Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

La géographie des ligues peut-elle être cartographiée ?

Odile Kammerer et Jean-Philippe Droux

Texte intégral

  • 1 Patrick Boucheron, « Représenter l’espace féodal : un défi à relever », Espaces Temps, no 68-69-70, (...)
  • 2 Georges Duby, La société aux xie et xiie siècles dans la région mâconnaise, Paris, Sevpen, 1953.
  • 3 Arnd Reitemeier, Gerhard Fouquet (Hg.), Kommunikation und Raum. 45. Deutscher Historikertag in Kiel (...)

1Les historiens médiévistes ont jusque récemment développé quelque réticence à cartographier leurs données parce qu’ils les savaient lacunaires, floues, discontinues. Au regard des sources suggérant des contours imprécis, la cartographie passait pour forcer des cohérences artificielles par ses dessins précis1. Mais depuis Georges Duby et sa châtellenie de Brancion-Uxelles2 dont la carte se trouve dans tous les manuels d’histoire du Moyen Âge – preuve, s’il en était besoin, de l’utilité d’une représentation graphique de l’espace –, les médiévistes français et allemands ont apprivoisé l’usage de la cartographie en en cherchant l’intérêt, l’utilisation ou/et la nécessité3. La nouvelle posture du médiéviste tout comme les progrès de la cartographie ne cessent d’ouvrir des champs de recherche prometteurs qui se rejoignent souvent dans les notions d’espace vécu, d’inscription spatiale des rapports sociaux ou de production d’espace.

2Les journées d’études sur les ligues urbaines organisées par Laurence Buchholzer et Olivier Richard se prêtent bien à l’expérimentation : il s’agit d’espaces dans lesquels s’organisent des rapports sociaux, politiques ou économiques. Peut-on alors cartographier la géographie des ligues ? Le présent essai se borne à poser quelques questions méthodologiques à l’historien médiéviste et au cartographe pour proposer des pistes de réflexion.

  • 4 Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jahrhundert bis 15 (...)

3Le corpus des données choisies pour cette démarche est constitué par le travail érudit de Konrad Ruser4 qui a collationné, selon des critères à prendre en compte, tous les actes conservés des ligues non hanséates à partir du xiiie siècle.

4On se posera d’entrée de jeu la question : pourquoi cartographier les ligues ? On pourrait en parler sans les dessiner ! L’examen, ensuite, du corpus de Ruser permettra de poser la question de l’adéquation des données qu’il fournit à la figuration cartographique. Enfin, quels conclusions et problèmes méthodologiques tirer de cet essai ?

Pourquoi cartographier les ligues ?

5La première réponse à cette question relève du sens commun. À la lecture des actes conclus pour la défense d’un territoire, par exemple, le lecteur part à la découverte de contrées et de paysages, dans une lente ou rapide déambulation, qui fait naître une représentation qu’il aurait plaisir à voir dessinée.

6Les ligues, en effet, constituent un objet géographique car elles produisent des espaces. Un espace « plein » ou homogène (du moins le croit-on à première vue) dont on peut faire le tour, se dévoile dans certaines ligues de défense territoriale. Un autre espace apparaît plus souvent, celui dont parlent actuellement les médiévistes, qui est un espace virtuel construit sur les relations entre les points qui le composent. L’espace a perdu sa forme cartésienne d’étendue neutre, abstraite (mais aisément cartographiable !) pour constituer un phénomène social qui s’inscrit dans des lieux, points de repère des territoires traversés par l’action des acteurs sociaux. Les territoires des ligues correspondent à des faisceaux de rapports recherchés, choisis, entretenus dans la dynamique du déplacement des messagers, de la circulation des informations, de la création de lieux communs, des actions futures. Les points de repère donnés dans les actes créent donc un espace hétéroclite qui correspond à des pratiques sociales spécifiques, variables, organisées selon la géographie des relations entre les villes partenaires. Le paysage constitue une composante essentielle de cet espace vécu. Si le géographe découpe l’espace en superficies pour les représenter, l’historien médiéviste travaille le plus souvent avec des distances parcourues à pied ou à cheval. Comment passer de l’espace vécu à l’espace représenté ?

  • 5 Concept du géographe Jacques Lévy que l’on pourrait ainsi résumer : ensemble des compétences dont d (...)
  • 6 Cf. l’introduction de Laurence Buchholzer dans ce volume.

7Par leur activité, les ligues accumulent nécessairement un capital spatial5 constitué par le système social qu’elles génèrent : les relations « internationales », les réseaux plus ou moins hiérarchisés entre elles, les zones d’influence. Mais comment traduire spatialement ces rapports sociaux ? Si les villes formant ligues gèrent des lieux – points de repère – et des distances – éloignement temporel plus que géographique –, en revanche, l’entre deux reste vide… d’informations. Exception doit être faite de lignes empruntées au paysage englobant ou tout au moins délimitant un espace : dans l’Oberrhein, les crêtes des Vosges et de la Forêt-Noire pour l’ouest et l’est, le col du Hauenstein au sud et la forêt de Haguenau au nord constituent un cadre volontiers répété, cet espace plein déjà évoqué. À ces lignes immobiles et concrètes se superposent ou s’enchevêtrent des lignes virtuelles et vécues susceptibles de varier avec les jeux d’échelle : les relations de proximité, d’amitié, de sentiment identitaire devraient apparaître avec la diminution des amplitudes. L’historien convertit alors le plus souvent ses données en une carte « parlée » évoquant des zones, des aires, des espaces… en mots. Il est, en effet, gêné pour dessiner ces spatialités car il se trouve immédiatement confronté au problème de la nature du pouvoir et de l’efficience de la ligue qui se jouent à l’intérieur de ces limites. Tenir un territoire se conçoit plus facilement dans un espace plein entre des points de repère, un État étant le point oméga de la réflexion6. Que peut donc être un pouvoir satellisé, éclaté, éparpillé entre des points ? Quelle représentation graphique intelligible peut-on en faire ?

8Avant de poser la question du comment, il faut continuer à se poser la question du pourquoi. Qu’apporterait la cartographie d’un système interurbain, de jeux d’alliances, de « ligues » ?

  • 7 Alain Guerreau, L’avenir d’un passé incertain : quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Pari (...)
  • 8 Jacques Lévy a été un des pionniers de ce rapprochement. En 1975 paraît le premier numéro de la rev (...)

9Vers les années 2000, époque à laquelle s’est vraiment développée en France la recherche concernant les ligues (alors qu’elle est bien antérieure en Allemagne et en Suisse), la cartographie avait cessé d’être une langue étrangère et bénéficiait d’une réflexion théorique et pratique d’un certain nombre d’historiens médiévistes sur le « système technique » lié aux progrès de l’informatique en général et la gestion des données, les statistiques, les graphes en particulier7. Cette évolution rejoignait la démarche antérieure de géographes désireux d’assurer une ouverture de leur discipline aux autres sciences sociales8. Cette approche interdisciplinaire féconde pouvait trouver une application pratique en cartographie grâce à une plus grande accessibilité aux outils informatiques.

  • 9 Michel Pauly, Peregrinorum, pauperum ac aliorum transeuntium receptaculum. Hospitäler zwischen Maas (...)
  • 10 Karl Schlögel, Im Raum lesen wir die Zeit. Über Zivilisationsgeschichte und Geopolitik, München, Ha (...)

10Cartographier ne signifie pas seulement, en effet, reporter des données historiques sur un fond de carte. La carte est un instrument d’analyse, une source secondaire en quelque sorte, qui pousse son auteur et son lecteur à se poser des questions9. La conception de la carte introduit une exigence dans la formulation des problématiques. L’historien est bousculé par rapport à sa démarche habituelle : il doit partir en quête d’autres données qu’exige la représentation cartographique mais il doit aussi opérer une sélection de ses informations pour construire le message de la carte10. Si tout ne peut pas être dit par des graphismes particuliers sous peine de grande confusion, que choisir ? On retrouve alors la difficulté déjà évoquée de tirer parti des sources. Elles livrent au mieux des listes, une énumération de points de repère : comment alors traduire spatialement des informations pointillistes ? Le passage de l’espace vécu dans les actes du Moyen Âge à l’espace représenté dans les cartes du xxie siècle est-il possible et souhaitable ?

  • 11 Jean-Marc Besse, Les grandeurs de la terre : aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, (...)

11« Parce qu’on voit sur la carte ce qu’on ne voit pas ailleurs », la carte est un objet cognitif11, l’aboutissement d’une analyse territoriale : l’histoire de la cartographie, en envisageant le phénomène en sens inverse (relation entre la carte ancienne et son traitement actuel) montre bien que la carte est un discours, l’expression d’une culture. La figuration cartographique constitue un outil mobilisé pour valider et pour convaincre : la qualité du message rendu reste essentielle et impose donc ses normes. L’absence de cartes de ligues au Moyen Âge témoigne de l’inintérêt de la représentation cartographique dans l’appréhension territoriale de l’époque. La perception et l’utilisation de l’espace ne conduisent pas nécessairement à l’élaboration d’un graphisme. Il faut donc considérer que les cartes fabriquées par les médiévistes actuels appartiennent à une démarche du type projet. « Leur » territoire cartographié résulte d’une démarche en au moins trois étapes successives et les incertitudes rencontrées à chaque étape, loin de se compenser, s’additionnent. Dès le départ, l’exploitation des sources à entrer dans des tableaux plus ou moins élaborés (Système d’Information Géographique) révèle des incertitudes. Les actes ne se moulent pas dans nos catégories : leur chronologie peut être inconnue, donc quelle date enregistrer ?, les acteurs sous-entendus, donc quelles villes forment la ligue ?, la qualité diplomatique incertaine : a-t-on affaire à un projet ou à un acte conclu ? etc. Ces questions ayant trouvé une réponse choisie parmi d’autres possibles, l’étape suivante amène à la construction de la carte qui désigne un monde en le dessinant : les graphismes particuliers délivrent des messages correspondant au projet de l’historien. Là encore ses choix s’affichent. La carte faite, l’étape ultime concerne la lecture des problématiques qui s’en dégagent. La carte finalisée en a-t-elle produit de nouvelles ? Oui si l’on considère la carte comme un outil nécessaire parce que son message est la production d’un monde possible et à ce titre un instrument d’intelligence de phénomènes sociaux. La carte ou la collection de cartes déclinant toutes sortes de données participe de la dynamique de recherche sans en être le point final.

12Toutes ces questions vont jalonner l’essai de cartographie appliqué aux données tirées de l’ouvrage de Ruser.

Corpus et données disponibles

13En 1859, l’Historische Kommission de l’Académie des Sciences de Bavière lance un vaste projet de collation des sources concernant toutes les villes liguées de l’Allemagne du sud, c’est-à-dire toutes celles qui ne sont pas hanséates (Rhin central, Wetterau, Alsace, Rhin supérieur, haute et basse Souabe, région du lac de Constance Bourgogne). L’objectif de Ruser est de couvrir la période des origines (xiiie siècle) jusqu’à la fin de la ligue de Smalkalde en 1549, événement qui provoque de nouveaux rapports entre l’empereur et les villes. En 2005, la publication qui débute par un acte de 1227 avait atteint la date de 1389, avec trois volumes en plusieurs tomes, sachant que les actes à venir sont de plus en plus nombreux, le Moyen Âge avançant. L’objet retenu est la ligue urbaine (Städtebund) sous toutes ses formes : alliances de défense (Schutzbündnisse), combourgeoisies (Burgrechtsverträge), accords pour les sièges de juridiction (Gerichtstandverträge), accords monétaires (Münzverträge), paix provinciales (Landfrieden). Konrad Ruser, dans une copieuse introduction, précise qu’il tient pour Bündnis, une alliance avec serment entre partenaires de même droit. Tous les actes conservés sont collationnés dès lors qu’ils entrent dans le champ sémantique du Bündnis. L’historien dispose donc, en plus des actes officiels et diplomatiquement exécutés pour chaque ville concernée, des documents préparatoires, des protocoles, des correspondances et même des extraits de chroniques. Premier choix à opérer qui oriente les étapes ultérieures : tous les actes sont retenus, quelle que soit leur perfection diplomatique, pour voir, dans l’espace cartographié, le maillage relationnel des villes.

14La publication de Ruser présente les actes par ordre chronologique à l’intérieur de chapitres géographiques (rectorat de Bourgogne, Rhin central, etc.) ou thématiques (les traités des villes du Rhin supérieur concernant la limitation des engagements 1227-1267, etc.). Cette double logique de classement nécessite de la part de celui qui ne veut pas exploiter l’intégralité du corpus une recherche dans tous les chapitres susceptibles de lui fournir des données, avec toujours le risque de manquer quelques actes classés ailleurs. Deuxième incertitude atténuée toutefois par la présence d’un index locorum.

  • 12 Une étude exhaustive nécessiterait de consulter les actes originaux dans leurs lieux de conservatio (...)

15Les actes publiés comportent une analyse, parfois des extraits, plus rarement une transcription intégrale. L’exploitation fine du contenu reste donc inégale surtout en ce qui concerne le vocabulaire12. Troisième type d’interprétation qui se répercute sur la typologie des actes : s’agit-il vraiment d’une Mahnung (convocation instante), d’une affaire de dette, pourquoi ce conflit ?, etc.

16Le présent essai de cartographie porte donc, une fois les choix opérés, sur une partie de ce corpus. Environ 30 % de l’ensemble des actes de l’Allemagne du sud selon la définition de Ruser concernent l’Oberrhein (180 actes environ).

  • 13 Chapitres exploités : volume 1 : Paix provinciales du Rhin (1261-1346), paix provinciales de l’Ober (...)

17La géographie retenue, en effet, est celle de l’Oberrhein13, de Bâle à Wissembourg, des Vosges à la Forêt-Noire, espace supposé pertinent pour les contemporains. Cette hypothèse, fondée sur la lecture des actes, doit être validée par la carte. Mais il est déjà remarquable que la conclusion de ligues dans cet espace constitue une pratique très soutenue par rapport à l’ensemble.

  • 14 Volume 1 : 1227-1347, volume 2 : 1347-1380, volume 3 : 1381-1389.
  • 15 La construction de la Suisse en est le résultat : 1291, serment des quatre cantons montagnards ; 13 (...)
  • 16 Sans se préoccuper d’alliances éventuelles entre villes, le souverain engagiste, pour atteindre le (...)
  • 17 La lutte des Zorn et des Mullenheim à Strasbourg a provoqué par exemple la guerre dite de Herrlishe (...)
  • 18 Routiers (Engländer) surtout en 1365, 1374-1375.

18Le choix chronologique des actes retenus est le xivesiècle : pour des raisons pratiques puisque K. Ruser a atteint (pour le moment) la date de 1389 dans sa publication14, mais aussi des raisons historiques puisque ce siècle est particulièrement marqué par le phénomène des ligues. Le contexte politique et économique qui a favorisé les alliances entre villes justifie le projet et donne aussi des orientations pour le monde à dessiner. Le message d’une carte en effet est déjà en germe avant sa fabrication. Le xive siècle voit se multiplier les ligues pour résister à plusieurs types de dangers communs à plusieurs villes : la résistance aux Habsbourg15, la pratique immodérée de l’engagement16 qui pressurait économiquement et déstabilisait le jeu politique, les faides des grandes familles17 entraînant de graves dégâts collatéraux et les retombées de la Guerre de Cent ans avec les ravages des grandes compagnies en chômage technique18.

19Le corpus ainsi délimité dans sa chronologie et sa géographie, les données peuvent être enregistrées. Le problème se pose alors de déterminer les variables significatives à retenir parmi les données disponibles et celles qu’il convient d’éliminer. Les distinctions envisagées, c’est-à-dire les colonnes des tableaux, ont été :

  • la référence de l’acte dans Ruser et celle dans la nomenclature du tableau de données ;

  • les partenaires : les villes de l’Oberrhein constituaient des ligues, toutes retenues par Ruser, avec ou sans les princes ; se pose de suite la question de savoir si on retient aussi toutes les ligues ou seulement les strictement urbaines (sans les princes) car dans l’un ou l’autre cas, l’alliance n’a pas la même finalité ; le projet de cet essai limité aux journées d’étude sur « ligues urbaines et espace », seules les ligues urbaines ont été traitées car elles offrent de grandes variations géographiques alors que les ligues avec les princes, réunissant tout le petit monde de l’Oberrhein, concernent des espaces englobant tout l’Oberrhein et au-delà ;

  • la date : les actes publiés sont ceux de la constitution d’une ligue mais le phénomène s’inscrit dans le temps d’où la nécessité à première vue de retenir aussi

  • la durée de la ligue (« jusqu’au 24 juin 1355 », « pour 10 ans », « pour toujours » et des variations sur ces thèmes) ; mais on constate rapidement que les ligues sont souvent renouvelées avant leur terme, durent ou disparaissent sans nous le dire, ne précisent pas ce qui est évident pour les contemporains. Le « pour toujours » a été traduit par 1 000 ans pour se donner de la marge. Ce problème de la durée avec prolongement, interruption, emboîtement des ligues les unes dans les autres, a fait l’objet d’une longue discussion entre historien et cartographe. Le premier voulait savoir combien de ligues s’étaient créées mais aussi combien fonctionnaient en même temps par rapport à l’espace concerné. Le second ne pouvait intégrer cette donnée aléatoire sans courir le risque de brouiller le message de la carte. La distinction a donc été conservée mais exploitée sous forme de graphe ;

    • 19 Cette rubrique pourrait être confondue avec celle des conflits mais les actes révèlent une extrême (...)
    • 20 Un acte type circule apparemment dans certains cas auquel les suivants font référence explicitement (...)

    les buts ou objectifs : pour connaître la typologie des ligues, il a fallu opérer des regroupements plus ou moins homogènes donc plus ou moins pertinents des diverses déclarations d’intention de ces ligues (conflits extérieurs ou intérieurs, conseil, procédures, plainte, dettes, arbitrage, Mahnung/faide19, échanges économiques, territoire, code type20, divers) ;

    • 21 Pour l’Alsace, l’atlas des villes de François-Joseph Himly, Atlas des villes médiévales d’Alsace, N (...)
    • 22 « von Burg Hauenstein, am Rhein Bözberg, Hauenstein, Leber, Weissenstein, Goldenfels, Lure bis zum (...)

    le territoire concerné par la ligue ; en créant cette variable, l’attente de l’historien était forte puisqu’il allait trouver la réponse à son questionnement territorial. Or peu d’actes en fait apportent des éléments précis. En revanche, dans tous les autres on comprend que les territoires sont implicites et connus des partenaires : les territoires urbains21 par exemple. Quand les actes parlent de territoires, c’est pour les défendre, et ils proposent une déambulation complète autour de l’espace à protéger, en partant par l’est ou par l’ouest : « Du château du Hauenstein, Bözberg sur le Rhin, Hauenstein, Leber, Weissenstein, Goldenfels, Lure jusqu’à la crête des montagnes aussi loin que mène le territoire de la duchesse, crête des Vosges, Forêt de Haguenau, au-delà du Rhin jusqu’à Stallhofen, crête de la Forêt-Noire jusqu’au château du Hauenstein »22, la boucle est bouclée. Plusieurs problèmes se posent pour cartographier ces données : tout d’abord l’identification des lieux à orthonormer ; ensuite les jonctions entre les points, car la connaissance très imparfaite des axes de circulation de l’époque ne permet pas toujours d’assurer la liaison ; enfin, l’espace ainsi contourné est-il plein, c’est-à-dire dans sa totalité concerné par la ligue ? La figuration graphique dépend de la réponse. Mais il ne faut pas oublier que le questionnement repose sur très peu d’actes : quel rapport établir entre règle et exception, entre modèle et anomalie ?

  • divers (!) : réservoir d’informations uniques, détails qui éclairent un ensemble ; son intérêt nourrit la réflexion de l’historien mais sa pertinence n’est même pas envisagée par le cartographe.

20Pour un article, la diversité, les détails, les blancs trouvent leur place dans une mise en scène maîtrisée par l’auteur. Mais pour la clarté du message d’une carte, une sélection drastique s’impose pour assurer la lisibilité. L’historien doit alors réduire les informations, démarche totalement insupportable pour le médiéviste à l’affût du moindre élément. À cette contrainte d’allégement de la construction graphique pour que le message soit clair et non brouillé, s’ajoute paradoxalement la difficulté contraire : certains actes ne sont pas assez explicites (alors que toute une série d’actes énumère une à une les villes d’une ligue, brusquement apparaît l’expression : « des villes ») ou les actes se répètent car ils sont enregistrés dans les archives urbaines des différents partenaires : faut-il tous les prendre en compte ? et que faire pour les légères ou significatives modifications entre les diverses versions ?

21On le voit : à toutes les incertitudes liées à la constitution du corpus par Ruser, s’ajoutent des contraintes (ou opportunités ?) cartographiques qui poussent l’historien à faire des choix méthodologiques justifiés et explicités. Quand l’information est complexe, le choix doit être fait entre une synthèse des variables (ô combien difficile) ou une collection de cartes (avec les problèmes pratiques que cela implique).

Résultats et questions

  • 23 Le cours du Rhin antérieur aux travaux de canalisation de l’ingénieur badois Tulla (1770-1828) ayan (...)

22Le choix du fond de carte se pose d’entrée de jeu. Soit on reporte sur une carte actuelle les lieux identifiés. Toutes les villes qui se liguent existent encore et sont donc très facilement localisables. En revanche, certains points de repère renvoient à des toponymes incertains, à des points fortifiés disparus, à des lieux familiers des contemporains mais pas des historiens du xxie siècle. Soit on travaille avec des cartes anciennes qui ont l’avantage d’offrir le cadre du paysage vécu mais l’inconvénient de faire figurer des toponymes disparus ou lieux implicites, rivières dont le cours a pu changer, espaces forestiers, axes de circulation, repères éventuels. Les riches fonds de cartes anciennes (xviiie siècle) conservées dans les Archives et les bibliothèques de l’Oberrhein offriraient des possibilités de travailler sur des cartes scannées et de reporter les lieux… mais, sauf pour les villes déjà dessinées, les points non géoréférencés ne permettraient pas de superposer, de comparer, bref de faire une lecture dynamique des couches de données. De plus il est à craindre que les résultats soient disproportionnés avec le temps que nécessite une telle opération. Ce n’est donc pas le parti qui a été pris pour cet essai, qui utilise des fonds de cartes actuelles. On a choisi de retenir le relief, l’hydrographie (le Rhin23 et ses affluents) quand leur tracé faisait sens.

23Une première carte s’est imposée : l’occurrence des villes liguées (ill. 2.1), carte en cercles proportionnels portant sur le nombre de citation de chaque ville dans les actes retenus. Le comptage a été effectué sur toute la période ; il en résulte que le temps est écrasé et que les rythmes chronologiques n’apparaissent pas. La différenciation choisie a été la nature de la citation des villes : certaines sont considérées comme « acteurs » en raison de leur rôle de « chefs » ou d’instigateurs, de référents ou d’arbitres dans les conflits etc. La carte confirme clairement la place des métropoles épiscopales de Strasbourg et de Bâle et les trois villes du cœur de l’Oberrhein, Colmar, Brisach, Fribourg-en-Brisgau. On peut également observer que le piémont vosgien rassemble la plus grande densité de ces villes « acteurs » et la carte révèle qu’aucune distance de proximité entre deux villes n’excède 30 kilomètres : ce maillage serré facilite les allées et venues entre les partenaires. D’autres villes jouent le rôle de « repères » : elles sont mentionnées à titre de limite d’un espace concerné par la ligue ou de passage. La carte indique qu’elles se répartissent plutôt sur la périphérie de l’Oberrhein mais pas exclusivement : les villes sur le Rhin jouent aussi ce rôle. Le troisième groupe de villes a été constitué par toutes celles dont le rôle est autre, même si une même ville peut cumuler les diverses fonctions. On remarquera cette surprenante importance de Saint-Amarin et Herrlisheim : la seconde doit sa « notoriété » (c’est-à-dire le grand nombre d’actes produits) à la guerre qui a opposé entre 1372 et 1376 les Zorn et les Mullenheim par vassal interposé tenant Herrlisheim. Quant à la première, elle a été le théâtre de faits divers potentiellement dangereux et nécessitant des ligues de défense sur toute la période (et pas seulement sur quatre ans). Ce troisième groupe est de loin le plus fragile d’interprétation car il est évident que le hasard de la conservation des sources est pour beaucoup dans leur importance relative et que la mise hors temps, en considérant sans nuances tout le siècle, n’autorise que des conclusions générales, d’ordre de grandeur. Une collection de cartes par tranches chronologiques délivrerait un message plus circonstancié mais plus volumineux ! Toutefois l’historien trouve intérêt à retenir ce troisième groupe car il contribue à mettre en place le paysage familier des ligues. Parcouru en tous sens, l’Oberrhein est un espace relationnel de haute densité.

  • 24 La question reste toujours ouverte de savoir si une ville, en adhérant à une ligue, entraîne ipso f (...)
  • 25 Une première approche permet de répartir les ligues selon leurs objectifs, sachant qu’une même ligu (...)

24Les villes « acteurs » (ill. 2.2) ont fait l’objet d’une carte d’inventaire, un simple pointage à des dates bien précises choisies par l’historien en raison du nombre d’actes et du contexte politique d’une mobilisation générale en 1347 et 1380 (126 actes). Trois cartes à même échelle présentent les villes liguées en 1356, 1365 et 1376. La carte centrale, à plus d’un titre, constitue le pivot de la réflexion de l’historien : en 1365, en effet, le corpus des actes s’élève à 30 contre 8 en 1356 et 7 en 1376. Le contexte connu de l’historien – la menace des routiers (Engländer) – se trouve validé et enrichi par la carte sur laquelle apparaissent des ligues supra-régionales à l’échelle du danger redouté. Les périodes de 1356 et 1376 manifestent un rythme « normal » au regard du pic exceptionnel de 1365 ; les ligues se forment pour répondre, comme en 1365, à des conflits – la guerre contre Zurich et la lutte de Charles iv contre les bourgeois forains (Ausbürger) pour 1356 – mais surtout aux problèmes d’organisation, de construction des relations dans l’Oberrhein, de conflits intérieurs (comme l’émeute survenue lors du carnaval de 1376 à Bâle et connue sous le nom de böse Fasnacht). Pour enrichir l’interprétation de la variation des espaces concernés à ces trois dates, une distinction a été introduite dans la place jouée par les différentes villes et la composition des ligues24. Les villes au nord de l’Oberrhein participent à des ligues élargies aux princes, à l’empereur ou à un conglomérat de toutes les ligues existantes. Rien de surprenant à ce que Strasbourg (ou Wissembourg en 1356) soit la tête de proue. D’autre part toutes les villes ne jouent pas le même rôle dans une ligue, on l’a déjà évoqué. Les cartes permettent d’observer qu’au temps des ligues à l’échelle familière de l’Oberrhein, les villes sont concernées par tous les objectifs fixés à une alliance (défense, procédures juridiques, échanges commerciaux, conseil etc.) alors qu’en période de crise politique, de mobilisation générale (1365) certaines villes, même lointaines, ne font office que de figurants ou cautions. Il est certain que Nördlingen ne peut envoyer des troupes pour une intervention rapide mais en revanche être de grande utilité dans le renseignement. Pour compléter et affiner le message de ces cartes, on pourrait envisager une collection de cartes, aux dates choisies et selon la typologie des ligues25.

  • 26 37 % des actes retenus stipulent précisément la durée de la ligue.

25L’évolution chronologique des ligues (ill. 2.3) a fait l’objet non pas d’une collection de cartes mais d’un graphe enregistrant d’une part le nombre de ligues conclues et d’autre part le nombre de ligues en activité. S’il est important de connaître, en effet, la variation du nombre d’actes créateurs de ligue, il est apparu tout aussi important de savoir combien de ligues fonctionnaient en même temps. Comme on a pu l’observer sur les cartes d’inventaires, certaines périodes sont plus fertiles que d’autres et 1365 connaît une fébrilité diplomatique exceptionnelle. Mais il faut garder présent à l’esprit que toute ligue génère plusieurs actes délivrés aux différentes villes concernées. Ces pics et creux de bâtonnets reflètent donc les points de départ juridiques des alliances qui sont prévues pour des durées différentes. Et ce phénomène de la durée, donc de l’activité de ces ligues et de leur efficacité, importe à l’historien26. Une courbe exprimant le nombre de ligues fonctionnant en même temps complète donc nécessairement l’interprétation de la première variation. On constate que, dans cette petite région de l’Oberrhein, sur une période de quarante ans au moins, plusieurs ligues – deux à onze – cohabitaient, se complétaient, se recoupaient. Toutes les villes, acteurs du moins, participaient à une vie politique de réseau.

  • 27 « 3 Meilen beidseits des Rheins ». Konrad Ruser, Die Urkunden..., op. cit., t. 1/1, acte no 502 (pr (...)

26Reste la problématique au cœur de la réflexion de ces journées d’études : les territoires des ligues. Trop peu d’actes précisent les contours d’un espace dans lequel s’applique l’autorité d’une ligue. Quand la déambulation permet de marcher de point en point pour faire le grand tour en partant du Hauenstein pour revenir au Hauenstein (ill. 2.4), le cartographe peut relier entre eux ces points de repère. La « patate » varie peu d’un acte à l’autre, les repères sont stables, les crêtes des montagnes et les passages du Rhin, et ne varient que pour le sud-ouest, englobant ou non la porte de Bourgogne (Belfort, Montbéliard). Un seul acte (1326) introduit une notion de distance : « 3 lieues des deux côtés du Rhin »27. Cette carte valide absolument l’utilisation du terme d’Oberrhein comme celui d’un espace vécu pour les contemporains et la forme de la patate ne gêne pas l’historien qui y voit un espace relationnel plein.

  • 28 Ibidem : il s’agit de préliminaires et instructions données à des messagers (Ratsboten) pour conclu (...)
  • 29 Konrad Ruser, Die Urkunden..., op. cit., t. 2/1, acte no 376-377.
  • 30 L’anti-pape Clément VII est évoqué. Accord englobant aussi les ducs d’Autriche portant sur les poin (...)
  • 31 L’année particulière de 1365 a été évoquée et la présence de Mayence et Zurich n’a pas lieu d’étonn (...)

27Cet Oberrhein, toutefois, selon les circonstances, connaît des extensions géographiques assez considérables mais très limitées dans le temps (ill. 2.5). La carte permet d’observer que le cœur de toutes ces ligues reste le même, cet Oberrhein dessiné précédemment. Mais en 1326, Bingen est pressenti28 pour entrer dans l’alliance (mais on n’est pas certain que l’accord ait été définitif) comme en 138029 le Gothard et les villes suisses de Berne, Lucerne et Zurich dans le contexte du schisme30. Ces extensions31 ne peuvent avoir pour objet une intervention armée efficace et rapide mais plutôt une aide diplomatique, des conseils pratiques, des affaires commerciales à mettre au point etc. Le dessin d’une « patate » se justifie-t-il alors, graphisme qui donne à penser à une responsabilité de la ligue sur tous les territoires englobés ? Une autre solution technique consiste à traduire en faisceau les relations entre les villes. L’essai (ill. 2.6) n’est guère concluant car le message est totalement brouillé sauf à constater que l’Oberrhein offre une organisation spatiale très dense. Les sources, en effet, ne permettant pas de dégager les relations privilégiées, plus intenses – seules les villes acteurs en relation avec les autres –, le graphisme en faisceau montre que toutes les villes communiquent avec toutes les villes. On gardera donc plutôt la « patate » en apportant les nuances d’interprétation qui s’imposent.

28L’essai de cartographier la géographie des ligues a mené l’historien dans de multiples questionnements et on peut considérer que cette première étape est déjà fructueuse. Il est certain que cet essai doit être transformé pour mieux répondre aux questions ouvertes sur le plan scientifique et technique. La question du temps en cartographie ou celle des frontières et leur généralisation stimulent les auteurs de cartes pour viser à l’adéquation la meilleure possible entre les données textuelles et le rendu cartographique.

29La fabrication de cartes, d’autre part, se justifie par l’efficacité de la démonstration historique du fait de la perception visuelle immédiate et globale du message délivré. L’exploitation des données de K. Ruser trouve, par les cartes, une dimension particulière : la production d’un monde spécifique de relations intenses que le graphisme rend intelligible en le spatialisant. Les jeux de cartes donnent à voir les variations, les constantes et les exceptions, les territoires traversés en tous sens par les relations sociales les plus diverses.

30L’aventure entre histoire et cartographie a encore de beaux jours devant elle…

Notes

1 Patrick Boucheron, « Représenter l’espace féodal : un défi à relever », Espaces Temps, no 68-69-70, 1998, p. 59-66.

2 Georges Duby, La société aux xie et xiie siècles dans la région mâconnaise, Paris, Sevpen, 1953.

3 Arnd Reitemeier, Gerhard Fouquet (Hg.), Kommunikation und Raum. 45. Deutscher Historikertag in Kiel 14. -17. September 2004. Berichtstand, Neumünster, Wachholtz, 2005. Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, xxxviie congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public (Mulhouse, 2-4 juin 2006), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

4 Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jahrhundert bis 1549, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979, 1988, 2005.

5 Concept du géographe Jacques Lévy que l’on pourrait ainsi résumer : ensemble des compétences dont dispose un individu (ou une ligue) dans la maîtrise de l’espace. Jacques Lévy, Logiques de l’espace, esprit des lieux, Paris, Belin, 2000.

6 Cf. l’introduction de Laurence Buchholzer dans ce volume.

7 Alain Guerreau, L’avenir d’un passé incertain : quelle histoire du Moyen Âge au xxie siècle ?, Paris, Seuil, 2001, p. 163-189. Id., Statistiques pour historiens, cours en ligne 2004, p. 73-80 et 94-104, http://elec.enc.sorbonne.fr/stat2004.pdf [30.12.2009].

8 Jacques Lévy a été un des pionniers de ce rapprochement. En 1975 paraît le premier numéro de la revue Espaces Temps, émanation des historiens géographes de l’École normale supérieure de Cachan. Le concept de réseau leur doit beaucoup.

9 Michel Pauly, Peregrinorum, pauperum ac aliorum transeuntium receptaculum. Hospitäler zwischen Maas und Rhein im Mittelalter, Stuttgart, Steiner (Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte. Beihefte, 190), 2007, p. 28.

10 Karl Schlögel, Im Raum lesen wir die Zeit. Über Zivilisationsgeschichte und Geopolitik, München, Hanser, 2003, p. 68.

11 Jean-Marc Besse, Les grandeurs de la terre : aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, ENS, 2003. Id., Voir la terre : six essais sur le paysage et la géographie, Arles, Actes Sud, 2000. Gilles Palsky, Naissance et développement de la cartographie quantitative française au xixe siècle, Paris, CTHS, 1996.

12 Une étude exhaustive nécessiterait de consulter les actes originaux dans leurs lieux de conservation.

13 Chapitres exploités : volume 1 : Paix provinciales du Rhin (1261-1346), paix provinciales de l’Oberrhein (1293-1347), Mayence-Strasbourg-Worms-Spire (1338-1340), ligues de la ville de Strasbourg (1261-1263), ligues des villes d’Alsace (1302-1339), ligues des villes impériales (1342-1346), ligues des villes seigneuriales du Brisgau (1323-1343), Strasbourg-Bâle-Fribourg-en-Brisgau (1326-1346 + Brisach 1342-1346). volume 2 : 1re partie : ligues des villes libres et impériales, ligues avec l’Autriche (1350-1355), ligues dans l’Oberrhein, Brisgau et Alsace, Strasbourg-Bâle-Fribourg-en-Brisgau (1350-1355), ligues des villes libres rhénanes jusque Strasbourg (1347-1380) ; 2e partie : paix provinciales (1347-1380).

14 Volume 1 : 1227-1347, volume 2 : 1347-1380, volume 3 : 1381-1389.

15 La construction de la Suisse en est le résultat : 1291, serment des quatre cantons montagnards ; 1315, victoire des Suisses à Morgarten ; 1350-1355 guerre contre Zurich ; 1386 victoire des Suisses à Sempach.

16 Sans se préoccuper d’alliances éventuelles entre villes, le souverain engagiste, pour atteindre le montan de la somme à rembourser, « additionnait » les revenus de plusieurs villes en les engageant par lot. Regroupées contre leur gré, les villes pouvaient évoluer ensuite vers des alliances voulues. Le grand champion des engagistes fut Louis de Bavière (1314-1347). Götz Landwehr, Die Verpfändung der deutschen Reichsstädte im Mittelalter, Köln-Graz, Böhlau, 1967.

17 La lutte des Zorn et des Mullenheim à Strasbourg a provoqué par exemple la guerre dite de Herrlisheim entre 1372 et 1376.

18 Routiers (Engländer) surtout en 1365, 1374-1375.

19 Cette rubrique pourrait être confondue avec celle des conflits mais les actes révèlent une extrême attention à la question de savoir s’il y a eu effectivement Mahnung officielle ou non, de même pour la faide. Au moment de l’exploitation, on peut toujours les fusionner.

20 Un acte type circule apparemment dans certains cas auquel les suivants font référence explicitement ou non. Il a donc paru intéressant de mentionner les « modèles ».

21 Pour l’Alsace, l’atlas des villes de François-Joseph Himly, Atlas des villes médiévales d’Alsace, Nancy, Berger-Levrault (Publications de la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, 6), 1970 reste la référence mais les récents travaux des archéologues renouvellent ces données. L’atlas historique d’Alsace en ligne (http://www.atlas.historique.alsace.uha.fr [14.12.2011]) ambitionne de présenter ces nouvelles données concernant les territoires urbains. Pour la rive droite du Rhin : outre les monographies urbaines, Historischer Atlas von Baden-Württemberg, hg. von der Kom. für geschichtliche Landeskunde in Baden Württemberg, 4 vol., Stuttgart, s.n., 1978-1988.

22 « von Burg Hauenstein, am Rhein Bözberg, Hauenstein, Leber, Weissenstein, Goldenfels, Lure bis zum Gebirgskamm so weit das Land der Herzogin reicht, Vogesenkamm, Hagenauer Forst, über den Rhein nach Stallhofen, Schwarzwaldkamm bis zur Burg Hauenstein ». L’acte signé le 23 avril 1350 entre la Maison d’Autriche, Strasbourg, Bâle et Freiburg, permet d’identifier ladite duchesse comme Jeanne de Ferrette épouse d’Albert II de Habsbourg (1324-1358).

23 Le cours du Rhin antérieur aux travaux de canalisation de l’ingénieur badois Tulla (1770-1828) ayant fait l’objet de cartes dans l’Atlas historique d’Alsace en ligne (http://www.atlas.historique.alsace.uha.fr [14.12.2011]) a été redessiné.

24 La question reste toujours ouverte de savoir si une ville, en adhérant à une ligue, entraîne ipso facto toutes les villes auxquelles elle est alliée par un pacte antérieur. Ce jeu de poupées gigognes ne facilite pas les comptages…

25 Une première approche permet de répartir les ligues selon leurs objectifs, sachant qu’une même ligue peut en avoir plusieurs : conflits 67 % dont Mahnung et faide 14 % ; conseil 43 % ; procédures 46 % ; plaintes 4 % ; dettes 16 % ; arbitrage 0,02 % ; échanges économiques 6 % ; actes modèles 13 % ; territoire défini 2 %.

26 37 % des actes retenus stipulent précisément la durée de la ligue.

27 « 3 Meilen beidseits des Rheins ». Konrad Ruser, Die Urkunden..., op. cit., t. 1/1, acte no 502 (projet) et 503.

28 Ibidem : il s’agit de préliminaires et instructions données à des messagers (Ratsboten) pour conclure une alliance multifonction de défense, affaires de dettes, prestation de serment, ravitaillement, problème de l’adhésion à des ligues plus importantes etc. Cet acte a été retenu car il est probable qu’il ait été conclu !

29 Konrad Ruser, Die Urkunden..., op. cit., t. 2/1, acte no 376-377.

30 L’anti-pape Clément VII est évoqué. Accord englobant aussi les ducs d’Autriche portant sur les points généraux : protéger, conseiller, aider (schirmen, beraten, behelfen).

31 L’année particulière de 1365 a été évoquée et la présence de Mayence et Zurich n’a pas lieu d’étonner. Pour cette même date cependant, la composition des ligues varie. Dans Konrad Ruser, Die Urkunden..., op. cit, t. 2/1, actes no 292 et 293, il s’agit d’une Mahnung des fédérés qui envoient leurs messagers à tous leurs alliés « oben und unten » ! La ligue de 1370 (Konrad Ruser, Die Urkunden..., op. cit, t. 2/1, acte no 349) coïncide avec l’espace déjà observé de l’Oberrhein. Sont en question dans cet acte le nombre de lances prévues en cas de danger et des péages.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search