Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

IV – La forme des itinéraires

Le culte de la légion thébaine en Lorraine

Anne Wagner

Texte intégral

  • 1 Chevalley (E.), Favrod (J.) et Ripart (L.), « Eucher et l’Anonyme : les deux Passions de saint Maur (...)

1Maurice commandait une légion, provenant de Thébaïde en Égypte, que l’empereur Maximien appela en Gaule. Les soldats étaient chrétiens et refusèrent de sacrifier ou de tuer des chrétiens – suivant les versions. Ils furent tous exécutés à Agaune. Leurs dépouilles furent révélées à Théodore, évêque d’Octodure (fin ive siècle) qui en fit un modèle de sainteté, influencé par l’exemple ambrosien1. Une basilique fut édifiée sur le tombeau des martyrs qui jouirent d’une grande popularité. Une des caractéristiques du culte est le phénomène de délocalisation : on inventa des martyrs thébains le long de la vallée du Rhin et dans le Piémont. Maurice s’impose en Occident comme modèle du saint chevalier. Saint combattant, patron de l’Empire depuis les Ottons, l’abbaye – puis évêché – de Magdebourg lui est consacrée.

  • 2 Gaillard (M.), D’une réforme à l’autre 816-934 : les communautés religieuses en Lorraine à l’époque(...)

2En Lorraine, il y a une diffusion précoce du culte par les vallées. Depuis la conquête de la Burgondie par les Francs en 534, ces régions entretiennent des relations étroites. Childebert II hérite des États de Gontran et à sa mort, en 596, son royaume est partagé entre Théodebert II, qui obtient l’Austrasie, et Thierry II qui reçoit la Bourgogne augmentée du sud du diocèse de Toul, le Saintois, qui reste séparé de l’Austrasie jusqu’en 610. Cette région reste donc longtemps une zone frontière, et ces liens expliquent que l’évêque Arnaud de Toul couronne Rodolphe, le roi de Bourgogne, en 8882. En 924, la Lotharingie est intégrée à l’Empire.

3À travers les exemples des trois diocèses lorrains, nous tenterons de voir la diffusion du culte des martyrs thébains durant le haut Moyen Âge.

  • 3 Girardot (A.) et alii, Histoire de Verdun, Metz, Serpenoise, 1997, p. 21.
  • 4 Monumenta Gemianiae Historica Scriptores, IV, p. 44.

4À Verdun, l’église Saint-Victor, consacrée à Maurice et Victor, se trouve près d’un cimetière mérovingien où on a retrouvé des sarcophages du viie siècle, à la sortie de la voie romaine à l’ouest de Verdun, sur la Meuse. Elle est attestée dans le cartulaire de Saint-Paul en 984, les reliques sont reconnues en 1513, 1618 et 1676. Voie de passage dans la vallée de la Meuse, Verdun se trouve sur les routes de commerce vers les pays slaves, la Basse-Meuse et la Flandre, l’Italie et l’Espagne3. Il s’agit surtout de trafic d’esclaves pour lequel des sources italiennes et musulmanes fournissent des renseignements que les Verdunois voulaient peut-être dissimuler – comme l’indique le nom de la ville urbs sclavorum réinterprété par les habitants en urbs clavorum. Liutprand de Crémone dit que les marchands achetaient des prisonniers slaves et les revendaient en Espagne musulmane. L’essor de la ville aux temps ottoniens est très important. Bertaire, au début du xe siècle, mentionne une affaire antérieure d’un siècle, mettant en cause des marchands de la ville basse soumis à l’église de Verdun et que l’évêque ramène à l’obéissance4. Ils sont installés entre les bras de la Meuse, le Brachieul, un des ports de la cité. Au xe siècle, c’est un quartier marchand fortifié et un centre artisanal, relié à la ville par deux ponts. Hugues de Flavigny en parle en évoquant la mort de l’abbé Raoul, qui s’était disputé avec l’évêque au moment de la querelle des Investitures et était mort à Flavigny. Son corps fut ramené en bateau sur la Meuse, les Verdunois vinrent l’accueillir à l’église Saint-Victor, le corps fut mené en procession dans la ville.

  • 5 Con de Charny-sur-Meuse, arr. de Verdun.
  • 6 Hugues de Flavigny, Monumenta Gemianiae Historica Scriptores, VIII, p. 391 : « Nec deerat familiari (...)

5Le culte de Maurice est attesté dans les monastères de la ville. À Saint-Maur, il y a un autel Saint-Maurice dans la crypte où se trouvent les tombes des religieuses. Bras-sur-Meuse5, qui est à la collation de l’abbesse de Saint-Maur, possède une relique des martyrs d’Agaune qui vient sans doute de Saint-Maur. On trouve aussi des reliques de Maurice à Saint-Airy et Saint-Paul de Verdun. Enfin, l’abbé Richard de Saint-Vanne était l’ami de Pandulf d’Agaune6.

  • 7 Robinet (N.) et Cillant (J. B. A.), Pouillé du diocèse de Verdun, Verdun, 1888-1910, 4 vol.
  • 8 Levison (W.), « Das Testament des Diakons Adalgisel-Grimo vom Jahre 634 », Trierer Zeitschrift, 7, (...)
  • 9 Chroniques générales de l’Ordre de S. Benoist, composées en espagnol par le R. P. Dom Anthoine de Y (...)
  • 10 Haubrichs (W.), Die Tholeyer Abtslisten des Mittelalters-Philologische, onomastisehe und chronologi (...)
  • 11 Ibid., p. 75.

6Les églises Saint-Maurice du diocèse7 ne sont pas très nombreuses, elles se trouvent essentiellement près des cours d’eau, ce qui semble indiquer une diffusion précoce liée à des voies commerciales. Mais il faut surtout retenir le cas de l’abbaye de Tholey, qui fait partie du diocèse de Trèves tout en appartenant à l’évêque de Verdun. En 634, en effet, le diacre de Verdun Adalgisel-Grimo8, apparenté à plusieurs familles importantes9, donne à Verdun diverses possessions dont Tholey, où il a un château et a fondé une église desservie par des clercs de Trèves. Maurice est le patron d’églises10 appartenant à Tholey dès l’époque carolingienne, pour la plupart dans le nord-est du diocèse de Metz. Vers 1200, la description des reliques mentionne De cerebro sancti Exuperii martyris, socii sancti Mauritii11 [...] Brachium sancti Maurycii. Ces reliques sont hiérarchisées : Christ, Vierge, apôtres, quelques martyrs dont Maurice, les reliques de Martin, des évêques de Verdun.

  • 12 Acta Sanctorum, Sept. V, p. 508.
  • 13 Roussel (N.), Histoire ecclésiastique et civile de Verdun, 1745, p. 245. Quand, au milieu du xiie s (...)
  • 14 Monumenta Germaniae Historica Scriptores, IV, p. 491 : « Crudelissima gens Hungrorum istud episcopi (...)

7Beaulieu-en-Argonne, fondée au viie siècle par Tholey, dédiée au Sauveur, à Maurice et ses compagnons, suivait peut-être la règle d’Agaune. La Vie12 de Rouin a été écrite par Richard de Saint-Vanne vers 1020. Rouin serait un Scot installé à Tholey puis dans la forêt d’Argonne. Il va demander à Rome l’approbation du pape pour sa fondation, passe par Agaune, confie à l’abbé son désir d’obtenir des reliques, lui donne une somme d’argent et part avec un bras du saint. C’est relier directement à Agaune une relique de Maurice, qui venait sans doute, en fait, de Tholey. Les reliques, nécessaires à toute fondation, confirment la justesse des choix réformateurs de l’abbé et renforcent la sainteté du lieu ; le vol l’authentifie mais la date est passée sous silence, comme le nom de l’abbé d’Agaune concerné. La liste des reliques mentionne un « os du bras de saint Maurice, recouvert de deux enveloppes de soie blanche et verte ; relique précieuse que les traditions et les monuments historiques de l’abbaye de Beaulieu attestent avoir été apportée du monastère d’Agaune, par saint Rouin, revenant de Rome13 ». D’après Laurent de Liège, elles sauvent Beaulieu des Hongrois14.

  • 15 Pelt (J.-B.), Études sur la cathédrale de Metz. La Liturgie, Metz, 1937, p. 148.
  • 16 Journal de Jehan Aubrion, bourgeois de Metz avec sa continuation par Pierre Aubrion (1465-1512), Me (...)
  • 17 Con de Vitry-sur-Orne ; Hugo (C. L.), Sacri Ordinis Praemonstratensis Annales, Nancy, t. I, 1734, c (...)
  • 18 Bouchard (C. B.), « The Bosonids or Rising to Power in the Late Carolingian Age », French Historica (...)

8L’église Saint-Victor de Metz, dédiée aux martyrs thébains Victor, Candide et Exupère15, est située, comme à Verdun, sur le port. Des reliques sont attestées dans les principaux établissements de la ville ; à Saint-Arnoul on trouve De terra super quam decollatus est sanctus Mauritius ; à Sainte-Glossinde Particulam s Mauritii, Particulam ex legionae s Mauritii. L’abbesse donne aux Templiers, lors de leur installation à Metz, Saint-Maurice, une chapelle de l’abbaye. Le chef de saint Maurice, aux Augustins en 149316, est encore signalé à l’occasion de la venue de Louis XIV en 1657. Des reliques sont conservées dans diverses abbayes du diocèse : à Saint-Avold, plusieurs reliques de saint Maurice (et de ses compagnons martyrs) et l’église Saint-Maurice de Cheminot dépendent du monastère. À Justemont17, on trouve des reliquiae s. Mauritii [...] sub istius sancti nomini altare erectum, frequenti populorum honoratur concursu. À Gorze, il y a des reliques, une chapelle, et l’église Saint-Maurice de Charey est à la collation de l’abbé. La présence de ces reliques s’explique de plusieurs façons, car les liens entre Gorze et Agaune sont précoces et bien attestés. Ainsi l’abbé d’Agaune est présent lors du concile d’Attigny sous Chrodegang. Boson, parent de l’abbé Hubert de Saint-Maurice d’Agaune (830-864), est abbé laïque de Gorze18 et a donc pu obtenir des reliques du martyr. Enfin, au xe siècle, les Miracles de saint Gorgon et la Vie de Chrodegang racontent la tentative de vol des reliques de Gorgon par les moines d’Agaune lors du retour de Rome de Chrodegang, ce qui est pour Gorze une façon de se positionner face à cet établissement, et montre que des liens persistent. Le fait que Gorgon, comme Maurice, soit considéré comme un martyr militaire a pu renforcer ce culte.

  • 19 Dorvaux (N.), Les anciens pouillés du diocèse de Metz, Nancy, 1902.

9On dénombre vingt-cinq églises Saint-Maurice dans le diocèse19, la plupart, nous l’avons dit, liées au patronage de Tholey, ou, dans une moindre mesure, aux abbayes de la ville qui possèdent des reliques du saint.

  • 20 Benoît de Toul (Benoît Picart, en religion le P.), Pouillé ecclésiastique et civil du diocèse de To (...)
  • 21 Bernard (P.), « La laus perennis d’Agaune dans la Gaule de l’Antiquité tardive : état des questions (...)
  • 22 Con de Colombey-les-Belles, arr. de Toul.
  • 23 Ch.-l., arr. de Toul.
  • 24 Con de Toul sud, arr. de Toul.

10Le diocèse de Toul, vaste et pauvre, est ouvert aux influences alsaciennes à l’est, champenoises à l’ouest et bourguignonnes au sud. Les limites d’un diocèse sont marquées par des cultes spécifiques. Les églises Saint-Maurice sont surtout situées au sud du diocèse20, en lien avec les patronages des grandes abbayes. À Toul, l’évêque Èvre se fait enterrer dans l’église Saint-Maurice qu’il a fondée. Au milieu du vie siècle, une communauté de clercs est attestée autour de son tom beau, Saint-Èvre aurait suivi la règle d’Agaune et pratiqué la laus perennis21 à la fin du vie siècle ; elle a des reliques et un autel dédié aux martyrs thébains. Plusieurs paroisses dépendant de Saint-Èvre sont dédiées à Maurice (Alain-aux-Bœufs22, Colombey-les-Belles23, Ochey24).

11D’une façon générale, on note le rôle des monastères fondés au viie siècle dans la diffusion du culte des martyrs thébains. Si on fait ainsi le tour des monastères du diocèse de Toul qui vénèrent Maurice, on constate le poids des réseaux aristocratiques dans la diffusion du culte.

  • 25 La Vie de sainte Salaberge cite Habendum comme monastère où elle se pratique, MGH, SRM 5, p. 59, ci (...)

12Amé, issu de l’aristocratie grenobloise, a vécu au temps du roi Dagobert. Consacré au monastère de Saint-Maurice d’Agaune, il suit à Luxeuil Eustasius, qui le charge d’une mission d’évangélisation en Austrasie, où il fonde Remiremont avec Romaric. Le texte affirme les relations entre Agaune et Luxeuil, et la filiation entre Remiremont et Luxeuil. La laus perennis semble avoir été introduite en Lorraine par Amé25.

  • 26 Gauthier (N.), « Déodatus, fondateur de Saint-Dié », dans Les moines irlandais dans la Lorraine méd (...)
  • 27 Wilsdore (C.), « Les Étichonides aux temps carolingiens et ottoniens », Bulletin philologique et hi (...)

13Vers 669, Dié26 fonde le monastère de Galilée, sur la colline au confluent de la Meurthe et du Robache, au lieudit « Les Jointures », lieu d’un marché gallo-romain. Une charte conservée dans une copie du xe siècle établit qu’un évêque Dié a construit sur une propriété du fisc un monastère en l’honneur de la Vierge Marie, des apôtres Pierre et Paul, des saints Maurice, Exupère, Candide, Euchaire, Materne et Maximin. Dié fonde également Ebersmunster en Alsace, avec le soutien du duc Etichon27. Maurice en est le patron principal : primum videlicet sancto Mauricio ac sociis eius dextrum vero sancto Petro, sinistro autem sancto Paulo attribueras. L’église Saint-Maurice de Soultz, qui dépend d’Ebersmunster, abrite une relique du martyr et une statue équestre du xive siècle, sur le tympan de la porte sud.

  • 28 Dierkens (A.), « La fondation et le premier siècle des monastères du Der », dans P. Corbet (dir.), (...)

14Vers 662-675, Berchaire28 construit une cellula Saint-Maurice à côté de Puteolus, au lieudit Monasteriolum. L’acte de fondation présente le monastère masculin de Montier et celui féminin de Puellemontier, et cite en exemple Saint-Maurice d’Agaune. Ces monastères sont liés à la famille de Wulfoald dont font partie deux évêques de Toul : Leuduin-Bodo (mort en 679) et Garibald, qui obtient Montier-en-Der de Childebert III (695-711) ; des membres de cette famille restent en relation avec l’abbaye à la fin du viiie siècle.

  • 29 Weymuller (F.), Histoire d’Épinal, des origines à nos jours, Le Coteau, Horvalth, 1985.

15Ce mouvement ne se limite pas à l’époque carolingienne. Au xie siècle, le culte de Maurice se diffuse encore, ainsi à Épinal29. Au viie siècle, Metz obtient un territoire dans la haute vallée de la Moselle autour de la paroisse de Dognéville. Au xe siècle, les menaces bourguignonnes atteignent le Sud de la Lorraine et Épinal, lieu de contact entre Lorrains et Bourguignons, est choisi pour fixer la limite à la progression des gens du sud ; une fortification est établie à mi-pente, au-dessus d’une place de marché. L’église Saint-Maurice possède des reliques de ce martyr. En 974, Thierry de Metz y transfère une part des reliques de l’évêque Goéry et établit des chanoines. Adalbéron II de Metz (mort en 1005) y installe des religieuses.

  • 30 Con de Mirecourt, arr. de Neufchâteau ; Parisse (M.), « Une abbaye de femmes en Lorraine. Poussay a (...)

16En 1018, l’évêque de Toul Berthold décide d’implanter à Poussay30 un monastère de bénédictines. Hermann, son successeur, en poursuit la construction, et le 15 mai 1026, Brunon de Toul, le futur pape Léon IX, termine l’église Saint-Maurice, consacre l’abbaye et y transfère les restes de sainte Menne, ermite près de Poussay au ive siècle.

  • 31 Des Miracles en Lorraine : scènes de la vie quotidienne au Moyen Age (xe-xie siècle), éd. M. Pariss (...)
  • 32 Kronert (K.), Les Thébains à Trèves, à paraître.

17Enfin à Moyenmoutier, on invente les reliques de saint Boniface31, identifié comme un martyr de la légion thébaine, qui apparaît à un moine pour protester contre l’oubli où il est tenu. Ce culte est à relier à celui des martyrs inventés à la même époque à Trèves32.

  • 33 Bauer (T.), Lotharingien als historischer Raum, Cologne, Bölhau, 1997, p. 516-519 et carte 9.

18Le culte des martyrs thébains est donc bien attesté en Lorraine sur une longue durée. Les premières attestations remontent sans doute à des phases d’évangélisation précoces, qui ont pu faire voir en Maurice un concurrent de Martin dans ces régions33. La diffusion s’appuie sur les voies de passage, ce qui est très net dans le cas de Metz et de Verdun, où l’église du portus est dédiée à Victor. À partir du xie siècle, l’importance du culte du saint dans l’empire et comme patron de la chevalerie explique la persistance de l’intérêt porté aux martyrs thébains, comme on l’a vu surtout à Moyenmoutier. Les réseaux monastiques et aristocratiques, enfin, jouent un rôle sporadique mais déterminant dans la distribution des églises Saint-Maurice.

Notes

1 Chevalley (E.), Favrod (J.) et Ripart (L.), « Eucher et l’Anonyme : les deux Passions de saint Maurice », dans O. Wermelinger, P. Bruggisser, B. Näf et J.-M. Roessli (dir.), Mauritius und die Thebaïsche Légion. Saint Maurice et la légion thébaine, Fribourg, 2005, p. 423-438.

2 Gaillard (M.), D’une réforme à l’autre 816-934 : les communautés religieuses en Lorraine à l’époque carolingienne, Paris, 2006, p. 278-279, mentionne le Liber Memorialis de Remiremont qui, f° 11 v°, cite le roi Rodolphe, son entourage ainsi que Foulques de Reims (883-900) et Adalgar d’Autun (875-893).

3 Girardot (A.) et alii, Histoire de Verdun, Metz, Serpenoise, 1997, p. 21.

4 Monumenta Gemianiae Historica Scriptores, IV, p. 44.

5 Con de Charny-sur-Meuse, arr. de Verdun.

6 Hugues de Flavigny, Monumenta Gemianiae Historica Scriptores, VIII, p. 391 : « Nec deerat familiaritati ejus Pandulfus Agaunensis, vir vita, moribus, religione, sanctitate celeberrimus, cum eum faceret commendabilem regi et optimatibusfama virtutis ejus ».

7 Robinet (N.) et Cillant (J. B. A.), Pouillé du diocèse de Verdun, Verdun, 1888-1910, 4 vol.

8 Levison (W.), « Das Testament des Diakons Adalgisel-Grimo vom Jahre 634 », Trierer Zeitschrift, 7, 1932, p. 69-85 ; Hermann (H. M.), « Das Testament des fränkischen Adlingen Adalgisel-Grimo », Studien und Mitteilungen zur Geschichte des Benediktiner Ordens und seiner Zweige, 96, 1985, p. 260-275.

9 Chroniques générales de l’Ordre de S. Benoist, composées en espagnol par le R. P. Dom Anthoine de Yepes [...] et traduites en françois par le R. P. Dom Martin Rethelois, Toul, 1646-1684, t. II, appendice, p. 4, « Faux diplôme de Dagobert en faveur de Tholey, l’église Saint-Pierre/Saint-Maurice est placée sous la protection de Clou, duc, fils d’Arnoul ».

10 Haubrichs (W.), Die Tholeyer Abtslisten des Mittelalters-Philologische, onomastisehe und chronologische Untersuchungen, Saarbrücken, 1986, p. 95, n. 406 : « Omersheim, Obergailbach, Lixingen, Rubenheim, Erfweiler, Gehnkirchen, Rodendorf, Bistroff près de Grostenquin, Essenheim, Freilaubersheim, Bommenkirchen, Saint-Médard ».

11 Ibid., p. 75.

12 Acta Sanctorum, Sept. V, p. 508.

13 Roussel (N.), Histoire ecclésiastique et civile de Verdun, 1745, p. 245. Quand, au milieu du xiie siècle, Elildeburge offre des terres à Beaulieu, elle dépose la charte sur la châsse de saint Rouin, son mari et son fils portent sur leurs épaules les reliquaires de Maurice et de Rouin.

14 Monumenta Germaniae Historica Scriptores, IV, p. 491 : « Crudelissima gens Hungrorum istud episcopium irrupit, omnia pene incendit, homines aut necavit aut abduxit. Refert Vita Sancti Basoli tune eos divinitus fuisse repulsos a coenobio Belliloci, quod est in honore sancti Mauricii ».

15 Pelt (J.-B.), Études sur la cathédrale de Metz. La Liturgie, Metz, 1937, p. 148.

16 Journal de Jehan Aubrion, bourgeois de Metz avec sa continuation par Pierre Aubrion (1465-1512), Metz, 1857, p. 327.

17 Con de Vitry-sur-Orne ; Hugo (C. L.), Sacri Ordinis Praemonstratensis Annales, Nancy, t. I, 1734, c. 945-960.

18 Bouchard (C. B.), « The Bosonids or Rising to Power in the Late Carolingian Age », French Historical Studies, 15, 1988, p. 407-431.

19 Dorvaux (N.), Les anciens pouillés du diocèse de Metz, Nancy, 1902.

20 Benoît de Toul (Benoît Picart, en religion le P.), Pouillé ecclésiastique et civil du diocèse de Toul, Toul, 1711, 2 vol.

21 Bernard (P.), « La laus perennis d’Agaune dans la Gaule de l’Antiquité tardive : état des questions et éléments d’un bilan », dans Sine musica nulla disciplina... Studi in onore di Giulio Cattin, Padoue, 2006, p. 39-69.

22 Con de Colombey-les-Belles, arr. de Toul.

23 Ch.-l., arr. de Toul.

24 Con de Toul sud, arr. de Toul.

25 La Vie de sainte Salaberge cite Habendum comme monastère où elle se pratique, MGH, SRM 5, p. 59, cité par M. Goullet, « Le pays de Remiremont dans les Vies des saints romarimontains », dans Le pays de Remiremont des origines à nos jours, 2001, p. 36.

26 Gauthier (N.), « Déodatus, fondateur de Saint-Dié », dans Les moines irlandais dans la Lorraine médiévale, Metz, Serpenoise, 1999, p. 127-136 ; Goullet (M.), « Les dossiers hagiographiques du diocèse de Toul », dans M. Heinzelmann (dir.), L’hagiographie du haut Moyen Age en Gaule du Nord : manuscrits, textes et centres de production, Stuttgart, Thorbecke, coll. « Beihefte der Francia », n° 52, 2001, p. 11-89.

27 Wilsdore (C.), « Les Étichonides aux temps carolingiens et ottoniens », Bulletin philologique et historique, 1964, p. 1-33.

28 Dierkens (A.), « La fondation et le premier siècle des monastères du Der », dans P. Corbet (dir.), Les moines du Der, 673-1790, Langres, 2000, p. 27-44.

29 Weymuller (F.), Histoire d’Épinal, des origines à nos jours, Le Coteau, Horvalth, 1985.

30 Con de Mirecourt, arr. de Neufchâteau ; Parisse (M.), « Une abbaye de femmes en Lorraine. Poussay au Moyen Âge », Sacris Erudiri, 26, 1983, p. 103-118.

31 Des Miracles en Lorraine : scènes de la vie quotidienne au Moyen Age (xe-xie siècle), éd. M. Parisse, Seurat, 1979, p. 14-17.

32 Kronert (K.), Les Thébains à Trèves, à paraître.

33 Bauer (T.), Lotharingien als historischer Raum, Cologne, Bölhau, 1997, p. 516-519 et carte 9.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540