Version classiqueVersion mobile

Les formes du voyage

 | 
Dominique Dinet
, 
Jean-Noël Grandhomme

III – Les conditions de la mobilité

Le voyage en Terre Sainte de Barthélemy des Champs, récollet et pèlerin liégeois (1666-1667)1 : les conditions de la mobilité

Julie Dury

Texte intégral

La définition d’un genre : le récit de pèlerinage

  • 1 Champs (B. des), Voyage de la Terre sainte et du Levant, Liège, Pierre Danthez [1678], in-8°.

1La narration du récollet Barthélemy des Champs est à classer parmi les récits de pèlerinage qui s’inscrivent dans la catégorie très disparate des relations de voyage. En effet, le narrateur, ecclésiastique comme laïc, tout pèlerin qu’il soit, reste un voyageur. Le plan du récit de pèlerinage est simple : étape par étape. L’itinéraire est le plan le plus naturel pour la relation d’un voyageur, mêlant informations et expériences personnelles. En fait, les récits de pèlerinage, destinés essentiellement aux futurs pèlerins, partagent nombre de points communs avec les guides de voyage.

2Barthélemy des Champs énumère les lieux remarquables de son voyage, donne des indications sur les distances, explique comment faciliter la pérégrination... Il fournit des renseignements sur le climat, la nourriture, les vins, les moyens de locomotion, les conditions de logement, etc. Il décrit les populations locales et leurs coutumes. Il indique les endroits à visiter : monuments, lieux saints, curiosités. Sans doute fait-il bonne place à l’information religieuse catholique (les sanctuaires, les indulgences), mais il montre également un vaste catalogue des autres religions pratiquées en Terre sainte : les différentes sectes ou églises chrétiennes comme les religions musulmane et juive. Il insère, enfin, des informations historiques et des descriptions géographiques.

Barthélemy des Champs et la présence franciscaine en Orient

  • 2 Cardini (F.), Europe et islam, histoire d’un malentendu, Paris, 2000, p. 77 ; Schmitt (C.), « L’exp (...)
  • 3 Le Tourneau (D.), « Saint-Sépulcre de Jérusalem (Ordre chevaleresque du) », dans P. Levillain (dir. (...)
  • 4 En 1434, le pape Eugène IV confie la custodie de Jérusalem exclusivement aux observants. Il faut sa (...)

3Saint François d’Assise est le premier des fondateurs d’ordres religieux à prévoir l’apostolat en pays non chrétien (règle de 1223, chapitre XII). Les provinces de l’ordre de Terre sainte ou de Syrie sont créées en 1217 et, dès 1230, il existe à Jérusalem une custodie franciscaine2. En 1496, le pape Alexandre VI ordonne aux franciscains de s’occuper de l’organisation de l’ordre du Saint-Sépulcre3. Durant les xive et xve siècles, les franciscains sont les seuls religieux latins officiellement admis en Terre sainte à assurer notamment la direction des pèlerinages (accueillir, héberger, guider)4. Au xvie siècle, les franciscains s’établissent définitivement en Égypte ; aussi le père gardien de Jérusalem est-il responsable de la Ville sainte comme de la custodie de Terre sainte qui comprend la Palestine, la Syrie, la Basse-Égypte et Chypre.

  • 5 Becdelièvre-Hamal (A.-G. de), Biographie liégeoise ou précis historique et chronologique de toutes (...)
  • 6 Houbaert (A.), « Minderbroederskloosters in de zuidelijke Nederlanden : kloosterlexicon », Francisc (...)
  • 7 Schampheleer (J. de), Lesfranciscains dans les anciens Pays-Bas (xiiie-xviiie siècle), Saint-Trond, (...)

4Barthélemy des Champs serait né en 1609 ou en 1615, et décédé en 16895. Les dates de son voyage en Terre sainte sont mieux connues : il quitte Liège le 3 mars 1666 et est de retour vers la mi-décembre 1667. C’est donc un frère mineur récollet dans la cinquantaine qui, en ce xviie siècle, entreprend un formidable périple. Au moment de son départ pour le Levant, Barthélemy des Champs est père gardien d’un couvent de récollets à Bolland (village du diocèse de Liège, à dix-neuf kilomètres à l’est de Liège)6. Ce Liégeois est un franciscain de la stricte Observance, branche de l’ordre mendiant des frères mineurs apparu en France vers 1570. Notons que c’est au xvie siècle également (1523) que la custodie de Liège relevant jusque-là de la province observante de France parisienne est passée dans une province nouvellement créée, la province de Flandre, composée des custodies de Flandre et de Liège7.

  • 8 Il décrit l’emplacement de la maison de la Vierge à Jérusalem et souligne la correspondance des dim (...)
  • 9 Ibid., p. 27 et 390.
  • 10 Nous n’avons trouvé aucune information à son propos.
  • 11 Statuta almaeprovinciae Flandria Fratrum Minorum Recollectorum, Liège, 1656, p. 92.
  • 12 Champs (B. des), op. cit., p. 26.

5Quand des Champs entreprend le pèlerinage en Terre sainte, il n’est pas sans expérience, il s’est déjà rendu quatre fois à Lorette (Ancône)8 et a séjourné à Rome9. Mais ce voyage entamé au printemps 1666 est d’une tout autre ampleur. Avant de prendre le chemin du Levant, Barthélemy des Champs et Placide Derorde10, le compagnon qu’on lui a assigné – puisque les franciscains se déplacent obligatoirement à deux11 –, doivent se rendre en Espagne (Benavente, province de Zamora) afin d’obtenir du père général de l’ordre franciscain la licence ou autorisation de départ pour Jérusalem12.

La rédaction et l’édition du Voyage de la Terre sainte et du Levant

6Certaines parties du récit de Barthélemy des Champs ont, semble-t-il, été rédigées sur place, au moins sous la forme de notes ; on en veut pour preuve le nombre de dates précises. Cependant, l’essentiel de la rédaction a dû se faire a posteriori, ce que révèlent quelques oublis, anachronismes et imprécisions chronologiques. En plus de son information personnelle, des Champs utilise des récits de voyage antérieurs, il en cite certains. Il fait aussi appel à de multiples sources (bibliques, néotestamentaires, antiques, patristiques latines et grecques). Son érudition de franciscain est grande et, en Orient, il a eu l’occasion de travailler dans les bibliothèques de son ordre – on sait par exemple que le couvent de Jérusalem abritait une bibliothèque à l’intention des pèlerins désireux de s’informer.

  • 13 Schoutens (S.), Belgische reizigers derMinderbroedersorde, t. 3, s. L, 1903, p. 15-17 ; Röhricht (R (...)
  • 14 Gomez-Géraud (M.-C.), Le crépuscule du Grand Voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem 1458-1612) (...)
  • 15 Ibid., p. 882.
  • 16 Nous connaissons l’existence de six exemplaires du récit de Barthélemy des Champs, nous les avons t (...)
  • 17 Ils sont quatre au xvie siècle et dix-sept au xviiie siècle ; voir R. Houthaeve, « Pelgrims - tocht (...)
  • 18 Bernardin Surius, récollet du couvent de Boetendaal, partit en Terre sainte avec le frète portier P (...)
  • 19 Gonsales (A.), Hierysalemsche reyse, Anvers, 1673 ; Siret (A.), « Gonsales Antoine », Biographie na (...)
  • 20 Villenfagne d’Ingihoul (H.-N. de), Recherches sur l’histoire de la ci-devant Principauté de Liège, (...)

7Aucune date d’édition n’est mentionnée sur la page de titre de son œuvre. On peut cependant déduire que l’ouvrage a été imprimé fin 1678 au plus tôt, c’est-à-dire onze ans après son retour en terre liégeoise13. Les lecteurs de ce genre littéraire, notamment de futurs voyageurs, préfèrent en général les récits des laïcs, par exemple les narrations de marchands, car les récits des clercs contiennent trop de méditations pieuses14. Jusqu’au xviie siècle, en effet, ceux-ci ne devaient être que la transcription d’un itinéraire spirituel. Par ailleurs, les livres écrits et publiés au retour de voyages étaient le fruit d’initiatives individuelles et, bien souvent, ils ne circulaient que dans des zones géographiquement limitées15. Le retentissement que le récit de Barthélemy des Champs put avoir est difficile à évaluer, mais il est vraisemblable qu’il ne connut qu’un petit succès locall16. Il est intéressant de savoir qu’au xviie siècle, trente-quatre frères mineurs issus des Pays-Bas se sont rendus en Terre sainte17, et que trois d’entre eux en ont écrit une relation : Bernardin Surius18, Antoine Gonsales19 et Barthélemy des Champs. Contrairement au récit de notre auteur, les deux autres ouvrages connurent des rééditions et donc une plus grande notoriété. L’absence de gravures illustratives dans le volume de des Champs desservit certainement son œuvre. Chateaubriand, par exemple, énumérant les voyageurs qui ont visité la Terre sainte avant lui ne le mentionne pas. Hilarion Noël baron de Villenfagne d’Ingihoul, érudit liégeois du xixe siècle, affirme pourtant que Chateaubriand aurait pu s’en servir utilement : « On peut y puiser quelques remarques utiles pour la connaissance des lieux qu’il a parcourus ; mais je dois avouer que peu de personnes iront les chercher là20 ». Ce récit n’en constitue pas moins une mine de renseignements, sur l’histoire religieuse notamment mais aussi sur la géographie, la politique, les relations internationales, l’économie (production, commerce, prix, conditions de vie), l’histoire de l’art, la découverte d’autres cultures, la mentalité occidentale, et ce qui nous retient ici : l’histoire des voyages.

Les conditions de la mobilité au xviie siècle en Europe occidentale et dans le bassin méditerranéen

8Parmi toutes les pistes qu’ouvre le récit de Barthélemy des Champs, nous avons choisi de nous intéresser ici à la matérialité du voyage. Toutefois, cet aspect ne peut être traité sans considérer l’itinéraire. En effet, l’itinéraire et les conditions de voyage – surtout les moyens de transport – sont indissociablement liés.

Les itinéraires aller et retour

9On peut distinguer six grands moments dans le voyage de Barthélemy des Champs et de son compagnon récollet :

  • la longue étape terrestre de trois mois, Liège-Barcelone (3 mars-28 juillet 1666), via Benavente où ils reçoivent du père général de l’ordre franciscain une obédience pour la Terre sainte ;

  • la traversée de la Méditerranée, Barcelone-Alexandrie (10 août-23 septembre), via Finale Ligure, soit deux mois de navigation ;

  • le séjour de trois mois en Egypte (23 septembre-23 décembre) où les pèlerins allient dévotion et curiosité « touristique » ;

  • la navigation vers la Terre sainte, Damiette-Haïfa (23 au 23 décembre) ;

    • 21 Des Champs explique que chaque religieux qui arrive en Terre sainte a l’obligation de rendre des se (...)

    le séjour en Terre sainte (24 décembre 1666-20 août 1667) : huit mois où se succèdent services pour l’ordre franciscain au grand khan de Sidon21 et pérégrinations pieuses à Jérusalem et autres lieux saints ;

  • le retour comprenant la pénible traversée (sans escale) Sidon-Marseille (20 août-8 octobre), et la remontée vers Liège, en partie dans la neige (mi-décembre). Ces trois mois sont brièvement relatés par des Champs. Il s’agit là d’un traitement habituel du voyage de retour dans les récits de pèlerinage.

Les itinéraires aller et retour de Barthélemy des Champs.

Aller

Lieux traversés, visités

Moyens de locomotion

Distance (en km)

Dates

Liège

marche et navigation fluviale (cabane)

1 628

03/03/1666

Benavente (Espagne)

marche

851

15/06-19/06

Barcelone

navigation maritime (galère espagnole)

792

28/07-10/08

Finale Ligure (Italie)

marche et navigation maritime

251

21/08-08/10

Livourne

voilier marchand italien

(2 424 environ)

 

Alexandrie (Égypte)

marche, monture, bac, barque sur le Nil

472

23/09-08/10

Le Caire

bateau turc, montures

 

11/10-10/12

Damiette

bateau turc (saïque)

 

13/12-23/12

Haïfa (Israël)

bateau turc, mule, marche, cheval

92

23/12-24/12

Sidon (aujourd’hui Saïda, Liban)

barque turque, marche, mule, chameau

199

17/01-02/04/1667

Jérusalem

 

 

22/04-après 26/07

Bethléem

16/06-20/06

mer morte

 

monts de Judée

24/06-30/06

Retour

Jérusalem

 

199

 

Sidon

vaisseau français

(3 200 environ)

20/08-1667

Marseille (France)

marche et navigation fluviale (cabane)

994

08/10

Liège

 

 

?

Les moyens de transport

10Le voyage alterne étapes terrestres (entrecoupées d’épisodes de navigation fluviale) et étapes maritimes, et impose une succession assez incroyable de moyens de locomotion les plus divers, du plus efficace au plus scabreux. Le lot du pèlerin est en fait celui de la débrouille : chaque lieue parcourue l’est au prix de fatigue et d’occasions saisies.

Les itinéaires aller et retour de Barthélemy des champs © J. Dury

La marche

  • 22 Selon leur règle, les récollets n’allaient pas à cheval, sauf pour les très longs voyages, avec la (...)
  • 23 Champs (B. des), op. cit., p. 6. Sur les routes royales avant les Ponts et Chaussées, voir G. Rever (...)
  • 24 Champs (B. des), op. cit., p. 10.
  • 25 Ibid., p. 30-31.

11La marche à pied est l’ordinaire du pèlerin22. Le cheminement en principauté de Liège, en France et en Espagne est souvent pénible étant donné l’état des chemins au xviie siècle : des Champs évoque un seul tronçon de chaussée pavée, mais abîmée par le charroi, entre Paris et Orléans23. Le plus souvent, les chemins sont rendus boueux par la pluie et la neige24 ; montagneux ou pierreux, parfois tellement frappés par la chaleur qu’il faut cheminer de nuit à la lumière de la lune et se reposer le jour25.

  • 26 La lieue de Paris et de Touraine était de 3,8962 km ; la lieue commune de France était plus grande, (...)
  • 27 Champs (B. des), op. cit., p. 19.
  • 28 Ibid., p. 23.

12Autant dire que la progression est lente (« quatre grandes lieues26 par jour, quand tout va bien27 », soit seize kilomètres) et éprouvante, nécessitant plusieurs jours de repos entre les grandes étapes pour restaurer ses forces28.

La navigation fluviale en France

  • 29 Ibid., p. 5, 15, 595.

13La traversée de la France, à l’aller comme au retour, est facilitée par quelques étapes de navigation fluviale sur la Loire et la Seine, sur de petites embarcations appelées « cabanes29 » qui permettent de parcourir douze lieues (cinquante kilomètres) en une bonne journée, ou par des embarquements plus chahutés sur la Garonne et la Dordogne, sujettes aux bourrasques.

La navigation en Méditerranée

  • 30 Marseille était un des points de départ vers le Levant avec Venise et Livourne, mais relativement m (...)
  • 31 Champs (B. des), op. cit., p. 48.

14La traversée de la Méditerranée, là est le grand défi. Une fois en Espagne, après avoir renoncé à gagner Marseille30, c’est à Barcelone que les deux récollets se trouvent face à la mer. Quelle perspective : Barcelone-Terre sainte ! En ce xviie siècle, personne n’entrevoit le voyage de la sorte, on envisage le problème d’opportunité en opportunité, de port en port, d’escale en escale. « Il ne faut jamais laisser échapper une bonne occasion quand il est question d’avancer son voyage31. » Et la belle occasion les attend à Barcelone (10 août 1666) pour une première étape jusqu’à Finale Ligure.

  • 32 Le traité des Pyrénées mit fin en 1659 aux guerres entre la France et l’Espagne. Dans son récit, de (...)
  • 33 Champs (B. des), op. cit., p. 41-46.

15Trente-quatre galères, dont la galère royale (peut-être le plus riche des bateaux jamais vus sur mer, témoigne des Champs), vont escorter l’infante d’Espagne Marguerite-Thérèse jusqu’à Finale Ligure (Ligurie, Italie) d’où elle poursuivra vers l’Allemagne pour rejoindre son futur époux l’empereur germanique Léopold Ier. Ce spectacle extraordinaire émerveille les religieux, mais l’essentiel est de trouver le moyen de monter à bord d’une des galères. Barthélemy doit user de ses recommandations jusqu’à l’impératrice, car beaucoup de passagers, tant religieux que séculiers, comptent bien embarquer. On voyage de jour comme de nuit, en longeant les côtes à la force des rames. Notons que des Champs éprouve de la compassion pour les esclaves galériens, mais il s’en remet vite. Les galères font deux haltes dans des ports espagnols non nommés, aucune en France en raison de la situation politique32 et un arrêt de deux-trois jours à Nice. Elles atteignent Finale-Ligure le 21 août 166633.

16Une fois sur les rivages italiens, on songe à l’étape suivante. Il faut trouver une embarcation pour le Levant. Les deux religieux manquent quelques occasions : des galères florentines ont déjà mis les voiles quand ils se présentent au départ, des galères de Naples sont ramenées au port de Savone par une bourrasque...

  • 34 Houbaert (A.), op. cit., p. 14.
  • 35 Champs (B. des), op. cit., p. 53..

17Finalement, le 3 septembre, ils quittent Livourne qui est devenue dans la seconde moitié du xviie siècle « le » port de départ vers le Levant, en raison de l’opportunité régulière d’y embarquer sur des bateaux marchands anglais et hollandais34. C’est pourtant sur un navire marchand italien, appareillant pour Alexandrie, qu’embarquent les deux récollets. Ils sont les seuls passagers, à l’exception d’une quinzaine de juifs (hommes, femmes et enfants)35. L’embarcation de pèlerins sur les navires marchands ordinaires était habituelle depuis le milieu du xvie siècle (surtout depuis que les bateaux vénitiens ne se chargeaient plus du transport des pèlerins). Les capitaines de vaisseaux ne pouvaient leur refuser le transport et avaient le plus souvent l’obligation de les nourrir, mais contre paiement.

  • 36 Ibid., p. 60.

18Depuis Livourne, ils voyagent en haute mer et aperçoivent de loin la Corse, la Sardaigne, la Sicile, quand une bourrasque les force à chercher refuge dans le port de Trapani36.

  • 37 Sur Malte, consulter M. Fontenay, « L’évolution du port de Malte, du temps des chevaliers au temps (...)
  • 38 Champs (B. des), op. cit., p. 62.
  • 39 Cardini (F.), op. cit., p. 242.

19Le vent les porte plus tôt que prévu à Malte où on les avertit de la présence dans la région de neuf vaisseaux corsaires de Tripoli37, ce qui les fait déployer autant de voile possible et s’éloigner tout en voguant vers les côtes de Barbarie... avec l’assistance de Dieu38. On observe toutefois au xviie siècle le recul des corsaires turcs et barbaresques, et parallèlement la diminution de corsaires européens en Méditerranée (des chevaliers de Malte notamment, ou des corsaires chrétiens opérant à titre privé)39.

20Grâce à un bon vent, ils arrivent à Alexandrie le 23 septembre, soit en vingt jours.

Les déplacements au Levant

21Des Champs et son compagnon débarquent à Alexandrie après environ sept mois de voyage dont deux seulement depuis Barcelone. Le Liégeois n’atteindra pourtant Jérusalem que le 22 avril 1667, soit plus de treize mois après son départ de Liège. Il restera huit mois en Egypte, en Palestine et en Syrie, alliant « tourisme » et services pour son ordre. Huit mois durant lesquels les déplacements au Levant seront nombreux.

  • 40 Champs (B. des), op. cit., p. 81.

22Si en Europe, on l’a vu, la marche est l’ordinaire, « par tout le Levant, raconte Barthélemy des Champs, on ne va pas autrement qu’à cheval, ou à mulet, ou à chameau, ou bien sur des ânes, tant à cause de la distance des lieux, que parce que les chemins sont la plupart pierreux et sablonneux, outre que c’est la coutume du pays40 ». Par exemple, au terme d’une navigation qui l’a conduit au Caire, au débarcadère, il y a quantité d’ânes et d’âniers turcs qui attendent les passagers et se pressent pour les mener où ils veulent pour quelques pièces. Aussi, durant les deux mois de leur séjour au Caire, les bourriques seront leur moyen de locomotion, ce qui donne heu à des scènes cocasses de la vie quotidienne.

23Au Levant, les navigations sont fréquentes, tant maritimes que fluviales.

  • 41 Ibid., p. 80-81.
  • 42 Bâtiments de charge du Levant ayant deux mâts sans perroquets.
  • 43 Champs (B. des), op. cit., p. 80, 86, 174, 337 par exemple.

24Le long des côtes d’Egypte, de Palestine et de Syrie, des Champs n’a jamais vu ni vaisseau ni galère turcs mais bien de « grands vaisseaux corsaires de Malte qui s’ancrèrent à l’embouchure du Nil, ce qui donna telle épouvante aux habitants d’Alexandrie qu’il n’y eut pas une saïque qui osa prendre l’assurance de sortir du Port41. » Les « saïques42 », c’est ainsi que les Turcs appellent leurs petites embarcations maritimes sur lesquelles on use de rames quand le vent vient à manquer, et que l’on utilise pour se rendre d’un port à l’autre tant en Égypte qu’en Terre sainte. Ces bateaux ne vont pas vers la haute mer, ils longent les côtes43. C’est une telle saïque turque acheminant des marchandises vers Jaffa qui mènera, contre paiement, des Champs et d’autres compagnons chrétiens en Terre sainte.

  • 44 Ibid., p. 86.

25En Egypte, sur le Nil, la navigation s’effectue à bord de grandes barques plates à voiles44.

  • 45 Ibid., p. 89.

26Souvent en Basse-Egypte, on combine navigations fluviale et maritime. Ainsi, pour se rendre d’Alexandrie au Caire, il faut embarquer à Rosette sur le Nil. Les dix lieues qui séparent Alexandrie de Rosette sont parcourues en bateau, en longeant la côte, et à Rosette on s’embarque sur le Nil. « Dans tous les canaux de ce fleuve, écrit des Champs, vous voyez des barques de tous côtés qui vont à voiles ou à rames à perte de vue45 ». Son voilier, grâce au vent favorable, va à grande allure contre le courant ; pourtant le voyage entre Rosette et Le Caire, sans halte, durera trois jours et trois nuits particulièrement pénibles.

Le budget et le financement

27Les dépenses auxquelles doit faire face notre pèlerin sont variées :

  • le coût des transports (embarcations fluviales et maritimes, montures...) ;

    • 46 Ibid., p. 87 et 172. Le corps des janissaires fut créé dans la seconde moitié du xive siècle sous l (...)

    les dédommagements des guides, interprètes, moucres et autres janissaires particulièrement coûteux46 ;

  • les péages turcs ;

  • les droits d’entrée réclamés par les Turcs pour la visite de certains lieux saints et autres monuments ;

  • le logement quand il n’y a pas de couvent (ce qui est rare) ;

  • la nourriture quand le viatique emporté des couvents ne suffit pas.

28Barthélemy des Champs est un récollet, aussi l’essentiel du financement des dépenses est-il pris en charge par son ordre.

  • 47 Champs (B. des), op. cit., p. 52.
  • 48 Ibid., p. 257.
  • 49 Ibid., p. 191.

29Les voyages aller et retour sont payés par les pères commissaires de Terre sainte établis dans les principaux ports ; ceux-ci conviennent des prix avec les capitaines. Des Champs nous apprend qu’« il n’y a pas un port de mer, soit dans la France, soit dans l’Espagne, soit dans l’Italie, soit dans le Levant qui n’eut son [père] Commissaire qui est obligé de défrayer les Frères de notre Ordre qui vont en Terre sainte, avec une obédience légitime et leur donner le passe-avant hors des aumônes communes47 ». Chaque année en effet, dans les pays d’Europe occidentale, des aumônes sont récoltées pour le Levant, puis acheminées et confiées au procurateur de la custodie de Terre sainte, le responsable de l’administration financière. Ainsi, dans chaque ville de Terre sainte (Rama, Bethléem, Nazareth, Acre, Sidon...), les pèlerins religieux – les laïcs également mais dans une moindre mesure – sont pris en charge par ces communautés franciscaines qui veillent à tout : hébergement, nourriture, frais de transport, etc. Barthélemy des Champs explique le petit tour de passe-passe imaginé par les Occidentaux pour que l’argent des aumônes échappe aux Turcs et, en tout cas en partie, à leur taxation. Sidon est le rendez-vous des pères commissaires qui ramènent tous les ans d’Espagne les aumônes du roi. Celles-ci sont déposées entre les mains de marchands qui disent s’en servir pour leur commerce48. Ces sommes sont ensuite réparties entre les différentes communautés franciscaines en Terre sainte. Notons que l’argent sert aussi à payer le tribut au sultan et aux pachas49.

  • 50 Ibid., p. 171-172.

30Des Champs est conscient des avantages dont il bénéficie en tant que religieux. Ainsi quand il veut embarquer à Damiette pour Jaffa, la navigation est retardée de huit jours dans l’attente d’un vent favorable. Ce contretemps l’ennuie car il doit retourner dans son couvent, mais il n’a pas de souci à se faire, sa subsistance est assurée, défrayée avec l’argent de Terre sainte. À cette occasion, il avertit les candidats pèlerins qui n’ont pas la bourse bien fournie de prévoir tous les aléas qui risqueraient de les faire tomber dans une nécessité et une misère extrême, car « il ne faut pas se laisser mener par la curiosité qu’autant que la bourse le permet50 ».

  • 51 Ibid., p. 221.

31Il apparaît que des Champs et son compagnon récollet ne disposent pratiquement jamais de liquidités : les pères des couvents où ils font étape, pour les mettre à l’abri des vols, soit paient leur voyage à l’avance, soit confient l’argent du trajet à leurs guides, interprètes ou moucres indigènes. Par exemple, les péages sont payés par leurs guides turcs à qui on a remis la somme51.

  • 52 Ibid., p. 255 et 257.
  • 53 Dijzia, djizya ou dja’izé imposé aux non-musulmans par le droit coranique.
  • 54 Milliez (U.), « Capitulations », Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain, t. 2, Paris, 1949, col. 5 (...)
  • 55 Champs (B. des), op. cit., p. 85.

32Ils peuvent toutefois, même si ce sont des pèlerins privilégiés encadrés par les communautés de leur ordre ou par d’autres couvents, rencontrer au Levant quelques difficultés (confrontations avec les autorités turques, insécurité ou problèmes de logement et de transport). Mais dans ces circonstances, ils peuvent compter sur d’autres appuis : les consuls ou vice-consuls, représentants du roi de France, dixit des Champs52. Depuis la mise en place du système des Capitulations, signé une première fois entre François Ier et Soliman II en 1535, l’Empire ottoman reconnaît à la France, contre tribut53, le privilège d’exercer une protection civile (notamment des commerçants) et religieuse (uniquement des chrétiens latins) sur les résidents étrangers et sur les minorités autochtones. Ce tribut est payé par les représentants français sur place. Au fur et à mesure, le système est élargi à d’autres nations au niveau commercial ; la France conservera sa position privilégiée en matière religieuse54. Nos religieux profiteront de l’aide de ces diplomates à de nombreuses reprises (lettres de recommandation, financement de trajets, repas, hébergement ou viatique55).

  • 56 Ibid., p. 126 et 142.
  • 57 Lieu préparé pour le repos des caravanes ; marché public. Champs (B. des), op. cit., p. 251.
  • 58 Ibid., p. 251 et suiv.

33De plus, au cours de leur périple, les récollets se joignent à d’autres voyageurs occasionnels, des religieux mais souvent aussi des gentilshommes et des marchands. Ils constituent alors de vrais groupes de « touristes ». Ces compagnons laïcs sont de réelles aubaines pour les franciscains, car ils défraient pour eux certains coûts – ceux notamment des visites56. C’est surtout dans les khans ou caravansérails que ces chrétiens issus de milieux et de pays différents se rencontrent et se rapprochent, dans un monde musulman perçu comme hostile. Ainsi, à Sidon, la résidence des récollets est intégrée au caravansérail des Français, le Khan el-Franj57, bâti en carré sur le port et gardé par les Turcs qui y ont aussi leur douane où ils contrôlent toutes les marchandises et tous les effets des passagers en transit. Dans cette véritable ville, des Champs décrit le marché des Maures et des Turcs situé au centre du complexe, les splendides appartements du consul de France dont fait partie la résidence des franciscains et des capucins, une aile réservée à plus de deux cents marchands occidentaux, un quartier particulier pour les jésuites et enfin une partie pour les plus humbles, des artisans (boulangers, couturiers, cordonniers...)58.

L’hébergement

  • 59 Ibid., p. 351-352.

34On l’aura compris, le problème de l’hébergement se pose rarement à nos récollets liégeois, ils trouvent à loger dans les hospices de leurs frères, parfois dans d’autres couvents, quelquefois chez un vice-consul français. À Sidon, on l’a vu, le logement à l’intérieur du khan est très confortable. De même à Rama, la résidence de son ordre est fort ample et spacieuse, construite en plateforme et en terrasse, au sein d’un khan pour les marchands français59.

  • 60 Ibid., p. 367 et suiv.

35Pourtant l’hébergement dans les couvents est parfois précaire. Le couvent de Jérusalem, par exemple, est encore au milieu du xviie siècle d’un confort misérable. Mais Barthélemy des Champs aura la chance de séjourner dans le nouveau couvent de Saint-Sauveur, comportant un quartier neuf pour les pèlerins et une infirmerie60.

  • 61 Ibid., p. 84.
  • 62 Ibid., p. 142.
  • 63 Ibid., p. 142.
  • 64 Ibid., p. 225 et suiv.
  • 65 Ibid., p. 173.
  • 66 Ibid., p. 91.

36Il arrive qu’aucune opportunité d’hébergement ne se présente. Les récollets redoutent alors de faire étape dans les villages61, et s’ils doivent loger chez un Maure, deux janissaires montent la garde pendant leur repos62. À Damiette, ils trouvent refuge chez un Grec qui les reçoit avec civilité et les met dans une grande chambre où il n’y a que les quatre murs et un sol pavé63. Des Champs constate qu’en « Turquie », c’est-à-dire dans le monde turc, il n’y a pas d’auberges offrant des tables et de quoi loger pour les étrangers, ni même pour les autochtones. Un soir, non loin de Tyr, tout ce que des Champs et son guide local obtiennent, c’est de loger dans un moulin à eau qui est une retraite ordinaire pour les Turcs et les Maures de passage avec leurs chameaux ou autres montures. Seul chrétien parmi quarante infidèles, on lui attribue un petit coin sur la terre battue64. Dans le port de Damiette, le long du Nil, il loge dans de misérables cabanes faites de branches de palmiers65. Mais c’est à bord de certains bateaux que les conditions de logement sont les plus pénibles. Par exemple, lors du voyage sur le Nil entre Rosette et Le Caire, durant trois jours et trois nuits sans halte, on installe les deux religieux à la poupe, séparés « des barbares » comme l’écrit des Champs, sous une petite cabane de palmes pour les abriter du soleil : « La plus grande incommodité était de dormir car étans renserrés dans un petit coin avec notre moucre à grande peine pouvions nous nous remuer66 ».

L’alimentation

  • 67 Ibid., p. 6.
  • 68 Ibid., p. 87.

37Le problème alimentaire se pose différemment sur terre ou sur mer. Tant que les voyageurs parcourent les contrées européennes, il n’est évoqué qu’à l’occasion de la traversée des Landes : des Champs conseille au candidat voyageur de bien se munir de pain et de vin avant de s’y risquer67. Généralement, ils emportent du gîte d’étape les provisions pour plusieurs jours de route. Ainsi quand ils quittent Rosette, ils reçoivent du vice-consul du pain, du vin, des fruits et viandes pour sept ou huit jours68.

  • 69 Ibid., p. 93.
  • 70 Ibid., p. 90.

38Au Levant, ils consomment les produits locaux : les fruits bien sûr, notamment des « pommes de grenades69 », des dattes offertes par un batelier sur le Nil mais aussi le « cavet » (café), boisson chaude et noire comme l’encre70. Là-bas, ils n’osent boire du vin que si les musulmans font de même, sinon les fruits étanchent leur soif car ils se méfient de la qualité de l’eau.

  • 71 Ibid., p. 308 et suiv.

39Certaines réalités étonnent le Liégeois : l’absence d’auberges où boire et s’alimenter alors que, par exemple, il en signalait de nombreuses à Orléans, pour ceux qui aiment et ont de l’argent. Ce qui l’étonne plus encore en Orient, c’est le fait que le commun de la population locale n’a pas à la maison d’ustensiles pour cuire la viande et, comme il n’y a pas d’auberges, les autochtones ont recours à des cuisines publiques qui fournissent viandes, légumes et riz tout accommodés71.

  • 72 Ibid., p. 220-224, 296.

40On a peu d’informations sur les repas servis chez les Occidentaux, vice-consuls par exemple ; par contre, l’auteur livre des relations pittoresques et pleines de préjugés de repas partagés avec des musulmans dont il reconnaît, tout en s’en méfiant, l’hospitalité72.

  • 73 Ibid., p. 42.
  • 74 Ibid., p. 50.
  • 75 Ibid., p. 54.
  • 76 Ibid., p. 55.

41Pendant les traversées, le problème alimentaire est crucial. Lors des longues navigations, le coût de la nourriture a été convenu dans le prix du voyage, le plus souvent par les pères commissaires de l’ordre. Tantôt des Champs partage la table du capitaine avec des chevaliers73, tantôt il reçoit la ration des comites (gardes-chiourme des galères74). Le bateau est chargé de pain, vin, biscuit, viande et autres vivres mais surtout d’eau douce pour plus de deux mois75, alors que le trajet vers Alexandrie ne dure qu’un peu moins de trente jours. Aux rares escales, les voyageurs consomment de bons fruits76.

  • 77 La guerre de Dévolution entre la France et l’Espagne ayant éclaté, le vaisseau français ne peut fai (...)
  • 78 Champs (B. des), op. cit., p. 572.

42Leur voyage de retour, de Sidon à Marseille (20 août-5 octobre 1667), soit durant cinquante-deux jours sans escale possible en raison de la situation politique77, les expose à la disette : il ne reste que du biscuit moisi et dur comme de la pierre ; le vin manquant, « il fallut avoir la patience de boire l’eau douce pleine de vers et tellement corrompue que la mettant à la bouche il falloit boucher le né, afin de ne point sentir sa puanteur78 ».

43Au total, les religieux, tout privilégiés qu’ils sont, ont une alimentation frugale et irrégulière.

44Barthélemy des Champs, récollet liégeois, aura donc mené son pèlerinage en Terre sainte du 3 mars 1666 à la mi-décembre 1667. La matérialité de son voyage a largement été influencée par son statut de franciscain qui, par rapport à d’autres pèlerins, lui apporte nombre de facilités, ce dont il est conscient. Tout est financé par son ordre et il bénéficie de surcroît de la générosité des diplomates et de voyageurs fortunés. Mis à part les traversées maritimes, il voyage principalement à pied ou à l’aide de montures en Orient. Il trouve presque toujours à se loger dans les résidences de son ordre, d’où il emporte quelques réserves alimentaires pour les étapes. Malgré ces avantages certains, des Champs révèle à travers son récit toute la difficulté d’une telle entreprise. Âgé d’une cinquantaine d’années, il doit faire face à de nombreuses épreuves : la faim, la soif, la chaleur, le froid, la fatigue de la marche, les aléas du transport, l’inconfort, les tempêtes, le danger hé notamment à la présence de corsaires, la confrontation avec l’Autre et un mode de vie inconnu, sans oublier la maladie qui le frappera pendant six semaines et le forcera finalement à retourner à Liège.

Notes

1 Champs (B. des), Voyage de la Terre sainte et du Levant, Liège, Pierre Danthez [1678], in-8°.

2 Cardini (F.), Europe et islam, histoire d’un malentendu, Paris, 2000, p. 77 ; Schmitt (C.), « L’expansion de l’Ordre franciscain hors d’Europe », dans E. Atanassiu, S. Gieben, E. Grau, M. Manselli, M. d’Alatri, R. Oursel, C. Schmitt et S. da Campagnola, Saint François et ses frères, Paris, 1991, p. 309-324.

3 Le Tourneau (D.), « Saint-Sépulcre de Jérusalem (Ordre chevaleresque du) », dans P. Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, 1994, p. 1534-1537.

4 En 1434, le pape Eugène IV confie la custodie de Jérusalem exclusivement aux observants. Il faut savoir que, jusqu’à la fin du xvie siècle, les franciscains eurent le monopole de l’encadrement des chrétiens latins de Palestine, de Syrie et d’Egypte ; Lemmens (L.), Les missions franciscaines : aperçu historique et état actuel, Bordeaux, 1924, p. 34.

5 Becdelièvre-Hamal (A.-G. de), Biographie liégeoise ou précis historique et chronologique de toutes les personnes qui se sont rendues célèbres par leurs talents, vertus ou leurs actions, dans l’ancien diocèse et pays de Liège, les duchés de Limbourg et de Bouillon, le pays de Stavelot, et la ville de Maestricht, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, vol. 2, Liège, 1837, p. 282 ; Helbig (H.), « Deschamps Barthélemi », Biographie nationale, t. 5, Bruxelles, 1876, col. 709.

6 Houbaert (A.), « Minderbroederskloosters in de zuidelijke Nederlanden : kloosterlexicon », Franciscana, t. 31, 1976, p. 7 ; Tabulae capitulares Provinciae Flandriae ab anno 1660 ad annum 1790, Archief Minderbroeders, Saint-Trond, M. FL. 11.

7 Schampheleer (J. de), Lesfranciscains dans les anciens Pays-Bas (xiiie-xviiie siècle), Saint-Trond, 1997 [Instrumenta Franciscana, 19) ; Bragard (R.), « Les provinces religieuses des Ordres mendiants dans la principauté de Liège », Bulletin de la commission royale d’histoire, t. 117, 1952, p. 231-397 ; Cornet (N.-J.), « Notes historiques sur les anciens couvents des Récollets, situés dans la partie wallonne de la Belgique et formant la province franciscaine dite de la Flandre », Analectes pour servir à l’histoire ecclésiastique de la Belgique, t. 8, 1871, p. 257-278.

8 Il décrit l’emplacement de la maison de la Vierge à Jérusalem et souligne la correspondance des dimensions. Il dit alors : « [...] de quoy je puisse rendre témoignage, comme ayant visité par quatre fois cette Sainte Maison de laditte Ville de Lorette [...] », Champs (B. des), op. cit., p. 193.

9 Ibid., p. 27 et 390.

10 Nous n’avons trouvé aucune information à son propos.

11 Statuta almaeprovinciae Flandria Fratrum Minorum Recollectorum, Liège, 1656, p. 92.

12 Champs (B. des), op. cit., p. 26.

13 Schoutens (S.), Belgische reizigers derMinderbroedersorde, t. 3, s. L, 1903, p. 15-17 ; Röhricht (R.), Bibliotheca Geographica Palaestinae, chronologisches Verzeichnis der auf die Géographie des heiligen Landes bezügliehen Literatur von 333 bis 1878 und Versueh einer Cartographie, Berlin, 1890, p. 271 ; Saint-Génois (J. de), Les voyageurs belges, t. 1, Bruxelles, 1846, p. 68.

14 Gomez-Géraud (M.-C.), Le crépuscule du Grand Voyage. Les récits des pèlerins à Jérusalem 1458-1612), (Paris, 1999, p. 261-262.

15 Ibid., p. 882.

16 Nous connaissons l’existence de six exemplaires du récit de Barthélemy des Champs, nous les avons tous consultés.

17 Ils sont quatre au xvie siècle et dix-sept au xviiie siècle ; voir R. Houthaeve, « Pelgrims - tochten uit de Nederlanden naar het Heilig land (xvide-xviiide eeuw) », Franciscana, t. 36, 1981, p. 7.

18 Bernardin Surius, récollet du couvent de Boetendaal, partit en Terre sainte avec le frète portier Philippe Sinceliers en 1644. L’ouvrage fut publié pour la première fois en flamand en 1650. Il connut plusieurs éditions : voir P. Bergmans, « Sœur ou Surius, Bernardin de », Biographie nationale, t. 23, 1921-1924, col. 99-102.

19 Gonsales (A.), Hierysalemsche reyse, Anvers, 1673 ; Siret (A.), « Gonsales Antoine », Biographie nationale, t. 8, 1884-1885, col. 107-108.

20 Villenfagne d’Ingihoul (H.-N. de), Recherches sur l’histoire de la ci-devant Principauté de Liège, t. 2, Liège, 1817, p. 555.

21 Des Champs explique que chaque religieux qui arrive en Terre sainte a l’obligation de rendre des services durant dix-huit mois dans des couvents ou résidences de l’ordre au Levant, les uns pour être supérieurs, les autres pour servir de curés aux marchands français ou comme simples résidents ; Champs (B. des), op. cit., p. 332.

22 Selon leur règle, les récollets n’allaient pas à cheval, sauf pour les très longs voyages, avec la permission du supérieur ; Schampheleer (J. de), op. cit., p. 64.

23 Champs (B. des), op. cit., p. 6. Sur les routes royales avant les Ponts et Chaussées, voir G. Reverdy, Histoire des routes de France, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 2964, 1995, p. 23-42.

24 Champs (B. des), op. cit., p. 10.

25 Ibid., p. 30-31.

26 La lieue de Paris et de Touraine était de 3,8962 km ; la lieue commune de France était plus grande, soit 4,452 km ; Hocquet (J.-C.), La métrologie historique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », no 2972, 1995, p. 51.

27 Champs (B. des), op. cit., p. 19.

28 Ibid., p. 23.

29 Ibid., p. 5, 15, 595.

30 Marseille était un des points de départ vers le Levant avec Venise et Livourne, mais relativement modeste en raison du peu d’ampleur du commerce français avec le Levant ; voir R. Houthaeve, op. cit., p. 13. Des Champs (op. cit., p. 575) n’est pas de cet avis : quand, au retour, il débarque à Marseille, il insiste sur les richesses qui entrent tous les ans dans ce port, en raison du commerce que les marchands entretiennent avec le Levant. Voir A. Zysberg, « Marseille, cité du Roi-Soleil », dans Les ports dans l’Europe méditerranéenne, sous presse

31 Champs (B. des), op. cit., p. 48.

32 Le traité des Pyrénées mit fin en 1659 aux guerres entre la France et l’Espagne. Dans son récit, des Champs fait allusion au début de la guerre de Dévolution. À la mort du roi d’Espagne Philippe IV, survenue le 17 septembre 1665, Louis XIV voulut faire valoir les droits de son épouse Marie-Thérèse, fille de Philippe IV, sur les Pays-Bas. Le prétexte était un « droit de dévolution », reconnu dans certaines provinces des Pays-Bas et favorisant les enfants du premier lit. La Triple-Alliance, Pays-Bas, Angleterre et Suède, arrêta la guerre qui se termina au traité d’Aix-la-Chapelle en 1668 ; voir L. Bely, La société des princes (xvie-xviiie siècle), Paris, 1999, p. 314-320.

33 Champs (B. des), op. cit., p. 41-46.

34 Houbaert (A.), op. cit., p. 14.

35 Champs (B. des), op. cit., p. 53..

36 Ibid., p. 60.

37 Sur Malte, consulter M. Fontenay, « L’évolution du port de Malte, du temps des chevaliers au temps contemporain », dans Les ports dans l’Europe méditerranéenne, sous presse. Barbarie ou Etats barbaresques était le nom, donné jadis, aux régions de l’Afrique du Nord, situées à l’ouest de l’Égypte : Maroc, Algérie, Tunisie, régence de Tripoli.

38 Champs (B. des), op. cit., p. 62.

39 Cardini (F.), op. cit., p. 242.

40 Champs (B. des), op. cit., p. 81.

41 Ibid., p. 80-81.

42 Bâtiments de charge du Levant ayant deux mâts sans perroquets.

43 Champs (B. des), op. cit., p. 80, 86, 174, 337 par exemple.

44 Ibid., p. 86.

45 Ibid., p. 89.

46 Ibid., p. 87 et 172. Le corps des janissaires fut créé dans la seconde moitié du xive siècle sous le règne du sultan Murad Ier (1362-1389) et supprimé en 1826 par le sultan Mahmud II. Le mot, en passant en français, a désigné individuellement un soldat d’élite de la garde du sultan turc. Voir A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, t. 1, Paris, 1992, p. 1064.

47 Champs (B. des), op. cit., p. 52.

48 Ibid., p. 257.

49 Ibid., p. 191.

50 Ibid., p. 171-172.

51 Ibid., p. 221.

52 Ibid., p. 255 et 257.

53 Dijzia, djizya ou dja’izé imposé aux non-musulmans par le droit coranique.

54 Milliez (U.), « Capitulations », Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain, t. 2, Paris, 1949, col. 509-510 ; Zananiri (G.), « Protectorat religieux français en Orient », Catholicisme, t. 12, Paris, 1990, col. 88-92.

55 Champs (B. des), op. cit., p. 85.

56 Ibid., p. 126 et 142.

57 Lieu préparé pour le repos des caravanes ; marché public. Champs (B. des), op. cit., p. 251.

58 Ibid., p. 251 et suiv.

59 Ibid., p. 351-352.

60 Ibid., p. 367 et suiv.

61 Ibid., p. 84.

62 Ibid., p. 142.

63 Ibid., p. 142.

64 Ibid., p. 225 et suiv.

65 Ibid., p. 173.

66 Ibid., p. 91.

67 Ibid., p. 6.

68 Ibid., p. 87.

69 Ibid., p. 93.

70 Ibid., p. 90.

71 Ibid., p. 308 et suiv.

72 Ibid., p. 220-224, 296.

73 Ibid., p. 42.

74 Ibid., p. 50.

75 Ibid., p. 54.

76 Ibid., p. 55.

77 La guerre de Dévolution entre la France et l’Espagne ayant éclaté, le vaisseau français ne peut faire escale ni en Sicile, ni en Sardaigne... possessions espagnoles.

78 Champs (B. des), op. cit., p. 572.

Table des illustrations

Légende Les itinéaires aller et retour de Barthélemy des champs © J. Dury
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/8264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search