Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

IV – La forme des itinéraires

Un site archéologique d’Anatolie méridionale ayant échappé aux voyageurs jusqu’en 1965 : Meydancıkkale

Françoise Laroche-Traunecker

Texte intégral

1Ce colloque sur le voyage est l’occasion de présenter à la fois la découverte, en plein xxe siècle, d’un site archéologique totalement inconnu d’Anatolie méridionale et l’étude des itinéraires des nombreux voyageurs qui sont passés dans les environs du site sans le voir. L’exposé se divise par conséquent en deux parties : la première est consacrée au site de Meydancıkkale, avec des témoignages personnels sur les circonstances de sa découverte et les principaux résultats des fouilles qui ont été menées par la suite du xviiie au xxe siècle, pourquoi leurs itinéraires ont systématiquement évité le site.

La découverte du site, dans les années 1960

  • 1 Les recherches effectuées sur le site ont été publiées en plusieurs volumes aux éditions Recherche (...)
  • 2 Laroche (E.), « La naissance de la mission de Gülnar », dans A. Davesne et F. Laroche Traunecker(...)

2La découverte du site est évoquée par mon père, Emmanuel Laroche, dans le premier chapitre du volume Gülnar I de la publication des travaux menés sous sa direction1. Il écrit : « La découverte de Gülnar et le choix de Meydancıkkale comme terrain de fouilles n’ont pas été, à la différence de plusieurs autres lieux en Anatolie, [...] la conclusion heureuse d’une enquête méthodique [...] permettant de retrouver, après plusieurs siècles, un site perdu et oublié pur produit du hasard2 ».

  • 3 Ciplak (M. N.), Içel Tarihi, Tarihi-Turistik Zenginlikleriyle, Ankara, 1968.
  • 4 Altay (A.), Adim adim Çukurova, Adana, 1965.
  • 5 Par ailleurs, à la même époque, le site apparaît pour la première fois sur une carte, signée Nazin (...)

3L’histoire se passe en 1969. Projetant de parcourir la Cilicie à la recherche de sites antiques, mes parents ont effectué une visite préliminaire de courtoisie auprès des autorités locales, à Mersin, préfecture du département. On leur a offert un ouvrage récent3 sur l’histoire et les richesses touristiques du vilayet d’Içel (nom du département) contenant des données sur diverses ressources de la région, ses traditions et ses ruines antiques. Ils y ont découvert la description d’un site ignoré par tous les guides touristiques, à quelques kilomètres de Gülnar, petite sous-préfecture dans la région montagneuse de Cilicie Trachée (Figure 1). Le texte était extrait d’un guide publié en 19654 par Hadi Altay, conservateur du musée d’Adana et probablement le véritable inventeur du site5. Il y était notamment décrit un relief représentant cinq personnages de style « hittite » ou « assyrien » (Figure 2b), qui excita l’intérêt de mes parents.

4Ils ont aussitôt pris, avec leur voiture, une des routes non asphaltées à cette époque menant à Gülnar. Là, on leur a affirmé que le chemin vers le site, d’une dizaine de kilomètres, passant dans le lit d’une rivière et sur des rochers non aplanis, n’était praticable qu’avec un véhicule tout-terrain. En ayant loué un sur place, ils ont pu découvrir le site.

5Le caractère défensif de cet éperon barré, naturellement protégé par une falaise abrupte, frappe dès l’abord (Figure 2a). Les fortifications de la partie la plus vulnérable, l’entrée au nord, impressionnent par la taille des mégalithes qui la défendent : 4,45 m de long sur 2,55 m de haut et 1 m d’épaisseur. L’un des montants de pierre qui encadrent la porte mesure 5,25 m de haut. Après examen, les personnages représentés en relief sur de grands blocs épars se sont révélés d’époque perse achéménide et non hittite (Figure 2b). D’autres vestiges étaient visibles aux alentours : un édifice de style classique, orné de moulures à la base des murs, un escalier à larges degrés taillés dans le rocher, une fosse profonde, une citerne à colonnes, plusieurs tombes à caveaux.

  • 6 Traunecker (C.), Laroche-Traunecker (F.) et Hermary (A.), « Le tombeau aux statues », dans Gülnar I (...)
  • 7 Laroche (E.) et Davesne (A.), « Les fouilles de Meydandjik près de Gülnar (Turquie) et le trésor mo (...)

6Le site paraissant particulièrement prometteur, une demande d’autorisation de fouille fut déposée et les travaux commencèrent dès 1971. Parmi les découvertes, citons les statues apparues lors du dégagement d’une des tombes, qui sont les plus anciennes cariatides connues6, et un trésor de 5 215 monnaies d’argent d’époque hellénistique7, trouvé dans les fondations du bâtiment à décors moulurés.

  • 8 Davesne (A.), Lemaire (A.) et Lozachmeur (H.), « Le site archéologique de Meydancikkale (Turquie) : (...)
  • 9 Ibid., p. 321.

7À l’entrée du site et sur une paroi d’une tombe, deux inscriptions araméennes ont permis d’identifier le nom du site, Kirshu, et de lui faire reprendre sa place dans l’histoire8. En effet, ce nom est mentionné dans une chronique décrivant une campagne militaire (557-556 av. J.-C.) du roi babylonien Nériglissar contre le roi louvite de Pirindu : il le poursuivit « à travers de difficiles montagnes, où les hommes doivent marcher en file indienne » jusqu’à sa capitale Ura, qu’il pilla, puis « à travers des montagnes élevées » jusqu’à Kirshu, « ville-forte, sa ville royale. Il mit le feu à sa muraille, à son palais et à ses gens9 ».

8Le texte nous apprend que cette ville, plus tard reconstruite et embellie aux époques perse et hellénistique, était déjà fortifiée et difficile d’accès avant sa première destruction. Nous allons voir que ses ruines sont restées à l’écart des voies de passage pendant des siècles et essayer de comprendre pourquoi.

La Cilicie Trachée et les itinéraires des voyageurs du xviiie au xxe siècle

  • 10 Nous avons repris ses notes de lecture, recensé un certain nombre de récits de voyage et de cartes, (...)

9Étonné qu’un site aussi remarquable soit passé inaperçu si longtemps, mon père s’était plongé dans la lecture des très nombreux récits de voyage publiés10, disponibles à la bibliothèque de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul. Il n’avait trouvé qu’une mention d’un site archéologique dans la région, mais plus à l’ouest, et un seul itinéraire passant par l’agglomération la plus proche, factuelle ville de Gülnar (Figure 1), appelée alors Inebazar ou Anabazar (Gülnar désignait à la fois une région au nord-ouest et la rivière se jetant dans la mer au sud, à Gilindere). Pourquoi cette partie de la Cilicie Trachée a-t-elle été ainsi délaissée ?

Fig. 1 : Carte de Cilicie Trachée avec les itinéraires des voyageurs.

Fig. 2 : Le site de Meydancıkkale : a. Vue d’ensemble prise du nord ; b. Les reliefs perses ; c. Les gorges au sud du site.

10La raison principale est liée à la géographie du pays. Le plateau anatolien, dont l’altitude moyenne est de 1 000 m, est bordé au sud par la chaîne du Taurus, dont les sommets culminent à plus de 3 500 m d’altitude. Pour traverser le pays du nord-ouest au sud-est, il existe deux passages naturels : les Portes Ciliciennes, permettant de gagner la Cilicie Plane, à l’est, et la vallée du Göksu, l’antique Calycadnos, qui traverse la Cilicie Trachée. Ces deux grands axes de circulation sont attestés depuis la plus haute Antiquité. C’est dans le Calycadnos, lors de la troisième croisade, que l’empereur Frédéric Barberousse s’est noyé (le 10 juin 1190), non loin de Séleucie, l’actuelle ville de Silifke.

11Certains voyageurs arrivant du sud par la mer, venant de l’île de Chypre et débarquant à Gilindere, ont préféré, pour remonter vers le nord, faire un détour vers l’est par la côte et la vallée du Calycadnos, plutôt que de traverser les montagnes.

12Pour les voyageurs parcourant le pays d’ouest en est, il était également beaucoup plus aisé de longer la mer que de passer par les montagnes. Des voyageurs illustres ont choisi l’itinéraire côtier : Robert de Vaugondy (carte de 1756), Sonnini de Manoncourt (1801), Francis Beaufort (1811), le comte de Pourtalès (1843), Victor Langlois (carte de 1861). Aussi les cartes sont-elles très détaillées et les agglomérations nombreuses le long de la côte, tandis que certaines zones montagneuses paraissent désertes.

  • 11 Par exemple : Findlay (A.), Asia Minor, Londres, T. Tegg. Cheapside, 1848.
  • 12 Grosvenor (G.), Bible Lands and the Cradle of Western Civilization, Washington, NGS, 1946 ; Calder (...)

13C’est peut-être une autre raison pour laquelle ces régions ont été peu explorées. Les voyageurs qui n’étaient pas simplement forcés de traverser le pays, mais qui voulaient le visiter, préparaient leurs périples par des lectures et consultaient les cartes de leur époque. Celles-ci étaient documentées par des récits de voyage et des sources anciennes, comme la carte de Ptolémée (iie siècle), et souvent seuls les noms des cités antiques y étaient reportés11. Or, si l’on examine des cartes historiques pourtant beaucoup plus récentes que celles dont ils disposaient12, on s’aperçoit que la région qui nous intéresse est totalement vide : elle ne présentait donc aucun attrait pour les amateurs d’antiquités.

14Les descriptions des géographes ne sont pas plus attirantes. En voici pour preuve des extraits d’une édition du début du xxe siècle :

  • 13 Blanchard (R.), « Asie occidentale », dans P. Vidal de la Blache et L. Gallois (dit.), Géographie u (...)

Moins élevé [que le Taurus] l’Anti-Taurus est beaucoup plus impraticable : c’est, avec la Lycie, la partie la plus sauvage de la région et la zone la moins connue de toute l’Asie Mineure [...]. Ce pays tourmenté est, comme la Lycie, extrêmement boisé [...]. Des bêtes sauvages de toute sorte hantent ces forêts ; déjà le tigre et la panthère habitent les fourrés du Khozan ; les ours, les loups, les sangliers, les chacals pullulent dans les solitudes boisées du Nord. L’impénétrable massif est aussi un refuge pour les hommes. De vieilles populations s’y sont maintenues, dans une indépendance presque entière [...]13.

15Suit, sur plusieurs pages, une description de tous ces peuples « farouches ». Il n’est pas improbable que la lecture de ce genre de texte ait pu faire hésiter des scientifiques, avides d’explorations, certes, mais qui n’étaient pas forcément des aventuriers.

16Des voyageurs intrépides ont cependant traversé les montagnes du sud vers le nord (Figure 1), comme le botaniste Guillaume Antoine Olivier (1798), ou du nord vers le sud, comme le colonel Leake (1800), le capitaine John Macdonald Kinneir (1814) ou le professeur Auguste Schönborn (1851), venant de Chypre. Tous ont traversé les montagnes, entre Gilindere au sud et Mut au nord, en suivant le même itinéraire, avec une nuit à mi-chemin dans une bourgade au nom changeant (de Sheikh Amur à Chogoumur) selon les voyageurs. Auguste Schönborn a fait une halte à Hadschi Bahanderle, où des nomades lui ont signalé l’existence de ruines vers le sud-est, au-delà de Turihan, à trois heures de marche, mais il n’y est pas allé. D’après ses indications, il s’agissait probablement du site appelé de nos jours Eskiyürük Kalesi, qui surplombe la vallée en face de Meydancıkkale.

17L’itinéraire le plus original, à travers la montagne, est celui de Franz Schäffer (1901). Venant de l’ouest, il s’engage peu après Aksas dans une petite vallée qui monte vers le nord. Il passe par Ellibasch, village d’été de Gilindere, et, sur la route menant à Gülnar (Anabazar), visite un site antique dont il décrit les vestiges. Il ne s’agit pas non plus de Meydancıkkale, situé nettement plus au sud.

18D’autres voyageurs ont exploré les montagnes plus au nord, en partant de la vallée du Calycadnos. Le géologue et botaniste Pierre de Tchihatchef (1854) s’intéresse aussi aux antiquités et s’étonne de ne pas en avoir trouvé. Le major Fischer signale un site naturellement fortifié, comme le nôtre, dans les environs de Gjök-beli, ou Gök Belen. Plus tard, l’expédition scientifique de Rudolf Heberdey et d’Adolf Wilhelm (1891), tenant compte des observations de Fischer publiées par Karl Ritter en 1859, part à la recherche de ce site à partir de Gök Belen, mais ne le retrouve pas.

19Actuellement, la route qui relie Gülnar à la côte reprend l’ancien itinéraire de nos voyageurs. L’ayant parcourue, nous avons pu constater que le site était bien visible de la route, mais qu’à cette distance (une dizaine de kilomètres) il était impossible de distinguer les ruines, même avec des jumelles.

20Sur les cartes détaillées et les vues aériennes, une vallée reliant directement Gülnar à la côte apparaît très nettement. Elle passe au pied du site de Meydancıkkale et débouche sur la côte à l’emplacement d’un petit port. Pourquoi cette vallée n’a-t-elle jamais été empruntée par des voyageurs ? Cette question nous a incités à faire le voyage. À partir du site, nous sommes descendus en longeant un ruisseau (c’était en plein été) au cours très changeant : tantôt en cascades sur des rochers, tantôt s’élargissant comme un lac dans les creux. Petit à petit, la vallée se rétrécit, le ruisseau se transforme en torrent et passe par des gorges infranchissables (Figure 2c). Nous avons ainsi trouvé la réponse à notre question.

  • 14 Davesne (A.), « Une prospection de l’IFEA en Cilicie Trachée en 1988 », dans Anatolia Antiqua, IV, (...)

21Une dernière carte de Cilicie Trachée, sur laquelle figurent une vingtaine de sites antiques nouvellement repérés en 1988 par l’équipe de prospection d’Alain Davesne14, montre que la région recèle des richesses insoupçonnées. La conclusion est une sorte d’invitation au voyage : en Turquie, où actuellement les déplacements sont facilités par un excellent réseau routier, où il n’y a plus de bêtes sauvages dans les montagnes, et où la population est particulièrement accueillante, il reste encore de vastes régions à explorer.

Notes

1 Les recherches effectuées sur le site ont été publiées en plusieurs volumes aux éditions Recherche sur les Civilisations du ministère des Affaires étrangères, organisme qui a financé les travaux de fouilles sur le terrain.

2 Laroche (E.), « La naissance de la mission de Gülnar », dans A. Davesne et F. Laroche Traunecker (éd.), Gülnar I. Le site de Meydancikkale, Paris, ERC, 1998, p. 11-26. Nous ferons ultérieurement référence à cet ouvrage sous une forme abrégée : Gülnar I.

3 Ciplak (M. N.), Içel Tarihi, Tarihi-Turistik Zenginlikleriyle, Ankara, 1968.

4 Altay (A.), Adim adim Çukurova, Adana, 1965.

5 Par ailleurs, à la même époque, le site apparaît pour la première fois sur une carte, signée Nazin Tarhan mais non datée.

6 Traunecker (C.), Laroche-Traunecker (F.) et Hermary (A.), « Le tombeau aux statues », dans Gülnar I, p. 247-289.

7 Laroche (E.) et Davesne (A.), « Les fouilles de Meydandjik près de Gülnar (Turquie) et le trésor monétaire hellénistique », CRAI, 1981, p. 356-370 ; Davesne (A.) et Le Rider (G.), Gülnar II. Le trésor de Meydancikkale (Cilicie Trachée), Paris, ERC, 1980.

8 Davesne (A.), Lemaire (A.) et Lozachmeur (H.), « Le site archéologique de Meydancikkale (Turquie) : du royaume de Pirindu à la garnison ptolémaïque », CRAI, 1987, p. 359-382 ; Lemaire (A.) et Lozachmeur (H.), « Les inscriptions araméennes », dans Gülnar I, p. 307-344.

9 Ibid., p. 321.

10 Nous avons repris ses notes de lecture, recensé un certain nombre de récits de voyage et de cartes, et mon mari a rédigé une synthèse sur le sujet, dans laquelle on pourra trouver toutes les références précises aux documents cités : Traunecker (C.), « Voyageurs dans la région de Meydancikkale », dans Gülnar I, p. 27-33, fig. 1-2.

11 Par exemple : Findlay (A.), Asia Minor, Londres, T. Tegg. Cheapside, 1848.

12 Grosvenor (G.), Bible Lands and the Cradle of Western Civilization, Washington, NGS, 1946 ; Calder (W. M.) et Bean (G. E.), A Classical Map of Asia Minor, Londres, 1958.

13 Blanchard (R.), « Asie occidentale », dans P. Vidal de la Blache et L. Gallois (dit.), Géographie universelle, t. VIII, 1929, p. 75.

14 Davesne (A.), « Une prospection de l’IFEA en Cilicie Trachée en 1988 », dans Anatolia Antiqua, IV, Istanbul, 1996, p. 147-179.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Carte de Cilicie Trachée avec les itinéraires des voyageurs.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 2 : Le site de Meydancıkkale : a. Vue d’ensemble prise du nord ; b. Les reliefs perses ; c. Les gorges au sud du site.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

Auteur

UMR 7044, Strasbourg.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540