Version classiqueVersion mobile

Réseaux marchands et réseaux de commerce

 | 
Damien Coulon

Pérennisation et fin des réseaux marchands. Études de cas de la fin du Moyen Âge au xixe siècle

Genèse et fin des réseaux de commerce castillans dans l’Europe des xve et xvie siècles

Hilario Casado Alonso

Texte intégral

  • 1 Michael E. Porter, Competitive Strategie, New York, 1980. Michael E. Porter et Victor E. Millar, «  (...)

1La circulation de l’information joue aujourd’hui un rôle de plus en plus décisif pour la bonne gestion des entreprises et des organisations sociales. De surcroît, depuis la révolution de l’informatique et l’irruption d’Internet, les recherches les plus récentes en sociologie et en théorie économique de l’entreprise confirment bien l’importance de l’information pour garantir le succès commercial et le bon fonctionnement des réseaux sociaux. Par sa qualité, son abondance et sa fluidité, celle-ci se présente donc comme l’un des moyens les plus efficaces pour obtenir un avantage compétitif. En termes théoriques, il en résulte en effet une réduction des coûts de l’activité économique et des avantages compétitifs fournissant aux entreprises les moyens de surclasser leurs concurrents1.

2Bien évidemment, seule une partie de ces raisonnements peut être appliquée aux entreprises commerciales des xve et xvie siècles, pour lesquelles le fait de disposer d’informations concernant l’offre et la demande, les coûts de transport et les réglementations légales étaient comme aujourd’hui d’une importance vitale pour une bonne gestion commerciale. Mais comme aujourd’hui également, il était nécessaire d’obtenir des informations de qualité ; or, des incertitudes pesaient sur la rapidité de circulation des nouvelles, ainsi que sur leur véracité. À l’époque pré-industrielle, il était indispensable d’améliorer la fiabilité de l’information pour éviter des duperies, des fraudes et les procès qui pouvaient en résulter, et qui entraînaient une augmentation des coûts de transaction.

  • 2 Antony Molho et Diogo Ramada Curto (sous la dit.), « Réseaux marchands », Annales. Histoire, Scienc (...)

3Mais l’information ne circulait pas seulement de manière cloisonnée, dans le cadre limité de chacune des compagnies commerciales et financières de l’époque. Comme cela a été constaté depuis longtemps et souligné à nouveau récemment, les marchands opéraient la plupart du temps au sein de véritables réseaux commerciaux2.

  • 3 Frédéric Mauro, « Merchant Communities, 1350-1750 », in James D. Tracy (sous la dir.), The Rise of (...)
  • 4 Hilario Casado Alonso, El Triunfo de Mercurio. Lapresencia castellana en Europa en los siglos XV y (...)

4Différents individus se regroupaient en effet en fonction de leur origine, de leur langue, de leur religion etc., pour pouvoir disposer d’associés, de l’aide de parents ou d’amis dans les pays étrangers où ils faisaient habituellement leur négoce. Ceux-ci pouvaient ainsi servir d’agents ou d’intermédiaires avec les clients locaux, et ils apportaient en même temps une protection – juridique, sociale et religieuse – à tous ces marins ou marchands appartenant au réseau qui se trouvaient loin de leur terre natale. Tel fut le système déployé au Moyen-Âge en Europe par les commerçants de différentes villes italiennes, de la Hanse, etc. puis par les Arméniens, les Juifs, les Chinois, les Hindous, les Quakers, les Huguenots, etc., à d’autres époques de l’histoire universelle3. Or, les marchands castillans s’organisèrent également ainsi aux xve et xvie siècles4.

  • 5 Mark Casson, Information and Organization..., p. 117-145.
  • 6 Pierre Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du xvie siècle, Paris, 1948 (cahiers d (...)

5L’une des caractéristiques fonctionnelles des réseaux commerciaux consiste à faciliter la circulation de l’information5. Tout individu leur appartenant peut utiliser les mécanismes qui, de façon privée ou collective, ont été créés pour envoyer ou recevoir les informations nécessaires au bon fonctionnement des affaires. Celles-ci étaient essentiellement économiques : prix des marchandises, conjoncture des marchés, cours des monnaies et des changes, systèmes de poids et mesures, questions linguistiques, pratiques marchandes et financières, nouvelles relatives aux guerres et aux risques encourus sur les routes, dispositions légales... Toutes ces informations circulaient entre la métropole et les différentes colonies marchandes ou entre chacune des parties du réseau. La fluidité se trouvait parfois renforcée lorsque l’un de ces réseaux était doté d’une institution politique, privée ou publique, destinée à diriger et à coordonner tous ses composants ; l’une de ses attributions consistant à organiser le courrier. Il en résultait une économie considérable des coûts des activités individuelles, grâce l’appui que prêtait collectivement le réseau commercial6.

I. Les colonies commerciales castillanes en Europe aux xve et xvie siècles

  • 7 Hilario Casado Alonso, El Triunfo de Mercurio... Hilario Casado Alonso, « Las colonias de mercadere (...)

6Les diverses communautés de marchands établies dans différentes villes européennes pendant les xive, xve et xvie siècles constituent un sujet fréquemment abordé dans l’historiographie. On cite souvent celles de Gênes, de Florence, de Venise et de la Hanse ; cependant, le cas de celles qui furent créées par les Castillans n’a été abordé que de façon marginale et pourtant, elles ont joué un rôle décisif pendant ces siècles, spécialement au cours du dernier7.

7Nous assistons à la naissance de communautés de marchands castillans en différents points de l’Europe, tout au long du Moyen-Âge, au fur et à mesure que se développe le commerce international de la Castille. Bien qu’au xiie siècle nous puissions déjà trouver quelques manifestations discrètes d’échanges extérieurs de la Couronne castillane le long de la côte atlantique, ce n’est qu’au siècle suivant que l’on peut parler plus précisément d’une présence continue et stable de commerçants originaires de Castille dans certaines villes européennes.

8Il en résulte qu’aussi bien des marins que des marchands castillans apparaissent de plus en plus fréquemment dans de nombreux ports importants de l’époque. Cependant, ces établissements du xiiie siècle restent isolés, sans qu’on puisse parler à leur sujet de colonies permanentes et stables. La crise du Bas Moyen-Âge qui, au xive siècle, touche une grande partie des royaumes européens paralyse les échanges commerciaux sur le continent et par conséquent, le départ des marchands et l’installation de colonies commerciales. Mais le terme rapide de ces difficultés en Castille entraîne de nouveau, dès la fin du xive siècle et spécialement dès 1425-1430, la croissance des échanges entre l’Espagne et le reste de l’Europe, avec pour conséquence, la présence plus active de marins et commerçants castillans sur les différentes routes et dans les ports.

9C’est dans ce contexte que fut établie une nouvelle institution juridique et économique : celle des consuls de Castille. Il s’agissait de magistrats qui assuraient la représentation de toute la communauté de Castillans, résidant dans certaines villes ou territoires, et étaient chargés de veiller et de défendre les intérêts de cette collectivité auprès des autorités locales ou des autres marchands. Dans le même temps, ils devaient veiller à l’harmonie interne des communautés castillanes à l’étranger, et étaient dotés d’une autorité juridique pour résoudre les éventuelles querelles qui pouvaient survenir. Les dates d’apparition de ces autorités se situent entre les dernières années du xive siècle et la première moitié du xve siècle. Dans quelques cas, nous savons avec précision que des privilèges de création de consulats ont été octroyés par les pouvoirs locaux ou nationaux. Dans d’autres, une personne déterminée remplissait simplement les fonctions de consul dans une ville. Les renseignements que j’ai pu rassembler à ce sujet sont les suivants : à Bruges, en 1348 et 1367, d’amples privilèges sont attribués à la colonie marchande castillane ; à partir de 1414 une chapelle lui est concédée, tandis qu’un consulat est créé en 1428. Des dispositions du même type sont adoptées en 1430 à Nantes, en 1450 à Rouen, en 1388 à Barcelone, en 1399 à Majorque, en 1421 à Gênes et en 1438 à Marseille ; enfin, à des dates inconnues quoique situées entre la fin du xive siècle et la première moitié du xve siècle, à Pise, Florence, Venise, Naples, Londres, La Rochelle et peut-être à Lisbonne.

10La naissance de l’institution des consuls de Castille répond sans doute à l’influence juridique méditerranéenne et spécialement des grandes villes commerciales italiennes et catalanes. Mais l’existence de cette magistrature commerciale choisie par la communauté de marins et marchands castillans résidant à l’étranger ou désignée par le monarque, avait aussi une tradition législative en Castille, où il n’était pas rare de trouver des personnages dotés de fonctions d’autorité et de représentation d’un collectif professionnel.

  • 8 Betsabé Caunedo Del Potro, Mercaderes castellanos en elgolfo de Vizcaya (1475-1492), Madrid, 1983. (...)

11Ainsi, nous pouvons considérer que depuis le début du xve siècle, il existait dans de nombreux ports et villes commerciales d’Europe un nombre suffisamment important de personnes originaires de la couronne de Castille nécessitant la création de consulats. Les colonies de marchands et marins étaient par conséquent stables et de plus en plus importantes, ce qui était logique dans le contexte d’un commerce international castillan en plein essor. À partir de cette date, nous assistons à un accroissement continu de ces communautés marchandes qui ne sont pas seulement plus importantes en termes d’effectifs, mais aussi plus influentes dans le panorama économique international. Bruges, Anvers, Londres, Rouen, Nantes, Toulouse, Bordeaux, Lisbonne et Florence seront leurs principaux lieux d’établissement. Cette prospérité perdure jusqu’à la fin du xvie siècle, époque où la chute du commerce international castillan, entre autres causes, entraîne l’effondrement, puis la disparition de ces colonies8.

  • 9 Hilario Casado Alonso, « Comercio y nacimiento del Estado Moderno en Castilla (Siglos XV y XVI). Al (...)

12C’est dans le contexte d’expansion commerciale et d’apprentissage de techniques de gestion d’entreprises que l’on doit situer, au xve siècle, la création de colonies et nations marchandes par des commerçants castillans9. Leur logique économique est claire : elle cherche à maximiser l’efficacité commerciale, en particulier par la création d’institutions dotées de mécanismes de réputation destinées à encadrer les activités commerciales. La naissance et le développement de colonies marchandes avec leurs multiples facettes d’organisation du négoce – tribunal commercial, cadres de solidarités – sont destinés à optimiser l’efficacité économique. En se regroupant en corporations, les marchands castillans appartenant à ces communautés essaient de résoudre certains problèmes du monde commercial de cette époque, caractérisé par une maîtrise inégale de l’information et des difficultés de communication. Ils risquaient en particulier d’interpréter différemment certaines données essentielles, telles la durée toujours très incertaine des voyages, les conditions dans lesquelles les marchandises arrivaient, les prix auquel elles devaient être vendues, le coût des frets de retour, les cours des monnaies, etc. Or, les commerçants d’une même nationalité, même s’ils n’étaient pas parents, évitaient quelques-uns de ces inconvénients, en s’organisant en colonies ou communautés de nations.

  • 10 Cf. Douglas C. North, « Institutions, transaction cost, and the rise of merchants empires », in Jam (...)

13Parallèlement, le fait que les marchands castillans aient pu disposer d’un système de correspondants commerciaux, entraîna la création d’institutions économiques dotées de mécanismes de réputation. La carence d’information et les nombreux autres problèmes commerciaux de cette époque remettaient gravement en cause la fiabilité des relations marchandes. D’où des abus, des fraudes, des querelles, des difficultés, etc. qui entraînaient en définitive une hausse du coût de chaque activité commerciale. C’est pourquoi, l’appartenance à une colonie ou nation, conférait à un marchand la réputation d’honnêteté dont il avait besoin pour mener à bien ses affaires. Les liens fondés dans ce cadre sur ces mécanismes de confiance permettaient ainsi de diminuer le coût des transactions, de bénéficier d’économies d’échelles et de diversifier les activités marchandes10.

  • 11 André Vandewalle, « Bruges et la péninsule ibérique », in Valentin Vermeersch (sous la dir.), Bruge (...)

14Les différentes colonies et nations marchandes castillanes, comme nous pouvons le constater sur la carte 1, se répartissent dans toute Europe. C’est sur le territoire des anciens Pays-Bas – spécialement, la Belgique actuelle – que leur présence est la plus évidente. Cela n’est pas dû au hasard, mais résulte de raisons historiques de fond. Ces territoires très urbanisés comptaient parmi les plus riches du moment : ils disposaient d’une puissante industrie textile et constituaient le centre des échanges commerciaux et financiers de toute l’Europe. Il n’est donc pas étonnant que, dès le xiiie siècle, les marchands castillans se soient dirigés vers cette zone. Cependant, l’époque la plus éclatante de ces relations commença à partir du xve siècle, lorsque la laine castillane devint la matière première utilisée par la plupart des métiers à tisser européens. Cette marchandise, comme beaucoup d’autres, tels les teintures, les cuirs, le fer, les fruits secs etc., était importée par des marchands castillans établis aux Pays-Bas. Le nombre de compagnies marchandes espagnoles enregistrées par les autorités politiques des villes flamandes approcha les 150 dans la première moitié du xvie siècle, ce qui en soi montre toute leur importance – elles ne furent en fait dépassées que par les compagnies italiennes. Bruges dirigeait toute cette intense activité, tandis qu'Anvers tenait le second rang aux Pays-Bas pour les Castillans11.

Carte 1 : Les colonies commerciales castillanes en Europe (xve-xvie siècles)

  • 12 Michel Mollat du Jourdin, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952. Christia (...)
  • 13 Henri Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967. Hilario Casado Alon (...)
  • 14 Gilles Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse de 1450 environ à 1561, Toulouse, (...)
  • 15 Mathias Tranchant, Le commerce maritime de La Rochelle à la fin du Moyen Age, Rennes, 2003, p. 256- (...)
  • 16 Jacques Bernard, Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), Paris, 1968, p. 214-223. (...)

15Après les Pays-Bas, c’était en France que la présence de colonies commerciales castillanes en Europe était la plus nette : à Rouen12, Nantes13 et Toulouse14 et dans une moindre mesure, à La Rochelle15 et à Bordeaux16. Ces villes comptèrent aux xve et xvie siècles parmi les centres économiques les plus importants de France et constituèrent des escales pour le commerce entre l’Espagne et les mers du nord. Le rôle que jouèrent les Castillans, avec les marchands italiens, en France fut souvent déterminant : ce furent, par exemple, des marchands originaires de Burgos qui introduisirent en Bretagne des innovations commerciales telles que la lettre de change ou l’assurance maritime.

  • 17 Betsabé Caunedo Del Potro, La actividad de los mercaderes ingleses en Castilla (1475-1492). Madrid, (...)

16En Angleterre la colonie marchande castillane s’établit essentiellement à Londres, bien que certains préférassent Bristol, Southampton et Plymouth. Son moment de splendeur coïncida comme dans le reste de l’Europe avec la fin du xve siècle et la première moitié du xvie siècle. Toutefois, nous ne disposons pas de preuve documentaire qu’il y ait bien eu des magistratures castillanes propres sur le territoire britannique ou que la colonie installée dans ce port ait joui de privilèges spéciaux ou d’une autonomie juridictionnelle17.

  • 18 Luis Adão da Fonseca, « AS relaçoes comerciais entre Portugal e os reinos peninsulares nos sécolos (...)

17Lisbonne accueillit aussi une autre colonie castillane qui n’a cependant fait l’objet que de recherches limitées. Situé dans un lieu de passage entre Méditerranée et mer du Nord, le port attira de nombreux marchands étrangers. Quoique la plupart d’entre eux fussent génois et dans une moindre mesure hanséatiques, il y eut aussi des Castillans. Attirés par les produits portugais et surtout par ceux qui provenaient de leurs îles (sucre et pastel de Madère et des Açores), des facteurs des principales compagnies de Burgos, ainsi que des petits commerçants et marins galiciens et andalous, s’y installèrent18.

  • 19 Bruno Dini, Saggi su una economia-mondo. Firenze e l’Italia tra Medieterraneo ed Europa (secc. XIII (...)

18L’Italie est le dernier pays où était installée une colonie marchande importante. Si l’on met à part le passage d’ecclésiastiques, de nobles et de soldats par Rome ou Naples, c’est à Florence que cette présence castillane fut la plus nette. La capitale de la Toscane était aux xve et xvie siècles, l’un des plus grands centres de l’industrie textile du drap, c’est pourquoi elle importait de grandes quantités de laine pour approvisionner ses nombreux métiers à tisser. Si aux xive et xve siècles, celle-ci provenait d’Italie ou d’Angleterre, à partir de la fin du xve siècle, elle est issue des mérinos castillans. C’est ce que les chercheurs ont appelé la « garbizzazione » de l’industrie textile toscane et qui, dans une large mesure, fut impulsée par les marchands castillans. À la fin du Moyen Âge, la laine était transportée sur des navires basques, qui, partant d’Espagne, accostaient à Pise, Talamone, Gênes et plus tard à Livourne19.

19En conclusion le succès commercial des commerçants et financiers castillans aux xve et xvie siècles n’est pas surprenant. La création de ce système complexe de nations mercantiles et de réseaux de commerce de la part des Castillans – contrairement à d’autres concurrents tant espagnols qu’étrangers – nous montre le degré élevé de développement commercial et financier qu’ils avaient atteint à la fin du xve siècle. Dans tous ces pôles économiques européens, la politique que les marchands castillans menèrent fut identique.

II. La circulation de l’information dans les réseaux de commerce castillans aux xve et xvie siècles

20Toutefois, pour que l’efficacité des réseaux de commerce puisse se maintenir, il fallait que l’information circule avec fluidité. Disposer d’une bonne information fut l’un des objectifs de tous les hommes d’affaires castillans des xve et xvie siècles et leur réussite dans ce domaine constitua sans doute l’une des raisons de leur succès commercial.

21Cette information circulait de multiples façons : par l’intermédiaire de voyageurs, d’agents, de transporteurs, de navigateurs, etc. Elle fut aussi encouragée par la pratique fréquente d’un grand nombre de commerçants castillans d’envoyer leurs enfants se former à l’étranger chez un associé, un ami ou simplement chez un membre de la nation castillane dans l’un des centres économiques du moment. Veiller sur eux et surveiller les facteurs, constituait l’une des tâches des consuls castillans répartis dans toute l’Europe. Cependant, l’information circula surtout à travers la correspondance commerciale. C’est par son analyse que je poursuivrai cette étude, en examinant tout d’abord le système de courrier de l’organisme chargé d’organiser le commerce castillan avec l’Europe : le Consulat de Burgos ; puis, j’examinerai les caractéristiques de la correspondance de quelques compagnies du xve siècle, spécialement celle de Simon Ruiz.

a. Le courrier du Consulat de Burgos

  • 20 Manuel Basas Fernandez, El Consulado de Burgos en elsiglo XVI, Madrid, 1963, p. 68-80.

22Parmi les multiples activités du Consulat de Burgos (tribunal commercial, organisation des flottes et du commerce, recouvrement d’impôts, etc.), figurait également la mise en place d’un système de courrier pour ses besoins et ceux de ses membres20. Ce sont des fonctions que détenaient également ses filiales de Bruges, Nantes, Rouen et Florence. C’est ce qu’on appelait, à cette époque, le « Courrier de l’Université des Marchands » et le « Courrier de la Nation ».

23Pour son fonctionnement, les consulats disposaient à la fois de messagers permanents et d’autres courriers qu’ils engageaient en fonction de l’urgence des nouvelles. J’ai étudié leurs coûts dans la première moitié du xvie siècle : ils représentaient à peu près 5 % du total des dépenses de l’institution (graphique 1). De tels chiffres reflètent tant l’importance que le courrier revêtait pour l’institution consulaire, que le développement de cette activité. C’est pourquoi à partir du milieu du xvie siècle, le Consulat de Burgos créa la charge de Grand Courrier du Consulat. Toutefois, ces fonctions entrèrent en conflit avec les privilèges que les rois espagnols accordèrent aux Tassi, ce qui provoqua un long procès.

24L’essor du courrier du Consulat encouragea tant les commerçants que les particuliers à recourir de plus en plus souvent à ses services. En outre, le développement du commerce et de l’activité économique en Espagne tout au long du xvie siècle, poussa les hommes d’affaires espagnols à utiliser plus fréquemment le courrier comme moyen d’information et par conséquent de réussir dans leurs entreprises. Il n’est donc pas étonnant que le commerçant de Burgos, Antonio Quintanadueñas se plaignît du « temps qu’il passait chaque semaine à écrire à tant de personnes ». L’étude de différents livres de comptabilité de marchands castillans du xvie siècle confirme cette affirmation, puisque nombre d’entre eux font apparaître à partir des années 1530 des frais consacrés spécialement au courrier.

Source : Livres de Comptabilité du Consulado de Burgos.
H. Casado Alonso
Graphique 1 : Pourcentage des dépenses en courriers et messagers par rapport au total des dépenses du “Consulado de Burgos”

b. Les assurances maritimes

25L’importance de l’information dans le fonctionnement des réseaux commerciaux castillans est également bien mise en évidence par l’utilisation des assurances maritimes de Burgos.

  • 21 Manuel Basas Fernandez, El seguro marítimo en Burgos (siglo XVI), Bilbao, 1963. Floriano Ballestero (...)

26Comme on le sait, Burgos fut pendant le xvie siècle l’une des principales bourses de commerce d’assurances d’Europe et la plus importante de la Péninsule Ibérique21. À partir de la comptabilité du Consulat, j’ai pu établir que, pendant la seconde moitié du xvie siècle, plus de 2 000 polices annuelles furent signées par des assurés originaires de nombreuses régions d’Europe, d’Amérique et d’Inde. Les raisons d’un tel succès résident d’une part dans l’abondance de capitaux aux mains de financiers, commerçants ou simples citoyens de Burgos, prêts à les risquer, notamment dans les assurances. D’autre part, depuis la fin du xve siècle, le Consulat de Burgos, avec l’appui des rois, avait créé progressivement toute une législation sur les assurances, en les réglementant minutieusement et en accordant un appui juridique en cas de conflits. Cependant, une autre donnée était également essentielle : compte tenu du fait que Burgos constituait le nœud le plus important du réseau commercial castillan, c’était aussi l’un des principaux centres d’échange d’informations économiques en Espagne. Cette situation permettait ainsi aux autorités consulaires de connaître rapidement tous les incidents qui émaillaient le commerce international au xvie siècle. Cela ressort en particulier de la façon de négocier les assurances maritimes à Burgos.

27Près de 10 500 polices d’assurances de la seconde moitié du xve siècle ont été conservées. Grâce à leur analyse, nous pouvons connaître parfaitement le système utilisé dans ces contrats. En premier lieu, toute une série de courtiers et commissionnaires qui se trouvaient dans les différents ports et centres économiques de l’époque, prenaient contact avec les marchands et propriétaires de bateaux. Puis, ils transmettaient ces informations commerciales à plusieurs courtiers d’assurances (environ 30) résidant à Burgos, qui se chargeaient de chercher dans la ville, à Madrid ou aux foires de Medina del Campo, les personnes qui accepteraient de garantir les sommes contractées dans les polices.

Carte 2 : Assurés dans le consulat de Burgos (1565-1619)

28Ce système permettait aux assurés de toute l’Europe, d’Amérique et même de d’Inde d’utiliser les assurances contractées à Burgos. On peut mesurer son étendue géographique sur la carte 2, qui nous montre des assurés en provenance de 242 localités différentes. Une telle amplitude géographique exige une bonne circulation de l’information entre les différents agents et courtiers d’assurances avec les commerçants et le Consulat de Burgos. C’est par son intermédiaire que parvenaient non seulement les coordonnées destinées à définir les polices d’assurances, mais aussi, ce qui était encore plus important, les nouvelles pour pouvoir fixer leur prix en accord avec le type de marchandises, la durée des voyages et la sécurité des routes. Grâce à ces informations, le Consulat de Burgos établissait des tables de tarifs à appliquer aux polices selon les différentes routes, et lorsqu’un nouveau voyage se préparait, les consuls se chargeaient de déterminer le prix de l’assurance. Sans cette information rapide et de qualité, le système des assurances de Burgos n’aurait pu fonctionner, comme le montre précisément son processus de disparition à la fin du xvie siècle.

c. La correspondance de la Compagnie de Simon Ruiz

29Comme nous le savons grâce aux travaux des différents disciples de F. Braudel, l’ancien hôpital fondé par le marchand de Medina del Campo, Simon Ruiz, a conservé les archives d’une société commerciale et financière du xvie siècle qu’il dirigeait et qui sont d’une exceptionnelle richesse, ainsi que celles des différentes compagnies dont il fit partie. Ses affaires furent très remarquées à l’époque quoique Simon Ruiz – il ne faut pas l’oublier – n’ait pas été l’homme le plus important et le plus riche du moment.

LETTRES

Lettres reçues

54378

Lettres expédiées

2343

56721

LETTRES DE CHANGE

Lettres de change

21065

21065

LIVRES DE COMPTABILITÉ

Livres de Simon Ruiz

138

Livres de Cosme Ruiz

18

Livres de S. Ruiz, C. Ruiz et L. de la Cámara

9

165

DOCUMENTATION MARCHANDE DIVERSE

Bilans, comptes, obligations, billets, extraits de comptes, listes de prix, cours de changes, affrètements, dettes, asientos, rapports, cargaisons, courtages, commissions, paiements, assurances,...

ca. 19000

19000

  • 22 Actuellement, la Fondation des Musées des Foires de Medina del Campo finance plusieurs projets de r (...)

Tableau I : Documentation conservée de la compagnie de Simon Ruiz22 (1553-1630)

30La répartition des lettres conservées est la suivante (Graphique 2). On constate que l’essentiel de la correspondance se concentre au cours des années 1575-1596, qui représentent l’apogée de la compagnie.

Graphique 2 : Lettres reçues par la compagnie de Simon Ruiz

31En attendant l’achèvement complet des travaux portant sur ces documents, voici les premières conclusions de l’étude de près de 25 000 lettres qui contiennent des marques postales, soit la moitié du total des lettres conservées. La géographie de la correspondance reçue par Simon Ruiz apparaît sur la carte suivante (carte 3). Comme on peut le remarquer, des lettres de différentes régions du monde, et spécialement d’Europe, arrivèrent au siège de la compagnie. De Vienne, Prague et Hambourg, jusqu’à Malte, au Chili, à Sao Tomé et au Mexique. Cependant plusieurs centres économiques se démarquent en Europe (Lisbonne, Porto, Anvers, Lyon, Nantes, Rouen, Paris, Gênes, Florence, Rome), et Bilbao, Séville, Valladolid, Burgos, Tolède, Salamanque et Ségovie en Espagne. La carte met également en évidence un réseau étendu et dense de lieux avec lesquels Simon Ruiz fut en contact et qui témoigne de l’ampleur des informations que la compagnie brassait.

  • 23 Fernando Alonso Garcia, El correo en el Renacimiento europeo. Estudio postal del Archivo Simn Ruiz (...)

32Cependant, la correspondance conservée de Simon Ruiz nous renseigne aussi sur les modes d’expédition des lettres. Elles étaient envoyées avec les marchandises par l’intermédiaire de courriers particuliers ou par ceux du Consulat de Burgos, voire des nations commerciales ou encore des Courriers Royaux. Quand le besoin et l’urgence l’exigeaient, il utilisait des messagers engagés spécialement. De même, nous savons grâce à des dessins, des marques ou des textes, comment certaines lettres devaient être remises aux estafettes correspondantes, tandis que d’autres l’étaient en main propre. Plus de 15 000 lettres indiquent également le prix de l’affranchissement ; en outre, celles qui étaient urgentes portent des signes distinctifs. Nous savons même que les messagers employés par Simon Ruiz utilisaient un service de désinfection des lettres pour éviter la propagation d’épidémies23.

Carte 3 : Origine des lettres reçues par la compagnie de Simon Ruiz (1554-1630)

Graphique 3 : Temps de parcours (en jours) des lettres étrangères reçues par la compagnie de Simon Ruiz

33Dans de nombreux cas nous savons dans quels délais ces lettres sont arrivées à destination, puisque la date de leur réception a été consignée, ainsi parfois que celle de leur réponse. Pour calculer ces temps, j’ai exclu les lettres urgentes, ce qui permet tout de même de rassembler une base de 4 183 lettres (graphique 3).

34Dans ce graphique, seuls les lieux d’origine les plus importants ont été sélectionnés. Les délais coïncident avec ceux que signalait F. Braudel il y quelques années, déduisant qu’ils n’étaient pas aussi importants qu’on aurait pu le croire à première vue. Ces temps sont comparables avec ceux que les Guides Postaux du xviiie siècle indiquent pour l’Espagne, et montrent ainsi à quel point le service postal utilisé par Simon Ruiz était perfectionné.

35L’analyse de l’évolution de ces temps de parcours tout au long de la seconde moitié du xvie siècle montre que la durée de chaque route postale variait selon les saisons, mais aussi en fonction des guerres ou des épidémies. Ces difficultés expliquent l’augmentation des temps de parcours des lettres provenant d’Anvers, Rouen, Lyon ou Florence à partir des années 1580, tandis qu’ils diminuèrent légèrement pour les lettres reçues de Lisbonne ou du reste de l’Espagne.

Graphique 4 : Prix moyen en maravedis de l’affranchissement de la correspondance étrangère reçue par la compagnie de Simon Ruiz à Medina del Campo

36Quant aux prix de la correspondance reçue par Simon Ruiz, ils sont très variés et dépendent du système de courrier employé. Le graphique 4 indique le prix moyen des envois par courrier normal, sans prendre en compte les plis urgents ou qui présentaient des particularités. Comme on peut le constater, les tarifs variaient non seulement en fonction de la distance, de l’existence ou non d’une organisation élaborée des postes, mais aussi de la présence d’associés ou d’agents qui accélèrent l’envoi de l’information et en baissent le coût pour parvenir à être plus compétitifs. Les cas de Rouen, Nantes, Lyon, Lisbonne ou Séville nous montrent parfaitement ce phénomène. Il en résulte donc une cartographie particulière de la transmission des nouvelles commerciales qui ne coïncide pas avec celle des monarques ou autres usagers du courrier. En fait, cette organisation révèle l’existence d’une stratégie commerciale destinée à minimiser les coûts de transaction pour réduire les incertitudes dont pâtissaient les affaires à cette époque et de cette façon gagner en compétitivité.

37L’affranchissement des lettres était généralement payé à destination. Cependant, les archives de Simon Ruiz recèlent aussi de nombreuses lettres (603) préalablement affranchies, comme l’indiquent les informations figurant sur l’enveloppe. Par conséquent, les associés et les agents encaissaient annuellement au siège de la compagnie les frais qu’ils avaient perçus en correspondance et qui sont confirmés par la comptabilité. Le payement anticipé de l’affranchissement s’explique sans doute par la volonté de faire parvenir le courrier plus rapidement et surtout de mieux garantir son acheminement. On observe aussi cette pratique pour les lettres qui doivent être remises en main propre, tandis que d’autres portent la mention d’un supplément de prix, si elles sont remises avant une heure ou un jour déterminé.

38En résumé, l’analyse de la correspondance du Consulat de Burgos, de Simon Ruiz et des assurances maritimes révèle l’intensité de la circulation des nouvelles entre les compagnies commerciales espagnoles du xvie siècle. Les lettres contiennent des informations très variées : des affaires commerciales et financières – prix des marchandises, cours des monnaies et des changes, arrivée des flottes d’Amérique, organisation des flottes à destination des Flandres et de la France –, aux problèmes politiques – éclatement d’une guerre – et aux questions personnelles ou d’ordre plus général – apparition d’une épidémie, attaques de pirates etc.

39La rédaction de lettres si nombreuses – rappelons qu’on n’en a conservé qu’une partie – révèle une circulation intense des informations malgré les difficultés matérielles inhérentes à cette époque. Les marchands eux-mêmes, ainsi que les responsables d’institutions commerciales, comme par exemple le Consulat de Burgos, avaient conscience de la nécessité vitale d’échanger rapidement des nouvelles ; d’où les investissements qu’ils firent pour disposer de services de courrier de qualité.

40On constate également l’existence d’un système de messagerie assez élaboré, caractérisé par des pratiques postales que l’on croyait jusqu’à présent postérieures. Par ailleurs, la cartographie de la correspondance de Simon Ruiz reflète fidèlement l’espace commercial et financier sur lequel ses affaires s’étendaient. Là où se concentraient ses intérêts, où il avait des associés, ou entretenait des agents ou des commissionnaires (à Lisbonne, Anvers, Rouen, Nantes, Lyon et Florence), nous disposons d’une abondante correspondance. On peut en dire autant des marchés espagnols sur lesquels il vendait les marchandises qu’il avait importées de l’étranger. Écrire tant de lettres reflète en fait une véritable stratégie commerciale qui justifie son succès dans les affaires.

Source : Grands Livres de Comptabilité de Simon Ruiz
H. Casado Alonso
Graphique 5 : Bénéfices de la compagnie de Simon Ruiz (1569-1598)

  • 24 Ricardo Rodriguez Gonzalez, Mercaderes castellanos del Siglo de oro, Valladolid, 1995.

41Le graphique 5, réalisé à partir des livres de comptabilité de Simon Ruiz, indique l’évolution de ses bénéfices commerciaux et financiers de 1569 à sa mort en 1597. Comme on peut l’observer, malgré les brusques oscillations annuelles – notamment causées par l’habitude ancienne de ne pas clore les comptes en fin d’année24 – la compagnie dégagea la plupart du temps des bénéfices. À mon avis, outre d’autres raisons très variées, les très bonnes informations dont il disposait expliquent pleinement son succès. Cette logique est d’ailleurs bien confirmée aujourd’hui par tous les théoriciens en économie de l’entreprise.

III. La fin des réseaux castillans de commerce en Europe

  • 25 Hilario Casado Alonso, El Triunfo de Mercurio..., p. 163-184.

42À partir de 1555, on commence à observer des symptômes de crise dans le fonctionnement des réseaux castillans de commerce en Europe. Ce déclin est dû à plusieurs causes : l’apparition des premiers signes de la crise économique en Espagne, avec le déplacement des centres névralgiques du nord au centre et au sud de la péninsule ; le début de la stagnation du commerce extérieur avec une perte de marchés, spécialement celui de l’exportation de laine en Flandre ; les changements dans le système de gestion patronale du commerce, en raison du déclin du système de grandes compagnies familiales ; l’augmentation de la pression fiscale de la part de Philippe II ; la multiplication des guerres, etc.25.

43Tout cela affecte profondément les colonies marchandes castillanes. Elles fonctionnaient à la perfection lorsqu’existait une forte cohésion entre leurs membres, qui permettait à l’information de circuler avec fluidité et d’être de bonne qualité. Cependant, cette situation change radicalement à partir des années 1570.

  • 26 Gayle K. Brunelle, The New World Marchants of Rouen, 1539-1630, Kirksville, 1991, p. 147-158.
  • 27 Jan Albert Goris, Etude sur les colonies marchandes méridionales..., p. 546-598.

44Les réseaux de commerce castillans en Europe se caractérisaient par une forte collaboration de leurs membres avec les habitants des territoires où ils vivaient. Ils se mariaient avec des natifs du pays, fondaient des chapelles et des monastères ; ils achetaient des terres et des fiefs ; ils occupaient des charges municipales et participaient à la vie quotidienne de leur ville et de leur paroisse. Cette insertion dans la société de l’époque les mit en contact avec des protestants, entraînant la conversion d’une partie d’entre eux au protestantisme, alors que les autres restèrent fidèles à Rome. En fait, beaucoup exercèrent des responsabilités dans les deux factions, ce qui donna lieu à de violents affrontements. Cette fracture divisa même certaines familles, comme celle des Quintanadueñas de Rouen ou celle des Bernuy de Toulouse et d’Anvers, où des frères s’affrontèrent pour des raisons religieuses. Les affaires commerciales et financières continuaient encore mais différemment. Comme cela a été étudié pour le cas de Rouen au cours de ces années, il y eut des rapports entre Castillans catholiques et Castillans protestants, mais les facteurs et les associés des compagnies appartenaient toujours à des personnes de même religion26. Face aux soulèvements, aux rébellions armées et aux guerres civiles qui sévissent en Europe, des factions se formèrent au sein des communautés espagnoles. Les unes soutinrent la politique internationale du monarque Philippe II, tandis que les autres la combattirent avec de l’argent, des armes et leur plume27.

45Le système de colonies et de nations, que les marchands castillans avaient patiemment créé au long du xve siècle dans toute l’Europe, qui leur avait apporté tant d’avantages substantiels face aux autres commerçants, ce système qui était fondé sur des institutions dotées de mécanismes de réputation et sur la confiance réciproque qui permettaient une bonne circulation de l’information, était entré en crise. Son démembrement et sa disparition allaient dès lors suivre très rapidement.

Notes

1 Michael E. Porter, Competitive Strategie, New York, 1980. Michael E. Porter et Victor E. Millar, « How Information Gives you Competitive Advantages », Harvard Business Review, july 1985. Mark Casson, Information and Organization. A New Perspective on the Theory of the Firm, Oxford, 1997. Richard Swedberg, Principles of Economie Sociology, Princeton, 2003.

2 Antony Molho et Diogo Ramada Curto (sous la dit.), « Réseaux marchands », Annales. Histoire, Sciences Sociales 58e année n° 3, mai-juin 2003, p. 567-672.

3 Frédéric Mauro, « Merchant Communities, 1350-1750 », in James D. Tracy (sous la dir.), The Rise of Merchant Empires. Long-distance Trade in the Early Modem World, 1350-1750, Cambridge, 1990, p. 255-286. Jacques Bottin et Donatella Calabi (sous la dit.), Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Age à l’époque moderne, Paris, 1999. William D. Rubenstein, “Entrepeneurial Minorities : A Typology”, in Mark Casson et Andrew Godley (sous la dir.), Cultural Factors in Economie Growth, Berlin, 2000, p. 111-124. Peer Schmidt, « Les minorités religieuses européennes face à l’espace atlantique à l’époque moderne », in Horst Pietschmann (sous la dir.), Atlantic History. History of the Atlantic System, 1580-1830, Gottingen, 2002, p. 83-96.

4 Hilario Casado Alonso, El Triunfo de Mercurio. Lapresencia castellana en Europa en los siglos XV y XVI, Burgos, 2003.

5 Mark Casson, Information and Organization..., p. 117-145.

6 Pierre Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du xvie siècle, Paris, 1948 (cahiers des Annales, I). Federigo Melis, « Intensita e regularità nella diffusione dell’informazione economica generale nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medievo », in Histoire économique du monde méditerranéen 1450-1650. Mélanges en l’honneur de F. Braudel, Toulouse, 1973, p. 389-424. Pierre Jeannin, « La diffussion de l'information », in Simonetta Cavaciocchi (sous la dir.), Fiere e Mercati nella integrazione delle economie europee, secc. XIII-XVIII, Firenze, 2001, p. 231-262. Jacques Bottin, « Négoce et circulation de l’information au début de l’époque moderne », in Michel Le Roux (sous la dir.), Histoire de la poste. De l’administration à l’entreprise, Paris, 2002, p. 41-54. Amãndio Jorge Morais Barros, « “Saber fazer” : a circulação de informação entre comunidades marítimas no início dos Tempos Modernos », Revista da Faculdade de Letras. Historia, III Série, Vol. 6, 2005, p. 21-48. Wolfang Kaiser et Guilbert Butti (sous la dir.), « Moyens, supports et usages de l’information marchandes à l’époque moderne », Rives nord-méditerranéennes, 27, 2007. Wolfang Kaiser et Biagio Salvemini (sous la dir.), « Informazioni e scelte economiche », Quaderni Storici, 24, 2007. Leos Müller et Jari Ojala (sous la dir.), Business Information Flows. From Early Modem Correspondance to the Business Press, Helsinki, 2007.

7 Hilario Casado Alonso, El Triunfo de Mercurio... Hilario Casado Alonso, « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa en los siglos XV y XVI », in Hilario Casado Alonso (sous la dir.), Castillay Europa. Comercioy mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, Burgos, 1995, p. 15-56.

8 Betsabé Caunedo Del Potro, Mercaderes castellanos en elgolfo de Vizcaya (1475-1492), Madrid, 1983. Hilario Casado Alonso, « El Comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI », in Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, Burgos, 1994, vol. I, p. 175-247. Hilario Casado Alonso, « Comercio y bonanza económica en la Castilla de los Reyes Católicos », in Julio Valdeón Baruque (sous la dir.), Sociedady Economia en tiempos de Isabel la Católica, Valladolid, 2002, p. 91-114.

9 Hilario Casado Alonso, « Comercio y nacimiento del Estado Moderno en Castilla (Siglos XV y XVI). Algunas reflexiones a la luz de nuevas corrientes de investigación internacional », in El Estado en la Baja EdadMedia : Nuevasperspectivas metodológicas, Saragosse, 1999, p. 51-75.

10 Cf. Douglas C. North, « Institutions, transaction cost, and the rise of merchants empires », in James D. Tracy (sous la dir.), The PoliticalEconomy..., p. 22-40. Giorgio Doria, « Conoscenza del mercato e sistema informativo : il Know-how dei mercanti-finanzieri genovesi nei secoli XVI e XVII », in Aldo de Maddalena et Hermann Kellenbenz (sous la dir.), La repubblica internazionale del denaro tra XVe XVII secolo, Bolonia, 1986, p. 57-121. James M. Murray, Bruges, cradle of capitalisai, 1280-1390, Cambridge, 2005. Avner Greif, Institutions and the Path to the Modem Economy. Lessons from Medieval Trade, Cambridge, 2006.

11 André Vandewalle, « Bruges et la péninsule ibérique », in Valentin Vermeersch (sous la dir.), Bruges et l’Europe, Anvers, 1992, p. 159-181. Hilario Casado Alonso, « Bruges, centre d’échanges avec l’Espagne », in André Vandewalle (sous la dir.), Les marchands de la Hanse et la banque des Médicis. Bruges, marché d’échanges culturels en Europe, Oostkamp, 2002, p. 51-57. Jan Albert Goris, Etude sur les colonies marchandes méridionales (Portugais, Espagnols, Italiens) à Anvers de 1488 à 1567, Louvain, 1925. Raymond Fagel, De Hispano-Vlaamse Wereld. De contacten tussen Spanjaarden en Nederlanders, 1496-1555, Bruxelles, 1996. Hilario Casado Alonso, « La nation et le quartier des Castillans de Bruges (xve et xvie siècle) », in Jacques Bottin et Donatella Calabi (sous la dir.), Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Age à l’époque moderne, Paris, 1999, p. 365-376.

12 Michel Mollat du Jourdin, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952. Christiane Demeulenaere-Douyère, « Le commerce espagnol à Rouen au xvie siècle », Études Normandes, 2-1981, p. 43-54. Christiane Demeulenaere-Douyère, « Les espagnols et la société rouennaise au xvie siècle », Etudes Normandes, 3, 1981, p. 65-83, Constance J. Mathers, « Family Partnerships and International Trade in Early Modem Europe : Merchants from Burgos in England and France, 1470-1570 », Business History Review, vol. 62, 1988, p. 367-397.

13 Henri Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967. Hilario Casado Alonso, « La Bretagne dans le commerce castillan aux xve et xvie siècles », in Jean Kerherve et Tanguy Daniel (sous la dir.), 1491. La Bretagne, terre d’Europe, Brest, 1992, p. 81-98. Alain Gallicé, Guérande au Moyen Age. Guérande, Le Croisic, le Pays guérandais du milieu du xive siècle au milieu du xvie siècle, Rennes, 2003. Laurence Moal, L’etranger en Bretagne au Moyen Age : présence, attitudes, perceptions, Rennes, 2008

14 Gilles Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse de 1450 environ à 1561, Toulouse, 1962. Francis Brumont, « La commercialisation du pastel toulousain (1350-1600) », Annales du Midi, 1994, p. 25-40. Hilario Casado Alonso, « Finance et Commerce International au milieu du xvie siècle : La Compagnie des Bernuy », Annales du Midi, 1991, p. 323-343. Hilario Casado Alonso, « Le Rôle des Marchands castillans dans la commercialisation internationale du Pastel toulousain (xve et xvie siècles) », in Dominique Cardon, Hansjürgen E. Müllerott, Bouchra Bemjelloun, Francis Brumont et Michel Delmas (sous la dir.), Woad, Indigo and others Natural Dyes : Past, Present and Future, Arnstadt, 1998, p. 65-70. Hilario Casado Alonso, « La gestion d’une entreprise de commercialisation du pastel toulousain au début du xvie siècle », Annales du Midi, vol. 113, n° 236, 2001, p. 457-479.

15 Mathias Tranchant, Le commerce maritime de La Rochelle à la fin du Moyen Age, Rennes, 2003, p. 256-275. Étienne Trocmé et Marcel de La Fosse, Le commerce rochelais de la fin du xve siècle au début du xviie siècle, Paris, 1952, p. 85-95.

16 Jacques Bernard, Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), Paris, 1968, p. 214-223. Michel Bochaca, Les marchands bordelais au temps de Louis XI. Espaces et réseaux de relations économiques, Bordeaux, 1998.

17 Betsabé Caunedo Del Potro, La actividad de los mercaderes ingleses en Castilla (1475-1492). Madrid, 1984. Wendy R. Childs, Anglo-Castilian Trade en the Later Middle Ages, Manchester, 1978. Wendy R. Childs, « England’s Iron Trade in the Fifteenth Century », The Economic History Review, 2nd series, XXXIV, 1981, p. 25-47. Wendy R. Childs, « El consulado del mar, los mercaderes de Burgos e Inglaterra », in Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, Burgos, 1994, vol. I, p. 348-420. Wendy R. Childs, « Commercial relations between the Basque Provinces and England in the Later Middle Ages, c. 1200 – c. 1500 », Itsas memoria. Revista de estudios marítimos del Pais Vasco, 4, 2003, p. 55-64.

18 Luis Adão da Fonseca, « AS relaçoes comerciais entre Portugal e os reinos peninsulares nos sécolos XIV e XV », Actas das II Jornadas Luso-Espanholas de História Medieval, vol. II, Oporto, 1987, p. 541-561. Hilario Casado Alonso, « Relaciones comerciales entre Portugal y Castilla (ca. 1475 – ca. 1550) : algunas reflexiones e hipôtesis de investigaciôn », in D. Manuel e a sua época. III Congresso Histórico de Guimatâes, Guimarâes, 2004, vol. III, p. 9-26. Hilario Casado Alonso, « El papel de las colonias mercantiles castellanas de los Países Bajos en el eje comercial Flandes – Portugal e Islas Atlánticas », in Bernardo J. Garcia Garcia y Fernando Grilo (sous la dir.), A o modo da Flandres. Disponibilidade, inovação e mercado de acte na época dos Descobrimentos (1415-1580), Madrid, 2005, p. 17-35. A. A. Marques de Almeida, Capitais e capitalistas no comércio da especiaria. O eixo Lisboa-Antuérpia (1501-1549). Aproximaçao a um estudo degeofinança, Fisbonne, 1993.

19 Bruno Dini, Saggi su una economia-mondo. Firenze e l’Italia tra Medieterraneo ed Europa (secc. XIII-XVI), Pise, 1995. Hidetoshi Hoshimo, L’Arte della lana in Firenze nel basso Medioevo, Il Commercio della lana e il mercato deipanni fiorentini nei secoli XIII-XV, Florencia, 1980. Bruno Casini, « I Cavalieri spagnoli membri del Sacro Militare Ordine di Santo Stefano nel secolo XVI », in Toscana e Spagna nel secolo XVI. Miscellanea di studi storici, Pise, 1996, p. 123-187.

20 Manuel Basas Fernandez, El Consulado de Burgos en elsiglo XVI, Madrid, 1963, p. 68-80.

21 Manuel Basas Fernandez, El seguro marítimo en Burgos (siglo XVI), Bilbao, 1963. Floriano Ballesteros Caballero, « El seguro maritimo en Burgos. Una póliza de 1509 », in Boletín de Institucion Ferndn Gonzalez, n° 207, 1993, p. 207-217. Santos Coronas Gonzalez, Derecho mercantilcastellano. Dos estudios históricos, León, 1979. Hilario Casado Alonso, « El mercado internacional de seguros de Burgos en el siglo XVI », in Boletin de la Institucion Ferndn Gonzalez, 1999/2, n° 219, p. 277-306. Hilario Casado Alonso, « Comercio internacional y seguros marítimos en Burgos en la época de los Reyes Católicos », in Congreso Internacional “Bartolomeu Dias e a sua epoca”, Oporto, 1989, vol. III, p. 585-608. Hilario Casado Alonso, « Fos seguros maritimos de Burgos. Observatorio del comercio internacional portugués en el siglo XVI », Revista da Faculdade de Letras. História, Porto, III Série, vol. 4, 2003, p. 213-242.

22 Actuellement, la Fondation des Musées des Foires de Medina del Campo finance plusieurs projets de recherche pour la catalogation, l’informatisation et la numérisation de cette documentation.

23 Fernando Alonso Garcia, El correo en el Renacimiento europeo. Estudio postal del Archivo Simn Ruiz, Madrid, 2004.

24 Ricardo Rodriguez Gonzalez, Mercaderes castellanos del Siglo de oro, Valladolid, 1995.

25 Hilario Casado Alonso, El Triunfo de Mercurio..., p. 163-184.

26 Gayle K. Brunelle, The New World Marchants of Rouen, 1539-1630, Kirksville, 1991, p. 147-158.

27 Jan Albert Goris, Etude sur les colonies marchandes méridionales..., p. 546-598.

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Les colonies commerciales castillanes en Europe (xve-xvie siècles)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Source : Livres de Comptabilité du Consulado de Burgos.H. Casado AlonsoGraphique 1 : Pourcentage des dépenses en courriers et messagers par rapport au total des dépenses du “Consulado de Burgos”
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte 2 : Assurés dans le consulat de Burgos (1565-1619)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Graphique 2 : Lettres reçues par la compagnie de Simon Ruiz
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Carte 3 : Origine des lettres reçues par la compagnie de Simon Ruiz (1554-1630)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Graphique 3 : Temps de parcours (en jours) des lettres étrangères reçues par la compagnie de Simon Ruiz
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Graphique 4 : Prix moyen en maravedis de l’affranchissement de la correspondance étrangère reçue par la compagnie de Simon Ruiz à Medina del Campo
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Source : Grands Livres de Comptabilité de Simon RuizH. Casado AlonsoGraphique 5 : Bénéfices de la compagnie de Simon Ruiz (1569-1598)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8456/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search