Version classiqueVersion mobile

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

III – Les conditions de la mobilité

Voyager en Grèce en période de conflit (ve-iiie siècle)

Anne Jacquemin

Texte intégral

  • 1 Le découpage des années chez Thucydide en été et hiver est révélateur : pour chaque année, les chap (...)
  • 2 Démosthène, Sur la couronne, 169.

1Plusieurs communications ont déjà parlé de voyageurs et des difficultés qu’ils ont rencontrées. Si la nature peut rendre parfois l’entreprise ardue, l’homme est souvent la cause d’obstacles à une libre circulation. Dans une Grèce où la guerre régnait de façon permanente ou peu s’en faut, puisqu’on ne rencontre que deux fois dans les livres conservés de l’historien Diodore la phrase « cette année-là, il ne s’est rien passé » qui renvoie à l’absence de conflits, cet état des choses n’entravait cependant pas le déplacement des hommes. La guerre était en effet une activité saisonnière liée à la belle saison1. Partir en expédition en hiver étonnait et choquait, comme l’illustre bien la panique qui saisit les Athéniens à l’annonce du franchissement des Thermopyles par Philippe en 3392.

  • 3 Ainsi dans le corpus des décrets de l’amphictyonie pyléo-delphique (F. Lefèvre, Corpus des inscript (...)
  • 4 Les Athéniens et les Corinthiens, alliés des Lacédémoniens, étaient depuis 446 en paix pour trente (...)
  • 5 Thucydide, I, 53, 1.
  • 6 Il s’agit, comme l’écrit un commentateur antique de ce passage de Thucydide, d’une « baguette droit (...)
  • 7 Thucydide, I, 146.
  • 8 Thucydide, II, 1.
  • 9 Hérodote, VII, 133-137. Après avoir jeté dans un puits les hérauts perses, les Lacédémoniens qui ne (...)
  • 10 C’est ainsi qu’il faut comprendre l’arrestation et la mise à mort par les Athéniens des Lacédémonie (...)
  • 11 Quoique Libanios ait vu dans le plaideur Apollodore le fils du banquier Pasion, la critique moderne (...)
  • 12 Démosthène, Sur la couronne triérarchique, LI, 13. Sur ces pratiques, voir W. K. Pritchett, The Gre (...)

2Les Grecs distinguaient nettement entre période de paix et période de guerre pour ce qui était de la circulation des hommes et des marchandises. Les décrets qui accordaient les privilèges de la sécurité personnelle (asphaleia) et de la garantie des biens contre toute saisie (asyleia) précisaient que ces dispositions s’appliquaient en temps de paix comme en temps de guerre3. Pour les Grecs de l’époque classique, comme le montrent bien les remarques de Thucydide, la paix était le temps où l’on pouvait circuler sans être accompagné d’un héraut. Après la bataille navale de Sybota en été 433, les Corinthiens, vainqueurs des Corcyréens, virent s’approcher une escadre athénienne et craignirent alors que les Athéniens fissent obstacle à leur déplacement, parce qu’ils auraient pensé que le traité conclu treize ans auparavant était rompu4. En faisant partir leurs émissaires en barque sans caducée5, sans cet attribut du dieu Hermès qui était le signe distinctif du héraut6, ils signifiaient que, pour eux, l’état de paix durait encore, et c’est également ce que pensaient les Athéniens. Durant l’hiver 432-431, malgré les tensions vives qui existaient entre Athènes et Lacédémone, la situation était encore un état de paix : Thucydide achève son récit des prodromes de la guerre du Péloponnèse par ces mots : « Cependant ils se fréquentaient dans les mêmes termes et ils allaient les uns chez les autres sans héraut, mais non sans défiance : en effet ce qui se passait, c’était l’effondrement du traité et la source de guerre7. » Le passage est à comparer aux lignes qui ouvrent le récit de la guerre : « Ils ne se fréquentaient plus les uns les autres sans héraut, mais, résolument en lutte, ils se faisaient la guerre de façon continue8. » Seule la présence d’un héraut assurait alors la sécurité des envoyés, fussent-ils des émissaires chargés de négocier une trêve, notamment pour relever les morts. S’en prendre à un héraut, c’était susciter la colère du dieu Hermès et de Talthybios, le héraut d’Agamemnon, ancêtre des Talthybiades qui assuraient à Sparte la fonction de hérauts. L’épisode des envoyés de Darius mis à mort par les Athéniens et les Lacédémoniens, alors qu’ils venaient demander la terre et l’eau, en d’autres termes la soumission au roi, a été interprété par les contemporains comme le signe du respect absolu qui doit accompagner ces personnages, fussent-ils des barbares9. Cependant, la protection des envoyés ne semble concerner pour un Etat que ceux qui viennent voir ses autorités10. Un paragraphe du discours de Démosthène11 Sur la couronne triérarchique montre les conséquences de la conduite des triérarques athéniens : « Lorsqu’un homme qui prend en ferme le commandement d’une trière part en expédition, il s’en prend partout aux personnes et aux biens ; le profit est pour lui, mais c’est le premier d’entre vous qui subit la peine ; vous êtes les seuls qui ne puissiez aller nulle part sans caducée, à cause des prises de corps et des représailles sur les biens qu’ils ont provoqués12. »

3Cependant, en temps de guerre, certaines personnes pouvaient se déplacer « sans caducée », certains lieux pouvaient être visités, du moins à certains moments. Dans tous ces exemples, comme nous le verrons, la protection des dieux expliquait le statut privilégié conféré à des individus précis, à des endroits qui sont des sanctuaires, lors des panégyries, ces fêtes qui, comme leur nom l’indique, suscitaient un grand concours du peuple.

  • 13 Voir n. 6.
  • 14 Arrien, Anabase, I, 9, 4. Ce fut aussi le cas des hôtes des rois de Macédoine et des Thébains repré (...)
  • 15 Sokolowski (F.) (éd.), Lois sacrées des cités grecques, Paris, 1969, no 69.
  • 16 Salviat (F.), « Vedettes de la scène en province : signification et date des monuments chorégiques (...)
  • 17 Voir B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, Nancy, 2001.
  • 18 Démosthène, Contre Euboulidès, 18. Cependant, comme Démosthène parle d’« un très long temps » entre (...)
  • 19 Inscriptiones Graecae, II2, 657. La stèle portant le décret fut dressée près du temple de Dionysos. (...)
  • 20 Démosthène, Sur l’ambassade infidèle. Second argument, 2, trad. G. Mathieu, Collection des universi (...)
  • 21 Eschine, Sur l’ambassade infidèle, 15-19. Comme les devoirs de l’ambassade empêchaient Facteur de r (...)

4Les caducées remis par l’amphictyonie pyléo-delphique à des hommes qui n’étaient pas des hérauts et ne portaient donc pas cet objet à titre professionnel13 leur conféraient la sécurité dans toutes les régions de Grèce qui relevaient de cette organisation. Ils n’étaient pas protégés pour ce qu’ils étaient, mais en vertu du privilège qui leur avait été octroyé. Il dépendait donc du crédit de l’amphictyonie qu’ils fussent exempts de saisies et de prises de corps. Si nous savons qu’après la prise de Thèbes en 335 les prêtres et les prêtresses échappèrent à la mort et à l’esclavage14, rien ne permet d’assurer qu’ils eussent eu en tout lieu et en toute circonstance un traitement de faveur. À l’exception des prêtrises propres à certaines familles, prêtres et prêtresses étaient des citoyens et des citoyennes ordinaires que le sort, l’élection, voire l’achat de la charge avaient rendus tels. De surcroît, rien dans leur fonction n’impliquait l’obligation de se déplacer, si l’on excepte le cas des prêtres desservant des sanctuaires extra-urbains, comme le prêtre de l’Amphiareion d’Oropos qui était tenu d’y résider quelques jours chaque mois15. Les acteurs, en revanche, qui peuvent être considérés comme des prêtres de Dionysos, circulaient beaucoup. Au ive siècle, on connaît de véritables vedettes16 et à l’époque hellénistique ils se regroupaient en associations de technites dionysiaques pour avoir de meilleures conditions, y compris en ce qui concernait les engagements17. Cette situation particulière leur permettait de jouer le rôle d’intermédiaires dans les conflits, de contribuer à la libération de prisonniers, voire d’être à l’origine de négociations de paix. On pourrait ainsi citer le cas de l’acteur Kléandros qui racheta l’Athénien Thoukritos, fait prisonnier pendant la guerre de Décélie (413-404) et vendu comme esclave à Leucade18, ou celui du poète comique Philippidès, vainqueur aux Dionysies en 311, que la cité d’Athènes honora en 287 pour ses interventions en faveur des Athéniens de l’armée d’Antigone et de Démétrios qui avaient été faits prisonniers lors de la bataille d’Ipsos en 30119. Plus décisif encore fut le rôle de l’acteur tragique Aristodémos, originaire de Métaponte, mais citoyen athénien. Inquiets du sort de leurs parents Iatroklès et Euarétos, capturés lors de la prise d’Olynthe par Philippe II de Macédoine, des Athéniens supplièrent l’assemblée d’envoyer un ambassadeur auprès du roi et le peuple choisit l’acteur dont le roi connaissait et appréciait le talent. Le Second argument du discours de Démosthène Sur l’ambassade infidèle explique clairement le choix d’acteurs pour ce genre d’entreprises : « Ceux-ci, en raison de leur art, avaient pleine sécurité pour aller où ils voulaient, même chez l’ennemi20. » Aristodémos obtint la libération sans rançon des prisonniers et fut élu pour participer à l’ambassade officielle destinée à conclure la paix21.

  • 22 Rigsby (K. J.), Asylia. Territorial Inviolability in the Hellenistic World, Berkeley, 1996.
  • 23 Au printemps 423, les Lacédémoniens et leurs alliés s’entendirent sur le principe d’un libre accès (...)
  • 24 Sur le contrôle de l’oracle par la cité, voir J. Pouilloux, « Promanties collectives et protocoles (...)
  • 25 Thucydide, V, 18, 2. L’accord garantit aussi bien le trajet pat terre que par mer
  • 26 Thucydide, V, 26, 2 ; 32, 5-7. Sur la notion de « trêve de dix jours » (ekecheiria dechèmeros), voi (...)
  • 27 Aristophane, Les Oiseaux, 188-193. L’Athénien Pisthétairos conseille aux oiseaux, las du mépris des (...)

5Des lieux pouvaient également être privilégiés : avant que l’institution de l’asylie22 ne se généralisât à l’époque hellénistique et ne garantît la sécurité des personnes et des biens dans un certain nombre de sanctuaires à l’occasion des fêtes, il semblait admis – ou du moins reconnu par bien des Grecs – que l’accès à l’oracle de Delphes devait être garanti à tous23. Comme l’oracle dépendait de la cité et non de l’amphictyonie, cette conception n’était pas liée au caractère amphictyonique du sanctuaire qui ne concernait que sa gestion et l’organisation de la fête des Pythia24. Dans le cas plus général des sanctuaires communs, la protection accordée à ceux qui les fréquentaient était fonction du lieu, mais aussi du moment. Le traité de paix conclu au printemps 421 entre les Lacédémoniens et les Athéniens mentionnait expressément la liberté d’accès pour tous, en toute sécurité, à ces sanctuaires pour y sacrifier, consulter l’oracle – ce qui concernait Delphes et, de façon marginale, Olympie –, envoyer des délégations officielles assister aux fêtes, conformément aux usages ancestraux25. Cependant, l’accord de 421 ne fut pas reconnu par tous les belligérants ; ce fut le cas tout particulièrement des Béotiens qui ne conclurent avec les Athéniens qu’une trêve de dix jours indéfiniment renouvelable26. À cette précarité de la trêve s’ajoutait l’exigence des Béotiens d’une autorisation de passage (diodos) en bonne et due forme qui était systématiquement demandée aux voyageurs. C’est le poète comique Aristophane qui nous informe de cette disposition dans sa pièce Les Oiseaux, représentée au printemps 4l4 à quelques mois de la célébration des Pythia27.

  • 28 À l’origine, selon Plutarque (Questions grecques, 292 E), l’oracle était rendu le 7 du mois Bysios, (...)
  • 29 Ce fait de langue est à l’origine des jeux d’Aristophane dans sa comédie Les Acharniens : il y clas (...)
  • 30 Rougemont (G.), « La hiéroménie des Pythia et les « trêves sacrées » d’Eleusis, de Delphes et d’Oly (...)
  • 31 Inscriptiones Graecae, I, 3, 6, B, 17-27 et 36-47. Dans les deux cas, la trêve était de cinquante-c (...)
  • 32 Thucydide, V, 49-50. Comme les Lacédémoniens refusèrent de payer l’amende à laquelle ils avaient ét (...)

6Le cas de Delphes était quelque peu particulier à cause de l’oracle qui supposait une fréquentation presque continue tout au long de l’année28. L’existence de trêves qui auraient permis aux consultants de tout le monde grec, mais aussi à certains barbares, comme les Lydiens, les Phrygiens ou les Etrusques, de se rendre au sanctuaire pythien aurait en fait rendu la guerre impossible. Les trêves étaient liées à des fêtes précises qui se déroulaient à une date fixe et en un lieu donné. Elles étaient désignées par le nom ordinaire des trêves, spondai, dont le sens premier « libations » renvoie à la pratique rituelle qui les accompagnait29, mais elles l’étaient aussi par le nom de « hiéroménies » qui désigne les jours fériés qui encadraient une fête et durant lesquels il était interdit de se livrer à un certain nombre d’activités, notamment les actes de guerre30. La durée de ces hiéroménies variait selon les lieux et les fêtes. Lorsqu’on voulait insister sur le caractère panhellénique de cette vacance et sur la suspension des conflits qu’elle impliquait, on recourait de préférence au terme ordinaire dans ce contexte de spondai, ou au terme plus précis d’ékécheiria. Ainsi la seule hiéroménie dont nous connaissions la durée exacte est celle des mystères d’Eleusis, et le règlement qui la fixait pour les grands et les petits mystères s’appliquait aux « trêves entre les cités qui utilisent le sanctuaire et les Athéniens31 ». Les envoyés chargés d’annoncer la trêve s’appelaient les spondophoroi (« porteurs de trêves »). Ce système de proclamation de la trêve associée à l’annonce de la fête avait un inconvénient : il pouvait y avoir incertitude sur son début, même s’il avait été fixé précisément par la cité organisatrice. Ainsi en 420, les Lacédémoniens contestèrent la sentence rendue contre eux pour avoir violé la loi olympique en menant des opérations militaires pendant la trêve sacrée ; ils affirmaient que la trêve n’avait pas encore été proclamée chez eux quand ils avaient attaqué le fort de Physkos32.

  • 33 Eschine, Sur l’ambassade infidèle, 12. Selon l’auteur du second argument du discours Sur l’ambassad (...)
  • 34 Démosthène, Sur l’ambassade, 189, 197, 229-230, 233. L’orateur présente Phrynôn comme un débauché q (...)
  • 35 Tod (M. N.), A Selection of Greek Historical Inscriptions, Oxford, 1948, no 137. Le texte a été rep (...)
  • 36 Sur la saisie de représailles, voir B. Bravo, Annali della Scuola Normale di Pisa, 10/3, 1980, p. 6 (...)

7Cependant, malgré l’institution de la trêve sacrée dont on peut supposer qu’elle fut respectée par crainte des dieux, ceux qui fréquentaient les sanctuaires n’étaient point à l’abri des violences. L’un des cas les plus célèbres est celui de l’Athénien Phrynôn qui se rendait aux Olympia de 348, vraisemblablement comme spectateur, quand il fut capturé par des pirates au service de Philippe de Macédoine. Libéré contre rançon, il décida de tout mettre en œuvre pour obtenir remboursement de ce qu’il avait, selon lui, indûment payé. Comme sa cité était en guerre contre la Macédoine, il dut demander à l’assemblée d’envoyer une ambassade, ce qui fut fait. Le roi, qui voyait l’intérêt d’un règlement rapide d’une mauvaise affaire et le parti qu’il pouvait en tirer pour négocier la paix avec Athènes, accorda à Phrynôn ce qu’il demandait33. Phrynôn fit plus tard partie des trois ambassades envoyées en 346 pour conclure la paix34. L’affaire des deux spondophoroi d’Éleusis qui en 367 furent arrêtés dans la petite cité étolienne de Trichonion est plus grave encore. Nous ne connaissons les faits que par le décret athénien, malheureusement non conservé dans son intégralité, qui décida l’envoi d’un héraut – ultime recours en ce cas – ainsi que d’autres mesures que nous ignorons. Dans les considérants, les Athéniens rappellent que la confédération étolienne avait accepté la trêve pour les mystères de Déméter éleusinienne et de Koré (mystériôtides spondai tes Dèmètros Eleusinias kai tes Korès), qu’elle faisait partie de ceux qui utilisaient le sanctuaire et qu’elle violait donc les usages communs des Grecs35. Nous ignorons la conclusion de l’affaire et les raisons qui poussèrent les Trichoniens à s’en prendre à des ambassadeurs sacrés. Il est possible cependant que les Trichoniens aient procédé à une saisie de représailles36 et qu’ils aient ignoré le caractère sacré de la délégation, de bonne ou de mauvaise foi, tant l’Athénien devait être rare à Trichonion.

  • 37 La sanction amphictyonique visant les Lacédémoniens qui avaient occupé la citadelle de Thèbes en pr (...)
  • 38 Lefèvre (F.), Copus des Inscriptions de Delphes, IV, no 51.
  • 39 Ibid., no 36.

8Il existait donc bien des protections, mais leur respect dépendait de la bonne volonté des parties en cause. En effet, les autorités responsables des sanctuaires semblent avoir eu peu de poids en ces domaines. Ainsi on aurait pu s’attendre à ce que Phrynôn saisît les hellanodices éléens chargés de faire respecter la loi olympienne ; il préféra s’adresser au responsable de sa capture, le roi de Macédoine. Il est vrai que les Éléens usèrent et abusèrent de leurs droits sur Olympie, comme l’illustrent bien les événements de 420. Les malheurs des spondophoroi éleusiniens montrent l’impuissance athénienne, puisque la cité fut obligée de recourir aux procédures en usage en temps de guerre. Quant à l’amphictyonie pyléo-delphique, elle paraît déjà avoir eu du mal à protéger ceux qui venaient aux Pythia comme concurrents ou comme spectateurs37. Certes, un décret amphictyonique du milieu du iiie siècle ou des années 230-22038 demande aux cités d’intervenir dans des cas de saisie ou de prise de corps qui seraient contraires aux décisions de l’amphictyonie, mais l’état du document empêche de bien comprendre son objet. Dans les premières années du deuxième tiers du iiie siècle, un collège de hiéromnémons fut loué pour avoir assuré la sécurité des délégations venues aux Thermopyles, en prenant des mesures militaires et en exerçant des pouvoirs de police et de justice39. Le texte signifie bien que l’autorité morale, même accompagnée d’une sanction divine, demeurait souvent sans grande efficacité.

  • 40 Thucydide, II, 67, 4.
  • 41 Démosthène, Sur la couronne, 72. L’allusion elliptique de l’orateur a été expliquée par son comment (...)

9Sans héraut, en dehors des périodes de trêves sacrées – voire pendant celles-ci –, il n’y avait aucune garantie, même pour ceux qui se croyaient neutres. Dès le début de la guerre du Péloponnèse, les Lacédémoniens s’en prirent aux navires marchands et mirent à mort les marchands tombés entre leurs mains, qu’ils fussent en guerre du côté athénien ou qu’ils ne le fussent d’aucun côté40. Leur comportement était plus radical que celui de Philippe II de Macédoine qui fit arraisonner à Hiéron, en septembre 340, les navires qui revenaient de la mer Noire avec leurs cargaisons de blé et retint tous ceux qui avaient Le Pirée pour port de destination, alors qu’il n’était pas encore officiellement en guerre contre Athènes. L’attentat d’Hiéron précipita le conflit41. À l’époque hellénistique, l’octroi de la sécurité (asphaleia) sur terre et sur mer qui est l’un des privilèges qui accompagnaient le plus fréquemment la proxénie put faciliter la vie d’un certain nombre d’individus, d’autant plus qu’il allait souvent de pair avec l’exemption de saisie (asyleia). La diffusion du privilège d’asylie reconnue à des sanctuaires a contribué à la renommée de leurs fêtes et à la fréquentation des foires qui s’y déroulaient en ces occasions. Il y eut donc peut-être un progrès en comparaison de l’époque antérieure, mais il faudra attendre la fin des conflits entre cités, ligues et royaumes et la fin des guerres civiles romaines pour que les voyages deviennent plus sûrs, malgré la persistance en pleine paix romaine de pirates et de brigands.

Notes

1 Le découpage des années chez Thucydide en été et hiver est révélateur : pour chaque année, les chapitres consacrés à l’été sont nettement plus importants que ceux qui évoquent l’hiver.

2 Démosthène, Sur la couronne, 169.

3 Ainsi dans le corpus des décrets de l’amphictyonie pyléo-delphique (F. Lefèvre, Corpus des inscriptions de Delphes, IV), on trouve cette formule dans le décret en l’honneur des technites dionysiaques d’Athènes de ca 278 (no 12), dans le décret pour l’architecte Damôn de 260 (no 44), dans le décret pour le philosophe Lykôn de ca 240 (no 63), le décret pour le médecin Philistos de Cos de ca 204 (no 96), dans le décret récent en l’honneur des technites dionysiaques d’Athènes de 134 ou 130 (no 114). On trouve aussi la formule dans les décrets de Lilaia de Phocide en l’honneur des soldats envoyés par Attale Ier pendant la première guerre de Macédoine (R. Flacelière, Fouilles de Delphes, III, 4, 133-135), dans le décret d’Argos pour Cn. Octavius de 170 (L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche, I, no 42).

4 Les Athéniens et les Corinthiens, alliés des Lacédémoniens, étaient depuis 446 en paix pour trente ans. L’alliance défensive conclue entre Athènes et Corcyre ne rompait pas cet accord, quoique les Corcyréens fussent en guerre contre les Corinthiens et que les Athéniens fussent tenus d’intervenir en cas d’agression corinthienne. L’attitude des Athéniens qui visait à dissuader les Corinthiens de se porter contre Corcyre n’enfreignait pas les dispositions du traité de la « paix de trente ans », qui était en fait, comme le dit bien son nom grec de spondai, une trêve (Thucydide, I, 53, 4).

5 Thucydide, I, 53, 1.

6 Il s’agit, comme l’écrit un commentateur antique de ce passage de Thucydide, d’une « baguette droite de bois portant de part et d’autre deux serpents qui se font face ». On a trouvé des exemplaires de bronze de caducée qui doivent être des objets commémoratifs, comme le caducée de ca 475 trouvé à Olympie qui porte la mention damosion Syrakosion (G. et W. Hornbostel, « Syrakusaniche Herolde », dans W. Alzinger (dir.), Bathron, Sarrebruck, 1988, p. 233-245 – avec d’autres objets comparables) ou le caducée des années 440 ( ?) qui commémore l’alliance des Messapiens de Brindisi et des Grecs de Thourioi, autrefois à Venise dans une collection privée (G. Pugliese Carratelli, Magna Grecia. Lo sviluppo politico, sociale ed economico, Milan, 1987, p. 52, fig. 59-60 : damosion Thourion/damosion Brendesion) et aujourd’hui au musée national de Naples (inventaire 250 162). Des décrets de l’amphictyonie pyléo-delphique octroient un caducée à certains personnages qui sont honorés par l’organisation : ainsi en 276, un Argien qui dénonça le vol d’objets sacrés et en obtint le recouvrement lors d’une action judiciaire reçut « un caducée scellé pour bénéficier aussi de la sécurité conformément à la loi » (F. Lefèvre, Corpus des Inscriptions de Delphes, IV, no 14) ; c’est le cas aussi en 271 ou 270 de l’Argien Eudoxos qui offrit les boucliers pour la course en armes ; il eut « un caducée portant le sceau et l’inscription “consacré à Apollon Pythien” » (ibid., no 27). D’autres dénonciateurs, originaires de Pellana, furent gratifiés en 260 d’un caducée sur lequel on apposa « le sceau commun des amphictyons » (ibid., no 41).

7 Thucydide, I, 146.

8 Thucydide, II, 1.

9 Hérodote, VII, 133-137. Après avoir jeté dans un puits les hérauts perses, les Lacédémoniens qui ne cessaient d’obtenir des présages défavorables envoyèrent deux volontaires pour expier à Suse la mort des envoyés. Comme Xerxès refusa d’appliquer la loi du talion, le courroux de Talthybios ne s’apaisa pas. Une génération plus tard, les fils des deux Spartiates, capturés par les Athéniens alors qu’ils se rendaient auprès du roi, furent mis à mort. L’interprétation qu’Hérodote donne de l’événement de l’été 430 ne se trouve pas chez Thucydide (II, 67). Il y a cependant une différence nette entre la mise à mort des hérauts perses et celle des ambassadeurs lacédémoniens : pour les Athéniens, ces derniers qui sont envoyés chez le roi ne sont nullement protégés par leur fonction. Une preuve supplémentaire est apportée par le comportement des Athéniens en 378 lors du raid de Sphodrias sur Le Pirée : une fois persuadés que les envoyés lacédémoniens qu’ils avaient arrêtés chez leur représentant à Athènes n’étaient pas informés de l’entreprise, ils les relâchèrent (Xénophon, Helléniques, V, 4, 22-23).

10 C’est ainsi qu’il faut comprendre l’arrestation et la mise à mort par les Athéniens des Lacédémoniens envoyés auprès du roi (voir note précédente).

11 Quoique Libanios ait vu dans le plaideur Apollodore le fils du banquier Pasion, la critique moderne a montré qu’il ne peut en être l’auteur et qu’il est plus vraisemblable d’attribuer le texte à Démosthène qui pourrait bien être aussi le triérarque qui s’adresse au tribunal : voir l’introduction de Louis Gernet dans Démosthène, Plaidoyers civils, III, Collection des universités de France, 1959, p. 58-59.

12 Démosthène, Sur la couronne triérarchique, LI, 13. Sur ces pratiques, voir W. K. Pritchett, The Greek State at War, V, Berkeley/Los Angeles, 1991, p. 1-67.

13 Voir n. 6.

14 Arrien, Anabase, I, 9, 4. Ce fut aussi le cas des hôtes des rois de Macédoine et des Thébains représentants des Macédoniens.

15 Sokolowski (F.) (éd.), Lois sacrées des cités grecques, Paris, 1969, no 69.

16 Salviat (F.), « Vedettes de la scène en province : signification et date des monuments chorégiques de Thasos », Thasiaka (BCH, suppl. V, 1979), p. 155-167.

17 Voir B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, Nancy, 2001.

18 Démosthène, Contre Euboulidès, 18. Cependant, comme Démosthène parle d’« un très long temps » entre sa capture et son rachat, il n’est pas assuré que le voyage à Leucade de Kléandros ait eu lieu en temps de guerre.

19 Inscriptiones Graecae, II2, 657. La stèle portant le décret fut dressée près du temple de Dionysos. Le poète mit également en d’autres circonstances ses relations et sa fortune au service de la cité.

20 Démosthène, Sur l’ambassade infidèle. Second argument, 2, trad. G. Mathieu, Collection des universités de France, 1946.

21 Eschine, Sur l’ambassade infidèle, 15-19. Comme les devoirs de l’ambassade empêchaient Facteur de remplir ses contrats et l’exposaient à payer un dédit, Démosthène proposa au Conseil athénien de dépêcher des envoyés dans les villes où Aristodémos devait jouer pour obtenir la remise des amendes. Sur cet acteur dans la troupe de qui Eschine jouait, voir Démosthène, Sur l’ambassade infidèle, 246.

22 Rigsby (K. J.), Asylia. Territorial Inviolability in the Hellenistic World, Berkeley, 1996.

23 Au printemps 423, les Lacédémoniens et leurs alliés s’entendirent sur le principe d’un libre accès au sanctuaire et à l’oracle de Delphes « conformément aux usages ancestraux, sans tromperie et sans crainte » (Thucydide, IV, 118, 1) et déclarèrent aux Athéniens qu’ils enverraient un héraut aux Béotiens et aux Phocidiens pour obtenir leur accord. Ces deux peuples, alliés des Lacédémoniens, contrôlaient la voie sacrée qui allait d’Athènes à Delphes.

24 Sur le contrôle de l’oracle par la cité, voir J. Pouilloux, « Promanties collectives et protocoles delphiques », Bulletin de correspondance hellénique, no 76, 1952, p. 484-513.

25 Thucydide, V, 18, 2. L’accord garantit aussi bien le trajet pat terre que par mer

26 Thucydide, V, 26, 2 ; 32, 5-7. Sur la notion de « trêve de dix jours » (ekecheiria dechèmeros), voir D. Whitehead, « The ten-day Truce (Thucydides 5, 26, 2, etc.) », dans E. Frézouls et A. Jacquemin (éd.), Les Relations internationales. Actes du colloque de Strasbourg (15-17 juin 1993), Strasbourg, 1995, p. 189-210.

27 Aristophane, Les Oiseaux, 188-193. L’Athénien Pisthétairos conseille aux oiseaux, las du mépris des dieux, de se comporter comme les Béotiens qui imposaient aux Athéniens désireux de se rendre à Delphes de leur demander un droit de passage, et de faire payer un tribut aux dieux qui souhaiteraient bénéficier des sacrifices accomplis par les humains. On notera que l’auteur de la scholie b au vers 189 des Oiseaux (D. Holwerda, Scholia in Aristophanem, II, 3, Groningue, 1991, p. 34) n’a pas compris que la situation évoquée par le poète était antérieure à la reprise des hostilités et à l’occupation de Décélie en 413. L’auteur de la scholie c écrit qu’on ne demandait le droit de passage que pour les armées, et non point pour les petits groupes pacifiques ou pour les individus et celui de la scholie d présente une combinaison des deux versions.

28 À l’origine, selon Plutarque (Questions grecques, 292 E), l’oracle était rendu le 7 du mois Bysios, huitième mois du calendrier delphique (janvier-février), puis le 7 de tous les mois (Plutarque, Sur les oracles de la Pythie, 398 A). Quoique le dieu fût absent de Delphes pendant les trois mois d’hiver qu’il passait chez les Hyperboréens, il ne semble pas que la consultation fût alors interrompue : voir G. Roux, Delphes, son oracle et ses dieux, Paris, 1976, p. 73. Certes, la difficulté des voyages à cette saison faisait que ces trois sessions étaient moins fréquentées que les neuf autres. En cas de forte affluence, le dieu rendait des oracles au-delà du 7 et nous savons par Plutarque qu’à certaines époques il y avait deux Pythies en activité qui se succédaient dans l’adyton et une suppléante (Sur la disparition des oracles, 414 B).

29 Ce fait de langue est à l’origine des jeux d’Aristophane dans sa comédie Les Acharniens : il y classe les trêves comme on le fait des vins (v. 186-200), mais à la fin de la pièce le liquide « trêve » devient une sorte d’huile que Dikaiopolis refuse de verser dans l’alabastre du marié qui souhaite être exempté de service, mais qu’il accepte de déposer dans l’exaleiptron de la mariée pour lui permettre de garder auprès d’elle la partie de son conjoint qui lui est la plus chère (v. 1048-1066).

30 Rougemont (G.), « La hiéroménie des Pythia et les « trêves sacrées » d’Eleusis, de Delphes et d’Olympie », Bulletin de correspondance hellénique, 97, 1973, p. 76-106.

31 Inscriptiones Graecae, I, 3, 6, B, 17-27 et 36-47. Dans les deux cas, la trêve était de cinquante-cinq jours : les grands mystères duraient six jours et comprenaient des cérémonies à Athènes, à Phalère et à Eleusis ; nous sommes, en revanche, peu informés sur les petits mystères célébrés à Agrai, aux portes d’Athènes. Les étrangers avaient donc près d’un mois pour venir et une vingtaine de jours pour s’en retourner.

32 Thucydide, V, 49-50. Comme les Lacédémoniens refusèrent de payer l’amende à laquelle ils avaient été condamnés, ils furent exclus de la fête. Ils s’abstinrent cependant de tout coup de force, mais l’épisode accrut l’animosité entre les Éléens et eux, d’autant plus que le Spartiate Lichas, qui avait tourné le règlement pour faire concourir son char, avait été frappé par les forces de l’ordre lorsqu’il avait voulu célébrer sa victoire.

33 Eschine, Sur l’ambassade infidèle, 12. Selon l’auteur du second argument du discours Sur l’ambassade de Démosthène, le roi aurait ajouté un don personnel et aurait déclaré que « les soldats ignoraient qu’il y eût trêve sacrée ». Cet auteur parle de soldats (stratiôtai), quand Eschine emploie le terme de lestai (« brigands, pirates »).

34 Démosthène, Sur l’ambassade, 189, 197, 229-230, 233. L’orateur présente Phrynôn comme un débauché qui n’aurait pas hésité à prostituer son fils mineur à Philippe.

35 Tod (M. N.), A Selection of Greek Historical Inscriptions, Oxford, 1948, no 137. Le texte a été republié par P. J. Rhodes et R. Osborne, Greek Historical Inscriptions 404-323 B. C., Oxford, 2003, no 35.

36 Sur la saisie de représailles, voir B. Bravo, Annali della Scuola Normale di Pisa, 10/3, 1980, p. 675-987 – et plus particulièrement p. 705-722 – et W. K. Pritchett, op. cit., p. 1-67. En l’absence d’accords juridiques entre communautés ou de procédures du genre des causes commerciales qui concernaient à Athènes les marchands se livrant au commerce maritime, la saisie de représailles demeurait l’unique moyen d’obtenir justice pour une personne qui avait été lésée par un étranger non résident.

37 La sanction amphictyonique visant les Lacédémoniens qui avaient occupé la citadelle de Thèbes en profitant de la fête des Thesmophories (Xénophon, Helléniques, V, 2, 25-36) ne s’expliquait pas par la violation de la hiéroménie locale, mais elle était justifiée parce que le coup de force avait eu lieu pendant la hiéroménie des Pythia, fête organisée par l’amphictyonie. C’était donc ce point qui avait permis aux Thébains de porter plainte contre les Lacédémoniens quelque vingt ans après les faits.

38 Lefèvre (F.), Copus des Inscriptions de Delphes, IV, no 51.

39 Ibid., no 36.

40 Thucydide, II, 67, 4.

41 Démosthène, Sur la couronne, 72. L’allusion elliptique de l’orateur a été expliquée par son commentateur Didymos (II, 1, col. 10-11) qui utilise les historiens Théopompe et Philochore. Sur l’attentat d’Hiéron et l’interprétation de l’action de Philippe, voir A. Bresson, « L’attentat d’Hiéron et le commerce grec », dans Les échanges dans l’Antiquité : le rôle de l’Etat. Entretiens de Saint-Bertrand de Comminges, 1994, p. 47-68 (repris dans A. Bresson, La cité marchande, Bordeaux, 2000).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search