Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

IV – La forme des itinéraires

L’itinéraire d’un saint au ve siècle : Séverin de Norique du désert d’Orient aux rives du Danube

Philippe Régerat

Texte intégral

  • 1 Certeau (M. de), « Hagiographie », Encyclopaedia universalis, t. 11, 1996, « Une géographie du sacr (...)
  • 2 Sur la notion de discours hagiographique, voir M. Van Uytfanghe, « Heiligenverehrung », Reallexikon (...)
  • 3 Il suffit de rappeler à ce sujet le titre d’un ouvrage collectif publié sous la direction de S. Boe (...)
  • 4 Voir Boesch-Gajano (S.), « L’agiografia », Morfologie sociali e culturali in Europa fin tarda antic (...)
  • 5 Le texte de la Vie de saint Séverin a été publié en latin avec une traduction française dans la col (...)

1Nous devons à Michel de Certeau d’avoir identifié la dimension spatiale comme un des éléments caractéristiques du discours hagiographique1, défini, indépendamment des genres littéraires dans lesquels il s’exprime, par les personnages qu’il met en scène, la stylisation qu’il déploie, les fonctions qu’il remplit auprès de son public et les thèmes, motifs ou archétypes qu’il module avec une intensité variable2. Certains ont affirmé que, depuis l’Antiquité tardive, l’histoire de la sainteté chrétienne était inséparable de la construction d’une nouvelle géographie avec ses « lieux sacrés », ses « espaces sanctifiés3, » ses flux de voyageurs, de reliques et autres objets symboliques. Cette nouvelle géographie est dessinée par les parcours à la fois matériels et spirituels d’hommes et de femmes qui, dans leur recherche de la perfection, quittent leurs horizons familiers pour se mettre en route vers un ailleurs inconnu ; les uns cheminent à petites étapes de l’Occident latin vers l’Orient grec, les autres s’éloignent des foules urbaines pour trouver la solitude d’un « désert », d’autres enfin abandonnent leur pays d’origine pour gagner leur « pays de mission4 ». Tous ont en commun le désir de rompre avec le « monde », avec une famille, un milieu, une cité, pour se rendre entièrement disponibles à la quête de Dieu. La Vie de saint Séverin, un récit hagiographique composé en 511 par l’abbé Eugippe de Lucullanum5 près de Naples, nous offre ainsi l’exemple d’un exil volontaire, qui mène un « homme de Dieu » (vir dei) d’abord dans un Orient lointain puis dans une province danubienne d’Occident, à une époque où s’accentue la pression des peuples germaniques sur les frontières de l’Empire romain. Nous essaierons dans un premier temps de montrer que les voyages entrepris par Séverin, sans être l’objet principal de la narration, fournissent au lecteur le fil directeur reliant entre eux des épisodes apparemment clos sur eux-mêmes, puis nous chercherons à quelles logiques pouvaient répondre des déplacements dans un espace traversé de multiples tensions en proposant une clé de lecture politique et un modèle interprétatif fondé sur la Bible.

Le voyage comme exil volontaire

Commemoratorium vel indicia vitae saepe dicti sancti Severini (Ep. Eug. 3)

  • 6 Égérie, Journal de voyage, texte latin et traduction, Paris, coll. « Sources chrétiennes », no 296, (...)
  • 7 L’Itinerarium Burdigalense, guide destiné à des pèlerins et décrivant les étapes sur le chemin mena (...)
  • 8 Ep. Eug., 3, VS, p. 148-149.
  • 9 Ep. Pasch., 2, VS, p. 156-157.
  • 10 Voir à ce sujet l’introduction de la Vie de saint Séverin, VS, p. 73-89.

2Nous avons donné pour titre à cet exposé « itinéraire d’un saint » ; il importe toutefois de préciser ce que nous entendons par cette expression et en premier lieu de déterminer la place qu’occupe notre texte dans le corpus de la littérature de voyage à la fin de l’Antiquité. Il va sans dire que l’œuvre d’Eugippe n’est pas un récit de voyage à la première personne, comme peut l’être cette écriture spécifiquement chrétienne à laquelle Égérie a attaché son nom et qui est fondée sur la nouvelle pratique du pèlerinage en Terre Sainte6 ; elle n’est pas non plus un récit reposant sur des témoignages recueillis auprès d’un voyageur et portant sur le parcours suivi, les espaces traversés, les dangers rencontrés ou les obstacles surmontés pour arriver au but ; elle est encore moins un « itinéraire » au sens du latin itinerarium, c’est-à-dire un guide décrivant des routes, énumérant des étapes, signalant des relais et indiquant des distances intermédiaires7. La Vita Severini, ou pour mieux dire, le commemoratorium vitae Severini, représente, comme l’explique l’auteur lui-même au diacre romain Paschase, « un mémoire ou des notes sur la vie de saint Séverin8 », et son correspondant lui répond en écho qu’« il a de fait présenté [...] la vie et le caractère du bienheureux Séverin [...] » et qu’« il a transmis à la postérité le souvenir des miracles [...] que la puissance de Dieu a opérés par son intermédiaire9 ». Le récit offre donc dans un cadre biographique assez lâche (vita) des épisodes miraculeux et des éléments annexes de type parénétique qui doivent fixer pour les lecteurs l’image d’un « homme de Dieu », autrement dit d’un personnage doté de multiples charismes et voué au service d’une population durement éprouvée par les incursions des barbares10. Dans ces conditions, le voyage ou plutôt les voyages de Séverin constituent la toile de fond, mais en aucun cas l’objet principal de la narration.

De partibus Orientis adveniens in vicinia Norici Ripensis et Pannoniorum morabatur (VS 1,1)

  • 11 Eugippe est tout à fait conscient de manquer aux règles de la biographie en omettant ces informatio (...)
  • 12 VS, 1, 1, p. 174-175. Sur les divisions administratives en provinces et la localisation d’Asturae, (...)
  • 13 « Vivens iuxta evangelicam et apostolicam doctrinam », VS, 1, 1, p. 174-175 ; l’expression evangeli (...)
  • 14 Il est seulement indiqué dans le même chapitre 1 que Séverin « dans la confession de la foi catholi (...)
  • 15 VS, 1, 3, p. 176-177.
  • 16 VS, 1, 4, p. 176-177 ; sur la localisation de Comagenae : VS, p. 176, n. 4.
  • 17 VS, 3, 1, p. 180-181 ; sur la localisation de Favianae : VS, p. 180, n. 3.
  • 18 VS, 1, 2, p. 176-177.
  • 19 VS, 3, 1, p. 180-181.
  • 20 Sur cette « itinérance spirituelle » et le choix de l'instabilitas, par opposition à la stabilitas (...)
  • 21 Sur le monachisme comme une forme de l’exil du chrétien en ce monde, voir J. Leclercq, AUX sources (...)
  • 22 « Qu’importe [...] à un serviteur de Dieu d’indiquer son lieu de naissance et sa race ? », Ep. Eug. (...)

3À cet égard, il est remarquable que l’auteur ne commence pas son récit en donnant les informations attendues par le lecteur sur l’origine et la famille du saint11 mais introduise immédiatement son personnage comme un voyageur arrivé d’Orient (c’est-à-dire de la partie orientale de l’Empire romain) et demeurant dans une région située à la limite de deux provinces danubiennes d’Occident : « C’est alors [i. e. à l’époque où mourut Attila, le roi des Huns] que le très saint serviteur de Dieu Séverin, venant d’Orient, séjournait dans le voisinage du Norique riverain et des Pannonies dans une petite ville nommée Asturae12 ». Hôte de passage dans la région, Séverin est aussitôt caractérisé comme « vivant selon la doctrine évangélique et apostolique13 », sans être cependant expressément qualifié de moine14. Le « très saint serviteur de Dieu » se fait connaître ensuite par des exhortations et des avertissements prophétiques, d’abord à Asturae, où il loge à la « maison des hôtes15 », puis à Comagenae16, un peu plus à l’ouest ; de là il remonte le cours du Danube, appelé par les habitants de Favianae, victimes d’une disette17. Les principaux thèmes de sa prédication sont la prière, le jeûne et l’aumône18, auxquels s’ajoutent les larmes et les autres « fruits de la pénitence19 ». Ainsi nous est brossé par touches successives le portrait d’un prédicateur itinérant20, pratiquant comme une forme d’ascèse le renoncement volontaire à une patrie et vivant sur les routes la condition d’exilé en ce monde21. Il est dans la logique d’un tel propos que le serviteur de Dieu ne révèle rien de ses origines ni de son passé22. Dans la lettre au diacre Paschase, Eugippe rapporte cependant les quelques renseignements qu’il a pu glaner sur la vie de Séverin avant l’arrivée de celui-ci dans le Norique :

  • 23 Ep. Eug., 10, VS, p. 154 (traduction modifiée).

Sa façon de parler prouvait qu’il était un vrai Latin ; il est certain qu’il était parti auparavant pour quelque solitude d’Orient, brûlant du désir d’une vie plus parfaite et qu’ensuite il était venu de là-bas, mû par une révélation divine, dans les villes du Norique riverain voisines de la Pannonie supérieure, villes alors accablées par les fréquentes incursions des Barbares. C’est ce qu’il avait coutume de rapporter à mots couverts comme s’il parlait de quelqu’un d’autre, mentionnant au passage quelques villes d’Orient et laissant entendre qu’il avait surmonté par miracle les dangers d’un voyage interminable23.

  • 24 L’auteur ne fournit aucun détail sur l’itinéraire ni sur la durée de ce voyage (de retour) d’Orient (...)
  • 25 À un prêtre qui l’interroge sur ses origines, Séverin répond : « Cependant, sache seulement que Die (...)
  • 26 Peregrinatio sert à traduire en latin le terme de xeniteia (« dépaysement »), qui désigne, dans la (...)
  • 27 C’est à cette expérience que fait allusion Eugippe dans le premier chapitre : « Ainsi fortifié par (...)
  • 28 Voir n. 26 ; le fait a été souligné par R. Bratoz, « Ostliche und westliche Elemente im Monchsideal (...)

4Par l’expression « solitude d’Orient », Eugippe signifie que Séverin s’était retiré dans un désert pour y mener une vie d’anachorète. L’auteur ne donne cependant aucune précision sur la localisation de ce « désert » et n’apporte pas non plus d’informations sur la durée du séjour (ou des séjours ?) de Séverin dans un milieu que l’on peut supposer hostile et sauvage ; il se contente de noter que le vir dei avait quitté le lieu où il s’était confiné pour obéir à un appel de Dieu et venir, au terme d’un long et périlleux voyage24, secourir des hommes et des femmes exposés à de graves dangers25. Nous avons là une histoire singulière à double titre : elle montre d’une part qu’à côté de la nouvelle pratique du pèlerinage aux Lieux saints (peregrinatio ad sancta loca) la tradition monastique de la pérégrination (peregrinatio a patria) est toujours bien vivante au milieu du ve siècle26 ; elle offre d’autre part l’exemple assez rare d’un Latin qui revient en terre latine, non pas d’abord pour y faire fructifier l’expérience acquise au contact des moines d’Orient27, mais pour assister une population en danger dans une province périphérique de l’Empire romain28.

  • 29 Sur le sens du mot peregrinus en latin à partir d’Augustin, voir G. Clark, « Pilgrims and Foreigner (...)
  • 30 Ep. Eug, 9, VS, p. 154-155 ; voir n. 26.

5Ainsi les voyages rapportés, le plus souvent sur un mode allusif, dans la lettre à Paschase et dans les trois premiers chapitres de la Vita, représentent-ils les étapes d’un itinéraire fondateur d’une identité monastique, caractérisée par l’expérience du dépaysement, de la retraite dans le désert, du retour en Occident au milieu des dangers et de la prédication du peuple. À partir du quatrième chapitre, les voyages de Séverin changent de caractère ; le pèlerin, au sens du latin peregrinus29, cède la place à l’intercesseur, envoyé par la Providence au secours d’une population romaine en plein désarroi30.

Voyages dans le Norique : itinéraires et structure du texte

  • 31 Voir VS, p. 23.
  • 32 Voir H. Baldermann, « Die Vita Severini des Eugippius », Wiener Studien, 74, 1961, p. 150-151.
  • 33 US, 4,6, p. 188-189.
  • 34 « [Le toi des Ruges] dans une situation si dangereuse pour lui consultait le bienheureux Séverin co (...)
  • 35 « Le serviteur de Dieu, également doué d’une grâce prophétique, déployait une grande activité en vu (...)
  • 36 « Lorsque les villes du Norique riverain situées sur le cours supérieur du Danube existaient encore (...)
  • 37 « Quintanae était le nom d’un municipe de Rhétie seconde situé sur la rive du Danube », VS, 15, 1, (...)
  • 38 « Les Romains quittèrent alors Lauriacum pour être répartis dans les villes en vertu d’accords paci (...)
  • 39 « Après la chute des villes situées en amont du Danube, toute la population s’était donc réfugiée d (...)
  • 40 « Mais Onoulf, sur les instructions de son frère, donna l’ordre à tous les Romains d’émigrer en Ita (...)
  • 41 « Ainsi, ses mérites allaient croissant de jour en jour, tout comme la réputation que lui donnaient (...)
  • 42 Voir VS, 3, 1, p. 180-181 ; 11, 1, 2, p. 208-209 ; 19, 1, p. 230-231 ; 33, 1, p. 262-263, 264-265.
  • 43 « Lorsque les villes du Norique riverain situées sur le cours supérieur du Danube existaient encore (...)
  • 44 « Ainsi le roi des Ruges, Flaccitheus, commença dès le début de son règne à trembler pour son pouvo (...)
  • 45 Cette phase se situe sans doute avant 472, date à laquelle les Ostrogoths quittent la Pannonie.
  • 46 Pour une analyse rapide de ces mouvements de population, voir F. Lotter, « Passau im Zeitalter Seve (...)

6Une lecture attentive du texte montre que l’auteur a regroupé les informations dont il disposait sur les faits et gestes du saint selon des critères chronologiques. Au risque de schématiser le propos, il est possible d’affirmer que la « vie publique » de Séverin, depuis sa première intervention à Asturae jusqu’à sa mort au monastère de Favianae, fournit le fil conducteur de la narration ; encore faut-il préciser que la chronologie des événements reste très relative, en l’absence de repères ou de dates historiquement assurés31. À côté de cette organisation dans le temps, existe une véritable distribution des épisodes dans l’espace, au point que la Vie de saint Séverin peut se lire comme un voyage à travers le Norique riverain et la partie orientale de la Rhétie seconde32. L’itinéraire choisi par l’auteur conduit le saint des villes frontalières du Norique oriental (Asturae et Comagenae, ch. 1, 2) à Favianae (Mautern an der Donau), où il construit « non loin de la cité un monastère » pour y former « un grand nombre de disciples à un genre de vie saint, instruisant leurs âmes plus par ses actes que par ses paroles33 » ; c’est également dans cette ville qu’ont lieu les premiers contacts avec le peuple germanique des Ruges (ch. 5-8)34 et les premières actions entreprises en faveur des captifs (ch. 9, 10)35. L’itinéraire mène ensuite Séverin vers l’ouest, dans la vallée de la Salzach (à Cucullae/Kuchl, ch. 11, 12 et Juvavum/Salzbourg, ch. 13, 14)36 le long du Danube jusque dans la province voisine de Rhétie (Quintanae/Künzing, ch. 15, 16 ; Batavae/Passau, ch. 19, 20, 22)37, pour le ramener finalement avec les populations romanes évacuées à son point de départ, à Favianae38 après une halte à Lauriacum/Lorch (ch. 28-31)39. À ces trois étapes il faut ajouter – pour ainsi dire en annexe – le départ forcé des Romains du Norique riverain et le transfert du corps de Séverin en Italie (ch. 44, 45)40. Les déplacements de Séverin, dont nous avons vu qu’ils s’inscrivent dans un vaste espace frontalier sur la rive sud du Danube, répondent à une double logique interne : la première relève de la perspective hagiographique de l’auteur, la seconde renvoie aux réalités politiques et aux rapports de force entre Romains et barbares. Les voyages de Séverin sont en effet présentés par Eugippe comme la conséquence de la renommée (fama) du saint41, et, de fait, les localités (castella) rivalisent entre elles pour inviter l’homme de Dieu (homo dei), tant elles attendent de lui une protection et un secours, dont l’efficacité leur semble garantie par les grâces qui lui sont accordées42. Par ailleurs, les voyages sont aussi mis en relation, directement ou indirectement, avec les conflits qui affectent diverses régions de la province dans la deuxième moitié du ve siècle43 ; à cet égard, il est possible de distinguer trois phases, correspondant aux trois grandes étapes que nous avons retracées dans l’itinéraire de Séverin à travers le Norique. La première phase, qui se place entre les chapitres 1 et 10, se confond avec la période où Séverin s’établit à Favianae et où les Ostrogoths, lançant des raids depuis la Pannonie voisine44, font peser une menace croissante sur tout le nord-est de la province (d’Asturae à Favianae)45 ; la deuxième phase, qui couvre les chapitres 11 à 31, comprend les séjours du saint dans l’ouest du Norique, au-delà de l’Enns, et coïncide avec une poussée générale des Alamans depuis leurs bases de départ de Rhétie ; quant à la troisième phase, elle commence avec le retour de Séverin dans le nord-est du Norique et se termine par l’installation dans cette région, sous le protectorat des Ruges, des réfugiés venus du Haut-Danube46.

  • 47 Nous laissons volontairement de côté l’Évangile de Jean, dont la structure est différente, avec not (...)
  • 48 Le schéma le plus simple est celui de Marc : après le baptême dans le Jourdain, prédication de Jésu (...)
  • 49 Mt. 4, 12-18, 35 ; Mc 1, 14, 9, 49 ; Lc 4, 14-9,50.
  • 50 Lc 9, 51-17, 10.
  • 51 Mt. 19, 1-20, 16 ; Mc 10, 1-10, 31 ; Lc 17, 11-18, 30.
  • 52 Mt. 20, 17-20, 34 ; Mc 10, 32-10, 52 ; Lc 18, 31-19, 27.
  • 53 Mt. 21-27 ; Mc 11-15 ; Lc 19, 28-23.
  • 54 Nous reprenons ici, moyennant quelques modifications, l’analyse de M. Van Uytfanghe, « Éléments éva (...)
  • 55 « Celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que moi je fais, et il en fera même de plus grandes, (...)

7Cette articulation du récit en trois « missions », ayant chacune un cadre spatial et temporel nettement délimité, n’est pas sans rappeler certains traits caractéristiques de la structure des Évangiles synoptiques47. On sait en effet que le ministère de Jésus s’organise autour de trois époques qui constituent autant d’unités géographiques48. La première époque, dite galiléenne49, comprend chez Luc, outre la prédication en Galilée proprement dite, un long voyage jusqu’à Jérusalem50, tout à fait comparable à celui de Séverin dans l’ouest du Norique ; la deuxième époque, que l’on peut qualifier de judéenne, correspond au dernier passage de Galilée en Judée et au séjour en Judée51 et en Pérée52 ; enfin la troisième époque est celle des derniers mois à Jérusalem53. Ce parallélisme dans la composition du récit54, qu’il soit voulu ou non, suggère que Séverin a parcouru le Norique comme une terre où il a fait les mêmes œuvres que le Christ55.

Les voyages, la transmigratio et l’Exode

8Si le récit d’Eugippe, dans sa structure même, s’inspire de la narratio évangélique, au point que les voyages du saint se regroupent aisément en missions successives, comme dans la vie publique du Christ, il est aussi certains thèmes qui courent dans la Vita comme des leitmotive et qui remontent à l’Ancien comme au Nouveau Testament ; il en est un qui touche de près au voyage, c’est celui de l’Exode, entendu comme délivrance d’une oppression et départ vers une terre promise.

  • 56 Sur le sens à donner au terme de frontière sur le Danube, dans le Norique du ve siècle : VS, p. 59- (...)
  • 57 VS, 22, 238-239, 240-241.
  • 58 « Comme on ne trouvait [Maurus] nulle part, il traversa lui-même les flots de l’Hister sans perdre (...)
  • 59 VS, 23, 1, p. 240-241.
  • 60 VS, 8, 2, p. 198-199.
  • 61 VS, 20, 1, p. 234-235.
  • 62 « Eodem tempore mansores oppidi Quintanensis, creberrimis Alamannorum incursionibus iam defessi, se (...)
  • 63 « [Ipe vero Favianis degens in antiquo suo monasterio] nec admonere populos nec praedicere futura c (...)
  • 64 « Scitote, inquit, fratres, sicut filios Isael constat ereptos esse de terra Aegypti, ita cunctos p (...)
  • 65 Duval (Y.-M.), « Traversée du Danube et traversée de la mer Rouge », dans Hommages à Carl Deroux, B (...)
  • 66 « Quo sepulto credentes omni modo seniores nostri, quae de transmigratione praedixerat, sicut et mu (...)
  • 67 « Onoulf [...] ordonna à tous les Romains de partir pour l’Italie », VS, 44, 5, p. 288-289 (traduct (...)
  • 68 VS, 44, 5 (traduction modifiée, due à Y.-M. Duval, voir n. 65).
  • 69 VS, 44, 7, p. 290-291 (traduction modifiée, due à Y.-M. Duval, voir n. 65).
  • 70 Fontaine (J.), Vie de saint Martin. T. I, Sulpice Sévère, Paris, coll. « Sources chrétiennes », no  (...)

9Est-ce à dire que le Danube joue le rôle d’une nouvelle mer Rouge, qui marquerait la limite entre la servitude d’un côté, et la liberté de l’autre ? Assurément, le fleuve forme comme une frontière entre le Barbaricum et l’imperium Romanum56 et nous avons vu que Séverin déploie son activité, pour l’essentiel, sur cette bande de terre, d’une longueur approximative de 300 km, qui s’étend entre Asturae (Zwentendorf ?) et Batava (Passau) ; il lui arrive une fois de descendre le fleuve en bateau57, mais il ne le franchit qu’à de rares occasions, pour libérer un homme enlevé par des brigands (des scamarae)58 ou pour récupérer des reliques apportées par un inconnu59. C’est en effet sur la rive gauche que réside le danger principal, c’est de là que viennent les guerriers en maraude, surgissant à l’improviste pour rafler hommes et bêtes. Traverser le Danube signifie donc courir le risque de la capture, de l’esclavage ou du travail forcé60 ; cependant, avec le temps, les attaques se multiplient en terre romaine, en particulier à l’ouest de la province, et la population romaine doit peu à peu se replier vers des régions apparemment plus sûres, à l’est, surtout à partir du moment où les garnisons se débandent, faute du versement régulier d’une solde61. Le terme de migratio revient alors fréquemment dans le texte62, notamment dans les avertissements adressés par Séverin à la population des villes et des bourgs ; ainsi, après s’être employé à répartir pacifiquement les réfugiés dans la zone contrôlée par les Ruges, le saint regagne son monastère de Favianae, mais, observe Eugippe, « il ne cessait de lancer des avertissements ni de prédire l’avenir à la population ; il assurait qu’ils partiraient [migraturos] tous un jour dans une province du sol romain sans aucun danger pour leur liberté63 ». De même, à l’approche de sa mort, Séverin fait venir les siens (i. e. ses moines) et leur annonce en vir propheticus l’avenir qui attend la communauté des frères ainsi que toute la population du Norique riverain : « Sachez, frères, que tout comme il est avéré que les fils d’Israël ont été arrachés à la terre d’Égypte, il faut que l’ensemble des gens de cette terre soit libéré de l’injuste tyrannie des barbares. Tous, en effet, partiront [emigrantes] avec leurs biens et rejoindront la province romaine, sans aucunement connaître la captivité64 » ; puis, dans le même discours, Séverin, à partir de l’exemple égyptien, passe, en quelque sorte, de l’Exode à la Genèse65 et apostrophe ainsi ses moines : « Souvenez-vous du précepte du saint patriarche Joseph, dont moi, malgré mon indignité et ma petitesse, j’emprunte les mots pour m’adresser à vous : « Dieu vous visitera de sa visite et vous emporterez avec vous mes os » [Gen., 50, 25] ». Et de fait, lorsque Séverin meurt en 482, ses compagnons les plus anciens « ayant foi que ce qu’il avait prédit du départ [transmigratio], comme tout le reste, ne pouvait passer sans s’effectuer, préparèrent un cercueil de bois, afin d’accomplir les ordres du prophète lorsque l’émigration [transmigration annoncée pour le peuple serait arrivée66 ». L’évacuation de la population se produisit six ans plus tard, quand l’ensemble des Romains reçut l’ordre de partir (migrare) pour l’Italie67, et Eugippe poursuit : « Alors, tous les habitants, sortant de la barbarie quotidienne des pillages incessants comme de la maison de servitude de l’Égypte, reconnurent les prédictions de Séverin68 ». Après avoir ouvert la tombe et exhumé le corps du saint, la communauté monastique se met en route, emportant le cercueil placé sur un chariot : « Tous les habitants de la province faisaient route avec nous. Ayant quitté les villes de la rive du Danube, ils reçurent divers endroits où s’établir dans les différentes régions de l’Italie69. » La domination des barbares sur le Norique est donc comparée à l’oppression que font subir les Égyptiens au peuple d’Israël, le départ des Romains est assimilé à la libération de l’esclavage sur la terre d’Égypte et le transfert du corps de Séverin à celui du patriarche Joseph. Reste à savoir si cette thématique de l’exode et du retour à la terre promise témoigne d’une influence formelle de la Bible et doit donc être attribuée à l’auteur, ou si Séverin lui-même, comme les hommes de son temps, a cru que l’histoire de l’Exode se répétait au bord du Danube ; il nous semble que c’est la deuxième hypothèse qu’il faille privilégier, celle d’une « lecture spirituelle » des événements par celui qui les vit70.

10La Vie du saint, à la manière d’un récit de voyage, se partage entre un départ et un retour, mais, à la différence d’autres œuvres hagiographiques, elle ne comporte aucune indication sur le point de départ, alors qu’elle fournit au lecteur d’utiles précisions sur le lieu d’arrivée, à savoir le monastère de Lucullanum, où est enseveli Séverin. Dans cette structure bipartite se reflètent d’abord la vocation monastique, qui conduit le saint dans le désert, puis l’appel à servir des frères, qui le ramène dans les villes et les villages, où se manifestent alors ses dons et ses charismes. Après plusieurs voyages dans la province, le saint fait un retour posthume dans ce qui n’est pas nécessairement sa patrie, mais qui est dans tous les cas le lieu fondateur d’un nouveau culte. Ce schème permet sans doute d’introduire le lecteur dans le mouvement qui porte l’homme de Dieu (vir dei) vers le lieu de son dernier repos et doit provoquer en lui le désir de partir à son tour en voyage pour voir le tombeau du saint.

Notes

1 Certeau (M. de), « Hagiographie », Encyclopaedia universalis, t. 11, 1996, « Une géographie du sacré », p. 163-164.

2 Sur la notion de discours hagiographique, voir M. Van Uytfanghe, « Heiligenverehrung », Reallexikon für Antike und Christentum (cité par la suite sous la forme : RAC), 14, 1988, col. 155-157 et « Biographie (spirituelle) », RAC, Suppl.-Bd. I, 2000, col. 1091, 1336-1349.

3 Il suffit de rappeler à ce sujet le titre d’un ouvrage collectif publié sous la direction de S. Boesch-Gajano et L. Scaraffia : Luoghi sacri e spazi della santità, Turin, 1990.

4 Voir Boesch-Gajano (S.), « L’agiografia », Morfologie sociali e culturali in Europa fin tarda antichità e alto medioevo. Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo, 45, 1997, Spolète, 1998, p. 831.

5 Le texte de la Vie de saint Séverin a été publié en latin avec une traduction française dans la collection « Sources chrétiennes » (no 374) aux Éditions du Cerf en 1991. Dans la suite de cet article, le texte latin de la Vita Severini (en abrégé : VS) et la traduction seront cités, sauf indication contraire, d’après cette édition, avec la pagination correspondante ; il en va de même pour la lettre d’Eugippe à Paschase (Eugippi epistula ad Paschasium, en abrégé : Ep. Eug) et la réponse de Paschase (Paschasii epistula ad Eugippium, en abrégé : Ep. Pasch).

6 Égérie, Journal de voyage, texte latin et traduction, Paris, coll. « Sources chrétiennes », no 296, 1982. Il est d’ailleurs significatif que ce récit porte en latin le nom d’itinerarium : voir J. Fugmann, « Itinerarium », RAC, 19, 2001, col. 15-17.

7 L’Itinerarium Burdigalense, guide destiné à des pèlerins et décrivant les étapes sur le chemin menant de Bordeaux à Jérusalem, est un bon exemple de ces textes techniques, adaptés aux besoins d’un public spécifique. Sur le corpus des « itinéraires » antiques, voir J. Fugmann, « Itinerarium », RAC, 19, 2001, col. 1-31.

8 Ep. Eug., 3, VS, p. 148-149.

9 Ep. Pasch., 2, VS, p. 156-157.

10 Voir à ce sujet l’introduction de la Vie de saint Séverin, VS, p. 73-89.

11 Eugippe est tout à fait conscient de manquer aux règles de la biographie en omettant ces informations et, dans sa lettre à Paschase, il se justifie en invoquant l’absence à ce sujet de document sûr : « Assurément, sur son pays d’origine il est sans doute inévitable qu’on nous pose des questions, car c’est par là qu’on a coutume de mettre sur le métier le récit d’une vie », Ep. Eug., 7, p. 152-153 (traduction modifiée).

12 VS, 1, 1, p. 174-175. Sur les divisions administratives en provinces et la localisation d’Asturae, voir l’introduction de VS, p. 57, 175, n. 5.

13 « Vivens iuxta evangelicam et apostolicam doctrinam », VS, 1, 1, p. 174-175 ; l’expression evangelica doctrina, à rapprocher de la vita evangelica, renvoie aux conseils donnés par Jésus à ses apôtres au moment de l’envoi des Douze en mission (Mt. 10, 5-15 ; Mc 6, 7-13 ; Lc 10, 4-12).

14 Il est seulement indiqué dans le même chapitre 1 que Séverin « dans la confession de la foi catholique menait à son accomplissement par des œuvres saintes le vénérable genre de vie qu’il avait choisi », VS, 1, 1, p. 174-175 (traduction modifiée).

15 VS, 1, 3, p. 176-177.

16 VS, 1, 4, p. 176-177 ; sur la localisation de Comagenae : VS, p. 176, n. 4.

17 VS, 3, 1, p. 180-181 ; sur la localisation de Favianae : VS, p. 180, n. 3.

18 VS, 1, 2, p. 176-177.

19 VS, 3, 1, p. 180-181.

20 Sur cette « itinérance spirituelle » et le choix de l'instabilitas, par opposition à la stabilitas voulue plus tard par Benoît pour ses moines, voir M. Dietz, « Itinerant Spirituality and the Late Antique Origins of Christian Pilgrimage », dans L. Ellis et F. Kidner, Travel, Communication and Geography in Late Antiquity. Sacred and Profane. Papers from the fourth biennal conference on Shifting Frontiers in Late Antiquity, 2001, Aldershot/Burlington, 2004, p. 126.

21 Sur le monachisme comme une forme de l’exil du chrétien en ce monde, voir J. Leclercq, AUX sources de la spiritualité occidentale. Étapes et constantes, Paris, 1964, « Monachisme et pérégrination », p. 35-44 (dossier scripturaire p. 37-40).

22 « Qu’importe [...] à un serviteur de Dieu d’indiquer son lieu de naissance et sa race ? », Ep. Eug., 9, VS, p. 152-153.

23 Ep. Eug., 10, VS, p. 154 (traduction modifiée).

24 L’auteur ne fournit aucun détail sur l’itinéraire ni sur la durée de ce voyage (de retour) d’Orient en Occident.

25 À un prêtre qui l’interroge sur ses origines, Séverin répond : « Cependant, sache seulement que Dieu lui-même qui t’a fait prêtre, m’a donné à moi aussi pour mission d’assister ces hommes dans les dangers qu’ils traversent », Ep. Eug., 9, VS, p. 154-155 (traduction modifiée).

26 Peregrinatio sert à traduire en latin le terme de xeniteia (« dépaysement »), qui désigne, dans la littérature monastique « la démarche par laquelle le moine quitte sa patrie pour aller vivre dans un pays où il aura toujours le sentiment d’être étranger » ; voir A. Guillaumont, « Le dépaysement comme forme d’ascèse dans le monachisme ancien », dans EPHE, Ve section, Annuaire 1968-1969, Paris, t. 76, 1969, p. 32, réimpr. dans A. Guillaumont, AUX origines du monachisme ancien. Pour une phénoménologie du monachisme, Bégrolles-en-Mauges, coll. « Spiritualité orientale », no 30, 1979, p. 90.

27 C’est à cette expérience que fait allusion Eugippe dans le premier chapitre : « Ainsi fortifié par de tels exercices, il [Séverin] recherchait par sa conduite irréprochable la récompense de sa vocation surnaturelle (Phil. 3, 14) », VS, 1, 2, p. 173-174, 175-176.

28 Voir n. 26 ; le fait a été souligné par R. Bratoz, « Ostliche und westliche Elemente im Monchsideal Severins », dans 1000 Jahre Ostarrichi – seine christliche Vorgeschichte – Mission und Glaube im Austausch zwischen Orient und Okzident, Innsbruck, coll. « Pro Oriente », no 19, 1997, p. 51, n. 72.

29 Sur le sens du mot peregrinus en latin à partir d’Augustin, voir G. Clark, « Pilgrims and Foreigners : Augustine on Travelling Home », dans L. Elus et F. Kidner, op. cit., p. 149-159, en particulier p. 149 : « Le peregrinus est celui qui se sent étranger dans un pays étranger et qui cherche sa patrie dans les cieux ».

30 Ep. Eug, 9, VS, p. 154-155 ; voir n. 26.

31 Voir VS, p. 23.

32 Voir H. Baldermann, « Die Vita Severini des Eugippius », Wiener Studien, 74, 1961, p. 150-151.

33 US, 4,6, p. 188-189.

34 « [Le toi des Ruges] dans une situation si dangereuse pour lui consultait le bienheureux Séverin comme un oracle céleste », VS, 5, 1, p. 190-191, 192-193 ; « du jour où cet incurable eut recouvré la santé, le peuple ruge tout entier se mit à rendre visite en foule au serviteur de Dieu pour lui témoigner sa reconnaissance et sa déférence et pour lui demander de l’aide en cas de maladie », VS, 6, 4, p. 196-197.

35 « Le serviteur de Dieu, également doué d’une grâce prophétique, déployait une grande activité en vue du rachat des captifs », VS, 9, 1, p. 202-203 (traduction modifiée).

36 « Lorsque les villes du Norique riverain situées sur le cours supérieur du Danube existaient encore et que presque aucun bourg n’était épargné par les incursions des Barbares, la renommée de saint Séverin était si éclatante que les bourgs se disputaient l’honneur de l’inviter, pour qu’il leur serve de rempart ; ils croyaient en effet qu’en sa présence il ne leur arriverait tien de fâcheux [...] Ainsi, le saint homme était venu sur les instances des habitants dans un bourg du nom de Cucullae », VS, 11, 1, 2, p. 208-209. « Il en fut de même près de la ville de Iuvavum », VS, 13, 1, p. 216-217.

37 « Quintanae était le nom d’un municipe de Rhétie seconde situé sur la rive du Danube », VS, 15, 1, p. 220-221 ; « Batava est le nom d’une ville située entre deux rivières, l’Inn et le Danube », VS, 19, 1, p. 230-231.

38 « Les Romains quittèrent alors Lauriacum pour être répartis dans les villes en vertu d’accords pacifiques et vécurent dès lots en bonne intelligence avec les Ruges. Mais le saint lui-même résidait dans son vieux monastère de Favianae et ne cessait de lancer des avertissements ni de prédire l’avenir à la population », VS, 31, 6, p. 262-263.

39 « Après la chute des villes situées en amont du Danube, toute la population s’était donc réfugiée dans la ville de Lauriacum, pour autant qu’elle avait obéi aux instructions de saint Séverin », VS, 28, 1, p. 248-249.

40 « Mais Onoulf, sur les instructions de son frère, donna l’ordre à tous les Romains d’émigrer en Italie », VS, 44, 5, p. 288-289. « C’est ainsi que le corps du saint fut transporté jusque dans le bourg de Monte Feltre [...] », VS, 44, 7, p. 290-291.

41 « Ainsi, ses mérites allaient croissant de jour en jour, tout comme la réputation que lui donnaient ses vertus ; celle-ci en se répandant en tous lieux était le signe évident de la grâce céleste qui l’habitait », VS, 4, 8, p. 188-189.

42 Voir VS, 3, 1, p. 180-181 ; 11, 1, 2, p. 208-209 ; 19, 1, p. 230-231 ; 33, 1, p. 262-263, 264-265.

43 « Lorsque les villes du Norique riverain situées sur le cours supérieur du Danube existaient encore et que presque aucun bourg n’était épargné par les incursions des Barbares, la renommée de saint Séverin était si éclatante que les bourgs se disputaient l’honneur de l’inviter », VS, 11, 1, p. 208-209.

44 « Ainsi le roi des Ruges, Flaccitheus, commença dès le début de son règne à trembler pour son pouvoir, parce que les Goths de Pannonie lui étaient violemment hostiles et qu’il redoutait leur masse », VS, 5, 1, p. 190-191.

45 Cette phase se situe sans doute avant 472, date à laquelle les Ostrogoths quittent la Pannonie.

46 Pour une analyse rapide de ces mouvements de population, voir F. Lotter, « Passau im Zeitalter Severins », Ostbairische Grenzmarken, 24, 1982, p. 3.

47 Nous laissons volontairement de côté l’Évangile de Jean, dont la structure est différente, avec notamment de fréquents voyages de Galilée en Judée et à Jérusalem qui viennent interrompre la succession des « missions » selon un ordre géographique.

48 Le schéma le plus simple est celui de Marc : après le baptême dans le Jourdain, prédication de Jésus en Galilée (1, 14-9, 50) ; passage de Galilée en Judée et en Pérée (parfois qualifié de « montée à Jérusalem », 10, 1-10, 52) ; prédication et mort à Jérusalem (11-16, 6) suivie de l’apparition de l’ange de la résurrection et de l’annonce du regroupement en Galilée (16, 7).

49 Mt. 4, 12-18, 35 ; Mc 1, 14, 9, 49 ; Lc 4, 14-9,50.

50 Lc 9, 51-17, 10.

51 Mt. 19, 1-20, 16 ; Mc 10, 1-10, 31 ; Lc 17, 11-18, 30.

52 Mt. 20, 17-20, 34 ; Mc 10, 32-10, 52 ; Lc 18, 31-19, 27.

53 Mt. 21-27 ; Mc 11-15 ; Lc 19, 28-23.

54 Nous reprenons ici, moyennant quelques modifications, l’analyse de M. Van Uytfanghe, « Éléments évangéliques dans la structure et la composition de la Vie de saint Séverin d’Eugippe », Sacris Erudiri, 21, 1972-1973, p. 153-154.

55 « Celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que moi je fais, et il en fera même de plus grandes, parce que je vais auprès de mon Père. Et tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils » (« [...] qui credit in me, opera, quae facio, et ipse faciet, et majora horum faciet : quia ego ad Patrem vado. Et quodcumque petieritis Patrem in nomine meo, hoc faciam : ut glorificatur Pater in Filio »), Jn 14, 12-13. Ainsi, c’est toute l’action du Christ sur la terre d’Israël qui semble se répéter dans le Norique, estime A. Quacquarelli : « La Vita sancti Severini di Eugippio : etopeia e sentenze », Antichità altoadriatiche, 9, 1976, p. 350. Précisons toutefois que Séverin se présente toujours comme un soldat du Christ (miles Christi, VS, 16, 1 ; 18, 2 ; 42, 1), un ministre du Christ (famulus Christi, VS, 28, 5 ; 30, 5), un envoyé du Christ (legatus Christi, VS, 31, 3), un serviteur du Christ (servus Christi, VS, 16, 3), mais jamais comme un autre Christ : le Christ agit par lui et c’est en cela qu’il peut être qualifié de « continuateur de l’histoire du salut » (A. Quacquarelli, op. cit., p. 351).

56 Sur le sens à donner au terme de frontière sur le Danube, dans le Norique du ve siècle : VS, p. 59-62.

57 VS, 22, 238-239, 240-241.

58 « Comme on ne trouvait [Maurus] nulle part, il traversa lui-même les flots de l’Hister sans perdre un instant et partit à la poursuite des brigands auxquels le peuple donne le nom de scamares. Et ceux-ci, incapables de supporter cette vénérable présence et réduits à la supplication, relâchèrent les prisonniers qu’ils avaient capturés », VS, 11, 2, p. 208-209 (traduction modifiée ; Eugippe emploie ici l’hydronyme grec Hister pour éviter une répétition du latin Danuvius dans le même chapitre).

59 VS, 23, 1, p. 240-241.

60 VS, 8, 2, p. 198-199.

61 VS, 20, 1, p. 234-235.

62 « Eodem tempore mansores oppidi Quintanensis, creberrimis Alamannorum incursionibus iam defessi, sedes proprias relinquentes in Batavis oppidum migraverunt » [« À la même époque les habitants de la ville de Quintanae, déjà épuisés par les incursions incessantes des Alamans, quittèrent leurs foyers pour chercher asile à Batava »], VS, 27, 1, p. 246-247 ; « Igitur post excidium oppidorum in superiore parte Danuvii omnem populum in Lauriacum oppidum transmigrantem » [« Après la chute des villes situées en amont du Danube, toute la population s’était donc réfugiée dans la ville de Lauriacum »], VS, 28, 1, p. 248-249 ; « Nunc ergo, rex optime, consilium meum ne respuas, fidei meae hos committe subiectos, ne tanti exercitus conpulsione vastentus potius quam migrentur. » [« Et maintenant, roi très bon, ne repousse pas mon conseil, confie ces sujets à ma garde, de peur que sous la pression d’une telle armée ils ne soient pillés au lieu d’être transférés d’un lieu à l’autre »], VS, 31, 5, p. 260-261 (traduction modifiée).

63 « [Ipe vero Favianis degens in antiquo suo monasterio] nec admonere populos nec praedicere futura cessabat, asserens universos in Romani soli provinciam absque ullo libenatis migraturos incommodo », VS, 31, 6, p. 262-263 (traduction modifiée, due à Y.-M. Duval, voir n. 65).

64 « Scitote, inquit, fratres, sicut filios Isael constat ereptos esse de terra Aegypti, ita cunctos populos terrae huius oponet ab iniusta barbarorum dominatione liberar i: Etenim omnes cum suis facultatibus de his oppidis emigrantes ad Romanam provinciam absque ulla sui captivitate pervenient […] », VS, 40, 4, p. 274-275 (traduction modifiée, due à Y.-M. Duval, voir n. 65).

65 Duval (Y.-M.), « Traversée du Danube et traversée de la mer Rouge », dans Hommages à Carl Deroux, Bruxelles, coll. « Latomus », no 270, t. 3, 2003, p. 223, à qui nous empruntons cette analyse.

66 « Quo sepulto credentes omni modo seniores nostri, quae de transmigratione praedixerat, sicut et multa alia praeterire non posse locellum ligneum paraverunt, ut, cum praenuntiata populi transmigratio provenisset, praedictoris imperata complerent », VS, 43, 9, p. 286-287 (traduction modifiée, due à Y.-M. Duval, voir n. 65).

67 « Onoulf [...] ordonna à tous les Romains de partir pour l’Italie », VS, 44, 5, p. 288-289 (traduction modifiée).

68 VS, 44, 5 (traduction modifiée, due à Y.-M. Duval, voir n. 65).

69 VS, 44, 7, p. 290-291 (traduction modifiée, due à Y.-M. Duval, voir n. 65).

70 Fontaine (J.), Vie de saint Martin. T. I, Sulpice Sévère, Paris, coll. « Sources chrétiennes », no 133, 1967, introduction, p. 186.

Auteur

IUFM de Champagne-Ardenne.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site