Version classiqueVersion mobile

Ligues urbaines et espace à la fin du Moyen Âge

 | 
Laurence Buchholzer-Remy
, 
Olivier Richard

Ligues urbaines et espace/Städtebünde und Raum

Laurence Buchholzer-Remy

Texte intégral

  • 1 Harro Blezinger, Der Schwäbische Städtebund in den Jahren 1438-1445, Stuttgart, Kohlhammer, 1954, (...)

« von unser und gemains landes grosser notdurfft »1

1À partir du xiiie siècle, les forces politiques du saint Empire germanique connaissent une débauche associative. Paix (Landfrieden), sociétés et ententes se succèdent à un rythme rapide et s’égrènent jusqu’à la période moderne. L’élan fédératif touche tous les états de la société, des paysans engagés dans le Bundschuh, jusqu’aux ligues confessionnelles animées par les princes et les villes. Ces dernières, et notamment les villes libres et impériales, participent en nombre et avec constance à la dynamique pactiste des xiiie -xvie siècles. C’est cette forte implication des villes dans des associations communes que l’historiographie allemande a saluée sous le nom générique de Städtebünde, et que son homologue française a à la fois figé sous le nom de « ligues » et considéré comme un phénomène étranger.

  • 2 On a l’habitude en France de traduire le terme par « ligues urbaines », mais la notion de « fédéra (...)
  • 3 Pour un premier aperçu global des ligues, voir Pierre Monnet, « Communes et ligues urbaines », dan (...)

2Sans même évoquer les problèmes de traduction que le concept soulève – faut-il adopter l’expression consacrée de « ligues urbaines », lui préférer fédérations ou encore alliances urbaines2 ? – l’appellation « Städtebund » est source, en Allemagne même, de nombreux malentendus3. Son emploi est souvent générique et vague, comme en témoigne la définition proposée par F. -B. Fahlbusch dans le Lexikon des Mittelalters : on peut tenir pour « ligue urbaine » (Städtebund) « tout accord contractuel » passé entre villes. Sous un tel vocable, celui qui considère les documents d’archives fait alors l’expérience de la diversité. Il se trouve devant une vaste nébuleuse d’unions qui pouvaient aller d’une durée de quelques années à l’éternité, d’un partenariat entre deux ou trois membres à un groupement de soixante-dix villes et quelques princes, de clauses minimalistes à la défense de l’immédiateté impériale.

  • 4 Cf. Karl Heinz Burmeister, « Alliances urbaines », op. cit. Les passages soulignés sont de mon fai (...)
  • 5 Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jahrhundert bis 1 (...)
  • 6 La nature de la Hanse est au centre d’abondantes discussions que cette contribution ne saurait rep (...)

3Ce choix d’une définition a minima révèle une réelle difficulté à délimiter de façon stricte et absolue le phénomène des alliances urbaines. Tous ceux qui s’y essayent sont appelés à moduler ou à admettre des exceptions : « elles étaient souvent appelées […] conjurationes. […] Les accords étaient le plus souvent limités dans le temps, sous réserve de prolongation, et non perpétuels ; ils étaient presque toujours rédigés selon le même schéma (assistance mutuelle, entraide judiciaire, recours à l’arbitrage en cas de conflit interne), parfois complété de dispositions particulières (sécurité, politique impériale commune) »4. Avec l’intention initiale d’inventorier les ligues urbaines, Konrad Ruser, auteur d’un regeste monumental encore inachevé, a finalement dû se résoudre à y intégrer aussi les Paix (Landfrieden) qui impliquaient des villes et toutes sortes d’accords interurbains (ententes monétaires, compromis judiciaires…)5. En quête d’une synthèse après des générations de monographies, l’historiographie allemande actuelle cherche néanmoins envers et contre tout à classer les alliances selon des principes communs. À partir d’une étude de la Hanse6, Volker Henn a esquissé une première typologie, qui distingue les ligues selon des critères de bi-ou multilatéralité, de composition (exclusivement urbaine ou mixte), de durée (éternelle ou limitée), ou encore selon leurs buts et leurs secteurs de validité (régionale, suprarégionale, territoriale, interterritoriale). Les consultations, ententes et contrats de justice formeraient quant à eux un ensemble documentaire à part, un stade plancher parmi les accords interurbains. Avec des justificatifs au demeurant fort variables, il est ainsi devenu usuel de souligner les différences formelles entre Landfrieden, ligues urbaines, contrats interurbains et relations informelles entre villes. On notera cependant que ces catégories correspondent avant tout à des idéaux-types et ne résistent pas forcément à l’examen des contenus. Nombreux sont les textes créateurs de fédérations qui intègrent des accords sur les procédures judiciaires ou les recouvrements de dettes entre bourgeois des villes membres, dans les mêmes termes que le feraient des accords bilatéraux… Parti a donc été pris ici d’admettre une conception aussi large que possible des ligues urbaines, ouverte aux alliances mixtes comme paritaires, de même qu’à des ententes plus ou moins formelles.

  • 7 La première ligue lombarde, qui unit 14 villes à l’initiative de Milan entre sur la scène politiqu (...)
  • 8 Sur la ligue du Rhin de 1254 et son devenir, voir Arno Buschmann, « Der Rheinische Bund von 1254-1 (...)
  • 9 Wilfried Ehbrecht, « Magdeburg im sächsischen Städtebund. Zur Erforschung städtischer Politik in T (...)
  • 10 La littérature française sur les ligues urbaines est très pauvre. Voir L. Buchholzer, infra, pour (...)

4L’état des lieux conceptuel est donc déconcertant. Mais puisqu’il faut bien continuer à nommer ce dont on parle, en l’absence d’une typologie stable, les fédérations urbaines médiévales restent encore et toujours désignées, décrites et pensées dans le cadre d’ensembles régionaux, le trait valant au reste autant pour le Saint Empire que pour les pays voisins. Il y a les ligues lombardes7, la ligue du Rhin8, la ligue des villes saxonnes9, les ligues provençales10

5Ainsi, qu’on soit de France, d’Allemagne ou d’ailleurs, on a au fond inscrit les fédérations urbaines dans un ensemble spatial local, celui du ‘pays’, du Land, de la région, sans vraiment s’interroger sur ce processus. S’agit-il d’une démarche régionaliste rétrospective, qui plaquerait sur les fédérations urbaines du passé les cadres géopolitiques actuels ?

6La question mérite d’être posée et élargie aux rapports des ligues à l’espace. Au fond, gagne-t-on à considérer les fédérations urbaines sous l’angle de l’espace ?

Ligues et espaces nationaux

  • 11 Elle faisait suite à un appel à contributions en France et en Allemagne. Elle put se tenir grâce à (...)

7La journée d’étude qui s’est tenue à Strasbourg les 30 novembre et 1er décembre 200711 était destinée à esquisser des réponses à cette question centrale. Elle a trouvé écho auprès de chercheurs français, suisses et allemands, preuve d’un intérêt devenu commun pour le binôme « fédérations urbaines et espace ». Mais cet intérêt restait ambigu, les uns venant pour les ligues, les autres parce qu’ils y étaient poussés par une certaine ‘vogue’ de l’espace. La discussion commune et sa poursuite au-delà de la journée d’études nécessitaient donc de connaître les postulats et perspectives hérités de chacune des historiographies nationales.

8C’est là la première ambition de l’entreprise et de l’ouvrage qui en résulte : par le comparatisme et la confrontation, mieux cerner le poids des espaces nationaux, de la construction des États modernes, sur l’histoire des ligues médiévales. À explorer plusieurs pays en vis-à-vis, les idées reçues se dévoilent tandis que naissent des interrogations nouvelles. De fait, les horizons des contributions ont permis de confronter des extrêmes : une France dans laquelle pendant longtemps l’existence même de coopérations interurbaines a été récusée, un pays centralisé où l’on a tendance à ne comprendre la participation des sujets que dans un système partant du haut vers le bas versus un État confédéral qui a les ligues (ou plutôt la ligue, « helvetiorum foedus ») pour mythe fondateur, versus un État fédéral qui considère les ligues comme une étape marquante mais inaboutie de son histoire.

9Les deux articles placés en ouverture se consacrent entièrement à cette confrontation, première étape nécessaire tant les héritages en matière de ligues et d’espace ont divergé d’un pays à l’autre.

10L’histoire comparative des coopérations interurbaines est encore terra incognita. Gisela Naegle ouvre la voie à ce nouvel objet d’étude en recherchant les différences historiques et historiographiques entre le Royaume de France et l’Empire. Ce sont les écarts historiques qui frappent de prime abord. Là, des « bonnes villes » mobilisées aux côtés du roi contre l’ennemi anglais ; ici, des villes liguées qui n’hésitent pas à braver Charles IV en 1376-1378. Là, des indices de coopération ténus et dispersés, ici, pléthore de chartes d’alliance, force convocations aux assemblées communes. Là, une coopération qui n’est peut-être pas moins forte, mais qui, sciemment ou non, se fait discrète ; ici, des fédérations plus formalisées.

11Au-delà de l’impression première, l’examen point par point des coopérations interurbaines en France et dans l’Empire laisse place aux ressemblances : même difficulté des villes à s’emparer d’un rôle important dans les assemblées d’états, même ambiguïté des pouvoirs royaux à l’égard des associations de villes, même dualité entre alliances licites (souvent non paritaires) et illicites…

12On s’aperçoit au final que, quand on cherche, on trouve : le Royaume de France fut moins exempt de communautés de villes que son historiographie ne l’a laissé entendre. Aux marges du Royaume comme en son cœur auvergnat, des villes se signifièrent bonne amitié réciproque. L’une des tâches qui incombe à l’avenir à l’historiographie française serait d’exhumer d’autres amitiés urbaines – sans oublier leur inverse, les inimitiés déclarées – aux côtés des trop rares cas aujourd’hui connus, à peine dévoilés.

  • 12 Voir Martina Stercken, Städte der Herrschaft. Kleinstadtgenese im habsburgischen Herrschaftsraum d (...)

13Inversement la mise en exergue d’une coopération interurbaine au pays du centralisme monarchique a de quoi rejaillir à son tour sur l’approche des coopérations urbaines dans l’Empire. Au-delà des ligues, il s’agirait désormais de rechercher des réseaux moins formels, mais peut-être plus efficaces au quotidien. Il faudrait aussi et surtout penser les fédérations urbaines mixtes ou paritaires là où on ne les avait pas cherchées, au nom d’un pouvoir fort et centralisé « à la française », à savoir dans les territoires princiers12.

14Afin de mieux jalonner cette histoire comparative encore balbutiante, Gisela Naegle propose toute une liste de facteurs qui pourraient avoir contribué à la présence plus ou moins marquée des ligues de part et d’autre du Rhin. L’attitude du seigneur vis-à-vis des associations urbaines en est un, incontournable. Mais le degré de développement administratif et judiciaire des espaces considérés en est un autre à ne pas négliger. Il nous ramène à la nature même des alliances interurbaines médiévales. Ce sont des paix, des amitiés. Quelles que soient leurs clauses particulières, elles visent au fond au règlement ou à la prévention des conflits potentiels, entre les diverses forces politiques, entre les villes ou entre les ressortissants de ces autorités. Par leurs comités ou leurs assemblées générales, les ligues assumèrent souvent des fonctions arbitrales. En ce sens, leur existence illustre la propension des pouvoirs (royaux, princiers) à initier ou récupérer à leur profit ces rouages de maintien de la paix. En parallèle, le développement d’instances judiciaires centrales, leur faculté à médiatiser le règlement des conflits locaux, puis l’affirmation de leur monopole, ont pu vider les ligues urbaines de leur substance même. Nul doute qu’en ce domaine, la France où la justice royale s’affirme dès la fin du xiiie siècle et l’Empire, tardivement pourvu d’un Reichskammergericht (1495), offrent un visage très différent.

15Sur les écarts historiques médiévaux sont ensuite venues se greffer des divergences dans les perspectives historiographiques, qui ont creusé le fossé. L’approche des fédérations médiévales, antérieures à l’État moderne, peine à faire abstraction de cette empreinte contemporaine. L’historiographie des ligues a colporté, et colporte parfois encore à son corps défendant, des jugements téléologiques.

  • 13 Voir Peter Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung : das Reich im späten Mittelal (...)
  • 14 Il serait également profitable de soumettre au doute critique l’idée qui consiste à faire des zone (...)
  • 15 D’après l’historiographie suisse officielle, aujourd’hui révisée par les spécialistes, le serment (...)

16La plupart des contributions ici rassemblées (G. Bischoff, L. Buchholzer, G. Naegle, O. Richard, R. Schmid, R. Ruch) participent avec vigueur à la déconstruction des mythes politiques étatiques auxquels les ligues et autres coopérations urbaines furent associées. Comme en fil rouge, revient plusieurs fois le schéma « centre/périphérie ». En période de construction de l’État moderne, les ligues seraient-elles un phénomène de marge ? Vues de France, à la fin du Moyen Âge, elles paraissent s’épanouir aux marges du pouvoir monarchique central et aux marges de l’espace national (Flandres, Empire, Royaume de Provence). Vues d’Allemagne, passé le temps des ligues de la mi- xiiie au premier xve s., venu celui de la gestaltete Verdichtung13, elles n’auraient finalement prospéré qu’en périphérie de l’Empire, dans l’État confédéré suisse. S’assurer de la validité scientifique d’un tel schéma demanderait des investigations plus systématiques qu’elles ne l’ont été par le passé et qu’elles ne peuvent l’être ici. D’autant plus que les ligues sont un peu semblables au phœnix qui renaît perpétuellement de ses cendres. Elles peuvent sembler se dissoudre, mais cela n’empêche guère un même noyau de partenaires de se rejoindre ensuite dans d’autres formes d’associations, simplement moins formelles ou non paritaires. Méfiance est donc de rigueur face aux trop beaux schémas14. C’est ce que nous apprend ici l’exemple du pays de ces « Messieurs des ligues ». L’historiographie suisse actuelle est en effet en train de balayer le mythe d’un État national né d’une ligue centrale, peu à peu étendue au pays. Il n’y a pas de voie directe qui aurait mené des ligues à l’État. Regula Schmid et Ralph Ruch rappellent de façon salutaire l’importance du travail de conceptualisation qui a accompagné la naissance d’une Confédération helvétique. Une mémoire, en écrits, en cartes, en symboles et en actes, qui reconfigure les faits médiévaux, est au travail dès la fin xve et au cours du xvie s. Elle bouleverse, puis fige, les hiérarchies entre cantons ou alliances antérieures. Elle proclame l’unité en armes de la ligue, là où il avait auparavant simple addition de contingents et d’alliances. Elle crée un noyau imaginaire (Kern), le serment du Rütli (théoriquement daté du 1er août 1291)15, ainsi qu’un centre en Innerschweiz autour duquel tout se serait aggloméré jusqu’à atteindre l’échelle de la patrie. Après la création de l’État fédéral (1848), les xixe -xxe siècles n’eurent plus qu’à parachever l’édifice en faisant du 1er août le jour de la Fête nationale (inventée en 1891) et en créant le Musée des chartes fédérales à Schwyz (1936). Par un tour de passe-passe, les ruptures décisives intervenues après la bataille de Sempach (1386), ou les divisions très fortes qui existèrent entre les Confédérés dans les années 1490 se trouvent ainsi masquées. On a fini par prendre pour argent comptant les premières cartes de la Confédération qui représentaient un ensemble cohérent, unifié autour de son cœur en Suisse centrale. Le schéma trompeur d’une Suisse qui s’est constituée toute seule au fil des siècles vient avantageusement occulter l’embrouillamini des alliances médiévales, des jeux de forces complexes ouverts aux jeux d’influence européens (cf. R. Ruch).

Ligues et espaces régionaux

17Outre « l’espace national », ce sont aussi les espaces régionaux que le questionnaire initial avait en ligne de mire. Dans l’historiographie des ligues, on l’a dit, l’approche monographique régionale a été jusqu’à présent prépondérante. En quoi cette échelle d’investigation est-elle appelée par l’objet même d’étude ? Quel est le poids des structures administratives et universitaires contemporaines sur une telle délimitation de l’espace des ligues ? En Allemagne, ce sont les chaires d’histoire régionale (Landesgeschichte/Regionalgeschichte) et leurs détenteurs qui animent en large part l’histoire des ligues médiévales. En France, ce sont désormais les promoteurs politiques des associations intercommunales qui s’emparent de la thématique. Ne se créerait-on pas là une légitimité à bon compte ?

  • 16 Voir la contribution d’Olivier Richard, infra, qui appelle de ses vœux une comparaison avec les vi (...)
  • 17 Voir à ce sujet, Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter…, op. cit., p. 239 ; (...)

18Le dossier rassemblé à ce sujet, il faut l’avouer, n’a pas comblé toutes les espérances. Les espaces régionaux couverts n’apportent pas les ouvertures escomptées sur les ligues du nord ou de l’est de l’Empire, réduisant du même coup les possibilités de comparaison16. Les articles se focalisent en définitive sur les espaces traditionnellement vus comme des régions de ligues (sud de l’Allemagne, Alsace, Suisse), des terres où les villes libres et impériales sont présentes en nombre. Il faudra donc remettre à plus tard la mise à l’épreuve du vieux schéma Nord/Sud, qui semble occulter un peu vite les nombreuses alliances urbaines activées à l’ombre de la Hanse en Saxe, en Thuringe17.

  • 18 Ni vraiment de France, ni vraiment d’Allemagne, mais d’Alsace. Voir Georges Bischoff, La guerre de (...)

19Qu’importe, le champ d’investigation finalement envisagé révèle une reprise prometteuse de la réflexion historique sur des terrains anciennement défrichés. L’aperçu a aussi l’avantage de la cohérence ; il fournit, avec l’Alsace, une sorte de cas d’école. Les articles de Bettina Fürderer, Georges Bischoffet Olivier Richard démontent ainsi pas à pas l’idée d’une région alsacienne à l’individualité forte18, fondée sur l’union de ses villes (d’Empire), en particulier sur la Décapole. Avec elle, en 1354, « le peuple d’Alsace, représenté par ses villes, esquissait une unité du pays », claironnait en 1918 Louis Batiffol, le chantre des Républiques alsaciennes. Par sa stabilité et sa durée, la Décapole aurait contribué à faire l’Alsace, peut-on lire ici et là dans des ouvrages de bon aloi. Au petit jeu de l’histoire régressive, comme le montre Olivier Richard, cette lecture régionaliste de la ligue ne résiste pourtant pas à l’examen scientifique. La Décapole, entendue comme un « concentré d’Alsace », fer de lance du combat pour les libertés, est en soi une invention qui ne remonte pas au-delà de 1825. Comme dans le cas de la Confédération helvétique, on a glorifié son acte de fondation (1354), essentialisé son existence (la Décapole en lieu et place des « villes impériales relevant de la préfecture impériale de Haguenau »), bref, créé un mythe fondateur alsacien. Il a fallu pour cela gauchir un peu les traits : la ligue médiévale, aux partenaires mouvants, pas toujours au nombre de dix, s’est vue octroyer une stabilité commode. Ainsi transfigurée, alors même qu’elle n’avait jamais fait les riches heures de l’historiographie médiévale, elle demeure fort bienvenue dans l’argumentaire des villes, des syndicats intercommunaux, voire des sociétés d’histoire locale. Il n’empêche, il ne s’agit pas de jeter le bébé avec l’eau du bain. Les alliances interurbaines, mixtes ou paritaires, ont pu, entre autres, contribuer à la construction d’un ‘pays’ d’Alsace. Georges Bischoff analyse cette genèse par à-coups entre le Moyen Âge et le xviie siècle. Dans une zone marquée par une extrême hétérogénéité des forces politiques, la Landschaft est un assemblage qui émane petit à petit de multiples cadres de concertation (le château, la seigneurie, le voisinage, les villes), relayés à plus petite échelle par des ‘paix provinciales’(Landfrieden), voire des unions de villes ou des associations techniques. Dans les territoires princiers tels les pays antérieurs autrichiens, les ‘états provinciaux’(Landstände) marquent l’émergence d’une conscience d’appartenance commune. C’est néanmoins par la nécessité de défense, face aux insurgés paysans, face à la menace bourguignonne, puis aux attaques venues de Lorraine que paraît s’unifier l’espace alsacien. Les Landesrettungen, proclamant la coalition de toutes les autorités (Alle Oberkeiten), réalisent une intégration militaire du ‘pays’. Par leurs contingents, elles créent une frontière, vosgienne d’une part, rhénane de l’autre.

20À l’image de ce cas d’école, en d’autres régions, le ‘patriotisme’local, et le travail dans le cadre de la Landesgeschichte ont sans aucun doute emprisonné artificiellement l’histoire des ligues médiévales dans les limites du Land. L’entité régionale, finalité du processus politique, a dicté à rebours de l’histoire sa vision des fédérations. Ce seul fait devrait conduire à rouvrir bien des dossiers que l’on croyait classés. Il faudrait aussi partir en quête de toutes ces ligues médiévales de moindre ampleur, qui n’eurent pas droit aux mêmes égards que leurs homologues plus étendues, question d’échelle oblige. À l’autre extrémité de l’échelle, mais pour les mêmes raisons, une synthèse sur les ligues dans l’Ancien Empire reste à écrire.

21Mise à l’épreuve de l’analyse critique, la Décapole, on l’a vu, doit être réduite à la portion congrue dans la production d’un espace régional. Si l’on élargit ce résultat, est-ce à dire que les alliances urbaines dans leur ensemble, en Oberrhein ou ailleurs, ne furent guère productrices d’espace ? Quel était leur cadre spatial d’action ? Comment investissaient-elles le terrain ?

Le terrain des ligues

  • 19 Odile Kammerer et Jean-Philippe Droux ont accepté, à notre demande, de se livrer à cet exercice in (...)

22Ces interrogations sont au centre du troisième grand champ d’investigation du volume. L’argumentaire initial proposait de chercher et identifier les constructions géopolitiques esquissées par les unions interurbaines, puis de saisir les usages et représentations de l’espace au sein des ligues. Ce qui avait pour corollaire une réflexion sur les outils dont disposent les historiens afin de mieux appréhender ces éventuelles constructions spatiales19.

  • 20 Citons pêle-mêle Henri Lefebvre, Jacques Lévy, Marcel Roncayolo, Martina Löw, que l’on retrouvera (...)
  • 21 Sur les divers sens du « territoire », voir l’approche des géographes, Fabrice Ripoll et Vincent V (...)
  • 22 Par cette réflexion, le présent ouvrage s’inscrit en filiation avec la réflexion sur l’espace mené (...)

23Les contributions ont répondu à ce cahier des charges en usant de concepts polysémiques, car empruntés à divers théoriciens de l’espace20 ou induits par une utilisation empirique. Les notions de territoire, de réseaux, d’espace continu ou discontinuité y revinrent en force, avec une grande hétérogénéité de sens21. Mais les usages des termes ont beau être parfois contradictoires et polémiques, l’analyse commune de l’espace produit, vécu ou perçu par les ligues procède au fond d’une broderie sur le même thème : les ligues urbaines purent-elles, surent-elles, faire de leurs réseaux un territoire22 ?

  • 23 Territoire est alors entendu comme antinomique au réseau. Il désigne un espace caractérisé par la (...)
  • 24 Cette définition est reprise à Xavier Piolle, un géographe qui s’est intéressé non seulement au mo (...)

24En soi, les ligues ou alliances tiennent non du territoire23 mais du réseau, « système de relation établi en général à partir d’une activité commune, spécialisé, sans référence à la contiguïté géographique »24. Le réseau forme un assemblage social, qui pourrait à l’extrême s’affranchir complètement du spatial. Il fonctionne en tout cas selon un mode non cloisonné et potentiellement extensif. La toile des ligues urbaines médiévales parvint ainsi à se tisser à petite échelle, sur des centaines de kilomètres quand s’épanouirent la ligue urbaine rhénane (1254) ou encore l’union des ligues urbaines souabe et rhénane (1381-1389).

  • 25 Elles l’étaient peut-être justement en raison de leur fragilité prévisible.

25Ces réseaux dans la mesure où ils reposaient sur ceux des hommes, conseillers, secrétaires municipaux et autres représentants des villes (voir la contribution de Bastian Walter), n’en étaient pas moins soumis à des contraintes techniques de déplacement et d’efficacité dans l’espace. N’oublions pas que les « distances » étaient « parcourues à pied et à cheval » (cf. Odile Kammerer). Des observateurs avisés ont plusieurs fois souligné que les unions les plus étendues, bien que proclamées éternelles25, furent aussi les moins durables. Stefanie Rüther, Georges Bischoff, Bettina Fürderer notent tous l’existence d’un argumentaire consistant à se désengager des ligues au nom de l’éloignement. Strasbourg se désinvestit des paix rhénanes septentrionales pour ne pas être impliquée dans des conflits loin de ses bases. Mulhouse avance le même motif pour sortir de la Décapole et s’en aller rejoindre d’autres alliés, les Confédérés, en 1515. Approchée par la Ligue Souabe en 1488, Sélestat décline l’offre en évoquant les distances trop longues et les charges déjà trop lourdes. L’argument porte souvent ses fruits, et mène au resserrement des alliances. Il ne faudrait cependant pas se laisser abuser par ces discours. Même bien réelles, les contraintes de distances étaient surmontables quand la volonté ou la nécessité de « faire ensemble » étaient là, quand les bénéfices escomptés l’emportaient sur les frais. Ainsi, entre Bâle et Strasbourg, guidées par des intérêts tant politiques que commerciaux, alliées de longue date, la contrainte de la distance était une donnée que l’on parvenait à dépasser.

26Les ligues urbaines ont le propre de fédérer des villes, qui sont non seulement des ensembles sociaux (ou leurs représentants), mais aussi des lieux. L’intercommunalité s’accroche donc à l’espace sous la forme d’un archipel. « Chaque ligue est toujours déterminée géographiquement », note Ralph Ruch. On peut alors se demander comment de tels archipels s’agençaient spatialement.

27À nouveau, l’Oberrhein fournit une étude de cas intéressante (cf. articles de Bettina Fürderer, Odile Kammerer, Olivier Richard). Là, une fois levée l’idée fausse d’une ligue bornée à l’échelle d’une région, l’historien met au jour une pluralité de systèmes d’alliances. Partant du cas de Strasbourg, Bettina Fürderer souligne l’existence de réseaux multiples, aux configurations variables selon le contexte politique local ou impérial. Les unions de paix (Landfrieden), associations mixtes avec d’autres forces politiques, n’excluaient pas la tenue d’alliances parallèles strictement urbaines. Odile Kammerer complète l’aperçu à l’échelle de l’Oberrhein dans la seconde moitié du xive siècle (voir sa carte 1). L’implication cumulée des villes dans les alliances (« villes-actrices ») fait ressortir l’activisme extrême de Strasbourg (qui n’est pourtant pas dans la Décapole !) et de Bâle, puis de Fribourg, Colmar, Sélestat, Brisach, Haguenau, etc. Où l’on voit que les alliances concernent des localités de toute importance, de statut aussi bien impérial que seigneurial. Où l’on constate que les archipels ne tiennent aucun compte du Rhin, mais ne passent pas la ligne de crête des Vosges…

28Ces réseaux pouvaient s’interconnecter jusqu’à former un archipel tendu entre Francfort et la Suisse actuelle. Mais l’Oberrhein n’était pas unifié par ses ligues : une certaine partition entre nord et sud se maintient, perceptible par exemple dans les Landfrieden du xive siècle (cf. Bettina Fürderer), dans le dualisme Décapole/Basse-Union de la fin xve s., ou encore dans les lieux d’assemblées des états au xvie siècle (G. Bischoff).

  • 26 Ce que confirme aussi Stefanie Rüther dans son étude de la ligue urbaine souabe durant la première (...)

29Une chose est sûre et répétée par les contributeurs : les dispositifs d’alliances médiévaux n’ont pas été nécessairement portés sur les fonts baptismaux de la proximité26. Ainsi, parmi les alliances les plus durables et les plus denses, ressort une triade qui couvre toute la longueur de l’Oberrhein, Strasbourg-Fribourg-Bâle. Puisqu’elles ne résultent pas ici du voisinage, les ligues reposaient sur d’autres solidarités. Comme y invite Bastian Walter, afin de mieux comprendre l’espace des ligues, il faut aussi prendre en compte une géographie de l’informel, la toile des réseaux marchands et les liens d’interconnaissance des agents municipaux (conseillers, secrétaires municipaux).

  • 27 En d’autres régions, notamment en Franconie, un schéma similaire semble avoir présidé aux alliance (...)
  • 28 Réflexion empruntée à Xavier Piolle dans « Proximité géographique et lien social, de nouvelles for (...)

30Il s’agit aussi de ne pas oublier le poids que pouvaient avoir des cadres administratifs préexistants : les limites de diocèses purent servir de bornes aux territoires pacifiés par des Landfrieden. Les bailliages impériaux, créés du temps de Rodolphe de Habsbourg, forment d’autres cadres de référence durables. Bon gré, mal gré, la Décapole fut et resta l’union de villes impériales ressortissant de la même Reichslandvogtei27. Reste qu’il faut se garder de tout déterminisme et considérer la propriété légitimante « facile » qu’avaient de telles structures administratives. En s’accrochant à ces références, en actes et en discours, le « faire ensemble » bénéficiait de l’aptitude des espaces administratifs à porter l’histoire du groupe28. Songeons combien il pouvait être salvateur de rester dans les bornes de la Reichslandvogtei et de s’en réclamer quand guettait constamment la perspective de voir les unions urbaines déclarées illicites par rois et princes. Le procédé de légitimation des réseaux de villes par des cadres géopolitiques anciens est chose courante aujourd’hui ; on l’a vu pour la Décapole, « premier syndicat intercommunal de la région ? ». Pourquoi le serait-il moins hier ? En tout cas, Konrad Türst, médecin et géographe de la fin du xve siècle, n’agit pas autrement en assimilant sur sa carte le cadre de la Confédération à l’espace de peuplement antique des Helvètes, des Tigurins et des Léopontins (cf. R. Ruch).

31Dans le rapport des ligues à l’espace, ce qui est en jeu est d’abord leur capacité à s’interconnecter et à faire preuve d’une certaine maîtrise de l’espace interstitiel. L’entreprise est a priori d’autant plus ardue que beaucoup des villes en jeu n’ont qu’un territoire en propre restreint, que ce sont des lieux séparés par la distance et l’intercalation de territoires princiers ou seigneuriaux. Il s’agit ainsi de voir comment un réseau de villes pouvait, autant que faire se peut, s’articuler au territoire et gérer sa discontinuité spatiale.

32Plusieurs communications (O. Kammerer, S. Rüther, G. Zeilinger, B. Walter, O. Richard) saluent la capacité des villes alliées à maîtriser l’espace dans lequel elles se déploient par les communications. Leur réseau se tisse par des assemblées, des échanges de missives, des demandes d’aides militaires. L’étude de temps de guerres – 1re et 2e guerre des villes pour S. Rüther et G. Zeilinger, guerres de Bourgogne pour B. Walter – montre combien les pouvoirs urbains surent s’adapter aux situations les plus extrêmes et maintenir les connexions interurbaines. Le volume des correspondances était décuplé, les espions envoyés par monts et par vaux, les modes de transmission modifiés pour faire face à l’interception des messagers (zedula inclusa, lettres codées ou réduites à un format minuscule).

33Il y avait bien sûr toujours des failles. B. Walter fait mention des difficultés du Conseil strasbourgeois à maîtriser les communications non officielles. S. Rüther souligne l’existence de maillons faibles dans les réseaux, à l’instar de Nördlingen, peu prompte à l’échange d’aide et d’information au sein de la ligue urbaine souabe des années 1377-1385.

34À l’inverse, le réseau de communication interurbain présente des points névralgiques, des nœuds. Lesquels émergent moins en vertu d’équilibres géographiques ou de considérations de distance que pour des raisons de politique, d’honneur et de rang. Ulm s’affirma ainsi comme le centre politique de la ligue urbaine souabe et de sa communication dès le xive siècle ; plus à l’est, Nuremberg avait un rôle de Nachrichtenzentrum sans pareil au xve siècle. Les informations allaient en priorité à ces lieux, qui les renvoyaient au besoin à d’autres nœuds secondaires. Dans la Décapole, c’est Haguenau qui occupait de telles fonctions, distribuant les missives en seconde instance à Colmar, après un passage de relais via Obernai et Sélestat.

35Un tel étagement de la communication formait une garantie, même en temps de guerre. Il facilitait aussi le don et contre-don d’informations, nécessaire à la cohésion sociale des ligues.

36Les réseaux créés et entretenus par la communication, confortés par les alliances, eurent parfois à manifester leur existence et leur efficience vis-à-vis de l’extérieur, c’est-à-dire sur le sol des territoires princiers et seigneuriaux. S. Rüther démonte les mécanismes d’un tel marquage symbolique de l’espace par la violence. La guerre passait en effet par l’affirmation de sa présence sur le territoire adverse, via les pillages, dévastations, sièges et incendies. L’objectif était d’atteindre symboliquement et matériellement l’ennemi. Mais au-delà de cela, les ligues urbaines avaient ainsi l’occasion de manifester concrètement leur capacité à s’interconnecter. Les flux invisibles qui unissaient les localités devenaient alors visibles au travers même des territoires intercalaires. Il semble de même que l’expérience commune des armes a été partout révélatrice du degré de solidarité des ligues.

37On notera que l’occasion ne faisait pas toujours le larron : la capacité des ligues à se matérialiser semble avoir été fluctuante. G. Bischoff souligne ainsi l’inefficacité de premiers états d’Alsace face aux performances communes des paysans insurgés. En Souabe, les membres de la ligue urbaine souabe paraissent en mesure de marquer efficacement les territoires princiers ennemis lors de la Première guerre des villes (S. Rüther). Mais faute de moyens, de coordination militaire et de volonté, les mêmes acteurs n’obtiennent pas le même résultat soixante-dix ans plus tard. Dans l’intervalle, les princes ont, il est vrai, accru la maîtrise de leur propre territoire et amélioré le commandement militaire (G. Zeilinger).

38Autre bémol, signalé par S. Rüther. Peut-être l’empreinte des ligues sur « le pays » n’était-elle pas si lisible que cela. Car l’état de guerre menait à l’émergence d’espaces sociaux complexes. Il n’y avait pas d’un côté les possessions et sujets des villes liguées que l’on cherchait à protéger, et de l’autre les territoires princiers à dévaster. Il faut plutôt envisager des gradations selon le degré de protection octroyé de part et d’autre aux sujets, de même que des trouées temporaires dévolues à la paix, le temps de négociations.

39Le territoire des ligues serait-il alors un objet d’étude introuvable ?

  • 29 Les princes étaient généralement majoritaires dans les comités qui régissaient les paix et leur mi (...)
  • 30 Voir aussi sur ce point B. Fürderer au sujet des Landfrieden.

40Il est rare assurément, si l’on cherche un « espace plein ou homogène […] dont on peut faire le tour » (O. Kammerer). Dans la typologie des ligues selon leurs objectifs établie par O. Kammerer, seules 2 % des alliances de l’Oberrhein (1302-1389) font référence à un territoire défini, à un secteur d’exercice. « Trop peu d’actes précisent les contours d’un espace dans lequel s’applique l’autorité d’une ligue ». Encore s’agit-il sans doute pour l’essentiel des territoires définis dans le cadre des Landfrieden. Aussi, la définition d’un espace de paix borné, superposé aux espaces de souveraineté des signataires, y relevait davantage de princes que de villes29. Quelques mécanismes président à la définition d’un tel espace, qui reste relativement stable dans l’Oberrhein : la délimitation dépend parfois d’une géographie historique (limites de diocèses et de comtés), mais passe surtout par des repères géographiques (crêtes des montagnes, passages du Rhin)30.

41L’exemple suisse renvoie un même constat mitigé sur l’existence d’un territoire des ligues (R. Schmid, R. Ruch). Il faut au fond attendre l’émergence d’une pensée topographique, après la mi- xve siècle, pour que la Confédération soit envisagée dans un cadre spatial, celui des pays dominés par les cantons confédérés. Se développe alors le mythe d’une communauté s’épanouissant en lieux clos et homogènes, fermés de clefs, de portes et de montagnes. En amont, l’espace des ligues n’est pourtant pas totalement absent, il existe dans le fonctionnement politique et juridique, remarque R. Schmid. Ainsi, si, aux xive -xve s., la symbolique des ligues préfère figurer des liens sociaux, le territoire commun, la patrie, a pu être sémiotiquement construit dans un premier temps par la définition de cercles de bannissement, puis dans un second temps, par l’iconographie des chroniques ou le langage des cartes, ce malgré les discontinuités et déchirement internes (R. Ruch).

  • 31 Notion et définition livrées par Xavier Piolle, « Proximité géographique… », op. cit. Il reprend l (...)

42Peut-être faudrait-il finalement penser l’espace produit et perçu par les fédérations urbaines médiévales sur le mode du « territoire discontinu », c’est-à-dire d’une construction spatiale, qui, en dépit de sa formation en archipel et de sa discontinuité, serait « étroitement associée à l’identité et à la structure du groupe, porteur d’une relation globale »31.

43En dehors même des hiérarchies et modes de fonctionnement induits par les réseaux de communication interurbains, les fédérations établissaient de fait leurs propres hiérarchies entre localités. Il incombe à l’historien de les rechercher, à plus fort titre qu’elles n’étaient pas immuables. En Suisse, le Convenant de Stans fixe les règles du jeu, bientôt reprises dans la couronne des blasons (Wappenkranz) ou figurées sur les cartes de K. Türst : d’abord les membres de la ligue, Zurich et Berne en tête, puis les Zugewandte Orte, et enfin les zones sujettes. Dans la ligue urbaine souabe renouvelée en 1377, Esslingen, devenue un lieu stratégique pour l’union face aux comtes de Wurtemberg, se voit propulsée à la troisième place derrière Ulm et Constance.

44Une telle observation fine des rangs dans les fédérations serait à mener systématiquement d’une ligue à l’autre. Elle demanderait par exemple à être approfondie pour l’Oberrhein.

45Dans tous les cas, sans doute serait-il nécessaire de confronter, plus systématiquement que cela n’a pu être fait ici, les hiérarchies spatiales au fonctionnement des réseaux urbains locaux. L’activisme de Strasbourg en matière d’intercommunalité, le maintien d’un réseau propre aux villes de la Décapole, peuvent-ils se comprendre sans considérer un système urbain régional, dominé par Strasbourg et Bâle ?

  • 32 Cf. Alain Degenne, Michal Forsé, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Pari (...)

46La structuration d’un territoire discontinu propre aux ligues passe aussi par l’existence de noyaux durs de coopération. Noyaux ô combien difficiles à exhumer dans l’entrelacs mouvant des ligues. Si ce n’est en raisonnant sur le long terme, par accumulation, en prêtant attention à la sémantique de l’affinité, en s’aidant de la cartographie – et peut-être, ce qui reste à tenter, des logiciels d’analyse de réseaux32.

  • 33 Outre leur raison d’être pragmatique au sein des ligues les plus étendues, les sous-sections des l (...)
  • 34 Voilà sans doute ce qui a pu induire une appropriation régionaliste des ligues urbaines. C’est une (...)

47L’archipel des villes alliées produisait en outre ses propres subdivisions, les quartiers (Viertel), attestés par exemple dans la Ligue urbaine souabe vers 1380. En dépit de l’appellation, il s’agissait là encore, non de territoires continus, mais de réseaux ancrés dans l’espace, « d’entrelacs étroits de liaisons à l’intérieur d’un plus grand réseau » (S. Rüther). Selon les clauses d’alliances, leurs membres se devaient une communication et une aide plus rapide, plus dense, peut-être aussi plus systématique33. Lorsque de telles configurations spécifiques se prorogèrent, elles purent présider à l’émergence timide d’un sentiment d’appartenance commun articulé à l’espace. S. Rüther en trouve des preuves discrètes lorsque la ligue urbaine souabe et la ligue rhénane se mirent à travailler ensemble. Cette conscience commune, absente de l’acte d’alliance initial, semble surgir d’un vécu, amenant finalement à dissocier les « villes en Souabe » et de celles « vers le Rhin »34.

  • 35 Cette opération procèderait donc du « spacing », tel que le définit Martina Löw : « l’espace se co (...)

48Reste que pour prendre toute sa dimension, le « territoire discontinu » des ligues requiert probablement autre chose qu’une référence quasi incantatoire à un « land », non borné, si insaisissable que personne ne sait vraiment ce qu’il désigne. Un des prolongements possibles de l’enquête pourrait en ce sens résider dans une meilleure prise en compte des lieux : lieux-repères, lieux de rencontres, lieux d’assemblées… Y avait-il au fond dans ces ligues des lieux auxquels venait s’arrimer le « faire ensemble » ou « l’être ensemble »35 ? Se contentait-on au contraire de « faire avec », en se bornant à choisir tel ou tel endroit pour des questions d’accès ou de contraintes techniques ? Les lieux importaient-ils si peu qu’on pouvait les modifier sans remettre profondément en cause le réseau social ?

  • 36 Cet angle de vue est celui que se propose de suivre en partie un colloque organisé par Regula Schm (...)

49L’interrogation induit une réflexion sur d’éventuels lieux de mémoire des ligues. S. Rüther suggère que les localités liguées lors de la 1re guerre des villes ne se forgèrent pas un souvenir commun ; O. Richard fait le même constat en cherchant une introuvable historiographie de la Décapole. L’examen des ligues sous cet angle n’en est cependant encore qu’à ses balbutiements, au moins dans l’historiographie allemande et française. Il conviendrait de chercher davantage et plus systématiquement : commémorations de batailles, messes communes, inscriptions, poèmes politiques, cérémonies communes de prestation de serments, politiques d’archivage des actes… Tels seraient les champs d’investigation à suivre, en accordant sans doute une attention particulière aux élites municipales actrices des constructions intercommunales36.

50Les contributions du présent ouvrage convergent finalement vers un même constat. Les ligues produisirent des espaces, mais ils furent des territoires discontinus, peu matérialisés, peut-être incomplets, faute d’un investissement affectif commun des lieux. La forte dimension spatiale et nationale que leur ont prêtée les historiographies contemporaines semble surtout un effet rétrospectif. Au Moyen Âge, le lien social prime sur le spatial : le réaffirmer avec force n’est pas un des moindres bénéfices de ce volume.

  • 37 Voir en particulier l’article de Georges Bischoff, infra.

51En France, en Allemagne, comme en Suisse, l’histoire des fédérations urbaines en est indéniablement à un tournant. Sous le double coup d’une lecture des ligues comme système de relations et de communications, l’aboutissement logique du processus est la mise à l’épreuve de l’approche institutionnalisée des ligues. Le présent volume a voulu contribuer à sa façon à l’élaboration d’une nouvelle grille d’analyse commune, qui dépasserait des frontières régionales et nationales, non pertinentes au temps des ligues médiévales. L’espace paraît en ce sens une catégorie opératoire. Prêter attention aux désignations spatiales maniées par les fédérations urbaines, tenter de cartographier des ligues sur le temps long n’est jamais inutile… À nous de trouver d’autres catégories d’approches qui permettraient la synthèse et la comparaison. Il en est une qui s’ouvre déjà à nous, car, intimement liée à l’espace : le temps des ligues37.

Notes

1 Harro Blezinger, Der Schwäbische Städtebund in den Jahren 1438-1445, Stuttgart, Kohlhammer, 1954, p. 11.

2 On a l’habitude en France de traduire le terme par « ligues urbaines », mais la notion de « fédérations urbaines » paraît beaucoup plus proche de l’outillage conceptuel allemand. Dans la langue allemande, c’est le même radical – Bund, qui se prête à l’évocation des associations urbaines et à la désignation d’un État fédéral (Bundesstaat). Cela n’est pas neutre : la langue allemande suggère une filiation entre les anciennes associations médiévales et l’État contemporain. Bien qu’employée systématiquement en France, l’expression de « ligues urbaines » est aussi trompeuse dans la mesure où beaucoup des alliances comptées parmi les grandes « ligues urbaines » ont intégré dans leurs rangs des princes ecclésiastiques et laïques. Malgré ces réserves, l’expression « ligue urbaine » étant consacrée par l’usage, on continuera à l’employer ici, aux côtés d’autres désignations : « fédérations », « unions »…

3 Pour un premier aperçu global des ligues, voir Pierre Monnet, « Communes et ligues urbaines », dans Élisabeth Décultot, Michel Espagne, Jacques Le Rider (sous la direction de), Dictionnaire du monde germanique, Paris, Bayard, 2007, p. 205 et s. ; Eberhard Isenmann, Die deutsche Stadt im Spätmittelalter : 1250-1500, Stuttgart, UTB, 1988 ; Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter. Eine rechtshistorische Untersuchung zu Begriff, Verfassung und Funktion, Frankfurt am Main, Vittorio Kloestermann, 2006 ; Friedrich-Bernward Fahlbusch, article « Städtebund » dans Lexikon des Mittelalters, tome VIII, col. 18 ; Karl Heinz Burmeister retient une définition large des alliances urbaines (Städtebünde) qui englobe aussi bien des accords de réciprocité déjà attestés au xiie siècle que des ligues militantes comme les ligues lombardes. Cf. Karl Heinz Burmeister, article « Alliances urbaines », dans Dictionnaire historique de la Suisse, Berne, 10/12/2002 : http://wwww.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F26420.php (16.07.2010). Notons que les historiens français qui se sont penchés sur le sujet ont tendance à distinguer les alliances et les ligues, les secondes – plus institutionnalisées – prenant le relais des premières. Outre Pierre Monnet, « Communes et ligues urbaines », op. cit., voir Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire : Pouvoirs, terroires et villes de l’Oberrhein. 1250-1350, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

4 Cf. Karl Heinz Burmeister, « Alliances urbaines », op. cit. Les passages soulignés sont de mon fait.

5 Konrad Ruser (Hg.), Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jahrhundert bis 1549, 3 vol., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1979-2005.

6 La nature de la Hanse est au centre d’abondantes discussions que cette contribution ne saurait reproduire ici. Sur le fond, deux conceptions s’opposent : celle d’une Hanse assimilable à une fédération de villes dont les marchands partageaient des privilèges commerciaux communs à l’étranger, versus celle d’une union d’intérêts dont le seul but est la garantie du commerce et de l’activité d’une fraction seulement des populations urbaines. C’est cette seconde interprétation qui semble aujourd’hui l’emporter. Voir l’utile mise au point établie par Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter…, op. cit., 53-68. En français, Philippe Dollinger, La Hanse (xiie- xviie s.), Paris, Aubier Montaigne, 1964 ; Volker Henn, Jörgen Bracker, Rainer Postel (Hg.), Die Hanse, Lebenswirklichkeit und Mythos, Textband zur Hamburger Hanse-Ausstellung von 1989, Lübeck,21998 ; Volker Henn, « Städtebünde und regionale Identitäten im hansischen Raum », dans Peter Moraw (Hg.), Regionale Identitäten und soziale Gruppen im deutschen Mittelalter, Berlin, Duncker & Humblot, 1992, p. 41-64 ; Evamaria Engel, « Städtebünde im Reich von 1226 bis 1314 – eine vergleichende Betrachtung », dans Konrad Fritze, Eckhard Müller-Mertens, Johannes Schildhauer (Hg.), Hansische Studien III. Bürgertum-Handelskapital-Städtebünde, Weimar, Böhlau, 1975, p. 177-209.

7 La première ligue lombarde, qui unit 14 villes à l’initiative de Milan entre sur la scène politique le 1er décembre 1167. Cette « concordia civitatum » se dressait contre la législation impériale de Roncaglia (1158) qui réaffirmait les droits régaliens en Italie, y compris dans les villes qui en disposaient jusque-là sans privilège expresse. Une « seconde ligue lombarde » vit le jour en mars 1226 entre Milan, Bologne, Brescia, Mantoue, Padoue, Vicenza et Trévise, en réponse à la politique impériale de Frédéric II. Les premières attestations de ligues urbaines au nord des Alpes datent de la même époque. Cf. Gerhard Dilcher, Die Entstehung der lombardischen Stadtkommune. Eine rechtsgeschichtliche Untersuchung, Aalen, 1967 ; Gina Fasoli, « La Lega Lombarda – Antecedenti, formazione, struttura » dans Theodor Mayer (Hg.), Probleme des 12. Jahrhunderts, Konstanz, Stuttgart (Vorträge und Forschungen 12), 1968 p. 143-160 ; Helmut Maurer (Hg.), Kommunale Bündnisse Oberitaliens und Oberdeutschlands im Vergleich, Sigmaringen (Vorträge und Forschungen 33), 1987 ; en particulier, l’article d’Alfred Haverkamp, « Der Konstanzer Friede zwischen Kaiser und Lombardenbund », p. 11-44, et celui de Ernst Voltmer, « Formen und Möglichkeiten städtischer Bündnispolitik in Oberitalien nach dem Konstanzer Friede : Der sogenannte Zweite Lombardenbund », p. 97-116 ; Giulio Vismara, « Struttura e istituzioni della prima Lega lombarda (1167-1183) », dans Relazioni e comunicazioni al XXXIII congresso storico subalpino, Alessandria, 1968, p. 293-332.

8 Sur la ligue du Rhin de 1254 et son devenir, voir Arno Buschmann, « Der Rheinische Bund von 1254-1257. Landfriede, Städte, Fürsten und Reichsverfassung im 13. Jahrhundert », dans Helmut Maurer, Kommunale Bündnisse..., op. cit., Sigmaringen, Thorbecke, 1987, p. 165-212 ; Martin Kaufhold, Deutsches Interregnum und europäische Politik. Konfliktlösungen und Entscheidungsstrukturen 1230-1280, Hannover, Hahn, 2000 ; Ernst Voltmer, « Der Rheinische Bund (1254-1256). Eine Forschungsaufgabe ? », dans Johannes Mötsch, Franz-Josef Heyen (Hg.), Propter culturam pacis… um des friedens willen. Der Rheinische Städtebund von 1254/1256. Katalog zur Landesausstellung in Worms 24. Mai bis 27. Juli 1986, Koblenz, 1986, p. 117-143 ; Gerold Bönnen, « Der Rheinische Bund von 1254/1256. Voraussetzungen, Wirkungsweise, Nachleben », dans Franz J. Felten (Hg.), Städtebünde-Städtetage im Wandel der Geschichte, Stuttgart, Steiner (Mainzer Vorträge 11), 2006, p. 13-35 ; Bernhard Kreutz, Städtebünde und Städtenetz am Mittelrhein im 13. und 14. Jahrhundert, Trier, Kliomedia, 2005. Voir dernièrement, les contributions de Knut Schulz, Thomas Schilp et Wilfried Ehbrecht, dans Werner Freitag, Peter Johanek (Hg.), Bünde-Städte-Gemeinden. Bilanz und Perspektiven der vergleichenden Landes-und Stadtgeschichte, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, 2009, p. 17-40, p. 41-62, p. 63-106.

9 Wilfried Ehbrecht, « Magdeburg im sächsischen Städtebund. Zur Erforschung städtischer Politik in Teilräumen der Hanse », dans idem, Konsens und Konflikt. Skizzen und Überlegungen zur älteren Verfassungsgeschichte deutscher Städte, Köln, Böhlau, 1981, p. 129-152 ; de même que « Hanse und spätmittelalter Bürgerkämpfe in niedersachsen und Westfalen », ibidem, p. 105-128, avec bibliographie complémentaire.

10 La littérature française sur les ligues urbaines est très pauvre. Voir L. Buchholzer, infra, pour un bilan historiographique comparé. On trouvera un petit développement sur les relations d’Avignon et de la ligue provençale, dans Nicolas Leroy, Une ville et son droit. Avignon du début du xiie siècle à 1251, Paris, De Boccard, 2008, p. 588-598. Voir aussi Thierry Pécout (sous la direction de), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans-Revel, Désiris, 2009, à propos des ‘amitiés’ nouées par Marseille.

11 Elle faisait suite à un appel à contributions en France et en Allemagne. Elle put se tenir grâce à l’aide financière de l’EA 3400 (Université Marc Bloch) et de la Mission Historique Française en Allemagne. Qu’elles en soient ici remerciées.

12 Voir Martina Stercken, Städte der Herrschaft. Kleinstadtgenese im habsburgischen Herrschaftsraum des 13. und 14. Jahrhunderts, Köln, Weimar, Wien, Böhlau, 2006, p. 85 et s.

13 Voir Peter Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung : das Reich im späten Mittelalter : 1250 bis 1490, Berlin : Propyläen-Verl., 1985 ; Bettina Braun, Die Eidgenossen, das Reich und das politische System Karls V, Konstanz, Univ. Diss. 1995, Berlin, Duncker & Humblot, 1997 ; Jean-Daniel Morerod et alii (sous la direction de), La Suisse occidentale et l’Empire : actes du colloque de Neuchâtel des 25-27 avril 2002, Lausanne : SHSR, Société d’Histoire de la Suisse Romande, 2004.

14 Il serait également profitable de soumettre au doute critique l’idée qui consiste à faire des zones aux pouvoirs politiques hétérogènes des espaces de ligues par excellence.

15 D’après l’historiographie suisse officielle, aujourd’hui révisée par les spécialistes, le serment du Rütli ou Grütli aurait été prêté sur une prairie au-dessus du lac des Quatre-Cantons, dans l’actuel canton d’Uri, le 1er août 1291. La tradition en a fait un acte de liberté, destiné à délivrer les cantons forestiers des exactions des Habsbourg. À y regarder de plus près, les représentants des cantons forestiers (Waldstätten) d’Uri, Schwyz et Unterwald y définissent une défense commune et des conditions nécessaires à la paix. Le « Pacte fédéral » prévoit le secours mutuel en cas d’attaque, une instance arbitrale commune en cas de différends internes. Il profère le refus des tribunaux extérieurs et la lutte contre les hommes nuisibles (criminels, incendiaires, voleurs). À ce titre, c’est un accord parmi des centaines d’autres.

16 Voir la contribution d’Olivier Richard, infra, qui appelle de ses vœux une comparaison avec les villes de l’Ortenau ou avec la ligue des six villes de Haute-Lusace. Le même souhait de comparaison est exprimé par Wilfried Ehbrecht, « Formen und Dauer regionaler Einungen zwischen Rhein und Küste – Zum Beispiel der Bund vom Upstalsboom », dans Werner Freitag, Peter Johanek (Hg.), Bünde-Städte-Gemeinden. Bilanz und Perspektiven der vergleichenden Landes-und Stadtgeschichte, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 2009, p. 63-106, ici p. 87.

17 Voir à ce sujet, Eva-Marie Distler, Städtebünde im deutschen Spätmittelalter…, op. cit., p. 239 ; Matthias Puhle (Hg.), Hanse-Städte-Bünde. Die sächsischen Städte zwischen Elbe und Weser um 1500 (Ausstellungskatalog), 2 vol., Magdeburg, 1996 ; Werner Mägdefrau, Der thüringer Städtebund im Mittelalter, Weimar, Böhlau, 1977.

18 Ni vraiment de France, ni vraiment d’Allemagne, mais d’Alsace. Voir Georges Bischoff, La guerre des Paysans. L’Alsace et la révolution du Bundschuh, 1493-1525, Strasbourg, La Nuée Bleue, p. 51-52 : « Les historiens ont longuement disserté sur ces villes d’Empire auréolées de diplômes – Frédéric Barberousse, Rodolphe Ier, etc – et de libertés, et ils leur ont accordé une mission anticipatrice : prouver l’Alsace par une identité commune (en laissant de côté les villes de la rive droite, dont certaines, comme Fribourg, s’étaient données à des princes). Ils ont inventé la fédération des dix villes alsaciennes née en 1354 et dissoute dans la nuit du 4 août 1789. »

19 Odile Kammerer et Jean-Philippe Droux ont accepté, à notre demande, de se livrer à cet exercice inédit. Voir infra. Olivier Richard et moi-même les en remercions vivement.

20 Citons pêle-mêle Henri Lefebvre, Jacques Lévy, Marcel Roncayolo, Martina Löw, que l’on retrouvera tout au long du volume…

21 Sur les divers sens du « territoire », voir l’approche des géographes, Fabrice Ripoll et Vincent Veschambre, « Le territoire des géographes. Quelques points de repère sur ses usages contemporains », dans Benoît Cursente et Mireille Mousnier (sous la direction de), Les territoires du médiéviste, Rennes, 2005 ; Jacques Lévy, B. Debarbieux, « Territoire », dans Jacques Lévy et Michel Lussault (sous la direction de), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, 2003, p. 909-912 ; B. Debardieux, « Le lieu, le territoire et trois figures rhétoriques », L’espace géographique, no 2, 1995, p. 97-112.

22 Par cette réflexion, le présent ouvrage s’inscrit en filiation avec la réflexion sur l’espace menée au début des années 2000 par l’EA 3400. Voir en particulier sous la direction de Christine Lebeau, L’espace du Saint-Empire, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2004.

23 Territoire est alors entendu comme antinomique au réseau. Il désigne un espace caractérisé par la continuité spatiale. Selon la définition de Daniel Nordman et Jacques Revel, il requiert aussi la clôture. Cf. Jacques Revel, André Burguière (sous la direction de), L’espace français, Paris, Le Seuil, 1989, p. 31.

24 Cette définition est reprise à Xavier Piolle, un géographe qui s’est intéressé non seulement au monde urbain, mais encore à l’intercommunalité. Voir « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L’espace géographique, no 4, 1991, p. 349-358.

25 Elles l’étaient peut-être justement en raison de leur fragilité prévisible.

26 Ce que confirme aussi Stefanie Rüther dans son étude de la ligue urbaine souabe durant la première guerre des villes. Voir infra.

27 En d’autres régions, notamment en Franconie, un schéma similaire semble avoir présidé aux alliances entre Nuremberg, Windsheim et Wissembourg. Au xive siècle, l’immédiateté des petites villes impériales y fut confiée à la bonne garde du siège de la Landvogtei qu’était Nuremberg, ce qui déboucha sur des alliances interurbaines prorogées jusqu’au xvie siècle. Voir Laurence Buchholzer-Remy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, Belin, 2006, notamment p. 117-118.

28 Réflexion empruntée à Xavier Piolle dans « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L’espace géographique, no 4, 1990-1991, p. 349-358, ici p. 357.

29 Les princes étaient généralement majoritaires dans les comités qui régissaient les paix et leur mise en œuvre. Voir Laurence Buchholzer, Une ville en ses réseaux…, op. cit., p. 101-103.

30 Voir aussi sur ce point B. Fürderer au sujet des Landfrieden.

31 Notion et définition livrées par Xavier Piolle, « Proximité géographique… », op. cit. Il reprend là la définition du territoire proposée par B. Debardieux dans Jacques Lévy, Michel Lussault (sous la direction de), Dictionnaire de la géographie …, op. cit., p. 910-912. Cette acception souligne combien le territoire est lié aux représentations, à la relation des sociétés à l’espace, au sentiment d’appartenance. Odile Kammerer manie une telle conception de l’espace des ligues dans son article : « L’espace a perdu sa forme cartésienne d’étendue neutre, abstraite (mais aisément cartographiable !) pour constituer un phénomène social qui s’incrit dans des lieux, points de repère des territoires traversés par l’action des acteurs sociaux. Les territoires des ligues correspondent à des faisceaux de rapports recherchés, choisis, entretenus dans la dynamique du déplacememt des messagers, de la circulation des informations, de la création de lieux communs, des actions futures. Les points de repère donnés dans les actes créent donc un espace hétéroclite qui correspond à des pratiques sociales spécifiques, variables, organisées selon la géographie des relations entre les villes partenaires ».

32 Cf. Alain Degenne, Michal Forsé, Les réseaux sociaux. Une approche structurale en sociologie, Paris, Armand Colin (collection U), 1994. Voir aussi les nombreux travaux de Claire Lemercier sur l’application de l’analyse de réseaux aux travaux historiques.

33 Outre leur raison d’être pragmatique au sein des ligues les plus étendues, les sous-sections des ligues revêtaient une dimension politique. Ils offraient par exemple à plusieurs petites villes en interconnexion étroite une certaine marge de liberté face aux villes les plus puissantes.

34 Voilà sans doute ce qui a pu induire une appropriation régionaliste des ligues urbaines. C’est une analogie trop rapide, car dans les textes médiévaux, les fédérations interurbaines ne font pas référence à l’appartenance bornée à un ‘pays’ : elles sont par exemple en Souabe, et non de Souabe.

35 Cette opération procèderait donc du « spacing », tel que le définit Martina Löw : « l’espace se constitue donc aussi par le biais du placement des biens sociaux et des hommes et du positionnement d’indicateurs symboliques destinés à caractériser les ensembles de biens et d’hommes comme tels (par exemple, des panneaux indiquant l’entrée et la sortie d’un lieu). Ce processus sera appelé spacing. Le spacing recouvre donc l’érection, la construction ou le positionnement […] C’est un positionnement en relation à d’autres placements ». Cf. Martina Löw, Silke Steets, Sergej Stoetzer, Einführung in die Stadt-und Raumsoziologie, Opladen, Barbara Budrich (UTB), 2007, p. 64.

36 Cet angle de vue est celui que se propose de suivre en partie un colloque organisé par Regula Schmid : « Träger, Ziele und Mittel politischer Bünde im Mittelalter », Fribourg (Suisse), 9-10 septembre 2010.

37 Voir en particulier l’article de Georges Bischoff, infra.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search