Version classiqueVersion mobile

Réseaux marchands et réseaux de commerce

 | 
Damien Coulon

Pérennisation et fin des réseaux marchands. Études de cas de la fin du Moyen Âge au xixe siècle

Le quartier des Vénitiens à Constantinople du xie au xiiie siècle : la fin d’un réseau ?

Federica Masè

Texte intégral

  • 1 Federica Masè, « Modèles de colonisation vénitienne : acquisition et gestion du territoire urbain (...)

1Cette étude concerne le quartier des Vénitiens à Constantinople principalement à travers les sources patrimoniales des ecclésiastiques vénitiens1 qui mettent en évidence une catégorie de population vénitienne particulière : les marchands, organisés en réseau entre la métropole et les comptoirs, puis les «possessions coloniales » en Méditerranée orientale.

  • 2 Sur le quartier des Vénitiens à Constantinople, cf. Horatio F. Brown, « The Venitians and the Veni (...)

2Les thèmes de cette rencontre sont la pérennisation et la fin de réseaux, or je traite d’une fin qui n’en est pas une car je m’arrêterai en 1261, fin de l’Empire latin de Constantinople. Ce qui ne signifie évidemment pas la fin de la présence vénitienne en Méditerranée orientale qui continue jusqu’à l’époque moderne dans les possessions byzantines comme dans les possessions musulmanes, mais la fin d’une position bien particulière occupée par Venise à Constantinople. Et surtout la fin du quartier des Vénitiens tel qu’il existait depuis 1082 par concession impériale, parvenu à son apogée grâce à la Quatrième croisade entre 1204 et 1261, mais réduit depuis 1261 à une peau de chagrin2.

1. En guise de préambule : le contexte

  • 3 Voir Silvano Borsari, « Il crisobullo di Alessio I per Venezia », in Annali dell’Istituto Italiano (...)
  • 4 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 31.

3La présence d’une communauté de marchands vénitiens à Constantinople remonte avant l’an mil, mais un véritable quartier ne leur fut octroyé par le célèbre chrysobulle d’Alexis Ier Comnène qu’en 10823. C’est la première attestation de biens immobiliers détenus par les Vénitiens en ville, et notamment de leur possession déjà antérieure de l’église de Sant’Akindano4.

  • 5 Raimondo Morozzo Della Rocca Antonio Lombardo, Documenti..., op. cit., n. 502, p. 42, 1208, septem (...)

4Bien évidemment entre Venise et la Méditerranée orientale les distances sont très étendues et souffrent de la lenteur des moyens de communication. Dans les actes, on peut retrouver la mention des mude ou convois maritimes organisés par l’État vénitien, notamment à propos des échéances semestrielles de paiement de cens et loyers, par exemple dans une quittance : « ...usque ad muduam septembris... ». La muda de Romanie se rendait à Constantinople deux fois par an suivant justement un rythme semestriel : un premier départ au début du printemps puis retour à l’automne et un second en août avec retour au printemps5. Il en résultait donc, un système de circulation assez régulier quoique lent.

  • 6 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 22-25.
  • 7 Ce retour est d’ailleurs attesté par les actes notariés concernant les biens patrimoniaux des eccl (...)

5Le réseau des marchands vénitiens se déploie sur des territoires de souveraineté et de culture différentes. Ainsi, à Constantinople, jusqu’en 1204, ils peuvent être confrontés à la fois à la violence de l’empereur byzantin et à l’animosité de ses sujets. Le 12 mars 1171, l’empereur Manuel Ier Comnène ordonna l’arrestation de tous les Vénitiens et la confiscation de leurs biens, après la mise à sac du quartier génois par les Vénitiens présents dans la ville. Ainsi pendant une dizaine d’années, les Vénitiens se font rares dans l’empire. Les prisonniers ne sont libérés qu’en 1179 et les biens confisqués ne sont que partiellement remboursés. Néanmoins, cette disgrâce précoce permit aux Vénitiens d’échapper au massacre des Latins de Constantinople en 1182 qui toucha durement les Pisans et les Génois6. Les Vénitiens n’obtiennent le rétablissement de leurs privilèges qu’en 1198, soit plusieurs années après leur retour au cours de l’été 11837.

  • 8 Elle peut apparaître plusieurs fois dans le même acte notamment « ...excepto periculo incendii et (...)

6Cependant le souvenir de cette violence imprévue a marqué durablement les esprits et par conséquent on en trouve trace dans les actes notariés. Les livelli, concessions de terrains à bâtir, laissent une grande place aux clauses qui précisent la conduite à suivre en cas d’explosion de la violence impériale afin de garantir la jouissance du bien et les termes du contrat8.

  • 9 Cf. ASV, CRS, Mensa Patriarcale, B. 9, pour les biens du patriarche et Luigi Lanfranchi, San Giorg (...)

7Cette place, prépondérante en 1184, se réduit progressivement dans les actes suivants, résumée par la formule secundum usum huius civitatis. Ces précisions sont nécessaires car le preneur à bail s’engage pour longtemps : pour les biens de San Giorgio Maggiore ou San Felice d’Ammiana, dix ans, et pour ceux du patriarche, vingt-cinq ans en 1184, puis le plus souvent vingt-neuf ans comme à Venise, ce qui montre que prudence et confiance vont de pair9. Ce sont des baux à long terme, sauf rares exceptions pour un an, notamment quand il s’agit de biens déjà bâtis.

  • 10 Cf. ChryssaA. Maltezou, « Les Italiens... », op. cit, p. 190.

8L’explosion de la colère impériale est ponctuelle et liée au contexte politique, par contre les chroniqueurs expriment une animosité plus générale, continue et diffuse, des sujets byzantins à l’encontre des marchands étrangers, tout particulièrement les Vénitiens, due aux avantages fiscaux exorbitants dont ils bénéficiaient et à leur comportement prétendument arrogant. Or, il faut relativiser cette hostilité, voire la nuancer en raison de la présence de Grecs résidant dans le quartier vénitien, tout comme de Vénitiens éparpillés dans la ville, mais surtout, si cela s’avère exact, au vu du courageux, voire étonnant, ralliement des Vénitiens de Constantinople à la cause byzantine contre leurs propres compatriotes à l’occasion de la Quatrième croisade, rapporté par Acropolite10.

2. Les facteurs de longévité à l’épreuve du terrain

9Les facteurs de cohésion pour la communauté vénitienne à Constantinople sont forts et nombreux.

  • 11 Cf. à ce propos David Jacoby, « Les Vénitiens naturalisés dans l’empire byzantin : un aspect de l’ (...)

10Tout d’abord, la possession d’un quartier bien délimité rappelle et renforce le sentiment d’appartenance à une même patrie. Malgré les liens avec les Grecs allant jusqu’à des mariages mixtes, les Vénitiens ont tout intérêt à revendiquer leur citoyenneté, ne serait-ce que pour profiter des privilèges qui leur sont accordés. D’ailleurs, la citoyenneté vénitienne est très convoitée11.

11De plus, ils sont pour la plupart unis par l’exercice d’une même activité professionnelle artisanale et surtout marchande.

12Pour finir, ils sont chrétiens comme les Grecs, mais catholiques romains et ils possèdent quatre églises pour l’exercice de leur culte qui renforcent leur sentiment communautaire.

13Ces facteurs contribuent à maintenir la cohésion du groupe ; nous pouvons à présent nous interroger sur le type de ressources mobilisées et les capacités d’adaptation déployées par les membres de ce réseau.

L’urbanisation : à qui la charge ?

  • 12 Les bénéficiaires sont le monastère de San Nicolò di Lido, celui de San Giorgio Maggiore et le pat (...)
  • 13 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 36.
  • 14 Cf. Paul Magdalino, Constantinople médiévale, études sur l’évolution des structures urbaines, Pari (...)

14Jusqu’à présent les études concernant le quartier des Vénitiens à Constantinople prenaient acte des donations successives de la part du doge aux ecclésiastiques de la métropole, de larges portions du territoire donné par l’empereur byzantin puis de celui acquis grâce à la Quatrième croisade (3/8 de la ville échoient à Venise), sans tenter d’en comprendre la raison12. L’explication invoquée étant que l’Etat vénitien ne possède ni les moyens, ni les structures, ni le personnel nécessaires sur place aptes à garantir un contrôle et une utilisation directe des biens immobiliers du quartier offert par l’empereur13. De plus, il s’agit de marchands, or l’urbanisation et la gestion du foncier sont déléguées aux ecclésiastiques. Quelle est la logique ? Un premier élément d’explication est apporté par la tradition locale. En effet, la largesse impériale a été rendue possible grâce à l’expropriation de monastères byzantins détenteurs de ces rives de la Corne d’Or avec leurs scalae (« échelles » ou appontements)14. La lucrative zone portuaire passe donc des mains des ecclésiastiques byzantins à celles des ecclésiastiques vénitiens par l’intermédiaire de leurs chefs politiques respectifs.

  • 15 Voir à ce propos la brillante synthèse d’Etienne Hubert, « Propriété ecclésiastique er croissance (...)

15Par ailleurs, en mère patrie, que ce soit à Venise ou plus largement en Italie où il n’est nullement question de loger une population essentiellement marchande, plus ou moins de passage, les ecclésiastiques jouent un rôle déterminant en matière d’urbanisation. Détenteurs de vastes patrimoines grâce à la générosité des fidèles, notamment des plus hautes autorités (doges, évêques...), leur engagement dans l’urbanisation permet d’offrir une réponse à la poussée démographique et de loger jusqu’aux plus démunis. Ainsi, l’urbanisation de leur patrimoine foncier prend une valeur économique permettant la rentabilisation d’espaces encore inutilisés, mais elle revêt également un caractère social par l’« aide au logement » et aussi religieux. En effet, les ecclésiastiques peuplent leur paroisse, ce qui renforce bien évidemment leur fonction spirituelle et leur prestige, mais augmente également leurs revenus par la perception du casuel. Les ecclésiastiques, souvent à court d’argent, peuvent réaliser une urbanisation sur une vaste échelle sans mise de fonds importante, grâce aux concessions de longue durée, sorte de baux emphytéotiques de terrains à bâtir, déléguant ainsi l’effort financier de la construction aux preneurs à bail15.

16À Constantinople, la situation est néanmoins différente car la « clientèle » des religieux n’est pas la même. Les concessions ont une rentabilité immédiate pour les ecclésiastiques propriétaires du sol et constituent un placement lucratif et actif pour les preneurs à bail qui louent un terrain à bâtir ou une maison voire plusieurs. Ils sont d’ailleurs vivement invités à multiplier leurs investissements et plusieurs d’entre eux ont profité de cette opportunité. Ils ne versent ici non pas un cens purement récognitif, souvent en nature comme en Italie, mais des sommes parfois élevées en hyperpères (sauf rares exceptions).

  • 16 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C. 8, 1184, mai, Constantinople ; C 12, 1206, septembre, C (...)
  • 17 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C 13, 1206, octobre, Constantinople, promissio.
  • 18 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C 27, 1240, février, Constantinople, promissio.
  • 19 Boutiques destinées au travail artisanal et à la vente au détail.
  • 20 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C 20, 1208, mars, Constantinople, vente ; C. 30, 1240, mai (...)
  • 21 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C. 5, 1184, février, Constantinople ; C. 8, 1184, mars, Co (...)
  • 22 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C. 32, 1241, janvier, Constantinople, promissio du preneur (...)

17Pour le patriarche de Grado, les biens situés à l’extérieur de l’enceinte dans l’espace portuaire destiné très clairement aux activités marchandes, constituent un revenu quatre fois supérieur à celui des biens intra muros. Ils sont, il est vrai, plus nombreux aussi (le double de « case » environ), mais cela atteste de l’importance de l’activité marchande pour ce quartier. Dans les actes aux clauses habituelles « habendi, dandi etc. » s’ajoute la possibilité d’exercer une activité commerciale : « meas Militates et negotia faciendi »16. Notamment pour quelques parcelles le preneur réclame le droit d’y tenir des tables de changeur : « tenendi tabulas ad cambium...ad suprascripti patriarchatus utilitatem et meam »17. De son côté, le bailleur protège ses intérêts en ajoutant une clause dans un de ses actes : si le podestat ou la Commune de Venise n’autorisait pas le preneur à tenir ces tables, le cens convenu ne serait pas réduit pour autant18. Les lieux de travail le plus souvent évoqués sont les ergasteria19. Ils apparaissent maintes fois dans les actes, d’abord, ceux qui sont mentionnés parmi les biens appartenant à l’église de Sant’Akindano donnée au patriarche de Grado en 1107, puis ceux qui sont bâtis par les preneurs à bail sur les terres concédées20. Ils sont également évoqués parmi les confronts21. Une « scala » est aussi concédée pour 15 hyperpères par an22. La spécificité professionnelle de la population concernée est ainsi attestée.

  • 23 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C, 19, 1207, décembre, Constantinople.

18La présence vénitienne s’installe progressivement dans la durée. Les concessions pour vingt-cinq ans sont renouvelées et les héritiers sont attestés comme étant toujours sur place. À ce propos, il est éclairant d’observer le lieu de résidence mentionné afin d’identifier les personnes dans les actes notariés. Suivant la pratique vénitienne très précoce en matière d’identification des personnes par la formation de « noms de famille » et par la précision du confinium vénitien de résidence, les Vénitiens de Constantinople déclinent eux aussi ces éléments dans les documents. Dans un premier temps, au xiie siècle, il s’agit du confinium vénitien d’origine, signe que l’installation en Orient n’est que temporaire. Progressivement, la mention « habitator in Constantinopoli » devient de plus en plus fréquente, avec des précisions telles que « Leonardus Vendelino de Canareclo nunc autem habitator in Constantinopoli » soulignant le passage du sestiere de Cannaregio (à Venise) à Constantinople ou encore « quondam habitator in Rodosto nunc in Constantinopoli » indiquant le passage d’une localité d’outremer à une autre23. La même formule, généralement « habitator in Constantinopoli », est également utilisée pour les Grecs apparaissant dans les actes.

Les églises : entre l’exercice du culte et la démonstration de force et d’indépendance

  • 24 Cf. Ennio Concina, I Fondaci. Architettura, arte e mercatura tra Levante, Venezia e Alemagna, Veni (...)

19Le modèle urbain de référence dans l’organisation du quartier est bien évidemment Venise avec la place, l’église, le marché et les équipements. On pense aussi qu’à son tour le quartier des Vénitiens à Constantinople, le plus ancien et le plus important des comptoirs d’Outremer, a joué le rôle de modèle pour les autres quartiers vénitiens en Méditerranée24.

  • 25 Voir la note précédente.
  • 26 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 32 : les quatre églises sont mentionnées dans le tes (...)
  • 27 Cf. Raymond Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, III : les églises et monastè (...)
  • 28 L’embolos est un quartier commercial comprenant des appontements (« échelles »), des entrepôts et (...)
  • 29 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, B. 3, 1200, 13 mai, Rome, Latran, Lettre d’innocent III à Giovanni pa (...)
  • 30 Cf. Raimondo Morozzo Della Rocca et Antonio Lombardo, Documenti..., op. cit., vol. II, n. 481, p.  (...)

20Toutefois, le binôme fondamental, reflet de la métropole, palais du pouvoir (palais des doges ou du baile)-église de San Marco, qui est présent au Royaume de Jérusalem que ce soit à Tyr ou Acre, n’a pas sa place à Constantinople25. Là, en effet, en 1148, les églises vénitiennes attestées sont au nombre de quatre, dont une dédiée à San Marco, mais elle n’est pas la principale26. Cette anomalie a même poussé quelques historiens (au tournant des xixe et xxe siècle) à penser que l’église de San Marco était en réalité celle de Sant’Akindano27. Trois églises probablement édifiées par les Vénitiens sont venues entourer la plus ancienne, Sant’Akindano, vraisemblablement d’origine grecque. Toutes les trois sont habituellement définies « de nostro Embulo28 ». L’existence de plusieurs églises atteste le développement du quartier et l’influence exercée sur lui par les établissements ecclésiastiques métropolitains, car chacune de ces trois églises appartient à un monastère : celle de San Marco à San Giorgio Maggiore, celle de San Nicola à San Nicolò di Lido, celle de Santa Maria me semble liée à San Felice d’Ammiana29. En confirmation de ces liens, grâce à certains actes de gestion des patrimoines ecclésiastiques, il apparaît clairement que ce sont les prêtres de ces églises qui gèrent les biens des monastères dont elles dépendent30.

21L’église de Sant’Akindano avec ses biens, ses revenus et ses privilèges est entre les mains du patriarche de Grado depuis la donation du doge en 1107. Exception qui confirme la règle, la gestion des biens du patriarche n’est pas confiée à son prêtre, mais à des procureurs choisis souvent au sein de la famille du patriarche en charge (le frère ou le neveu).

  • 31 Cf. Ennio Concina, IFondaci..., op. cit, 70 et Roberto Cessi et Annibale Alberti, Rialto. L’isola, (...)

22Puisqu’elle appartient au patriarche, Sant’Akindano est la seule église paroissiale. Suivant la tradition vénitienne, le curé exerçait également le rôle de notaire pour la communauté. Sant’Akindano détient également les seuls balances, poids et mesures que les Vénitiens peuvent utiliser moyennant finance. Confier les poids et mesures légitimes à leurs églises, ainsi garantes de l’honnêteté du commerce, est une pratique habituelle des Vénitiens en Romanie. D’ailleurs, à Venise même, l’église de San Giacomo di Rialto, proche des services des poids et mesures légitimes, veille sur l’honnêteté des transactions invoquée par une inscription cruciforme dans l’église même31. À Constantinople, au milieu du xiiie siècle, Pasquale Bollani prit à ferme ce service au patriarche de Grado s’en assurant ainsi le monopole contre un versement de 72 hyperpères, somme bien supérieure à tous les autres revenus (entre 1 et 21 hyperpères) des biens patriarcaux en ville.

  • 32 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 42.
  • 33 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, B. 4 et Freddy Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge., Paris, d (...)

23Les églises vénitiennes à Constantinople comme ailleurs en Romanie constituent les jalons nécessaires à la création d’une structure épiscopale dans l’empire byzantin sous l’autorité du patriarche de Grado. Silvano Borsari a étudié ce projet ambitieux, mais jamais concrétisé, soutenu par la volonté du pape de conférer plus de dignité à ce patriarche32. D’ailleurs, le patriarche a autorité sur l’ensemble des églises vénitiennes à Constantinople et il la conserve même après la nomination d’un patriarche latin de Constantinople à l’issue de la Quatrième croisade, un Vénitien également : Tommaso Morosini. Ansi, en matière d’autorité ecclésiastique, des liens directs entre Venise et l’empire latin sont doublement assurés en réduisant toute volonté d’autonomie de la colonie vénitienne33. Malgré l’échec de la création d’une structure épiscopale, l’armature ecclésiastique paraît finalement plus ancienne, mieux ancrée et mieux organisée que celle de l’Etat. Mais ce n’est pas la seule matière de discorde...

Relations avec la mère patrie : entre dépendance et velléités d’autonomie

  • 34 Doc. n. 8, 1121, 10 avril, Rialto in Luigi Lanfranchi, Famiglia Zusto, Venise, Fonti relative alla (...)
  • 35 Il s’agit d’Acropolite, témoignage relevé par Chryssa A. Maltezou, « Les Italiens... », op. cit., (...)
  • 36 Michel Balard, Les Latins en Orient, xie-xve siècle, Paris, PUF, 2006, p. 144.

24En effet, le comportement des Vénitiens d’outremer est loin d’être toujours loyal et fidèle à l’égard de la métropole. Déjà en 1121, plusieurs marchands désobéissent à l’injonction du doge de rentrer à Venise pour partir reconquérir la Terre sainte, malgré la menace d’expropriation de tous leurs biens34. On trouve une preuve de l’installation dans la longue durée de ces marchands qui, à l’origine, ne faisaient que passer, dans leur ralliement à la défense de la ville contre les croisés de 1204, attesté par un chroniqueur byzantin35, comme on l’a vu précédemment. Les Pisans ne montrèrent pas beaucoup d’empressement non plus à rejoindre le camp des croisés après avoir d’abord participé à la défense de la muraille aux côtés des Grecs36.

  • 37 Ce texte est édité par Marco Pozza, Gli atti originali della cancelleria veneziana, vol. II, (1205 (...)

25Après le succès de la croisade et la mort du doge Enrico Dandolo, entre mai et juin 1205, la communauté vénitienne de Constantinople se choisit un nouveau chef en la personne de Marino Zeno, qui prend le titre de podestat, mais aussi de dominator d’un quart et demi de l’empire byzantin, c’est-à-dire de la part du butin échue à Venise. Les documents attestent qu’il exerça ses fonctions entre le 29 juin 1205 et le mois de mars 1207. La réaction du nouveau doge Pietro Ziani est sans appel, un autre podestat est envoyé par Venise, le texte de son engagement date d’avril 120737. Le doge lui-même est le seigneur du quart et demi de la Romanie et tout nouveau podestat doit lui prêter serment de fidélité ainsi qu’à la Commune de Venise.

  • 38 Cf. Freddy Thiriet, La Romanie..., op. cit., p. 104 et 141-155 et Raymond Janin, Constantinople by (...)

26Au moment de la reconquête byzantine en 1261, la plupart des Vénitiens abandonnèrent leur quartier qui avait été dévasté par les flammes. L’empereur autorisa les rares volontaires à rester, mais ils n’avaient plus de représentant et la première attestation d’un baile vénitien ne date que de 126838.

  • 39 Cf. Marco Pozza et Giorgio Ravegnani, I trattati con Bisanzio 1265-1285, Venise, Il Cardo, 1996 p. (...)
  • 40 La documentation patrimoniale du patriarche de Grado s’arrête en 1256, donc pratiquement avec la f (...)
  • 41 Sur ces difficiles rentrées fiscales de la Commune de Venise à Constantinople qui s’amenuisent cf. (...)

27Le traité du 18 juin 1265 prévoyait le transfert du quartier vénitien sur la rive opposée de la Corne d’Or, mais le chrysobulle de Michel VIII Paléologue du 19 mars 1277 autorisa les Vénitiens à revenir dans leur ancien quartier désormais très amputé, délimité par la porte de Perama et la porte Drungarii39. Les Vénitiens reçurent quelques bâtiments : trois pour les services communs (baile, conseillers et affaires de la Commune), vingt-cinq maisons à titre gratuit pour les marchands de passage (avec une certaine souplesse dans le nombre en fonction des besoins) et deux églises, Santa Maria et San Marco. Ces dernières récupérèrent partiellement les prérogatives de Sant’Akindano qui ne figure dans le texte que comme point de repère40. Voilà donc l’église de San Marco remise au centre de la communauté des Vénitiens comme ailleurs. Ces derniers garderont les deux églises en leur possession jusqu’à la fin de l’empire byzantin, même si les Génois avaient quelques prétentions sur elles. Les poids et mesures obligatoires pour les Vénitiens sont désormais confiés aux officiers de la Commune, qui perçurent également diverses taxes sur la circulation des marchandises et les loyers des magasins et habitations destinés aux marchands de passage. Au xive siècle, le baile vénitien se plaignait du refus de certains compatriotes de payer pesage, mesurage et loyers, poussant quelques-uns d’entre eux à faire peser leurs marchandises dans la colonie génoise de Péra sur la rive opposée de la Corne d’Or et le phénomène se poursuivit malgré les injonctions répétées41.

28Le quartier des Vénitiens à Constantinople, son indépendance relative et ses rêves d’autonomie ne sont plus qu’un pâle souvenir.

Notes

1 Federica Masè, « Modèles de colonisation vénitienne : acquisition et gestion du territoire urbain en Méditerranée orientale (xie au xiiie siècle) », in L’expansion occidentale (xie-xve siècles). Formes et conséquences, xxxiiie Congrès de la SHMES, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 133-142 et Ead., « Il patrimonio immobiliare del patriarca di Grado e lo sviluppo del quartiere dei veneziani a Costantinopoli (XI-XII secolo) », in Patrimoni e trasformazioni urbane, Congrès de l’Associazione Italiana di Storia Urbana, Rome, 2004, à paraître.
Les sources sont partiellement éditées par Flaminio Corner, Ecclesiae Venetae antiquis monumentis nunc etiamprimum editis illustratae ac in decades distributae, Venise, 1749, vol. III, decas quarta, Ecclesia parochialis Sancti Silvestripapae et repris ensuite par G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels und Staatsgeschichte der Republik Venedig, Vienne, Kaiserlich-königlichen Hof und Staatsdr., 1856 (Fontes Rerum Austriacarum, II, 12, 13, 14). Raimondo Morozzo Delia Rocca et Antonio Lombardo, Documenti del commercio veneziano dei secoli XI-XIII, vol. I et II, Rome, Turin, Libraria italiana, 1940, éditent également plusieurs documents.

2 Sur le quartier des Vénitiens à Constantinople, cf. Horatio F. Brown, « The Venitians and the Venitian Quarter in Constantinople to the close of the Twelfth Century », Journal of Hellenic Studies, 40, 1920, p. 68-88 ; Silvano Borsari, Venezia e Bisanzio nel XII secolo. I rapporti economici, Venise, Deputazione Ed., 1988 ; Chryssa A. Maltezou « Il quartiere veneziano di Costantinopoli (scali marittimi) », Thesaurismata, 15, 1978, p. 30-61 ; Ead., « Les Italiens propriétaires “terrarum et casarum” à Byzance », Byzantinische Forshungen, 22, 1996, p. 177-191 ; Michel Balard, Alain Ducellier, Constantinople 1054-1261, Paris, Autrement, 1996 ; David Jacoby, « Venitian Settlers in Latin Constantinople (1204-1261) Rich or Poor ? », in Chryssa A. Maltezou (SOUS la dir.), Ricchi epoveri nella società dell’orientegrecolatino, Venise, Elleniko Institouto, 1998, p. 181-204 ; Id., « The Venitian Quarter of Constantinople from 1082 to 1261 : Topographical Considerations », in Claudia Sode et Sarolta Takacs (sous la dir.), Novum Millennium. Studies on Byzantine History and Culture dedicated to Paul Speck, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 153-170.

3 Voir Silvano Borsari, « Il crisobullo di Alessio I per Venezia », in Annali dell’Istituto Italianopergli studi storici, II, 1969-1970, p. 126-129.

4 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 31.

5 Raimondo Morozzo Della Rocca Antonio Lombardo, Documenti..., op. cit., n. 502, p. 42, 1208, septembre, Constantinople. Sur l’organisation des convois, cf. Frederic. C. Lane, Venise, une république maritime, Paris, Flammarion, 1985, p. 110 et sq.

6 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 22-25.

7 Ce retour est d’ailleurs attesté par les actes notariés concernant les biens patrimoniaux des ecclésiastiques vénitiens datés de 1183-1184 ; cf. Archivio di Stato di Venezia (dorénavant ASV), Corporazioni Religiose Soppresse (dorénavant CRS), Mensa Patriarcale, B. 9 : 6 engagements de preneurs à bail de terrains à bâtir appartenant au patriarche de Grado sont datés de 1184 ; deux engagements pour des terrains appartenant à San Giorgio sont datés respectivement de décembre 1183 et mai 1184 in Luigi Lanfranchi, San Giorgio Maggiore, vol. II, Venise, Fonti relative alla storia di Venezia, 1968, p. 232-233 et 212-214.

8 Elle peut apparaître plusieurs fois dans le même acte notamment « ...excepto periculo incendii et violentie imperatoris...excepto incendio vel violentia alicuius senioris » in ASV, Cancelleria Inferiore, Notai, B. A. II, 1234, novembre, Constantinople, édité par Raimondo Morozzo Della Rocca et Antonio Lombardo, Documenti..op. cit., n. 691, p. 225.

9 Cf. ASV, CRS, Mensa Patriarcale, B. 9, pour les biens du patriarche et Luigi Lanfranchi, San Giorgio..op. cit., pour les autres.

10 Cf. ChryssaA. Maltezou, « Les Italiens... », op. cit, p. 190.

11 Cf. à ce propos David Jacoby, « Les Vénitiens naturalisés dans l’empire byzantin : un aspect de l’expansion de Venise en Romanie du XIIIe au milieu du xve siècle », in Travaux et Mémoires, 8, 1981, p. 217-235.

12 Les bénéficiaires sont le monastère de San Nicolò di Lido, celui de San Giorgio Maggiore et le patriarche de Grado. L’acte de donation à San Giorgio mentionne une donation précédente à San Nicolò non conservée, cf. Luigi Lanfranchi, San Giorgio Maggiore, op. cit., vol. II, doc. N. 69, 1090, p. 169-170. Le patriarche reçoit une donation à deux reprises, en 1107 puis en 1206 in ASV, CRS, Mensa Patriarcale, B. 9, C 1, 1107 septembre, Rialto, copie de 1212, février, Rialto et C 3, 1206, février, Constantinople, copie de 1208, avril, Constantinople, éditées in Flaminio Corner, Ecclesiae Venetae..., op. cit., vol. III, p. 66-71 et p. 86-88.

13 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 36.

14 Cf. Paul Magdalino, Constantinople médiévale, études sur l’évolution des structures urbaines, Paris, de Boccard, 1996, p. 78-90. Ces expropriations des religieux byzantins permirent aussi les concessions territoriales de 1192 et 1202 aux Pisans et aux Génois cf. Chryssa A. Maltezou, « Les Italiens... », op. cit, p. 178.

15 Voir à ce propos la brillante synthèse d’Etienne Hubert, « Propriété ecclésiastique er croissance urbaine (à propos de l’Italie centrale-septentrionale, xiie-début du xive siècle) », in Gli spazi economici della Chiesa nell'Occidente mediterraneo (secoli XII-metà XIV), Pistoia, Centro Italiano di Studi di Storia e d’Arte, 1999, p. 125-155 et Federica Masè, Patrimoines immobiliers ecclésiastiques dans la Venise médiévale (xie-xve siècle). Une lecture de la ville, Rome, École Française de Rome, 2006.

16 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C. 8, 1184, mai, Constantinople ; C 12, 1206, septembre, Constantinople ; C 13, 1206, octobre, Constantinople ; C 14, 1206, octobre, Constantinople ; C 15, 1207, mars, Constantinople ; C 26, 1233, janvier, Constantinople, promission es.

17 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C 13, 1206, octobre, Constantinople, promissio.

18 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C 27, 1240, février, Constantinople, promissio.

19 Boutiques destinées au travail artisanal et à la vente au détail.

20 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C 20, 1208, mars, Constantinople, vente ; C. 30, 1240, mai, Constantinople, quittance.

21 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C. 5, 1184, février, Constantinople ; C. 8, 1184, mars, Constantinople, promissiones.

22 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C. 32, 1241, janvier, Constantinople, promissio du preneur à bail Vitale Bugari d’une « ...scalam positam secus mare prope ripam de Perma... ».

23 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, b. 9, doc. C, 19, 1207, décembre, Constantinople.

24 Cf. Ennio Concina, I Fondaci. Architettura, arte e mercatura tra Levante, Venezia e Alemagna, Venise, Marsilio, 1997, p. 80-82.

25 Voir la note précédente.

26 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 32 : les quatre églises sont mentionnées dans le testament de Giovanni Badoer en mai 1148 in Marco Pozza, I Badoer. Una famiglia veneziana dal X al XIII secolo, Abano Terme, A. Francisci, 1982, App. II, p. 119. Sur les églises vénitiennes et leurs prêtres cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 32-33 et 38-39.

27 Cf. Raymond Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, III : les églises et monastères de Constantinople, Paris, Institut français d’études byzantines, 1969, p. 584.

28 L’embolos est un quartier commercial comprenant des appontements (« échelles »), des entrepôts et des logements pour les marchands.

29 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, B. 3, 1200, 13 mai, Rome, Latran, Lettre d’innocent III à Giovanni patriarche de Grado. Il mentionne l’existence à Constantinople des chapelles des monastères de San Nicolò et de San Giorgio, bien connues, mais aussi de celle de San Felice ; voir également la note suivante.

30 Cf. Raimondo Morozzo Della Rocca et Antonio Lombardo, Documenti..., op. cit., vol. II, n. 481, p. 21. 1206, août, Constantinople, Domenico Soranzo diacre et prieur de l’église de Santa Maria de capite Vigie concède une terre appartenant à San Felice, dont les confronts sont l’église elle-même et une autre terre de propriété du monastère. Ibidem, vol. I, n. 34, p. 38. 1185, janvier, Constantinople, Autorisation donnée par Leonardo abbé de San Giorgio à Domenico prêtre et prieur de l’église de San Marco de Constantinople d’exiger les loyers des maisons sises à Constantinople appartenant au monastère. Ibidem, n. 35, 1185, mai, Constantinople, Domenico Basso, prieur de San Nicola nostri embuli reçoit des envoyés du doge Orio Malipiero les propriétés concédées au monastère de San Nicolò par le doge Vitale Michiel. Ces deux derniers actes datent de l’époque du retour des Vénitiens à Constantinople après la « violence impériale ».

31 Cf. Ennio Concina, IFondaci..., op. cit, 70 et Roberto Cessi et Annibale Alberti, Rialto. L’isola, il ponte, il mercato, Bologne, Nicola Zanichelli, 1934, p. 20-21.

32 Cf. Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 42.

33 ASV, CRS, Mensa Patriarcale, B. 4 et Freddy Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge., Paris, de Boccard, 1959, p. 81.

34 Doc. n. 8, 1121, 10 avril, Rialto in Luigi Lanfranchi, Famiglia Zusto, Venise, Fonti relative alla storia di Venezia, 1955, p. 25-27. À ce propos cf. Chryssa A. Maltezou, « Les Italiens... », op. cit., p. 177 et Silvano Borsari, Venezia..., op. cit., p. 17.

35 Il s’agit d’Acropolite, témoignage relevé par Chryssa A. Maltezou, « Les Italiens... », op. cit., p. 190.

36 Michel Balard, Les Latins en Orient, xie-xve siècle, Paris, PUF, 2006, p. 144.

37 Ce texte est édité par Marco Pozza, Gli atti originali della cancelleria veneziana, vol. II, (1205-1277), Venise, Il Cardo, 1996, p. 28-29.

38 Cf. Freddy Thiriet, La Romanie..., op. cit., p. 104 et 141-155 et Raymond Janin, Constantinople byzantine, Paris, Institut français d’études byzantines, 1964, p. 247-248.

39 Cf. Marco Pozza et Giorgio Ravegnani, I trattati con Bisanzio 1265-1285, Venise, Il Cardo, 1996 p. 26-47 et p. 79-110.

40 La documentation patrimoniale du patriarche de Grado s’arrête en 1256, donc pratiquement avec la fin de l’Empire latin de Constantinople.

41 Sur ces difficiles rentrées fiscales de la Commune de Venise à Constantinople qui s’amenuisent cf. David Jacoby, « Les Vénitiens naturalisés... », op. cit., p. 233-234.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search