Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

IV – La forme des itinéraires

Les antiquités de la Gaule mosellane en 1575, au miroir de l’Itinerarium d’Abraham Ortelius et Jean Vivien

Jeanne-Marie Demarolle

Texte intégral

  • 1 En la seule année 1584 l’Itinerarium a été publié deux fois, sans doute gage de son succès : la pre (...)
  • 2 Dès les premières lignes, les auteurs indiquent que leur voyage les a empêchés de répondre plus tôt (...)
  • 3 En effet, les voyageurs annoncent leur départ pour la foire de Francfort qui se tient le 24 août à (...)
  • 4 Hogenberg (1538-1590) avait, dès 1568-1570, travaillé à l’illustration du Theatrum.
  • 5 En revanche, les références précises aux auteurs anciens devaient figurer dans la lettre.
  • 6 Se reporter à H. Helander, « Neo-Latin Studies : Significance and Prospects », Symbolae Osloenses, (...)
  • 7 Au Haut-Empire cette cité s’étendait de l’Argonne aux Vosges, avant d’être amputée, dans l’Antiquit (...)

1En 1584 paraît en latin1 chez le célèbre imprimeur d’Anvers Christophe Plantin un livre de quatre-vingts pages intitulé Itinerarium per nonnullas Galliae Belgicaepartes. Il a pour auteurs le grand cartographe Abraham Ortelius (1527-1598) et un de ses fidèles amis, Jean Vivien, riche marchand originaire de Valenciennes installé à Anvers. Ils présentent leur œuvre comme un récit de voyage adressé à l’illustre Gerhard Mercator (1512-1594) – Ad Mercatorem – aux nones d’octobre (Nonis Octobribus anno MDLXXV), soit le 7 octobre 15752. Il s’est donc écoulé neuf ans entre l’envoi à Mercator de cette relatio épistolaire et la publication, sans que nous puissions savoir de quelle façon le texte initial de cette correspondance « privée » mais cependant destinée, selon l’usage des milieux savants de l’époque, à un cercle de familiers, a été remanié pour l’édition. La lettre elle-même a été rédigée après le retour à Anvers, à partir des notes prises3 en cours de route. Il y a vraisemblablement loin de la lettre envoyée en 1575 à la publication de 1584 : de toute façon, l’index à 130 entrées qui termine le volume et la copie d’un manuscrit de Liège ne complétaient certainement pas la lettre de 1575, pas plus que les cinq gravures dues à Frans Hogenberg4 dont deux sur cuivre5. Le renom d’Ortelius et de son correspondant Mercator, mais aussi l’espace même parcouru par les voyageurs, donnent son relief à l’ouvrage, représentatif et de la peregrinatio erudita en faveur au xvie siècle et de la littérature géographique en néo-latin6. Après avoir replacé l’Itinerarium dans le contexte des voyages savants à la Renaissance et présenté les caractéristiques du récit, nous nous interrogerons sur la valeur du témoignage archéologique, à partir des quelques jalons rencontrés, ou en tout cas décrits dans la cité des Médiomatriques7.

D’Anvers à Coblence, voir la Gallia Belgica en 1575

Ortelius et ses amis

  • 8 Le 400e anniversaire de la mort d’Ortelius a suscité en 1998 de nombreux travaux sur le « Ptolémée  (...)
  • 9 Il y est fait mention des ruines d’Orange et de Nîmes.
  • 10 D’autres amis ont certainement accompagné Ortelius, en particulier Hieronymus Scholierus [Jérôme Sc (...)

2De toute évidence, le statut même d’Ortelius dans les milieux savants de l’Europe humaniste confère à l’œuvre une densité particulière. À l’époque où il se met en route, Ortelius a derrière lui une remarquable production cartographique8 dont nous ne rappelons ici que l’essentiel. En 1570, il a publié le premier « atlas » – le Theatrum orbis terrarum9 –, dont le succès auprès du public cultivé fut immédiat, un siècle après la première édition imprimée de la Géographie de Ptolémée et à une époque où la concurrence était vive dans les milieux cartographiques – Sébastien Münster ayant publié sa Cosmographie à Bâle en 1544. Si Ortelius a d’abord été un peintre, un compilateur, un marchand de cartes anciennes alors connues mais proposées aux lecteurs dans des formats maniables, il a ensuite fait œuvre créatrice. Le Theatrum a été constamment enrichi, au fil des nombreuses éditions. En 1579, trois cartes de géographie historique font leur apparition, dont celle correspondant aux territoires visités dans l’Itinerarium. Quant au Parergon, c’est un atlas du monde antique. Le travail cartographique avait toujours pris appui sur de nombreux voyages, tout à la fois professionnels et de recherche, au cours desquels Ortelius s’inquiétait en particulier de retrouver les anciens noms de lieux derrière les toponymes modernes, afin de mettre à jour la nomenclature. Ces voyages l’avaient mené en plusieurs régions d’Europe : entre 1550 et 1558, il parcourut quatre fois l’Italie, en compagnie même de Pieter Bruegel en 1552. En 1559-1560, il se rendit en France et visita Paris. Il fréquentait la foire de Francfort-sur-le-Main, grand rendez-vous des imprimeurs et éditeurs. D’ailleurs le récit prend fin à Coblence, les deux voyageurs partant à Francfort. Mais Ortelius n’est pas qu’un cartographe et un commerçant. Fils d’un marchand d’antiquités, versé dans les langues anciennes – il donne ainsi une édition critique des œuvres de César et avec ses Synonymia un corpus des noms géographiques anciens et modernes –, Ortelius est un véritable humaniste, polyglotte, qui possédait un « museum » de réputation internationale. Selon l’usage des cercles humanistes, il entretenait des relations épistolaires suivies avec les intellectuels de son temps, tels Mercator, Justus Lipsius. Si on ne saurait comparer Vivien à Ortelius, avec qui il a déjà eu l’occasion de faire route, ce riche négociant érudit n’en est pas moins féru lui aussi d’antiquités, expert en médailles, et se trouve à la tête d’une remarquable collection numismatique. Toutefois, au cours de ce périple, l’intérêt des deux amis10 n’est pas limité à l’Antiquité.

Un type de voyage savant

  • 11 Ortelius et Vivien savent que Mercator a déjà visité ces régions mais ils espèrent que leur récit l (...)
  • 12 « Oculos oblectare, oculorum aciem intendimus », Itinerarium 2000, p. 80, 120.
  • 13 Voir R. Chevallier, « Le voyage archéologique au xvie siècle », dans J. Céard et J.-C. Margolin, Vo (...)
  • 14 Consulter P. Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991, p. 17-23 et, plus récemment, la syn (...)

3On sait qu’à la Renaissance, en réalisant l’idéal de la connaissance par l’observation directe, la peregrinatio apparaît comme un moyen privilégié de savoir, tandis que les nombreux récits de voyage aident le lecteur11 dans l’impossibilité de se déplacer à mieux connaître le monde, ses habitants, ses « singularités ». Il est fondamental de voir pour authentifier : le verbe videre revient constamment dans le texte, soit à l’actif (vidi/vidimus) soit au passif (visum est/visa sunt), tandis que des expressions où interviennent les yeux12 appartiennent au même registre. Pratiquer l’autopsie légitime des connaissances acquises par la lecture. Le regard prend d’autant plus d’importance que bien des commentaires empruntés aux Anciens ont été mis à mal par les grandes découvertes ! Aussi, chez les savants de l’époque, la fascination pour l’Antiquité retrouvée met-elle en exergue, à côté des sources textuelles parfaitement maîtrisées, tous les témoignages matériels visibles et accessibles : vestiges architecturaux encore debout, inscriptions découvertes au hasard de travaux ou de réemplois, sculptures ou « médailles » exhumées. Le voyage archéologique13 est donc une expérience privilégiée, pour les véritables « antiquaires », les voyageurs appartenant à d’autres horizons mais soucieux d’observer sites et monuments. Cependant, ces témoins se dirigeaient en priorité vers l’Italie, ce qu’Ortelius avait fait ! Les antiquités de la Gaule ne sont apparues que plus tardivement dans la littérature de voyage14. Or, avec une originalité certaine, l’Itinerarium en s’intéressant spécialement à la Gaule Belgique ouvre une voie.

  • 15 « Fuit autem nobis iter per fines Tungrorum, Eburonum, Trevirorum, Mediomatricorum, ut quondam voca (...)
  • 16 Itinerarium 2000, p. 134.

4En entreprenant ce périple, les voyageurs ont pour objectif de combler une de leurs lacunes. Ils s’étonnent de n’avoir encore jamais visité des régions si proches et que célèbrent tant d’œuvres historiques de tous les temps. L’espace parcouru est immédiatement défini en termes de chorographie antique : il s’agit de la partie orientale de la Gallia Belgica. En énumérant les noms des peuples qui l’ont habitée (Tongres, Éburons, Trévires, Médiomatriques15 – mais les Leuques sont omis), l’Itinerarium renvoie à la géographie administrative mise en place par Auguste dans le cadre de la provincia et de la civitas, sans retenir la situation géopolitique de 1575. L’expression Gallia Belgica fait bien référence à l’époque romaine alors que Belgium, en néo-latin, désigne les Pays-Bas espagnols. Pourtant, au cours du voyage, le récit s’inscrit également dans les cadres politiques contemporains, à propos de la principauté de Liège, de celle de Trèves, des duchés de Luxembourg, de Lorraine, de la défaite de Charles le Téméraire ou des souverains successifs. Les sources anciennes sont néanmoins primordiales : les textes tant latins (César, Tacite, Pline l’Ancien, Suétone, Ammien Marcellin, Ausone pour la Mosella comme pour l’Ordo urbium nobilium) que grecs (Strabon, Pausanias, Ptolémée) font figure de références privilégiées ; le livret routier de l’Itinéraire d’Antonin et la Notifia dignitatum qualifiée de libellus16 sont souvent utilisés. Les sources médiévales, Sigebert de Gembloux, Reginon de Prüm, les Annales de Trêves, les Gesta des évêques de Liège et de Trèves sont aussi sollicitées. Les antiquités des Tongres, des Trévires, des Médiomatriques n’ont pas l’exclusivité du regard des voyageurs. En vrais humanistes, leur curiosité est encyclopédique. Ils ne négligent ni les bibliothèques monastiques riches en manuscrits ni les paysages traversés ni l’architecture militaire ni la parure monumentale urbaine. La description des églises tient une part importante, l’insigne relique, une phalange (articulus) de saint Nicolas, n’est pas oubliée. L’ethnographie a sa place et les notations linguistiques sont fréquentes pour expliquer la toponymie. Enfin, les ressources économiques sont prises en considération.

Un type de récit

  • 17 Dont la présentation du Belgium (dans l’acception antique du terme) et de la Gaule Belgique (Itiner (...)

5Si la relation, après une longue introduction où s’étale une érudition encyclopédique17, suit banalement le déroulement du voyage, dans le temps et dans l’espace, on ne saurait croire pour autant à une simple juxtaposition de notes.

Le refus de l’anecdotique

6L’élimination des conditions matérielles dans lesquelles se déroule le périple et l’organisation de la narration distinguent l’Itinerarium d’un simple journal de voyage. Seules de brèves indications concrètes sont données. Elles permettent d’inscrire le voyage dans l’espace mais non dans le temps. Les distances entre les villes ou les sites mentionnés (vingt-six entre Anvers et Coblence) sont régulièrement indiquées. Ces distances sont toujours exprimées en multiples entiers de milles, conformément à l’Itinéraire d’Antonin, livret routier de l’époque de Caracalla, connu d’Ortelius mais attribué à Antonin le Pieux. Le titre de l’Itinerarium est un « clin d’œil » manifeste : ainsi Malines est à quatre milles d’Anvers, cinq milles séparent Huy de Liège, trois Scarpone de Nancy ou encore Arlon de Martelange. Mais l’espace territorial lui-même reste « flou » : qu’il s’agisse des cités antiques ou des Etats modernes, jamais une limite ou le passage d’une frontière n’interviennent.

  • 18 Voir K. Schmidt-Ott, Itinerarium 2000, p. 270-274.

7En revanche, nous ignorons tout du temps nécessaire, des moyens de locomotion utilisés (on peut supposer que le déplacement se fait à cheval, ce qui permet, dans une certaine mesure, de voir le paysage « de haut »), des frais ou des dangers encourus. Nous apprenons seulement que les voyageurs n’ont pu entrer à Metz à l’aller en raison d’une épidémie qui les a obligés à gagner directement Nancy. Les conditions d’hébergement sont omises ou limitées à la mention d’un « hôte » anonyme. Des routes elles-mêmes on ne sait pas grand-chose, sauf lorsque les voyageurs suivent une partie de la « chaussée Brunehault », dont le nom sonne « gothique ». La structure en est bien décrite sans que les voyageurs jugent romains ces vestiges de la voie Bavai-Cologne. La peregrinatio était l’occasion de rencontres, de discussions érudites, tout en permettant d’entretenir ou de développer un réseau de sociabilité intellectuelle. Mais dans l’Itinerarium les noms de personnes sont rares : Jean Daubri à Metz, Jean Molflin à Luxembourg, Jean Schille, géomètre du duc de Lorraine, leur guide à Saint-Nicolas-de-Port. Peut-être les auteurs n’ont-ils pas voulu se perdre en digressions pour s’en tenir à ce qui intéressait leur public intellectuel18, mais ils donnent ainsi à leur témoignage, largement déconnecté des réalités, un aspect livresque très affirmé.

Une relation organisée

  • 19 « Breves descriptiones », Itinerarium 2000, p. 36.
  • 20 Se reporter à B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 19 (...)

8Quant à l’organisation du discours, elle permet de répondre aux usages rhétoriques des Anciens : associer la descriptio objective à la laudatio qui distribue l’éloge. Les auteurs ont annoncé à Mercator de courtes descriptions19 et elles sont nombreuses, fournies en détails précis voire en indications mathématiques qui les authentifient. L’éloge, lui, affleure soit derrière l’énumération des monuments, de leurs dimensions, de la qualité de leurs matériaux, soit derrière les qualificatifs. Et la présence de savants (docti viri) à Louvain, à Liège n’est pas une des moindres « qualités » d’une ville. Toutefois, peu d’émotions sont exprimées. Ce qu’on pourrait appeler la mémoire affective fait défaut, bien que le ton soit personnalisé (première personne du pluriel, invocation directe à Mercator). Le temps n’intervient guère : pas de référence calendaire, peu de dates, pas d’indication de durée des étapes, tout au plus le renvoi à des « règnes » (les empereurs Valentinien et Gratien, les trente-six années d’épiscopat de Notger à Liège). D’une ville à l’autre, des éléments récurrents sont repérables : la distance entre la ville qu’on quitte et la suivante, le réseau hydrographique bien détaillé (la Meuse, la Moselle et leurs affluents mais aussi les plus modestes cours d’eau, car ce sont des repères fondamentaux pour la cartographie), le paysage de la région traversée. Suivent la présentation de la ville, du site topographique, une discussion sur son nom, ses origines historiques, puis la description de l’enceinte, des principaux monuments, le rappel des grands personnages passés et présents. Dans la ligne de la passion du Moyen Âge20 pour l’étymologie, les toponymes, anciens et nouveaux sont analysés, sous leurs formes latine et vernaculaire, « gauloise » (c’est-à-dire française) et germanique (à propos de Thionville). À l’époque, connaître les origines permet d’atteindre la vérité.

La mémoire du voyage

  • 21 « Quae semel vidimus, securius memoriae mandentur ; commentariola haec nostra nobis ipsis usuifutur (...)

9Ainsi qu’ils l’écrivent à Mercator, les deux amis veulent par ce livre garder ce qu’ils ont vu en mémoire de façon plus sûre, afin que leurs commentaires puissent leur être utiles à l’avenir21. En fait, Ortelius veut mettre à profit le voyage pour élaborer ses cartes historiques. Dans ces conditions, plusieurs moyens d’expression sont employés : la simple mention, la description, la visualisation.

  • 22 Ibid., p. 100.

10La simple mention concerne par exemple la découverte de monnaies, sans que soit même précisé à quelle époque elles appartiennent. Il est exceptionnel que, comme à Scarpone, on indique qu’il s’agit de monnaies de Caligula22.

11La description est d’abord générale, puis donne à propos de chaque monument des détails techniques : les dimensions (notamment celles de la colonne d’Igel), les matériaux, leur assemblage et souvent leur couleur : ainsi les pierres de l’église Saint-Siméon de Trèves alors incluse dans la Porte noire – ce que les voyageurs ignorent – ont la couleur de la cendre.

  • 23 Ibid., p. 120.

12Enfin, l’importance scientifique du témoignage oculaire est doublée par l’intégration de « preuves » visuelles. Si la lettre ne contenait que des dessins (comme celui d’une dédicace trévire inscrite dans un cartouche accosté d’Amours23,) le livre est enrichi de cinq gravures. Il ne faut pas s’étonner de l’absence de carte, puisque c’est seulement en 1579 qu’une première carte historique apparaît dans le Theatrum. Les gravures sont l’œuvre de Frans Hogenberg. Elles représentent une arche de l’aqueduc de Gorze à Metz (p. 45), un relief de Scarpone (p. 47), la colonne d’Igel (p. 52), le monument funéraire des Furfanii à Rome (p. 53), les thermes Sainte-Barbe à Trèves (p. 57). Elles sont rattachées au texte (à l’exception du relief de Scarpone) et servent à argumenter le commentaire, en expliquant l’iconographie de la colonne d’Igel, monument funéraire des Secundinii, riches négociants trévires de l’époque sévérienne par celle d’un monument de Rome. Elles complètent aussi le discours : le dessin de l’arche de Jouy montre le rétrécissement des piles, qui n’est pas décrit.

Les antiquités médiomatriques

13Deux gravures documentent des antiquités médiomatriques, qui relèvent de trois types de témoignage.

Trois types de témoignage archéologique

14Concernant trois sites médiomatriques, l’Itinerarium apporte une documentation iconographique, monumentale et enfin épigraphique.

  • 24 Euskirchen (M.), « Epona », BRGKZM, no 74, 1993, p. 607-851.
  • 25 Voir dans l’ouvrage d’É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, Paris, L (...)

15À Scarpone, où la route Lyon-Trèves entrait en territoire médiomatrique, un bas-relief encastré dans le mur d’une maison paysanne a retenu l’attention des humanistes qui le décrivent avec soin : c’est l’image(imago) d’une femme vêtue de longs vêtements assise sur une jument que tète un poulain. Elle tient une corbeille (ou quelque chose de semblable : calathum autsimile quidpiam), où sont disposés des fruits, peut-être des figues (ficubus haud absimilium). Par rapport aux notices des spécialistes24 qui identifient la déesse celte Épona, et parlent des fruits comme de pommes, il ne manque que le sens de la marche de la jument ; la pierre est à tort qualifiée de marbre, ce n’est qu’un calcaire local. Une gravure accompagne le texte, gravure qu’il importe de comparer à celle donnée un siècle plus tard par Alexandre Wiltheim, auteur du Luciliburgensia sive Luceburgum Romanum. Cette dernière gravure25 montre l’avancement de la dégradation de la pierre mais surtout une sensible différence de représentation : dans l’Itinerarium, un seul pied dépasse de la robe de la divinité, tandis que là on en voit deux. Le bas-relief étant aujourd’hui perdu, il est difficile de trancher. Disons simplement que la deuxième est plus conforme au schéma iconographique canonique de la déesse protectrice des chevaux et des cavaliers.

  • 26 « Aquaeductum antiquitus », Itinerarium 2000, p. 102.
  • 27 Voir P.-É. Wagner, Plans, dessins et vues de Metz, Metz, 1977, p. 11.

16En ce qui concerne la parure monumentale, entre Scarpone et Metz les voyageurs ont d’abord rencontré à Jouy, sur la rive droite du fleuve, des vestiges qui permettent de reconnaître un aqueduc antique26, en fait le pont par lequel l’aqueduc de Gorze à Metz franchissait la Moselle. La description précise la couleur blanche de la pierre (un petit appareil en calcaire), la morphologie des moellons en forme de brique et donne la hauteur d’une arche (soixante pieds). Si un dessin appuie le texte et si les auteurs indiquent que des arches se voient aussi sur l’autre rive, ils se contentent de dire qu’il en reste encore beaucoup (multi) sans en donner le nombre exact. Quant à Metz, on sait qu’à l’occasion du siège de Charles Quint en 1552 et lors de la construction de la citadelle, une grande partie des vestiges romains longtemps restés en place ont été détruits, ce que stigmatise Ortelius. Il ne trouve à décrire que la baignoire en porphyre qui mesure 10 pieds de long, installée à la cathédrale, sans penser qu’elle vient de thermes antiques. Mais il s’intéresse de près au nom de la ville. Divodurum est cité par Tacite (Histoires I, 63), par Ptolémée et dans l’Itinéraire d’Antonin. Ammien Marcellin donne, lui, Mediomatricos. En s’appuyant sur d’autres exemples de noms de villes dérivés de noms de peuples, comme Reims et Paris, Ortelius identifie Metz avec le Divodurum de Tacite. Toutefois, on constate avec surprise qu’il ne parle ni du petit amphithéâtre enserré dans la muraille, ni du grand amphithéâtre, alors que ces ruines marquaient le paysage urbain : elles apparaissent dans la Topographie française de Claude Chastillon en 1648, et ce qui reste du grand amphithéâtre se voit sur le plan publié dans la Cosmographie universelle de François de Belleforest l’année même du voyage27.

  • 28 Keune (J. B.), « Fälschungen römischer Inschriften zu Metz und die neuesten Funde in der Trinitarie (...)
  • 29 CIL XIII, 4301.

17C’est pour l’épigraphie messine que l’Itinerarium est plus intéressant. Il contient la copie d’une inscription vue dans la maison de Jean Daubri. En fait, il s’agit de l’orfèvre Jean Aubry, dont une fille épousa en 1587 Jean-Jacques Boissard (1528-1602), une des figures de proue des antiquaires messins. Lorsqu’Ortelius et ses compagnons passent à Metz, Boissard n’y réside pas en permanence. C’est sans doute la raison pour laquelle il n’est pas nommé. La maison de Jean Aubry était agrémentée de nombreuses inscriptions, dont certaines fabriquées par l’orfèvre lui-même28 ! Quoi qu’il en soit, cette inscription29 gravée sur les quatre côtés de la base d’une colonne de Jupiter à l’anguipède, a eu Ortelius pour premier « éditeur ». Il en recopie fidèlement les caractères – par exemple un petit I –, y compris les deux premiers (XL) d’une onzième ligne de la première face et tout le texte de la quatrième face, disparus avant l’entrée au musée en 1843. Mais pourquoi Ortelius ne parle-t-il pas davantage des humanistes messins ou de la collection constituée par le protecteur de Boissard, le baron de Clervant ? Pourquoi ne renvoie-t-il pas pour Metz au témoignage de la Notice des dignités, alors qu’il le fait pour Trèves ? De façon générale, indépendamment de ce qui relève de l’Antiquité, les pages sur Metz ne reflètent pas une visite approfondie de la ville : la description de la cathédrale reste sommaire, les autres églises et les nombreux monastères sont laissés de côté, et les évêques sont loin de susciter le même intérêt que ceux de Liège et de Trèves.

Mémoire savante et tradition populaire

  • 30 « Desideranturhistoriae », Itinerarium 2000, p. 102.

18Les commentaires qui accompagnent ces témoignages mettent en valeur le recours méthodique à la confrontation de la mémoire savante avec la tradition collective. La tradition populaire (vulgus) est recueillie auprès des habitants (incolae, oppidani). Elle prévaut dans les notices toponymiques : le nom de Sarpainge (Scarpone) aurait pour origine celui d’une ancienne reine « Sarpignia ». Et c’est cette même tradition qui voit dans l’effigie de la déesse Épona, l’image de cette reine Sarpignia. Ortelius donne cette interprétation sans la mettre en question. C’est encore à cause d’elle que les habitants de Scarpone interprètent des ruines comme celles de thermes. À propos de Jouy, sans prendre position faute de disposer d’un témoignage d’historien30, il se contente aussi de rapporter l’opinion des habitants pour qui cet aqueduc alimentait Metz en eau.

19En revanche, en se fondant sur la mémoire savante, sur sa connaissance approfondie des textes et en la confrontant à ce qu’il voit, Ortelius fait œuvre scientifique : la qualité du bas-relief de Scarpone lui fait conclure, à juste titre, que la bourgade avait une importance certaine dans l’Antiquité. Mais c’est à tort que les ruines de Condé (aujourd’hui Custines) lui font identifier ce site avec Nasium ou Nassium de Ptolémée et de l’Itinéraire d’Antonin.

  • 31 CIL XIII, 3789, Itinerarium 2000, p. 124.
  • 32 Itinerarium 2000, p. 42.

20Sans doute peut-on légitimement s’interroger sur certaines « lacunes » archéologiques de l’Itinerarium, mais on ne doit pas oublier que cet ouvrage a le mérite incontestable d’avoir transmis le premier la mémoire de documents antiques aujourd’hui disparus ou mutilés, telles l’Épona de Scarpone, la dédicace à Jupiter de Metz ou une inscription paléochrétienne de Trêves31. Surtout, le voyage n’a pas pour but d’amasser des antiquités mais de les interpréter à partir de diverses sources anciennes. Cette confrontation entre documentation archéologique et textes, ou entre textes différents procède d’une véritable démarche scientifique. En raisonnant à partir de l’autorité césarienne, Ortelius peut affirmer que si César ne parle pas des « chaussées Brunehault », c’est que celles-ci ne sont pas antérieures aux Romains, contrairement aux affirmations des autochtones32. En comparant Tacite et Ammien à propos du nom de Metz, le changement de toponyme est replacé dans le contexte des changements de l’Antiquité tardive. Ce n’est pas le seul aspect de la démarche scientifique d’Ortelius. On doit rendre justice à son honnêteté intellectuelle, soucieuse de distinguer la fabula de l’historia. Les textes font l’objet de citations littérales (de nombreux vers de la Mosella lui viennent à l’esprit à Trèves) et de références précises : le livre IV des Histoires de Tacite, le livre XXXI de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, la Vie de Caligula de Suétone ou encore le livre XVI des Histoires d’Ammien Marcellin. C’est aussi de l’honnêteté que d’avouer les limites de son savoir, lorsqu’il est impossible d’expliquer l’origine de Leodium, nom savant de Liège ou lorsqu’Ausone ne permet pas de reconnaître les édifices antiques de Trèves.

  • 33 M. Jean-Frédéric Chevalier, professeur à l’université Paul-Verlaine de Metz nous a fait part de rem (...)

21L’Itinerarium représente certes un précieux jalon dans la découverte et la réception des antiquités romaines en Gaule Belgique à la fin de la Renaissance, mais il atteste aussi d’incontestables progrès méthodologiques, en mettant l’archéologie et l’épigraphie au service de la connaissance scientifique du passé33.

Notes

1 En la seule année 1584 l’Itinerarium a été publié deux fois, sans doute gage de son succès : la première fois seul, la seconde suivi de l’Itinerarium de Benjamin ben Jonah de Tudela, dont la première publication chez Plantin remontait à 1575. Dans les éditions ultérieures, le récit des deux humanistes anversois a toujours été associé à une autre relation de voyage. En 1999, l’Itinerarium a fait l’objet d’une « Inaugural Dissertation » à l’université de Trèves, publiée par son auteur l’année suivante : Schmidt-Ott (K.) (éd.), Itinerarium per nonnullas Galliae Belgicae partes. Der Reiseweg durch einige Gebiete des belgisehen Galliens von Abraham Ortelius und Johannes Vivianus, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, « Europäische Hochschulschriften: Reihe 3, Geschichte und ihre Hilfswissen-schaften ; Bd 841 », 2000. L’auteur a utilisé un exemplaire de la bibliothèque de la ville de Trèves et un exemplaire de sa collection personnelle. À notre connaissance, un seul exemplaire de l’Itinerarium, dont il n’existe aucune traduction en français, est conservé en France, à la bibliothèque municipale de Dijon (cote 3 079 CGA). Nous remercions vivement Mme Caroline Poulain, conservateur, pour son obligeance. Dans ces conditions, afin de faciliter l’accès aux citations, nous renverrons désormais à l’édition de Klaus Schmidt-Ott sous l’abréviation Itinerarium 2000.

2 Dès les premières lignes, les auteurs indiquent que leur voyage les a empêchés de répondre plus tôt à une lettre de Mercator du 26 mars 1575, reproduite dans Itinerarium 2000, p. 275.

3 En effet, les voyageurs annoncent leur départ pour la foire de Francfort qui se tient le 24 août à la Saint-Barthélémy : or la lettre est datée du 7 octobre.

4 Hogenberg (1538-1590) avait, dès 1568-1570, travaillé à l’illustration du Theatrum.

5 En revanche, les références précises aux auteurs anciens devaient figurer dans la lettre.

6 Se reporter à H. Helander, « Neo-Latin Studies : Significance and Prospects », Symbolae Osloenses, no 76, 2001, p. 5-112.

7 Au Haut-Empire cette cité s’étendait de l’Argonne aux Vosges, avant d’être amputée, dans l’Antiquité tardive, de sa partie occidentale, érigée en cité autonome, le Verdunois. La vallée de la Moselle, que remonteront puis descendront les deux voyageurs, en était l’artère médiane, fluviale certes mais aussi routière, puisque la voie d’Agrippa menant de Lyon au Rhin par Metz et Trèves l’empruntait à partir de Scarpone/Dieulouard. Pour la cité des Médiomatriques, voir J.-M. Demarolle, « Les Médiomatriques dans l’Empire romain d’Auguste à la fin du ve siècle », dans P. Flotte, Carte archéologique de la Gaule. La Moselle 57/1, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2004, p. 110-142.

8 Le 400e anniversaire de la mort d’Ortelius a suscité en 1998 de nombreux travaux sur le « Ptolémée » anversois. Voir par exemple M. van den Broecke, P. van der Krogt et P. H. Meuer, Abraham Ortelius and the First Atlas. Essays Commemorating the Quadri-centennial of His Death 1598-1998, ‘t Goy-Houten, 1998.

9 Il y est fait mention des ruines d’Orange et de Nîmes.

10 D’autres amis ont certainement accompagné Ortelius, en particulier Hieronymus Scholierus [Jérôme Scholiers], âgé de vingt-deux ans ; signalé comme « itinerarium huius comes » à la fin de la lettre (Itinerarium 2000, p. 160), il semble avoir servi de sténographe. Toutefois, seul Vivien est donné comme coauteur.

11 Ortelius et Vivien savent que Mercator a déjà visité ces régions mais ils espèrent que leur récit les lui remettra en mémoire, sans les désagréments du déplacement.

12 « Oculos oblectare, oculorum aciem intendimus », Itinerarium 2000, p. 80, 120.

13 Voir R. Chevallier, « Le voyage archéologique au xvie siècle », dans J. Céard et J.-C. Margolin, Voyager à la Renaissance. Actes du colloque de Tours 1983, Paris, Maisonneuve & Larose, 1987, p. 357-380.

14 Consulter P. Pinon, La Gaule retrouvée, Paris, Gallimard, 1991, p. 17-23 et, plus récemment, la synthèse de F. Lemerle, La Renaissance et les antiquités de la Gaule. L’architecture gallo-romaine vue par les architectes, antiquaires et voyageurs des guerres d’Italie à la Fronde, Leyde, Brepols, 2005.

15 « Fuit autem nobis iter per fines Tungrorum, Eburonum, Trevirorum, Mediomatricorum, ut quondam vocabantur », Itinerarium 2000, p. 28.

16 Itinerarium 2000, p. 134.

17 Dont la présentation du Belgium (dans l’acception antique du terme) et de la Gaule Belgique (Itinerarium 2000, p. 30, 34) par référence à la division tripartite de la Gaule qui, après César, par Orose, Isidore de Séville, Richer... a traversé tout le Moyen Age.

18 Voir K. Schmidt-Ott, Itinerarium 2000, p. 270-274.

19 « Breves descriptiones », Itinerarium 2000, p. 36.

20 Se reporter à B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 1980.

21 « Quae semel vidimus, securius memoriae mandentur ; commentariola haec nostra nobis ipsis usuifutura videbamus », Itinerarium 2000, p. 28.

22 Ibid., p. 100.

23 Ibid., p. 120.

24 Euskirchen (M.), « Epona », BRGKZM, no 74, 1993, p. 607-851.

25 Voir dans l’ouvrage d’É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine, Paris, Leroux, t. V, 1913, no 4605.

26 « Aquaeductum antiquitus », Itinerarium 2000, p. 102.

27 Voir P.-É. Wagner, Plans, dessins et vues de Metz, Metz, 1977, p. 11.

28 Keune (J. B.), « Fälschungen römischer Inschriften zu Metz und die neuesten Funde in der Trinitarierstrasse », JGLGA, no 8, 1896, p. 1-118.

29 CIL XIII, 4301.

30 « Desideranturhistoriae », Itinerarium 2000, p. 102.

31 CIL XIII, 3789, Itinerarium 2000, p. 124.

32 Itinerarium 2000, p. 42.

33 M. Jean-Frédéric Chevalier, professeur à l’université Paul-Verlaine de Metz nous a fait part de remarques constructives et Mme Sylvie Bazin, professeur à Nancy Université, a bien voulu nous signaler des références bibliographiques fort utiles à notre propos. Que tous deux soient assurés de notre vive gratitude.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540