Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réseaux marchands et réseaux de commerce

 | 
Damien Coulon

Réseaux et échelles géographiques un mode de domination de l'espace xive-xixe siècle

Réseaux de marchés et réseaux de marchands : Marseille et le commerce du blé au xixe siècle

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

1L’essor de l’échange international dans le domaine des céréales est un phénomène bien connu, à partir du milieu du xviiie siècle, au point qu’un auteur récent (Giovanni Federico) a pu parler d’une « invasion » des places portuaires méditerranéennes et atlantiques par les grains à partir de 1750 et d’un premier marché internationalement « intégré » – jusque vers 1870, une date qui marque l’entrée dans une ère nouvelle dominée par les blés américains. On s’intéressera ici à la manière dont une grande cité marchande telle que Marseille, dont les fonctions d’entrepôt étaient anciennes, a traversé cette ère de mutations. Comment les acteurs, communautés nationales et dynasties familiales de marchands, ont-ils adapté leurs positions à la nouvelle donne géographique de la production céréalière (essor de la Russie méridionale, première « mondialisation » après le milieu de siècle), aux soubresauts politiques français et étrangers (blocus napoléonien, pénétration de la France au Maghreb, unification de l’Italie) ? Les réseaux marchands se sont-ils reconstruits ou simplement redéployés pour s’ajuster aux transformations qui frappaient les marchés ? En retour, les réseaux marseillais ont-ils influencé l’organisation de l’espace commercial méditerranéen, les hiérarchies et les lignes de partage qui y fonctionnaient, les phénomènes de complémentarité ou de rivalité entre les places ?

  • 1 Charles Carrière, Négociants marseillais, xviie-xviiie siècles, 2 vol., Paris, Sevpen, 1973.

2L’histoire économique a depuis longtemps mesuré l’intérêt de ces sujets, et il suffit de penser à l’œuvre de l’école braudélienne et à la série « Ports, Routes, Trafics » de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes pour mesurer l’ampleur des connaissances que nous ont léguées les historiens des années 1950 et 1960. On sait néanmoins que les questionnements ont évolué sous l’influence de la théorie économique, passant des aires d’approvisionnements et des techniques comptables à des objets et des problématiques qui valorisent davantage les phénomènes institutionnels générés par les réseaux marchands et les aspects informels ou symboliques de leur fonctionnement. Le milieu et le système des négociants de Marseille au xviiie siècle ont été étudiés en profondeur par la thèse de Charles Carrière1, où les problématiques anciennes coexistaient déjà avec des vues ou des intuitions plus modernes, et ce travail n’a cessé d’être enrichi par des séries de travaux chrono-thématiques publiées sous les auspices du Conseil général des Bouches-du-Rhône depuis le début des années 1990. Mais pour le xixe siècle, cette série reste marquée par un blanc, et non seulement l’évolution des fonctions commerciales de la cité phocéenne est finalement moins bien connue que l’industrialisation locale, mais le commerce des céréales fait un peu figure de parent pauvre par rapport à celui d’autres denrées telles que les produits coloniaux, à la fois plus rentables et plus importantes économiquement, et plus symboliques du rayonnement international de la ville.

I. Marseille dans l’échange international céréalier : de l’espace méditerranéen au coeur de l’espace français

1. L’héritage du xviiie siècle et la Révolution

  • 2 Voté en février 1794 afin de corriger les effets pervers de celui de septembre 1793 et pour rétabli (...)

3On tiendra ici pour connue du lecteur la très grande prospérité du port de Marseille au xviiie siècle, fondée à la fois sur des privilèges de port-franc, sur le dynamisme et l’inventivité des élites négociantes, et sur les atouts géographiques que lui confère sa situation sur le littoral français de la Méditerranée occidentale. Le siècle a vu s’opérer une forte internationalisation des trafics marseillais, qui ont débordé du bassin méditerranéen pour se relier aux Antilles, aux côtes occidentales de l’Afrique, aux comptoirs de l’Océan indien. Une large partie de la France non seulement méridionale mais septentrionale dépend des liaisons avec Marseille pour ses approvisionnements, ainsi qu’on peut le mesurer, sous la Révolution, par les tableaux très détaillés du second Maximum général2. Ainsi, non seulement les aires d’approvisionnements des villes du Bassin Parisien, malgré leur forme grossièrement circulaire, s’étendent jusqu’au pôle marseillais, mais même celles des villes de la façade atlantique sont ramifiées jusqu’à Marseille (et font participer quelques-uns de ses satellites méditerranéens) – alors qu’elles communiquent peu avec la France de l’intérieur. Le Massif central, pourtant relativement enclavé et situé à la conjonction de plusieurs influences zonales, fait toujours une petite place à des fournitures apportées par Marseille, avec ou sans le relais de l’axe rhodanien et de la place de Lyon. Les districts du Sud-Ouest se déploient autour d’une vaste ligne diagonale reliant Bordeaux, Toulouse, Sète et Marseille. Enfin, les espaces mis en communication et en complémentarité directe par l’axe rhodanien (Bourgogne, région lyonnaise, plaines du Bas-Rhône et Provence intérieure), la photographie fournie par les données de 1794 montre une importance parfois écrasante de Marseille dans les relations commerciales : pour celles de Toulon, par exemple, le poids de la cité phocéenne dépasse largement celui de tous les autres districts du territoire de la République. Et simultanément, dans ce quart sud-est de la France, Marseille jouit d’un quasi-monopole pour l’écoulement de ses denrées coloniales (épices, sucre, cacao, café) car les autres ports importateurs tels que Le Havre, Nantes et Bordeaux n’y distribuent pratiquement pas.

  • 3 Voir Ruggiero Romano, Commerce et prix du blé à Marseille au xviiie siècle, Paris, Sevpen, 1967, et (...)
  • 4 Sut la contribution du négoce marseillais au sauvetage de Naples, voir par exemple Brigitte Marin, (...)
  • 5 Sur les relations entre Naples et Marseille, voir la riche synthèse de Biagio Salvemini et M. A. Vi (...)
  • 6 Voir Ruggiero Romano, Commerce et prix du blé à Marseille au xviiie siècle, op. cit., p. 79, et plu (...)
  • 7 « Mémoire sur la police du commerce des grains », s.d. [fin xviiie ], cité par Gilbert Buti, « La t (...)

4La configuration du réseau de collecte et de redistribution du blé apparaît plus spécifique, mais peut également être cartographiée. Si l’on suit Ruggiero Romano ou les enquêtes plus récentes de Gilbert Buti3, on peut identifier un vaste réseau international bâti sur plusieurs marchés céréaliers distincts, tous situés dans le bassin méditerranéen. Jusqu’au début de l’époque révolutionnaire et impériale, le port phocéen se fournissait dans le Levant, en Egypte, en Barbarie, et pour les années de relative pénurie, il allait puiser dans les réserves du royaume de Naples. Vu la décadence de l’agriculture ottomane dans la seconde moitié du siècle, le poids de l’Orient méditerranéen diminuait, non seulement celui de l’Asie mineure, de la Palestine et de la Syrie, mais même celui d’îles qui étaient à la fois des greniers à blé et des centres de réexpédition comme Chypre ou la Crète. Surtout, il ne s’agissait plus d’une zone dont l’apport pouvait être dit sûr et régulier car la proportion qu’on peut lui attribuer dans le total des blés entrés à Marseille variait désormais de 10 à 40 % selon les années. L’Afrique du Nord barbaresque fournissait un apport stable, qui partait de lieux d’embarquement tels que Bône, Porto-Farina ou La Cale, et qui était en forte croissance dans la période prérévolutionnaire, tandis que celui du Levant régressait. La production du royaume de Naples, via les ports-entrepôts de la zone adriatique comme Barletta et Manfredonia ou ceux de la zone tyrrhénienne, était aussi drainée par le négoce marseillais. Mais la concurrence y était plus forte du fait des demandes de l’Espagne, avec laquelle existaient des liens dynastiques, et les perspectives moins sûres, par la faute des accidents climatiques qui régulièrement affectaient l’Italie méridionale et qui poussaient les autorités bourboniennes à y interdire temporairement les sorties de grains (par exemple au cours de la terrible disette de 17644). Mais le royaume de Naples se révélait aussi un recours précieux pour les opérateurs marseillais lorsque la France elle-même traversait des phases difficiles, comme en 1770-1771 par exemple5. De même la Sardaigne, qui récupérait aussi via Sète et le canal du Midi une partie des grains du Haut-Languedoc, du moins celle qui n’était pas préemptée par l’espace atlantique6. La réorganisation de la hiérarchie des zones alimentant le marché marseillais était donc nette à l’échelle du siècle. Ce qui est important, c’est que le réseau marchand marseillais avait marqué des points et pris l’avantage, pour les céréales, sur celui d’autres entrepôts rivaux comme Gênes ou Livourne. Ainsi, à la veille de la Révolution, les élites négociantes félicitaient-elles non sans quelque exagération d’avoir « enlevé à Gênes l’entrepôt des blés » et d’être en passe de faire de leur ville « le Dantzig ou le Hambourg du Midi7 », c’est-à-dire le marché de référence de l’ensemble de l’Europe du Sud-Ouest. Ce qui est fondamental également, c’est que Marseille réexportait et ne restreignait pas ses importations aux besoins de sa population urbaine et des villes et bourgs de son arrière-pays. Cela concerne à la veille de la Révolution environ 1/5e des entrées de grains de la ville. Elle apparaît donc comme une véritable interface entre les marchés de production du bassin méditerranéen et les marchés de consommation que constituent les pays rhodaniens de l’intérieur, dans lesquels elle peut s’appuyer sur le relais de plusieurs maisons de négoce et de commission. Les terroirs provençaux étaient pour la plupart trop ingrats et montueux pour donner de bons rendements en blé, à quelques exceptions notoires près comme celle de la plaine d’Arles, dont Marseille accaparait d’ailleurs les blés, jugés de qualité supérieure, tandis qu’elle lui réexpédiait un grain d’importation de qualité médiocre. Elle dirigeait aussi des chargements dans les Alpes, via la Durance. Afin de pourvoir à ses opérations d’importation ou de cabotage, elle mobilisait aussi les ressources en navires de ports peu éloignés comme La Seyne et La Ciotat.

2. Redéploiement des réseaux méditerranéens et affirmation d’un rôle redistributeur national à travers les crises du premier xixe siècle

  • 8 Chiffres tirés de Christian Bonnet, Les Bouches-du-Rhône sous le Consulat et l’Empire. Evolution éc (...)
  • 9 Roger Dupuy, « La crise de 1811-1812 en pays annexé : l’exemple de la rive gauche du Rhin », Franci (...)
  • 10 Voir Antoine-Clair Thibaudeau, Mémoires de A. C. Thibaudeau (1799-1815), Paris, Plon, 1913, p. 307- (...)
  • 11 Note anonyme du Bureau des Subsistances « sur les obstacles qu’ont éprouvés les approvisionnements (...)
  • 12 AN, F11, 495-96, tableau départemental des déficits et excédents dressé par le Bureau des Subsistan (...)
  • 13 Voir la cartographie complète établie par les bureaux de l’Intérieur en AN, F11, 704.
  • 14 « Exposé de la situation de l’Empire... », Archives parlementaires, 2e série, t. 11, Paris, Paul Du (...)

5Pendant la période révolutionnaire et surtout impériale, néanmoins, les activités connurent une relative léthargie. La perte de la franchise du port, en 1794, d’une part, le blocus anglais d’autre part réduisirent de beaucoup les capacités d’importation de Marseille et contraignirent le négoce à traiter sur une échelle géographiquement plus petite. À partir de 1808, le blocus continental eut également des effets négatifs sur le volume d’activité. En 1811 et 1812 notamment, les entrées de bâtiments en provenance de Livourne et de Naples à Marseille marquèrent nettement le pas par rapport à 1810 (92 et 55 respectivement, contre 146 et 121). C’est également en 1812 que se produit le décrochage pour les entrées de bâtiments génois (531, contre 743 en 1811)8, et que les importations de blé s’effondrent (de plus de moitié) dans l’activité totale du port. Pour les ressources qu’offrait l’intérieur du territoire français du Grand Empire, le négoce marseillais pouvait compter sur deux marchés principalement, celui des grains de la Bourgogne qui descendaient la vallée du Rhône, et celui des grains du Midi toulousain qui suivaient la route du canal du Midi et nécessitaient l’intervention d’autres cités portuaires plus petites que Marseille elle-même tels que Sète, Agde, Martigues, donc l’existence de liens réguliers avec leurs communautés d’armateurs et de marchands. Cependant, l’essor de la vigne en Bas-Languedoc créait une demande locale de grains concurrente de celle de Marseille car située précisément sur la route navigable que suivaient les blés du Lauragais à travers par exemple La Nouvelle (le port de Narbonne) et Agde, avant même qu’ils n’atteignent Sète. Dès septembre 1811, le négoce marseillais avait anticipé le danger de pénurie et la probable hausse des prix qui s’ensuivrait en allant remplir ses magasins ailleurs : sur les marchés de l’Eure et de l’Eure-et-Loir, où les sources parlent d’« achats considérables », mais aussi dans des « greniers » fournisseurs traditionnels de la France de Nord et de l’Est, comme la plaine d’Alsace ou la rive gauche du Rhin (départements de la Roër, du Rhin-et-Moselle et du Mont-Tonnerre, où l’on parlait alors d’« exportations prodigieuses »9). Début mai 1812, lorsqu’on apprit que dans l’espoir de retenir une forte proportion des grains de la Bourgogne descendant vers le sud par le cours de la Saône et du Rhône, Lyon avait fixé le Maximum à 45 F, un taux très élevé et très rémunérateur pour les revendeurs, ce fut la consternation à Marseille et dans tous les départements côtiers et rhodaniens avoisinants. Le préfet Antoine Thibaudeau prit sur lui de ne pas appliquer le décret du 8 mai 1812 instituant le Maximum départemental, de manière à laisser l’offre se mettre en rapport avec les besoins. Il agissait d’ailleurs en concertation étroite avec certains représentants du négoce des grains marseillais tels que Jean-Louis Bethfort10. De cette façon, Marseille parvint à capter une partie de la production de l’Italie du Nord vers laquelle tous « les départements méridionaux avaient tourné leurs yeux11 » dès le début du printemps, alors qu’en temps ordinaire seules des circulations secondaires de grains atteignaient par voie terrestre ou par cabotage maritime les départements « frontaliers » comme les Basses-Alpes ou les Alpes-Maritimes (l’ancien comté de Nice, détaché du Piémont quasiment sans interruption depuis 1792)12. Dans la géographie économique administrée qui caractérisait le Premier Empire, le Midi français n’était aucunement aggloméré à l’Italie, mais au contraire réuni aux départements rhône-alpins (Isère, Mont-Blanc, bordure est et ouest du Rhône) dans une région économique affectée du numéro 10 et classée « déficitaire » de près de 4 M d’hl pour la récolte 181113. Le ministre de l’Intérieur put donc se flatter que les grains italiens aient pu, via Marseille, irriguer non seulement la Provence intérieure, mais aussi « le Languedoc et la Catalogne »14.

  • 15 Roland Caty, La Commission des Subsistances. Politique et action du gouvernement de Louis XVIII dev (...)
  • 16 Voir Jean-Louis Miège, « La guerre de Crimée et le commerce des blés en Méditerranée », in Les céré (...)
  • 17 Voir Giovan Pietro Vieusseux, Journal-itinéraire de mon voyage en Europe (1814-1817), éd. de Lucia (...)
  • 18 Voir Roland Caty, « Une ascension sociale au début du xixe siècle. Jean-Louis Bethfort et le commer (...)
  • 19 Roland Caty, La Commission..., op. cit., p. 264-270.

6Avec la crise de 1816-1817, qui frappa tous les Etats européens au point qu’ils se fermèrent la porte les uns aux autres en édictant tous des interdictions de sortie des grains, le rayon d’action et le volume du commerce des grains marseillais devaient retrouver leur niveau de l’époque prérévolutionnaire. Pour le volume traité d’abord, environ 1 M de quintaux sont entrés dans le port en 1818, soit le chiffre de 1785, à comparer avec les 200000 quintaux de 1814 et les 371 000 de 180515. Pour l’extension des connexions commerciales, observons que les Etats (ou parfois même les municipalités, via les achats par souscription à l’étranger) cherchèrent alors à encourager ou à superviser la passation de marchés sur des places étrangères plus lointaines : aux États-Unis, en Baltique, en Russie. Et comme on le sait, c’est en partie aux blés de la mer Noire et au commerce d’Odessa que les Etats d’Europe de l’Ouest durent finalement leur salut : l’arrivée de ceux-ci sur les marchés ouest-européens, commencée timidement sous Catherine II, franchissait une étape décisive avec la crise de 1816-1817 et allait profondément modifier la géographie économique des céréales en Méditerranée pour le demi-siècle à venir. Les blés d’Odessa auraient provoqué une baisse de 40 % du prix des grains sur les principales places méditerranéennes entre 1820 et 184016. La Sicile des Bourbons de Naples voyait ainsi son rôle de grenier contesté et ses prix céréaliers tirés vers le bas, ce qui l’enfonça dans le marasme dès 1818. L’approvisionnement de Venise, de Gênes, de Livourne, de Marseille allait s’adapter rapidement à cette nouvelle donne. Dès 1817, Giovan Pietro Vieusseux voyageait à Odessa et Taganrog pour le compte de la maison livournaise Senn, Guebhard & Cie, à laquelle il adressait d’abondants rapports sur le commerce des grains17. À Marseille, le tour fut également vite pris. Au printemps 1812, le négociant Jean-Louis Bethfort avait déjà tenté d’importer depuis la Russie méridionale, mais le taux très élevé de couverture du risque qu’il réclamait à l’administration impériale avait fait abandonner le projet, il est vrai peu réaliste vu les conditions de la navigation dans une Méditerranée soumise aux Anglais18. Les recherches de Roland Caty ont montré qu’au contraire, la prospection marseillaise s’était portée vers la Russie méridionale avec beaucoup plus d’ampleur au cours de l’hiver 1816-1817. La maison Sicard, par exemple, fondée par deux frères originaires de Marseille, avait prospéré à Odessa depuis 1804 et jouissait d’excellents rapports avec le duc de Richelieu, une figure de l’Emigration française, ancien gouverneur de la ville (et des provinces de la Russie méridionale) de 1803 à 1814, que Louis XVIII avait choisi en 1816 comme président du Conseil. Avec le soutien du duc, qui mit à sa disposition huit bâtiments de la marine stationnés à Toulon et accepta de garantir les pertes à hauteur de 2 %, les Sicard fournirent 41 000 hl, qui parvinrent cependant à destination trop tard, après juillet 1817, alors que la nouvelle moisson avait déjà ramené les prix céréaliers vers le bas19.

  • 20 Procès-verbal de la Commission des Subsistances, séance du 3 décembre 1816 (AN, Fil, 301).

7D’autres opérateurs, néanmoins, puisèrent dans les greniers habituels de Marseille, par exemple en Barbarie. La maison Sautter passa ainsi avec la Commission des Subsistances un marché de 80 000 quintaux, avec une commission de 2,5 % et une garantie de couverture des pertes éventuelles, soit dans des conditions confortables. Elle s’associa sur place à Charles Bazin, issu de la banque suisse émigrée à Paris et lié par le mariage de sa fille aux armateurs Fraissinet, qui devait se lancer plus tard, sous la monarchie de Juillet, dans les lignes de navigation à vapeur entre Marseille et Alger, et que l’on décrivait alors comme « réunissant les qualités de l’homme du monde aux connaissances d’un négociant distingué20 ». Mais l’affaire ne se fit pas, la sécheresse ayant diminué les bonnes perspectives de la récolte marocaine, et les Sautter héritèrent d’une lourde note de frais de la mission de Bazin auprès du sultan Moulay Sliman.

  • 21 Déposition de Cohen, in Conseil d’Etat, Enquête sur la révision de la législation sur les céréales,(...)
  • 22 Déposition de Canaple, Pastré et Rostand, ibid.

8L’intégration des marchés du bassin méditerranéen, et même de l’ensemble du marché européen, progressa ensuite à grande vitesse grâce à l’installation du télégraphe. Pastré, Canaple et Rostand le soulignèrent lorsqu’ils déposèrent en 1859 devant le Conseil d’Etat. « Le cours de Marseille et de Londres est connu dans la même journée aussi bien à Naples qu’en Russie ou sur le Danube. » Le retour de la paix (les perturbations de 1855-1856 consécutives à la guerre de Crimée le démontrèrent a contrario) jouait dans le sens d’une concurrence accrue entre plusieurs marines marchandes, qui tirait vers le bas le coût du fret. C’était vrai en particulier pour les arrivages de l’Orient méditerranéen, car Constantinople était le grand marché des navires à la recherche de fret de retour, et comptait des bâtiments de toute nationalité, pays Scandinaves inclus. Il suivait alors plus ou moins les fluctuations des prix du blé. Seules les expéditions en provenance de la mer Noire ou de l’Azov présentaient encore une marge d’incertitude importante, en termes de calendrier de livraison et de sûreté des chargements. À en croire un marchand marseillais s’exprimant en 1859, « pour exécuter une opération entre France et mer Noire, il faut avoir cinq, six et parfois sept mois devant soi, car on ne peut le faire qu’à une certaine époque, pour livrer plus tard dans les ports de charge [sans compter] qu’il y a souvent du retard dans l’expédition, la mer Noire étant gelée une partie de l’année21 ». De fait, le coût de l’assurance y était fortement affecté par le calendrier maritime (avec un enchérissement d’environ 1 % tous les dix jours pendant la période de septembre à janvier, puis une baisse nettement plus rapide), mais il n’était pas en moyenne plus élevé que celui des chargements du Levant, et restait même nettement plus faible que celui des grains qui descendaient le Danube et qui se négociaient à Galacz22.

3. Simplification des réseaux et recentrage régional au second xixe siècle

  • 23 Le passage par Gibraltar et la traversée de l’ouest du bassin méditerranéen renchérissait le coût d (...)

9Les mutations du système français des transports intérieurs et de l’environnement international exercèrent à partir de la fin des années 1840 un double effet contradictoire sur la configuration des réseaux du commerce du blé marseillais. Brièvement promis grâce à l’entrée en fonctionnement du PLM en 1853 à un grand rôle redistributeur vers la France du Nord-Est, par-delà le seuil de Bourgogne, il s’en trouva rapidement frustré du fait de l’apparition des blés amé¬ ricains et du regain que connut alors l’axe de navigation de la Seine (grâce à la vapeur), au profit des activités du port du Havre tout particulièrement. Dès 1859, les négociants qui témoignèrent devant le Conseil d’Etat prenaient acte de la position défavorable de Marseille par rapport aux ports de la Manche pour l’attraction des blés importés du continent nord-américain23. Le négoce marseillais ne maîtrisait donc plus des flux en droiture, et devait passer par l’intermédiaire des maisons du Havre, voire de Caen et de Nantes pour bénéficier des retombées de cette manne, qui lui revenaient par voie de mer, par grand et petit cabotage. Le marché baltique, concentré à Dantzig et quelques autres villes hanséatiques, n’avait jamais qu’exceptionnellement traité avec Marseille (à l’occasion de crises comme 1817, mais sans lendemain), et il dirigeait désormais l’essentiel de ses blés vers le marché anglais, qui avait fait le choix de la dépendance alimentaire et de l’ouverture sans restriction du marché intérieur en 1846 avec la suppression des Corn Laws. Pour le blé, à la différence d’autres denrées le commerce marseillais ne parvenait donc pas à étendre ses connexions au-delà de la Méditerranée, et les rapports notés par les observateurs du milieu de siècle avec les ports bretons tels que Tréguier, Saint-Brieuc et Saint-Malo (spécialement en période de bas prix dans la France du Nord) ne devaient pas se maintenir au-delà de 1880.

  • 24 Voir Augustin Féraud, La question des blés devant le Parlement. Relèvement du droit, Marseille, Cha (...)
  • 25 Jules Gay, Le blé dans la vie économique du port de Marseille au xxe siècle, thèse en sciences juri (...)

10La période postérieure à 1860 (et a fortiori la dépression des prix agricoles qui s’ouvrit en 1870 et dura jusqu’à la fin du siècle) présente un visage bien différent. La disparition des disettes et le mouvement d’égalisation nationale des prix céréaliers rendaient plus difficile d’espérer réaliser de gros bénéfices en redistribuant des grains sur les portions les plus défavorisées du territoire français. A fortiori si l’on pense à l’installation de tarifs douaniers, en 1874 et 1892 qui installaient la France dans un régime de protectionnisme agricole qui rendait l’importation et la revente sur le marché intérieur français moins rémunérateurs et moins intéressants économiquement. À en croire le président de la Chambre de commerce, poursuivre dans cette voie (les droits à acquitter représentaient 40 % de la valeur des blés d’importation) ne pouvait qu’accentuer le déclin économique du port et provoquer « le désarmement des navires [et] la stagnation de la minoterie24 ». Sur ce point, les intérêts marseillais entrèrent en résistance dès le milieu de siècle, afin de préserver les avantages du port, notamment le régime de l’entrepôt et de l’admission temporaire, et surtout le droit de mouture des blés en entrepôt qu’ils avaient obtenu en 1850 et qui permettait de se connecter avec les circuits d’écoulement des farines, vers le marché intérieur et vers les autres rivages méditerranéens. Le lobby des intérêts agricoles, surtout la Société des Agriculteurs de France proche des légitimistes, les avait vivement critiqués comme incompatibles avec les intérêts de l’agriculture nationale et facteurs incessants de fraudes. De ce point de vue, le négoce marseillais devait connaître quelques sérieux revers compromettant ses relations avec l’Afrique du Nord, comme l’assimilation du territoire de l’Algérie (1850) puis de la Tunisie (1904) au territoire français, ce qui fermait autant de débouchés à la réexportation. Marseille eut aussi à souffrir de la guerre des prix avec l’Italie, qui instaura un tarif protectionniste très pénalisant pour les blés français en 1887. Devenu moins profitable, le blé ne pouvait que s’effacer ou du moins diminuer relativement dans les volumes d’activité du port. Celui-ci maniait encore 34 % des importations françaises de blé en 1897 (7,6 M de quintaux), chiffre qui baissa ensuite mais qui fut retrouvé à la veille de la première guerre mondiale25.

11Le processus d’échange entre les blés étrangers et les blés des terroirs méridionaux qui a été évoqué supra s’était poursuivi sans modification majeure jusqu’à la seconde moitié du xixe siècle, comme en témoigne le jugement de Cohen en 1859. En temps ordinaire, attesta-t-il devant le Conseil d’Etat, « les blés étrangers remontent très peu vers l’intérieur du pays, et Marseille [...] n’a d’autre débouché que le Bas-Languedoc et les Cévennes, via Cette et Adge. Dans le Bas-Languedoc, on nous envoie, en retour, les bons blés d’Arles et de Béziers : les habitants de ces pays sont très sobres et très âpres au gain : ils nous vendent leurs blés, qui sont très chers, et prennent ceux d’Egypte et d’Odessa qui sont très bon marché ». Segmentation et hiérarchisation des marchés étaient toujours la règle. Ainsi les apports de l’Egypte, constitués par un mauvais blé dur au faible rendement en farines auraient-ils été refusés par tout boulanger phocéen ou même provençal : ils ne valaient que par leur prix très bas (12 F l’hectolitre en 1859, soit presque moitié moins que les tuzelles d’Arles ou les richelles de Naples, qui étaient autour de 20 F), qui permettait de trouver des débouchés dans des campagnes pauvres comme les Cévennes ou de réexporter. Même les blés de la mer Noire constituaient un produit bien particulier, surtout intéressant pour le segment constitué par les blés durs, dont on n’avait pas l’équivalent dans les campagnes productrices du Midi (on avait tenté de les développer en Languedoc, où l’on parlait de « mitadins ») et qui étaient très demandés par les Subsistances militaires pour produire du pain de munition, du fait de leurs très bons rendements en panification. À compter des années 1870, ils furent de plus en plus destinés directement non plus à la mouture et au pétrissage mais à l’industrie des pâtes et des vermicelles, qui devait connaître une brillante expansion à Marseille.

  • 26 Voir Jean Gouttes, Mémoire à la Législative – en réponse à la réclame adressée par MM. Les membres (...)
  • 27 Jules Gay, Le blé dans la vie économique, op. cit., p. 39.

12Là encore néanmoins, les débouchés du pôle marseillais étaient désormais circonscrits à une aire régionale, qui englobait les régions rhodaniennes jusqu’à Lyon et s’étendait, au mieux, jusqu’à la Suisse. Elle était limitée au nord par l’influence du Havre, et à l’ouest par l’influence de Sète (où se négociaient beaucoup de blés nord-africains, destinés à combler la période de soudure sur le département de l’Hérault) et par celle de Bordeaux, dont les négociants accaparaient désormais l’essentiel des productions du Lauragais et du Haut-Languedoc et revendaient à la puissante minoterie locale. Depuis les années 1850, les blés de cette région « ne pouvaient plus lutter à prix sur la place de Marseille », ainsi que l’avait dénoncé le « syndicat » des propriétaires fonciers et des minotiers toulousains au cours des débats de l’époque26. Quant à la Suisse, c’était l’un des rares marchés de consommation pour lesquels Marseille continuait à tirer parti du système du transit (exemption de tarif douanier, sous condition que l’acquéreur final des grains ait souscrit un engagement cautionné par le réceptionnaire redevable des droits), mais elle ne comptait guère que pour 1/5e des importations marseillaises. Encore s’inquiétait-on, du côté de la Chambre de commerce, de la politique tarifaire du PLM (ou plutôt de la portion Marseille-Valence-Grenoble-Genève), qui commençait tout juste à réajuster ses taux de fret pour répondre à la concurrence pressante que commençait à exercer Gênes en Suisse méridionale (par les voies du Saint-Gothard et du Simplon qui avaient ouvert respectivement en 1882 et 1904)27.

II. Le milieu marchand marseillais, entre familles et réseaux

1. Un milieu polyvalent aux accointances internationales

  • 28 Pour un examen de ces contraintes, on se reportera à Steven L. Kaplan, Les ventres de Paris. Pouvoi (...)
  • 29 Ajoutons que Canaple avait officié de 1845 à 1855 à la présidence du tribunal de commerce de Marsei (...)
  • 30 Voir pour l’Ancien Régime divers témoignages en AN, Fl 1, 224. Pour 1777, quelques-uns sont cités d (...)

13Charles Carrière avait montré pour le xviiie siècle que le négoce marseillais se caractérisait par sa faible spécialisation et par la polyvalence de ses activités. Chaque maison participait plus ou moins de l’armement maritime, de l’assurance, des transactions commerciales proprement dites, et par là de l’escompte et de la banque, et chacune était amenée à manipuler une multitude de produits divers. Ces conclusions restent valables pour le xixe siècle, et particulièrement pour le blé, vu les contraintes qui pèsent sur la manipulation commerciale de cette denrée, à la fois très pondéreuse, peu rentable, et très surveillée par les pouvoirs publics (tout au moins jusqu’au milieu du xixe siècle)28. Il existe certes des opérateurs spécialisés comme les courtiers en blé, mais le négoce du blé lui-même n’est jamais qu’un parmi d’autre, et même s’il occupe parfois le rang principal, ce n’est pas forcément pour le conserver plusieurs générations durant. Les intitulés des sociétés en nom collectifs ou des commandites l’explicitent généralement, soit en demeurant dans le vague, soit en choisissant la pluralité, comme dans le cas de François Rocca, fondateur en 1810 avec ses frères d’une Société en Nom Collectif « pour le commerce en tout genre de marchandises, négoce, banque, commission, assurance et autres affaires ». Edmond Canaple, qui témoigna comme expert auprès du Conseil d’Etat de 1859, appartenait par ses origines et ses alliances familiales avec les Charles-Roux et les Rostand, au milieu des huiliers et des savonniers29. Mais par son père qui avait débuté comme fabricant artisanal dans le quartier de Saint-Loup, il possédait aussi un moulin à farines qu’il continua d’exploiter et qui l’engagea à s’intéresser à diverses transactions sur les marchés céréaliers. On ne saurait l’oublier : à Marseille même, la minoterie faisait le lien, via les boulangers, entre la communauté marchande et le petit peuple des consommateurs, et celui-ci tenait pour acquis le droit de manger quotidiennement du bon pain blanc30 – elle participait donc d’un « contrat social » que l’élite négociante avait tout intérêt à ne pas trahir.

  • 31 Voir Grands notables du Premier Empire, t. 10, Bouches-du-Rhône, Paris, Éditions du CNRS, 1985.
  • 32 Lettre du préfet comte de Villeneuve à Decazes, 11 janvier 1817 (AN, F11, 723, Bouches-du-Rhône).

14L’identité négociante (i.e. celle de l’élite des marchands, actifs dans les opérations les plus lointaines et les plus diversifiées) n’est donc, par voie de conséquence, pas une affaire de critères de classement objectivables comme ceux que pratiquait l’administration napoléonienne en se fondant sur l’imposition ou sur le volume des affaires31. Elle repose sur un processus subtil et mal saisissable d’appréciation et de reconnaissance entre soi, d’honorabilité en somme. Encore que lorsqu’on est admis dans le groupe, il est rare qu’on en sorte, même à la suite de revers et de mauvaises affaires, voire de malversations. Davide de Léon Cohen disparaîtra ainsi presque dix ans des affaires, après la faillite, en 1866, de la European Bank Limited dont il était le correspondant marseillais. Les pouvoirs publics ne manquaient pas d’observer, à l’occasion, à quel point le négoce local était fondé sur un entre soi jalousement préservé. Le préfet de la Restauration, Villeneuve, invité par son ministre à se renseigner auprès de la Chambre de commerce sur les cours en vigueur sur les places italiennes et les ports barbaresques, eut la surprise de ne trouver « dans les bureaux aucun renseignement officiel ni aucune correspondance particulière utile sur ce point ». Et lorsqu’il s’adressa directement aux marchands, il observa : « Ils m’ont paru très jaloux de leurs opérations commerciales et je me suis aperçu que les renseignements que je leur ai fait demander excitaient quelque méfiance, parce qu’ils craignent que l’usage qu’on pourrait en faire soit contraire à leurs intérêts32. »

15Si l’on cherche à caractériser ces réseaux, on observera d’abord qu’ils ne sont pas statiques mais dynamiques. Ils ne reposent pas sur des partenariats entretenus avec d’autres interlocuteurs ou correspondants établis sur d’autres ports entrepôts ou d’autres places de vente en gros du blé, mais davantage sur une circulation permanente des hommes dans le cadre de comptoirs ou de filiales installés sur ces mêmes marchés. Le rattachement au pôle marseillais peut être tout à fait souple et incompatible avec l’idée d’une « maison mère ». Ce qui compte, c’est la permanence des échanges d’informations et des parcours individuels d’un lieu à l’autre, partant de Marseille et y ramenant. Il s’agit très souvent d’itinéraires de formation, dans lesquels la génération nouvelle voyage sur place, en Barbarie ou au Levant surtout, pour s’initier aux mécanismes comptables, aux écritures et aux contrats, aux prospections commerciales. Albert Rostand, une des plus grandes figures de la ville au xixe siècle, pionnier de la navigation à vapeur entre Constantinople et Marseille (1845) qui participa à la fondation des Messageries maritimes (1871), venait d’une famille de drapiers « reconvertis » à l’époque révolutionnaire dans l’import-export avec le Levant. Or Rostand, âgé d’à peine dix-huit ans, avait déjà visité les correspondants de la maison familiale à Alep, Constantinople, Corfou, Alexandrie. On rencontre aussi fréquemment des associations d’affaires fondées sur des liens familiaux de filiation ou de fratrie. Un cas typique pourrait être celui des Rocca, une des familles négociantes dont l’essor a tiré le plus parti des perspectives ouvertes par la crise de 1816-1817. Associé d’une part à deux de ses frères, d’autre part à cinq de ses cousins, Rocca perpétuait la tradition du commerce maritime de sa famille, originaire des environs de Savone. À la faveur de la crise, ils bâtirent un réseau de comptoirs jalonnant la route des blés russes, de Taganrog et Odessa à Naples et Gênes, non sans prendre aussi des positions permettant de capter et de mettre en circulation les blés des Pouilles, à Bari et à Tarente. Chacun d’eux était dirigé par un des frères ou des cousins, qui laissèrent avec le temps la place à des gendres, et fonctionnait de manière autonome avec toutefois une obligation de solidarité financière et une comptabilité centralisée qu’on dressait chaque année à la fois à Gênes et à Marseille.

16Non seulement donc des alliances de longue date avaient été tissées avec les places du Levant, de la côte tyrrhénienne ou de l’Afrique du Nord, mais il en existait d’autres avec des places-relais de la France intérieure telles qu’Arles, Valence, Lyon et Paris. C’est parfois de ces villes intégrées au réseau commercial de redistribution de Marseille que pouvait venir le renouvellement d’une communauté marchande qui, loin d’être fermée sur elle-même, était vouée par ses propres logiques de contact et d’interface à accueillir de nouveaux membres. Ainsi Bethfort, d’origine picarde, fournisseur aux armées dans une première phase de sa carrière, qui devait devenir l’un des principaux acteurs locaux du commerce du blé grâce à un passage par Paris où son mariage l’avait lié aux fariniers Caron et Watin. Le plus souvent néanmoins, les apports extérieurs s’opéraient par des rapprochements avec soit des maisons de banque pour la plupart basées en Suisse ou à Paris (cas des négociants protestants de Marseille comme Sautter ou Bazin), soit avec des négociants d’autres ports-entrepôts du bassin tyrrhénien comme Gênes et Livourne. Ainsi, Davide de Léon Cohen, un des instigateurs de la liaison maritime à vapeur Marseille/Mogador (i.e. Essaouira) dans les années 1850, était un juif comtadin, né à Gênes, qui ne s’était fixé à Marseille qu’à l’adolescence, au milieu des années 1830, et s’y était marié avec la fille de marchands livournais. Les naturalisations n’étaient pas rares, ainsi celle de François Rocca en 1848, tout comme sous l’Ancien Régime celles qui distinguaient les représentants les plus brillants des « nations » commerçantes. Le fait d’avoir affaire à des concurrents n’empêchait aucunement les affinités personnelles, les rapprochements matrimoniaux, ni surtout la conscience aiguë d’une communauté d’intérêt face aux ports du Ponant, à l’interventionnisme douanier, aux intérêts agricoles et à leur lobby parlementaire, etc.

  • 33 Voir le rapport particulier adressé au ministère de l’Intérieur, début décembre 1816 (AN, F11, 723, (...)
  • 34 Voir Dominique Zumkeller, « Géographie des achats de la Chambre des Blés, 1628-1798 », in Paul Bair (...)

17Les prospections réalisées en périodes de tensions sur les approvisionnements montrent la capacité des marchands marseillais de réactiver des liens personnels de manière à élargir leur champ d’investigation, de telle manière qu’on pourrait dire que ces relations familiales sont toujours mises en sommeil et jamais réellement dénouées. Bethfort avait conservé un frère à Saint-Quentin, qui lui fut utile pour trouver des affaires à conclure dans les campagnes du nord de la Seine en 1811, de même qu’il put compter sur son beau-frère Watin, l’un des négociants les plus influents de la halle de Paris. La continuité des relations commerciales est également un trait marquant de ce système, ainsi dans le cas des rapports entre Marseille et la Suisse. Ceux-ci existaient déjà sous l’Ancien Régime et avaient continué dans les premières décennies du xixe siècle, non sans provoquer des résistances locales. Ainsi, en 1816, nonobstant les besoins de la ville et de son arrière-pays, un important marché de 45 000 charges de blé avait été passé avec Genève, que les autorités durent défendre contre les suspicions des classes populaires, que la hausse continue des prix inquiétait fort33. Cela ne faisait que renouer avec un courant traditionnel d’exportation (par Marseille, de blés généralement déjà passés par Livourne et par Naples), qui s’était trouvé interrompu par la Révolution (la Chambre des Blés de Genève s’était alors tournée massivement vers l’Allemagne du Sud)34. On verra plus loin que ces rapports se poursuivront jusqu’au xxe siècle, malgré le durcissement de la concurrence directe exercée par Gênes.

2. Les marchands marseillais, leurs relais et leurs alliés

  • 35 Adresse du marquis de Montgrand aux Marseillais, 12 novembre 1816 (AN, F11, 723, Bouches-du-Rhône).

18Les commerçants phocéens avaient conscience de leur utilité sociale en même temps que de la fragilité des relations économiques qu’ils avaient bâties, et ils savaient persuader les autorités qu’un interventionnisme intempestif finirait par avantager d’autres places et par rendre l’acheminement ou le transit des grains à Marseille moins avantageux ou simplement moins commode. On a souligné qu’avec les décrets impériaux de 1812, l’interdiction de faire des magasins portait atteinte à un principe essentiel du commerce marseillais. De même, en 1816, suivant les instructions du préfet Villeneuve, le maire de Marseille s’adressait ainsi aux habitants : « Si la matière qui sert à confectionner le pain et que nous sommes obligés de faire venir du dehors, puisque notre territoire fournit à peine au tiers de notre consommation annuelle, ne procurait pas, à Marseille, soit aux négociants qui l’y font venir, soit aux boulangers qui la manipulent, un produit suffisant pour couvrir et payer les déboursés et le travail des uns et des autres, les premiers renonceraient à leur commerce, les seconds se ruineraient dans leur profession, et les blés que nous attendons de l’extérieur prendraient une autre route35 ».

  • 36 Le doctorat de Francis Démier (Marché, nation et développement sous la Restauration, Université de (...)
  • 37 Augustin Féraud, La question des blés devant le Parlement, op. cit., p. 26.
  • 38 Jean Gouttes, Mémoire à la Législative, op. cit., p. 8.
  • 39 Ibid.
  • 40 Déposition de Canaple, Pastré et Rostand, Conseil d’Etat, Enquête..., op. cit., p. 301 et Augustin (...)

19Les intérêts marseillais, dont la conscience et la défense soudaient la communauté négociante, étaient restés les mêmes depuis la perte du statut de port-franc sous la Révolution. Le système de l’échelle mobile en vigueur sous les monarchies censitaires se voulait un compromis entre les intérêts de la noblesse propriétaire, que le suffrage censitaire globalement favorisait et qui souhaitait des prix céréaliers d’un niveau élevé, soutenant la rente foncière, et les intérêts de la bourgeoisie marchande, qui souhaitait pouvoir se livrer activement au commerce d’importation, donc tirer vers le bas ces mêmes prix. Elle divisait le territoire en plusieurs circonscriptions (deux seulement dans la dernière version de la loi adoptée en 1832, à savoir le Nord et le Midi) et ne rendait l’importation licite qu’au-delà d’un prix plafond (ou illicite en deçà d’un prix plancher), prix enregistré lui-même dans un échantillon de marchés témoins, dits « marchés régulateurs36 ». Le principal avantage consenti à Marseille était, on l’a vu, le droit d’entrepôt des blés, qui supposait l’extraterritorialité de la marchandise. Elle était admise en franchise de droits, sous une surveillance permanente des douanes, en attendant que le donneur d’ordre puisse revendre et rediriger la cargaison sur un autre point (là où se trouvait l’acquéreur), en prenant son temps, en suivant son intérêt, bref en gardant « la faculté d’aviser selon l’événement37 ». Cela pouvait être fait en faveur du marché français, c’est-à-dire pour la consommation intérieure, lorsque la législation douanière l’autorisait, mais cela s’opérait surtout sous deux régimes distincts : le transit (les chargements étaient réexpédiés tels quels vers une destination donnée à l’étranger) ou bien l’admission temporaire (sous réserve d’un engagement garanti par une caution de réexporter la même quantité : en pratique, l’importateur payait les droits d’entrée, que la douane lui restituait ensuite). Ce dernier régime était très critiqué, surtout lorsqu’il était complété par le droit de mouture des blés admis sous cette forme, car il équivalait à autoriser la réexportation de produits fabriqués avec des matières premières étrangères, donc il lésait les productions nationales en recherche de débouchés. En 1828, une ordonnance du ministère libéral de Martignac qui allait en ce sens fut rapportée suite à « une levée de boucliers des propriétaires », car elle semblait ouvrir un boulevard aux farines issues des richelles de Naples et porter atteinte à la position des meilleures farines françaises dans le reste de l’Europe. En 1850, Marseille marquait un point important, car non seulement elle obtenait le droit de mouture en entrepôt, mais la législation admettait que la réexportation puisse se faire par d’autres ports de la même zone géographique. Les grands intérêts fonciers y virent un encouragement à la fraude, car plus rien ne pouvait garantir l’identité des produits entre importation et exportation et plus rien n’empêchait les négociants marseillais de faire sortir en compensation, par La Nouvelle ou par Agde, des farines françaises sophistiquées préalablement38. D’où la méfiance entourant les spéculations des Marseillais, « hommes de coups de bourse », « pétitionnant avec obséquiosité auprès du pouvoir », et les nombreux libelles déplorant cette « ambition immodérée de quelques fabricants du littoral39 ». Les représentants du négoce marseillais se défendaient mollement, invoquant l’intérêt de la main-d’œuvre nationale qui était employée à la transformation de ces denrées, mais ne niant pas que la réexportation des chargements sous forme de farines était un peu une « fiction », selon l’expression de Pastré, en 1859. Celui-ci notait « qu’il serait bien impossible de reconnaître dans la farine le blé avec laquelle on l’a faite », et que vu les proportions fixées par la loi (75 kg de farine pour un quintal de blé) et le taux de blutage moyen qui était alors de 30 %, « il y aurait fatalement 5 kg de farine qu’il aura fallu prendre ailleurs que dans le blé importé ». Féraud, en 1894, était plus explicite encore et précisait : « [...] équivalent ne signifie pas identique, car nos minoteries associent dans des proportions diverses les blés des plus diverses provenances pour donner à leurs farines les blés que les consommateurs recherchent40 ». En 1861, au terme de l’enquête du Conseil d’Etat et de près d’une décennie de polémiques, l’échelle mobile fut finalement supprimée et remplacée par un droit uniforme de 60 centimes par quintal, ce qui était plutôt satisfaisant pour les Marseillais. Mais après 1873, l’horizon s’assombrissait davantage, avec la modification des règles de l’entrepôt et les relèvements successifs du tarif douanier qui atteignit 5 F en 1892.

  • 41 Lettre du 5 août 1789, citée par Jean-Pierre Farganel, « Les députés extraordinaires du commerce de (...)

20Aussi la représentation des intérêts marseillais au niveau des instances politiques nationales était-elle toujours soignée. Pendant la Révolution, la ville adressa une députation de sa Chambre de commerce à la Constituante afin de défendre ses positions au Levant, qui étaient très jalousées notamment par les drapiers languedociens : « Il faut être en force pour nous défendre, observaient ces derniers, qui allaient rapidement pouvoir compter sur le relais de Mirabeau (alors élu d’Aix-en-Provence), et pour tâcher de nous maintenir dans une sorte de patrimoine dont la perte nous ruinerait sans enrichir ceux qui nous auraient dépouillés41 ». Ce fut vrai dans les années 1840, de nouveau sous le Second Empire, et encore pendant la IIIe République, où l’on compta plusieurs avocats du port de Marseille et de ses relations avec l’Algérie dans le « parti colonial » du radical Eugène Etienne. En 1845 par exemple, Reynard, le maire de la ville, était aussi député et travailla à ce que la législation douanière frappant les graines oléagineuses ne touche pas l’arachide. Plutôt que d’avoir recours à des porte-parole, certaines figures du négoce cumulaient les deux casquettes. En plus d’être présent au conseil municipal et au conseil général des Bouches-du-Rhône, le président du tribunal de commerce des premières années du Second Empire Edmond Canaple était également député au Corps législatif, du moins jusqu’à sa défaite en 1863. Sous la IIIe République, un Jules Charles-Roux finit même par basculer des affaires (il était membre de 25 conseils d’administration) vers la politique.

  • 42 Victor Gelu, Marseille au xixe siècle, éd. de Lucien Gaillard et Jorgi Reboul, Paris, Plon, 1971, p (...)
  • 43 Jules Gay, La vie économique du port de Marseille, op. cit., p. 75.

21À Marseille même, de solides alliances unissaient les négociants avec les autres opérateurs intervenant dans les circuits du blé. Les courtiers avaient un rôle de toute première importance, dans la mesure où c’était eux seuls qui permettaient de finaliser le contact entre l’acheteur destinataire final de la marchandise et le vendeur ou convoyeur qui présidait à son acheminement. Stendhal avait décrit dès 1838, dans ses Mémoires d’un touriste ces « jeunes gens de vingt-cinq à trente ans, fort bien mis, qui gagnent de 5 000 à 8 000 francs, en se promenant de neuf à quatre avec quelques échantillons et force cigares dans les poches ». Une profession en apparence parasitaire (« Pour travailler, il suffit qu’il ne restent pas chez eux [...]. C’est vraiment une vie heureuse »), mais qui reposait sur des règles subtiles. Quoique distinct sur le plan des statuts juridiques, le courtage supposait une grande proximité avec les métiers du négoce et une sensibilité commune : tous sont des « initiés », qui partagent sans cesse des informations privilégiées et des relations de conversation, de café, de sociabilité en un mot. Le parcours du poète provençal Victor Gelu (1806-1885) en atteste. D’abord apprenti boulanger, il s’associa à son frère à partir de 1836 dans la conduite d’un moulin, avant d’échouer dans d’ambitieuses entreprises de minoterie industrielle entre Gênes et Turin. De retour à Marseille, il put néanmoins sans difficulté s’établir comme courtier en blé en 1853 et il laissa une description fleurie de ces journées où il « se tenait à l’affût42 » entre les causeries sur le trottoir des bureaux de courtage de la rue Paradis et les conversations et parties de cartes du cercle de l’Athénée. Cette solidarité permettait aussi des reconversions. Ainsi, après les revers des firmes Rocca au cours des crises de 1846-1847 et 1855-1856 et la cessation de paiement d’une de ses agences en 1867, ses fils se réorienteront l’un vers la direction d’une maison de commerce à Taganrog, l’autre vers le courtage des grains, et le dernier vers le métier d’expert en graines oléagineuses. Les courtiers demeuraient incontournables au début du xxe siècle, vivant à l’aise de leurs commissions de 1,2%43.

3. Du commerce marseillais aux grandes affaires

22La cohésion de la communauté marchande est donc intacte, jusqu’à une date avancée de la seconde moitié du xixe siècle. Mais cela n’empêche pas les mutations de l’environnement économique international et l’industrialisation des Bouches-du-Rhône de peser sur les logiques de reproduction de cette communauté, et d’encourager à sa dilution dans les nouveaux secteurs d’activité de la Marseille industrielle. Dans la nouvelle classe dirigeante locale dont les contours s’esquissent dans la seconde moitié du siècle, tout comme autrefois, point de spécialisation excessive. Les industries de transformation des denrées coloniales telles que l’huilerie et la savonnerie voisinent avec les intérêts miniers (dans les nombreux sites voisins Gardanne, La Grand-Combe, les Baux-de-Provence ou bien dans le Maghreb colonial). Les établissements ou les participations industriels voisinent avec l’armement maritime, les participations industrielles avec les activités d’assurance. Et les professionnels de la manipulation des blés se trouvaient tout particulièrement rapprochés de secteurs industriels en pleine expansion et aux structures fortement capitalistiques.

  • 44 Alfred de Foville, La France économique, Paris, Colin et Guillaumin, 1887, p. 93-94.
  • 45 Cela resta vrai après la première guerre mondiale, lorsque le cours du blé sur le marché français d (...)
  • 46 Rappelons à ce sujet le rôle majeur des armateurs marseillais sur les lignes méditerranéennes : voi (...)
  • 47 Voir François Sigaut et Marceau Gast (sous la dir.), Les techniques de conservation des grains à lo (...)

23On a souligné supra que les céréales pesaient moins lourd qu’autrefois, sans néanmoins être devenues négligeables, dans l’activité portuaire de Marseille. La profitabilité des opérations sur les blés était moins grande que par le passé, certes, parce que les écarts de prix d’un point à l’autre s’étaient réduits, de même que l’amplitude du mouvement saisonnier des prix. En 1886 par exemple, les cours moyens du quintal étaient de 21,30 F en France, contre 19,57 F à Londres, 18,35 F à Saint-Pétersbourg et à peu près autant à Berlin, alors que vers 1810, ils variaient entre ces différentes places du simple au quintuple44. Mais les perspectives de revente et d’achat s’étaient aussi mondialisées. « La période des récoltes était en quelque sorte indéfinie », ainsi que le rappelait le président de la chambre de commerce locale dans son mémoire antiprotectionniste de 1894 : « Elle s’ouvrait dans un hémisphère, en Australie, dans l’Amérique du Sud, etc., quand elle était terminée dans un autre ». Même plus modérées, les fluctuations existaient toujours, et de même les famines (pensons simplement à l’Espagne et à l’Empire russe des années 1890, pour ne pas parler des Indes britanniques) : les « bons coups » à jouer sur les blés ne manquaient donc pas45. D’autre part, l’évolution des systèmes techniques avait favorisé l’accélération des flux et l’augmentation du volume des affaires que pouvait traiter une seule maison. Du côté des moyens de transport et des infrastructures portuaires d’une part, les progrès accomplis entre 1860 et 1925 environ étaient considérables, non seulement du fait du passage des marines commerciales à la vapeur46, mais également grâce à des applications telles que les élévateurs à courroie et les aspirateurs pneumatiques. Les délais de débarquement et de traitement de denrées périssables et fragiles comme le blé et les farines se trouvaient spectaculairement raccourcis. L’apparition du silo moderne et de ses techniques (remplissage en hauteur, vidage par gravité) autorisait désormais une rotation rapide des stocks sur le port lui-même, en lieu et place des lentes opérations de déchargement des navires et de remplissage des magasins qui avaient prévalu jusque-là, où une armée de portefaix s’affairait depuis les cales des navires vers les caves voûtées sises dans les ruelles étroites de l’arrière-port, qui alourdissaient les coûts de manutention et posaient de difficiles problèmes d’exposition des grains aux variations atmosphériques47. Marseille s’y convertit, quoique seulement dans les années 1910 et surtout 1920, avec un bon demi-siècle de retard sur les ports d’Europe du Nord.

  • 48 Voir quelques éléments à ce sujet dans Louis Bergeron, « Une nouvelle forme de capitalisme : le nég (...)
  • 49 Lettre du préfet comte de Villeneuve à Decazes, 7 août 1817 (AN, F11, 723, Bouches-du-Rhône).

24D’autre part, la fluidité des opérations commerciales bénéficiait d’autres progrès du côté des techniques agricoles et agroalimentaires. La mécanisation des battages permettait, au début du xxe siècle, d’avoir l’intégralité du produit des moissons disponible au plus vite et d’éviter l’étalement de la mise sur le marché des blés qui était de règle autrefois. L’industrialisation de la minoterie, avec le passage à la vapeur à partir de 1810-1840, et le remplacement des meules par des cylindres de métal, après 1860-1870, sous l’influence américaine, offrait aussi de nouvelles facilités48. Les contraintes climatiques ne comptaient plus, alors qu’en 1817 encore, du fait de la sécheresse qui frappait les Bouches-du-Rhône, il avait fallu chercher des moulins jusqu’en Vaucluse pour moudre les approvisionnements en grains que parvenait à capter Marseille et pour pouvoir livrer les boulangers de la ville49. Les circuits commerciaux y gagnaient en souplesse et en capacité d’adaptation, vu le moindre volume et les meilleures qualités de conservation des farines. Celles-ci étaient connues depuis l’Ancien Régime et cela avait incité tous les grands ports français de Marseille jusqu’au Ponant à en fabriquer pour l’exportation vers les îles à sucre des Antilles – tradition que le xixe siècle avait conservée en direction de l’Afrique du Nord coloniale. Toutefois, simultanément, la minoterie industrielle signifiait la concentration d’un secteur d’activité très longtemps dispersé en sites familiaux (moulins à vent ou moulins à eau de l’Huveaune et du canal de dérivation de la Durance), et elle supposait la mobilisation d’une grande quantité de capitaux. Elle avait donc un effet accélérateur sur les partenariats et les relations d’affaires au sein de la bourgeoisie marchande marseillaise. Les premiers moulins à vapeur, les établissements Barlatier-Armand, dataient de 1818, mais l’essor ne démarra vraiment qu’après 1860, voire 1885 pour l’introduction des appareillages modernes de meules métalliques et de bluterie plane. Dans les années 1900, avec l’électrification des usines, on peut véritablement parler d’une généralisation de cette minoterie industrielle travaillant pour l’exportation et organisée en grosses sociétés anonymes comme les Grands Moulins de Marseille, les Moulins d’Arenc. Enfin, signalons que les importations marseillaises de blé dur (originaire de la mer Noire mais aussi de plus en plus, après 1855, d’Afrique du Nord où on les avait introduits avec succès) avaient trouvé d’autres débouchés que les vivres militaires. Après 1870, grâce notamment à l’invention du sasseur mécanique, elles avaient suscité le développement d’une puissante industrie des pâtes alimentaires et de la semoule, pour laquelle la ville était en situation de quasi-monopole dans la France de la Belle Epoque, avec des firmes comme Rivoire & Carret, Scaramelli, Codou. Les semouliers exportaient très cher leurs sous-produits comme les gruaux et les minots D, et ils avaient obtenu en compensation le droit de faire entrer des blés tendres en admission temporaire, de telle sorte que l’industrie alimentaire ne restait jamais déconnectée du système marseillais de la circulation des denrées avec ses privilèges et ses traits originaux.

25Ces éléments contribuent à expliquer qu’on perde la trace, dans la seconde moitié du xixe siècle d’une communauté et de réseaux proprement négociants dans l’histoire de Marseille, et qu’il devienne plus approprié de parler d’une bourgeoisie d’affaires aux ramifications internationales. Ses règles de conduite sont la reconduction de celles du passé, avec d’abord la diversification des intérêts, les alliances familiales, et les parcours de formation pour mettre le pied à l’étrier des nouvelles générations. Mais le champ géographique du commerce du blé s’est modifié profondément au cours du temps, et les places de référence tout comme les points d’appui ou les contacts qu’on y entretenait ne sont plus les mêmes qu’autrefois. L’environnement économique général, entre révolution des transports, impérialisme colonial et industrialisation locale a entraîné les réseaux marchands marseillais dans un long processus de régénération et de refonte.

Notes

1 Charles Carrière, Négociants marseillais, xviie-xviiie siècles, 2 vol., Paris, Sevpen, 1973.

2 Voté en février 1794 afin de corriger les effets pervers de celui de septembre 1793 et pour rétablir une circulation des marchandises devenue très restreinte, ils prennent en compte les prix de 1790 relevés d’un tiers tels qu’ils sont enregistrés dans le lieu de fabrication (ou d’entrée sur le territoire) de chaque produit. À cette base uniforme, on ajoute un prix fixe par lieue de transport, un bénéfice de 10 % pour le revendeur au détail et de 5 % pour le grossiste, et pour chaque district, on dispose d’indications sut la provenance des produits fabriqués et des produits alimentaires qui y sont acheminés et consommés. Voir Thomas Le Roux, Le commerce intérieur de la France à la fin du xviiie siècle, Paris, Nathan, 1997, ainsi que Atlas de la Révolution française. Économie, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

3 Voir Ruggiero Romano, Commerce et prix du blé à Marseille au xviiie siècle, Paris, Sevpen, 1967, et par exemple Gilbert Buti, « Marseille et la circulation des grains au xviiie siècle », in Biagio Salvemini (sous la dit.), Piazze mercantili, mercanti epoteri sulle rote tirrenicche. I trafifici maritimi tra Italia e Francia nell’età della grande trasfiormazione (1700-1850), Bari, à paraître en 2010.

4 Sut la contribution du négoce marseillais au sauvetage de Naples, voir par exemple Brigitte Marin, « L’affaire des grains de Marseille durant la disette de Naples (1764) », ibid.

5 Sur les relations entre Naples et Marseille, voir la riche synthèse de Biagio Salvemini et M. A. Visceglia, « Marsiglia e il Mezzogiorno d’Italia (1710-1846). Flussi commerciali e complementarità economiche », MEFRIM, 7, 1991, p. 103-163, et l’étude plus récente et plus pointue de Biagio Salvemini et Annastella Carrino, « Porti di campagna, porti di città. Traffici insediamenti sulle coste del Regno di Napoli nella propettiva di Marsignlia (1710-1846) », Quaderni Storici, 41, no 121, avril 2006, p. 1-46.

6 Voir Ruggiero Romano, Commerce et prix du blé à Marseille au xviiie siècle, op. cit., p. 79, et plus généralement, Georges Frêche, « Études statistiques sur le commerce céréalier de la France méridionale au xviiie siècle », RHES, 49, 1971, p. 5-43 et p. 180-224.

7 « Mémoire sur la police du commerce des grains », s.d. [fin xviiie ], cité par Gilbert Buti, « La traite des blés et la construction de l’espace portuaire de Marseille (xviie-xviiie siècle) », in Brigitte Marin et Catherine Virlouvet (sous la dit.), Nourrir les cités de Méditerranée, Madrid/Paris, 2002, p. 775.

8 Chiffres tirés de Christian Bonnet, Les Bouches-du-Rhône sous le Consulat et l’Empire. Evolution économique et vie socio-politique, doctorat d’Etat, Université de Paris I, 1986, p. 183-184 et p. 901. Voir aussi les observations de Jean Vidalenc, « La vie économique des départements méditerranéens pendant l’Empire », RHMC, 1, 1954, p. 165-190.

9 Roger Dupuy, « La crise de 1811-1812 en pays annexé : l’exemple de la rive gauche du Rhin », Francia, 6, 1978, p. 407-440.

10 Voir Antoine-Clair Thibaudeau, Mémoires de A. C. Thibaudeau (1799-1815), Paris, Plon, 1913, p. 307-310.

11 Note anonyme du Bureau des Subsistances « sur les obstacles qu’ont éprouvés les approvisionnements de plusieurs départements depuis la promulgation des décrets des 4 et 8 mai 1812 » [fin 1812], copie de 1853, Archives Nationales (ci-après AN), F11, 2752.

12 AN, F11, 495-96, tableau départemental des déficits et excédents dressé par le Bureau des Subsistances du ministère de l’Intérieur pour la récolte de 1811.

13 Voir la cartographie complète établie par les bureaux de l’Intérieur en AN, F11, 704.

14 « Exposé de la situation de l’Empire... », Archives parlementaires, 2e série, t. 11, Paris, Paul Dupont, 1867, p. 254.

15 Roland Caty, La Commission des Subsistances. Politique et action du gouvernement de Louis XVIII devant la disette de 1816-1817, doctorat de 3e cycle, Université de Provence, 1977, p. 244.

16 Voir Jean-Louis Miège, « La guerre de Crimée et le commerce des blés en Méditerranée », in Les céréales en Méditerranée, Paris/Rabat, CNRS Éditions/Éditions La Porte, 1993, p. 145-148. Voir aussi la thèse de Jean-Louis Van Regemorter, La Russie méridionale, la mer Noire et le commerce international de 1774 à 1861, doctorat d’Etat, Université de Paris IV, 1982.

17 Voir Giovan Pietro Vieusseux, Journal-itinéraire de mon voyage en Europe (1814-1817), éd. de Lucia Tonini, Florence, Leo S. Olschki, 1998.

18 Voir Roland Caty, « Une ascension sociale au début du xixe siècle. Jean-Louis Bethfort et le commerce du blé à Marseille de 1802 à 1820 », Provence Historique, no 92, 1973, p. 185-191.

19 Roland Caty, La Commission..., op. cit., p. 264-270.

20 Procès-verbal de la Commission des Subsistances, séance du 3 décembre 1816 (AN, Fil, 301).

21 Déposition de Cohen, in Conseil d’Etat, Enquête sur la révision de la législation sur les céréales, Paris, Imprimerie impériale, vol. 2, p. 306. Je n’ai pu déterminer avec certitude s’il s’agissait de Davide de Léon Cohen ou d’un homonyme, mais c’est hautement probable.

22 Déposition de Canaple, Pastré et Rostand, ibid.

23 Le passage par Gibraltar et la traversée de l’ouest du bassin méditerranéen renchérissait le coût du fret au détriment des Marseillais. Pastré notait par exemple que les spéculations de Pereire avaient échoué sur ce point (Conseil d’Etat, Enquête, op. cit., p. 301 sq.). De la même manière, les farines bretonnes voyaient leur prix, en principe très compétitif, grevé par le coût de la longue descente vers Gibraltar. Qui plus est les risques de gâter la marchandise (si elle n’avait pas été bien séchée et étuvée) en étaient accrus.

24 Voir Augustin Féraud, La question des blés devant le Parlement. Relèvement du droit, Marseille, Chambre de Commerce, 1894, p. 6. Il ajoutait : « Le Midi est obligé de rechercher dans le Nord le complément des blés nécessaires à sa consommation : or le Midi perd beaucoup plus que ne gagne le Nord à ce système, qui prive le premier de ses approvisionnements naturels, et le second de ses débouchés normaux, [qui] oblige par suite le Midi à payer cher ce que le Nord vend à prix réduit des frais de transport à acquitter par ses denrées. »

25 Jules Gay, Le blé dans la vie économique du port de Marseille au xxe siècle, thèse en sciences juridiques et économiques de l’université d’Aix-Marseille, Paris, Sirey, 1934, p. 19.

26 Voir Jean Gouttes, Mémoire à la Législative – en réponse à la réclame adressée par MM. Les membres de la commission représentant les minotiers et négociants du blé de Marseille, Paris, 1851, p. 6.

27 Jules Gay, Le blé dans la vie économique, op. cit., p. 39.

28 Pour un examen de ces contraintes, on se reportera à Steven L. Kaplan, Les ventres de Paris. Pouvoirs et approvisionnements dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988, et Nicolas Bourguinat, Les grains du désordre. L’Etat face aux violences frumentaires dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.

29 Ajoutons que Canaple avait officié de 1845 à 1855 à la présidence du tribunal de commerce de Marseille et que son fils présida le syndicat des savonniers : voir sa notice dans Pierre Echinard et Roland Caty (sous la dir.), Les patrons du Second Empire. Marseille, Caen, Editions Cénomane, 2001.

30 Voir pour l’Ancien Régime divers témoignages en AN, Fl 1, 224. Pour 1777, quelques-uns sont cités directement par Ruggiero Romano dans Commerce et prix du blé..., op. cit., p. 77.

31 Voir Grands notables du Premier Empire, t. 10, Bouches-du-Rhône, Paris, Éditions du CNRS, 1985.

32 Lettre du préfet comte de Villeneuve à Decazes, 11 janvier 1817 (AN, F11, 723, Bouches-du-Rhône).

33 Voir le rapport particulier adressé au ministère de l’Intérieur, début décembre 1816 (AN, F11, 723, Bouches-du-Rhône)

34 Voir Dominique Zumkeller, « Géographie des achats de la Chambre des Blés, 1628-1798 », in Paul Bairoch et Anne-Marie Piuz (sous la dir.), Le passage des économies traditionnelles aux sociétés industrielles, Genève, Droz, 1987, p. 155-157.

35 Adresse du marquis de Montgrand aux Marseillais, 12 novembre 1816 (AN, F11, 723, Bouches-du-Rhône).

36 Le doctorat de Francis Démier (Marché, nation et développement sous la Restauration, Université de Paris X, 1991) étant non seulement inédit mais, en pratique, inaccessible, on renverra à l’aperçu qu’en donne son article : « La France atlantique contre Paris : le problème de l’entrepôt de Paris de la Restauration à la monarchie de Juillet », Bulletin du Centre d’Histoire de la France Contemporaine, no 7, 1986, p. 107-139.

37 Augustin Féraud, La question des blés devant le Parlement, op. cit., p. 26.

38 Jean Gouttes, Mémoire à la Législative, op. cit., p. 8.

39 Ibid.

40 Déposition de Canaple, Pastré et Rostand, Conseil d’Etat, Enquête..., op. cit., p. 301 et Augustin Féraud, La question des blés devant le Parlement, op. cit., p. 28-29.

41 Lettre du 5 août 1789, citée par Jean-Pierre Farganel, « Les députés extraordinaires du commerce de Marseille auprès du comité d’agriculture et de commerce de l’Assemblée nationale constituante : un certain regard entre réforme et conservatisme (1789-1791) », in Mélanges Michel Vovelle. Volume aixois, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 1995, p. 172.

42 Victor Gelu, Marseille au xixe siècle, éd. de Lucien Gaillard et Jorgi Reboul, Paris, Plon, 1971, p. 380. Il s’agit de l’édition abrégée de mémoires rédigés en provençal à la fin des années 1850.

43 Jules Gay, La vie économique du port de Marseille, op. cit., p. 75.

44 Alfred de Foville, La France économique, Paris, Colin et Guillaumin, 1887, p. 93-94.

45 Cela resta vrai après la première guerre mondiale, lorsque le cours du blé sur le marché français devint de plus en plus déconnecté du cours mondial et que les activités de réexportation devinrent quasiment les seules rentables.

46 Rappelons à ce sujet le rôle majeur des armateurs marseillais sur les lignes méditerranéennes : voir Paul Bois, Armement marseillais. Compagnies de navigation à vapeur, 1831-1898, Marseille, Conseil général, 1988 et Roland Caty, Armateurs marseillais au xixe siècle, Marseille, Conseil général, 1986.

47 Voir François Sigaut et Marceau Gast (sous la dir.), Les techniques de conservation des grains à long terme, Paris, Editions du CNRS, 1981, et surtout François Sigaut, Les réserves de grains à long terme. Techniques de conservation et fonctions sociales dans l’Histoire, Paris/Lille, Éditions de la MSH/Publications de l’Université de Lille III, 1977. Les portefaix étaient incontournables à Marseille, et les négociants rappelaient qu’on avait toujours renâclé à encadrer leurs pratiques : le préfet Thibaudeau, sous le Premier Empire, avait dû renoncer à abolir leur « tarif » qui avait perduré identique, que le transport se fît à deux pas ou à très longue distance (déposition de Davide de Léon Cohen, Conseil d’Etat, Enquête..., op. cit., p. 305). Voir également Maria Teresa Maiullari, « Les corporations à Gênes et à Marseille au début du xixe siècle », RHMC, 42, 1995, p. 270-281.

48 Voir quelques éléments à ce sujet dans Louis Bergeron, « Une nouvelle forme de capitalisme : le négoce et l’industrie des grands produits de consommation en France au xixe siècle », in Paul Bairo CH et Anne-Marie Piuz (dir), Le passage des économies traditionnelles..., op. cit., p. 195-209, et dans Nicolas Bourguinat, Les grains du désordre, op. cit., p. 129-138.

49 Lettre du préfet comte de Villeneuve à Decazes, 7 août 1817 (AN, F11, 723, Bouches-du-Rhône).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540