Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

Conclusions

Isabelle Laboulais

Texte intégral

1Le voyage est un objet complexe et polyvalent, un objet saisissable par différentes disciplines et qui, à ce titre, répond bien aux attentes d’un colloque interdisciplinaire. L’approche historique peut sembler l’emporter dans ce volume ; d’ailleurs, lors de la discussion, l’accent a été mis sur la tension entre permanences et transformations, tension qui nourrit l’approche transpériode et interdisciplinaire du voyage. Cependant, les regards des linguistes, des géographes, des sociologues, des juristes trouvent également leur place dans ces pages et l’interdisciplinarité émerge finalement de la synergie des contributions ; celles-ci, issues de champs disciplinaires distincts, se répondent ou se complètent ici ou là. De manière à éviter une trop grande dispersion des interventions, l’appel à communications avait ancré ce colloque du côté des pratiques de mobilité et de la matérialité du voyage. Les quatre thèmes retenus suggéraient de s’attacher à des identités spécifiques de voyageurs, aux instruments qui permettent d’organiser le voyage, aux conditions de la mobilité, enfin à la forme des itinéraires. Nous rappellerons rapidement les apports de cette trentaine de contributions aux thèmes envisagés.

2De nombreuses figures de voyageurs sont évoquées au fil des pages : les administrateurs, les militaires, les missionnaires, les pèlerins, les membres des élites urbaines (en particulier les jeunes gens pour qui le voyage constitue une étape de l’éducation), les savants (architectes, archéologues), les explorateurs (mayanistes), les ouvriers, les travailleurs transfrontaliers, les touristes, les princes, les exilés, les acteurs, les musiciens. Force est de constater que ces figures de voyageurs sont définies le plus souvent en fonction des buts assignés au voyage ; pour autant il ne s’agit pas de les décliner systématiquement d’une période à l’autre de l’histoire, il importe toujours de contextualiser la place que ces communautés de voyageurs confèrent au voyage. D’autres figures, moins connues, apparaissent également, celles des « accompagnateurs » : les guides, en particulier les marrons aux côtés des voyageurs qui traversent les Alpes, ou encore les hérauts qui autorisent le voyage en temps de guerre, voyageurs moins facilement visibles dans les sources.

3Les outils des voyageurs semblent plus difficiles à saisir : les guides et les récits de voyage sont bien sûr cités ; le cas des livrets de pèlerinage montre d’ailleurs que cette catégorie doit être largement définie. La diversité des moyens de transport et l’importance de l’arrivée des chemins de fer sont abordées. Dans un tout autre registre, le livret ouvrier apparaît avec le passeport comme une pièce indispensable à la mobilité des ouvriers du xixe siècle. Bien que le terme d’outil ne soit pas le plus pertinent pour désigner ce phénomène, les négociations entreprises par les voyageurs avec les représentants de l’État traversé (la visite à Ali Pacha, ou encore la médiation des consuls) attirent notre attention sur un dispositif qui interfère de manière décisive dans l’organisation du voyage, puisqu’il est celui qui autorise le voyageur à se déplacer.

4L’étude des conditions de la mobilité met en lumière les dangers de certains voyages, qu’il s’agisse des dangers inhérents à certains espaces (la mer, dont les dangers peuvent être saisis au travers de l’évaluation des risques associés au voyage maritime) ou appartenant à des contextes spécifiques (le voyage en temps de guerre). Plusieurs contributions ont encore souligné la rudesse du voyage. En pays maya par exemple, où la chaleur et l’humidité écrasent le voyageur ; dans les Alpes, où le voyage, s’il n’est pas aussi épouvantable qu’on l’a longtemps montré, requiert tout de même un équipement complet pour épargner au voyageur l’effort de la montée (chaise à porteur, ramasse, etc.) ; en pèlerinage, quand il faut progresser lentement sur des chemins boueux ; en exil, quand les écrivains doivent affronter des difficultés financières ou administratives ; enfin dans une perspective migratoire, quand le voyage est une épreuve longue et incertaine. L’étude du tourisme fluvial, en plein développement depuis les années 1970 en Alsace, apporte une sorte de contrepoint à cette image tenace du voyage éprouvant.

5L’étude du voyage par le biais des itinéraires permet de rappeler qu’il constitue une manière d’appréhender un territoire, d’en prendre la mesure, de l’observer, voire, pour un prince, d’en réaffirmer l’appropriation. Les espaces traversés par les voyageurs prennent des formes diverses, au point que l’espace du touriste diffère souvent de celui de l’autochtone, et que certains itinéraires investis par les voyageurs peuvent constituer une nouvelle géographie. En revanche, des lieux aussi attractifs que l’Italie, la Terre Sainte ou encore, à une tout autre échelle, la maison familiale, peuvent occulter les contrées qui ont été traversées pour les rejoindre. Il est ainsi question de provinces que la plupart des voyageurs ne font que traverser en suivant toujours des itinéraires stéréotypés, provinces qui n’intéressent pas les voyageurs ; tel est le cas de la campagne alsacienne réduite au statut d’icône, tel est aussi le cas des Alpes qui sont traversées dès le xvie siècle mais ne sont observées que progressivement au cours de l’époque moderne. À l’opposé, quantité d’autres lieux, bien que connus et explorés, restent pour des raisons variées à l’écart des circuits des voyageurs pendant plusieurs décennies. Les frontières, enfin, constituent un espace spécifique du voyage, non seulement leur franchissement apparaît comme un moment particulier du déplacement, mais c’est également une zone investie de manière différente selon la position des voyageurs.

6Pour mettre un point final à ces conclusions, nous voudrions proposer une sorte de « retour aux sources » et dire quelques mots des écritures du voyage évoquées par les différentes contributions rassemblées dans ce volume. Le pluriel s’impose bien sûr puisque cet ensemble d’archives comprend les carnets de terrain et de croquis qui contiennent les observations prises sur le vif par les voyageurs, les journaux de voyage qui cherchent à consigner de façon chronologique les événements ayant marqué la pérégrination, les récits de voyage, manuscrits et imprimés, qui retravaillent les matériaux bruts et impliquent toujours une réécriture, souvent nourrie de lectures autant, voire plus, que d’observations. Chaque réécriture implique en outre de se conformer à des codes spécifiques, mais elle suppose aussi un investissement émotionnel différent qu’il importe de connaître lorsqu’on fait de ces textes des sources. À cet ensemble fort riche, il faut encore ajouter les instructions de voyage et les guides qui forment un genre complexe, une catégorie de textes qui influencent et l’organisation et l’écriture même du voyage. L’emprise des stéréotypes est évoquée ici par plusieurs contributeurs : le « déjà lu » guide souvent le regard du voyageur, détermine la teneur de sa description, contribuant ainsi à la constitution et à la circulation de lieux communs. Il faut enfin songer aux multiples sources indirectes qui nous informent sur les pratiques de voyage : les mémoires, les correspondances, les inventaires qui recensent les objets réunis pendant le voyage, les contrats qui renseignent sur les modalités du prêt maritime et prévoient tous les détails du voyage, la documentation touristique, les livrets ouvriers et passeports, mais aussi les rapports d’inspection dressés par les administrateurs ou les officiers. Les images ne doivent pas non plus être oubliées : les dessins, les gravures (y compris celles que l’on sait avoir été scénarisées), les photographies, les cartes, même si nous savons que les voyageurs ne les utilisent guère sur le terrain avant la fin du xixe siècle.

7Ces considérations, certes trop générales, cherchent seulement à suggérer que l’écriture du voyage pourrait donner lieu à un autre colloque interdisciplinaire...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540