Version classiqueVersion mobile

Réseaux marchands et réseaux de commerce

 | 
Damien Coulon

Réseaux et échelles géographiques un mode de domination de l'espace xive-xixe siècle

Des vallées pyrénéennes au cœur de l’Europe et au levant : Barcelone, interface entre réseaux marchands à différentes échelles à la fin du Moyen Âge

Damien Coulon

Texte intégral

1Comme la plupart des autres ports, celui de Barcelone a d’abord assis sa fortune sur les liens entre son arrière-pays, la Catalogne, dont il finit par devenir la capitale, supplantant l’ancienne cité romaine de Tarragone, pourtant elle aussi en situation portuaire, mais en grande partie ruinée par sa situation prolongée en zone frontière entre chrétiens et musulmans. Sur ces bases, le port connut ensuite une remarquable expansion outre-mer qui devait lui faire jouer un rôle de première importance dans les réseaux de grand commerce méditerranéens à la fin du Moyen Âge, face à Gênes et à Venise.

2Sa situation portuaire explique évidemment en grande partie cette vocation commerciale et le rôle charnière que la ville assuma entre l’arrière-pays catalan et l’espace outre-mer, mais aussi entre réseaux de « nationalités » marchandes différentes, un rôle d’interface entre le réseau catalan et les réseaux de marchands italiens, mais aussi d’autres parties de l’Europe, comme nous le verrons.

  • 1 Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, (...)

3Barcelone constitua donc un exemple classique de port à la croisée de réseaux, rejoignant ainsi en grande partie le modèle de « connectivité » présenté par P. Horden et N. Purcell1, ce qui suscite plusieurs types de questionnement :

  • il s’agira d’une part, sur un plan fonctionnel, de déterminer comment s’articulèrent ces différents réseaux entre eux, autrement dit quels furent les « mécanismes » de l’interface et quels acteurs jouèrent un rôle décisif dans ce domaine au sein du groupe des marchands, voire en dehors.

  • par ailleurs, sur les plans économique et spatial, il importe d’étudier les différentes formes d’organisation mises en évidence grâce au déploiement des réseaux : y a-t-il enchevêtrement ou emboîtement entre les réseaux barcelonais à différentes échelles ? Dans ce dernier cas, des formes de hiérarchies se dessinent-elles ? Parallèlement, il s’agit d’analyser les liens avec les réseaux étrangers qui s’inscrivent entre conflits et complémentarités.

  • il importe enfin de s’interroger sur les limites de ces réseaux, non pas seulement sur les plans géographique ou topologique, mais sur un plan conceptuel, mental : sont-ils préconçus, pensés avant d’être déployés dans l’espace ? Et le cas échéant, dans quelle mesure ?

4À partir de ces axes de questionnement, trois étapes d’investigation peuvent être envisagées : la présentation de plusieurs exemples de réseaux marchands barcelonais déployés à différentes échelles permettra tout d’abord d’apprécier la diversité du rôle économique joué par la capitale catalane. Il sera ensuite nécessaire d’analyser les mécanismes de l’interface afin de mieux comprendre le fonctionnement des réseaux, de mesurer leurs forces de cohésion et d’apprécier leurs capacités de déploiement. Enfin sur ces bases, nous serons en mesure de déterminer la place qu’occupe Barcelone dans des réseaux étrangers, puissants et organisés, mais qui répondent à des logiques et des modes de fonctionnement souvent bien différents.

1. Exemples de réseaux marchands barcelonais de l’échelle régionale à l’échelle intercontinentale

Le réseau des centres drapiers catalans

  • 2 Voir en particulier Dominique Cardon, La draperie au Moyen Age. Essor d’une grande industrie europé (...)

5Le contexte dans lequel la draperie catalane s’est développée, principalement à partir de la fin du xiiie et du début du xive siècle, est désormais bien connu2 : il est en particulier marqué par la guerre contre France à la suite du soulèvement des Vêpres siciliennes (1282), qui entraîne une coupure des relations économiques – momentanée mais décisive – entre les deux royaumes ; d’où le développement de centres drapiers en Catalogne lors de cette phase d’interruption des importations de Flandre et d’autres principautés du Nord du royaume de France. Toutefois, la qualité des productions catalanes n’égalait pas celle des autres foyers cités, ainsi que ceux d’Italie, comme en témoignent leurs prix assez modiques.

  • 3 Voir la carte intitulée « La draperia als segles xiv i xv » dans Jesus Mestre I Campi et Victor Hur (...)
  • 4 Claude Carrère, « La draperie en Catalogne », op. cit., p. 477-478.

6La distribution spatiale des centres de production fait apparaître un assez grand nombre de localités pyrénéennes au cours des xive et xve siècles3. C’est en effet là que se trouvaient les foyers ruraux les plus actifs, dans lesquels la qualité des eaux de montagne améliorait les opérations de parage et de lavage4. Cependant, cette répartition géographique ne met en évidence qu’un simple semis de centres de production, ne révélant rien des liens qui pouvaient les unir, voire les organiser.

Carte 1 : Origine des draps exportés vers l’Egypte et la Syrie, d’après les contrats barcelonais entre 1347 et 1435

  • 5 Voir Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient. Un siècle de relations avec l’Egypte e (...)
  • 6 Ibid., p. 323.

7De fait, la production d’un aussi grand nombre de centres ne pouvait servir aux seuls besoins des populations de la région : elle alimentait également un courant d’exportations hors de Catalogne, grâce aux principaux ports et en particulier celui de Barcelone. Artisans tisserands et marchands de Barcelone établirent ainsi les bases d’un véritable réseau destiné en particulier à écouler l’abondante production vers le Levant. Tel est en partie ce que révèle la carte 1 établie à partir de 2 000 contrats notariés barcelonais à destination de l’Égypte et de la Syrie, instrumentés entre 1347 et 1435, et apportant un échantillon de 2875 draps dont l’origine est précisée5. Les centres de production de Villefranche de Confient, Perpignan, Ax les Thermes et Puigcerdà totalisent ainsi près de la moitié des draps dont l’origine est connue, soit 47,5 %. Mais nous nous heurtons toutefois à une importante limite de la documentation, dans laquelle l’expression « draps de la terra » est fréquemment utilisée pour désigner les draps confectionnés en Catalogne sans indication précise d’origine et qui n’ont donc pu être pris en compte dans cet échantillon. Cette habitude tend ainsi à sur-représenter les centres drapiers du Nord des Pyrénées souvent exclus de cette expression et donc mentionnés précisément de façon plus systématique6.

8L’exploitation de ces données, certes imparfaites, permet tout de même d’affirmer que des marchands barcelonais ont été en relation avec chacun de ces centres, en ont apporté les productions à Barcelone où elles ont ensuite été affectées au commerce maritime, en particulier vers le Levant.

9On peut donc bien parler d’un réseau régional des foyers de production drapière, organisé, structuré par les marchands catalans, qu’il faut sans doute imaginer plus dense en son centre, autour de Barcelone, que ne permet de le déduire la documentation. La cartographie de ces informations permet en outre de fixer avec précision les limites de l’aire d’attraction de Barcelone – en particulier la limite Nord, dans les zones pyrénéenne et roussillonnaise.

Les réseaux portuaires mis en évidence grâce aux licences de navigation

10Une autre série d’archives catalanes permet de mettre en lumière plusieurs réseaux à différentes échelles : celle des licences de navigation, rendues obligatoires à partir de 1355, en raison du conflit majeur qui oppose plusieurs puissances méditerranéennes de premier ordre : la couronne d’Aragon affronte une fois de plus au cours des années 1350 sa grande rivale de Méditerranée occidentale, la république de Gênes ; mais chacun des deux États est parvenu à déployer une alliance de revers contre son adversaire : les Catalano-Aragonais disposent de l’appui des Vénitiens – autres ennemis traditionnels des Génois –, tandis que les Génois prennent en tenaille la couronne d’Aragon grâce à l’aide du royaume de Castille – lui-même en proie à une lutte de factions. Dans ce contexte de conflit de grande envergure, le roi d’Aragon Pierre IV le Cérémonieux entend faire surveiller aussi étroitement que possible le trafic des marchandises qui quittent ou qui entrent dans les ports de la Couronne, afin de vérifier notamment que des denrées alimentaires ou des produits jugés stratégiques comme le fer et le bois pouvant être utilisés pour fabriquer des armes, ne sont pas fournis aux ennemis génois. Des licences de navigation doivent donc être délivrées par les représentants de l’autorité royale, à Barcelone comme dans les autres ports. Nous disposons ainsi exceptionnellement d’une source qui nous renseigne de façon très minutieuse sur le trafic maritime ordinaire de la capitale catalane.

  • 7 Claude-Guy Maubert, « Le mouvement du port de Barcelone pendant l’hiver 1357 », Anuario de Estudios (...)
  • 8 C’est ce dont attestent par exemple les registres du « Drictus Catalanorum », une taxe perçue à Gên (...)

11De surcroît, l’analyse en est facilitée par une étude qui détaille les destinations et les ports d’origine des navires arrivant à Barcelone au cours de l’automne 1357, qui correspond au début de l’un des registres consacrés à ces licences de navigation7. Toutefois, comme souvent pour la période médiévale, son analyse impose d’en préciser d’abord les limites : ce contexte de conflit supprime de facto tout trafic avec la république de Gênes et ses possessions en Corse notamment, ainsi qu’avec la région de Murcie, finalement revenue à la couronne de Castille après sa conquête sur les musulmans. Or, en période de paix, il n’est pas rare de relever le départ de plusieurs navires catalans pour ces régions, en particulier vers Gênes qui représente aussi un grand foyer commercial8. L’image que nous révèlent ces registres est donc faussée ou très conditionnée par ce contexte de conflit. En outre, les quantités précises transportées ne sont pas indiquées et l’on en est réduit à compter le nombre de navires – là non plus sans aucune indication précise de leur capacité de fret – pour déterminer l’ampleur des flux commerciaux. Toutefois, cette source reste l’une des plus détaillées dont nous disposions pour cette époque, puisqu’une fois la paix revenue, ces licences de navigation n’ont plus été délivrées.

12Ces registres, et en particulier celui de l’automne 1357 (qui débute le 11 octobre et comprend jusqu’au début du mois de janvier 1358, un total de 170 navires au mouillage dans le port de Barcelone), mettent clairement en évidence un trafic local voire régional qui relie Barcelone à tous les autres ports de la côte catalane, petits ou moyens, tant au nord de la ville, qu’au sud (cf. carte 2). Les relations sont particulièrement soutenues avec Collioure, le port de Perpignan, cité la plus importante du nord de la couronne d’Aragon. À première vue, l’image qui en résulte présente les caractéristiques d’un réseau simple, bien centré sur le port de Barcelone. Mais la très grande majorité des navires utilisés sont de petite taille (des barques ou des lahuts), qui effectuent donc une navigation de cabotage que ne reflète pas la documentation, ni le schéma qui en résulte. Il faut donc sans doute y ajouter des liens entre ces ports disséminés le long de la côte catalane qui rendent un peu plus complexe ce réseau, mais ne lui font pas perdre sa structure clairement centrée sur Barcelone

Carte 2 : Destinations et origines des navires mouillant à Barcelone au cours de l’automne 1357

Carte 3 : Destinations et origines des navires mouillant à Barcelone au cours de l’automne 1357

  • 9 Deux d’entre eux partent pour la Sardaigne, sans que leur port de destination soit précisé ; ils n’ (...)

13Ces destinations ou ces origines catalanes ne constituent bien sûr qu’un premier cercle de rayonnement autour de Barcelone. Les destinations les plus lointaines telles qu’elles apparaissent dans ce registre doivent donc être cartographiées à l’échelle de l’ensemble de la Méditerranée occidentale (cf. carte 3). Le nouveau réseau s’étend cette fois aux autres royaumes de la couronne d’Aragon, ceux de Valence et de Majorque dont les capitales concentrent à elles deux la plus grande partie du fret à cette nouvelle échelle (58 navires provenant ou arrivant de Valence, qui constitue donc de loin le port le plus étroitement lié commercialement à Barcelone et 21 navires provenant de Ciutat de Mallorca, le principal port de l’île de Majorque). En outre 11 bâtiments proviennent ou se rendent également en Sardaigne9, l’un des enjeux du conflit contre Gênes, mais qui fait théoriquement aussi partie de la couronne d’Aragon depuis 1324. Vers le Nord, hors des frontières de la confédération catalano-aragonaise, le registre fait enfin apparaître des liens réguliers d’exportation vers plusieurs ports du Languedoc : vers Narbonne (13 navires y sont destinés), Sérignan, le port de Béziers aujourd’hui ensablé (8 navires) et Agde (12 navires).

  • 10 À la mort du roi d’Aragon Pierre III en 1285, la Sicile fut confiée à son fils cadet Jacques II (de (...)
  • 11 Maria Dolores López Pérez, La Corona de Aragon y el Magreb en el siglo XIV : 1331-1410, Barcelone, (...)

14Si l’absence de liens commerciaux avec Gênes et ses possessions immédiates en Corse ne surprend pas dans le contexte de conflit précédemment évoqué, elle est plus étonnante en ce qui concerne le royaume toujours musulman de Grenade, les ports du Maghreb et surtout la Sicile, qui constitue pourtant une plaque tournante du commerce des grains au Moyen Âge et qui est dominée depuis le fameux épisode des Vêpres siciliennes (1282) par une branche cadette de la dynastie catalano-aragonaise10. Cependant, dans ce dernier cas, le règne de son roi Frédéric IV le Simple (1355-1377), marqué par un net affaiblissement du pouvoir royal entraînant une situation d’anarchie dans l’île, explique sans doute pour une large part cette absence de relations. Car de fait, le contexte de conflit entre grandes puissances maritimes n’empêche pas des liens à plus longue distance, comme en atteste le départ de quatre grosses nefs destinées à l’île de Chypre. Quant à l’absence de relations directes avec le royaume de Grenade ou avec le Maghreb, elle s’explique par le détail des marchandises transportées de Valence vers Barcelone : on y trouve surtout du cuir que l’on sait en grande partie confectionné dans ces pays musulmans. De ces échanges découle donc un constat essentiel : les transports effectués dans cette direction sont en fait assurés par les marins et marchands de Valence et de Majorque qui commercialisent ensuite les produits des pays musulmans vers le nord de la Méditerranée. Selon d’autres études, ils se sont en fait réparti le trafic, les Valenciens se spécialisant dans les relations avec le royaume nasride de Grenade et les Majorquins avec les ports maghrébins11. Il en résulte donc une délimitation assez claire des réseaux de relation maritime centrés sur les trois principaux ports de la Couronne – Barcelone, Valence et Majorque –, mais aussi une indéniable complémentarité entre eux.

15La physionomie du réseau barcelonais à l’échelle de la Méditerranée occidentale est donc très similaire à celle du précédent : elle présente également une structure radiale bien centrée sur Barcelone et intégrant cette fois les grandes îles sous contrôle de la branche aînée de la dynastie catalano-aragonaise, mais affectée par la conjoncture bien particulière qui caractérise la fin de l’année 1357, limitant par endroits ce rayonnement (Gênes, Sicile). À cette échelle également, la petite taille des embarcations utilisées plaide pour une navigation de cabotage entre la plupart des différents ports cartographiés et accentue donc la complexité et la densité du réseau.

16Enfin, le parallélisme de structure entre les deux réseaux – étoilés et centrés sur Barcelone – invite donc à établir un rapport d’emboîtement entre eux, que confirme bien le détail des marchandises transportées : une partie de celles qui sont apportées des ports méridionaux, de Catalogne ou de la couronne d’Aragon, sont réexportées vers les ports du nord – notamment les cuirs déjà cités, mais aussi des fruits secs, du miel, de l’huile et du vin –, tandis que d’autres voyagent en sens inverse – par exemple des draps – Barcelone jouant dans ce trafic un rôle de plaque tournante et de redistribution.

L’exemple du commerce des épices

  • 12 Cf. Damien Coulon, « Los consulados catalanes en Siria (1187-1400) », in Rafael Narbona Vlzcaino (s (...)
  • 13 Cf. Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., en particulier p. 197.

17Comme le montrait l’exemple des quatre bâtiments destinés à Chypre, les marchands de Barcelone entretenaient aussi des contacts plus ou moins réguliers avec le Levant méditerranéen depuis la seconde moitié du xiie siècle12. Ils se développèrent ensuite, surtout au cours du xive siècle, comme en témoignent diverses sources (en particulier des licences de navigation et des contrats notariés13) ayant permis de répertorier plusieurs centaines de voyages entre les années 1330 et 1440. Avant d’atteindre le Levant, les bâtiments catalans, barcelonais pour la plupart, faisaient bien sûr escale dans toute une série de ports intermédiaires, généralement situés dans les principales îles de la Méditerranée, dont certaines sous contrôle de la couronne d’Aragon, comme on vient de le voir – Baléares, Sardaigne et Sicile, qui passe sous le contrôle de la branche aînée de la dynastie à partir de la fin du xive siècle. Les principales destinations à atteindre étaient les ports de Rhodes, de Famagouste, à Chypre, de Beyrouth et d’Alexandrie où les Catalans s’approvisionnaient en épices, comme les représentants des autres grandes nations marchandes européennes – Vénitiens et Génois en particulier.

  • 14 Peregrine Horden et Nicholas Purcell choisissent de leur côté l’image d’un collier de perles pour é (...)
  • 15 C’est ce qu’indiquent bien les contrats notariés barcelonais, prévoyant la commercialisation éventu (...)

18Toutefois, le parcours ainsi tracé ne permet pas de parler d’un véritable réseau à l’échelle méditerranéenne. Rappelons en effet qu’un réseau se définit par son tracé convergent ou une forme de maillage. Or, dans la mesure où les escales sont en gros les mêmes selon les parcours des différents navires, tant à l’aller qu’au retour, il paraît plus légitime de parler d’une série d’escales, voire d’une ligne de navigation lointaine que d’un véritable réseau14. Des marchandises sont bien emportées et déposées à l’aller comme au retour au cours de certaines de ces étapes ; il en résulte donc bien un conditionnement des productions locales par le passage de ces navires catalans, mais le phénomène ne se vérifie vraiment qu’à Majorque, en Sicile, et à Rhodes ; les autres étapes étant surtout des escales techniques pour la navigation15.

19Cependant, ces activités de grand commerce des épices ne se limitaient pas à des voyages vers le Levant : les Barcelonais en profitaient aussi pour les redistribuer vers le reste de l’Occident et en particulier vers la Flandre (vers Bruges) et le sud de l’Angleterre, d’une part, mais aussi vers le sud du royaume de France, le long de la vallée du Rhône et au-delà, d’autre part. On voit donc là s’esquisser les débuts d’un réseau de grand commerce, grâce au trafic des épices. De surcroît, ces activités de redistribution ne se limitaient pas au grand commerce : à l’échelon régional, les épices étaient aussi réexportées à partir de Barcelone vers les autres ports catalans et ceux du reste de la Couronne, en particulier vers Valence, comme le montrent bien les données du registre de licences de navigation étudié précédemment.

  • 16 The Conupting Sea, op. cit., p. 172.

20Le commerce des épices s’intégre donc parfaitement dans le réseau général du négoce barcelonais et profite précisément de ce « jeu » d’échelles : ce sont bien les draps catalans produits dans la région et collectés par les marchands barcelonais qui servent de principale marchandise d’exportation dans le trafic du Levant, tandis que les épices sont ensuite redistribuées depuis Barcelone vers l’ensemble des localités catalanes et de la Couronne ; elles constituent de fait l’une des principales denrées exportées depuis le grand port catalan à l’échelon régional. Barcelone affirme donc bien là son rôle de plaque tournante entre différentes zones économiques méditerranéennes, mais aussi d’interface entre différentes échelles, rejoignant le modèle de connectivité multiple présenté par P. Horden et N. Purcell16.

2. Les « mécanismes » de l’interface

Un lieu central : la loge ou llotja des marchands de Barcelone

  • 17 Claude Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, 2 vol., Paris La Haye, Mou (...)
  • 18 Ibid., p. 50.

21Un bâtiment situé à proximité du rivage et de la zone portuaire servait de lieu de rendez-vous aux marchands : la loge. « C’est [là] qu’on apprend les nouvelles, les arrivées de bateaux, les affrètements en cours ou méfaits des corsaires, que s’établissent les cours des marchandises ou des changes et que siège le tribunal du Consulat de la mer »17. L’édifice fut construit à partir de 1339, mais achevé seulement en 1392. Il avait été installé à l’endroit où les changeurs dressaient « leurs tables à la disposition de qui revenait des pays étrangers »18.

22C’est donc dans cet édifice ou à proximité que les modestes marchands et patrons de navire qui se bornaient à des activités commerciales géographiquement limitées, côtoyaient les grands négociants ou leurs facteurs qui traitaient d’importantes affaires et expédiaient des marchandises jusqu’en Flandre et au Levant. Les uns et les autres pouvaient ainsi s’y rencontrer, conclure des accords commerciaux et affecter des productions locales au commerce au long cours et vice versa. Autrement dit, c’est principalement dans ce lieu, véritable centre décisionnel et névralgique que s’établit, se matérialise l’interface entre les réseaux à différentes échelles évoqués.

Des hommes : les courtiers

23Les sources barcelonaises font apparaître assez régulièrement des courtiers qui recueillaient un grand nombre d’informations commerciales, puis les diffusaient sélectivement de façon à mettre en contact des marchands bien précis entre eux. Ce sont donc eux qui recommandaient d’acheter certaines marchandises et de se rendre en priorité vers certaines destinations, interconnectant ainsi les réseaux centrés sur Barcelone déployés aux différentes échelles. Bien que leur recours ne fût pas systématique, les informations dont ils disposaient permettaient dans un grand nombre de cas de maximiser les gains escomptés.

  • 19 Labienne Plazolles-guillen, « Les courtiers de commerce », Mélanges de la Casa de Velάzquez, t. 29 (...)

24Toutefois, il reste très difficile de saisir de quelle façon ils recueillaient leurs informations, puis entraient en contact avec les marchands pour les diffuser. En effet, leur très grande discrétion constituait une condition sine qua non à l’exercice de leur métier, qu’exprime bien l’expression de corredor d’orella, par laquelle on les désignait généralement, littéralement « courtier d’oreille »19, toujours prêts à enregistrer des renseignements, mais ne les distillant que parcimonieusement. En fait, ce sont généralement des règlements de conflits entre marchands qui révèlent leur présence ou parfois leur participation directe aux opérations commerciales. On peut donc difficilement en dire plus à leur sujet, sinon que leur présence est attestée dans l’ensemble des grands ports méditerranéens, y compris au Levant – où il s’agit alors bien sûr de courtiers arabes –, et qu’ils jouèrent durablement ce rôle d’intermédiaire, puisque F. Braudel évoque encore leur action décisive en Méditerranée à l’époque de Philippe II

Un modèle de marchands entrepreneurs, soucieux de diversifier leurs activités

  • 20 Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., p. 515.
  • 21 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 1985, p. 62-64.

25À Barcelone comme dans la plupart des grands centres économiques de la fin du Moyen Âge, les acteurs de l’échange, en particulier les plus opulents, les hommes d’affaires, cherchaient à diversifier leurs activités ; non seulement ils investissaient dans plusieurs opérations commerciales simultanées, visant différentes destinations, mais de plus, ils s’efforçaient bien souvent de contrôler plusieurs domaines complémentaires, tels le négoce, la banque, l’armement naval ou encore les échanges financiers et les activités d’assurance20. Comme l’a déjà fait remarquer F. Braudel, cette stratégie ne répondait pas qu’à de simples objectifs de prudence : « l’explication ordinaire ne peut guère nous satisfaire : le marchand nous dit-on divise ses activités entre divers secteurs pour limiter les risques [...]. En fait, je pense que le marchand [le « négociant-capitaliste »] ne se spécialise pas parce qu’aucune branche à sa portée n’est suffisamment nourrie pour absorber toute son activité [...] ». « Le marchand de haut vol n’est pour ainsi dire jamais limité à une seule activité »21.

26Cette logique apporte donc un élément supplémentaire d’explication à notre problématique : les hommes d’affaires barcelonais ont eux aussi cherché dès la fin du Moyen Âge, à investir leurs capitaux vers des destinations et dans des produits variés. Ils ont volontairement participé à la fois au commerce régional, mais aussi au négoce de niveaux intermédiaire et intercontinental ; ce faisant, ils ont profité directement de leur complémentarité et donc mis en relation les différents réseaux centrés sur Barcelone

La part des techniques commerciales : commandes et associations

  • 22 Claude Carrère, « Barcelone et le commerce de l’Orient à la fin du Moyen Âge », Sociétés et compagn (...)

27Les techniques commerciales utilisées étaient enfin suffisamment souples pour permettre aux principaux hommes d’affaires de se consacrer à plusieurs théâtres d’opérations à la fois, à Barcelone comme ailleurs, du reste. Des associations ou compagnies rassemblaient certains d’entre eux par groupes plus ou moins importants, mais généralement pour des durées limitées à quelques années, ce qui n’empêchait pas le renouvellement de ces accords si les associés le souhaitaient. En outre, l’un des types de contrats les plus fréquemment utilisés par les Barcelonais, notamment dans leur commerce avec l’Egypte et la Syrie où ils n’entretenaient pas de facteurs commerciaux22, était la commande. Ce type d’accord qui associait un bailleur de fonds sédentaire restant à Barcelone et un marchand itinérant qui partait commercialiser les biens confiés permettait d’une part au premier de multiplier les commendes vers d’autres destinations plus ou moins variées. D’autre part, elles restaient limitées à un seul voyage à l’issue duquel les profits – ou les pertes – étaient partagés à hauteur des trois-quarts pour le bailleur et du quart restant pour le marchand itinérant, ce qui rendait ces accords encore plus souples que les associations évoquées précédemment.

  • 23 Voir à ce sujet les récriminations du facteur de la compagnie Datini à Barcelone, Simone Bellandi, (...)

28Enfin le fréquent recours aux procurations, très nombreuses parmi les sources notariales, aidait également les marchands à intervenir simultanément sur des théâtres distincts d’opérations commerciales et donc dans des réseaux déployés à des échelles différentes23.

3. Un autre rôle d’interface avec des réseaux étrangers

Barcelone dans les réseaux de marchands italiens : Vénitiens et Toscans

  • 24 Parmi l’abondante bibliographie, voir en particulier les travaux de Maria Teresa Perrer i Mallol : (...)
  • 25 Bernard Doumerc, « Le trafic commercial de Venise au xve siècle. Le convoi d’Aigues-Mortes », 110e (...)

29Plusieurs auteurs se sont penchés de longue date sur les activités et la présence commerciales de marchands italiens souvent très entreprenants en Catalogne et plus particulièrement à Barcelone24. Le port était en effet bien intégré dans les lignes de la navigation d’Etat vénitienne, sans doute un des exemples les plus achevés de réseaux au bas Moyen Âge. Des galères appartenant à l’Etat vénitien étaient en effet louées aux enchères chaque année pour être affectées à différentes lignes régulières comme celle du Levant vers Alexandrie et Beyrouth ou celle de Flandre25. Barcelone se trouve en fait intégré dans la ligne dite d’Aigues Mortes, qui se prolonge jusqu’à Valence et Majorque (cf. carte 4). Mise en place tardivement, à partir de 1412, elle ne s’étend à Barcelone qu’à partir de 1425, et fonctionne en fait irrégulièrement. Ce relatif retard s’explique en grande partie par le fait que les Vénitiens ont surtout privilégié leurs liens commerciaux avec la Méditerranée orientale – vers le Levant pour ses épices et vers la Romanie, en grande partie sous contrôle vénitien après la quatrième croisade –, ainsi qu’avec la Flandre, autre grand foyer commercial et proto-industriel de la fin du Moyen Âge. Les articles qu’offrait le marché de Barcelone pouvant souvent être cherchés ailleurs- la laine brute à Tortosa, les draps dans les centres de production d’Italie septentrionale et centrale, par exemple –, il est donc logique que le grand port catalan n’ait pas intéressé en priorité les marchands vénitiens. Malgré tout, comme on le voit, l’escale barcelonaise finit par être intégrée dans le réseau de la prestigieuse navigation d’État vénitienne.

Carte 4 : La route de la ligne d’Aigues-Mortes (d’après D. Stöckly, Le système de l’Incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie-milieu xve siècle), Leyde, Brill, 1995, carte VIII, p. 164).

  • 26 Federigo Melis, Aspetti della vita economica medievale. Studi nell’archivo Datini di Prato, Sienne, (...)

30De leur côté, les marchands toscans n’étaient pas restés inactifs et entretenaient aussi avec la Catalogne d’étroits liens commerciaux. L’homme d’affaires Francesco Datini, de Prato, était parvenu à constituer entre 1380 et 1410 un véritable « empire » commercial et financier avec des représentants permanents dans les principaux foyers économiques, dont la Catalogne. La carte établie par F. Melis26 à partir d’environ 140 000 lettres rédigées par ces correspondants commerciaux, provenant de 267 localités différentes rend assez bien compte de l’expansion et de l’organisation exceptionnelles de ce bel exemple de réseau, déployé à travers l’ensemble de la Méditerranée et surtout en Europe Occidentale, au tournant des xive et xve siècles.

  • 27 Dolors Pifarré Torres, El comerç internacional de Barcelona, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de (...)

31Dès 1382, Datini reçoit des informations concernant l’état du marché à Barcelone. Il y installe un correspondant permanent à partir de juin 1393 (Luca del Sera, puis Simone Bellandi ou Simone d’Andrea) qui y dirige en fait une véritable filiale de la compagnie. Barcelone et la zone côtière catalane constituent donc un espace économique au coeur des activités de Francesco Datini – ce dont témoigne bien la carte mentionnée précedemment. Mais en outre, la filiale barcelonaise de la compagnie est en relations régulières avec la Flandre, où elle envoie et d’où elle reçoit notamment de nombreuses lettres de change et d’abondantes marchandises27.

  • 28 Voir la référence n. 10.

32On ne saurait toutefois terminer cette évocation des réseaux italiens présents à Barcelone sans rappeler les mesures récurrentes de protectionnisme, voire d’expulsion des commerçants italiens, prises par différents monarques soucieux de ménager les intérêts de leurs marchands. Dès 1227, une ordonnance du roi Jacques Ier interdisait en effet de charger des marchandises pour le Levant sur un navire étranger, si un bâtiment catalan s’apprêtait à partir pour cette région28. À la fin du xive et au début du xve siècle, les marchands italiens et parfois même d’autres étrangers furent expulsés, tant leur concurrence s’avérait redoutable pour les Catalans. Mais, preuve de leur grande efficacité et de la qualité de leurs liens avec l’entourage royal, ces interdictions furent régulièrement abrogées, en dépit des aspirations au protectionnisme d’un nombre croissant de marchands qui en firent l’une de leurs revendications majeures. En définitive, la répétition régulière de ces bannissements montre au contraire l’impossibilité de faire disparaître les hommes d’affaires italiens de l’important foyer commercial que représentait Barcelone à la fin du Moyen Âge.

Barcelone dans les réseaux des marchands allemands

  • 29 Deux marchands de Constance et de Nuremberg sont signalés à Barcelone en 1383, succédant en fait à (...)
  • 30 Simone Bellandi, facteur de la succursale barcelonaise de la compagnie Datini de Prato, observait d (...)
  • 31 L’article pionnier de Marina Mitjà (« Dificultades », op. cit.), très conditionné par l’historiogra (...)

33Les marchands allemands ne semblent s’être intéressés que tardivement à Barcelone, sans doute en raison du rôle d’intermédiaires que purent longtemps jouer les négociants italiens – Génois, Vénitiens et Toscans en particulier – dans le trafic entre la partie germanique du Saint-Empire et la Péninsule. Toutefois les mentions de plus en plus nombreuses de marchands allemands présents à Barcelone à partir de la fin du xive siècle révèlent un réel engouement pour ce port et ses activités dans certains centres urbains de haute Allemagne29, phénomène qui n’avait d’ailleurs pas échappé au fin observateur des réalités économiques qu’était le représentant de la compagnie Datini dans ce port30. Ces premiers contacts sur de longues distances reflètent donc clairement le dynamisme économique des deux pôles régionaux qui globalement alla en s’affirmant31, comme en témoignent le nombre croissant de marchands allemands en Catalogne, en particulier au cours de la première moitié du xve siècle, et leur déploiement sur l’ensemble de la couronne d’Aragon, surtout à partir de la guerre civile catalane entre 1462 et 1472.

  • 32 Nikolas Jaspert, « Ein Leben in der Fremde », op. cit., p. 448.
  • 33 Franz Bastian, Das Runtingerbuch 1383-1407, 3 vol., Ratisbonne, Gustav Bosse Verlag, 1935-1944 (Dt (...)
  • 34 Elle fut active entre 1380 et 1530 et étendit ses réseaux aux principaux foyers économiques d’Europ (...)
  • 35 Jos Humpis assuma en effet les fonctions de « Regierer der Gesellschaft », cf. Aloys Schulte, Geseh (...)

34Comme l’a par ailleurs résumé N. Jaspert, des marchands allemands provenant essentiellement de trois zones furent bientôt présents dans le grand port catalan : ceux de haute Souabe ou du Rhin supérieur, d’une part ; de Franconie et de Bavière – plus précisément de Nuremberg et de Ratisbonne –, d’une autre ; enfin ceux de la région du Rhin moyen, avec Cologne pour principal foyer d’origine32. Le déploiement durable de ces commerçants allemands dans le nord-est de la péninsule Ibérique s’appuyait souvent sur de solides compagnies marchandes et financières, telle celle des Runtinger de Ratisbonne33. Toutefois, la plus puissante et la plus durablement installée était sans conteste la « grande compagnie marchande de Ravensburg », la grosse Ravensburger Handelsgesellschaft34. Son principal homme d’affaires, Jos Humpis, se rendit lui-même à plusieurs reprises à Barcelone, entre 1406 et 1421, avant d’y nommer différents procureurs successifs35, qui jetèrent les bases d’une représentation permanente de la société, permettant ainsi une extension organisée et durable de son réseau.

  • 36 Le docteur en droit Garcia de Torres, commandeur de l’ordre des Hospitaliers, assuma le premier cet (...)
  • 37 Archives de la Couronne d’Aragon, section Reial Patrimoni, Dret dels Alamanys e Saboyenchs, 1425-14 (...)
  • 38 Aloys Schulte, Gesehiehte der grossen Ravensburger Handelsgesellsehaji, op. cit., t. I, p. 303-341, (...)
  • 39 – Johann Folch (nov. 1423), cf. Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. II, p. 5 (...)
  • 40 Voir en particulier les cas du marchand Johann von Köln (de Cologne) et de la compagnie Watt de Sai (...)

35Dans ce contexte d’essor des échanges, le roi Alphonse V le Magnanime accorda le 7 janvier 1420 un privilège commercial aux marchands allemands, qui reconnaissait l’autorité d’un consul chargé de les représenter et de les défendre dans les Etats de la couronne d’Aragon36. En contrepartie, mais il s’agissait aussi d’une des conséquences de leur succès, un impôt particulier fut prélevé sur leurs opérations à partir de 1425, le droit dit « des Allemands et des Savoyards »37. Les précieux registres de taxation qui en ont subsisté révèlent bien que les relations étaient toujours soutenues et régulières entre les deux régions au moins jusqu’à la guerre civile catalane qui débute en 1462. Cette belle série documentaire montre en outre que la grande société marchande de Ravensburg jouait toujours un rôle largement prépondérant dans les échanges avec la couronne d’Aragon38, tandis que d’autres sources complètent la liste de ses facteurs sans doute permanents dans le port catalan au moins entre 1423 et 144639. Toutefois, cette position dominante de la société ravensbourgeoise n’empêchait pas d’autres concurrents allemands de continuer à fréquenter, voire de résider dans le port de Barcelone durant la même période (voir carte 5)40.

Carte 5 : Villes en contact par l’intermédiaire des réseaux terrestres de marchands allemands au début du xve siècle

  • 41 Ces toiles, généralement en lin, étaient ensuite revendues par les marchands catalans jusque sur le (...)
  • 42 En 1400, le corail, le safran, de même que le gingembre rapportés l’année précédente de Barcelone p (...)

36Toutes ces informations montrent en tout cas clairement que la capitale catalane était bien intégrée dans les réseaux de plusieurs compagnies commerciales allemandes. Elles cherchaient en effet à s’approvisionner à Barcelone et dans les pays de la couronne d’Aragon en corail et surtout en safran, marchandises de prix élevé, quelles échangeaient essentiellement contre des métaux bruts ou travaillés – notamment du cuivre –, ainsi que des toiles41. Elles redistribuaient ensuite les produits acquis en Catalogne jusqu’aux confins orientaux de l’Empire, à Prague et même jusqu’à Breslau en Silésie, par exemple42.

  • 43 Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., p. 400 n. 5.
  • 44 Ce parcours continental est par ailleurs bien souligné par Klaus Fischer à propos des activités – c (...)
  • 45 Un document très révélateur de juin 1445 signale exceptionnellement la présence de deux marchands c (...)

37Cependant, le réseau de la société de Ravensburg présentait, par rapport à ceux des Italiens évoqués précédemment, une spécificité que révèle bien l’épisode suivant apparemment anodin : en mai 1437, un marchand barcelonais fit transporter de Barcelone à Bruges du corail finement taillé « sous la marque de la compagnie allemande de Jos Humpis » ; or, ce corail fut transporté par voie de terre43, ce qui était tout à fait inhabituel pour une liaison entre ces deux ports et malgré le long détour qu’impose le parcours maritime. En fait, le réseau de la société de Ravensburg, comme celui de bien d’autres compagnies du centre du Saint-Empire, se déployait bien sûr avant tout le long d’itinéraires terrestres qui s’inscrivaient au coeur du continent ou le long d’une diagonale continentale, comme le montre bien la carte 5 (Villes en contact par l’intermédiaire des marchands allemands)44. Cette spécificité, qui implique une complémentarité avec les réseaux avant tout maritimes des Catalans et des Italiens, explique sans doute en grande partie le succès de son implantation à Barcelone et dans le reste de la couronne d’Aragon. Dans cette situation, les effets de concurrence paraissent avoir été atténués au bénéfice d’une répartition des tâches séparant parcours terrestres et maritimes, que confirme bien l’absence presque complète de marchands catalans en haute Allemagne à la même époque45.

*
* *

38Au terme de cette étude, deux aspects me paraissent mériter d’être soulignés en conclusion :

    • 46 Voir supra, note 1.
    • 47 Le cloisonnement des historiographies nationales traditionnelles a ainsi facilement épousé les limi (...)

    Barcelone constitue un bon exemple d’interface entre réseaux commerciaux dès la fin du Moyen Âge : d’une part entre ceux qui ont été générés par les marchands barcelonais eux-mêmes à différentes échelles, et d’autre part entre réseaux catalans et étrangers, même si ces derniers ne sont pas, à la différence des premiers, centrés sur la capitale catalane. Il en résulte ainsi une sorte de double connectivité, maritime, comme celle que présentent R Horden et N. Purcell46, mais aussi continentale, pénétrant l’intérieur des terres bien au-delà des vallées s’inscrivant dans le bassin méditerranéen. Dans tous les cas, les marchands barcelonais tirent un grand profit de cette situation d’interface, grâce à la complémentarité que s’apportent mutuellement tous ces réseaux : chacun s’enrichit des marchandises fournies par les autres, du moins jusqu’à ce que les effets de la concurrence se fassent sentir. Il en résulte donc un partage de l’espace entre réseaux, une segmentation des parcours, qui n’excluent nullement la compétition et les conflits, et qui marquent aujourd’hui encore l’historiographie des relations commerciales médiévales47. Toutefois, dans des cas certes particuliers, la négociation reste possible entre ports rivaux, comme en témoigne la répartition des réseaux commerciaux tissés par les marchands de Barcelone, de Valence et de Majorque, cités portuaires il est vrai intégrées au même Etat et soumises à l’autorité d’un souverain qui a directement œuvré pour cette solution de compromis.

    • 48 « Par “économie-monde”, mot que j’ai formé, à partir du mot allemand de Weltwirtschaft, j’entends l (...)

    Ce partage en zones d’influences amène ensuite logiquement à évoquer les pouvoirs d’attraction des centres des réseaux, ainsi que leur capacité à organiser l’espace sur lequel ils se déploient aux différentes échelles. Le « modèle » certes quelque peu simplificateur qu’ils dessinent renvoie dans un premier temps aux logiques d’« économie-monde48 » et des espaces associant un centre – ici constitué par une ville ou une grande compagnie marchande – à ses périphéries plus ou moins intégrées.

  • 49 Sur ce processus, voir Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., p. 530-535 (...)

39Cependant, cette articulation à différentes échelles et cette domination d’un espace structuré ne sont évidemment pas préconçues ou prévues par les marchands catalans. Car nos connaissances des mentalités médiévales révèlent des différences majeures avec les périodes postérieures, alors que toute l’organisation économique réticulaire décrite jusqu’ici se rapprochait singulièrement de réalités très contemporaines. En fait, le commerce n’est sans doute pas un but en soi au Moyen Âge. L’objectif essentiel, supérieur à l’enrichissement – Italie du Nord et Centrale mises à part –, reste la promotion sociale, l’accès à la seule et véritable élite dans les sociétés d’Ancien Régime : la noblesse. Au bout de quelques générations, les plus riches négociants, du moins à Barcelone, parviennent à exercer des charges d’édiles municipaux, achètent des titres de noblesse et investissent dans la rente foncière. Il en résulte un processus « d’aristocratisation » qui constitue pour eux le but essentiel, l’aboutissement d’une longue et laborieuse stratégie49.

  • 50 Sur cette expression évidemment sujette à discussion, voir l’introduction (p. 9).

40La constitution de réseaux témoigne certes d’efforts de plus en plus réfléchis pour tirer parti d’une meilleure organisation marchande, aboutissant ainsi à des solutions proches de certaines formes de rationalité économique50, ce qui n’est au fond guère étonnant de la part d’une frange de la société qui poursuit des objectifs très matériels. Mais cette démarche reste avant tout empirique et ne représente pas un objectif ultime pour les négociants catalans à la fin du Moyen Âge. Parallèlement, il faut aussi s’interroger sur la cohésion du réseau, en particulier lorsque son centre moteur est constitué par une ville entière peuplée de marchands poursuivant assurément des buts différents. Il n’en reste pas moins que les réseaux représentent un modèle d’organisation tout à fait valide pour comprendre et analyser certains modes d’expansion commerciale qui s’épanouissent de façon pionnière et originale dès la fin du Moyen Âge.

Notes

1 Peregrine Horden et Nicholas Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, Malden, Blackwell Publishers, 2000, p. 123-172.

2 Voir en particulier Dominique Cardon, La draperie au Moyen Age. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, Editions du CNRS, 1999 ; Claude Carrère, « La draperie en Catalogne et en Aragon au xve siècle », Produzione, commercio e consumo deipanni di lana (nei secoli XII-XVIII). Atti della Seconda Settimana di Studio di Prato (Istituto F. Datini), Florence, L.S. Olschki, 1976, p. 475-495 et la synthèse plus récente d’Antoni Riera Melis, « Els origens de la manufactura textil a la Corona catalanoaragonesa (c.l 150-1298) », in Rafael Narbona Vlzcaino (sous la dir.), XVIII Congrés Internacional d’Historia de la Corona d’Aragô, La Mediterrània de la Corona d’Arag, (València, sept. 2004), 2 vol., Valence, Universitat de València, 2005, t. I, p. 821-901.

3 Voir la carte intitulée « La draperia als segles xiv i xv » dans Jesus Mestre I Campi et Victor Hurtado dir., Atles d’histôria de Catalunya, Barcelone, Edicions 62, 1995, p. 122 et carte n° 1 infra.

4 Claude Carrère, « La draperie en Catalogne », op. cit., p. 477-478.

5 Voir Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient. Un siècle de relations avec l’Egypte et la Syrie (ca. 1330-ca. 1430), Madrid-Barcelone, Casa de Velâzquez – Institut Europeu de la Mediterrània, 2004, p. 322-327.

6 Ibid., p. 323.

7 Claude-Guy Maubert, « Le mouvement du port de Barcelone pendant l’hiver 1357 », Anuario de Estudios Medievales, 10, 1980, p. 659-689.

8 C’est ce dont attestent par exemple les registres du « Drictus Catalanorum », une taxe perçue à Gênes sur le commerce avec la Catalogne à la fin du xive siècle ; cf. Rosa Callura Cecchetti, Giovanna Luschi et Stella Maris Zunino (sous la dir.), Genova e Spagna nel XIV secolo. Il « Drictus Catalanorum » (1386, 1392-93), Gênes, Fratelli Bozzi, 1970.

9 Deux d’entre eux partent pour la Sardaigne, sans que leur port de destination soit précisé ; ils n’ont pu être pris en compte dans la carte 3.

10 À la mort du roi d’Aragon Pierre III en 1285, la Sicile fut confiée à son fils cadet Jacques II (de Sicile), tandis que son fils aîné Alphonse II héritait de la couronne d’Aragon.

11 Maria Dolores López Pérez, La Corona de Aragon y el Magreb en el siglo XIV : 1331-1410, Barcelone, CSIC, 1995, p. 172-173 et 852.

12 Cf. Damien Coulon, « Los consulados catalanes en Siria (1187-1400) », in Rafael Narbona Vlzcaino (sous la dir.), XVIII Congrés Internacional d’Histôria de la Corona d’Aragô, La Mediterrània de la Corona d’Aragô, (València, sept. 2004), 2 vol., Valence, Universitat de València, 2005, t. I, p. 179-188 ; Idem, « El desarrollo del comercio catalan en el Mediterrâneo oriental durante el reinado de Jaime I », La conquesta de Mallorca. L’economia urbana, comercial i maritima. La figura de Jaunie I (Palma de Mallorea, oet. 2008), sous presse et idem, « Alexandrie pôle du grand commerce médiéval au miroir des archives barcelonaises xiiie-xve siècle », in Christian Decobert, Jean-Yves Empereur et Christophe Picard (sous la dir.), Alexandrie et le commerce de la Méditerranée médiévale (Alexandrie, avr. 2008), sous presse.

13 Cf. Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., en particulier p. 197.

14 Peregrine Horden et Nicholas Purcell choisissent de leur côté l’image d’un collier de perles pour évoquer ce type de situation ; cf. The Corrupting Sea, op. cit., p. 142.

15 C’est ce qu’indiquent bien les contrats notariés barcelonais, prévoyant la commercialisation éventuelle des marchandises emportées seulement dans les trois îles citées avant d’atteindre la destination finale au Levant.

16 The Conupting Sea, op. cit., p. 172.

17 Claude Carrère, Barcelone, centre économique à l’époque des difficultés, 2 vol., Paris La Haye, Mouton, 1967, t. I, p. 51.

18 Ibid., p. 50.

19 Labienne Plazolles-guillen, « Les courtiers de commerce », Mélanges de la Casa de Velάzquez, t. 29 (1), 1993, p. 129-130 : « De l’oreille comme métaphore du secret : [...] il semble établi qu’il s’agit bien de courtiers d’oreille dont l’instrument de travail est cet organe ».

20 Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., p. 515.

21 Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 1985, p. 62-64.

22 Claude Carrère, « Barcelone et le commerce de l’Orient à la fin du Moyen Âge », Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’océan Indien. Actes du huitième colloque international d’histoire maritime (Beyrouth, 1966), Paris, Sevpen, 1970, p. 367 et Damien Coulon, « Les marchands catalans installés en Egypte et en Syrie-Palestine aux xive et xve siècles : essai d’évaluation », in Michel Balard et Alain Ducellier (sous la dir.), Migrations et Diasporas méditerranéennes (xie-xvie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 509-511.

23 Voir à ce sujet les récriminations du facteur de la compagnie Datini à Barcelone, Simone Bellandi, à qui le fréquent recours aux procurations à Barcelone paraissait abusif, dans Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. I, p. 36-37.

24 Parmi l’abondante bibliographie, voir en particulier les travaux de Maria Teresa Perrer i Mallol : « Mercanti italiani nelle terre catalane : gli Alessandrini (1394-1408) », Rivista di Storia, Arte e Archeologia per le Provincie di Alessandria e Asti LXXV, 1966, p. 5-44 ; « Intorno all’assicurazione sulla persona di Pilipozzo Soldani nel 1399 e alle attività dei Soldani, mercanti fiorentini a Barcellona », Studi in memoria di Federigo Melis, 2 vol., Naples, Giannini, 1978, t. II, p. 441-478 ; et « I mercanti italiani nelle terre catalane nei secoli XII-XIV », Archivio Storico del Sannio, Anno III, n° 1-2, 1998, p. 41-101. À compléter par les récents travaux de Maria Elisa Soldani : « Alleanze matrimoniali e strategie patrimoniali nella Barcellona del XV secolo : i mercanti toscani fra integrazione e consolidamento della richezza », Archivio Storico Italiano, 602/4, 2004, p. 667-696 ; « Tra reti internazionali e spazio urbano. Forme mercantili di communicazione, solidarietà e gestione degli affari nel Mediterraneo occidentale bassomedievale », Espaces et réseaux en Méditerranée, vie-xvie siècle, vol. I La configuration des réseaux, Damien Coulon, Christophe Picard et Dominique Valérian (SOUS la dir.), Paris, Bouchène, 2007, p. 81-109 ; voir enfin sa thèse en cours de publication par le CSIC de Barcelone : Uomini d’affari e mercanti toscani a Barcellona nel Quattrocento.

25 Bernard Doumerc, « Le trafic commercial de Venise au xve siècle. Le convoi d’Aigues-Mortes », 110e Congrès National des Sociétés Savantes, Histoire médiévale, t. II, Montpellier, 1985, p. 179-195 et Doris STÖCKLY, Le système de l’Incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie-milieu xve siècle), Leyde, Brill, 1995.

26 Federigo Melis, Aspetti della vita economica medievale. Studi nell’archivo Datini di Prato, Sienne, Florence, L.S. Olschki, 1962, table XV. Sur la base de cette carte, une autre, un peu plus détaillée, a été publiée dans un dossier de la Documentation Photographique : n° 6009, 1974, « Marchands et métiers du Moyen Âge », pl. II.4.

27 Dolors Pifarré Torres, El comerç internacional de Barcelona, Barcelona, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 2002, p. 237.

28 Voir la référence n. 10.

29 Deux marchands de Constance et de Nuremberg sont signalés à Barcelone en 1383, succédant en fait à plusieurs artisans allemands déjà présents près d’un siècle auparavant ; cf. Aloys Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft 1380-1530, 3 vol., Stuttgart, Berlin, Deutsche Verlags-Anstalt, 1923, t. I, p. 318 ; Marina Mitjà, « Dificultades de la industria y comercio alemanes para abrirse paso en Barcelona hasta 1410 », in Johannes Vincke (sous la dir.), Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, vol. 13, Münster, 1958, p. 188-228, plus précisément p. 188 et Nikolas Jaspert, « Ein Leben in der Fremde. Deutsche Handwerker und Kaufleute im Barcelona des 15. Jahrhunderts », in Franz J. Felten (sous la dir.), Ein gefüllter Willkomm : Festschriftfür Knut Schulz zum 65. Geburtstag, Aix-la-Chapelle, Shaker Verlag, 2002, p. 435-462, plus précisément p. 437-442. Je remercie vivement mes collègues et amis Olivier Richard et Laurence Buchholzer-Remy pour leurs précieux conseils bibliographiques.

30 Simone Bellandi, facteur de la succursale barcelonaise de la compagnie Datini de Prato, observait dans une lettre datée du 19 décembre 1396 que « les safrans se maintiennent beaucoup mieux que nous ne pensions, du fait de la venue de nombreux Allemands qui en ont beaucoup enlevé » ; cf. Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. II, p. 568, n. 1.

31 L’article pionnier de Marina Mitjà (« Dificultades », op. cit.), très conditionné par l’historiographie traditionnelle du déclin de la fin du Moyen Âge, ne permet guère de saisir cette perspective d’essor, en dépit du grand nombre de références documentaires auxquelles il renvoie. Ce dynamisme économique est bien confirmé par l’essor du commerce du Levant à Barcelone, en particulier entre le milieu du xive et le milieu du xve siècle (cf. Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., p. 607-612) et la rapide diversification des centres urbains allemands bientôt en rapport avec la Catalogne, puis le reste de la couronne d’Aragon.

32 Nikolas Jaspert, « Ein Leben in der Fremde », op. cit., p. 448.

33 Franz Bastian, Das Runtingerbuch 1383-1407, 3 vol., Ratisbonne, Gustav Bosse Verlag, 1935-1944 (Dt Handelsakten des Mittelalters und der Neuzeit, 6-8), t. I, p. 34 et t. II, p. 119-121 : Erhard Lettel et Heinrich Taffersdorfer représentants de la compagnie furent par exemple présents à Barcelone, pendant tout l’été 1399. Voir également Wiltrud Eikenberg, Das Handelshaus der Runtinger zu Regensburg, Gottingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1976 (en particulier p. 143) et Klaus Fischer, Regensburger Hochfinanz. Die Krise einer europäischen Metropole an der Wende zur Neuzeit, Ratisbonne, Universitätsverlag Regensburg, 2003 (en particulier p. 180-181).

34 Elle fut active entre 1380 et 1530 et étendit ses réseaux aux principaux foyers économiques d’Europe occidentale : la partie germanique du Saint-Empire, l’Italie du Nord, la Flandre, l’Angleterre, la vallée du Rhône et même la péninsule Ibérique ; cf. Aloys Schulte, Gesehiehte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft, op. eit. ; voir en particulier t. I, p. 236-518.

35 Jos Humpis assuma en effet les fonctions de « Regierer der Gesellschaft », cf. Aloys Schulte, Gesehiehte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft, op. eit., t. I, p. 175. Avant lui, son père Johannes (ou Hanggi) Humpis s’était déjà rendu à Barcelone au cours de l’été 1394 ; cf. Marina Mitjà, « Dificultades », op. eit., doc. 11. Concernant la présence de Jos à Barcelone, voir Ibid., doc. 26 (1406), 28 (1407), 29 (1407), 32 (1408) et 36 (1412) ; Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. II, p. 569 n. 3 et Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, notaire Bernat Sans, 87/5, P 19v2 (1421). Sur les activités des autres associés de la compagnie à Barcelone, tels les Motteli et les Muntprat (de Constance), voir Marina Mltjà, « Dificultades », op. cit. p. 202-203 ; Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. II, p. 568 n. 1 et p. 569 n. 3 ; et Nikolas Jaspert, « Ein Leben in der Fremde », op. cit., p. 448-450.

36 Le docteur en droit Garcia de Torres, commandeur de l’ordre des Hospitaliers, assuma le premier cette fonction ; cf. Antoni de Capmany i de Montpalau, Memorias Históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, (4 vol.), Barcelone, 1779-1792 ; rééd. et révision par Carme Batlle et Emili Giralt (2 vol. en 3 t.), Barcelone, Cámara de Comercio y Navigaciôn de Barcelona, 1961-1963, t. II (I), doc. 285. Il fut rapidement remplacé par un marchand de Barcelone, Raffael Ferrer à partir du 10 août 1424 ; cf. Aloys Schulte, Gesehiehte der grossen Ravensburger Handelsgesellsehaji, op. cit., t.I, p. 320-321 et t. III, p. 502-504. Comme le fait en outre remarquer N. Jaspert, le privilège accordé aux marchands allemands avait aussi vocation à contrebalancer l’importance économique des Italiens avec lesquels Alphonse le Magnanime se trouvait en conflit ; cf. « Ein Leben in der Fremde », op. cit., p. 445, n. 52.

37 Archives de la Couronne d’Aragon, section Reial Patrimoni, Dret dels Alamanys e Saboyenchs, 1425-1480 (12 vol.).

38 Aloys Schulte, Gesehiehte der grossen Ravensburger Handelsgesellsehaji, op. cit., t. I, p. 303-341, en particulier les tableaux p. 303, 325, 327 et 340. On y constate par exemple que les droits payés par la compagnie à Barcelone représentaient 47,6 % des impôts prélevés au titre du droit des Allemands et des Savoyards en 1426 (soit 13 396 livres et 6 sous de Barcelone sur un total de 28 139 livres et 5 sous).

39 – Johann Folch (nov. 1423), cf. Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. II, p. 569 n. 3 (appelé dans les sources catalanes Johan Foch) et (juil. 1426) Aloys Schulte, Gesehiehte der grossen Ravensburger Handelsgesellsehaji, op. cit., t. I, p. 161. Il représentait aussi la société à Perpignan.
– Jos Goldegger ? (août 1426), cf. Arxiu Històric de Protocols de Barcelona, notaire Bernat Pi, 113/27, f° 9r et 10r ; dans ce document, Jos Goldegger affirme représenter la compagnie à Barcelone dans une affaire de piraterie. Il ne fait pourtant pas directement partie de son personnel, mais n’est pas non plus un inconnu puisqu’il est brièvement à son service à Saragosse en 1429-1430 ; cf. Aloys Schulte, Gesehiehte der grossen Ravensburger Handelsgesellsehaji, op. cit., (t. I, p. 165) et t. II, p. 259.
– Hans Frei (1428-1434, 1436, 1439-1440), cf. Aloys Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft, op. cit., t. I, p. 162. Il représentait aussi la société à Perpignan et à Saragosse.
– Peter Cristan (1430, 1432-1434, 1437-1440), cf. Aloys Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft, op. cit., t.I, p. 157, et (mars 1446), Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., t. I, p. 353 n. 8 (appelé Petrus Chrestia dans les sources catalanes). Il représentait aussi la société à Perpignan et à Saragosse.

40 Voir en particulier les cas du marchand Johann von Köln (de Cologne) et de la compagnie Watt de Saint-Gall ; cf. Aloys Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft, op. cit., t. I, p. 321, 323-324, 326, 328, 331 et 358-359 ; Claude Carrère, Barcelone centre économique, op. cit., t. I, p. 32, 355 n. 3, 462 n. 2 et t. II, p. 576 et 872 ; et Nikolas Jaspert, « Ein Leben in der Fremde », op. cit., p. 450 et 452-453.

41 Ces toiles, généralement en lin, étaient ensuite revendues par les marchands catalans jusque sur les marchés du Levant ; cf. Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., p. 345-346 (toiles de Constance), graphiques 1 et 3 p. 170 et 300 ; voir également Mario Del Treppo, I mercanti catalani e l’espansione della corona d’Aragona nel secolo XV, 2e éd., Naples, L’Arte Tipografica Napoli, 1972, p. 31. Voir en outre Eliyahu Ashtor, « L’exportation des textiles occidentaux dans le Proche Orient musulman au bas Moyen Âge (1370-1517) », Studi in memoria di Federigo Melis, Naples, Giannini, 1978, t. II, p. 391-432 ; republié dans Idem, East-West Trade in the MedievalMeditenanean, Londres, Variorum Reprints, 1986 (même pagination) ; voir plus particulièrement les p. 349-350 et 356.

42 En 1400, le corail, le safran, de même que le gingembre rapportés l’année précédente de Barcelone par les deux agents de la compagnie des Runtinger de Ratisbonne – Erhard Lettel et Heinrich Taffersdorfer – avaient été revendus par le premier d’entre eux à Prague et jusqu’à Breslau par un autre agent – Heller ; le safran vendu à Prague est bien qualifié de « Pellykir », soit provenant de la localité de Balaguer dans l’ouest de la Catalogne, tandis que le gingembre porte la mention « weladyn », corruption du terme catalan « baladi », lui-même provenant de l’arabe « bilad », le plus fréquemment cité dans les sources catalanes ; cf. Franz Bastian, Das Runtingerbuch, op. cit., p. 140-141 (sur le gingembre « baladi », voir Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit. p. 445-448).

43 Claude Carrère, Barcelone, centre économique, op. cit., p. 400 n. 5.

44 Ce parcours continental est par ailleurs bien souligné par Klaus Fischer à propos des activités – certes exceptionnelles et limitées à l’année 1399 – de la compagnie des Runtinger de Ratisbonne, cf. Regensburger Hochfinanz, op. cit., p. 207-208 ; les documents de la compagnie établissant en effet le paiement de taxes à Perpignan et Avignon sur les marchandises acquises à Barcelone, cf. Franz Bastlan, Das Runtingerbuch, op. cit., p. 121.

45 Un document très révélateur de juin 1445 signale exceptionnellement la présence de deux marchands catalans à Francfort-sur-le-Main : ils avaient été injustement accusés d’y exporter du safran trafiqué, afin de décourager les Catalans de commercer en Allemagne, comme en atteste leur défense par les bourgmestres de Francfort eux-mêmes ; Antoni de Capmany i de Montpalau, Memorias Históricas, op. cit., t. II (I), doc. 349 et Claude Carrère, Barcelone centre économique, op. cit., t. I, p. 349 (n. 2).

46 Voir supra, note 1.

47 Le cloisonnement des historiographies nationales traditionnelles a ainsi facilement épousé les limites de cette segmentation des réseaux. Alors que les historiens catalans se sont surtout intéressés à l’espace catalan et plus secondairement au bassin Méditerranéen, ils ont souvent délaissé l’étude des liens avec le reste de l’Europe et en particulier sa partie la plus continentale. De leur côté, les historiens allemands ont encore peu exploité les ressources des archives notariales de Barcelone, où les documents qui les intéressent sont il est vrai très dispersés, pour étayer l’étude des grandes compagnies commerciales allemandes.

48 « Par “économie-monde”, mot que j’ai formé, à partir du mot allemand de Weltwirtschaft, j’entends l’économie d’une portion seulement de notre planète, dans la mesure où elle forme un tout économique » ; Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, op. cit., p. 85. Voir également du même auteur, Civilisation matérielle, économie et capitalisme (xve-xviiie siècle), t. III, Le temps du monde, Paris, A. Colin, 1988, p. 12-14.

49 Sur ce processus, voir Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient, op. cit., p. 530-535 et Idem, « Ruling Class and Great Trade in Barcelona at the End of the Middle Ages », Sixth European Social Science History Conference (Amsterdam, 22-25 march 2006), à paraître. Contrairement à l’analyse présentée par Jaume Aurell I CardonaEls mercaders catalans al quatre-cents (1370-1470), Barcelone, Pagès, 1996 –, ce processus n’a rien de spécifique au xve siècle et s’étend bien au-delà, à la fois en amont et en aval de cette période.

50 Sur cette expression évidemment sujette à discussion, voir l’introduction (p. 9).

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Origine des draps exportés vers l’Egypte et la Syrie, d’après les contrats barcelonais entre 1347 et 1435
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8420/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Carte 2 : Destinations et origines des navires mouillant à Barcelone au cours de l’automne 1357
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Carte 3 : Destinations et origines des navires mouillant à Barcelone au cours de l’automne 1357
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8420/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Carte 4 : La route de la ligne d’Aigues-Mortes (d’après D. Stöckly, Le système de l’Incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie-milieu xve siècle), Leyde, Brill, 1995, carte VIII, p. 164).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8420/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Carte 5 : Villes en contact par l’intermédiaire des réseaux terrestres de marchands allemands au début du xve siècle
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search