Version classiqueVersion mobile

Réseaux marchands et réseaux de commerce

 | 
Damien Coulon

Genèse et reconfiguration des réseaux de commerce et de crédit

Naissance d’un empire : le réseau commercial génois du Levant à l’Adantique, xiie-xive siècle

Enrico Basso

Texte intégral

1. Les débuts de l’expansion du réseau commercial génois

1Au début du xiie siècle, Gênes n’est qu’une puissance secondaire sur l’échiquier méditerranéen. Si sa participation aux expéditions antimusulmanes de Sardaigne (1014-1015) et de Tunisie (1087) a démontré les potentialités de sa marine, l’isolement relatif dans lequel elle se trouve, illustré par sa participation manquée à l’expédition pisane contre les Baléares (1113-1115), la maintient à l’arrière-plan d’une scène qui est dominée par Venise pour le bassin oriental de la Méditerranée, et par Pise pour le bassin occidental, qui en est devenue la principale puissance depuis sa victoire sur Amalfi. De plus, tandis que ses rivales ont déjà affirmé leur suprématie sur les aires qui les entourent, Gênes doit encore non seulement assurer, pour une population en croissance constante, la régularité de ses ravitaillements fondamentaux (grain, sel, vin, huile), mais aussi lutter pour s’affirmer face aux ports voisins, tels que Vintimille, Albenga, et surtout Savone.

  • 1 Valeria Polonio, “Da provincia a signora del mare. Secoli VI-XIII”, in Dino Puncuh (sous la dir.),(...)

2La participation à la Croisade est sans doute l’événement qui a offert à cette ville relativement modeste du nord de la mer Tyrrhénienne, l’occasion de se muer « de province, en maîtresse de la mer1 », selon la formule suggestive de Valeria Polonio ; ceci en amorçant un processus qui, au travers de violents conflits extérieurs comme intérieurs et une série de transformations accomplies non sans souffrances, a fait d’elle au cours des deux siècles suivants, une des puissances dominantes du bassin méditerranéen, maîtresse d’un réseau commercial qui s’étend de l’Atlantique jusqu’à la Chine.

3La décision d’assurer le passage des chevaliers pèlerins vers la Terre sainte, entreprise privée devenue ensuite projet de la Compagna Communis dans sa totalité, illustre sans doute cette capacité à saisir les occasions favorables dont la classe dirigeante génoise avait plusieurs fois fait montre à cette époque. Mais on peut déjà retrouver ici les caractéristiques qui sont celles de l’expansion du réseau commercial génois pendant les trois siècles suivants. L’intervention de l’« Etat » (en prenant ce terme dans un sens très large) ne s’opère que dans un second temps : elle ne fait que suivre, comme elle le fait toujours par la suite, la route ouverte par l’esprit d’initiative des particuliers.

  • 2 Aux Embriaci, déjà seigneurs de Jebail, devait être de facto confiée la gestion des comptoirs géno (...)
  • 3 Geo Pistarino, Genovesi d’Oriente, Gênes, Civico Istituto Colombiano, 1990, p. 25-59.
  • 4 Eliyahu Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, Collin (...)
  • 5 Roberto S. Lopez, Storia delle colonie genovesi nel Meditermneo, Gênes, Marietti 1820, 1996, p. 76 (...)
  • 6 Michel Balard, La Méditerranée médiévale. Espaces, itinéraires, comptoirs, Paris, Picard, 2006, p. (...)

4La participation à l’expédition étant ainsi gérée par les particuliers durant les premières phases déterminantes, c’est de fait à ces derniers (surtout à la famille des Embriaci à laquelle appartient le chef de l’entreprise, ce Guillaume « Caput Mallei » qui va rester pendant des siècles un des héros du « Panthéon » de la Commune) qu’iront les fruits les plus importants de la victoire2. De même, c’est encore par l’intervention des nobles qui ont participé à l’entreprise sous l’égide du Chapitre de la cathédrale de San Lorenzo, que la Commune obtient des princes d'Outremer ces privilèges qui ouvrent les ports syro-palestiniens au commerce génois3. Même si, on le sait par le témoignage des documents de la Genizah du Caire, les navires génois n’étaient pas inconnus dans ces eaux4, c’est précisément en Terre sainte que les Génois perfectionnent les équipements de leurs comptoirs (composés, essentiellement au départ, par une rue, des maisons et des entrepôts, une église, un four, un balneum et l’accès au port)5 qu’ils transfèrent, au fil du temps, dans les autres parties du bassin méditerranéen. Surtout, ils y développent la politique qui reste constante dans toute leur expansion commerciale : non pas une occupation de vastes territoires, mais une concentration des efforts pour contrôler des points-clefs afin de s’assurer la maîtrise des routes commerciales6.

  • 7 Michel Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Atti della Società Ligure di Storia (...)

5Les comptoirs dans les villes syro-palestiniennes sont donc le « laboratoire » où sont mises au point les structures et les tendances qui sont à l’origine du succès de l’expansion commerciale génoise durant les siècles suivants. Mais l’importance commerciale de ces comptoirs demeure relative, en dépit de leur prestige et de leur importance politique et symbolique. Et même si l’analyse des destinations que l’on trouve dans le minutier de Giovanni Scriba (1154-1164) leur donne un rôle tout à fait particulier dans le cadre du commerce génois de l’époque7, le grand marché des épices orientales reste Alexandrie, tandis que Constantinople demeure la place commerciale la plus importante du monde méditerranéen, même si la présence génoise y est encore assez modeste.

6C’est précisément au temps du premier comptoir génois à Constantinople, entre 1155 et 1204, que se manifeste dans toute son importance le rôle des familles dans la constitution des points fondamentaux du réseau commercial génois : dans ce cas précis, au-delà de l’intervention directe de la Commune, le rôle dominant est assuré par des membres de la famille Guercio, ancienne lignée de la noblesse, qui profitent au mieux de la mission diplomatique conduite en 1160 par Enrico Guercio, chargé de se rendre à Constantinople pour régler la question de la concession aux Génois d’un quartier dans la capitale ou dans ses environs.

  • 8 ILibri Iurium della Repubblica di Genova, I/1, par Antonella Rovere, Gênes, Società Ligure di Stor (...)
  • 9 ILibri Iurium della Repubblica di Genova, I/2, par Dino Puncuh, Gênes, Società Ligure di Storia Pa (...)
  • 10 Valeria Polonio, “Da provincia.op. cit., p. 178.
  • 11 Michele Giuseppe Canale, Storia civile, commerciale e letteraria dei Genovesi dalle origini all’an (...)
  • 12 Enrico Basso, “Guercio, Balduino” ; “Guercio, Enrico”, in Dizionario Biografico degli Ltaliani (DB (...)

7En 1157 déjà, Amico de Murta avait été envoyé dans la capitale byzantine pour obtenir la concession de cet embolum, prévue dans le texte du traité signé avec Manuel Ier Comnène en 11558. Mais la question était restée en suspens, en raison des accords conclus par les Génois avec Guillaume Ier de Sicile (1156)9, alors en guerre avec l’Empire, accords qui étaient partiellement en contradiction avec les engagements que la Commune avait pris envers l’empereur10. Ce sont les talents diplomatiques de Guercio qui permirent de sortir de l’impasse, en constituant enfin ce quartier de Santa Croce, dont la position reste incertaine, et qui comptait déjà, à peine deux ans plus tard et selon le témoignage de Caffaro, un grand nombre de marchands ligures11. Mais au-delà des intérêts de la Commune, Guercio a fait avancer aussi ceux de sa propre famille, saisissant l’occasion d’établir ces liens personnels avec la Cour impériale pour les étendre à d’autres Guerci – faits bien attestés dans la documentation – en premier lieu pour le propre frère d’Enrico, Balduino. Il assure de cette manière à ses parents un rôle de première importance dans la colonie génoise, au point que l’on a supposé une transmission héréditaire de la charge de vicecomes, quasiment hors du contrôle de la mère patrie, entre les membres de la famille Guercio, qui devaient garder pendant des générations un vrai lien d’allégeance envers l’Empire byzantin12.

  • 13 .I Libri Iurium..., I/2, op. cit., doc. 379, p. 314-316.
  • 14 Ibidem, doc. 380, p. 316-317.
  • 15 Giovanna Petti Balbi, Genova e Corsica nel Trecento, Rome, Istituto Storico per il Medioevo, 1976, (...)
  • 16 G. Rossi Sabatini, L’espansione di Pisa nel Mediterraneo fino alla Meloria, Florence, L’arte della (...)

8Le même Enrico Guercio et ses parents sont également des protagonistes de premier plan sur une autre scène d’importance fondamentale dans le cadre de l’affirmation du réseau commercial ligure dans la Méditerranée : la Sardaigne. En décembre 1131, Enrico participait à la promulgation solennelle de l’acte par lequel le judike Comita d’Arborea faisait don à la cathédrale de San Lorenzo de Gênes de l’église de Saint-Pierre-de-Claro avec tous ses revenus, de quatre curtes, de la moitié des mines d’argent d’Arborea, ainsi que de la moitié des mines d’argent du « Giudicato » de Torres, que Comita espérait conquérir avec l’aide de Gênes13. Ce bouleversement de la traditionnelle politique d’alliance de l’Arborea avec Pise devait être sanctionné le même mois par un accord en vertu duquel le judike mettait sa personne, son fils Barisone et tous ses sujets sous la protection de Gênes14. Ces accords confirmaient la volonté génoise de s’opposer à la suprématie exercée jusque-là par Pise sur la grande île de la mer Tyrrhénienne. À partir du moment où Gênes avait entrepris la lutte contre Pise (avec laquelle elle était en guerre depuis 1118) pour affirmer sa domination en mer Tyrrhénienne, la Corse et la Sardaigne devenaient en effet l’objectif principal de la lutte féroce entre les deux villes, surtout en raison de leur position géographique qui faisait d’elles une sorte de « clef » pour s’assurer la maîtrise des principales routes de navigation entre la côte tyrrhénienne de l’Italie centrale et du Nord, et l’outremer : si Pise venait à l’emporter, Gênes serait enfermée dans un réduit étroit15 ; si, au contraire, comme il advint, la commune ligure venait à avoir le dessus, la ville de l’Arno perdrait alors son propre réseau commercial qui s’étendait vers l’Afrique du Nord et, surtout, vers ses riches possessions de Sardaigne16.

  • 17 « Terramanna » pour les Sardes désignait la péninsule italienne. Parmi ces éléments continentaux t (...)

9La lutte pour la maîtrise des ports et des ressources de Corse et de Sardaigne a donc été une lutte acharnée. Dans le cadre de l’activité déployée par les deux villes pour s’insérer dans la société et l’économie de la Sardaigne, les liens de parenté que les grands clans familiaux génois ainsi que pisans sont parvenus à établir avec les représentants de la classe dominante locale, jusqu’au niveau le plus élevé, ont joué un rôle d’une importance particulière. En effet, si trois des quatre « Giudicati » qui se partageaient l’île deviennent en un siècle des satellites de Pise et de Gênes, avec une prévalence de la première dans le sud et l’est et de la seconde dans le nord-ouest, cela s’explique par les liens des dynasties royales avec des éléments continentaux, qui sont enfin parvenus à occuper le pouvoir en privant l’aristocratie indigène du contrôle politique et économique en faveur des donnos terramagnesos17. Au-delà de leur importance en tant que zones productrices de matières premières, les îles tyrrhéniennes constituaient aussi un enjeu commercial dans le bassin occidental de la Méditerranée, c’est pourquoi leur contrôle représentait l’un des objectifs principaux de la politique génoise au xiie siècle. Dans cette logique, la Commune ligure étend progressivement son aire d’influence économique et politique vers l’Occitanie, les régions orientales de la péninsule Ibérique et, au-delà, vers les ports musulmans d’Afrique du Nord, embouchures naturelles des pistes qui, à travers le Sahara, assurent la plus grande partie du ravitaillement en or du monde méditerranéen à cette époque. Même dans ces zones, l’initiative de la Commune est devancée ou soutenue par celle des particuliers, lesquels arrivent à s’intégrer plus tôt dans la société locale, fournissant ensuite un soutien à l’affirmation des aspirations de leur mère patrie.

  • 18 Roberto S. Lofez, “Le relazioni commerciali tra Genova e la Francia nel medio evo”, in Cooperazion (...)
  • 19 ILibri Iurium..., I/2, op. cit., doc. 359, p. 223-225 ; Geo Pistarino, La capitale del Mediterrane (...)
  • 20 Ibid., p. 197-206.
  • 21 Ibid., p. 212.
  • 22 Charles Higounet, “Un grand chapitre de l’histoire du xiie siècle : la rivalité des maisons de Tou (...)

10Un bon exemple est fourni par le cas de l’Occitanie où les Génois, favorisés par les liens qu’ils avaient établis avec la noblesse du Midi pendant les entreprises en Terre sainte, commencent une manœuvre de pénétration commerciale. Celle-ci a un double but : obtenir d’une part le ravitaillement en grain et en sel, fondamental pour l’existence même de Gênes, d’autre part exercer une forme voilée de contrôle, à la fois sur l’expansion menée dans la même aire par les Pisans et sur le développement de ports locaux susceptibles de devenir une menace pour la primauté génoise18. La Commune, profitant des hostilités entre Bertrand de Toulouse et son cousin Guillaume Jourdan, comte de Cerdagne, obtient par Bertrand, en échange d’une aide militaire, des concessions dans la cité commerciale de Saint-Gilles19. Ensuite, se mêlant avec habilité à la querelle qui oppose le jeune comte de Toulouse, Alphonse Jourdan, au duc d’Aquitaine Guillaume IX et au comte de Barcelone Raymond Bérenger III, elle parvient à obtenir de chaque parti la confirmation des privilèges dont elle jouissait dans les principaux ports de la côte provençale. L’opération est complétée par la conclusion d’une série de traités presque contemporains qui placent les villes provençales dans une position de soumission face au pouvoir de Gênes20. Cette activité « publique » est complétée par l’insertion de certaines familles dans la société du plus important des ports d’Occitanie de l’époque : Narbonne. Un témoignage assez éloquent du niveau de pénétration dans la société locale auquel étaient parvenus les Génois, profitant de la faveur du puissant comte de Barcelone pour surmonter la résistance de la vicomtesse Ermengarde, est offert par le traité signé en 1148 entre la Commune de Narbonne et le comte de Barcelone Raymond Bérenger IV : les trois consuls narbonnais mentionnés dans cet acte sont en effet des membres de l’aristocratie consulaire génoise21. C’est précisément cette capacité à s’intégrer qui va permettre aux Génois de surmonter sans subir de dommages la période de la « grande guerre méridionale », qui met aux prises les Maisons de Toulouse et de Barcelone pour le contrôle de la Provence, et qui, avec ses bouleversements d’alliances, semble parfois de nature à relancer les prétentions de Pise ou de Marseille à jouer un rôle primordial dans cette région22.

  • 23 Cesare Imperiale di Sant’angelo, Codice diplomatico della Repubblica di Genova, 3 vol., Rome, Isti (...)
  • 24 David Abulafia, A Meditenanean emporium. The Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge, University Pre (...)
  • 25 Valeria Polonio, “Da provincia..op. cit., p. 172.

11Le contrôle de l’Occitanie et l’alliance qui, à cette époque encore, lie Gênes aux comtes de Barcelone et aux autres souverains ibériques, permettent aux Génois, au-delà de l’accès au ravitaillement en grain et en sel, d’étendre leur expansion commerciale aux territoires de l’Espagne musulmane et de l’Afrique du Nord. Dans la balance commerciale génoise de l’époque, ces territoires sont d’un poids équivalent à celui des comptoirs du Levant. Pendant les xiie et xiiie siècles, ils font l’objet de nombreuses actions menées pour étendre le réseau commercial génois, tel que le traité signé avec l’émir de Majorque en 1181 (renouvelé en 1188 pour une durée de vingt ans)23, garantissant aux marchands génois le libre accès et des conditions avantageuses dans un des principaux carrefours de l’économie méditerranéenne du temps24, convoité par Guillaume II de Sicile, qui avait demandé en vain l’appui de la flotte génoise pour le conquérir25.

12Ce sont précisément la Provence et l’Afrique du Nord qui se détachent, au début du xiiie siècle, comme les objectifs principaux de la politique économique génoise. Exclus des marchés de la Romanie par le triomphe vénitien de 1204, les Génois cherchent à consolider leurs positions dans des zones où, au contraire de la Terre sainte, la concurrence pisane est désormais affaiblie.

  • 26 .I Libri Iurium..., L/2, op. cit., doc. 368, p. 260-265.

13Une fois encore, bien qu’il s’agisse à l’origine d’une initiative prise par la Commune, une famille se place au premier plan, celle des Malocello, liée au même parti guelfe auquel appartenaient les Guercio, dont elle partage d’ailleurs la même origine nobiliaire. En 1224, Carbone Malocello est un des témoins de l’accord avec les Narbonnais par lequel était renouvelée la convention signée en 1181 avec la vicomtesse Ermengarde26. Certes, cet accord était très important pour les Génois, puisqu’il permettait de confirmer, dans un Midi bouleversé par les conséquences de la Croisade albigeoise, les privilèges que les Génois avaient obtenus au temps de la noblesse languedocienne. En 1231 toutefois, Malocello est chargé d’une mission autrement plus importante : avec le gibelin Niccolô Spinola, il est envoyé avec une flotte au secours du sultan almohade du Maroc, alors en guerre avec l’émir de Murcie. L’intervention génoise dans cette guerre s’explique par l’importance croissante du Maroc et de toute l’Afrique du Nord dans les intérêts économiques de la Commune. De cette zone étaient en effet exportés des cuirs, du blé, de la laine, et surtout de l’or, qui, par les voies transsahariennes, parvenait aux ports d’Afrique depuis les légendaires mines de Sidjilmasa.

  • 27 Camillo Manfroni, Storia della Marina Italiana, 3 vol., Livourne, Accademia Navale, 1897-1902,I, p (...)
  • 28 Sur les Maone en général : Roberto Cessi, “Studi sulle Maone medievali”, in Archivio Storico Ltali (...)

14La flotte génoise joue un rôle décisif pour sauver Ceuta de l’assaut de l’ennemi. Grâce à l’œuvre de ses amiraux, Gênes se voit donc confirmer par le sultan tous les privilèges dont ses marchands jouissaient sur les marchés du Maroc, et surtout à Ceuta ; mais en 1235, la rébellion de l’émir de Ceuta contre le sultan menace à nouveau son réseau commercial. Malocello doit une fois de plus se rendre à Ceuta pour tenter de négocier avec l’émir : malgré ses qualités de diplomate et la présence d’une puissante flotte génoise devant la ville, il ne peut arriver à convaincre le prince musulman et se voit contraint de quitter Ceuta, non sans avoir lancé à l’émir un défi officiel au nom de la Commune de Gênes. Ayant rejoint la flotte, il est chargé de gagner Séville pour y recruter les mercenaires susceptibles de compenser les insuffisances des Génois dans la perspective d’une attaque également menée du côté terrestre. À peine arrivé dans la ville andalouse, il tombe malade et meurt sans pouvoir accomplir sa mission. Cependant, l’attaque lancée par la flotte génoise permet enfin de faire céder l’émir, forcé non seulement de renouveler les privilèges des Génois, mais aussi d’accepter que ces derniers établissent un protectorat sur la ville27, qui s’organise alors en une Maona, forme typique de gouvernement « colonial » que les Génois reproduisent au cours du siècle suivant à Chio et à Chypre, ainsi qu’en Corse28.

2. L’affirmation de Gênes comme puissance méditerranéenne

15Le développement des intérêts commerciaux génois dans le bassin occidental de la Méditerranée a été encouragé pendant toute la première moitié du xiiie siècle par l’exclusion des Génois des marchés de Romanie. Il redouble pendant la seconde moitié du siècle avec la reprise impétueuse du commerce génois vers l’Orient.

  • 29 Georg Caro, Genua und die Mächte am Mittelmeer, 1257-1311, 2 vol., Halle, Niemeyer, 1895-1899, tr. (...)

16L’événement qui a déclenché ce tournant radical du développement du réseau commercial génois a été, de manière assez imprévisible, une défaite cuisante. La destruction du fondacum génois de Saint-Jean d’Acre (1258) par les Pisans et les Vénitiens a appelé la riposte du gouvernement génois sur un autre front : il en résulte la conclusion du fameux traité de Nymphée (mars 1261), qui marque une profonde transformation de la politique méditerranéenne de Gênes29.

17Après la reconquête byzantine de Constantinople (juillet 1261), ce traité concède non seulement aux Génois une bonne part des ports et des îles sous contrôle vénitien après 1204, mais leur ouvre également les portes de la mer Noire qui, avec l’expansion mongole, devient l’un des carrefours économiques de l’époque.

18En l’espace d’une trentaine d’années à peine, les Génois bâtissent en Mare Maius un réseau commercial complexe avec comme centre Caffa, leur nouveau comptoir sur la côte méridionale de la Crimée. Il leur permet de profiter au maximum de l’ouverture des grandes routes caravanières transasiatiques, fruit de lapax mongolica qui succède à la période violente des conquêtes mongoles, et fait d’eux les intermédiaires principaux du commerce entre les steppes et le bassin Méditerranéen, au grand dam des Vénitiens qui le contrôlaient jusque-là.

19Même en tenant compte du dynamisme du gouvernement du Capitaine du Peuple Guglielmo Boccanegra, la première phase de cette expansion en Crimée est, là encore, marquée par le rôle joué par des particuliers, membres des familles qui avaient longtemps été au sommet du pouvoir économique et politique à Gênes.

  • 30 Roberto S. LOPEZ, Genova marinara nel Duecento : Benedetto Zaccaria ammiraglio e mercante, Milan-M (...)
  • 31 Cornelio Desimoni, “I Genovesi e i loro quartieri in Costantinopoli nel secolo XIII”, in Giornale (...)

20Parmi les marchands génois de retour dans l’espace commercial byzantin, on trouve au premier plan non seulement des hommes tel que Benedetto Zaccaria, l’une des figures principales de l’histoire de la Méditerranée au xiiie siècle30, mais encore les membres d’une famille dont nous avons vu qu’ils avaient établi déjà longtemps avant des liens avec l’administration impériale, les Guercio. En effet, Guglielmo Guercio, fils de ce Giovanni qui, en 1238-1239, avait accompagné à Gênes un ambassadeur de l’empereur de Nicée Jean III Vatatzes pour une mystérieuse mission, avait été choisi comme podestat du comptoir génois restauré à Constantinople en 1261. Sa participation à la conjuration organisée contre Michel VIII Paléologue en 1264 (peut-être liée à la vieille allégeance de sa famille envers les Comnènes et les Anges) a bien risqué de compromettre les résultats de la diplomatie de la Commune. Mais suite à cet événement qui reste par certains aspects encore obscur et presque inexplicable, le résultat du déplacement du comptoir génois hors des murs de la ville impériale, vécu de prime abord comme une sanction, a en fin de compte permis le développement d’une entité largement détachée du contrôle impérial, une vraie city génoise au coeur même de l’Empire restauré31.

  • 32 Roberto S. Lopez, “Venise et Gênes : deux styles, une réussite”, in Diogène, 1970, p. 43-51 (réed. (...)

21Avec la création des actifs comptoirs de Péra (1267) et de Caffa (1278), puis l’occupation de Chio par Benedetto Zaccaria (1304), le dernier quart du xiiie siècle constitue un moment fondamental pour la création du système des routes commerciales qui allait soutenir tout l’ensemble du réseau des comptoirs génois en Romanie ainsi qu’en Mare Mains. C’est en fait à cette période que sont posées les bases du réseau commercial génois au Levant, complétées par une intégration toujours plus profonde au plan local durant le siècle suivant. En même temps, comme le montre l’exemple des Zaccaria, s’est confirmée l’originalité du système expansionniste du commerce génois qui, contrairement au système vénitien, laissait aux particuliers ainsi qu’aux « clans » de l’aristocratie commerciale, la tâche d’ouvrir de nouvelles routes pour une expansion consolidée, tout en maintenant une intervention « officielle » de la Commune32. Une autre caractéristique spécifique de l’empire commercial génois se met alors en place : le fait qu’il soit constitué par un ensemble apparemment incohérent d’escales et de comptoirs éparpillés, connectés entre eux par un ensemble de routes plus ou moins étendues. Or, c’est précisément là que réside la véritable essence de cet « empire » édifié en dehors des règles traditionnelles, en particulier sans grandes conquêtes territoriales, et qui explique sa future capacité à survivre à des coups qui s’étaient avérés mortels pour des organismes construits avec plus de rigidité.

  • 33 Geo Plstarino, “Genova e Barcellona : incontro e scontro di due civilté”, in Atti del I Congresso (...)

22Si au Levant les Génois assument un rôle de premier plan, ils n’abandonnent pas pour autant les routes occidentales si longtemps empruntées ; et, s’il est vrai que l’on enregistre un intérêt moindre pour la Provence et l’Espagne (qui peut être expliqué par la montée en puissance de Barcelone, encore perçue à cette époque davantage comme une alliée que comme une menace)33, le niveau de confrontation avec Pise pour le contrôle de la mer Tyrrhénienne et de ses îles atteint son paroxysme durant ces années, jusqu’à la bataille décisive de la Meloria (1284), qui prend, dans le récit des chroniqueurs de l’époque, l’aspect d’un véritable jugement de Dieu.

  • 34 Enrico Basso, “Alla conquista di un regno : l’azione di Brancaleone Doria fra la Sardegna, Genova (...)

23Désormais exclue de facto de la Corse, Pise tente de renforcer son emprise sur la Sardaigne, ce à quoi Gênes va s’opposer de toutes les manières possibles. Une fois encore, les fragiles « Giudicati » de Sardaigne deviennent les pions de ce jeu mortel. De plus, l’ascension, tout comme la chute, des protagonistes des événements sardes de la période sont strictement liées aux manœuvres politiques menées par les Génois et les Pisans autour des trônes des judikes. Les marquis de Massa, les Visconti de Pise et les derniers Lacon-Gunale de Torres ne sont que les représentants d’intérêts beaucoup plus vastes, et le destin de leur règne se décide loin de l’île. Dans ce cadre, les seuls qui parviennent à garder une autonomie, certes menacée, sont les Bas-Serra d’Arborea et, paradoxalement, ces Doria de Sardaigne auxquels la mère patrie reconnaît, en 1288, le status diplomatique de princes d’Outremer, et qui souvent semblent agir plus selon les intérêts de leur famille que selon ceux de la communauté génoise34.

  • 35 Geo Pistarino, “Politica ed economia nel Mediterraneo nell’età della Meloria”, in Genova, Pisa e i (...)
  • 36 Vicente Salavert y Roca, “El tratado de Anagni y la expansion mediterranea de la Corona de Aragon” (...)

24Le dénouement de la bataille décisive de la Meloria exclut Pise du nombre des grandes puissances de la Méditerranée, même s’il lui laisse, pendant quelques décennies encore, un rôle dans le cadre des relations économiques entre la Sardaigne et le continent35. À l’inverse, il semble ouvrir pour Gênes une époque de suprématie inattaquable sur les routes commerciales de la Méditerranée occidentale, consacrée par l’humiliante défaite infligée aux Vénitiens à Curzola (1298). Cependant, l’ascension du nouvel astre barcelonais ainsi que les conséquences imprévisibles de la complexe manœuvre diplomatique entreprise par le pape Boniface VIII pour résoudre la crise des Vêpres siciliennes, moyennant la concession du nouveau Regnum Sardinie et Corsice à Jacques II d’Aragon, rendent cette suprématie de courte durée, et ouvrent une nouvelle époque de querelles sanglantes pour le contrôle des routes méditerranéennes36.

  • 37 Roberto S. Lopez, “Majorcans and Genoese on the North Sea Route in the Thirteenth Century”, in Rev (...)

25Presque en même temps que la confrontation décisive avec Pise et à l’initiative de quelques-uns des protagonistes déjà mentionnés, tel Benedetto Zaccaria, les marins génois s’aventurent sur une nouvelle route appelée à devenir l’une des plus importantes pour le développement du réseau commercial génois au Bas Moyen Âge : ayant franchi les « Colonnes d’Hercule » et s’avançant au-delà des eaux déjà bien connues du Maghreb occidental et de l’Andalousie, ils sont en effet les premiers depuis la chute de l’Empire romain à rouvrir la route directe entre la Méditerranée et l’Europe septentrionale, en faisant parvenir leurs galères jusque dans la Manche et en mer du Nord37.

  • 38 Roberto S. Lopez, “I primi passi della colonia genovese in Inghilterra (note dagli archivi di Geno (...)

26Notons qu’au même moment, la tentative de s’avancer vers le sud le long des côtes africaines, menée par les frères Vivaldi en 1291, se perd dans les brumes du mystère, nous laissant dans l’incertitude tant sur le destin des membres de l’expédition que sur leur objectif (les mines d’or du Golfe de Guinée, ou même la circumnavigation de l’Afrique pour arriver aux Indes ?). À l’inverse, la navigation vers le nord, entreprise par des marchands qui, après le déclin des foires de Champagne, cherchent une voie plus rapide pour relier les marchés anglais et flamands avec les grands centres commerciaux de Méditerranée, devient après 1278 une pratique toujours plus régulière et codifiée, qui favorise la naissance d’un nouveau réseau de comptoirs génois dans l’Europe du Nord-ouest38.

  • 39 I Libri Iurium della Repubblica di Genova, I/6, par Maria Bibolini, Gênes, Società Ligure di Stori (...)

27L’intérêt génois pour les régions du nord de la France se lit déjà dans l’accord signé en 1190 entre la Commune et le duc Hugues III de Bourgogne, accord par lequel les Génois reçoivent une série de privilèges, en particulier celui de ne pas devoir s’acquitter de droits plus élevés que ceux qui sont payés par les sujets du duc39. Mais c’est grâce à l’audace de Benedetto Zaccaria, ainsi qu’à sa réputation d’amiral gagnée lors de la Meloria, que la présence génoise peut s’affirmer sur les côtes de la Manche.

  • 40 Roberto S. Lopez, Genova marinara..., op. cit., p. 161-182 ; 187-189.

28Zaccaria a pour cette aire géographique un intérêt surtout marchand, mais pendant quelques années, sur fond d’hostilités entre France et Angleterre, il assume également un rôle militaire. Philippe IV, qui en 1292 avait déjà fait l’acquisition de galères génoises pour sa flotte, puis avait invité, en 1293, des techniciens génois à travailler dans son arsenal en Normandie, s’assure en 1294 les services de Zaccaria en qualité d’Amiraus General de France40.

  • 41 Ibidem, p. 189-202.
  • 42 Ibidem, p. 202-203.
  • 43 En 1316, le Génois Antonio Pessagno devait fournir à Edouard II d’Angleterre, qui était en guerre (...)

29Le plan des opérations conçu par Zaccaria est audacieux et, évidemment, influencé par son expérience de marchand (comme le montre, par exemple, l’idée d’une sorte de « blocus continental » qui devance de cinq siècles celui de Bonaparte). Mais s’il n’est pas destiné41 à assurer la victoire rapide de la France, en raison de l’impatience des aristocrates français et de la menace pesant sur les villes marchandes de Flandre, le séjour de Zaccaria dans les eaux du nord apporte des améliorations techniques pour tous les marins de l’époque. En 1311, soit peu d’années après son expédition dans la Manche, la carte de Pietro Vesconte fournit, pour la première fois, un dessin précis des côtes de l’Angleterre et du nord de la France. Que Vesconte ait participé en personne à l’expédition de Zaccaria ou qu’il ait reçu ces informations de l’amiral42, sa carte rend compte en tout cas du niveau de connaissance des eaux septentrionales atteint par les marins génois qui, au début du siècle suivant, se sont avancés plus loin vers le nord que les autres marins méditerranéens43.

3. L’apogée de l’empire commercial génois

  • 44 Giovanna Petti Balbi, Simon Boccanegra e la Genova del ‘300, Naples, ESI, 1995 ; EAD., “Tra dogato (...)

30La première moitié du xive siècle est un moment décisif pour l’affirmation et la forme définitive du réseau commercial génois. Pendant cette période, il atteint son expansion maximale, reliant dans un seul système un ensemble de routes commerciales s’étendant de Londres jusqu’à Pékin. Ce résultat exceptionnel est dû tant à la capacité d’adaptation démontrée par les marchands génois, qu’à leur rapidité à adopter des nouveautés techniques auxquelles ils sont confrontés pendant leurs voyages, en particulier dans le domaine de la construction navale. Les convulsions de la politique intérieure, qui troublent alors la Commune et mènent à une série de guerres civiles44, ne parviennent pas à empêcher ce processus, seulement altéré par les transformations des équilibres politiques et économiques qui affectent l’aire méditerranéenne durant la deuxième moitié du siècle.

31C’est en Méditerranée orientale que les Génois recueillent leur plus grand succès de cette période, en s’assurant pendant plusieurs décennies une suprématie de facto en mer Égée, dans les Balkans ainsi qu’en mer Noire.

32Dans le bassin égéen, le réseau commercial génois est en substance constitué par l’union des deux systèmes qui s’étaient développés de façon parallèle : celui de la Commune, centré sur le comptoir de Péra, et celui de la famille des Zaccaria, s’articulant sur le contrôle du port de Phocée (Focea) sur la côte micrasiatique et de l’île de Chio.

  • 45 Geo Pistarino, Genovesi..., op. cit., p. 122-134.
  • 46 Roberto S. Lopez, Storia delle colonie..., op. cit., p. 223-230 ; Giustina Olgiati, “Ramon Muntane (...)

33Par sa position sur la Corne d’Or, toute proche du Bosphore, Péra est à la fois un terminal commercial et un carrefour45 : par là passent les marchandises destinées au bassin pontique ainsi que celles qui en arrivent, destinées au marché de Constantinople pour la majeure partie, mais aussi à des destinations plus éloignées. La prospérité du comptoir est fondée précisément sur le contrôle de ces courants commerciaux qui permettent aux marchands génois d’être à la fois les pourvoyeurs en denrées de la capitale impériale, mais aussi de retirer le maximum de profit du commerce d’importation et d’exportation de la mer Noire. Cette situation porte évidemment préjudice aux marchands locaux et, par conséquent, au fisc impérial byzantin. Elle explique la haine qui se manifeste à plusieurs reprises durant le xive siècle par des émeutes contre les Génois, souvent soutenues par ce même pouvoir impérial, à commencer par l’affrontement avec les Almogavares aragonais au début du siècle46.

34Jouissant des faveurs de l’empereur, Benedetto Zaccaria et sa famille réussissent de leur côté à développer un domaine privé en Égée, du reste plus voué à l’exploitation des ressources locales qu’à l’implantation d’une domination territoriale : le contrôle de Chio et de Phocée (qui fait suite à l’accord passé avec Michel VIII pour la suspension temporaire de la production des mines byzantines d’alun de Colonea) place de fait entre les mains du prince-marchand génois le monopole absolu de la production du mastic et de l’alun, lui assurant les gains énormes du commerce vers l’Orient comme celui vers l’Europe occidentale dont la demande d’alun de bonne qualité pour son industrie de la laine ne cesse de croître.

  • 47 William Miller, “The Zaccaria of Phocaea and Chios”, in Essays on the latin Orient, Cambridge, Uni (...)
  • 48 Philip P. Argenti, The Occupation..., op. cit. ; Geo Pistarino, Chio..., op. cit.

35Certes, la fortune des Zaccaria ne leur survit pas au-delà de la génération des neveux de Benedetto47, et, après l’expulsion de Martino Zaccaria par Andronic II (1329), la réoccupation de Chio et de Phocée demeure l’un des objectifs principaux de la politique d’expansion commerciale génoise. Le succès de l’expédition de Simone Vignoso, en 1347, ouvre la période pluri-centenaire de la domination de la Mahone des Giustiniani sur l’île48, et place une fois encore entre les mains de la classe marchande génoise le contrôle du commerce du mastic et de l’alun qui, aux xive et xve siècles, devient l’un des éléments fondamentaux du commerce génois dans l’Europe atlantique, sanctionnant la réunion des deux sphères en un seul réseau commercial.

36Malgré l’importance des comptoirs égéens et des productions du mastic et de l’alun, le vrai centre du développement économique génois en Orient durant le xive siècle se trouve dans le bassin de la mer Noire. Les Génois, après l’échec partiel représenté par la destruction de Caffa en 1313, développent là un réseau très serré de comptoirs, liés par une série de routes qui trouvent leur centre dans l’escale de Crimée reconstruite. Cette dernière a pour double tâche de favoriser la circulation des productions locales entre les comptoirs pontiques et d’envoyer vers Constantinople et l’Occident les marchandises parvenues jusqu’à Tana et Trébizonde par les caravanes qui lient ces ports à la Chine et à l’Inde, à travers les espaces immenses de l’Asie.

37Cette situation, qui correspond à la période que l’on peut définir comme celle de « l’âge d’or » du commerce génois en Orient, subit des transformations profondes vers le milieu du siècle, à la faveur des événements dramatiques qui frappent alors tant les zones d’implantation génoise que les régions les plus lointaines de l’Asie, et qui forcent les Génois à modifier radicalement les caractéristiques du réseau de leurs comptoirs, suite à un changement drastique des courants commerciaux.

  • 49 Enrico Basso, “From Cooperation to Clash of Interests : Genoa and the Turks in the Fourteenth and (...)

38Après avoir subi les conséquences de l’épidémie de peste qui se répand depuis Caffa en 1347, Gênes doit surtout faire face, entre 1350 et 1355, à une coalition entre Vénitiens, Byzantins et Catalans ; une guerre qui, certes, se termine par un traité qui confirme une position d’équilibre, mais qui remet en cause sa prédominance dans le commerce pontique. Peu de temps après, c’est la chute de la dynastie Yüan en Chine, qui, signant l’arrêt des caravanes transasiatiques, impose de repenser la fonction même du réseau commercial génois en Mare Maius. Mais le facteur décisif de crise, qui se manifeste à partir de 1356, réside dans l’expansion du pouvoir des Ottomans. Sous-estimé jusque-là par les Génois ainsi que par leurs rivaux, cet émirat parvient, en quelques décennies à peine, à menacer et à réduire de manière drastique les espaces traditionnels du commerce occidental, conditionnant de façon décisive l’histoire des empires commerciaux « latins » pendant le siècle suivant49.

39Au xive siècle, Gênes doit également faire face en Occident à une situation très difficile qui la contraint à céder quelques-unes de ses positions à la concurrence toujours plus agressive de la couronne d’Aragon, mais qui lui permet aussi d’affirmer son hégémonie sur les routes atlantiques.

  • 50 Enrico Basso, “Genova e la Corsica nel secolo XV : basi corsare e strategia mediterranea”, in Ligu (...)

40Le théâtre principal de cette confrontation est la Sardaigne, où, après avoir tenté de soutenir une dernière tentative de son ancienne rivale pisane, la Commune appuie la révolte menée par les membres de la branche de Sardaigne de la famille Doria, surtout à travers l’aide fournie aux dynastes liguro-sardes par la marine de Bonifacio. Du point de vue génois, en fait, la lutte pour la Sardaigne revêt un double aspect : d’une part, la conservation des positions et des privilèges économiques déjà obtenus, d’autre part, la conscience du fait que la conquête catalane de l’île constituerait les prémices d’une invasion de la Corse elle-même, qui, malgré sa valeur économique négligeable, est indispensable pour la défense de Gênes50.

  • 51 Francesco Cesare Casula, “Profilo storico...”, op. cit., p. 46-92 ; Giovanni Nuti, “Doria, Brancal (...)

41La lutte est pour cette raison acharnée, et même la défaite subie à la bataille d’Alghero (1353) ne parvient pas à entamer la détermination génoise d’empêcher la consolidation du pouvoir catalan en Sardaigne. Dans ce but, sont établis des liens économiques avec les entités locales qui se montrent hostiles envers les conquérants ibériques : en premier lieu, la commune de Sassari, malgré l’hostilité latente qui subsiste entre cette dernière et les Doria, et surtout le « Giudicato » d’Arborea, au moment où le judike Mariano IV change radicalement la politique suivie jusque-là par ses prédécesseurs envers la monarchie catalanoaragonaise. À partir de ce moment, tant Gênes que les Doria s’impliquent très fortement dans la guerre féroce pour le contrôle de l’île qui se termine par une victoire ibérique, mais au début du siècle suivant seulement. Dès lors, la Sardaigne, quoique toujours présente du point de vue stratégique, disparaît de l’horizon économique génois jusqu’à la fin du xve siècle51.

42Si, pendant la première moitié du xive siècle, les Génois affermissent leur empire commercial au Levant et dans le même temps défendent leur réseau de routes en Méditerranée occidentale, la ligne directrice du développement qui connaît pendant cette période le plus grand essor et qui devient décisive pour le destin politique et économique même de Gênes à la fin du Moyen Âge, est la route qui mène vers l’Occident.

  • 52 Pinuccia F. Simbula, Corsari epirati nei mari di Sardegna, Cagliari, Istituto sui rapporti italo-i (...)

43Malgré les difficultés rencontrées face aux corsaires catalans52, les Génois développent à l’époque leur réseau de routes commerciales en direction de la péninsule Ibérique, du Maghreb et surtout de l’Atlantique.

  • 53 Giovanna Petti Balbi, Negoziare fuori Patria..., op. cit., p. 153-169.
  • 54 Josè Enrique López de Coca Castaner, “La uva pasa de Málaga y su exportación por via maritima (sig (...)
  • 55 Philippe Gourdin, “Présence génoise en Méditerranée et en Europe du Nord au xve siècle : l’implant (...)

44Dans la Péninsule, l’alliance solide avec la Castille et le libre accès aux ports du royaume des Nasrides de Grenade, constituent les bases sur lesquelles se développe par la suite la fortune de la communauté marchande génoise qui s’installe à Séville53. Dans cette cité se trouve le comptoir le plus important d’Occident, contrôlant surtout le commerce des fruits secs de Grenade54. En Afrique du Nord, les bonnes relations avec les Hafsides de Tunis assurent aux marchands ligures un rôle assez remarquable dans les échanges commerciaux55.

  • 56 Nathalie FRYDE, “Antonio Pessagno of Genoa, King’s Merchant of Edward II of England”, in Studi in (...)
  • 57 Luigi Tommaso Belgrano, “Documenti e Genealogia dei Pessagno, genovesi, ammiragli del Portogallo”,(...)
  • 58 Enrico Basso, “I Genovesi in Inghilterra fra Tardo Medioevo e prima Età Moderna”, in Luciano Galli (...)

45Le développement majeur se vérifie à cette époque dans la zone atlantique, une fois encore grâce à la capacité des familles génoises à s’intégrer au niveau le plus haut des sociétés locales : le cas des frères Antonio et Emanuele Pessagno est un bon exemple. Pendant les premières décennies du xive siècle, Antonio devient le tout puissant bailleur de fonds du roi Edouard II d’Angleterre56, tandis qu’Emanuele accède au rang d’Amiral de Portugal57. Lorsque, en 1317, Antonio est chargé de la sénéchaussée de Gascogne et devient seigneur de Créon et d’Oléron tandis que ses associés génois reçoivent des charges importantes dans l’administration de Bordeaux, les frères Pessagno prennent de facto en main le contrôle d’une bonne partie de la route atlantique. Même la disgrâce qui affecte provisoirement Antonio après 1319 ne vient pas entamer la solidité de l’enracinement de ce groupe, qui, en effet, retrouve des positions de premier plan entre 1330 et 1340, lorsqu’Édouard III les comble d’honneurs et de charges58.

46Au-delà du succès de ces individus – qui favorise l’enracinement dans les nations d’Europe du nord-ouest d’une communauté qui, si elle n’est pas nombreuse, s’est pourtant assez bien intégrée d’un point de vue économique –, ce sont les bénéfices que le contact prolongé avec le milieu atlantique et surtout les exigences qui sont imposées par la navigation en ces eaux, tant d’un point de vue économique que technique, qui sont à souligner. La spécialisation des marchands génois dans le commerce de marchandises « lourdes » (alun, pastel, laine, grain, vin, mais aussi esclaves) sur de longues distances, les pousse à rechercher un nouveau type de vaisseau, capable de naviguer en pleine mer, et à demander aux chantiers de développer les nefs « rondes » pour leur donner plus de charge utile, de vitesse et de sécurité.

  • 59 Angelo Nicolini, “Navigazione savonese nell’Atlantico del Nord fra Tre e Quattrocento (1371-1463)” (...)
  • 60 Edmund B. Fryde, “Italian Maritime Trade with Medieval England (c. 1270 – c. 1530)”, in Recueils d (...)
  • 61 Ibidem, p. 308-314.

47Le résultat, grâce également à l’adoption d’innovations techniques déjà connues des marins atlantiques, telles que la voile carrée et le gouvernail axial, en est la construction des gigantesques naves des xive et xve siècles, vrais « colosses » des mers au regard du niveau de technologie de l’époque. Avec une jauge moyenne située entre 500 et 900 tonnes (correspondant à une charge utile de 1 000 à 1 200 tonneaux)59, elles suscitent l’admiration des contemporains, ainsi que la préoccupation des concurrents qui voient les Génois monopoliser le marché des transports entre la Méditerranée et l’Europe atlantique. Le développement des navires « géants » et le rôle prééminent des Génois dans le commerce de la laine anglaise au xive siècle60 parviennent même à imposer un déplacement des ports de référence du commerce anglais : de Sandwich et des ports mineurs de la côte orientale, le trafic d’exportation s’oriente progressivement vers Southampton, dont les eaux profondes peuvent accueillir plus facilement les grands navires méditerranéens61.

48Une fois surmontée la crise du milieu du xive siècle, la combinaison d’un esprit d’initiative et d’une haute capacité technique, tant dans le domaine naval que dans celui de la cartographie, a donc fourni aux Génois des bases solides pour établir leur suprématie commerciale entre Atlantique et Méditerranée, grâce aussi à la consolidation de leurs positions dans le sud de l’Espagne. C’est à partir de cette région qu’ils assurent la transformation de leur réseau marchand qui, durant le siècle suivant, s’oriente toujours plus vers l’Occident, apportant ainsi une compensation à la contraction progressive de leurs espaces d’activités traditionnels en Orient.

  • 62 Enrico Basso, “I Genovesi in Inghilterra...”, op. cit., p. 527-531, 548-557.

49Le réseau des routes commerciales génoises, qui a pour but le transport vers l’Occident de l’alun et du pastel méditerranéens – ainsi que du vin, de l’huile et des fruits secs d’Espagne – et vers la Méditerranée de la laine, de l’étain et des tissus anglais et flamands, atteint ainsi son apogée durant la deuxième moitié du xive siècle, à tel point que l’on peut dire que pendant ces décennies, Gênes est de facto « maîtresse » de la route atlantique62.

50Cependant, le demi-siècle suivant voit se combiner les nouveaux défis que constituent l’agressive politique catalano-aragonaise et l’expansion ottomane qui semblent, à certains moments, conduire ce système au bord de la faillite ; mais la capacité des marchands ligures à trouver rapidement des substituts aux produits orientaux devenus indisponibles, ainsi que la résistance tenace opposée à la prééminence catalane, redonnent vigueur à ce système pendant la seconde moitié du xve siècle, grâce aussi à la guerre civile catalane et à l’affirmation de la suprématie de la Castille en péninsule Ibérique. Elles ouvrent une nouvelle époque de l’histoire commerciale génoise.

Notes

1 Valeria Polonio, “Da provincia a signora del mare. Secoli VI-XIII”, in Dino Puncuh (sous la dir.), Storia di Genova. Meditermneo, Europa, Atlantico, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 2004, p. 111-231.

2 Aux Embriaci, déjà seigneurs de Jebail, devait être de facto confiée la gestion des comptoirs génois en Terre sainte après 1153.

3 Geo Pistarino, Genovesi d’Oriente, Gênes, Civico Istituto Colombiano, 1990, p. 25-59.

4 Eliyahu Ashtor, A Social and Economic History of the Near East in the Middle Ages, Londres, Collins, 1976, tr. it., Storia economica e sociale del Vicino Oriente nelMedioevo, Turin, Einaudi, 1982, p. 200-201.

5 Roberto S. Lopez, Storia delle colonie genovesi nel Meditermneo, Gênes, Marietti 1820, 1996, p. 76-80.

6 Michel Balard, La Méditerranée médiévale. Espaces, itinéraires, comptoirs, Paris, Picard, 2006, p. 75-97.

7 Michel Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Atti della Società Ligure di Storia Patria (ASLi), n.s. XVIII (1978), 2 vol., II, p. 673-679 ; Geo Plstarino, Genovesi..., op. cit., p. 20-25, 41-43.

8 ILibri Iurium della Repubblica di Genova, I/1, par Antonella Rovere, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 1992, doc. 181, p. 262-264.

9 ILibri Iurium della Repubblica di Genova, I/2, par Dino Puncuh, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 1996, docc. 289-290, p. 44-48.

10 Valeria Polonio, “Da provincia.op. cit., p. 178.

11 Michele Giuseppe Canale, Storia civile, commerciale e letteraria dei Genovesi dalle origini all’anno 1797, 5 vol., Gênes, G. Grondona, 1844-1849, I, p. 156, 168 ; Cornelio Desimoni, “Quartieri dei Genovesi a Costantinopoli nel secolo XII”, Giornale ligustieo di archeologia, storia e belle arti, I (1874), p. 160 ; Wilhelm Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, 2 vol., Leipzig, Harassowitz, 1885-1886, I, p. 204 ; Camillo Manfroni, “Le relazioni fra Genova, l’Impero bizantino e i Turchi”, ASLi, XXVIII (1898), p. 603-604 ; Ferdinand Chalandon, Les Comn'ene Études sur l’empire byzantin au xie et au xiie siècle. Jean LL Comnène (1118-1143) et Manuel ier Comnène (1143-1180), Paris, Picard, 1912, p. 577.

12 Enrico Basso, “Guercio, Balduino” ; “Guercio, Enrico”, in Dizionario Biografico degli Ltaliani (DBI), 60, Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 2003, p. 581-586.

13 .I Libri Iurium..., I/2, op. cit., doc. 379, p. 314-316.

14 Ibidem, doc. 380, p. 316-317.

15 Giovanna Petti Balbi, Genova e Corsica nel Trecento, Rome, Istituto Storico per il Medioevo, 1976, p. 5.

16 G. Rossi Sabatini, L’espansione di Pisa nel Mediterraneo fino alla Meloria, Florence, L’arte della Stampa, 1935 ; David Pierlihy, Pisa in the early Renaissance : a study of urban growth, New Haven (Conn.), Yale University Press, 1958, tr. it., Pisa nel Duecento, Pise, Nistri-Lischi, 1973 ; Emilio Cristiani, Nobiltà epopolo nel comune di Pisa : dalle origini delpodestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, Istituto Italiano per gli Studi Storici, 1962 ; Marco Tangheroni, Politica, commercio, agricoltura a Pisa nel Trecento, Pise, Pacini, 1973 ; Cinzio Violante, Economia, società, istituzioni a Pisa nel medioevo, Bari, Laterza, 1980.

17 « Terramanna » pour les Sardes désignait la péninsule italienne. Parmi ces éléments continentaux tissant des liens matrimoniaux avec les grandes familles sardes, on trouve, du côté pisan, les Visconti, les Capraia, les Gherardesca, et, du côté génois, les Doria, les Spinola et les Malaspina ; voir John Day, “La Sardegna e i suoi dominatori dal secolo XI al secolo XIV”, in John Day, Bruno Anatra, Lucetta Scaraffia, La Sardegna medioevale e moderna, Turin, UTET, 1984, p. 3-190, en particulier p. 153-187 ; Sandro Petrucci, Re in Sardegna, a Pisa cittadini. Ricerche sui “domini Sardinee”pisani, Boulogne, Cappelli, 1988 ; Mauro G. Sanna, “La cronotassi dei giudici di Torres”, in La civiltà giudicale in Sardegna nei secoli XI-XIII. Fonti e documenti scritti, Sassari, Associazione Condaghe S. Pietro in Silki, 2002, p. 97-114 ; Alessandro Soddu, IMalaspina e la Sardegna, Cagliari, CUEC, 2005 ; ID., “Malaspina, Genova e l’espansione in Sardegna nei secoli XII-XIII", in Luciano Gallinari (sous la dit.), Genova : una “porta” del Mediterraneo, 2 vol., Cagliari-Gênes-Turin, Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea, 2005,I, p. 413-444 ; Pinuccia F. Simbula, “L’Arborea nel Medioevo : potere, società, economia dal XII al XV secolo”, in Oristano e il suo territorio dalle origini alla Quarta Provincia, sous presse ; S. Petrucci, “Giudicato d’Arborea, Comune pisano e domini Sardiniae tra XII e XIV secolo”, ibidem.

18 Roberto S. Lofez, “Le relazioni commerciali tra Genova e la Francia nel medio evo”, in Cooperazione Intellettuale, VI (1937), p. 75-86, en particulier p. 75-77.

19 ILibri Iurium..., I/2, op. cit., doc. 359, p. 223-225 ; Geo Pistarino, La capitale del Mediterraneo, Genova nel Medioevo, Bordighera, Istituto Internazionale di Studi Liguri, 1993, p. 187-192.

20 Ibid., p. 197-206.

21 Ibid., p. 212.

22 Charles Higounet, “Un grand chapitre de l’histoire du xiie siècle : la rivalité des maisons de Toulouse et de Barcelone pour la prépondérance méridionale”, in Mélanges d’histoire du Moyen Age dédiés à la mémoire de Louis Halphen, Paris, PUF, 1951, p. 313-322 ; Geo Pistarino, La capitale..., op. cit., p. 220-248.

23 Cesare Imperiale di Sant’angelo, Codice diplomatico della Repubblica di Genova, 3 vol., Rome, Istituto Storico per il Medioevo, 1936-1942, II, p. 271-273, 341-344.

24 David Abulafia, A Meditenanean emporium. The Catalan Kingdom of Majorca, Cambridge, University Press, 1994 ; David Abulafia -Blanca Cari (SOUS la dir.), En las costas del Mediterraneo occidental. Las ciudades de la Peninsula Ibérica y del regno de Mallorca y el comercio mediterraneo en la Edad Media, Barcelone, Omega, 1997.

25 Valeria Polonio, “Da provincia..op. cit., p. 172.

26 .I Libri Iurium..., L/2, op. cit., doc. 368, p. 260-265.

27 Camillo Manfroni, Storia della Marina Italiana, 3 vol., Livourne, Accademia Navale, 1897-1902,I, p. 383.

28 Sur les Maone en général : Roberto Cessi, “Studi sulle Maone medievali”, in Archivio Storico Ltaliano, LXXVII/1 (1919), p. 5-69. Sur les Maone génoises de Chio (1347), Chypre (1373) et Corse (1378) : Philip P. Argenti, The Occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island, 1347-1566, 3 vol., Cambridge, University Press, 1958, I, p. 106-200 ; Giovanna Petti Balbi, Una città e il suo mare. Genova nel Medioevo, Boulogne, CLUEB, 1991, p. 186-199, 223-246 ; Geo Plstarino, Chio dei Genovesi nel tempo di Cristoforo Colombo, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1996, p. 79-146.

29 Georg Caro, Genua und die Mächte am Mittelmeer, 1257-1311, 2 vol., Halle, Niemeyer, 1895-1899, tr. it., Genova e la supremazia sul Meditenuneo (1257-1311), ASLi, n.s., XIV-XV (1974-1975), I, p. 36-79, 104-113.

30 Roberto S. LOPEZ, Genova marinara nel Duecento : Benedetto Zaccaria ammiraglio e mercante, Milan-Messina, Principato, 1933 ; ID., “Familiari, procuratori e dipendenti di Benedetto Zaccaria”, in Miscellanea di storia ligure in onore di Giorgio Falco, Milan, Feltrinelli, 1962, p. 209-249.

31 Cornelio Desimoni, “I Genovesi e i loro quartieri in Costantinopoli nel secolo XIII”, in Giornale ligustico di archeologia, storia e belle arti, III (1876), p. 235-237 ; Roberto S. Lopez, Storia delle colonie..., op. cit., p. 171-175 ; Vito Vitale, Breviario della Storia di Genova, 2 vol., Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 1955, I, p. 80 ; Deno John Geanakoplos, Emperor Michael Palaeologus and the West, 1258-1282, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1959, p. 168-171, 182-186 ; Michel Balard, La Romanie..., op. cit., I, p. 49, 113 ; II, 680 ; Enrico Basso, “Guercio, Guglielmo”, in DBI, 60, op. cit., p. 592-595.

32 Roberto S. Lopez, “Venise et Gênes : deux styles, une réussite”, in Diogène, 1970, p. 43-51 (réed. dans ID., Su egiùper la storia di Genova, Gênes, Université di Genova, 1975, p. 35-42).

33 Geo Plstarino, “Genova e Barcellona : incontro e scontro di due civilté”, in Atti del I Congresso storico Liguria-Catalogna, Bordighera, Istituto Internazionale di Studi Liguri, 1974, p. 81-122, en part. p. 84-87.

34 Enrico Basso, “Alla conquista di un regno : l’azione di Brancaleone Doria fra la Sardegna, Genova e l’Oltregiogo”, in Medioevo. Saggi e Rassegne, 20 (1996), p. 133-158.

35 Geo Pistarino, “Politica ed economia nel Mediterraneo nell’età della Meloria”, in Genova, Pisa e il Mediterraneo tra Due e Trecento, ASLi, n.s., XXIV/II (1984), p. 23-50 ; Eliyahu Ashtor, “Il retroscena economico dell’urto genovese-pisano alla fine del Duecento”, ibidem, p. 51-82 ; Jean A. Cancellieri, “De la Corsepisane à la Corse génoise : remarques sur la portée structurelle insulaire de la bataille de la Meloria”, ibid., p. 571-583.

36 Vicente Salavert y Roca, “El tratado de Anagni y la expansion mediterranea de la Corona de Aragon”, in Estudios de Edad Media de la Corona de Aragon, V (1952), p. 209-271 ; Eugenio Duprè-theseider, “Corne Bonifacio VIII infeudò a Giacomo II il regno di Sardegna e Corsica”, in Atti del VI congresso internazionale di studi sardi, Cagliari, Centro Internazionale di Studi Sardi, 1955, p. 89-100 ; Giovanna Petti Balbi, Genova e Corsica.op. cit., p. 14-19 ; Francesco Cesare Casula, “Profilo storico della Sardegna catalano-aragonese”, in Medioevo. Saggi e rassegne, 7 (1982), p. 9-130, en part. p. 9-14.

37 Roberto S. Lopez, “Majorcans and Genoese on the North Sea Route in the Thirteenth Century”, in Revue Belge de philologie et d’histoire, XXIX/4 (1951), p. 1163-1179.

38 Roberto S. Lopez, “I primi passi della colonia genovese in Inghilterra (note dagli archivi di Genova e di Londra)”, in Bollettino Ligustico per la Storia e la Cultura Regionale, II (1950), p. 66-70 (réed. dans ID., Su egiù..., op. cit., p. 281-288) ; Giovanna Petti Balbi, Mercanti e “nationes”nette Fiandre : igenovesi in età bassomedievale, Pise, ETS, 1996 ; Enrico Basso, “Des Méditerranéens au dehors de la Méditerranée : les Génois en Angleterre”, in Michel Balard et Alain Ducellier (ed.), Migrations et diasporas Méditerranéennes (xiie -xvie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 331-342 ; Giovanna Petti Balbi, Negoziare fuori Patria. Nazioni e genovesi in età medievale, Boulogne, CLUEB, 2005.

39 I Libri Iurium della Repubblica di Genova, I/6, par Maria Bibolini, Gênes, Società Ligure di Storia Patria, 2000, doc. 936, p. 14-16 ; Roberto S. Lopez, “Le relazioni...”, op. cit., p. 79-80 ; Geo Pistarino, La capitale..., op. cit., p. 243.

40 Roberto S. Lopez, Genova marinara..., op. cit., p. 161-182 ; 187-189.

41 Ibidem, p. 189-202.

42 Ibidem, p. 202-203.

43 En 1316, le Génois Antonio Pessagno devait fournir à Edouard II d’Angleterre, qui était en guerre avec les Écossais, une escadre de galères génoises qui navigua entre l’Irlande et la côte du nord-ouest de l’Ecosse ; Nicholas A.M. Rodger, The Safeguard of the Sea. A Naval History of Britain, I (660-1649), Londres, Harper & Collins, 1997, p. 90-93 ; Enrico Basso, “Des Méditerranéens...”, op. cit., p. 335.

44 Giovanna Petti Balbi, Simon Boccanegra e la Genova del ‘300, Naples, ESI, 1995 ; EAD., “Tra dogato e principato : il Tre e il Quattrocento”, in Storia di Genova..., op. cit., p. 233-324.

45 Geo Pistarino, Genovesi..., op. cit., p. 122-134.

46 Roberto S. Lopez, Storia delle colonie..., op. cit., p. 223-230 ; Giustina Olgiati, “Ramon Muntaner e L’expedició dels Catalans a Orient”, in Saggi e Documenti VI, Gênes, Civico Istituto Colombiano, 1985, p. 209-265.

47 William Miller, “The Zaccaria of Phocaea and Chios”, in Essays on the latin Orient, Cambridge, University Press, 1921, p. 283-295 ; Ludovico Gatto, “Per la storia di Martino Zaccaria, signore di Chio”, in Bullettino dell’Archivio Paleografico Italiano, n.s., II-III (19561957), parte I, p. 325-345 ; Andreas Mazarakis, “Some thoughts on the Chios Mint during the time of the Zaccaria Family rule — 1304-1329”, in Laura Balletto (sous la dir.), Atti del Congresso internazionale “Dai feudi monferrini e dal Piemonte ai Nuovi Mondi oltre gli Oceani ”, Alessandria, 2-6aprile 1990, 2 vol., Alessandria, Società di Storia Arte e Archeologia per le Province di Alessandria e Asti, 1993, I, p. 319-336 ; Enrico Basso, Genova : un impero sul mare, Cagliari, Istituto sui rapporti italo-iberici, 1994, p. 32-62.

48 Philip P. Argenti, The Occupation..., op. cit. ; Geo Pistarino, Chio..., op. cit.

49 Enrico Basso, “From Cooperation to Clash of Interests : Genoa and the Turks in the Fourteenth and Fifteenth Centuries”, in Hasan Celai Güzel, Kemal Çiçek, Salim Koca (éds.), The Turks, 6 vol., Ankara, Yeni Türkyie Dergisi, 2002, III, p. 181-188.

50 Enrico Basso, “Genova e la Corsica nel secolo XV : basi corsare e strategia mediterranea”, in Ligures, 3 (2005), p. 17-28.

51 Francesco Cesare Casula, “Profilo storico...”, op. cit., p. 46-92 ; Giovanni Nuti, “Doria, Brancaleone”, in DBI, 41, Rome, Istituto dell’Enciclopedia Italiana, 1992, p. 305-308 ; Maria Eugenia Cadeddu, “Vicende di Brancaleone Doria negli anni 1383-1384”, in Medioevo. Saggi e Rassegne, 18 (1993), p. 27-52 ; Luciano Gallinari, “Guglielmo III di Narbona, ultimo sovrano di Arbotea e la guerra dei Cent’Anni”, ibidem, p. 91-122 ; Enrico Basso, “La rocca di Castelgenovese e il conflitto tra Genova e la Corona d’Aragona per il controllo del Tirreno nel XV secolo”, in Antonello Mattone et Alessandro Soddu (sous la dir.), Castelsardo : novecento anni di storia, Rome, Carocci, 2007, p. 413-438.

52 Pinuccia F. Simbula, Corsari epirati nei mari di Sardegna, Cagliari, Istituto sui rapporti italo-iberici, 1993.

53 Giovanna Petti Balbi, Negoziare fuori Patria..., op. cit., p. 153-169.

54 Josè Enrique López de Coca Castaner, “La uva pasa de Málaga y su exportación por via maritima (siglos XV y XVI)”, in Laura Balletto (sous la dir.), Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, 2 vol., Gênes, Brigati, 1997, II, p. 687-716.

55 Philippe Gourdin, “Présence génoise en Méditerranée et en Europe du Nord au xve siècle : l’implantation des hommes d’affaires d’après un registre douanier de 1445”, in Michel Balard et Alain Ducellier (sous la dit), Coloniser au Moyen Age, Paris, Armand Colin, 1995, p. 14-27.

56 Nathalie FRYDE, “Antonio Pessagno of Genoa, King’s Merchant of Edward II of England”, in Studi in memoria di Federigo Melis, 5 vol., Naples, Giannini, 1978, II, p. 159-178.

57 Luigi Tommaso Belgrano, “Documenti e Genealogia dei Pessagno, genovesi, ammiragli del Portogallo”, ASLi, XV (1881), p. 241-316 ; João Bautista de Almeida Pessanha, Os Almirantes Pessanhas e a sua descendência, Porto, Imprensa Portuguesa, 1923 ; Roberto S. Lopez, Storia dette colonie..., op. cit., p. 245 ; Damião. Peres, Historia dos descobrimientosportugueses, Porto, Portucalense Editora, 1943, p. 26 ; Charles Verlinden, “La colonie italienne de Lisbonne et le développement de l’économie metropolitaine et coloniale portugaise”, in Studi in onore di Armando Sapori, 3 vol., Milan, Istituto Editoriale Cisalpino, 1958, I, p. 617-628 ; Gian Giacomo Musso, Genovesi e Portogallo nell'Età dette Scoperte (nuove ricerche d’archivio), Gênes, Civico Istituto Colombiano, 1976, p. 18-23.

58 Enrico Basso, “I Genovesi in Inghilterra fra Tardo Medioevo e prima Età Moderna”, in Luciano Gallinari (sous la dir.), Genova..., op. cit., I, p. 523-574, en part. p. 533-538.

59 Angelo Nicolini, “Navigazione savonese nell’Atlantico del Nord fra Tre e Quattrocento (1371-1463)”, in Società Savonese di Storia Patria. Atti e Memorie, n.s., XXXIV-XXXV (1998-1999), p. 175-199, en part. p. 178-184.

60 Edmund B. Fryde, “Italian Maritime Trade with Medieval England (c. 1270 – c. 1530)”, in Recueils de la Société Jean Bodin, 32 (1974), p. 291-337, en part. p. 295-299.

61 Ibidem, p. 308-314.

62 Enrico Basso, “I Genovesi in Inghilterra...”, op. cit., p. 527-531, 548-557.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search