Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

La Décapole dans l’historiographie du Rhin supérieur1

Olivier Richard

Texte intégral

  • 1 L’auteur tient à remercier Georges Bischoffet Odile Kammerer pour leurs conseils et les nombreuses (...)
  • 2 Gabriel Braeuner, Francis Lichtlé, Dictionnaire historique de Colmar, Colmar, Association pour la (...)
  • 3 Ce texte reprend essentiellement celui du Dictionnaire historique, avec cependant un ajout signifi (...)

1Tout le monde ou presque en Alsace connaît la Décapole, au point que cette ligue de villes alsaciennes est devenue un mythe régional. L’article qui lui est consacré sur deux colonnes dans le dictionnaire historique de Colmar indique dans son introduction : « Toutes les villes qui en firent partie revendiquent aujourd’hui encore cette appartenance avec force. On évoque la Décapole avec nostalgie »2. Cette renommée est même souvent utilisée à des fins de publicité ; ainsi le site internet de l’office de tourisme de Colmar est-il très disert sur la Décapole, lui vouant une page spéciale au sein des textes sur l’histoire de la ville3.

  • 4 Lucien Sittler, La Décapole alsacienne. Des origines à la fin du Moyen Âge, Strasbourg-Paris, Édit (...)
  • 5 Ibidem, p. 137.
  • 6 Lucien Sittler, « Dekapolis », Lexikon des Mittelalters, München, Artemis, vol. 3, 1986, col. 654  (...)
  • 7 Claus Geiges, Die elsäßische Dekapolis 1634-1654, Freiburg im Breisgau, thèse de doctorat dactylog (...)
  • 8 Jean-Marie Schmitt, « Un type de fédération urbaine : la décapole alsacienne », dans Georges Livet (...)

2À la force de la mémoire de la Décapole, on a pu opposer longtemps, au xxe siècle, l’apathie de la recherche sur cette ligue : l’ouvrage de référence sur la Décapole demeure celui de Lucien Sittler, archiviste de la ville de Colmar et très bon connaisseur des sources alsaciennes, qui écrivit en 1955 un petit livre, fort précieux car exceptionnellement bien documenté, intitulé La Décapole alsacienne. Des origines à la fin du Moyen Âge4. Il consacre une sorte d’épilogue d’une quinzaine de pages à l’histoire de la Décapole après 1500, jusqu’au rattachement à la France – « ce fut la fin de la Décapole, et les dix villes devinrent villes royales françaises »5. Lorsque le Lexikon des Mittelalters fut entrepris, c’est à Lucien Sittler qu’il fut demandé d’écrire l’article sur la Décapole, qui parut en 1986, soit 31 ans après son ouvrage, et Sittler n’indique dans la bibliographie que son propre livre et un article en allemand qu’il avait écrit pour le résumer6. Si on exclut une thèse de Fribourg-en-Brisgau sur la Décapole entre 1634 et 1654 – les années qui décidèrent du rattachement des villes qui la composaient à la France –, qui ne connut pas une grande diffusion7, rien ne fut publié sur cette ligue jusqu’aux années 1980, lorsqu’un article de Jean-Marie Schmitt résuma les thèses de Sittler8.

  • 9 Christian Ohler, Zwischen Frankreich und dem Reich. Die elsässische Dekapolis nach dem Westfälisch (...)
  • 10 Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter : eine rechtshistorische Untersuchung (...)
  • 11 Bernard Vogler (sous la direction de), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs liberté (...)

3Dans les années 2000 l’intérêt pour la Décapole se réveilla : une thèse parut en 2002 sur la Décapole après la paix de Westphalie ; elle s’arrête à l’intégration totale des dix villes au royaume de France en 16799. Pour le Moyen Âge, elle reprend encore Sittler. Surtout, la thèse d’histoire du droit d’Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter, prend comme un de ses objets d’études principaux la ligue de la Décapole – mais si elle étudie dans une perspective juridique les grandes chartes de l’alliance au xive siècle, elle prend comme référence Sittler pour ce qui est de la nature de cette ligue10. Enfin, l’ouvrage collectif paru en 2009 sur la Décapole n’a pas apporté grand-chose quant à la connaissance de l’alliance elle-même. En effet, il propose une petite introduction d’ensemble, largement fondée sur Sittler pour le Moyen Âge, suivie de portraits des onze villes (Landau s’ajoutant aux dix villes alsaciennes)11.

  • 12 Plusieurs historiens ont exprimé ça et là des doutes sur la réalité ou l’efficacité de la Décapole (...)
  • 13 Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 5 : « L’alliance constitue une grande nouveauté et elle (...)

4Le point commun de l’historiographie du xxe ou xxie siècle sur la Décapole, à quelques exemptions près12, est qu’elle considère cette ligue comme exceptionnelle, et cela pour deux raisons principales : elle serait « originale » dans sa nature, et surtout très durable, couvrant la période de 1354 au xviie siècle13.

5Dans le cadre de cette journée d’études consacrée à l’espace des ligues au Moyen Âge, les pages qui suivent devaient à l’origine porter sur l’espace de la Décapole pendant sa période médiévale. Dans quel cadre spatial la ligue agissait-elle ? Comment était-elle perçue ailleurs – comme la réunion de dix villes, dix points sur une carte, ou comme une force régionale ? Finalement, constituait-elle un facteur d’unité de l’Alsace – puisque c’est le sentiment que donne l’historiographie alsacienne sur cette ligue ? Notre intention de départ étant de s’intéresser à l’espace « ressenti », « perçu », nous avions choisi d’étudier les sources historiographiques médiévales, les chroniques du Rhin supérieur.

6Or cette entreprise conduisait à une impasse – mais riche d’enseignements. En effet, les chroniques des xive et xve siècles ne présentent pas la Décapole comme Lucien Sittler : elles en parlent tout simplement très peu. Et ce décalage invite à se reposer la question de la nature de la ligue, et celle des raisons de sa « mythification » ultérieure. Les pages qui suivent, qui ne sont qu’un compte rendu d’une première étape d’un travail de longue haleine, auront donc entre autres pour objet de présenter la construction du mythe de la Décapole dans l’historiographie du Rhin supérieur, mais celle des xvie-xxie siècles plutôt que du Moyen Âge.

7Un premier temps de cette contribution exposera les débuts de la ligue telle que l’état de la recherche la présente, en la confrontant au discours des cartes : cette alliance était-elle si stable ? On verra alors que loin d’apparaître comme un acteur politique puissant de la région du Rhin supérieur, la Décapole brille par son absence dans les sources historiographiques de la fin du Moyen Âge. Aussi une histoire de l’histoire de la Décapole est-elle nécessaire pour comprendre le mythe : on verra à ce moment-là qu’il est bien question d’espace.

La Décapole d’après les travaux du xxe siècle

  • 14 Les villes d’Empire (Reichsstädte) dépendent « immédiatement », directement, de l’Empereur, sans a (...)
  • 15 Lucien Sittler, La Décapole..., op. cit., p. 1-3.

8Les travaux du xxe siècle qui font toujours autorité présentent la Décapole comme une ligue originale et stable. Le point de départ que tous les auteurs mettent en avant est constitué par les Landfrieden (paix publiques) mis en place dans le Rhin supérieur dans la première moitié du xive siècle (ill. 3.1). En 1342, sept villes d’Empire d’Alsace moyenne et méridionale (Obernai, Sélestat, Kaysersberg, Turckheim, Colmar, Munster, Mulhouse) concluent pour trois ans une alliance de paix publique14 ; elles s’engagent à s’aider mutuellement en cas de difficulté ; cette paix fut renouvelée en 1346. En novembre 1347, l’empereur germanique Charles IV promet en retour de ne pas distraire de l’Empire les sept villes : l’alliance s’insère donc dans la politique impériale de pacification de la région15.

  • 16 Konrad Ruser (Hg.), Städte-und Landfriedensbündnisse von 1347 bis 1380, Göttingen, Vandenhoeck & R (...)
  • 17 Ce point est mis en avant par Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire, op. cit., p. 311 ; eade (...)
  • 18 Konrad Ruser, Städte-und Landfriedensbündnisse..., op. cit., no 379.
  • 19 Lucien Sittler, La Décapole..., op. cit., p. 91.

9Le 28 août 1354 est considéré comme la date de fondation de la Décapole. Charles IV s’engage ce jour-là de nouveau à sauvegarder le statut de villes d’Empire, cette fois-ci non plus de sept, mais dix villes, car Wissembourg, Haguenau et Rosheim se sont ajoutées aux autres (ill. 3.2). L’empereur leur commande de s’unir sous l’autorité du grand-bailli (Landvogt). Les dispositions sont relativement classiques : si l’une des villes est attaquée par un ennemi extérieur, les neuf autres lui porteront assistance ; si l’une connaît un conflit interne, les autres se porteront également à son secours ; si deux villes de l’ensemble connaissent un conflit, l’arbitrage reviendra au grand-bailli16. L’initiative est donc impériale17 ; elle concerne les villes impériales de la Landvogtei de Haguenau, qui est entièrement située sur la rive gauche du Rhin. Les dix villes scellent un mois plus tard une charte reprenant ces points, après avoir prêté serment. Le terme utilisé dans cette charte est « verbundtniss »18. Haguenau joue à cette époque le rôle de cheflieu, parce que le grand-bailli y réside19.

  • 20 Voir Joseph Becker, Die Reichsvogtei Kaysersberg von ihrem Ursprung bis zur französischen Revoluti (...)
  • 21 Le terme est de Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 10, qui note surtout que la ligue sembl (...)

10Charles IV s’était réservé le droit de dissoudre la ligue, et en fit usage en 1378. Un an plus tard, alors que le souverain était décédé, huit villes se liguèrent par un serment (gelubde) valable pour la durée de cinq ans (ill 3.3). On retrouve à peu près les mêmes dispositions qu’en 1354, si bien qu’une impression de continuité se dégage. Pourtant le changement de configuration ne paraît pas anodin, Seltz, devenue entre temps ville impériale, s’étant ajoutée, mais Kaysersberg, Munster et Turckheim n’y participant pas. La défection de ces trois villes plutôt que d’autres n’était pas fortuite, puisqu’elles appartenaient toutes trois à un autre bailliage, celui de Kaysersberg, qui dépendait de celui de Haguenau mais avec une existence juridique propre20. Ainsi les huit villes parties prenantes de cette nouvelle alliance sont-elles à nouveau celles du grand-bailliage de Haguenau, si bien que l’on peut douter de son « caractère révolutionnaire »21.

  • 22 Ibidem, p. 19.
  • 23 « des heiligen römischen richs stette in die lantfogtye ze Elsaz » (texte d’après la copie sur par (...)
  • 24 Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 20.

11En 1418, l’empereur Sigismond confirma aux onze villes – les huit de 1378 plus Kaysersberg, Munster et Turckheim, le privilège de non alienando, « à chaque ville en particulier et à toutes ensemble » (ill 3.4). Il s’agissait toujours de leur garantir leur statut de villes immédiates d’Empire, ce qui était leur principal souci22. Les villes jurent de s’aider mutuellement si ce statut est remis en cause. Elles s’intitulent dans la charte « les villes du Saint-Empire romain du grand-bailliage d’Alsace »23. La configuration géographique connut donc un nouveau changement, auquel succéda peu après la défection de Seltz, qui fut gagée et ne put conserver son immédiateté24.

  • 25 Voir Odile Kammerer, « Mulhouse », dans Bernard Vogler (sous la direction de), La Décapole…, op. c (...)
  • 26 Louis Laguille, Histoire de la province d’Alsace depuis Jules César jusqu’au mariage de Louis XV r (...)
  • 27 « Wir (…) des heiligen römischen reichs stätt in die landtvogtey Hagenaw gehörig (...) in ein corp (...)

12Enfin une nouvelle modification eut lieu au début du xvie siècle, lorsque Mulhouse quitta la Décapole pour faire alliance avec les Confédérés (ill. 3.5)25. En revanche, Landau – située hors des frontières de l’Alsace actuelle, dans le Speyergau (et le diocèse de Spire) auquel appartenait aussi Wissembourg –, ayant à son tour obtenu le statut de ville d’Empire en 1511, fut intégrée par Maximilien dans le grand-bailliage de Haguenau, et « entra » dans la Décapole26. En 1577, malgré les différends religieux, les dix villes réaffirmèrent une fois de plus leur alliance : « Nous, les villes impériales du Saint-Empire romain appartenant au grand-bailliage de Haguenau [sommes] liées, engagées, rassemblées en un [même] corps »27.

  • 28 Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 75.
  • 29 Ibidem, p. 6 et figure 3 (planche après la p. 32).

13Que conclure de tout cela ? Il semble d’abord que la constellation désignée par le terme de Décapole ne soit pas aussi stable que l’historiographie des xxe et xxie siècles ne veut bien le dire, passant de sept à dix, puis huit, onze, enfin dix villes, des départs succédant à des arrivées. Le point commun entre ces alliances mouvantes est l’appartenance au grand-bailliage de Haguenau, qui en est le facteur d’unité. Nous n’avons pas ici affaire d’abord à une alliance à l’initiative de villes impériales voisines voulant s’entraider pour sauver leur statut, mais à des villes unies par leur appartenance à une institution dominée par l’empereur. Quant à la stabilité ou la durée de la « ligue », elle s’explique surtout par la permanence de l’institution du grand-bailliage : quand Landau est intégrée au grand-bailliage, elle entre naturellement dans la Décapole. Lorsque quelques décennies plus tôt, Charles le Téméraire demande que les villes « de la Décapole » n’interviennent pas contre lui pour soutenir Mulhouse, elles lui répondent qu’elles ne peuvent le satisfaire, car cette dernière « fait partie du grand-bailliage d’Alsace et est alliée avec [elles], villes d’Empire »28. C’est là encore l’institution impériale qui prime. Mais si cette ligue n’est pas si stable et ne doit son unité qu’au grand-bailliage, pourquoi apparaît-elle si immuable ? En fait, en désignant ces alliances successives, par-delà les fluctuations dans leur composition, par le terme de « Décapole » – qui n’apparaît pas dans les documents – les historiens l’essentialisent et lui construisent une pérennité factice : une alliance entre huit villes impériales, comme en 1360, est alors naturellement présentée comme « la Décapole » à laquelle manquent quelques membres29.

  • 30 Ibidem, p. 13 (première occurrence en 1403) et p. 89.
  • 31 Par exemple lors de la Diète de Worms en 1495, Heinz Angermeier (Hg.), Reichstag von Worms, 1495, (...)
  • 32 Lucien Sittler, « Les archives de la Décapole alsacienne conservées à Sélestat », Annuaire de la s (...)
  • 33 Heinz Angermeier (Hg.), Reichstag…, op. cit., vol. 1, p. 487, ou AMC AA 72 121, où les trois ville (...)

14L. Sittler insiste fortement sur la singularité de la ligue décapolitaine, singularité qui commencerait par le nom qui lui était donné au xve siècle, « gemeine richstette », comme s’il était extraordinaire30. En fait, ce terme est par exemple utilisé pour désigner toutes les villes d’Empire lors des diètes : il est donc extrêmement courant et désigne moins une ligue qu’un statut commun31. D’ailleurs, les sources sur la « Décapole » utilisent tout aussi fréquemment « die richstette in der landvogtei zu Hagenau ». Or Sittler fait le choix problématique de traduire l’allemand « gemeine richstette » en français par « Décapole »32. Les autres éléments de singularité qu’il relève ne résistent pas plus à l’examen : ainsi le fait que des villes envoient des délégués communs aux diètes, ou même paient de façon commune leurs impôts à l’empereur n’a rien d’extraordinaire : c’est par exemple le cas des villes impériales du grand-bailliage voisin de l’Ortenau en 149533.

  • 34 Lucien Sittler, La Décapole..., op. cit., p. 94.
  • 35 Voir la carte de ces emprunts dans François-Joseph Himly, Atlas des villes médiévales d’Alsace, St (...)

15D’autre part, l’unité spatiale de la Décapole est très relative. Bien sûr, elle ne forme pas un territoire cohérent, ce qui n’étonnera personne, étant donné le morcellement territorial extrême du Rhin supérieur à la fin du Moyen Âge. Mais surtout elle est marquée par de fortes divisions. La première relève d’une logique centre/périphérie, que l’on repère très bien en suivant les trajets des convocations aux réunions de la ligue (ill. 3.6). Elles partaient de Haguenau vers Wissembourg au nord et Obernai au sud, d’où elles étaient expédiées vers Rosheim et Sélestat, de là vers Colmar. Cette dernière était chargée de les envoyer à Kaysersberg, Turckheim, Munster et Mulhouse (d’ailleurs des réunions limitées à ces villes avaient lieu, à Colmar)34. On reconnaît donc des divisions géographiques très anciennes, Haguenau apparaissant comme le pôle principal de la Basse-Alsace, Colmar celui de la Haute-Alsace. Ainsi la carte des trajets des convocations recoupe-t-elle très largement celle des emprunts de chartes de franchises d’une ville à l’autre dans le Rhin supérieur, qui témoignent de la force des relations qu’elles entretenaient35.

  • 36 Lucien Sittler, « Les archives de la Décapole », op. cit., p. 94.
  • 37 D. P. Brunel, Thierry Larrière, « Une œuvre contemporaine de Schongauer : le Koifhus de Colmar », (...)
  • 38 AMC, AA 52-3 : « wie die zehenn stett der landtvogtej hagnaw zu samen verpunden seind ».

16Il ne s’agit pas ici de dire qu’il n’existait aucune conscience commune, encore moins aucune réalité de l’alliance entre les villes impériales du grand-bailliage de Haguenau ; elle se manifeste par exemple dans les archives communes, conservées dans un coffre à Sélestat, dont Colmar et Haguenau détenaient une clé36. À Colmar, à la fin du xve siècle, lors de la rénovation du Koifhus (l’Ancienne Douane), on met des vitraux aux armes des dix villes impériales37. D’ailleurs, au dos de la charte de Charles IV de 1354, conservée à Colmar, a été écrit dans la deuxième moitié du xve siècle – à en juger par l’écriture : « Comment les dix villes du grand-bailliage de Haguenau se sont alliées », ce qui témoigne d’une conscience de l’importance de l’événement – mais là encore centrée autour de l’institution du grand-bailliage38. Cependant, la ligue n’avait, par exemple, pas de sceau commun.

  • 39 Il s’agit de la ligue rhénane (Rheinischer Bund), telle que la présente le chroniqueur Königshofen (...)

17Enfin, l’alliance entre les villes de la Décapole n’était pas la seule que contractaient ces cités. En 1380, par exemple, Sélestat, Obernai, Haguenau, Wissembourg, se liguent avec Strasbourg, Spire, Mayence, Worms, Francfort, entre autres39. Mais elle n’est pas mentionnée par L. Sittler ou E.-M. Distler, puisqu’elle ne rentre pas dans le schéma de l’alliance durable et à la composition immuable. On assiste du coup à une surévaluation de l’institutionnalisation de la « Décapole » : si on s’intéresse exclusivement à ce qui lie les dix villes entre elles, on a l’impression que ces liens sont très forts. Pourtant la force institutionnelle de la Décapole ne semble pas évidente ; jamais par exemple, dans le cas de ligues dépassant les villes du grand-bailliage de Haguenau, la Décapole n’apparaît comme un membre en bloc. Chaque ville restait bien indépendante et, en fonction des situations, contractait telle ou telle nouvelle alliance.

18Surévaluation de la Décapole donc. En effet dans les sources historiographiques des xive et xve siècles, l’époque la plus glorieuse de la ligue, la Décapole est quasiment inexistante.

La ligue invisible : la Décapole dans les chroniques médiévales

  • 40 Eva-Marie Distler, Städtebünde..., op. cit., p. 49.
  • 41 Adolf Hofmeister (Hg.), Die Chronik des Mathias von Neuenburg, Berlin, Weidmann (Monumenta Germani (...)
  • 42 Carl Hegel (Hg.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, Göttingen, Vandenhoeck & Ru (...)
  • 43 Franz-Josef Mone (Hg.), Quellensammlung zur badischen Landesgeschichte, vol. 1, Karlsruhe, Macklot (...)
  • 44 Konrad Hofmann, « Eikhard Arzt’s Chronik von Weissenburg », dans Idem (Hg.), Quellen zur Geschicht (...)
  • 45 Wilhelm Vischer, Heinrich Boos (Hg.), Johannis Knebel capellani ecclesiae Basiliensis diarium = Ha (...)

19Alors que la Décapole est présentée comme un acteur politique important dans le Rhin supérieur40, elle est étrangement absente des sources historiographiques dont la vie politique, les conflits et les alliances constituent pourtant la matière privilégiée. Nous n’avons pu que procéder par sondages, en choisissant un échantillon de chroniques et autres sources narratives de la fin du Moyen Âge : pour le xive siècle, Mathias von Neuenburg, dont la chronique latine s’arrête, avec ses ajouts, en 136041 – peu après l’acte de naissance de la Décapole de 1354, puis les chroniques strasbourgeoises en langue vulgaire de Fritsche Closener et Jakob Twinger von Königshofen, proches des préoccupations des élites urbaines42 ; pour le xve siècle, les continuations de Königshofen publiées par Franz Mone au milieu du xixe siècle43, la chronique de Wissembourg d’Eikhart Artzt, un bourgeois de la ville, qui raconte en allemand le siège de Wissembourg par le Palatin Frédéric le Victorieux en 146944. Enfin, comme L. Sittler insiste beaucoup sur le rôle de la Décapole pendant les guerres de Bourgogne, nous avons utilisé le diarium latin de Hans Knebel, un chapelain bâlois ayant vécu les événements45. Tous ces auteurs sont plus ou moins contemporains des faits qu’ils décrivent, et l’échantillon, associant chroniqueurs provenant de villes « membres » et d’autres issus de lieux proches et entretenant des liens avec elles, devait permettre des visions « interne » et « extérieure » de la Décapole.

  • 46 Carl Hegel (Hg.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte..., op. cit., vol. 1, p. 101 (repris pa (...)
  • 47 Ibidem, vol. 1, p. 488 : « er habe ouch gesendet zu allen fürsten und herren und zu des riches ste (...)

20Il apparaît d’abord, si l’on s’en tient aux débuts de la ligue, que l’acte d’août 1354, censé être si nouveau et original, n’a retenu l’attention ni de Mathias von Neuenburg, ni de Closener ou de Königshofen. Ni Closener ni son successeur Königshofen ne mentionnent le « renouvellement » de la Décapole en 1379. Le premier des deux chroniqueurs strasbourgeois se contente de relater la participation des villes impériales du grand-bailliage de Haguenau à la libération de Seltz face au margrave de Bade : « en 1357, les villes impériales et les Strasbourgeois marchèrent à la Pentecôte sur Seltz, qu’ils prirent et détruisirent, sur l’ordre de l’empereur Charles de Bohême »46. Königshofen décrit quant à lui la lutte contre les routiers « anglais » : « il [Charles IV] avait fait demander à tous les princes et seigneurs et villes d’Empire qu’ils viennent à lui en grande force pour chasser cette méchante foule »47. Le terme choisi, « des riches stetten », n’évoque pas d’alliance, mais seulement un statut. L’union des villes dans cette action semble, comme chez Closener, être due à la volonté de Charles IV. D’autre part, pour la période d’avant 1354, c’est le même terme qui est utilisé. Ainsi visiblement ni Closener ni Königshofen n’avaient conscience d’un changement qualitatif, à cette date, dans le lien qui unissait les villes d’Empire alsaciennes.

  • 48 Carl Hegel (Hg.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte…, op. cit., vol. 2, p. 836 : « Der ryne (...)

21Doit-on partir du principe que les sources narratives médiévales gomment les aspects institutionnels et que quand elles parlent de riches stette elles veulent bien désigner une alliance ? Cela ne paraît pas évident, dans la mesure où Königshofen, par exemple, consacre deux paragraphes distincts aux ligues de villes rhénanes et souabes dans les années 1380, dans des termes tout à fait explicites : « La ligue rhénane/Plusieurs villes sur le Rhin eurent peur de cela [une alliance entre princes] et proposèrent aux habitants de Strasbourg, Obernai, Sélestat, Haguenau, Wissembourg, Spire, Worms, Mayence, Francfort et d’autres villes, de s’allier pour résister aux coalitions susdites. Et cela fut nommé la ligue rhénane ». Des mots similaires sont employés à propos de la « ligue souabe » (Der swebesche bunt), que le chroniqueur date de 138048.

  • 49 Konrad Hofmann, « Eikhard Arzt’s Chronik », op. cit., vol. 3, § 13, p. 271 : « Vnd beklagten sich (...)
  • 50 Ibidem, vol. 3, § 20 p. 277 : « Des reychs stett, die von Hagenaw, Colmar, Sletstat vnnd ander auß (...)
  • 51 Ibidem, vol. 3, p. 270-271 : « dan er wol wuste wie im (= l’électeur palatin) die lantvogtye bevol (...)

22Chez Eikhart Artzt, bourgeois de Wissembourg, membre de la Décapole, qui relate le siège de sa ville en 1469, l’attention portée à l’aide fournie par les villes impériales à Wissembourg en tant que ligue n’est pas plus évidente. On s’en tiendra ici à deux exemples : « Ils se plaignirent par écrit de cette campagne et de cette violence à ceux de Strasbourg, Haguenau, Colmar, Sélestat, Obernai et à leurs associés (mitgenossen) des autres villes de ce bailliage »49 ; ou encore : « Les villes d’Empire, Haguenau, Colmar, Sélestat et d’autres du bailliage étaient stationnées devant Germersheim près du Comte Palatin »50. Le passage le plus net sur la Décapole indique que le Palatin, qui était alors Landvogt de Haguenau, « ne devait pas faire violence à une ville, mais prendre le droit suivant l’arbitrage des villes en commun »51 – mais il s’agit plus de la relation du grand-bailli aux villes sous son autorité que de la ligue des villes entre elles.

  • 52 Wilhelm Vischer, Heinrich Boos (Hg.), Johannis Knebel diarium…, op. cit., p. 21, l. 20 (11 novembr (...)

23Enfin on ne trouve pas mieux chez le Bâlois Johannes Knebel, à propos des guerres bourguignonnes de la fin du xve siècle. Knebel utilise parfois le terme de « civitates imperiales Alsatiae », sans qu’on sache quelles villes sont vraiment désignées par ce terme ; quand il donne des listes, avec les noms des villes, il s’en trouve un nombre très variable, et souvent des villes de la Décapole sont mêlées à d’autres comme Strasbourg, Bâle ou Berne ; jamais il ne parle de l’alliance des villes impériales d’Alsace52.

24Pourquoi alors ce décalage entre les sources narratives de la fin du Moyen Âge et les historiens du xxe siècle ? Encore une fois, nous sommes parti de l’hypothèse qu’il n’était pas dû à ce type de source qui aurait gommé les dimensions institutionnelles des alliances. Il fallait dès lors faire la généalogie de l’historiographie moderne et contemporaine, faire une histoire à rebours, pour trouver d’où provenait cette signification exceptionnelle attribuée à la Décapole.

Un concentré d’Alsace : la Décapole figure mythique de l’historiographie alsacienne moderne et contemporaine

  • 53 Bernhard Hertzog, Chronicon Alsatiae : Edelsasser Cronick unnd aussfürliche beschreibung des unter (...)
  • 54 Bernhard Hertzog, Chronicon Alsatiae…, op. cit., p. 150 (la pagination reprend à zéro au livre VII (...)

25A la fin du xvie siècle, Bernhard Hertzog, originaire de Wissembourg, écrit une chronique de la Basse-Alsace, qu’il organise en chapitres, traitant d’abord de l’histoire de la Basse-Alsace, des évêques de Strasbourg, puis des princes, comtes et autres seigneurs, et des chevaliers53. Il aborde ensuite une par une les grandes villes, Sélestat, Strasbourg, Haguenau, Wissembourg. Pour chacune d’entre elles, Hertzog s’intéresse aux officiers et aux grandes familles en particulier. Dans le chapitre sur Haguenau, il consacre une page au grand-bailliage, et dresse une liste des villes qui en font partie, y compris Mulhouse, dont il explique qu’elle s’est séparée des autres pour se tourner vers les Confédérés54 : il n’est pas question d’alliance, mais encore seulement de l’appartenance commune à la Landvogtei.

  • 55 Raymond Oberlé (éd.), L’Alsace en 1700 : mémoire sur la province d’Alsace de Jacques de La Grange,(...)
  • 56 Le mémoire de Peloux, secrétaire de l’intendant Paul Esprit Feydeau de Brou, rédigé entre 1732 et (...)
  • 57 Louis Laguille, Histoire…, op. cit., p. 321.
  • 58 Ibidem, p. 331 (ligue de villes d’Alsace et Bâle contre le marquis de Bade en 1422), p. 349 (Mulho (...)

26Après le passage à la France au xviie siècle, les érudits français ne parlent pas plus de la Décapole. L’intendant Jacques de La Grange, dans son mémoire sur la province d’Alsace de 1697, mentionne seulement « les dix villes impériales ou dépendantes de la Préfecture de Haguenau »55. Les autres mémoires rédigés au xviiie siècle par les intendants d’Alsace ou leurs subordonnés, ainsi Peloux et Pfeffel, font de même, et n’évoquent jamais l’alliance ou une solidarité particulière entre les villes56. On pourrait certes dire que l’histoire n’est pas la préoccupation principale de ces commis du roi de France, mais il est plus marquant encore de constater que le jésuite Louis Laguille, dans son Histoire de la province d’Alsace publiée en 1727, parle lui aussi des « villes impériales incorporées à la Préfecture d’Alsace »57, mais ne consacre pas un seul mot à leur alliance – alors même qu’il décrit des ligues urbaines, par exemple l’alliance de Mulhouse avec les Suisses58.

  • 59 Johann Daniel Schoepflin, Alsatia illustrata, Colmar, Imprimerie royale, 1751-1761, p. 283 : « Ver (...)
  • 60 Johann Daniel Schoepflin, Alsatia illustrata, op. cit., p. 275-283.
  • 61 Christian Gottlieb Gumpelzhaimer, Versuch einer actenmässigen Geschichte der zehen vereinigten Rei (...)
  • 62 Ibidem, p. 7 (chapitre « Les chevaliers, ennemis des bourgeois » [Ritter, Feinde der Bürger]).
  • 63 Ibidem, p. 17 : « La religion catholique romaine dominait chez elles jusqu’à la Paix religieuse de (...)
  • 64 « Freiheitsschwindel ». Ibidem, p. 18 et s.

27C’est bien le grand érudit Johann Daniel Schoepflin qui, dans son Alsatia illustrata, une histoire de l’Alsace publiée au milieu du xviiie s., crée véritablement la Décapole. Schoepflin, s’il ne forge peut-être pas le terme même de Décapole, en tout cas le popularise, en expliquant dans une note : « en langue vulgaire, die X. Erbverein staett : die X. vereinigte Reichstaette im Elsas. Je l’appelle Décapole, parce que le plus souvent la confédération compte dix villes ». Il ajoute, surtout : « on connaît des Décapoles en Italie, Asie Mineure et Palestine »59. Son modèle était donc antique – en tout cas pour la Décapole de Palestine, dont il est question chez Pline l’Ancien ou encore dans la Bible. Schoepflin consacre plusieurs pages à la Décapole ; c’est lui qui parle de la fondation de la Décapole en 1354 (Foederis Decapolitani initium), d’un renouvellement de l’alliance en 1379 (foedus renovatum)60. Cependant Schoepflin insiste sur les droits du grand-bailli, et conçoit la Décapole comme institution au sein du grand-bailliage de Haguenau. D’autre part, il ne donne pas de valeur idéologique à la Décapole. Peu après Schoepflin, un auteur d’Outre-Rhin, Christian Gottlieb Gumpelzhaimer, écrit une petite Histoire des dix villes d’Empire unies en Alsace, de leur origine jusqu’au temps présent61. Son ouvrage, favorable à la bourgeoisie, s’inscrit dans le contexte des polémiques hostiles à l’annexion française, qui se multiplient au xviiie siècle ; c’est en fait au présent que s’intéresse Gumpelzhaimer, qui ignore totalement Mulhouse puisqu’elle a quitté la Décapole au début du xvie siècle mais traite Landau comme si elle avait été membre dès les origines ; il insiste sur le caractère allemand des villes et du grand-bailliage, sur leur patriotisme et la défense de leurs libertés face aux chevaliers brigands62, ainsi que sur leur adhésion à la Réforme63 – alors même qu’elle ne fut pas du tout générale. L’annexion française est alors critiquée, et la liberté apportée par la Révolution qualifiée d’« escroquerie »64.

  • 65 Histoire des 10 villes jadis libres et impériales de la préfecture de Haguenau, savoir : Haguenau, (...)
  • 66 Ibidem, p. III.
  • 67 Ibidem, p. 12-13.
  • 68 P.-E. Tuefferd, « La décapole alsacienne », Revue d’Alsace, no 6 (N.S.), 1877, p. 433-444.
  • 69 Georges Bardot, La question des dix villes impériales d’Alsace depuis la paix de Westphalie jusqu’ (...)

28La vraie naissance du mythe décapolitain date de 1825, lorsqu’un auteur anonyme écrit, en français, un opuscule fondé sur l’ouvrage de Schoepflin65. Il explique dans sa préface que Schoepflin a certes fait œuvre très utile, mais que de nombreux Alsaciens curieux de connaître leur pays ne peuvent lire son latin. Comme il ne pouvait le traduire en totalité, dit-il, il explique la sélection qu’il a opérée de la façon suivante : « j’ai cherché un cadre ; j’ai pris celui des dix villes impériales de la Landvogtey de Haguenau »66. Pour lui, les dix villes sont un concentré d’Alsace, elles représentent l’Alsace tout entière. Sa perspective est résolument d’histoire régionale : il commence sa traduction-compilation par quelques pages sur les origines de la province d’Alsace, avant d’expliquer que l’Alsace était d’abord entièrement immédiate, mais qu’elle fut petit à petit presque totalement médiatisée : « si toute la terre d’Alsace a été de même immédiate, dans le sens qu’aucun souverain intermédiaire n’était placé entre elle et l’empire, nos villes impériales seules ont conservé cette immédiateté absolue »67. La suite est essentiellement le récit de la lutte des dix villes pour leur liberté – la Révolution française est passée par là –, même si l’auteur évoque aussi le rôle éminent du Landvogt. Avec cet ouvrage, on est donc passé à une Décapole représentative de toute l’Alsace, un trait totalement absent chez Schoepflin. Cette nouvelle version est reprise – mot pour mot – dans un article de la Revue d’Alsace de 187768. La lecture régionaliste de la ligue est alors bien alsacienne : une thèse de droit de l’université de Lyon parue en 1899, peu sensible à « l’exception » alsacienne, insiste au contraire sur le manque d’unité de la Décapole et son absence de cohérence territoriale69.

  • 70 Louis Batiffol, Les anciennes républiques alsaciennes, Paris, Flammarion, 1918.
  • 71 Ibidem, chapitre xvii : « La période révolutionnaire et la fusion des républiques alsaciennes dans (...)
  • 72 Prosper Viguier, Un chirurgien de la Grande Guerre, présenté par Rémy Cazals, Toulouse, Privat, 20 (...)

29La voie tracée en 1825 fut approfondie dans un petit ouvrage de propagande française publié en 1918, donc pendant la première Guerre Mondiale, et intitulé Les anciennes républiques alsaciennes70. Son objectif avoué est de démontrer que l’Alsace n’a jamais été germanique, mais celte et – le titre est éloquent –, que les Alsaciens ont toujours préféré la liberté, celle de la République française, à la tyrannie prussienne. Ainsi à la Révolution, les républiques alsaciennes se seraient naturellement fondues dans la République française71. Les villes de la Décapole sont comme en 1825 des résumés ou concentrés d’Alsace ; mais l’auteur rajoute à cette représentation la liberté, les tendances républicaines – il minimise par exemple beaucoup les droits du Landvogt. Cette idée que la Décapole était l’expression du désir de liberté républicaine des Alsaciens devait connaître un certain succès à cette époque, si l’on en croit le journal de la Grande Guerre du médecin Prosper Viguier, qui, en 1917, associe dans un même élan France, indépendance des villes et Décapole72.

30La prochaine étape, qui boucle la boucle, est Lucien Sittler, de qui nous étions parti : s’il ne reprend pas à son compte l’absurde propagande de 1918, il est visiblement très marqué par l’ouvrage de 1825 ou l’article de 1877 qui le plagie. Il a en tout cas assimilé l’idée que la Décapole était à considérer dans un cadre régional, alsacien. C’est pourquoi il écarte les alliances des villes de la Décapole avec d’autres villes situées hors de l’Alsace ; la Décapole devient, au contraire, un symbole de l’exception alsacienne. Il est tout à fait caractéristique que sur la seule carte qui orne son étude (ill 3.7) ne figure pas Landau, alors que son livre, certes centré sur la fin du Moyen Âge, comporte tout de même un chapitre sur les xvie et xviie siècles. De plus, la carte est intitulée « la Décapole alsacienne », et non pas « les villes de la Décapole », comme si l’espace représenté sur la carte était unifié par cette ligue urbaine.

  • 73 Voir l’introduction de Laurence Buchholzer dans ce volume.

31L’historiographie contemporaine de la Décapole s’inscrit parfaitement dans le schéma présenté par Laurence Buchholzer dans son texte de présentation de cette journée d’études : « En travaillant dans le cadre de la Landesgeschichte, l’histoire des ligues médiévales reste emprisonnée dans les limites du Land » – en l’occurrence celles du Ländle. « L’entité régionale, la finalité du processus politique, dicte à rebours de l’histoire sa vision des fédérations jusqu’à en faire des mythes fondateurs »73. Si la Décapole a connu un tel succès, c’est parce qu’elle nourrissait la représentation de l’Alsace comme région exceptionnelle, puis, plus tard, comme province attachée à la France.

  • 74 Georges Bischoff, « L’Alsace : une province virtuelle », op. cit., p. 9.

32L’histoire de la Décapole ou des villes qui la composèrent est à réécrire. Les mots de Georges Bischoff, la qualifiant de « syndicat des villes impériales », paraissent parfaitement appropriés74. Sortir du cadre a priori de l’histoire régionale paraît nécessaire, pour s’intéresser à tous les liens entre les villes décapolitaines et leurs autres voisines, dans l’ensemble du Rhin supérieur : le rôle de Strasbourg, en particulier, où au xve siècle les réunions de la ligue avaient très fréquemment lieu, doit être pris en considération. Une cartographie complète des alliances des villes de la Décapole entre elles, mais aussi avec d’autres villes, permettrait de mieux appréhender « leur » espace, et ainsi leurs intérêts. Une étude des liens moins institutionnalisés, plus informels, est également indispensable : relations matrimoniales entre élites urbaines ou liens économiques par exemple.

  • 75 Sur cette ligue, voir notamment – pour les références récentes – Matthias Herrmann (Hg.), 650 Jahr (...)

33Il faudrait, surtout, comparer. Nous avons beaucoup insisté sur l’autorité commune, même si elle était symbolique, du grand-bailli, pour expliquer la durée de la Décapole, vue ainsi simplement comme l’ensemble des villes qui relèvent de son autorité. Une comparaison avec l’Ortenau, juste de l’autre côté du Rhin, et ses villes d’Empire, Zell, Offenburg et Gengenbach, elles aussi placées sous l’autorité d’un Reichslandvogt, s’impose. On pourrait surtout engager une comparaison avec le Sechsstädtebund de Haute-Lusace, autour de Görlitz, qui a donné lieu au même mythe, on pourrait dire au même folklore, en Lusace, que la Décapole en Alsace75.

Notes

1 L’auteur tient à remercier Georges Bischoffet Odile Kammerer pour leurs conseils et les nombreuses indications qu’ils lui ont fournies.

2 Gabriel Braeuner, Francis Lichtlé, Dictionnaire historique de Colmar, Colmar, Association pour la restauration des édifices historiques de Colmar, 2006, p. 87.

3 Ce texte reprend essentiellement celui du Dictionnaire historique, avec cependant un ajout significatif : « Pour un peu on en viendrait à regretter l’heureux temps où les villes préféraient s’associer plutôt que de se déchirer. N’est-il pas le premier syndicat intercommunal de la région ? Sa longévité jusqu’à la Révolution française force l’admiration. La Décapole est devenue mythique et folklorique à la fois. »http://ns21688.ovh.net/~otcol/index.php?option=com_content&task=view&id=19&Itemid=58 [25.04.2008].

4 Lucien Sittler, La Décapole alsacienne. Des origines à la fin du Moyen Âge, Strasbourg-Paris, Éditions F. -X. Le Roux (Publications de l’Institut des Hautes Études alsaciennes, 12), 1955.

5 Ibidem, p. 137.

6 Lucien Sittler, « Dekapolis », Lexikon des Mittelalters, München, Artemis, vol. 3, 1986, col. 654 ; Idem, « Der elsässische Zehnstädtebund, seine geschichtliche Eigenheit und seine Organisation », Esslinger Studien, no 10, 1964, p. 59-77.

7 Claus Geiges, Die elsäßische Dekapolis 1634-1654, Freiburg im Breisgau, thèse de doctorat dactylographiée, 1959.

8 Jean-Marie Schmitt, « Un type de fédération urbaine : la décapole alsacienne », dans Georges Livet (sous la direction de), Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750 : colloque international du C.N.R.S. (octobre 1981), Paris, Ophrys, 1983, p. 555-559 ; l’article est reparu sous une forme légèrement différente dans La décapole = der Zehnstädtebund. Catalogue de l’exposition, Haguenau, Musée historique, 1988.

9 Christian Ohler, Zwischen Frankreich und dem Reich. Die elsässische Dekapolis nach dem Westfälischen Frieden, Frankfurt a. M., Peter Lang (Mainzer Studien zur Neueren Geschichte, 9), 2002.

10 Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter : eine rechtshistorische Untersuchung zu Begriff, Verfassung und Funktion, Frankfurt a. M., Vittorio Klostermann (Studien zur europäischen Rechtsgeschichte, 207), 2006.

11 Bernard Vogler (sous la direction de), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs libertés 1354-1679, Strasbourg, Nuée Bleue, 2009.

12 Plusieurs historiens ont exprimé ça et là des doutes sur la réalité ou l’efficacité de la Décapole, mais sans procéder à un véritable réajustement historiographique. Voir en particulier Georges Bischoff, « L’Alsace : une province virtuelle », dans Des principautés aux régions dans l’espace européen. Actes du colloque, Lyon, Université Lyon 3, 1994, p. 9 (chaque contribution a sa pagination propre) ; Odile Kammerer, « Le Moyen Âge », dans Bernard Vogler (sous la direction de), Nouvelle Histoire de l’Alsace. Une région au cœur de l’Europe, Toulouse, Privat, 2003, p. 53-126, ici p. 109, qui parle de « mythe ».

13 Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 5 : « L’alliance constitue une grande nouveauté et elle a une originalité incontestable » (…). En plus, l’alliance n’est pas passagère comme la plupart des alliances conclues (de 3 à 5 ans au maximum), mais elle a une longue durée et elle pourra être renouvelée à tout moment. » ; Eva-Marie Distler, Städtebünde…, op. cit., p. 40 : « fast ohne Unterbrechung bis ins 17. Jahrhundert ».

14 Les villes d’Empire (Reichsstädte) dépendent « immédiatement », directement, de l’Empereur, sans avoir d’autre seigneur que lui. Sur ce statut, cf. Paul-Joachim Heinig, Reichsstädte, freie Städte und Königtum 1389-1450 : ein Beitrag zur deutschen Verfassungsgeschichte, Wiesbaden, Franz Steiner, 1983.

15 Lucien Sittler, La Décapole..., op. cit., p. 1-3.

16 Konrad Ruser (Hg.), Städte-und Landfriedensbündnisse von 1347 bis 1380, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde, 2 – 1. Teil), 1988, no 378.

17 Ce point est mis en avant par Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire, op. cit., p. 311 ; eadem, « Le Moyen Âge », op. cit., p. 109.

18 Konrad Ruser, Städte-und Landfriedensbündnisse..., op. cit., no 379.

19 Lucien Sittler, La Décapole..., op. cit., p. 91.

20 Voir Joseph Becker, Die Reichsvogtei Kaysersberg von ihrem Ursprung bis zur französischen Revolution, Strasbourg, Elsässer, 1906.

21 Le terme est de Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 10, qui note surtout que la ligue semble se recréer sans le souverain, voire contre lui.

22 Ibidem, p. 19.

23 « des heiligen römischen richs stette in die lantfogtye ze Elsaz » (texte d’après la copie sur parchemin conservée aux Archives Municipales de Colmar (désormais AMC), AA 52 8-18). Les termes de Landvogtei « zu Elsass » ou « zu Hagenau » étaient utilisés indifféremment.

24 Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 20.

25 Voir Odile Kammerer, « Mulhouse », dans Bernard Vogler (sous la direction de), La Décapole…, op. cit., p. 335-355.

26 Louis Laguille, Histoire de la province d’Alsace depuis Jules César jusqu’au mariage de Louis XV roi de France et de Navarre, Strasbourg, Jean Renauld Doulssecker, 1727, Preuves, p. 108-110. La charte de Maximilien intégrant la ville dans la Landvogtei, datant du 21 avril 1511, est éditée par Johann Daniel Schoepflin (éd.), Alsatia diplomatica, t. II, Mannheim, typographia academica, 1775, p. 448 no 1443.

27 « Wir (…) des heiligen römischen reichs stätt in die landtvogtey Hagenaw gehörig (...) in ein corpus also verbunden, verpflichtet vndt vereiniget », éd. dans Johann Daniel Schoepflin (éd.), Alsatia diplomatica..., op. cit., t. II, p. 475-476.

28 Lucien Sittler, La Décapole…, op. cit., p. 75.

29 Ibidem, p. 6 et figure 3 (planche après la p. 32).

30 Ibidem, p. 13 (première occurrence en 1403) et p. 89.

31 Par exemple lors de la Diète de Worms en 1495, Heinz Angermeier (Hg.), Reichstag von Worms, 1495, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht (Deutsche Reichstagsakten. Mittlere Reihe, 5), 1981, 2 vol., ici vol. 2, p. 1525 (« des Reychs Frey-und gemainer stett »).

32 Lucien Sittler, « Les archives de la Décapole alsacienne conservées à Sélestat », Annuaire de la société des amis de la Bibliothèque de Sélestat, 1953, p. 141-145, ici p. 142 : « gemein richstette berürende » traduit par « concernant la Décapole ».

33 Heinz Angermeier (Hg.), Reichstag…, op. cit., vol. 1, p. 487, ou AMC AA 72 121, où les trois villes de l’Ortenau, Zell, Gengenbach et Offenburg paient ensemble leur contribution, alors que seules huit villes de la Décapole se réunissent pour contribuer (Haguenau, Colmar, Sélestat, Wissembourg, Obernai, Munster, Rosheim, Turckheim).

34 Lucien Sittler, La Décapole..., op. cit., p. 94.

35 Voir la carte de ces emprunts dans François-Joseph Himly, Atlas des villes médiévales d’Alsace, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 1970, p. 34.

36 Lucien Sittler, « Les archives de la Décapole », op. cit., p. 94.

37 D. P. Brunel, Thierry Larrière, « Une œuvre contemporaine de Schongauer : le Koifhus de Colmar », Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Colmar no 32, 1992-1993, p. 17-30. Ces vitraux semblent être une reprise du thème déjà utilisé dans l’hôtel de ville de Stans en Suisse, avec les armes des différents cantons ; voir sur ce point la contribution de Regula Schmid Keeling dans ce volume.

38 AMC, AA 52-3 : « wie die zehenn stett der landtvogtej hagnaw zu samen verpunden seind ».

39 Il s’agit de la ligue rhénane (Rheinischer Bund), telle que la présente le chroniqueur Königshofen, cf. infra.

40 Eva-Marie Distler, Städtebünde..., op. cit., p. 49.

41 Adolf Hofmeister (Hg.), Die Chronik des Mathias von Neuenburg, Berlin, Weidmann (Monumenta Germaniae Historica – Scriptores rerum germanicarum, N. S., 4), 1924-1940.

42 Carl Hegel (Hg.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte. Straßburg, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Die Chroniken der deutschen Städte, 8 & 9), 1961 [Reprint de l’édition de Leipzig, 1870-1871].

43 Franz-Josef Mone (Hg.), Quellensammlung zur badischen Landesgeschichte, vol. 1, Karlsruhe, Macklot, 1848.

44 Konrad Hofmann, « Eikhard Arzt’s Chronik von Weissenburg », dans Idem (Hg.), Quellen zur Geschichte Friedrichs I. des Siegreichen Kurfürsten von der Pfalz, Aalen, Scientia Verlag, 1969 (reprint de l’édition de 1857-1862), p. 145-208 (vol. 1) et p. 259-301 (vol. 2).

45 Wilhelm Vischer, Heinrich Boos (Hg.), Johannis Knebel capellani ecclesiae Basiliensis diarium = Hans Knebels des Kaplans am Münster zu Basel Tagebuch, Leipzig, Hirzel (Basler Chroniken, 2-3), 1880-1887.

46 Carl Hegel (Hg.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte..., op. cit., vol. 1, p. 101 (repris par Königshofen, ibidem, vol. 2, p. 790) : « Do man zalte 1357 jor, do zogetent dez riches stete und die von Strosburg umbe die pfingesten für Selße und gewunnent es und zerstortentz, von geheiße des keiser Karlen von Behem ».

47 Ibidem, vol. 1, p. 488 : « er habe ouch gesendet zu allen fürsten und herren und zu des riches stetten und habe sü hohe gemanet, daz sü zu ime kument mit grosser helfe, das böse volg zu vertribende ».

48 Carl Hegel (Hg.), Die Chroniken der oberrheinischen Städte…, op. cit., vol. 2, p. 836 : « Der rynesche bunt/Dies entsossent sich etliche stette am Ryne und trugent ane mit den von Strosburg, Ehenheim, Sletzstat, Hagenouwe, Wissenburg, Spire, Wurmesze, Mentze, Frankenfurt und andern stetten, das sü sich zusamene verbundent, den vorgenanten gesellescheften zu widerstonde. und das hies der rynesche bunt ».

49 Konrad Hofmann, « Eikhard Arzt’s Chronik », op. cit., vol. 3, § 13, p. 271 : « Vnd beklagten sich in schriften dießes furzugs vnd gewalts bey denen von Straßburg, Hagenawe, Collmar, Slettstat, Ehenheim vnd andern iren mitgenossen in der landtfaugtey gelegen vnnd zu ine gehorent von des reychs wegen ».

50 Ibidem, vol. 3, § 20 p. 277 : « Des reychs stett, die von Hagenaw, Colmar, Sletstat vnnd ander auß der landtvogtey lagent zu Germerßheym bey dem pfaltzgrauen (...) ».

51 Ibidem, vol. 3, p. 270-271 : « dan er wol wuste wie im (= l’électeur palatin) die lantvogtye bevolhen were, nemblich das er kein statt solt gewaltigen, sondern nach erkantnis solcher gemeyner stett des rechten seyn, als das die brieffe klerlich wisent » (cité par Lucien Sittler, La Décapole… op. cit, p. 50, note 49).

52 Wilhelm Vischer, Heinrich Boos (Hg.), Johannis Knebel diarium…, op. cit., p. 21, l. 20 (11 novembre 1473) : « ipsi autem volentes habere perswasos opida et civitates imperiales, cum et ipsi sub imperio essent, miserunt legatos suos ad dominum Fridericum ducem Bavarie comitem palatinum, sub cujus dominio erant, Argentinensibus, Sletzstattensibus, Columbariensibus, Basiliensibus et Switzerorum confederatis, ut ad se in Mulhusen veniant » ; p. 24, l. 5 : « Illo tempore, cum premissa sic fierent in Treveris et magne mine fuissent Switzeris, Basiliensibus, Mulhusensibus, Argentinensibus et civitatibus imperialibus in Alsacia consistentibus dicte, presertim quod dominus rex Burgundie in favorem imperatoris illas civitates, opida et communitates suo vellet subigere regno ».

53 Bernhard Hertzog, Chronicon Alsatiae : Edelsasser Cronick unnd aussfürliche beschreibung des untern Elsasses am Rheinstrom, auch desselben fürnemmer Stätt, als Strassburg, Schletstatt, Hagenaw, Weissenburg, Strasbourg, Bernhart Jobin, 1592. Sur Bernhard Hertzog, voir le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA), vol. 3, p. 1562.

54 Bernhard Hertzog, Chronicon Alsatiae…, op. cit., p. 150 (la pagination reprend à zéro au livre VII ; on se trouve ici au livre X) : « Mülhausen, welche bey wenig jaren sich an die Eydtgenossen unnd Schweizer begeben unnd sich von den andern abgesöndert ».

55 Raymond Oberlé (éd.), L’Alsace en 1700 : mémoire sur la province d’Alsace de Jacques de La Grange, Colmar, Alsatia (Collection « Richesses de l’Alsace »), 1975, p. 111 et 112.

56 Le mémoire de Peloux, secrétaire de l’intendant Paul Esprit Feydeau de Brou, rédigé entre 1732 et 1735, fait l’objet d’une étude, avec édition du texte, d’Alain J. Lemaître et Odile Kammerer à l’université de Haute-Alsace ; celui de Pfeffel (1777) est étudié par Élodie Godié dans le cadre de son master, sous la direction d’A. J. Lemaître à l’université de Haute-Alsace. Merci à M. Lemaître et Mlle. Godié des renseignements qu’ils m’ont aimablement fournis.

57 Louis Laguille, Histoire…, op. cit., p. 321.

58 Ibidem, p. 331 (ligue de villes d’Alsace et Bâle contre le marquis de Bade en 1422), p. 349 (Mulhouse et les Suisses en 1464).

59 Johann Daniel Schoepflin, Alsatia illustrata, Colmar, Imprimerie royale, 1751-1761, p. 283 : « Vernacule die X. Erbverein staett : die X. vereinigte Reichstaette im Elsas. Decapolim appello, quod X. plerumque urbibus constitit. Decapoles Italiae, Asiae minoris & Palaestinae, notae sunt » [Adaptation française, parfois modifiée, tronquée ou complétée par Louis-Waldemar Ravenèz, L’Alsace illustrée ou son histoire sous les empereurs d’Allemagne et depuis sa réunion à la France. Tome V : Villes impériales - Généalogies, Mulhouse, François Perrin, 1852, ici t. V, p. 21]. Christian Ohler, Zwischen Frankreich und dem Reich…, op. cit., p. 19, signale avoir trouvé une seule occurrence du terme Décapole – sous la forme d’un adjectif – au xviie siècle : « Je voudrais bien scavoir, si Mr. de Gravel [représentant de Louis XIV au Reichstag] a envoyé son jugement ou ses remarques sur mon escrit de la prefecture decapolitaine ».

60 Johann Daniel Schoepflin, Alsatia illustrata, op. cit., p. 275-283.

61 Christian Gottlieb Gumpelzhaimer, Versuch einer actenmässigen Geschichte der zehen vereinigten Reichsstädte im Elsass von ihrem Ursprung bis auf gegenwärtige Zeiten, Ulm, Wohlersche Buchhandlung, 1791.

62 Ibidem, p. 7 (chapitre « Les chevaliers, ennemis des bourgeois » [Ritter, Feinde der Bürger]).

63 Ibidem, p. 17 : « La religion catholique romaine dominait chez elles jusqu’à la Paix religieuse de 1555, mais après cette date elles professèrent la foi évangélique luthérienne. Ce changement de confession leur valut la haine de nombreux empereurs, mais, comme elles étaient villes d’Empire, on ne pouvait pas leur disputer ce droit » (Die Römischkatholische Religion war bey ihnen bis nach dem Religionsfrieden von 1555 die herrschende ; nach dieser Zeit aber bekannten sie sich zur Evangelisch-Lutherischen. Diese Glaubensveränderung zog ihnen den Hass vieler Kaiser zu, und dennoch konnte man ihnen als Reichsstädten dieses Recht nicht nehmen).

64 « Freiheitsschwindel ». Ibidem, p. 18 et s.

65 Histoire des 10 villes jadis libres et impériales de la préfecture de Haguenau, savoir : Haguenau, Colmar, Sélestadt, Landau, Wissembourg, Obernay, Rosheim, Muenster, Keysersberg et Tuerckheim. Selon Schöpflin, Colmar, Decker J. H., 1825.

66 Ibidem, p. III.

67 Ibidem, p. 12-13.

68 P.-E. Tuefferd, « La décapole alsacienne », Revue d’Alsace, no 6 (N.S.), 1877, p. 433-444.

69 Georges Bardot, La question des dix villes impériales d’Alsace depuis la paix de Westphalie jusqu’aux arrêts de ‘réunions’ du conseil souverain de Brisach, 1648-1680, Lyon/Paris, Rey/Picard, 1899, p. 20 : « Ces dix villes confédérées étaient donc bien loin, territorialement parlant, de constituer un tout. Aussi l’expression de « préfecture provinciale des Dix villes impériales sises en Alsace » ne doit-elle pas nous faire illusion : elle ne correspondait, en réalité, ni à une région naturelle, ni à une division administrative de l’Alsace ».

70 Louis Batiffol, Les anciennes républiques alsaciennes, Paris, Flammarion, 1918.

71 Ibidem, chapitre xvii : « La période révolutionnaire et la fusion des républiques alsaciennes dans la république française, le xixe s. ».

72 Prosper Viguier, Un chirurgien de la Grande Guerre, présenté par Rémy Cazals, Toulouse, Privat, 2007, p. 124. Le passage, qui fait référence à un discours prononcé lors d’une distribution des prix à l’école de Bellemagny (Haut-Rhin), vaut en particulier pour l’enchaînement des idées menant finalement à la Décapole : « Il ne faut pas croire que, pendant la première période, les Alsaciens n’aient pas tourné les yeux du côté des pays latins et de la France. J’en ai pour preuve la tendance de toutes les villes importantes à se rendre indépendantes. Au xive siècle, nous voyons Strasbourg faire la guerre aux petits seigneurs du voisinage. Strasbourg s’érige en république gouvernée par un Sénat. Les autres villes l’imitent. C’est l’époque où Gutenberg vient l’habiter. En 1354, Charles IV organise la Décapole des villes impériales d’Alsace ». Je remercie Marie-Claire Vitoux d’avoir déniché pour moi cet exemple éloquent.

73 Voir l’introduction de Laurence Buchholzer dans ce volume.

74 Georges Bischoff, « L’Alsace : une province virtuelle », op. cit., p. 9.

75 Sur cette ligue, voir notamment – pour les références récentes – Matthias Herrmann (Hg.), 650 Jahre Sechsstädtebund der Oberlausitz (1346– 1996), Kamenz, Kamenzer Geschichtsverein, 1997 ; Volker Dudeck, Gunter Oettel (Hg.), 650 Jahre Oberlausitzer Sechsstädtebund 1346-1996, Bad Muskau, Oettel, 1997 ; Markus Bitterlich, « Kommunikationsstrukturen im Oberlausitzer Sechsstädtebund zur Zeit der Hussitenkriege », Neues Lausitzisches Magazin, no 12, 2009, p. 7-28.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search