Version classiqueVersion mobile

Réseaux marchands et réseaux de commerce

 | 
Damien Coulon

Introduction

Damien Coulon

Texte intégral

  • 1 Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, hindous de Goa. Réseaux marchands (...)

1Dès la première moitié du xviiie siècle, des juifs de Livourne, des Italiens installés à Lisbonne et des hindous de Goa parvenaient à tisser ensemble un réseau particulièrement étendu, complexe et a priori inattendu, afin d’échanger des produits de luxe : du corail méditerranéen contre des diamants d’Inde1.

2Un tel exemple pose d’emblée les questions les plus essentielles pour l’analyse des réseaux de commerce et de marchands : comment établir, puis maintenir des liens commerciaux étroits malgré de si longues distances, en dépit de différences culturelles profondes, malgré des conditions matérielles de transport et de communications certes remarquables pour l’époque pré-industrielle, mais bien plus lentes et plus risquées que celles d’aujourd’hui ?

  • 2 Voir à ce sujet les remarques introductives d’Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux m (...)
  • 3 Voir la plupart des nombreux ouvrages donnés en référence dans Anthony Molho et Diogo Ramada Curto (...)
  • 4 Voir par exemple Philippe Pinchemel, La face de la terre, Paris, A. Colin, 1988, p. 96-114 et Mari (...)
  • 5 Voir en particulier Denys Lombard et Jean Aubin (sous la dit.), Marchands et hommes d’affaires dan (...)

3Sans avoir précisément développé la notion de réseau, Fernand Braudel n’en avait pas moins préparé la voie à son étude par son approche de vastes espaces considérés dans leur globalité et leur complexité ; en présentant en particulier la Méditerranée comme un espace cohérent malgré l’absence d’unité politique, religieuse et culturelle, et en l’expliquant essentiellement par un système organisé de relations marchandes2. Toutefois, pendant de nombreuses années encore, bien des chercheurs ont préféré situer leurs études dans le cadre de vastes espaces relativement cohérents faisant davantage écho à la notion d’économie-monde, qu’à celle, plus fine, de réseau3. Ce n’est grossièrement qu’à partir des années 1990, en partie sous l’impulsion de géographes4, que les historiens ont concentré leurs efforts sur ce type de phénomène relationnel5.

  • 6 Voir les séminaires du groupe « Espaces et réseaux en Méditerranée au Moyen Âge » (Université de P (...)

4De fait, contrairement à ce que pourraient laisser penser les exemples précédemment cités, les réseaux marchands ne se sont pas déployés qu’à partir de l’époque Moderne et des « Grandes Découvertes ». Certains groupes de recherche s’attachent en particulier à étudier les formes d’organisations réticulaires apparues dès le Moyen Âge, invitant ainsi à s’interroger sur les débuts de ce phénomène, mais aussi, indirectement, sur sa durée dans le temps long6.

5C’est précisément cette perspective de longue durée qui a été privilégiée dans le présent volume à travers l’examen de plusieurs expériences réticulaires à différentes époques, qui permet ainsi d’observer leur évolution, en particulier celle des ressources qu’elles mobilisent, par-delà les césures traditionnelles entre fin du Moyen Âge et xixe siècle. En outre, cette dimension de longue durée révèle également mieux leur caractère dynamique, mais aussi les limites qu'elles rencontrent et les contraintes que les réseaux peuvent aussi imposer.

6Si la référence à Fernand Braudel et les exemples précédemment évoqués privilégient l’espace méditerranéen, il apparaît vite évident que les réseaux marchands n’ont pas été confinés aux rivages de cette mer, même si son bassin naturel, qui met en contact des mondes différents donc complémentaires, invitait tout spécialement les hommes et en particulier les marchands à établir, puis entretenir et complexifier des liens économiques étroits entre eux.

  • 7 Ce cadre européen s’articule par ailleurs avec le principal axe de recherche de l’Équipe d’Accueil (...)

7Compte tenu de la répartition géographique des principaux foyers économiques entre la fin du Moyen Âge et le xixe siècle, notre attention s’est plus particulièrement portée sur le cadre européen7. L’existence de pôles économiques actifs et divers ayant généré des relations commerciales soutenues, en particulier à travers ou à partir de l’Europe occidentale, confère en effet à cet espace un rôle moteur et précurseur de premier plan dans le développement des expériences réticulaires au cours de la période étudiée.

  • 8 Pour les distinguer, on rappellera que les réseaux de commerce se déploient d’un bout à l’autre de (...)
  • 9 Cf. Damien Coulon, Christophe Picard et Dominique Valérian (sous la dir.), Espaces et réseaux en M (...)

8Mais il importe pour le démontrer de tenter de définir les réseaux de commerce et de marchands8, même sommairement à ce stade la présentation. Trois composantes au moins paraissent requises pour parvenir à une première ébauche9 :

  • Un ensemble d’éléments distincts, le plus souvent nombreux, généralement constitué d’individus, de points dans l’espace – des ports et des centres de production en particulier, mais aussi des centres de consommation-, voire d’institutions.
  • Des liens économiques rassemblent ces éléments. Ils reposent principalement sur des mécanismes simples d’offre et de demande, mais aussi parfois de circulation des informations commerciales. Ces liens peuvent être plus ou moins nombreux, plus ou moins enchevêtrés, asymétriques ou réciproques...
  • Une organisation, voire une hiérarchie structure enfin ces éléments et ces liens en un véritable système dans les cas de réseaux les plus achevés, plaçant certains individus, certains pôles économiques ou certaines institutions dans des situations de commandement. Ceux-ci cherchent alors notamment à déployer leurs activités dans l’espace selon une stratégie déterminée censée consolider leur cohésion et à contrôler les flux d’information pour optimiser leur fonctionnement.

9Il importe donc de pouvoir dans un premier temps déterminer si une simple concentration de moyens humains, financiers et matériels correspond bien à ces premiers éléments de définition d’un réseau commercial ou marchand, et le cas échéant de préciser de quel type il s’agit : réseau informel, structuré ou fortement hiérarchisé. Il sera alors possible d’en déterminer l’influence, le rayonnement sur les plans économique, social et spatial, autrement dit de tenter de mesurer les formes de pouvoir dont il a pu disposer. Cependant, pour mieux comprendre le fonctionnement des réseaux, il est également essentiel d’identifier et d’analyser leurs forces de cohésions. Cette question est notamment cruciale pour déterminer les modalités de leur création, afin de mesurer le poids respectif des différents éléments qui les composent et interagissent : le positionnement sur des créneaux commerciaux, la tentative d’instauration de monopoles, les contraintes imposées par la concurrence, la place de la notion de profit, mais aussi les objectifs et valeurs partagés par les membres du réseau etc. L’étude des forces de cohésion doit bien évidemment se poursuivre au-delà de cette phase de constitution des réseaux, pour s’appliquer aux périodes de leur plein épanouissement et comprendre les clés du succès et de la durée de certains d’entre eux seulement. C’est donc en particulier leurs capacités d’adaptation aux changements multiples qui les affectent, de manière interne et/ou externe qu’il s’agit également de mesurer.

10L’un des avantages les plus évidents de l’analyse de réseaux réside dans les possibilités de quantifications précises qu’elle offre : en termes d’effectifs marchands, de flux générés et d’attractivité de certains pôles, déterminée notamment par le nombre des liens commerciaux. Les comparaisons sont ainsi aisées à dégager, tandis que l’ampleur et le dynamisme des réseaux déployés peuvent être assez précisément mesurés. Cependant, comme le relève Silvia Marzagalli,

  • 10 Voir infra l’introduction de l’article de Silvia Marzagalli, « La mise en place d’un réseau commer (...)

alors que l’économie néo-classique n’offre pas d’explications convaincantes à l’évolution de l’économie, l’un des principaux atouts de l’approche réticulaire au commerce d’Ancien Régime est précisément de fournir la possibilité de saisir comment le monde marchand s’organise de manière efficace dans un contexte économique caractérisé par l’incertitude, et comment il peut s’adapter sans cesse, avec une remarquable souplesse, aux changements imposés aux circuits et aux modalités de l’échange par des facteurs exogènes10.

11En outre, au-delà d’une première démarche fondée sur la rationalité économique, l’approche réticulaire invite également à porter l’attention sur des configurations plutôt que sur des structures, sur les liens, plutôt que sur des catégories abstraites préétablies et à apprécier la place d’individualités dans des chaînes de relations complexes. Cet autre regard sur les relations commerciales et entre marchands permet ainsi d’échapper au dilemme entre une approche trop exclusivement « anthropologique », privilégiant l’analyse de liens communautaires, et une approche de type « fonctionnaliste » se fondant uniquement sur des ressorts rationnels, au détriment notamment des valeurs de solidarité et des réflexes de confiance.

  • 11 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 92-94.
  • 12 Comme le fait également remarquer Silvia Marzagalli pour mettre en valeur cette dimension sociale (...)

12Les réalités et les facettes très diverses qui sont ainsi abordées dépassent le strict cadre économique et invitent à la fois à explorer d’autres champs disciplinaires – celui de la géographie ou de l’anthropologie, plus généralement des sciences sociales – et à emprunter leurs outils pour compléter les investigations. Il en résulte un nouvel éclairage sur l’histoire matérielle, du crédit, des échanges marchands et sur la gamme d’acteurs très variée qui les ont animés et organisés. Mais cette démarche amène aussi à reconsidérer les liens sociaux et les logiques organisationnelles en portant l’analyse sur la position des individus dans les réseaux et en déterminant des critères de centralité, de marginalité ou d’« intermédiarité »11. Ce faisant, elle conduit logiquement à prendre en compte la dimension culturelle dans laquelle s’inscrivent aussi les réseaux, en analysant des valeurs clés telles que la réciprocité, la confiance, la réputation ou encore la solidarité et même l’amitié12. Enfin, l’approche réticulaire des espaces économiques, privilégiant axes de circulation et pôles d’attraction, invite à redécouper les territoires en fonction de ces champs de force et de ces éléments dynamiques, bousculant bien souvent les obstacles naturels, mais aussi les frontières politiques.

13Cependant, tous ces efforts d’organisation déployés dans le cadre des réseaux ne doivent pas pour autant occulter leurs limites, ni leurs contraintes, qui elles aussi méritent d’être détaillées et analysées. L’existence même d’un réseau est en effet parfois délicate à mettre en évidence, en particulier lorsqu’il repose sur des formes de solidarités lâches, comme dans les exemples de marchands appartenant à une même nation ou à un même port. Dans ces cas, les logiques de cohésion ne prennent parfois pleinement corps qu’à l’étranger et grâce à des structures communes – tel que le consulat – qui n’empêchent aucunement les rapports de concurrence, voire les conflits. Dans ce type de situation, c’est la question même du degré de conscience d’appartenir à un réseau qui se trouve donc posée. En outre, dans les cas où les facteurs de cohésion s’avèrent plus étroits – comme dans ceux de compagnies précises-, l’organisation collective du réseau comporte alors des obligations qui peuvent être vécues comme des contraintes, à commencer par le recours théoriquement exclusif à ses membres, qui peut en fait se révéler plus coûteux ou moins profitable en termes de qualité de produits échangés ou d’efficacité ; elle implique aussi des services en contrepartie des avantages qu'elle procure. Il s’agit donc de déterminer également la part de ces contraintes et de mesurer si elles sont bien compensées par les différentes formes de profits qu’apporte l’appartenance à un réseau marchand. Dans cette démarche, la difficulté consiste en particulier à dépasser la quantification des données strictement économiques, pour tenter d’évaluer également le poids des contraintes, mais aussi des avantages dans les domaines sociaux et culturels évoqués précédemment.

  • 13 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 89.

14Mais la question des limites se pose également en termes de sources. La mise en évidence d’un réseau marchand et son étude dans toute sa complexité supposent en effet de longs et minutieux dépouillements d’archives. Or bien souvent, les sources se révèlent lacunaires, quand elles n’ont pas tout bonnement disparu, en particulier durant les périodes les plus anciennes dont l’étude est ainsi rendue plus difficile. Enfin, une dernière limite d’ordre méthodologique ne doit pas être perdue de vue : la notion de réseau, bien que s’appliquant à des types de liens et d’organisations variés, à des époques différentes de surcroît, n’a évidemment pas vocation à se substituer exclusivement aux autres logiques d’analyse. Elle doit être située à sa juste place : celle d’« un outil, complémentaire d’autres techniques quantifiées et des analyses qualitatives, et non d’un paradigme qui balaierait tout sur son passage »13.

15Toutefois, ces limites elles-mêmes permettent d’esquisser une typologie des réseaux marchands qui se révèlent en fait assez variés. Comme on vient de le constater, certains d’entre eux ne reposent en effet que sur une logique d’origine géographique commune et s’étendent ainsi à un grand nombre d’individus, qui ne disposent donc pas des mêmes capacités financières, ne partagent pas nécessairement les mêmes objectifs, ni les mêmes valeurs. À l’inverse, d’autres réseaux se définissent par le recoupement de plusieurs critères parfois définis plus étroitement – appartenance à une même confession religieuse, à un même groupe linguistique, voire à une même famille... – et sont donc en d’autres termes plus cohérents et mieux intégrés. Pour Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, il conviendrait précisément

  • 14 Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », op. cit., p. 57 (...)

« d’accepter l’idée que les réseaux fondés sur une identité unique aient pu appartenir à une forme d’organisation plus simple et plus ancienne que ceux qui comptaient et intégraient des communautés aux origines ethniques et sociales différentes » ; « il semblerait que les réseaux organisés sur la base d’une parenté, d’une religion ou de toute considération autre qu’économique aient plutôt pratiqué un commerce diversifié, alors que les réseaux plus complexes se seraient davantage orientés vers des intérêts commerciaux exclusifs »14.

16Si l’exemple du réseau regroupant des marchands hindous de Goa, juifs de Livourne et italiens de Lisbonne, initialement évoqué, confirme bien ces hypothèses stimulantes, il est toutefois nécessaire de multiplier les cas d’études s’y rapportant, afin d’en vérifier toute la pertinence. En outre, sans être négligés par les mêmes auteurs, d’autres aspects méritent également d’être mis en valeur, afin d’en mesurer l’impact sur la configuration et la vocation des réseaux : c’est en particulier le cas de la question essentielle des échelles auxquelles ils se déploient, ainsi que celle de leur éventuel emboîtement ; enfin les thèmes de leur genèse et de leur capacité – ou de leur impossibilité – à se régénérer, se révèlent également déterminants pour bien comprendre la nature et le fonctionnement des réseaux marchands de la fin du Moyen Âge au xixe siècle.

***

  • 15 Ces travaux ont été publiés par Nicolas Bourguinat et Jean-Michel Mehl (dir.), Les mises en scène( (...)

17C’est sur ces bases que la composante Mobilité-Echanges-Transferts de l’Equipe d’Accueil en Sciences Historiques de l’Université Marc-Bloch de Strasbourg (EA 3400) a d’un commun accord choisi de fédérer une partie des recherches de ses membres, prolongeant au cours des années 2004-2008 les travaux entrepris lors du précédent contrat quadriennal sur « L’espace dans la pratique de l’historien »15.

  • 16 À ce cycle de trois journées d’études s’en est ajouté un autre de deux journées portant sur les li (...)

18Trois journées d’études16, objets de la présente publication, ont ainsi été organisées. Plusieurs membres de l’équipe y ont directement participé (Nicolas Bourguinat, Jean-François Chauvard et Damien Coulon), de même que différents spécialistes appartenant à des institutions universitaires et de recherche françaises (Silvia Marzagalli, Federica Masé, Jacques Bottin, François Menant) et étrangères (Enrico Basso, université de Turin ; Hilario Casado, université de Burgos ; Hilde Greefs et Peter Stabel, université d’Anvers). Le présent recueil reprend ainsi dans l’ordre thématique de ces journées les textes des communications présentées.

19Ainsi, dans le cadre de la rencontre portant sur les rapports entre réseaux et échelles géographiques, deux exemples géographiquement proches (Barcelone et Marseille), mais à des époques bien différentes (la fin du Moyen Âge et le xixe siècle), permettent d’analyser le rayonnement de deux ports méditerranéens et la capacité de leurs marchands à organiser des réseaux commerciaux à différentes échelles, puis à les articuler entre eux. On constatera qu’en dépit du grand écart chronologique, impliquant inévitablement des moyens technologiques très inégaux, certains parallèles révélateurs se dégagent entre les deux situations, tel le rôle d’interface des deux cités et la place centrale des courtiers dans la mise en relation des différentes activités et dans la recherche de nouveaux marchés face aux changements de conjoncture.

20Deux exemples également bien différents éclairent la thématique de la journée suivante, centrée sur la genèse et reconfiguration des réseaux de commerce et de crédit : celui de la construction du réseau commercial génois dans la seconde moitié du Moyen Âge et celui des relations entre le port de Bordeaux et les États-Unis à la fin du xviiie et au début du xixe siècle. En dépit des époques et des espaces distincts considérés, ces études mettent en évidence l’influence souvent déterminante d’événements brutaux et inattendus qui obligent les membres des réseaux marchands à une constante attention à la conjoncture et à l’environnement dans lequel ils se déploient. C’est cette attitude vigilante et la capacité d’adaptation des membres du réseau, à leur tête comme à leur base, qui permettent à celui-ci de se redéployer ou de se réorganiser sous la pression de conditions ou de contraintes nouvelles.

21Enfin, les deux derniers articles permettent de rendre compte des efforts de pérennisation et de la fin de certains réseaux marchands : celui des Vénitiens installés à Constantinople du xie au xiiie siècle et celui des marchands castillans déployés au xvie siècle à travers l’Europe, chacun permettant d’apprécier ces mêmes aptitudes au renouvellement, mais aussi de constater des blocages qui peuvent alors entraîner leur rapide disparition. Dans les deux cas, celle-ci résulte principalement d’un processus de vieillissement qui finit par empêcher les réseaux de relever le défi d’une adaptation permanente à des conditions nouvelles plus contraignantes. On notera que ces circonstances exceptionnelles qui entraînent la mort des réseaux peuvent être les plus variées : du décès – pourtant prévisible – de leur principal organisateur, à l’expulsion violente sur fond de rivalités marchandes ; mais aussi de façon plus originale et inattendue, du fait de la scission du réseau en raison de la conversion d’une partie de ses membres à une autre confession, qui s’explique précisément par une bonne intégration et un souci d’adaptation aux conditions rencontrées, que tous ne sont finalement pas prêts à suivre.

22En dépit du fait que toutes les contributions orales n’ont malheureusement pu figurer dans le présent recueil, il n’en regroupe pas moins un ensemble cohérent d’articles apportant chacun un éclairage particulier sur le concept et les réalités des réseaux commerciaux et marchands. On constate ainsi qu’à bien des égards, des mécanismes et des logiques relationnelles complexes somme toute assez comparables ont caractérisé la plupart des réseaux de commerce au cours de la longue période considérée – comme en témoignent par exemple l’importance des notions de confiance et de réputation dans ces relations réticulaires ou le développement de services postaux permettant de diffuser plus efficacement et plus rapidement les informations au sein d’un même réseau de marchands. On remarquera ainsi la relative cohérence de ce temps des réseaux marchands (de la fin du Moyen Âge au xixe siècle), en dépit de phénomènes tels que les Grandes Découvertes et la Révolution Industrielle, qui les affectent certes directement, mais leur apportent souvent un second souffle et leur permettent de se redéployer, à la fois spatialement et commercialement.

23Cependant, il ne faudrait pas oublier un autre caractère essentiel de ces réseaux au cours de la période considérée : leur extrême perméabilité à une multiplicité d’influences et de facteurs externes et internes, qui tous peuvent avoir des répercussions déterminantes sur leur structure et leur évolution du fait de leur logique systémique. Les réseaux sont ainsi des postes d’observation privilégiés de l’économie, mais aussi des sociétés, compte tenu de la diversité de toutes ces interactions. Ce sont sans doute ces facettes multiples qui attirent l’historien et qui l’aident également à mieux comprendre le rôle essentiel de l’histoire des réseaux dans la genèse complexe de notre économie mondialisée.

Notes

1 Francesca Trivellato, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, hindous de Goa. Réseaux marchands et échanges interculturels à l’époque moderne », Annales HSS 58e année no 3, mai-juin 2003, p. 581-603.

2 Voir à ce sujet les remarques introductives d’Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », Annales HSS 58e année no 3, mai-juin 2003, p. 571-572 : « Dans l’index de La Méditerranée, l’entrée [...] “réseau” n’apparaît pas. Il [Fernand Braudel] n’utilise ce concept que pour caractériser un petit groupe de banquiers italiens qui, contrôlant l’échange à travers l’Europe domine par là le jeu de la spéculation marchande ». Mais comme ils le nuancent, Fernand Braudel ajoutait dans le même ouvrage : « Dans ce processus aux mille variantes, tout part évidemment d’une activité marchande, omniprésente, primordiale, organisatrice » ; cf. La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe LL, Paris, Armand Colin, 1966, t. I, p. 292.

3 Voir la plupart des nombreux ouvrages donnés en référence dans Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », op. cit., p. 570, n. 3.

4 Voir par exemple Philippe Pinchemel, La face de la terre, Paris, A. Colin, 1988, p. 96-114 et Marie-Françoise Durand, Jacques Lévy et Denis Retaillé, Le monde. Espaces et systèmes, Paris, Dalloz, 1992, p. 112-119.

5 Voir en particulier Denys Lombard et Jean Aubin (sous la dit.), Marchands et hommes d’affaires dans l’océan Lndien et la mer de Chine, xiiie-xxe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1988 ; Sanjay Subrahmanyam (sous la dit.), Merchant Networks in the Early Modem World, Brookfield, Variorum, 1996. Voir en outre le dossier de cinq articles publiés par Anthony Molho, Diogo Ramada Curto, Francesca Trivellato, Maria FUSARO, Daviken Studnicki-Gizbert et David J. Hancock, sous le titre « Réseaux marchands », Annales HSS 58e année no 3, mai-juin 2003, p. 569-673 et, enfin, l’article de synthèse de Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine 52.2, avril-juin 2005, p. 87-112.

6 Voir les séminaires du groupe « Espaces et réseaux en Méditerranée au Moyen Âge » (Université de Paris I, UMR 8167 Orient-Méditerranée) et les publications qui en ont résulté ou sont en cours : Espaces et réseaux en Méditerranée, vie-xvie siècle, vol. I : La configuration des réseaux, Damien Coulon, Christophe Picard et Dominique Valérian (dit.), Saint-Denis, Bouchène, 2007 ; vol. II La mise en place des réseaux, à paraître. Les historiens anglo-saxons ont de leur côté mené depuis de nombreuses années des recherches sur l’expansion commerciale européenne qui s’inscrivent dans le temps long et s’affranchissent de la coupure traditionnelle entre Moyen Âge et Temps Modernes : cf. James D. Tracy (sous la dit.), The Rise of Merchant Empires : Long Distance Trade in the Early Modem World, 1350-1750, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; idem, The Political Economy of Merchant Empires. State Power and World Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 1991 ; voir enfin le numéro spécial du Journal of Economic and Social History of the Orient 50 Part 2-3, 2007, intitulé Spatial and Temporal Continuities of Merchant Networks in South Asia and the Lndian Ocean.

7 Ce cadre européen s’articule par ailleurs avec le principal axe de recherche de l’Équipe d’Accueil en Sciences Historiques de l’UFR des Sciences Historiques de l’Université de Strasbourg, EA 3400 : « l’Europe : limites et identités » ; et avec l’une des spécialités de master de la même UFR : la formation des espaces européens.

8 Pour les distinguer, on rappellera que les réseaux de commerce se déploient d’un bout à l’autre des circuits de distribution économiques, en recourant successivement à différents groupes de négociants ; tandis que les réseaux de marchands sont précisément composés de ces groupes plus limités d’individus qui n’opèrent en commun que sur des segments de circuits de distribution économiques.

9 Cf. Damien Coulon, Christophe Picard et Dominique Valérian (sous la dir.), Espaces et réseaux en Méditerranée, p. 9.

10 Voir infra l’introduction de l’article de Silvia Marzagalli, « La mise en place d’un réseau commercial et marchand : Bordeaux et les États-Unis à la fin du xviiie siècle ».

11 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 92-94.

12 Comme le fait également remarquer Silvia Marzagalli pour mettre en valeur cette dimension sociale et culturelle des réseaux marchands, « le négociant n’est plus conçu comme un homo economicus visant uniquement ce qui lui est individuellement avantageux, mais comme un être poursuivant un ensemble d’objectifs, économiques et sociaux, où fortune et statut se côtoient, ce qui permet effectivement de rendre compte des comportements des hommes d’affaires du passé » ; voir infra, « La mise en place d’un réseau commercial et marchand », op. cit. Concernant les valeurs de réciprocité, de confiance et de réputation, voir également Avner Greif, « Reputation and Coalitions in Medieval Trade : Evidences on the Maghribi Traders », The Journal of Economic History, 48, 1989, p. 857-882 ; Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », op. cit., p. 574 et l’ouvrage récent du sociologue Quentin van Dosselaere qui se fonde sur l’exemple du réseau commercial génois au Moyen Âge : Commercial Agreements and Social Dynamics in Medieval Genoa, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

13 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 89.

14 Anthony Molho et Diogo Ramada Curto, « Les réseaux marchands à l’époque moderne », op. cit., p. 577.

15 Ces travaux ont été publiés par Nicolas Bourguinat et Jean-Michel Mehl (dir.), Les mises en scène(s) de l’espace. Faux-semblants, ajustements et expériences dans la ville, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2006.

16 À ce cycle de trois journées d’études s’en est ajouté un autre de deux journées portant sur les liens entre réseaux et transferts culturels aux époques médiévale, moderne et contemporaine, afin de diversifier les activités de la composante (journées organisées les 7 et 14 décembre 2007). Compte tenu de leur rapport lointain avec les réseaux marchands, il a paru plus cohérent de ne pas les intégrer dans ce recueil de travaux.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search