Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

IV – La forme des itinéraires

De la citadelle à la cathédrale

Voyages « français » en Alsace au xviiie siècle

Claude Muller

Texte intégral

  • 1 Laboulais (I.), Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coquebert de Montbret, savant et (...)

1Au moment où s’écrivent ces lignes, le thème du voyage connaît un regain d’intérêt à la suite des travaux d’Isabelle Laboulais1. Une idée importante de sa démarche peut se formuler dans le « savoir voir ». Autrement dit, c’est par ses compétences d’observation qu’un individu (et un historien ?) peut affronter le terrain plus ou moins efficacement. La démarche neuve du « comment l’on voit » ne peut toutefois occulter l’ancienne préoccupation du « ce que l’on voit », laquelle a focalisé pendant des décennies l’attention et l’érudition de nombreux chercheurs. Tentative de réconciliation entre Anciens et Modernes à travers le thème des voyages « français » en Alsace au xviiie siècle, sujet qui, au demeurant, fait voyager hors de la région le chercheur en quête de documentation.

Quinze récits pour un corpus

  • 2 Muller (C.), « De la Lorraine à l’Alsace au xviiie siècle. La route des procureurs du Conseil souve (...)
  • 3 Corvisier (A.), Histoire militaire de la France, Paris, PUF, t. II, 1997. L’éminent historien évoqu (...)

2Province-frontière entrée tardivement dans le giron de la monarchie française par le traité de Westphalie en 1648, l’Alsace apparaît au xviiie siècle comme un Extrême-Orient par son exotisme ou comme une nouvelle Amérique envahie de tous côtés par des aventuriers de tous bords2. Inutile de préciser que la soldatesque3, omniprésente, n’y laisse pas que des monuments militaires. Elle sécrète aussi une documentation abondante, où les voyages et les récits de voyage occupent une part importante.

Le voyage professionnel des militaires

  • 4 La biographie de N. Guillin souffre, à ce jour, de lacunes. Il apparaît comme ingénieur ordinaire, (...)
  • 5 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, section Mémoire et documents, fonds Alsace, (...)

3En 1702, l’ingénieur Guillin4 parcourt la Basse Alsace5, du Rhin à la hauteur de Drusenheim aux Vosges à la hauteur de Marmoutier. Que note-t-il ? « Herrlisheim : lieu situé sur la rivière de la Zorn assez considérable en habitants. L’église et son clocher ne sont point voûtés. Son cimetière est revêtu en partie d’une muraille haute de trois à quatre pieds et espacée d’un demi et l’autre est fermé de planches de sapin. Drusenheim : lieu situé sur le bord du Rhin à l’embouchure de la rivière de la Moder fort petit. L’église fort petite, sa tour non voûtée, le cimetière fermé de planches de sapin... » Guillin égrène ainsi plus de 200 localités. Ce qui l’intéresse, ce sont les murailles, les églises, les cimetières. Plusieurs villes ont droit, dans ce style sec, précis et concis, propre aux militaires, à un furtif commentaire sur le site. Pour les églises, l’ingénieur se borne à noter si elles sont voûtées ou non, ne faisant aucune distinction entre édifice protestant ou catholique. Le cimetière ne l’intéresse que s’il est entouré d’un mur de pierres. Il mesure, il arpente, il note brièvement.

  • 6 Archives du Service historique de la défense à Vincennes [désormais ASHD], 1 M 974. Nous avons publ (...)

4Quelque trente ans plus tard, un autre ingénieur militaire complète ce travail en 17326. Pas d’indication sur son nom. Une seule mention indique qu’il a par couru le pays pendant six ans pour aboutir à un répertoire de 700 localités. Pour Châtenois, il relève : « C’est un gros bourg composé de 268 feux, situé sur la pente d’un petit rideau dans le vignoble, à l’entrée du val de Lièpvre. Il n’est entouré que de palissades et le château est au-devant à deux enceintes qui subsistent encore. Le reste est ruiné. » Indication supplémentaire : le nombre de feux, pour le couchage exceptionnel ou les quartiers d’hiver ?

  • 7 Bibliothèque municipale du Mans, ms. 307, 35 fos. Des remarques de Bonneval aussi dans ASHD, 1 M 1  (...)
  • 8 Né à Perpignan en Roussillon le 16 février 1683, fils d’un commissaire des guerres en Roussillon, p (...)
  • 9 ASHD, 1 M 1 067. Ce mémoire avait fait l’objet d’une publication, mais son découvreur l’avait attri (...)

5Après l’invasion des Pandours en 1744, le chevalier de Bonneval parcourt le pays7, passe d’un point de défense à un autre, évalue le système défensif, n’hésite pas à critiquer, à avancer d’hypothétiques éléments d’une histoire fictive. Le maréchal de camp Baudoin8 effectue, vers 1752, la même inspection dans le cadre de ses fonctions de directeur des fortifications d’Alsace9.

  • 10 Né à Nérac le 26 février 1760, Frédéric Maurice de Gramont, seigneur de Villemontès, épouse à Borde (...)
  • 11 Né à Aix-en-Provence le 18 juin 1756, célibataire, Pierre Antoine Siméon, sieur de Saint-Lary, est (...)
  • 12 Né à Pontarlier le 18 novembre 1733, époux de Jeanne Pierrette, Jean-Claude Éléonor Le Michaud, sei (...)
  • 13 ASHD, 1 M 1070, une vingtaine de rapports, chacun épais d’une trentaine de folios manuscrits. Parti (...)

6Alors que nous approchons de la fin de l’Ancien Régime, un ensemble de descriptions mérite une attention particulière. Le génie envoie, en 1783 et 1784, une batterie de jeunes ingénieurs, la vingtaine d’années, pour parcourir l’Alsace. Bouliguez, Gramont Villemontès10, Coudray, Siméon11 auxquels on peut encore ajouter d’Arçon12 en 1786, s’écartent de la description sèche et austère de 1702 et 1732 pour donner des rapports plus riches en géographie humaine qu’en considérations strictement militaires13.

7Ces cinq descriptions ont comme point commun un voyage professionnel, donnant lieu à une abondance de détails notés. Leurs auteurs se sont limités à l’exercice strict de leur mission. On ne trouvera aucune indication sur les rencontres faites, les aides apportées, l’endroit où ils ont dormi. Par contre, leurs observations permettent de lire l’itinéraire choisi.

Inspection militaire ou tourisme ? Le mélange des genres

8L’Alsace n’est pas seulement parcourue par des ingénieurs, elle l’est aussi par toutes sortes de militaires, en tout cas des nobles s’intéressant au domaine militaire, dont on ne connaît pas toujours la mission exacte. La description professionnelle s’intègre dans un récit de voyage traditionnel, ce qui distingue cette catégorie de la précédente. Cinq récits de ce type ont pour l’instant été publiés : un anonyme visitant Strasbourg en 1721, un autre anonyme parcourant la Basse Alsace en 1753, Masson de Pezay en 1772, Langeron en 1773 et un anonyme en 1782.

  • 14 Muller (C.), « Strasbourg en 1721 vu par un Avignonnais », Annuaire de la société d’histoire du Vie (...)
  • 15 Bibliothèque municipale d’Avignon, ms. 1861, fos 1, 3, 4.
  • 16 Livet (G.), « Impressions de voyage de quelques voyageurs illustres en Alsace (xviie-xviiie siècle) (...)

9Commençons par l’anonyme visitant Strasbourg14 en 1721. Son préambule mérite d’être cité : « Il est très ordinaire de se former une fausse idée des choses que l’on n’a pas vues, surtout à l’égard des villes du royaume dans lesquelles on n’a pas été. Ceux qui tombent le plus souvent dans ce défaut sont les provinciaux qui ne sont jamais sortis de chez eux... Je ne rapporterai que ce que j’ai vu... Je serai très fidèle et très exact15. » Cette profession de foi peut s’appliquer à l’ensemble de ces témoignages : voyager pour apprendre, découvrir, ouvrir ses yeux pour happer la différence, se renseigner pour comprendre ce que l’on voit16. Son auteur énumère les fortifications, les soldats, les monuments, les institutions, les femmes.

  • 17 Bibliothèque municipale de Nancy, ms. 1270 (783), intitulé Observations faites pendant le cours de (...)
  • 18 Reuss (R.), « Le marquis de Pezay. Un touriste parisien en Alsace au xviiie siècle », Revue d’Alsac (...)
  • 19 Né à Melay le 7 septembre 1720, Charles Claude Andrault de Langeron entre au service du roi en 1735 (...)
  • 20 ASHD, 1 M 1 789. Voir N. Muller, Un lieutenant général en voyage : inspection ou instruction ? Le v (...)
  • 21 Heitz (F.-J.), L’Alsace en 1782, Colmar, 1934.

10Le noble anonyme qui parcourt l’Alsace en 1753 propose son récit17 sous la forme de lettres (une vingtaine au total) adressées au même correspondant, hélas tout autant anonyme. Son périple débute à Dijon, passe par Langres, remonte vers la Lorraine, avant de le conduire en Basse Alsace, à Strasbourg. Les mêmes centres d’intérêt apparaissent : fortifications, monuments, institutions. Contrairement aux styles de ces deux narrateurs, sobres et précis, celui de Masson de Pezay18 en 1772 paraît emphatique et redondant. L’auteur reprend les mêmes thèmes, avec un empressement marqué pour le beau sexe. Claude de Langeron19 inspecte les fortifications alsaciennes20, emmène avec lui son fils, déclare nettement au début de son récit : « Je voyage en père, en gouverneur, en maître pour guider les pas de mon fils qui va avoir dix-sept ans. » Outre ses observations professionnelles, il ajoute le détail de ses rencontres, décrit des monuments. Enfin, un anonyme en 1782 parcourt presque toute l’Alsace et, à ce titre, sa description est la plus complète. Comme l’anonyme de 1753, le récit se présente sous la forme de lettres rédigées quasiment de jour en jour21.

  • 22 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris [désormais AMAÉ], section Mémoires et documen (...)

11À ces cinq récits, peut-on ajouter le récit officiel du voyage22 que fait le roi Louis XV en Alsace en octobre 1744 ? Il fait l’objet d’une relation imprimée qui note en priorité les déplacements, les réceptions et les fêtes, l’enthousiasme de la population. Ce texte officiel, visant à glorifier le Bien-Aimé, doit-il être mis de côté ?

La quête des ecclésiastiques

  • 23 Guillaume Tual, prêtre du diocèse de Saint-Brieuc, official en 1705, suffragant en 1715, décédé à S (...)
  • 24 Jean-François Riccius, né à Haselüne le 25 février 1666, appelé à Strasbourg en 1688, assesseur de (...)
  • 25 Archives départementales du Bas-Rhin, G 6 194. Seule relation connue à ce jour des nombreuses visit (...)

12Dans cette catégorie, regroupons trois récits bien différents. Commençons tout d’abord par un voyage professionnel. Du 14 au 20 juin 1706, le vicaire général de l’évêché de Strasbourg, Tual23, Breton d’origine, parcourt les chapitres ruraux de Rhinau et de Marckolsheim, en compagnie de trois autres ecclésiastiques : vingt-sept visites d’églises en six jours, soit quasiment cinq par jour. À chaque fois, le curé est rencontré, l’instituteur évalué, la sage-femme évoquée. Quelques jours plus tard, du 2 au 4 juillet 1706, les mêmes prêtres inspectent douze églises et une chapelle entre Illkirch et Benfeld. L’un d’entre eux, Riccius24, consigne par écrit tout ce qui a été vu et décidé25.

  • 26 Ingold (A. M. P.), « Dom Mabillon en Alsace », Revue catholique d’Alsace, 1901 et 1902.
  • 27 Stoeber (A.), Curiosités de voyages en Alsace, Colmar, 1874, p. 76-98.

13Continuons, après la quête de renseignements et l’inspection, par une quête d’un autre type. Initié par Dom Mabillon, l’ordre de Saint-Benoît se met, au tournant du Grand Siècle, à la recherche de manuscrits anciens pour jalonner historiquement l’histoire du christianisme. Le prieur de Moyenmoutier se rend à Thann le 13 juillet 1695 pour préparer le voyage de Mabillon en Alsace qui a lieu l’année suivante26. Le périple qui nous intéresse est celui de Dom Martène qui, accompagné de Dom Durand, sillonne la province, d’abbaye bénédictine en abbaye bénédictine27. Les deux religieux consultent et compulsent archives et livres pour une nouvelle édition de la Gallia Christiana, dans une tournée alsacienne de 1709.

  • 28 Niderst (A.), « Un document sur les catholiques et les luthériens de Strasbourg au début du xviiie  (...)

14Reste un troisième récit : celui de l’abbé Alexandre Goulley de Boisrobert, bibliothécaire du maréchal d’Estrées. Cet ecclésiastique se trouve à Strasbourg en 1721, quasiment au même moment que l’anonyme militaire déjà mentionné. Les livres constituent son principal centre d’intérêt. Sa curiosité l’amène à rencontrer des interlocuteurs, en partie jésuites, à visiter des monuments, à rendre compte de ce qu’il voit et de ce qu’il perçoit28.

Une fillette dans un mode littéraire ?

  • 29 Bibliothèque Mazarine à Paris, no 1545 (2695) ; copie à la bibliothèque municipale de Colmar, ms. 8 (...)

15Pour l’heure, l’historiographie alsacienne ne connaît qu’un seul récit de voyageuse, une fille de militaire venant rendre visite à ses deux frères aînés, officiers à Strasbourg. Son récit de voyage29 pose problème : Mlle de Mortemart n’a que dix ans au moment de la rédaction de son journal. Or celui-ci fourmille d’un tel luxe de détails qu’il est impossible qu’une fillette de son âge ait pu consigner une telle masse de renseignements. On peut donc raisonnablement avancer comme hypothèse que sa mère ou sa préceptrice ait dicté le texte final.

  • 30 Parmi les voyageuses étrangères parcourant l’Alsace, citons Marie Sophie La Roche née Gutermann (17 (...)

16Ce récit pourrait presque être classé parmi les textes militaires, tant il est vrai qu’il s’apparente à celui de 1753 ou 1773. Il s’en écarte par des détails évoquant les préoccupations d’une fillette : le bal, les promenades, les excursions, les piqueniques. La rareté de ce type de témoignage laisse peut-être entrevoir la nécessité de découvrir d’autres récits de ce genre30.

Itinéraires forcés ou choisis ?

17Ces quinze exemples font apparaître trois types distincts de textes : le voyage professionnel dénué de toute donnée d’ordre privé (Guillin, 1702 ; anonyme, 1732 ; Louis XV et Bonneval, 1744 ; Baudoin, 1752 ; l’enquête de 1783-1784 ; visite pastorale, 1706), le voyage professionnel donnant des précisions d’ordre privé (anonyme, 1721 ; Langeron, 1773 ; Dom Martène et Dom Durand, 1709), le voyage privé pour s’instruire personnellement (Goulley, 1721 ; anonyme, 1753 ; Mortemart, 1769 ; Pezay, 1772 ; anonyme, 1782).

De la route aux relais de poste

18Tous les voyageurs qui circulent en Alsace le font à cheval ou en carrosse. Mais seuls quatre récits le disent explicitement. Voyagent à cheval Langeron en 1753, en carrosse Mlle de Mortemart en 1769, par le relais de poste l’anonyme de 1753 et celui de 1782. Pour les onze autres textes, aucune mention précise, mais des suggestions. Prenons l’exemple des bénédictins en 1709. « Le 2 octobre, nous prîmes le chemin de Bâle en la compagnie d’un curé qui nous conduisit jusqu’à sa paroisse », écrivent-ils, avant de poursuivre : « La ville de Porrentruy n’étant qu’à deux lieues de Lucelle, nous crûmes que nous devions y aller pour saluer le prince-évêque de Bâle... D’Ebersmunster, nous fûmes à Andlau... Nous prîmes la route de Saint-Avold qui est une abbaye de notre ordre dans la Lorraine allemande. Nous ne pûmes y arriver qu’en trois jours de temps, à cause des boues et chemins qui étaient détestables. » En carrosse, plutôt qu’à cheval ?

  • 31 Archives départementales du Haut-Rhin, 1 H 55, 3.
  • 32 Archives municipales de Colmar, JJ Divers 4, f° 379.

19Remarquons toutefois que les ecclésiastiques savent monter. Pour preuve, le cérémonial en usage lors de la prise de possession de l’abbaye bénédictine de Munster pour le nouvel abbé : « La cérémonie commence par une messe solennelle à l’issue de laquelle le nouvel abbé monte à cheval accompagné des commissaires. Viennent ensuite le clergé processionnellement, puis le magistrat. L’abbé va jusqu’à une petite chapelle distante de trois cents pas de la ville. Là, il descend de cheval, y prend les habits pontificaux et revient à la ville à pied31 », dit-on en 1776. Un document antérieur précise même que « l’abbé à cheval [est] en habit court, botté et éperon né32 ».

  • 33 Gigault (L.), op. cit., p. 23.
  • 34 Livet (G.), Histoire des routes et des transports en Europe. Des chemins de Saint-Jacques à l’âge d (...)

20Mlle de Mortemart note dès les premières lignes : « Je suis partie de Paris le 16 mai, après le dîner, ayant passé trois semaines chez Papa et Maman. Je montai dans leur carrosse33 ». Le chevalier anonyme de 1753 utilise une diligence et relève scrupuleusement : « Il y a de Lunéville à Saverne neuf postes et demie, de Saverne à Strasbourg quatre postes... De Saverne à Vildem [une] poste et demie. » On notera que le voyageur relève le mot alsacien de Vildem, qui est celui pour Willgottheim. De même l’anonyme (dijonnais ?) de 1782 utilise la calèche de la poste pour se déplacer. Pour ces deux derniers personnages, leurs itinéraires mettent à jour le réseau routier alsacien34. Quant à Louis XV, il entre à cheval dans Strasbourg en 1744. Mais il est probable que le voyage ait été fait en carrosse.

Les gîtes d’étape : l’auberge ou le château ?

21Les relations n’indiquent que peu l’endroit où le voyageur couche d’une étape à l’autre. Aucun ingénieur militaire ne le stipule. À un moment où les casernes n’existent pas ou peu, on en est donc réduit à des conjectures. Chez l’officier ou le sous-officier ? Chez l’habitant ? Quels sont les critères de logement de Guillin qui parcourt toute une partie de la Basse Alsace et surtout de l’ingénieur qui parcourt, en six ans, la Haute Alsace ? De même le quarteron d’ecclésiastiques en visite pastorale en 1706 n’indique pas s’il dort dans un presbytère ou dans la maison d’un prévôt ou d’un bailli.

22Les « vraies » relations de voyage mentionnent l’auberge (Langeron à Lutterbach en 1773, anonyme de 1782) avec l’énumération des menus et des gens rencontrés ou des hôtes de sang bleu (Mlle de Mortemart en 1769, Langeron à Strasbourg en 1773). Rien ne filtre pour les deux bénédictins en 1709 (quand ils sont à Ebersmunster, ils précisent qu’ils mangent au réfectoire, donc on peut supposer qu’ils dorment à l’abbaye), mais rien n’est dit sur le couchage à Strasbourg pour l’Avignonnais et Goulley en 1721, le chevalier de 1753 ou Masson de Pezay en 1772.

  • 35 Muller (C.), Le siècle des Rohan. Une dynastie de cardinaux en Alsace au xviiie siècle, La Nuée ble (...)
  • 36 Dans la correspondance adressée à du Bourg, gouverneur de l’Alsace, on trouve aussi des exemples de (...)

23Par contre surgit un curieux leitmotiv : la visite du palais épiscopal de Strasbourg et du château épiscopal de Saverne. Énumérons ces bribes. Dom Martène et Dom Durand notent à la mi-octobre 1709 : « De Strasbourg, nous allâmes aux abbayes de Neubourg et de Marmoutier et ensuite à Saverne pour avoir l’honneur d’y présenter nos respects à monseigneur le cardinal [Rome n’avait pourtant pas encore nommé Gaston de Rohan35, seulement désigné par Louis XIV en 1706 ; la relation a-t-elle été mise au propre plus tard ?]. Il nous retint chez lui cinq jours avec une bonté digne d’un prince36. » Si l’Avignonnais de 1721 et Goulley n’évoquent pas le palais épiscopal de Strasbourg – et pour cause : il est reconstruit à partir de 1727 –, le chevalier anonyme qui vient en Alsace en 1753 relève : « Ce qui mérite le plus d’être vu à Saverne, c’est la maison de monsieur le cardinal qui peut aller de pair avec les plus beaux hôtels de Paris. Il y a près de cent domestiques. Tout chez lui annonce l’opulence et la grandeur. Cependant cette maison n’est rien si on la compare à ce qu’elle était du temps du cardinal de Rohan [Gaston, grand-oncle d’Armand, prince-évêque de 1749 à 1756] qui avait tous les jours nombreuse compagnie et souvent deux à trois tables. Après avoir été présenté à monsieur le cardinal de Soubise [Armand de Rohan], il y eut ordre de nous faire voir toute la maison dont nous eûmes bien heu d’être satisfaits. » Le même chevalier visite le palais épiscopal à Strasbourg, et y consacre plusieurs folios.

24Victurnienne de Mortemart n’est pas en reste en 1769 : « Le château de Saverne est très grand... Nous en fîmes le tour en carrosse le 29 juin et allâmes aussi dans le parc, où est une grande faisanderie. Le cardinal [Constantin, troisième des quatre Rohan] nous avait fait voir le matin le grand appartement qui est au premier... Le soir, nous dansâmes des allemandes. Le lendemain, nous fûmes encore nous promener en carrosse et voir les écuries et les basses-cours que le cardinal de Rohan vient de faire bâtir. » Après l’ascension du Haut-Barr le samedi 1er juillet, Victurnienne revient le soir à Strasbourg. Si Masson de Pezay et Langeron ne passent pas par Saverne, l’anonyme de 1782 fait le déplacement et s’attarde longuement sur le bâtiment, auquel il accorde plusieurs folios, sans pourtant indiquer s’il y dîne ou pas. De même lorsqu’il se rend à Strasbourg, il visite le palais épiscopal. Les demeures des Rohan, un lieu de visite incontournable ?

Les centres d’intérêt du voyage : du monument à la rencontre

25Quasiment tous les récits, à l’exception des rapports des ingénieurs, mêlent descriptions de monuments et rencontres avec des personnes. La visite pastorale de 1706 évoque l’état de l’Église et les recommandations aux curés, aux instituteurs, voire aux sages-femmes rencontrés individuellement. Les deux bénédictins de 1709 visitent en priorité les bibliothèques mais citent une ribambelle de personnages entrevus : l’abbé de Moyenmoutier, Dom Brunleger, l’évêque de Bâle, le prince d’Auvergne – « aussitôt que nous sûmes son arrivée, nous fûmes lui présenter nos respects et il nous donna son carrosse pour nous mener où nous avions affaire et il nous servit en tout ce qui dépendait de lui » –, Le Laboureur, un ecclésiastique avocat général au Conseil souverain d’Alsace, Gaston de Rohan.

26L’Avignonnais de 1721 ne décrit que des monuments, certes les remparts, mais surtout la cathédrale. Goulley, par contre, la même année, cite ses correspondants : deux jésuites bibliothécaires, le recteur Laguille. S’il parle d’autres ecclésiastiques, c’est apparemment par ouï-dire. Le chevalier de 1753 rencontre Armand de Rohan. En tout et pour tout ? Du moins est-ce la seule personne qu’il cite, alors qu’il énumère à satiété les monuments : châteaux de Saverne, ponts et portes de Strasbourg, cathédrale, hôtel du préteur, la maison de plaisance du préteur à Illkirch, la Comédie, le grenier, les magasins, la cave de Strasbourg, la faïencerie, le palais épiscopal, etc.

27Victurnienne de Mortemart cite une foule de personnes en commençant par les de Lort qui l’hébergent, puis l’intendant de Blair, l’entrepreneur Gau et surtout des dames entrevues au bal : la princesse de Hesse-Rheinfeld, Mme de Rathsamhausen, la baronne de Vangre, la baronne de Zuckmantel, Mme de Flachslanden, Mme de Lutzelbourg, Mme de La Touche et sa belle-sœur chanoinesse, Mme d’Hauterval, Mme Brunck, sœur du préteur royal d’Autigny, Mme Barbier, femme du commissaire des guerres. Les femmes, l’ornement des cours locales ?

  • 37 Charles de Vogue, né le 13 juillet 1713. Après ses études chez les jésuites au collège Louis-le-Gra (...)
  • 38 Munch (P.-B.), « Antoine Norbert d’Artus, maréchal de camp aux nerfs fragiles », Bulletin de la soc (...)

28Pezay, en 1772, ne relève que ce qu’il voit, sans noter les à-côtés, comme si toutes les réflexions émanaient de sa personne. Langeron décrit des murs, des sites et des situations, n’indique que rarement les gens qu’il rencontre – ainsi Charles de Vogue à Strasbourg37 ou l’ingénieur d’Artus38 à Huningue. Surtout, il quitte son itinéraire professionnel pour une visite privée :

  • 39 Robert de Saint-Germain, né à Lons-le-Saunier, en Franche-Comté, en 1708, entre d’abord chez les jé (...)
  • 40 Un professeur anonyme du Philanthropinium de Basedow, à Dessau, publie Auswahl kleiner Reiseschreib (...)

Je passai à Lutterbach une soirée que j’ai eu bien des regrets de ne pouvoir prolonger. J’ai retrouvé dans le comte de Saint-Germain39 l’esprit, la raison, les talents que toute l’Europe lui connaît et mon cœur a été vivement touché de voir que le temps n’avait point diminué l’amitié qu’il m’a toujours portée depuis 1747. Après avoir rempli de grandes places, il vit sans faste dans une fort petite maison qu’il appelle son ermitage. Sa conversation est simple et gaie quoique toujours instructive. Il cultive son jardin, fait du bien au village dans lequel il est et vit enfin avec sa femme en véritable philosophe qui a trop éprouvé les caprices de la fortune pour avoir conservé de l’ambition, le plus fatal poison de la vieillesse40.

29Quant au Dijonnais de 1782, il décrit aussi consciencieusement les monuments, ne notant qu’avec parcimonie ses contacts, comme d’Arnoult qui le guide dans Strasbourg.

Une vision urbaine et nobiliaire de la province ?

  • 41 C’est aussi le cas des voyageurs étrangers. Le professeur de Dessau s’extasie : « Je ne connais rie (...)

30Quasiment tous les récits évoquent la ville que l’on visite et où l’on loge. Quand la campagne est abordée, elle l’est de manière idyllique41. Reprenons le fil conducteur chronologique. Les quatre ecclésiastiques de 1706, les deux bénédictins de 1709, Goulley de Boisrobert et l’anonyme en 1721 ne s’en préoccupent absolument pas. Mais Guillin, en 1702, se lance dans un dithyrambe qui tranche avec la sécheresse de l’ensemble de son mémoire :

  • 42 AMAE, section Mémoires et documents, fonds Alsace, vol. 13, f° 91.

Il est sûr que cette partie de l’Alsace [le Kochersberg] est la meilleure de toute la province, premièrement par son bon territoire dont partie rapporte deux fois, secondement par sa situation avantageuse pour le débit de ses denrées à cause de la proximité de la grande ville de Strasbourg où tout ce que ce pays produit se consomme ou du moins se vend très bien et troisièmement parce que dans ce canton de pays il se trouve presque tout ce qui est nécessaire pour la subsistance du peuple qui y est, ce qui fait que l’argent demeure entre les habitants. Il y croît du très beau froment, de l’épiotte [épeautre], du seigle et de l’orge, des avoines, du chanvre, du lin, du safran, du pavot, de la navette et du tabac, beaucoup de choux et autres légumes, du vin, du bois pour bâtir et pour chauffer42.

31Le chevalier de 1753 insiste sur Strasbourg. Mais quand il quitte la ville pour Belfort, il remarque : « Jusqu’à Sélestat nous trouvâmes le plus beau pays de l’Alsace. Sur la gauche, ce sont des plaines immenses toutes cultivées d’un bout à l’autre tant en tabac qu’en millet. Les prairies sont sur le bord du Rhin qui est toujours sur la gauche. Sur la droite, se voit pendant huit lieues une plaine d’une lieue de large bornée par un vaste coteau qui est couvert de vignes. » Les mêmes observations sont faites jusqu’après Colmar. Victurnienne de Mortemart consacre quelques lignes seulement à la campagne, quand elle quitte Strasbourg : « À gauche, était la belle plaine de la Haute Alsace, les champs couverts de moissonneurs avec de grands chapeaux de paille et des chariots très légers enlevaient la récolte tandis que des laboureurs recultivaient la terre qui venait d’être découverte pour lui faire produire une nouvelle récolte de légumes ou autres productions. »

32L’hymne à la nature apparaît surtout sous la plume de Masson de Pezay en 1772, sensible aux idées de Rousseau et des physiocrates : « Ce n’est qu’à une culture plus soignée et mieux étendue que j’ai distingué en Alsace les vallées habitées par les anabaptistes... Le beau spectacle que celui d’une plaine immense où partout une fécondité uniforme interdit la jalousie aux propriétaires de plusieurs lieues à la ronde ; où partout les blés centuplent la semence... Au mois de mai, c’est un tapis vert ; trois mois plus tard, c’est un champ d’or sans limites. » La vision nobiliaire apparaît à la tirade suivante, quand Pezay nous montre « les moissonneurs armés de leurs faux et les faneuses agitant des râteaux dans leurs mains... Quel plaisir de voir tout ce joli peuple répandu dans ces campagnes ! Quelle vie dans tout le paysage, quelle joie pure, que ces champs allemands sont français ! »

33Terminons par le témoignage du chevalier de Bouliguez, qui traverse le Sundgau en 1783, donnant une vision de l’Alsace méridionale et rurale : « Les couvertures presque généralement en tuiles, les maisons bien closes et solidement construites, les petits jardins qui sont au-devant remplis de légumes et de fleurs, les vergers bien emplantés qu’on aperçoit derrière, les fontaines publiques sans magnificence mais abondantes et multiples, tout cela annonce sinon la richesse, du moins l’aisance des habitants. »

Culturels et cultuels : les particularismes alsaciens

  • 43 Sur Corberon, voir C. Muller et J.-L. Eichenlaub, Messieurs les magistrats du Conseil souverain d’A (...)
  • 44 Cité par J.-J. Hatt, « Le loyalisme des Alsaciens depuis le traité de Ryswick jusqu’à la Révolution (...)

34La remarque de Pezay constitue évidemment une transition idéale. L’œil de l’observateur étranger saisit immédiatement la différence. Pour tous ces voyageurs, l’Alsace constitue la « France allemande ». Le premier président du Conseil souverain d’Alsace, Nicolas de Corberon43, un Parisien, n’avait-il pas fait part au secrétaire d’État des Affaires étrangères, le 7 juillet 1720, du « sacrifice que fait un homme né dans le cœur du royaume de venir servir le roi en Allemagne et de se priver aussi longtemps de vivre avec ses compatriotes et ses proches44 » ?

À la recherche du modèle français ?

  • 45 AMAÉ, t. 39, fos 159-178 (dans l’année 1727) et t. 40, fos 110-118 (dans l’année 1731). D’autres ra (...)

35Le chevalier de Bonneval parcourant l’Alsace en 1744 pour inspecter les fortifications commence son rapport par un curieux préambule. Après avoir affirmé que « l’Alsace est une province riche et extrêmement peuplée », il s’empresse de souligner « la fidélité et la soumission des Alsaciens », s’inscrivant en faux contre l’affirmation d’un fonctionnaire de l’intendance, qui affirmait, vers 1727 : « Il semble que nous regardions l’Alsace comme un dépôt que nous devrons remettre un jour à l’Allemagne. » Et de pourfendre « la langue, les mœurs, les coutumes allemandes et républicaines de la province45. »

36À la suite du chevalier de Bonneval, les voyageurs français cherchent à retrouver la France en Alsace. Y arrivent-ils ? Le militaire de 1721 note : « L’on sait que Strasbourg est une place du royaume de France des plus fortes tant par son étendue que par la quantité de ses ouvrages... Louis XIV y fit bâtir une citadelle des plus belles et des plus fortes du royaume. » Plus loin, il affirme que « les Allemands [les Alsaciens] sont tous habillés à la française. »

37Tous ceux qui visitent le château et le palais des Rohan, tant à Saverne qu’à Strasbourg, insistent sur l’aspect français de ces deux bâtiments. Pour Masson de Pezay, « au plus beau dimanche de l’année, dans la plus belle des guinguettes de Paris, le peuple a l’air moins paré qu’à Strasbourg. » Mais ces exemples paraissent bien ténus.

L’Alsace, la France allemande

  • 46 Young (A.), Travels during the years 1787, 1788 and 1 789 […] the Kingdom of France, Dublin, t. I, (...)

38« In Savern, I found myself to all appearance veritably in Germany ». La remarque de l’Anglais Arthur Young46 débouchant en Alsace en juillet 1789 est, historiographiquement, célèbre. Elle s’avère parfaitement représentative du sentiment des voyageurs français et de la réalité. Maintes réflexions concordent. Débutons par Dom Martène et Dom Durand : « Comme nous entrions dans un pays où l’on ne parle qu’allemand, [l’abbé de Moyenmoutier] nous donna un religieux qui savait la langue pour nous mener dans toute l’Alsace. » Le militaire de 1721 embraye : « Pour leur langage, il est des plus rudes surtout dans cette province où ce n’est qu’un patois allemand. » Le chevalier de 1753 indique ses étapes avec le nom alsacien qu’il retient, par exemple Stissem pour Stutzheim.

  • 47 Une remarque qui s’applique aussi au culte catholique. Gaston de Rohan écrit ainsi au ministre des (...)

39Ni Victurnienne de Mortemart, ni Claude de Langeron ne s’appesantissent sur la langue. En revanche, le Dijonnais de 1782 assiste à un culte au temple Saint-Matthieu de Colmar : « Je quittai quand le sermon commença, il se fait en allemand47. »

40Notons enfin l’existence de deux théâtres à Strasbourg. Le chevalier de 1753 s’intéresse à la Comédie allemande :

  • 48 Deck (P.), Histoire du théâtre français à Strasbourg (1681-1830), Strasbourg, 1948. L’auteur cite p (...)

Elle a douze à quinze rangs d’amphithéâtre. Ses acteurs parlent tous allemand. Ils ont un air rauque, grossier, point de geste pour ainsi dire, une marche pesante et matérielle, un éclat dans la voix qui assourdit, des pantalonnades grossières et stupides, un jeu de théâtre peu varié, des grimaces sans fin, des bouffonneries déplacées, des coups de bâton, des coups de pieds au cul, voilà à peu près ce que j’y remarquais. Par rapport aux pièces, suivant l’explication qu’on m’en fit, je ne trouvai ni esprit, ni intrigue, ni véritable intérêt. Ce sont des conversations qu’à peine traiterions-nous de farce. La Comédie française48 est composée au mieux et toujours bien remplie. L’officier y abonde, on y voit peu de femmes. Jugez si un pareil spectacle peut être brillant.

41Le jeudi 17 juin 1773, Langeron se rend à la Comédie [française ?]. « La salle est vilaine et les acteurs mauvais », déclare-t-il brutalement.

Parfum d’exotisme ou parfum d’érotisme ?

42La plupart des voyageurs étant des militaires, surgit, à tout propos, la mention des femmes, plus luthériennes que catholiques d’ailleurs. Le militaire de 1721 leur consacre huit paragraphes et autant de dessins. Citons juste ces bribes :

L’on peut dire que les filles sont toutes généralement fort belles. Leur taille est fine et bien prise. Elles sont d’une fraîcheur et d’un embonpoint à faire plaisir, le tout presque toujours naturel et sans fard. Quoique l’habillement d’été ne consiste que dans une chemise bien blanche et un grand tablier de même tout plissé, elles font plaisir à voir... Elles sont d’une garde assez difficile. Non qu’elles s’amourachent, car elles n’ont pas assez bon goût pour cela. Mais comme elles aiment fort la bonne chère et qu’elles sont fort sujettes à leur bouche, pouvant aller au cabaret faire partie de souper ou dîner avec des hommes, sans que personne puisse s’en scandaliser, l’on en vient facilement à bout dans le vice [sic], surtout les officiers français qui sont libéraux et qui aiment à brusquer l’aventure, ce qui est fort du goût des filles de ce pays.

43Le chevalier de 1753 s’intéresse surtout aux jeunes femmes luthériennes : « Une partie de celles qui devaient communier étaient en jupon noir. Leurs corsets sont dans le même goût... Pas une de ces femmes n’est dans son négligé. Elles sont toutes poudrées, nattées et habillées de la dernière propreté ». Pezay surtout, en 1772, fantasme sur ce thème :

Strasbourg possède les plus jolies filles du royaume. Veut-on voir des tailles sveltes, c’est à Strasbourg qu’il faut aller. C’est à Strasbourg qu’il faut être pour voir de jolies jambes de femme. C’est à Strasbourg que tous les pavés des rues sont pressés par des pieds délicats et d’aplomb. Ces jolis pieds ne courent jamais risque de se déboîter dans les échasses dangereuses que nos filles ont adoptées et qui les estropient, en défigurant leur démarche. Ces tailles, rondes et souples, comme les joncs du fleuve qu’elles embellissent sont et demeurent telles, sans l’échafaudage des baleines.

44Ajoutons le témoignage du Dijonnais de 1782 :

Les femmes [à Strasbourg], à l’exception des jeunes filles des négociants et des artisans, sont habillées à l’allemande. Cette manière de se mettre leur va très bien et fait paraître leur taille. Les femmes y sont en général jolies, mais pas aussi belles qu’à Colmar. Elles sont grandes, bien faites, le teint frais. Mais leurs traits sont trop prononcés, le nez grand, la bouche mal [dessinée]. Leur coiffure est serrée avec une natte de cheveux en forme de couronne. La bonne compagnie se met à la française et avec une grande élégance. Elles suivent toutes les modes de Paris.

  • 49 Remarquons qu’à la fin du xviiie siècle, l’abbé François Henri Beck ne trouve pas de mots assez dur (...)
  • 50 Pour l’intendant Jacques de La Grange, en 1697, « le bas-clergé et le commun des curés est plus sav (...)

45Relevons encore un autre thème de notre Dijonnais : « Nous allâmes dîner chez le prince de Lorraine, grand doyen du chapitre des comtes de Strasbourg. C’est bien le plus grand polisson que nous avons vu dans la ville, malgré son âge très avancé. Il a peu ou point d’esprit. Il n’ouvre la bouche que pour dire une polissonnerie grossière49. » Remarquons que ni les bénédictins de 1709, ni l’abbé Goulley en 1721 ne s’intéressent aux dames dans leur propos et que la visite pastorale de 1706 ne pointe pas un clergé indigne50. Tout au plus est-il reproché au curé de Schoenau de prêter de l’argent, à celui de Saasenheim de ne pas faire assez bien le sermon, à ceux de Richtolsheim et de Widensolen de ne pas insister sur le catéchisme, alors que le curé de Mussig reçoit tous les éloges.

L’invraisemblable diversité religieuse

46Ce qui fascine le voyageur – tous les narrateurs sont catholiques – du point de vue religieux, c’est la cathédrale. Tous les mémorialistes, sans exception, la décrivent longuement et minutieusement, insistant sur sa beauté. Mais à peine l’ont-ils visitée qu’ils se précipitent au Temple Neuf ou à l’église Saint-Thomas, les deux cathédrales luthériennes strasbourgeoises. Certes, les notes sont moins longues, mais ces édifices cultuels intriguent. L’assistance au culte suit. Les pasteurs sont décrits et comparés aux curés. Le mausolée du maréchal de Saxe, unanimement cité, permet-il un rapprochement entre les deux cultes chrétiens ?

47L’abbé Goulley s’attarde longuement sur les protestants dans son récit strasbourgeois en 1721. Inutile de préciser que le prêtre catholique dit beaucoup de mal de ses confrères protestants :

Les ministres luthériens sont fort retirés par obligation et on les voit encore plus mal volontiers chez leurs paroissiens que nos prêtres chez certains catholiques. Ils sont assez souvent chargés d’une nombreuse famille. Car ces messieurs provignent merveilleusement et plus ils multiplient, plus ils sont estimés. Ils laissent par là les femmes et les filles de leurs voisins en repos. Si donc ils n’attrapent quelque franche lippée à quelque jour de noces ou de baptême ou d’enterrement, ils courent souvent risque de faire mauvaise chère dans leur particulier. Aussi ai-je ouï dire qu’il ne serait pas mal aisé d’en convertir quelques-uns par la vue d’une vie plus commode et par l’appât du gain... Ils prêchent presque tous fort mal.

48Loin de la charge de Goulley, le militaire de 1721 tente, quant à lui, de saisir les différences :

Le luthéranisme se professe [à Strasbourg] tout autrement que dans l’Allemagne, notamment par le culte extérieur. Les luthériens se contentent de chanter des psaumes, de prêcher, marier, baptiser, faire la cène comme les calvinistes. Ils ont une espèce de confession qui se fait de cette manière. Ils s’assemblent une centaine plus ou moins. Alors le ministre leur dit que les voleurs, les libertins, les impies doivent être marris d’avoir offensé Dieu et il leur fait un discours sur la miséricorde de Notre Sauveur qui est venu au monde pour nous racheter et non pour nous perdre.

49Terminons avec les affirmations du Dijonnais de 1782 :

Les habitants sont très à leur aise, surtout les luthériens qui sont presque tous riches. Partout où il y a des luthériens, on voit une grande aisance : cette différence est sensible dans les lieux moitié catholiques et moitié luthériens. D’où peut venir la richesse et l’activité de ceux-ci habitant le même pays, ayant le même commerce et les mêmes facilités ? Cela ne peut venir, d’après les instructions que j’ai prises vers des personnes instruites, de ce que les luthériens n’ont point de fêtes et en second lieu de la liberté de commerce qui se fait avec les autres luthériens. Les catholiques ne sont point aimés des protestants. On sait que dans l’Allemagne et dans la Suisse il y en a un grand nombre et tous sont commerçants.

50Une manière de dire que l’Alsace est plus rhénane que française ?

51Apparaissent enfin les juifs, de manière surprenante, car loin des clichés habituels. Bonneval, en 1744, ose : « En permettant aux juifs de s’établir à Huningue, ils auraient bientôt bâti le quartier qui leur aurait été assigné », un moyen de sortir Huningue de son état de « délabrement qui demande en réparations des sommes considérables ».

52Relevons surtout deux passages, le premier dans le récit de Victurnienne de Mortemart en 1769, le second dans celui de Claude de Langeron en 1773. Tous deux assistent, invités, à un mariage juif qu’ils décrivent avec moult précisions. Les deux descriptions s’apparentent plus à un degré d’exotisme suprême qu’à une déclaration de répulsion, presque une leçon d’ethnologie. Langeron note ainsi le 23 juin : « J’ai été voir [à Bischheim] la cérémonie de mariage de la fille du juif Cerfbeer avec le fils du juif médecin de l’électeur de Cologne. Le maréchal de Contades et beaucoup de noblesse s’y sont trouvés parce que Cerfbeer est un de nos entrepreneurs et fort bien protégé. La veille du mariage, on coupe les cheveux de la fille. Elle prend le grand bonnet, parce qu’une juive ne peut jamais laisser voir ses cheveux qu’à son mari. » Mlle de Mortemart développe, quant à elle, bien plus, la cérémonie qu’elle voit à Scherwiller.

53Le chevalier de Bouliguez mentionne également les juifs dans le Sundgau en 1783, et note très justement : « Le village de Rixheim est un des plus considérables puisqu’il contient 2 000 habitants dont près de 300 juifs... Les juifs qui habitent ici sont très pauvres. Ils ne se soutiennent que par l’esprit mercantile qui fait le caractère de la nation. » Un trait qui va à l’encontre de l’usure relevée par ailleurs.

54En conclusion, la présentation de ces quinze récits de voyage montre combien ces documents constituent une source fondamentale pour la connaissance historique. Une analyse plus fine permet de saisir la multitude de silences engendrés par de tels témoignages, tout aussi intéressants, somme toute, que l’avalanche de détails notés. Un domaine à creuser.

Notes

1 Laboulais (I.), Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coquebert de Montbret, savant et grand commis d’État (1755-1831), Paris, Honoré Champion, 1999 et Voyage de Paris à Dublin à travers la Normandie et l’Angleterre en 1789, Saint-Étienne, Limonest, 1995.

2 Muller (C.), « De la Lorraine à l’Alsace au xviiie siècle. La route des procureurs du Conseil souverain de Colmar », dans Annales de l’Est, no 1, 2004, p. 189-203 et « Colmar, un eldorado pour les robins lorrains au xviiie siècle », dans Dialogues transvosgiens, no 21, 2006, p. 87-98.

3 Corvisier (A.), Histoire militaire de la France, Paris, PUF, t. II, 1997. L’éminent historien évoque principalement la vie militaire, mais pas la vie des militaires en dehors de leur fonction, ni le thème du voyage militaire.

4 La biographie de N. Guillin souffre, à ce jour, de lacunes. Il apparaît comme ingénieur ordinaire, département de la marine, en 1688. Inspecteur des fortifications de Lourdes en 1691, le voici à Bordeaux en 1698, à Neuf-Brisach en 1702. C’est de là qu’il entreprend son travail de description minutieuse de la Basse Alsace. Par la suite, il participe aux campagnes d’Allemagne de 1702 à 1706, notamment au siège de Landau en 1704. Retiré avant 1713, il meurt vers 1725, touchant sa pension de retraite jusqu’en 1724 ; voir A. Blanchard, Dictionnaire des ingénieurs militaires (1691-1791), Montpellier, 1981, p. 355.

5 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, section Mémoire et documents, fonds Alsace, vol. 13, fos 91-135. Nous avons publié l’ensemble de ses observations dans Annuaire de la société d’histoire du Ried nord, 2005, p. 159-167 ; Études haguenoviennes, 2006, p. 153-156 ; Kocherschbari, no 53, 2006, p. 17-22 ; Pays d’Alsace, no 216, 2006, p. 13-20 et no 218, 2007, p. 17-22.

6 Archives du Service historique de la défense à Vincennes [désormais ASHD], 1 M 974. Nous avons publié les annotations de cet ingénieur dans plusieurs revues d’histoire locale : Annuaire de la société d’histoire de la Hardt et du Ried, t. 17, 2004, p. 71-80 ; Patrimoine Doller, no 16, 2006, p. 22-24 ; Annuaire de la société d’histoire du Val et de la Ville de Munster, t. 60, 2006, p. 63-70 ; Bulletin de la société d’histoire du canton de Lapoutroie-Val d’Orbey, no 25, 2006, p. 16-18.

7 Bibliothèque municipale du Mans, ms. 307, 35 fos. Des remarques de Bonneval aussi dans ASHD, 1 M 1 067.

8 Né à Perpignan en Roussillon le 16 février 1683, fils d’un commissaire des guerres en Roussillon, puis en Alsace, Charles Denis Baudouin est capitaine au régiment de Toulouse infanterie en 1711. Il participe aux campagnes d’Allemagne (sièges de Landau et de Fribourg en 1713) jusqu’à la paix, puis se trouve à Huningue en 1714. Il effectue la campagne d’Espagne en 1719, participe aux sièges de Fontarabie et Saint-Sébastien. Après les campagnes d’Allemagne de 1733 à 1735, il est à Landau en 1737. Il devient directeur des fortifications d’Alsace en 1742, à la mort de Clari de Perdiguier, puis participe à la campagne d’Allemagne, en 1743-1744. Lieutenant-colonel, colonel et brigadier d’infanterie en 1745, il devient maréchal de camp le 10 mai 1748. Il meurt à Strasbourg le 21 septembre 1757, en activité, âgé de 74 ans. Son épouse, Anne Marie Gaillard, née à Sarrebourg le 20 mai 1712, meurt à Strasbourg le 29 août 1781 ; voir A. Blanchard, Dictionnaire…, op. cit., p. 42.

9 ASHD, 1 M 1 067. Ce mémoire avait fait l’objet d’une publication, mais son découvreur l’avait attribuée à tort à un autre militaire, Sylvain Meinrad Xavier de Golbéry : « Les forteresses, lignes de défense et cours d’eau de l’Alsace au xviiie siècle », Revue d’Alsace, 1914, p. 10-25,98-118, 270-287.

10 Né à Nérac le 26 février 1760, Frédéric Maurice de Gramont, seigneur de Villemontès, épouse à Bordeaux le 19 août 1788 Élisabeth de Baurie. Il est d’abord élève sous-lieutenant à l’école de Mézières en 1780-1781, puis ingénieur ordinaire et aspirant lieutenant, à 22 ans, en 1782, affecté à Besançon. Lieutenant en premier en 1785, capitaine en 1791, il est tué à la bataille du Boulou le 18 novembre 1794 ; voir A. Blanchard, Dictionnaire…, op. cit., p. 345. Son rapport est reproduit dans Annuaire de la société d’histoire de Molsheim, 2006, p. 117-119.

11 Né à Aix-en-Provence le 18 juin 1756, célibataire, Pierre Antoine Siméon, sieur de Saint-Lary, est ingénieur ordinaire et lieutenant réformé en 1776, affecté à Gex. À Besançon en 1783, il devient capitaine du génie en 1788 et meurt en activité à Avignon le 30 septembre 1790 ; voir A. Blanchard, Dictionnaire..., op. cit., p. 696. Son rapport est publié dans L’Essor, no 208, 2005, p. 2-5.

12 Né à Pontarlier le 18 novembre 1733, époux de Jeanne Pierrette, Jean-Claude Éléonor Le Michaud, seigneur d’Arçon, est ingénieur ordinaire et lieutenant réformé en 1775, affecté à Besançon. À Dunkerque en 1759, il fait les campagnes en Westphalie et sur le Rhin en 1760-1762. Capitaine réformé en 1763, il passe la plupart de son temps en Franche-Comté. Ingénieur en chef en 1776, chevalier de Saint-Louis et major à Gex en 1779, il devient colonel à Besançon en 1782, chef de brigade à Landau en 1785 (à ce titre il rédige le rapport consacré à l’Outre-Forêt), maréchal de camp et directeur des fortifications de Franche-Comté le 1er avril 1791, inspecteur général des fortifications en 1793. Retiré, il meurt à Auteuil le 1er juillet 1800 ; voir A. Blanchard, Dictionnaire..., op. cit., p. 464.

13 ASHD, 1 M 1070, une vingtaine de rapports, chacun épais d’une trentaine de folios manuscrits. Partiellement reproduits dans Annuaire de la société d’histoire du Sundgau, 2006-2007, p. 141-154 ; Annuaire de la société d’histoire du Val de Lièpvre, t. 28, 2006, p. 21-25 ; Patrimoine Doller, no 16, 2006, p. 25-26.

14 Muller (C.), « Strasbourg en 1721 vu par un Avignonnais », Annuaire de la société d’histoire du Vieux Strasbourg, t. 31, 2004-2005, p. 71-85.

15 Bibliothèque municipale d’Avignon, ms. 1861, fos 1, 3, 4.

16 Livet (G.), « Impressions de voyage de quelques voyageurs illustres en Alsace (xviie-xviiie siècle) », Saisons d’Alsace, no 85, 1984-1985, p. 146-170.

17 Bibliothèque municipale de Nancy, ms. 1270 (783), intitulé Observations faites pendant le cours de mon voyage de Langres, Saverne, Strasbourg, surtout fos 22-36 et 51-52.

18 Reuss (R.), « Le marquis de Pezay. Un touriste parisien en Alsace au xviiie siècle », Revue d’Alsace, 1876, p. 28-61 et 179-195.

19 Né à Melay le 7 septembre 1720, Charles Claude Andrault de Langeron entre au service du roi en 1735 comme aide de camp de son père. La même année, il devient cornette au Régiment Dauphin cavalerie. Il obtient une compagnie, en tant que capitaine, dans le régiment de cavalerie de Saint-Simon le 28 avril 1741. Il passe avec ce régiment en Bavière au mois de mars 1742 et sert successivement sous les ordres du duc Anne Pierre de Harcourt (1731-1783) et du comte Maurice de Saxe (1696-1750). Il sert en 1744 dans l’armée du Rhin, où il se trouve à la reprise de Wissembourg. Il passe en Bavière en septembre 1744 sous les ordres du comte Henri François de Ségur (1689-1751). Il s’unit à Versailles le 15 janvier 1754 à Louise Perrinet de Pezeau. Le roi lui accorde la charge de gouverneur de Briançon en 1754. Maréchal de camp en 1758, il sert en Allemagne en 1761 et 1762 et effectue deux voyages sur les frontières septentrionales et orientales de la France en 1773 et 1774. En 1776, il devient commandant en second de la province de Bretagne. Il est nommé commandeur de Saint-Louis en 1779 et chevalier du Saint-Esprit en 1784. Il meurt le 12 septembre 1792.

20 ASHD, 1 M 1 789. Voir N. Muller, Un lieutenant général en voyage : inspection ou instruction ? Le voyage de Charles Claude Andrault de Langeron en Alsace et en Franche-Comté en 1773, mémoire de master, Marne-la-Vallée, 2006.

21 Heitz (F.-J.), L’Alsace en 1782, Colmar, 1934.

22 Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris [désormais AMAÉ], section Mémoires et documents, fonds Alsace, vol. 43, fos 284-300.

23 Guillaume Tual, prêtre du diocèse de Saint-Brieuc, official en 1705, suffragant en 1715, décédé à Strasbourg le 25 février 1716 ; voir L. Kammerer, Répertoire du clergé d’Alsace sous l’Ancien Régime (1648-1792), Strasbourg, 1983, p. 336.

24 Jean-François Riccius, né à Haselüne le 25 février 1666, appelé à Strasbourg en 1688, assesseur de l’officialité en 1705, vicaire général et official en 1739, suffragant en 1739, décédé à Strasbourg le 12 mai 1756 ; voir L. Kammerer, Répertoire…, op. cit., p. 266.

25 Archives départementales du Bas-Rhin, G 6 194. Seule relation connue à ce jour des nombreuses visites pastorales du xviiie siècle, publiée dans Annuaire de la société d’histoire de la Hardt et du Ried, t. 18, 2005-2006, p. 57-67 et dans Annuaire de la société d’histoire des quatre cantons, t. 24, 2006, p. 41-46.

26 Ingold (A. M. P.), « Dom Mabillon en Alsace », Revue catholique d’Alsace, 1901 et 1902.

27 Stoeber (A.), Curiosités de voyages en Alsace, Colmar, 1874, p. 76-98.

28 Niderst (A.), « Un document sur les catholiques et les luthériens de Strasbourg au début du xviiie siècle : le miscellanea de Goulley de Boisrobert », dans Archives de l’Église d’Alsace, t. 41, 1982, p. 291-300.

29 Bibliothèque Mazarine à Paris, no 1545 (2695) ; copie à la bibliothèque municipale de Colmar, ms. 804 de la main de Pierre Schmitt. L’auteur l’avait utilisé pour une infime partie dans « Une ascension du Haut-Koenigsbourg en 1769 (par Mlle de Mortemart) », dans Les Vosges et le Club Vosgien, Strasbourg, 1972, p. 207-208. Le hasard de la recherche a fait que trois auteurs se sont simultanément intéressés à ce texte ; voir C. Muller, « Strasbourg en 1769 vu par Mlle de Mortemart », Annuaire de la société des Amis du Vieux Strasbourg, t. 29, 2002, p. 121-123 et « L’excursion de Mlle de Mortemart à Saverne en 1769 », Pays d’Alsace, no 204, 2003, p. 15 ; Voss (J.), « Strasbourg et ses environs en 1769, vus par Victurnienne de Mortemart, une jeune noble parisienne », dans Terres d’Alsace, chemins de l’Europe. Mélanges offerts à Bernard Vogler, Strasbourg, 2003, p. 525-540 avec en notes les références aux voyageurs allemands passant par la métropole rhénane. Edition intégrale du texte par L. Gigault, Mademoiselle de Mortemart. Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769, La Nuée bleue, 2006.

30 Parmi les voyageuses étrangères parcourant l’Alsace, citons Marie Sophie La Roche née Gutermann (1731-1807), qui publie Aus dem Tagenbuch einer Reise durch die Schweiz, Altenburg, 1787, et dont le récit a été traduit par A. Stoeber, « Deux voyages dans une partie de la Haute Alsace (1779 et 1784) », Bulletin du musée historique de Mulhouse, 1880, p. 34-42. Venant de Suisse, Mme La Roche décrit surtout Mulhouse, alliée aux cantons helvètes : « Vers le soir, j’ai vu arriver une masse de gens, marchant par troupes et d’un pas accéléré. C’étaient des ouvriers sortant des fabriques de laine et d’indiennes qui rentraient par milliers, tandis que d’autres milliers regagnaient leurs gîtes au dehors. Tout cela me fit aimer ces bonnes maisons d’industriels. Il est beau de fournir de quoi vivre à quatre mille personnes. La ville de Mulhouse est entourée de jolis jardins, de champs fertiles et d’un grand nombre d’arbres fruitiers. Mais du côté de la France s’étendent de grandes forêts mal entretenues et de vastes terrains incultes qui, si on les rendait labourables, fourniraient de quoi entretenir plusieurs villages. » Au xviiie siècle, le voyage commence à être conciliable avec le rôle social de la femme ; voir A. Pelz, « Ob und wie Frauenzimmer reisen sollen : Die reisenden Frauenzimmer als eine Entdeckung des 18. Jahrhunderts », dans W. Griep, Sehen und Beschreiben. Europaïsche Reisen im 18. Und frühen 19. Jahrhundert, Heide, 1991, p. 125-131 ; Hollander (S.), « Reisen-die Weibliche Dimension », dans M. Maurer, Neue Impulse der Reiseforschung, Berlin, 1999, p. 189-207. Une bibliographie sur les femmes de langue allemande en voyage par W. Griep et A. Pelz, Frauenreisen. Ein bibliographisches Verzeichnis deutschprachiger Frauenreisen (1700-1810), Eutin, 1995. Une bibliographie analogue sur les Françaises en voyage manque encore.

31 Archives départementales du Haut-Rhin, 1 H 55, 3.

32 Archives municipales de Colmar, JJ Divers 4, f° 379.

33 Gigault (L.), op. cit., p. 23.

34 Livet (G.), Histoire des routes et des transports en Europe. Des chemins de Saint-Jacques à l’âge d’or des diligences, Presses universitaires de Strasbourg, 2003.

35 Muller (C.), Le siècle des Rohan. Une dynastie de cardinaux en Alsace au xviiie siècle, La Nuée bleue, 2006.

36 Dans la correspondance adressée à du Bourg, gouverneur de l’Alsace, on trouve aussi des exemples de la fastueuse hospitalité de Gaston de Rohan, pendant la guerre de Succession d’Espagne : « Les ennemis ont pris le parti de se retirer après la prise de Mons. Je compte aller jeudi à Saverne coucher avant Sarrebourg. J’espère vous dire adieu et à l’intendant chez l’évêque de Strasbourg », écrit d’Harcourt depuis Wissembourg le 2 novembre 1709 (bibliothèque de l’Arsenal à Paris, ms. 6618, f°  157) ; « Mgr de Strasbourg nous a donné tout ce qui est nécessaire pour la continuation de notre voyage », ajoute le maréchal de Besons depuis Saverne le 21 novembre 1710 (bibliothèque de l’Arsenal à Paris, ms. 6617, f° 134). Citons enfin ce témoignage de Gaston de Rohan lui-même, du 14 août 1743 : « Je suis ici à Saverne depuis plus d’un mois, entouré matin et soit à dîner et à souper de plus de cent personnes », AMAÉ, série Mémoires et documents, fonds Alsace, t. 43, f° 188.

37 Charles de Vogue, né le 13 juillet 1713. Après ses études chez les jésuites au collège Louis-le-Grand à Paris, il commence sa carrière de militaire et épouse à Valence, le 19 février 1732, Madeleine Truchet. Il quitte son château de Voguë pour s’installer à Aubenas. Il sert dans l’armée pendant la guerre de Succession d’Autriche (1741-1748) et celle de Sept Ans (1756-1763). Le 1er janvier 1764, il est nommé par Choiseul lieutenant général à Strasbourg, avec le pouvoir de remplacer le maréchal de Contades, commandant militaire de la province d’Alsace. Mlle de Mortemart le rencontre en 1769, le comte Claude de Langeron en 1773. Voguë est encore présent à la réception solennelle de Marie-Antoinette à Strasbourg en mai 1770 et à l’office solennel de la cathédrale pour célébrer la mort de Louis XV le 27 juin 1774 (Archives départementales du Bas-Rhin, G 3 507). Le 1er juin 1776, il est nommé commandant de la première division d’Alsace. En avril 1777, il accueille l’empereur Joseph II qui voyage incognito sous le pseudonyme de comte Falkenstein. Nommé commandant en chef de la Provence le 31 octobre 1777, il meurt à Aubenas le 15 septembre 1782, à la veille d’être promu maréchal de France ; voir M. de Voguë, Une famille vivaraise, 1906, p. 170-515.

38 Munch (P.-B.), « Antoine Norbert d’Artus, maréchal de camp aux nerfs fragiles », Bulletin de la société d’histoire de Huningue, no 38, 1993, p. 95-98.

39 Robert de Saint-Germain, né à Lons-le-Saunier, en Franche-Comté, en 1708, entre d’abord chez les jésuites qu’il quitte pour prendre les armes. Après un duel, il passe en Allemagne où il prend du service chez l’électeur de Bavière qui devient empereur sous le nom de Charles V. Il reste jusqu’en 1745. Le maréchal de Saxe le fait entrer au service de la France comme maréchal de camp avec un régiment étranger. Il se distingue à la guerre en 1756 et 1757, puis sert au Danemark. En 1772, il s’établit à Hambourg, perd sa fortune, revient en France où il s’établit à Lutterbach. Peu de temps après l’avènement de Louis XV à la couronne, en 1774, il est nommé ministre de la Guerre. Il meurt le 15 janvier 1778.

40 Un professeur anonyme du Philanthropinium de Basedow, à Dessau, publie Auswahl kleiner Reiseschreibungen und anderer statistischer Nachrichten, Leipzig, 1790, la relation d’un voyage effectué en 1779. Il écrit : « Je fis une promenade à cheval à Lutterbach, où nous visitâmes la maison et le jardin que de Saint-Germain avait cultivé de sa propre main pendant son exil volontaire », cité par A. Stoeber, « Deux voyages... », art. cité, p. 33.

41 C’est aussi le cas des voyageurs étrangers. Le professeur de Dessau s’extasie : « Je ne connais rien de plus agréable qu’une promenade de Sélestat à Colmar. On traverse une campagne admirablement cultivée. À votre droite s’étend la chaîne des Vosges avec les riches vignobles qui se trouvent à ses pieds. À gauche d’immenses forêts se projettent jusque vers les bords du Rhin. Depuis Colmar, je suivis la route des coteaux plantés de vignes dont l’aspect est surtout ravissant près de Rouffach. » Marie Sophie La Roche corrobore : « De Colmar la vue s’étend par-dessus de beaux champs cultivés et des vignes bien tenues jusque vers les Vosges », cité par A. Stoeber, « Deux voyages... », art. cité, p. 31 et 41.

42 AMAE, section Mémoires et documents, fonds Alsace, vol. 13, f° 91.

43 Sur Corberon, voir C. Muller et J.-L. Eichenlaub, Messieurs les magistrats du Conseil souverain d’Alsace et leurs familles au xviiie siècle, Riquewihr, 1998, p. 54-57.

44 Cité par J.-J. Hatt, « Le loyalisme des Alsaciens depuis le traité de Ryswick jusqu’à la Révolution », dans Revue historique, t. 165, 1930, p. 90.

45 AMAÉ, t. 39, fos 159-178 (dans l’année 1727) et t. 40, fos 110-118 (dans l’année 1731). D’autres rapports de l’intendance nous sont connus ; voir C. Pfister, « Extraits d’un mémoire (de Péloux) sur l’Alsace de l’année 1735 », Revue historique, septembre-octobre 1916, p. 54-88.

46 Young (A.), Travels during the years 1787, 1788 and 1 789 […] the Kingdom of France, Dublin, t. I, 1793, p. 292.

47 Une remarque qui s’applique aussi au culte catholique. Gaston de Rohan écrit ainsi au ministre des Affaires étrangères le 14 novembre 1731 : « Il est étonnant que l’usage de la langue allemande se soit si fortement conservé et l’usage de la langue française si peu introduit. C’est en allemand qu’on prêche, qu’on catéchise, qu’on confesse », AMAÉ, t. 40, f° 160. Un propos confirmé par Jacques Roesch, provincial des récollets d’Alsace, qui, à peine élu, écrit au ministre provincial à Rome, le 10 juillet 1757 : « J’ai répondu en latin, parce que cette langue m’est plus familière et parce que je ne connais pas bien l’orthographe en français, bien que je comprenne et parle cette langue », Archivio Segreto Vaticano, Ordini Religiosi, Francescani, 7, fasc. 5, Epistolae Provincial Alsatiae, f° 136.

48 Deck (P.), Histoire du théâtre français à Strasbourg (1681-1830), Strasbourg, 1948. L’auteur cite plusieurs voyageurs allemands ayant assisté aux représentations.

49 Remarquons qu’à la fin du xviiie siècle, l’abbé François Henri Beck ne trouve pas de mots assez durs pour qualifier le comportement des chanoines : « À la campagne à quatre lieues d’ici d’où ils viennent le dimanche à la grand’messe, tel est l’usage de ces Messieurs. Avec cela, il y en a qui passent pour des demi-saints, parce qu’ils n’ont point de maîtresses, qu’ils ne se saoulent pas et qu’ils disent quelquefois la messe », cité par J. Gass, « Un jugement inédit sur le Grand Chapitre de Strasbourg en 1788 », Cahiers alsaciens d’art, d’archéologie et d’histoire, 1922-1926, p. 169-172.

50 Pour l’intendant Jacques de La Grange, en 1697, « le bas-clergé et le commun des curés est plus savant et mieux instruit dans les principes de leur théologie et de la religion que les curés du royaume. Le clergé est plus respecté en Allemagne [en Alsace] qu’il ne l’est en France » ; voir R. Oberlé, L’Alsace en 1700, Alsatia, 1975. Une étude approfondie fait apparaître le souci des évêques de diriger un clergé digne ; voir C. Muller, « Clergé rural ou clergé de rustres ? Le sacerdoce en Sundgau au xviiie siècle », Annuaire de la société d’histoire du Sundgau, 2005, p. 201-218. On pourra comparer ce texte avec les remarques pertinentes d’Isabelle Wilt dans « Les représentations de l’Alsace dans les récits de voyage français du xviiie siècle », Chantiers historiques en Alsace, no 5, 2002, p. 45-56. Il s’agit du résumé d’un mémoire de maîtrise publié sous la direction d’Isabelle Laboulais.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540