Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

« Fédérations urbaines et espace » : des frontières nationales au dialogue transfrontalier

Laurence Buchholzer-Remy

Texte intégral

« Pour montrer aux seigneurs qu’ils doivent se tenir prêts à punir et venger toute alliance dès qu’ils ont vent de sa naissance […], je vous conterai ce qu’il advint en Lombardie. – À l’époque, toutes les bonnes villes et les châteaux de Lombardie étaient dans le domaine de l’empereur de Rome ou tenues de lui, et il avait ses baillis, ses prévôts et ses sergents dans toutes les villes, qui rendaient justice et gardaient les droits de l’empereur et jusque-là tous les Lombards avaient été fort obéissants à l’empereur et à leur seigneur. […] Les Lombards furent alors portés à mauvaise cause […]. À leur instigation, [un homme rusé, mauvais et beau parleur] agit en secret [se mit en tapinage] et alla par toutes les bonnes villes de Lombardie ; quand il arrivait dans une ville, il demandait à voir x ou xii membres éminents des lignages, parlait à chacun séparément et leur disait que les autres bonnes villes s’étaient accordées en privé et avaient convenu de ne plus obéir à aucun seigneur et décidé que la ville qui ne serait pas d’accord serait détruite par les autres bonnes villes, ainsi chaque bonne ville serait dame de soi sans tenir d’autrui. Il fit tant et tant […] que toutes les villes de Lombardie se portèrent contre ceux qui étaient à l’empereur […]. De ce fait, vous comprenez bien que c’est grand péril pour les seigneurs de tolérer toute alliance entre leurs sujets, ils doivent donc toujours aller au devant dès qu’ils s’en aperçoivent et faire vengeance selon le méfait comme je l’ai dit plus haut. »

  • 1 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, édité par Am. Salmon, tome 1, Paris, Alphonse Picar (...)

1En bon serviteur du pouvoir royal, Philippe de Beaumanoir invitait ainsi rois et seigneurs à agir, sans concession aucune, face aux velléités d’alliances de leurs sujets, dont celles des villes. En 1283, date de rédaction de ses Coutumes de Beauvaisis, il ne faisait aucun doute à ce jurisconsulte que les tendances aux fédérations, comme les « bonnes villes » du reste, étaient un phénomène répandu, entrant régulièrement en jeu dans les relations entre seigneurs et sujets1. De sorte qu’afin d’éviter les coalitions entre bonnes villes dans le Royaume de France, on pouvait tirer leçon des précédents malheureux observés dans l’Empire, en Lombardie.

2Les siècles passant, au gré de la construction des États nationaux, les ligues, phénomène marquant de l’espace politique européen entre xiiie et xvie siècles, se virent pourtant assigner des frontières. Frontières nées des disciplines qui les étudièrent : césures académiques aidant, on en vint à poser des bornes entre les alliances politiques médiévales et les ligues du xvie siècle. Frontières issues des typologies juridiques esquissées à partir du xixe siècle : on s’attache depuis à distinguer les simples contrats bipartites, les Bünde, les Paix (Landfrieden), les combourgeoisies (Burgrechte)… Frontières des historiographies nationales, qui crurent déceler, dans l’histoire des ligues, un destin propre à chaque pays.

  • 2 Reinhart Koselleck, « Bund, Bündnis, Föderalismus, Bundesstaat », dans Otto Brunner, Werner Conze, (...)
  • 3 Ce bilan constitua l’ouverture des journées d’études strasbourgeoises « Ligues et espace ». Il a ét (...)

3Ainsi, à compter du xviiie-début xixe s.2, les fédérations sont entrées dans le champ de la polémique nationale. Avec l’État en ligne de mire, elles devinrent un repoussoir (France), une idée avortée, condamnée à l’échec (Allemagne) ou l’expression même d’un Sonderfall (Suisse). Cette coloration étatique du concept de ligue a généré, dans les historiographies nationales des trois pays, des lignes de partage qui affectent encore aujourd’hui la perception des fédérations urbaines et de leur lien avec l’espace. Aussi, pour éviter tout malentendu dans le cadre d’une étude internationale sur le sujet, semblait-il nécessaire d’ouvrir la réflexion commune par un bilan historiographique comparé. Il s’articulera autour du rapport entre espace national et ligue, mais considèrera en outre la place conférée par les historiens aux approches spatiales dans leur étude des ligues3.

En France, l’espace sans les ligues

4L’héritage historiographique français pourrait être résumé sous le slogan « l’espace sans les ligues ». Un constat qui s’applique aussi bien à la perception de l’espace national qu’aux pratiques historiennes.

Le goût de l’espace

  • 4 Voir Les espaces de l’historien, études d’historiographie rassemblées par Jean-Claude Waquet, Odile (...)
  • 5 Monique Bourin, Élisabeth Zadora-Rio, « Analyses de l’espace », dans Jean-Claude Schmitt, Otto Gerh (...)
  • 6 Voir Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974. On consultera avec profit l (...)
  • 7 Pour n’en citer que quelques-uns, voir les travaux de Michel Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux (...)

5Il y a en France une tradition spécifique de sensibilité à l’espace, qui résulte d’une association ancienne entre historiens et géographes dans le domaine de l’enseignement4. À ce titre, la cartographie, les chorèmes, et les bases de l’analyse spatiale sont familiers aux médiévistes français, formés un tant soit peu à la géographie. En dépit de cette connivence de longue date avec l’approche spatiale, il est cependant indéniable que la catégorie « espace » employée par les médiévistes français s’est peu à peu affinée et diversifiée, ce que montrent des publications ou des congrès récents5. Les historiens du Moyen Âge ont d’abord travaillé avec un concept de l’espace qui tenait du sens commun, l’espace comme espace-étendue, indépendant de ce qui s’y trouve. Mais l’idée que les sociétés produisent leurs espaces s’est répandue. Le triptyque « espace perçu », « espace conçu » et « espace vécu » voisine dans les travaux des années 2000 avec les distinctions empruntées aux géographes, lieu/espace/réseau/territoire6. L’appropriation symbolique de l’espace, l’implication de l’espace dans l’affirmation de groupes sociaux sont ainsi devenus des sujets de réflexion courants7.

  • 8 Jean-Jacques Bavoux (sous la direction de), Introduction à l’analyse spatiale, Paris, Armand Colin (...)
  • 9 Outre les travaux de Michel Lauwers sur l’inecclesiamento, déjà cités, voir ceux de Joseph Morsel, (...)

6L’appréhension de l’espace, comme on pouvait l’espérer de la part de la profession historienne, s’est aussi historicisée. Il apparaît alors comme un palimpseste, « mille fois raturé et réécrit par des populations renouvelées, comme la résultante d’emboîtements de temporalités […] différents et incomplètement conservés »8. D’où l’attention particulière que des médiévistes français portèrent ces dernières années aux termes médiévaux semblant mettre en jeu l’espace, ou encore la mise en exergue d’un tournant spatial entre les xie-xiiie siècles à l’ombre des autorités seigneuriales ou ecclésiastiques9.

  • 10 Henri Lefebvre, La production de l’espace, op. cit., p. 88-89.
  • 11 Citations et plaidoyer pro domo tirés d’un bilan historiographique d’Hélène Noizet sur le portail M (...)

7Lieu de fixation des pratiques sociales et culturelles passées, l’espace peut en outre conditionner les pratiques du présent. « Effet d’actions passées, il permet des actions, en suggère ou en interdit »10. Loin d’être un simple réceptacle, il lui arrive de borner les pratiques sociales, par une sorte d’effet-retour. C’est ainsi qu’un « usage plus concret de l’espace ordinaire des sociétés médiévales » semble se faire jour chez les médiévistes ces dernières années. Cette approche, étroitement corrélée à une plus grande interaction entre histoire et archéologie, entend à nouveau redonner de l’importance à « la concrétude de l’espace », à la matérialité, « non pas dans le sens d’un retour au déterminisme géographique », mais afin de mieux montrer « la profonde imbrication du physique et du social dans les réalités socio-spatiales »11.

  • 12 Cette nouvelle approche était bien sûr indissociable de la constitution de l’histoire urbaine comme (...)
  • 13 Voir Noël Coulet, Olivier Guyotjeannin, La ville au Moyen Âge, tome 1 : Ville et espace, Paris, édi (...)
  • 14 Bernard Lepetit, Denise Pumain (sous la direction de), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 199 (...)
  • 15 Jacques Revel (sous la direction de), Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Galli (...)

8Sans doute plus fortement encore que d’autres champs de la recherche, grâce à ses liens interdisciplinaires, l’histoire urbaine a été aux premières loges dans telles reconsidérations de l’espace. Longtemps, les villes furent soit tenues pour un simple théâtre des actions humaines, soit étudiées pour leurs formes (morphologie urbaine). Dans les années 1980-1990, proposant de changer les perspectives, Jean-Claude Perrot et Bernard Lepetit furent les passeurs auprès des modernistes et médiévistes des travaux de H. Lefebvre, M. Roncayolo, M. de Certeau. Il s’agissait de considérer la ville à la fois comme objet et sujet12. C’est ainsi que naquirent des travaux attentifs aux sociabilités particulières articulées à des points forts de l’espace urbain (rue, grand place, fontaines…) ou encore tournés vers les dynamiques socio-spatiales en ville13. La dernière étape est franchie, après les années 2000, avec des historiens de la ville particulièrement sensibles aux temporalités14 et aux jeux d’échelle15.

Le dégoût des ligues ?

9Mais, si tournant spatial il y eut dans les travaux à l’échelle de la ville ou de l’intra-urbain, qu’en est-il à plus petite échelle, dès lors que l’on considère plusieurs villes comme le réclame l’étude des fédérations urbaines ?

10Indéniablement, l’approche géographique a pesé en France sur l’appréhension des relations interurbaines par les historiens.

  • 16 Pour une analyse plus détaillée, voir Laurence Buchholzer-Remy, L’intercommunalité en Franconie à l (...)

11Dès la fin du xixe siècle, Elisée Reclus, l’un des pères de la géographie historique française, soulignait par exemple l’existence de lois dans la répartition et la taille des villes, selon des critères physiques, démographiques, historiques, administratifs ou économiques. Le terrain fut donc propice au succès, il est vrai tardif et mitigé, des théories de Walter Christaller et d’August Lösch auprès des médiévistes français. L’emprunt à ces modèles fonctionnels a ensuite marqué pour longtemps l’étude française des lieux urbains et de leurs relations16. Sous l’impulsion de la géographie, les médiévistes et modernistes ont étudié et étudient encore, en termes de « relations de villes » ou de « réseaux », une interdépendance invisible entre ville et plat pays ou entre villes. Il est à chaque fois question de centralités concurrentes, de rayonnements urbains variant selon les différentes fonctions présentes en ville, bien plus que de relations directes et volontaires entre les localités. En somme, ce qu’il conviendrait d’appeler des systèmes urbains.

  • 17 Voir la lettre d’Étienne Marcel, des échevins et des maîtres des métiers de Paris aux échevins d’Yp (...)

12Le pendant de l’approche fonctionnaliste des villes dans l’espace est une occultation des relations volontaires que pouvaient avoir les villes dans le Royaume de France médiéval. Elle vient conforter une tendance lourde de l’histoire politique, qui a longtemps récusé l’existence de fédérations, voire de coopérations interurbaines, dans le cadre français. La meilleure illustration en est la façon dont fut interprétée depuis le xixe siècle l’entreprise du prévôt des marchands parisiens, Étienne Marcel, en 1356-1358. Se posant d’abord en réformateur et porte-parole des villes aux états généraux de Languedoïl à Paris (1356), il tenta deux ans plus tard, en pleine insurrection parisienne et rurale, de rallier à sa cause plusieurs villes du nord du Royaume, avant d’être mis à mort par les siens17. L’ambiguïté de cette fuite en avant facilita les interprétations historiographiques contradictoires : Étienne Marcel passa tour à tour pour le champion de l’émancipation bourgeoise ou pour un dangereux révolutionnaire. Quelques voix minoritaires le présentèrent aussi, au xixe siècle, comme le porteur de tendances fédéralistes, définitivement étouffées en France après 1358. Ainsi, selon T. Perrens, la victoire du prévôt des marchands parisiens aurait pu contribuer à la liberté politique et à l’émergence en France d’un système décentralisé sur le modèle des ligues allemandes :

« On ne saurait non plus voir un acte criminel ou seulement déraisonnable dans les efforts d’Etienne Marcel pour former une confédération de bonnes villes à l’exemple de celles qu’il voyait prospérer sur nos frontières, en Flandres et en Allemagne. On a bientôt dit que la nation française tendait à l’unité et que l’en détourner, c’était faire violence à son génie. À y regarder de près, cette tendance n’était point manifeste au xive siècle puisque la royauté dut faire de si longs et si pénibles efforts pour soumettre à son pouvoir tant de provinces étrangères les unes aux autres et souvent ennemies de leurs proches voisins comme des prétentions de l’autorité suzeraine. » (1874)

  • 18 On trouve par exemple chez Mignet : « Si elle [la révolte d’Étienne Marcel] avait obtenu un succès (...)

13Une très large majorité de libéraux soulignait au contraire combien la victoire d’Étienne Marcel eût été néfaste pour l’unité française. La France paraissait à tous prédisposée à une monarchie centralisée, cadre nécessaire en dehors duquel il ne pouvait y avoir de libertés politiques. La victoire d’Étienne Marcel aurait signifié le démembrement de la France, la ruine des efforts d’unité des derniers Capétiens et premiers Valois18. Avec la mort d’Étienne Marcel semble ainsi levée la menace d’un nouveau « désordre féodal » que des villes liguées auraient pu causer à l’ordre monarchique. Échos lointains des remarques de Philippe de Beaumanoir à l’attention de seigneurs avisés…

  • 19 Voir par exemple Bernard Chevalier, qui situe au xive siècle l’émergence d’une action commune des b (...)

14Ce jugement majoritairement négatif porté sur les fédérations urbaines a occulté par contrecoup l’éventualité de collaborations interurbaines à l’échelle locale. On a longtemps raisonné en France dans le cadre d’un espace politique où les relations entre bonnes villes auraient été au fond complètement médiatisées par le roi. Comme si les villes n’instaurèrent le dialogue entre elles que dans les assemblées d’état et sous la pression de la guerre, exception faite des confins du Royaume, aux marges du pouvoir royal19. Alors que l’on s’est tant interrogé sur la façon dont, en ville, les citadins parvinrent à faire corps, la question de la genèse d’un tiers état a été largement éludée par les médiévistes. Jusque dans les années 1980, la notion de ligue urbaine, ou sa version édulcorée « l’association de villes », est ainsi une grande absente du paysage historiographique français. Elle n’apparaît que comme un repoussoir ou un phénomène profondément étranger à l’espace politique français.

L’intercommunalité ou le retour des coopérations urbaines médiévales

  • 20 Voir Laurence Buchholzer-Remy, L’intercommunalité en Franconie…, op. cit.
  • 21 Sur l’histoire de l’intercommunalité et ses précurseurs médiévaux et modernes supposés, voir les hi (...)

15Dans les années 1980-1990, c’est au détour des lois sur la décentralisation et des recompositions spatiales du territoire français que les fédérations de villes médiévales redevinrent un objet de préoccupation. Les promoteurs de l’intercommunalité20, des politiques ou des juristes pour l’essentiel, revinrent alors sur le passé médiéval et moderne, souvent à des fins de légitimation. Ce faisant, ce ne sont pas les bonnes villes de France qu’ils évoquent, mais, ironie de l’histoire, un réseau qui n’appartenait pas encore au Royaume de France, la ligue de la Décapole21 ! Pêle-mêle, citons aussi des références aux confédérations villageoises modernes de Bourgogne ou encore au Baroichage formé par Pontarlier et vingt communes alentour.

  • 22 Albert Rigaudière, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos-Economica, 1993, p. 99-100. Vo (...)
  • 23 Gisela Naegle, Stadt, Recht und Krone. Französische Städte, Königtum und Parlement im späten Mittel (...)

16Quant aux médiévistes, malgré cette impulsion nouvelle, ils sont encore rares à se pencher sur le sujet. Les premiers jalons ont été posés par des historiens du droit travaillant sur les états. Albert Rigaudière témoigne d’un tel changement de perspective dans Gouverner la ville au Moyen Âge. Certes, une bonne ville se définit en premier lieu par rapport au pouvoir royal, selon ce qu’il attend d’elle, lui octroie ou lui impose. Mais « la qualité de bonne ville s’acquiert aussi dans la province. Est bonne ville, celle qui peut persuader ses voisines qu’elle présente toutes les qualités pour l’être et qui est acceptée, par elles, comme telle […] Parées de semblables qualités, ne manquant jamais d’en faire état, les bonnes villes ne pouvaient que constituer, dans leur province, des exemples à suivre et un groupe de pression dont l’avis était toujours très écouté. […] La situation n’est pas différente pour les bonnes villes d’Auvergne. La concertation y est permanente et chacune prend grand soin, avant de se déterminer, d’essayer ce qu’a décidé sa voisine »22. Pierre Flandin-Bléty suit quant à lui le parcours qui mena certaines villes du Quercy et de Rouergue vers la constitution d’un troisième ordre au sein des états régionaux. Attentif aux formes et aux motifs des coopérations interurbaines quercynoises, il s’appuie sur les délibérations consulaires et les comptes municipaux conservés dans une vingtaine de consulats. Mais la dispersion des sources et leur caractère souvent laconique ne semblent guère faciliter la tâche des historiens. En 2002, c’est donc toujours le constat d’un vide historiographique que dresse Gisela Naegle : « La littérature secondaire ne s’intéresse quasiment pas à la question d’une représentation commune des intérêts urbains et ne comporte en définitive que de courtes mentions isolées sur ce genre de coopération, à l’exception de quelques travaux sur l’histoire des bonnes villes d’Auvergne et de quelques monographies pour le Sud »23.

  • 24 En témoigne la journée d’études organisée par Nicolas Offenstadt et le LAMOP à Vaucelles le 4 décem (...)
  • 25 La réflexion sur l’espace intercommunal reste aussi un thème marginal pour l’époque contemporaine. (...)
  • 26 Voir la contribution de Gisela Naegle, infra.

17Quand bien même la concertation interurbaine fut sans doute plus informelle en France qu’en Allemagne, ce que tendent à prouver les sources elles-mêmes, le vaste terrain des coopérations entre villes dans le Royaume de France reste encore largement à défricher. Il commence à l’être sous l’angle de la communication24. En dépit de l’outillage technique dont disposent les médiévistes français, la problématique de l’espace n’y est pas prioritaire tant la recherche compte un temps de retard sur les pays voisins25. Ce décalage devrait cependant permettre de tirer profit d’une histoire comparative qui s’amorce26. C’est ici que la confrontation des historiographies française et germanique en matière d’associations urbaines prend tout son sens.

En Allemagne, les ligues, mais peu d’espace

18Or, lorsque l’on considère le legs historiographique allemand, c’est presque le constat inverse à celui de la France qui s’impose : les ligues (Städtebünde), mais peu d’espace.

19À l’opposé du cas français, l’étude des fédérations urbaines médiévales est un champ de recherche reconnu depuis le xixe siècle. Elle a cependant alimenté des analyses divergentes, parfois contradictoires, dans la mesure où elle procède plusieurs traditions peu à peu entrecroisées. Après en avoir dressé les contours, nous nous intéresserons à la place éventuelle accordée à l’espace dans ces diverses traditions.

Les ligues, entre Gemeinschaftsforschung et Verfassungsgeschichte

  • 27 Otto von Gierke, Das deutsche Genossenschaftsrecht, Berlin, 1868, en particulier, vol. I, §. 45 : D (...)
  • 28 La définition que Pierre Monnet donne des ligues urbaines dans le Dictionnaire du monde germanique (...)

20La Gemeinschaftsforschung, dont la figure de proue fut le juriste Otto von Gierke27, a souligné l’importance fondamentale de la communauté (Gemeinschaft) dans l’essence même des villes médiévales occidentales. Ce phénomène, caractérisé par l’association (le plus souvent jurée) de confrères de même droit, paraît triplement présent : à l’intérieur des sociétés urbaines (confréries, guildes, hanses), à l’échelle du corps civique qu’il fonde comme tel (communauté des bourgeois ou des habitants) et enfin au sein de confédérations de villes. Dans cette optique, la ligue urbaine (Städtebund) correspondrait à « une communauté de paix, d’alliance et de serment de seigneurs et de villes » (une confoederatio, conjuratio, consortium sanctae pacis). Par son recours aux principes et aux formes communautaires, elle constituerait en soi un type spécifique d’association médiévale, dont il faudrait, selon Gierke, exclure toutes les autres formes de partenariat. Mais elle entretiendrait des liens étroits avec la sphère communautaire locale, ce que signale par exemple l’implication des ligues dans la lutte contre les troubles intraurbains. Le cercle interurbain apparaît alors comme « l’extension spatiale » de la paix urbaine, « une expérience intéressante de réarticulation de la paix urbaine à la paix territoriale dans des espaces où le roi ne se montre plus vraiment au cours de la période » (Pierre Monnet)28.

21Les Städtebünde ont cependant été convoquées avant tout sur le terrain de l’histoire politique générale (Verfassungsgeschichte), une histoire qui se concentre sur les réformes successives de l’Empire, puis la construction de l’État, entre souverain, Stände et territoires.

  • 29 Johann-Georg Fessmaier, Über das Entstehen und Aufblühen des Oberdeutschen Städtebündes und dessen (...)
  • 30 Voir Klaus Schreiner, « Die Stadt des Mittelalters als Faktor bürgerlicher Identitätsbildung. Zur G (...)

22La démarche qui consiste à prêter aux ligues urbaines une dimension politique éminente n’est pas neuve. Depuis près de deux cents ans, l’historiographie relie le devenir des fédérations de villes médiévales à l’histoire institutionnelle générale de l’Empire, conformément au lien sémantique qui existe entre les Verbündnisse des temps anciens et le Bundesstaat contemporain. La réflexion scientifique interpréta le sort des Städtebünde au prisme des débats contemporains sur l’État allemand29. C’est ainsi qu’au cours du xixe siècle, les polémiques afférentes aux modalités d’unité nationale et de construction étatique30 s’alimentèrent de références à la ligue rhénane de 1254 ou à la ligue urbaine souabe de 1376-1389. À l’époque, les débats faisaient rage entre les partisans d’une confédération d’États, les tenants d’une fédération et les promoteurs d’un État centralisé, sur le modèle français ou prussien. Ils furent nombreux à convoquer les fédérations urbaines médiévales dans les controverses du temps présent.

  • 31 Karl Anton Schaab, Geschichte des grossen rheinischen Städtebundes…, op. cit. La ligue rhénane cond (...)
  • 32 Wilhelm Vischer, Geschichte des schwäbischen Städtebundes der Jahre 1376-1389, Göttingen (Forschung (...)

23Karl Anton Schaab, l’auteur de la première monographie importante consacrée à la ligue urbaine rhénane, se félicitait de l’avènement de la Ligue Allemande (Deutscher Bund), qui incarnait selon lui par excellence le fédéralisme et ses libertés. La ligue urbaine rhénane de 1254 en aurait été le lointain ancêtre, « un des plus beaux événements de l’histoire universelle ». Elle aurait constitué la prime reconnaissance par les princes de la capacité d’alliance des villes impériales et un pas décisif vers le droit de participation des villes aux affaires générales de l’Empire31. Se penchant pour sa part sur la ligue urbaine souabe des années 1376-1389, Wilhelm Vischer32 interprétait ce groupement comme le modèle même de l’« État moderne ». Il aurait représenté une communauté démocratique, soucieuse de concrétiser les revendications des villes impériales à l’égalité politique. Les villes membres, combattants avancés pour la liberté urbaine, seraient en définitive arrivées à bâtir, même si ce fut provisoire, une force autonome dans l’Empire.

24Dans leur grande majorité, les premiers travaux historiques et juridiques consacrés aux ligues urbaines médiévales virent donc en ces formations des groupements politiques, non seulement fondés sur le pacte, mais encore attachés à promouvoir la logique associative comme mode de fonctionnement de l’Empire. Les villes d’empire, à la fois porteuses d’un idéal communautaire dans leurs murs et de l’idée d’empire, auraient été les plus ardents défenseurs d’un modèle d’État fédératif, soutenu par tout un réseau de pactes.

25Le chant de louanges qui consacra les vertus politiques des ligues ne le céda cependant en rien aux jugements négatifs portés à la même époque sur les ligues urbaines médiévales.

  • 33 C’est la pratique du Hintersichbringen qui est par là fustigée, à savoir le fait que les délégués u (...)
  • 34 Arnold Busson, Zur Geschichte des grossen Landfriedensbundes deutscher Städte 1254, Innsbruck, 1874
  • 35 Harro Blezinger, Der schwäbische Städtebund in den Jahren 1438-1445. Mit einer Überblick über seine (...)

26Aux chantres d’un pouvoir central fort, les alliances urbaines eurent tôt fait d’apparaître comme un obstacle au processus de développement de l’État. Par nature, les ligues urbaines médiévales auraient été dans l’incapacité de s’élargir et d’induire le nécessaire dépassement qui mène à l’État. Seul le pouvoir central pouvait imposer l’indispensable arbitrage des intérêts particuliers. Aux villes revenait donc l’apanage de l’égoïsme. Incapables de s’entendre ou de prendre des décisions33, elles ne purent finalement s’unir en collège et en corps (Stand) à l’échelle du saint Empire que sous l’autorité d’une contrainte extérieure. Arnold Busson, un élève de Georg Waitz, voit ainsi dans la ligue rhénane de 1254 une « idée remarquable mal exécutée », en raison de son organisation insuffisante, des antagonismes entre Mayence et Cologne, ou encore du manque d’une force contraignante forçant à l’application des décisions prises34. Quand bien même elle fût indéniablement minoritaire, une telle lecture persiste encore, près d’un siècle et demi plus tard dans l’historiographie des ligues35.

  • 36 L’un des exemples les plus caricaturaux est le recueil de documents relatifs à l’histoire de la lig (...)
  • 37 Les ligues urbaines occupent une place très restreinte dans les synthèses d’histoire urbaine allema (...)

27Encensées ou critiquées, les fédérations urbaines médiévales furent donc jaugées systématiquement selon leur contribution réelle ou supposée à la naissance de l’État moderne. Les schémas interprétatifs alors élaborés ont été d’autant plus persistants qu’ils ont longtemps guidé la réalisation des éditions de textes (textes d’unions, procès-verbaux d’assemblées des ligues…)36. La Verfassungsgeschichte, et l’histoire urbaine dans une bien moindre mesure37, ont ainsi légué, au travers de rares synthèses et de nombreuses monographies, une histoire institutionnelle des fédérations urbaines germaniques. Au-delà des polémiques, le schéma établi au fil d’une historiographie séculaire semble faire l’objet d’un certain consensus. Il procède pourtant à un tri drastique parmi les ligues et ne repose finalement que sur quelques fédérations proéminentes, telles la grande ligue rhénane de 1254 et les unions urbaines souabes des xive-xve siècles.

Questions d’échelles

28Cette histoire institutionnelle ne laisse place qu’à une conception géopolitique de l’espace. On raisonne en termes d’opposition sud-nord, distinguant des zones aux villes impériales nombreuses, que l’on suppose plus enclines à se lier – proximité d’intérêt et liberté impériale obligent – et celles où elles furent rares et isolées (sachant que la Hanse est toujours considérée comme un cas à part).

29Le schéma centre-périphérie est également à l’œuvre. Selon ce principe, la tradition oppose les zones aux villes proches du roi (königsnah) à celles qui en furent distantes (königsfern). Ici, les villes auraient eu à cœur de s’unir pour incarner la politique impériale de paix, quand le souverain était défaillant, ou pour défendre leur immédiateté, quand le roi devenait « parâtre de l’empire ». Là, elles auraient marqué un moindre intérêt à le faire.

30L’espace au sens commun du terme est quant à lui quasiment absent. Les travaux historiques allemands sur les ligues répondent à un modèle établi : l’analyse part des actes de fondation de la ligue, avant d’inventorier ses membres, de décrire son organisation interne, puis de dénouer son histoire événementielle jusqu’à sa disparition. Mais dans tout cela ne figurent guère de considérations sur les conceptions spatiales des ligues, ni même de cartes qui en localiseraient les protagonistes.

31En l’absence d’une réflexion explicite sur l’espace, rien n’empêche cependant de réfléchir aux paradigmes sous-jacents à la Verfassungsgeschichte des ligues urbaines.

  • 38 Voir Bernhard Kreutz, Städtebünde und Städtenetz am Mittelrhein im 13. und 14. Jahrhundert, Trier, (...)

32Dans l’historiographie allemande, semble avoir prévalu le principe tacite selon lequel ce qui est impérial est fédéral, donc transrégional. Étudier la contribution des ligues à la politique impériale supposait de ne cibler que les alliances de large envergure, qui comptèrent des centaines de membres sur un périmètre étendu. Seules les ligues rhénanes et souabes répondaient à ce critère ; elles lui doivent leur bonne fortune historiographique. En ramenant la contribution des ligues dans la politique générale d’Empire à la seule activité de ces ligues-là, la Verfassungsgeschichte a renvoyé toutes les autres formations à des logiques régionales ou locales. Or, l’extension des grandes ligues à plusieurs régions fut ellemême très brève. Les systèmes d’alliance qui allèrent de la Baltique aux Alpes, ou de la Rhénanie centrale à la Franconie ne présentèrent jamais une forte cohésion ; ils se rompirent peu de temps après leur naissance, pour se redéployer en des entités de grandeur moyenne38.

  • 39 Dans une récente synthèse sur le Saint Empire Romain Germanique, Joachim Schneider considère les al (...)

33L’espace régional revient ainsi par la petite porte alors même que l’on prétendait le dépasser en considérant l’histoire impériale. Les alliances de la Wetterau, les ligues urbaines thuringiennes, celles des villes de Haute-Lusace, les fédérations des environs de Constance ou du Rhin Supérieur ou encore les alliances urbaines franconiennes ont par exemple été versées au domaine de la Landesgeschichte39. L’histoire régionale y a trouvé une légitimité nouvelle. Elle a eu tôt fait de professer l’existence de réseaux de villes typiquement régionaux, générateurs de l’identité et des cadres régionaux actuels.

Städtelandschaften

  • 40 Voir infra les contributions de Georges Bischoff, Bettina Fürderer, Odile Kammerer et Olivier Richa (...)

34L’exemple alsacien, étudié par plusieurs contributions dans le présent volume40, représente sans nul doute un extrême, exacerbé par les questions identitaires entre France et Allemagne. Mais les processus historiographiques à l’œuvre en Souabe, en Thuringe… ne sont pas radicalement différents. Dans le dédale des alliances médiévales, la tentation peut être grande de faire coïncider a posteriori les frontières du Land actuel et l’étendue des ligues. Il suffit de choisir celles qui s’approchent le plus des territoires existants. Le procédé touche de nombreux travaux d’histoire régionale, mâtinés d’histoire urbaine. Ils ont pour dénominateur commun le recours au concept de Städtelandschaften. Une notion sur laquelle il convient de s’attarder pour son rapport apparent à l’espace.

  • 41 Le terme de Landschaft est déjà présent au sens de « contrée » en vieux haut allemand. Il désigne d (...)
  • 42 Voir Holger Th. Gräf, Katrin Keller (Hg.), Städtelandschaft, réseau urbain, urban network. Städte i (...)
  • 43 On notera qu’une telle définition pose évidemment problème dès lors qu’on se trouve en présence de (...)
  • 44 L’a priori régionaliste est très fortement présent dans Helmut Flachenecker, Rolf Kiessling (Hg.), (...)
  • 45 Ils rejoignent en cela tout un courant européen consacré aux réseaux urbains. Voir plus haut à prop (...)
  • 46 Voir Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire. Pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein 1250- (...)

35En dépit d’une parenté sémantique trompeuse avec la notion ancienne de Landschaft41, le terme est apparu à la fin du xixe siècle dans le champ disciplinaire de la géographie historique. Il connut un succès croissant en histoire urbaine dans les années 1950-1990, avant de faire l’objet d’un effort collectif de définition au tournant du xxie siècle42. Son sens ne correspond pas à sa traduction littérale en français (‘pays’de villes ; paysage urbain), pas plus qu’il ne recouvre les notions de « réseau urbain » ou « urban network ». Entités géographiques de taille moyenne, les Städtelandschaften se définissent par leur cohésion spatiale et la présence marquante de leurs villes. Il s’agit en quelque sorte de milieux façonnés et structurés au fil du temps par les villes43, par le biais des systèmes urbains (ce qui passe par les interdépendances fonctionnelles, les relations commerciales, les infrastructures de transport…), de la communication et des alliances interurbaines. Cette définition consensuelle, établie sur le tard, masque cependant des pratiques historiennes discordantes. Les uns raisonnent dans le cadre d’une entité régionale prédéfinie, les autres la dépassent ou la déconstruisent pour mieux approcher les cohésions interurbaines décelées dans les sources44. Beaucoup réduisent en fait l’étude des Städtelandschaften à l’exploration des principes économiques fondateurs des interdépendances urbaines45. Rares sont en définitive ceux qui, derrière le concept de Städtelandschaft, réfléchissent bel et bien au rôle potentiel des ligues dans les processus de construction spatiale46. À l’échelle de la Haute-Souabe, Rolf Kiessling dépeint par exemple la coexistence de deux réseaux concurrents. Commerce aidant, Augsbourg domina précocement une vaste aire de chalandise. Ulm vint faire contrepoids en s’affirmant dans le domaine politique comme chef-lieu de la ligue urbaine souabe, étroitement interconnecté à toutes les villes membres. Pourtant, à l’ère du pré-capitalisme, c’est finalement Augsbourg qui structura dans son sillage une Städtelandschaft cohérente grâce aux dépendances commerciales et financières développées dans les secteurs de la métallurgie et des futaines.

  • 47 Voir Bernhard Kreutz, Städtebünde und Städtenetz am Mittelrhein im 13. und 14. Jahrhundert, Trier, (...)
  • 48 Voir Frank Göttmann, « Die Bünde und ihre Räume. Über die regionale Komponente politischer Einungen (...)

36Cependant, au-delà de quelques études monographiques qui tentent de marier l’étude des ligues et une approche géographique47, Frank Göttmann, un moderniste, détenteur d’une chaire d’histoire régionale, reste le seul à avoir envisagé systématiquement les espaces des ligues48. Ces dernières participent, rappelle-t-il, à la production d’espaces politiques : « Il s’agit ici d’insérer les ligues dans un ‘milieu politique’(politische Landschaft) et de les considérer sous cet angle […]. D’une façon générale, les milieux politiques peuvent apparaître comme des systèmes de relation et des structures relativement stables spatialement et actifs dans le domaine politique. Ces systèmes de relation se rapportent à l’espace (raumbezogen), agissent dans l’espace (raumwirksam), marquent l’espace (raumprägend), et délimitent l’espace (raumabgrenzend). Ces caractéristiques supposent que le milieu (Landschaft) n’est pas un tout préexistant, mais est à reconstruire empiriquement. Les milieux politiques ne doivent donc pas être compris comme des formations étatiques ou administratives bornées ».

Entre spatial turn et nouvelle Verfassungsgeschichte, l’avenir de l’histoire des ligues

  • 49 Elles inspirent en particulier les réflexions de Stefanie Rüther, infra.

37Les suggestions de Frank Göttmann pour une étude spatiale des ligues sont restées lettres mortes jusqu’aux journées d’études ici éditées49. On notera néanmoins que son article, écrit en 1996, traduit un retour général de la notion d’espace dans l’historiographie allemande.

  • 50 Dès le début xxe, Karl Lamprecht (1856-1915) et Rudolf Kötzschke (1877-1949) posèrent les bases de (...)

38Outre-Rhin, l’intérêt pour l’espace, initié au xixe siècle par la géographie historique, fut capital pour la naissance des histoires régionales (Landesgeschichte)50. Mais l’instrumentalisation de l’espace par les nazis, autour des notions de « Lebensraum » ou « Volk ohne Raum » a interrompu durablement la tradition. Sans disparaître complètement, l’intérêt des médiévistes allemands pour l’espace a alors quitté les sphères théoriques pour s’exprimer de façon plus empirique dans des études tournées vers la topographie du social et du sacré (palais et résidences), les lieux centraux et, nous l’avons vu, les Städtelandschaften… Dans un climat de méfiance ambiante vis-à-vis de la catégorie « espace », l’histoire urbaine et régionale fut au fond le principal vecteur de continuité des travaux sur ce thème.

  • 51 Parmi les grandes références théoriques utilisées par les chercheurs allemands, signalons les écrit (...)

39Dans les années 1990, la mondialisation, la construction européenne, la reconfiguration du territoire allemand après la réunification ont provoqué un retour au premier plan, désormais décomplexé, de l’approche spatiale. Au sein même de la discipline historique, cela a coïncidé avec la traduction en anglais de l’œuvre d’Henri Lefevre, avec le recours accru à la sociologie ou encore avec une réflexion de fond sur l’histoire régionale. Depuis ce « spatial turn », les médiévistes allemands se sont familiarisés avec des outils théoriques complexes qu’ils tentent de marier avec le langage des sources51. Ils semblent ainsi avoir rejoint en une dizaine d’années les conceptions spatiales que leurs homologues français se sont appropriées sur un temps plus long, soit le passage d’un espace comme « contenant » à des espaces qui n’existent comme tels que par les perceptions et actions humaines. Deux processus sont particulièrement mis en exergue : le placement dans des lieux spécifiques (spacing) et le processus d’abstraction qui en découle, via une entreprise de perception, de mémoire (Erinnerung) et de synthèse.

40Précurseur par son souci d’un espace relationnel, l’article de Frank Göttmann, en 1996, signalait aussi dans le même temps l’émergence d’une nouvelle histoire des ligues. Cette histoire désormais pluriséculaire a en effet inévitablement connu de multiples inflexions et retouches, dont le dernier acte en date semble se jouer depuis les années 1990.

  • 52 Dieter Willoweit, Deutsche Verfassungsgeschichte, München, C.H. Beck, 1990, p. 106-110 ; Volker Pre (...)
  • 53 Privilège accordé par Louis de Bavière à Rothenbourg le 30 juin 1339. Voir Konrad Ruser (Hg.), Die (...)

41Dans un premier temps, c’est la dimension « urbaine » des ligues qui a été quelque peu égratignée. Le cours politique du xxe siècle a en effet favorisé un retour à l’étude des fédérations médiévales. Le choix du fédéralisme en 1949 pour la RFA, puis la réunification, ont ravivé la quête d’une tradition fédérale dans l’histoire allemande. Ce qui a permis de renouveler l’étude des structures transterritoriales comme les cercles d’empire, les ligues ou les Landfrieden52. Ces derniers en sortirent grandis ; il est désormais établi qu’ils eurent un rôle majeur dans la construction institutionnelle de l’Empire comme dans la structuration des ligues urbaines. Ainsi, la ligue rhénane tentait-elle de prolonger la paix impériale (Landfrieden) de Mayence de 1235. En Souabe comme en Franconie, les villes d’Empire participèrent à des édits de paix avant de fonder leurs propres ligues, puis pratiquèrent en alternance, voire en parallèle, les deux types d’association. Aux Landfrieden, elles empruntèrent les clauses d’aide mutuelle, les procédures d’arbitrage, le principe d’une députation régulière aux assemblées communes ou celui d’une participation financière et militaire à l’armée commune. Tout comme les édits de paix, les ligues urbaines restaient, sur le principe, des associations ouvertes à tous. Les privilèges conférés individuellement aux villes prévoyaient des alliances « avec les sires, villes, bourgades, chevaliers et écuyers de leur choix qui leur sembleront être les plus utiles et les plus secourables »53. De ce fait, on hésite maintenant à qualifier « d’urbaine » la « Paix » rhénane de 1254 qui intégra d’entrée plusieurs princes-évêques et comportait plusieurs clauses destinées à aplanir les sujets de discorde entre nobles et bourgeois. Même des ligues autrefois réputées pro-urbaines telle la ligue rhénane de 1381 ou la ligue urbaine souabe de 1446 prévoyaient dans leurs clauses l’intégration de nouveaux membres, conditionnée à l’accord de la majorité des membres, mais sans ségrégation a priori : « sires ou villes ». Dans ces conditions, que reste-t-il « d’urbain » dans les ligues dites urbaines ? Sans doute pour les villes, une marge d’action propre beaucoup plus grande dans les ligues que dans des Landfrieden où princes et nobles trustaient les sièges et les instances décisionnelles. La différence est une question de degré bien plus que de composition ou de cadre socio-spatial.

  • 54 Voir Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire…, op. cit.

42Autres correctifs, autres doutes… qui pèsent cette fois sur la chronologie générale des ligues et leur contribution à l’histoire impériale. Confrontée à la redécouverte de liens informels très précoces entre les villes54, l’hypothèse d’une naissance des ligues venue pallier les troubles impériaux (Interrègne) tient-elle de la réalité ou de l’illusion documentaire ? La fin supposée de l’histoire des ligues alimente des interrogations semblables : plusieurs chercheurs notent la continuité des logiques d’alliances et de fonctionnement entre les fédérations médiévales et les ligues modernes. Si elles n’ont pas généré l’État dans l’Empire, tout au moins, contribuent-elles toujours à son fonctionnement au xvie siècle.

43En un siècle d’histoire des ligues urbaines, c’est aussi la façon de l’écrire qui a changé.

  • 55 Une telle démarche, qui recourt aux outils sociologiques er à la théorie des systèmes sociaux, est (...)
  • 56 Voir sur ce point les contributions de Stefanie Rüther, Gabriel Zeilinger et Bastian Walter, infra.

44L’approche événementielle et institutionnalisante qui consistait à décrire une fédération de sa naissance à sa dissolution recule peu à peu au profit d’une « grammaire » des ligues. Pensées aujourd’hui comme des « systèmes sociaux » de relations et de communication, elles paraissent combiner de façon variable dans le temps et l’espace des « éléments fonctionnels » que l’historien se doit d’inventorier55. L’aboutissement logique du processus est, probablement, la mise à l’épreuve du concept institutionnalisé de Bund. En effet, aborder les relations des villes en termes de systèmes conduit à voir non seulement des formes de fédérations officielles et contractuelles, mais encore des unions informelles, dans des domaines qui peuvent sortir du strict domaine politique (associations juridiques, monétaires, professionnelles…). La théorie des systèmes sociaux appliquée aux ligues induit par ailleurs l’intervention d’un nouveau type d’espace dans l’analyse. Il s’agit cette fois d’un espace de communication. De plus en plus, les coopérations des villes médiévales apparaissent comme des réseaux aux nœuds interconnectés par des échanges et des redistributions d’informations56.

  • 57 Voir Eva-Marie Distler, Städtebünde…, op. cit., p. 230.
  • 58 Laurence Buchholzer-Remy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, Belin, (...)

45Le développement d’une nouvelle Verfassungsgeschichte, plus attachée à la culture et à la communication politiques, aux rituels, ou encore aux modalités de prises de décision, provoque un changement de regard sur les associations de villes. Au-delà de leur contribution sur le long terme à la reconnaissance des villes libres et impériales dans les rouages de l’État naissant (Reichsstandschaft)57, elles servirent de laboratoires politiques. Les villes y apprirent l’art de l’arbitrage, de la concertation et de la représentation. Si, aux diètes urbaines et impériales du début du xvie siècle, rien ne remplaçait la présence de persona, les procurations reflétaient souvent les anciens systèmes d’alliances. À l’échelle des individus, les ligues appelèrent aussi une certaine professionnalisation politique. Parmi les Conseils et experts en droit, émergèrent peu à peu des spécialistes des relations interurbaines, habiles négociateurs et orateurs58.

46L’historiographie allemande des rapports entre ligues et espace a indéniablement des traits spécifiques. L’approche géopolitique des fédérations urbaines y est première, Verfassungsgeschichte oblige. Elle est en outre fortement articulée non seulement à l’histoire urbaine comme en France, mais aussi à l’histoire régionale. Dans ce champ disciplinaire, les interrogations portant sur la profondeur historique des régions actuelles ont eu un rejaillissement essentiel sur les ligues et leurs espaces. Au gré de ces remises en question, et d’un retour fort au spatial dans toutes les branches de la recherche, l’historiographie allemande a des convergences de plus en plus fortes avec son homologue française. L’intérêt pour les communications interurbaines, l’orientation vers des formes moins officielles d’intercommunalité ouvrent la voie à un dialogue fructueux.

La Suisse ou l’espace par les ligues

  • 59 Hans Conrad Peyer, « Die Entstehung der Eidgenossenschaft », dans Hanno Helbling et alii, Handbuch (...)
  • 60 On peut vite s’en convaincre en consultant l’introduction et les références bibliographiques de : U (...)

47Si l’on suit le fil rouge des rapports entre ligues et espace national, la Suisse offre un troisième modèle d’étude. Elle apparaît comme le seul cas où les ligues ont été présentées comme le fondement même de l’espace national59. Il semble par contre artificiel de prétendre isoler des conceptions spatiales théoriques propres aux historiens suisses, tant la profession est ouverte sur l’extérieur (via la bibliographie et le recrutement)60.

  • 61 L’extrême-droite s’est emparée de la référence au Grütli dans les années 2000. En réponse, la prési (...)
  • 62 Voir Guy P. Marchal, Schweizer Gebrauchsgeschichte. Geschichtsbilder, Mythenbildung und nationale I (...)

48L’État fédéral moderne ou Confédération suisse (Schweizerische Eidgenossenschaft), fondé en 1848, s’est conforté à l’appui de références aux « ancêtres confédérés » médiévaux. Ces récits populaires, qui figuraient dans les manuels scolaires jusque dans les années 1970, contribuèrent à forger une conscience nationale et une culture suisse, indépendamment de toute dimension scientifique. Ils sont encore brandis de temps à autres à des fins idéologiques61. Plus qu’un tout cohérent, ces mythes forment un agglomérat enrichi depuis le xve siècle, parfois révisé par touches et souvent sujet à polémiques. Les récits identitaires nationaux furent illustrés par de nombreux décors peints, médailles et emblèmes, chroniques, discours et fêtes. Il ne s’agira pas ici d’en restituer ici toute l’imagerie, mais de se focaliser sur les pans de l’histoire officielle suisse qui mobilisèrent tout particulièrement une référence aux ligues et à l’espace62.

  • 63 Une version latine du pacte a été retrouvée dans les archives de Schwyz en 1758. Staatsarchiv Schwy (...)
  • 64 Voir l’étude de Michael Jucker, Gesandte, Schreiber, Akten : Politische Kommunikation auf eidgenöss (...)
  • 65 Outre, Roger Sablonier, Gründungszeit…, op. cit., voir les articles « Confédération », « pactes féd (...)

49Le propos de fond de l’histoire nationale consiste à voir dans un pacte juré entre les représentants d’Uri, Schwyz et Unterwald sur la prairie du Grütli en 1291 les débuts de la Confédération suisse (« mythe fondateur »). Le Pacte fédéral aurait représenté, au moins en intention, une forme première de l’État suisse, contribuant par là même à créer l’exception suisse dans le développement étatique européen. D’où sa glorification massive aux xixe et xxe siècles63. La référence au serment du Grütli permit de renforcer dans l’opinion l’idée d’une solidarité confédérée, appuyée sur une constitution démocratique et un esprit d’indépendance. Ces idéaux s’incarnèrent dans de nombreux lieux de mémoire. La Société suisse d’utilité publique, fondée en 1810, orchestra l’achat de la prairie du Grütli (1859) pour en faire don à la Confédération. En 1914, dans le hall d’entrée du palais fédéral (Bundeshaus) à Berne, on fit ériger une sculpture monumentale représentant le serment des représentants d’Uri, Schwyz et Unterwald, mains posées sur la Bundesbrief. Cette charte de serment latine fait partie intégrante du patrimoine national commun. Son contenu ouvre ainsi l’édition des procèsverbaux de diètes des cantons confédérés, édités au xixe siècle (Eidgenössische Abschiede)64, et fut placardé dans les bureaux de poste jusque dans les années 1950. Une fois la datation de la charte révisée, Schwyz retentit des hourras de la fête jubilaire donnée en 1891 pour les 600 ans de l’acte. À partir de cette date, c’est désormais chaque année, le 1er août, que les Suisses célèbrent leur fête nationale. Le Pacte fédéral devint enfin une relique nationale précieusement commémorée dans un musée créé à cet effet à Schwyz en 1936 (Bundesbriefmuseum). Même la Seconde Guerre Mondiale ne freina pas le culte de la ligue originelle. Les cadres de l’armée furent ainsi appelés à résister jusqu’au bout en souvenir de l’ancien serment du Grütli (rapport du Grütli), tandis que le 650e anniversaire du Pacte était fêté dans le faste en 194165.

  • 66 Friedrich Schiller, Guillaume Tell, 1804. Friedrich von Schiller, Klassische Dramen, hrsg. von Matt (...)

50Au premier mythe du Pacte fédéral par lequel l’État suisse commença, se mêle intimement la « tradition de la libération ». L’histoire de la Suisse fédérale aurait débuté non seulement par une entente, mais encore par une révolte. D’après ce récit devenu presque canonique, dont la version légendaire fut popularisée par Friedrich Schiller66, les montagnards des Alpes centrales, épris de liberté, se seraient alliés entre égaux afin de mieux résister à la soumission et à l’exploitation seigneuriale. Ils auraient tant et si bien fait qu’ils triomphèrent par les armes à Morgarten en 1315 contre les puissants Habsbourg.

  • 67 Voir Peter Niederhäuser, Werner Fischer (Hg.), Vom « Freiheitskrieg » zum Geschichtsmythos. 500 Jah (...)

51Selon l’imagerie nationale, les débuts de la Confédération seraient donc un mouvement de libération paysan ; et la Suisse centrale (Innerschweiz), la Suisse originelle (Urschweiz), le berceau naturel de la démocratie et de la liberté. La suite de l’histoire se serait écrite au rythme des conquêtes et élargissements de la Confédération : ligue de Brunnen, qui fait suite à la victoire de Morgarten, le 9 décembre 1315 (Uri, Schwyz, Nidwald et Obwald), alliance des trois cantons forestiers (Waldstätten) avec Lucerne en 1332, ralliements de Zürich (1351), Glarus et Zoug (1352), alliance avec Berne (1353) ; victoire de Sempach face au duc Leopold III d’Autriche (1386), conquête de l’Argovie (1415), de la Thurgovie (1460). En 1476, forte de ses huit cantons (Orte), la Confédération triomphe même de la puissante armée bourguignonne à Grandson, puis à Morat. Puis vient la guerre de Souabe (Schwabenkrieg, Schweizerkrieg)67 et la victoire des troupes confédérées contre Maximilien, fait longtemps célébré dans l’historiographie comme un nouvel acte de libération vis-à-vis des Habsbourg et comme l’accession à l’indépendance vis-à-vis de l’Empire.

52Autant d’étapes et de victoires qui, dans l’historiographie officielle, passèrent pour le résultat d’une volonté résolue de séparatisme et d’un désir sans failles d’exister ensemble sans maître.

  • 68 Voir par exemple la représentation de la « Mère patrie Helvetia sur le Rütli » reproduite dans Roge (...)
  • 69 Petermann Etterlin, Kronica von der loblichen Eydtgnoschaft Jr harkommen und sust seltzam strittenn (...)

53Cette histoire idéalisée d’une ligue intégratrice présente volontiers la Confédération comme un tout aux frontières bien arrêtées dès le xvie siècle. Conformément à l’idée d’un État fondé par des paysans, elle s’incarnerait dans un espace naturel « contenant », et identificateur, caractérisé par ses lacs et montagnes68. Le courant romantique a volontiers amplifié le trait. Mais déjà, les premières chroniques qui dressent l’histoire de la Confédération célèbrent une semblable identification entre les premiers confédérés et un espace. Ainsi, une gravure de la Kronica von der loblichen Eydtgnoschaft…, rédigée par le Lucernois Petermann Etterlin69, présente en arrière-plan du serment des trois Suisses des hommes qui prennent possession d’un pays montagneux par les armes et les défrichements.

54Actuellement, on hésite toujours en Suisse entre l’utilisation partisane des mythes historiques et leur condamnation sans appel comme des « faux ». Les historiens adoptent en large part une voie médiane qui consiste à tenir ces images pour des représentations identitaires essentielles et historiques. Moyennant quoi, la Suisse, est sans doute, parmi les trois pays abordés ici, celui dont la perception de l’espace national et des ligues a été le plus radicalement revisitée.

55Comme en Allemagne, la dimension institutionnelle et préétatique longtemps prêtée aux ligues, aux cantons et aux diètes des xiiie-xvie s. est aujourd’hui évacuée.

  • 70 Voir Aegidius Tschudi, Chronikon Helveticum, hrsg von Bernhard Stettler, 13 vol., Basel (Quellen zu (...)
  • 71 La mort de Rodolphe de Habsbourg pouvait mettre en péril les privilèges acquis par les habitants de (...)
  • 72 Comme dans le reste de l’Europe de l’Ouest, les communautés rurales de Suisse centrale se constitue (...)

56Le Pacte du Grütli n’a pas été épargné par les relectures. Un retour aux chroniques du Moyen Âge et du premier xvie s. montre combien cette conjuration (au sens neutre du terme, serment commun) supposée fondatrice y est discrète, voire absente. La Chronicon Helveticum d’Aegidius Tschudi70, pourtant fondée sur une recherche de sources, n’en fait aucune mention ; seul Werner Steiner l’évoque en 1532-1536 dans sa Liederchronik. Ni révolutionnaire, ni contestataire, ni libertaire, le Pacte fédéral était à l’époque une union parmi d’autres (Landfrieden), destinée à garantir la paix entre ses signataires et avec les forces voisines dans un contexte géopolitique incertain71. Ce n’est pas davantage un sentiment identitaire commun qui aurait conduit Uri, Schwyz et Unterwald à s’allier. Selon Roger Sablonier, le faire ensemble doit ici à l’existence d’une Reichsvogtei, donc d’un même cadre administratif impérial. En 1291-1315, ce ne sont pas des territoires intégrés (des peuples) qui pactisent, mais des élites locales défendant des privilèges impériaux acquis72. « Très clairement, les entités collectives en présence ne sont pas constituées en territoires, mais forment encore des associations de personnes, des confrères jurés (Eidgenossen) au plein sens du terme » (R. Sablonier). Les cantons, compris comme une entité spatiale et administrative cohérente et consciente d’elle-même, n’émergent que très progressivement au fil du xive siècle, ce que marque un lent glissement des termes « Täler » vers « Länder » pour désigner les contractants de Suisse centrale dans les actes d’alliances.

57Les ligues ne sont pas non plus le seul moteur de l’histoire. Il faut compter avec d’autres mutations politiques et sociales : l’essor des relations avec le sud, l’action du bailli impérial, la réorganisation des pouvoirs seigneuriaux monastiques, le développement de Berne et de Zurich…

  • 73 Est-ce, de ce fait un hasard si les critiques les plus radicales de la théorie des lieux centraux d (...)
  • 74 Voir infra les contributions de Ralph Ruch et de Regula Schmid.

58Les conséquences de ces études sur la Suisse centrale des années 1300 ne sont pas anecdotiques. Elles entraînent un décentrage73 de l’espace national suisse et un recul du terminus a quo dans la spatialisation de la Confédération. Les premiers cantons n’ont pas de dimension spatiale avant le xive siècle, celle de la Confédération reste à prouver en amont de la fin du xve siècle74.

  • 75 Outre les notices « Landfrieden » et « combourgeoisie » du Dictionnaire historique de la Suisse, on (...)

59À la Confédération qui fonda l’État par « pactes fédéraux » et agrandissement successifs succède donc, dans l’historiographie suisse, la redécouverte de la multiplicité et de la complexité des alliances. Outre les actes qui semblaient liés directement à la Confédération, resurgissent des unions de tout acabit : land-frieden, combourgeoisies…, qu’il faut à chaque fois insérer dans un contexte particulier pour mieux les comprendre75. Un trait qui vaut pour la fin xiiie-début xive comme pour le xve siècle :

  • 76 Voir Guy P. Marchal, « 1476. Victoires des troupes helvétiques sur les armées de Charles le Témérai (...)

« En ce long xve siècle, qui s’étend jusqu’à la paix éternelle avec le royaume de France en 1516, la Suisse ne se présente pas comme un État fort, doté d’institutions efficaces et menant une politique extérieure ciblée. Il s’agit d’un conglomérat, formé au cours du xive siècle grâce à la conclusion de multiples alliances entre différentes villes et campagnes (Länderorte). Ces accords ne visaient pas, comme on le prétend encore souvent, à la formation d’un État au sens politique du terme. Ils correspondaient plutôt aux intérêts immédiats – politiques ou économiques – des élites dirigeantes concernées […]. D’ailleurs, ces actes ne créaient pas un droit unique et ne reliaient pas toutes les parties entre elles76. »

  • 77 Voir l’échec manifeste de la représentation cartographique proposée dans la Nouvelle histoire de la (...)

60À mille lieues du schéma centré, c’est donc à l’expérience du foisonnement d’alliances, de la diversité des partenaires, de la discontinuité spatiale que sont confrontés les historiens de la Suisse tardo-médiévale. Par là-même, arrive le constat d’une visualisation quasi impossible de ces alliances par l’historien dans l’espace des cartes77.

  • 78 Thomas A. Brady, Turning Swiss. Cities and Empire 1450-1550, Cambridge University Press, 1985 ; Jea (...)
  • 79 Voir le projet « Bündnis, Stadt und Staat » mené par Regula Schmid-Keeling avec l’aide du Fonds Nat (...)

61Une autre révolution touche l’approche actuelle de l’espace confédéré d’antan. Alors que les représentations mythiques le donnent volontiers pour clos, l’accent est désormais porté sur un espace politique ouvert sur les puissances extérieures et gagné à leurs influences. L’idée de frontières claires est à bannir au vu des configurations mouvantes que dessinent les contrats d’alliances et combourgeoisies. Genève, Neuchâtel, le nord de l’évêché de Bâle, Mulhouse, Constance sont autant de zones dont l’appartenance à la Confédération n’est pas tranchée. Le maintien de liens avec l’Empire bien au-delà de 1499 contribue au même flou, quand bien même par la paix de Bâle, les Confédérés obtinrent de rester en marge des réformes impériales et du processus de « concentration étatique ». Le phénomène de marginalisation de la Confédération à l’égard de l’Empire s’esquisse de façon non intentionnelle et sur la longue durée78. Fort hétérogène – Zurich cesse de mentionner ses liens avec l’Empire dans son serment civique en 1654, Schaffhouse y renonce seulement en 1714 – il ne s’achève qu’à la fin de l’Ancien Régime. Comprendre la Suisse du Moyen Âge et des temps modernes suppose donc de connaître les aspects qui l’intègrent à l’Empire. Ce constat vaut bien évidemment aussi pour les ligues et appelle une histoire d’ensemble, inédite jusqu’à présent79.

  • 80 Les Zugewandte Orte sont considérés comme des alliés des Confédérés. Mais ils n’en ont pas tous les (...)

62Les remises en question de l’histoire suisse ont également un impact sur l’homogénéité et la cohérence prêtées à l’ancienne Confédération. L’espace unifié par la Confédération laisse place à une vision beaucoup plus morcelée. Les historiens insistent actuellement sur les hiérarchies entre cantons (Orte), pays alliés (Zugewandte Orte)80, pays sujets qui relèvent d’un canton, et « bailliages communs », soit les territoires administrés en commun par plusieurs cantons.

63Ce sont aussi les hiérarchies et les tensions internes à la Confédération qui ressortent. Les spécialistes du xve siècle soulignent le climat d’extrême tension qui régnait alors entre Confédérés. Seuls quelques accords obtenus à l’arrachée, comme le Convenant de Stans (1481) parviennent pour un temps à calmer les dissensions. Les rivalités entre ensembles ruraux et urbains s’ajoutaient aux compétitions de cités-États (Berne, Lucerne, Zurich) dont les ambitions géopolitiques, économiques et territoriales étaient concurrentes. La guerre de Zurich, entre Zurich et Schwyz en 1440-1446, les accrochages répétés entre Lucerne et Berne n’en sont que quelques exemples.

  • 81 Claudius Sieber-Lehmann, Thomas Wilhelmi (Hg.), In Helvetios – wider die Kuhschweizer. Fremd- und F (...)
  • 82 Voir Aegidius Tschudi, Chronicon…, op. cit.
  • 83 Piloté par Martina Stercken, le projet s’interroge sur les stratégies de cartographie des espaces p (...)

64L’idée d’une Confédération unie et égalitaire, inscrite dans un territoire cohérent, n’est cependant pas pure invention du xixe siècle. Tout en montrant l’envers du décor, les travaux historiques actuels soulignent combien ces représentations, comme les autres mythes suisses, doivent au contexte disputé et aux débats de la fin du xve siècle-début xvie siècle81. L’identité suisse se construit à l’époque dans la polémique. Face aux manifestes accusatoires d’un Maximilien 1er (1499) ou d’un Jakob Wimpfeling (1505), les Confédérés retournent par exemple à leur profit l’accusation de n’être que des « Kuhschweizer ». Ils répondent qu’ils sont des paysans pieux et honnêtes, luttant pour la paix et le rétablissement des libertés82 ; le mythe des montagnards épris de liberté en résulte. Il conviendrait sans nul doute d’interroger dans le même sens et à cette même époque les conceptions spatiales mises en place par les Confédérés. C’est là un des objectifs que s’est fixé il y a peu le projet « Mediality – C6 », au travers de l’étude des cartes vers 150083.

65On le voit, en Suisse, le rapport ligues/espace reste très ambivalent. Les mythes de l’histoire nationale persistent. À ce titre, les lieux de mémoire constitués autour des Pactes fédéraux ou des grandes batailles de la Confédération contribuent toujours à faire exister un espace national identitaire, où le milieu « naturel » est identifiant. Ce qui unit les Suisses, c’est la prairie du Grütli, ce sont « nos lacs et nos montagnes », proclamait encore en 2007 la présidente de la Confédération sur les lieux supposés du Pacte fédéral.

66Mais l’écart se creuse avec les conceptions des historiens des temps médiévaux et modernes. Car ils vont, eux, vers une déconstruction des schémas spatiaux hérités, voire une déspatialisation des ligues.

67Ce bilan aura permis, je l’espère, de prendre toute la mesure des écarts dans les historiographies suisses, allemandes et françaises en matière de ligues et d’espace. Certains des concepts rencontrés, tels les Städtelandschaften ou les « réseaux de villes », sont ainsi difficilement transposables d’un pays à l’autre.

68De ces héritages divers, ressort cependant une même habitude tenace qui consiste à inscrire les ligues dans un espace borné, que ce soit celui des pays, des régions ou des cantons. L’émergence actuelle d’une région transfrontalière (Alsace, Bade-Wurtemberg, Suisse), que les participants au volume symbolisent, facilite cependant de nouvelles perspectives, un travail dans un cadre plus ouvert, indispensable, on l’a vu, à une étude pertinente des ligues médiévales.

  • 84 Voir Patrick Moquay, « L’intercommunalité comme objet politique local », dans Rémy Le Saout (sous l (...)

69Le dialogue international amorcé ici montre aussi, qu’au-delà des divergences historiographiques et des schémas nationaux, se multiplient depuis une quinzaine d’années des points de convergence. Les définitions sociologiques de l’espace se sont largement diffusées. L’intérêt généralisé pour les structures réticulaires redonne à l’étude des ligues médiévales et modernes une nouvelle jeunesse. En Suisse, en France ou en Allemagne, il semble y avoir nécessité de penser les ligues au-delà des moules institutionnels où elles étaient insérées. L’espace est l’une des catégories d’approche qui nous est suggérée par les analyses de l’intercommunalité contemporaine84. Pourquoi ne pas la suivre ensemble, puisque nous avons à présent en main des outils théoriques communs ?

Notes

1 Philippe de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, édité par Am. Salmon, tome 1, Paris, Alphonse Picard et fils, 1899, p. 448, §. 886. Adaptation de l’ancien français (Laurence Buchholzer).

2 Reinhart Koselleck, « Bund, Bündnis, Föderalismus, Bundesstaat », dans Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (Hg.), Geschichtliche Grundbegriffe, t. 1, Stuttgart, 1972, 5e réimpression Stuttgart, 1997, col. 582-671.

3 Ce bilan constitua l’ouverture des journées d’études strasbourgeoises « Ligues et espace ». Il a été complété et amendé en 2010 pour les besoins de l’édition.

4 Voir Les espaces de l’historien, études d’historiographie rassemblées par Jean-Claude Waquet, Odile Goerg et Rebecca Rogers, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg (Sciences de l’Histoire), 2000.

5 Monique Bourin, Élisabeth Zadora-Rio, « Analyses de l’espace », dans Jean-Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle (sous la direction de), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 493-510 ; Hans-Joachim Schmidt, « Commentaire, Espace et conscience de l’espace dans l’historiographie médiévale allemande », ibidem, p. 511-536 ; Jean-Luc Fray, Céline Perol (sous la direction de), L’historien en quête d’espaces, Clermont-Ferrand, 2004 ; Benoît Cursente, Mireille Mousnier et alii, Les territoires du médiéviste, Rennes, PUR, 2005 ; SHMESP (sous la direction de), Construction de l’espace au Moyen Âge, 37e congrès de la SHMESP Mulhouse 2006, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

6 Voir Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974. On consultera avec profit la présentation qu’en fait Jean-Yves Martin, « Une géographie critique de l’espace du quotidien. L’actualité mondialisée de la pensée spatiale d’Henri Lefebre », Articulo – revue de sciences sociales, no 2 (2006), URL : https://journals.openedition.org/articulo/897 [17/07/2006 ; Jacques Lévy : Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin (Mappemonde), 1999, en particulier les chapitres 7-10, p. 195-268 ; idem, Logiques de l’espace, esprit des lieux, Paris, Belin, 2000.

7 Pour n’en citer que quelques-uns, voir les travaux de Michel Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005 ; Pierre-Vincent Claverie, Laurent Ripart et alii, L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire de l’Occident médiéval (ve -xiiie siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008 ; Médiévales. Genèse des territoires paroissiaux, sous la direction de Dominique Iogna-Prat, Élisabeth Zadora-Rio, Michel Lauwers, no 49, 2008 ; Philippe Depreux, François Bougard, Régine Le Jan (sous la direction de), Les Élites et leurs espaces. Mobilité, rayonnement, domination (du vie au xie siècle), Turnhout, Brepols (Collection Haut Moyen Âge, 5), 2007 ; Chloé Deligne, Claire Billen (sous la direction de), Voisinages, coexistences, appropriations. Groupes sociaux et territoires urbains (Moyen Âge-16e siècle), Brepols, Turnhout (Studies in European Urban History 10), 2007.

8 Jean-Jacques Bavoux (sous la direction de), Introduction à l’analyse spatiale, Paris, Armand Colin (Synthèse Géographie,), 1998, p. 70-71.

9 Outre les travaux de Michel Lauwers sur l’inecclesiamento, déjà cités, voir ceux de Joseph Morsel, qui souligne combien aux xie -xiiie siècles, l’espace devient le fondement du lien social, ce que manifestent par exemple l’apparition de topo-lignées ou de communautés d’habitants. Ces thèses sur la spatialisation sont synthétisées dans Joseph Morsel (avec la collaboration de Christine Ducourtieux), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexions sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’histoire s’interrogent, LAMOP-Paris 1, 2007 : http://lamop.univ-paris1.fr/IMG/pdf/SportdecombatMac. pdf [vérifié le 20/06/2010].

10 Henri Lefebvre, La production de l’espace, op. cit., p. 88-89.

11 Citations et plaidoyer pro domo tirés d’un bilan historiographique d’Hélène Noizet sur le portail Menestrel, « De l’usage de l’espace en Histoire médiévale » : http://www.menestrel.fr/spip.php?rubrique1028/ [mis en ligne le 18/01/2009, consulté en juin 2010]. Voir par exemple Marie-Pierre Buscail, « Archéogéographie des espaces médiévaux : exemple des possessions royales en Gâtinais en 1332 (Bassin parisien, France) », 4e congrès international d’archéologie médiévale et moderne. Medieval Europe, Paris 2007 : http://medieval-europe-paris-2007.univparis1.fr/M.-P.Buscail.pdf [vérifié en juin 2010]

12 Cette nouvelle approche était bien sûr indissociable de la constitution de l’histoire urbaine comme discipline spécifique. Voir Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au xviiie siècle, 2 vol., Paris, 1975 ; Bernard Lepetit, « La ville : cadre, objet, sujet. Vingt ans de recherches françaises en histoire urbaine », Enquête, no 4, 1996, p. 11-34 ; idem, Les villes dans la France moderne 1740-1840, Paris, Albin Michel, 1988 ; Marcel Roncayolo, Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, EHESS, 1996 ; idem, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990. Sur les usages et contre-usages de l’espace urbain, Michel de Certeau, Luce Giard, Pierre Mayol, L’invention du quotidien, tome 2 : Habiter, cuisiner, Gallimard (Folio Essais), nouvelle édition, 1994.

13 Voir Noël Coulet, Olivier Guyotjeannin, La ville au Moyen Âge, tome 1 : Ville et espace, Paris, éditions du CTHS, 1998. Dans une très riche littérature, parmi les plus récents, Chloé Deligne, Claire Billen (sous la direction de), Voisinages, coexistences, appropriations…, op. cit.

14 Bernard Lepetit, Denise Pumain (sous la direction de), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 1993 ; L’un des développements de ces réflexions est la prise en compte de l’archipel urbain dans l’histoire de la mondialisation. Christian Grataloup, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systémique, Montpellier CIG Reclus, 1996 ; idem, « Les périodes de l’espace », Espaces Temps, les Cahiers, Continu/discontinu. Puissances et impuissances d’un couple, no 82-83, 2003 ; Patrick Boucheron (sous la direction de), Histoire du Monde au xve siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 668-690.

15 Jacques Revel (sous la direction de), Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1995, p. 71-95. Voir en particulier l’article de Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », p. 71-95. Les travaux d’Hélène Noizet sur Tours sont l’archétype d’une telle approche de l’espace urbain : La Fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe -xiiie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007. Derrière le concept de « fabrique de la ville », il s’agit d’envisager à la fois les discours sur le bâti urbain, la dynamique historique et les interactions entre pratiques sociales et matérialité spatiale de la ville. Le tout appuyé sur une maîtrise des techniques de traitement cartographique des informations (SIG).

16 Pour une analyse plus détaillée, voir Laurence Buchholzer-Remy, L’intercommunalité en Franconie à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat Université Lyon 2, 2001, accessible en ligne à l’adresse suivante : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2001/buchholzer_l [16/07/ 2010].
Voir Charles Higounet, « Centralité, petites villes et bastides dans l’Aquitaine médiévale », dans Jean-Pierre Poussou, Philippe Loupes (sous la direction de), Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Paris, CNRS, 1987, p. 41-48 ; Jean-Luc Fray, Essai d’application de la théorie de la centralité au cas de la Haute-Lorraine médiévale (début xie -début xive siècles), thèse d’habilitation Paris I/Panthéon Sorbonne, 1997. L’auteur a mis en œuvre cet essai d’abord entre Meuse et Rhin, puis pour les villes du Massif Central ; Michel Bochaca, « L’aire d’influence et l’espace de relations économiques de Bordeaux vers 1475 », dans Noël Coulet, Olivier Guyotjeannin (sous la direction de), La ville…, op. cit., p. 279-292 ; Fabrice Mouthon, « Villes et organisation de l’espace en Bordelais à la fin du Moyen Âge : le rôle des villes secondaires (vers 1475-vers 1525), ibidem, p. 293-312 ; Élisabeth Crouzet-Pavan, Élodie Lecuppre-Desjardin (sous la direction de), Villes de Flandre et d’Italie (xiiie -xvie siècle). Les enseignements d’une comparaison, Turnhout, Brepols, (Studies in European Urban History 12), 2008. Sur les systèmes urbains européens au Moyen Âge, voir l’aperçu synthétique dans Jean-Luc Pinol (sous la direction de), Histoire de l’Europe urbaine, tome 1 : « De l’antiquité au xviiie siècle », Paris, Éditions du Seuil, 2003, p. 394-397, avec bibliographie complémentaire.

17 Voir la lettre d’Étienne Marcel, des échevins et des maîtres des métiers de Paris aux échevins d’Ypres (11 juillet 1358), éditée par Jean-Louis Biget, dans idem, Patrick Boucheron, la France médiévale, tome 2 : xiiie -xve siècles, Paris, Hachette (L’Histoire par les sources), 2000, p. 92-96 ; Christian Amalvi, De l’art et de la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France : de Vercingétorix à la Révolution, Paris, Albin Michel, 1988 ; idem, « L’érudition française face à la révolution d’Etienne Marcel : une histoire mythologique (1814-1914) », Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, no 142-2, 1984, p. 287-311.

18 On trouve par exemple chez Mignet : « Si elle [la révolte d’Étienne Marcel] avait obtenu un succès qui eût été inévitablement funeste, les villes de France seraient devenues indépendantes à la façon des villes d’Italie ou des villes de Flandre. Le royaume qui commençait à sortir de son morcellement y serait retombé, l’administration la plus générale et dès lors plus équitable qui commençait à régir les diverses classes des personnes et à rapprocher les divers ordres d’intérêts, aurait fait place à la lutte acharnée des unes et à l’anarchie inconciliable des autres. » Cité par Christian Amalvi, dans De l’art et de la manière…, op. cit.

19 Voir par exemple Bernard Chevalier, qui situe au xive siècle l’émergence d’une action commune des bonnes villes. Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1982, p. 94-95.

20 Voir Laurence Buchholzer-Remy, L’intercommunalité en Franconie…, op. cit.

21 Sur l’histoire de l’intercommunalité et ses précurseurs médiévaux et modernes supposés, voir les historiques réalisés dans Pierre Bodineau, Michel Verpeaux, La coopération locale et régionale, Paris, Presses Universitaires de France (Que sais-je ?), 1998 ; Bernard Perrin, La coopération intercommunale. Bilan et perspectives, Paris : Berger-Levrault (Administration locale),2 1998.

22 Albert Rigaudière, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos-Economica, 1993, p. 99-100. Voir aussi idem, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, Paris, 1982. Pierre Flandin-Bléty, Essai sur le rôle politique du Tiers-État dans les pays de Quercy et de Rouergue, xiiie -xive s., 2 vol., thèse dactylographiée, Paris, 1979.

23 Gisela Naegle, Stadt, Recht und Krone. Französische Städte, Königtum und Parlement im späten Mittelalter, 2 vol., Mathiesen Verlag, Husum, 2002, ici vol. 1 : Stadt und Krone im späten Mittelalter, voir chapitre 6 : « Solidarität und Konkurrenz », p. 260 (traduit par mes soins).

24 En témoigne la journée d’études organisée par Nicolas Offenstadt et le LAMOP à Vaucelles le 4 décembre 2009 : « Les villes et l’information à la fin du Moyen Âge ». Voir la thèse de Xavier Nadrigny, Information et espace public à Toulouse à la fin du Moyen Âge (vers 1330-1444), soutenue en 2008, Paris I-Panthéon Sorbonne sous la direction de Claude Gauvard ; thèse en cours de Benoît Lethenet, Les pratiques politiques dans les villes de France, principalement Mâcon, durant la Guerre de Cent Ans (1382-1435), Université de Strasbourg sous la direction de Georges Bischoff.

25 La réflexion sur l’espace intercommunal reste aussi un thème marginal pour l’époque contemporaine. L’intercommunalité a beau procéder de l’aménagement du territoire, elle intéresse peu les géographes, qui y ont longtemps vu une logique de pure gestion. Depuis les années 1990, les rares géographes qui étudient le fait intercommunal confrontent les aires d’action des institutions intercommunales aux espaces fonctionnels. Les articulations entre espaces administratifs, techniques, juridiques et vécus, que suppose l’intercommunalité, forment un autre thème saillant. Voir Guy Baudelle, « La géographie et l’objet intercommunal », dans Rémy Le Saout (dir.), L’intercommunalité : logiques nationales et enjeux locaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1997, p. 219-230, avec bibliographie complémentaire. Aperçu réactualisé par Cyprien Richer, « Questions vives pour la géographie de l’intercommunalité », L’information géographique, no 72, 2008/4.

26 Voir la contribution de Gisela Naegle, infra.

27 Otto von Gierke, Das deutsche Genossenschaftsrecht, Berlin, 1868, en particulier, vol. I, §. 45 : Die Städtebünde, 1868, p. 463-481 ; vol. 2, p. 836 et s. En français, on trouvera un aperçu des principales thèses de Gierke dans Les Théories politiques du Moyen Âge, préfacé par Jean-Louis Halpérin., Paris, Dalloz, 2007. Dans son essai, Gierke cherche à saisir le passage qualitatif des « simples » relations contractuelles bipartites à un organisme corporatif. En cela, les Städtebünde diffèrent, selon lui, des alliances de protection, des contrats relatifs à la juridiction, ou de la combourgeoisie, qui, eux, régulent des rapports de droit individuels entre villes (Vertragsverhältnissen).

28 La définition que Pierre Monnet donne des ligues urbaines dans le Dictionnaire du monde germanique procède de cette tradition. Voir Pierre Monnet, « Communes et ligues urbaines », dans Dictionnaire du monde germanique, Élisabeth Décultot, Michel Espagne, Jacques Le Rider (sous la direction de), Paris, Bayard, 2007, p. 205 et s. ; idem, « Les révoltes urbaines en Allemagne au xive siècle. Un état de la question », dans Monique Bourin, Giovanni Cherubini, Giuliano Pinto (dir.), Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento, Firenze, 2008, p. 105-153, ici p. 118 et p. 120. On y retrouvera la bibliographie afférente, en particulier p. 121. Voir aussi Laurence Buchholzer, « Stadtregierung in Krisenzeiten. Eine Sache unter sich ? (13.-15 Jahrhundert) », dans Werner Daum, Kathrin S. Hartmann, Simon Palaoro, Bärbel Sunderbrink (Hg.), Kommunikation und Konfliktaustragung, Berlin, BWV, 2010, p. 265-292. L’interprétation présentée ci-dessus ne représente cependant qu’un pan de l’historiographie allemande sur le sujet. Dans l’intervention des ligues contre les troubles intraurbains, les historiens de l’ex-RDA, en particulier Carl Czok, ont vu quant à eux une réaction de classe des élites gouvernantes. Carl Czok, Städtebünde und Zunftkämpfe in ihren Beziehungen während des 14. und 15. Jahrhundert, dissertation Leipzig, 1957.

29 Johann-Georg Fessmaier, Über das Entstehen und Aufblühen des Oberdeutschen Städtebündes und dessen Bekämpfung und Vernichtung, 1819 ; Friederich Körtum, Die Entstehungsgeschichte der freistädtischen Bünde im Mittelalter und in der neueren Zeit, 1827 ; Karl Anton Schaab, Geschichte des grossen rheinischen Städtebundes, gestiftet zu Mainz im Jahre 1254 durch Arnold Walpold, 2 vol., 1843-1845.

30 Voir Klaus Schreiner, « Die Stadt des Mittelalters als Faktor bürgerlicher Identitätsbildung. Zur Gegenwärtigkeit des mittelalterlichen Stadtbürgertums im historisch-politischen Bewusstsein des 18., 19. und beginnenden 20. Jahrhunderts », dans Cord Meckseper (Hg.), Stadt im Wandel, vol. 4, Stuttgart, 1985, p. 517-541.

31 Karl Anton Schaab, Geschichte des grossen rheinischen Städtebundes…, op. cit. La ligue rhénane conduit en effet pour la première fois à une consultation en groupe des villes par le souverain. En 1255, le roi Guillaume de Hollande (1248-1256) convoque quelques membres de la ligue urbaine rhénane à une assemblée de sa cour. L’initiative ne dura pas, mais le précédent était créé. Louis de Bavière (1314-1347) donna un tour régulier à l’invitation des villes dans les assemblées royales. Ces dernières n’eurent cependant pas de part active aux décisions et aux délibérations jusqu’à la seconde moitié du xve siècle. À la faveur de la multiplication des assemblées et en contrepartie d’une mise à contribution de plus en plus systématique, les villes libres impériales obtinrent de constituer un collège aux diètes dans les années 1470-1480. Leur droit de participation aux affaires générales de l’Empire (Reichsstandschaft) est reconnu dans le cadre de la réforme impériale fin xve siècle-début xvie s. Elles n’accèdent cependant à la parité des voix avec les autres collèges (votum decisivum) que par la paix de Westphalie. Voir Georg Schmidt, Der Städtetag in der Reichsverfassung. Eine Untersuchung zur korporativen Politik der Freien und Reichsstädte in der ersten Hälfte des 16. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1984.

32 Wilhelm Vischer, Geschichte des schwäbischen Städtebundes der Jahre 1376-1389, Göttingen (Forschungen zur deutschen Geschichte 2), 1861, p. 1-200.

33 C’est la pratique du Hintersichbringen qui est par là fustigée, à savoir le fait que les délégués urbains n’étaient généralement pas porteurs de pleins pouvoirs dans les assemblées (ligues, diètes urbaines, diètes impériales). Ils demandaient donc systématiquement à en référer à leurs Conseils avant de prendre position. Ce qui, bien sûr, retardait d’autant les prises de décisions et mises à exécution.

34 Arnold Busson, Zur Geschichte des grossen Landfriedensbundes deutscher Städte 1254, Innsbruck, 1874.

35 Harro Blezinger, Der schwäbische Städtebund in den Jahren 1438-1445. Mit einer Überblick über seine Entwicklung seit 1389, Stuttgart, W. Kohlhammer Verlag, 1954, en particulier l’introduction : « Nous savons aujourd’hui que l’union des villes n’avait pas d’avenir en tant qu’ordre politique, que le succès des Conférés fut une exception, mais les conseillers d’Ulm, de Nördlingen […] ne le savaient pas. ». Voir aussi le tableau des villes allemandes dressé par Philippe Dollinger, qui reflète les positions historiographiques dominantes en Allemagne. Philippe Dollinger, « Les villes allemandes au Moyen Âge ». Leur statut juridique, politique et administratif », dans La Ville. Recueils de la société Jean Bodin, tome 6, Bruxelles, Librairie encyclopédique, 1954, p. 445-465 : « On eût pu croire que les villes allaient devenir un des éléments constituants de l’État nouveau. Mais leurs intérêts étaient trop divergents pour leur permettre d’assumer ce rôle. Dans les siècles suivants, les ligues régionales, se formant et se désagrégeant sans cesse, se bornent à essayer de maintenir la paix et de défendre des privilèges ».

36 L’un des exemples les plus caricaturaux est le recueil de documents relatifs à l’histoire de la ligue souabe (1488-1534), établi par Karl August Klüpfel : Urkunden zur Geschichte des Schwäbischen Bundes (1488-1533). 2. Teil, Stuttgart, 1853. Sur cette ligue, une association mixte, composée de princes, de prélats, de nobles et de villes, Klüpfel propose un regard biaisé. Les assemblées de la ligue ne paraissent guère se préoccuper que des questions générales d’Empire, alors que cela ne résulte que des choix de l’éditeur. Le rôle de la ligue comme instance d’arbitrage et de sauvegarde de la paix est occulté au profit de la seule « grande politique ». À travers le miroir déformant de l’édition, c’est aussi le caractère urbain de la ligue qui paraît exagéré. Voir Horst Carl, Der Schwäbische Bund 1488-1534. Landfrieden und Genossenschaft im übergang vom Spätmittelalter zur Reformation, Leinfelden-Echterdingen, DRW-Verlag, 2000.

37 Les ligues urbaines occupent une place très restreinte dans les synthèses d’histoire urbaine allemande. On trouvera un développement sur les fédérations urbaines dans Eberhard Isenmann, Die deutsche Stadt im Spätmittelalter: 1250-1500, Stuttgart, 1988 ; Evamaria Engel, Die deutsche Stadt des Mittelalters, München, 1993, nouvelle édition sous le titre Die deutsche Stadt im Mittelalter, Düsseldorf, 2005, p. 279-295.

38 Voir Bernhard Kreutz, Städtebünde und Städtenetz am Mittelrhein im 13. und 14. Jahrhundert, Trier, Kliomedia, 2005 ; p. 480 et s. ; Volker Henn, « Kommunikative Beziehungen und binnenhansisches Raumgefüge », dans Monika Escher, Alfred Haverkamp, Frank G. Hirschmann (Hg.), Städtelandschaft – Städtenetz – zentralörtliches Gefüge, Mainz, Verlag Philipp von Zabern, 2000, p. 117-130.

39 Dans une récente synthèse sur le Saint Empire Romain Germanique, Joachim Schneider considère les alliances franconiennes (Nuremberg-Wissembourg, Windsheim), celles d’Augsbourg avec Donauwörth et Kaufbeuren, celles de la Décapole alsacienne ou encore de la Wetterau comme « le quotidien politique », « une politique d’alliance traditionnelle dans un cadre régional étroit ». Un rôle d’importance dans l’histoire impériale reviendrait par contre aux grandes ligues urbaines des xiiie -xve siècles en Souabe et dans la zone rhénane. Voir Matthias Puhle, Claus-Peter Hasse, Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation 962 bis 1806, Dresden, Sandstein Verlag, 2006, p. 418-419.

40 Voir infra les contributions de Georges Bischoff, Bettina Fürderer, Odile Kammerer et Olivier Richard.

41 Le terme de Landschaft est déjà présent au sens de « contrée » en vieux haut allemand. Il désigne dès le plein Moyen Âge un espace défini par un droit commun, un secteur d’autorité. De ce fait, le terme peut s’appliquer au bas Moyen Âge au plat pays dominé par une ville. Mais c’est manifestement au xvie siècle, avec la consolidation des états princiers que Landschaft connaît ses riches heures. Outre un espace, il peut alors qualifier ceux qui l’occupent, formant ainsi « la communauté du pays ». Dans le cadre territorial, il désigne les interlocuteurs du seigneur, tantôt dans leur ensemble, tantôt pour partie : Landschaft correspond alors aux sujets princiers relevant des Ämter et des villes, ainsi distingués de la chevalerie (Ritterschaft), dans les assemblées territoriales. Voir l’article de Georges Bischoffsur les Landstände d’Alsace, infra. À titre d’exemple, voir les réflexions récentes sur les ‘ pays historiques’alsaciens et haut rhénan : Michael Erbe (Hg.), Das Elsass. Historische Landschaft im Wandel der Zeit, Stuttgart, 2002, en particulier la contribution de Christine Reinle pour le Moyen Âge central et tardif : « Das Elsass im hohen und späten Mittelalter (10-15. Jahrhundert) », p. 41-60. Peter Kurmann, Thomas Zotz (Hg.), Historische Landschaft. Kunstlandschaft ? Der Oberrhein im späten Mittelalter, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2008.

42 Voir Holger Th. Gräf, Katrin Keller (Hg.), Städtelandschaft, réseau urbain, urban network. Städte im regionalen Kontext im Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Köln, Weimar, Wien, Böhlau (Städteforschung A/62), 2004. En dépit des réserves alors exprimées, le concept est resté d’usage courant en histoire urbaine et régionale allemande.

43 On notera qu’une telle définition pose évidemment problème dès lors qu’on se trouve en présence de régions où prédominent les petites villes, bourgades et gros villages. Voir Tom Scott, « Kleine Städte, keine Städte. Das so genante ‚ urbane Netz’in Südwestdeutschland im ausgehenden Mittelalter », dans Herbert von Knittler (Hg.), Minderstädte, Kümmerformen, gefreite Dörfer. Stufen zur Urbanität und das Märkteproblem, (Beiträge zur Geschichte der Städte Mitteleuropas 20), Linz, 2006, p. 181-200 ; Helmut Flachenecker, Rolf Kiessling (Hg.), Städtelandschaften in Altbayern, Franken und Schwaben. Studien zum Phänomen der Kleinstädte während des Spätmittelalters und der Frühen Neuzeit, München (Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, Beihefte 15, Reihe B), 1999. En présence de tels milieux, les travaux étudient la façon dont les princes et seigneurs marquent leur territoire par des fondations de villes et de bourgades. Voir Helmut Flachenecker, Rolf Kiessling (Hg.), Städtelandschaften in Altbayern…, op. cit. ; Martina Stercken, Städte der Herrschaft. Kleinstadtgenese im habsburgischen Herrschaftsraum des 13. und 14. Jahrhunderts, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, 2006.

44 L’a priori régionaliste est très fortement présent dans Helmut Flachenecker, Rolf Kiessling (Hg.), Städtelandschaften in Altbayern…, op. cit. Tom Scott récuse quant à lui l’existence d’une Städtelandschaft à la mesure de la Haute-Rhénanie. Il conviendrait plutôt de distinguer trois zones : le piémont alsacien,, les Vosges méridionales et le Brisgau. Voir aussi Peter Kurmann, Thomas Zotz (Hg.), Historische Landschaft. Kunstlandschaft ?..., op. cit., en particulier les articles de Tom Scott et de Sigrit Schmitt, qui posent la question d’une Städtelandschaft en Haute-Rhénanie.

45 Ils rejoignent en cela tout un courant européen consacré aux réseaux urbains. Voir plus haut à propos de la France. En Allemagne, le centre de recherches de Trèves s’en est fait une spécialité : Monika Escher, Frank G. Hirschmann (Hg.), Die urbanen Zentren des hohen und späteren Mittelalters, 3 vol., Trier, Kliomedia (Trierer Historische Forschungen, 50), 2005.

46 Voir Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire. Pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein 1250-1350, Paris, 2001 ; Rolf Kiessling, « Städtebünde und Städtelandschaften im oberdeutschen Raum – Schwaben und Altbayern im Vergleich », dans Monika Escher, Alfred Haverkamp, Frank G. Hirschmann (Hg.), Städtelandschaft – Städtenetz – Zentralörtliche Gefüge. Ansätze und Befunde zur Geschichte der Städte im hohen und späten Mittelalter, (Trier Historische Forschungen 43), Mainz, 2000, p. 79-116 ; idem, « Strukturen südwestdeutscher Städtelandschaften zwischen Dominanz und Konkurrenz. Der Fall Oberschwaben », dans Holger Th. Gräf, Katrin Keller (Hg.), Städtelandschaft, réseau urbain…, op. cit., p. 65-90.

47 Voir Bernhard Kreutz, Städtebünde und Städtenetz am Mittelrhein im 13. und 14. Jahrhundert, Trier, Kliomedia, 2005.

48 Voir Frank Göttmann, « Die Bünde und ihre Räume. Über die regionale Komponente politischer Einungen im 16. Jahrhundert », dans Christine Roll (Hg.), Recht und Reich im Zeitalter der Reformation. Festschrift für Horst Rabe, Frankfurt am Main, 1996, p. 441-469.

49 Elles inspirent en particulier les réflexions de Stefanie Rüther, infra.

50 Dès le début xxe, Karl Lamprecht (1856-1915) et Rudolf Kötzschke (1877-1949) posèrent les bases de l’histoire spatiale, en croisant l’histoire régionale et la géographie historique. Les travaux d’Hermann Aubin (1885-1969) sur les pays rhénans sont de la même veine. Le concept de « Kulturraum », apparu dans les années 1920, procède de cette initiative. Ce concept large, avait, dans l’esprit de ses fondateurs, une dimension ethnique et identitaire, une profondeur historique, sociale et culturelle, le tout dans des frontières administratives définies. Voir à ce propos, Arnd Reitemeier, Gerhard Fouquet (Hg.), Kommunikation und Raum. 45. Deutscher Historikertag in Kiel 14-17 September 2004. Berichtsband, Neumünster, 2005. En particulier, Enno Bünz, Werner Freitag, « Räume und Grenzen. Traditionen und Konzepte der Landesgeschichte », p. 84-89. Compte rendu de session accessible sur internet : https://www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-441 [16/07/ 2010].
En français, voir Hans-Joachim Schmidt, « Espace et conscience de l’espace dans l’historiographie médiévale allemande », dans Jean-Claude Schmitt, Otto Gerhard Oexle, Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, 2002 ; Thomas Zotz, « Présentation et bilan de l’historiographie allemande de l’espace », dans Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (sous la direction de), Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, Actes du colloque de Mulhouse - juin 2006, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 57-74.

51 Parmi les grandes références théoriques utilisées par les chercheurs allemands, signalons les écrits de Dieter Läpple, par exemple « Gesellschaftszentriertes Raumkonzept. Zur Überwindung von physikalisch-mathematischen Raumauffassungen in der Gesellschaftsanalyse », dans Martin Wentz (Hg.), Stadt-Räume, Frankfurt am Main, 1991, p. 35-46 ; Henri Lefebvre dans sa traduction anglaise, The production of space, Oxford, 1991 ; et surtout Martina Löw, Raumsoziologie, Frankfurt am Main, 2001. Voir aussi Frank Göttmann, « Zur Bedeutung der Raumkategorie in der Regionalgeschichte », http://digital.ub.uni-paderborn.de/ubpb/urn/urn:nbn:de:hbz:466:2-795 [ mis en ligne 08.06.2009, vérifié en juin 2010]. Parmi les tentatives d’application de ces théories spatiales au monde urbain, voir Christian Hochmuth, Susanne Rau (hg), Machträume der frühneuzeitlichen Stadt, Konstanz, UVK, 2006, avec indications bibliographiques complémentaires ; Susanne Ehrich, Jörg Oberste (Hg.), Städtische Räume im Mittelalter, Regensburg, Schnell & Steiner, 2009.

52 Dieter Willoweit, Deutsche Verfassungsgeschichte, München, C.H. Beck, 1990, p. 106-110 ; Volker Press, Dieter Stievermann (Hg.), Alternativen zur Reichsverfassung in der frühen Neuzeit, München, Oldenbourg, 1995.

53 Privilège accordé par Louis de Bavière à Rothenbourg le 30 juin 1339. Voir Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde…, vol. 1, p. 506, no 582 (30/06/1339)

54 Voir Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire…, op. cit.

55 Une telle démarche, qui recourt aux outils sociologiques er à la théorie des systèmes sociaux, est suivie par Horst Carl, Der Schwäbische Bund…, op. cit.

56 Voir sur ce point les contributions de Stefanie Rüther, Gabriel Zeilinger et Bastian Walter, infra.

57 Voir Eva-Marie Distler, Städtebünde…, op. cit., p. 230.

58 Laurence Buchholzer-Remy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, Belin, 2006, p. 253-310 ; Christian Jörg, Michael Jucker (sous la direction de), Politisches Wissen, Spezialisierung und Professionalisierung. Träger und Foren städtischer « Außenpolitik » während des späten Mittelalters und der Frühen Neuzeit, Berlin, à paraître.

59 Hans Conrad Peyer, « Die Entstehung der Eidgenossenschaft », dans Hanno Helbling et alii, Handbuch der Schweizer Geschichte, vol. 1, Zürich, 1980, p. 161-233 ; Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, 3 vol., Lausanne, Payot, 1982-1983 ; Roger Sablonier, « The Swiss Confederation », dans Christopher Allmand (ed.), The New Cambridge Medieval History, vol. 7, Cambridge, University Press, 1998, p. 645-670 ; Bernhard Stettler, Die Eidgenossenschaft im 15. Jahrhundert : die Suche nach einem gemeinsamen Nenner, Menziken, Verlag Markus Widmer-Dean, 2004 ; Comité pour une Nouvelle Histoire de la Suisse (Hg.), Geschichte der Schweiz und der Schweizer, Basel, Schwabe,4 2006 ; Roger Sablonier, Gründungszeit ohne Eidgenossen. Politik und Gesellschaft in der Innerschweiz um 1300, Hier & Jetzt, Baden, 2008.

60 On peut vite s’en convaincre en consultant l’introduction et les références bibliographiques de : Ursula Kundert, Barbara Schmid, Regula Schmid (Hg.), Ausmessen – Darstellen – Inszenieren. Raumkonzepte und die Wiedergabe von Räumen in Mittelalter und früher Neuzeit, Chronos Verlag, 2007, p. 9-22.

61 L’extrême-droite s’est emparée de la référence au Grütli dans les années 2000. En réponse, la présidente de la Confédération, Micheline Calmy-Rey, réaffirme le 1er août 2007 l’attachement national au Grütli, symbole de la « Suisse moderne, sociale, démocratique et diverse ».

62 Voir Guy P. Marchal, Schweizer Gebrauchsgeschichte. Geschichtsbilder, Mythenbildung und nationale Identität, Basel, Schwabe, 2006.

63 Une version latine du pacte a été retrouvée dans les archives de Schwyz en 1758. Staatsarchiv Schwyz, no 27. Version allemande conservée au Staatsarchiv du canton de Nidwald. L’acte est daté de façon incomplète, de telle sorte que l’histoire officielle a d’abord suivi une datation plausible, soit 1307. C’est cette datation qui a eu cours jusqu’au xixe siècle. Elle est révisée en 1891 au profit du 1er août 1291 (l’acte évoque le « début du mois d’août »). Mais les doutes subsistent sur la date de sa rédaction effective. Sur le Pacte fédéral, voir Roger Sablonier, Gründungszeit…, op. cit., particulièrement p. 7-33 et p. 163-178.

64 Voir l’étude de Michael Jucker, Gesandte, Schreiber, Akten : Politische Kommunikation auf eidgenössischen Tagsatzungen im Spätmittelalter. Diss. Zürich, Zürich, Chronos Verlag, 2004.

65 Outre, Roger Sablonier, Gründungszeit…, op. cit., voir les articles « Confédération », « pactes fédéraux » et « mythes fondateurs » dans le Dictionnaire historique de la Suisse : http://www.hls-dhs-dss.ch [16/07/2010].

66 Friedrich Schiller, Guillaume Tell, 1804. Friedrich von Schiller, Klassische Dramen, hrsg. von Matthias Luserke-Jaqui, Frankfurt am Main, Deutscher Klassiker Verlag, 2008. En français, Friedrich Schiller, Guillaume Tell : Drame, traduit par Sylvain Fort, Paris, l’Arche, 2003. L’histoire de Guillaume Tell figure dans le Livre blanc de Sarnen, une chronique composée vers 1470, puis fait l’objet de diverses variantes. Elle procède d’un groupe de légendes, dont plusieurs d’origine nordique.

67 Voir Peter Niederhäuser, Werner Fischer (Hg.), Vom « Freiheitskrieg » zum Geschichtsmythos. 500 Jahre Schweizer oder Schwabenkrieg, Zürich, Chronos, 2000.

68 Voir par exemple la représentation de la « Mère patrie Helvetia sur le Rütli » reproduite dans Roger Sablonier, Gründungzeit…, op. cit., p. 20-21.

69 Petermann Etterlin, Kronica von der loblichen Eydtgnoschaft Jr harkommen und sust seltzam strittenn und geschichten, Basel, 1507, folio 7. Document numérisé : http://daten.digitalesammlungen.de/0000/bsb00005005/images/index.html?fip=193.174.98.30&id=00005005&seite=33 [16/07/2010].

70 Voir Aegidius Tschudi, Chronikon Helveticum, hrsg von Bernhard Stettler, 13 vol., Basel (Quellen zur Schweizer Geschichte, Neue Folge, Abt. 1 : Chroniken, t. 7), 1968-2000.

71 La mort de Rodolphe de Habsbourg pouvait mettre en péril les privilèges acquis par les habitants de ces vallées. Les échanges via le col du Gothard risquaient en outre de souffrir de l’insécurité, avec des conséquences économiques directes pour les localités qui en commandaient l’accès. Voir Roger Sablonier, Gründungszeit…, op. cit., p. 181-194. Comme les Land-frieden favorisées dans tout l’Empire par les souverains, la charte de 1291 ( ?) fixe l’attitude commune à adopter en cas de meurtres, vols, pillages, incendies, faits de désobéissance, Fehde. Elle est valable à perpétuité et se réfère à des alliances antérieures.

72 Comme dans le reste de l’Europe de l’Ouest, les communautés rurales de Suisse centrale se constituent peu à peu au cours du xive siècle. Ce processus de « communautarisation » doit beaucoup aux libertés impériales octroyées par les souverains. Les communautés, pourvues d’un droit propre, peuvent sur cette base gagner une identité et espérer échapper au contrôle de villes ou de seigneurs nobles. En 1309-1310, Schwyz obtient ainsi plusieurs confirmations de l’immédiateté impériale des hommes de la vallée de Schwyz. Voir Roger Sablonier, Gründungs-zeit…, op. cit., p. 110 et s.

73 Est-ce, de ce fait un hasard si les critiques les plus radicales de la théorie des lieux centraux de Christaller émanent d’historiens suisses ? Voir Anne Radeff, « Entre l’Alsace et Milan. Centralité/décentralité dans le canton suisse des Waldstätten à la fin du xviiie siècle », dans Jean-François Chauvard, Isabelle Laboulais (sous la direction de), Les fruits de la récolte. Études offertes à Jean-Michel Boehler, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2007, p. 421-436.

74 Voir infra les contributions de Ralph Ruch et de Regula Schmid.

75 Outre les notices « Landfrieden » et « combourgeoisie » du Dictionnaire historique de la Suisse, on pourra consulter utilement les mises au point faites sur ces thèmes par Martina Stercken, dans Städte der Herrschaft, op. cit.,

76 Voir Guy P. Marchal, « 1476. Victoires des troupes helvétiques sur les armées de Charles le Téméraire. La Suisse sur le chemin de l’État », dans Patrick Boucheron (sous la direction de), Histoire du monde au xve siècle, Paris, Fayard, 2009, p. 390-393.

77 Voir l’échec manifeste de la représentation cartographique proposée dans la Nouvelle histoire de la Suisse, op. cit., p. 168-169 : « Le temps des pactes et des confédérations (xiiie s.-1353) ». Le résultat est quasiment illisible. À confronter aux difficultés rencontrées par Odile Kammerer et Jean-Philippe Droux dans leurs essais de cartographie de l’espace des ligues en Haute-Rhénanie au xive siècle, infra.

78 Thomas A. Brady, Turning Swiss. Cities and Empire 1450-1550, Cambridge University Press, 1985 ; Jean-Daniel Morerod et alii (sous la direction de), La Suisse occidentale et l’Empire, Lausanne, SHSR, 2004, en particulier les contributions de Bettina Braun, p. 37-56, et de Bernd Marquardt, p. 57-104 ; Bettina Braun, Die Eidgenossen, das Reich und das politische System Karls V., Berlin, Duncker & Humblot, 1997.

79 Voir le projet « Bündnis, Stadt und Staat » mené par Regula Schmid-Keeling avec l’aide du Fonds National Suisse (SNSF), 2008-2010. Descriptif sur le site du SNSF.

80 Les Zugewandte Orte sont considérés comme des alliés des Confédérés. Mais ils n’en ont pas tous les droits. Tel est par exemple le cas de l’abbé et de la ville de Saint-Gall, ou encore de Mulhouse. Voir Wolfgang Kaiser, Claudius Sieber-Lehmann, Christian Windler (sous la direction de), ‘Eidgenössische Grenzfälle’ : Mülhausen und Genf – En marge de la Confédération : Mulhouse et Genève, Bâle, Schwabe & Co (Basler Beiträge zur Geschichtswissenschaft, 172), 2001.

81 Claudius Sieber-Lehmann, Thomas Wilhelmi (Hg.), In Helvetios – wider die Kuhschweizer. Fremd- und Feindbilder von den Schweizern in antieidgenössischen Texten aus der Zeit von 1386 bis 1532, Bern, Haupt, 1998 ; Claudius Sieber-Lehmann, Spätmittelalterlicher Nationalismus: die Burgunderkriege am Oberrhein und in der Eidgenossenschaft, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1995.

82 Voir Aegidius Tschudi, Chronicon…, op. cit.

83 Piloté par Martina Stercken, le projet s’interroge sur les stratégies de cartographie des espaces politiques vers 1500. Il entend saisir le rapport entre la mise en carte et la construction d’entités politiques. Cette perspective est représentée dans le présent volume par la contribution de Ralph Ruch. http://www.mediality.ch/projekt.php?id=2-C.6 [16/07/2010].

84 Voir Patrick Moquay, « L’intercommunalité comme objet politique local », dans Rémy Le Saout (sous la direction de), L’intercommunalité : logiques nationales et enjeux locaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1997, p. 161-178, ici p. 163 : « La délimitation du territoire forme le troisième processus de justification [intercommunale]. C’est peut-être l’un des plus exemplaires, parce qu’il est facile à observer et surtout parce qu’il comporte à la fois une indéniable charge symbolique et un caractère stratégique clair pour les acteurs locaux… ».

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search