Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

IV – La forme des itinéraires

Un prince voyageur, ou l’empire incarné

De quelques itinéraires impériaux (ier s. av. J.-C. – ive s. apr. J.-C.)

Stéphane Benoist

Texte intégral

  • 1 CIL, XIII, 3 570 (ILS, 8898), Bagacum, ciuitas Neruiorum : Ti[beri] Caesari Augusti f[ilio],/ diui (...)
  • 2 Se reporter pour la mise en place d’un culte impérial en Occident à A. Chastagnol, « L’expression é (...)
  • 3 Pour un inventaire bibliographique des recherches en cours sur le principat : Benoist (S.), « Réfle (...)

1C’est avec une inscription provenant de la cité des Nerviens, trouvée à Bavay, que j’introduirai cette brève réflexion sur l’itinérance impériale comme mode de fonctionnement du principat depuis Auguste1. Nous sommes dans les dernières années du principat augustéen, peut-être en 11. Un membre de cette cité de Gaule Belgique, citoyen romain inscrit dans la tribu Voltinia, célèbre le fils adoptif d’Auguste, son corégent, par un monumentum qui commémore son passage dans la cité. Le texte s’adresse à « Tibère César, fils d’Auguste, petit-fils du divinisé, lors de son entrée ». Le dédicant Cn[aeus] Licinius C[ai] f[lius] Nauos, dans un formulaire très simple, fait toutefois preuve en ce lieu d’une grande maîtrise des expressions d’une adresse honorifique en voie de constitution, dans le cadre de ce que l’on nomme par commodité le « culte impérial » (sacrum)2. Le petit-fils du divin Jules est passé par la cité des Nerviens, c’est un fait. Quelle qu’ait été la nature précise de cette entrée solennelle (aduentus) mentionnée sur la pierre, c’est à cette forme de commémoration du pouvoir impérial à l’occasion d’une visite que nous pouvons mesurer les progrès à cette date, à quelques années de la mort d’Auguste et de l’avènement de Tibère au principat, probablement à l’occasion du séjour de ce dernier en Germanie en 10-12, d’une conception spécifique des détenteurs de l’imperium3.

  • 4 Nicolet (C.), L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris (...)
  • 5 Pour une approche personnelle de la nature du principat et de la fonction impériale : Veyne (P.), L (...)

2Le solde des guerres civiles et de la période triumvirale d’une part, la mise en place pragmatique du principat d’autre part avec la définition des pouvoirs d’Auguste, expliquent la conception de l’imperium Romanum qui a prévalu dans ces années de formation au tournant des iers siècles avant et après Jésus-Christ. Les déplacements multiples des collèges impériaux, Auguste et Agrippa, puis Tibère et les autres membres de la domus Augusti, de Drusus l’Ancien à Germanicus en passant par Caius et Lucius César, rendent compte de la place centrale de la détention de l’imperium, du contrôle des territoires, conquis et administrés, du voyage dans une appropriation de l’espace provincial qui passe par la connaissance précise des lieux (cartographie, cadastration, bornage) et leur investissement (déplacements, fixation des limites, de l’administration provinciale, localisation des légions)4. Le legs augustéen, à l’ensemble de ses successeurs, comprend tout autant une figure militaire du pouvoir impérial, centré sur l’imperator, qu’une posture plus administrative de protecteur des cités et de leurs habitants, celle du ciuilis princeps5.

  • 6 En partant de nos propres recherches : Benoist (S.), « Le retour du prince dans la Cité (juin 193-j (...)
  • 7 Lehnen (J.), Adventus Principis. Untersuchungen zu Sinngehalt und Zeremoniell der Kaiserankunft in (...)
  • 8 Pour une approche très complète de la figure impériale, contenu et fonctions : Millar (F.), The Emp (...)

3Dès lors, la construction méthodique d’une cérémonie de reconnaissance du pouvoir impérial, urbi et orbi, l’entrée solennelle ou aduentus, apparaît comme une étape essentielle dans la prise en compte de la dimension itinérante du principat6. Si la place de Rome demeure centrale, c’est d’abord par la réception provinciale dans les cités, héritage assumé des déplacements des gouverneurs républicains, que s’observe cette identification du nouus status augustéen7. Au gré des pérégrinations imposées par les séquelles d’affrontements civils et de guerres étrangères, l’Auguste parcourt son empire, entre solennellement dans les cités et incarne physiquement tout autant la victoire que la paix. Ce ne sont que trois illustrations des développements sur une longue durée de ces comportements impériaux que je vais esquisser : tout d’abord les liens entre avènements, conduite de la guerre et séjours provinciaux ; puis l’importance des visites impériales et d’une approche itinérante du pouvoir, qui détache progressivement l’empereur de sa cité capitale ; enfin, les figures du pouvoir et de l’empire qui se dégagent de cette pratique au long cours8. La diversité des sources à notre disposition et le déroulement chronologique des exemples retenus sur une durée pluriséculaire tenteront de pallier l’aspect nécessairement rapide de ce survol impérial.

  • 9 Tacite, Hist., I, 4 (euulgato imperii arcano posseprincipem alibi quam Romae fieri). Pour les enjeu (...)
  • 10 Dion Cassius notamment, un sénateur témoin actif de la crise de 193-197 se mettant en scène durant (...)
  • 11 Pour un commentaire du sort de Maximin dans le contexte du retour obligé à Rome : Christol (M.), «  (...)

4En constatant, à propos de la crise des années 68-69, que désormais un empereur pouvait être désigné hors de Rome, Tacite rend compte dans ses Historiae d’une nouvelle donne que l’héritage augustéen avec les successeurs julio-claudiens du premier princeps avait pu en partie éclipser9. Le poids des armées est devenu prépondérant ; les légions peuvent porter leurs légats à la pourpre, tandis que la garnison urbaine joue un rôle essentiel à Rome lors de la désignation d’un nouveau prince. Cette réalité trouve une confirmation magistrale avec la crise des années 193-197 qui est le plus souvent mise en écho dans nos sources avec l’année des quatre empereurs10. Désormais, le retour à Rome fait partie intégrante de la procédure de confirmation d’un nouveau princeps : Galba depuis la péninsule Ibérique, Vitellius depuis la Germanie, Vespasien depuis la Palestine, mais également Septime Sévère en provenance de Pannonie, sinon Pescennius Niger demeuré en Syrie, qui fit d’Antioche une capitale de substitution. La désignation d’un prétendant s’accompagne jusqu’au iiie siècle de notre ère du nécessaire voyage à Rome : le plus téméraire des empereurs-soldats eut à regretter sur le chemin le menant vers l’Urbs de l’avoir trop longtemps différé ; il s’agit de Maximin trouvant la mort à Aquilée, à l’issue de trois années de règne durant lesquelles il n’avait pas trouvé opportun d’engager un tel voyage11.

  • 12 Dion Cassius, Histoire romaine, 74, 1, 3-5.
  • 13 Scheid (J.), Commentarii Fratrum Arvalium qui supersunt. Recherches archéologiques à la Magliana. l (...)
  • 14 Pour une excellente mise en perspective de ces années de transition, à Rome et dans les provinces :(...)
  • 15 Selon Sha, Hadr., II, 6 ; Birley (A. R.), Hadrian, the Restless Emperor, Londres, Routledge, 1997, (...)
  • 16 Pline le Jeune, Ep., X, 1 : C. Plinius Traiano Imperatori. Tua quidem pietas, imperator sanctissime (...)
  • 17 Millar (F.), « Trajan : Government by Correspondence », dans J. Gonzalez, Trajano Emperador de Roma (...)

5L’aduentus du nouveau souverain, pour ne pas faire formellement partie d’un rituel d’avènement qui n’a jamais existé, est toutefois rapporté par nos sources avec beaucoup d’attention. Par exemple, Dion Cassius à propos du 9 juin 193, entrée solennelle de Septime Sévère à laquelle il assista12. Les sources épigraphiques contiennent des informations essentielles sur ces déplacements impériaux qu’un collège religieux aussi proche du pouvoir que la confrérie des frères arvales commémore régulièrement par des sacrifices ob profectionem/aduentum (en 69 notamment)13. Si certaines circonstances expliquent la rapidité avec laquelle un souverain nouvellement désigné rallie l’Italie et Rome, en un cortège qui prend en soi une forme légitimatrice d’affirmation de la réalité de son pouvoir, en 68-69, 193, ou 218, pour ne citer que ces quelques cas, le délai d’une bonne année et demie entre la mort de Nerva et l’aduentus romain de Trajan surprend, mais peut s’expliquer par une démonstration de force tout aussi significative14 Le nouveau prince avait été l’associé de son père adoptif. Il avait été en charge d’une province, la Germanie inférieure, puis du contrôle des Germanies et d’une campagne militaire en cours, même s’il n’était pas à proprement parler directement sur le front. Sa légitimité était incontestable et les liens entre Rome et sa résidence furent réguliers. Hadrien voulut être le premier à lui annoncer la mort de son père adoptif et son accession15. Cet exemple des années 98-99 offre la première situation concrète d’un pouvoir extra urbem fonctionnant sans encombre. Pline le Jeune adresse ainsi à son nouveau prince, qu’il célèbrera deux ans plus tard dans la gratiarum actio prononcée à l’occasion de son consulat suffect en septembre 100, une lettre de félicitations qui lui parvient à Cologne16. Il s’agit de louer la prospérité du genre humain qu’une telle situation ne peut manquer d’apporter. L’aduentus romain offrira au panégyriste une nouvelle occasion de commémorer cet âge d’or. Les contraintes militaires et administratives qui pouvaient entraîner les princes plus ou moins longuement hors de Rome sont levées par la mise en place d’une administration qui rend possible un « gouvernement par correspondance17 ».

  • 18 Lire l’introduction de P. Hadot à Marc Aurèle, Écrits pour lui-même, Paris, Belles Lettres, t. I, 1 (...)
  • 19 Fasti Ostienses, Kb, lignes 14-18 : [I ?]X k. Mart. laureatae missae ad sen[atum ab imp.]/ Traiano (...)
  • 20 En dernier lieu, voir M. Galinier, La colonne Trajane et les forums impériaux, Rome, coll. de l’Éco (...)
  • 21 Feriale Duranum, I, 14-16.

6La leçon que le règne de 1’optimus princeps – et plus généralement ceux de ses successeurs antonins – livre à l’historien est une identité renouvelée d’un prince combattant, itinérant, incarnant l’empire physiquement et idéologiquement. Sur le front, il conduit les campagnes militaires à la tête de ses armées, de résidences provinciales en bivouacs. On peut à cet égard rappeler la mention dans 1’editio princeps des Écrits pour lui-même de Marc Aurèle des lieux de rédaction de ces exercices spirituels stoïciens durant la première campagne danubienne des années 170-173, à Carnuntum (insertion entre les livres II et III) ou au pays des Quades, au bord du Gran (entre les livres I et II)18. L’Imperator Caesar Augustus envoie régulièrement de ses nouvelles sous la forme de comptes rendus de victoires que l’on nomme les laureatae litterae. Les fastes d’Ostie rapportent par exemple la victoire parthique de 116 par la réception le 20 ou 21 février du courrier adressé au Sénat19, tandis que la célèbre colonne Trajane érigée au forum de Trajan fixe dans la pierre les scènes de la campagne dacique qui prirent initialement la forme de panneaux peints, incorporés aux processions triomphales, munis de tituli. Le prince y est représenté sur les différents lieux de la campagne et s’offre aux regards des spectateurs romains dans les situations diverses de son métier (adlocutio, clementia...)20. C’est également avec ce prince à l’excellente mémoire pérenne qu’apparaît l’usage cumulatif, à l’imitation d’un Domitien devenu paradoxalement son modèle, des cognomina deuictarum gentium (Germaicus, Dacicus), le dernier d’entre eux maintenu au-delà de la mort dans la dénomination posthume du diuus Traianus Parthicus, commémoré entre 223 et 227 dans le papyrus retrouvé à Doura Europos, un calendrier à l’usage des archers palmyréniens qui réunit Trajan et Septime Sévère le 28 janvier – dies imperii du premier en 98 et victoire parthique du second en 19821.

  • 22 Pour une première approche concernant les provinces publiques aux trois premiers siècles de l’Empir (...)
  • 23 En partant de H. Halfmann, Itinera principum (Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römische (...)
  • 24 Pour un témoignage épigraphique exceptionnel : Les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique. Exercita (...)
  • 25 Galimberti (A.), Adriano e l’ideologia delprincipato, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2007, en parti (...)

7Dès les origines du principat, la visite impériale dans les provinces participe de cette élaboration de la figure d’un prince détenteur d’un imperium supérieur, gouverneur éminent d’une bonne moitié des territoires provinciaux dans lesquels ses legati sont envoyés, et tout autant protecteur attentif de l’ensemble de l’espace impérial avec des formes d’intervention diverses bien attestées, des édits augustéens de Cyrène aux epistulae des empereurs chrétiens conservées au Code Théodosien22. L’intervention impériale portant sur des sujets civils, citoyenneté, finances, cultes, que la correspondance de Pline, alors légat de Pont et Bithynie durant les années 111-113, avec Trajan permet de définir, dessine les contours d’une figure que l’on a pu qualifier à juste titre de ciuilisprinceps. Il est judicieux de prolonger notre panorama par le règne d’Hadrien et l’apport pour notre réflexion de sa pratique systématique du voyage dans les provinces. Si les princes combattants, Trajan et Marc Aurèle notamment, sous la contrainte des campagnes militaires, passèrent la moitié ou bien plus de leur temps de règne à l’extérieur de Rome, les longs séjours provinciaux d’Hadrien, à l’exception de la guerre juive, ne sont nullement motivés par la conduite des armées23. Le prince choisit délibérément de visiter l’espace impérial, la monnaie commémorant les différentes visites par des émissions mettant en scène des prouinciae, non plus soumises mais participant à cet ensemble incarné par le prince, ou bien les différents exercitus. L’inspection de la IIIa Augusta permet de mesurer l’importance de l’exercice et des manœuvres dans un empire désormais en paix, privilégiant des frontières fixes et non plus une conception d’un territoire ouvert en expansion24. De 121 à 125, puis de 128 à 132, la plus grande partie du territoire impérial a été systématiquement visitée : d’ouest en est, de l’Ecosse à l’Euphrate, du Danube au désert saharien. L’activité impériale attestée par de nombreux papyrus et inscriptions comprend alors remise d’impôts, promotion de statuts personnel et collectif, inspection des corps de troupes, inauguration de monuments publics, temples, arcs de triomphe25

  • 26 Deux exposés complémentaires du règne du premier des Sévères par A. R. Birley, Septimius Severus, T (...)
  • 27 Prenons le cas de l’édit de Banasa de Caracalla traité par M. Corbier, « Le discours du prince d’ap (...)
  • 28 Pour une découverte récente en Gaule Belgique, voir J. Arce et C. Hoët-van Cauwenberghe, « Une born (...)
  • 29 Se reporter à J. B. Ward Perkins, The Severan Buildings of Lepcis Magna. An architectural Survey, T (...)

8Le règne conjoint de Septime Sévère et Caracalla abonde également en exemples épigraphiques, papyrologiques et monumentaux attestant les déplacements du collège impérial et ses activités quotidiennes. Alliant conduite de la guerre, en Orient ou en Bretagne, et visites des provinces durant lesquelles la fonction normative s’impose comme la première expression du métier d’empereur, en particulier la tenue d’assises judiciaires régulières, comme à Alexandrie en 199-200 (apokrimata), cette pratique itinérante du pouvoir impérial suppose tout à la fois une conscience très claire de l’étendue des activités impériales, c’est-à-dire de ce que doit faire concrètement un Imp[erator] Caesar Augustus, mais également des nécessités d’un empire territorial aux dimensions aussi importantes, à savoir un rapport inversé entre la cité de Rome et les cités provinciales26. Cette conception du principat sévérien découle d’une lente évolution des pratiques depuis le ier siècle de notre ère et est en germe dès les comportements augustéens. Les témoignages sont dès lors plus nombreux pour étudier très concrètement les déplacements des princes, les préparatifs de leurs visites et leurs conséquences. Il y va de l’identité d’un souverain, bienveillant, faisant montre d’indulgentia en matière fiscale par exemple27, mais également d’un modèle assumé d’excellence militaire. La présence impériale s’observe à la lecture des milliaires qui quadrillent l’espace impérial parcouru, témoignent des travaux du génie, la plupart du temps liés aux déplacements des princes28. On peut également alléguer les témoignages monumentaux, cette parure des cités accueillant la famille impériale, d’autant plus importants qu’il s’agit par exemple, pour Lepcis Magna, du berceau familial des Seueri, bénéficiant lors du passage impérial de 202-203 de l’octroi du ius italicum29.

  • 30 Hérodien, 1, 6, 5.
  • 31 De Jong (J.), Emperors in Egypt. The Representation and Perception of Roman Imperial Power in Greek (...)

9En soulignant dans le premier livre de son Histoire des empereurs romains que « Rome se trouve là où est le prince30 », Hérodien nous invite certes à prendre la mesure d’une mutation idéologique qui implique un rapport différent de l’imperium Romanum avec l’Urbs, mais témoigne plus concrètement des progrès d’une chancellerie impériale itinérante qui rend désormais possible l’exercice du pouvoir partout dans l’empire. En Égypte, la documentation papyrologique nous fournit l’occasion de suivre les visites des empereurs, en particulier les préparatifs qu’elles génèrent dans les cités. C’est notamment le cas lors du séjour de Caracalla en 215-217. Il appartient aux autorités locales de subvenir à certains frais occasionnés par les déplacements princiers31. Les données collectées permettent ainsi de dessiner la carte des itinéraires impériaux et de préciser certaines chronologies. Cette pratique régulière des visites de souverains justifie alors que les actes normatifs issus de la chancellerie impériale portent l’indication des lieux de résidence des empereurs, tandis que les traces de leurs voyages se relèvent dans la mention épigraphique ou rhétorique de leurs entrées solennelles, pour lesquelles des rituels comprenant des discours panégyriques formalisent l’épiphanie impériale.

  • 32 Depuis P. Kneissl, Die Siegestitulatur der römischen Kaiser, Göttingen, coll. « Hypomnemata », no 2 (...)

10Ce petit parcours à marche forcée d’un dossier fort nourri, comprenant de nombreuses données épigraphiques, numismatiques, papyrologiques, archéologiques et littéraires, implique nécessairement la prise en compte sur une longue durée, depuis les prémices augustéens jusqu’au tournant du iiie siècle et à l’officialisation tétrarchique de la multiplication des résidences des Augustes et des Césars, d’une mutation des figures impériales, du pouvoir et du territoire. La pratique des déplacements impériaux traduit en premier lieu les exigences de la protection d’un empire territorial de très vaste étendue, l’empire étant fondé, depuis Actium et le retour des enseignes capturées par les Parthes (de 31 à 20 avant notre ère) et justifié par la victoire pérenne de son souverain. L’inuictus se doit d’incarner un espace en paix, par le port de surnoms de victoires, célébrant chemin faisant une geste en mouvement de l’éternité de Rome face aux incursions des barbares extérieurs32. Mais cette géographie impériale revisitée au gré des pressions des peuples massés aux frontières de l’empire rend toujours plus indispensable la présence des princes, ce qui explique les pratiques collégiales, héritage augustéen renouvelé au tournant du ive siècle par le besoin impérieux d’une répartition des tâches. L’histoire de la Rome impériale s’écrit donc au présent d’un récit des conflits extérieurs, des succès et des échecs des armées et de leurs chefs.

  • 33 Ando (C.), Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley, University of Ca (...)
  • 34 Avec le témoignage de Libanios, Or., 19-22, après l’émeute de février 387, provoquée par l’annonce (...)

11Si la nécessaire présence du prince a rendu, dès le règne d’Auguste, les visites impériales tout à fait souhaitables, les prétentions à l’accessibilité du souverain contenues dans la rhétorique officielle du miroir des bons princes – ce qui a permis d’opposer un Domitien et un Trajan, l’un et l’autre ayant été, pourtant, des combattants sur les mêmes fronts rhéno-danubiens – n’ont pu endiguer les effets d’une ritualisation progressive des déplacements impériaux, profectio et aduentus. Le métier d’empereur comprend ainsi un certain nombre d’obligations que les titulaires successifs de la fonction ont plus ou moins bien respectées. Il importe de faire preuve, à Rome et dans les cités provinciales, d’une même attitude bienveillante à l’égard d’un populus de sujets. Toutefois, la présence du prince, sa mise en scène dans l’espace urbain de Rome et des grandes cités, a changé. Les formes héritées de la République, de la visite du gouverneur de province, débouchent sur des cérémonies publiques codifiées. C’est ce qui permet de comprendre la place accordée au cours du iiie siècle au rituel d’entrée solennelle dans les cités des images du prince à chaque annonce d’un avènement33. La présence symbolique du nouveau souverain vaut communication d’une proximité impériale rassurante... que l’on peut cependant châtier si besoin est, comme lors d’une révolte fiscale à Antioche en 387 : les images de Théodose furent alors abattues pour protester contre des mesures jugées contraires aux intérêts des citoyens antiochéens34. La figure impériale qui se dégage des témoignages tardifs atteste en tout cas des mutations de la conception du métier d’empereur que l’on ne peut nier.

  • 35 Pour deux illustrations du pouvoir normatif des princes sur une très longue durée, du principat à l (...)
  • 36 Ulpien, Inst., 1 D, 1, 4, 1, préface et premier paragraphe.
  • 37 Par exemple, les constitutions du livre XVI du Code Théodosien, en renvoyant aux commentaires de R.(...)
  • 38 D, 48, 22, 18 pr. : Relegatus non potest Romae morari, licet hoc sententia comprehensum non sit, qu (...)
  • 39 VI, 44, 6. Avec les remarques de N. Méthy, « Une signification nouvelle pour le nom de Rome au seco (...)
  • 40 Ammien Marcellin, XVI, 10, 1-20.

12La documentation juridique réunie par les compilations du Code Théodosien et du Code Justinien livre les pratiques normatives d’un pouvoir impérial devenu chrétien, fondées sur l’héritage élaboré au cours des trois premiers siècles du principat35. Ulpien sous les Sévères, à la suite de Gaius, soulignait déjà parmi les diverses formes prises par les constitutions impériales la place accordée aux epistulae liées au quotidien itinérant du pouvoir impérial de son temps36. Les textes des codes fournissent de même des renseignements précieux sur des échanges réguliers entre un pouvoir central qui se déplace, de résidence en résidence, et qui implique plus ou moins l’ensemble du territoire impérial, quels que soient le souverain à l’origine des mesures prises et les divers fonctionnaires de l’imperium Romanum (préfets, comtes) concernés37. Les juristes construisent une figure du souverain qui s’affirme dans l’ensemble de l’espace impérial : celle d’un pater patriae dont la résidence s’identifie à tout l’empire, tel Callistrate à propos de l’application de la peine de relégation impliquant, au-delà de Rome, toute cité dans laquelle se rendrait l’empereur38. N’est-ce pas la conséquence naturelle des propos de Marc Aurèle se présentant ainsi, en bon stoïcien, dans ses Écrits : « Ma cité et ma patrie, en tant qu’Antonin, c’est Rome ; ma cité et ma patrie, en tant qu’homme, c’est le Monde ; tout ce qui est utile à ces deux cités est pour moi le seul Bien39. » L’identité et le métier de l’empereur sont incontestablement renouvelés au cours des siècles, même s’il est possible de retrouver dans la plupart des postures tardives des précédents augustéens et du Haut-Empire. Dans cette évocation des itinéraires impériaux, une seule rupture radicale transparaît à la lecture du témoignage d’Ammien Marcellin à l’occasion de la visite de Constance II à Rome en 35740. Ce retour dans l’Urbs permet de mesurer le chemin parcouru : le souverain se rend dans une cité-musée qu’il ne connaît pas, devenue le réceptacle monumental d’une histoire qui s’incarne désormais en des lieux éloignés et des hommes au passé différent, mais au service d’une mémoire commune et prétendument éternelle.

Notes

1 CIL, XIII, 3 570 (ILS, 8898), Bagacum, ciuitas Neruiorum : Ti[beri] Caesari Augusti f[ilio],/ diui nepoti, aduentui/eius sacrum./ Cn[aeus] Licinius C[ai] f[ilius] Vol[inia tribu] Nauos.

2 Se reporter pour la mise en place d’un culte impérial en Occident à A. Chastagnol, « L’expression épigraphique du culte impérial dans les provinces gauloises », REA 97, nos 3-4, 1995, p. 593-614 repris dans A. Chastagnol, Le pouvoir impérial à Rome : figures et commémorations. Scripta varia IV, Genève, Droz, 2008, p. 379-400 et D. Fishwick, The Imperial Cult in the Latin West, Studies in the Ruler Cult of the Western Provinces of the Roman Empire, Leyde, Brill, 1987-2004.

3 Pour un inventaire bibliographique des recherches en cours sur le principat : Benoist (S.), « Réflexions contemporaines sur le principat d’Auguste à Constantin », Antiquité classique, no 72, 2003, p. 275-289 et « Vitae Caesarum et histoire impériale : Rome au miroir de ses princes », Antiquité classique, no 76, 2007, p. 205-220.

4 Nicolet (C.), L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 1988 [2e éd. 1996], pour une prise en compte de cette approche politique de l’espace impérial au début du principat.

5 Pour une approche personnelle de la nature du principat et de la fonction impériale : Veyne (P.), L’empire gréco-romain, Paris, Seuil, 2005, « Qu’était-ce qu’un empereur romain ? », p. 15-76 ; en partant de l’étude fondatrice d’A. Wallace-Hadrill, « Civilis Princeps : Between Citizen and King », Journal of Roman Studies, no 72, 1982, p. 32-48.

6 En partant de nos propres recherches : Benoist (S.), « Le retour du prince dans la Cité (juin 193-juillet 326) », Cahiers du Centre Gustave-Glotz, X, 1999, p. 149-175 et Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier siècle av. début du ixe siècle apr. J.-C.), Paris, PUF, coll. « Le Nœud gordien », 2005, chap. 1 et 2, p. 25-101.

7 Lehnen (J.), Adventus Principis. Untersuchungen zu Sinngehalt und Zeremoniell der Kaiserankunft in den Städten des Imperium Romanum, Francfort-sur-le-Main, coll. « Prismata », no 7, 1997, p. 318-341 et appendice, p. 357-360.

8 Pour une approche très complète de la figure impériale, contenu et fonctions : Millar (F.), The Emperor in the Roman World (31 BC - AD 337), Londres, Duckworth, 1992 [1977], notamment « Imperial Journeys », p. 28-40, et ses trois recueils d’articles, Rome, the Greek World, and the East, Chapel Hill et Londres, The University of North Carolina Press, 2002, 2004 et 2006.

9 Tacite, Hist., I, 4 (euulgato imperii arcano posseprincipem alibi quam Romae fieri). Pour les enjeux de la crise de 68-69 à Rome, voir S. Benoist, « Le prince, la cité et les événements : l’année 68-69 à Rome », Historia, 50-3, 2001, p. 279-311.

10 Dion Cassius notamment, un sénateur témoin actif de la crise de 193-197 se mettant en scène durant les événements. Pour un récit suivi de ces mois de crise, exposés par les sources littéraires : Rubin (Z.), Civil-War Propaganda and Historiography, Bruxelles, coll. « Latomus », no 173, 1980, avec pour l’établissement des faits la mise au point de M. Christol, L’empire romain du iiie siècle. Histoire politique (192-325 après J.-C.), Paris, Errance, 1997, p. 11-22 et 60-62.

11 Pour un commentaire du sort de Maximin dans le contexte du retour obligé à Rome : Christol (M.), « Rome sedes imperii au iiie siècle apr. J.-C. », dans Quaderni Catanesi di cultura classica e medievale : Studi in memoria di Sante Mazzarino III, 1990, p. 121-147.

12 Dion Cassius, Histoire romaine, 74, 1, 3-5.

13 Scheid (J.), Commentarii Fratrum Arvalium qui supersunt. Recherches archéologiques à la Magliana. les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie arvale (21 av.-304 apr. J.-C.), Rome, École française de Rome et Soprintendenza archeologica di Roma, coll. « Roma Antica », no 4, 1998, no 40, procès-verbal de 69. Pour une chronologie des règnes, déplacements des princes, datation des salutations impériales et prise des surnoms de victoire : Kienast (D.), Römische Kaisenabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 1996 [1990].

14 Pour une excellente mise en perspective de ces années de transition, à Rome et dans les provinces : Grainger (J. D.), Nerva and the Roman succession crisis of AD 96-99, Routledge, Londres et New York, 2004 [2003].

15 Selon Sha, Hadr., II, 6 ; Birley (A. R.), Hadrian, the Restless Emperor, Londres, Routledge, 1997, p. 38.

16 Pline le Jeune, Ep., X, 1 : C. Plinius Traiano Imperatori. Tua quidem pietas, imperator sanctissime, optauerat, ut quam tardissime succederes patri ; sed di immortales festinauerunt uirtutes tuas ad gubernacula rei publicae quam susceperas admouere. Precor ergo ut tibi et per te generi humano prospera omnia, id est digna saeeulo tuo contingant. Fortem te et hilarem, imperator optime, et priuatim et publice opto. Pline le Jeune, Panegyricus Traiani, 9-11 et 20-23.

17 Millar (F.), « Trajan : Government by Correspondence », dans J. Gonzalez, Trajano Emperador de Roma, Madrid, 2000, p. 363-388 et Rome, the Greek World, and the East, op. cit., vol. 2, Government, society and culture in the Roman Empire, 2004, p. 23-46.

18 Lire l’introduction de P. Hadot à Marc Aurèle, Écrits pour lui-même, Paris, Belles Lettres, t. I, 1998 et P. Hadot, Introduction aux « Pensées » de Marc Aurèle, Paris, Fayard, 1997 [1992], p. 47-69 ; et pour la figure de l’empereur qui s’en dégage, voir S. Benoist, « Marc Aurèle, un prince philosophe face à la guerre », dans P. Martin et S. Simiz, L’empreinte de la guerre. De la Grèce classique à la Tchétchénie, Paris, Lavauzelle, 2006, p. 277-285.

19 Fasti Ostienses, Kb, lignes 14-18 : [I ?]X k. Mart. laureatae missae ad sen[atum ab imp.]/ Traiano Aug(usto), ob q[u]am causam Par[thicus appell(atus)]/ [e]t pro salute eius s(enatus) c(onsultum) f(actum) et supp(licationes) [per omnia delu]/[b]ra et ludi facti V, IIII, pr. K. M[art. circ(enses),] / miss(us) XXX.

20 En dernier lieu, voir M. Galinier, La colonne Trajane et les forums impériaux, Rome, coll. de l’École française de Rome, no 382, 2007.

21 Feriale Duranum, I, 14-16.

22 Pour une première approche concernant les provinces publiques aux trois premiers siècles de l’Empire, voir F. Hurlet, Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux, Ausonius, 2006.

23 En partant de H. Halfmann, Itinera principum (Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich), Stuttgart, 1986, p. 188-210, pour l’établissement et la datation des déplacements impériaux avec les références aux différentes sources, littéraires, épigraphiques et numismatiques.

24 Pour un témoignage épigraphique exceptionnel : Les discours d’Hadrien à l’armée d’Afrique. Exercitatio, éd. Y. Le Bohec, Paris, De Boccard, 2003.

25 Galimberti (A.), Adriano e l’ideologia delprincipato, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2007, en particulier concernant la politique extérieure et les relations avec l’armée (p. 73-122).

26 Deux exposés complémentaires du règne du premier des Sévères par A. R. Birley, Septimius Severus, The African Emperor, Londres, Routledge, 1999 [1971] et A. Daguet-Gagey, Septime Sévère. Rome, l’Afrique et l’Orient, Paris, Payot, 2000.

27 Prenons le cas de l’édit de Banasa de Caracalla traité par M. Corbier, « Le discours du prince d’après une inscription de Banasa », Ktèma, 2, 1977, p. 213-232, repris et complété dans Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, CNRS, 2006, chap. 8, p. 197-213.

28 Pour une découverte récente en Gaule Belgique, voir J. Arce et C. Hoët-van Cauwenberghe, « Une borne milliaire de l’empereur Septime Sévère et de ses fils trouvée à Desvres (Pas-de-Calais) », Revue du Nord, no 86, 2004, p. 7-17.

29 Se reporter à J. B. Ward Perkins, The Severan Buildings of Lepcis Magna. An architectural Survey, Tripoli, Society for Libyan Studies, 1993 et X. Dupuis, « La concession du ius italicum à Carthage, Utique et Lepcis Magna : mesure d’ensemble ou décisions ponctuelles ?», dans Splendidissima Ciuitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 57-65.

30 Hérodien, 1, 6, 5.

31 De Jong (J.), Emperors in Egypt. The Representation and Perception of Roman Imperial Power in Greek Papyrus Texts from Egypt, AD 193-284, Nimègue, Drukkerij Quickprint, 2006, p. 76-79 et 183-184, appendice 2, avec les références aux huit papyri se rapportant à la visite de Caracalla (du 24 novembre 215 à 216/217).

32 Depuis P. Kneissl, Die Siegestitulatur der römischen Kaiser, Göttingen, coll. « Hypomnemata », no 23, 1969 jusqu’à S. Benoist, Rome, le prince et la Cité..., op. cit., chap. 6, p. 241-272.

33 Ando (C.), Imperial Ideology and Provincial Loyalty in the Roman Empire, Berkeley, University of California Press, 2000, chap. 7, « Images of Emperor and Empire », p. 206-273.

34 Avec le témoignage de Libanios, Or., 19-22, après l’émeute de février 387, provoquée par l’annonce d’une imposition exceptionnelle à l’occasion des decennalia du prince, et des vingt-quatre homélies de Jean Chrysostome, De statuts (PG 49, 15-222) ; en dernier lieu, voir D. French, « Rhetoric and the Rebellion of AD 387 in Antioch », Historia, no 47-4, 1998, p. 468-484.

35 Pour deux illustrations du pouvoir normatif des princes sur une très longue durée, du principat à l’Empire chrétien, voir S. Benoist, « Le prince, magister legum : réflexions sur la figure du législateur dans la Rome impériale », dans P. Sineux (dir.), Le législateur et la loi dans l’Antiquité. Hommage à Françoise Ruzé, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, p. 225-240 et S. Benoist, « Du pontifex maximus à l’élu de Dieu, l’empereur et les sacra (ier s. av. – ive s. apr. n. è.) », dans O. Hekster, E. Stavrianopoulou et C. Witschel (dir.), The Impact of the Roman Empire on the Dynamics of Rituals, Leyde, Brill, à paraître.

36 Ulpien, Inst., 1 D, 1, 4, 1, préface et premier paragraphe.

37 Par exemple, les constitutions du livre XVI du Code Théodosien, en renvoyant aux commentaires de R. Delmaire dans Les lois religieuses des Empereurs romains de Constantin à Théodose II. I Code Théodosien XVI, Paris, Cerf, 2005.

38 D, 48, 22, 18 pr. : Relegatus non potest Romae morari, licet hoc sententia comprehensum non sit, quia omnium est patria. Sed neque in ciuitate in qua uersatur princeps, uel per quam transit, eis enim duntaxat principem intueri licet, qui Romani ingredi possunt. Est enim princeps pater patriae.

39 VI, 44, 6. Avec les remarques de N. Méthy, « Une signification nouvelle pour le nom de Rome au second siècle de notre ère ? À propos d’une phrase de Marc Aurèle », Revue belge de philologie et d’histoire, no 72-1, 1994, p. 98-110.

40 Ammien Marcellin, XVI, 10, 1-20.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540