a été proposé dans la première partie de ce travail. Il importe maintenant d’en fixer les traits.

  • 19 Albert Rosenkranz, Der Bundschuh, Heidelberg, Winter, 1927, t II, p. 98, no 4, et p. 100-102, no 10 (...)

29Quand apparaissent les premières lueurs de cette institution coutumière, car c’est bien de cela qu’il s’agit ? Pas de date précise, mais un créneau, puisque la Basse-Union s’éteint en 1508 et que le grand bailliage de Haguenau a été recouvré par l’empereur en 1504. Il est possible, voire probable que ce sont les menaces insurrectionnelles des campagnes qui en ont accéléré la naissance, sous la forme d’un dispositif d’alerte dont le maître d’œuvre est l’évêque de Strasbourg. « Nous avons été avisé, que le Bundschuh, qui avait été découvert il y a quelques années, ne s’est toujours pas éteint, mais qu’une nouvelle fois des gens du petit peuple sont sur le point de se lier par serment et de se rassembler en grand nombre… »19. Le premier acte de cette « Ligue » destinée à contrer une « conjuration », qui est elle aussi une ligue, a lieu le 29 avril 1502, à Sélestat, et regroupe aussi bien l’Autriche que le Palatin, l’Évêché, la Décapole, les grands seigneurs d’Alsace pour adopter un programme de contre insurrection en dix articles. Ce sont d’abord des mesures de police. L’arrière plan est celui de la sécurité collective actée depuis la diète de Worms de 1495, qui proscrit la guerre privée et instaure un règlement judiciaire des conflits à travers la cour impériale de justice, ultérieurement fixée à Spire.

  • 20 AM Strasbourg, AA 1982 « die nechsten nachpurschafft diser landtvogtey anstossend als m. gn. H. von (...)
  • 21 Cet épisode est resté longtemps incompris. Cf. Georges Bischoff, « Marignan, l’Alsace et la Lorrain (...)

30La deuxième phase d’apparition des landstände est à mettre sur le compte de Maximilien Ier, dans l’optique de la rivalité des Habsbourg et des Valois. Une affaire particulièrement instructive permet d’en suivre les modalités. En 1513, le détenteur du château de Windstein, Balthasar d’Endingen, en litige avec le duc de Lorraine, s’empare du chargement de marchands de Saint-Nicolas de Port qui transitaient du côté d’Haguenau. C’est une rupture du landfried de Worms qui requiert une attitude ferme. Dans un premier temps, en octobre 1513, l’empereur ordonne au sous-bailli Jean-Jacques de Morimont de « réunir les villes, comtes et ressortissants de notre landvogtei » pour restaurer l’ordre qui vient d’être troublé. On parle alors de représailles armées, mais on finit par privilégier l’arbitrage du Reichskammergericht jusqu’au jour où, de guerre lasse, le duc de Lorraine envoie des troupes incendier le château. Ce raid a lieu fin octobre 1515, deux semaines après Marignan où se sont distingués les princes lorrains au côté de François Ier. Pour l’Empire, qui aurait dû réprouver les méfaits d’Endingen, il est compris comme une humiliation, et c’est la raison pour laquelle le bailli de Haguenau fait convoquer les puissances voisines c’est-à-dire « Mgr de Strasbourg, les comtes de Bitche et de Hanau, la ville de Strasbourg, aux côtés de ses administrés de la Décapole, aux fins d’en prendre bon conseil »20. L’avènement d’une ligue qui n’est pas explicitement à l’ordre du jour porte sur des mesures de défense dans l’hypothèse d’une « réplique » – une attaque française liée à l’ouverture d’un second front. Dans les pays antérieurs de l’Autriche, une landsrettung destinée à barrer les entrées de l’Alsace est en place depuis quelques jours. On voit par là que l’empereur Maximilien met à profit une menace très réelle – et ce qui paraît être un « ballon d’essai » lorrain – pour solidariser les membres de l’Empire sur lesquels il n’a pas de prise directe. Une contre-offensive partie d’Alsace en mai 1516 tourne court faute de moyens, et l’on assiste alors à l’irruption du duc Antoine qui balaye le piémont vosgien entre Saverne et le Val de Villé, et force Maximilien à conclure un traité par lequel les intérêts lorrains sont garantis par une frontière plus stable. La conséquence de cet épisode oublié ? L’adoption par les « états » de Basse-Alsace d’un vaste plan de mobilisation qui donne lieu à des concentrations de troupes dans quatre sites particulièrement exposés, Wissembourg, le débouché du col de Saverne, de la vallée de la Bruche et de celle du Giessen à Scherwiller-Châtenois, ainsi qu’à une sorte d’intégration militaire au service de l’Empire21.

Une alternative radicale : le congrès de Molsheim (4-11 mai 1525)

  • 22 En principe, les archives « centrales » devraient se trouver dans le fonds de la Préfecture impéria (...)
  • 23 Cf. Anton Schindling, Walter Ziegler (Hg.), Die Territorien des Reiches im Zeitalter der Reformatio (...)

31La concertation établie sous la houlette de la Maison d’Autriche répond à une « demande » locale ou régionale, mais elle n’est pas validée par une ligue, par des accords solennels, par des diplômes. Ses monuments sont des propositions et des recès (abschiede). Elle gravite autour du lieutenant de l’empereur en résidence à Haguenau, qui est sans doute un grand seigneur, certes, mais n’a pas la stature d’un vice-roi ou même d’un gouverneur. De plus, et cela restera vrai de bout en bout, ses archives sont vouées à l’éclatement, si bien que les historiens n’ont pas eu le courage de jongler entre des séries dispersées à l’extrême22. La chronologie leur échappe tout autant, du fait de la rupture produite par la restitution du Grand Bailliage à la Maison palatine entre 1530 et 1558 et de la fracture confessionnelle23, qui casse, apparemment, les anciennes synergies – le miroir suisse, encore et toujours.

Tableau 1 : Contribution militaire des landstände en 1517

Membres

Piétons

Cavaliers

Artillerie

Chariots

Reichslandvogtei

500

40

1 coul.,
1 fauc.

10

Évêque + Chapitre

1100

30

1 coul.,
1 fauc.

22

Abbé de Wissembourg

25

3

 

 

Rheinart de Deux-Ponts, sgr de Bitche et Lichtenberg

600

25

1 coul.,
1 fauc.

12

Georges de Deux-Ponts

40

4

 

 

Philippe et Louis de Hanau

550

25

1 coul.,
2 fauc.

11

Henri de Fleckenstein-Dagstühl

100

4

 

2

Henri, Louis, Jacques de Fleckenstein

60

6

 

 

Val de Villé

100

 

 

2

Strasbourg

900

40

4 coul.,
2 steinbüchsen

18

Villes de la Décapole

800

10

6 coul.,
6 fauc.,
1 steinbüchse

16

Reichsvogtei de Kaysersberg

40

3

 

 

Total

4815

190

14 coul.,
11 fauc.

93

Coul : couleuvrine ; fauc. : fauconneau ; steinbüchse : pierrier, mortier.

32L’autre reflet possible de l’Alsace est la Ligue souabe, qui s’empêtre dans d’insondables difficultés après un dernier chapitre guerrier peu reluisant, la Guerre des Paysans.

  • 24 Communication au Colloque « Liberté, autorité, contrainte » organisé pour le 90e anniversaire de l’ (...)

33Pour le Rhin supérieur, la configuration pourrait être la même, mais l’intervention lorraine dédouane les autorités locales en assurant le plus gros du travail : les combats de Lupstein et Scherwiller et le massacre de Saverne, qui font 20 000 tués dans les rangs des insurgés en l’espace de moins d’une semaine (du 15 au 20 mai 1525). Ce « détail » de l’histoire alsacienne révèle, mieux que tout autre, les tensions et les affirmations de ce gigantesque chantier qu’est la Renaissance. En effet, les paysans évangéliques, qui se réclament de Luther et du programme du Bundschuh visent l’avènement d’un ordre égalitaire et d’une sorte d’unité politique autour de « Dieu d’abord, l’empereur ensuite, et plus jamais d’autres seigneurs ». Faut-il prendre au sérieux ce rêve de démocratie directe et le corréler aux expériences en cours ? Il est incontestable que l’émancipation des Suisses est leur modèle depuis le tout premier serment du Bundschuh, sur l’Ungersberg, en 1493 : une transposition du Rütli, au point de rencontre des seigneuries voisines de Sélestat. Il n’en est pas moins vrai que la bande du Sundgau a demandé le protectorat des Confédérés lorsque l’Autriche a voulu restaurer sa domination. Enfin, et surtout, les insurgés d’Alsace et des régions voisines participent d’un élan fédérateur dont ils ont été les témoins, ou même les protagonistes, avant leur soulèvement. Pour ne pas s’appesantir sur le sujet, développé par ailleurs24, insistons sur trois éléments fondateurs : d’abord, à l’intérieur des grandes bandes qui réunissent des sujets de territoires voisins, un système de représentation au prorata de leur importance, en fonction d’une matricule et de procédures de relais. Le soviet suprême – n’ayons pas peur des mots – qui coiffe l’assemblée chrétienne (christliche versammlung) d’Altorf, près de Molsheim, compte un panachage de 43 « députés ». Les foyers insurrectionnels et l’organisation militaire de la paysannerie sont parfaitement calqués sur les projets des landstände. Les quatre grands camps de Basse-Alsace correspondent à la landsrettung de 1517, Cleebourg, au nord, pour le vignoble de Wissembourg, la zone de convergence de Saverne avec Marmoutier et Neuwiller, puis la ville même, Altorf, qui commande Molsheim et la Bruche, Scherwiller-Châtenois, marqué par Ebersmunster et doté d’une wagenburg. Ils s’articulent sur un second plan, qui reprend celui des Pays antérieurs en Haute-Alsace.

34Ces travaux pratiques montrent que la leçon est apprise, et qu’une nouvelle ligue est en place. En effet, entre le 4 et le 12 mai 1525 (quinze jours après les premiers rassemblements, ce qui prouve les ramifications du complot), le capitaine général Érasme Gerber accueille à Molsheim les délégués des douze bandes qui forment un chapelet depuis Bockenheim, au Palatinat jusqu’à la Porte de Bourgogne. Ce congrès délibère sur une attitude commune et se sépare sur une feldordnung qui prévoit une mobilisation générale et s’achève sur les mots « vivre ensemble ou mourir ». Tout le répertoire des coalitions précédentes se retrouve dans ce « recès » en bonne et due forme.

35En comparant ce front uni aux réactions désordonnées des autorités alsaciennes pourtant accoutumées aux pratiques de concertation, on est frappé par la maturité des paysans. On s’efforcera de l’expliquer par la présence de « conseillers techniques », officiers seigneuriaux, curés de village, lettrés de tout poil, lansquenets rompus au commandement, mais on pourra se demander, plus largement, quel est l’impact d’une « sociabilité politique » vécue au quotidien dans ces campagnes.

  • 25 Walter Gunzert, « Zwei Hagenauer Abschiede von 1525 », Elsass-Lothringisches Jahrbuch, 1938, p. 164 (...)

36Par contraste, les mesures dissonantes prises par les « états » lors de la répression accréditent la thèse d’une concertation bâclée, dans laquelle s’impliquent mal les principaux acteurs, l’évêque, la ville de Strasbourg ou l’Autriche25. Des deux réunions qui se tiennent à Haguenau après l’échec des bandes paysannes ne sortent que des intentions générales en matière de maintien de l’ordre comme des patrouilles conjointes. La règle du chacun pour soi l’emporte, sauf pour la cour d’assise destinée à juger les meneurs : elle est établie par l’Empire et formée par des délégués de la Décapole.

« Alle Oberkeiten » : une addition et son produit

  • 26 Cité par Auguste Hanauer, Études économiques sur l’Alsace ancienne et moderne, Paris-Strasbourg, Si (...)

37La Guerre des Paysans a fait apparaître la nécessité d’une action concertée, ou, plus exactement, d’un traitement préventif des risques de rechute. Le mot verein est désormais agglutiné à celui de landsrettung, ce qui traduit une extension des compétences politiques de ces « états ». Le réseau de surveillance qui fonctionnait tant bien que mal depuis 1502 s’ouvre aux questions économiques, dans lesquelles on a pensé avoir identifié la clé des fureurs paysannes. C’est pourquoi, de nombreuses réunions vont être consacrées à la réglementation des prix du grain ou de la viande et à la police générale, à l’image de celles de 1530-1531, qui ont lieu à Molsheim à l’initiative de l’évêque et qui se calent sur des mesures similaires adoptées dans les Vorlande de l’Autriche : « Nous Guillaume, évêque de Strasbourg et landgrave d’Alsace. […] L’année dernière, dans l’intérêt public et par nécessité, nous avons pris, pour assurer l’approvisionnement des marchés et la modération des prix, des mesures qui ont prévenu la famine et adouci les rigueurs de cherté. Nous espérions qu’avec la grâce de Dieu, la récolte de cette année remédierait à tous les maux. Mais bien que la moisson ait paru abondante, les prix ont peu baissé et continuent à peser lourdement sur les classes indigentes ; il est même à craindre qu’ils ne s’élèvent encore. En conséquence, dans l’intérêt des pauvres, pour prévenir la famine et d’autres malheurs, nous renouvelons dans nos terres, et dans toute la province de ce côté-ci du Rhin, entre la forêt de Haguenau et l’Eckelsbach, avec l’aveu et l’assentiment des autorités locales, les dispositions suivantes… »26.

  • 27 Jean Lebeau et de Jean-Marie Valentin, (sous la direction de), L’Alsace au siècle de la Réforme (14 (...)

38L’impulsion part-elle des Stände eux-mêmes – le mot est emprunté au vocabulaire de la Diète d’Empire – ou vient-elle justement de celle-ci ? On y sent la patte des jurisconsultes, qui se retrouvent à tous les échelons administratifs, dans les villes et dans les cours. La grande Policey Ordnung der stend im Elsass, imprimée en 1552 pour appliquer les recommandations de la diétine de Worms étend et amplifie ce que bégayent les autorités depuis deux générations, depuis Sébastien Brant et consorts27.

39La cristallisation des « états » alsaciens exige, en premier lieu, une vision claire des appartenances réelles. Une liste établie par F.-W. Müller à partir des lettres de convocation, des recès et des matricules fait apparaître 28 éléments de taille et d’importance très variables, suivant l’ordre honorifique que voici :

401) L’Autriche représentée par la Régence d’Ensisheim ; 2) le grand bailliage de Haguenau ; 3) l’évêque de Strasbourg ; 4) le Grand Chapitre ; 5) le duc de Wurtemberg ; 6) le comte de Hanau Lichtenberg ; 7) le comte de Linange-Dagsbourg ; 8) le comte de Linange Westerburg ; 9) Lützelstein ; 10) Fleckenstein ; 11) Ribeaupierre ; 12) la seigneurie de Barr ; 13) les seigneurs du Val de Villé ; 14) les seigneurs de la Marche de Marmoutier ; 15) l’abbesse de Saint-Étienne ; 16) le prince abbé de Murbach ; 17) la ville libre de Strasbourg ; 18) la chevalerie immédiate de Basse-Alsace ; 19-28) les villes de la Décapole, à savoir Haguenau, Colmar, Sélestat, Wissembourg, Landau, Obernai, Kaysersberg, Rosheim, Munster et Turckheim.

41Cette énumération est discutable : elle stipule l’immédiateté, ce qui n’est pas le cas de plusieurs des partenaires cités – la seigneurie de Barr, qui forme un alleu mais appartient à Strasbourg, la marche de Marmoutier, ou même les Ribeaupierre, qui sont médiats quand cela les exonère de contributions, et comtes d’Empire quand ils veulent parader. L’abbesse d’Andlau, qui règne sur une principauté de poche est absente. La noblesse immédiate, organisée en syndicat – qu’on appellera plus tard Directoire – n’est pas encore vraiment identifiée comme telle.

42La chronologie des rencontres est, elle aussi, entachée de brouillages. Si l’on en croit F.-W. Müller, il y aurait eu un peu moins de deux cents réunions de ces landstände à géométrie variable entre la première décennie du xvie siècle et l’avant-dernière du xviie, ce qui permet d’établir un graphique assez flatteur et d’établir des cartes (ill. 4.1 à 4.3).

43À l’instar de ce qui se passe pour les états provinciaux des pays antérieurs ou pour les délibérations des villes de la Décapole, la fréquence des rencontres donne la mesure des sujets abordés, sujets d’actualité pressante ou sujets de discorde. Les pics se situent sous le règne de Maximilien Ier, entre les deux grandes diètes d’Augsbourg de la fin de celui de Charles Quint, et dans la première phase de la Guerre de Trente ans, avant l’intervention suédoise. Les lieux choisis s’expliquent par des questions de commodité, infrastructure hôtelière ou centralité, mais aussi par des raisons plus spécifiquement politiques. Ainsi, Molsheim et Sélestat, entre 1530 et 1550, parce que la Reichslandvogtei est provisoirement hors jeu et que la prépondérance appartient à l’évêque, qui excipe de son titre de landgrave. Ces mêmes facteurs expliquent l’apparition éphémère (et anecdotique) de Saverne et de village de Willgotheim aux lendemains des traités de Westphalie (ill. 4.4).

Une marche de l’Empire

  • 28 Bernhard Hertzog, Chronicon Alsatiae. Edelsasser Cronick vnnd auszfürliche beschreibung des vntern (...)

44Comme on le voit, les réunions générales sont bien moins nombreuses que celles qui se limitent à la Basse-Alsace. On pourrait y déceler une constante de l’histoire de l’Alsace : un discours académique qui assimile l’ensemble de la région à sa moitié septentrionale, mais une construction politique qui se déroule plutôt dans l’autre sens, à partir de la Haute-Alsace, autrichienne avant 1648, française à partir de cette date. Ce paradoxe permet de comprendre des distorsions déjà présentes sous la plume du chroniqueur Bernhard Hertzog, qui intitulait Chronicon Alsatiae ou Edelsässer Chronick une savante description de l’ancien comté du Nordgau et de ses avatars28 et le tropisme strasbourgeois de la plupart de ses historiens sauvés, in extremis, par la grâce de la Décapole.

  • 29 Louis Laguille, Histoire…, op. cit.
  • 30 Louis Laguille, Oraison funèbre de très haut très puissant et très auguste prince Louis XIV, roy de (...)

45Curieusement, le seul auteur qui ait pressenti l’enjeu d’une étude des landstände est un jésuite de la Province de Champagne, le RP Laguille, dans une Histoire de la Province d’Alsace parue en 1727 et dotée de pièces justificatives servant de preuves29. Pour ce thuriféraire du Roi Soleil30, l’inventaire de la « boîte à outils » dont disposait le souverain à son arrivée entre Vosges et Rhin permettait de comprendre le mot d’ordre « suivre autant qu’il se pourra l’exemple des archiducs » mis en œuvre par l’intendant Colbert.

46De fait, avant 1530, mais surtout après 1550, les efforts de coordination des membres immédiats de l’Empire sont avant tout le résultat de la Régence d’Ensisheim et de son « satellite » de Haguenau. On peut admettre (provisoirement) la thèse d’une mise au pas discrète, relayée à partir de 1607 par l’arrivée d’un archiduc à la tête de l’évêché de Strasbourg. On doit aussi se demander quelle est la part du patriotisme impérial dans la solidité d’un réseau qui transcende les fractures religieuses, et quel est le rôle de la peur de la rupture de l’ordre politique et social.

47Les coalitions sédentaires et fédératrices qui cimentent l’Alsace du « siècle d’or » émanent d’une ligue de défense (schirmverein) composée de l’ensemble des états unis (gemeine vereinigte standt). Elles se font pour le salut de la patrie (zu rettung des vaterlands), pour empêcher l’irruption imprévisible d’une armée étrangère (zu abwendung eines unversehenen überfalls eines frembden […] kriegsvolkhs). Cette configuration, dont les modalités méritent encore de longues enquêtes autour d’une problématique bien plus fine que celle que nous dessinons ici se traduit avant tout par une intégration militaire. L’Alsace, une marche de l’Allemagne.

Tableau 2 : Le verrouillage des passages des Vosges

Secteur de défense

Territoires concernés

Tous les passages des Vosges jusqu’à Villé

Haute-Alsace

(+ Brisgau)

Murbach et Lure

Ribeaupierre

Décapole

 

Évêque

Val de Villé jusqu’au Ban de la Roche

Val de Villé

Évêque et chapitre de Strasbourg

Sélestat

Barr (à Strasbourg)

 

Andlau (noblesse immédiate)

 

Évêque

Obernai, Rosheim

Ratsamhausen

Vallée de la Bruche

Évêque

La route vers Dabo

Comte de Linange

Marlenheim

Wangen

Lützelbourg, Cols de Saverne et Saint-Jean

Évêque

Vallée de la Zinsel, Neuwiller

Comtes de Hanau

Wimmenau, Ingwiller

Reichslandvogtei

Comtes de Hanau et Westerburg

  • 31 Louis Laguille, Histoire…, op. cit., Preuves, p. 121-123.

48Pour s’en assurer, il faut s’intéresser davantage aux plans de défense des Landsrettungen dont les schémas sont réactualisés au gré des menaces venues de l’ouest. Ainsi, le dispositif conçu après Marignan est-il revu quelques années après Pavie, puis en 154431, en relation directe avec l’échec d’une offensive en Champagne et l’indépendance qui vient d’être reconnue au duché de Lorraine, puis lors de la Chevauchée d’Austrasie d’Henri II. En 1552-1553, l’invasion française secoue violemment l’Alsace : l’Autriche en tire la leçon en articulant plus efficacement les manœuvres prévues au sud des Vosges et le verrouillage des issues du massif : l’idée d’un boulevard ou d’une marche, disposant d’une seconde ligne sur le Rhin est désormais actée, dans l’hypothèse d’une retraite sur la rive droite du fleuve. C’est dans cette optique que sont perfectionnées un certain nombre de forteresses ou de places fortes, notamment les châteaux de Wildenstein, Haut-Landsbourg, Haut-Koenigsbourg, Haut-Barr, Lichtenberg… Le va-et-vient des troupes engagées dans les guerres de religion inquiète d’autant plus qu’il peut avoir de graves dégâts collatéraux ou même contaminer les puissances locales, comme le montre la guerre des évêques qui oppose Charles de Lorraine à un rival protestant pour la mitre et la crosse de Strasbourg (1592).

49Ces conditions si périlleuses imposent des jeux d’équilibre complexes. En 1580, le montage de la Landsrettung donne lieu à des négociations serrées pour contenir la suprématie des Habsbourg. Ensisheim propose une sorte de « pack » regroupant la Haute-Alsace fort de 3850 piétons et 189 chevaux, en associant à elle les quatre villes décapolitaines situées dans le landgraviat (die vier richstett zu der landtvogtey Hagenau gehörig und in Obern Elsass gelegen alss Collmar, Kaysersberg, Munster in Sanct Gregorienthal und Turckheim) et les autres territoires immédiats : le commandement est assuré par un conseil de guerre quadripartite, où se retrouvent la Régence, le Mundat de Rouffach, le Wurtemberg et les villes impériales – en respectant probablement le partage entre les deux confessions.

50En Basse-Alsace, où l’on prévoit 6450 fantassins et 319 cavaliers, la contribution des différents partenaires est dosée avec soin pour contrebalancer l’influence de Strasbourg, qui rassemble près du quart des effectifs. Ainsi, on amalgame les trois compagnies de 500 hommes fournies par la Reichslandvogtei et le Val de Villé parce que le bailli impérial est en même temps le maître de la seigneurie d’Ortenberg, tandis qu’on rassemble les soldats de l’évêque sous le même drapeau que les contingents fournis par les maisons religieuses (y compris Gengenbach, Schuttern et Schwarzach, sur la rive droite) (ill. 4.5).

51Le plan de mobilisation prévoit la convergence des troupes vers des positions définies en respectant des compatibilités locales : les chemins et les cols de Moyenne Alsace sont confiés à la vigilance des habitants du Val de Villé, de Sélestat, Chatenois, Bernstein, Barr, aux sujets des Andlau et des autres autorités du secteur jusqu’au Ban de la Roche, où l’évêque prend le relais, et ainsi de suite.

  • 32 Le texte le plus complet est, semble-t-il, celui du landbuch des Pays antérieurs autrichiens conser (...)

52La standardisation des équipements individuels va de pair avec la mise en place de dépôts d’armes et de provisions, une bonne répartition de l’artillerie et des règles administratives strictes, qui statuent aussi bien sur la discipline que sur la rétribution des officiers32.

531474, 1580… Un siècle après les opérations communes de la Basse Union et de ses alliés, il n’est plus question de ligues scellées par des traités et recomposées selon les circonstances. Le « concert » alsacien s’est ossifié, en s’installant dans la durée d’institutions tacites. Les pratiques ouvertes et mouvantes qui existaient à la fin du Moyen Âge ont fait place à des procédures stables, cadrées par des circonscriptions, et, finalement, consensuelles. Malgré l’adhésion d’une partie des Stände à la Réforme, malgré des sautes d’humeur et quelques soupçons, il n’y a plus de conflits à l’échelle régionale. La subversion qui s’était épanchée au moment du Bundschuh avant d’éclater en révolution en 1525 a été jugulée, et l’on pourrait même croire que les « états unis d’Alsace » en ont été l’antidote au nom de l’intérêt commun.

  • 33 La Chronique strasbourgeoise du peintre Jean-Jacques Walter pour les années 1672-1676, éditée par R (...)

54Chacun tracera ses propres parallèles, en désignant du doigt la médiocrité dorée ou l’apogée sans aventure. C’est le privilège du chroniqueur plus que de l’historien. En 1673, lorsque Louis XIV s’empare des villes impériales d’Alsace, le Strasbourgeois Jean-Jacques Walter conclut : « ainsi, cette pauvre Alsace, cette Alsace si noble a-t-elle perdu d’un seul coup la splendeur, la liberté et l’éclat qu’elle avait naguère »33.

55Voire.

Notes

1 AM Sélestat, BB 15a, p. 11-12 cité par Joseph Gény, Die Reichstadt Schlettstadt und ihr Anteil an den sozialpolitischen und religiöisen Bewegungen der Jahre 1490-1526, Freiburg i. Br., Herder, 1900 : « angesehen wie die lande Schwaben und Elsas mit witem begriffzwischen böder landen unterscheiden sint » ; cf. Carl Horst, Der Schwäbische Bund (1488-1534), Leinfeld-Echterdingen, DRW-Verlag, 2000.

2 Louis Batiffol, Les anciennes républiques alsaciennes, Paris, Flammarion, 1918, p. 138. La citation qui suit se trouve en exergue sur la page de titre de l’ouvrage.

3 La topographie politique de l’Alsace a été exposée à de nombreuses reprises sur le mode de la juxtaposition. L’Edelsässer Chronick de Bernhard Hertzog, parue à Strasbourg en 1592 en est le prototype, définitivement réglé par Jean Daniel Schoepflin dans l’Alsatia Illustrata (1749-1751) et dans les « preuves » de l’Alsatia diplomatica (1770-1771). L’exposé le plus commode se trouve dans Das Reichsland Elsass-Lothringen, t. 1, Strasbourg, 1898, ou dans Johann Fritz, Die alten Territorien des Elsass nach dem Stande vom 1. Januar 1648, Strasbourg, Du Mont-Schauberg, 1896, etc. et d’autres répertoires. Cf aussi Gerhard Köbler, Historisches Lexikon der deutschen Länder, München, Beck, 6e éd., 1999. Un Dictionnaire des Institutions historiques de l’Alsace, initié par Marcel Thomann et dirigé par François Igersheim est en préparation.

4 Exemple parmi tant d’autres, documenté, par exemple, par Édouard Bonvalot, « Les coutumes de l’Assise », Revue historique de droit français et étranger, janvier février 1866.

5 AD Haut-Rhin, E dépôt 30, Marche de Guémar, notamment DD 4/2. Le règlement de la Marche est codifié (définitivement) en 1580 et reste en vigueur jusqu’à la fin de l’Ancien Régime (et même au-delà).

6 Sur les Landfrieden, il faut évidemment revoir les grands Urkundenbücher de la région, ceux de Bâle, Strasbourg, Mulhouse, des Ribeaupierre et les compléter par les collections de regestes, comme ceux des évêques de Strasbourg et les documents d’histoire suisse conservés en Autriche et, bien entendu, Konrad Ruser, (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jahrhundert bis 1549, 3 vol., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979-1988-2005. Cf. Friedrich Wilhelm Müller, Organisation und Geschäftsordnung der elsässischen Landständeversammlungen und ihr Verhältnis zu Frankreich nach dem westfälischen Frieden, Strasbourg, Diss. Univ., 1907, qui esquisse la problématique du passage des ligues de paix publique aux « états » d’Alsace.

7 Louis Batiffol, Les anciennes républiques…, op. cit., p. 126.

8 Lucien Sittler, La Décapole alsacienne des origines à la fin du Moyen Âge, Strasbourg, Le Roux, 1955, reste un classique, mais s’avère très insuffisant, par manque de perspectives – c’est un ouvrage de circonstance, rédigé pour le 6e centenaire de la ligue – et par des analyses trop sommaires. Le récent La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour la Liberté, sous la direction de Bernard Vogler, Strasbourg, Nuée Bleue, 2009, est une bonne évocation des cités impériales, mais la dimension commune se réduit à la portion congrue.

9 Bel exemple du Colmarien Gilg Kempf dans Karl-Ernst Geith, « Im Dienste der Stadt. Bemerkungen zur zeitlichen Belastung eines Magistrats von Colmar im 15. Jahrhundert », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 137 (NF 98), 1989, p. 471-478.

10 Bien esquissée par Julius Cahn, Der Rappenmünzbund, eine Studie zur Münz-und Geldgeschichte des oberen Rheintales, Heidelberg, C. Winter, 1901, l’étude de cette ligue peut bénéficier des travaux de Josef Rosen, Finanzgeschichte Basels im späten Mittelalters : gesammelte Beiträge, Wiesbaden, Steiner, 1989, mais doit être poursuivie du point de vue institutionnel.

11 Monique Debus-Kehr, Travailler, prier, se révolter. Les compagnons de métier dans la société urbaine et leur relation au pouvoir. Rhin supérieur au xve s., Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace, 2007, p. 310-327.

12 Georges Bischoff, Gouvernés et gouvernants en Haute-Alsace, Strasbourg, Librairie Istra, 1982, et, récemment, Dieter Speck, « Dominanz, Balance, Kooperation ? Zur Rolle der Habsburger im oberrheinischen Machtgefüge zwischen 1379 und 1618 », ZGO, no 153, 2005, p. 309-355 et les autres travaux du même auteur.

13 AM Strasbourg, AA 179, no 5 : annonce de leur arrivée à noël 1432.

14 AD Bas-Rhin, 1G 122/3, beau dossier à confronter avec les séries fiscales des AD Haut-Rhin, 3 G 4 (Registre de la Landtheilung du Haut-Mundat, à partir de 1490), en développant le travail de Tom Scott, Town, country, and regions in reformation Germany, Leyden-Boston, Brill, 2005, p. 77-98.

15 AD Bas-Rhin, 2 B 311/8 : supplique des communautés de Hilsenheim, Wittisheim, Bindernheim, Friesenheim et Boofzheim pour un délai d’un mois supplémentaire pour le paiement d’une somme réclamée par l’évêque (1505).

16 Cf. les enquêtes hygiéniques de Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus. Die Burgunderkriege am Oberrhein und in der Eidgenossenschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1995.

17 Cf. Émile Toutey, Charles le Téméraire et la Ligue de Constance, Paris, Hachette, 1902, et, Albert Matzinger, Zur Geschichte der Niederen Vereinigung, Zürich-Selnau, Leemann, 1910.

18 AM Strasbourg, par exemple VIII 134/68 : informations sur la capture de prisonniers lors de la campagne d’Héricourt fin 1474. Le partage du butin est le type même de question qui exige de longues discussions et provoque des conflits.

19 Albert Rosenkranz, Der Bundschuh, Heidelberg, Winter, 1927, t II, p. 98, no 4, et p. 100-102, no 10 ; Georges Bischoff, La guerre des Paysans. L’Alsace et la révolution du Bundschuh 1493-1525, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2010.

20 AM Strasbourg, AA 1982 « die nechsten nachpurschafft diser landtvogtey anstossend als m. gn. H. von Strassburg, die grafen von Bitsch und Hanow, die stadt Strassburg und die stet der landtvogtey Hagenow. dovon dans gutlich underred zu halten ».

21 Cet épisode est resté longtemps incompris. Cf. Georges Bischoff, « Marignan, l’Alsace et la Lorraine. Les Vosges et l’invention d’une Europe nouvelle », Annales de l’Est, 2006, p. 105-120.

22 En principe, les archives « centrales » devraient se trouver dans le fonds de la Préfecture impériale de Haguenau, mais il n’en subsiste que des bribes dans la série C des AD du Bas-Rhin – et dans les archives seigneuriales (E ou G, pour l’évêché). Les archives municipales sont plus riches, mais les archivistes n’ont pas su démêler ce qui relevait des relations avec le pouvoir souverain, série AA (particulièrement riche aux AM Strasbourg, avec un gros registre relié intitulé Landsrettungen und verein (1515-1569) qui contient les recès des réunions (AA 1982), BB, sur l’activité politique des villes (notamment à Colmar et Sélestat), CC, où des comptes permettent de connaître le fonctionnement courant des rencontres, DD ou HH, pour la réglementation économique, EE, pour les affaires militaires, ou même JJ, fourre tout souvent très riche en trouvailles.

23 Cf. Anton Schindling, Walter Ziegler (Hg.), Die Territorien des Reiches im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Land und Konfession 1500-1650, Münster, Aschendorff, 7 vol., 1989-1997, t. 5, Der Südwesten, 1993.

24 Communication au Colloque « Liberté, autorité, contrainte » organisé pour le 90e anniversaire de l’Institut d’Histoire d’Alsace, Strasbourg-Colmar, 1er-3 octobre 2009, Actes sous la direction d’Élisabeth Clementz et Claude Muller. Sur l’ensemble du soulèvement, voir aussi Georges Bischoff, La guerre des Paysans…, op. cit.

25 Walter Gunzert, « Zwei Hagenauer Abschiede von 1525 », Elsass-Lothringisches Jahrbuch, 1938, p. 164-171.

26 Cité par Auguste Hanauer, Études économiques sur l’Alsace ancienne et moderne, Paris-Strasbourg, Simon-A. Durand & Pédone-Lauriel, 1878, t. II, p. 62-64.

27 Jean Lebeau et de Jean-Marie Valentin, (sous la direction de), L’Alsace au siècle de la Réforme (1482-1621), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985, p. 23-25 et Jean-Pierre Kintz, La Société strasbourgeoise, du milieu du xvie siècle à la fin de la guerre de Trente ans : 1560-1650 : essai d’histoire démographique, économique et sociale, Paris-Strasbourg, Ophrys-Association des publications près les universités de Strasbourg, 1984.

28 Bernhard Hertzog, Chronicon Alsatiae. Edelsasser Cronick vnnd auszfürliche beschreibung des vntern Elsasses am Rheinstrom..., Strasbourg, Bernhart Jobin, 1592.

29 Louis Laguille, Histoire…, op. cit.

30 Louis Laguille, Oraison funèbre de très haut très puissant et très auguste prince Louis XIV, roy de France et de Navarre, surnommé le Grand, cathédrale de Strasbourg, 18. 11. 1715 : « Jamais roy n’a sçu régner avec plus de grandeur. ».

31 Louis Laguille, Histoire…, op. cit., Preuves, p. 121-123.

32 Le texte le plus complet est, semble-t-il, celui du landbuch des Pays antérieurs autrichiens conservé à la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, ms 845, p. 246 et s. : Strassburgischer Abschied und Schirmverein A° 1580, no 96 de la liste des réunions établie par F.-W. Müller.

33 La Chronique strasbourgeoise du peintre Jean-Jacques Walter pour les années 1672-1676, éditée par Rodolphe Reuss, Paris-Nancy, 1898, A° 1673 « hatt also dass arme Elsass oder Edelsass seinen vormals gehabten splendor, freyheit und zierde auf ein mal gantz verlohren ».

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search